Vous êtes sur la page 1sur 20

République algérienne démocratique et

populaire

ère de l'Enseignement supérieur

sité Abbas LEGHROUR Khenchela

e droit et de science politique

Section: Droits

Niveau : 2 licence

Régiment : le troisième

Groupe: 1

Échelle: terminologie

‫ مه انقاوىن انمذ ًو‬2‫و‬1 ‫تح ٍهم ومىاقشح انمادتٍه‬

Analyse et discussion des articles 1 et 2 du code civil

Dirigé par : L’enseignant : Abdli wafa

 Benabid noufel siradj eddine

L’année universitaire : 2019/2020

ً‫ من القانون المدنالمدن‬2‫و‬1 ‫ التعلٌق على نص المادة‬.I

I. Commentaires sur le texte des articles 1 et 2 du code civil


: ً ‫التحلٌٌل الشكاللشكل‬.1
1. Analyse formelle :
‫أ‪ .‬ط ٌبٌعة النص ‪:‬‬
‫نص المادة ‪1‬و‪ 2‬هو نص تش ٌر عً من القانون المدنً الجزائري صدر وفق االمر‪ 58‬و‬
‫‪ 75‬المؤرخ فً ‪ 20‬رمضان ‪ 1395‬الموافق ل ‪ 26‬سبتمبر ‪ 1975‬المتضمن القانون المدنً‬
‫الجزائري المعدل والمتم‪.‬‬

‫‪a) La nature du texte :‬‬


‫‪Le texte des articles 1 et 2 est un texte législatif du Code civil‬‬
‫‪algérien édicté conformément aux ordonnances 58 et 75 du‬‬
‫‪Ramadan 20 1395 correspondant au 26 septembre 1975 contenant‬‬
‫‪le Code civil algérien modifié et complété.‬‬

‫ب ‪ .‬المصدر الشكاللشكل ً لنص المادة ‪:‬‬


‫أشار المشرع الجزائري فً نص المادة ‪1‬و‪ 2‬فً الكتاب األول ‪:‬أحكام عامة من الباب‬
‫األول ‪ :‬اثر القوا ٌنٌن وتط ٌبٌقها ‪.‬‬

‫‪b) La source formelle du texte de l'article :‬‬


‫‪Le législateur algérien a indiqué dans le texte des articles 1 et 2 du‬‬
‫‪premier livre: Dispositions générales du chapitre premier: L'effet des‬‬
‫‪lois et leur application.‬‬

‫ب ‪ .‬المصدر المادي لنص ‪:‬‬


‫وهو ما ٌقابلها فً التش ٌٌرعات و القوا ٌنٌن األخرى كالقانون والتش ٌٌرع الفرنسً مثال‪.‬‬

‫‪c) Source physique du texte:‬‬


‫‪Cela lui correspond dans d'autres législations et lois, comme la loi‬‬
‫‪et la législation françaises par exemple.‬‬

‫ب ‪ .‬ظروف النص ‪:‬‬


‫ضة ما‬‫الماد ٌتٌن لهما أه ٌٌمة قانو ٌنٌة وعل ٌٌمة فً انه فً المادة األولى إذا لم ٌرد التش ٌٌرع فً ق ٌٌ‬
‫وجد مصادر أخرى واألعراف أي ٌوجد حل وب ٌٌدل من الدائل وهذا ما ٌسهل على القاضً إلى‬
‫الوصول إلى الح ٌقٌقة ‪ .‬فً ٌٌحن المادة الثا ٌنٌة وضحت و ٌبٌنت انه ال ٌسري القانون بأثر رجعً ‪.‬‬
d) Adverbes du texte:
Les deux articles ont une importance juridique et scientifique en ce
que, dans le premier article, si la législation dans une affaire n'inclut
pas d'autres sources et coutumes, c'est-à-dire qu'il existe une solution
et une alternative du mandataire, ce qui permet au juge d'atteindre plus
facilement la vérité. Alors que le deuxième article clarifiait et indiquait
que la loi ne s'appliquait pas rétroactivement.

ً ‫انتح ٍهم انمىضى‬.2


:‫ػ‬

2. Analyse objective :
: ‫ شزح مصطهحاخ انمادتٍه‬.‫أ‬
a) Explication des termes des deux articles
‫ اسهىب انىض‬. ‫ب‬
ٚ ‫ٔبل ـ‬ٚ ‫امؼ ل‬ٚ ‫ة ا ّؾشع‬ٛ ‫اع‬
ٔٔٛ ‫ٔب ٌر ٌرهٌ@@ه ثبعز ّؼبي ق ِطق ٍطؾ ب ٍدؾ ب@@د ل ٔب‬ٛٔ
‫امؾخ‬ٚ ‫خ ػجبس@@اد‬١‫لب‬ ٟٔٔ ٛ
@^ُٙ ٌ ‫فا‬ٙ ‫ع ٍخ ا‬ٙ
. ‫ف‬ٙ

b) Style de texte
Le style du législateur est clair et légal, utilisant des termes
juridiques, des termes clairs et faciles à comprendre.

‫ فقزاخ انىض‬. ‫خ‬


: 1 ‫ انمادج‬
. ‫ ٗم‬١‫خ رطج‬١‫ف‬١‫و‬ٚ ‫ٔب‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫ِقبدس ا مبٔا‬: ‫ انفكزج انؼامح‬
ٔٔٛ ٌ ‫ ِقبدس اٌمبػ ذح ا مبٔا‬: ‫ األفكار انجشئٍح‬
. ‫خ‬١‫مب‬
: 2 ‫ انمادج‬
ٔٔٛ ٌ ‫بْ اٌمبػ ذح ا م ٔبا‬٠‫عش‬: ‫انفكزج انؼامح‬
.‫خ‬١‫مب‬ 
: ‫ األفكار انجشئٍح‬
ْٛ ٌ ‫غش ا مبا‬٠ : ٌ@‫أل‬ٚ‫ا‬ ٌٝٚ ٚ
.‫ؼ‬ ٟ ‫سع‬ ‫ثأصش‬ c ٔ
‫ٔب‬ٛ‫م‬
@ ٔ ٜ ‫اٌفىشح األ‬ •
@cْٔٛ ٌ ‫ػا مبٔ@ا‬
٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬ ٝ ٍ ‫ش ػـ‬
ٖ ١@‫رأص‬ٚ ‫ذ‬٠‫ٔب اغذ‬ٛ‫م‬
ٌ @cْٔٛ ٌ ‫ا مبا‬: ‫خ‬١ ‫اٌ ٌفىشح ا ضب‬
ٔ ٔ •
.‫ب‬١‫ثبإلٌغبء ّم ٕ ّم‬
‫ف‬١‫و‬ٚ ‫خ‬١‫مب‬ ٔٔٛ ٌ ‫ِقبدس اٌمبػ ذح ا مبٔا‬ ‫٘ب‬
ٟ٘‫ @ِ٘٘بِ ـ‬
‫ب ؟‬ٙ ‫ب‬٠‫ز عش‬ ُ ٠
c) Paragraphes de texte 
Article 1:
 L'idée générale: les sources de la loi et comment la mettre en
œuvre.
 Idées partielles: sources juridiques de base.
 Article 2:
 Idée générale: validité de la règle juridique. 
Idées partielles:
• La première idée: la loi s'appliquera rétroactivement.

• La deuxième idée: la nouvelle loi et son impact sur l'ancienne loi par
annulation tacite.
 Quelles sont les sources de la règle juridique et comment est-elle
appliquée?

‫خطح انثحث‬
ٔٔٛ ٌ ‫اع ا ّقب@@دس ا مبٔ@ا‬ٛ ‫ أ‬: ‫ة األول‬RR‫ذمح انمطه‬RR‫انمق‬
‫مب‬

‫ المص@@@@@ادر الم@@@@@ا ٌٌدة‬: ‫زع االول‬RRRRR‫انف‬ ‫خ‬١

‫زع‬RRR‫انف‬ ‫خ‬١ ‫ ا ّقب@@@دس ا ش@@@ ّع‬: ‫ا ًو‬RRR‫زع انث‬RRR‫انف‬

‫زع‬RRRR‫انف‬ ‫خ‬١‫به‬١‫ ا ّقب@@@@دس االؽــــز‬: ‫انث‬RRRR‫انث‬

: ‫ا ًو‬RR‫ة انث‬RR‫خ انمطه‬٠@@‫ش‬١‫ا ّقب@@دس اٌزفغ‬: ‫انزاتغ‬

ٔٔٛ ٌ ‫بْ اٌمبػ ـ ذح ا م ٔب @ا‬٠‫عش‬


: ‫زع االول‬RR‫خ انف‬١‫مب‬
@cْٔٛ ٌ ‫ك ا م ٔب@@@ا‬١‫رطج‬
‫زع‬RRR‫ش االؽخ@@@بؿ انف‬١‫ٔب ِٓ ؽ‬ٛ‫م‬

@cْٔٛ ٌ ‫ك ا مبٔا‬١‫ رطج‬: ‫انثا ًو‬


ْ‫ش اٌ ض ب‬١‫ٔب ِٓ ؽ‬ٛ‫م‬

plan de recherche introduction


La première exigence: les types de sources juridiques
La première section : Sources physiques
La deuxième branche: les sources officielles
La troisième branche: les sources de réserve
La quatrième branche: les sources explicatives
La deuxième exigence: la validité de la règle juridique
La première section : est l'application de la loi en termes de
personnes
La deuxième branche : est l'application de la loi en termes de temps

: ‫انمقذمح‬
ٌ‫مي إٌ ٗإ‬ٛ ٌ‫ى ا‬
ٓ ٠ٚ ،‫ؼ ّم ّٓم اٌ ّغبػخ‬١‫غؼی دائّب ٍؼ‬، ٠ ‫ؼز‬ ٗ ١‫ػثطج‬ ٟ ‫وبئوبئ اع ّز ب‬
@ٓ ْ‫ْإإ اإلٔ غب‬
ْ‫ػاإل غب‬ ٍٝ ‫ػ‬ٍ ‫ز رفش‬ٟ ٌ‫بد ا‬٠‫نشس‬ ٚ ‫ش اٌ ز رؼذ ِٓ ا‬١‫ش؛ رٌه ٌؾبعخ اٌفشد ٍغ‬١‫ؼ ِغ غ‬١‫ؼ‬١ٌ ‫دد‬ٛ ٛ‫ ِعع‬ٛ
ٟ ٖٖ
‫خ رمغ‬١ ٌ‫ اإلؽىب‬٠ٓ‫ إال أ‬،‫ؼ افغ‬ٙ ٌ ِٙ ‫زجبدي@ ِـ‬٠ٚ @^‫ه‬ُٙٙ ‫ٔؾب‬ٙ‫و ؾبه‬ٙ@^ُٙ ‫بسوؾبس‬
ُٙ ‫ؼ ُـ‬ٙ ٙ ‫ؾ‬٠ٚ ‫خزو ِغ اٌ ٕبط‬ ٚٗ ‫ِٕزز‬
ٗ ‫الدر‬
ٍ ١‫ف‬، ‫الدر‬ ٕ
ٌ ٌ ٝ ٌ
‫ز لذ رزؼبسك ِغ‬ٟ ‫ك قبٌ ٗؾا‬١‫ؼافشد إإ رؾم‬ٝ ‫غ‬١‫ ف‬،‫ ب‬ٙ‫ب‬ٙ‫أاػ‬ٙ‫خزف أ اػ‬ ٌ ٔٛ ّ ٌ
ٍ ‫ػ ِذب ٕرؾأ ٍره ا ؼاللبد ث‬
‫م‬ٝ ‫ ٗفم اٌ ف‬،‫ش‬ ٖ ١ ‫قبٌٌؼ غ‬
‫عد‬ٛ ‫ف‬ٟ ً‫ ّز ض‬، ٠‫ض‬١١ ‫د ّر‬ٚ@cْٚ ‫غ د‬١ ‫غ‬ َ ‫م‬َٛ َٛ@ ‫ م‬٠‫ ٓ ٕب وبْ ال ثذ ْأ‬ِٚ@ِ ٚ،‫فاٌ غ ّزغ‬
ّ ٌ‫ ؾفع قبٌٌؼ ا‬٠‫ظب‬ ٟ @‫اٌ ٕضاػبد‬
.‫ك ا ٌؼذي‬١‫فشمخ ٌزؾم‬ ٚ ٌ‫ماػذ ا‬ٛ ٌ‫ػاؽزشا َ ا‬ ٍ ‫عجش اٌ ٕبط‬ٚ ‫مح‬ٛ ٌ‫ٍعطخ ػبلخ رفشك@ ا‬
ٍٝ ‫ػ‬

