Vous êtes sur la page 1sur 14

FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

RECHERCHE SUR LA
DELOCALISATION

PLAN
Introduction
I. Définir les délocalisations et secteurs touchés
II. facteurs des délocalisations
III. Les effets des délocalisations
IV. Cas du Maroc
Conclusion

Introduction
Au cours des deux dernières décennies, la réduction des barrières au
commerce et à l’investissement, conjuguée aux progrès technologiques dans
les domaines du transport et des communications, a favorisé la mondialisation

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

des processus de production ce qui illustre bien la tendance en hausse de la


délocalisation à l’échelle mondiale, surtout des pays industrialisés vers des
pays émergents. Ce phénomène est motivé par plusieurs facteurs, et présente
aujourd’hui une grande importance en raison de son impact sur l’emploi, la
productivité et les revenus. Ces débats autour les délocalisations ont soulevé
de nombreuses questions :

Comment définir les délocalisations ? Quels sont les secteurs touchés ? Quelle
est la nature des emplois concernés par les délocalisations en termes de
qualifications ? Quels sont les principaux facteurs et effets des délocalisations ?
Le Maroc a-t-il joué ses chances avec les délocalisations ?

I. Définir les délocalisations et secteurs touchés

Deux formes de délocalisations sont détaillées ici : les délocalisations au


sens strict et les délocalisations au sens large. Distinguer ces deux types de
délocalisations s’avère nécessaire puisque l’utilisation sans distinction de ce
terme peut prêter à confusion.

Au sens stricte :

Selon l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE),


une délocalisation au sens strict répond nécessairement à trois critères :

> Fermeture totale ou partielle des unités de production de l’entreprise dans le


pays déclarant avec réduction des effectifs.

> Ouverture à l’étranger de filiales (ou d’unités de production) qui produisent


les mêmes biens et services. Cette production pourrait également être réalisée
par des filiales existantes.

> Dans le pays déclarant, l’entreprise qui a délocalisé sa production importe


des biens et services en provenance de ses propres filiales à l’étranger,
qui auparavant étaient consommés à l’intérieur de ce pays, tandis que les
exportations pourraient diminuer du fait qu’elles seraient partiellement ou
totalement effectuées à partir de l’étranger et seraient destinées aux mêmes
marchés que les exportations du pays déclarant.

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

Les trois conditions précédentes doivent être réunies afin que soit constatée
une délocalisation au sens strict. De plus, ce type de délocalisation concerne
exclusivement les firmes multinationales dans la mesure où sont impliqués
des investissements directs. Les firmes multinationales impliquées dans cette
catégorie de délocalisations peuvent être soit des sociétés mères contrôlées
en principe par les résidents du pays déclarant, soit des filiales sous contrôle
étranger.

Au sens large :

En résumé, on peut dire que ce type de délocalisation «correspond au recours


à la sous-traitance internationale sans investissement direct ». Elle peut aussi
bien être pratiquée par des firmes multinationales que par des PME et consiste
à l’utilisation par une entreprise de la capacité productive d’une entreprise
étrangère tierce afin de diminuer ses coûts de production. Selon l’OCDE, quatre
critères sont généralement liés à ce type de délocalisation :

> Arrêt partiel ou total d’une activité de production de biens ou de services


dans le pays déclarant avec une réduction des effectifs.

> La même activité arrêtée partiellement ou totalement sera sous-traitée de


manière régulière auprès d’une autre entreprise non affiliée ou d’une autre
institution à l’étranger.

> L’entreprise qui a donné l’ordre et sous-traite à l’étranger des biens ou


des services importe ensuite ces biens et ces services qui auparavant étaient
produits au sein de cette entreprise pour satisfaire la demande intérieure du
pays déclarant.

>Dans le cas de la sous-traitance à l’étranger, il est possible qu’une firme


délocalise certaines de ses activités à travers un processus d’externalisation
sur le marché intérieur. La firme domestique qui a reçu l’ordre de sous-traiter
les activités peut ensuite les sous-traiter à l’étranger et importer elle-même les
biens et services sous-traités pour les livrer ensuite à la première firme qui lui a
donné l’ordre.

