Vous êtes sur la page 1sur 2

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

qui ont utilisé ces outils pour cibler de manière


malveillante des fonctionnaires, des journalistes, des
La société israélienne du logiciel espion
hommes d’affaires, des militants, des universitaires et
Pegasus placée sur liste noire aux États- des employés d’ambassades».
Unis
PAR FRANÇOIS BOUGON « Ces outils ont également permis à des
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 3 NOVEMBRE 2021 gouvernements étrangers de mener une répression
Le gouvernement américain accuse NSO Group transnationale, qui consiste pour des gouvernements
d’avoir commercialisé un outil numérique mis au autoritaires à cibler des dissidents, des journalistes et
service de la répression de dissidents, militants et des militants en dehors de leurs frontières souveraines
journalistes. Cette décision contraste avec la réaction pour les faire taire. Ces pratiques menacent l’ordre
timide des États européens, au premier rang desquels international fondé sur le respect des règles de
la France. droit», poursuit le texte, soulignant que «l’action
d’aujourd’hui s’inscrit dans le cadre des efforts
Le groupe israélien NSO, qui a développé le logiciel de l’administration Biden-Harris pour placer les
espion «Pegasus », a été placé sur la liste noire («Entity droits humains au centre de la politique étrangère
List») du Département du commerce états-unien «pour américaine, notamment en s’efforçant d’endiguer la
avoir participé à des activités contraires à la sécurité prolifération des outils numériques utilisés pour la
nationale ou aux intérêts de politique étrangère des répression».
États-Unis». La décision, rendue publique mercredi
3novembre, intervient plus de trois mois après Discrétion française
les révélations du consortium Forbidden Stories, Cette décision américaine – qui interdit notamment
de l’ONG Amnesty International et de 16médias à NSO d’acheter des pièces et des composants de
internationaux associés. compagnies américaines sans une autorisation spéciale
Ces derniers avaient mis au jour l’ampleur de la – souligne cependant l’absence de régulations de ces
surveillance effectuée grâce au logiciel Pegasus, armes numériques, dont les exportations restent un
qui peut prendre seul le contrôle d’un appareil et, pouvoir discrétionnaire des États (lire l’article de
théoriquement, avoir accès à l’intégralité du contenu Jérôme Hourdeaux ici). Elle contraste également avec
d’un téléphone en temps réel. Il permet même la réaction bien timide des États européens concernés,
d’activer à distance – et de manière totalement au premier rang desquels la France (lire le papier de
invisible – le microphone et la caméra de l’appareil Lénaïg Bredoux et Ellen Salvi là).
infecté. Depuis les révélations, NSO a mis fin à plusieurs
contrats pour un montant de 300millions de dollars,
selon l’agence Reuters. Dimanche, le groupe a
annoncé que son fondateur, Shalev Hulio, quittait
son rôle de PDG, remplacé par Isaac Benbenisti,
pour devenir «président mondial» et vice-président du
conseil d’administration.
Fin octobre, les médias israéliens avaient évoqué le
© Illustration Sébastien Calvet / Mediapart
déplacement à Paris du conseiller israélien à la sécurité
Mercredi, le Département du commerce états-unien a nationale, Eyal Hulata, pour rencontrer le président
expliqué que NSO Group avait été ajouté à la liste, en Emmanuel Macron et plusieurs hauts responsables et
compagnie de trois autres entreprises (une israélienne, apaiser la crise née des révélations. Lundi dernier à
une russe et une singapourienne), pour avoir «fourni Glasgow, en marge de la conférence sur le climat
des logiciels espions à des gouvernements étrangers

1/2
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

COP26, le premier ministre israélien Naftali Bennett, Fin septembre, Mediapart avait révélé que les
entré en fonction en juin, a discuté avec Emmanuel téléphones d’au moins cinq ministres français,
Macron de NSO. Jean-Michel Blanquer, Jacqueline Gourault, Julien
« M. Bennett a évoqué le dossier NSO lors de Denormandie, Emmanuelle Wargon et Sébastien
sa rencontre avec le président Macron. Les deux Lecornu, avaient été infectés par Pegasus.
dirigeants se sont entendus sur le fait que cette D’après les conclusions techniques de l’enquête de
question doit continuer d’être traitée de manière Forbidden Stories et du Security Lab d’Amnesty
discrète et professionnelle, et dans un souci de International, les victimes françaises de Pegasus ont
transparence entre les parties», a déclaré une source été ciblées par le royaume du Maroc, client de NSO
diplomatique à Jérusalem citée par l’AFP. comme de nombreux autres pays (Inde, Mexique,
Le logiciel Pegasus doit, comme du matériel militaire, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Rwanda, Arabie saoudite,
obtenir une licence d’exportation du ministère de la Hongrie,etc.). Le gouvernement marocain a toutefois
défense israélien pour être vendu à un État étranger. contesté de telles accusations après les révélations de
Forbidden Stories, déposant une salve de plaintes en
Les principales cibles des États clients de NSO sont
diffamation.
des opposants politiques, des militants associatifs et
des journalistes du monde entier, parmi lesquels Edwy Sur le fond, une enquête préliminaire du parquet
Plenel et Lénaïg Bredoux, de Mediapart, mais aussi de Paris est actuellement en cours afin d’établir
des responsables politiques, au premier rang desquels judiciairement ce qui a été journalistiquement révélé.
se trouve le président français Emmanuel Macron.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

2/2