Vous êtes sur la page 1sur 26

Réalisé par : Encadré par :

Hamza El Mahdaoui Mr El Hassani Hafid

Zakaria Benzineb

Adam Jakni

Aymane kaffaf

Master Spécialisé : Banque et marché financier


Plan :

Introduction

Partie 1 : La notion d’équilibre général.

 Chapitre 1 : De l’équilibre partiel a l’équilibre


général.

 Chapitre 2 : Equilibre générale dans une


économie de production.

Partie 2 : efficience économique et équilibre


général

 Chapitre 1 : efficience économique et analyse de


l’hypothèse d’EUGENE FAMA.

 Chapitre 2 : la fonction de production


efficiente.

Conclusion. « CAS PRATIQUE »


Introduction

L’équilibre met l’accent sur l’interaction entre tous les agents économiques sur
l’ensemble des marchés. Cette approche se distingue d’une part de la
microéconomie qui étudie le comportement d’agents individuels ou le
fonctionnement de marchés isolés, et d’autre part de la macroéconomie qui
procède par agrégation sur les agents et les biens.

L’équilibre de marché résulte de la confrontation de l’offre et de la demande.


Nous verrons tout d’abord comment cet équilibre se réalise sur chacun des
marchés (équilibre partiel) puis nous évoquerons la notion d’équilibre général :
il s’agira alors d’évoquer l’interdépendance des marchés et se demander dans
quelle mesure le marché assure l’optimum, c’est-à-dire la meilleure solution
possible.

Enfin on vas traité la relation entre l’efficience économique qui est sans doute
l’élément le plus important pour la réalisation de l’équilibre général sachant
qu’il doit être interpréter comme étant un marché efficient à savoir que
l’efficience économique est considérée comme étant les résultats atteints avec
l’allocation parfaite des ressources. Pour l’instant, nous nous contenterons d’une
mise en perspective générale de questions qui seront traitées de manière plus
détaillée au cours de notre rapport. Alors quelles sont les principes importants de
l’équilibre général ? En quoi consiste l’efficience économique ? Et quelle es
l’image parfaite du couple efficience-équilibre ?
Partie 1 : La notion d’équilibre général.

Chapitre 1 : De l’équilibre partiel a l’équilibre général.

 L’équilibre partiel.
A) Quelques hypothèses.

Pour que la régulation par les prix soit optimale et donc pour que l’équilibre de
marché soit assuré il faut que les conditions de concurrence pure et parfaite
soient respectées. La concurrence sera qualifiée de pure et parfaite quand les 5
conditions suivantes seront respectées :
1. L’atomicité du marché.

Le marché doit être formé d’un grand nombre de firmes et d’un grand nombre
de consommateurs. Le « grand nombre » veut dire que chaque entreprise doit
avoir une taille suffisamment petite pour ne représenter qu’une très faible part
du marché. Nous dirions aujourd’hui que chaque firme est une PME. Il en
découle que la variation de l’offre de la part d’un producteur ne peut
significativement modifier les conditions d’offre et de demande du marché.
Ultime conséquence de cette caractéristique : aucune firme n’a d’influence sur
le prix du marché. Cette impossibilité d’influer sensiblement sur le prix est
qualifiée d’absence de pouvoir de marché. On dit également que l’entreprise est
un price taker. En 1848, J.S. Mill écrivait que la concurrence est une situation
où « il ne peut y avoir, pour le même produit, de qualité identique, deux prix sur
le même marché ».
2. L’homogénéité du produit :
Tous les produits des fabricants d’une même industrie sont identiques. La
différenciation, la publicité et toute autre forme de marketing sont inconnues, et
les consommateurs n’ont aucune autre raison que le prix pour choisir un vendeur
plutôt qu’un autre.
3. Libre entrée dans la branche (ou l’industrie) :

Il n’existe pas de barrière juridique ou réglementaire (brevets de fabrication...) à


l’entrée de nouveaux concurrents dans la production du bien considéré. Il
n’existe pas plus de barrières techniques ou financières (importance du capital
fixe...). La concurrence pure exclut par hypothèse toute barrière, à l’entrée et à la
sortie, quelle que soit sa nature. Cette hypothèse joue un rôle fondamental dans
la disparition des profits anormaux, l’une des vertus majeures de la concurrence
4. La transparence du marché.

La transparence consiste en une information totale pour le consommateur, le


travailleur et la firme. L’information est parfaite et les agents savent l’analyser ;
ils peuvent choisir en connaissance de cause la situation optimale. Et, de ce fait,
il ne peut y avoir qu’un seul prix.
5. La parfaite mobilité des facteurs de production :

Ce terme recouvre la mobilité totale des facteurs de production, travail et capital.


