Vous êtes sur la page 1sur 9

Mise en garde à l’usage des

chargeurs : incoterm Ex Works et


responsabilité du chargement

23 janvier 2017
L’arrêt rendu par la Cour de cassation le 13 septembre 2016 (n°14-23.137) rappelle qu’en cas de
vente Ex Works (EXW, « à l’usine »), le vendeur ne doit pas se mêler du chargement et ne doit pas
apparaître comme expéditeur/ remettant sur la lettre de voiture, sous peine de voir sa responsabilité
engagée en cas de dommages imputables à une mauvaise exécution du chargement.
Une société vend « départ usine » et suivant l’incoterm EXW des bobines de papier de 20 840 kg à
une société située en Turquie, qui confie l’organisation du transport à un commissionnaire. Ce dernier
confie ensuite l’acheminement des marchandises par voie terrestre à un sous-commissionnaire, lequel
recourt lui-même à un sous-traitant.

Lors du trajet entre l’usine du vendeur et le port d’embarquement, l’ensemble routier se renverse dans
un rond-point et le véhicule et les marchandises subissent des dommages. Selon les rapports des
experts d’assurance, le sinistre est imputable aux défauts de calage et d’arrimage de la marchandise
dans le conteneur, entraînant la déstabilisation de l’ensemble routier dans des conditions de transport
normal.

Le transporteur et ses assureurs assignent le commissionnaire et le vendeur, en sa qualité


d’expéditeur chargeur de la marchandise.

La Cour de cassation retient la responsabilité du vendeur en raison d’un double constat :

 en premier lieu, la lettre de voiture mentionne le vendeur, qui avait apposé son cachet et sa signature, en qualité
d’expéditeur remettant ;

 en second lieu, le vendeur avait lui-même, à l’aide de moyens de manutention spéciaux lui appartenant, chargé les
marchandises à l’intérieur du conteneur remis au transport.
La Cour de cassation en conclut que le vendeur devait assumer la responsabilité des opérations de
chargement et que, de ce fait, il devait répondre des conséquences dommageables de leur exécution
défectueuse, « en dépit du choix par les parties au contrat de vente de l’incoterm Ex Work ».
Rappelons que l’’incoterm EXW est l’incoterm le moins contraignant pour le vendeur, car il signifie que
les marchandises sont dûment livrées dès lors qu’elles ont été mises à la disposition de l’acheteur
dans ses locaux (entrepôt, usine, etc.). Le vendeur n’a pas à charger les marchandises sur un
quelconque véhicule d’enlèvement et il n’a pas non plus à accomplir d’autres formalités, notamment
les formalités douanières à l’exportation. Dans ce cas, le transfert des risques s’opère dès la mise à
disposition des marchandises à l’endroit convenu à la charge de l’acheteur. La jurisprudence en a
déduit que le vendeur EXW ne pouvait être expéditeur, c’est-à-dire partie au contrat de transport et
responsable d’une insuffisance du chargement.

Toutefois, ainsi que le retient la Cour de cassation, l’incoterm EXW ne peut plus accorder de
protection lorsque le vendeur est mentionné comme un expéditeur/remettant sur la lettre de voiture qui
comporte sa signature et son tampon commercial et qu’il s’est ainsi transformé, selon l’appréciation
des juges du fond, en un expéditeur du fait de sa participation au chargement de la marchandise
(même si la mise en conteneur constitue une opération d’emballage au sens du contrat type de
transport, opération qui est aussi de la responsabilité du donneur d’ordre).
Qu'est-ce qu'un Incoterm® ?
Les Incoterms® 2020

Avant d'envisager un transport de marchandises à l'international, il faut répondre à cette


question importante : à quel moment les risques et les frais sont-ils transférés à l'acheteur
? En 1936, pour la première fois, la Chambre de Commerce Internationale (ICC), publie
sous le nom d'Incoterms® 1936 (INternational COmmercial TERMS), une série de
règles internationales pour répondre à cette question. Afin d'adapter ces règles aux
pratiques commerciales Internationales les plus récentes, plusieurs amendements ont été
apportés aux règles de 1936 pour aboutir aujourd'hui aux Incoterms® 2020 qui viennent
succéder aux Incoterms 2010.