Dans de nombreux pays, les délocalisations pendant une longue période ne

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

concernaient que les secteurs traditionnels de l’industrie manufacturière dont


la partie de la production la plus intensive en main-d’œuvre peu qualifiée était
transférée vers les pays à plus bas coûts. Aujourd’hui les délocalisations ne se
limitent plus à l’industrie manufacturière, mais elles concernent aussi de plus
en plus les services eux-mêmes. Le développement rapide des technologies
de l’information permet désormais d’importer différentes catégories de
services, et notamment des services destinés aux entreprises, centres d’appel
et activités de services «offshore ».

Ainsi on peut voir que les postes de travail touchés par les délocalisations ne
concernent plus les emplois peu qualifiés seulement, mais aussi les emplois
plus qualifiés, ce qui veut dire qu’aucune des catégories de qualifications n’a
été épargnée.

II. facteurs des délocalisations

1. « L’avantage géographique »

Les stratégies de délocalisation des entreprises, et plus spécifiquement


des groupes pratiquant une activité internationale, intègrent cet élément
géographique afin d’optimiser leur gestion : ainsi, là où « l’avantage
géographique » existe, il conditionne la répartition internationale de chaque
activité (conception, financement, production, commercialisation) de manière
à exploiter au mieux les spécificités productives de chaque lieu d’accueil.

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

La décision d’une entreprise de délocaliser tout ou partie de sa production


obéit autant à une logique d’offre — qui renvoie, d’une part, à l’étude de la
structure des coûts de production et, d’autre part, aux conditions de rentabilité
de l’investissement — qu’à une logique de demande tenant à la nature de la
production ainsi qu’à la taille et à la structure des marchés.

2. Délocalisation et offre

Dans une logique d’offre, le choix de délocaliser résulte, le plus souvent, d’une
comparaison des prix relatifs des facteurs de production dont l’entreprise
cherche à tirer avantage, qu’il s’agisse du coût des matières premières (une
entreprise peut avoir intérêt à délocaliser sa production le plus près possible
de sa source d’approvisionnement en matières premières, notamment
si le coût du transport est tel qu’il grève de façon substantielle le coût de
production et donc, in fine, le prix de vente payé par le consommateur),
du coût du capital (meilleure rémunération de l’investissement, existence
d’avantages fiscaux divers) ou du coût de la main-d’œuvre. Ce dernier
point est le plus fréquemment avancé pour contester le mouvement de
délocalisation, car il met en exergue les contradictions existant entre la
stratégie mondiale des firmes et la territorialité qui conditionne la conduite
d’une politique économique d’un État. La faiblesse du coût du travail explique
en effet en partie le choix d’une délocalisation, mais elle ne peut s’envisager
indépendamment d’autres éléments. Le poids de la réglementation sociale, le
montant des prélèvements obligatoires entrent également en ligne de compte.
En outre, le rapport salarial ne s’envisage pas exclusivement à l’aune de son
coût : l’examen de la productivité du travail, le niveau de formation et de
qualification de la main-d’œuvre sont tout aussi importants.

3. Délocalisation et demande

Dans une logique de demande, les délocalisations peuvent obéir à des motifs
variés, tenant à l’avantage que procure une présence sur tel ou tel marché
(c’est alors un moyen de se positionner dans la compétition internationale
qui oppose les entreprises entre elles) ou relevant de la nécessité, puisque
certaines activités exigent, en effet, une étroite proximité entre lieu de