‫ن‬ٛ ‫ظرظُ ع‬ ٕ ‫ز ر‬ٟ ٌ‫خ ا‬١‫مب‬ ّ :ٔ‫ٔب افطالؽب ثأث ٗأ‬ٛ‫م‬


ٔٔٛ ٌ ‫ماػ ذ اٌ مبا‬ٛ ٌ‫ػخ ِٓ ا‬ٛ ‫غ‬ @cْٔٛ ٌ ‫ف اٌ مبا‬٠‫ى رؼش‬ ٓ ٠ٚ
ٙ ٠‫ؽش‬ٚ @‫مق األفشاد‬ٛ ‫ ؽ‬١ٓ‫ز اصْ ث‬ٛ ٌ‫ك ا‬١‫إٌ رؾم‬ٝ ٌ‫ؤد إ‬
‫رؾم‬ٚ ،‫ر‬ٙ@^ُٙ ‫برب‬ ٞ ٠‫ ِب‬،‫فاٌ غ ّزغ‬ ٟ ‫ر‬ٙ@^ُٙ ‫اللبرػاللب‬
ٚٙ ‫األفشاد ػ‬
، ‫ظب ا ٌؼذي‬ َ ٌ‫ك ا‬١
ٗ ِٚ ‫ذ اٌ غ ّزغ ؼ‬١ ٌ‫بٌرمب‬ٚ ‫ِ غ ِشاػبح ػ بداد رم‬
.‫زمذار‬ ِ ٗ@
‫ٗرؼ‬ٚ‫زمذا‬
Introduction :

L'homme est un être social par nature, s'efforçant toujours de vivre au sein
du groupe, et on peut dire qu'une divinité existe pour vivre avec les autres. Cela
est dû au besoin d’autrui de l’individu, qui est l’une des nécessités qui lui
échappent depuis sa naissance, donc il se mêle aux gens, partage leurs activités
avec eux et échange avec eux l’activité, sauf où se situe le problème lorsque ces
relations de toutes sortes surgissent, de sorte que l’individu cherche à réaliser ses
intérêts qui peuvent entrer en conflit avec les intérêts des autres, la jurisprudence
du chaos et des conflits Dans la société, et à partir de là, il fallait mettre en place
un système qui préserve les intérêts de chacun sans discrimination, représenté
par la présence d'une autorité obstructive qui impose le pouvoir et oblige les
gens à respecter les règles imposées pour obtenir la justice.

Le droit peut être défini de manière conventionnelle comme: un ensemble de


règles juridiques qui régissent le comportement des individus et leurs relations
dans la société, ce qui conduit à la réalisation d'un équilibre entre les droits et
libertés des individus et à la réalisation de l'ordre et de la justice, en tenant
compte des coutumes, traditions et croyances de la société.

‫ أوىاع انمصادر‬: ‫انمطهة األول‬

: ‫ المصادر الما ٌٌدة‬: ‫انقاوى ٍوح انفزع األول‬


ً ‫ ف ًه‬،‫تعد المصادر@ الما ٌدة أصل القاعدة القانو ٌنة وجوهرها‬
‫الت ٌتكون منها القانون والمصادر الما ٌدة‬
‫ وٌٌ مكن أن تكون‬،‫التالت مرت بها المجتمعات‬
ً ‫متنوعة؛ فقد تكون القاعدة القانو ٌنة ولٌدة الظروف@ االجتماعٌة‬
‫ أو من قانون‬،‫ كأن تكون مستمدة من قانون آخر كان مطبقا فً المجتمع‬،‫ناتجة عن ظروفً تار ٌٌخة‬
‫الكثٌر من قواعد القانون‬
ٌ ‫ ومثال على ذلك القانون المصري الذي استمد‬،‫أجنبً مطبق@ فً مجتمع آخر‬
‫الفرنسً ومن الشرٌعة اإلسالمٌة وبهذا فإن القانون الفرنسً والشرٌعة اإلسالمٌة من أهم‬
‫ وقد تكون القاعدة القانو ٌنة مستمدة من آراء الفقهاء واجتهادات‬،‫المصادر@ التار ٌخة للقانون المصري‬
.‫المحاكم‬

La première exigence: les types de sources juridiques

La première branche: les ressources matérielles Les sources


physiques sont l'origine et l'essence de la règle juridique, car elles sont les
constituants de la loi et les sources matérielles sont diverses; La règle juridique
peut être le produit des conditions sociales vécues par les sociétés, et elle peut
être le résultat de circonstances historiques, comme si elle était dérivée d'une
autre loi qui était appliquée dans la société, ou d'une loi étrangère appliquée dans
une autre société, et un exemple de ceci est la loi égyptienne qui a dérivé de
nombreuses règles. Droit français et droit islamique.
Ainsi, le droit français et le droit islamique sont parmi les sources historiques les
plus importantes du droit égyptien. La base juridique peut être tirée des opinions
‫‪de juristes et de la jurisprudence des tribunaux.‬‬

‫انفزع انثا ًو ‪ :‬انمصادر انزس ٍمح ‪:‬‬


‫الت تستمد منها القاعدة القانو ٌنة قوتها ال ملزمة وتصبح واجبة التط ٌبٌق‪ ،‬كما أنها‬
‫وهو ًه المصادر ً‬
‫تنظمها@ لسلوك األفراد‪ ،‬والمصادر@ الرسمٌة متنوعة وا لنظر إلٌها باعتبارها‬ ‫تحمل صفة اإللزام فً ٌ‬
‫رسمٌة أو ٌغر رسم ة ٌختلف باختالف البالد والعصور‪ @.‬وتنقسم@ المصادر الرسمٌة إلى‪:‬‬

‫‪ ‬التشريع‪ :‬يعد التشرٌع المصدر األول من مصادر@ القانون‪ ،‬مع أنه لم ٌكن مستخدما ق ٌدما بشكل كبٌر‪،‬‬
‫فقد اعتمدت الشعوب على األعراف‪ ،‬وتبنوها كقواعد قانو ٌنة تنظم كافة األمور@ فً حٌاتهم‪ ،‬وظل‬
‫الحال هكذا حتى جاء التشرٌع‪ ،‬والذي ساهم فً تغ ٌر الع ٌدد من المفاهٌم القانو ٌنة‪.‬‬
‫و ٌفه ال ٌٌمزات اآل ٌتة‪:‬‬
‫‪ ٌ ‬تو رف مكتوبة بطر ةٌق محگمة وواضحة‪ ،‬وٌ قوم@ بذلك أشخاص مختصون؛ بحٌث ال ٌتثٌر القوانن‬
‫أي نزاعات؛ مما ٌؤدي إلى سٌادة األمن بٌن الناس‪.‬‬
‫‪ ٌ ‬طبق القانون على جمٌع أفراد المجتمع دون تفرٌق‪ :‬مما ٌحقق وحدة القانون فً الدولة‬
‫‪ ٌ ‬ستغرق@ إعداد قواعد التشرٌع أو تع ٌٌدلها وقت ق ٌٌ‬
‫صرا‪ ،‬وبما ٌتناسب مع اح ٌتاجات المجتمع‪.‬‬
‫ولذلك فإن التشرٌع يعد مصدرا@ سرٌعا للقانون‬
‫وللتشرٌع أنواع مختلفة فً درجتها وقو@ تها فٌحتل التشرٌع األساسً ‪ ،‬أو ما ٌس مى الدستور@ المرتبة‬
‫األولى‪ ،‬لٌه التشرٌع العادي ثم التشرٌع الفرعً ‪ .‬والتش ٌرع@ األساسً هو عبارة عن مجموع@ من‬
‫الت تبٌن نظام الحكم فً الدولة‪ ،‬وٌ تناول حقوق األفراد وحرٌاتهم‪ @،‬وتحدد@ عالقة السلطة‬ ‫القواعد القانو ٌنة ً‬
‫الشرٌعة ب ٌٌغرها من السلطات‪ ،‬أما التشرٌع العادي فهو@ عبارة عن مجموع@ ة من القواعد القانو ٌنة ً‬
‫الت‬
‫الت تتعلق‬ ‫تضعها السلطة التشر عٌة ففً حدود اختصاصها المبٌن فً الدستور‪ @،‬وٌ شمل جمٌع المدونات ً‬
‫بفرع معٌن من القانون‪ ،‬مثل قانون المحاماة و ٌٌغرها من القوا ٌنن األخرى‪ ،‬وٌ طلق على التشرٌع العادي لفظ‬
‫أت بالمرتبة الثا ٌنة‪ .‬أما التشرٌع الفرعً فهو التشرٌع الذي تصدره السلطة التنف ٌذة فً ظروف‬ ‫القانون‪ ،‬و ً‬
‫ػاٌ قٍؾخ اٌ ؼبِخ‪ ،‬ػػٓ هش‪٠‬ك‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫ٌ‬
‫معٌنة ‪ ،‬من أجل تنظم@ تط ٌبق@ التشرٌع اٌ ؼبداٌؼ ‪ٞ‬بد ٌٍّؾ بفظ ّخؾبفظخ ٍ‬
‫ٌ‬ ‫‪ٛ‬‬
‫‪ٚ‬ؼؼ ٕرظ‪١ّ١‬خ‪@ٌ ٌٚٚ ،‬ائ ‪ٛ‬ؼائؼ مجو‪ ،‬اغذ‪٠‬ش ثبٌٌزوش ْأ‬ ‫ػؽ ًى ‪ٛ‬ائؼ ٕرف‪١‬ز‪٠‬خ‪ٛ ،‬ائ ‪ٌ ٌٚ ٛ‬ـائ‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬‫إفذاس ‪ٛ‬ائؼ ‪ٚ‬أ لشاساد ٍ‬
‫ث إ ‪ٙ‬ب‬ ‫األف ‪١‬خ‪ً ،‬‬ ‫ٍ‬ ‫ؾ ا ٍغطخ اٌزؾش‪٠‬ؼ‪١‬خ‬ ‫ؼؼ ْأأ ر ً‬
‫ؾ ً‬ ‫‪ٕٟ‬‬ ‫إفذاس ا ٍغطخ اٌ ٕزف‪١‬ز‪٠‬خ ‪ٖ@ٌٌٖ ٙ‬ز ٖز اٌ ‪ٛ‬ائؼ ال‪٠‬‬
‫ْ‪@cٛ‬‬
‫رىر‪ٛ‬ى‬
‫ٌ‪ٙٚ‬‬
‫‪ٙ‬ز‪ٚ‬ا@ٌزا ع ُع‪٠‬ذ‬ ‫األف ‪١‬خ‬
‫ٍ‬ ‫اعزضبئ‪١‬خ ِغ ثمبء اي طٌطخ اٌزؾش‪٠‬ؼ‪١‬خ‬ ‫ٕ‬ ‫فإفذاس اٌمشاساد@ ثقف ‪ٟ‬ز‬ ‫ِ خزقخ ‪ٟ‬‬
‫ٌ‬
‫ف ٖز ا ؾبٌخ ثبيططخ اٌزؾش‪٠‬ؼ‪١‬خ اٌفشػ‪١‬خ؛ ٌّ ٍز ّز‪١١‬ض ث‪ٙ ١‬ب ‪ٚ‬ثٓ‪ ١‬ايططخ‬ ‫ٌ‬ ‫ايطٌطخ اٌ ٕزف‪١‬ز‪٠‬خ ‪ٟ‬‬
‫األف ‪١‬خ‬ ‫ٍ‬ ‫اٌزؾش‪٠‬ؼ‪١‬خ‬

