Vous êtes sur la page 1sur 6

Le cut-off

l’auditeur procède à une évaluation de la procédure en soulignant


les faiblesses rencontrées et , en sens inverse, les points forts
théoriques ,tels qu’ils résultent de la description .L’auditeur
s’assure de la réalité de ces points forts à travers de tests réalisés
par sondages ,ils peuvent être de plusieurs types . On présente ci
après Ie test du cut-off.
Définition
Le terme cut-off correspond à l’arrêté des comptes, par définition et par
extension, la notion de cut-off correspond aux procédures utilisés par les
entreprises lors de la clôture des comptes et qui permettent d’affecter de façon
fiable et cohérente à chaque exercice les opérations dont l’exécution est proche
de la date de clôture.
C’est un principe de la comptabilité qui a pour objectif de déterminer la fin et le
début d’un exercice comptable. Il permet ainsi de séparer les différents exercices
comptables d’une entreprise afin de bien les différencier.
Ce test permet de vérifier que le principe de séparation des exercices est respecté
.En sélectionnant des sorties de stock, suite à des ventes, l’auditeur pourra
vérifier que les marchandises ont bien été expédies, en remontant aux bons des
transporteurs, puis obtenir les factures et vérifier que les ventes ont bien été
comptabilisées à la date d’expédition.

3
cas
1- Lors d’un audit , il est important de vérifier et contrôler les dernières réceptions et
expéditions de l’exercice et les premières de l’exercice suivant :
-Les bons de réception 2312 et 2313 ne posent aucune difficulté. Les marchandises
correspondantes ont été reçues en N, incluses dans les stocks au 31/12/N, et la facture
d’achat correspondante comptabilisée en charges.
-Pour le bon de réception 2314, dans la mesure où les marchandises ont été reçues le
30/12/N, celles-ci auraient dû être incorporées aux stocks, d’autant plus que la facture
correspondante a été enregistrée en charge de l’exercice N . Les stocks ont ainsi été
minorés de 204600 et le résultat d’exploitation d’autant.
-La facture relative au bon de réception 2315 n’aurait pas dû être comptabilisée en
charges, dans la mesure où cette marchandises n’a pas été réceptionnée en 12/N, et
pas incluse dans les stocks de fin d’exercice.
Les charges de l’exercice N ont donc été majorées de 458000 et le résultat d’exploitation
a été minoré d’autant.
- Les M/se propres au bon 8628 et 8627 ont fait l’objet d’une exclusion des stocks ce qui
normal en raison de leur expédition en N.
.

4
-Les marchandises propres au bon 8628 ont été exclues des stocks, ce qui est normal,
mais la facture correspondante aurait dû être comptabilisée en N. le CA a donc été
minoré de 96400, de même que le résultat d’exploitation.
-en ce qui concerne l’expédition objet du bon n° 8629 les M/ses n’aurait pas dû être
incluses dans les stocks, étant sorties en N. la facture n’ayant pas été comptabilisée
en N, la minoration du résultat correspond à la différence entre le prix de vente et le
prix de revient: de ces marchandises soit: 288400-200400=88000
2- l’effet cumulé de ces écritures est une minoration du résultat de
847000(=204600+45800+96400+88000).
Au vu de l’importance relative de cet ajustement, il sera demandé à la société de redresser ses
états financiers en conséquence.
Dans le cas où la société n’accepterait pas de le refaire, une réserve serait faite dans le rapport du
CAC sur les comptes de la société.

5
Avantage de la technique
Par séparation des périodes entre elles, il faut comprendre que le cut-
off, permet de classifier les charges et les produits. Cette classification
est réalisée dans le but de rendre chaque exercice indépendant . Ici,
c’est donc le principe comptable d’indépendance qui est mis en avant.
L’objectif recherché est de respecter l’image fidèle.