P. 1
Etude sur les organisations non gouvernementales à Madagascar - 2009 (INSTAT - 2009)

Etude sur les organisations non gouvernementales à Madagascar - 2009 (INSTAT - 2009)

|Views: 53|Likes:
Au cours de ces dernières années d’études, la plupart des ONG/Associations oeuvrant à Madagascar ont choisi d’implanter leur Siège dans la circonscription d’Antananarivo pour des raisons administratives. Les ONG ont surtout oeuvré dans le milieu rural à travers le renforcement des capacités notamment dans les secteurs « Formations/Conseils », « Protection sociale » et « Santé »..

Au cours de l’année 2008, l’enquête a permis d’évaluer à 366,3 milliards d’Ariary, le niveau des financements reçus par les Organisations Non Gouvernementales (ONG), soit une hausse de l’ordre de 37,4% (équivalent de 99,7 milliards d’Ariary) par rapport à l’année 2007.

Comme les années précédentes, la majorité de ces financements proviennent des ONG/Associations internationales et représentant à peu près la même proportion : à hauteur de 68,8% en 2008 contre plus de 70% dans les années d’avant. Les Etats-Unis, l’Union Européenne, et la France sont restés les principaux pourvoyeurs de fonds des ONG/Associations avec des apports représentant respectivement 43,1%, 23,2% et 13,2% de l’ensemble des financements. La contribution des Etats-Unis s’est accrue en 2008 et s’est élevée à 68,1 milliards d’Ariary contre 50,4 milliards en 2007. De même pour l’Union Européenne qui a apporté une contribution supplémentaire de 14,0 milliards d’Ariary par rapport à l’année 2007. Quant à la France, sa participation s’est vue baisser de 34,4%, en grande partie expliquée par les accords d’activité déjà entrepris en 2007 pour une durée de plus de un an.

En termes de réalisation, les dépenses totales des ONG/Associations se sont élevées à 173,9 milliards d’Ariary en 2008 contre 189,3 milliards d’Ariary en 2007, soit une baisse de plus de 8%. Cette diminution a été causée par la baisse simultanée des deux principaux postes de dépenses : les dépenses liées aux activités et les dépenses de fonctionnement. En 2008, ces dépenses se sont chiffrées respectivement à 115,6 milliards d’Ariary et 58,3 milliards d’Ariary soit une baisse respective de 10% et 5% par rapport à 2007.

Notons que les dépenses liées aux activités sont les dépenses entreprises par les ONG dans le cadre des objectifs principaux qu’elles se sont fixées. D’une manière générale, une baisse ou une hausse de ces dépenses reflète une diminution ou une augmentation en volume des activités mises en oeuvre par les ONG. Et les variations constatées au niveau de chaque rubrique de dépenses indiquent l’orientation des politiques de développement dans le temps.
********************************
INSTAT - 2009
Au cours de ces dernières années d’études, la plupart des ONG/Associations oeuvrant à Madagascar ont choisi d’implanter leur Siège dans la circonscription d’Antananarivo pour des raisons administratives. Les ONG ont surtout oeuvré dans le milieu rural à travers le renforcement des capacités notamment dans les secteurs « Formations/Conseils », « Protection sociale » et « Santé »..

Au cours de l’année 2008, l’enquête a permis d’évaluer à 366,3 milliards d’Ariary, le niveau des financements reçus par les Organisations Non Gouvernementales (ONG), soit une hausse de l’ordre de 37,4% (équivalent de 99,7 milliards d’Ariary) par rapport à l’année 2007.

Comme les années précédentes, la majorité de ces financements proviennent des ONG/Associations internationales et représentant à peu près la même proportion : à hauteur de 68,8% en 2008 contre plus de 70% dans les années d’avant. Les Etats-Unis, l’Union Européenne, et la France sont restés les principaux pourvoyeurs de fonds des ONG/Associations avec des apports représentant respectivement 43,1%, 23,2% et 13,2% de l’ensemble des financements. La contribution des Etats-Unis s’est accrue en 2008 et s’est élevée à 68,1 milliards d’Ariary contre 50,4 milliards en 2007. De même pour l’Union Européenne qui a apporté une contribution supplémentaire de 14,0 milliards d’Ariary par rapport à l’année 2007. Quant à la France, sa participation s’est vue baisser de 34,4%, en grande partie expliquée par les accords d’activité déjà entrepris en 2007 pour une durée de plus de un an.

En termes de réalisation, les dépenses totales des ONG/Associations se sont élevées à 173,9 milliards d’Ariary en 2008 contre 189,3 milliards d’Ariary en 2007, soit une baisse de plus de 8%. Cette diminution a été causée par la baisse simultanée des deux principaux postes de dépenses : les dépenses liées aux activités et les dépenses de fonctionnement. En 2008, ces dépenses se sont chiffrées respectivement à 115,6 milliards d’Ariary et 58,3 milliards d’Ariary soit une baisse respective de 10% et 5% par rapport à 2007.

Notons que les dépenses liées aux activités sont les dépenses entreprises par les ONG dans le cadre des objectifs principaux qu’elles se sont fixées. D’une manière générale, une baisse ou une hausse de ces dépenses reflète une diminution ou une augmentation en volume des activités mises en oeuvre par les ONG. Et les variations constatées au niveau de chaque rubrique de dépenses indiquent l’orientation des politiques de développement dans le temps.
********************************
INSTAT - 2009

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Nov 17, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/09/2012

pdf

text

original

JFJUJIIKANNY MADAtA-IKAJA JFJUJIIKANNY MADAtA-IKAJA JFJUJIIKANNY MADAtA-IKAJA JFJUJIIKANNY MADAtA-IKAJA

TanIndrazana TanIndrazana TanIndrazana TanIndrazana- -- -IaIafaIana IaIafaIana IaIafaIana IaIafaIana- -- -Iandro-oana Iandro-oana Iandro-oana Iandro-oana

JANQIF tFNTJAIF DF MADAtA-tAJ JANQIF tFNTJAIF DF MADAtA-tAJ JANQIF tFNTJAIF DF MADAtA-tAJ JANQIF tFNTJAIF DF MADAtA-tAJ
DIJFtTIUN tHAJtFF DF- JFIATIUN- DIJFtTIUN tHAJtFF DF- JFIATIUN- DIJFtTIUN tHAJtFF DF- JFIATIUN- DIJFtTIUN tHAJtFF DF- JFIATIUN- INTFJNATIUNAIF- INTFJNATIUNAIF- INTFJNATIUNAIF- INTFJNATIUNAIF-


Ftnde -nr Ftnde -nr Ftnde -nr Ftnde -nr
Ie- UrganI-atIon- Non Ie- UrganI-atIon- Non Ie- UrganI-atIon- Non Ie- UrganI-atIon- Non
tonvernementaIe- tonvernementaIe- tonvernementaIe- tonvernementaIe-
a Madaga-ear a Madaga-ear a Madaga-ear a Madaga-ear


Juillet 2009


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
i

ette étude sur les Organisations Non Gouvernementales à Madagascar a été faite par
l’équipe d’analystes de l’INSTAT :

M. RAKOTOMANANA Eric Jean Michel, Directeur des Statistiques Economiques.
M. RAJAOBELINA Jimmy, Ingénieur Statisticien,
M. RANDRIANATOANDRO Tahiana, Ingénieur Statisticien,
M. RAKOTOMANANA Marius, Assistant
Et de M. RAKOTONANAHARY Onjaniaina, Assistant

Avec la collaboration étroite de l’équipe de la Direction chargée des Relations
Internationales de la Banque Centrale :
M. ANDRIAMIHARISOA André, Directeur
M. RAZAFINDRAKOTO Herilanto, Chef de Service des Relations Extérieures
M BELALAHY Aubin Aurore, Chef de Service de la Balance des Paiements
M ANDRIAMBELOSOA Saminirina, Ingénieur Statisticien Economiste
M LOYENS Michaël Tiana, Economiste
Mme RANDRIANARISON Fanja Hantamalala, Economiste
Mlle RABESON Valérie, Economiste
C


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
ii

Sommaire



Sommaire ....................................................................................................................... ii
Liste des tableaux ……………………………………………………………………….... iii-iv
Liste des graphiques ................................................................................................................... v
Résumé…………………………………………………………………………………………6
1. Généralités sur les interventions des ONG ............................................................................ 8
1.1. Répartition géographique des ONG et de leurs activités ................................................ 8
1.2. Les activités des ONG à Madagascar............................................................................ 14
1.3. Organisation et structure de l’emploi au sein des ONG................................................ 16
1.4. Opinion des dirigeants des ONG sur les différents types de partenariat....................... 20
2. Les sources de financement des ONG.................................................................................. 22
2.1. Structure des financements des ONG............................................................................ 22
2.2. Caractéristiques des financements reçus des non résidents .......................................... 25
3. Les dépenses des ONG......................................................................................................... 30
3.1. Évolution des dépenses des ONG depuis 2004............................................................. 30
3.2. Analyse des dépenses des ONG au cours de l’année 2008........................................... 33
Annexe 1 : Base méthodologique............................................................................................. 41
A1. Concepts et définitions .................................................................................................. 41
A2. Méthodologie d’échantillonnage................................................................................... 43
A3. Méthode d’extrapolation ............................................................................................... 45
Annexe 2 : TABLEAUX.......................................................................................................... 48
Table des matières.................................................................................................................... 51



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
iii
Liste des tableaux




Tableau 1 : Répartition géographique des interventions des ONG en
2008……………113
Tableau 2 : Répartition des principales interventions des ONG entre les régions en 2008
...................................................................................................................... 13
Tableau 3 : Pourcentage d'ONG opérant dans chaque secteur (principal secteur
d'intervention) en 2007 et 2008…………………………………………….13
Tableau 4 : Partenariat entre ONG dans la réalisation de leurs activités……………….14
Tableau 5 : Structure des membres d’ONG/Association selon le type en 2008 ............. 16
Tableau 6 : Le poids moyen des dirigeants selon le secteur d’activité en 2008 ............. 17
Tableau 7 : Répartition des membres par sexe en 2008.................................................. 17
Tableau 8 : Personnel employé dans les ONG/Associations au cours de l’année 2008 . 20
Tableau 9 : Evolution du solde d’opinion des dirigeants des ONG sur les sujets de
partenariat .................................................................................................... 21
Tableau 10 : Montant du financement selon la résidence des donateurs et le type de
l’ONG (En Million d’Ariary)...................................................................... 24
Tableau 11 : Montant du financement en 2008 et répartition selon le secteur
d’intervention des ONG............................................................................... 25
Tableau 12 : Principaux pays partenaires des ONG en termes de financement au cours de
l’année 2008................................................................................................. 26
Tableau 13 : Répartition des fonds en provenance des Etats-Unis d’Amérique............... 26
Tableau 14 : Répartition des fonds en provenance de la France....................................... 28
Tableau 15 : Évolution du volume des dépenses selon les types d’ONG......................... 31
Tableau 16 : Évolution des dépenses de fonctionnement. ................................................ 32
Tableau 17 : Évolution des dépenses liées aux activités................................................... 32
Tableau 18 : Les dépenses de fonctionnement selon les types d’ONG en 2008............... 34
Tableau 19 : Les dépenses liées aux activités selon la catégorie et le type d’ ONG en 2008
...................................................................................................................... 34
Tableau 20 : Les autres dépenses liées aux activités selon le type des ONG en 2008...... 35
Tableau 21 : Dépenses totales selon les principaux types de secteurs d’activité des ONG
en 2008......................................................................................................... 37
Tableau 22 : Utilisation des fonds totaux des non-résidents en 2008............................... 39
Tableau 23 : Utilisation des fonds totaux des non résidents selon les principaux secteurs
en 2008......................................................................................................... 40
Tableau 24 : Répartition par pays des fonds provenant des Non-résidents en 2008......... 48


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
iv
Tableau 25 : Répartition des financements provenant des Etats-Unis d’Amérique par
domaine d’activité en 2008.......................................................................... 49
Tableau 26 : Répartition des financements provenant de la France par domaine d’activité
en 2008......................................................................................................... 49
Tableau 27 : Répartition des fonds en provenance de l’Union Européenne par domaine
d’activité en 2008......................................................................................... 50



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
v
Liste des graphiques




Graphique 1 : Répartition des ONG selon leurs localités d’implantation au cours de
l’année 2008 ................................................................................................... 9
Graphique 2 : Répartition des ONG selon les milieux d’intervention en 2008.................. 10
Graphique 3 : Pourcentages d’ONG intervenant au niveau de chaque province en 2008.. 10
Graphique 4 : Répartition des ONG selon le sexe du président ......................................... 18
Graphique 5 : Répartition des ONG selon le sexe du président par secteur ....................... 19
Graphique 6 : Répartition des fonds en provenance de l’Union Européenne par domaine en
2008.............................................................................................................. 29
Graphique 7 : Évolution de la structure des dépenses des ONG de 2004 à 2008............... 30




¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
6
Résumé
Au cours de ces dernières années d’études, la plupart des ONG/Associations oeuvrant à
Madagascar ont choisi d’implanter leur Siège dans la circonscription d’Antananarivo pour des
raisons administratives. Les ONG ont surtout œuvré dans le milieu rural à travers le
renforcement des capacités notamment dans les secteurs « Formations/Conseils »,
« Protection sociale » et « Santé »..

