Vous êtes sur la page 1sur 4

Préparation à l’agrégation interne d’espagnol 2020-2021 M.

Nallet
Fiche établie à partir de Camprubi, Études fonctionnelles de l’espagnol

Différenciation de SER / ESTAR (2ème partie, synthèse de Camprubi)


En raison de leur complexité sémantique, ser et estar, outre leur rôle de simples verbes attributifs
peuvent jouer celui d'auxiliaire (= appauvrissement sémique) ou au contraire celui de verbes
pleins au sens d'exister ou de se situer / être présent.

1. Ser / Estar + participe passé : passif vs résultatif

1.1. Définitions et classes de verbes


Lorsque les verbes ser et estar sont suivis d'un participe passé, c'est-à-dire d'un élément verbal, à
l'origine, ce dernier amène avec lui une notion proprement verbale, qui est celle du dynamisme
ou son contraire, le non-dynamisme. En combinaison avec l’aspect de dynamisme, on aura
l'auxiliaire ser et avec l'aspect contraire estar. S’opposeront donc, par exemple :
"El problema fue resuelto ayer" / "El problema ya está resuelto", où, dans le premier cas, nous
avons un aspect de dynamisme pour resuelto et, dans le second, de non-dynamisme pour ce même
terme, qui implique alors un état résultant de l'action antérieure.

Mais qui dit dynamisme verbal dit action supposant un agent et un patient.
Au contraire, quand il s'agit d'un aspect de non-dynamisme, on n'a affaire qu'à un patient (le
sujet) auquel est attribué l'état.
Ce qui revient à dire que l’on a deux types de vision opposés, l'une bi-actantielle (agent + patient),
l'autre mono-actantielle (sujet/patient), la première étant appelée passif et la seconde descriptif
ou résultatif.

(1) Urano está rodeado de nubes gaseosas.


(2) El empresario es rodeado por periodistas cuando llega.
L’énoncé (1) nous permet de voir le résultat de l’action : Uranus est entouré de nuages de gaz. La
passive sera dite résultative. L’énoncé (2) nous permet de voir les journalistes entourant le chef
d’entreprise, c’est-à- dire l’action dans son déroulement. La passive sera dite opérative.

Cependant, si c'est là le schéma fondamental de l'opposition, on peut avoir aussi le cas, en quelque
sorte intermédiaire, où avec une vision bi-actantielle, donc un passif, le degré d'activité évoqué
par le participe passé étant relativement faible, la structure verra une combinaison estar + participe
passé. Ainsi :
"El Presidente estuvo acompañado por su esposa".
"Este hotel está ocupado sobre todo por ingleses".

C'est donc que nous avons affaire à différentes sortes de verbes quant à leurs possibilités de
combinaison avec l’un des deux auxiliaires ser ou estar : certains, comme hacer, fabricar ou
resolver (de notre exemple) ont un passif avec l'auxiliaire ser et, avec l'auxiliaire estar, ils
expriment un résultatif ; d'autres, comme acompañar, habitar ou ocupar peuvent avoir un passif
formé avec estar. Nous sommes dès lors amenés à distinguer des classes de verbes (transitifs)
quant à ce statut combinatoire qui les différencie.
a) Les verbes de la première classe (perfectifs / trait lexical de perfectivité)
Ce sont donc les verbes dont le modèle sera hacer, c'est-à-dire ceux qui ont un contenu de forte
ou nette activité et qui donnent lieu à l'opposition fondamentale entre un passif et un résultatif,
avec emploi correspondant de ser et de estar.
b) Les verbes de la deuxième classe (imperfectifs / trait lexical d’imperfectivité)
Ce sont alors ceux qui, comme acompañar, peuvent avoir un passif formé avec estar. On
comprend tout de suite pourquoi : ces verbes ne donnent pas lieu à résultatif (et estar est ainsi
disponible pour former une autre structure).
Préparation à l’agrégation interne d’espagnol 2020-2021 M. Nallet
Fiche établie à partir de Camprubi, Études fonctionnelles de l’espagnol

Une étude plus précise des contenus respectifs nous permet de penser que les verbes de la
première classe, qui donnent lieu à résultatif, possèdent le trait lexical de "perfectivité" :
c'est-à-dire que le procès qu'ils évoquent, par leur sens même, est vu comme devant s'achever ;

tandis que les verbes de la deuxième classe ont le trait lexical d'"imperfectivité", le procès
qu'ils évoquent étant vu sans achèvement ; c'est pourquoi, il ne donnent pas lieu, quant à eux, à
résultatif.

