Vous êtes sur la page 1sur 58

GEL-3630

MACHINES ÉLECTRIQUES
Chapitre 3

MACHINES
ASYNCHRONES
Cycle Ingénieur
Cycle Ingénieur
Printemps 2020 Génie
FilièresÉlectrique
: GSEI/GEM

Dr. Mourad ZEGRARI


Département Génie Électrique
Plan

 Principe.

 Constitution.

 Modèle de la machine asynchrone.


 Caractéristiques en régime permanent.
 Marche industrielle des moteurs asynchrones.

Machines 2
© M. ZEGRARI Asynchrones
Plan

Principe

Constitution

Modèle de la machine asynchrone

Caractéristiques en régime permanent

Marche industrielle des moteurs asynchrones

Machines 3
© M. ZEGRARI Asynchrones
Analyse fonctionnelle

La machine asynchrone (MAS) est un convertisseur électromécanique réversible. Le plus


souvent, cette conversion est utilisée dans le sens Moteur.

Énergie Énergie
Électrique Mécanique
Machine
Asynchrone

• Cuivre (Joule)
 Pertes • Fer (magnétiques)
• Mécaniques

 Moteur Asynchrone : entraînements industriels, applications domestiques.


 Génératrice Asynchrone : Production de l’énergie électrique (éoliennes, mini-centrale
hydrauliques). Fonctionnement en frein (récupération de l’énergie).

Machines 4
© M. ZEGRARI Asynchrones
Applications

Les MAS représentent plus de 80% des moteurs électriques utilisés en industrie :

 Grande simplicité de construction  prix relativement bas.


 Facilité d’utilisation et d’entretien  coût de maintenance réduit.
 Bonne robustesse mécanique.
 Simplicité de démarrage. Commande aisée avec les convertisseurs de puissance.
Machines 5
© M. ZEGRARI Asynchrones
Principe

1. Le stator comporte trois bobines fixes, décalées de (2/3p) et permettant (2p) pôles.
Ces bobines sont alimentées par un système triphasé de courants is à la pulsation s.
2. Production d’un champ Fs tournant
à la vitesse de synchronisme : Phase A Phase B
s
s =
p
s
Stator

Rotor

Phase C

Machines 6
© M. ZEGRARI Asynchrones
Principe

3. Création au rotor de courants induits


ir à la pulsation r = s initialement.
4. Les courants induits créent un
champ Fr tournant à la vitesse r. Phase A Phase B
5. Production de couple Tem :
 Le rotor tourne à la vitesse  < s.
 La pulsation r diminue fortement. s
Stator

Rotor

Phase C

 = s − r < s
Machines 7
© M. ZEGRARI Asynchrones
Notion du glissement

Le rotor tourne à la vitesse  = (/p) légèrement inférieure à s.


On définit le glissement g du moteur qui s’exprime en % :
s −  s − 
g= =
s s
La pulsation des courants induits r au rotor devient :
r = s −  = g s
La vitesse du rotor peut s’écrire :
 = s 1 − g
 Fs tourne à s / stator.
 Fr tourne à r / rotor  Fr tourne à (r + ) = s / stator.
 Les deux f.m.m. tournent à la même vitesse  Création d’un couple constant.

Machines 8
© M. ZEGRARI Asynchrones
Plan

Principe

Constitution

Modèle de la machine asynchrone

Caractéristiques en régime permanent

Marche industrielle des moteurs asynchrones

Machines 9
© M. ZEGRARI Asynchrones
Constitution de base

Comme toute machine électrique tournante, la machine asynchrone


comporte essentiellement les éléments suivants :
 Un Stator : partie fixe formée de
trois enroulements identiques.
 Un Rotor : partie mobile siège
des courants induits.
 Des organes mécaniques : ils
assurent des fonctions de
fixation, protection et ventilation.

Machines 10
© M. ZEGRARI Asynchrones
Stator

Partie fixe de la machine : elle comporte trois enroulements (bobines) et


possède 2p pôles. Le bobinage des enroulements est identique à celui
de la machine synchrone.

