Vous êtes sur la page 1sur 68

COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

D’ÉXPLOITATION

Professeur: M. Lahcen BENBIHI


Benbihi.lahcen@gmail.com

Année: 2014-2015
Plan du cours
2

 Chapitre introductif: La logique da la comptabilité


Analytique
 Chapitre 1:La hiérarchie des Coûts dans l’entreprise
 Chapitre 2: la gestion des Stocks
 Chapitre 3: le seuil de rentabilité
 Chapitre 4 : le Coût complet: la méthode des sections
analytiques.
3

Chapitre premier:
La logique de la comptabilité
Analytique
Définition de la comptabilité analytique

La comptabilité analytique est un mode de traitement des


données dont les objectifs essentiels sont les suivants :
 D’une part :
Connaître les coûts des différentes fonctions assumées par
l’entreprise ;
Expliquer les résultats en calculant les coûts des produits pour
les comparer aux prix de ventes correspondants ;
D’autre part :
Etablir les prévisions de charges et produits courants ;
En constater la réalisation et expliquer les écarts qui en résultent
Objectifs de la comptabilité analytique

1- La comptabilité analytique décrit les événements qui se


produisent à l’intérieur de l’entreprise.

Biens et
Entreprise Produits
services

Comptabilité Comptabilité Comptabilité


générale analytique générale
 Système d’information pour répondre aux questions:
Qui consomme quoi et combien?
Qui produit quoi, combien et comment?
6

2 - La comptabilité analytique fournit des informations correspondant aux besoins


d’analyse propres à l’entreprise ;
3 - La comptabilité analytique fournit des informations fréquemment et rapidement
;
4 - La comptabilité peut décrire l’avenir, et ensuite, comparer les réalisations aux
prévisions.

Fournir à la direction des informations préalables afin que celle-ci prenne ses
décisions et exercer son pouvoir de contrôle.
Comparaison entre la CAE et la CG
7

Critères de Comptabilité générale Comptabilité analytique


comparaison
Au regard de la loi Obligatoire Facultative
Vision de l’entreprise Globale Détaillée
Horizons Passé Présent - futur
Natures des flux observés Externes Internes
Documents de base Externes Externes et internes
Classement des charges Par nature Par destination
Objectifs Financiers Économiques
Règles Rigides et normative Souples et évolutives
Utilisateurs Tiers + direction Tous les responsables
Nature de l’information Précise, certifiée, Rapide, pertinente,
formelle approchée
8

Notions fondamentales
La définition d’une charge:
9

Charge : élément décaissé ou à décaisser. C’est une source


d’appauvrissement
 on distingue entre les charges directes et indirectes:
 Les charges directes sont des charges que l'on sait directement

affecter à un coût.
 Exemple : le salaire de l'ouvrier de production dans l'atelier de
fabrication du produit fini n°1 s'affecte au coût de production du
produit fini n°1.
 On appelle charges directes des charges qui peuvent être
directement affectées à un coût sans calcul intermédiaire.
 ex : les matières premières dans un coût d’achat, les salaires de

production d’un atelier au coût de production d’un produit si


seulement ce produit est fabriqué dans l’atelier
La distinction directe / indirecte
10

 Les charges indirectes: Ce sont des charges qui


ne peuvent être affectées directement à un coût
précis.
 Les charges indirectes sont celles qui demandent un
traitement spécial avant d’être imputées au coût.
 Exemple : la consommation d'électricité d'un atelier
dans lequel on fabrique plusieurs produits finis. Il faut
donc trouver des critères pertinents de répartition
entre les divers coûts de production.
La distinction fixe / variable
11

 Une charge est variable lorsque sonmontant total


est fonction d’un niveau d’activité
 Les charges non variables sont semivariables ou
fixes c’est-à-dire constantes quelques soit le niveau
d’activité de l’entreprise.
Définition d’un coût
12

Le coût d’un bien, d’un service ou d’une fonction est la


valeur des ressources sacrifiées pour son obtention.
 Techniquement, c’est la somme des charges générées
par les moyens mis en œuvre.

