Vous êtes sur la page 1sur 25

Droit et société

Le droit comme activité sociale : pour une approche wébérienne


des activités juridiques
Pierre Lascoumes, Évelyne Serverin

Citer ce document / Cite this document :

Lascoumes Pierre, Serverin Évelyne. Le droit comme activité sociale : pour une approche wébérienne des activités juridiques.
In: Droit et société, n°9, 1988. Max Weber. Réception, diffusion de sa sociologie du droit. pp. 165-187;

doi : https://doi.org/10.3406/dreso.1988.999

https://www.persee.fr/doc/dreso_0769-3362_1988_num_9_1_999

Fichier pdf généré le 15/05/2018


Abstract
French scholars and researchers on law are often unaware of Weber 's sociology of law. For them, this
book seems to be too historical, comparatist and theoritical also, they find it hard to relate it with
Gurvitch 's or Durkheim 's problematics. One of the biggest reproach, t'a the place given to the
dogmatical approach on law in Weber's analysis. Moreover, during the same time, no sociologist ever
tried to apply his comprehensive approach to legal practices. This paper emphasizes on the fact that it
is possible to use Weber's sociology of law in two ways : to overtake internal/external point of view
dispute, wich often opposes lawyers and sociologists, and, also, to analyse legal activities as social
interactions.

Résumé
La sociologie du droit de Max Weber est encore très mal connue des spécialistes français. Trop
historique, trop comparatiste, trop théorique aussi, elle s'inscrit mal dans les "écoles" françaises, que
ce soit celle de Gurvitch ou celle de Durkheim. On lui reproche surtout d'avoir trop respecté la science
juridique dogmatique. De plus, pendant longtemps, on n'a trop su comment appliquer au secteur
juridique sa sociologie compréhensive. Nous montrerons cependant que l'on trouve dans ses travaux
les instruments nécessaires pour, d'une part, dépasser la querelle des points de vue "interne/externe"
qui oppose encore souvent juristes et sociologues et, d'autre part, pour analyser les activités juridiques
en tant qu'interactions sociales.
Droit et Société N° 9, 1988

Le droit comme activité sociale : pour une approche

wébérienne des activités juridiques

Pierre LASCOUMES* - Evelyne SERVERIN**

SUMMARY

French scholars and researchers on law are often unaware of Weber 's sociology of law. For them, this book seems
to be too historical, comparatist and theoritical also, they find it hard to relate it with Gurvitch 's or Durkheim 's
probïematics. One of the biggest reproach, t'a the place given to the dogmatical approach on law in Weber's analysis.
Moreover, during the same time, no sociologist ever tried to apply his comprehensive approach to légal practices.
This paper emphasizes on the fact that it is possible to use Weber's sociology of law in two ways : to overtake
internai/external point of view dispute, wich often opposes lawyers and sociologists, and, also, to analyse légal
activities as social interactions.

RESUME

La sociologie du droit de Max Weber est encore très mal connue des spécialistes français. TVop historique, trop
comparatiste, trop théorique aussi, elle s'inscrit mal dans les "écoles" françaises, que ce soit celle de Gurvitch ou
celle de Durkheim. On lui reproche surtout d'avoir trop respecté la science juridique dogmatique. De plus, pendant
longtemps, on n'a trop su comment appliquer au secteur juridique sa sociologie comprehensive.
Nous montrerons cependant que l'on trouve dans ses travaux les instruments nécessaires pour, d'une part, dépasser
la querelle des points de vue "interne/externe" qui oppose encore souvent juristes et sociologues et, d'autre part,
pour analyser les activités juridiques en tant qu'interactions sociales.

La parution de la traduction française, si par le désintérêt des responsables des sciences


longtemps attendue, de la Sociologie du droit de Max juridiques françaises? On peut avancer sans grand
Weber(l), a été pour la revue Droit et risque d'être démenti qu'il s'agissait en quelque
Société l'occasion du numéro que nous présentons sorte d'un livre jusque là "inutile" .
aujourd'hui. Si cette publication a tant tardé est-ce
La position de M. Weber dans le champ
seulement pour des raisons éditoriales? Ne peut-on
intellectuel français a été longtemps marginale. Cet
également considérer que la méconnaissance
auteur a, en effet, été maintenu à distance. Ses
généralisée de cette partie de l'immense entreprise que
problématisations furent traitées comme si elles
constitue Economie et société(2), s'explique aussi
étaient dépourvues de pertinence particulière pour
nos débats. Dans le champ de la sociologie du droit
* Chargé de recherche au CNRS, GAPP, Paris 1, de tradition française, Weber a toujours été
France.
** Chargée de recherche au CNRS, CERCRID, "ailleurs", trop historien, trop comparatiste et trop
Université de Saint-Etienne, France. théoricien dans un milieu intellectuel davantage
166 DROIT ET SOCIETE