Enroulements du stator Circuit magnétique

Machines 11
© M. ZEGRARI Asynchrones
Rotor

Partie mobile de la machine : elle est constitué d’un ensemble de


conducteurs mis en court-circuit.
Rotor

En court-circuit Bobiné Massif


(à cage) (à bagues) (magnétique)

Les courants induits Les courants induits Rotor réalisé par un


circulent dans des circulent dans des circuit magnétique
barres conductrices enroulements massif, siège des
court-circuitées par bobinés sur le rotor courants induits de
deux anneaux. couplées en Étoile. Foucault.

Machines 12
© M. ZEGRARI Asynchrones
Rotor bobiné (à bagues)

Le rotor est un cylindre composé d’un empilement de tôles pressés.


Ces tôles sont munies d’encoches où sont logés des conducteurs
formant trois bobinages, accessibles par des bagues et des balais.
Plaque à bornes
Enroulements du rotor
du rotor
Balais

Rhéostat de
glissement

Bagues

Machines 13
© M. ZEGRARI Asynchrones
Rotor à cage d’écureuil (en court-circuit)

Le rotor est constitué de barres conductrices, en cuivre ou en


aluminium, ces barres sont inclinées par rapport à l’axe de rotation.
Les extrémités de ces barres sont court-circuitées par deux anneaux de
même métal.

Anneaux de Barres conductrices siège


court-circuit. des courants induits

Machines 14
© M. ZEGRARI Asynchrones
Rotor massif

Le rotor est constitué par un cylindre plein non laminé.


Les parties massives en fer constituent l’enroulement en court-circuit,
par l’effet des courants de Foucault, induits dans la masse métallique.

Rotor massif Courants


induits

Rotor massif

Machines 15
© M. ZEGRARI Asynchrones
Rotor à cage d’écureuil (en court-circuit)

Moteur asynchrone à cage


(Lucas-Nülle)

Vue en coupe d’un moteur asynchrone à cage.

Machines 16
© M. ZEGRARI Asynchrones
Plan

Principe

Constitution

Modèle de la machine asynchrone

Caractéristiques en régime permanent

Marche industrielle des moteurs asynchrones

Machines 17
© M. ZEGRARI Asynchrones
Fonctionnement à rotor ouvert

Le rotor est à l’arrêt, la machine asynchrone est équivalente à un transformateur triphasé


Stator (nombre de spires : zs)  Primaire
Rotor (nombre de spires : zr)  Secondaire

Rs
Ls (m) Rr Lr
Is

+ Impédance + + Impédance +
du stator du rotor
Vs Es Rf Lm zs zr Ero Vro

-
(s) - -
(ro = s) -

Impédance
magnétisante ro = g ro s = s

Ero zr
Rapport de transformation : m= =
Es zs
Machines 18
© M. ZEGRARI Asynchrones
Fonctionnement à rotor en court-circuit

Le rotor est en court-circuit, il est en mouvement et sa pulsation devient :

r = g s

Rs
Ls (m’) Rr Lr
Is Ir
Iso
+ + +

Vs Es Rf Lm zs zr Er

-
(s) - -
(r)

Er zr
Rapport de transformation : m′ = =g =g×m
Es zs
Machines 19
© M. ZEGRARI Asynchrones
Schéma monophasé ramené au primaire

Nous ramenons les éléments du rotor au stator, en appliquant les règles des modèles
ramenés appliquées aux transformateurs :
Zs Z’r
Rs
jXs R’r/g jX’r
Is I’r
Iso
+ +

Vs Es Rf jXm Zm

- -

Rr Xr
Les règles de transformation sont : R′r = 2 ; X′r = 2 ; I′r = m Ir
m m
Zm Z′r
L’impédance totale vue du stator : Zeq = Zs +
Zm + Z′r

Machines 20
© M. ZEGRARI Asynchrones
Essai à vide (g = 0)

g = 0  Courant rotorique nul : Ir = 0


MAS à bagues : essai réalisé à rotor ouvert  Ir = 0.
MAS à cage : essai sans charge mécanique    s et g0  0.
Iso Rs jXs

+ + Vso

Vso Eso Rf jXm φo Eso jXs Iso


Rs Iso
- -
Iso
TENSION
NOMINALE

La puissance consommée par la machine est dissipée dans les impédances Zs et Zm :


2
3 Eso 2
3 Eso
Bilan des puissances : 2 et 2
Pso = 3 R s Iso + Q so = 3 Xs Iso +
Rf Xm
Machines 21
© M. ZEGRARI Asynchrones
Essai à rotor bloqué (g = 1)

 = 0  g = 1  Rotor immobilisé et en court-circuit.