‫‪ ‬ال ٌٌدن‪ٌ :‬عرف ال ٌدن باعتباره مصدر ا أص ًل ا من مصادر القانون‪ ،‬وٌ عبر عن القواعد الد نال ٌد ٌن ٌةة‬
‫الت تنظم عالقة الفرد بربه‪ ،‬وعالقة األفراد@ ب ٌٌغرهم‪ ،‬ومن ٌخالفها له جزاء د ٌنوي‪ ،‬أما القواعد‬
‫السماوٌ ة ً‬
‫ٌ‬
‫الت ٌكون فٌها الجزاء اأخروي@ فال تدخل فً نطاق القانون‪ ،‬ومن الج ٌدر بالذكر أن ال ٌدن فً البالد‬ ‫ً‬
‫الغربٌة لم ٌتض من قواعد تنظم@ حٌاة األفراد؛ فعمل رجال الك ٌنسة على سن قواعد مختصة بالزواج‪،‬‬
‫صة‪ ،‬وظل للقانون الكنسي هو‬ ‫والطالق‪ ،‬والمٌراث‪ ،‬وكل ما له عالقة بقواعد األحوال الشخ ٌٌ‬
‫المصدر الرس ًم للقانون فً عهود طوٌ ٌةل‪ ،‬إلى أن ضعفت سلطة الك ٌنسة عند فصلها عن الدولة‪،‬‬
‫فتحول@ القانون الكنسي من مصدر رسم إلى مصدر تار ًخ لمجموعة القواعد القانو ٌنة المتصلة‬
‫باألحوال الشخصٌة لألفراد وباألخص ما ٌتعلق بأمور الزواج‪.‬و من الج ٌٌدر بالذكر@ أن القانون الكنسي‬
‫ظل فً البالد الشرقٌة حتى ٌومنا هذا المصدر الرس ًم فٌما ٌتعلق باألحوال الشخصٌة للمس حللم ٌس ٌٌح ٌنن‪ ،‬أ‬
‫ من زواج‬،‫الروابط@ االجتماعٌة لألفراد‬، ‫ما ال ٌدن اإلسال ًم فتناول@ إلى جانب أمور العقٌدة واألخالق‬
.‫ و ٌٌغر ذلك من األمور‬،‫صة‬
ٌٌ ‫ وو‬،‫ ومٌراث‬،‫وطالق‬
La deuxième branche: les sources officielles :
Ce sont les sources à partir desquelles la règle juridique tire sa force
contraignante et devient exécutoire. Elle a également la capacité de le
contraindre pour réglementer le comportement des individus, et les sources
officielles sont variées et considérées comme officielles ou non officielles, qui
varient selon les pays et les époques. Les sources officielles sont divisées en:
 Législation: la législation est la première source de droit, bien qu'elle n'ait
pas été largement utilisée dans le passé. Les peuples ont adopté des coutumes
et les ont adoptées en tant que règles juridiques qui régissent toutes les
questions de leur vie, et la situation est restée ainsi jusqu'à l'adoption de la
législation, ce qui a contribué à changer de nombreux concepts juridiques .
Et il a les caractéristiques suivantes:
 Il est fourni de manière claire et fermée, et cela est fait par des personnes
compétentes; Pour que les lois "ne provoquent aucune dispute, ce qui
conduit à la règle de la sécurité parmi le peuple.
 La loi est appliquée à tous les membres de la société sans différenciation:
cela réalise l'unité du droit dans l'État.
 La préparation ou la modification des règles législatives prend peu de
temps et en proportion des besoins de la société. Par conséquent, la
législation est une source rapide de droit.
La législation a différents types dans son degré et son pouvoir, de sorte que
la législation fondamentale, ou la soi-disant constitution, occupe la première
place, suivie de la législation ordinaire et ensuite de la législation subsidiaire. La
législation de base est un ensemble de règles juridiques qui définissent le
système de gouvernement de l’État, traitent des droits et libertés des individus et
définissent les relations de l’autorité de la charia avec d’autres autorités. Quant à
la législation ordinaire, elle est un ensemble de règles juridiques fixées par
l’autorité législative dans les limites de sa compétence énoncée dans la
Constitution, Il comprend tous les codes liés à une branche spécifique du droit,
comme la loi sur le plaidoyer et d'autres lois, et la législation ordinaire est
appelée le mot loi et vient en second lieu. Quant à la législation subsidiaire, c'est
la législation émise par le pouvoir exécutif dans certaines circonstances, afin de
réglementer l'application de la législation ordinaire pour préserver L'intérêt
public, en édictant des règlements ou des décisions sous forme de règlements
exécutifs, de règlements et de règlements de contrôle, et il convient de noter que
la publication de ces règlements par le pouvoir exécutif ne signifie pas qu'il
remplace l'autorité législative d'origine, mais plutôt qu'il est compétent pour
rendre des décisions à titre exceptionnel pendant que le pouvoir législatif
demeure C'est pourquoi, dans ce cas, l'autorité exécutive a été appelée la
législature subsidiaire. Faire la distinction entre elle et l'autorité législative
d'origine.
 Religion: La religion est définie comme une source première de loi, et elle
exprime les règles religieuses divines qui régissent la relation de l'individu
avec son Seigneur, et la relation des individus avec les autres, et quiconque
les viole a une sanction mondaine, car les règles dans lesquelles la punition
est une vie après la mort ne relèvent pas du champ d'application de la loi, et il
convient de noter que La religion dans les pays occidentaux ne contenait pas
de règles régissant la vie des individus. Les hommes de l'Église ont travaillé
pour édicter des règles relatives au mariage, au divorce, à l'héritage et à tout
ce qui concerne les règles du statut personnel, et le droit canon est resté la
source officielle du droit dans de longues alliances, jusqu'à ce que l'autorité
de l'Église s'affaiblisse lors de sa séparation de l'État. Il s'agit d'une histoire
de l'ensemble des règles juridiques relatives au statut personnel des individus,
en particulier en matière de mariage. Il convient de noter que le droit
canonique est resté à ce jour dans les pays de l'Est la source officielle
concernant le statut personnel des chrétiens, tandis que la religion islamique
traite, en plus des questions de croyance et de moralité, des liens sociaux des
individus, Du mariage et du divorce, de l'héritage, des testaments et d'autres
questions.

: ‫اطح‬
ٍ ‫ت‬ٍ ‫ انمصادر االح‬: ‫انفزع انثانث‬
ٌ ‫المصادر االحت‬
:‫اطة تنقسم إلى‬
،‫التالت اعتاد الناس على اتباعها بطرٌقة مع ٌةن‬
ً ‫ وٌٌ مكن تعرٌفه بأنه مجموعة من القواعد‬:‫العرف‬ •
‫مع اعتقادهم أنه ملزم قانونً ا ومن ٌخالفه ٌستوجب الجزاء علٌه فقد كان العرف المصدر الرئ سً للقانون‬
‫ كما أن أهمٌة العرف‬،‫ واحتل مكانة كبٌرة فً المناطق النا ٌئة وعند البدو بشكل خاص‬،‫منذ العصور الق ٌٌدمة‬
‫ فقد دخل العرف لٌٌشكل جزءا كبٌرا من‬،‫تكمن فً المجتمعات المتةمن مثل الدول األنجلوسكسو ٌنة‬
‫ لم ٌستطع العرف‬،‫ لكن فً بعض الدول األخرى؛ وبسبب التطور المجتمعات واتساعها‬.‫التشرٌعات‬
‫ مما أدى إلى تغ ٌر بعض األعراف وإضافة أعراف تساٌٌر تحظر‬:‫مجاراة تنوع العالقات فً الدولة‬
ٌ ‫ إلى جانب العرف الذي ٌعتبر مصدر رسمٌا احت‬،‫ مع بقاء التشرٌع كمصدر رئ سً للقانون‬،‫المجتمع‬
‫اطا‬
.‫تختلف درجة تر ٌتبه من دول إلى أخرى‬
ً‫وللعرف ركنان؛ ركن مادي ٌتمثل فً اتباع وتكرار السلوك بطرٌقة معٌنة وبشكل منتظم دون انقطاع ف‬
‫ وركن معنوي ٌتمثل ففً احترام األفراد@ للسلوك‬،‫ مع مضً زمن كاف الستقراره‬،‫جمٌع المجاالت المشابهة‬
‫هذں الرك ٌنن فإن العرف ٌصبح قاعدة‬ ٌ ‫ وبتوافر‬،‫اأدبي‬ ‫وعدم همخالفت العتقادهم بأنه ملزم لهم‬
ٌ
‫ وٌ ختلق أثر‬.‫ أو التنف ذة‬،‫قانو ٌنة عرفت ملزمة لألفراد دون الحاجة إلى وضعه من قبل السلطة التشر عٌة‬
@‫ ففً القانون الجنائً ٌتم استبعاد‬،‫العرف باعتباره مصدرا@ من مصادر@ القانون باختالف فروع@ القانون‬
‫العرف كمصدر للقانون؛ وذلك ألن التشرٌع هو مصدر القانون بناء على قاعدة ال جرٌمة وال عقوبة إال‬
‫بنص‬
‫اطة من مصادر‬ ٌ ‫ إن مبادئ الشرٌعة اإلسالمٌة تعد مصدرا احت‬:‫ • مثادئ انش ٌٌزؼح اإلسال ٍمح‬.
‫ ومبادئ الشرٌعة اإلسالمٌة باعتبارها مصدرا احت‬،‫ وٌ جب التفرٌق بٌن دالٌٌن باعتباره مصدرا أسا ٌٌسا‬،‫القانون‬
‫ وذلك ألن أحكام مبادئ@ الشرٌعة اإلسالمٌة تطبق@ على الجمٌع سواء كانوا مسلمٌن أو ٌٌغر‬،‫اط ا‬
ً ‫ على عكس أحكام ال ٌدن‬،‫ وفً ٌغر المسائل الخاصة باألحوال الشخصٌة لألفراد‬،‫مسلمٌن‬
ً‫الت تطبق ف‬
ٌ
.‫مسائل مع ةٌن فقط ومتعلقة بتنظم األسرة‬
‫ و مٌت‬،‫ وتعد المصدر@ األ ٌٌخر لمصادر@ القانون‬:‫ؼوقىاػذ انؼذانح‬ ً ‫ث‬ٍ ‫مثادئ انقاوىن انط‬ •
‫ وكمثال على ذلك ما‬،‫غط حاالت معٌنة‬ ً ‫الرجوع إلٌها فً المحاكم عندما ال ٌكون هناك نص فً القانون‬
‫ فلجأت المحاكم إلى القانون الطب‬،‫قررته المحاكم لحماٌة الملكةي األدبٌة والف ٌنة دون وجود@ نص ٌدعم ذلك‬
ٌ
‫وٌٌ حكم‬، ‫ بان ٌقوم@ القاضً باالجتهاد@ رأ ٌه؛ حتى ٌتمكن من البت فً النزاع المعروض علٌٌه‬،‫عً وقواعد العدالة‬
@.‫فً النزاع بناء على مبادئ العدل واإلنصاف‬

Section trois: Ressources de réserve:

Les sources de réserve sont divisées en:

• Urf: Il peut être défini comme un ensemble de règles que les gens ont l'habitude
de suivre d'une certaine manière, avec leur conviction qu'il est juridiquement
contraignant et quiconque la viole mérite d'être puni pour cela, car la coutume a
été la principale source du droit depuis l'Antiquité, et elle occupait une grande
position dans les régions éloignées et parmi les Bédouins en particulier, et
l'importance de La coutume réside dans les sociétés en herbe comme les pays
anglo-saxons, car la coutume est entrée dans une grande partie de la législation.
Mais dans certains autres pays; En raison du développement et de l'expansion des
sociétés, la coutume n'a pas été en mesure de suivre le rythme de la diversité des
relations dans l'État: ce qui a conduit à changer certaines coutumes et à ajouter
des normes conformes à l'interdiction de la société, la législation restant comme
principale source de droit, en plus de la coutume, considérée comme une source
officielle de réserve, dont le degré varie d'un pays à l'autre.

