Vous êtes sur la page 1sur 159

Contents

1 Introduction à l’épistémologie 5
1.1 L’infirmationnisme de Karl Popper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2 Thomas Kuhn : les ”révolutions scientifiques” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3 L’économie est-elle une science ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

I La pensée économique jusqu’en 1870 10


2 La pensée économique avant Adam Smith 11
2.1 De l’Antiquité au Moyen-Âge : réflexion essentiellement morale . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.1 La Grèce Antique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
A. Platon (428-348) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
B. Aristote (384-322) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.2 La pensée économique de l’Église . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
A. Saint Augustin (354-430) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
B. Saint Thomas d’Aquin (1225-1274) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2 Les premières représentations d’ensemble de l’économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.1 Le mercantilisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
A. Populationnisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
B. Monnaie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
C. Interventionnisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.2.2 La physiocratie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3 L’économie politique classique 21


3.1 Les théories de la valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.1.1 Théorie objective de la valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
A. Valeur d’échange et valeur d’usage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
B. Délimitation du champs d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
C. Smith : le travail comme étalon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
D. Ricardo et le travail incorporé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.1.2 Théorie subjective de la valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.2 Le libéralisme économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.2.1 Impossibilité d’une crise économique générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
A. La main invisible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
B. La loi des débouchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
C. Critique de la loi des débouchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.2 Les avantages du commerce international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
A. Les avantages absolus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
B. Les avantages comparatifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

1
CONTENTS 2

C. Le gain à l’échange et sa répartition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33


D. Industrie naissante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.3 L’évolution du système économique à long terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.3.1 Les trois lois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
A. Loi d’accumulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
B. Loi des rendements décroissants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
C. Loi de Malthus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.3.2 L’État Stationnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3.3 Comment retarder l’ES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

4 L’analyse de Karl Marx 40


4.1 La dimension philosophique et politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.1.1 La vie de Marx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.1.2 Le système philosophique et politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.2 L’oeuvre économique de Marx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.2.1 Travail, force de travail et exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.2.2 Les crises de surproduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.2.3 La loi de la baisse tendancielle du taux de profit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

II MICROÉCONOMIE 51
5 Le calcul économique du consommateur 54
5.1 Préférences et fonction d’utilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.1.1 La théorie cardinale de l’utilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
A. Utilité totale et utilité marginale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
B. L’hypothèse de décroissance de l’utilité marginale . . . . . . . . . . . . . . . . 57
5.1.2 La théorie ordinale de l’utilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
A. La logique des préférences du consommateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
B. La représentation graphique des préférences : la courbe d’indifférence . . . . . 62
5.2 Contrainte budgétaire et équilibre du consommateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
5.2.1 La contrainte budgétaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
A. Ensemble des consommations possibles et droite de budget . . . . . . . . . . . 70
B. Les déplacements de la droite de budget . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
5.2.2 L’équilibre du consommateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.3 De la demande individuelle à la demande agrégée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.3.1 La demande du consommateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.3.2 La demande globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

6 Le calcul économique du producteur 81


6.1 Combinaison des facteurs de production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
6.1.1 La fonction de production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
A. L’entreprise comme une ”boite noire” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
B. Rendement des facteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
6.1.2 La combinaison optimale des facteurs de production . . . . . . . . . . . . . . . . 84
A. Les isoquantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
B. Le Taux Marginal de Substitution Technique (TMST) . . . . . . . . . . . . . . 86
C. L’équilibre du producteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
6.2 Les coûts de production et la maximisation du profit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
CONTENTS 3

6.2.1 Les coûts de production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93


A. Les composantes du coût global . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
B. Coût moyen et coût marginal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
6.2.2 La maximisation du profit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
6.3 De l’offre individuelle à l’offre agrégée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
6.3.1 L’offre individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
6.3.2 L’offre agrégée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

7 Marchés et prix : le cas de la concurrence pure et parfaite 108


7.1 L’équilibre du marché en courte période . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
7.1.1 La concurrence pure et parfaite (CPP) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
A. Les conditions de la CPP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
B. Existence et stabilité de l’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
C. Modification de l’offre et de la demande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
D. Le surplus social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
7.2 L’équilibre du marché en longue période . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

III MACROÉCONOMIE 119


8 Le circuit économique et les principaux agrégats 123
8.1 Les acteurs économiques et les marchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
8.1.1 Les acteurs économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
8.1.2 Les marchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
8.2 Les agrégats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
8.2.1 Le produit intérieur brut (PIB) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
8.2.2 Les autres principaux agrégats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
8.3 Le circuit économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
8.3.1 Une économie à deux agents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
8.3.2 Une économie à trois agents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
8.3.3 Une économie ouverte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

9 Le modèle néoclassique 129


9.1 Le fonctionnement du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
9.1.1 Marché du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
A. La demande de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
B. L’offre de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
C. L’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
9.1.2 Marché de la monnaie, NGP et équilibre entre offre et demande globales . . . . . 132
9.1.3 Détermination du taux d’intérêt et de la structure des dépenses . . . . . . . . . . . 135
9.1.4 Récapitulatif graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
9.2 Propriétés et limites du modèle néoclassique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
9.2.1 Le traitement du chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
9.2.2 Inefficacité des politiques budgétaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
9.2.3 Inefficacité des politiques monétaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
CONTENTS 4

10 Le modèle de Keynes 142


10.1 Demande et activité économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
10.1.1 Les composantes de la demande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
A. La consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
B. L’investissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
C. Les dépenses publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
10.1.2 L’équilibre entre offre et demande globales et l’effet multiplicateur . . . . . . . . . 144
A. L’équilibre sur le marché des biens et services . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
B. Le multiplicateur keynésien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
C. Le théorème d’Haavelmo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
10.2 Monnaie et taux d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
10.2.1 La demande de monnaie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
A. Le motif de transaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
B. Le motif de précaution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
C. Le motif de spéculation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
10.2.2 L’équilibre sur le marché de la monnaie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
10.3 Emploi et demande effective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
Chapter 1

Introduction à l’épistémologie

Référence bibliographique :
• Mark Blaug ”La méthodologie économique”, Economica,
1994 (2ème édition)

Objectifs principaux de l’épistémologie :


• séparer la science de la non-science → critère de démarcation
• expliquer l’évolution des sciences ou de la connaissance
scientifique

1.1 L’infirmationnisme de Karl Popper

Étude scientifique :
− observation(s)
− élaboration d’une ou de plusieurs théories
− confrontation de la théorie à la réalité → empirisme

VÉRIFICATIONNISME : on tente de vérifier, de valider la


théorie

5
CHAPTER 1. INTRODUCTION À L’ÉPISTÉMOLOGIE 6

Karl Popper ”La logique de la découverte scientifique” 1935


→ critique du vérificationnisme
Distinction INDUCTION / DÉDUCTION
DÉDUCTION : méthode de raisonnement par laquelle on infère
d’un principe ou d’une hypothèse toutes les conséquences qui
en découlent.
INDUCTION : processus consistant à inférer des lois générales
d’évenements particuliers ou d’observation(s) individuelle(s).
Le problème de l’induction : d’un point de vu LOGIQUE,
l’induction n’est pas acceptable. Seule la déduction est logique-
ment correcte.
exemple : les cygnes
Autre problème : d’un point de vu LOGIQUE, aucune propo-
sition ne peut être DÉDUITE de constatations particulières.
On ne peut pas VÉRIFIER une théorie à l’aide de la logique
déductive.

En revanche, n’importe quelle théorie ou proposition universelle


peut être contredite, réfutée, infirmée à l’aide de la logique
déductive sur la base d’observation(s) particulière(s).
On ne peut jamais démontrer qu’une théorie est vraie, mais on
peut démontrer que certaines théories sont fausses.
Critère de démarcation : La science est ce corps de propo-
sitions relatives au monde réel qui peuvent être infirmées par
des observations empiriques car elles éliminent la possibilité
que certains événements se réalisent.
CHAPTER 1. INTRODUCTION À L’ÉPISTÉMOLOGIE 7

SYLLOGISME HYPOTHÉTIQUE

Si A est vrai, alors B est vrai ; A est vrai, donc B est vrai

Si A est vrai, alors B est vrai ; B est vrai, par conséquent A


est vrai

erreur de raisonnement (induction)


Popper : on peut ”contester le conséquent”

Si A est vrai, alors B est vrai ; B n’est pas vrai donc A n’est
pas vrai

Conclusion : une théorie ne peut jamais être vérifiée ; elle


ne peut être jugée que provisoirement acceptable car elle n’a
pas (encore) été réfutée et remplacée par une autre théorie
(également provisoire).

La méthodologie de Popper est très NORMATIVE : elle for-


mule des prescriptions sur ce que doit être la bonne pratique
scientifique.
CHAPTER 1. INTRODUCTION À L’ÉPISTÉMOLOGIE 8

1.2 Thomas Kuhn : les ”révolutions scientifiques”

KUHN → démarche POSITIVE (descriptive) concernant les


pratiques scientifiques

Il oppose 2 types de sciences

La science ”normale” : activité consistant à résoudre des


problèmes dans un cadre théorique orthodoxe.

La science ”révolutionnaire” : remplacement d’un cadre théorique


par un autre à la suite de réfutations répétées et de découvertes
d’anomalies croissantes.

Le progrès n’est pas LINÉAIRE


En temps ”normal” la science évolue dans un même para-
digme (ou matrice disciplinaire) → évolution continue

En période de révolution scientifique, il y a un changement de


paradigme → Rupture
exemples :
− héliocentrisme de Copernic
− théorie de la relativité de Einstein

Remarque : 2 cadres concurrents peuvent coexister


CHAPTER 1. INTRODUCTION À L’ÉPISTÉMOLOGIE 9

1.3 L’économie est-elle une science ?

Sciences sociales → expérimentation (pratiquement) exclue


Expérimentation → clause CETERIS PARIBUS (toutes choses
égales par ailleurs)
En économie, on ne peut (presque) pas faire d’expérience :
on observe ce qui s’est passé. Dans la réalité, tout bouge en
même temps (MUTATIS MUTANDIS)→ économétrie

Une difficulté supplémentaire


→ importance des concepts d’information et d’anticipation
Part I

La pensée économique jusqu’en 1870

10
Chapter 2

La pensée économique avant Adam Smith

2.1 De l’Antiquité au Moyen-Âge : réflexion essentiellement morale

2.1.1 La Grèce Antique

la vie économique n’est qu’un aspect


− soit de la vie politique
− soit de la vie de la cité
− soit de la vie familiale

ÉCONOMIE ← OIKOS NOMOS


maison gérer, loi

A. Platon (428-348)

Immortalité de l’âme
La vie doit être organisée pour assurer le salut des âmes →
donner à chacun une place dans la société qui corresponde à
ses qualités (morales, physiques, intellectuelles)
Société en 3 classes
• agriculteurs et commerçants → prospérité matérielle
11
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 12

• guerriers → défense et ordre


• sages ou chefs → direction

Pour placer les éléments de la société dans chaque classe


→ SÉLECTION dès le plus jeune âge
• éducation identique pour TOUS au départ
• pas de propriété personnelle pour la classe supérieure
→ communisme d’élite
• mise en commun des femmes et des enfants
→ pas d’oligarchie
La cité idéale est SAGE, COURAGEUSE et TEMPÉRANTE

B. Aristote (384-322)

Élève de Platon, sa réflexion se distingue de celle de son maı̂tre


• par sa méthode
• par ses conclusions

Ses positions
• rejet de l’immortalité de l’âme
→ le bonheur doit être atteint sur terre grâce à la raison
• il défend la propriété privée
• contre la mise en commun des femmes et des enfants
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 13

Pour la propriété privée, mais condamnation de l’enrichissement


incontrôlé
CHRÉMATISTIQUE : toute activité qui existe dans l’acquisition
de biens ou de services
Chrématistique naturelle : acquisition de biens et services
pour satisfaire des besoins (légitime)
Chrématistique pure : tournée vers l’accumulation illimitée
de richesses (condamnable)
• commerce extérieur
• le travail salarié
• le prêt à intérêt

La cité saine doit


• admettre la propriété privée et l’esclavage
• repousser le prêt à intérêt et le commerce extérieur

Pour assurer l’harmonie sociale et le bonheur terrestre


→ JUSTICE
• Justice distributive : distribution des honneurs
• Justice commutative : équité dans l’échange
Recherche d’un étalon de valeur
→ le travail
→ le besoin (l’utilité)
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 14

2.1.2 La pensée économique de l’Église

Attitudes nouvelles
• à l’égard du travail
• à l’égard de la richesse matérielle

La doctrine chrétienne se détache des questions matérielles


→ il n’y a pas de réflexion politique

A. Saint Augustin (354-430)

426 : ”La cité de Dieu”


2 mondes coexistent :
• la cité terrestre : les hommes y dépendent les uns des autres
et vivent dans le péché
• la cité de Dieu : les hommes y sont égaux et ne dépendent
que de Dieu

L’Église ne s’intéresse qu’à la cité de Dieu


Que faut-il faire dans l’autre cité ?
→ RIEN

B. Saint Thomas d’Aquin (1225-1274)

La thèse de Saint Augustin va exercer une influence énorme


jusqu’à la fin du Xème siècle
XIème siècle : le commerce renaı̂t
• développement de l’industrie (drap)
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 15

• développement du prêt à intérêt

XIIIème siècle : redécouverte d’Aristote


→ crise de la chrétienté
Rappel : Aristote traite des problèmes politiques de manière
rationnelle → il cherche les règles qui conduisent à une vie
MATÉRIELLE heureuse
Saint Thomas d’Aquin → mise à jour de la doctrine de l’Église
→ ”Somme Théologique” (de 1266 à sa mort)
Il fait un pas vers Aristote : il ne faut pas négliger la vie sociale
Mais, il reste fondamentalement plus proche de St Augustin
que d’Aristote
Le surnaturel domine le naturel → l’important n’est pas le
bonheur sur terre mais le bonheur éternel
Subordination de la réflexion politique et économique à la
théologie
→ une science économique ne peut pas se développer
Il développe néanmoins une ”doctrine” économique
• favorable à la propriété privée
• 2 types de justice (distributive et commutative)
• théorie du ”juste prix”
• il est favorable au commerce (même extérieur)
• il tolère le prêt avec intérêt

Rupture avec la condamnation du commerce et de l’usure


CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 16

2.2 Les premières représentations d’ensemble de l’économie

XIVème et XVème : essor économique important


Un mouvement intellectuel important → Renaissance
Humanisme → forte émancipation par rapport à l’Église

2.2.1 Le mercantilisme

Affirmation des États autonomes face à l’Église → laı̈cité


→ le mercantilisme se développe vers la fin du XVème
Thèse soutenue :
• l’État doit être fort
• un État fort est un État riche
• un État est riche si ses citoyens sont riches

Richesse et pouvoir sont conjugués


Antoine de Montchrétien ”Traité d’économie politique” (1615)
Rôle de conseiller : 3 conseils

A. Populationnisme

Les mercantilistes favorables à l’↑ de la population.