MAS  Transformateur triphasé en court-circuit.

Is(rb) Rs jXs I’r(rb) R’r jX’r

Iso(rb)
+ Zs + Z’r
g = 1  Z’r minimale.
Vs(rb) Es(rb) Rf jXm
Soit : (Zm // Z’r)  Z’r
- - Zm

TENSION
RÉDUITE

La puissance consommée par la machine est dissipée dans les impédances Zs et Z’r :

2 2
Bilan des puissances : Ps rb = 3 R s + R′r Is(rb) et Qs rb = 3 Xs + X′r Is(rb)

Machines 22
© M. ZEGRARI Asynchrones
Détermination des paramètres

1. À partir de la mesure en courant continu ou “à chaud “ :


On détermine la résistance d’un enroulement du stator Rs.
On détermine la résistance d’un enroulement du rotor Rr (cas du MAS à bagues).

2. À partir de l’essai à rotor bloqué :


Qs rb Ps rb
Xs + X′r = 2 R′r = 2 − Rs
3 Is(rb) 3 Is(rb)
En général, on suppose que : X’r = Xs

3. À partir de l’essai à vide :

Eso 2
3 Vso Eso 2
3 Vso
Rf = ≈ Xm = ≈
Iso cos o Pso Iso sin o Q so

Machines 23
© M. ZEGRARI Asynchrones
Plan

Principe

Constitution

Modèle de la machine asynchrone

Caractéristiques en régime permanent

Marche industrielle des moteurs asynchrones

Machines 24
© M. ZEGRARI Asynchrones
Écoulement des puissances

Puissance Puissance Puissance Puissance


Électrique Pe Transmise Ptr Électromagnétique Pem Mécanique Pm

Tem Tem Tu
Alimentation Charge
Stator Rotor Arbre Mécanique
Électrique
s  

Pertes totales Pertes totales Pertes


au stator au rotor Mécaniques
ps = pjs + pfs pr = pjr + pfr pméc
Moteur
Asynchrone

Machines 25
© M. ZEGRARI Asynchrones
Estimation des puissances

 Les pertes magnétiques (fer) sont proportionnelles à la fréquence.


Au niveau du rotor, la fréquence est : fr = g fs <<
pfr ≈ 0
 La puissance transmise Ptr est convertie dans la "résistance" (R’r/g) :

R′r 2
Ptr = 3 I′r
g
 Les pertes cuivre au rotor s’écrivent alors :

pjr = 3R′r I′2r = g Ptr


 La puissance électromagnétique devient :

1−g
Pem = Ptr − pjr = Ptr 1 − g = pjr
g
Machines 26
© M. ZEGRARI Asynchrones
Calcul du couple électromagnétique

La puissance transmise au rotor s’écrit :


s
Ptr = Tem s = Tem
p
Cette puissance est dissipée dans la résistance fictive R’r/g telle que :
R′r 2 s
Ptr = 3 I′ = Tem
g r p
L’expression du couple électromagnétique devient :

Ptr 3p R′r 2 Calcul du courant I’r à l’aide


Tem = = I′
s s g r du modèle équivalent

Machines 27
© M. ZEGRARI Asynchrones
Modèle équivalent en "L"

C’est une transformation du modèle équivalent en une configuration en L :


Modèle en T Modèle en L
Is Zs(T) I’r Z’r(T) Is I’r Zs(L) Z’r(L)

Iso Iso
+ +
Équivalence des modèles
Vs Zm(T) Zm(L)
Zs Xs
- =1+ ≈1+ - V
Zm Xm s

En général, pour les machines de puissance > 1 kW  (  1) :

Zs L =  Zs T ≈ Zs T

Z′r L = ² Z′r T ≈ Z′r T

Zm L = Zm T + Zs T ≈ Zm T

Machines 28
© M. ZEGRARI Asynchrones
Expression du courant rotorique

Nous calculons directement le courant rotorique ramené au stator :


Is I’r Rs jXs R’r / g jX’r

Iso
+ Zs Z’r
+
Vs Rf jXm
Zm
-
-

L’expression du courant rotorique I’r ramené au stator est :

Vs Vs
I′r = = XT = Xs + X’r
2 2
R′ R′ Réactance de
R s + gr + Xs + X′r 2 R s + gr + XT 2
fuite totale.

