Vous êtes sur la page 1sur 24

1

Introduction :

En soudage à l’arc sous protection gazeuse, l’électrode,


l’arc et le bain de fusion sont enveloppés dans une
veine gazeuse, afin de les protéger contre les effets
nuisibles de l’oxygène et de l’azote de l’air.

Les gaz de protection assurent également, comme les


enrobages des électrodes de soudage manuel, un rôle
d’ionisation et de stabilisation de l’arc.

2
Soudage sous protection
gazeuse

Electrode Electrode
réfractaire fusible

Gaz inertes Gaz inertes Gaz Actif


Argon ou Hélium Argon ou Hélium Dioxyde de carbone
CO2

TIG MIG MAG

3
pays Soudage à l’arc sous Soudage à l’arc sous Soudage à l’arc sous
protection de gaz protection de gaz protection de gaz
inerte avec électrode inerte avec électrode actif (CO2) avec
réfractaire fusible électrode fusible
Etats Unis GTAW GMAW GMAW (CO2) ou

CO2 welding
Grande TIG MIG MIG/CO2 ou
Bretagne
CO2 welding
Allemagne WIG MIG MAG ou

CO2 schweissen
France TIG MIG Soudage MAG ou

Soudage sous CO2

4
Significations des acronymes

 GTAW: Gas Tungsten Arc Welding


 GMAW: Gas Metal Arc Welding
 TIG: Tungsten Inert Gas
 WIG: Wolfrom Inert Gas
 MIG: Metal Inert Gas
 MAG: Metal Actif Gas

5
SOUDAGE MIG
 Schéma complet du procédé 1. Arc électrique.
2. Électrode.
3. Bobine ou fût.
4. Galets
d'entraînement.
5. Tuyau flexible.
6, Gaine d'amenée du
fil.
7. Pistolet à souder.
8. Alimentation.
9. Tube contact.
10. Gaz de protection.
11. Buse d'amenée du
gaz de protection.
12. Bain de fusion.

6
7
 Source d’énergie:

 Elle est de type électrique, la chaleur est amorcée entre


un fil électrode et les pièces à assembler.

 La chaleur est fournie par un arc électrique amorcée


entre un fil électrode et les pièces à assembler.

 Le courant est continu, I varie entre 60 et 500 A, U


varie entre 16 et 40 V tandis que E est comprise entre 1 et
20 Kw. La polarité est inverse (indirecte).

8
Métal d'apport

 II se présente sous forme d'un fil électrode plein ou


fourré dont le diamètre varie entre 0,5 et 3,2 mm.

 Le fil fourré est une électrode continue de section


tubulaire, dont l’intérieur est rempli de composants
analogues à ceux d'un enrobage.

9
Eléments de protection:

 La protection du bain de fusion contre la


contamination atmosphérique est assurée principalement
soit par des gaz inertes; le plus souvent l'argon et l'hélium,
soit par le flux contenu dans le fourrage de l'électrode.

10
Mise en œuvre :
 L'électrode est consommée à vitesse constante. Cette vitesse est
choisie de manière à pouvoir souder avec l'intensité voulue. La
longueur de 1'arc varie avec la tension. La source du courant
est à caractéristique plate et la stabilisation de l'arc étant
assurée comme dans le deuxième cas du soudage automatique
sous Flux solide.
 Le refroidissement de la torche de soudage se fait par les gaz
de protection pour les faibles intensités (I < 350 A), et par
circulation d'eau quand I > 350 A.

11
Domaines d'application;

Assemblages des métaux ferreux et non ferreux, tous les types


de joints, en toutes positions, épaisseur 0,5 mm et plus.

Exemples d'applications industrielles:

 Fil plein: tôlerie, construction navale, châssis métalliques,

ponts, engins de levage, pipe-lines, réservoirs de stockage.

 Fil fourré: charpente, construction navale, ponts, presses

Lourdes, wagons, châssis de camion.

12
Avantages :
 procédé semi-automatique ou automatique,

 soudage de 1'acier et de 1'aluminium en toutes positions,

 productivité nettement supérieure à celle du soudage à l'arc avec


électrode enrobée.
Inconvénients :
 Le soudage ne peut être effectué à une très grande distance de la
source de courant à cause de l'alimentation en fil électrode.
 L'intensité est liée au débit du fil électrode, ce qui peut conduire à
certaines difficultés dans le choix des paramètres de soudage.

13
Soudage MAG

 Le procédé est identique au procédé MIG, mais:

L’atmosphère protectrice est active,

 Le transfert du métal se fait par grosses gouttes,

 la pénétration est différente (plus profonde: réactions


chimiques importantes; effervescence du bain de fusion),

 résistance et aspect moins bons.

14
 CO2 pur,

 CO2 + 5 à 20 % d'O2,

 Ar + 15 à 30 % de CO2

 Ar + 5 % d'O2 + 15 % de CO2.
 Le CO2 est un gaz actif, de ce fait, le transfert de métal ne se fait pas par
pulvérisation axiale mais par grosses gouttes. Le CO2 réagit comme suit
dans le bain de fusion:

15
à haute température au voisinage de l'arc:

réaction endothermique : consomme la chaleur

Au voisinage de la pièce:

(réaction exothermique: dégagement de chaleur).

Le fer s'oxyde:

Le carbone de l'acier réagit:

(L’acier est décarburé).

16
17
Soudage TIG

Schéma du procédé :

18
Source d'énergie :

 Elle est de type électrique.

 La chaleur est produite par un arc électrique amorcée entre


électrode de tungstène réfractaire et les pièces à assembler.

 Le courant peut être continu ou alternatif; I va entre 10 et


400 A et E entre 0,2 et 8 Kw.

19
Métal d’apport :

II est indépendant de la torche de soudage et se présente sous


forme d'un fil ou d'une baguette.

Eléments de protection :

 Gaz inertes:

 Argon ou Hélium.

 Ar + He + H2 en faible quantité.

 Seuls les gaz inertes peuvent être employés car le tungstène


s'oxyde très -facilement.

20
Mise en œuvre:

 L'alimentation en métal d'apport est assurée par un fil ou


une baguette plongeant périodiquement dans le bain de
fusion.

 Les soudures bout à bout peuvent être réalisées sans métal


d'apport, en joignant et en fondant les bords relevés des
pièces à assembler.
21
 Les soudures sans métal d'apport peuvent être réalisées
automatiquement ou manuellement, tandis que celles qui
font intervenir un métal d'apport sont généralement
exécutées manuellement.

 L'amorçage de 1 'arc s'effectue généralement par une


décharge à haute fréquence ou à haute tension.

22
Domaine d’utilisation:
 métaux ferreux et non ferreux,
 tous les types de joints,
 toutes positions,
 toutes épaisseurs à partir de 0,l mm jusqu'à 12 mm.

Exemples d'applications industrielles :


 assemblage de haute qualité en acier inoxydable,
 assemblage des alliages au nickel a haute résistance,
 alliages légers, industrie nucléaire, aéronautique et
chimique.

23
Avantages :
 joints de haute qualité,
 automatisé dans le cas du soudage sans métal d'apport.
Inconvénients :
 Préparation soignée des joints,
 grande précision dans la réalisation des chanfreins et la
propreté des pièces à souder.
Remarque :
Les postes pour le soudage TIG ont les caractéristiques
tombantes ou même verticale (ΔI = 0).

24