Les salariés peuvent changer de branche à leur guise. Les facteurs de production
se dirigent vers les emplois où on en tire le meilleur parti. Lorsque l’une de ces
hypothèses n’est pas satisfaite on parle de concurrence imparfaite.

B) La détermination de l’équilibre en courte et en longue période

La « courte période » est la période durant laquelle la production de la firme


peut se modifier mais où la capacité de production, les équipements sont fixes ;
alors que durant la « longue période » la capacité de production de la firme peut
être modifiée.
1) L’équilibre de courte période.

L’échange ne se fait qu’à l’équilibre et l’équilibre est atteint à l’intersection de


la courbe d’offre globale et de la courbe de demande globale. La solution est
unique, il y a un seul prix et une seule quantité. Elle satisfait de la meilleure
façon possible à la fois les désirs des acheteurs et ceux des vendeurs. Comment
cet équilibre est-il atteint ? C’est à ce niveau qu’intervient le « commissaire
priseur », cette intervention est nécessaire pour assurer l’unicité du prix.
Acheteurs et vendeurs se présentent sur le marché ; les quantités achetées et
vendues sont inconnues puisque offre et demande dépendent du prix du bien qui
n’est pas encore fixé. Les fonctions d’offre et de demande sont connues, non le
niveau cela suppose que la production soit instantanée, que les producteurs
arrivent sur le marché sans avoir pris leurs décisions de production. L’équilibre,
point d’intersection des courbes d’offre et de demande, est atteint grâce à
l’action du commissaire-priseur et au jeu de contrats successivement passés et
rompus à des prix éloignés de l’équilibre.

Si le prix est inférieur à 6 euros, par exemple 4, il y a un excès de demande par


rapport à l’offre (D= 350>O=100). Toute la demande n’est pas satisfaite à ce
prix. Il y a « concurrence » entre acheteurs et certains sont prêts à faire monter
les enchères et ainsi provoquer une augmentation de l’offre jusqu’au moment où
le prix rejoint le prix d’équilibre de 6 euros, grâce à l’action du commissaire-
priseur. Cette hausse des prix a provoqué une augmentation de l’offre et une
diminution de la demande (déplacement sur la courbe). La courbe d’offre et la
courbe de demande peuvent se déplacer : la première à la suite de
modifications dans la fonction de production de chacun des producteurs
(conséquence par exemple d’un progrès technique, d’une modification dans les
combinaisons productives), la seconde en écho aux changements dans la
fonction d’utilité d’un ou plusieurs consommateurs (modification dans la mode,
action de la publicité...) ; enfin l’une et l’autre peuvent être affectée par des
modifications dans le niveau des contraintes jouant au niveau de chaque agent
individuel (ressources disponibles, prix des facteurs utilisés ou des biens
consommés...).
Le prix d’équilibre est-il stable ? On dira que l’équilibre est stable si une
perturbation qui provoque un déplacement de la courbe d’offre ou de demande
est suivie d’un retour à l’équilibre (différent de l’équilibre initial
évidemment).Lorsque l’offre et la demande sont « normales » la modalité
d’ajustement retenue importe peu : l’équilibre est stable aussi bien au sens de
Walras (ajustement par les prix : ex : l’excès de demande => hausse des prix)
qu’au sens de Marshall (ajustement par les quantités : ex : excès de demande
=>hausse de la production).Lorsque l’une des deux courbes est anormale,
l’équilibre n’est plus nécessairement stable ; tout dépend du mode d’ajustement
et de la pente respective des deux courbes. Exemple : Offre anormale (offre
fonction décroissante du prix : la baisse des prix peut entraîner un accroissement
de la quantité offerte pour obtenir le maintien de la recette)

Lorsque les deux courbes sont anormales (la demande est fonction croissante
des prix : ex paradoxe de Giffen, biens inférieurs ; l’augmentation du prix de la
pomme de terre rend les consommateurs déjà très démunis encore plus pauvres,
ce qui les contraint pour survivre à acheter davantage...du seul bien qu’ils
puissent acheter avec leur misérables ressources ; l’effet de revenu est supérieur
à l’effet de substitution) Il y a alors instabilité complète quel que soit le mode
d’ajustement retenu (marshalien ou walrasien). Le retour à l’équilibre suite à une
perturbation est fonction du type de comportement qui prévaut sur le marché ; le
retour à l’équilibre n’est pas automatique, cela dépend du type de courbe et du
type de réponse de la part des coéchangistes. Que se passe-t-il si l’on prend en
compte les délais d’ajustement ? La production demande...du temps. Les biens
agricoles (blé, élevage de porc...) constituent de bonnes illustrations : les plans
de production sont faits sur le prix du marché à l’automne ; la production ne se
matérialise qu’un an plus tard. On a donc, en supposant pour simplifier que les
fonctions sont linéaires : Ot = Apt-1 + B et Dt = apt + b.On suppose en outre que
la production est intégralement vendue (il n’y a pas de possibilité de stockage).
On se situe donc ici dans le cadre de la « période de marché » ou « période ultra
courte » trop brève pour que la production puisse varier ; les modifications dans
la production ne se produisant que d’une période à l’autre.