La distinction coût / prix


 Le coût ne doit pas être confondu avec le prix qui se

constate lors d’une transaction effective.


Les charges de la comptabilité Analytique
13

 La comptabilité générale constitue le pourvoyeur essentiel en


informations (charges, pièces justificatives….) au système CA.
 Les charges de la CG subissent des retraitement avant d’être
intégrées dans les coûts:
 À éliminer certaines charges (les charges incorporables)

 À modifier le montant de certaines charges (les charges


abonnées, les charges étalées, les charges d’usage…)
 À créer d’autres charges (les charges supplétives)
Les charges non incorporables
14

Les charges de la CG (classe 6) sont reprises par la CAE, cependant certaines charges
ne le sont pas. On les appelle les charges non incorporables, elles comprennent :
 toutes les charges non courantes ;
 certaines charges courantes que l’analyse ne permet pas de considérés comme tel,
il s’agit des :
 fractions des dotations aux amortissements qui excédent les dotations fiscales ;
 impôts sur les résultats ;
 charges courantes se rapportant aux exercices antérieurs ;
 dotations aux amortissements des immobilisations en non valeurs (pas de valeur
réel, actif fictif) ;
les charges supplétives
15

 D’autre part des charges qui ne figurent pas dans la


CG sont prises en considération par la CAE, sont les
charges supplétives, elles comprennent essentiellement
:
 la rémunération du travail du dirigeant propriétaire ;
 la rémunération (théorique) du capital à un certain
taux d’intérêt dans la société ;
Les charges calculées:
16

 Ce sont des charges prises en compta Analy pour un montant


différent de celui de la la C.G elle sont de trois types:
1) Les charges d’Usage: elle concernent les annuités d’amortissement
calculées en CG en respectant des gèles fiscales et qui sera
calculées en CA de telle sorte à ce qu’elle reflètent un coût réel.
 Ainsi

 Durée d’amortissement est remplacé par durée d’usage

 Et valeur d’origine est remplacée par valeur d’usage.


17

2) Les charges abonnées: la périodicité de la CG diffère de


celle de la CA qui se caractérise par des périodes beaucoup plus
courtes.
 L’abonnement permet d’intégrer au coût des charges incorporables
de la CG selon une périodicité différentes de celle de leur
apparition.
3) Les charges étalées: les provision sont calculées en CG en
fonction des considération juridiques et ou d ’événements
économiques se rapportant à l’exercice en cours.
Chapitre 1: la hiérarchie des Coûts
dans l’entreprise
18

 L’objectif de la comptabilité analytique dans le cadre


de la méthode des coûts complets est d’obtenir le coût
revient.
 La méthode des coûts complets préconise un calcul
de coût par stade de fabrication qui doit respecter la
réalité du processus de production de chaque E/se.
 Dans une vision très globale, on peut distinguer 2
types d’Eses :
Entreprises commerciales
Entreprises Industrielles
L’évolution de la fonction
19

1) Les entreprises commerciales dont le cycle d’exploitation peut être


résumé ainsi :

Les entreprises industrielles dont le cycle d’exploitation peut se résumer


comme suit :
la hiérarchie des Coûts
20

La constitution des coûts par étape fait apparaître :


 un ou des coûts d’approvisionnement ou d’achat
des coûts de production
des coûts de distribution

l’obtention des coûts de revient des produits se fait par


intégration successive des différents coûts et pour tenir
compte de cet aspect chronologique dans le calcul du
coût de revient, on parle de hiérarchie des coûts.
la hiérarchie des Coûts
Selon le modèle du PCG, le coût complet est calculé selon une démarche dite
hiérarchique, qui suit le déroulement du processus de production du produit ou du
service :
21
22