Cette différence de perfectivité lexicale1 est perceptible à travers les constructions respectives de
ces deux sortes de verbes avec un complément de temps du type suivant :
1 - "Estos coches son fabricados en un mes", où le complément exprime le temps nécessaire ou
bien consommé pour l'achèvement du procès : cela dans le cas des verbes perfectifs.
2 - "El Presidente estuvo acompañado durante una semana por su esposa", où, avec le
complément temporel, on indique la durée de prolongation du procès : cela pour les verbes
imperfectifs.

Ce type de passif avec « estar » semble dire plus une situation (état) -et ainsi se rapprocher du
résultatif- qu'un acte effectué par un agent et subi par le sujet-patient, comme dans le cas du passif
avec ser. Quelques exemples peuvent nous aider à mieux sentir cette particularité :
"Francia estuvo ocupada por los alemanes durante cinco años".
"El mercado mundial está dominado por los americanos".
"El jardín está rodeado por una tapia”.
On remarquera, dans le premier exemple, le complément temporel introduit par durante qui est
bien celui qu’on doit rencontrer avec cette sorte de verbes imperfectifs et, pour les deux exemples
suivants, la possibilité de sous-entendre un complément adverbial du genre de "actualmente" (qui
implique la même idée de continuité ou prolongation de la situation décrite que le complément
avec durante), ou bien du genre de "inmutablemente", "de modo permanente", etc. qui peuvent
représenter le même type de circonstance temporelle.
Nous observons, d'autre part, que la nature du temps verbal n'intervient pas dans ce choix de
l'auxiliaire estar qui, en définitive, ne dépendra que du trait d'imperfectivité lexicale du verbe,
puisqu'on voit la combinaison se réaliser quel que soit le temps de l’auxiliaire.

Enfin, ajoutons que si, avec certains de ces verbes que nous rangeons dans la deuxième classe, la combinaison avec
l'auxiliaire ser semble également possible, c’est, comme on le verra plus loin, à cause d'un changement d'acception
(modifiant, précisément, cette valeur aspectuelle d'imperfectivité qui restera ainsi, à nos yeux, la clé de ce
fonctionnement du passif en espagnol).

c) Les verbes de la troisième classe


Ce sont des verbes, apparemment peu nombreux, tels que : querer, amar, aborrecer, odiar,
conocer, qui ont un passif formé avec l'auxiliaire ser, et ne donnent pas lieu à résultatif, puisqu’ils
possèdent, comme les verbes de la deuxième classe, le trait lexical d'imperfectivité.
Le fait, toutefois, qu'ils se combinent avec ser, dénote à priori un certain contenu ou trait
d'activité : en rapport étroit avec la notion d'humain, laquelle est elle-même présente dans le
concept d'agent (l'humain sera l'agent par excellence) et, par là, se trouvera exprimée une vision
dynamique : soit un sentiment plutôt intense (amour, haine), soit une activité de pensée
(conocer).

Avec cette troisième classe, le système espagnol semble épuiser ses possibilités de variation
combinatoire.

1
La perfectivité ou l’imperfectivité d’ordre lexical n’a rien à voir avec les temps du verbe.
La valeur aspectuelle des temps des verbes, autrement dit l’aspect se définit, par exemple, par
l’opposition entre l’accompli (perfectif ou parfait) « Pierre a mangé » / « Pierre avait mangé » / « Pierre
mangea » et le non accompli (ou imperfectif) « Pierre mange » / « Pierre mangeait ».
Préparation à l’agrégation interne d’espagnol 2020-2021 M. Nallet
Fiche établie à partir de Camprubi, Études fonctionnelles de l’espagnol

Tableau récapitulatif (de Graciela Villanueva)

1) La puerta fue abierta por el portero. • ser + participe passé


Voie passive (passive opérative) : passive avec agent Ct d’agent : por
explicite ou implicite dans le contexte (passive qui exprime
une action dynamique)

2) La puerta está abierta. • estar+ participe passé


Passive résultative : passive qui exprime un état qui résulte
d'une action antérieure

3) El portero estaba acompañado por / de su esposa. • estar+ participe passé


Passive des verbes imperfectifs : passive qui exprime une Ct d’agent : por / de
action et un état en même temps

4) El portero es amado por los niños. • ser+ participe passé


Passive du verbe « connaître » et des verbes qui expriment
des sentiments d'amour ou haine.
(Pas de résultative + imperfectivité) (proche de la passive)

Es muy conocido. (participe devenu simple adjectif).