Au cours de l’année 2008, l’enquête a permis d’évaluer à 366,3 milliards d’Ariary, le niveau
des financements reçus par les Organisations Non Gouvernementales (ONG), soit une hausse
de l’ordre de 37,4% (équivalent de 99,7 milliards d’Ariary) par rapport à l’année 2007.
Comme les années précédentes, la majorité de ces financements proviennent des
ONG/Associations internationales et représentant à peu près la même proportion : à hauteur
de 68,8% en 2008 contre plus de 70% dans les années d’avant. Les Etats-Unis, l’Union
Européenne, et la France sont restés les principaux pourvoyeurs de fonds des
ONG/Associations avec des apports représentant respectivement 43,1%, 23,2% et 13,2% de
l’ensemble des financements. La contribution des Etats-Unis s’est accrue en 2008 et s’est
élevée à 68,1 milliards d’Ariary contre 50,4 milliards en 2007. De même pour l’Union
Européenne qui a apporté une contribution supplémentaire de 14,0 milliards d’Ariary par
rapport à l’année 2007. Quant à la France, sa participation s’est vue baisser de 34,4%, en
grande partie expliquée par les accords d’activité déjà entrepris en 2007 pour une durée de
plus de un an.

En termes de réalisation, les dépenses totales des ONG/Associations se sont élevées à
173,9 milliards d’Ariary en 2008 contre 189,3 milliards d’Ariary en 2007, soit une baisse de
plus de 8%. Cette diminution a été causée par la baisse simultanée des deux principaux postes
de dépenses : les dépenses liées aux activités et les dépenses de fonctionnement. En 2008, ces
dépenses se sont chiffrées respectivement à 115,6 milliards d’Ariary et 58,3 milliards
d’Ariary soit une baisse respective de 10% et 5% par rapport à 2007.
Notons que les dépenses liées aux activités sont les dépenses entreprises par les ONG dans le
cadre des objectifs principaux qu’elles se sont fixées. D’une manière générale, une baisse ou
une hausse de ces dépenses reflète une diminution ou une augmentation en volume des
activités mises en œuvre par les ONG. Et les variations constatées au niveau de chaque
rubrique de dépenses indiquent l’orientation des politiques de développement dans le temps.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
7
La baisse des dépenses liées aux activités constatée en 2008 a été causée principalement par la
chute des dépenses en « Construction et Réhabilitation » et « donation ». Ces dépenses sont
passées respectivement de 33,7 milliards d’Ariary et 12 milliards d’Ariary en 2007 à
seulement 10,4 milliards d’Ariary et 3 milliards d’Ariary en 2008, soit une chute respective de
69% pour la « construction » et 75% pour la « donation ». .Malgré cette baisse, il convient de
noter que les dépenses en « matériels » ont doublé entre les années 2007 et 2008, pour
atteindre 16,2 milliards Ariary en 2008. Les postes « formation et assistance technique » et
« contribution aux organisations charitables » ont également connu une hausse considérable
entre les deux périodes.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
8
1. Généralités sur les interventions des ONG
Les ONG et associations ont résidé hors du cadre de l’administration publique, néanmoins
elles ont pu coordonner leurs programmes avec ceux des services publics. Les projets conçus
et mis en œuvre par les ONG sont basés sur la participation des populations bénéficiaires.
Leurs interventions ont favorisé les synergies entre l'ensemble des acteurs du développement
local. Il est ainsi question ici d’identifier les caractéristiques des interventions des ONG et
associations œuvrant à Madagascar, les localités où elles sont implantées ainsi que les
communautés cibles, la nature de leurs activités et le volume d’emplois créés.

1.1. Réportition géogrophigue des ONC et de leurs octioités
Les interventions des ONG ou associations ont favorisé le développement socio-économique
des communautés en fournissant des appuis à leurs initiatives locales. Ces réalités ont incité
les ONG ou les associations à choisir leur lieu d’implantation. Le choix de la localité
d’implantation peut se faire soit par souci d’être à proximité des communautés cibles soit dans
le souci d’un meilleur pilotage des interventions.
Pour tout ce qui va suivre, la localité d’implantation fait référence à une Province
1
alors que la
localité d’intervention peut être une province ou une région.

1.1.1. Localités d’implantation des ONG
L’effectif des ONG/Associations œuvrant à Madagascar est estimé à 683 en 2008 contre 671
en 2007, soit une augmentation de 1,8%. D’une manière générale, 47,1% de ces ONG et
associations ont choisi de s’implanter dans la province d’Antananarivo, soit une augmentation
de trois points par rapport à l’année précédente. La province de Mahajanga n’a pas été en
reste car elle a également enregistré une hausse de l’ordre d’un point en matière d’ONG
implantée dans cette province, après la baisse connue en 2007 (3,1% en 2007 et 4,6% en
2008).
Par contre, le pourcentage des ONG/associations implantées dans les autres provinces a
diminué respectivement de près d’un point par rapport à l’année précédente. Les nouvelles
ONG et/ou associations semblent ainsi être préoccupées par leur proximité avec leurs groupes

1
L’enquête a été réalisée au niveau national pour être représentative seulement au niveau des provinces.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
9
cibles mais cela signifie aussi que ces nouvelles ONG et/ou associations ont des localités
d’interventions moins larges.
Graphique 1 : Répartition des ONG selon leurs localités d’implantation au cours de
l’année 2008
ANTANANARIVO
47,1%
TOLIARY
7,8%
TOAMASINA
17,0%
MAHAJANGA
4,6%
FIANARANTSOA
17,8%
ANTSIRANANA
5,6%

Figure 1
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT

1.1.2. Localités et communautés cibles des ONG

La tendance constatée en 2007 s’est trouvée confirmée en 2008. En effet, la population rurale
a encore été celle qui a le plus bénéficié des activités des ONG à Madagascar. Ceci explique
l’importance particulière portée par les ONG/Associations en milieu rural en vue de leur
développement et de leur prospérité. Ainsi, les interventions en milieu rural sont plus
massives par rapport au milieu urbain. Les ONG/Associations entreprenant des actions
exclusivement en milieu rural ont représenté 80,0% de l’ensemble, contre 20,0% en milieu
urbain, au cours de l’année 2008. Par ailleurs, 48,6% d’ONG/Associations ont entrepris leurs
activités à la fois dans le milieu urbain et dans le milieu rural.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
10
Graphique 2 : Répartition des ONG selon les milieux d’intervention en 2008
47,0%
48,6%
18,7%
20,6%
33,4%
30,7%
0,0%
5,0%
10,0%
15,0%
20,0%
25,0%
30,0%
35,0%
40,0%
45,0%
50,0%
Urbain et Rural Urbain uniquement Rural uniquement
2007 2008

Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT

Les provinces d’Antananarivo, Toamasina et Fianarantsoa sont restées celles qui ont le plus
bénéficié des interventions des ONG/Associations en 2008 avec respectivement une
proportion de 47,4%, 33,3% et 31,7%. Des faits notables sont à porter pour les cinq provinces
autres qu’Antananarivo : une diminution des interventions de l’ordre de 3,0% en moyenne a
été constatée.. Ainsi, Cette information peut être interprétée comme étant un indicateur de
l’effort des ONG à diversifier et à étendre leurs zones d’intervention au sein de toutes les
provinces de la Grande Ile.
Graphique 3 : Pourcentages d’ONG intervenant au niveau de chaque province en
2008
46,1%
47,4%
35,2%
31,7%
37,5%
33,3%
15,3%
13,2%
23,5%
21,1%
16,5%
14,1%
0,0%
5,0%
10,0%
15,0%
20,0%
25,0%
30,0%
35,0%
40,0%
45,0%
50,0%
Antananarivo Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Toliara Antsiranana
2007 2008

Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
11
La proportion des ONG qui opère exclusivement dans la province d’Antananarivo est passée
de 23,3% en 2007 à 27,2% en 2008. Il convient de noter que près de 23,3% de l’ensemble des
ONG ont exercé leurs activités dans deux provinces au moins. Généralement, les provinces
autres qu’Antananarivo n’abritent que des nombres très limités d’ONG, a priori pour des
raisons administratives. Notons au passage que le pourcentage d’ONG intervenant
simultanément dans toutes les provinces a connu une importante baisse (4,6% en 2008 contre
6,8% en 2007).



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
12
Tableau 1 : Répartition géographique des interventions des ONG en 2008
% d’ONG
Provinces d’intervention (exclusivement)
2007 2008
% cumulé
décroissant
en 2008
Antananarivo 23,3% 27,2% 100,0%
Fianarantsoa 16,2% 17,1% 72,8%
Toamasina 18,4% 18,0% 55,7%
Toliara 7,0% 6,5% 37,7%
Antsiranana 7,1% 5,0% 31,2%
Mahajanga 2,8% 2,8% 26,2%
Antananarivo et Fianarantsoa 1,9% 1,7% 23,3%
Antananarivo et Toamasina 3,5% 1,3% 21,6%
Antananarivo et Mahajanga 0,0% 1,1% 20,3%
Antananarivo et Toliara 0,4% 1,9% 19,2%
Antananarivo et Antsiranana 0,2% 0,4% 17,2%
Fianarantsoa et Toliara 1,5% 1,4% 16,8%
Toamasina et Antsiranana 0,0% 0,8% 15,4%
Mahajanga et Antsiranana 0,0% 0,2% 14,6%
Toamasina et Mahajanga 0,4% 0,0% 14,4%
Mahajanga et Toliara 0,2% 0,0% 14,4%
Toamasina, Mahajanga, Toliara 0,0% 0,2% 14,4%
Antananarivo, Fianarantsoa et Toamasina 1,1% 1,8% 14,1%
Antananarivo, Fianarantsoa et Mahajanga 0,0% 0,2% 12,4%
Antananarivo, Toamasina et Toliara 0,0% 0,0% 12,2%
Antananarivo, Toamasina et Mahajanga 0,0% 0,0% 12,2%
Antananarivo, Toamasina et Antsiranana 0,4% 0,6% 12,2%
Antananarivo, Toliara et Antsiranana 0,0% 0,0% 11,5%
Antananarivo, Mahajanga et Toliara 0,4% 0,4% 11,5%
Antananarivo, Fianarantsoa et Antsiranana 0,4% 0,0% 11,1%
Antananarivo, Fianarantsoa et Toliara 0,7% 0,4% 11,1%
Fianarantsoa, Toamasina, Toliara 0,0% 0,0% 10,7%
Toamasina, Mahajanga, Toliara et Antsiranana 0,2% 0,2% 10,7%
Antananarivo, Toamasina, Toliara et Antsiranana 0,0% 0,9% 10,4%
Antananarivo, Fianarantsoa,Toamasina et Toliara 2,3% 1,4% 9,5%
Fianarantsoa, Toamasina, Mahajanga et Toliara 0,0% 0,2% 8,2%
Antananarivo, Fianarantsoa, Mahajanga et Toliara 0,4% 0,0% 8,0%
Antananarivo, Fianarantsoa,Toamasina et Mahajanga 0,0% 0,2% 8,0%
Antananarivo, Toamasina, Mahajanga et Toliara 0,2% 0,0% 7,7%
Antananarivo, Fianarantsoa, Toamasina,Mahajanga et Toliara 2,8% 1,9% 7,7%
Antananarivo, Fianarantsoa,Toamasina,Toliara et Antsiranana 0,4% 0,2% 5,8%
Antananarivo, Fianarantsoa, Mahajanga,Toliara et Antsiranana 0,4% 0,2% 5,6%
Antananarivo, Toamasina, Mahajanga,Toliara et Antsiranana 0,2% 0,5% 5,3%
Antananarivo, Fianarantsoa, Toamasina, Mahajanga et Antsiranana 0,4% 0,2% 4,9%
Dans toutes les ex- provinces 6,8% 4,6% 4,6%
TOTAL 100,0% 100,0%
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Au niveau des régions, Analamanga, Vakinankaratra, et Alaotra Mangoro ont le plus
bénéficié des interventions des ONG/Associations au cours de l’année 2008. Elles ont
respectivement représenté 22,0%, 12,2%, et 13,4% du nombre total des ONG/associations.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
13
Pour les autres régions, les interventions des ONG/Associations ont varié dans une faible
proportion allant de 1% à 9%.