Et la coutume a deux piliers: Un pilier matériel représenté dans le suivi et


la répétition d'un comportement d'une certaine manière et régulièrement sans
interruption dans tous les domaines similaires, avec un temps suffisant pour sa
stabilité, et un pilier moral représenté chez les individus respectant le
comportement et ne le contredisant pas avec leur conviction qu'il est moralement
contraignant pour eux, et avec ces deux piliers, la coutume devient une règle
juridique connue pour être contraignante pour les individus Sans qu'il soit
nécessaire qu'elle soit fixée par le pouvoir législatif ou exécutif. L'effet de la
coutume est fabriqué en tant que source de droit dans les diverses branches du
droit. En droit pénal, la coutume est exclue en tant que source de droit. En effet,
la législation est la source de la loi basée sur le principe qu'il n'y a pas de crime
et pas de peine sauf par un texte.

• Les principes de la loi islamique: Les principes de la loi islamique sont


considérés comme une source de réserve de la loi, et il est nécessaire de faire la
différence entre la religion en tant que source de base et les principes de la loi
islamique en tant que source de réserve, car les dispositions des principes de la
loi islamique s'appliquent à tous, qu'ils soient musulmans ou non musulmans, et
dans d'autres domaines. Concernant le statut personnel des individus,
contrairement aux dispositions de la religion qui ne s'appliquent qu'à certaines
questions liées à la planification familiale.
• Principes de droit naturel et règles de justice: ils sont considérés comme la
dernière source des sources du droit et ils sont renvoyés devant les tribunaux
lorsqu'il n'y a pas de texte dans la loi couvrant des cas spécifiques. Un exemple
de cela est ce que les tribunaux ont décidé de protéger la propriété littéraire et
artistique sans texte à l'appui, les tribunaux ont donc eu recours au droit naturel
Et les règles de justice, pour que le juge donne son avis. Pour qu'il puisse
trancher le différend qui lui est soumis et trancher le différend sur la base des
principes de justice et d'équité.
‫انمصادر انتفس ٌٌزح‬: ‫انفزع انزاتغ‬
:
،‫خ‬١‫مب‬ ٔٔٛ ٌ ‫ماػ ذ اٌ مبا‬ٛ ٌ‫ؼؼـ ا‬ ‫م‬ٛ ‫رم‬ٛ ‫ر‬ٚ ‫ز رؾشػ‬ٟ ٌ‫ب اٌ ّشاعغ ا‬ٙ ٔ‫خ ثأ‬٠‫ش‬١‫رؼشف@ اٌ ّقبدس اٌزفغ‬
ٌ‫ ٓ ا‬ِٚ@ِ ٚ،‫ضخ‬ ِ َ ‫لح‬ٛ ٌ ٗ ‫ى‬ٛ‫رىر‬ @cْٛ ‫ش ْأ‬١‫خ ِٓ غ‬١ ‫قبدسب اٌ ش ّع‬ ٘ ِٓ ‫ماػذ ايِغ ّزذح‬ٛ ٌ‫مخ ا‬١‫ف ؽم‬ٙ @^ُٙ ‫ف‬ٙ ٌ‫إ‬ٝ ٌ‫ إ‬ٟ‫ شػد اٌ مبم‬٠‫َا‬
:‫خ‬٠‫ش‬١‫ّقبدس اٌزفغ‬
،‫خ‬١ ‫ٍؼ‬ٍّ ‫ؼ ّـ‬ ٌ ‫ٔب ثبعزخذاَ اٌطشق اٌ ٍا‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫فمبء اٌ مبا‬ٙ ‫جطب‬ ٙ ‫غز‬٠ ‫خ اٌ ز‬١‫مب‬
ٟ ٔٔٛ ٌ ‫ساء اٌ مبا‬٢‫ ا‬ٛ٘ٚ :‫انفقه‬ •
ْ‫خ وب‬١‫ب‬ ٔ ‫ش‬ٚ@ِِٚ ٌ ‫قس اٌ ش با‬ٛ ‫فاٌ ؼ‬ ٟ ‫أ ٔمـ ْإ اٌ ٗفم‬ٚ ‫ت‬١‫ٔب ِٓ ػ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫ؾة اٌ مبا‬ٛ ٠‫ ؼِب‬١@‫مم‬ٛ ‫ز‬ٛ ‫ىب ٌز‬ َ ‫ث ٕبلؾخ األؽىباألؽ‬ ّ
‫لزب ا ٌؾبمش ف ػذ اٌ ٗفم ِقذس‬ ٕ ‫ف‬ c@ْٔٛ ٌ ‫لح اٌ مبا‬ٛ ‫فمبء‬ٙ ٌ‫ ساء ا‬٢‫ش أفجؾذ‬١‫ ؽ‬،‫ضخ‬
ٟ ‫ أَ ا‬،‫ٔب‬ٛ‫م‬ ِ َ ‫خ‬١‫لبلب‬ٔٔٛ @‫ِقذسا‬
٠‫ غزشؽذ ٗث ػ ِذب‬٠‫ ْأ‬ٟ‫ممبم‬ٌٟ ٌٍٟ‫ ى ّٓى مب ٍـ‬٠‫ ّوب‬،‫غ‬٠‫ غزشؽذ ٗث ايَػسع ػ ِذب مغ ايدؽش‬٠‫ش ا‬١‫رفغ‬
ِ ٗ ‫قذس أؽىبِأؽى‬
.‫ب‬
‫قف‬ ً ‫ب فقًٌٍف‬١ٙ‫ػ‬ ٍ ‫شمخ‬ٚ ‫ب اٌ ؼ‬٠‫فاٌمنب‬ ٟ ‫ز دفذس٘ ب اٌ ؾب ُو‬ٟ ٌ‫ىب ا‬ َ ‫ػخ ِٓ األؽ‬ٛ ‫غ‬ ّ ٛ٘ :‫انقضاء‬ •
‫ب ال ر ّززغ‬ٙ ‫ إال أ‬،‫ضخ‬٠ ‫ ا ٌؾذ‬١ٓ‫مٔا‬ٛ ٌ‫أغت اٌ م اا‬ ٍ ‫ف‬ ٟ ‫ش ا‬١‫خ ِقذسح رفغ‬١‫االعزبداد اٌمنبئ‬ ٙ @‫رؼزجش‬ٚ ،‫ب‬١ٙ
ٔٛ ‫ ٍغ‬ٛ ٔ‫غ عىغاأل‬ ٚ ٟ ‫ ّب‬١‫ ث‬،‫ب‬ٙ ‫ب اٌ ز فذسد ثؾأ‬٠‫ي ضخ إال ثبٌ ٕغجخ ٍمنب‬
‫ دػذ ا‬،‫خ‬١‫عىغ‬ ٍ ٔ‫فا ذي األ‬ ٟ ِ َ ‫مح ا‬ٛ ٌ‫ثب‬
‫خ‬١@‫غاثك اٌفنبئ‬ٛ
.‫ضخ‬ ِ ‫اي‬ َ ‫مح‬ٛ ٌ‫ز ر ّززغ ثب‬ٟ ٌ‫ ا‬،‫ٔب‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌٍ‫خ مب‬١ ‫ِٓ اٌ ّقبدس ا ش ّع‬

La quatrième branche: les sources interprétatives:

Les sources interprétatives sont appelées les références qui expliquent et


clarifient les règles juridiques, qui guident le juge à comprendre la véracité des
règles dérivées de leurs sources officielles sans avoir force obligatoire, et des
sources interprétatives:
• Jurisprudence: ce sont les avis juridiques que les juristes légistes élaborent en
utilisant des méthodes scientifiques, en discutant les décisions pour clarifier le
défaut ou la carence de la loi.La jurisprudence à l'époque romaine était une
‫‪source juridique contraignante, les opinions des juristes étant devenues force de‬‬
‫‪loi. Il est utilisé par le législateur lors de la rédaction de la législation et le juge‬‬
‫‪peut également le guider lors de la prise de ses décisions.‬‬
‫‪• Le pouvoir judiciaire: il s'agit d'un ensemble de jugements rendus par les‬‬
‫‪tribunaux dans les affaires qui leur sont soumises pour jugement, et la‬‬
‫‪jurisprudence est considérée comme une source explicative dans la plupart des‬‬
‫‪lois modernes, mais elle n'a pas de force contraignante sauf pour les affaires‬‬
‫‪rendues à son égard, tandis que dans les pays anglo-saxons, les précédents‬‬
‫‪spatiaux sont considérés comme des sources officielles Pour la loi, qui a force‬‬
‫‪obligatoire.‬‬