On peut
synthétiser la
hiérarchie des
coûts comme suit:
1) le coût d’achat :
23

 C’est un coût qui regroupe les charges relatives à la fonction


approvisionnement de l’entreprise.
a- les produits approvisionnés : il est possible d’en retenir 4 types :
 les marchandises: tout ce que une entreprise commerciale achète
pour le revendre en l’état.
 les matières premières : qui sont des objets ou des substances destinés
à entrer dans la composition des produits fabriqués.
 Les emballages: objets servant à conserver le produit.
 Les matières et fournitures consommables : qui sont des objets plus
au moins élaborés consommés au premier usage et qui concourent à la
fabrication sans entrer dans la composition du produit fabrique ( huile
du moteur)
24

 les composantes du coût d’achat :


Coût d’achat = prix d’achat + frais accessoires
d’achat

Prix d’achat net : il s’agit d’un net commercial


Frais d’achat : charges directes et indirectes relatives à l’achat
(frais de transport, d’assurance, taxes douanières, etc.).

Remarque : le coût d’achat constitue une valorisation d’entrée dans les stocks.
Les sorties seront évaluées selon la méthode fixée par l’entreprise (CUMP
….).
2) coût de production
25

 Les composantes du coût de production :


 Coût de production= coût d’achat des matières et
fournitures consommées + charges directes de
production + charges indirectes de production.
3) le coût de revient :
26

 Il est calculé par type de produits vendus, il est composé de coût


de production et de coût hors production.

Coût de revient de produits vendus = coût de production


des produits vendus + charges directes de distribution +
charges indirectes de distribution.

Remarque : De cette manière on peut déterminer facilement le


résultat réalisé sur le vente de chaque type de produits, en
faisant une comparaison entre le chiffre d’affaires généré par
chaque type de produits et son coût de revient.
Marges et résultats analytiques
27

 Les marges (prix de vente – coût) peuvent être calculée


aux différentes étapes :
 marge sur coût d’achat, marge sur coût de production.
 Le résultat par produit (ou résultat analytique) est obtenu
par la différence entre le prix de vente et le coût de
revient de l’objet en question.
Applications: Cas de l’entreprise LUMIERE
L’entreprise LUMIERE fabrique un modèle unique de chandelier à partir d’une seule
matière première : le bronze, dans un atelier unique de production.

28

 Elle achète le bronze qui est stocké avant d’être utilisé dans l’atelier de production pour
fabriquer les chandeliers. Ceux-ci sont stockés avant d’être vendus.
 Renseignements concernant le mois de mars :
 Achat de bronze : 800 kg à 22 le kg; Charges directes d’achat : 200 pour les 800 kg.
 Charges indirectes d’approvisionnement 1,25 par kg acheté.
 Le stock initial (début mars) de bronze est de 200 kg à 23 le kg soit 4 600 .
 Production du mois : 700 chandeliers qui ont nécessité 750 kg de bronze ;
 400 heures de main-d’œuvre directe à 14 l’heure (charges sociales comprises) ; 6 880 de
charges indirectes d’atelier pour 400 heures de travail.
 Le stock initial de chandeliers (début mars) est de 120 chandeliers à 47 le chandeliers soit
5 640 .
 Les charges directes de distribution s’élèvent à 968 pour 600 chandeliers vendus.
 Les charges indirectes de distribution s’élèvent à 1 000 pour 600 chandeliers vendus.
 Les ventes du mois représentent 600 chandeliers vendus à 62 pièce.
Application (suite)
29

 TRAVAIL A FAIRE :
 Compléter les tableaux ci-après permettant de déterminer le
résultat analytique réalisé sur la vente des 600 chandeliers du
mois de mars.
 L’entreprise a-t-elle réalisé une perte ou un bénéfice ?