Jean Bodin (1530-1596)
”il n’y a de richesse ni de force que d’hommes”
Les raisons de cette position
• pour lever une armée
la guerre est l’état ”normal”
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 17

→ guerres en permanence en Europe aux 16ème et 17ème


siècles (ex : de 1656 à 1815, l’Angleterre est en guerre
pendant 84 ans!)
→ les causes de la guerre sont souvent économiques (atta-
quer des monopoles commerciaux, dérober des colonies)

• population abondante signifie main d’oeuvre bon marché


→ coûts de production faibles, hausse des profits et des
exportations → on réprime le vagabondage et l’oisiveté
- Montchrétien (1575-1621) préconise d’obliger les
gens du peuple à travailler ”Le bonheur des hommes, pour
en parler à notre mode, consiste principalement en la richesse,
et la richesse dans le travail”
- William Petty (1623-1685) → maintient d’un prix
élevé pour le blé
- On incite les enfants à travailler. Colbert (1619-
1683) ”l’oisiveté des premières années est la source des
désordres du reste de la vie” → travail des enfants dès 6
ans dans les manufactures royales

B. Monnaie

Réflexion monétaire : découverte du Nouveau Monde → hausse


des prix
Jean Bodin (1530-1596)
”Réponses aux paradoxes de Monsieur de Malestroit touchant
à l’enchérissement de toutes choses” (1568)
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 18

Le pouvoir d’achat des monnaies d’or et d’argent est inverse-


ment proportionnel à la quantité d’or et d’argent existant dans
un pays → intuition de la Théorie Quantitative de la Monnaie
TQM : théorie selon laquelle la valeur d’une monnaie est in-
versement proportionnelle à sa quantité

Malgré cela, les mercantilistes sont favorables à l’abondance


de monnaie
→ lien entre l’abondance de la monnaie et les conditions de
financement des opérations commerciales
William Petty (1623-1685) ”L’arithmétique politique” (1690,
posth.)
→ décrit le mécanisme ↑ M ⇒ ↓ r ⇒ ↑ activité éco
→ précurseur de Keynes

C. Interventionnisme

Il faut accumuler la richesse dans le pays par le commerce


extérieur
→ Balance Commerciale excédentaire
exportations > importations

La politique de l’État doit favoriser une balance commerciale


excédentaire
• encadrer la production des individus
→ assurer la qualité des produits
• protectionnisme
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 19

→ restrictions aux importations de produits manufacturés


→ restrictions aux exportations de matières premières
→ incitations à l’exportation de produits manufacturés

Si je veux que mon État s’enrichisse, il faut que les autres


s’appauvrissent → Le commerce est un jeu à somme nulle
Résumé de la pensée mercantiliste : harmonies économiques

fin à atteindre moyen


Marchands dvp industrie et exportations abondance argent et hommes
État abondance argent et hommes dvp industrie et exportations

2.2.2 La physiocratie

1ère véritable école de la pensée économique


Partisan du libéralisme → ”laissez faire, laissez passer”
Chef de file : François Quesnay (1694-1774)
médecin ordinaire du Roi
Début de sa réflexion économique après 60 ans
→ article pour l’Encyclopédie ”fermier” ”grain”
→ le tableau économique (1758) : origine de la comptabilité
nationale
Rôle du ”capital” (les fonds) dans l’accroissement du revenu
national → La disposition de fonds pour acheter des moyens
de production est efficace pour augmenter le revenu
Pour Quesnay, ces moyens de production → boeufs, chevaux...
CHAPTER 2. LA PENSÉE ÉCONOMIQUE AVANT ADAM SMITH 20

Pour accroı̂tre sa richesse, le propriétaire doit augmenter son


stock de ”capital”. Mais Quesnay affirme que dans l’industrie
et le commerce, cette opportunité n’existe pas

Primauté de l’agriculture
• seule l’agriculture est productive → elle produit plus qu’elle
n’utilise → les agriculteurs forment la classe ”productive”
• artisans, commerçants → classe ”stérile”
Chapter 3

L’économie politique classique

Adam Smith (1723-1790) :


”Recherche sur la nature et les causes de la richesse des na-
tions” (1776)
L’EPC ne constitue pas une véritable école
→ différences dans les analyses
→ ressemblances (méthode ; questions)
Définition de Marx
→ éco classique : démarche scientifique
→ éco vulgaire : se contente des apparences
Définition de Keynes
→ définition plus large (jusqu’aux néo-classiques)
La différence dans le choix du critère par Marx et Keynes tient
surtout au fait que ces 2 auteurs essayent de se démarquer de
l’Économie Politique Classique
• Marx considère la théorie de la valeur-travail
→ il veut démontrer l’exploitation des travailleurs dans le
régime capitaliste
• Keynes retient la croyance dans l’efficience des marchés
21
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 22

→ il veut expliquer les crises de surproduction

Dans ce chapitre, nous considérons l’Économie Politique Clas-


sique au sens de Marx → choix ”pédagogique”

nous étudierons ensuite 2 courants qui sont issus de l’EPC


• un prolongement : Les NÉOCLASSIQUES
• une rupture : le MARXISME

Les principaux auteurs de l’EPC sont


• Adam SMITH (1723-1790)
→Richesse des nations (1776)
• Thomas MALTHUS (1766-1834)
• Jean-Baptiste SAY (1767-1832)
• David RICARDO (1772-1823)
• John Stuart MILL (1806-1873)
→ Principes d’économie politique (1848)

3.1 Les théories de la valeur

Qu’est-ce que la valeur d’un bien ? Comment la déterminer ?

3.1.1 Théorie objective de la valeur

les fondements de la valeur se trouvent dans les caractéristiques


intrinsèques, objectives des biens
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 23

A. Valeur d’échange et valeur d’usage

Le mot valeur a 2 significations


• l’utilité de ce bien, le besoin que ce bien permet d’assouvir
→ valeur d’usage
• faculté d’acheter d’autres marchandises → valeur d’échange

Pour Smith, ces 2 formes de valeur sont indépendantes :


la 1ère ne peut fonder la 2nde et vice-versa
Paradoxe de l’eau et de l’or
• eau : valeur d’usage ∞ ; valeur d’échange ' 0
• or : valeur d’usage ' 0 ; valeur d’échange >>>> 0

Ce qui intéresse l’économiste est la valeur d’échange d’un


bien → sur quoi repose cette valeur ?

Sur son contenu en travail

B. Délimitation du champs d’analyse

David Ricardo (1772-1823) → la valeur d’échange d’un bien


provient de
• la rareté de ce bien au sens où nul travail ne peut en aug-
menter la quantité (ex : tableaux précieux, oeuvres d’art,
vins exquis......)
• la quantité de travail qui a été nécessaire à sa production
→ concerne les biens qui sont le fruit de l’industrie, que
l’on peut multiplier
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 24

Le travail des économistes est d’expliquer la valeur des biens


reproductibles

C. Smith : le travail comme étalon

Smith est le premier à proposer le travail comme étalon de


valeur → rejet du mercantilisme et de la physiocratie : la
richesse d’une nation est obtenue par le travail
Pour quelles raisons ?
• à partir du 18ème siècle, recherche d’étalon dans les sci-
ences physiques. Ex : le mètre remplace le ”pied naturel”,
la ”coudée” ou la ”poignée”, mesures qui varient suivant
les individus
• l’argent ou l’or (comme toute marchandise) a une valeur
qui varie → ne peut pas servir d’étalon

Le travail est la seule mesure invariable

”Ainsi, le travail ne variant jamais dans sa valeur propre, est


la seule mesure réelle et définitive qui puisse servir, dans tous
les temps et dans tous les lieux, à apprécier et à comparer
la valeur de toutes les marchandises. Il est leur prix RÉEL,
l’argent n’est que leur prix NOMINAL”
Smith justifie l’utilisation du travail → comment l’utiliser ?
• Dans une société primitive (avant accumulation du capital)
le temps de travail nécessaire est une mesure de la valeur
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 25

• Dans une société plus développée, le prix doit tenir compte


de la rémunération du capital (profit) et de la rémunération
des propriétaires terriens (le rente foncière)
→ on ne peut plus exprimer la valeur d’un bien simplement
par son contenu en travail

Travail commandé
→ la valeur d’un bien se mesure par la quantité de travail qu’il
permet d’acquérir (ou commander)
Smith n’explique pas la valeur d’un bien

D. Ricardo et le travail incorporé

Ricardo reprend la proposition de Smith : la valeur d’un bien


dépend du travail qu’a nécessité sa production
Il affirme que cette méthode est valable pour toutes les économies
(primitives et développées)
Explication : il faut tenir compte non seulement du travail
immédiatement appliqué à la production mais également du
travail consacré à la production des outils qui ont permis de
produire ce bien → il faut tenir compte de l’ensemble du tra-
vail incorporé
ex : la valeur des bas de coton dépend du travail nécessaire
pour
• récolter le coton
• transporter le coton (qui comprend une partie du travail
employé à construire le bateau qui transporte le coton ...)
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 26

• filer le coton (comprend une partie du travail de l’ingénieur


qui a conçu les machines, du charpentier qui a fait le toit
de l’atelier, du serrurier....)
• tisser le coton
• vendre au détail

La détermination du prix des biens est extrêmement difficile


(impossible) → Ricardo (comme Smith) s’en remet aux prix
du marché qui, pour eux, reflètent la valeur réelle des biens

3.1.2 Théorie subjective de la valeur

La valeur d’un objet dépend de son aptitude à satisfaire nos


besoins ⇒ c’est son UTILITÉ qui importe
Turgot (1727-1781) : la valeur ”estimative” car elle est ”le
degré d’estime que l’homme attache aux différents objets de
son désir”
L’échange naı̂t de la ”supériorité de la valeur d’estime at-
tribuée par l’acquéreur à la chose acquise sur la chose cédée”
Il est impossible de fonder la valeur dans l’absolu
”Si l’on donne quatre mesures de maı̈s pour cinq brasses de
bois, on donne aussi cinq brasses de bois pour quatre mesures
de maı̈s et par conséquent, quatre mesures de maı̈s ÉQUIVALENT
à cinq brasses de bois dans cet échange PARTICULIER”
La théorie subjective de la valeur est adoptée par d’éminents
auteurs classiques comme Malthus et Say
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 27

3.2 Le libéralisme économique

Les auteurs classiques sont globalement favorables au libéralisme


économique (dont on peut dire qu’ils sont les véritables fon-
dateurs)

3.2.1 Impossibilité d’une crise économique générale

Opinion générale : une crise de surproduction générale et durable


est impossible dans le système capitaliste libéral

A. La main invisible

Ricardo et Smith → il existe des ”prix naturels” autour desquels


fluctuent les ”prix de marché”
• prix naturel : déterminé par la quantité de travail
• prix de marché : prix observé sur le marché

La concurrence assure que les prix de marché ne s’écartent pas


durablement des prix naturels → théorie de la ”gravitation”
Quand O = D → prix de marché = prix naturel

Si O < D → tous les acheteurs ne sont pas servis → concur-


rence qui fait que certains acceptent de payer plus que le prix
naturel → prix de marché > prix naturel

Si O > D → prix de marché < prix naturel

Pourquoi les déséquilibres ne sont pas durables ?


CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 28

Ex : si O > D → prix de marché < prix naturel


→ le travail est payé en dessous de sa valeur
→ les ouvriers vont aller dans les secteurs où le travail est payé
au dessus de sa valeur (O < D)
Conséquences :
• L’offre ↓ sur le marché où elle était excédentaire
→ le prix de marché augmente et tend vers le prix naturel
• L’offre ↑ sur le marché où la demande était excédentaire
→ le prix de marché diminue et tend vers le prix naturel

La concurrence
• fait converger le prix de marché vers le prix naturel
• assure une allocation optimale des ressources productives

Tout se passe comme si chaque agent était ”conduit par une


main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses
intentions”

B. La loi des débouchés

Jean-Baptiste Say (1767-1832)


”Traité d’économie politique” 1803
”un produit terminé offre, dès cet instant, un débouché à d’autres
produits pour tout le montant de sa valeur”

”L’offre crée sa propre demande”


CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 29

La production d’un bien se traduit par la distribution d’un


revenu (salaires, profits...) qui va être intégralement dépensé
→ à tout moment, la dépense = production

Ce raisonnement fonctionne car pour SAY les produits s’échangent


contre des produits → la monnaie est un voile
”Nous n’achetons pas, dans la réalité, les objets de notre con-
sommation avec le numéraire, avec l’argent de la circulation,
au moyen duquel nous le payons. Il faut qu’auparavant nous
ayons acheté ce numéraire lui-même par la vente de nos pro-
duits...”
J. B. Say, ”Traité d’économie politique” 1803
La monnaie n’est qu’un intermédiaire des échanges, un bien
qui n’est pas demandé pour lui-même mais simplement parce
qu’il permet d’acheter d’autres biens.

C. Critique de la loi des débouchés

1817 : grave crise de surproduction en Angleterre


1820 : ”Principes d’économie politique” Thomas Malthus
→ réplique à l’optimisme de Ricardo

Comment assurer le développement de l’économie ?


• Smith, Ricardo : terre, travail, capital
→ épargne suffisant pour accumuler le capital
• Malthus conteste cela → le dvp de l’économie exige un
accroissement de la DEMANDE (effective) de produits
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 30

Une crise générale de sur production est possible


excès d’épargne → excès de la production car la demande est
insuffisante
C’est l’argumentation que développera Keynes en 1936 pour
expliquer la crise de 1929
Pour remédier à la surproduction, Malthus propose le grands
travaux (interventionnisme)

3.2.2 Les avantages du commerce international

Opposition par rapport aux mercantilistes


commerce international → jeu à somme positive

A. Les avantages absolus

2 pays : Angleterre, Portugal


2 biens : drap et vin
Angleterre Portugal
VIN 100 80
DRAP 20 40

L’Angleterre est plus efficiente dans la production de drap


→ L’Angleterre a un avantage absolu dans le drap (20 < 40)
Le Portugal est plus efficient dans la production de vin
→ Le Portugal a un avantage absolu dans le vin (80 < 100)

Le commerce est profitable à chacun des partenaires


CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 31

• Les anglais vont acheter du vin au Portugal, les portugais


vont acheter des draps anglais
• tendance à la spécialisation internationale (division inter-
nationale du travail)

Explication pas complètement satisfaisante


Certain pays sont plus développés que d’autres.
Ils ont un avantage absolu dans tous les secteurs
→ comment expliquer que ces pays commercent ?

B. Les avantages comparatifs

David Ricardo
Idée : même si un pays a un avantage absolu dans tous les
secteurs, il a toujours intérêt à commercer
exemple
Angleterre Portugal
VIN 120 80
DRAP 100 90

Le Portugal a un double avantage absolu


Le coût comparatif du drap par rapport au vin est moins élevé
en Angleterre qu’au Portugal
(100/120 < 90/80 ⇔ 0, 833 < 1, 125)

Pour acheter une unité de drap


CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 32

• il faut 0,833 (100/120) unité de vin en Angleterre


• il faut 1,125 (90/80) unité de vin au Portugal

Le coût comparatif du vin par rapport au drap est moins élevé


au Portugal qu’en Angleterre
(80/90 < 120/100 ⇔ 0, 889 < 1, 2)

Pour acheter une unité de vin


• il faut 1,2 (120/100) unité de drap en Angleterre
• il faut 0,889 (80/90) unité de drap au Portugal

Dans ce contexte,
• le Portugal a intérêt à se spécialiser dans la production du
bien pour lequel il a un avantage comparatif
→ le vin
• L’Angleterre se spécialise dans le drap

Le prix relatif du vin et du drap sur le marché mondial va


s’établir entre les 2 prix relatifs nationaux
0, 889 < Pv /Pd < 1, 2

La spécialisation internationale
→ gain répartit entre les 2 pays
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 33

C. Le gain à l’échange et sa répartition

Hypothèse : chaque pays consomme 1 unité de chaque bien


Comparaison
• sans échange
• avec échanges et spécialisation

Angleterre Portugal
avant après avant après
VIN 120 80
DRAP 100 90
coût mondial pour
2 unités de chaque bien 220 170
gain en terme
de travail

GAIN de 30 unités de travail


Comment est répartit ce gain ?
John Stuart Mill : la répartition du gain est fonction de la struc-
ture de la demande
Dans l’exemple, la demande est de 2 unités pour chaque bien
→ le gain de l’Angleterre est de 20 (2/3)
→ le gain du Portugal est de 10 (1/3)
Si la demande mondiale de vin augmente, la proportion du
gain mondial accaparée par le Portugal augmente
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 34

D. Industrie naissante

Frédéric List (1789-1846)


→ argument de l’industrie naissante
Si un pays s’ouvre au commerce international trop tôt, avant
d’avoir une industrie compétitive, il aura un avantage com-
paratif dans les secteurs peu dynamiques, à faible valeur ajoutée
(agriculture, matières premières ...)
→ son ”industrie naissante” sera abandonnée

Si un pays veut se développer, il doit faire croı̂tre son industrie


à l’abri de la concurrence étrangère
→ protectionnisme transitoire

List accuse les libres-échangistes anglais d’hypocrisie


”Ce que nous haı̈ssons au plus profond de notre être, c’est
cette tyrannie commerciale qui veut tout engloutir seule, qui
ne permet à aucune nation de s’élever à un niveau supérieur
ou de se faire valoir, et qui, de surcroı̂t, prétend encore nous
faire avaler les pilules, produits de son égoı̈sme, comme une
réalisation purement scientifique et s’inspirant uniquement de
conceptions philanthropiques ”
Frédéric LIST

3.3 L’évolution du système économique à long terme

Les classiques sont optimistes


• vertus de la concurrence → pas de crise durable
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 35

• commerce international

Ils sont ”pessimistes” quant à l’évolution à long terme du système


→ à long terme, la croissance doit s’arrêter
On atteint ce que Ricardo appelle l’”ÉTAT STATIONNAIRE”
Raison : répartition du revenu entre les trois classes sociales
(propriétaires fonciers, capitalistes, travailleurs) conduit à l’ES
en raison de l’opposition entre la croissance démographique et
la croissance des moyens de subsistance

3.3.1 Les trois lois


A. Loi d’accumulation

croissance = accumulation du capital


L’accumulation du capital résulte de l’investissement qui est
réalisé exclusivement par les capitalistes
Investissement est fonction du profit escompté