En matière de distribution des allocations financières, la région Analamanga a accaparé une
part importante de 23,5% suivi des régions Anosy, Atsinanana, et Vatovavy Fitovinany qui
ont reçu respectivement 12,1%, 10,7% et 10,4%.
Tableau 2 : Répartition des principales interventions des ONG entre les régions en 2008
2007 2008*
Pourcentage des
Poids dans la
valeur
Pourcentage
des
Poids dans la
valeur
Région
ONG intervenant
totale des
activités
ONG
intervenant
totale des
activités
Analamanga 46,6 20,2 22,0 23,5
Vakinankaratra 31,1 3,9 12,2 7,0
Itasy 5,9 0,2 2,9 1,3
Bongolava 7,8 1,6 3,5 1,0
Haute Matsiatra 31,9 3,1 11,0 1,8
Amoron'I Mania 23 2,2 9,9 2,2
Vatovavy Fitovinany 12,2 16,6 2,4 10,4
Ihorombe 1,7 0,8 0,7 0,2
Atsimo Atsinanana 4,5 9,3 1,3 1,1
Atsinanana 21,3 6,3 7,6 10,7
Analanjorofo 16,4 1,7 2,8 1,0
Alaotra Mangoro 30,2 4,8 13,4 2,5
Boeny 12,3 8,5 3,7 6,6
Sofia 0,8 0,0 0,5 0,5
Betsiboka 1,7 0,6 0,5 3,2
Melaky 0,8 0,0 0,9 0,9
Atsimo Andrefana 19,1 6,0 5,9 5,5
Androy 6,3 3,4 0,9 0,4
Anosy 8,6 1,8 3,8 12,1
Menabe 9,3 6,2 2,0 1,7
Diana 14,7 2,8 5,5 2,4
Sava 5,6 0,1 2,5 3,9
ENSEMBLE 100 100,0
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT, (*) seulement deux régions principales sont concernés


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
14
1.z. Les octioités des ONC ò Modogoscor
1.2.1. Secteur d’intervention des ONG

Comme pour l’année 2007, les secteurs « formation et/ou conseil », « protection sociale » et
« santé » sont les secteurs d’activités qui ont le plus bénéficié des interventions des ONG /
associations en 2008. Plus de la moitié des ONG / associations intervenant à Madagascar se
sont investies dans ces secteurs : 29,7% dans la « formation et/ou conseil », 25,2% dans la
« protection sociale » et 12,9% dans la « santé ». Notant au passage que « la santé » a connu
une baisse de taux d’intervention en passant de 24,5% en 2007 à 12,9% en 2008.
Tableau 3 : Pourcentage d’ONG opérant dans chaque secteur (Principal secteur
d’intervention) en 2007et 2008
Secteur d’activités % d’ONG y opérant Secteur d’activités % d’ONG y opérant
2007 2008 2007 2008
Artisanat 0,0 0,0 Genre 0,0 0,0
Droit de l'Homme 0,0 1,2 Promotion de l'Agriculture 0,0 3,2
Justice 5,4 0,6 Protection sociale 24,9 25,2
Eau et assainissement 0,1 0,9 Religion 0,0 0,4
Education 1,8 5,9 Santé 24,5 12,9
Elevage et pêche 0,0 2,7 Œuvres socio économiques 5,5 8,4
Environnement 9,2 5,8 Autres 0,2 2,3
Etudes 2,5 0,6
Formation conseil 25,9 29,7 Ensemble 100 100
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT

Par ailleurs, les ONG/Associations sont aussi intervenues dans les secteurs « œuvres socio-
économiques», « éducation » et « environnement ». En 2008 , ces trois secteurs ont bénéficié
respectivement de 8,4%, 5,9% et 5,8% des interventions des ONG/Associations. Guidées par
le fait qu’elles sont avant tout un organisme à but non lucratif et à priori à vocation
humanitaire, les interventions des ONG se sont surtout concentrées vers les secteurs les plus
fragilisés, au détriment des autres secteurs.








¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
15
1.2.2. Partenariat entre ONG pour la réalisation des activités

De nos jours, le partenariat est indispensable pour atteindre les objectifs fixés et pour
l’accomplissement des activités initiées. Le partenariat entre ONG/Associations est
caractérisé ici par le nombre d’ONG/Associations concernés, et par le nombre moyen
d’ONG/Associations partenaires pour chaque ONG/Association.
Le tableau ci-après résume la situation des ONG/Association œuvrant en partenariat à
Madagascar.
Tableau 4 : Partenariat entre ONG dans la réalisation de leurs activités
Partenariat avec d’autres Partenariat avec des Partenariat avec des

ONG/Associations ONG internationales ONG nationales
Année
% d’ONG
concernés
Nombre moyen
d’ONG
partenaires
% d’ONG
concernées
Nombre moyen
d’ONG
partenaires
% d’ONG
concernés
Nombre moyen
D’ONG
partenaires
2007 58,4% 1,7 39,1% 2,9 48,6% 4,6
2008 55,9% 5,1 32,5% 2,9 41,6% 4,6
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT

En 2008, près de 56% des ONG ont affirmé avoir recouru au partenariat pour la réalisation de
leurs activités, soit une légère baisse par rapport à l’année 2007 (58,4%). Par contre, le
nombre moyen de partenaires a été de 5,1 soit une hausse moyenne de 3,4 par rapport à la
même période. Entre les deux périodes, le nombre d’ONG ayant eu recours au partenariat tant
avec des ONG internationales que des ONG nationales a connu une baisse : respectivement de
39,1% et 48,6% en 2007 à 32,5% et 41,6% en 2008. Dans les deux cas, le nombre moyen
d’ONG partenaire a stagné, en moyenne 2,9 et 4,6 ONG partenaire.





¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
16
1.j. Orgonisotion et structure de l'emploi ou sein des ONC
« Servir de locomotive au secteur social » en général et « créer des emplois pour la
population » en particulier figurent parmi les rôles qui sont assignés aux ONG/Associations..
Cette section traite de l’aspect ressources humaines des ONG à Madagascar. Les ressources
humaines sont ici catégorisées en trois groupes à savoir : i) l’équipe dirigeante, ii) les
membres et iii) le personnel exécutif (permanent et temporaire).
1.3.1. Structure de l’antenne de direction des ONG
Les ONG/Associations œuvrant à Madagascar sont dirigées par une équipe dite « équipe
dirigeante ». L’importance de l’effectif des dirigeants varie d’une ONG à une autre et d’un
secteur à un autre. Cette importance est reflétée par le poids des dirigeants parmi les membres
des ONG.
Tableau 5 : Structure des membres d’ONG/Association selon le type en 2008
Type Dirigeant Membre Poids Dirigeant

ONG Internationale 3,3 12,7 26,0%
ONG Nationale 5,5 14,6 37,7%

ENSEMBLE 5,2 14,4 36,4%
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Dans l’ensemble, les dirigeants représentent 36,4% des membres des ONG/Associations. Soit
en moyenne un rapport de 5 dirigeants sur 14 membres. Au cours de l’année 2008, il n’y a pas
eu de différence significative dans la structure des membres entre les ONG nationales et
internationales. En effet, pour une ONG nationale, l’effectif des membres est en moyenne de
15 contre 13 pour une ONG internationale. Par contre, l’effectif des dirigeants est beaucoup
plus important pour les ONG nationales. Toutefois, en terme relatif, le poids des dirigeants
par rapport aux membres est plus important pour les ONG nationales.
Contrairement aux faits constatés précédemment, la situation par secteur d’activité révèle des
disparités. Les secteurs « Genre », « Artisanat » et « Etudes » qui comptent beaucoup de
membres en moyenne, présentent respectivement des poids de 17,1%, 23,3% et 21,4% pour
les dirigeants. De l’autre coté, au sein des ONG intervenant dans les secteurs « Droit de
l’homme» et « Religion », ce poids se situe autour de 100%, mais elles enregistrent le plus
faible personnel en nombre tant en matière de dirigeants que de membres.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
17
Tableau 6 : Le poids moyen des dirigeants selon le secteur d’activité en 2008
Secteur Dirigeant Membre Poids Dirigeant

Artisanat 7,0 30,0 23,3%
Droit de l’Homme 2,0 2,0 100,0%
Eau et assainissement 3,0 8,0 38,2%
Education 3,5 8,6 40,6%
Elevage et pêche 2,3 5,1 44,6%
Environnement 5,4 9,3 58,4%
Etudes 6,0 28,1 21,4%
Formation conseil 5,4 15,3 35,2%
Genre 6,0 35,0 17,1%
Justice 7,0 8,2 85,4%
Promotion de l'A 5,4 9,4 57,5%
Protection sociale 5,5 16,1 34,4%
Religion 5,1 5,1 100,0%
Santé 6,1 19,3 31,6%
Œuvres socio-économiques 4,5 14,8 30,2%
Autres 4,0 8,9 45,2%

Ensemble 5,2 14,4 36,4%
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Pour compléter l’étude sur la structure de l’équipe dirigeante des ONG/Associations, une vue
sur les différences entre les sexes mérite d’être apportée. Le tableau suivant donne le poids de
la femme au sein des ONG/Associations.
Tableau 7 : Répartition des membres par sexe en 2008
Homme Femme Total

Membres 55,0% 45,0% 100,0%
Dirigeants 61,5% 38,5% 100,0%
Présidents 61,3% 38,7% 100,0%

Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Dans les postes de décision, la participation des hommes reste toujours plus importante par
rapport à celle des femmes. En effet, presque deux présidents sur trois au sein des
ONG/Associations dans toute l’Ile sont de sexe masculin. Ainsi, plus de la moitié des
ONG/Associations sont dirigées par les hommes. Il en est de même pour les membres, les
hommes sont beaucoup plus nombreux que les femmes (55% contre 45% en 2008). Ce qui
n’était pas le cas pour les années avant 2007 où les membres comptaient plus de femmes que
d’hommes.
En termes d’évolution, dans la sphère des décisions des ONG/Associations, les femmes
présidentes ont représenté 38,7% en 2008 contre 36,3% de l’ensemble en 2007, soit une


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
18
légère hausse de 2,4 points en termes de pourcentage traduisant une amélioration de la place
de la femme dans la sphère de prise de décision des ONG/Associations.
Graphique 4 : Répartition des ONG selon le sexe du président
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
2004 2005 2006 2007 2008
Femme
Homme

Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Cette situation des femmes diffère en fonction du type de l’ONG/Association. En effet, la
participation des femmes au sein de l’équipe dirigeante est plus importante dans les ONG de
type national où 39% des dirigeants sont des femmes contre 36,4% dans les ONG
internationales. Par contre, les membres des ONG internationales comptent plus de femmes
que d’hommes. Au sein de ces ONG, 50,4% des membres sont de sexe féminin contre 48,4%
dans les ONG Nationales.
Pour affiner cette analyse selon le sexe, une approche par secteur d’activité est nécessaire.
Concernant le poste de président, les femmes sont plus actives dans les secteurs sociaux
comme le «Genre » (100%), la « santé » (46,7%), et la « protection sociale » (43,6%)










¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
19
Graphique 5 : Répartition des ONG selon le sexe du président par secteur
0,0%
10,0%
20,0%
30,0%
40,0%
50,0%
60,0%
70,0%
80,0%
90,0%
100,0%
A
r
t
i
s
a
n
a
t
D
r
o
i
t

d
e

l

H
o
m
m
e
E
a
u

e
t

a
s
s
a
i
n
i
s
s
e
m
e
n
t
E
d
u
c
a
t
i
o
n
E
l
e
v
a
g
e

e
t

p
ê
c
h
e
E
n
v
i
r
o
n
n
e
m
e
n
t
E
t
u
d
e
s
F
o
r
m
a
t
i
o
n

c
o
n
s
e
i
l
G
e
n
r
e
J
u
s
t
i
c
e
P
r
o
m
o
t
i
o
n

d
e

l
'
A
P
r
o
t
e
c
t
i
o
n

s
o
c
i
a
l
e
R
e
l
i
g
i
o
n
S
a
n
t
é
Œ
u
v
r
e
s

s
o
c
i
o
-
e
c
o
n
o
m
i
q
u
e
A
u
t
r
e
s
Femme
Homme

Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Par rapport à l’année 2007, les secteurs sociaux sont restés des domaines où les femmes
occupent un peu plus de place de président au sein des ONG.