‫انمطهة انثا ًو ‪ :‬س ٌٌزان انقاػذج انقاوى ٍوح ‪:‬‬

‫انفزع األول ‪ :‬تطثٍق انقاوىن مه ٍحث األشخاص ‪:‬‬


‫ػ ٍ‪ٝ‬‬
‫ػ‬ ‫رىر‪ٛ‬ى خطبثب ‪ٙ@ِِٙٛ‬عع‪ ٙ‬ب‪ ٙ‬ب إٌ ‪ٝ‬إٌ عبئش اٌ ٕبط ا ّخبهجٓ‪ٙ ١‬ثب رطجك ٍ‬ ‫ْ‪@cٛ‬‬ ‫مب‪١‬خ فئ ‪ٙ‬ب‬ ‫ػ ِذب رقذس امبػ ذح اٌ مبا ٌ ‪ٔٔٛ‬‬
‫ٌ‬
‫ؼ‪ٛ‬ا ‪ٙ‬ثب ألٔ ‪ٙ‬ب لبػذح ِغشدح ػ ‪ٚ‬بِػبِ ِخخ ‪ٚ‬ال‪ٛ ٠‬غص االػزذاء ‪ٙ‬ثغث ً‪ٙ@ًٙ‬غ اٌ‬ ‫ػ ‪ٍّ ٛ ٛ‬اّـا ‪ٚ ٙ‬‬
‫ٍػ ثب أأ ٌُ‪ٍ ٠‬‬ ‫غ ‪١‬غ ‪ٛ‬عاء ٍ‬ ‫اٌ ّ‬
‫ٌم‪ٔٛ‬ب ٌ‪١‬ظ ػزسا ؽغت اٌمبػذح اٌ مبئٍخ ال‪٠‬‬ ‫‪ٙ‬غ ثبٌ مبثب ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ال اٌ ‪ٙ‬غا ٌ ً‪ً@ٙ‬‬ ‫ى اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب ْ‬ ‫شةشة ِٓ ؽ ُ‬ ‫م‪ٔٛ‬ب ‪ٛ‬وعٍ‪١‬خ ٌٍ‪ٙ@ٌٍٙ‬ز ‪ٙ‬ز ‪ٙ‬‬ ‫مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫االعزضبءاد اٌ ‪ٟ‬ز رشد ٍ‬
‫ػ‬ ‫ٕ‬ ‫م‪ٔٛ‬ب ؽ ‪ٝ‬ز ال رؼر ُؼاٌ ف ‪ٝ‬م فّب ٘‪ ٛ‬نِّ ْ‪ّٛc@ٛ‬ن ٖز اٌمبػذح ؟؟‪ِ ٚ‬ب ٘ ـ‪ٟ٘‬‬ ‫ث‪ٙ‬غ مبٌٍ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ؼزس اؽذ ‪ٙ‬ثغ ٍ‪@ٍٗٙ‬‬
‫‪١ٙ‬ب ؟‬
‫ٌ‬
‫مب‪١‬خ ثقشف اٌ ٕظش‬ ‫‪ ‬مضمىن مثذآ ػذو جىاس االػتذار انجهم تانقاوىن ‪ :‬إرا ‪ٚ‬عذد امبػ ذح اٌ مبا ٌ ‪ٔٔٛ‬‬
‫ال ‪١‬خ ‪ٚ‬أأ ِجبدا اٌ ؼذاٌخ‬ ‫‪ٙ‬ف )اإلع ِ‬ ‫‪,‬أأ ِجبدا ا ٌؾش‪٠‬ؼ خ ‪ٙ‬ف ـ ‪ٟٙ‬‬ ‫ػٓ قذس٘ ب ‪ٛ‬عاء و ٔبذ رؾش‪٠‬غ ‪ٚ ,‬أأ ػشف ‪ٚ‬‬
‫ض ِخخ ُ‪@^ٌٙٙ‬‬ ‫ػوبفخ ا ّخبهجٓ‪ ١‬ثئؽىب ‪ٙ‬ب ‪ٚ‬رقجؼ ٍِ@ٍِ‬
‫ِِض ِ‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫‪ٞ‬‬
‫رغشرغش ٍ‬ ‫ؼ‬‫م‪ٔٛ‬ب اطج‪ٟ ١‬‬
‫اٌ مب‪ ٚ‬ا ٌ ْ‪ٌ @cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب‪ ٠‬فزشك@‬ ‫ال اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ٌم‪ٔٛ‬ب ْ‬ ‫ف ٍما ٌتؼهق تانتش ٌزغ‪ٚ :‬ال‪ ٠‬ى ّٓى إػفبء اؽ ٘ذاؽ ُ٘@^٘ذ ثؾ غخ ع ٍخ ثبٌ مبثب ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ٍ‬ ‫‪‬‬
‫س ثبٌٌغش‪٠‬ذح اٌ ش ّع ‪١‬خ ة ‪ٚ @َ َٛٛ 30٠‬ثؼذ ٌٌره ال‪ ٠‬م ًج ِٓ ‪ٞ‬أأ اؽذ ْأ‪٠‬‬ ‫ْ‪ٛ‬‬
‫ػوبفخ اٌ ٕبط ثبٌ مبثب ٔ‪@c‬‬ ‫ػ ٍُ‬
‫ٌم‪ٔٛ‬ب ثؼذ فذ ٖ‬ ‫ٍ‬
‫ؼفؼال ث ‪ٛ‬عد اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب‪.‬‬ ‫ؼ ٍُ‬ ‫ىى‪ٍ ٠‬‬
‫‪ٛ‬‬
‫ٌم‪ٔٛ‬ب ؽ ‪ٝ‬ز ٌ‪ٓ ٠ٌُ @ٌ ٚٚ‬‬ ‫ث‪ٙ‬غ ثبٌ مبثب ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ؾزظ ‪ٙ‬ثغ ٍ‪@ٍٗٙ‬‬
‫ف ّم ‪١‬ش اٌ ّغبػخ ‪.‬‬ ‫اعزمشاس ‪ٟ‬‬ ‫ٖ‬ ‫ػاٌ ٕبط ٗث‬ ‫ػ ٍُ‬ ‫‪ ‬انؼزف ‪ :‬ا ‪ٞ‬ز‪ ٠‬فزشك@ ٍ‬
‫ؼ ‪ٛ‬ثماػذ دٕٗ‪.٠‬‬ ‫ْ‬ ‫‪ ‬قىاػذ ٌٌ‬
‫ؼ ٍُ‬ ‫انذه ‪ ِٓ :‬ا ّفزشك@ ٍؾخـ أأ‪ٍ ٠‬‬
‫عع اٌزفى‪١‬ش‪.‬‬ ‫ػذ ًو ؽخـ ػب ًل ثبٌغ ‪ٞٛ‬‬ ‫رىر‪ٛ‬ى ٕ‬ ‫ْ‪@cٛ‬‬ ‫‪ ‬قىاػذ انؼذانح وانقاوىن انطث ًؼ‪ ِٓ :‬ا ّفزشك ْا‬
‫ػ‬‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫االعزضبء اٌ ‪ٛ‬ؽ‪١‬ذ ا ‪ٞ‬ز‪ ٠‬شد ٍ‬ ‫ٕ‬ ‫ػ ْإ‬‫ػ ٍ‪ٝ‬‬‫‪ ‬االستثىاءاخ انتً تزد ػهى انمثذأ ‪٠ :‬زفك اٌ ٗفم ‪ ٚ‬اٌمنبء ٍ‬
‫مبشح اٌ ؼبِخ ‪ٞ‬أ ال رخـ فشد ِؼٓ‪ ١‬اٌ ‪ٟ‬ز‪ ٠‬زؼزس‬ ‫م‪ٔٛ‬ب ٘‪ ٛ‬ؽبٌٌخ ا ‪ٛ‬مح ا ٘‬ ‫ث‪ٙ‬غ مبٌٍ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫ِجذأ ال ‪٠‬ؼزس اؽذ ‪ٙ‬ثغ ٍ‪@ٍٗٙ‬‬
‫مب‪١‬خ ّوب ٘‪ ٛ‬اٌ ؾأْ ثبٌ ٕغجخ ىٌٍى‪ ٛ‬اسس‪ ٛ‬اسس اٌطج‪١‬ؼ‪١‬خ‬ ‫ٌ‬
‫ػاٌ ٕبط ث ‪ٛ‬عد امبػ ذح اٌ مبا ٌ ‪ٔٔٛ‬‬ ‫ػ ٍُ‬ ‫ثغججب ٍ‬ ‫‪ٙ‬‬
‫ؤدؤد إٌ ‪ٝ‬إٌ ػضي‬ ‫‪@ٞ‬‬ ‫األع ‪ٟ‬ج ًو عجت‪٠‬‬ ‫وبٌٌضالصي@ اف‪١‬نبٔبد ‪ٚ‬االمطشاثبد ا ِألا ِٕأل‪١‬خ ‪ٚ‬االؽزالي األع ‪ٟ‬ج ٕ‬
‫ٌ‬
‫ػاٌ ٕبط ‪ ٚ‬ثبٌ‬ ‫ػ َ‪ّٛ ٛ‬ـَ‬ ‫ؤد إٌ ‪ٝ‬إٌ رؼزس ‪ٛ‬في اٌغش‪٠‬ذح اٌ ش ّع ‪١‬خ إٌ ‪ٝ‬إٌ ّ‬ ‫طمخطمخ ِؼٕ‪١‬خ ػٓ ِؾ‪ٙ ١‬طب اٌ خبس ‪ٟ‬ع ّب‪ٞ ٠‬‬ ‫ِٕ ٕ‬
‫ٌم‪ٔٛ‬ب٘ ـ‪ ٟ٘‬اٌغش‪٠‬ذح اٌ ش ّع ‪١‬خ ثبٌ‬ ‫ؼ اٌ ٕبط ثبٌ مبثب ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ٍؼ ُ ٍ‬‫ال اٌ ‪ٛ‬عٍ‪١‬خ اٌ ‪ٛ‬ؽ‪١‬ذح ٌـ ٌٍ‬ ‫‪ٙ‬غ ث ع ٘دب‪ْ .‬‬ ‫باٌ ‪ٙ‬غا ٌ ً‪@ًٙ‬‬ ‫زبٌثبٌز ‪ٌ ٟ‬‬
‫ٍؼثؼذ‪ ٓ ِٚ@ِ ٚ‬اٌغذ‪٠‬ش ثبٌزوش@ ْإإ‬ ‫ٍؼ ُـ ّـ ‪ُٙ ٍّٙ‬‬ ‫ق ٌـ ٌٍ‬ ‫لبلب ‪١‬خ ٌُ ر ً‬ ‫ب‪١‬ظ ِٓ ا ؼذي طبٌجخ األفشاد ثبؽزشاَ@ لبػ ذح ‪ٔٔٛ‬‬
‫ٌ‬ ‫ز ‪ٚ‬بٌثبٌز ‪ٌ ٌ ٟ‬‬
ٛ ٠‫فبفب ال‬ ٌ ٟ ‫رق س‬
. ‫زقس ع ٖد‬ ٔٗ ‫خ ا ّقبدس‬١‫غ أِب ثبٌ ٕغجخ ٌجم‬٠‫فازؾش‬ ٖ ٛ ‫ى‬ٓ ٠‫االعزضبء‬
ٕ ‫٘زا‬

La deuxième exigence: la validité de la règle juridique:

La première branche: appliquer la loi en termes de personnes:

Lorsque la règle légale est émise, c'est un discours adressé à toutes les personnes
auxquelles elle s'adresse, elle s'applique à tous, qu'ils en soient conscients ou non,
car c'est une règle abstraite et générale et il n'est pas permis d'attaquer l'ignorance
de la loi comme moyen de se soustraire à l'état de droit car l'ignorance de la loi
n'est pas une excuse selon la règle selon laquelle personne n'est excusé pour son
ignorance de la loi Pour que le chaos ne prévale pas, quel est le contenu de cette
règle, et quelles en sont les exceptions?

 Le contenu du principe de l'irrecevabilité des excuses, l'ignorance de la


loi: si la règle juridique existe quelle que soit sa source, qu'il s'agisse de
législation, de coutume ou de principes de la charia, alors c'est (l'islamique
ou les principes de justice et de droit naturel qui s'appliquent à tous les
destinataires de ses dispositions et deviennent obligatoires pour eux.
 Concernant la législation: Nul ne peut être excusé sous prétexte d'ignorance de
la loi, car la loi suppose que tout le monde connaît la loi 30 jours après sa
publication au journal officiel, après quoi nul n'est accepté d'invoquer son
ignorance de la loi même s'il ne connaît pas réellement l'existence de la loi.
 Urf: que les personnes sont censées connaître et s'installer dans la conscience
du groupe.
 Les règles de la religion: Une personne est censée connaître les règles de sa
religion.
 Les règles de justice et la loi naturelle: on suppose que toute personne
rationnelle a un esprit normal.
 Exceptions au principe: la jurisprudence et le pouvoir judiciaire conviennent que
la seule exception à un principe selon lequel nul n'est excusé pour son ignorance
de la loi est l'état de force majeure générale, c'est-à-dire qu'il n'appartient pas à
une personne spécifique pour laquelle il est difficile pour les gens de connaître
l'existence de la règle juridique comme c'est le cas pour les catastrophes
naturelles telles que les tremblements de terre et les inondations Et les troubles
sécuritaires, l'occupation étrangère et toutes les raisons qui conduisent à isoler
une certaine zone de son environnement extérieur, ce qui conduit à l'incapacité du
Journal officiel à atteindre le grand public et donc à l'ignorance de son existence,
car le seul moyen pour les gens de connaître la loi est le Journal officiel et il n'est
donc pas juste d'exiger des individus de respecter une règle juridique qui n'a pas
atteint leur connaissance Il convient cependant de noter que cette exception peut
‫‪être envisagée dans la législation et que pour le reste des sources, son existence‬‬
‫‪n'est pas envisagée.‬‬

‫انفزع انثا ًو ‪ :‬تطثٍق انقاوىن مه ٍحث انشمان ‪:‬‬


‫مشكهح تىاسع انقاوىن مه ٍحث انشمان‬
‫خزف‪ ١ٓ٠‬ظّ بْ ٔفظ اٌ غبٌٌخ فأ‪ّ ٠‬ب‪ ٠‬طجك‬ ‫لبلبٓ‪ٍ ١‬‬‫ض‪ٕ ٠‬زظ ػٓ رؼ بلت ‪ٔٔٛ‬‬ ‫ضا ٌ ٓ ِ‬
‫فا ِ‬ ‫ْإ ٕربصع اٌ م ااٌ ‪ٛ‬مٔآ‪ٟ ١‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب اٌغذ‪٠‬ذ ؟‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اٌمذُ‪ٚ ٠‬ا اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬‫اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫ف٘زا اإلهبس ثٓ‪ ١‬صالس فشم‪١‬بد‬ ‫‪ ٠‬غت ْأّٔ ّ@‪١‬ض ‪ٟ‬‬
‫لبلب‪١‬خ رؾذس ‪ٚ‬ر ٕر ٕ‬
‫زظزظ@ وبفخ‬ ‫انفزضح األونى ‪:‬ػ اللبد ‪ٔٔٛ‬‬ ‫ٍ‬ ‫‪.1‬‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اٌمذُ‪ ٠‬ؽ ٖذ٘ ٕ@ ٕٕ٘بب ال‬ ‫ظً اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫أصبسب ‪ٟ‬فإؽىبي فبٌ مبفب ْ‪@cٔٛ‬‬
‫ٌم‪ٔٛ‬ب اٌمذُ‪ ٛ٘ ٠‬ا ‪ٞ‬ز‪ ٠‬ؾى ‪ٙ‬ب ِضبي ‪:‬‬ ‫٘‬
‫فا ٌؾبي‬
‫‪-‬اسرىبة عبئك ع‪١‬بسح خبٌٌفخ ‪ٚ‬شس ‪ٚ‬عذاد اٌ غشاِخ ‪ٟ‬‬
‫ى غ‪١‬ش ً‬
‫لبث‬ ‫‪-‬اسرىبة عشّ‪٠‬خ ‪ٚ‬ر ‪ٛ‬ر ‪ٛ‬لل‪١‬غ ػ ‪ٛ‬مثخ ‪ٚ‬أفجؼ اٌ ؾ ُ‬
‫ؼطؼٓ‬ ‫ط ٌٍ‬
‫ٌ‬ ‫ْ‪ٛ‬‬
‫رزىرز‪ٛ‬ى ثؼذ ‪ٚ‬فذس اٌ مبا ٌ ٔ@‪c‬‬‫ْ‪c@ٛ‬‬
‫ف‬ ‫٘‬
‫آصبسب ‪ٟ‬‬ ‫رغزفز ًو‬
‫ٕ‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اغذ‪٠‬ذ‬ ‫ضح انثا ٍوح ‪ :‬ػ اللبد ‪ٔٔٛ‬‬
‫لبلب‪١‬خ‬ ‫‪ .2‬انفز ٍ‬
‫ٍظ ٍظٗ‬