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

production et lieu de commercialisation ; c’est le cas notamment du secteur


du bâtiment et des travaux publics ou encore de l’automobile, activités où les
coûts de transport élevés incitent à la délocalisation.
4. L’incitation à la délocalisation
Le choix d’une implantation à l’étranger peut, à l’inverse, s’analyser non
comme une obligation, mais comme une « invitation ». Il en est ainsi des États
qui, désireux de constituer sur leur sol des gisements d’activités, aménagent
des zones franches où subventions à l’implantation, qualité des infrastructures
et fiscalité réduite ont un effet attractif incontestable. Ces comportements ne
sont pas seulement le fait de pays émergents, mais sont également pratiqués
dans de nombreux pays industrialisés.
La figure 3et la figure 4 donne une illustration des principales motivations des
entreprises pour délocaliser :
Selon une enquête du cabinet A.T.Keamy (2003) sur des grandes entreprises

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

III. Les effets des délocalisations

Les études récentes sur les délocalistions montre qu’il s’agisse de bien ou
service, c’est la structure de l’économie qui y détermine les bénéfices de
la délocalisation des activités. Certes dans tout les cas à court terme, il y a
des risques de perte d’emplois, mais les bénéfices tirés des délocalisations
pourraient être à l’origine à la création de nouveaux emplois. La différence
principale entre les effets des délocalisations sur l’emploi à court et à moyen
terme est que les effets à court terme sont majoritairement directs et négatifs,
tandis que les effets à moyen terme sont indirects et majoritairement positifs.

Les bénéfices des délocalisations n’apparaissent pas immédiatement et


ne concerne pas directement les personnes dont l’emploi a été affecté. En
conséquence la plupart des effets positifs sont perçus sans aucun lien avec les
délocalisations et seuls les aspects négatifs y sont directement associés.

La complexité du phénomène, et la difficulté d’identifier de manière autre


qu’approximative l’ampleur des délocalisations constituent sans doute
d’importants obstacles pour quantifier les bénéfices et établir des relations de
cause à effet.

Brièvement, on peut présenter les principaux effets comme suit :

1 Effets positifs :

Accroissement des revenus des consommateurs

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

L’importation de biens et services délocalisés à un prix inférieur à celui qui


serrait appliqué si les mêmes biens et services étaient produits à l’intérieur
du pays déclarant accroît les revenus des consommateurs de ce pays.
L’accroissement du revenu fera croître la consommation et éventuellement
l’épargne.

Amélioration de la compétitivité et la productivité des entreprises

L’amélioration de la compétitivité des entreprises se traduit d’abords par


l’amélioration de compétitivité prix. Si les variations du taux de change ne
font pas réduire les coûts des biens et services importés, l’entreprise peut
soit augmenter se marges sans baisse significative des prix, soit répercuter
totalement la baisse des prix à l’importation sur les ventes et accroître ses parts
de marché et indirectement ses bénéfices. Un autre effet important sur les
entreprises est l’amélioration de la productivité des entreprises, ce qui favorise
l’investissement dans des technologies nouvelles, et indirectement la création
d’emplois plus qualifiés.

Accroissement des exportations

L’accroissement des revenus des pays de délocalisation qui s’intègrent


davantage à l’économie mondiale crée une demande supplémentaire qui
pourrait être satisfaite par de nouvelles exportations de la part des pays qui
sont à l’origine des délocalisations.

Maîtrise de l’inflation

La réduction des coûts est une des principales justifications des délocalisations.
Cette réduction va contribuer à une meilleure maîtrise de l’inflation et
une modération de l’évolution des prix à la consommation. Cela favorisera
une politique monétaire souple et le maintien du taux d’intérêt réel assez
bas. De manière indirecte, le faible niveau du taux d’intérêt va stimuler
l’investissement et par la suite la création d’emplois.

Meilleure rémunération du capital

Dans les pays de délocalisation, la masse salariale est relativement faible par
rapport à l’excédent brut d’exploitation. En d’autre terme, il y a un rendement

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

plus élevé des investissements. Ainsi les dividendes et les bénéfices rapatriés,
dont l’ampleur dépend également de la stratégie des entreprises, impliquent
une meilleure rémunération des détenteurs des capitaux. A partir de ces
résultats, il est toutefois très difficile à prédire l’impact probable sur l’emploi.