 Quelle est la valeur en euros et en francs du résultat par


chandelier ?
Cout d’achat du bronze
30

Coût d'achat du bronze

Eléments Quantité PU Montant

Prix d'achat

Charges directes d'achat

Charges indirectes d'achat

Total
Évaluation du stocke selon le CMUP
31

Compte de stock du bronze

Eléménts Quantité PU Montant Eléménts Quantité PU Montant

Stock initial Sorties

Entrées Stock final

Totaux Totaux
Coût de production des Chandeliers
32

Coût de production des chandeliers

Eléments Quantité PU Montant

Sortie de stock de bronze

Charges directes de production :


main-d'œuvre directe

Charges indirectes de production :


Atelier

Total
Evaluation des Stocks des chandeliers (CMUP)
33

Compte de stock des chandeliers

Eléménts Quantité PU Montant Eléménts Quantité PU Montant

Stock initial Sorties

Entrées Stock final

Totaux Totaux
Coût de revient des chandeliers vendus
34

Coût de revient des chandeliers vendus

Eléments Quantité PU Montant

Sortie de stock des chandeliers vendus

Charges directes de distribution

Charges indirectes de distribution

Total
Résultat Analytique
35

Résultat analytique réalisé

Eléments Quantité PU Montant

Prix de vente des chandeliers (Chiffre d'Affaire)

Coût de revient des chandeliers vendus

Bénéfice ou perte
La valorisation des stocks
36

1- Définition

Les stocks sont constitués de l’ensemble des biens qui interviennent dans le
cycle d’exploitation de l’entreprise pour être :
 Soit vendus en l’état
Incorporés dans le produit fabriqué.
 Soit consommés au premier usage dans le processus de production de
l’entreprise
37

Stocks

Phase Phase de Phase de


d’approvisionnem production distribution
ent
§ Produits § Produits finis
§ Marchandises intermédiaires § Produits résiduels
§Matières § Produits en-cours § Emballages
premières § Marchandises
§Matières
consommables
§Emballages
2- l’inventaire permanent

 Il permet de connaître à tout moment les stocks en valeur et en quantité,


grâce à la tenue systématique des fiches de stocks.
 La méthode de l’inventaire permanent détermine le stock théorique. Celui-ci
doit être systématiquement comparé au stock réel calculé à partir d’un inventaire
physique à la fin de l’exercice comptable.

On constate le plus souvent un écart entre le stock final théorique et le stocks


final réel, constituant une différence d’inventaire.

Stock réel > stock théorique Différence d’inventaire favorable

Stock réel < stock théorique Différence d’inventaire défavorable

38
3- valorisation des mouvements de
stocks

Pour évaluer les stocks, il est nécessaire de valoriser : les entrées et les sorties.

Achats Production Distribution


Stocks Stocks

Entrée en stock des Sortie de stock Entrée en stock de Sortie de stock


approvisionnement pour la production la production pour la vente
s

39
Entrées Sorties
évaluées pour
quels coûts
???

Les Entrées Les Sorties

Achat Production Production Distribution

Coût Coût de
d’achat production À valoriser selon les trois
méthodes proposées :
40 CMUP; FIFO; LIFO
4- méthodes valorisation des mouvements de
stocks

Les trois méthodes de valorisation des sorties de stocks sont


:

 Méthodes du coût unitaire moyen pondéré en fin de


période de référence ou après chaque entrée (CUMP)

 Méthodes du premier entré / premier sorti (FIFO)

 Méthodes du dernier entré / premier sorti (LIFO)

41
Exemple d’Application
42

 Le 01 janvier, le stock de l’entreprise est de 100 Kg pour


un coût total de 2000 DH
 Le 03 janvier, sortie de 30 Kg.
 Le 05 janvier, achat de 50 Kg à 23 DH le Kg.
 Le 10 janvier, sortie de 80 Kg.
 Le 20 janvier, sortie de 20 Kg
 Le 30 janvier, achat de 70 Kg à 23,5 DH le Kg.
Méthode du peps (FIFO)
43

Date
Entrées Sorties stocks
s
Q C.U C.T Q C.U C.T Q C.U C.T
01/01 100 20 2000
03/01 30 20 600 70 20 1400
05/01 50 23 1150 70 20 1400
50 23 1150
10/01 70 20 1400
10 23 230 40 23 920
20/01 20 23 560 20 23 560
30/01 70 23.5 1645 20 23 560
70 23.5 1645
Méthode du CMUP après chaque entrée
44