‫ػ‪١ٙ‬ب ِضبي ‪:‬‬ ‫ضس اٌ ؾ ًى‪ ،‬فبٌ مبفب ْ‪@cٔٛ‬‬


‫ٌم‪ٔٛ‬ب اٌغذ‪٠‬ذ ٘‪ ٛ‬اٌ ‪ٞ‬ز‪ ٠‬طجك ٍ‬ ‫ٕ ‪ٚ٘@ٕٕ٘ٚ‬بب أ‪٠‬نب ال‪ٛ ٠‬‬

‫دخي اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬


‫م‪ٔٛ‬ب اٌغذ‪٠‬ذ ؽ‪١‬ض اٌ‬ ‫ػ ًو ؽخـ اسرىت اٌغشّ‪٠‬خ ثؼذ ‪ٛ‬‬
‫ػ ٍ‪ٝ‬‬
‫‪-‬رؾذ‪٠‬ذ ػ ‪ٛ‬مثخ عشّ‪٠‬خ ِب‪ ،‬فزطجك ٍ‬
‫ٕزف‪١‬ز‬

‫ى ًو ؽش ‪ٙ‬هب آصبس٘ ب‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اٌمذُ‪ٚ ،٠‬ال رغزىّرغز ًّ‬ ‫فظً اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫لبلب‪ ١‬خ ٕرؾأ ‪ٟ‬‬ ‫ضح انثانثح ‪:‬ػ اللبد ‪ٔٔٛ‬‬ ‫‪ .3‬انفز ٍ‬
‫‪ٙ‬ف‪ ٠‬طجك‬ ‫مب‪١‬خ‪ٙ .‬ف ً‪@ًٙ‬‬ ‫لبل‪ٔٛ‬ب عذ‪٠‬ذ‪ ٠‬ؼ ذي ‪ٚ‬أ‪ ٠‬غ ًو ‪ٚ‬أ ثؼل أؽ َ ٌ‬
‫ىب ا ؼ اللخ اٌ مبا ٌ ‪ٔٔٛ‬‬ ‫‪ٟ‬‬ ‫إال ثؼذ ‪ٚ‬فذس ْ‪@cٔٛ‬‬
‫فظً‬ ‫رضط ‪ٟ‬‬ ‫ف ًم ٖ؟‪ .‬وؾخـ ‪ٚ‬‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اٌمذُ‪ ٠‬اٌ ‪ٞ‬ز ٔؾأد ‪ٟ‬‬ ‫رجم خبمؼخ مبٌٍ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اٌغذ‪٠‬ذ ‪،‬أأَ ا ‪ٙ‬ب ‪ٝ‬‬ ‫ػ‪١ٙ‬ب اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ٍ‬
‫‪ٙ‬ف‪ ٠‬ؾك ٗ ٌ ْأ‪٠‬‬ ‫لبل‪ٔٛ‬ب عذ‪٠‬ذ‪ ٠‬غ ًؼاٌطالق ِم‪١‬ذ ثئرثئرْ اٌ مبم‪ٙ ، ٟ‬ف ً‪ً@ٙ‬‬ ‫لبل‪ٔٛ‬ب‪ ٠‬غ ًؼاٌطالق ث‪ٖ ١‬ذ ٘‪ ٛ‬صُ فذس ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫ْ‪@cٔٛ‬‬
‫ػٗ‪ ١‬أ‪ٕ ٠‬زظش إرْ اٌ مبم‪ٟ‬‬
‫ض ٍ ْ‬ ‫فم ٗئ ‪ٛ‬م ٗئ ؟ أأَ‪َ ٠‬‬ ‫رضط@ ‪ٟ‬‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اٌ ‪ٞ‬ز ‪ٚ‬‬ ‫ٍطك د ْ‪ٚ@cٚ‬د ل‪١‬ذ ‪ٚ‬أأ ؽشه ؽغت اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب اٌغذ‪٠‬ذ ؟ ِضبي اخش‪:‬‬ ‫ؽغت اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫ب فذس@د@‬ ‫فجغ ا ٌؾخـ ٘زا ا غا ٌ ٓغ ‪ٚ‬افجؼ س@@اؽذا‪ٚ ،‬ثؼذ ػ َ‬ ‫ب‪ٍ ،‬‬ ‫لبلب‪١‬خ رغ ًؼع ٓع اٌشؽذ ‪ 18‬ػبػ َ‬ ‫_لبػ ذح ‪ٔٔٛ‬‬
‫جم ساؽذا ‪ٚ،‬إرا هجمذ اٌمبػذح اٌغذ‬ ‫لبػذح عذ‪٠‬ذح رغ ًؼع ٓع اٌشؽذ ‪ ،21‬فئرا@ هج ٕمب اٌمبػذح اٌمذّ‪٠‬خ‪ٝ ٠‬‬
‫‪٠‬ذح‪ٛ ٠‬د‬
‫ؼ لبفشا‪.‬‬

‫ؼٓ‪: ١١‬‬ ‫ٌ‬ ‫‪ٙ‬‬


‫ؼ ٕ‬
‫ؾ ِ‬
‫ؾر ّ ً‬
‫ف ٖز امبػذح ر ّ‬

‫س ‪ٚ‬أ ا ّجبؽش مبٌٍ ْ‪c@ٔٛ‬‬


‫م‪ٔٛ‬ب(‪،‬‬ ‫غش ف سا ً ثؼذ ٔفبرح‪ِ ٚ٘ٛ ،‬ب‪ّّٝ@ّٝ ٠‬‬
‫غ )ثبألصش اٌ ف ‪ٞ‬‬ ‫أونهما‪ْ :‬أ اٌ ‪ٔٛ‬‬
‫مبْ ‪ٞ ٠‬‬

‫بر‪ٚ ،‬ال ؽأؽأْ ٗ ٌ ثبٌ ‪ٛ‬لبئغ اٌ‬ ‫ػا ‪ٛ‬لبئغ اٌ ‪ٟ‬ز رؼشك ‪ٚ‬أ رؾذس ٕ‬
‫أصبء ؽ‪ٗ ١‬‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب‪ ٠‬مزقش ٍ‬‫وثا ٍوهما‪ْ :‬أ اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب ب ب ٌٍٍّ‪ّٟ‬ـ ٌم‪ٌٍٟٟ‬م(‪.‬‬ ‫سر ٔبفزاً‪ِ ٚ٘ٛ ،‬ب‪ّّٝ@ّٝ ٠‬‬
‫غ )ثّجذأ ػ َذ سعؼ‪١‬خ اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫‪ٟ‬ز رؾذس ل ًج ف‪١‬ش ٗ‬

‫وهذان انمثذآن ٌشكالن وظ ٌٌزاخ حم تىاسع انقىا ٍوه وهوهً‪:‬‬

‫أوال الً‪ :‬انىظ ٌزح انتق ٍه ٌذح ) مثذأ ػذو رج ٍ‬


‫ؼح انقىا ٍوه( ‪:‬‬
‫ػٍذ ‪ٙ‬ثب ا ٌؾش‪٠‬ؼخ اإلع ِ‬
‫ال ‪١‬خ ِٓ‬ ‫ِ جذأ ػ َذ سعؼ‪١‬خ اٌ ‪ٛ‬م ااٌ ‪ٛ‬مٔآ‪ ٛ٘ ١‬أؽذ اٌ ّجبدا اٌ ‪ٟ‬ز رشعخذ ِٕ ٕزز اٌ م َذ ّ‬
‫ىب ‪ ،‬وب‪٠٢‬خ ا مشآاٌمشآٔ‪١‬خ اٌىشّ‪٠‬خ‪ِ ":‬ب ٕوب ِؼزثٓ‪ ١‬ؽ ‪ٝ‬ز ٔجؼش سع‪ ٛ‬ال"‪ِ ٛ٘ٚ ،‬ب‬ ‫خالي ا ٌؼذ ‪٠‬ذ ِٓ األؽ َ‬
‫م‪ٔٛ‬ب‬ ‫ف اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫فدعبر‪٘ ١‬شب ‪ٛ‬ل ‪ٚ‬أا‪ٛ‬ل ‪ٙ ١‬ب‪ٚ .‬لذ ُر اٌ ٕـ ٍ‬
‫ػ‪١ٙ‬ب ‪ٟ‬‬ ‫ػٗ‪ ١‬ا ٌؼذ ‪٠‬ذ ِٓ اٌزؾش‪٠‬ؼبد ا ٌؾذ‪٠‬ضخ ‪ٟ‬‬ ‫عبسد ٍ‬
‫فش ‪ٟ‬غ‬ ‫اٌ ٔ‬
‫ػاٌزفشلخ ثٓ‪ ١‬ا ٌؾك اٌ ّىزغت ِغشد‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬‫رمر @َ‪َٛ ٛ‬م ٖز اٌ ٕظش‪٠‬خ ٍ‬‫‪ ٚ‬عبدد ‪ٛ‬هاي فزشح اٌ مشْ اٌزبعغ ػؾش‪ٚ ،‬‬
‫اِأل@ً‪.‬‬
‫األ ًِ‬ ‫ِ‬

‫ثشمب )ِغشد اًِ‪٢‬‬


‫ٖ‬ ‫ػإال‬‫ف ِر ٗ ِر اٌؾخـ ثقفخ ب ‪ٙ‬ئ‪ٟٔ‬بئ‪ٟ‬ح ‪ٚ‬ال‪ ٠‬ى ّٓى ض ٗ‬ ‫”انحق انمكتسة ‪ ٛ٘ :‬اٌ ‪ٞ‬ز د ًخ ‪ٟ‬‬
‫فوغت ؽــك ِب ‪ ،‬ل@@ذ‬ ‫ٍــػؽــك ِى@@زغت( ‪ٚ‬أأ ٘‪ ٛ‬أِ ٕأِ ‪١‬خ ‪ٟ‬‬
‫فا ؾ ‪ٛ‬قي ػ ٍ ‪ٝ‬‬ ‫ى‪ٛ‬ى فٗ‪ ١‬اٌؾخـ ِٕزظشٕازظش@@ا آِال ‪ٟ‬‬ ‫٘‪@cْٛ ٠ ٛ‬‬
‫فانحق انمكتسة عت ػذػ َذ ا ّغبط ثب ؾ ‪ٛ‬مق ا ٌ‪ٌ ٟ‬ـ‪ٟ‬ز ‪ٟ‬ز د ٍخذ ِرخ اٌؾخـ ‪ٙ‬بئ‪١‬ب ‪ٟ‬‬
‫ف‬ ‫رزؾمك ‪ٚ‬لذ ال رزؾمك‪ٟ @.‬‬
‫ؼ‪ٌٓٚٚ .‬ىٌٓ@ ٓى‪ٛ ٠‬غص مبٌٍ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب‬ ‫مبْ ا غذ‪٠‬ذ ثب ؾك اٌ ى@زغت إال وبْ عبس@‪٠‬بً ثأص@ش س@ع ‪ٟ‬‬ ‫لبْ لذُ‪، ٠‬فال‪ ٠‬ظ اٌ ‪ٔٛ‬‬‫ًم ‪ٔٛ‬‬

