Vous êtes sur la page 1sur 5

TP N°05 : Les tissus d'origine secondaire

A. MERISTEMES SECONDAIRES

Encore appelés Cambiums ou Zones Génératrices ; ils n'apparaissent qu'après que les organes
soient formés.
Les cellules qui constituent ce méristème sont différentes des cellules des méristèmes primaires.
En effet:
 les cellules sont rectangulaires,
1. le noyau est relativement petit,
2. une grande vacuole occupe la plus grande partie du cytoplasme.
1. Localisation

Les méristèmes secondaires sont des assises annulaires situés dans la racine et la tige des
Gymnospermes et des Dicotylédones (ils sont absents chez les Monocotylédones et les
Ptéridophytes).
Il existe deux types de méristèmes secondaires :
- Le Cambium qui produit le Xylème et le phloème secondaires
- Le Phellogène le liège ou Suber (fig. 1)

Figure 1: Localisation des méristèmes secondaires

2. Evolution

Les cellules d'une assise ont leur longueur parallèle à la surface de l'organe. Par une série de
divisions tangentielles successives, chaque cellule de l'assise donne, au bout de certain temps, une
file de cellules du côté externe, une file du côté interne: ces files, perpendiculaires à la surface de
l'organe, sont donc radiales (disposés selon les rayons). Sur les coupes transversales, la disposition
des cellules en files radiales permet de reconnaître facilement les tissus secondaires (fig.2).
Figure 2: Mode de division des cellules cambiales

Grâce à ce fonctionnement, les méristèmes secondaires assurent la croissance en épaisseur de la


racine et de la tige et la formation de tissu secondaires (xylème et phloème secondaires, liège ou
suber et phelloderme).

Fonctionnement du cambium libéro-ligneux. (exemple d'une tige)

Les cellules du cambium (en jaune) se divisent et produisent vers l'intérieur des cellules qui se
différencient en cellules de xylème secondaire (ou bois) et vers l'extérieur des cellules qui se
différencient en cellules de phloème secondaire (ou liber). Le xylème primaire étant du côté du
centre de la tige, sa position est fixe. Par suite de son activité, le cambium est donc repoussé vers
l'extérieur. D'une manière générale, la production de bois (X2) est supérieure à la production de
liber (P2).

B. Tissus conducteurs secondaires

Ce sont le xylème secondaire et le phloème secondaire provenant du fonctionnement du cambium


(méristème secondaire)

1. Tissus conducteurs secondaires

Ce sont le xylème secondaire et le phloème secondaire provenant du fonctionnement du


cambium (méristème secondaire).

a) Le xylème secondaire

Il se forme du coté interne du cambium (fig.3)


Figure 3 : Les Méristèmes secondaires.

Mise en place simultanée de files de cellules de xylème II et phloème II

Le xylème secondaire ou bois est du métaxylème constitué de vaisseaux ponctués. Chez les
dicotylédones d'autres éléments sont associés au xylème secondaire :
- Les fibres c'est à dire cellules effilées mortes, dont les parois sont lignifiées. Les fibres ont
un rôle de soutien.
- Des cellules parenchymateuses : cellules vivantes servant à stocker des réserves. Il existe
deux sortes de parenchymes :
► Des parenchymes dont les cellules sont allongées radialement et forment des rayons
ligneux.
► Un parenchyme dont les cellules sont allongées verticalement.
Le xylème secondaire des dicotylédones est donc constitué d'éléments de tailles, formes et
rôles différents :
- des éléments conducteurs : les vaisseaux,
- des éléments de soutien : les fibres,
- des éléments de réserve : les parenchymes.
On dit que le xylème secondaire des DICOTYLEDONES est hétéroxylé par opposition à
celui des GYMNOSPERMES qui est homoxylé, car les éléments conducteurs des
Gymnospermes jouent en même temps un rôle de soutien.

Vue générale du fonctionnement du cambium dans une tige d'un an.


Un cylindre continu de bois (en vert) est formé par le cambium (en jaune) qui au fur et à
mesure de son fonctionnement se déplace vers l'extérieur. Le liber (en rouge) est repoussé
vers l'extérieur au fur et à mesure de sa formation. Il en est de même du phloème primaire
qui est écrasé à la périphérie. L'épiderme sous tension éclate. La protection vis à vis du
milieu extérieur sera alors réalisée par un nouveau tissu secondaire, le liège (en bleu).
On note sur ce schéma la présence d'un autre méristème secondaire, l'assise
subérophellodermique, qui donne à l'interieur le phéllogène et à l'extérieur le suber (ou
liège). La partie fonctionnelle d'un tronc d'arbre est constituée du liber (phloeme II) des
dernières années, du cambium et du bois (xylème II) des dernières années. Lorsqu'on
sectionne un arbre, cambium et liber, tissus vivants, sèchent et disparaissent rapidement. Il
ne reste plus de l'écorce que le liège à l'extérieur et le bois à l'intérieur.

Tronc de genêt fraîchement coupé.

Il est très facile de séparer l'écorce (liber + liège) du bois. La séparation s'effectue au niveau
du cambium qui est le tissu
le moins différencié donc le plus fragile.

b) Le phloème secondaire

Il se forme du coté externe du cambium. Il est constitué de tubes criblés, de parenchymes et


de fibres (sclérenchymes).
Définition : La lignine
La lignine est un groupe de composés chimiques appartenant aux composés phénoliques. On la
trouve principalement dans les parois pecto-cellulosiques de certaines cellules végétales
(Sclérenchymes et vaisseaux conducteurs). Les lignines sont des polymères constitués par trois
types de monomères différents : le coniféryle ou coniférole, le p-coumaryle et les alcools
sinapiques. C'est une substance qui confère au bois sa solidité.

Les trois monomères principaux de la lignine.