2 effets négatifs :

Baisse des salaires réels de certaines catégories

En fonction de la nature des délocalisations, l’importation de biens et services


à des prix inférieurs aura comme conséquence la baisse des salaires des
travailleurs qui produisaient ces biens et services. Dans une première phase
où les délocalisations concernaient majoritairement des biens et services de
faible valeur ajoutée, c’était la main-d’œuvre faiblement qualifiée qui était
concernée. Les salaires relatifs réels de ces travailleurs ont fortement baissé
et leur chômage a augmenté. Il est probable que ce phénomène a incité
certains pays à instaurer des salaires minima. En revanche l’augmentation de la
main-d’œuvre qualifiée est meilleur marché à l’étranger et les délocalisations
concernant des biens et services nécessitant une telle main-d’œuvre, a
également pour conséquence la baisse des salaires réels des travailleurs
qualifiés dans les pays qui délocalisent.

Détérioration des termes de l’échange

La délocalisation des activités est en général avantageuse pour un pays dans


la mesure où elle fait baisser davantage le prix des biens et services importés.
Toutefois, cela pourrait détériorer les termes de l’échange de ce pays,
d’autant plus que les biens et services exportés sont d’une gamme similaire. La
principale cause sera le gonflement de l’offre mondiale à de bas prix des biens
et services qui normalement sont exportés par le pays en question.

Possible affaiblissement de la capacité d’innovatrice

Ce cas s’applique essentiellement dans le cas de délocalisation de laboratoires


de recherche-développement. Ces délocalisations ont lieu le plus souvent dans
le cadre de restructurations de groupes, ou à la suite d’une fusion, et concerne
le plus souvent les entreprises sous contrôle étranger. La mesure de cet effet

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

dépend de la nature de la recherche effectuée par les laboratoires.

Perte de recettes fiscales

Des pertes de recettes fiscales peuvent avoir lieu en cas de délocalisation des
sociétés mères ou des quartiers généraux des multinationales, dans la mesure
où une grande partie des bénéfices des groupes concernés sera transférée et
taxée dans d’autres pays.

Effets régionaux

Les conséquences de la délocalisation pour une région particulière peuvent


être grave, notamment lorsque le chômage de cette région est élevé et
l’entreprise délocalisée constituait le principal centre de l’activité économique
de la région.

Dégradations environnementales

La délocalisation des activités industrielles polluantes vers les pays en voie


de développement à une double conséquence. D’abord elle permet le
développement, dans les pays occidentaux, d’activités à haute valeur ajoutée,
dans le secteur tertiaire notamment, nécessitant un environnement de qualité.
Elle laisse ainsi la place au développement d’activités nécessitant de la main-
d’œuvre plus qualifiée. Par ailleurs, la délocalisation de certaines activités
revient à une exportation des pollutions vers des pays où les acteurs y sont
sans doute moins sensibles (le niveau de richesse étant un des déterminants
dont ont perçoit les dégradations environnementales).

IV. Cas du Maroc

Les délocalisations au Maroc progressent depuis quelques années du fait que


le royaume offre plusieurs avantages aux multinationales, notamment en
terme de coûts et d’infrastructures. C’est ainsi que plusieurs centres d’appels
européens ont été délocalisés au Maroc, en plus des activités de l’offshoring et
d’autres secteurs.

Offshoring : le Maroc en quête de valeur ajoutée

Grâce à la stratégie développée dans le cadre du plan Emergence, le Maroc

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

est maintenant positionné sur le marché mondial et ultra concurrentiel de


l’offshoring. La quête de valeur ajoutée passe désormais par un développement
de la qualité et des ressources humaines. Plusieurs critères entrent en ligne
de compte dans le choix des destinations. Les coûts de personnel d’une part,
mais aussi un package global qui inclut la proximité géographique des marchés
émetteurs, les ressources humaines et les compétences linguistiques. Les
atouts du Maroc dans ce domaine ont fait de l’offshoring un des huit moteurs
de croissance du Plan pour l’Emergence Industrielle qui devront générer 70 %
de la croissance industrielle d’ici 2015.