1.3.2. Personnel exécutif des ONG
Le personnel des ONG est subdivisé en deux grandes catégories à savoir : i) le personnel
permanent et ii) le personnel temporaire. Pour la première, une distinction entre cadre
(personnels qualifiés) et non cadre a été apportée. Et pour la seconde, la distinction s’est faite
entre temporaire rémunéré et le bénévolat.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
20
Tableau 8 : Personnel employé dans les ONG/Associations au cours de l’année 2008
Homme Femme
Type
personnel
Type ONG
Statut
personnel
Effectif total
(Homme et
Femme)
Moyenne Somme Moyenne Somme
Cadre 693 6,5 405 4,6 288
Internationale
Autres 2 384 22,5 1 399 15,8 984
Cadre 1 210 1,8 687 1,4 523
Permanent
Nationale
Autres 3 197 4,0 1 556 4,2 1 641
Rémunéré 1 752 11,8 735 16,4 1 018
Internationale
Bénévolat 305 3,6 227 1,3 79
Rémunéré 3 358 3,2 1 228 4,9 2 130
Temporaire
Nationale
Bénévolat 2 669 3,8 1 476 4,9 1 193
Ensemble 15 568 7 713 7 855
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Au cours de l’année 2008, l’effectif du personnel employé par les ONG ou Associations à
Madagascar est estimé à 15 568 personnes dont 48% sont permanents et 52% temporaires.
Par rapport à 2007, l’effectif total a connu une hausse considérable de l’ordre de 67,5%, due
surtout à l’augmentation de l’effectif du personnel temporaire qui est passé de 3 823 à 8 085
entre les deux périodes. En moyenne, une ONG a employé 17 permanents et 15 temporaires
au cours de l’année 2008. L’analyse de la situation selon le type de l’ONG a montré que les
ONG internationales ont utilisé plus de personnel permanent dans la réalisation de leurs
activités, soit en moyenne 51 permanents contre 33 temporaires. Pour les ONG nationales, la
situation enregistrée en 2007 s’est inversée, c'est-à-dire elles ont aussi utilisé un peu plus de
personnel temporaire que de permanent soit en moyenne 12 temporaires contre 11
permanents au cours de l’année 2008.

1.q. Opinion des dirigeonts des ONC sur les différents tgpes
de portenoriot
Cette section présente l’avis des dirigeants des ONG sur leur partenariat avec différentes
entités pour la réalisation de leurs objectifs. Le partenariat peut être vu de différente manière à
savoir : le partenariat entre ONG, le partenariat avec l’Etat et le partenariat avec les bailleurs
de fonds. La question qui se pose est l’importance de ces partenariats dans l’accomplissement
des différentes activités. L’analyse porte ici sur l’évolution du solde d’opinion entre deux
périodes. Le solde d’opinion est la différence entre les réponses positives et les réponses
négatives.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
21
Tableau 9 : Evolution du solde d’opinion des dirigeants des ONG sur les sujets de partenariat
Ensemble
SUJET
2005 2006 2007 2008
Plate forme de la Société Civile 40 12 31 6
Plate forme Sectorielle 52 9 24 2
Partenariat avec l’Etat 42 24 43 46
Partenariat avec les Nations Unies 34 -6 21 3
Partenariat avec les Autres Bailleurs 50 24 48 38
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Les partenariats dépendent non seulement de la philosophie de l’association, mais également
des situations spécifiques et des contextes dans lesquels les ONG/Associations interviennent.
Il est clair que même à l’intérieur de chaque groupement, il y a des approches différentes du
partenariat. Il y a souvent un décalage entre le discours sur le partenariat et la réalité qui
prévaut dans certaines ONG, notamment entre la stratégie et l’opérationnel. En effet, les
soldes d’opinion sur chaque type de partenariat varient en général d’une année à l’autre.
En 2008, l’enquête a fait ressortir une baisse globale de l’opinion des dirigeants des ONG sur
les sujets de partenariat. Concernant l’importance de la plate forme de la société civile, une
baisse de 25 points a été enregistrée, au cours des deux dernières années. Il en est de même au
sujet de l’importance des partenariats avec les plates formes sectorielles existantes où le solde
d’opinion des dirigeants a également accusé une baisse de 22 points. La situation par type
diffère selon le sujet traité. En effet, concernant l’importance de la plate forme de la Société
Civile, ce sont surtout les dirigeants des ONG internationales qui ont donné des réponses
négatives par rapport aux dirigeants des ONG nationales. Le solde d’opinion sur ce sujet est
de seulement -13% pour les dirigeants des ONG internationales contre 11% pour ceux des
ONG nationales. En ce qui concerne le sujet sur les plates formes sectorielles les soldes
d’opinion sont respectivement de 8% et 2% pour les ONG internationales et les ONG
nationales.
Concernant le partenariat avec l’Etat, une légère hausse de 3 points est enregistrée sur le solde
d’opinion des dirigeants. Contrairement à l’année dernière, l’on enregistre des baisses de
solde d’opinion des dirigeants pour le partenariat avec les Nations Unies et celui avec les
autres bailleurs, respectivement de 18 et 10 points.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
22
2. Les sources de financement des ONG
Pour fonctionner, les Organisations Non Gouvernementales et les associations ont besoin de
financement. Ce financement provient de plusieurs sources. Dans cette section, il est question
d’appréhender les sources de financement de ces ONG, c’est-à-dire, d’identifier les entités
œuvrant le plus avec elles dans la réalisation de leurs activités et de détecter la façon dont
elles disposent des fonds et de leurs affectations.
Les bailleurs de fonds multilatéraux sont considérés comme des pays à part entière dans
l’analyse. Ainsi les fonds qu’ils octroient sont imputés directement au nom de leurs
organisations respectives (Nations-Unies, Banque Mondiale, Union Européenne, etc.).
z.1. Structure des finoncements des ONC
Les moyens financiers dont disposent les organisations non gouvernementales proviennent de
différentes sources. Ces sources sont à la fois d’origine résidente et non résidente. Parmi les
sources résidentes, les Organisations Non Gouvernementales se financent : au moyen de leurs
fonds propres, par le biais de l’Etat malagasy à travers ses organismes, par la voie des
institutions de micro-finances et les autres résidents. Pour accroître leurs moyens financiers,
les Organisations Non Gouvernementales se financent aussi auprès de leurs ONG mères et/ou
internationales, des gouvernements étrangers, des bailleurs de fonds et des autres non
résidents.
2.1.1. Source des financements des ONG
Fort accroissement des cotisations des membres et des dons, et dépendance vis-à-vis de
l’extérieur.
Au cours de l’année 2008, les Organisations Non Gouvernementales et les associations ont
réussi à drainer un financement de l’ordre de 366,3 milliards d’Ariary, soit une hausse de
37,4% par rapport à l’année 2007. Les sources de financement sont multiples mais quelques
unes se sont distinguées en 2008, notamment les postes « excédent de gestion », les
« bailleurs de fonds multilatéraux » et les « gouvernements étrangers ». Ces sources de
financement ont respectivement accaparé 33,0%, 11,8% et 11,0% des financements totaux
reçus. Par rapport aux années antérieures, en marge des appuis des bailleurs de fonds et des
gouvernements étrangers, il a été constaté que les Organisations Non Gouvernementales et les
associations ont pu renforcer davantage leurs ressources par le biais des cotisations des
membres ainsi que par les diverses levées de fonds. Ainsi, mis à part l’excédent de gestion de
l’exercice 2007, les autres fonds propres des Organisations Non Gouvernementales et des


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
23
associations ont englobé 14,4% du financement total. Il est important de mentionner que
l’année 2008 s’est distinguée par l’accroissement de la contribution des tiers dans les œuvres
humanitaires sous forme de dons en nature. En valeurs, ces derniers ont représenté 6,1% du
total des financements contre 2,1% en 2007.

Répartition du financement selon la source (% par rapport au montant total)
ONG Mère non
résidente
5,0%
ONG
internationales
résidentes; 0,8%
Gouvernements
étrangers
11,0%
Bailleurs de Fonds
11,8%
ONG
internationales
6,1%
Autres non
résidents
2,2%
Institutions de
microfinance
0,1%
Autres résidents
1,2%
Etat Malagasy
8,2%
Excédent de
gestion de 2007
33,0%
Dons
6,1%
Autres fonds
propres
14,4%

Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT

Depuis ces dernières années, dans la plupart des cas, les sources de financement des ONG
internationales proviennent des non résidents.. Les ONG Nationales, quant à elles, se tournent
plutôt vers les entités résidentes pour pouvoir fonctionner.
Cependant, l’analyse structurelle permet d’appréhender les changements de comportement
des ONG en matière de financement dans le temps. Ces changements sont de nature à refléter
l’ouverture et la coopération des ONG vis à vis de leurs environnements. Ainsi, les résultats
de l’enquête de l’année 2008 démontrent que les ONG internationales se sont tournées
davantage aux entités locales (entités résidentes à Madagascar) pour accroître leur
financement, de ce fait, la répartition des fonds reçus des résidents et non résidents a été
équilibrée cette année, alors que, dans les années précédentes, cette répartition a été plutôt en
faveur des non résidents.
Notons, par ailleurs, que les ONG internationales ont la capacité particulière à drainer les
fonds étrangers pour les engager dans des activités qui sont bénéfiques à la population locale.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
24
En 2008, les ONG internationales ont accaparé 68,8% des fonds totaux reçus contre 72,3% en
2007.
Tableau 10 : Montant du financement selon la résidence des donateurs et le type de l’ONG
(En Million d’Ariary)
Résidence du
Type d’ONG
donateurs/créanciers 2005 2006 2007 2008
Résidents 11 828 19 821 92 054 126 000
ONG internationale Non résidents 176 410 169 976 100 661 126 000
Total 188 238 189 797 192 716 252 000
Résidents 30 070 44 341 41 978 82 400
ONG Nationale Non résidents 19 445 35 752 31 893 31 900
Total 49 515 80 094 73 871 114 300
Résidents 41 898 64 163 134 032 208 400
Ensemble ONG Non résidents 195 855 205 728 132 554 157 900
Total 237 753 269 891 266 587 366 300
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT

2.1.2. Utilisation des financements : les secteurs bénéficiaires
Renforcement des actions dans les secteurs « formation et conseil »,
« protection sociale », « santé » et « œuvres socio-économiques ».

Au cours de l’année 2008, la contribution des ONG a été surtout marquée par la continuité de
leurs actions dans les secteurs « formation et conseil », « protection sociale », « œuvres socio-
économiques » et « santé ». Ces secteurs ont respectivement accaparé 30,6%, 26,9%, 12,1%
et 7,9% des financements totaux reçus par l’ensemble des ONG. Toutefois, par rapport à
l’année précédente, leurs actions se sont focalisées davantage dans la « formation et conseil »
et « protection sociale ».

Le tableau ci-dessous reflète les domaines d’intervention des Non résidents. Nous pouvons
constater que l’importance de leurs interventions varie d’un secteur à un autre. Ainsi, les Non
résidents ont accentué beaucoup plus leurs efforts dans le domaine du « Droit de l’Homme »
où 93,2% des fonds reçus par ce secteur proviennent des non résidents, et inversement, ils se
sont moins investis dans le secteur « Elevage et pêche » où leurs apports n’ont représenté que
2,4%.




¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
25
Tableau 11 : Montant du financement en 2008 et répartition selon le secteur d’intervention
des ONG
2008 Part des non
Secteurs
(Million d’Ariary) Structure résidents
Formation conseil 112 000 30,6% 50,6%
Protection sociale 98 700 26,9% 42,2%
Santé 44 400 12,1% 40,1%
Œuvres socio économique 29 100 7,9% 21,8%
Education 20 500 5,6% 48,3%
Environnement 19 900 5,4% 51,8%
Promotion de l'Agriculture 11 200 3,1% 25,3%
Elevage et pêche 9 460 2,6% 2,4%
Droit de l’Homme 4 090 1,1% 93,2%
Eau et assainissement 3 130 0,9% 55,6%
Justice 2 330 0,6% 47,6%
Etudes 1 960 0,5% 38,6%
Religion 1 530 0,4% 41,2%
Autres 8 000 2,2% 49,9%
TOTAL 366 300 100,0% 43,1%
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT


z.z. Coroctéristigues des finoncements reçus des non
résidents
2.2.1. Généralité
Les financements des ONG provenant des non-résidents englobent les dons, les cotisations
des membres non-résidents, les transferts des gouvernements étrangers, les fonds fournis par
les ONG mères et ONG internationales non résidentes, ainsi que ceux octroyés par les autres
non résidents. Comme pour les années antérieures, les Etats-Unis, l’Union Européenne, et la
France ont été les principaux pourvoyeurs de fonds des ONG en 2008. Ces entités non
résidentes ont respectivement accaparé les 43,1%, 23,2% et 13,2% des financements reçus des
non résidents. La participation des Etats-Unis s’est accrue, passant de 50,4 milliards d’Ariary
en 2007 à 68,1 milliards d’Ariary en 2008, de même pour l’Union Européenne qui a apporté
une contribution supplémentaire de 14,0 milliards d’Ariary par rapport à l’année 2007. Pour
la France, sa contribution s’est vue baisser de 34,4%, situation en grande partie expliquée par
les accords d’activité déjà entrepris en 2007 pour une durée de plus de un an.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
26
Tableau 12 : Principaux pays partenaires des ONG en termes de financement au cours de
l’année 2008
Pays source du financement
Valeur estimée de financement
(Million d’Ariary) Structure
Etats-Unis 68 100 43,13%
Union Européenne 36 700 23,24%
France 20 900 13,24%
Italie 8 240 5,22%
Nations Unis 5 560 3,52%
Royaume-Uni 5 150 3,26%
Suisse 3 210 2,03%
Allemagne 2 680 1,70%
Espagne 2 390 1,51%
Belgique 1 060 0,67%
Autres 3 910 2,48%
Ensemble 157 900 100,00%
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT

La section suivante fournit une analyse plus approfondie sur le type de financement et le
secteur d’intervention de ces principaux pourvoyeurs de fonds des ONG.
2.2.2. Financements provenant des Etats-Unis d’Amérique
Forte contribution du Gouvernement et continuité des actions entreprises en 2007
La ventilation des financements des États-Unis d’Amérique montre une part importante des
fonds provenant du Gouvernement Américain représentant presque la moitié des fonds. Sur la
période 2007-2008, la contribution du Gouvernement Américain s’est accrue de 22,4%.
D’ailleurs, l’évolution du financement des Etats-Unis révèle que, ces dernières années, la
contribution de ce pays aux œuvres humanitaires à Madagascar s’est faite par le biais du
Gouvernement américain au détriment des ONG internationales américaines. L’année 2008
est également marquée par la forte affluence des dons qui ont représenté presque le tiers des
fonds.
Tableau 13 : Répartition des fonds en provenance des Etats-Unis d’Amérique
Montant en million d'Ariary
Rubriques
2006
2007 2008
Structure 2008
ONG internationales 19 750 18 773 13 450 19,75%
Gouvernements étrangers 12 189 26 472 32 400 47,58%
Dons 597 7 19 600 28,78%
Cotisation des non résidents 12 3 734 319 0,47%
Autres 2 540 1 490 2 331 3,42%
Total 35 086 50 476 68 100 100,00%
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
27
Quant aux secteurs d’intervention, la continuité des actions entreprises en 2007 s’est
poursuivie au cours de l’année 2008. La « Formation/Conseil » et la « Protection
Sociale »sont restés les principaux domaines bénéficiaires des financements américains en
absorbant respectivement 32,1 milliards d’Ariary et 27,1 milliards d’Ariary, soit 47,1% et
39,8% des fonds.

Répartition des financements des Etats-Unis par domaines en 2008
Autres; 3,2%
Œuvres socio
economique
1,0%
Environnement;
8,8%
Protection
sociale;
39,8%
Formation
conseil
47,1%

Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT

2.2.3. Financements provenant de la France
Forte contribution des ONG internationales et octroi des fonds aux ONG/Associations
œuvrant dans le domaine de l’Education

Comme ces dernières années, la participation de la France a été marquée par la forte
contribution des ONG internationales/mères non résidentes. Ces ONG ont contribué à hauteur
de 11,0 milliards d’Ariary (contre 14,6 milliards en 2007), soit 52,6% des fonds totaux
provenant de la France. Cette baisse s’est aussi manifestée dans les autres types de
financement, les postes « dons » et « gouvernement étranger » ont respectivement baissé de
63,6% et 31,3% entre 2007 et 2008.




¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
28
Tableau 14 : Répartition des fonds en provenance de la France
Montant en million d'Ariary
Rubriques
2006 2007 2008
Structure 2008
ONG internationales 45 625 14 655 11 000 52,63%
Gouvernements étrangers 11 902 6 320 4 340 20,77%
Cotisation des non résidents 884 2 075 2 470 11,82%
Dons 498 802 292 1,40%
Autres 3 845 4 248 2 798 13,39%
Total 62 754 28 100 20 900 100,00%
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT

La figure ci-dessous représente la répartition des fonds provenant de la France par secteur
d’intervention. A l’instar des autres pays partenaires de Madagascar, la France est intervenue
dans plusieurs domaines sans se focaliser dans un ou deux domaines particuliers. Pour l’année
2008, « l’Education » a bénéficié d’une aide de 5,0 milliards d’Ariary (23,9%), la « Protection
sociale » 4,5 milliards d’Ariary (21,9%), la « Formation/Conseil » 4,2 milliards d’Ariary
(20,5%) et la « Santé » 1,8 milliards d’Ariary (9,0%).

Répartition des fonds provenant de la France selon le secteur en 2008
Promotion de
l'Agriculture
6,7%
Œuvres socio
economique
4,7%
Environnement
4,6%
Justice
4,2%
Eau et
assainissement
1,7%
Autres
2,7%
Santé
9,0%
Formation
conseil
20,5%
Education
23,9%
Protection
sociale
21,9%

Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
29
2.2.4. Financements provenant de l’Union Européenne
Continuité des actions dans le domaine de la Santé, la Protection sociale et la
Formation/Conseil
L’Union Européenne a octroyé près de 36,7 milliards d’Ariary aux ONG œuvrant dans la
grande île au cours de l’année 2008. La « Formation/Conseil », la « Santé » et la « Protection
sociale » sont restés les principaux domaines d’intervention de l’Union Européenne. Ces
secteurs ont respectivement reçu 49,6%, 21,3% et 10,4% des fonds. Toutefois, avec
l’accroissement de leurs apports de 61,7% par rapport à l’année précédente, l’Union
Européenne a pu intervenir dans d’autres secteurs, entre autres le « Droit de l’Homme » qui a
bénéficié de 3,8 milliards d’Ariary en 2008 représentant 10,4% des fonds reçus de l’Union
Européenne.

Graphique 6 : Répartition des fonds en provenance de l’Union Européenne par
domaine en 2008
Promotion de
l'Agriculture
1,9%
Œuvres socio
economique
1,3%
Autres
1,8%
Education
3,3%
Protection
sociale
10,4%
Droit de
l’Homme
10,4%
Santé
21,3%
Formation
conseil
49,6%

Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
30
3. Les dépenses des ONG

Les dépenses des ONG reflètent l’utilisation de leurs ressources destinées à financer les
différentes activités au sein de divers domaines d’intervention. La structure de ces dépenses
donne une image des politiques générales entreprises par les ONG et concrétise ainsi leur
contribution dans le développement socio-économique du pays. En outre, l’attention
particulière portée sur l’utilisation des fonds des non-résidents réside dans le volume de leurs
transferts effectivement injectés dans l’économie Malagasy. Il s’agit ainsi dans ce chapitre
d’analyser l’évolution des dépenses des ONG depuis 2004, de ventiler ces dépenses par
catégorie et par secteur pour l’année 2008, et d’en ressortir le volume des fonds provenant des
non-résidents selon les catégories de dépenses et leur secteur d’intervention.
j.1. Êoolution des dépenses des ONC depuis zooq
Sur le plan fonctionnel, les dépenses des ONG se présentent sous deux grandes subdivisions :
les dépenses de fonctionnement et les dépenses liées aux activités. La figure suivante présente
l’évolution de la structure des dépenses selon ces deux grandes subdivisions de 2004 à 2007.
Graphique 7 : Évolution de la structure des dépenses des ONG de 2004 à 2008
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
2004 2005 2006 2007 2008
R
é
p
a
r
t
i
t
i
o
n

e
n

%
0
50
100
150
200
250
V
a
l
e
u
r

e
n

m
i
l
l
i
a
r
d
s

d
'
a
r
i
a
r
y
Dépenses de fonctionnement Dépenses liées aux activités
Dépenses totales

Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
31

Les dépenses totales des ONG se sont élevées à 173,9 milliards d’Ariary en 2008, soit une
diminution de plus de 8% par rapport à celles réalisées en 2007. Cette somme a été ventilée à
raison de 115,6 milliards d’Ariary à titre de dépenses liées aux activités qui ont également
baissé de 10% entre les deux périodes, et 58,3 milliards d’Ariary comme dépenses de
fonctionnement qui ont suivi la tendance en diminuant de 5% en 2008.
De plus, la contribution des non résidents dans les dépenses suit une tendance à la baisse
depuis 2007. En effet, une augmentation de cette contribution a été enregistrée jusqu’en 2006
et depuis elle n’a cessée de baisser. Si, pour la période 2004-2006, les non résidents ont
contribué à hauteur de 74% du total des dépenses, sur la période 2007-2008, cette
participation n’a représenté que 60%, soit une baisse de 14 points entre les deux périodes. Ce
phénomène est surtout palpable au niveau du poste « dépenses liées aux activités ». En effet,
depuis 2007, ce poste a enregistré une forte baisse de financement par les non résidents : 39%
de diminution en 2007 et 30% de baisse en 2008.
Toutefois, la hausse du financement par les résidents (fonds propres + financement local) a
contrebalancé la situation. En effet, après un financement record en 2007, la participation des
résidents a encore connu une hausse en 2008, de l’ordre de 12% en valeur.
Tableau 15 : Évolution du volume des dépenses selon les types d’ONG
(Unité : Milliard d’Ariary)
Type d'ONG Catégories de dépenses 2004 2005 2006 2007 2008
Dépenses totales 125,5 141,4 178,2 116,8 116,0
Dépenses de fonctionnement 44,5 50 46,2 39,7 39,3
ONG internationales
Dépenses liées aux activités 81 91,4 132 77,1 76,8
Dépenses totales 20,1 24,9 48 72,5 57,9
Dépenses de fonctionnement 13,1 12,5 19,1 21,8 19,0 ONG nationales
Dépenses liées aux activités 7 12,4 28,9 50,7 38,8
Dépenses totales 145,6 166,3 226,2 189,3 173,9
Dépenses de fonctionnement 57,6 62,5 65,3 61,5 58,3 Ensemble des ONG
Dépenses liées aux activités 88 103,8 160,9 127,8 115,6
Dépenses financées Dépenses totales 94,8 126,3 177,9 120,8 97,4
par les non résidents Dépenses de fonctionnement 17,8 44,9 42,7 39,3 39,9
Dépenses liées aux activités 77 81,4 135,2 82 57,6
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT
L’analyse selon le type de l’ONG confirme la place occupée par les ONG internationales dans
l’environnement du secteur de la société civile. Pour l’année 2008, les dépenses engagées par
ces dernières ont représenté 67% de l’ensemble des ONG. Ce poids des ONG internationales


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
32
a connu une légère hausse en 2008, après une tendance à la baisse de 2004 à 2007. En effet,
de 86% en 2004, ce poids s’est situé à hauteur 78% en 2006 pour tomber à 62% en 2007.
Tableau 16 : Évolution des dépenses de fonctionnement.
(Unité : Milliard d’Ariary)
Dépenses de fonctionnement 2004 2005 2006 2007 2008
Rémunérations des salariés 37,1 41,9 39,9 44,2 42,1
Eau et électricité 1 1,1 3,4 3,1 1,5
Communication 2,9 2,8 3,3 4,5 3,1
Loyer 3,8 3,6 3,4 9,6 2,9
Autres postes 12,8 13,2 15,3 0,1 8,8
Total 57,6 62,6 65,3 61,5 58,3
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT
Le détail des dépenses de fonctionnement est présenté dans le tableau ci-dessus. Dans
l’ensemble ces dépenses ont baissé de 5% en 2008 par rapport à l’année précédente. Cette
baisse s’est généralisée pour l’ensemble des postes de dépenses de fonctionnement, sauf pour
le poste « autres ». Le poste « rémunération », qui constitue 72% de l’ensemble des dépenses
de fonctionnement, a connu une baisse de 5% par rapport à 2007. Une baisse importante du
poste « eau et électricité » de l’ordre de 52% a été également constatée en 2008, et a entraîné
le recul du poids de ce poste : 2,5% du total des dépenses de fonctionnement (contre 5% en
2007). Le poste « Loyer » a, quant à lui, diminué de 70%.
Tableau 17 : Évolution des dépenses liées aux activités
(Unité : Milliard d’Ariary)
Catégories de dépenses 2004 2005 2006 2007 2008
Conseils en gestion 0,3 0,3 1 0,9 0,3
Formation et assistance technique 4,9 7,0 48,2 6,1 14,4
Études et recherches 8,2 4,5 4,6 2,6 4,4
Construction et réhabilitation 16,0 21,9 16,2 33,7 10,4
Achats des nouveaux terrains 0,0 0,6 0,3 0,2 0,5
Matériels de transport, informatiques et autres
matériels 15,1 11,5 16,3 8,4 16,2
Fonds prêtés aux autres entités 3,5 0,8 4,4 0,6 0,8
Voyage pour le compte de l'organisation à
l'extérieur 5,3 13,6 5,2 2,8 1,9
Voyage pour le compte de l'organisation à
l'intérieur 6,2 3,2 8,8 12 4,9
Dépenses en fret 3,3 1,6 0,6 0,8 0,5
Contribution régulière aux organisations
charitables 0,2 0,2 0,5 2,5 11,9
Dépenses en donation, dots, héritage, lots
loterie 8,8 16 13,1 12,0 3,0
Autres dépenses 16,2 22,6 41,7 45,2 46,4
Total 88,0 103,8 160,9 127,8 115,6
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
33
Les dépenses liées aux activités sont les dépenses entreprises par les ONG entrant dans le
cadre des objectifs principaux dont elles se sont fixées. D’une manière générale, une baisse ou
une hausse de ces dépenses reflète une diminution ou une augmentation en volume des
activités mises en œuvre par les ONG. Et les variations constatées au niveau de chaque
rubrique de dépenses indiquent l’orientation des politiques de développement dans le temps.