5) El portero estaba enfadado. • estar+ participe passé
Estoy encantado de conocerle. devenu simple adjectif
Descriptif (proche du résultatif) exprimant un état
être + participe devenu simple adjectif exprimant un état

6) Remplacement du français être + participe passé par


d'autres tournures en espagnol :
6.1) El portero abrió la puerta. • tournure active
6.2) La puerta se abrió/Las puertas se abrieron. • passive avec se
6.3) Se vacunó a todos los niños. • se impersonnel
6.4) Finalmente abrieron la puerta y los alumnos • 3e pers. pluriel
pudieron entrar. impersonnelle
6.5) Hay largas discusiones y queda definido un plan de • quedar+ participe
trabajo. passé

NB : SER + participe passé

Parfois, lorsque le complément d’agent n’est pas explicitement exprimé, seul le contexte
permet de savoir si l’on est en présence d’une phrase :

- de type attributif (Este escritor es muy leído, participe passé utilisé comme adjectif, au
sens de culto) ;
- ou bien de sens passif (Este escritor es muy leído, au sens où il est lu par de nombreux
lecteurs).
Préparation à l’agrégation interne d’espagnol 2020-2021 M. Nallet
Fiche établie à partir de Camprubi, Études fonctionnelles de l’espagnol

POUR ALLER PLUS LOIN :

1.2. Verbes changeant d'aspect lexical et de classe


Il reste encore un phénomène à étudier : celui des verbes dont le sens peut changer et qui, en
fonction de ce changement, présentent un statut combinatoire différent.

Certains verbes, en effet, ont deux sens, plus ou moins différenciables, sous une même
morphologie. On peut citer le cas de representar, particulièrement net, qui peut être pris au sens
d'exercer une délégation de pouvoir (diplomatique, etc.), donnant, au passif, par exemple "Chile
estuvo representado en París por Pablo Neruda (durante...)" avec un aspect imperfectif évident
et qui peut, d'autre part, avoir aussi le sens de jouer une oeuvre théâtrale. Dans ce deuxième cas,
il présente un aspect perfectif et donne lieu à l'opposition passif/résultatif, comme l'illustrent les
énoncés suivants :
"La obra fue (ha sido) representada en el Gran Teatro" (au passif) ;
"Una vez está representada la obra, sale el autor a saludar el público" (au résultatif).
Comme ce phénomène de "polysémie" est chose courante dans la langue, on doit s'attendre à ce
que ces cas de double comportement ou statut combinatoire soient eux aussi fréquents.

Pour d’autres exemple (alquilar, ocupar, encantar, guardar), voir Camprubi.

1.3. Remarques sur le complément d'agent


La forme normale du complément d'agent est celle où il est introduit par la préposition por et c'est
bien la seule forme possible dans le cas des verbes de la première classe ("El coche es fabricado
por Renault"). Mais, pour les verbes imperfectifs (deuxième et troisième classes), le complément
d'agent peut avoir la forme comprenant la préposition de :
"Estaba acompañado de su esposa"
"Era amado de todos".
En cela, l'espagnol ressemble en tout point au français et c'est donc là un moyen pratique
commode pour déterminer la classification des verbes.
Nous conclurons en disant que parallèlement à la "dédynamisation" du procès, dans le cas surtout
des verbes de la deuxième classe, la forme en de du complément d'agent traduit une vision moins
"agentive" que "caractérisante" par rapport au participe-adjectif (nous aurions plutôt un
complément d'adjectif).

Remarques générales sur les types de structures de la voix attributive


- Alors que pour le passif, l'aspect d'action est constitutif du dynamisme de la vision
exprimée (à un degré variable suivant, donc, qu'il s'agit de verbes de la première ou de la
deuxième classe), le participe passé s'y révélant être un élément encore verbal,
- au résultatif, l'aspect d'état amène la vision non-dynamique, le participe passé tendant à
rejoindre la catégorie adjectivale ;
- mais on ne se trouve vraiment en présence d'un adjectif que dans le cas du pur descriptif,
lorsque tout rapport avec la notion de procès a disparu, notamment dans le cas de ces
adjectifs qui se confondent, quant à leur morphologie, avec les participes passés
correspondants.

Nous en avons un exemple particulièrement net avec casado, du verbe casar, perfectif (première
classe). On pourrait dire par exemple : "Yo soy soltero pero mi hermano es casado. Está casado
con una francesa".
On voit bien que, combiné avec está, le terme casado donne un résultatif (c'est le résultat de
l'action qui serait exprimée sous la forme : "Ha sido casado con..." ou "Se ha casado con..."),
tandis que combiné avec es, tout comme soltero, il est devenu un adjectif pur et simple (exprimant
la situation de famille, autrement dit une des caractéristique sociales de l'individu), nous donnant
un descriptif à vision, ici, d'"inhérence", par conséquent.