préoccupé de réforme sociale locale, plus ou moins de point d'appui à des approches fort différentes,
radicale. Un "autre", respectueusement encensé, évolutionnistes, critiques et récemment ethnomé-
certes, en quelques formules lapidaires, mais pour thodologiques.
mieux délaisser les questions qu'il introduisait et
J.G. Belley (5) analyse, quant à lui et toujours
qui n'étaient pas celles de notre tradition dans l'univers intellectuel anglo-saxon, la genèse et
intellectuelle. Des durkheimiens à la plupart des auteurs les transformations de la théorie des contrats
contemporains, cette attitude n'a cessé de se depuis Weber. Il montre comment la sociologie d'une
confirmer jusqu'à une période récente. Quels sont les
forme juridique, le contrat, a rejoint et s'est
fondements de cette sélectivité? Est-elle
développée dans le sens d'une sociologie des
actuellement en cours de modification? En réponse à quels professionnels du droit. C'est donc en tant qu'ensemble
besoins et dans quelle direction s'effectue-t-elle?
d'activités juridiques multiples que se trouve saisie
1 - Le problème ne se limite d'ailleurs pas à et renouvelée l'approche wébérienne des contrats.
l'Hexagone. Une partie importante du numéro que 2 - En ce qui concerne la France, le sort réservé
nous présentons, ici, est consacrée aux formes et aux travaux de Weber en général et à sa sociologie
aux problèmes de réception de Max Weber dans juridique en particulier est un bon indicateur des
le champ intellectuel allemand et nord-américain. luttes d'influence entre écoles rivales. M. Pollak (6)
L'article que H. Treiber(3) a réalisé sur la place présente de façon très synthétique les principaux
de Weber dans la sociologie du droit allemande moments et enjeux qui ont déterminé la réception,
contemporaine montre, à travers une longtemps distante, de cet auteur dans la
impressionnante recension de travaux, que cet auteur est sociologie française. Nous ferons quelques remarques sur
aussi bien considéré comme philosophe et la position tout aussi réservée des sociologues du
historien que comme sociologue et juriste. C'est droit. M. Pollak souligne que les durkheimiens ont
pourquoi sa sociologie du droit est toujours saisie à toujours été réticents vis-à-vis des approches wé-
travers de plus vastes contextes théoriques. Ce sont bériennes qui proposaient une analyse moins ho-
surtout les parties de son œuvre qui traitent des liste de l'action sociale et moins "impériale" du
processus de rationalisation et des fondements de système juridique. Ainsi, H. Lévy-Bruhl ne
la "modernité" (l'état des activités juridiques en consacre pas une seule ligne à M. Weber dans sa
étant un indicateur) qui nourrissent aujourd'hui la sociologie du droit, ni dans sa présentation des
recherche. fondateurs de la discipline (7), ni même lorsqu'il
effectue une "typologie provisoire des systèmes
La situation nord- américaine analysée par G.
juridiques" (8), alors qu'il se réfère à Kantorowitz et
Rocher (4) se présente sous un jour très différent.
à Ehrlich (9).
La place accordée à la sociologie du droit de
Weber ne se comprend qu'au regard de la place de cet La mise à distance de M. Weber par les
auteur dans la sociologie générale. Introduit par sociologues du droit français avait sans doute été
T. Parsons qui s'y réfère à l'appui de sa théorie amorcée par Gurvitch qui, dans ses Eléments de
"structuralo-fonctionnaliste" , Weber est resté, sociologie juridique, effectua une disqualification
depuis, très présent dans les analyses sociologiques et déférente mais, néanmoins, ferme de l'approche
socio-juridiques. Mais, selon les périodes, il a servi wébérienne (10). Celle-ci n'apporterait qu'une "lu-
PIERRE LASCOUMES & EVELYNE SERVERJN 167

mière relative" qui ne serait "pas d'un grand grand d'extériorité nécessaire à l'observateur des
secours pour la science du droit" (11). phénomènes juridiques. Mais le reproche de
Gurvitch est-il bien-fondé? Nous nous efforcerons de
Soucieux de démontrer l'utilité et la montrer que l'on trouve, précisément chez
spécificité de la sociologie juridique, Gurvitch donne pour Weber, la possibilité d'un dépassement de
projet, à celle-ci, la mise à jour de la vie réelle l'opposition "point de vue interne/externe" .
du droit et l'adaptation de la technique juridique
- Toujours selon le même auteur, l'objectif de
(souvent retardataire) à la réalité sociale multiple
Weber serait d'étudier les différentes
et mouvante. D'où deux grandes questions
systématisations des règles de droit ainsi que les différentes
permanentes dans ses travaux, celle de la
représentations d'un ordre légitime, afin
connaissance des sources et celle du changement des règles
d'étudier comment ces ensembles de normes se
de droit. Après avoir loué quelques qualités de
répercutent dans les conduites sociales. Il se
l'auteur allemand, en particulier sa rigueur
proposerait "l'étude de la mesure de la probabilité, des
méthodologique, il lui adresse deux compliments qui
chances, des conduites sociales d'après le schéma
sont peut-être à double sens. Il relève tout d'abord
sa "modestie" scientifique (son absence "d'esprit d'un système cohérent de règles, élaboré pour une
conquérant" puis sa contribution à la "bonne société donnée" (14). Weber appauvrirait
) artificiellement la réalité juridique en la réduisant
entente entre juriste et sociologue". Il est possible
exclusivement aux conduites "guidées par des règles
d'entendre, derrière ces éloges apparents, le
rigides et systématiques". Il négligerait alors les
reproche d'un manque d'ambition pour la discipline
"règles souples et trouvées ad hoc" qui donnent
et celui d'une connivence dangereuse (12).
son efficience réelle au droit et se manifestent dans
Relevons que les travaux de Weber sont mentionnés
"des faits normatifs source spontanée de la vie du
dès l'introduction où leur critique fait directement
droit" . Là encore, la critique nous semble peu rece-
suite à celles adressées aux positivistes et aux nor-
vable, même si elle est compréhensible du point de
mativistes. Dans un chapitre ultérieur consacré
aux "fondateurs" , Weber est très brièvement vue défendu par Gurvitch. Nous montrerons que
la sociologie compréhensive, au contraire, prend en
mentionné comme faire-valoir de Ehrlich : "on peut
compte la "découverte" des règles par les acteurs
considérer les conceptions de ce dernier comme
sociaux en situation.
une réponse par anticipation à la tendance de
Weber à subordonner la sociologie du droit aux
systématisations dogmatico-constructivistes des
juristes" (13).