B. Loi des rendements décroissants

Si je double la surface de terrain cultivé, le capital utilisé et le


travail employé, la production va moins que doubler
→ l’expansion de la culture ne peut se faire que sur des terres
moins productives

C. Loi de Malthus

Loi ”naturelle” énoncée dans son ”Essai sur le principe de la


population” 1798 (1ère édition)
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 36

”Nous pouvons tenir pour certain que lorsque la population


n’est arrêtée par aucun obstacle, elle va doublant tous les
25 ans et croı̂t de période en période selon une progression
géométrique”
”Nous sommes en état de prononcer que les moyens de subsis-
tance dans les circonstances les plus favorables de l’industrie
ne peuvent jamais augmenter plus rapidement que selon une
progression arithmétique”
Essai sur le principe de la population, 5ème édition (1817)
Autrement dit
• Population 1 2 4 8 16← géométrique
• moyens de subsistance 1 2 3 4 5 ← arithmétique

Dans une société où les instincts ne sont pas contrôlés, la


misère est inéluctable
→ Il faut limiter l’accroissement exagéré de la population
• abstinence sexuelle
• il ne faut pas assister les pauvres sinon on les incite à se
reproduire →condamnation de la ”loi sur les pauvres”
• il faut payer les travailleurs au salaire de subsistance
→ utilité de la misère

”Un homme qui naı̂t dans un monde déjà occupé, s’il ne peut
obtenir des moyens d’existence de ses parents et si la société
ne peut pas utiliser son travail, cet homme n’a pas le moindre
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 37

droit à la plus petite portion de nourriture, et en réalité il est


de trop sur la terre. Au grand banquet de le nature, il n’y a pas
de couverts mis pour lui, la nature lui commande de s’en aller,
et elle ne tarde pas à mettre elle-même cet ordre à exécution”
Essai sur le principe de la population

3.3.2 L’État Stationnaire

On part d’une situation où la croissance économique est posi-


tive
→ on aboutit à une croissance nulle

Croissance positive → accumulation de capital


→ augmentation de la demande de travail
→ augmentation des salaires (qui sont momentanément > au
salaire de subsistance)
→ la population augmente (Malthus ; loi 3)
• le salaire tend à nouveau vers le salaire de subsistance
• la demande de blé augmente
→ la production agricole augmente mais les terres mises en
culture sont moins productives (rendements décroissants ;
loi 2)
→ le coût de production et le prix du blé augmentent
• le salaire de subsistance augmente
• la rente foncière augmente
→ les profits diminuent
→ l’accumulation du capital diminue (loi d’accumulation)
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 38

”En supposant que le blé et les objets manufacturés se vendent


toujours au même prix, les profits seront toujours élevés ou
réduits selon la hausse où la baisse des salaires. Mais si le
prix du blé hausse, parce que sa production exige plus de
travail, cette cause ne fera point hausser le prix des objets
manufacturés dont la fabrication n’exige point de travail ad-
ditionnel. Dans ce cas, si les salaires restent les mêmes, les
profits ne changeront pas ; mais comme il est indubitable que
les salaires montent par la hausse du blé, les profits doivent
nécessairement baisser”
David RICARDO
ES → pas nécessairement une mauvaise chose

3.3.3 Comment retarder l’ES

L’État Stationnaire est inexorable


→ certains éléments peuvent retarder l’avènement de l’ES
• Le commerce extérieur
− ex : ”corn laws” → taxe sur les importations de céréales
→ rente foncière élevée → profits faibles
Sous l’impulsion de Ricardo → libre échange
• Le progrès technique
− Les profits tendent à baisser mais
”Cette tendance est souvent et heureusement arrêtée par
le perfectionnement des machines qui aident à la pro-
duction des choses nécessaires, ainsi que par l’effet des
découvertes agronomiques qui nous donnent le moyen
CHAPTER 3. L’ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE 39

d’épargner une portion de travail et de diminuer ainsi le


prix des articles de première nécessité pour la consom-
mation de l’ouvrier” David RICARDO
− Adam Smith → division du travail
exemple de la manufacture d’épingles
La division du travail augmente la productivité du tra-
vail pour 3 raisons
− habileté accrue
− gain de temps
− invention de machines
Chapter 4

L’analyse de Karl Marx

Projet de transformation de la société


→ oeuvre inachevée
→ oeuvre longtemps ignorée

4.1 La dimension philosophique et politique

4.1.1 La vie de Marx

- né à Trèves (1818)


- fréquente les milieux de la gauche hégelienne → athéisme
- 1841 thèse en philosophie
- 1842 la ”gazette rhénane” → interdite en 1843
- Marx s’installe à Paris (1843)
• les annales franco-allemandes → il prône la révolution so-
ciale dans le numéro 1 (pas de numéro 2)
• il rencontre Engels en 1844
− misère sociale anglaise
− collaboration → Le manifeste du parti communiste
− soutien financier
− livres 2 et 3 du capital
40
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 41

- expulsé de Paris (1845) → Bruxelles


• ”L’idéologie allemande” (1846) avec Engels (publié en 1932)
→ matérialisme historique
• ”Misère de la philosophie” (1847)
• ”Manifeste du parti communiste” (1848)
- Fin 1847, soulèvements populaires en Suisse et en Italie
- Février 1848 révolution en France
- Fortes tensions politiques en Belgique → expulsé vers Paris
- Révolution à Vienne et dans plusieurs villes allemandes
- Marx part à Cologne → La nouvelle gazette rhénane
→ échec financier → Marx rentre à Paris
- en août 1849, Marx est expulsé de Paris → Londres
- Vie misérable à Londres
• soutien financier d’Engels
• 1864 fondation de la 1ère internationale socialiste
• Le capital (livre I en 1864)
- il meurt en 1883

4.1.2 Le système philosophique et politique

Influence de Hegel (1770-1831) → méthode dialectique


→ rejet du ”principe de contradiction”
Le refus de la contradiction mène à la contradiction
exemple :
• le diamètre d’un cercle est une grandeur définie
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 42

• la circonférence d’un cercle est une grandeur définie


• Le rapport périmètre/diamètre = π ne peut être défini

Il ne faut pas vouloir éliminer les contradictions mais, au con-


traire, les poser comme essentielles et permanentes
Méthode dialectique : dès qu’une chose est posée, elle induit
nécessairement son contraire
Dès qu’il y a thèse, il y a antithèse, les 2 formant la synthèse
Le monde est perçu comme une UNITE → projet GLOBAL

HEGEL
• thèse ⇐⇒ esprit
• antithèse ⇐⇒ individus

Pour Marx, thèse et antithèse sont matérielles


→ dialectique matérialiste
Influence de FEUERBACH
Aliénation : état de l’individu qui, par suite des conditions
extérieures (religieuses, économiques, politiques,..) cesse de
s’appartenir, est traité comme une chose, devient esclave des
choses et des conquêtes mêmes de l’humanité qui se retour-
nent contre lui
Feuerbach → l’homme est aliéné par la religion
Marx → l’homme est aliéné par d’autres hommes
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 43

En particulier, les travailleurs sont aliénés par les capitalistes


car ils sont dépossédés de leur travail
Logique dialectique → rapport social entre les hommes comme
l’expression du conflit entre le prolétariat et la bourgeoisie
→ thèse (capital) antithèse (prolétariat)

Evolution du système → matérialisme historique


Les institutions (SUPERSTRUCTURES) sont déterminées par
les conditions de production (INFRASTRUCTURES)
→ contradictions entre superstructures et infrastructures
→ les ”lois” économiques dépendent de la forme de la société
Ces contradictions provoquent des mutations dans le mode de
production
esclavage → féodalité → capitalisme → communisme
Dans le MPC, la contradiction entre la superstructure (représentation
du capital) et l’infrastructure (représentation du prolétariat) se
résout par une victoire du prolétariat sur la bourgeoisie et dans
le passage au mode de production socialiste
le moteur interne d’évolution de la société est la lutte des
classes
Action organisée
→ ”le capitalisme ne tombera pas comme un fruit mûr”
→ organisation du prolétariat (Ière internationale socialiste)
Le communisme comme objectif après la révolution
→ planification économique
→ abolition des classes
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 44

4.2 L’oeuvre économique de Marx

Marx veut
• décrypter le Mode de Production Capitaliste (MPC)
• montrer pourquoi le MPC va nécessairement aboutir au
communisme

4.2.1 Travail, force de travail et exploitation

Fondement de la valeur = travail

• Pour les classiques, les prix de marché gravitent autour des


prix naturels → les biens sont payés à leur valeur
• Pour Marx, l’échange (le prix) masque la réalité des rap-
ports d’exploitation entre les classes
Distinction entre travail et force de travail
Le travail ”est la substance et la mesure de la valeur, mais n’a
lui-même aucune valeur”
La force de travail est ”l’ensemble des facultés physiques et
intellectuelles qui existent dans le corps d’un homme, dans sa
personnalité vivante, et qu’il doit mettre en mouvement pour
produire des choses utiles”
Le travail est un étalon
La force de travail est une marchandise
• différente des autres → source de valeur
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 45

• semblable aux autres → possède une valeur


→ ”la force de travail a juste la valeur des moyens de sub-
sistance nécessaires à celui qui la met en jeu”

Le capitaliste dispose avec ses ”avances” de ce qui est nécessaire


à la mise en oeuvre du TRAVAIL
Le capitaliste ne paie pas le travail de l’ouvrier, mais sa FORCE
DE TRAVAIL
La plus-value découle de l’écart existant entre
• la valeur produite par la force de travail
• la valeur de la force de travail

La plus-value → profits, intérêts, rente


exemple : si le durée quotidienne de travail est T = 12h et que
la valeur de la force de travail est v = 4h la plus-value est

P l = T − v = 8h (4.1)
Pour accroı̂tre la plus-value, le capitaliste peut
• augmenter T → production de plus-value absolue
• diminuer v → production de plus-value relative

exploitation : on confisque une partie de la richesse que crée


le travailleur
Le taux d’exploitation
Pl
e= =2 (4.2)
v
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 46

Pour chaque heure travaillée à acquérir ses moyens de sub-


sistance, le travailleur passe e heures (2h dans l’exemple) à
dégager de la plus-value
On peut réécrire la durée quotidienne de travail
T = (1 + e)v (4.3)

4.2.2 Les crises de surproduction

Possibilité d’une crise de surproduction généralisée


→ découle de l’existence même de le production marchande
”Formule générale du capital”
A-M-A’ (argent-marchandise-argent)
• transformation de l’argent (A) en moyen de production
• production de marchandises (M)
• vente de la production pour réaliser la plus-value (A’)
• il faut réinjecter A’ dans le circuit pour en récupérer en-
core plus ensuite → le capitalisme est ”une machine à cap-
italiser la plus-value”
”Accumulez, accumulez ! C’est la loi et les prophètes”
Donc pour éviter la crise, il faut
A-M-A’=⇒ A’-M-A”

Si chaque vente est une condition nécessaire à un achat ultérieur,


elle n’en constitue pas une condition suffisante
→ la réalisation de A’ n’implique pas qu’on réinjecte A’
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 47

→ origine des crises


Pour que le capitaliste accepte de réinvestir A’, il faut qu’il y
ait des perspectives de profit
Or dans le MPC, le marché effectue une régulation a posteriori
→ il n’y a pas de coordination au niveau de la production
→ rejet total de la loi de Say → les crises existent
Le déroulement de la crise → ”il arrive un moment où le
marché semble trop étroit pour la production”
• mévente d’une partie de la production → contraction des
échanges → baisse des prix et des profits → blocage dans
le cycle du capital
• le taux de profit ayant diminué, l’investissement diminue
• faillites, licenciements

La crise elle-même va créer des éléments de solution


• faillites → destruction des capacités de production excédentaires
• la baisse des prix entraı̂ne une hausse de la demande
• la hausse du chômage pèse sur les salaires
• SURTOUT → innovations qui se traduisent par des procédés
de production plus perfectionnés et par une hausse de la
concentration

Ces bouleversement modifient le déroulement futur de l’accumu-


lation car de nouvelles conditions de production apparaissent
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 48

4.2.3 La loi de la baisse tendancielle du taux de profit

Le taux de profit se définit comme le rapport de la plus-value


au capital total engagé dans la production
Le capital total se décompose en
• capital CONSTANT (c) → machines ...
→ les machines ne font que transmettre leur valeur
• capital VARIABLE (v) → travail
→ seul le travail est créateur de richesse

Le taux de profit est


Pl
r= (4.4)
c+v
Marx définit la composition organique du capital par
c
k= (4.5)
v
En se rappelant que e = P l/v ⇔ P l = e.v, on peut réécrire le
taux de profit
e
r= (4.6)
k+1

La loi de la baisse tendancielle du taux de profit


”Si l’on admet que le taux d’exploitation est constant, l’accrois-
sement de la composition organique du capital -sous l’influence
du progrès technique- entraı̂ne la baisse du taux de profit”
Autrement dit, le PT fait augmenter k
Si k % et si e est constant alors r &
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 49

MAIS
• e n’est pas nécessairement constant
→ exemple : e peut % si T % ou si v &
• le lien entre progrès technique et k n’est pas si simple
→ dans l’expression du profit, c’est la VALEUR de k qui
apparaı̂t
Même si la composition technique augmente, la composi-
tion valeur peut diminuer précisément à cause du PT

exemple
• 30 machines à 100 e ; 10 travailleurs à 30 e
→ k technique = 30/10 = 3
→ k valeur = (30 ∗ 100)/(10 ∗ 30) = 3000/300 = 10
• 40 machines à 48 e ; 8 travailleurs à 30 e
→ k technique = 40/8 = 5
→ k valeur = (40 ∗ 48)/(8 ∗ 30) = 1920/240 = 8

Ces points sont admis par Marx


→ Marx PENSE sans le démontrer que r &
Quand r & certains capitalistes refusent d’engager des fonds
dans l’activité de production et provoquent des crises
→ ces crises génèrent du PT
→ ce PT entraı̂ne une % de k
→ cette % de k réduit encore r
→ préparation des crises futures qui seront de plus en plus
fréquentes et de plus en plus graves
CHAPTER 4. L’ANALYSE DE KARL MARX 50

• Pour les classiques, la & des profits et l’ES découlent de


facteurs ”naturels”
• Pour Marx c’est le fonctionnement même du MPC qui con-
duit à la & du profit
Ce qui est bon pour le capitaliste individuel va entraı̂ner la
perte de la classe capitaliste dans son ensemble
→ rejet total de la main invisible
Chez les classiques : ES → situation paisible et durable
Chez Marx : crises de plus en plus fréquentes
→ misère, chômage → révolution et renversement du système
Part II

MICROÉCONOMIE

51
52

3 auteurs → révolution marginaliste (calcul à la marge)


• Stanley JEVONS (1835-1882) 1871
• Carl MENGER (1840-1921) 1871
• Léon WALRAS (1834-1910) 1874

→ outils mathématiques
Nouvelle démarche
• Classiques et Marx → comportement de classes sociales
• Néoclassiques → individualisme méthodologique
→ comportement d’individus isolés, d’agents économiques
individuels (producteurs, consommateurs...)
→ comportement de l’ensemble obtenu par agrégation
le tout est la somme des parties

Nouvelle problématique
• Classiques et Marx → vision de long terme (accumulation
du capital, croissance économique)
• Néoclassiques → renversement de perspective
→ objet de l’étude : allocation optimale à des usages alter-
natifs, concurrents, d’une ressource déterminée

Sur ces bases méthodologiques → démonstration FORMELLE


de la ”main invisible”
Les décisions des agents décentralisés ne conduisent pas à la
guerre mais à un équilibre qui assure à la fois la maximisation
des satisfactions individuelles et du bien-être collectif
53

Le succès de la pensée néoclassique peut s’expliquer par la


professionnalisation de la discipline
• création des premières chaires d’économie
Lausanne 1870 ; Harvard 1871
• création d’association de spécialistes
- American Economic Association 1885
- Royal Economic Society 1890
• développement des revues spécialisées
Economic Journal ; American Economic Review

Les marginalistes sont des chercheurs en économie, ils se


connaissent et se communiquent leurs résultats
Caractéristiques
• Valeur subjective
• le capital n’est plus une avance en argent mais l’outil de
production lui-même
• théorie symétrique de la valeur
→ le travail ne joue plus le rôle central
→ tous les facteurs de production sont sur le même pied
d’égalité
• répartition du revenu globale ”pacifique”
→ On ne rémunère plus des classes sociales mais les fac-
teurs de production
Chapter 5

Le calcul économique du consommateur

Objectif : décrire le comportement de consommation d’un


agent rationnel
Pour ce faire, il nous faut connaı̂tre
• ses préférences, ses goûts → fonction d’utilité
• les moyens dont il dispose → contrainte budgétaire
→ on obtient le comportement d’un consommateur: on connaı̂t
sa demande individuelle
Pour obtenir la demande qui s’exprime sur un marché, il faut
agréger les demandes individuelles