‫ثبِألً@‪ ،‬استثىاءاخ ػهى‬ ‫أل ًِ‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬


‫ـػرٌه إال ِغش@@د ا ّغب@@ط ثب ِ‬ ‫ٍـ‬ ‫ـػاٌ ب ‪ٟ‬ماٌّبم‪ ٟ‬إرا ٌُ‪ ٠‬زش@@رت‬
‫ػ ٍ‪ٝ‬‬
‫ٍـ‬ ‫اٌغذ‪٠‬ذ ْأ‪ٞ ٠‬‬
‫غش‬
‫هذا انمثذأ‪.:‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب اٌغذ‬ ‫برطج‪١‬ك اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫‪ٚ‬‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫‪٠‬شش أفؾبة ز اٌ ٕظش‪٠‬خ‪ ،‬أ ٗأٔ‪ ٠‬ى ّٓى اٌ ‪ٚ‬‬
‫ػ٘زا ا ّجذأ‪ ،‬ثبٌ زبٌثبٌز ‪ٌ ٟ‬‬ ‫خشط ٍ‬ ‫ٖ‬ ‫‪ٜ‬‬
‫ٌ‬
‫فثؼل ا ؾبالد ٘‪ ٚ‬ـ‪:ٟ٘ٚ‬‬ ‫ؼ ‪ٟ‬‬
‫‪٠‬ذ ثأصش سع ‪ٟ‬‬

‫ى‪ٛ‬ى ٌٌره ‪ٟ‬‬


‫فرؾش‪٠‬غ ػ ‪ٞ‬بد فبدس‬ ‫ؼ‪@cْٛ ٠ٚ ،‬‬ ‫ػرطج‪١‬ك اٌ مبا ٌ ْ‪ٌ @cٔٛ‬‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫‪-1‬إرا ٔـ اٌ ّؾشع فشاؽخ ٍ‬
‫م‪ٔٛ‬ب اغذ‪٠‬ذ ثأصش سع ‪ٟ‬‬
‫ِٓ ا ٍغطخ اٌزؾش‪٠‬ؼ‪١‬خ‪١@ٌ ٌٚٚ ،‬ظ ثالئؾخ‪.‬‬

‫ٌٍّ‪ٙ@ٌٍٙ‬ز ُ‪ٙ@^ٙ‬ز‪ .‬إرا و ٔبذ ر ‪ٟ‬غ ‪ٚ‬أ رخفف ػ ‪ٛ‬مثخ‬ ‫رىر‪ٛ‬ى اٌ ‪ٛ‬م ااٌ ‪ٛ‬مٔآ‪ ١‬اٌغذ‪٠‬ذح أفٍؼ‬
‫ْ‪@cٛ‬‬ ‫ف اٌ ‪ٛ‬قؿ ا ٕغبئ‪١‬خ‪ ،‬ثؾشه ْأ‬
‫‪ٟ -2‬‬
‫فاٌمن‪١‬خ‬‫ؼطؼٓ ‪ٟ‬‬ ‫ى ب ‪ٙ‬ئ‪ٟٔ‬ب ‪ٟ‬ئغ‪١‬ش ً‬
‫لبث ط ٌ ٍ‬ ‫لبل‪ٔٛ‬ب لذُ‪ .٠‬ثؾشه ْا ال‪@cْٛ ٠‬‬
‫ى‪ٛ‬ى لذ فذس ؽ ُ‬ ‫فظً ْ‪c@ٔٛ‬‬
‫فبدسح ‪ٟ‬‬
‫ب‪ .‬ضً ع ٓع اٌشؽذ ‪ٚ‬أ اٌطالق‪ّ .‬وضبي ع ٓع اٌشؽذ ‪ ،‬اٌ ّضبي اٌ‬ ‫ظب اٌ ؼبا ٌؼ َ‬ ‫‪-3‬اٌ ‪ٛ‬م ااٌ ‪ٛ‬مٔآ‪ ١‬اٌ ز ٍ‬
‫ؼمخ ثبٌ ظبث ٕبٌ َ‬
‫ػ‪ّ ١‬ب اٌ مبا ٌ ْ‪ٌ @cٔٛ‬‬
‫لبلب‪١‬خ رغ ًؼع ٓع‬ ‫م‪ٔٛ‬ب اغذ‪ِ ٠‬ذضبي‪ :‬لبػ ذح ‪ٔٔٛ‬‬ ‫ؼ ٍكك ثبٌٌطالق@‪، ٠‬طجك ٍ‬ ‫ؼز ٍ‬‫ٔب ز ٍاٌّ‬
‫ضباٌض ـ‪ ٟٔ‬اٌ‬
‫ب فذسد لبػذح عذ‪٠‬ذح‬ ‫ب‪ ،‬ف ٍجغ ا ٌؾخـ ٘زا اٌ غا ٌ ٓغ ‪ٚ‬افجؼ ساؽذا‪ٚ ،‬ثؼذ ػ َ‬ ‫‪ 18‬ػبػ َ‬ ‫اٌشؽذ‬
‫رغ ًؼع ٓع اٌشؽذ ‪ ،21‬ؽ‪١‬ش‪ ٠‬قجؼ ا ٌؾخـ لبفشا ‪٠ٚ،‬ؾزبط ا ٌؾخـ اٌ ‪ٝ‬اٌ ارْ اٌ مبم ٍطالق‪ْ ،‬‬
‫ألأل ٖز اٌ ‪ٛ‬ماػذ‬ ‫‪ٟ‬‬
‫ب‪.‬‬ ‫ٌ‬ ‫ٌ‬
‫ظب ا ؼبا ؼ َ‬‫ؼك@ ثبٌ ظبث ٕبٌ َ‬
‫رز ٍ‬

‫لبل‪ٔٛ‬ب‪ ٠‬فغش ْ‪@cٔٛ‬‬


‫لبل‪ٔٛ‬ب لذُ‪ ٠‬ثؼل ‪ٛ‬ق ٗفٔ ‪ٛ‬ق ٗ‬
‫ف غبِنخ‬ ‫فؽ بٌخ ‪ٚ‬فذس ْ‪@cٔٛ‬‬ ‫‪ - 4‬اٌ ‪ٛ‬م ااٌ ‪ٛ‬مٔآ‪ ١‬اٌزفغ‪١‬ش‪٠‬خ‪ٟ ،‬‬
‫ؼ‬ ‫انحذثح)األثز انمثاشز وانفىري نهقاوىن( ‪ :‬فد‪١‬ذ ز اٌ ٕظش‪٠‬خ ْأأ اٌ ‪ٌ ٝ‬‬ ‫ٌٌ‬ ‫ثا ٍوا‪ :‬انىظ ٌٌزح‬
‫مزن اطج‪ٟ ١‬‬ ‫ٖ‬
‫ٗ‬
‫ػاٌ ‪ٛ‬لبئغ اٌ ‪ٟ‬ز ٕرؾأ ‪ٚ‬ألي ِشح‪ ،‬ثؼذ دخد ٌ‪ٌٛ@ٛ‬خ ؽ‪١‬ض اٌ ٕزف‬ ‫ؼ ٗث‪ٍ ،‬‬
‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫ؼ ًّ‬ ‫مبٌٍ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب اٌغذ‪٠‬ذ ٘‪ْ ٛ‬أ‪ ٠‬طجك ِٓ ‪ٚ‬لذ ثذء ا ّا ٌ‬
‫فاٌ بم‪ٚ ،ٟ‬إال وبْ رطج‪ٗ ١‬م‬
‫ػا ‪ٛ‬لبئغ اٌ ‪ٟ‬ز ؽذصذ ‪ٟ‬‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫غزمج ‪١‬خ‪ٚ ،‬ال‪ ٠‬طجك ٍ‬ ‫ٍ‬ ‫ػاٌ ‪ٛ‬لبئغ ا ؾبٌ ‪١‬خ اٌ‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬‫‪١‬ز‪ٞ ،‬أ ٍ‬
‫ؼ٘زا غ‪١‬ش عبئض‪.‬‬
‫ثأصش سع ‪ٟ‬‬

‫ع ‪ٟ‬ج ٘‪ ٛ‬ا ؼذأاؼذاَ األصش اٌ شع ‪ٟ‬‬


‫ؼ‪،‬‬ ‫ض بْ ٗ ٌ ‪ٙ‬ع بْ ‪ٗ :‬ع ٍ‬
‫فاٌ ِ‬ ‫غززظ ّب عجك ْأأ عش‪٠‬بْ اٌ مبا ٌ ْ‪@cٔٛ‬‬
‫م‪ٔٛ‬ب ‪ٟ‬‬ ‫ٕ‬
‫ٌ‬ ‫ٌ‬ ‫ٌ‬ ‫ػ ٍ‪ٝ‬‬ ‫ٌ‬ ‫ٌ‬ ‫‪ٛ‬‬ ‫‪ٚ‬‬
‫ب‬
‫ػا ‪ٛ‬ؾ ا زبٌاز ‪:ٌ ٟ‬‬ ‫ث األصش ا ّجبؽش‪ ،‬ؽٕ‪١‬ئز‪ ٠‬طجك ٘زا ا ّجذأ ٍ‬ ‫ٗععٗ إ‪٠‬غب ‪٘ ٟ‬‬
ٌ‫ب ا‬١ٙ‫ػ‬ ٍ ‫غش‬ ٞ ٠‫ز ٌُ ٕرزظ ًو أصبس٘ ب‬ٟ ٌ‫ ا‬،‫خ اٌ ٕبلقخ‬١‫مب‬ ٔٔٛ ٌ ‫األمبع اٌ مبا‬ ٚ ٠ٓ‫رىرى‬ ٛ @‫ؼك ثبعزىّبي‬ ٍ ‫ ز‬٠‫ ِب‬-1
ٌٛ
ً‫فظ‬ ٟ ‫أثش ذ‬ ِ ‫خ‬١‫ف‬ٚ ‫ػ ًو‬ ٍٝ ‫ٍٍـ‬ٝ ‫ طجك‬٠‫ذ‬٠‫مبْ اٌ غذ‬ ٔٛ ٌ‫ فئْ ا‬،‫خ‬١‫ٌ@ٌف‬ٛ‫ ٕمـ ِمذاس ا‬٠ ْ‫لب‬ ٔٛ ‫ف ضالً فذس‬ ّ ،‫ذ‬٠‫ٔب اٌ غذ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫مبا‬
ٌ‫ؾىّؾ ٗ ّى ا‬١‫ ف‬٠ُ‫ٔب لذ‬ٛ‫لبل‬ @cْٔٛ ً‫فظ‬ ‫ ّذ( أِب ِب ُر‬٠ٌُ ‫سس‬ٛ ٌ‫)ا‬.‫ذ‬٠‫فظً اٌغذ‬ ٌُٚ @cْٔٛ
ٛ
ٟ ٠ٕٗ‫رىرى‬ ٟ ‫ز ثؼذ إال‬ٟٙٙ ‫ز ٕر ـ‬ٙ ‫ ٌ^@ ر‬ٚ ٠ُ‫ٔب لذ‬ٛ‫لبل‬
@ٍٍ٘ ‫وبألوب‬،
‫٘أل‬ ٘ ‫خ‬١‫ف‬ٛ ٌ‫شه ا‬ٚ ‫ ؼذي ِٓ ؽ‬٠‫ٔب‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫( فّضال إرا وبْ اٌ مبا‬٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫ف ًم اٌ مبا‬ٟ ‫سس ِبد‬ٛ ٌ‫ )ا‬.٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫مبا‬
‫غش‬ ٞ ٠‫ال‬ٚ ٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬ c@ْٔٛ ٌ ‫غشغش اٌ مبا‬ ٞ ٠‫فئفئ‬ٔٗ (٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬c@ْٔٛ ٌ ‫ف ًم اٌ مبا‬ٟ ‫) وبٔذ ج ِشج ِش ِخخ‬،‫ب‬ٙ ِ‫أأ ؽ ًى إثشا‬ٚ ‫خ‬١
@.‫فبر‬
ٖ ‫فبر‬ َ ‫ػِب‬
ٖٔ ‫أثش ل ًج‬ ٍٝ ‫ػ‬ ٍ ‫ذ‬٠‫اٌغذ‬
ٗ
‫ض اٌ ٕزف‬١‫خ ؽ‬ٛ@ٌٌٛ ‫أ ثؼذ دخد‬ٞ ‫ز رشرجذ ثؼذ ٔفبرح‬ٟ ٌ‫خ ا‬١‫مب‬ ٔٔٛ ٌ ‫صبس اٌ مبا‬٢‫ى ًو ا‬ ُ ‫ ؾىؾ‬٠‫ذ‬٠‫ٔب اٌغذ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫ اٌ مبا‬- 2
ٌ‫ضضً ًؽ ا‬ @cْٔٛ ٌ ‫فظً اٌ مبا‬
ًِ ،٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬ ٔٔٛ ‫أأ ِشاوض‬ٚ ‫أمبع‬ٚ ‫ػ‬
ٟ ‫عذد‬ٚ ‫خ‬١‫لبلب‬ ٍٝ ‫ػ‬ ٍ @‫صبس رشرجذ‬٢‫ز ثب ش ُغ ِٓ ْأ ا‬١
‫ ذ اٌمنبء‬٠‫ف‬ٟ ‫ضاط‬ ٚ
.٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫فظً اٌ مبا‬
ٟ ‫ز ُر‬ٞ ٌ‫ضاط ا‬
ٚ ٌ‫ػا‬
ٍٝ ‫ػ‬ ٍ ‫ذ‬٠‫ٔب اٌغذ‬ٛ‫م‬@cْٔٛ ٌ ‫غش اٌ مبا‬ @cْٔٛ ٌ ‫ فك اٌ مبا‬ٚ
ٞ ٠ ،‫ذ‬٠‫ٔب اٌغذ‬ٛ‫م‬