Par rapport à l’année 2007, les dépenses liées aux activités ont baissé de 10%, baisse causée
principalement par l’évolution des dépenses en « Construction et Réhabilitation » et
« Dépenses en donation,… ». Les dépenses en « construction et réhabilitation » sont passées
de 33,7 milliards d’Ariary en 2007 à 10,4 milliards d’Ariary en 2008, soit une baisse de 69%
et les « dépenses en donation,… » sont passées de 12 milliards d’Ariary en 2007 à seulement
3 milliards Ariary en 2008, soit une baisse de 75%.

Cependant, les dépenses en « matériels » ont doublé entre ces deux années, pour atteindre
16,2 milliards Ariary en 2008 et de ce fait ont occupé la première place en termes de dépenses
liées aux activités. Les postes « formation et assistance technique » et « contribution aux
organisations charitables » ont également connu une hausse considérable.
j.z. Anolgse des dépenses des ONC ou cours de l'onnée zooS
3.2.1. Les dépenses selon le type d’ONG

Tout comme les années précédentes, l’importance des ONG internationales est confirmée
pour l’année 2008. Au niveau des dépenses de fonctionnement, 67% de ces dépenses ont été
réalisées par les ONG internationales. C’est au niveau du poste « loyer » que la part de
dépenses des ONG internationales a été la plus élevée : 71%, suivi par le poste
« rémunération des salariés » : 69%.
Par contre, c’est au niveau du poste « eau et électricité » que les ONG nationales ont le plus
dépensé : 52% des dépenses liées à ce poste sont l’œuvre de ces dernières.
De plus, la participation des non résidents au niveau des dépenses de fonctionnement marque
encore une fois la disparité entre ONG internationale et ONG nationale. Au niveau des ONG
internationales, 81% des dépenses de fonctionnement sont assurées par des non résidents,
contre seulement 42% au sein des ONG nationales.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
34
Tableau 18 : Les dépenses de fonctionnement selon les types d’ONG en 2008
(Unité : Milliard d’Ariary)
Type d'ONG
Dépenses de fonctionnement
Montant total ONG internationale ONG nationale
Dépenses totales de fonctionnement 58,3 39,3 19,0
Dont Rémunérations des salariés 42,1 29,2 12,9
Eau et électricité 1,5 0,7 0,8
Communication 3,1 2,1 1,0
Loyer 2,9 2,0 0,8
Apport des non-résidents 39,9 31,9 8,0
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT

Selon la structure des dépenses de fonctionnement, le poste « Rémunérations des salariés »
s’est distingué des autres postes en accaparant près de 74% des dépenses au sein des ONG
internationales et 68% au niveau des ONG nationales, soit en termes de croissance une hausse
de 5% pour les ONG internationales et une baisse de 20% pour les ONG nationales, par
rapport à l’année 2007.

Tableau 19 : Les dépenses liées aux activités selon la catégorie et le type d’ ONG en 2008
(Unité : Million d’Ariary)
Type d'ONG
Catégorie
Montant
Total
ONG
internationale
ONG
nationale
Conseils en gestion 280,3 45,9 234,3
Formation et assistance technique 14 390,7 4 815,2 9 575,4
Études et recherches 4 433,8 527,5 3 906,2
Construction/réhabilitation 10 444,7 5 399,0 5 045,8
Achats nouveaux terrains 512,9 243,7 269,2
Matériels de transport, informatiques et autres
matériels 16 178,0 12 789,0 3 389,1
Fonds prêtés aux autres entités 788,5 478,8 309,6
Voyage pour le compte de l'organisation à l'extérieur 1 879,7 1 579,9 299,8
Voyage pour le compte de l'organisation à l'intérieur 4 871,7 2 374,5 2 497,2
Dépenses en fret 507,0 134,5 372,4
Contribution régulière aux organisations charitables 11 867,8 11 386,6 481,1
Dépenses en donation, dots, héritage, lots loterie 3 007,1 2 795,8 211,2
Autres dépenses 46 438,4 34 180,1 12 258,4
Total 115 600,6 76 750,7 38 849,9
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT

En ce qui concerne les dépenses liées aux activités, les ONG internationales ont engagé 76,7
milliards d’Ariary en 2008, soit environ 66% de la totalité. En termes de croissance, une
baisse des dépenses a été constatée entre les deux périodes tant au niveau des ONG


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
35
internationales que nationales mais cette diminution a été plus marquée au niveau des ONG
nationales où les dépenses ont baissé de 22% contre seulement une baisse de 2% au niveau
des dépenses des ONG internationales. Une analyse par poste montre un profil différent des
dépenses des ONG internationales et celles des ONG nationales. Pour les ONG
internationales, les trois postes les plus importants sont par ordre : l’achat de « matériels »
(représentant 16,7% des dépenses liées aux activités), la « contribution régulière aux
organisations charitables » (14,8%), et les dépenses en « Achat de médicament » (14,5%) qui
figurent dans la rubrique « autres dépenses » (voir tableau suivant). Par contre, pour les ONG
nationales, les trois premiers postes de dépenses sont par ordre : la « formation et assistance
technique » (24,6%), la « construction / réhabilitation » (13%) et l’« étude et recherche »
(10%).
Par rapport à 2007, une différence de structure des dépenses liées aux activités est enregistrée
aussi bien pour les ONG internationales que les ONG nationales. Pour les ONG
internationales, si les dépenses ont surtout été consacrées aux postes « donation, dots,… » et
« construction/ réhabilitation », en 2007, ils ne figurent plus dans la liste des trois premiers
postes de dépenses en 2008. De même pour les ONG nationales, les deux premiers postes de
dépenses en 2007 ont été la « construction / réhabilitation » (48,0%) et le « voyage à
l’intérieur du pays » (17,6%). Et en 2008, « construction/ réhabilitation » figurait à la
deuxième place et « voyage à l’intérieur » n’est pas dans la liste des trois premiers postes.
Tableau 20 : Les autres dépenses liées aux activités selon le type des ONG en 2008
(Unité : Million d’Ariary)
Type d'ONG
Catégorie "Autres dépenses" Montant Total
ONG internationale ONG nationale
Contribution non régulière aux organisations charitables 373,4 25,5 347,9
Achat de médicaments et vaccins 13 336,7 11 099,2 2 237,5
Achat de plants pour reboisement 264,3 75,1 189,2
Sensibilisation et ou mobilisation et ou plaidoirie 1 884,6 356,4 1 528,2
Indemnités/ perdiem 3 657,7 2 220,7 1 437,0
Autres 26 921,7 20 403,3 6 518,5
Total 46 438,4 34 180,1 12 258,4
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT







¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
36
3.2.2. Dépenses des ONG selon les secteurs.

L’année 2008 montre la prédominance de cinq secteurs d’activités qui ont englobé 85% de
l’ensemble des dépenses des ONG. Il s’agit des secteurs : « formation et/ou conseil » (28%),
la « protection sociale » (29%), la « santé » (11%), les « œuvres socio-économiques » (11%)
et l’environnement (6%).
Parmi ces principaux secteurs, trois secteurs sur cinq ont affiché un niveau de dépenses liées
aux activités inférieur au niveau général. Le secteur de « l’environnement » a dépensé le
moins au niveau des activités, le poids des dépenses liées aux activités au sein de ce secteur a
été de 57% soit 9 points de moins que le niveau général, celui du secteur « santé » 58% et le
secteur « formation et conseil » a réalisé 64% à titre de dépenses liées aux activités.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
37
Tableau 21 : Dépenses totales selon les principaux types de secteurs d’activité des ONG en
2008
(Unité : Million d’Ariary)
Protection
Type de dépense
Formation et
ou conseil
sociale
Santé
Œuvre
socio-
économique
Environne
ment
Dépenses de fonctionnement 17 478,6 14 727,2 8 228,5 3 324,5 4 780,0
Conseils en gestion 34,2 13,2 104,3 6,7 65,0
Formation et assistance technique 2 898,9 1 685,0 215,7 8 307,6 215,8
Études et recherches 305,9 205,1 134,2 3 135,3 385,9
Construction/réhabilitation 684,0 1 709,5 1 499,2 3 457,9 463,5
Achats nouveaux terrains 0,0 37,3 89,4 180,7 46,6
Matériels de transport, informatiques et autres
matériels 10 280,9 1 393,0 831,5 143,6 1 333,3
Fonds prêtés aux autres entités 29,0 79,9 0,0 7,2 39,7
Voyage pour le compte de l'organisation à
l'extérieur 241,4 256,8 337,6 36,3 871,2
Voyage pour le compte de l'organisation à
l'intérieur 1 015,7 654,8 491,9 185,2 741,4
Indemnités / Per diem 900,9 1 135,0 620,9 91,3 152,0
Dépenses en fret 15,9 28,9 234,1 26,2 27,8
Contribution régulière aux organisations
charitables 30,3 10 819,7 755,9 55,9 2,8
Contribution non régulière aux organisations
charitables 6,5 283,3 75,9 0,3 0,7
Médicament et vaccins 7,7 10 922,6 2 112,0 85,8 2,0
Dépenses en donation, dots, héritage, lots de
loterie 2 645,8 145,6 55,8 21,5 36,9
Achats de plants 7,5 9,3 86,2 18,4 79,6
Sensibilisation/Plaidoirie 367,1 49,7 422,0 4,5 105,9
Autres dépenses 12 189,0 5 557,2 3 320,8 179,4 1 722,8
Total 49 139,4 49 713,1 19 615,8 19 268,1 11 072,8
Poids en % 28,0% 29,0% 11,0% 11,0% 6,0%
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

En termes de structure de dépenses, chaque secteur présente un profil différent en 2008.
Les dépenses du secteur « protection sociale » se sont surtout concentrées dans les
« dépenses de fonctionnement » (30%), les dépenses en « médicament et/ou vaccins » (22%)
et la « contribution régulière aux organisations charitables » (22%).
Concernant le secteur « formation et/ou conseil », mise à part les dépenses de fonctionnement
(36%), les ONG oeuvrant dans ce secteur ont surtout dépensé en achat de « matériels de
transport, informatiques et autres » (21%) et « autres dépenses » (29%) .
Pour les ONG du secteur de la « santé », outre les dépenses de fonctionnement (42%), elles
ont surtout consacré leurs dépenses en achat de « médicament et vaccin » (11%), en
« construction et/ou réhabilitation » (8%) et au niveau du poste « autres dépenses » (17%).


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
38
Les dépenses du secteur « œuvres socio-économiques » ont été utilisées dans la « formation et
assistance technique » (43%), la « construction et/ou réhabilitation » (18%), « l’étude et
recherche » (16%) sans oublier les dépenses de fonctionnement (17%)..
Enfin, pour les ONG du secteur de « l’environnement », les dépenses réalisées en 2008 sont
surtout composées de « voyage » (intérieur et extérieur confondu) représentant 15% du total
des dépenses, d’achat de « matériels de transport, informatiques et autres » (12%), d’« autres
dépenses » (16%), et dépenses de fonctionnement (43%)

3.2.3. Dépenses financées par les non-résidents

L’attention particulière portée ici sur l’utilisation des fonds des non-résidents se situe au
niveau du volume de leurs transferts effectivement injectés dans l’économie Malagasy, et de
leur contribution à la mise en œuvre des différentes activités menées par les ONG implantées
à Madagascar. Le montant total des dépenses des ONG est estimé à 173,9 milliards d’Ariary
au cours de l’année 2008 dont 56,0% financé par les non-résidents.