Dates Entrées Sorties stocks

Q C.U C.T Q C.U C.T Q C.U C.T

01-janv 100 20 2000

03-janv 30 20 600 70 20 1400

05-janv 50 23 1150 120 21,25 2550

10-janv 80 21,25 1700 40 21,25 850

20-janv 20 21,25 425 20 21,25 425

30-janv 70 23,5 1645 90 23 2070


Exemple des mouvements de stocks

L’entreprise FANDENGO utilise une matière première pour la fabrication de


produits semi-finis dans un atelier.
Le mois de mars, les entrées et les sorties ont été les suivantes :
1. 3 / Stocks initial de 1 000 kg à 4, 45 dhs le kg
5. 3 / bon de sortie n° 1 de 200 kg
9. 3 / bon de réception n°1 de 600 kg à 4, 50 dhs le kg
12. 3 / bon de sortie n° 2 de 250 kg
20. 3 / bon de sortie n° 3 de 150 kg
28. 3 / bon de réception n°2 de 500 kg à 4, 60 dhs le kg
28. 3 / bon de sortie n° 4 de 600 kg

45
46

La gestion économique du stock


Plan de la séance
47

 Problématique générale de la gestion des stocks


 Rôledes stocks, types de stocks, enjeux
 Analyse ABC

 Le contexte de demande indépendante


 Lotéconomique
 réapprovisionnement

 Les stocks de sécurité


Pourquoi conserve-t-on des stocks ?
48

 Pour être capable de répondre à la demande


de manière instantanée
Exemples : stocks de produits finis, stocks de pièces
de rechange

 Parce que les quantités fabriquées ou


achetées sont supérieures à nos besoins
immédiats

 En prévision d’une demande future à laquelle


on serait incapable de répondre autrement
Pourquoi conserve-t-on des stocks ?
49

 Pour assurer un flux continu des opérations


Exemples : stocks tampon

 Parce que certains stocks sont inévitables


Exemple : stock de transit

 Parce qu’on veut pouvoir pallier divers


problèmes (stock de sécurité) :
 Retards dans les livraisons de matières premières
 Demande plus élevée que prévu
 Pièces défectueuses.
Enjeux de la gestion des stocks
50

 Enjeux stratégiques :
 Le système opérationnel est plus flexible et plus robuste

 Peut constituer un avantage concurrentiel en permettant de


répondre rapidement à la demande
 Les présence de stocks importants peut inciter au gaspillage
et réduit l’espace disponible

 Enjeux économiques :
 Les coûts annuels de stockage représentent de 15 à 40% de
la valeur des articles stockés
 Les stocks réduisent les liquidités

 Dans le cas des produits périssables : des pertes nettes


Lien entre la gestion des stocks et les fonctions de
l’entreprise
51

Marketing : Production :
Capacité de répondre Assurer une production
rapidement aux demandes régulière, sans pénurie
des clients
Gestion
des
stocks

Finances :
Coût du financement des stocks,
capitaux immobilisés
Les enjeux de la gestion des stocks
52 Les responsables de la gestion des stocks
doivent éviter deux écueils

Un niveau de stock trop élevé


(sur stockage) Un niveau de stock trop faible

• génère de nombreux coûts (construction • multiplie les risques de rupture qui


des entrepôts, assurance, personnel entraîne un arrêt de la production ;
affecté à la gestion, à la manutention, au • désorganise l’entreprise (goulots
gardiennage, etc...) ; d’étranglement, augmentation des
• immobilise les capitaux ; stockages intermédiaires) ;
• peut être à l’origine de graves difficultés
de trésorerie ; • génère des retards dans les livraisons,
• accroît les risques de détérioration ou d’où une diminution des ventes et une
d’obsolescence des produits stockés ; perte de clientèle.
• conduit parfois l’entreprise à céder “ au
rabais ” son stock d’invendus.
Enjeux de la gestion des stocks
53

 Enjeux de gestion :

 Comment réduire la complexité engendrée par les


différents stocks?