2) L’équilibre de longue période.

On suppose qu’il existe un prix d’équilibre unique et stable (la courbe d’offre et
la courbe de demande sont normales).Le prix de marché s’impose à l’entreprise,
c’est l’hypothèse de concurrence parfaite qui implique l’atomicité de chacun des
producteurs ; le producteur ne peut en courte période qu’ajuster le niveau de
production. C’est ainsi qu’il va maximiser son profit.

Supposons que toutes les entreprises produisent dans les mêmes conditions ; les
courbes de coût de chacune d’elles ont exactement la même forme. Pour P1
chaque entreprise réalise un profit supérieur à la normale, un superprofit puisque
le prix est supérieur au coût moyen (qui inclut, rappelons-le, la rémunération
normale de l’ensemble des facteurs de production, y compris celle du chef
d’entreprise...). Toutes les entreprises réalisent donc des profits supérieurs au
« profit normal ». De nouveaux chefs d’entreprise sont en conséquence, incités à
entrer sur le marché. D’après l’hypothèse de « libre-entrée » ils peuvent le faire
et produire le même bien (homogène) dans les mêmes conditions de coût. Les
nouveaux producteurs vont ajouter leur offre à l’offre déjà existante et il en
résultera un déplacement de la courbe d’offre vers la droite d’où un nouveau
prix d’équilibre et une diminution du niveau de production de chaque entreprise.
Tant que des profits « anormaux » seront réalisés, de nouveaux producteurs
continueront d’entrer sur le marché jusqu’à ce que le prix du marché annule les
« superprofits ». Le prix, toujours égal au coût marginal, est égal au coût moyen
minimum.Si un nombre excessif de producteurs est entré sur le marché, le prix
du marché est insuffisant et toutes les entreprises subissent des pertes ; certaines
entreprises vont se retirer, l’offre globale diminue, la courbe d’offre globale va
se déplacer vers la gauche jusqu’à ce que soit obtenu le prix pour lequel les
pertes et...les profits soient nuls A l’équilibre de longue période, la demande est
égale à l’offre et tous les profits (« superprofits ») sont nuls.
Supposons maintenant des conditions de coût différentes (les équipements sont
de taille et d’efficacité différentes, les chefs d’entreprise n’ont pas
nécessairement tous les mêmes talents...).Si la demande est forte, le prix du
marché est élevé et toutes les entreprises réalisent des « superprofits » ; si elle
diminue (ou que de nouveaux producteurs attirés par l’existence de profits
anormaux entrent dans la branche) , seules les entreprises aux courbes de coût
les plus performantes resteront sur le marché. Cela signifie que l’on retrouve la
similitude des courbes de coût non plus comme hypothèse mais comme
conséquence, comme aboutissement logique du processus d’élimination des
entreprises les moins productives.

 Equilibre général

1) Equilibre général et interdépendance des marchés

L’idée de l’équilibre général soulève de nombreuses questions : quel effet la


modification d’une variable sur un marché a-t-elle sur les autres marchés ?
L’équilibre sur chacun des marchés est-il possible ? S’il existe est-il unique ? Y
a-t-il une autorégulation par les prix qui permette de retourner à l’équilibre sur
tous les marchés interdépendants ? Le premier à avoir cherché à démontrer
l’impossibilité d’un déséquilibre durable entre l’offre et la demande est J.B. Say
qui affirme que « l’offre crée sa propre demande ». En effet, la production,
lorsqu’elle est vendue, se transforme en revenus qui servent à acheter la
production. « Les produits s’échangent contre les produits » et la demande est
forcément égale à l’offre. La loi de Say est donc une première présentation de
l’équilibre général dans le sens où plusieurs marchés sont concernés.