Outre les dépenses de fonctionnement, les fonds des non-résidents ont été principalement
utilisés dans l’achat de « matériels de transport, informatiques et autres », la « contribution
régulière aux organisations charitables », la « construction et/ou réhabilitation » et la
« formation et assistance technique ». Les dépenses au niveau de ces trois postes ont
représenté 42% de la totalité des fonds pour l’année 2008.

Les activités comme l’achat de « médicaments et/ou vaccins », « autres dépenses », « études
et recherches » et la « formation et assistance technique » ont été les moins appuyées par les
non résidents en 2008. Ces activités ont bénéficié respectivement de 7%, 5%, 23% et 40% de
la part des non résidents. Par contre, d’autres types de dépenses ont affiché une participation
des non résidents supérieure à 90%. Il s’agit des dépenses en « donation,… » (99%),
« contribution régulière aux organisations charitables » (99%), « prêts aux autres entités »
(96%), « dépenses en frêt » (96%) et « voyage à l’extérieur » (94%).


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
39
Tableau 22 : Utilisation des fonds totaux des non-résidents en 2008
Type de dépense
Montant
total des
dépenses des
ONG
Apport des
non-
résidents
Apport en
pourcentage
des non-
résidents
structures
des dépenses
des fonds
des non-
résidents
Unité Million Ariary Million Ariary % %
Dépenses de fonctionnement 58 307,0 39 913,7 68,5 41,0
Conseils en gestion 280,3 152,9 54,6 0,2
Formation et assistance technique 14 390,7 5 712,8 39,7 5,9
Études et recherches 4 433,8 1 008,0 22,7 1,0
Construction/réhabilitation 10 444,7 8 616,7 82,5 8,9
Achats nouveaux terrains 512,9 343,0 66,9 0,4
Matériels de transport, informatiques et autres
matériels 16 178,0 14 467,5 89,4 14,9
Fonds prêtés aux autres entités 788,5 759,5 96,3 0,8
Voyage pour le compte de l'organisation à
l'extérieur 1 879,7 1 773,7 94,4 1,8
Voyage pour le compte de l'organisation à
l'intérieur 4 871,7 2 967,8 60,9 3,1
Indemnités / Per diem 3 657,7 2 607,2 71,3 2,7
Dépenses en fret 507,0 484,6 95,6 0,5
Contribution régulière aux organisations charitables 11 867,8 11 762,3 99,1 12,1
Contribution non régulière aux organisations
charitables 373,4 292,4 78,3 0,3
Médicament et vaccins 13 336,7 937,1 7,0 1,0
Dépenses en donation, dots, héritage, lots loterie 3 007,1 2 971,0 98,8 3,1
Achats de plants 264,3 140,4 53,1 0,1
Sensibilisation/Plaidoirie 1 884,6 1 166,1 61,9 1,2
Autres dépenses 26 921,7 1 323,6 4,9 1,4
Total 173 907,6 97 400,2 56,0 100,0
Source : Enquête ONG-2009/BCM-INSTAT

Au niveau des secteurs d’activité, les non résidents ont surtout dépensé dans les secteurs
« éducation », « formation et / ou conseil », « protection sociale », « santé »,
et «environnement ». Au sein de tous ces secteurs, les dépenses de fonctionnement ont
accaparé presque la moitié des dépenses des non résidents, le reste a été ventilé en fonction
des activités prédominantes au sein de chaque secteur.
Les dépenses du secteur « éducation » se sont surtout focalisées au niveau des postes « autres
dépenses » (27%), « construction/ réhabilitation » (7%) et « formation et assistance
technique » (7%). Au niveau du secteur « formation et/ou conseil », le financement des ONG
par les non résidents s’est orienté dans les achats de « matériels de transport, informatiques et
autres » (31%). Pour le secteur de la « protection sociale », les non résidents ont plutôt axé
leurs financements dans le poste « contribution régulières aux organisations charitables »
(36%).


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
40
Quant au secteur de la « santé », l’appui des non résidents s’est concentré sur la
« réhabilitation et/ou construction » (14%) et les « autres dépenses » (17%).
Et enfin pour le secteur « environnement », la contribution des non résidents s’est surtout
manifestée au niveau des postes « voyage » intérieur et extérieur confondu (17%), « matériels
de transport, informatiques et autres » (13%) et « autres dépenses » (14%).

Tableau 23 : Utilisation des fonds totaux des non résidents selon les principaux secteurs en
2008
(Unité : Million d’Ariary)
Type de dépense
Formation et
ou conseil
Protection
sociale Santé Environnement Education
Dépenses de fonctionnement 13 727,9 8 762,6 4 358,5 3 436,6 3 241,4
Conseils en gestion 4,5 10,3 40,2 58,8 0,0
Formation et assistance
technique 2 714,1 1 290,2 152,9 196,4 515,8
Études et recherches 297,9 45,4 84,3 318,5 58,0
Construction/réhabilitation 523,0 1 208,6 1 392,1 447,5 561,7
Achats nouveaux terrains 0,0 29,0 89,4 25,7 0,0
Matériels de transport,
informatiques et autres matériels 10 109,7 1 077,9 358,3 1 152,5 262,0
Fonds prêtés aux autres
entités 0,0 62,0 0,0 39,7 254,2
Voyage pour le compte de
l'organisation à l'extérieur 202,4 162,1 336,0 870,3 62,6
Voyage pour le compte de
l'organisation à l'intérieur 789,4 490,2 212,0 639,0 124,4
Indemnités/ Per diem 649,6 842,5 93,0 137,6 384,0
Dépenses en fret 9,8 12,6 232,8 27,5 16,4
Contribution régulière aux
organisations charitables 0,0 8 395,6 688,5 2,8 0,2
Contribution non régulière
aux organisations charitables 4,0 197,7 28,0 0,6 0,4
Médicament et vaccins 3,8 318,4 262,3 2,0 83,4
Dépenses en donation, dots,
héritage, lots de loterie 2 633,3 113,0 41,2 33,7 0,9
Achats de plants 0,7 6,0 10,2 59,9 4,4
Sensibilisation/Plaidoirie 175,1 32,8 155,6 98,1 162,9
Autres dépenses 584,1 550,0 1 759,1 1 238,6 2 083,1
Total 32 429,2 23 606,8 10 294,3 8 785,8 7 815,8
Poids en % 33,3% 24,2% 10,6% 9,0% 8,0%
Source : Enquête ONG-2009 /BCM-INSTAT





¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
41
Annexe J : Base methodologique


A1. Concepts et définitions
A1. 1. ONG « Organisation Non Gouvernementale »
Le terme « Organisation Non Gouvernementale » regroupe généralement un large panel
d’Organisations, mais requiert à particulariser les structures issues de la société civile par
opposition à l’Etat. En effet, il n'y a pas de norme universelle établie pour spécifier qu'une
association est une ONG ou non.
On entend par « Organisation Non Gouvernementale », toute personne morale juridiquement
constituée (i) entièrement ou largement indépendante du gouvernement; (ii) à but non lucratif;
et (iii) existant à des fins humanitaires, sociales ou culturelles, dans le cadre d’une
communauté ou de la société toute entière. Les ONG regroupent donc une multitude
d'Organisations très diverses, indépendantes de l'Etat et poursuivant un but humanitaire ou de
coopération plutôt que des objectifs commerciaux. Il existe deux types distincts d’ONG :
ONG nationales et internationales qui, grâce à leur structure, à leur mode de fonctionnement,
à leurs valeurs (qu’elles prétendent universelles), jouent un rôle essentiel sur la scène
internationale, jusqu’à entrer en concurrence avec les Etats.
Le terme d’ « ONG internationale » renvoie à des Organisations Non Gouvernementales qui
se caractérisent « par leur but non lucratif, par leur champ d’activité couvrant plusieurs pays
dans lesquels sont installées des filiales, leurs centres de décision et de contrôle étant situés
toutefois dans un seul pays. Leur réseau d’activité s’étend aujourd’hui dans le monde entier
et couvre les domaines les plus divers ». Parce qu’elles (les ONG) s’intéressent à des
thématiques touchant des enjeux globaux tels que l’environnement et sa sauvegarde, la
pauvreté, les Droits de l’Homme, ou encore l’aide humanitaire, elles éprouvent le besoin de se
structurer afin d’être en adéquation avec l’ampleur de ces problèmes.
L’ONG internationale, pour mériter cette appellation, doit d’autre part être caractérisée par un
réel dynamisme dans la participation à un certain nombre de mécanismes de relations
internationales (institutions internationales, Etats, entreprises multinationales, médias, etc…)
et ne pas être une simple coquille institutionnelle regroupant formellement des entités
nationales très autonomes.



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
42
A1.1.1. Notion de résidence
(1) sont considérés résidents : tous agents économiques (nationaux ou étrangers) présents sur
une durée de 1 an ou plus sur le territoire économique malagasy durant la période.
(2) sont considérés non-résidents : tous agents économiques qui ne résident pas sur le
territoire économique malagasy durant la période de l’enquête.
A1.1.2. Territoire économique
C’est l’ensemble du territoire géographique auquel s’ajoute le représentant du pays à
l’extérieur moins le territoire des pays étrangers dans le pays.
A1.1.3. Unités d’observation
L’enquête porte globalement sur les ONG dans l’ensemble du territoire économique
Malagasy.
A1.1.4. Type d’ONG
Les ONG comportent 2 grands groupes à savoir : i) les ONG internationales ii) les ONG
nationales.
A1.1.5. Champ de l’enquête
L’enquête s’adresse à toutes les ONG
Les domaines d’activités sont :
• La réinsertion sociale
Il s’agit des actions ciblant les groupes défavorisés et les groupes vulnérables de manière à les
rendre autonomes après un certain temps d’accompagnement.
• Appui socio-humanitaire
Il est ici question d’œuvres caritatives, allant des distributions de vivres, d’effets
vestimentaires ou de médicaments, à la remise ponctuelle de dons aux groupes nécessiteux et
défavorisés, sans articulation avec des mesures d’autonomie.
• Développement socio économique
Le développement socio-économique concerne les actions qui sont concrétisées à partir d’un
programme/projet bien défini dans le temps et dans l’espace, en partenariat avec les
bénéficiaires et qui adopte des stratégies adaptées. Par ailleurs, ces actions ne sont classées, ni
dans la « réinsertion sociale », ni dans « l’appui socio-humanitaire » et ni dans « l’appui
technique ».



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
43

• Appui technique
L’appui technique fait appel aux expertises des ONG pour fournir des assistances techniques
et/ou matérielles, des conseils ou des formations dans un secteur spécifique : éducation, santé,
élevage et agriculture etc.
• Environnement
Il regroupe toutes les activités liées à la protection de la nature et à l’assainissement de
l’environnement (reboisement, actions dans les aires protégées, etc.)
A1.1.6. Couverture de l’enquête
L’enquête porte globalement sur la relation entre une ONG et une unité non résidente.
Az. Méthodologie d'échontillonnoge
A2.1 Unité statistique
L’unité soumise à l’enquête est l’ONG ou l’association. Les ONG et associations
opérationnelles figurant dans l’échantillon devraient répondre aux trois critères
essentiels suivant : être une ONG ou association régie par la loi malgache, avoir une activité
sans but lucratif et intervenir dans les différents domaines d’intervention cités ci-dessus à
Madagascar.
L’enquête se fera auprès du siège social de l’ONG. Ce choix découle des raisons suivantes :
a- La responsabilité juridique des trois fonctions ci-après n’incombe qu’à l’ONG siège :
• la réalisation de l’objet social décomposée en cycles de transactions : finances,
dépenses, etc. Chaque cycle englobe des transactions particulières et à chaque
transaction correspond une procédure particulière ;
• la conservation de patrimoine : stockage des biens ;
• la détention des services généraux : finances, gestion de personnel,
administration, comptabilité.
Leur bureau régional ou provincial ne possède pas de responsabilité juridique. Il correspond
simplement au démembrement d’un patrimoine unique. Il en découle que les informations ont
une forte chance d’être éparses ou parcellaires, voire même inexistantes au niveau de leur
représentant régional ou provincial.
b- Certaines données qualitatives et quantitatives de l’ONG ne sont détenues, le plus souvent,
qu’au siège social, en particulier les informations qui sous-tendent les décisions majeures
relatives à chacun de ses démembrements.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
44

