Vous êtes sur la page 1sur 28

DEFICITS

IMMUNITAIRES
Un déficit immunitaire est une situation pathologique liée à l'insuffisance d'une ou de plusieurs
fonctions immunologiques (on parle aussi de « dépression » ou de « déficience » ou encore de
« dysfonctionnement » immunitaire)

I. DEFICITS CONGENITAUX
1. DÉFICITS HUMORAUX
2. DÉFICITS CELLULAIRES
3. DÉFICITS COMPLEXES
4. DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS

II. DEFICITS ACQUIS


1. HEMOPATHIE MALIGNES ET CANCERS
2. TROUBLES METABOLIQUES
3. IATROGENES
4. VIEILLISSEMENT DU SYSTEME IMMUNITAIRE
5. LIE AU STRESS PHYSIQUE OU PSYCHOLOGIQUE
6. D'ORIGINE INFECTIEUSE
2. TROUBLES METABOLIQUES
I. DEFICITS CONGENITAUX • Malnutrition, dénutrition
1. DEFICITS HUMORAUX • Déficit en fer
• Agammaglobulinémie de Bruton liée à l'X • Diabète
• Les syndromes hyper-IgM • Insuffisance rénale chronique
• Déficits immunitaires communs variables • Syndrome néphrotique
2. DEFICITS CELLULAIRES • Entéropathies
• Syndrome de Di George • Les brulés
•Déficits des cellules phagocytaires
3. IATROGENES
•Déficits quantitatifs phagocytaires
• Chimiothérapies
•Défauts phagocytaires qualitatifs
• Greffes de moelle osseuse
3. DEFICITS COMPLEXES • Immunosuppresseurs pour éviter les rejets de greffe
• Ataxie télangectasie 4. VIEILLISSEMENT DU SYSTEME IMMUNITAIRE
•Syndrome de Wiskott-Aldrich 5. LIE AU STRESS PHYSIQUE OU PSYCHOLOGIQUE
4. Déficits immunitaires combinés • Axe hypothalamo hypophysaire
II. DEFICITS IMMUNITAIRES ACQUIS 6. D'ORIGINE INFECTIEUSE
1. HEMOPATHIE MALIGNES ET CANCERS • HIV
• Syndrome paranéoplasiques
• Aplasie médullaire
• Maladie de Hodgkin
• Toutes les hémopathies
Ontogenèse des lymphocytes T
et différenciation B

Lymphocyte T
immature

thymus Lymphocyte T
mature
Progéniteur
Commun
Deficit Immunitaire
Héréditaire ou acquis

Cellules
souches Ganglion lymphatique

Lymphocyte B
naïf

Moelle osseuse B mémoire plasmocyte


I. DEFICITS CONGENITAUX

1. DEFICITS HUMORAUX (défaut de production d’anticorps)


• Agammaglobulinémie de Bruton liée à l'X ou maladie de Bruton est un déficit
immunitaire congénital d'origine génétique. C'est le premier déficit décrit, en 1952.

Le gène affecté, BTK, code la tyrosine kinase de Bruton et sa mutation est


responsable de 90% des maladies héréditaires des lymphocytes B. Ce gène est
indispensable pour la maturation des lymphocytes B.

Le gène concerné étant situé sur la partie du chromosome X qui fait défaut au
chromosome Y, et se transmettant sur le mode récessif, il n'atteint pratiquement que
les garçons. Du fait du caractère récessif, il est exceptionnel de voir des femmes
touchées par la maladie.
Les agammaglobulinémies se caractérisent par une quasi-absence

de lymphocytes B, une absence d’immunoglobulines et d’anticorps

spécifiques.

Les agamma-globulinémies se manifestent cliniquement dans la

première année de vie par des infections bactériennes récurrentes

et également par des infections digestives.


• Les syndromes hyper-IgM

Les patients atteints du Syndrome d’Hyper-IgM sont incapables de passer de la production


d’anticorps de type IgM à celle d’anticorps de types IgG, IgA ou IgE. Par conséquent, les personnes
souffrant de ce déficit immunitaire primaire présentent des niveaux réduits d’IgG et d’IgA sériques, et
des niveaux élevés d’IgM.

Les lymphocytes B peuvent produire des anticorps IgM seuls, mais ils ont besoin de l’aide interactive
des lymphocytes T pour passer de la production d’anticorps IgM à celle d’IgG, d’IgA et d’IgE. Le
Syndrome d’Hyper-IgM est le résultat de diverses anomalies génétiques qui affectent cette interaction
entre les lymphocytes T et les lymphocytes B.

La forme la plus courante du Syndrome d’Hyper-IgM est le résultat d’une anomalie d’une protéine
trouvée à la surface des lymphocytes T activés. La protéine en question est appelée ligand CD40 car
elle se lie à une protéine sur des lymphocytes B, appelée CD40.
Le ligand CD40 est produit par un gène sur le chromosome X. Par conséquent, cette

immunodéficience primaire est héritée en tant que caractère récessif lié à l’X et

généralement constatée chez les garçons uniquement. En raison de ce déficit en

ligand CD40, les lymphocytes T des patients affectés sont incapables d’ordonner aux

lymphocytes B de passer de la production d’immunoglobulines IgM à celle d’IgG,

d’IgA et d’IgE.
• Déficits immunitaires communs variables

Le déficit immunitaire commun à expression variable

(hypogammaglobulinémie) est caractérisé par des taux d'Ig bas avec

des lymphocytes B phénotypiquement normaux qui peuvent proliférer

mais qui ne se transforment pas en plasmocytes.