Machines 29
© M. ZEGRARI Asynchrones
Caractéristique mécanique Tem()

Exprimons le couple Tem en fonction de la vitesse de rotation  :

R′r
3p 2 g
Tem = Vs
s R′
2
Rs + r + XT 2
g
Tem

Propriétés couple-vitesse Tem(max)

 Démarrage : d = 0  gd = 1  Tem = Td
Zone d’utilisation
La machine absorbe Ped = Td s (Linéaire)

 Pour  voisin de s, g est faible :


Td
Tem  kem   où : kem < 0
À vide : v =  s  gv = 0  Tv = 0 
0 c s
g
1 gc 0
Machines 30
© M. ZEGRARI Asynchrones
Valeurs critiques

 Couple de démarrage :
3p 2 R′r Il dépend fortement de la
Td = Vs résistance R’r du rotor.
s R s + R′r 2 + XT 2

 Couple électromagnétique maximal :


3p Vs2 1
Tem max = Couple maximal inversement
s 2 proportionnel à XT et indépendant de R’r.
R s + R2s + XT2

 Couple maximal pour un glissement critique gc :


R′r
gc = Glissement critique proportionnel
R2s + XT2 à la résistance R’r du rotor.

Machines 31
© M. ZEGRARI Asynchrones
Modèle et équations simplifiés

Hypothèses
 Nous négligeons les pertes Joule au stator (Rs = 0).
 Nous négligeons les pertes fer au stator (Rf = )

Modèle simplifié Paramètres


jXT R′r
Is I’r R’r / g
3p 2 g
Tem = V
+ +
Iso s s R′r 2
2
+ XT
Vs Vs jXm
g
- - 3p Vs2
Tem max =
s 2XT
R′r
gc =
XT
Machines 32
© M. ZEGRARI Asynchrones
Visualisation des puissances

La puissance transmise est : Ptr = Pem + pjr Ptr = Tem.s

Avec : Ptr = Tem. s


Pem = Tem.
pjr = Tem.r Pem = Tem.

Tem
Point de
Tem(max)
fonctionnement

Td Puissance transmise Ptr


Tr
Pem pjr


 s
g
1 0

Machines 33
© M. ZEGRARI Asynchrones
Estimation du rendement

Dans les machines de forte puissance, il est possible de négliger l’ensemble des pertes
au stator ainsi que les pertes mécaniques :

Pa = Pe = Ptr + (pjs + pfs)  Ptr


Pu = Pm = Pem – pméc  Pem
Or : Pem = Ptr (1 – g)
L’expression approchée du rendement s’écrit :

Pu Pem
= ≈ = 1−g
Pa Ptr
 Plus le glissement est élevé, plus le rendement de la machine est faible.

Machines 34
© M. ZEGRARI Asynchrones
Plan

Principe

Constitution

Modèle de la machine asynchrone

Caractéristiques en régime permanent

Marche industrielle des moteurs asynchrones

Machines 35
© M. ZEGRARI Asynchrones
Marche industrielle des MAS

Il s’agit d’assurer les fonctionnalités suivantes :


 Raccordement électrique au réseau d’alimentation.
 Configuration du dispositif de commande et de protection.
 Couplage des enroulements.
 Inversion du sens de marche.
 Modes de démarrage (direct ou progressif).
 Modes de freinage (naturel ou forcé).
 Vitesse de rotation (fixe ou variable).

Machines 36
© M. ZEGRARI Asynchrones
Raccordement du MAS

 Les plaques à bornes des moteurs standards sont conformes à la norme NFC 51 120.
 Les repères sont conformes à la CEI 34-8 par six bornes : (U1,V1,W1) et (U2,V2,W2)

U1 V1 W1

W2 U2 V2

Plaque à bornes d’une


machine asynchrone

Lorsque le moteur est alimenté par un réseau triphasé direct (A,B,C) ou (L1,L2,L3) aux
bornes (U1,V1,W1), il tourne dans le sens horaire lorsqu’on est placé face au bout d’arbre.