A2.2. La base de sondage
La base de sondage pour cette enquête consiste généralement en une liste complète des ONG
opérant à Madagascar. La liste des ONG a été obtenue auprès de l’INSTAT et des Ministères
de la Population et de l’Intérieur. Cette liste contient certaines informations indispensables
pour leur échantillonnage et leur classement selon les domaines d’activités appropriés. Il est
donc indispensable d’identifier le nom de l’ONG, son sigle, son emplacement géographique,
son adresse, son domaine d’intervention, sa date de création et le type d’ONG.
A2.3 Echantillonnage
Cette enquête se veut être celle établissant la structure des recettes et des dépenses des ONG
pour l’année 2008. Pour cela, toutes les ONG faisant partie de l’échantillon devront être
enquêtées.
Les ONG à Madagascar peuvent être catégorisées en deux classes selon leur type : les ONG
« internationales » dont les opérations et financements se situent au niveau international (ex.
CARE INTERNATIONAL .etc...) et les ONG nationales dont les opérations et les
financements restent au niveau national.
Après l’établissement de la liste des ONG opérant à Madagascar, un classement par domaine
d’intervention sera effectué pour constituer un fichier de base des données exempt de
doublon. Plus précisément, la base de données sera donc divisée en deux types :
• Type 1 : l’ensemble des ONG internationales ;
• Type 2 : l’ensemble des ONG nationales.
Pour la première strate « type1 », on procédera à une sélection exhaustive de toutes les ONG
qui y sont catégorisées, c'est-à-dire taux de sondage T1=1
Pour la deuxième strate « Type 2 », l’échantillon sera obtenu à l’issue d’un tirage stratifié par
domaine d’intervention et par localité (découpage administratif des régions) à un taux T2
autour de 50% par strate. Toutefois un nombre minimum des ONG-échantillons par strate doit
être respecté pour assurer une bonne représentativité. Donc, le taux de sondage définitif ne
pourra être connu qu’à la fin des opérations sur terrain. Par ailleurs, certaines ONG qui sont
inscrites au sein des Ministères de tutelle ne sont pas nécessairement opérationnelles.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
45

Aj. Méthode d'extropolotion
A3.1. Système de pondération pour cette enquête
Pour que les résultats de l’enquête soient applicables à l’univers de l’ensemble des secteurs
touchés par l’enquête, mais pas seulement limités à l’échantillon des ONG/associations
enquêtées, il est nécessaire de disposer des coefficients d’extrapolation adéquats. Ces
coefficients, ou poids, sont donc définis en principe, par le rapport entre l’univers et le
nombre d’ONG/associations ayant répondu avec des questionnaires exploitables :
du ayantrépon ns associatio ONG
tes exis ns associatio ONG Univers
Poids
/ /
) tan / / (
=

La Fiche-Réponse (outil de suivi et d’identification des ONG enquêtés) sera utilisée pour le
calcul des poids. Cependant, ce calcul n’est pas possible tant que ces fiches réponses ne sont
pas disponibles.
Si l’on note
EXQ : le nombre des ONG/associations du champ ayant répondu (avec des
questionnaires exploitables) ;
EXR : le nombre des ONG/associations qui existent mais pour lesquelles on n'a pas de
questionnaires exploitables ;
NEX : les ONG/associations qui n'existent pas ou non fonctionnelles.
Le nombre total des ONG/associations de l'univers dans laquelle on a tiré l'échantillon sera :
NEX EXR EXQ NTOT + + =
A partir de l’échantillon, le poids est calculé par la formule suivante :
uête réponseenq n disparitio tes nsexis associatio ONG Poids / ) tan / ( − =


• - « réponse » est le nombre des ONG/associations qui ont répondu, c’est-à-dire que
leurs questionnaires sont exploitables ;
• - « ONG/associations existantes » est le nombre des ONG/associations qui existent
sans qu’elles aient nécessairement de questionnaires exploitables ou non ;
• - « disparition » est le nombre des ONG/associations qui n’existent pas ou qui sont
non fonctionnelles au cours de l’année de l’enquête.


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
46


Si Nh est le nombre total des ONG/associations de la strate dans laquelle est tiré un nombre
nh, le taux de sondage « ts » est de :
h N
s nsenquêtée associatio ONG nombred
ts
/ '
=

Le poids sera :
réponse
n disparitio
ts réponse
tes nsexis associatio ONG
ts
Poids × − × =
1 tan / 1

Donc pour l’univers, le poids sera :
[ ]
EXQ
NEX
ts EXQ
EXR EXQ
ts
t Poids × −
+
× =
1
) (
1
) (

h n
NEX EXR EXQ
ts
) ( + +
=

et dans le cas de tirage exhaustif, on a ts = 1
A3.2. Système de pondération pour la prochaine enquête
Afin de ne pas avoir à revenir aux taux de sondage de l’année dernière et de garder la
cohérence avec l’univers de l’année précédente, la formule pour le calcul du poids de chaque
strate diffère selon qu’on a à faire à des anciennes ONG/associations ou des nouvelles
ONG/associations.
En notant poids (t), le poids pour l’année « t » des ONG/associations d’une strate donnée et
poids (t-1) celle de l’année précédente
a- Pour les anciennes ONG/associations, l’univers est déjà connu du fait que nous disposons
du poids de l’année précédente et du nombre d’ONG/associations ayant répondu
correspondant.
Le nouveau poids sera alors
réponse
n disparitio
t poids
réponse
tes nsexis associatio ONG
t poids t Poids ) 1 (
) tan / (
) 1 ( ) ( − − × − =
Donc pour l’univers, le poids sera :
[ ]
EXQ
NEX
t poids
EXQ
EXR EXQ
t poids t Poids × − −
+
− = ) 1 (
) (
) 1 ( ) (


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
47
b- Pour les nouvelles ONG/associations, il y a lieu encore d’obtenir les informations sur
l’univers des nouvelles ONG/associations, c’est-à-dire le nombre total des nouvelles
créations.
Si Nh est le nombre total d’ONG/associations de la strate dans laquelle est tiré un nombre nh,
Le taux de sondage « ts » est :
h N
s nsenquêtée associatio ONG nombred
ts
/ '
=

Le poids sera :
réponse
n disparitio
ts réponse
tes nsexis associatio ONG
ts
t Poids × − × =
1
] tan / [
1
) (
Donc pour l’univers, le poids sera :

[ ]
EXQ
NEX
ts EXQ
EXR EXQ
ts
t Poids × −
+
× =
1
) (
1
) (

h n
NEX EXR EXQ
ts
) ( + +
=

Et dans le cas de tirage exhaustif, on a ts = 1
c- Pour les anciennes ONG/associations non encore fonctionnelles l’année précédente que
l’on rajoute pour la prochaine enquête, l’univers dans lequel elles ont été tirées est déjà
connu.
Le nouveau poids sera :
réponse
n disparitio
t poids
réponse
tes nsexis associatio ONG
t poids t Poids ) 1 (
) tan / (
) 1 ( ) ( − − × − =
Donc pour l’univers, ce poids sera :
[ ]
EXQ
NEX
t poids
EXQ
EXR EXQ
t poids t Poids × − −
+
− = ) 1 (
) (
) 1 ( ) (



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
48
Annexe 2 : 1ABLLAUX





Tableau 24 : Répartition par pays des fonds provenant des Non-résidents en 2008
Pays Montant en million d’Ariary
Etats-Unis 68 100
Union Européenne 36 700
France 20 900
Italie 8 240
Nations Unis 5 560
Royaume-Uni 5 150
Suisse 3 210
Allemagne 2 680
Espagne 2 390
Belgique 1 060
Luxembourg 1 040
Banque Mondiale 958
Canada 839
Pays-bas 284
Corée, République de 181
Réunion 126
Japon 117
Finlande 112
Mali 104
Norvège 59
Irlande 58
Monaco 28
Arabie Saoudite 4
Total 157 900
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
49


Tableau 25 : Répartition des financements provenant des Etats-Unis d’Amérique par domaine
d’activité en 2008
Domaine d’intervention Montant en million d'Ariary
Formation conseil 32 100
Protection sociale 27 100
Environnement 6 020
Œuvres socio économique 690
Religion 623
Santé 434
Etudes 292
Promotion de l'Agriculture 277
Elevage et pêche 180
Education 144
Autres 240
Total 68 100
Source : Enquête ONG-2009/ BCM-INSTAT

Tableau 26 : Répartition des financements provenant de la France par domaine d’activité en
2008
Domaine d’intervention Montant en million d'Ariary
Education 5 000
Protection sociale 4 570
Formation conseil 4 280
Santé 1 880
Promotion de l'Agriculture 1 410
Œuvres socio économique 986
Environnement 969
Justice 883
Eau et assainissement 355
Elevage et pêche 30
Autres 537
Total 20 900
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
50

Tableau 27 : Répartition des fonds en provenance de l’Union Européenne par domaine en
2008
Domaine d’intervention Montant en million d'Ariary
Formation conseil 18 200
Santé 7 800
Droit de l’Homme 3 810
Protection sociale 3 810
Education 1 220
Promotion de l'Agriculture 714
Œuvres socio économique 488
Environnement 270
Eau et assainissement 257
Autres 131
Total 36 700
Source : Enquête ONG-2009 / BCM-INSTAT



¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
51
on peut avoir aisément le nombre d’ONG/associations existantes en soustrayant du nombre d’ONG/associations dans le fichier de base des données le
nombre d’ONG/associations classées disparues (
Annexes 2
1able des matières



Sommaire………....................................................................................................................... ii
Liste des tableaux ………………………………………………………………………… iii-iv
Liste des graphiques ................................................................................................................... v
Résumé…………....................................................................................................................... 6
1. Généralités sur les interventions des ONG ............................................................................ 8
1.1. Répartition géographique des ONG et de leurs activités .................................................... 8
1.1.1. Localités d’implantation des ONG................................................................................... 8
1.1.2. Localités et communautés cibles des ONG...................................................................... 9
1.2. Les activités des ONG à Madagascar................................................................................ 14
1.2.1. Secteur d’intervention des ONG.................................................................................... 14
1.2.2. Partenariat entre ONG pour la réalisation des activités ................................................. 15
1.3. Organisation et structure de l’emploi au sein des ONG.................................................... 16
1.3.1. Structure de l’antenne de direction des ONG................................................................. 16
1.3.2. Personnel exécutif des ONG.......................................................................................... 19
1.4. Opinion des dirigeants des ONG sur les différents types de partenariat........................... 20
2. Les sources de financement des ONG.................................................................................. 22
2.1. Structure des financements des ONG................................................................................ 22
2.1.1. Source des financements des ONG................................................................................ 22
2.1.2. Utilisation des financements : les secteurs bénéficiaires ............................................... 24
2.2. Caractéristiques des financements reçus des non résidents .............................................. 25
2.2.1. Généralité 25
2.2.2. Financements provenant des Etats-Unis d’Amérique .................................................... 26
2.2.3. Financements provenant de la France ............................................................................ 27
2.2.4. Financements provenant de l’Union Européenne .......................................................... 29
3. Les dépenses des ONG......................................................................................................... 30
3.1. Évolution des dépenses des ONG depuis 2004................................................................. 30
3.2. Analyse des dépenses des ONG au cours de l’année 2008............................................... 33
3.2.1. Les dépenses selon le type d’ONG ................................................................................ 33
3.2.2. Dépenses des ONG selon les secteurs............................................................................ 36
3.2.3. Dépenses financées par les non-résidents ...................................................................... 38


¿tade :a- |e: C-qaa|:at|ea: Aea gea«e-aemeata|e: a Æadaqa:ca-
52
Annexe 1 : Base méthodologique............................................................................................. 41
A1. Concepts et définitions ...................................................................................................... 41
A1. 1. ONG « Organisation Non Gouvernementale » ............................................................. 41
A1.1.1. Notion de résidence..................................................................................................... 42
A1.1.2. Territoire économique ................................................................................................. 42
A1.1.3. Unités d’observation.................................................................................................... 42
A1.1.4. Type d’ONG................................................................................................................ 42
A1.1.5. Champ de l’enquête..................................................................................................... 42
A1.1.6. Couverture de l’enquête .............................................................................................. 43
A2. Méthodologie d’échantillonnage....................................................................................... 43
A2.1 Unité statistique............................................................................................................... 43
A2.2. La base de sondage......................................................................................................... 44
A2.3 Echantillonnage............................................................................................................... 44
A3. Méthode d’extrapolation ................................................................................................... 45
A3.1. Système de pondération pour cette enquête ................................................................... 45
A3.2. Système de pondération pour la prochaine enquête ....................................................... 46
Annexe 2 : TABLEAUX.......................................................................................................... 48
Table des matières.................................................................................................................... 51

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->