5.1 Préférences et fonction d’utilité

préférences → affectation du revenu à l’achat


Il faut décrire la satisfaction ou l’utilité qu’un consommateur
retire de la consommation de différents biens
Peut-on mesurer, quantifier l’utilité ?
• pour les pères fondateurs de la pensée néoclassique : OUI
→ théorie cardinale de l’utilité
54
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 55

• Vilfredo PARETO va critiquer cette position


→ il n’est pas nécessaire de pouvoir mesurer l’utilité, il
suffit que les agents puissent ”classer” les différents biens
suivant leurs préférences
→ théorie ordinale de l’utilité

5.1.1 La théorie cardinale de l’utilité

Le consommateur est capable de mesurer l’utilité


→ il est capable d’exprimer par un nombre la quantité d’utilité
consécutive à la consommation d’une quantité donnée de bi-
ens
La comparaison rigoureuse des utilités est possible
EXEMPLE
l’utilité consécutive à la consommation d’une pomme est 20
→ U (1) = 20
l’utilité consécutive à la consommation de 3pommes est 40
→ U (3) = 40
Je peux affirmer que 3 pommes m’apportent 2 fois plus d’utilité
qu’une pomme
Cette théorie rencontre certaines difficultés → avant de les
évoquer, précisons les termes d’utilité et d’utilité marginale

A. Utilité totale et utilité marginale

Notons A un bien (ou un panier de biens)


CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 56

L’utilité totale associée à la consommation d’une certaine quan-


tité de bien A est la satisfaction globale que le consommateur
retire de cette consommation
→ mathématiquement U = F (q)
% % -
utilité totale fonction quantité
EXEMPLE
quantité q utilité totale U marginale (Um)
0 0
1 30
2 50
3 65
4 75
5 83
6 88
7 90
8 91
9 91
10 89

L’utilité marginale est l’utilité retirée par le consommateur


suite à la consommation de la dernière unité de bien
→ variation de l’utilité totale
Mathématiquement :
∆U
Um =
∆q
exemple :
U (3) − U (2) 65 − 50
Um(3) = = = 15
3−2 1
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 57

Si on a des biens parfaitement divisibles (ex : eau) la fonction


U est continue et on a
∂U
Um = = Uq0
∂q

B. L’hypothèse de décroissance de l’utilité marginale

hypothèse énoncée par Gossen en 1843


→ ”plus on mange, moins on a faim”
→ l’utilité marginale d’un bien (ou d’un panier de biens) est
d’autant plus faible qu’on a déjà consommé une grande quan-
tité de ce bien
Dans notre exemple, cette hypothèse est vérifiée → graphique
U
91 90
89 88 × × × ×
×
×
6
83
75 ×
65 ×

50 ×

30 ×

× p p p p p p p p p p - q
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Um
6

30 ×

20 ×

15 ×

10 ×
8 ×
5 ×
1 02 × × 10
p p p p p p p p ×
p p - q
−2 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ×
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 58

Commentaire : le supplément d’utilité fourni par des quantités


croissantes d’un bien (ou d’un panier de biens) va en diminu-
ant jusqu’à devenir nul au point de satiété
La 9ème unité du bien A ne m’apporte aucune utilité
exemple : le 9ème carreau de chocolat m’apporte autant de
plaisir que de dégoût
Le 10ème carreau → haut le coeur

L’utilité atteint son maximum précisément au point où l’utilité


marginale est NULLE
• Quand Um > 0, l’utilité totale % avec la consommation
• Quand Um < 0, l’utilité totale & avec la consommation

Remarque :
Si biens parfaitement divisibles
• fonction d’utilité continue
• l’utilité marginale est la dérivée de l’utilité totale
Um = ∂U ∂q = Uq0
• l’hypothèse de décroissance de l’Um s’écrit alors
∂ 2U ∂q 2 < 0 ⇔ Uq00 < 0

Limite de la théorie cardinale de l’utilité


→ problème de l’interdépendance des utilités
L’utilité d’un bien est souvent liée à d’autres biens
exemple : l’utilité qu’un consommateur retire d’une paire de
chaussures de ski (bien A) dépend des skis (bien B)
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 59

→ Dans ce cadre, il est impossible de construire une échelle


cardinale de l’utilité
On ne peux pas écrire
U (A, B) = U (A) + U (B)
Autrement dit, on ne peux pas fournir une mesure ”absolue”
de la valeur en terme d’utilité
L’un des apports de Pareto est de soulever ce problème mais
surtout de le dépasser → théorie ORDINALE de l’utilité

5.1.2 La théorie ordinale de l’utilité

Pour pouvoir étudier le choix de consommation des agents, on


n’a pas besoin que ceux-ci sachent mesurer l’utilité, il suffit
qu’il soient capables d’ordonner les biens ou les paniers de
biens
Remarque : on a l’habitude de travailler avec des grandeurs
ordinales
• ex1 : échelle de Richter → intensité des séismes
1 à 3: non ressenti
3 à 4: Souvent ressenti, aucun dommage
5: Largement ressenti, dommages mineurs
6: Dommages dans un rayon de quelque dizaines de km
7: Séisme ”majeur”, dommages importants (v 100 km)
8: ”grand” séisme, beaucoup de dommages et de pertes de
vie dans un rayon de plusieurs centaines de km
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 60

9: Séisme ”géant” (rare), dommages importants dans une


région s’étendant sur plusieurs milliers de km
→ on ne peut pas dire qu’un séisme noté 8 est 2 fois plus
important qu’un séisme noté 4
• ex2 : température
→ on définit un zéro puis une unité de mesure
→ 10◦ à Strasbourg et 20◦ à Marseille : on ne peut pas dire
qu’il fait 2 fois plus chaud à Marseille qu’à Strasbourg

Pareto : il suffit que les agents sachent ordonner les biens


Les préférences des agents doivent remplir certaines condi-
tions → les agents ne doivent pas faire n’importe quoi

A. La logique des préférences du consommateur

Les préférences doivent être rationnelles → 3 axiomes


Notation :
On définit la relation & qui se lit ”préféré ou indifférent à”
la relation > se lit ”strictement préféré à”
la relation ∼ se lit ”indifférent à”
exemple : soient A et B deux paniers de biens
alors A & B se lit A est préféré ou indifférent à B
La théorie ordinale des choix du consommateur repose sur
trois axiomes
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 61

• si je présente à un consommateur 2 paniers de biens (quels


que soient ces paniers), il est toujours capable de dire s’il
préfère l’un à l’autre ou s’il est indifférent
Mathématiquement :
∀(A, B), on a soit A & B soit B & A
→ Les préférences sont COMPL ÈTES
→ axiome de COMPL ÉTUDE
• Si on présente au consommateur 2 paniers de biens rigoureuse-
ment identiques, il est indifférent entre ces 2 paniers
→ hypothèse technique et assez triviale mais nécessaire
Mathématiquement :
∀A, on a A ∼ A
→ Les préférences sont R ÉFLEXIVES
→ axiome de R ÉFLEXIVIT É
• On présente au consommateur 3 paniers de biens. S’il
préfère le 1er au 2nd et le 2nd au 3ème ALORS il doit
préférer le 1er au troisième
Mathématiquement :
∀(A, B, C), si A & B et B & C, alors A & C
→ Les préférences sont TRANSITIVES
→ axiome de TRANSITIVIT É
Les préférences ont une certaine structure → on peut les représenter
graphiquement
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 62

B. La représentation graphique des préférences : la courbe d’indifférence

1. Courbe d’indifférence : définition et propriétés


Définition :
une courbe d’indifférence (ou d’iso-utilité) est l’ensemble des
combinaisons de biens (ou de paniers) de consommation per-
mettant d’obtenir le même niveau de satisfaction (ou d’utilité)
Si on considère des combinaisons entre 2 biens (ou entre 2
paniers de biens), on peut représenter une courbe d’indifférence
dans un plan
exemple : soient 2 biens → X1 et X2
x2
6

- x1

Propriété fondamentale : 2 courbes d’∼ ne se coupent ja-


mais
Démonstration par l’absurde → on suppose que 2 courbes
d’∼ se coupent et on met en évidence une incohérence
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 63
x2
6

- x1

A et B sont sur la même courbe d’indifférence → A ∼ B


B et C sont sur la même courbe d’indifférence → B ∼ C
Par TRANSITIVIT É on en déduit que → A ∼ C
Or A et C ne sont pas sur la même courbe d’indifférence
→ contradiction : Donc 2 courbes d’∼ ne se coupent jamais

On a trouvé l’ensemble des combinaisons de biens ∼ à A


On cherche maintenant
• l’ensemble des combinaisons de biens strictement préférées
à A
• l’ensemble des combinaisons de biens auxquelles A est
strictement préféré

Hypothèse de non satiété : plus les agents consomment, plus


ils sont satisfaits → pas de ”haut le coeur” → Um > 0

Considérons le point C de coordonnées (xc1; xc2)


CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 64
x2
6

- x1

Je peux trouver un point D (xd1 ; xd2 ) sur la courbe d’∼ de A tel


que
• (xc1 > xd1 )
• (xc2 > xd2 )

Hypothèse de non satiété → C > D


Par transitivité, on a C > A
On peut appliquer le même raisonnement pour les combinaisons
auxquelles A est préféré
Par ailleurs, par COMPLÉTUDE, on peut affirmer que tous
les points du plan (cadran positif) sont sur une et une seule
courbe d’indifférence
2. Typologie des biens et forme des courbes d’indifférence
a. Biens imparfaitement substituables
C’est le cas ”normal” → 2 biens que le consommateur désire
consommer
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 65
x2
6

- x1

La courbe d’∼ est


• décroissante : quand la consommation en X1 augmente,
mon utilité augmente → Pour rester sur la même courbe
d’∼ il faut que ma consommation en X2 diminue
• convexe : quand je réduis la quantité consommée d’un
bien, je dois la remplacer par une quantité de plus en plus
importante de l’autre bien

exemple de biens : café et thé


b. Biens parfaitement substituables

Les courbes d’∼ sont décroissantes et linéaires


→ concerne des biens très semblables (très substituables)
exemple de biens :
• boite de 6 oeufs et boite de 12 oeufs
• essence Esso et essence Shell
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 66
x2
6

- x1

c. Biens parfaitement complémentaires


x2
6

- x1

biens consommés dans des proportions fixes → exemples


• écrous et boulons (1 pour 1)
• café et sucre (2 sucres par café)
3. Le Taux Marginal de Substitution (TMS)
Définition: le Taux Marginal de Substitution (TMS) entre bi-
ens mesure la quantité de bien X2 nécessaire pour COMPENSER
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 67

la perte d’utilité consécutive à la diminution dans la quantité


consommée du bien X1
COMPENSER → il s’agit de rester sur la même courbe d’∼
Quand je diminue ma consommation de une unité de X1, de
combien dois-je augmenter ma consommation de bien X2 pour
avoir le même niveau de satisfaction, pour rester sur la même
courbe d’indifférence ?
exemple 1 : biens parfaitement substituables

x2
6

- x1

Le TMS est constant et égal à la pente (en valeur absolue)


exemple 2 : biens imparfaitement substituables
Le TMS n’est pas le même partout → il n’est pas constant
pour compenser une diminution de ma consommation en bien
X1, il faut me donner de plus en plus de bien X2 → le TMS
est décroissant
∆x2
De manière algébrique on a : T M S = − ∆x 1
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 68

x2
6

- x1

Si on raisonne de manière continue, le TMS mesure simple-


ment la pente (en valeur absolue) de la courbe d’∼
On a alors : T M S = − dx
dx1
2

Remarque : problème dans le cas de complémentarité stricte


x2
6

- x1

Le TMS n’est pas définit partout


Résultat remarquable : le TMS est égal au rapport des Um
Um1
TMS =
Um2
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 69

Démonstration formelle
U = U (x1; x2)
0 0
différenciation totale → dU = Ux1 dx1 + Ux2 dx2
Or une courbe d’∼ est, par définition, telle que dU = 0
0
0 0 dx2 Ux1 Um1
Ux1 dx1 + Ux2 dx2 = 0 ⇐⇒ − = 0 ⇐⇒ T M S =
dx1 Ux2 Um2

CQFD
Intuition
Le TMS mesure la quantité de X2 qu’il faut en plus pour com-
penser la perte d’une unité de X1
→ l’utilité que je perds en consommant une unité en moins de
bien X1 est Um1
→ l’utilité que je gagne en consommant une unité en plus de
bien X2 est Um2
→ Pour récupérer ma perte d’utilité liée à la consommation
d’une unité de bien X1 en moins, il faut que je consomme
Um1/Um2 unités de bien X2 en plus

5.2 Contrainte budgétaire et équilibre du consommateur

Classer n’est pas choisir


→ il faut tenir compte de la contrainte
→ ensuite, on peut déterminer les choix de consommation
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 70

5.2.1 La contrainte budgétaire

Dans toute l’analyse qui suit, le consommateur choisit ses


consommations mais les PRIX des biens et son REVENU sont
EXOG ÈNES

A. Ensemble des consommations possibles et droite de budget

Idée : le consommateur ne peut pas dépenser plus que ce dont


il dispose
On considère 2 biens X1 et X2
• le revenu de l’agent est exogène (donné) : R
• les prix des biens sont exogènes (donnés) : p1 et p2 avec
p1 > 0 et p2 > 0
→ les agents sont ”price-takers”
• les quantités sont endogènes (choisies par le consomma-
teur) : x1 et x2 avec x1 > 0 et x2 > 0

La dépense totale de l’agent est p1x1 + p2x2, son revenu est R


Sa contrainte budgétaire s’écrit
p1 x1 + p2 x2 6 R

La droite de budget est définie comme l’ensemble des con-


sommations qui utilisent tout le revenu
p1x1 + p2x2 = R ⇐⇒ x2 = R
p2 − pp21 x1
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 71

x2
6

R/p2

- x1
R/p1

Graphiquement
exemple
X1 = eau ; p1 = 1 Euro/litre
X2 = vin ; p2 = 2 Euros/litre
le revenu est R = 20 Euros

B. Les déplacements de la droite de budget

La droite de budget va bouger (et donc l’ensemble des con-


sommations possibles va varier) lorsque :
• le revenu bouge
• le rapport des prix bouge
1. Modification du revenu
Rappel de l’expression de la droite de budget :
R p1
x2 = − x1
p2 p2

Lorsque R bouge
- l’ordonnée à l’origine bouge
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 72

x2
6
R0 /p2
6

R/p2

- x1
R/p1 - R0 /p1

- la pente ne bouge pas


exemple : R = 20 p1 = 1 p2 = 2
Si R augmente et passe à R0 = 30
L’ensemble des consommations possibles s’accroı̂t → toutes
les combinaisons de biens X1 et X2 qui se trouvent dans la
bande hachurée sont désormais accessibles
2. Modification du rapport des prix

R p1
x2 = − x1
p2 p2
Nous supposons que p2 est constant et que p1 augmente et
passe à p01 > p1 → Dans ce cas
- l’ordonnée à l’origine ne bouge pas
- la pente devient plus raide
exemple : R = 20 p1 = 1 p2 = 2
Si p1 augmente et passe à p01 = 2
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 73

x2
6

R/p2

- x1
R/p01  R/p1

L’ensemble des consommations possibles est amputé → toutes


les combinaisons de biens X1 et X2 qui se trouvaient dans le
cône hachuré sont désormais inaccessibles

5.2.2 L’équilibre du consommateur

On connaı̂t les préférences du consommateur


On connaı̂t les limites imposées par son budget
→ on peut décrire son choix de consommation
le consommateur est dit ”à l’équilibre” lorsque, pour des
ressources données (revenu donné) et pour des prix des bi-
ens de consommation donnés, son utilité est la plus élevée
possible
Nous allons déterminer l’équilibre du consommateur graphique-
ment dans le cas de 2 biens imparfaitement substituables
→ on combine courbes d’∼ et droite de budget
L’équilibre est atteint en E → le choix optimal du consomma-
teur considéré est donc de consommer le bien X1 en quantité
x∗1 et le bien X2 en quantité x∗2
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 74
x2
6

R/p2

- x1
R/p1

Autrement dit, la combinaison (x∗1 ; x∗2 ) est celle qui lui procure
le maximum d’utilité étant donnés R, p1 et p2
Remarque :
L’équilibre est atteint en E, c’est-à-dire au point de tangence
entre la courbe d’∼ et la droite de budget
→ si 2 courbes sont tangentes en un point, cela implique que
leurs pentes sont égales en ce point
→ en E, pente de la droite de budget = pente de la courbe d’∼
↓ ↓
−p1/p2 = −T M S
On a vu par ailleurs que T M S = Um1/Um2
Donc, à l’équilibre du consommateur on a:
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 75