« C'est parce que la production des produits manquants a souffert, que les
produits surabondants ne trouvent point de débit, et que leur valeur s'est altérée.
En termes vulgaires, beaucoup de gens ont moins acheté, parce qu'ils ont moins
gagné; et ils ont moins gagné, parce qu'ils ont trouvé des difficultés dans
l'emploi de leurs moyens de production, ou bien parce que ces moyens leur ont
manqué. Aussi l'on peut remarquer que les temps où certaines denrées ne se
vendent pas bien, sont précisément ceux où d'autres denrées montent à des prix
excessifs; et comme ces prix élevés seraient des motifs pour en favoriser la
production, il faut que des causes majeures ou des moyens violents, comme des
désastres naturels ou politiques, l'avidité ou l'impéritie des gouvernements,
maintiennent forcément cette pénurie d'un côté, qui cause un engorgement de
l'autre. Cette cause de maladie politique vient-elle à cesser, les moyens de
production se portent vers les canaux vacants, et le produit de ceux-ci absorbe
le trop-plein des autres; l'équilibre se rétablit, et cesserait rarement d'exister, si
les moyens de production étaient toujours laissés à leur entière liberté » J.B.
Say « Traité d’économie politique » 1803

Léon Walras va tenter de traiter rigoureusement la double question de


l’existence et de la stabilité d’un équilibre général, en posant le problème sous
une forme mathématique élémentaire. Il s’agit de savoir si le système
d’équations multiples constitué par les équations d’équilibre (offre=demande ;
ΣpiOi=ΣpiDi) a une solution. Les mathématiques enseignent alors qu’une
condition nécessaire à l’existence d’une telle solution est de disposer d’autant
d’équations que d’inconnues à déterminer. Pour résoudre ce problème Walras
introduit un nouveau concept, le numéraire ; un bien choisi comme unité de
compte. Les prix de tous les autres biens, ou facteurs sont exprimés par le prix
du numéraire, lequel est égal à 1.L’intérêt de cette démarche est de réduire le
nombre d’inconnues d’une unité et le système devient déterminé. Il a une
solution (mais une solution mathématique). Pour autant aboutit-il à l’équilibre
général (une solution ayant un sens économique) ? Walras l’affirme : si
l’économie est organisée comme un ensemble de marchés concurrentiels, où
l’on peut instantanément renégocier les prix jusqu’au moment où l’on n’échange
qu’au prix d’équilibre, un équilibre général est possible et susceptible, en cas de
choc quelconque , d’être automatiquement rétabli par les forces du marché. Mais
il ne put le démontrer. Et il faudra attendre les travaux d’économistes
contemporains, comme K. Arrow et G. Debreu dans les années 1950; pour
mettre en évidence, et sous certaines conditions, un équilibre économique
général.
Grâce à un nombre très restreint d’hypothèses, ils démontrent l’existence de cet
équilibre général :

- les marchés sont en concurrence pure et parfaite et sont complets (pour


tous les biens présents mais aussi les biens futurs).
- Chaque ménage dispose d’une dotation initiale qui lui permet de
survivre sans faire d’échanges (la fonction de demande est donc
bornée).
- Les préférences sont convexes (cette convexité permet à la fonction de
demande d’être continue).
- Absence de coûts fixes. Les rendements d’échelle sont constants ou
décroissants (la fonction d’offre est donc une fonction bornée et
continue).

A ces conditions, non seulement l’équilibre général est possible, mais en


plus il assure l’optimum de Pareto.
Mais si la démonstration d’existence montre que l’équilibre général peut exister,
elle ne dit pas si après perturbation, grâce aux seuls échanges librement
consentis par les agents et à la flexibilité des prix, on converge vers l’équilibre.
Ce problème est celui de la stabilité de l’équilibre général ; le théorème de
Sonnenschein-Mantel-Debreu (1973-1974) montre que la stabilité de l’équilibre
n’est pas garantie, même lorsque les différentes hypothèses sont réunies.

L’équilibre général « existe », mais il n’a aucune raison d’émerger


naturellement.