Machines 37
© M. ZEGRARI Asynchrones
Couplage des enroulements
L1 L2 L3 L1 L2 L3

Moteur bi-tension 220/380 V


U1 V1 W1 U1 V1 W1

W2 U2 V2 W2 U2 V2

Couplage Etoile (Y) Couplage Triangle ()

Réseau d’alimentation
Plaque Moteur
127/220 V 220/380 V 380/660 V
127/220 V Étoile
220/380 V Triangle Étoile
380/660 V Sous-alimenté Triangle Étoile

Machines 38
© M. ZEGRARI Asynchrones
Modes de démarrage

 Démarrage Direct.
 Démarrage sous tension réduite :
• Démarrage Étoile-Triangle : Te et Id sont divisés par 3.
• Utilisation d’un autotransformateur.
• Démarrage électronique par gradateur.
 Démarrage Statorique (insertion d’impédances au stator).
 Démarrage Rotorique (insertion d’impédances au rotor dans le cas d’un moteur
asynchrone à rotor bobiné).
 Démarrage à l’aide d’un variateur de vitesse.

Machines 39
© M. ZEGRARI Asynchrones
Démarrage Direct : Câblage
L1 L2 L3 Circuit de Circuit de
Puissance Commande
1 3 5
SF
Sectionneur
2 4 6 Porte-Fusibles
Transformateur Q

95
1 3 5
KML RT
Contacteur de Ligne 96
2 4 6 11
AT
12
1 3 5
RT 13 13
2 4 6 Relais Thermique MA KML
14
U V W 14
A1
MAS
MAS
Moteur Asynchrone
A2
KML

Machines 40
© M. ZEGRARI Asynchrones
Inversion du sens de marche

L1 L2 L3
Circuit de Circuit de
Puissance Commande

Q Q

RT

Verrouillage
KM-AV KM-AR AT

MAV KM-AV MAR KM-AR

RT
KM-AR KM-AV
U V W

MAS
KM-AV KM-AR
Machines 41
© M. ZEGRARI Asynchrones
Démarrage Étoile-Triangle
L1 L2 L3

Q Phases de fonctionnement
 Phase 1 : Démarrage
Fermeture du contacteur de ligne
KML
KML et couplage en Étoile (KMY).
Le moteur est alimenté sous une
RT
tension réduite.

U1
 Phase2 : Fonctionnement nominal
V1 W1
Ouverture du contacteur KMY et
MAS KMD
passage au couplage triangle
Couplage Triangle (KMD).
W2 U2 V2 Le moteur est à présent alimenté
sous sa tension nominale.

KMY : Couplage
Etoile
Machines 42
© M. ZEGRARI Asynchrones
Démarrage Électronique
L1 L2 L3

Q
Fonctionnement
 Variation de la valeur efficace de la
KML tension Vs par réglage de l’angle de
retard à l’amorçage des thyristors.
RT  Intégration des fonctions de
protections et de contrôle avancées.

Gradateur

U V W

Démarreur Industriel Démarreur Industriel


MAS
BT : SMC-3 HT : ABB

Machines 43
© M. ZEGRARI Asynchrones
Démarrage Statorique
L1 L2 L3

Q
Phases de fonctionnement
 Phase 1 : Démarrage
Fermeture du contacteur : passage
KML
par la totalité de l’impédance Z.
 Courant de démarrage Id réduit.
RT
 Phase2 : Temps intermédiaire
Fermeture du contacteur KM1.
Passage par une partie de Z.
KM2  Courant intermédiaire Id2.
Z KM1
 Phase3 : Fonctionnement nominal
Fermeture du contacteur KM2.
impédance Z court-circuitée.
 Courant nominal In.
MAS

Machines 44
© M. ZEGRARI Asynchrones
Démarrage Rotorique
L1 L2 L3

Q
Phases de fonctionnement
 Phase 1 : Démarrage
Fermeture du contacteur KML.
KML
Courant du rotor limité par toute la
résistance du Rhéostat.
RT
 Phase2 : Temps intermédiaire
Fermeture du contacteur KM1.
Passage par une partie de R.
 Courant intermédiaire Id2.
MAS
 Phase3 : Fonctionnement nominal
Fermeture du contacteur KM2.
Rhéostat court-circuité.
 Courant nominal In.
Rhéostat KM2
KM1