2. DÉFICITS CELLULAIRES

• Syndrome de Di George (micro délétion 22q11) (syndrome velo-cardio-facial)

Le syndrome de DiGeorge est un déficit immunitaire qui comprend des


anomalies des cellules T. Il résulte de délétions géniques dans la région
chromosomique 22q11 ce qui entraine la perte du gène TBX1, des
mutations des gènes du chromosome 10p13 et de mutations d’autres gènes
inconnus, qui entraînent une agénésie thymique, Donc pas de thymus, pas
de Lym T.

Le syndrome de DiGeorge peut être partiel (auquel certains lymphocytes T


sont fonctionnels) ou être complet (auquel tous les lymphocytes T ne sont
pas fonctionnels).

L'agénésie est l'absence de formation d'un organe lors de l'embryogenèse.


•Déficits des cellules phagocytaires

La phagocytose est un élément essentiel de l’immunité naturelle (ou innée) qui


participe à la défense contre les microorganismes. Cette fonction est assurée par
les polynucléaires neutrophiles, les monocytes sanguins, les macrophages
tissulaires et les cellules dendritiques.

Les anomalies de la phagocytose conduisent à des déficits immunitaires


héréditaires qui s’accompagnent d’infections tissulaires récidivantes par des
bactéries et par des champignons.
•Déficits quantitatifs phagocytaires ou neutropénies

Diminution du taux sanguin des polynucléaires neutrophiles (polynucléaires inférieurs à 500


par mm3), La neutropénie est héritée ou acquise, ses causes sont multiples (auto-immune,
chimiothérapie, médicamenteuse...)

Les neutrophiles ont un rôle primordial de


phagocytose lorsqu'ils rencontrent une cellule
étrangère ou infectée.

Granulocyte neutrophile (en jaune) phagocytant


des bacilles du charbon (en orange).
•Défauts phagocytaires qualitatifs

Les défauts des molécules d’adhésion leucocytaires empêchent les


polynucléaires de migrer vers les foyers infectieux.

La forme génétique la plus fréquente est due à un défaut autosomique


récessif du gène ITGB2, qui code pour la molécule CD18.
3. DÉFICITS COMPLEXES
• Syndrome de Louis-Bar (Ataxie télangectasie)

Maladie génétique autosomique récessive qui entraine un déficit immunitaire mixte


sévère, Le syndrome de Louis-Bar est due à l'inactivation par mutation du gène ATM
(11q22.3).

Ce gène code pour une protéine kinase jouant un rôle clé dans le contrôle de la
réparation des cassures double-brin de l'ADN occasionnées par des agressions
physiques ou des processus physiologiques.
•Syndrome de Wiskott-Aldrich

Maladie génétique récessive liée au chromosome X secondaire à une mutation du


gène WAS.
Le gène WAS code la protéine WASP (pour « Wiskott-Aldrich Syndrom Protein »
ou « protéine du syndrome de Wiskott-Aldrich »), exprimée principalement dans les
cellules hématopoïétiques.
La protéine WASP est un important régulateur de la polymérisation de l'actine,
indispensable pour de nombreuses fonctions de l'hématopoïèse et de l'immunité,
incluant la mobilité cellulaire, la phagocytose et l'apoptose.

Cela crée un déficit immunitaire basé sur le manque de mobilité des lymphocytes.
4. Déficits immunitaires combinés

Les déficits immunitaires combinés touchent à la fois l’immunité cellulaire

assurée par les lymphocytes T et l’immunité humorale assurée par les

lymphocytes B. Ils sont rares, mais ce sont les plus sévères.


II. DEFICITS ACQUIS

1. HEMOPATHIE MALIGNES ET CANCERS


• Syndrome paranéoplasiques
Tumeurs qui s'accompagnent de signes immunitaires.
• Lié à l'action du médecin

La chimiothérapie par exemple qui tue tout ce qui prolifère vite donc les
tumeurs bien sure, mais aussi toute la lignée lymphoïde et hématopoïétique
plus généralement. Cela crée des déficits immunitaires.
• Toutes les hémopathies (tumeurs du système hématopoietique)

Elles vont étouffer la moelle et génèrent des anomalies


2. TROUBLES METABOLIQUES

• Malnutrition, dénutrition
900 millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim.

Vacciner des gens qui sont en déficit immunitaire à cause de la mal nutrition ça ne marche pas car
le système immunitaire n'arrive pas à se mettre en fonction correctement. Il ne pourra pas porter à
ses cellules les bases puriques et pyrimidiques nécessaires à la prolifération de ses cellules.

• Déficit en fer
Les enzymes des phagocytes qui permettent la fabrication des radicaux oxygéné ont besoin de fer donc
ils ne pourront pas exercer leur action bactéricide.

• Diabète

Par la glycation du glucose sur les cellules due à son taux trop élevé dans le sang, les diabétiques
modifient la fonction de leurs cellules, donc quand c'est une cellule du système immunitaire, elle perd
sa fonction.
• Insuffisance rénale chronique
Conséquence thérapeutique car ces gens vont passer à la dialyse (donc le sang passe
dans un échangeur) et cela provoque un syndrome chronique d'activation de
l'inflammation qui va engendrer un déficit sur le long terme.

• Syndrome néphrotique
Le rein est un filtre et quand il ne filtre plus bien, les protéines passent dans l’urine, des
protéines trop grosses qui n'auraient pas due passer. Donc le sujet va uriner les
protéines de son système immunitaire (interleukines et protéines du complément).

• Entéropathies
une diarrhée très importante et qui dure plusieurs jours peut entrainer la perte des
éléments du système immunitaire.

• Les brulés
• Greffes de moelle osseuse

• Immunosuppresseurs pour éviter les rejets de greffe

• vieillissement du systeme immunitaire

• lie au stress physique ou psychologique

• Origine infectieuse

HIV
FIN