Les principales modifications apportées par les Incoterms® 2020 aux Incoterms® 2010
portent sur les points suivants :

 Evolution de l'Incoterm® FCA (connaissements avec mention de mise à bord)


 Apparition d'un nouvel Incoterm® : DPU (Delivered at Place Unloaded) en remplacement
de l'Incoterm® DAT
 Niveaux de couverture d'assurance différenciés entre CIF et CIP
 Organisation du transport avec les propres moyens du vendeur ou de l'acheteur en FCA,
DAP, DPU et DDP
La gestion des risques
En se référant dans leurs contrats à l'un des Incoterms® de la ICC, l'acheteur et le
vendeur réduisent l'incertitude inhérente à toute transaction internationale : pratiques
commerciales et interprétations différentes d'un pays à l'autre. Ils précisent leurs
responsabilités et obligations respectives pour la livraison de marchandises et les
obligations documentaires du vendeur. Ainsi les Incoterms®, bien que facultatifs, sont
des clauses standardisées et reconnues, qui permettent d'éviter les litiges en répartissant
clairement entre l'acheteur et le vendeur : les obligations, les risques, les coûts. De plus,
ils dissocient la question du transfert des risques de celle du transfert de propriété,
ce dernier restant régi par la loi régissant le contrat. Concrètement, dans un contrat de
vente international, les Incoterms® vont clarifier les points suivants :
1. Situer le point critique du transfert des risques du vendeur à l'acheteur dans le processus
d'acheminement des marchandises (risques de perte, détérioration, vol des
marchandises) permettant ainsi à celui qui supporte ces risques de prendre ses
dispositions notamment en terme d'assurance.
2. Indiquer qui, du vendeur ou de l'acheteur, doit souscrire le contrat de transport.
3. Répartir entre les deux les frais logistiques et administratifs aux différentes étapes du
processus.
4. Préciser qui prend en charge l'emballage, le marquage, les opérations de manutention,
de chargement et de déchargement des marchandises ou l'empotage et le dépotage des
conteneurs ainsi que les opérations d'inspection.
5. Fixer les obligations respectives pour l'accomplissement des formalités d'exportation
et/ou d'importation, le règlement des droits et taxes d'importation ainsi que la fourniture
des documents. Il existe 11 Incoterms® retenus par la ICC, (codification originale
anglaise sur 3 lettres, ex : FOB) plus une localisation précise ex : "FOB Le Havre".
Comment utiliser les Incoterms® 2020 ?
Préciser cette notion dans le contrat de vente

Pour utiliser les Incoterms®, il convient de le préciser clairement dans le contrat de vente
en indiquant : la règle Incoterms® choisie, le port, le lieu ou endroit désigné, suivis de
"Incoterms® 2020".
Exemple : CIF Hong Kong Incoterms® 2020
Choisir la règle Incoterms® appropriée
Le choix de l'Incoterm® fait partie intégrante de la négociation commerciale. Il doit être
fait en fonction des capacités organisationnelles de l'entreprise, du moyen de transport
utilisé, du niveau de service qu'elle souhaite apporter à son client ou avoir de son
fournisseur, ou bien encore en fonction des habitudes du marché, des pratiques de la
concurrence, etc. L'Incoterm® choisi doit être adapté aussi bien aux marchandises à
expédier qu'au mode de transport à utiliser.
Spécifier le lieu ou le port avec précision
Pour une application optimale des Incoterms®, les parties au contrat sont appelées à
désigner le lieu ou le port avec une précision maximale (ex : FCA 25 Rue Saint Charles,
Bordeaux, France, Incoterms® 2020). Il y a lieu de souligner ici que pour certains
Incoterms® comme CPT, CIP, CFR, CIF, le lieu désigné n'est pas le même que le lieu de
livraison : il s'agit du lieu de destination jusqu'auquel le transport est payé. Pour préciser
le lieu de destination finale de la marchandise, il convient de mentionner l'endroit précis
afin d'éviter toute ambiguïté. Idem pour la "sortie d'usine" : s'agit-il d'une usine en France
ou d'une usine implantée à l'étranger par une firme française ?
Les autres précautions à prendre
L'utilisation des Incoterms® nécessite certaines précautions à prendre telles que :
 la bonne connaissance de la signification de chaque Incoterm® et son sigle,
 l'emploi des variantes des Incoterms® avec précision afin d'éviter les confusions qui
pourraient naître de leur mauvaise interprétation (ex : FOB USA).
Les Incoterms® sont une norme admise dans le monde entier. À ce titre, comme toutes
les normes (industrie, qualité, pollution), leur appellation ne souffre aucune divergence.
Utilisez les seules abréviations normalisées. On prohibera tout autre code ! Et comme
toute norme, il faut y faire explicitement référence. Comme dans le cas des "chevaux
DIN" ou de la "certification ISO 9002", les trois lettres de l'Incoterm® doivent être suivies,
outre des lieux convenus, de la mention "Incoterm", voire "Incoterm ICC". N'hésitez pas à
faire appel à un cabinet de juristes internationaux. La tendance actuelle du commerce
international se concrétise par le fait que l'acheteur est déchargé de tout souci de
logistique. Cela valorise la position de l'exportateur. Il est nécessaire de bien négocier les
termes du contrat lors d'une première expédition et surtout dans le cas des pays à risque
où un crédit documentaire comme moyen de paiement sera conseillé.
Que signifient les différents Incoterms® ?