Machines 45
© M. ZEGRARI Asynchrones
Modes de freinage

L’arrêt normal des moteurs électriques est obtenu par décélération naturelle, le temps
d'arrêt dépend uniquement de l'inertie de la machine entraînée. Cependant, certaines
applications exigent de contrôler le temps de décélération en mettant en œuvre des
procédés de freinage.
Par rapport aux freinages mécaniques et hydrauliques, le freinage électrique apporte une
solution simple et efficace et offre l'avantage d'être régulier et de ne faire intervenir
aucune pièce d'usure.
 Freinage hypersynchrone.
 Freinage par contre-courant.
 Freinage par injection de courant continu.
 Freinage magnétique par courants de Foucault.

Machines 46
© M. ZEGRARI Asynchrones
Freinage électrique

Sens Inverse Tem Sens Direct


G M
Freinage
Q4 Q1 Tem(+ )
Contre-courant

Hypersynchrone
Tr() Charge

Freinage
- s - n n s

Tem(– ) Q3 Q2

M G

Sens Inverse Sens Direct

Machines 47
Asynchrones
Classes des MAS : Norme NEMA

C’est une classification des moteurs asynchrones


à cage afin d’adapter leurs caractéristiques
nominales aux charges mécaniques usuelles.
Pour un moteur asynchrone, le rapport (Td/Tn) est
proportionnel à Rr alors que le rapport (Id/In) lui est
inversement proportionnel.
 Couple de démarrage :

3p 2 R′r
Td = Vs
s R s + R′r 2 + XT 2

 Glissement critique correspondant :

R′r
gc = Caractéristiques normalisées des classes
XT NEMA des moteurs asynchrones.

Machines 48
© M. ZEGRARI Asynchrones
Classes des MAS : Synthèse

Tableau des caractéristiques normalisées des classes NEMA des moteurs asynchrones :

Couple de Couple Couple de Courant de Glissement


démarrage nominal décrochage démarrage nominal
Classe Starting Torque Basse vitesse Breakdown Locked Rotor
NEMA Pull-Up Torque Torque Current

Td/Tn (%) Tmin/Tn (%) TdmaxTn (%) Id/In (%) g (%)

A 70 - 275 65 - 190 175 - 300 ---- 0.5 - 5

B 70 - 275 65 - 190 175 - 300 600 - 800 0.5 – 5

C 200 - 285 140 - 195 190 - 225 600 – 800 1-5

D 275 ---- 275 600 - 800 >5

Machines 49
© M. ZEGRARI Asynchrones
Types de services des MAS (Norme CEI 34-1)
Indice Type de service Mode de fonctionnement
S1 Service continu Fonctionnement à charge constante et en continu.
Fonctionnement à charge constante et pendant un temps
S2 Service temporaire
déterminé.
S3 Service intermittent périodique Suite de services identiques.

S4 Service intermittent périodique à démarrage Suite de services identiques et de démarrage.

S5 Service intermittent périodique à freinage Suite de services périodiques avec démarrages et freinages.

Suite de services identiques avec périodes de charges et


S6 Service continu à charge intermittente
périodes à vide.

Service continu périodique à freinage Suite de services identiques comprenant des démarrages,
S7 électrique fonctionnement en charge et des freinages.

Suite de services identiques comprenant des périodes de


Service continu périodique à changement
S8 de charge et de vitesse
fonctionnement en charge et des changements de vitesses
de rotation.
Suite de services non périodiques comprenant des périodes
Service à variation non périodique de
S9 charge et de vitesse
de fonctionnement en charge et des changements de
vitesses de rotation.
S10 Service à régimes constants distincts Service comprenant au plus 4 valeurs de charge distinctes.

Machines 50
© M. ZEGRARI Asynchrones
Procédés de variation de la vitesse

Hypothèses de calcul :
 Résistance du stator Rs négligée
 Réactance totale : XT = Xs + X’r = LT s
Équations simplifiés :

Es Vs 3p Vs2 3p R′r
= ≈ ; Tem max = ∙ = ² ; gc =
s s s 2XT 2LT XT
Variation de la vitesse par modification de la caractéristique du couple Tem().
Paramètres de variation de la vitesse :
 Nombre de paires de pôles : p
 Tension d'alimentation : Vs
 Résistance rotorique : Rr
 Fréquence d'alimentation : fs

Machines 51
© M. ZEGRARI Asynchrones
Action sur le nombre de pôles

Moteur DAHLANDER
Ce moteur est réalisé avec une conception particulière de l'enroulement statorique. Cette
conception permet, grâce à des connexions extérieures, de varier le nombre de paires de
pôles (p) de la machine, et par conséquent la vitesse de rotation.