2) Le processus de tâtonnement
Lorsqu'on examine de plus près comment l'offre peut être confrontée à la
demande sur un marché donné, on s'aperçoit que le respect des résultats
annoncés par les néoclassiques n'a rien d'évident. Il est essentiel en effet
qu'aucune transaction n'ait lieu à un prix de déséquilibre, c'est-à-dire à un prix
qui n'égalise pas l'offre et la demande. Mais comment les agents (acheteurs et
vendeurs) ,Peuvent-ils parvenir à fixer ce prix sans procéder à aucune
transaction ?
Sur ce point, ce sont les travaux de Walras qui servent aujourd'hui encore de
référence. Walras imaginait un personnage (fictif), le commissaire-priseur,
chargé de fixer le prix. En début de cycle, les vendeurs et les acheteurs se
présentent sur le marché. Le commissaire annonce alors un prix, et recueille
toutes les intentions de demande et d'offre. Si celles-ci ne coïncident pas, il fixe
un nouveau prix, et l'annonce. Les agents modifient alors leurs intentions, que le
commissaire priseur collecte à nouveau, etc. Le processus se répète jusqu'à ce
que le commissaire-priseur ait trouvé un prix où l'offre et la demande coïncident.
Il annonce alors ce dernier prix, et permet à ce moment-là aux agents de
procéder aux transactions.
Ce processus est connu sous le nom de tâtonnement walrasien. Les
hypothèses en sont lourdes : on trouvera bien peu de marchés qui les satisfont,
en particulier où aucune transaction n'est effectuée à un prix différent du prix
d'équilibre. Or, il faut rappeler que ces hypothèses sont indispensables pour que
les conclusions annoncées par les néoclassiques soient vérifiées ; en particulier,
toutes les propriétés de l'équilibre n'ont de portée que si les transactions
s'effectuent exclusivement à cet équilibre.
On pourrait être tenté de faire une analogie entre ce tâtonnement walrasien
et la gravitation ricardienne, présentée par ailleurs sur ce site. Après tout, dans
les deux cas, on a un processus qui tente d'approcher une cible par corrections
successives. Pourtant, cette analogie serait une grave erreur, tant les deux
processus - et les deux raisonnements - sont éloignés l'un de l'autre. Afin de fixer
les idées sur ce point important, on peut dresser un rapide comparatif sous forme
de tableau :

Tâtonnement
Gravitation ricardienne
valréassien
très court terme (une
Le processus se moyen terme (plusieurs
session d'achats/ventes
déroule sur le... mois, voire années)
sur un marché)
Les transactions à l'équilibre généralement en
s'effectuent... exclusivement déséquilibre
par les déséquilibres
Les agents sont constatés (stocks,
par le commissaire-
informés de l'état demande non satisfaite,
priseur
du marché... différentiel des taux de
profit, etc.)
le prix sur le court terme,
La variable les quantités via les
d'ajustement le prix exclusivement capacités de production et
est... les taux de profit sur le
moyen terme
des achats/ventes les capacités de
Le processus d'agents se présentant production des différents
équilibre... avec des dotations secteurs, via les prix et les
initiales taux de profit
Chapitre 2 : Equilibre générale dans une économie de
production.

Avant d’envisager une interdépendance généralisée, étudions le cas d’une


économie simplifiée où un producteur fournit deux biens (A et B) à l’aide de
deux facteurs (Ket L).
2.1 L’équilibre général de la production
Il est possible de transposer les raisonnements précédents (loi de Walras,
diagramme d’Edgeworth, etc.) au domaine de la production. Ainsi, on dira
qu’un équilibre général de production est atteint lorsque le TMST KL dans la
production du bien A est égal au TMST KL dans la production du bien B :

TMST KL pour A = TMST KL pour B


1)La boîte d'Edgeworth

La boîte d'Edgeworth, associée aux courbes d’indifférence (ou d'iso-utilité),


permet une représentation géométrique simple de la notion d'équilibre pour une
économie composée de deux agents, A et B, et de deux types de biens, 1 et 2.
Selon ce modèle chaque agent est capable de classifier l'espace des biens
(commodités) par une famille de courbe de même utilité. Par hypothèse ces
courbes sont convexes et plus elles sont éloignées de l'origine plus la préférence
est grande pour l'agent. Dans ce modèle les optima de Pareto sont représentés
par la courbe des contrats, les points de l'espace des biens où les courbes de
préférences de l'agent A sont tangentes à celles de l'agent B. Étant donné une
situation initiale autre qu'un optimum de Pareto il existe toute une zone
d'échange favorable, i.e. qui augmente la préférence des deux agents et dans
cette zone une famille d'optima de Pareto, points où il n'est pas possible
d'augmenter la préférence d'un agent sans diminuer celle de l'autre.

2) la courbe de transformation

La courbe de transformation permet de faire le lien entre les facteurs et les biens.
Expliquons ce passage délicat. Elle représente les volumes maximum de biens A
et B que l’économie peut produire, pour une quantité donnée de facteurs K et L,
ainsi que pour un ensemble donné de connaissances technologiques (donc, entre
autres, pour des fonctions de production données).
Grâce à la courbe de contrats du producteur, on peut, pour chaque niveau de
production du bien A(matérialisé par une isoquante), déterminer la production
optimale de biens B
La courbe de transformation est souvent appelée « frontière des possibilités de
production » (FPP). Une économie efficace, au sens de Pareto, se situe toujours sur
sa FPP. En effet, l’efficacité est atteinte quand l’économie ne peut plus accroître la
production d’un bien sans restreindre celle d’un autre bien.