 Comment s’assurer d’avoir juste le bon niveau de


stock?
Réduire la complexité : la méthode 20/80 & ABC
54

Principe : une application de la loi de Pareto («20% des causes


produit 80% des effets»), de manière à consacrer aux stocks des
efforts de gestion proportionnels à leur importance relative.

On constate souvent que 20 % des articles représentent 80% de la


valeur consommée, c’est la fameuse règle des 20-80.

Même si ces pourcentages ne sont pas strictement respectés, l’idée


est que tous les articles n’ont pas la même importance financière
et ne doivent donc pas être gérés de la même manière.
Application
55

Code Qté Vendue Prix de Vente unitaire.


G 257 850
C 110 710
B 30 1500
F 1100 30
D 67 330
A 18 910
E 400 40
1-calculer par article (en valeur) 1982 ---
2-classer les articles dans l’ordre des valeurs (chiffre d’affaire)
décroissantes.
3-calculer les pourcentage par rapport au total, et du pourcentage
cumulé
4-définition des tranches 20% ; 80%.
5-représenter les données graphiquement.
56
Code Qté PV CA % art. Vend. % cumul. 20/80 % CA % cumul. 20/80
Vdue unit.
G 257 850 218450 12,97 12,97 50,92 50,92
20% 80%
C 110 710 78100 5,55 18,52 18,20 69,12
B 30 1500 45000 1,51 20,03 10,49 79,61
F 1100 30 33000 55,50 75,53 7,69 87,30
D 67 330 22110 3,38 78,91 80% 5,15 92,45 20%
A 18 910 16380 0,91 79,82 3,82 96,27
E 400 40 16000 20,18 100 3,73 100
1982 ***** 429040 100% ***** 100%
57

Courbe 20/80

120
% cumulé C.A.

100
80
60
40
20
0
0% 20% 80%
% cumulé articles vendus
La méthode ABC
58

 La Classification ABC, constitue un des premiers outils que l’acheteur


aura à utiliser dans son travail afin de bien gérer son temps. Cette
loi, appliquée dans le domaine de la gestion des stocks, se résume
comme suit :
 « Environ 20% des articles en stock représentent environ 80% de la
valeur monétaire de ce même stock » : Catégorie A.
 « Environ 15% à 40% des articles en stock représentent environ 15 à
20% de la valeur monétaire de ce même stock » :Catégorie B.

 « Environ 40 à 75% des articles en stock représentent environ 5 à


20% de la valeur monétaire de ce même stock » Catégorie C.
Type de Catégorie % d'articles % de la valeur monétaire
A de 0% à 20% 60% à 80%
B de 15% à 40% 15% à 20%
59 C de 40% à 75% 5% à 20%
Procédure à suivre pour l'établissement d'une classification ABC
pour une période donnée (mois, trimestre, ou plus)
1. Déterminer la quantité consommée de chaque article.

2. Associer la quantité consommée de chaque article à son coût unitaire.


3. Trouver la valeur monétaire de chaque article en multipliant la quantité
consommée par le coût unitaire de l'article correspondant.
4. Calculer la valeur monétaire de tous les articles en faisant la somme des
valeurs des différents articles.
5. Déterminer le % de la valeur monétaire pour chaque article par rapport à la
valeur monétaire de tous les articles.
6. Trier les articles par ordre décroissant de la valeur monétaire.
7. Former les catégories A, B, C en groupant les articles de façon à respecter la
loi de Pareto en regard du nombre d’articles et de leur valeur monétaire devant
entrer dans chaque catégorie.
Application (suite)
60

 Classer les articles de l’application précédente


selon la méthode ABC.
Application: Solution
61

Code Qté PV CA % art. % 20/80 ABC % CA % 20/80 ABC


Vdue unit. Vend. cumul cumul
. .