Les centres d’appels

Les activités des centres d’appels délocalisés au Maroc ont le vent en poupe!
Depuis 2000, le Maroc a bénéficié, dans ce secteur, d’une forte vague de
délocalisations. Plus d’une cinquante de centres d’appels spécialisés dans le
marketing, les services de relations clients, ont été créées. Le secteur Avec
une croissance de 13 % en 2009 sur un marché concurrentiel, l’activité de la
relation client se porte bien.

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

Aujourd’hui le secteur emploie 27.000 personnes d’après l’Association


Marocaine de la Relation Client (AMRC). Principal vecteur de pérennité : la
qualité, portée par les ressources humaines. Aussi la proximité géographique et
culturelle; la main-d’œuvre jeune, qualifiée, disponible a faible coût ; le modèle
social souple qui permet une flexibilité au niveau des horaires de travail; et la
qualité des infrastructures de télécommunications.

L’aéronautique : un pôle en développement

«Depuis quelques années, de grandes entreprises du secteur aéronautique,


comme EADS ou SNECMA, ont réussi à constituer un pôle aéronautique au
Maroc. Ces entreprises, qui ont délocalisé leurs activités de maintenance
de moteur ou de première monte, ont une visibilité. Leurs investissements
conséquents témoignent de leur satisfaction et de leur détermination à se
développer davantage au Maroc. Ces entreprises ont choisi le Maroc plutôt que
les PECO (Pays d’Europe centrale et oriental), pour la proximité géographique
et culturelle. Aussi, parce que la main-d’oeuvre est moins chère », explique
Bertrand Vincent, Responsable Industrie et Services aux entreprises auprès de
la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Meaux.

Conclusion
Il faut avoué que le phénomène des délocalisations est très complexe dans sa
définition, et son processus est en expansion et semble gagner potentiellement
tous les secteurs, et tous les catégories d’emploi en terme de qualification,
d’où la nécessité de mieux mesurer les effets des délocalisations sur l’emploi
et sur l’activité économique sans oublier son impact sur l’environnement, afin

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

de mieux orienter l’action politique, tenant compte que les délocalisations


ne sont qu'une partie visible d'un phénomène beaucoup plus profond, soit la
mondialisation économique.

Bibliographie
Ouvrages :
AGOSTIME (Serge) et MONTOUSSE (Marc), « l’indispensable en économie et histoire des sociétés
contemporaines :2eme année », Édition. BREAL 2004

SERFATI (Claude), « Mondialisation et déséquilibres nord-sud », Édition. P.I.E PETERLANG 2006

« Les délocalisations et l’emploi », Édition. OCDE 2007

Revues et Magazine :
Anne-Sophie Colly, « Offshoring : le Maroc en quête de valeur ajoutée », Conjoncture, N° 921 –
Décembre 2010

Calista Cheung et James Rossiter, «REVUE DE LA BANQUE DU CANADA », AUTOMNE 2008

Samuel Vallée et Corinne Langevin et Antoine Flandrin, « délocalisations », Conjoncture, N° 856 -


Janvier 2005

Encyclopédie Encarta 2008

Rapports et actes de colloques :


OMC « Rapport sur le commerce mondial 2008 »

Sites web :
Philippe Hurteau, « Mondialisation et délocalisations d’emplois », Avril 2009, www.iris-
recherche.qc.ca

Michel Lasserre, « Délocalisations : du secteur industriel à celui de la recherche


et développement », Mars 2006, http://www.mlasserre.com/textes/

Youssef
FSJES-SETTAT 2010-2011 S3-section1

delocalisationsrecherche.htm

Jean-Marc Siroën, «Mondialisation, délocalisations et développement», Mars 2005, http://


www.dauphine.fr/siroen/hem.pdf

Roger Schindelholz, «Délocalisations : chance ou menace ? », http://www.jeco.ch/ftp/


dossiers/1104402816EclairageDelocalisations.pdf

Youssef