À partir de cette courbe, on définit le taux marginal de transformation entre les


biens A et B (TMTAB) . Il mesure le nombre d’unités du bien B auquel
l’économie doit renoncer lorsqu’elle désire obtenir une unité supplémentaire du
bien A. Au point N, le TMT est égal à la valeur absolue de la pente de la
tangente en N à la FPP. Cette « transformation » entre biens n’est possible que
dans la mesure où les facteurs de production peuvent être réaffectés afin de
produire un peu moins d’un bien et un peu plus de l’autre. Or le coût d’une unité
supplémentaire de bien A est égal au coût marginal de A. De même, le gain lié à
la production d’une unité de bien B en moins correspond au coût marginal de B.
Par conséquent, le TMTAB peut s’écrire :
Partie 2 : efficience économique et équilibre général

Chapitre 1 : efficience économique et analyse de l’hypothèse


d’EUGENE FAMA.

Avant d’aborder cette partie on doit tout d’abord distinguer entre l’efficience et
l’efficacité

-Le terme "efficacité" est utilisé pour désigner le résultat attendu, il s'agit de la
capacité à arriver au résultat en fonction des objectifs fixés.

-Le terme "efficience" qui est l'aboutissement au résultat, à l'objectif, grâce à


l'optimisation des ressources utilisées.

1) Efficience économique :

Pour traiter le lien entre équilibre général et l’efficience économique, il faut


savoir que signifie la notion d’efficience économique.

L'efficience économique met en relation les résultats atteints avec les ressources
financières utilisées. Elle se mesure différemment selon la nature du projet : elle
peut être évaluée en termes monétaires (par exemple en flux de trésorerie), ou
bien selon un indicateur non-financier (par exemple en bien-être collectif). Il
existe plusieurs formes d’efficience dont les trois plus utilisées sont :

-l’efficience technique

-l’efficience allocative ou de prix

- l’efficience économique
- L’efficience technique : indique dans quelle mesure une institution utilise de
manière optimale les ressources physiques à disposition pour un niveau donné
de production. Plusieurs institutions seront comparées les unes aux autres et, à
partir de l’ensemble des observations, il sera possible d’établir une frontière
d’efficience (courbe B d’isoproduits sur le graphique). Les établissements situés
sur cette frontière seront considérés comme techniquement efficients (A et J sur
le graphique).

L’efficience allocatives : consiste à déterminer le coût de production total


d’une firme ,puis à situer ce coût total par rapport à l’efficience technique.
L’écart entre le coût total de production et l’efficience technique fournit une
indication de l’inefficience d’un établissement, dont l’origine réside dans une
combinaison inadéquate des facteurs de production eu égard à leurs coûts (par
exemple sur le graphique l’écart entre A et A1).
L’efficience économique : prend simultanément en compte les efficiences
technique et allocative ; lorsque ces deux efficiences se recoupent,
l’établissement est économiquement efficient. Sur le graphique, il apparaît que
l’établissement J est économiquement efficient, alors que l’établissement A
pourrait fonctionner avec un nombre réduit de personnel et plus d’ordinateurs de
manière à être économiquement efficient.
2) L’hypothèse de l’efficience des marchés :

L'hypothèse d'efficience du marché a été développée par Eugène Fama entre les
années 50 et 60. Cette hypothèse part du principe que lorsqu'un marché est
suffisamment développé et que les informations sur ce dernier sont connues par
tous les acteurs, ces derniers étant rationnels, réagissent presque instantanément
et de façon correcte.

Cette théorie induit que si le marché est efficient, aucun investisseur ne peut
réussir à obtenir un profit anormal sur le marché pour un certain niveau de
risque donné. Sur le long terme, "battre le marché " est donc impossible. Le prix
d'un actif est donc égal à sa valeur théorique. La surévaluation ou sous-
évaluation d'actif est donc impossible dans un marché efficient.

Fama distingue 3 formes d'efficience, classées en fonction de la capacité des


agents à se procurer les informations sur le marché :

-La forme faible d'efficience :

Avec une efficience de marché faible, la seule variable expliquant le cours actuel
ou futur d'un actif est l'historique des cours de cette action. On ne peut donc pas
utiliser le passé des performances d'une action pour prévoir son cours futur.
L'analyse chartiste devient donc inutile pour tirer un profit. Si l'ensemble des
informations passées est déjà pris en compte par le prix actuel d'un actif, il est
alors inutile de les réutiliser pour faire des prévisions sur sa variation future.