G 257 850 218450 12,97 12,97 A 50,92 50,92 A


20% 80%
C 110 710 78100 5,55 18,52 18,20 69,12
B 30 1500 45000 1,51 20,03 B 10,49 79,61 B
F 1100 30 33000 55,50 75,53 7,69 87,30
D 67 330 22110 3,38 78,91 80% 5,15 92,45 20%
A 18 910 16380 0,91 79,82 C 3,82 96,27 C
E 400 40 16000 20,18 100 3,73 100
1982 429040 100% 100%
Gestion économique du Stock: Modèle de
Wilson
62

 Coût de stockage = coût de passation des commandes + coût de


possession du stock.
 Le coût de passation englobe tous les coûts entraînés par la passation
d’une commande (frais de téléphone, fax, frais postaux, …). Le coût
de possession intègre les charges liées au stockage (magasinage,
surveillance, locaux, …). Le coût de possession est exprimé souvent en
pourcentage du stock moyen.
 C = Consommation annuelle.
 Ca = Coût de passation (= f*N) avec f est le cout de passation d’1 commande
 Ct = coût de possession (en pourcentage t)
 N: nombre de commande (N = C/Q)
 Q: Quantité économique.
 P: cout d’un article stocké.
La QEC
63

Coût total(Ct )= coût de passation d’une commande


+ coût de possession
Ct = (f ×N ) + (t × p × Q/2 )
= (f ×C/Q) + (t × p × Q/2 )

Qéco = 2. C. f* / p*t
64

Une compagnie achète des piles au coût unitaire de 14$. Le coût de


commande est de 11$ et on vend environ 12000 unités réparties
uniformément au cours d’une année. Le coût annuel de détention des
stocks ou coût de stockage est estimé à 24% du coût d’achat.
1) Déterminer la QEC.
2) Quel est le coût annuel de cette politique?
3) Quelle est la quantité moyenne maintenue en stock
correspondant à cette politique?
4) Combien de commandes effectuerons-nous annuellement?
L’arbitrage commande↔stock
65

Coûts $

COÛT TOTAL

Coût total
minimum COÛT TOTAL ANNUEL DE STOCKAGE
( cout de possession)

COUT TOTAL ANNUEL DE COMMANDE


(coût de passation)

Quantité
Quantité économique à
commander (QEC)
Exemple: soit une consommation annuelle d’un article X qui s’élève à 48 000 DH.(prix
unitaire = 10 Dh)
Coût de passation d’une commande N est 120 DH par commande.
Coût
66 de possession est de 16% de stock moyen en valeur.

Cadence Coût de Stock moye Coût de possession Coût total


d’approvisionn passation (en valeur)
ement
N
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
²
67

Cadence Coût de Stock moye Coût de possession Coût total


d’approvisionn passation (en valeur)
ement
N Ca = 120 * N C / 2N Ct = (C / 2N) * 16% C=Ca+Ct
1 120 24000 3840 3960
2 240 12000 1920 2160
3 360 8000 1280 1640
4 480 6000 960 1440
5 600 4800 768 1368
6 720 4000 640 1360
7 840 3428,57 548,57 1388,57
8 960 3000 480 1440
9 1 080 2666,66 426,66 1506,66
10 1 200 2400 384 1584
11 1 320 2181,81 349,09 1669,09
12 1 440 2000 320 1760
Application 2
68

 Une entreprise horticole de la région utilise 10 000 sacs de compost


par année (C) dans la confection de pots de plantes et de fleurs et
pour satisfaire les commandes et les besoins de ses clients. Chaque sac
s’achète au prix de 7$ .
 S’appuyant sur des données très récentes, les gestionnaires de
l’entreprise estiment que le coût pour passer une commande s’élève à
20 $ et que le coût de stockage se chiffre à 20% du coût unitaire d’un
sac de compost.
 On fait l’hypothèse que l’on fonctionne en condition de certitude et,
par conséquent, on ne prévoit pas conserver de stock de sécurité (S min
= 0).
 La personne responsable des achats dans cette entreprise se demande
quelle serait la quantité économique à commander QEC pour minimiser le
coût total annuel de la gestion des stocks ?