On se limite en général à deux vitesses : Petite Vitesse et Grande Vitesse.

Machines 52
© M. ZEGRARI Asynchrones
Couplage du moteur DAHLANDER

Le couplage des enroulements du moteur DAHLANDER est le suivant :

Deux configurations sont proposées :


 Couplage Parallèle-Étoile : Grande Vitesse
 Couplage Série-Triangle : Petite Vitesse

Machines 53
© M. ZEGRARI Asynchrones
Action sur la tension statorique Vs

Solution réalisée par un autotransformateur ou un gradateur de tension.


Vs 3p R′
= ; Tem max = ² ; g c = r
s 2LT XT
Tem Tem
Tr = k ² Vs1
Vs1 = 100 % Vs2 Tr = k 

Vs2 = 85 % MAS à Vs3 MAS à


cage bagues
Vs3 = 65 % Vs4

 
min max s min  max s

 Le couple maximal Tem(max) est atténué  Faible couple de démarrage.


 Charges Tr = k.n avec service continu : Pompes, Centrifugeuses, Ventilateurs.
 L’augmentation du glissement entraîne une diminution du rendement :  = (1 – g)
 Le glissement critique gc se conserve puisqu'il est indépendant de la tension Vs.
Machines 54
© M. ZEGRARI Asynchrones
Action sur la résistance rotorique

Solution applicable uniquement aux moteurs à rotor bobiné.


Tem

Tem(max)

Vs 3p R′
Rr2 Rr1 Rr0 = ; Tem max = ² ; g c = r
s 2LT XT
Tr


s

 Le couple maximal Tem(max) reste constant : Td est important tout en diminuant Id.
 Charges à couple constant Tr = k : engins de levage, treuil.
 L’augmentation du glissement entraîne une diminution du rendement.
 Le glissement gc augmente avec R’r : le rendement est diminué.

Machines 55
© M. ZEGRARI Asynchrones
Action sur la fréquence d’alimentation

On varie la vitesse s du champ tournant par action sur la fréquence fs de la source Vs :

Tem

fsn
Tem(max)
Vs 3p R′
= ; Tem max = ² ; g c = r
s 2LT XT
fs
Tr


sn

 Le couple maximal Tem(max) reste inchangé.


 Le glissement reste pratiquement constant, le rendement est conservé.

Machines 56
© M. ZEGRARI Asynchrones
Commande V/f

Objectif : Éviter la saturation du circuit magnétique et limiter le courant à vide Iso.


Procédure : Maintenir le flux constant en ajustant la fréquence fs avec la tension Vs :
Usage général : Bon rendement et bon couple même a basses vitesses.
vs
Redresseur Filtre Onduleur à transistors Tension instantanée
Vs
= : constant t
s
A
Tension moyenne
B MAS is
C
Courant moteur

Convertisseur indirect de fréquence : Tension et courant fournis par


 Redresseur triphasé à diodes. l’onduleur à Modulation de
 Onduleur à transistors IGBT. Largeur d’Impulsions (MLI).

Machines 57
© M. ZEGRARI Asynchrones
Variateur de vitesse industriel


 Démarrage et arrêt : réglage de l'accélération et de
Démarrage Régime établi Arrêt la décélération au moyen d’un profil de vitesse.
 Variation et régulation de la vitesse : certains
variateurs sont munis d'un régulateur de vitesse
t
avec une boucle de retour.
tacc tdéc
 Inversion du sens de rotation : cette fonction est
souvent réalisée par inversion de la consigne à
l’entrée du variateur.
 Freinage : réalisé par injection du courant continu
dans le moteur avec un fonctionnement réversible
de l’étage de puissance.
 Protections intégrées : contre les courts-circuits, les
surtensions et les chutes de tension, les
Modèles de variateurs de vitesse déséquilibres et la marche en monophasé.
industriels pour Moteurs Asynchrones

Machines 58
© M. ZEGRARI Asynchrones