Vous êtes sur la page 1sur 2

La pratique du sport loisir a beaucoup augmenté dans de nombreuses disciplines depuis quelques

années. Les sports au contact de la nature ont connu un variable engouement dont l'équitation de
loisir a bénéficié. Toutefois, bien que l'image du cavalier aux jambes arquées et au dos rond,
véhiculée par la croyance populaire soit bien loin de la réalité actuelle, l'équitation reste encore dans
l'esprit du plus grand nombre un sport néfaste pour la colonne vertébrale. Qu'en est-il exactement ?
L'équitation est-elle aussi nuisible pour le rachis que le grand public le prétend ?

Afin de répondre à cette question, nous nous sommes tout d'abord intéressés aux différentes études
portant sur le rachis lombaire du cavalier. Puis pour compléter cette recherche bibliographique, il
nous a semblé intéressant de réaliser un travail plus personnel, prospectif à partir d'une enquête
auprès des cavaliers de Lorraine.

D'emblée, nous devons dire que la pathologie rhumatismale du rachis lombaire sera notre seul souci,
nous écarterons l'étiologie par traumatisme. D'autre part, ce travail ne concernera que l'équitation
classique en position assise : seront exclus le saut d'obstacle, le polo, le horse Ball, l'attelage, les
courses hippiques, la voltige.

La première partie de notre travail est basée sur une revue de la littérature. Pour mieux connaître ce
sport qu'est l'équitation, nous envisagerons en premier lieu la description du geste sportif. Puis nous
relaterons la pathologie lombaire du cavalier en étudiant les différents types d'algies lombaires que
nous pouvons rencontrer au sein de cette population. Nous verrons si elles sont accompagnées de
signes cliniques et radiologiques en envisageant les troubles statiques, les lésions rachidiennes
dégénératives et les anomalies transitionnelles. Nous pourrons alors envisager la conduite à tenir
face à un cavalier lombalgique. Après avoir déterminé les facteurs de risque d'apparition des
lombalgies, il sera alors possible de déterminer des moyens de prévention.

La seconde partie de ce travail, plus personnelle, s'attachera aux lombalgies observées chez des
cavaliers exerçant leur sport favori au sein des centres équestres de Lorraine. Par le support d'un
questionnaire, nous pourrons alors étudier la fréquence et les lombalgies rencontrées chez ces
cavaliers ainsi que le comportement de ces derniers face à leurs douleurs.

Notre passion pour ce sport nous a inspiré ce travail. Pour beaucoup de cavaliers, l'équitation n'est
pas seulement perçue comme un sport parmi d'autres et les motivations sont loin d'être uniquement
sportives. Nombre d'adeptes y recherchent avant tout les apports spécifiques du cheval et de la
nature. Nous espérons par ce travail apporter à tous ces passionnés ainsi qu'aux médecins des
conseils et des suggestions pour une équitation sans risque sur la colonne lombaire.