-La forme semi-forte d'efficience :

Cette forme d'efficience implique que toute l'information publique (fusions,


annonce de dividendes, licenciements, résultats annuels,...) est incorporée dans
l'ensemble des informations. On peut valider l'hypothèse d'une semi-forte
efficience quand le prix d'un actif fluctue instantanément à l'annonce d'une
information publique. Dans ce type de marché, il est inutile de faire des
prévisions se basant sur des informations déjà publiées, même récemment,
puisque ces dernières sont déjà prises en compte dans le prix de l'actif.

-La forme forte d'efficience :

Dans un marché à forte efficience, en plus du fait que l'ensemble des


informations des deux autres formes sont incorporées dans le prix actuel d'un
actif (Informations publiques et performances passées de l'actif), toutes les
informations privées sont connues par l'ensemble des acteurs et donc également
incorporées dans les prix des actifs. Le délit d'initié devient donc impossible.
Avec une forme forte d'efficience il n'est pas possible de réaliser des profits car
il est impossible de prévoir les cours futurs.

Citation d'Eugène Fama sur l'efficience des marchés :

« Un marché dans lequel les prix reflètent totalement et constamment toute


l'information disponible est appelé marché « efficient ».

Chapitre 2 : la fonction de production efficiente.

L’entreprise fabrique un bien x. Pour ce faire, elle utilise deux facteurs de


productions, que sont le capital k et le travail l.

1)La fonction de production totale : définition et évolution

 Définition de la fonction de production total : la fonction de production


total est la relation entre x d’une part (l’output) et k et l d’autres part (les
inputs). On peut écrire cette fonction :

X= f (k, l)

 L’évolution de la fonction de production : cette fonction est d’abord


croissante à un rythme décroissant ; elle atteint un maximum puis décroit.
Il est légitime qu’un usage plus important du travail et/ou du capital fasse
augmenter la production. En première analyse, il ne sera pas rationnel de
pousser l’utilisation des facteurs de production
Au-delà du point maximum. En effet, quelle serait la logique d’un
producteur qui, lorsqu’il augmente ses facteurs de production, fait baisser
sa production ?
2) La fonction de productivité moyenne et marginale

 La fonction de productivité moyenne : la productivité moyenne est le


rapport entre l’output et l’un des inputs.
Raisonnant à partir de chacun des facteurs, il vient :
a- La productivité moyenne du travail

La productivité moyenne du travail est le rapport : Pm(l) = x/l

X est exprimé en nombre d’unités produites tandis qu’on choisit l’unité


avec laquelle on cherche à mesurer l (nombre d’heures, effectif de
salariés……). Dans ce dernier cas, on parle aussi de productivité par tête.
Elle s’interprète comme le nombre d’unités fabriquées par unité de travail.
Autrement dit, si on fabrique 100 unités avec 10 personnes, la
productivité par tête est de 10. Tout se passe comme si un homme
fabriquait 10 unités.

b- La productivité moyenne du capital

La productivité moyenne du capital s’écrit : Pm(k)= x/k

Elle s’interprète de façon analogue à la productivité moyenne du travail :


c’est le nombre d’unités fabriquées par unité de capital.

 La fonction de productivité marginale: La productivité marginale se


definit comme la variation de la production à la suite d’une variation
infinitésimale du facteur de production. Ainsi, elle s’interprète comme
l’augmentation de production consécutive à l’augmentation de l’usage
d’une quantité infinitésimale d’un des facteurs. La productivité marginale
du travail s’écrit apparait comme la production supplémentaire résultant
de la dernière unité de facteur utilisée.
Raisonnant à partir de chacun des facteurs, il vient :

a- La productivité marginale du travail :

la productivité marginale du travail s’écrit :


Pm(l)= dx/dl
Supposons qu’une entreprise produise 100 unités de biens avec 20
salariés. Elle recrute un salarié supplémentaire, de sorte que la production
passe 150. La productivité marginale du travail est de :

(150-100)(21-20)=50
On peut interpréter ce résultat comme la production supplémentaire (50
unité de biens) permise par le recrutement du salarié supplémentaire.

b- La productivité marginale du capital :

la productivité marginale du capital s’écrit :

Pm(k)=dx/dk

La phase de production efficiente

La phase de production efficiente est celle dans laquelle l’optimum du


producteur se trouve. Pour la déterminer, il convient de raisonner dans le cadre
de l’équilibre au sens de Pareto.