Um1 p1 Um1 Um2


= ⇔ =
Um2 p2 p1 p2
à l’équilibre, il y a égalité des utilités marginales pondérées
par les prix
Explication intuitive de ce résultat
Ce qu’on veut savoir : comment le consommateur doit répartir
son budget entre les biens X1 et X2 pour maximiser son utilité
Supposons qu’au début, le consommateur consacre tout son
budget à la consommation du bien X1
→ Ce n’est pas optimal car
• Um1 est faible
• Um2 est élevée
Le consommateur va modifier la répartition de son revenu : il
% la part du revenu consacrée à X2 et & celle consacrée à X1
En transférant son revenu, il perd de l’utilité du coté de X1 et
en gagne du coté de X2
Pour chaque e transféré de X1 vers X2, le consommateur
subit
• une perte s’élevant à Um1/p1
• un gain s’élevant à Um2/p2

Tant que la perte est inférieure au gain (Um1/p1 < Um2/p2), le


consommateur • % sa consommation en bien X2
• & sa consommation en bien X1
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 76

Mais au fur et à mesure que x2 augmente et x1 diminue


• Um1 augmente → la perte %
• Um2 diminue → le gain &
Le consommateur arrête de transférer son revenu de X1 vers
X2 lorsque PERTE = GAIN
↓ ↓
Um1 Um2
=
p1 p2
On a bien la condition d’équilibre du consommateur
Cette condition d’équilibre permet de résoudre le paradoxe de
l’eau et de l’or
Note sur le paradoxe de l’eau et de l’or
Rappel : Paradoxe de l’eau et de l’or
• eau : valeur d’usage ∞ ; valeur d’échange (prix) ' 0
• or : valeur d’usage ' 0 ; valeur d’échange (prix) >> 0

Les classiques font une confusion entre l’utilité totale et l’utilité


marginale

L’eau est présente en grande quantité → son Um est faible


L’or est rare → son Um est forte
égalité entre les Um pondérées par les prix
→ le prix de l’or est élevé
→ le prix de l’eau est faible
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 77
U U
6 6

- q - q

EAU OR
Um Um
6 6

- q - q

5.3 De la demande individuelle à la demande agrégée

→ demande du consommateur
→ demande agrégée

5.3.1 La demande du consommateur

définition: la courbe de demande du consommateur pour un


bien donné indique la quantité achetée de ce bien en fonc-
tion de son prix, les prix des autres biens et le niveau des
ressources étant supposés ne pas varier
Je cherche à déterminer l’évolution de x∗1 en fonction de p1
quand p2 et R ne bougent pas
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 78
x2
6
R/p2

- x1
p1 R/p001 R/p01 R/p1
6

p001

p01

p1

- x1

5.3.2 La demande globale

La demande globale (D) est celle qui s’exprime sur le marché


du bien considéré
→ AGRÉGATION : s’il y a n agents dans l’économie, alors
D = d1 + d2 + d3 + ... + dn
exemple : économie composée de 2 agents (chacun étant car-
actérisé par des préférences et un revenu)
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 79
p p
d1 d2
6 6

- x - x

p
D = d1 + d2
6

- x

Rappel : la demande globale indique la quantité du bien con-


sidéré qui est demandée en fonction du prix de ce bien sous la
clause ceteris paribus
Autrement dit, la demande globale pour le bien X1 est déterminée
en fonction de p1 et en considérant
• que le revenu des agents est constant
• que le prix de tous les autres biens est constant
• que les préférences des agents ne varient pas
→ l’évaluation empirique d’une fonction de demande est très
délicate
L’agrégation pose problème
→ elle nécessite une quantité d’information énorme
CHAPTER 5. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU CONSOMMATEUR 80

• le revenu de chaque agent


• les préférences de chaque agent
• les prix de tous les biens

Ceci explique que souvent on a recours à un


AGENT REPR ÉSENTATIF

• Ses préférences représentent les préférences de l’ensemble


des consommateurs
• Son revenu représente la somme des revenus des consom-
mateurs
On procède alors comme pour le cas d’un consommateur in-
dividuel → la demande individuelle de l’agent représentatif
coı̈ncide avec la demande globale
La logique qui guide le comportement du tout est la même que
celle qui guide le comportement des parties
Chapter 6

Le calcul économique du producteur

L’entrepreneur individuel
• combine des facteurs de production (il est demandeur de
facteurs de production)
section 1 : pour produire une quantité donnée, quelle est
la combinaison optimale des facteurs de production
• produit des biens → après avoir vu comment produire de
manière optimale, il faut déterminer la quantité optimale
à produire → section 2 : combien doit-il produire pour
maximiser son profit
section 3 : offre individuelle → offre globale

6.1 Combinaison des facteurs de production

Raisonnement très proche de celui utilisé dans le chapitre précédent

6.1.1 La fonction de production

Définition : la fonction de production décrit la relation entre


la quantité produite d’un bien quelconque et les quantités des
différents facteurs nécessaires à sa fabrication
81
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 82

A. L’entreprise comme une ”boite noire”

Le mécanisme de production est décrit de la manière suivante


INPUTS −→ ENTREPRISE −→ OUTPUTS

L’entreprise est perçue comme ”quelque chose” qui transforme


des inputs en outputs
L’entreprise est une boite noire car elle est entièrement décrite
par sa fonction de production
S’il y a deux facteurs de production (le capital K et le travail
L), l’entreprise est complètement décrite par la fonction de
production Y = F (K; L)
exemple : F (K; L) = 3K 2 + L
→ avec 2 unités de capital et 1 unité de travail, l’entreprise
produit F (2; 1) = 3 ∗ 22 + 1 = 3 ∗ 4 + 1 = 13 biens
Fonction de production = contrainte technique de l’entreprise

B. Rendement des facteurs

Comment évolue la production lorsque l’utilisation des fac-


teurs change ?
→ on définit la productivité moyenne (P M ) et la productivité
marginale (Pm)
Définition : on appelle productivité moyenne (P M ) d’un fac-
teur la quantité moyenne de produit obtenue par unité de fac-
teur de production
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 83

exemple précédent :
F (2; 1) = 13 =⇒ P MK = 13/2 = 6, 5 et P ML = 13/1 = 13
De manière générale, on a :
Y Y
P MK = P ML =
K L
Définition : la productivité marginale (Pm) d’un facteur de
production est le supplément de production découlant de l’uti-
lisation d’une unité supplémentaire de ce facteur, l’utilisation
des autres facteurs de production restant inchangée
Exemple :
Capital K Travail L Production Y P ML = Y /L P MK = Y /K PmL
2 0 0
2 1 20
2 2 30
2 3 39
2 4 44
2 5 45
2 6 45
2 7 42

Hypothèse de décroissance des rendements factoriels


→ Pm des facteurs de production est décroissante

ATTENTION
rendements factoriels 6= rendements d’échelle

Les rendements d’échelle décrivent l’évolution de la produc-


tion lorsqu’on augmente l’utilisation de TOUS les facteurs de
production dans les M ÊMES proportions
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 84

Autrement dit
• PmL → on compare F (K; L) et F (K; L + 1)
• rendements d’échelle → on compare F (K; L) et F (2K; 2L)
exemple
• j’ai 2 machines et 3 travailleurs → je produis 15 biens
→ on écrit F (2; 3) = 15
• j’ai 2 machines et 4 travailleurs → je produis 17 biens
→ F (2; 4) = 17 et donc PmL = F (2; 4) − F (2; 3) = 2
• j’ai 4 machines et 6 travailleurs → 3 cas possibles
− je produis moins de 30 biens → RE décroissants
− je produis 30 biens → RE constants
− je produis plus de 30 biens → RE croissants

6.1.2 La combinaison optimale des facteurs de production

l’entrepreneur rationnel doit choisir de manière optimale la


combinaison des facteurs nécessaire à sa production
exemple : F (K; L) = 3K 2 + L
Si l’entrepreneur veut produire 15 unités de biens, il a le choix
→ 1 unités de K et 12 unités de L
→ 2 unités de K et 3 unités de L
Méthode très proche de celle du consommateur
→ on accélère
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 85

A. Les isoquantes

Définition : une isoquante est l’ensemble des combinaisons de


facteurs de production permettant d’obtenir le même niveau de
production
On considère 2 facteurs de production (K et L) → graphique

K
6

- L

Remarque : on peut avoir différentes formes d’isoquantes


→ facteurs de production parfaitement complémentaires

K
6

- L
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 86

→ facteurs de production parfaitement substituables

K
6

- L

Propriété : 2 isoquantes ne se coupent jamais


→ démonstration par l’absurde (voir chap. précédent)

Dans la suite → facteurs imparfaitement substituables (cas


”normal”) → isoquantes convexes

B. Le Taux Marginal de Substitution Technique (TMST)

Définition : le Taux Marginal de Substitution Technique (TMST)


entre le capital (K) et le travail (L) mesure la quantité de
capital qui est nécessaire pour compenser une réduction de la
quantité de travail utilisée
compenser → il s’agit d’obtenir le même niveau de produc-
tion, c’est-à-dire de rester sur la même isoquante
Autrement dit
∆K
T M ST = −
∆L
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 87

K
6

- L

TMST entre A et B
Pour passer de A à B
• je diminue la quantité de L de 2 → ∆L = −2
• j’augmente la quantité de K de 1 → ∆K = 1
→ TMST = 1/2
TMST entre B et C
Pour passer de B à C
• je diminue la quantité de L de 1 → ∆L = −1
• j’augmente la quantité de K de 1 → ∆K = 1
→ TMST = 1
Remarque : isoquante convexe ⇒ le TMST est décroissant
Explication : cela tient à l’hypothèse de décroissance de la
Pm des facteurs de production
• en C
- beaucoup de K ⇒ PmK faible
- peu de L ⇒ PmL forte
→ il faut beaucoup de K pour compenser une perte de L
(TMST élevé)
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 88

• en A
- beaucoup de L ⇒ PmL faible
- peu de K ⇒ PmK forte
→ il faut peu de K pour compenser une perte de L (TMST
faible)
Plus formellement, le TMST est égal à la (valeur absolue de
la) pente de l’isoquante, autrement dit à sa dérivée
On démontre par ailleurs facilement que
PmL
T M ST =
PmK
→ même raisonnement : TMS est égal au rapport des Um
Equivalence entre
• la fonction de production et la fonction d’utilité
• l’isoquante et la courbe d’indifférence
• le TMST et le TMS

remarque : ce qui touche au consommateur est ordinal, ce


qui touche au producteur est cardinal
On sait COMMENT ON PEUT produire

On veut savoir COMMENT ON DOIT produire

on veut savoir COMBIEN produire
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 89

C. L’équilibre du producteur

Rappel : objectif final du producteur = maximisation du profit


→ quelle quantité produire (section 2.2)
→ comment il doit produire cette quantité
La question qu’on se pose maintenant est : comment le pro-
ducteur doit-il produire une quantité donnée de biens
→ le producteur doit choisir la combinaison optimale des fac-
teurs de production, c’est-à-dire celle qui coûte le moins chère
1. La droite d’iso-coût
Définition : La droite d’iso-coût est l’ensemble des combi-
naisons de facteurs de production qu’il est possible de se pro-
curer pour un coût total donné et pour un prix des facteurs de
production donné
Si on considère un coût total C et 2 facteurs de production
• le capital K au prix de pK
• le travail L au prix de pL

la droite d’iso-coût a pour équation


pL L + pK K = C

K= C
pK − ppL L
K

On peut la représenter graphiquement


CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 90

K
6

A
C/pK−

B
p - L
C/pL

Remarque :
la droite d’iso-coût bouge comme la droite de budget
• elle se déplace à droite (gauche) parallèlement à elle-même
quand C augmente (diminue)
• elle pivote autour du point A lorsque le prix pL bouge
• elle pivote autour du point B lorsque le prix pK bouge

2. La combinaison optimale des facteurs de production

L’équilibre est atteint au point E


→ la combinaison optimale des facteurs de production :
KE unités de capital et LE unités de travail
→ pour produire 150, le coût le plus faible = C3
Remarque :
L’équilibre est atteint en E, c’est-à-dire au point de tangence
entre l’isoquante et la droite d’iso-coût
→ en E, pente de la droite d’iso-coût = pente de l’isoquante
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 91
K
6

- L

↓ ↓
pL/pK = T M ST
On a vu par ailleurs que T M ST = PmL/PmK
Donc, à l’équilibre on a:
PmL pL PmL PmK
= ⇔ =
PmK pK pL pK
à l’équilibre, il y a égalité des productivités marginales pondérées
par les prix
Explication intuitive de ce résultat
Si on démarre en B, on a beaucoup de K et peu de L
→ Ce n’est pas optimal car
• PmL est élevée
• PmK est faible
Le producteur va modifier la combinaison des facteurs de pro-
duction : il % la quantité de L et & celle de K
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 92

Pour chaque e transféré de l’achat de K vers L, le producteur


subit
• une perte de production s’élevant à PmK /pK
• un gain de production s’élevant à PmL/pL

Tant que la perte est inférieure au gain (PmK /pK < PmL/pL),
le producteur • % l’utilisation du facteur L
• & l’utilisation du facteur K
Mais au fur et à mesure que L augmente et K diminue
• PmL augmente → la perte %
• PmK diminue → le gain &
Le producteur arrête de substituer du L au K lorsque
PERTE = GAIN
↓ ↓
PmL PmK
=
pL pK
On sait maintenant COMMENT ON DOIT produire une certaine
quantité de biens
Pour chaque niveau de production, on est capable de déterminer
la combinaison optimale des facteurs
On peut donc associer à chaque niveau de production un CO ÛT
→ on peut passer à la deuxième question : COMBIEN produire
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 93

6.2 Les coûts de production et la maximisation du profit

6.2.1 Les coûts de production

Le coût de production, c’est l’ensemble des dépenses nécessaires


à l’obtention d’un volume de production donné
La fonction de coût relie le coût de production aux quantités
produites dans les CONDITIONS OPTIMALES
exemple : cas de la section précédente
Coût
6

A
C3 − ×

p - Production
150

→ les différents coûts


→ étude du comportement du producteur

A. Les composantes du coût global

Le coût global (ou total) est défini comme l’ensemble des


coûts correspondants à un volume de production donné
→ il est composé
• des coûts fixes
• des coûts variables
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 94

1. les coûts fixes (CF )


Les CF sont des coûts indépendants du volume de production
• loyers des bâtiments
• brevets
Graphiquement : droite horizontale
2. les coûts variables (CV )
Les CV sont des coûts dont l’importance est fonction (crois-
sante) de la quantité produite
Certains de ces CV augmentent
• proportionnellement à la quantité produite
→ ex : matière première
• plus vite que la quantité produite
→ ex : heures supplémentaires
• moins vite que la quantité produite
→ ex : ristourne ou remise sur grosses commandes

CF , CV
6

CF −

- Production
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 95

3. le coût total (CT )


Le CT est la somme des CF et des CV → CT = CF + CV

B. Coût moyen et coût marginal

1. le coût moyen (CM )


Le coût moyen ou coût unitaire représente le coût total par
unité produite
CT
CM =
Y
On peut aussi définir le coût fixe moyen (CF M ) et le coût
variable moyen (CV M )
Mathématiquement
CF CV
CF M = CV M =
Y Y
et on vérifie que CM = CF M + CV M

Le CF M est le coût fixe supporté par unité produite


→ il est décroissant avec la production
CF M
6

- Production
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 96

Le CV M est le coût variable supporté par unité produite


→ il peut être décroissant au départ mais devient rapidement
croissant à cause des rendements décroissants
CV M
6

- Production

C’est ce qui explique que le CM est généralement en forme


de U
CM
6

- Production

2. le coût marginal (Cm)


Définition : le coût marginal est le supplément de coût en-
traı̂ne par la production d’une unité supplémentaire de bien
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 97

→ il peut être décroissant au départ mais devient très rapide-


ment croissant à cause des rendements décroissants
Cm
6

- Production

∆CT
Cm =
∆Y
Avec une fonction de coût continue, le Cm est la dérivée de la
fonction de coût total
Exemple :
Y CF CV CT CM CF M CV M Cm
0 100 0
1 100 50
2 100 90
3 100 110
4 100 140
5 100 200
6 100 290
7 100 430
8 100 590
9 100 770
10 100 970
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 98