EXW (Ex Works / à l'usine)


Vendeur

L'unique responsabilité du vendeur est de mettre la marchandise, dans un emballage


adapté au transport, à la disposition de l'acheteur dans ses locaux (en général, le prix
inclut la mise sur palette).
Acheteur
L'acheteur supporte tous les frais et risques inhérents au transport, du départ de l'usine
au lieu de destination. Le terme EXW représente l'obligation minimum pour le vendeur.
Toutefois, si les parties souhaitent que le chargement de la marchandise au départ soit
assuré par le vendeur "EXW Loaded", à ses risques et frais, elles devront, à cet effet, le
préciser clairement par le biais d'une clause explicite à insérer dans le contrat de vente
(ex : EXW Paris chargé, Incoterms ICC 2020). Le vendeur est censé prêter à l'acheteur, à
la demande de celui-ci et à ses frais et risques, toute assistance nécessaire pour
l'obtention d'une licence d'exportation, une assurance et lui donner toutes informations
utiles en sa possession permettant à l'acheteur d'assurer l'exportation de sa marchandise
en toute sécurité.
Variante
"EXW Loaded" ou en français "à l'usine, ENU chargé sur". La révision 2000 des
Incoterms® a introduit ce concept de "EXW loaded" qui reconnaît une pratique très
utilisée: le vendeur prend en charge et est responsable du chargement de la marchandise
sur le véhicule de l'acheteur.

Libellés EXW Frais Risque

Emballage V V

Pré-acheminement A A

Douane export A A

Manutention transport principal A A


(chargement)

Transport principal A A

Assurance transport A A

Manutention transport principal A A


(déchargement)

Douane import A A
Libellés EXW Frais Risque

Post-acheminement A A

Définition : Dans le cadre de contrats commerciaux internationaux, les incoterms désignent les
responsabilités et les obligations d'un vendeur et d'un acheteur dans les domaines suivants :
chargement, transport, livraison des marchandises ainsi que les formalités et charges
(assurances) liées à ces opérations. Ils indiquent plus précisément, le lieu de transfert des
risques : En cas d'avarie à un moment donné du transport, qui aura à supporter les charges liées
au dommage entre le vendeur et l'acheteur.
Attention, les incoterms ne définissent pas le moment du transfert de propriété, mais seulement, le
moment du transfert des risques, frais et organisation du transport.
Le but est de fournir un ensemble de règles internationales pour l'interprétation des termes
commerciaux les plus couramment utilisés en commerce extérieur.
Origines : Incoterms est la contraction des mots anglais "International Commercial Terms" signifiant
"termes du commerce international" et traduit en français par le sigle C.I.V. "Conditions
Internationales de Vente".
Si les incoterms "modernes" sont créés en 1936 par la Chambre de Commerce International à
Paris (le mot incoterm lui apparait en 1953), les prémices des incoterms actuels remontent à
1812 où apparaît le terme FOB (Free on board ou Franco à bord) qui concerne le transport par
mer et voies navigables.
Il existe deux autres sources américaines de termes commerciaux proches, qui utilisent les
mêmes acronymes mais avec quelques nuances. Il s'agit :

 des "Revised Américan Foreign Trade Définitions"


 des "Universal Commercial Code" 

L'usage de ces termes est en voie de disparition.


Les incoterms aujourd'hui : Depuis 1936 de nombreuses modifications et ajouts ont été effectué
(1953, 1967, 1976, 1980, 1990, 2000, 2010) pour aboutir à la dernière version, les incoterms
2020, applicables depuis le 1er janvier 2020.

Principes : Il s'agit d'un ensemble de règles mis à jour au fur et à mesure de l'évolution du
commerce mondial et qui permet à l'acheteur et au vendeur de se mettre d'accord rapidement et
sans ambiguïté sur les modalités de la transaction.
Les incoterms 2020 proposent 11 termes différents codifiés par trois lettres (ex : EXW, FOB...).
La version 2020 conserve, comme la version précédente, le découpage en 2 catégories des 11
incoterms :

 Les incoterms multimodaux : si utilisation de un ou plusieurs modes de transport que ce


soit air, terre, fer, mer.
 Les incoterms maritimes ou fluviaux.

 
Comme dans les versions précédentes, dans la pratique, les Incoterms 2020 sont désignés par un sigle qui
correspond aux lettres de la version anglaise. Cependant, même si elle est moins utilisée dans le milieu
professionnel, il existe une version française.
EXW  Ex Works  A l’usine
Pourquoi éviter les ventes export sous incoterm EX
Works (EXW) ?
L’incoterm EXW signifie Ex Works, c’est à dire « à la sortie d’usine« . Selon
cet Incoterm, le vendeur met à disposition ses marchandises à la sortie de
son usine, et c’est à l’acheteur qu’incombent les coûts de transport, les frais
de douane et les risques liés au transport jusqu’à destination. 

En tant qu’exportateur, l’incoterm EXW peut vous sembler avantageux: il vous


engage le moins en termes de responsabilité et de frais. Il est pourtant
dangereux.