1)La productivité moyenne est d’abord croissante :

 La phase 1 : La productivité marginale est, elle aussi, croissante à un


rythme croissant

Le producteur a intérêt à faire augmenter k et l, dans la mesure où la


production augmente de plus en plus vite. Cette situation est donc sous-
optimale au sens de Pareto. Il n’y a en effet aucune raison, dans cette phase,
que le producteur décide de ne plus augmenter ses facteurs puisque, lorsqu’il
le fait, les productivités moyennes et marginales sont croissantes, ce qui
permet à la production d’augmenter de plus en plus vite.

 La phase 2 : La productivité marginale reste positive mais décroit

Puis, la productivité moyenne continue à augmenter, tandis que la


productivité marginale reste positive mais décroissante. Elle reste, de plus,
supérieure à la productivité moyenne, ce qui d’ailleurs, conduit cette dernière
à augmenter. Le producteur a toujours intérêt à poursuivre l’augmentation du
facteur puisque sa productivité moyenne augmente. Dans cette phase, la
situation reste sous optimale au sens de Pareto.

2)La productivité moyenne est ensuite décroissante :

 La phase 3 : La productivité marginale reste positive et poursuit son


rythme décroissant
La productivité moyenne atteint son maximum puis décroit tout en restant
positive. La productivité marginale quant à elle continue de décroitre.
Dans ce cas, le producteur doit se demander quand interrompre
l’augmentation de l’utilisation du facteur de production. C’est ainsi que
nous parlons de phase efficiente.

 La phase 4 : la productivité marginale devient négative


Enfin, si le producteur pousse l’utilisation du facteur, la productivité
marginale devient négative, ce qui est clairement irrationnel : le fait
d’augmenter la quantité de facteurs impliquerait une baisse de la
production.

La relation entre la productivité moyenne et la productivité marginale


‘On remarque que les productivités moyenne et marginales croissent,
atteint un maximum, est décroissent. La loi des rendements
décroissant est justement la zone dans la quelle l’usage d’une quantité
plus grande des facteurs conduits à faire baisser la productivité,
autrement dit à faire baisser le rendement’

Conclusion :
On peut dire que la théorie de l'équilibre général n'est pas une construction
idéologique au service du libéralisme. Elle constitue le cœur de la théorie
économique contemporaine. La représentation unifiée qu'elle offre des
mécanismes économiques lui donne un très large domaine de validité. Son
caractère rigoureux l'amène à mettre en évidence toutes les conditions requises
pour que ses résultats s'appliquent. Elle représente ainsi, en pratique, une
référence plutôt que le dernier mot de l'analyse économique. L'analyse des
obstacles à l'établissement d'un équilibre concurrentiel et des raisons qui peuvent
le rendre insatisfaisant est aussi importante que celle qui met en lumière les
forces poussant à l'équilibre. L'analyse des vertus, mais aussi des limites, du
système de marché constitue ainsi l'objet de la théorie de l'équilibre général.
Celle-ci peut donc justifier, selon les cas, l'intervention de l'État autant que des
solutions libérales reposant sur le laisser-faire.

La question qui se pose à propos de l’équilibre Walrassien est celle de


l’optimalité, est ce que l’équilibre général correspond à une situation optimale
du point de vue de l’affectation des ressources ?

Les difficultés du sujet justifient qu’une méthode souple et pragmatiques soit


adoptée, elle consiste pour l’essentiel en l’utilisation des modèles partiels
chaque fois que cela est possible mais dans un cadre logique.

 Bibliographie :
 Microéconomie, G. Abraham-Frois, Economica.
 Analyse microéconomique, J. Lecaillon Cujas.
 Découverte de la microéconomie, Cahiers Français, n°254.
 Microéconomie, Marc Montoussé, Isabelle Waquet, Bréal.

 Webliographie :
 http://microeconomie2.online.fr/tallon.pdf
 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bo%C3%AEte_d'Edgeworth
 http://stockage.univbrest.fr/~fdupont/deug_mass/cours2annee/files/chapitr
e1.pdf
 http://blog.georgeslane.fr/tag/boite%20d%20Edgeworth-Bowley
 https://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_d'indiff%C3%A9rence
 http://www.cairn.info/revue-economique-2006-5-page-983.htm
 http://www.unige.ch/fapse/erdie/files/7014/3315/5271/742003_4_efficien
ces.pdf
 https://www.andlil.com/definition-defficience-du-marche-130544.html
 https://fr.wikipedia.org/wiki/Efficience
 https://docassas.u-paris2.fr/nuxeo/site/esupversions/c51d2b4b-4981-4c62-
8531-285d0804dc05