Remarque : la courbe de Cm coupe la courbe de CM lorsque


cette dernière atteint son minimum
Graphiquement :
CM , Cm
6

- Production

Dans notre exemple, Cm = CM lorsque Y = 5 et le CM est


bien à son minimum (60)
Explication :
• quand Cm < CM → le coût lié à la production d’une
unité supplémentaire (Cm) est inférieur au CM → augmenter
la production fait diminuer le CM → la courbe de CM est
décroissante
• quand Cm > CM → l’augmentation de la production fait
augmenter le CM → la courbe de CM est croissante
• Le seul point où la courbe de CM n’est ni croissante, ni
décroissante est celui où CM = Cm
→ ce point est fondamental pour comprendre la suite
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 99

6.2.2 La maximisation du profit

→ c’est l’objectif ultime du producteur


Le profit (noté Π) est la différence entre la valeur des ventes
(recettes ou chiffre d’affaire) et le coût total
Π = R − CT
Le producteur veut maximiser Π → quelle règle doit-il suivre ?
Recette marginale (Rm) : c’est la variation de la recette totale
provoquée par la vente d’une unité supplémentaire de bien
∆R
Rm =
∆Y
Chaque fois que le producteur vend une unité en plus, ça lui
rapporte Rm e en plus
→ logique classique : produire ≡ vendre
Le producteur veut savoir combien produire (vendre)
→ sur quelle isoquante veut-il se situer ?
Pour répondre, nous supposons que notre entrepreneur indi-
viduel produit une certaine quantité de biens
→ doit-il % ou & sa production (pour % son Π)?
→ raisonnement perte/gain
Si le producteur augmente sa production de 1 unité
• le gain est ce que lui rapporte la vente de cette dernière
unité → par définition, ce gain est la Rm
• la perte est le coût supplémentaire que doit engager le pro-
ducteur → par définition, cette perte est le Cm
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 100

3 cas possibles
• Rm > Cm → le producteur % sa production (pour % Π)
→ rem : ce faisant, il % le Cm
• Rm < Cm → le producteur & sa production (pour % Π)
→ rem : ce faisant, il & le Cm
• Rm = Cm → le producteur ne modifie pas sa production
→ son profit est maximum

Donc la condition de maximisation du profit est la suivante


Rm = Cm
Lorsque cette condition est vérifiée, le profit atteint son maxi-
mum car
• produire davantage réduit Π car produire coûte plus que ça
ne rapporte
• produire moins réduit Π car les biens qui ne sont plus pro-
duits coûtent moins qu’ils ne rapportent

Nous nous plaçons maintenant dans un cas particulier


le producteur est ”price-taker”

il n’a aucune possibilité d’action sur le prix
son unique variable de décision est la quantité
Cette hypothèse est nécessaire pour que la situation de Con-
currence Pure et Parfaite (CPP) soit vérifiée
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 101

→ c’est cette situation (la CPP) que nous allons considérer


dans le chapitre 3
Lorsque le producteur est ”price-taker”, la Rm présente la car-
actéristique d’être simplement égale au prix
R = pY ⇒ Rm = p
Cette relation n’est pas nécessairement vraie si le producteur
n’est pas preneur de prix
Exemple
• monopole : l’entreprise fixe les quantités et le prix
Elle peut décider d’% la production et de & le prix de
vente (pour décourager les entrants potentiels par exemple)
• OPEP → contrôle de la quantité pour influencer le prix

Dans ces deux cas, le prix est une fonction de la quantité pro-
duite par l’entreprise et l’égalité p = Rm n’est plus vérifiée
Retour au cas ”price-taker”
Si l’entreprise ne fixe pas p, chaque fois qu’elle produit (vend)
une unité, elle fait un chiffre d’affaire supplémentaire de p
Dans ce cas, la condition (Rm = Cm) de maximisation du
profit devient simplement
p = Cm
On va utiliser cette condition pour déterminer le comporte-
ment d’offre d’un entrepreneur individuel preneur de prix
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 102

6.3 De l’offre individuelle à l’offre agrégée

Rappel : nous supposons que tous les entrepreneurs sont pre-


neurs de prix

6.3.1 L’offre individuelle

L’offre du producteur indique la quantité qu’il est disposé à


produire (et donc à mettre sur le marché et à vendre) en fonc-
tion du prix (qui lui est donné) auquel il peut vendre sa pro-
duction
Puisqu’à l’équilibre (c-à-d quand il max Π) p = Cm, nous
utilisons la courbe de Cm (et celle de CM )
p, CM , Cm

- Y

• Si p = p0, le producteur va offrir une quantité optimale de


bien Y0 (c’est-à-dire celle qui vérifie qu’on a Cm = p0)
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 103

• Si le prix de vente augmente et passe à p1 > p0, le producteur


augmente sa production pour retrouver sa règle de maximisa-
tion du profit (prix = coût marginal) → il offre Y1
• Si le prix de vente diminue et passe à p2 < p0, le producteur
réduit sa production → il offre Y2
Autrement dit, il semble que la fonction d’offre de l’entreprise
corresponde à sa courbe de Cm
La fonction d’offre de l’entreprise correspond seulement à une
partie de sa courbe de Cm
→ il faut supprimer les points de la courbe de Cm pour lesquels
le profit est négatif
→ Mise en évidence graphique du profit
p, CM , Cm

- Y

Soit p0 le prix → la quantité produite est Y0


CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 104

La recette totale (R = p0Y0) → rectangle rouge


Le coût total (CT = CM × Y0) → rectangle bleu
Le profit (Π = R − CT ) → rectangle vert
Le profit est positif tant que le point A est situé au dessus du
point B
Contre-exemple
p, CM , Cm

- Y

Soit p0 le prix → si le producteur suit bêtement la règle


p = Cm, la quantité produite est Y0
La recette totale (R = p0Y0) → rectangle rouge
Le coût total (CT = CM × Y0) → rectangle bleu
Le profit (Π = R −CT ) est négatif → le rectangle vert mesure
une PERTE
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 105

Donc si le prix est p0, l’entrepreneur individuel ne produira


pas en A, mais se situera en C → sa production est nulle et
son profit est NUL
Un entrepreneur peut toujours décider de ne pas produire, ce
qui lui assure un profit nul (une perte nulle)
Il ne faut considérer que les points de la courbe de Cm qui
assurent au producteur un Π ≥ 0
Quand est-ce que Π = 0 ?
→ dans le cas particulier où p0 = Cm = CM ,
p, CM , Cm

- Y

Le producteur est indifférent entre produire 0 où Y0


→ dans les 2 cas son profit est nul
Donc la fonction d’offre du producteur correspond à la portion
de la courbe de Cm qui se situe au dessus de la courbe de CM
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 106

6.3.2 L’offre agrégée

La fonction d’offre globale est obtenue par simple agrégation


des fonctions d’offre individuelles
Même technique que pour le consommateur
exemple : économie composée de 2 entreprises (chacune étant
caractérisée par une technologie (fonction de production))
p p
o1 o2
6 6

- Y1 - Y2

p
O = o1 + o2
6

- Y = Y1 + Y2

Remarques
• problème de l’agrégation
• Si on suppose que toutes les entreprises ont accès à la
même technologie (elles ont toutes la même fonction de
CHAPTER 6. LE CALCUL ÉCONOMIQUE DU PRODUCTEUR 107

production), alors elles ont toutes la même fonction d’offre


→ o1 = o2 = ... = oi = ... = on et donc O = n.oi
• C’est ce qui est souvent fait → tout se passe comme si une
grande entreprise produisait pout toutes les firmes
→ ENTREPRISE REPR ÉSENTATIVE 6= Monopole
Chapter 7

Marchés et prix : le cas de la concurrence pure


et parfaite

Le marché d’un bien peut être défini comme le lieu de rencon-


tre à un instant donné des désirs des consommateurs, exprimés
par leur demande, et de ceux des producteurs, exprimés par
leur offre
→ de cette confrontation =⇒ prix et quantité
Remarque : un marché se réfère à un bien unique
On peut différencier les marchés de différentes manières
• étendue géographique
• liberté d’accès
• nombre d’intervenants → tableau
On ne va s’intéresser qu’au cas de CPP
• en courte période
• en longue période

7.1 L’équilibre du marché en courte période

• qu’est-ce que la CPP


108
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 109

Grand Petit Unité


nombre nombre
Grand CPP OLIGOPOLE MONOPOLE
nombre
Petit OLIGOPSONE OLIGOPOLE MONOPOLE
nombre BILATERAL CONTRARIE
Unité MONOPSONE MONOPSONE MONOPOLE
CONTRARIE BILATERAL

• équilibre

7.1.1 La concurrence pure et parfaite (CPP)


A. Les conditions de la CPP

La concurrence est dite ”pure et parfaite” lorsque 5 conditions


sont vérifiées
3 conditions =⇒ ”pureté” de la concurrence
• ATOMICIT É
il y a un grand nombre d’offreurs et de demandeurs
→ ”grand nombre” ⇒ chacun a une ”taille” négligeable
par rapport à l’ensemble
→ aucun agent n’est susceptible d’exercer individuelle-
ment une action significative sur le marché
→ Tous les agents subissent le prix : ils sont ”price-takers”
• HOMOG ÉN ÉIT É DU PRODUIT
toutes les entreprises produisent un même bien, présentant
des caractéristiques absolument identiques
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 110

• LIBRE ENTR ÉE


il n’existe pas de barrière (juridique, institutionnelle, tech-
nique, financière) à l’entrée de nouveaux producteurs
Pour que la concurrence soit parfaite → 2 autres conditions
• PARFAITE TRANSPARENCE DU MARCH É
l’information est parfaite, tant sur le prix que sur la qualité
du produit + cette information est gratuite et instantanée
→ Conséquence : unicité du prix
• PARFAITE MOBILIT É DES FACTEURS DE PRODUCTION
les facteurs de production se dirigent toujours vers les em-
plois où on en tire le meilleur parti
Remarque :
LA CPP N ’ EXISTE PAS → c’est une situation de référence

B. Existence et stabilité de l’équilibre

Court terme ⇒ c’est la ”courte période” durant laquelle la ca-


pacité de production est fixe
Le long terme → la capacité de production peut être modifiée

L’équilibre du marché est atteint lorsque pour un prix


p > 0 l’offre globale est égale à la demande globale

Existence de l’équilibre
Un équilibre en CPP n’existe que s’il existe un prix positif
pour lequel des transactions (positives) ont lieu
Ce n’est pas toujours le cas
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 111

exemple : biens libres


→ surabondance et donc gratuité (air par exemple)
p
6

- Y

pour p = 0 on vérifie que O > D


→Ce genre de biens ne présente pas beaucoup d’intérêt
Le cas ”normal” est la suivant
p
6

- Y

L’équilibre est atteint au point d’intersection de l’offre et de la


demande → le point E détermine un prix d’équilibre p∗ et une
quantité échangée d’équilibre Y ∗
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 112

Supposons que le prix initial p0 soit différent de p∗


Si p0 < p∗, il y a une situation d’excès de demande (D > O)
→ concurrence entre les acheteurs et augmentation du prix (et
donc hausse de l’offre)
Comment s’effectue précisément cet ajustement ?
→ nécessité du ”commissaire-priseur”
Description du marché
• Acheteurs et vendeurs se présentent sur le marché
• La quantité échangée est inconnue puisqu’offre et demande
dépendent du prix qui n’est pas encore fixé
• le marché ”s’ouvre” → offreurs et demandeurs essaient de
passer des contrats. Ces contrats peuvent être rompus à
tout moment si une meilleure opportunité apparaı̂t (cela
assure l’unicité du prix)
• Si une proposition d’achat est faite à p0 < p∗, ce prix est
connu de tous (information parfaite) → la procédure qui
permet l’info peut être la criée, l’affichage ... le commissaire-
priseur
• Le prix affiché est p0 < p∗ ⇒ le commissaire-priseur ob-
serve la demande et l’offre
• Devant le déséquilibre (Demande excédentaire) le commissaire-
priseur modifie le prix (en l’augmentant)
• Le nouveau prix est p1 → les contrats passés à p0 sont rom-
pus et les agents repassent de nouveaux contrats
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 113

• Tant que le prix n’est pas le prix d’équilibre, le commissaire-


priseur le modifie ⇒ c’est le ”tâtonnement walrasien”
• Lorsque le prix d’équilibre est atteint ⇒ les producteurs
produisent et distribuent instantanément la quantité pour
laquelle ils ont passé contrat et l’échange est réalisé

La modification du prix (qui conduit au prix d’équilibre) doit


être extérieure à l’action des offreurs et des demandeurs
Un marché en CPP n’existe pas et peu de marchés s’en rap-
prochent (bourses de valeurs)

C. Modification de l’offre et de la demande

Impact d’une modification de l’offre et/ou de la demande sur


l’équilibre → sur p∗ et Y ∗
1. modification de la demande
Exemple : la demande augmente

p
6

- Y
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 114

Lorsque la demande augmente, la courbe D se déplace à droite


(D0) → Pour le prix p∗ il y a une demande excédentaire
Pour retrouver l’équilibre, le prix % et le nouvel équilibre est
atteint en E 0
Remarque : pour que la courbe de demande bouge, il faut que
quelque chose d’”extérieur” bouge → R ; p2 ; préférences
2. modification de l’offre
on suppose une réduction de l’offre (raison extérieure)
p
6

- Y

D. Le surplus social

⇒ Le surplus d’un consommateur est la différence entre ce


qu’il est prêt à payer et ce qu’il paie effectivement
⇒ Le surplus d’un producteur est la différence entre le prix
auquel il vend et celui auquel il était prêt à vendre
⇒ Le surplus social est la somme des surplus de tous les
agents sur le marché
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 115

p
6

- Y

Graphiquement
Le surplus social mesure l’efficacité d’une situation, pas son
équité p p
cas1 cas2
6 6

- Y - Y

Rappel : la CPP est une situation de référence


→ le surplus social est maximal
Exemple : le gouvernement fixe un prix minimum sur le marché
d’un bien
⇒ réduction du surplus social → réduction de l’efficacité
⇒ modification dans la répartition du surplus social (équité)
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 116

p
6

- Y

Exemple : le marché du travail


p = salaire
6

- L

On peut supposer que l’offre de travail est très sensible au


salaire alors que la demande l’est peu
→ conséquence : les entreprises (demandeurs) accaparent la
majorité du surplus social
En instaurant le SMIC, le gouvernement va réduire le surplus
social, mais rendre sa répartition plus équitable
→ le prix à payer : chômage
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 117

7.2 L’équilibre du marché en longue période

Rôle fondamental de la libre entrée


Nous supposons au départ que l’industrie du bien considéré
est composée de n entreprises identiques. Chaque entreprise i
(i = 1, 2, ...n) dégage un profit strictement positif

p, CM , Cm p
6 6

- yi - Y

Puisque l’industrie du bien considéré est profitable, de nou-


velles entreprises vont produire → le nombre de firmes passe
de n à m > n
L’offre va se déplacer à droite → O1 ⇒ O2
Conséquence : le prix diminue → p1 ⇒ p2
Chaque entreprise réduit sa production à yi2 < yi1, mais la
CHAPTER 7. MARCHÉS ET PRIX : LE CAS DE LA CONCURRENCE PURE ET PARFAITE 118

production globale augmente


m
X n
X
yi2 > yi1 ⇐⇒ Y2 > Y1
i=1 i=1

Tant que le Π > 0, des entreprises entreront sur le marché


⇒ ce mouvement s’arrête lorsque toutes les firmes font un
profit nul, c’est-à-dire lorsque le prix est de p3 que l’offre glob-
ale est O3
A l’équilibre de long terme
• le prix d’équilibre est p3
• il y a l > m firmes qui produisent chacune yi3 tel que
Pl
i=1 yi3 = Y3

•Π=0
→ Π n’est pas le profit comptable (rémunération du K)
→ le capital est rémunéré
→ Π = 0 signifie qu’il n’y a pas de surprofit
• à long terme, le prix est déterminé par la technologie
(p = Cm = CM ), la quantité produite (taille du marché)
est déterminée par la demande
Part III

MACROÉCONOMIE

119
120

John Maynard Keynes (1883-1946) : Point de référence indis-


cutable
→ toutes les politiques économiques contemporaines reposent
sur une formulation issue de l’analyse de Keynes ou sur une
critique de celle-ci
Sa vie
- fils d’un économiste John Neville Keynes
- Étudie à Cambridge ; élève d’Alfred Marshall
- administrateur en Inde
- 1909 retour en Angleterre → enseigne à Cambridge
- finance à la bourse de Londres → il fait fortune
- son pays fait souvent appel à lui
• après la 1ère GM → négociations de paix
Il est opposé aux réparations de guerre imposées à l’Allemagne
→ il démissionne
→ ”les conséquences économiques de la paix” (1919)
• après la 2ème GM → négociateur anglais à Bretton Woods
Le plan ”Keynes” prévoit la création d’une banque centrale
mondiale avec une monnaie internationale
C’est le plan ”White” (USA) qui est retenu
- Il meurt en 1946
La crise de 1929
La crise la plus grave qu’ait connu le monde capitaliste
• symptômes standards (chômage, production et prix en baisse)
• ampleur et durée exceptionnelles
→ en 4 ans, la production mondiale baisse d’1/3
121

Les marxistes → confirmation : le capitalisme va s’effondrer


Les néoclassiques → n’arrivent pas à expliquer la crise
Crise marquée par la fin de la passivité des gouvernements
→ New Deal de Roosevelt (déficit budgétaire......)
La théorie de Keynes, en dépassant l’analyse néoclassique, va
permettre d’expliquer la crise et l’intervention de l’État
Cette théorie est exposée dans
• Traité sur la monnaie, 1930
• Théorie générale de l’emploi de l’intérêt et de la monnaie,
1936

Keynes va substituer aux décisions individuelles le comporte-


ment de groupes, de catégories sociales (les ménages, les en-
treprises, l’État...)
analyse du comportement de quantités au niveau global
→ évolution des agrégats
PIB, Investissement, Consommation...
Cette analyse → résultats théoriques différents de ceux des
néoclassiques
Théorie générale
• de l’emploi → chômage
• de l’intérêt → rôle différent de l’épargne
• de la monnaie → la monnaie n’est pas neutre
122

Raison : le ”comportement” collectif suit une logique différente


de celui de l’individu
• ce qui est sage pour un individu donné peut être une folie
pour la collectivité
• exemple
- il est positif pour un entrepreneur de réduire les
salaires car son profit augmente
- pour l’ensemble des entreprises, réduire les salaires
→ réduit le pouvoir d’achat des ménages → les profits
pourraient diminuer

C’est un exemple de ”sophisme de composition”


P
le tout ne se réduit pas nécessairement à la des parties
”Et nous prétendons qu’on a commis des erreurs graves en
étendant au système pris dans son ensemble des conclusions
qui avaient été correctement établies en considération d’une
seule partie du système pris isolément”
Préface de l’édition française de la théorie générale

L’inconvénient de cette approche


→ absence de lien théorique entre le comportement des agents
individuels et le comportement des agrégats → NO BRIDGE
Chapter 8

Le circuit économique et les principaux agrégats

8.1 Les acteurs économiques et les marchés

On présente ici les acteurs de la vie économique et les marchés


sur lesquels ils sont présents.