La deuxième branche: l'application de la loi en termes de temps:


Le problème du droit des conflits en termes de temps Le conflit des lois
dans le temps résulte de la succession de deux lois différentes qui règlent la
même question: laquelle applique l'ancienne ou la nouvelle loi?

Dans ce contexte, il faut distinguer trois hypothèses

1. La première hypothèse: les relations juridiques qui se produisent et


produisent tous leurs effets sous l'ancienne loi seule. Ici, il n'y a pas de
problème. L'ancienne loi est celle qui les régit, par exemple:

- Un automobiliste commettant une infraction au code de la route et payant


l'amende immédiatement

-Commettre un crime et imposer une peine, et le jugement devient sans appel

2. Deuxième prémisse: les relations juridiques qui se forment après la


publication de la nouvelle loi et tous ses effets sont épuisés en vertu de celle-ci
Ici aussi, le problème ne se pose pas, car la nouvelle loi lui est appliquée, par
exemple:
Resserrement de la peine pour un crime, afin qu'elle s'applique à toute personne
qui a commis le crime après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi

4. La troisième hypothèse: les relations juridiques établies sous l'ancienne loi, et


toutes leurs conditions et effets ne sont achevées qu'après la publication d'une
nouvelle loi pour modifier ou annuler tout ou partie des dispositions de la
relation juridique. La nouvelle loi s'applique-t-elle à elle ou est-elle toujours
soumise à l'ancienne loi avec laquelle elle a grandi? En tant que personne qui
s'est mariée en vertu d'une loi qui prévoit le divorce de ses propres mains, une
nouvelle loi a été publiée qui restreint le divorce avec l'autorisation du juge, a-
til donc le droit de divorcer sans condition selon la loi en vertu de laquelle il
s'est marié? Ou doit-il attendre l’autorisation du juge selon la nouvelle loi? Un
autre exemple:
- Une règle légale fait que l'âge de la majorité est de 18 ans, de sorte que la
personne a atteint cet âge et est devenue adulte, et après un an, une nouvelle
règle a été émise qui fait de l'âge de la majorité 21 ans, donc si nous appliquons
l'ancienne règle, il reste un adulte, et si la nouvelle règle est appliquée, il
revient à un mineur.
Cette règle a deux significations:
-La première est que la loi prend effet immédiatement après son entrée en
vigueur, ce qui est appelé (effet immédiat ou direct de la loi),
-La seconde: que la loi est limitée aux faits qui se présentent ou se produisent
au cours de sa vie, et qu'il n'a rien à voir avec les faits qui se produisent avant
qu'elle ne devienne effective, ce qu'on appelle (le principe de non-rétroactivité
de la loi au passé).
Ces deux principes constituent des théories de résolution des conflits de lois,
à savoir:
Premièrement: la théorie traditionnelle (le principe de
nonrétroactivité des lois):
Le principe de la non-rétroactivité des lois est l’un des principes qui ont été
établis depuis les temps anciens, et la loi islamique a été appliquée à travers de
nombreuses décisions, comme le noble verset coranique: «Nous n’avons pas été
torturés avant d’envoyer un messager», ce que de nombreuses législations
modernes ont adopté dans leurs constitutions et lois. Il a été stipulé dans le droit
français et a prévalu tout au long du XIXe siècle, et cette théorie repose sur la
distinction entre droit acquis et simple espérance.
«Droit acquis: c’est celui qui a définitivement assumé la responsabilité d’une
personne et ne peut être enlevé qu’avec son consentement (le simple espoir est
que la personne attend et espère obtenir un droit acquis) ou c’est un désir
d’obtenir un droit qui peut ou non être réalisé. Dans le droit acquis, les droits
qui sont entrés dans la responsabilité de la personne ne doivent pas être violés
de façon permanente dans l’ombre d’une ancienne loi. La nouvelle loi ne porte
pas atteinte au droit acquis, sinon elle sera effective rétroactivement. Mais il est
permis que la nouvelle loi s’applique au passé si cela n’entraîne qu’un simple
préjudice à l’espoir.
Exceptions à ce principe:
Les propriétaires de cette théorie estiment qu'il est possible de s'écarter de
ce principe, appliquant ainsi la nouvelle loi rétroactivement dans certains cas, à
savoir:
1- Si le législateur a expressément stipulé l'application rétroactive de la
nouvelle loi, et ce sera dans la législation ordinaire émise par le législateur, et
non par règlement.
2- Dans les textes pénaux, à condition que les nouvelles lois soient plus
favorables à l'accusé. S'il abolit ou réduit une peine prononcée en vertu d'une
ancienne loi. À condition qu'aucun jugement définitif et sans appel n'ait été
rendu dans l'affaire
3- Les lois relatives à l'ordre public. Tels que l'âge de la majorité ou du
divorce. Par exemple, l'âge de la majorité, et le deuxième exemple lié au
divorce, la nouvelle loi s'applique à eux Exemple: une règle légale fixe l'âge de
la majorité à 18 ans, donc une personne a atteint cet âge et est devenue adulte,
et après un an, une nouvelle règle a été émise qui fait de l'âge de la majorité 21
ans, où la personne devient mineure et la personne a besoin de l'autorisation du
juge pour divorcer , Parce que ces règles concernent l’ordre public.
4- Lois interprétatives, dans le cas où une loi est édictée qui explique une
loi ancienne, certains de ses textes sont ambigus.

Deuxièmement: la théorie moderne (l'effet direct et immédiat de


la loi): cette théorie affirme que l'exigence naturelle de la nouvelle loi est
qu'elle soit appliquée dès le moment où elle commence à entrer en vigueur, sur
les faits qui surviennent pour la première fois, après son entrée en vigueur,
c'est-à-dire aux faits actuels et futurs, et non aux faits. Cela s'est produit dans le
passé, sinon il peut être appliqué rétrospectivement et ce n'est pas permis.
Nous concluons de ce qui précède que l'application de la loi dans le
temps a deux côtés: un aspect négatif est l'absence d'effet rétroactif, et un
aspect positif est l'effet direct, alors ce principe est appliqué comme suit:
1- En ce qui concerne l'achèvement de la formation de situations juridiques
déficientes, qui n'ont pas produit tous ses effets, auxquelles la nouvelle loi
s'applique, par exemple une loi a été promulguée qui réduit le montant du
testament, la nouvelle loi est appliquée à tout testament qui a été conclu sous
une ancienne loi et qui n'a pas encore pris fin sauf à la lumière de la nouvelle.
Quant à ce qui a été créé sous une ancienne loi, il est régi par l'ancienne loi.
(L'héritier est décédé à l'ombre de l'ancienne loi) Par exemple, si la loi modifie
les conditions du testament, telles que l'admissibilité ou la forme de sa
conclusion (elle a été conclue sous l'ombre de l'ancienne loi), alors l'ancienne
loi s'applique et la nouvelle ne s'applique pas à ce qui a été conclu avant sa
mise en œuvre.
2 - La nouvelle loi régit tous les effets juridiques qui ont été arrangés après son
entrée en vigueur, c'est-à-dire après son entrée en vigueur, bien que les effets
résultent de statuts ou de positions juridiques trouvés sous l'ancienne loi, tels
que la dissolution du mariage entre les mains du pouvoir judiciaire selon la
nouvelle loi, la nouvelle loi s'applique au mariage qui a eu lieu Sous l'ancienne
loi.

‫انخاتمح‬
ٌ ٗ
‫ك‬١‫ؽي رطج‬ٛ ‫ضب ٘زا‬ ٕ ‫ خالي ثؾ‬١ٗ ٌ‫دساعز ازطشق إ‬ ‫ز ُر‬ٞ ٌ‫ِٓ خالي ا ّجذأ ا‬
ٝ ٍ ‫ ؼ ّزذ ػٍـــ‬٠‫ٔب‬ٛ‫م‬
‫ػ‬ @cْٔٛ ٌ ‫ك ا مب@@@ا‬١‫غزخـٔغز ٍخـ ْإ رطج‬ ٍ ‫ش األؽخ@@@بؿ‬١‫ٔب ِٓ ؽ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫ا مب@@@ا‬
@cْٔٛ ٌ ‫اٌ اٌ م ٔب@@ا‬ٝ ٌ‫ ا‬٠ُ‫ٔب اٌمذ‬ٛ‫م‬
‫ذ‬٠‫ٔب اٌغذ‬ٛ‫م‬ @cْٔٛ ٌ ‫س ٔالزم@@بي ِٓ اٌ مب@@ا‬ٞ ‫ف‬ٛ ٌ ‫ف س@@ا‬
ٛ ٌ‫األصش ا‬ٚ‫ؼ‬ ٟ ‫األصش اٌ شع‬
‫ؽخق‬ٚ ١ٓ ‫خ اٌ م ٔا‬١ّ١ ‫فإهبس إ ٍل‬ ٔٔٛ ٌ ‫ىب اٌ ّشاوض اٌ مب@@ا‬
ٟ ‫خ‬١‫مب‬ َ ‫ األؽ‬١ٓ‫زفبد اٌ زقب َد ث‬
ٞ
ّ ‫االعزضبءاد‬
.‫ػِب‬ ٕ ‫ االػزجبس األؽخبؿ‬١ٓ‫زب ِغ األخز ثؼ‬ٙ ١

Conclusion
Par le principe qui a été étudié et abordé lors de nos
recherches sur l'application de la loi en matière de personnes,
nous concluons que l'application de la loi dépend de l'effet
rétroactif et de l'effet immédiat du passage de l'ancienne loi à la
nouvelle loi afin d'éviter les collisions entre les dispositions et les
centres juridiques dans le cadre des lois régionales et de leur
caractère, en tenant compte des personnes Les exceptions sont
généralement.