8.1.1 Les acteurs économiques

• Les entreprises
→ production de biens et services
→ demande de travail
• Les ménages
→ offrent leur travail contre un revenu
→ consommation
• Les administrations (l’État)
→ production de services à but non lucratif
→ politiques économiques
• Le reste du monde → ensemble des agents résidents à
l’étranger qui ont des relations avec l’économie nationale

123
CHAPTER 8. LE CIRCUIT ÉCONOMIQUE ET LES PRINCIPAUX AGRÉGATS 124

8.1.2 Les marchés

• Le marché de biens et services


• Le marché de facteurs de production
• Le marché des capitaux
• Le marché de la monnaie
• Le marché des changes

8.2 Les agrégats

Définition : Les agrégats sont des grandeurs synthétiques qui


mesurent le résultat de l’activité de l’ensemble de l’économie.

8.2.1 Le produit intérieur brut (PIB)

Définition : La valeur ajoutée (VA) par une entreprise pendant


une période donnée est la différence entre la valeur des biens
et services produits et la valeur des biens et services utilisés au
cours du processus de production.
Définition 1 : Le PIB est la somme des VA
Définition 2 : Le PIB est la valeur de marché de l’ensemble
des biens et services finaux produits sur le territoire d’un pays
pendant une période donnée (1 an en général)
Tous les termes sont importants
• valeur de marché ⇒ unité commune (FF, e...)
• ensemble des B et S ⇒ globalité
CHAPTER 8. LE CIRCUIT ÉCONOMIQUE ET LES PRINCIPAUX AGRÉGATS 125

• B et S finaux ⇒ exclusion des C.I.


• sur le territoire ⇒ notion de ”résident”

8.2.2 Les autres principaux agrégats

• Le revenu national → ensemble des revenus (correspond


au PIB dans une économie fermée)
• La consommation (notée C)
→ mesure de la valeur de la consommation finale
• La Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) (notée I)
→ mesure de la valeur des investissements
• L’épargne (noté S)
→ mesure la part du revenu disponible pour accumuler des
actifs physiques ou financiers

8.3 Le circuit économique

On va considérer successivement 3 cas


• 2 agents (entreprises + ménages)
• 3 agents (entreprises + ménages + État)
• 4 agents (entreprises + ménages + État + RDM)

8.3.1 Une économie à deux agents

Dans l’économie → entreprises et ménages


Les ménages :
CHAPTER 8. LE CIRCUIT ÉCONOMIQUE ET LES PRINCIPAUX AGRÉGATS 126

→ vente de travail
→ dépenses de consommation
→ épargne
– achat de titres par les ménages et utiliser par les firmes
(bâtiments, machines)
– Placement de l’épargne dans les institutions financières,
prêtée ensuite aux entreprises pour investissements
Les entreprises :
→ vente de biens et services
→ achat de facteurs de production (travail)
→ Investissement : achat de B et S pour produire d’autres B
et S

On a donc dans ce circuit :


Production =Y= Revenu
↓ ↓
Dem. de conso : C Achat de conso : C
+ Dem. d’Invest. : I + épargne : S

En résumé on a :

C+I=Y=C+S
ou I = S ⇔ S - I = 0
CHAPTER 8. LE CIRCUIT ÉCONOMIQUE ET LES PRINCIPAUX AGRÉGATS 127

8.3.2 Une économie à trois agents

On introduit ici l’État :


→ Prélèvement d’impôt : T
→ Transfert aux ménages : F
→ Dépenses publiques : G

Production =Y= Revenu


↓ ↓
Dem. de cons. : C Achat de cons. : C
+ Dem. d’Invest. : I + Épargne : S
Dem. publique : G + Impôts : T - Transferts : F
C+I+G =Y= C+S+T-F
Avec l’État l’équilibre macroéconomique :

C + I + G = Y = C + S + (T - F)
ou (S - I) + [(T - F) - G] = 0

8.3.3 Une économie ouverte

Prise en compte des importations (M) et des exportations


(X)
L’égalité comptable macroéconomique devient
C + I + G + (X - M)= Y = C + S + (T - F)
ou (S - I) + [(T - F) - G] + (M - X) = 0
Ces différentes égalités comptables sont toujours vérifiées de
par la définition même des variables
CHAPTER 8. LE CIRCUIT ÉCONOMIQUE ET LES PRINCIPAUX AGRÉGATS 128

Mais rien ne nous explique comment se comportent les différents


agrégats pour permettre à l’économie d’arriver à cette situation
→ qu’est ce qui s’ajuste ? (taux d’intérêt, prix, salaires ...)
→ théories
Chapter 9

Le modèle néoclassique

Objectif → démontrer que l’économie tend naturellement vers


le plein-emploi et plus généralement vers l’équilibre sur tous
les marchés
→ en matière de politique macroéconomique, il implique la
non intervention
Ce modèle est CLASSIQUE car il s’appuie sur les 3 piliers de
l’analyse dite classique
• une représentation de l’économie en terme de marchés sur
lesquels LES PRIX S ’ AJUSTENT
• NEUTRALIT É de la monnaie
• priorité accordée à l’OFFRE

Par ailleurs, ce modèle est NEO-classique car


• les relations macroéconomiques se fondent sur l’enseignement
de l’équilibre général microéconomique

⇒ L’économie est composée de 4 marchés


• marché du travail → fixe l’emploi et le salaire
129
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 130

• marché de la monnaie → fixe le NGP


• marché des biens et services → égalise O et D
• marché des titres → fixe le taux d’intérêt i et égalise épargne
et investissement
Étude en 2 sections : fonctionnement et propriétés

9.1 Le fonctionnement du modèle

9.1.1 Marché du travail

Le marché du travail est décrit comme un marché concurren-


tiel → les explications du chômage sont limitées

A. La demande de travail

Elle provient des entreprises qui veulent maximiser Π


Les entreprises sont décrites par leur fonction de production
Y = F (K; L)
On est à court terme → K est constant ⇒ Y = f (L)
Quand L %, Y % (car la PmL > 0) mais de moins en moins
vite (car la PmL est décroissante)
La condition d’équilibre du producteur est P = Cm
Cm = nombre d’heures de travail pour fabriquer une unité de
bien en plus × salaire horaire
Or, la PmL mesure le nombre d’unité de bien produits en 1
heure → Le temps de travail nécessaire pour produire une
unité en plus est P 1
mL
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 131

exemple : la PmL = 2 =⇒ en 1h (dernière unité de L) on


produit 2 biens → pour produire un bien, il faut 1/2 heure
Si le salaire horaire est W , on peut écrire
1
Cm = W.
PmL
Puisqu’à l’équilibre, on doit vérifier que P = Cm, on peut
écrire
1 W
P = W. ⇐⇒ PmL =
PmL P
Remarque : W/P est le SALAIRE R ÉEL
Les entreprises embauchent tant que PmL > W/P → mais au
fur et à mesure, PmL &
Les entreprises arrêtent d’embaucher lorsque PmL = W/P
La demande de travail LD (qui émane des entreprises) est une
fonction D ÉCROISSANTE du salaire réel

B. L’offre de travail

Les ménages sont rationnels


• ils ne sont pas victimes d’illusion monétaire
→Ils ne confondent pas l’évolution de leur salaire nominal
et de leur pouvoir d’achat
• Leur offre de travail LS dépend positivement du salaire réel
(pouvoir d’achat)
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 132

C. L’équilibre

Confrontation entre offre et demande de travail sur un marché


concurrentiel
Le prix (c’est-à-dire le salaire réel) s’ajuste pour garantir l’équilibre
→ plein emploi
W
P
6

- L

Connaissant L∗, on en déduit l’offre globale de biens et ser-


vices grâce à la fonction de production

Y ∗ = f (L∗)
Graphiquement

9.1.2 Marché de la monnaie, NGP et équilibre entre offre et demande globales

L’analyse classique est dite DICHOTOMIQUE car les sphères


réelle et nominale (monétaire) sont indépendantes
→ en particulier, la monnaie ne joue aucun rôle dans la détermination
des variables réelles (Y ∗ , L∗ et (W/P )∗)
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 133

Y P
6 6

=⇒

- L - Y

Mais le marché de la monnaie permet de fixer le NGP d’équilibre


(P ∗) qui permet d’équilibrer aussi le marché des biens et ser-
vices
Le marché de la monnaie
• l’offre de monnaie est EXOG ÈNE
→ elle est contrôlée par l’État =⇒ M S = M0
• unique motif de détention de la monnaie : transaction
Or le montant des transaction est P Y D
→ La demande de monnaie est M D = kP Y D
k → M D est proportionnelle à la valeur des transactions
→ d’où sort k ?
Rappel : théorie quantitative de la monnaie (TQM)
M.V = P.Y
où V est la vitesse de circulation de la monnaie
La fonction de demande de la monnaie s’obtient par la TQM
1
M D = .P.Y D ⇐⇒ M D = k.P.Y D
V
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 134

→ k est l’inverse de la vitesse de circulation de la monnaie


Le niveau de la demande (Y D ) est (la loi de Say) → c’est Y ∗
→ la demande de monnaie est donc M D = k.P.Y ∗
Équilibre sur le marché de la monnaie : M S = M D
On peut déterminer P ∗ qui assure l’équilibre sur le marché de
la monnaie
M0
M S = M D ⇐⇒ M0 = k.P.Y ∗ ⇐⇒ P ∗ =
kY ∗
L’équilibre sur le marché de la monnaie implique simultanément
l’équilibre sur le marché des biens et services
La demande de biens et services est décrite par la relation
M0 = k.P.Y D autrement dit
D M0
Y =
k.P
La demande est décroissante avec P
L’offre est fixe et déterminée par le marché du travail Y ∗
Équilibre sur le marché des biens et services : Y D = Y ∗
Le prix d’équilibre est
∗ D ∗ M0 ∗ M0
Y = Y ⇐⇒ Y = ⇐⇒ P =
k.P k.Y ∗
Le prix est à la fois la variable d’ajustement sur le marché de
la monnaie et sur le marché des biens et services
Lorsque P ∗ est connu, on peut déterminer le salaire nominal
d’équilibre W ∗
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 135

p
6

- Y

on connaı̂t (W/P )∗ et P ∗ → on peut déterminer W ∗ puisque


W ∗ = (W/P )∗P ∗
On connaı̂t le revenu réel (Y ∗), le niveau de l’emploi (L∗), le
salaire réel ((W/P )∗), le NGP (P ∗) et le salaire nominal (W ∗)
On aimerait connaı̂tre la répartition du revenu (réel) Y ∗ entre
consommation finale (C) et investissement (I)
→ rappel : Y = C + I

9.1.3 Détermination du taux d’intérêt et de la structure des dépenses

Structure des dépenses


→ variable fondamentale : le taux d’intérêt (r)
Dans la logique classique, r se détermine sur le marché des
titres où se confrontent
• offre de titres → I = I(r) avec Ir0 < 0
→ si r augmente les entreprises investissent moins
• demande de titres → S = S(r) avec Sr0 > 0
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 136

→ si r augmente les ménages épargnent davantage


Équilibre sur le marché des titres : S(r) = I(r)
A cet équilibre on obtient
• un taux d’intérêt d’équilibre r∗
• une épargne et un investissement d’équilibre : S ∗ = I ∗

Graphiquement
r
6

- I, S

En utilisant l’égalité comptable : Y = C + I, on peut en


déduire le niveau optimal de la consommation C ∗
C∗ = Y ∗ − I∗ ou C∗ = Y ∗ − S∗

La consommation est R ÉSIDUELLE


CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 137

9.1.4 Récapitulatif graphique


W/P W
6 6

- Y - P

Y Y
6 6

- L - P

r
6

- I, S
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 138

9.2 Propriétés et limites du modèle néoclassique

9.2.1 Le traitement du chômage

La flexibilité de W/P conduit au plein-emploi → le traitement


du chômage est limité
L’analyse met en évidence un chômage volontaire
W
P
6

- L

Un chômeur est dit volontaire s’il n’accepte pas de travailler


au taux de salaire courant
→ ce n’est pas un chômage contre lequel un gouvernement
doit chercher à lutter
Les classiques admettent l’existence d’un type de chômage
→ le chômage frictionnel qui est lié à l’existence de rigidités
momentanées dues à la complexité du marché du travail
Problème d’adéquation entre l’offre et la demande
• problèmes de mobilité
• problème d’information
• caractéristiques du travail proposé ou recherché
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 139

⇒ Le marché conduit au plein emploi


(même si un chômage momentané lié aux frictions présentes
sur le marché du travail peut exister)
⇒ il ne faut pas créer de rigidités sur ce marché
• Syndicats
• Salaire minimum

9.2.2 Inefficacité des politiques budgétaires

Supposons que le gouvernement décide d’augmenter les dépenses


publiques (de ∆G > 0)
Il le fait sous forme d’investissement
→ graphiquement
r
6

- I, S

L’équilibre se déplace de E à E 0
• Le niveau de la production n’a pas bougé → c’est Y ∗
• La répartition des dépenses est la seule chose qui bouge
→ la hausse de r incite les ménages à épargner davantage
(S 0∗ > S ∗) pour pouvoir financer le supplément d’investissement
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 140

→ la consommation (résiduelle) diminue mécaniquement


à C 0∗ = Y ∗ − S 0∗
Conclusion
• le gouvernement consomme plus (∆G > 0)
• les ménages consomment moins (∆C = C 0∗ − C ∗ < 0)
• les entreprises investissent moins (∆I = I 0∗ − I ∗ < 0)
• puisque le niveau de l’activité n’a pas bougé, on en déduit
∆G = −∆C − ∆I

Ce que le gouvernement consomme en plus, les ménages


et les entreprises le consomment en moins
c’est l’EFFET D ’ ÉVICTION
La demande supplémentaire de l’État se substitue à la de-
mande privée, elle évince la consommation privée

9.2.3 Inefficacité des politiques monétaires

Le gouvernement pratique une politique monétaire expansion-


niste (% M0)
Sur le marché des biens et services, on sait que l’offre est fixe
(Y ∗). La demande s’écrit
M0
YD =
k.P
→ quand M0 augmente, Y D se déplace à droite
CHAPTER 9. LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE 141

Graphiquement
p
6

- Y

Supposons qu’à très court terme, les prix restent à P ∗


• le pouvoir d’achat des ménages augmente
• le demande des ménages augmente de Y ∗ à Y1
• il y a une demande excédentaire → le NGP s’ajuste
• le nouvel équilibre est atteint en E 0∗
Conclusion
• le gouvernement accroı̂t la masse monétaire (∆M > 0)
• le niveau de l’activité ne bouge pas → c’est Y ∗
• les variables nominales s’ajustent : le NGP et le salaire
nominal augmentent (mais W/P demeure constant)
La politique monétaire est incapable de modifier le niveau
de l’activité réelle, elle ne modifie que les variables
nominales
il y a NEUTRALIT É DE LA MONNAIE
Chapter 10

Le modèle de Keynes

RUPTURE

”une économie décentralisée ne possède pas de mécanismes


auto-régulateurs suffisamment puissants pour atteindre systé-
matiquement le plein emploi”
Modèle avec rigidité nominale
→ les prix sont FIXES, ce sont les quantités qui s’ajustent
La pierre angulaire du modèle de Keynes est le principe de la
DEMANDE EFFECTIVE ⇒ énonce que le niveau de produc-
tion dépend de la demande globale anticipée (6= loi de Say)
La production n’est pas uniquement déterminée par des fac-
teurs technologiques → il y a aussi la demande anticipée
La causalité va de la demande (anticipée) vers l’offre
→ l’équilibre sur le marché des biens et services détermine
l’équilibre sur le marché du travail
→ typiquement, cet équilibre est un équilibre de sous-emploi

10.1 Demande et activité économique

On considère une économie fermée avec État ⇒Y = C +I +G


142
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 143

10.1.1 Les composantes de la demande


A. La consommation

Rappel : Chez les classiques la consommation est résiduelle


⇒ Chez Keynes, la consommation est le fait d’une décision
”La loi psychologique fondamentale sur laquelle nous pou-
vons nous appuyer en toute sécurité, à la fois a priori en raison
de notre connaissance de la nature humaine et a posteriori en
raison des enseignements de l’expérience c’est qu’en moyenne
et la plupart du temps, les hommes tendent à accroı̂tre leur
consommation à mesure que le revenu croı̂t, mais non d’une
quantité aussi grande que l’accroissement du revenu”
Keynes, chap.8 Théorie générale...
Remarque : aucun raisonnement microéconomique sous-jacent
→ interprétation mathématique
C = cY + C0 0<c<1 C0 > 0
• fonction croissante avec le revenu
• la consommation augmente moins vite que le revenu
→ la propension marginale à consommer est
∆C
= c ∈]0; 1[
∆Y
exemple : si c = 0, 7 quand le revenu augmente de 100 e, la
consommation augmente de 70 e
→ C0 est la ”consommation autonome” (ne dépend pas de Y )
A partir du comportement de consommation on peut déduire
le comportement d’épargne
S = Y − C ⇐⇒ S = (1 − c)Y − C0 ⇐⇒ S = sY − C0
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 144

où s = 1 − c est la propension marginale à épargner


Logique opposée à celle des classiques
• classiques : r ⇒ S ⇒ C (résiduelle)
• Keynes : Y ⇒ C ⇒ S (résiduelle)

B. L’investissement

Keynes considère l’investissement (macro) comme une fonc-


tion & du taux d’intérêt
I = I(r) Ir0 < 0

C. Les dépenses publiques

Les dépenses publiques sont exogènes → instrument de poli-


tique économique contrôlé par l’État
G = G0

10.1.2 L’équilibre entre offre et demande globales et l’effet multiplicateur

Les prix sont rigides → les quantités s’ajustent

A. L’équilibre sur le marché des biens et services

La demande globale (Y D ) est la somme de C, I et G


2 de ces composantes (G et I) sont déterminées hors du marché
des biens → on va les considérer comme données
La consommation dépend du revenu ⇒ C = cY + C0
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 145

Y S, Y D

- Y

→ On peut représenter la demande globale comme une fonc-


tion du revenu : Y D = cY + C0 + I + G
→ On peut aussi représenter l’offre globale en fonction du
revenu : Y S = Y → c’est une droite à 45◦ (ce graphique est
souvent appelé le diagramme à 45◦)
L’équilibre est atteint en E → Y ∗
Cet équilibre et donc le niveau de production sont déterminés
IND ÉPENDAMMENT du marché du travail
→ rien ne permet de garantir le plein emploi
Si la demande est trop faible, le revenu et la production d’équilibre
seront faibles ⇒ équilibre de sous-emploi
Remarque : on peut déterminer Y ∗ algébriquement
Y S = Y D ⇐⇒ Y = cY +C0+I+G ⇐⇒ Y (1−c) = C0+I+G
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 146

1
Y∗ = (C0 + I + G)
1−c
Remarques :
• importance de la consommation
→ plus c est élevé, plus Y ∗ est grand
• argument en faveur de la redistribution
→ les ”pauvres” ont un c plus élevé que les ”riches”
→ si on transfère du revenu des ”riches” vers les ”pau-
vres”, on augmente la consommation et donc le revenu
global
ex: si cp = 0, 9 et cr = 0, 5 et si je prends 1 e aux
”riches” pour le donner aux pauvres
- la consommation des ”riches” diminue de 0,5 e
- la consommation des ”pauvres” augmente de 0,9 e
- la consommation totale augmente de 0,4 e
→ le revenu augmente
(Zorro et Robin des Bois sont keynésiens)

B. Le multiplicateur keynésien

Que se passe-t-il si on augmente les dépenses publiques ?


→ la fonction de demande globale se déplace vers le haut
On passe de E à E 0
⇒ le revenu et la production ont augmenté
⇒ la hausse de Y est plus importante que la hausse de G
∆Y > ∆G
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 147

Y S, Y D
6

- Y

Détermination algébrique de l’impact de ∆G sur Y


On sait que
1
Y = (C0 + I + G)
1−c
Donc, si les dépenses publiques augmentent de ∆G, Y va aug-
menter de
1
∆Y = ∆G
1−c
1
1−c > 1 ⇒ c’est le MULTIPLICATEUR keynésien
exemple : si le gouvernement augmente les dépenses publiques
de 100 (∆G = 100) et que c = 0, 6 alors
1
∆Y = × 100 = 2, 5 × 100 = 250
1 − 0, 6
Le multiplicateur est égal à 2,5
⇒ l’impulsion initiale sur G est multipliée par 2,5 sur Y
Le mécanisme qui explique le multiplicateur est un ”cercle
vertueux”
%G =⇒ %YD =⇒ %Y
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 148


%C
Le cycle va en s’atténuant
→ a chaque ”tour”, la rétroaction de C sur Y D est plus faible
(car c < 1)
Exemple de décomposition :
∆G = 100 et c = 0, 6
• étape 0 ∆G0 = 100 ⇒ ∆Y0 = 100
→ impact instantané : 1
transite par la relation Y = C + I + G
• étape 1 ∆Y0 = 100 ⇒ ∆C1 = 0, 6 × 100 = 60 ⇒ ∆Y1 =
60
→ impact à la première période : 0, 6
transite par les relations C = cY + C0 et Y = C + I + G
• étape 2 ∆Y1 = 60 ⇒ ∆C2 = 0, 6 × 60 = 36 ⇒ ∆Y2 = 36
→ impact à la deuxième période : 0, 36
• étape 3 ∆Y2 = 36 ⇒ ∆C3 = 21, 6 ⇒ ∆Y3 = 21, 6
→ impact à la troisième période : 0, 216
• ...

L’effet total est la somme des effets de chaque ”tour”


1 + 0, 6 + 0, 36 + 0, 216 + ....... = 2, 5
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 149

Remarque : dans notre exemple, après 3 tours, l’impact cu-


mulé est déjà de 2, 176, soit environ 87% de l’effet total
Plus c est élevé, plus le multiplicateur est grand
exemple : c = 0, 6 → le multiplicateur est de 2, 5
c = 0, 8 → le multiplicateur est de 5
⇒ normal : la partie du revenu qui n’est pas consommée sort
du ”cercle vertueux” → l’épargne est une ”fuite”

C. Le théorème d’Haavelmo

Jusqu’à présent le gouvernement pratique des dépenses mais


ne se préoccupe pas de leur financement → autrement dit, on
a G, mais on a pas encore introduit les impôts (T )
On suppose que le gouvernement s’impose l’équilibre budgétaire
⇒ l’égalité G = T est toujours vérifiée
Évaluation du multiplicateur dans ces conditions
Remarque : il faut modifier un peu la fonction de consom-
mation pour tenir compte des impôts → la consommation est
fonction du revenu disponible ⇒ Ydispo = Y − T
La fonction de consommation est alors
C = c(Y − T ) + C0
Si on reprend l’équilibre Y S = Y D on a
Y =C +I +G
Y = c(Y − T ) + C0 + I + G
Y (1 − c) = C0 + I + G − cT
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 150

or on sait que T = G
Y (1 − c) = C0 + I + G − cG
Y (1 − c) = C0 + I + (1 − c)G
1
Y =G+ (C0 + I)
1−c
Dans ce cas, le multiplicateur des dépenses publiques est égal
à 1
Le théorème d’Haavelmo : lorsque le budget de l’État est
équilibré, le multiplicateur budgétaire est égal à l’unité
⇒ la politique budgétaire est efficace même lorsqu’on s’abstient
de générer du déficit public (et donc de la dette)
Remarques
• L’augmentation de la demande ne se traduit par une augmen-
tation de la production que si on démarre dans une situation de
sous-emploi
• dans le cas contraire (plein emploi) la production est bornée
par des facteurs technologiques et donc si la demande aug-
mente il y aura des tensions inflationnistes
→ c’est seulement dans ce cas particulier que s’applique la
théorie classique (théorie GÉNÉRALE .....)

10.2 Monnaie et taux d’intérêt

Pour Keynes, le taux d’intérêt est la variable d’ajustement es-


sentielle sur le marché de la monnaie
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 151

10.2.1 La demande de monnaie

3 motifs de demande de monnaie

A. Le motif de transaction

C’est le motif retenu par les classiques


Représente la demande de monnaie pour effectuer des échanges
La demande de monnaie pour motif de transaction est crois-
sante avec le revenu Y

B. Le motif de précaution

Les agents souhaitent détenir de la monnaie pour faire face à


des dépenses imprévues
⇒ il y a de l’incertitude
”le souci de parer aux éventualités qui exigent des dépenses
inopinées, l’espoir de profiter d’occasions imprévues pour réaliser
des achats avantageux...”
Keynes, ”Théorie générale...” Chapitre 15
La demande de monnaie pour motif de précaution est crois-
sante avec le revenu Y

C. Le motif de spéculation

→ c’est ici qu’apparaı̂t le caractère novateur de Keynes


La monnaie est demandée car sa détention offre de la flexi-
bilité par rapport au futur
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 152

Keynes énonce l’hypothèse de préférence pour la liquidité


pour justifier le motif de spéculation
Définition : un actif est dit liquide lorsqu’il est aisément con-
vertible en moyen d’échange, aisément utilisable pour procéder
à des transactions
exemples :
• une maison (actif immobilier) est très peu liquide
• un livret A ou un livret bleu est beaucoup plus liquide
• l’actif le plus liquide est la monnaie

Parmi tous les actifs, la monnaie est le seul totalement liquide


→ elle est utilisable immédiatement et sans coût
La préférence pour la liquidité pousse les agents à détenir de
la monnaie même si celle-ci n’est pas rémunérée
Détenir de la monnaie implique un coût
→ le coût de sa non rémunération
Comme ce coût n’est pas un coût que l’on paie mais un gain
potentiel qu’on ne réalise pas, on parle de coût d’opportunité
⇒ ce coût d’opportunité est mesuré par r
La demande de monnaie pour motif de spéculation est décrois-
sante avec r
→ plus r est élevé, plus détenir de la monnaie (liquide mais
non rémunérée) est coûteux et donc moins on en détient
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 153

Ce motif est dit de ”spéculation” car on peut également jus-


tifier cette demande de monnaie en supposant que les agents
arbitrent sur le marché des titres
Or il existe une relation inverse entre le prix des titres et le
taux d’intérêt
• ils veulent acheter des titres à bas prix
→ quand r est élevé ⇒ la demande de monnaie pour motif
de spéculation est faible
• ils veulent les revendre quand leur prix est élevé
→ quand r est faible ⇒ la demande de monnaie pour motif
de spéculation est élevée

10.2.2 L’équilibre sur le marché de la monnaie

Au total, la demande de monnaie M D est égale à la somme


des demandes de monnaie pour les chacun des trois motifs
M D est fonction de Y (transaction et précaution) et de r (spécu-
lation)
M D = M D (Y, r)
avec

∂M D ∂M D
>0 <0
∂Y ∂r
L’offre de monnaie est EXOG ÈNE : M S = M0

Le marché de la monnaie fait apparaı̂tre deux variables d’ajustement


⇒ Y et r
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 154

Keynes admet cependant que r réagit plus rapidement pour


ajuster le marché de la monnaie → référentiel (M, r)
Graphiquement

r
6

- M

• quand r est très élevé, la demande de monnaie pour motif


de spéculation est proche de 0
→ détenir de la monnaie non rémunérée pour autre chose
que la consommation (transaction et précaution) est trop
coûteux (on achète des titres dont le prix est faible) ⇒ M D
est presque verticale
• Lorsque le taux d’intérêt atteint un seuil minimum rmin,
la demande de monnaie pour motif de spéculation est très
forte ⇒ M D est presque horizontale
→ détenir de la monnaie n’est pas coûteux (plus personne
n’achète de titres dont le prix est trop élevé)
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 155

L’offre de monnaie M0 est exogène et ne dépend pas de r


→ elle est verticale
L’équilibre est atteint en E ⇒ le taux d’intérêt d’équilibre : r∗

Logique très différente de celle des classiques


• classiques : r est déterminé sur le marché des titres pour
égaliser I et S
• chez Keynes : r est déterminé sur le marché de la monnaie

Que se passe-t-il lorsque le gouvernement pratique une poli-


tique monétaire expansionniste (M0 %) ?

r
6

- M

une % de M0 réduit le taux d’intérêt


Or l’investissement est une fonction décroissante de r
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 156

→ une baisse de r =⇒ % de I et donc la demande globale


L’effet multiplicateur se déclenche mais, cette fois-ci, il a pour
origine la hausse de I
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 157

% M0 =⇒ &r =⇒ %YD =⇒%Y



%C

⇒ efficacité de la politique monétaire


⇒ non neutralité de la monnaie

Remarque : la politique monétaire est efficace sauf dans un


cas
→ quand l’économie se trouve dans la ”trappe à liquidité”

r
6

- M

Toute hausse de la masse monétaire alimente la demande de


monnaie → elle alimente la trappe à liquidité
Les titres sont tellement chers que plus personne ne pense que
leur valeur va encore %
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 158

→ Plus personne ne veut en acheter et donc la hausse de M0


n’a aucun impact sur r
→ puisqu’il n’y a pas de baisse de r, I ne bouge pas et aucun
effet multiplicateur ne peut se manifester

Mais mis à part dans ce cas particulier, la politique monétaire


est efficace pour accroı̂tre le revenu et lutter contre le chômage

10.3 Emploi et demande effective

Le principe de la demande effective est directement lié à l’emploi


→ on peut citer Keynes
”Le niveau de l’emploi (N ) se fixe au point où la courbe de
demande globale anticipée (Da) par l’ensemble des entrepre-
neurs coupe le courbe d’offre globale (Z). Z représente les
conditions d’offre de l’ensemble des entrepreneurs, c’est-à-
dire le montant du revenu global que les entrepreneurs souhait-
ent créer à l’occasion de leur activité de production. L’intersection
de Da et Z définit la demande effective ”
Keynes, ”Théorie générale...”, chapitre 3
Graphiquement
Z, Da
6

- N
CHAPTER 10. LE MODÈLE DE KEYNES 159

Les entrepreneurs décident d’embaucher N ∗ car ils vont, dans


ce cas, distribuer un revenu aux salariés qui devrait générer
une demande égale à cette offre
Mais RIEN ne garantit que cette production est compatible
avec le plein emploi ⇒ rien n’assure que N ∗ est le niveau
de plein emploi

2 remarques pour conclure


• le niveau de N ∗ dépend de la décision des entrepreneurs
(dont l’objectif n’est pas le plein emploi mais le profit)
→ la demande de travail fixe seule le niveau de l’emploi
• La lutte contre le chômage passe par une politique qui in-
fluence la demande anticipée
→ % de G ou de M0 (hors trappe à liquidité)
→ réserves de Keynes au sujet des politiques (classiques)
visant à réduire les salaires pour lutter contre le chômage
Une & des salaires réduit les coûts de production mais
réduit aussi le pouvoir d’achat des ménages et conduit, par
conséquent, les entreprises à revoir à la baisse la demande
anticipée → effet sur N incertain