La critique de Gurvitch se situe sur deux plans.


- Tout d'abord la discipline se trouverait placée
en position de domination. La sociologie du droit
de Weber présupposerait et se soumettrait à la
dogmatique juridique comme la sociologie de la
religion se soumet à la théologie. S'amorce là un
débat, depuis récurrent, sur le degré plus ou moins
168 DROIT ET SOCIETE

I - La sociologie compréhen- dans son ensemble, "comme un tout logique et


harmonieux" (19) et non les sociologues, car la
sive de Max Weber : le moyen
mission du juriste, "contrairement à celle du savant ou
d'un dépassement de de l'historien, n'est pas de constater et d'expliquer
des phénomènes, [mais] de construire les règles
l'alternative regard interne /regard
de conduite qui s'imposeront aux hommes" (20).
externe pour l'étude Dans ses termes originaires, comme dans sa
formulation moderne, la distinction droit/sociologie
sociologique du droit
désigne, plus qu'un point de vue différent, une
différence d'implication de l'observateur dans le
A. D'une querelle de frontières entre processus de création juridique.
juristes et sociologues . . . — En ce qui concerne les juristes dogmaticiens,
et selon leur propre jugement, cette participation
Une des distinctions les plus lourdes de est considérée comme très importante, que ce soit
conséquences pour le développement de la recherche pour la revendiquer (21), pour mettre en garde
juridique en France est celle qui sépare le domaine de contre ses excès (22), ou se borner à la constater
la dogmatique juridique et de la sociologie du droit, (23).
selon le critère de la plus ou moins grande - Le sociologue, à l'opposé, serait condamné à
"extériorité" du point de vue de l'observateur. Selon ne saisir que "l'apparence du droit" (24), ou
cette distinction, le droit dogmatique et la "certains phénomènes parallèles au droit" , mais qui ne
sociologie du droit s'opposeraient, non quant à leur objet, sont pas le droit lui même (25), car les "lois
mais sur leur point de vue, "le même objet que le d'évolution du droit ne peuvent être examinées par les
droit dogmatique analyse du dedans, la sociologie sociologues (...) qui ne disposent pas des
du droit l'observe[rait] du dehors" (15). Cette instruments de travail nécessaires" (26).
distinction est la conséquence des choix théoriques
effectués au début de ce siècle par les juristes qui Ainsi présentée, cette distinction interne/
ont influé sur la construction doctrinale du droit externe, qui oppose juristes et sociologues, pourrait
en France - Gény, Saleilles, Lambert, Hauriou -, n'être qu'un avatar de ces querelles de frontières
selon lesquels le droit positif devait être qui traduisent la volonté de maîtrise des
envisagé comme une science sociale (16) : cette science professionnels sur un champ disciplinaire donné (27),
consiste à "adapter le droit à la vie, par la sociologie du droit constituant un champ de
l'établissement de constructions juridiques qui sont la pouvoir entre le droit et la sociologie (28). Cette
interprétation, qui veut expliquer les "causes" du
mise en forme positive d'idées rationnelles tirées
du point de vue social" (17), cette tâche de clivage, n'en précise pas pour autant la portée.
construction devant "être l'œuvre de ce qu'on appelle En effet, cette division des tâches a pour
en France la doctrine, par opposition à la résultat principal de limiter l'investigation sur le droit,
jurisprudence, c'est-à-dire, en fait, l'œuvre des professeurs y compris pour les juristes eux-mêmes, qui se
de droit" (18). Ce sont les professeurs de droit qui privent des instruments méthodologiques nécessaires
se sont vu attribuer la charge d'étudier le droit à l'étude du changement du droit. Cette limitation
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 169

méthodologique a pu être revendiquée comme une l'observateur quant aux jugements de valeur qu'il
spécificité du juriste, qui n'aurait pas à être lié à émet sur les règles qu'il observe (32). En
l'utilisation d'une méthode scientifique, mais application de cette distinction ainsi entendue, il est
devrait se conformer à l'objet étudié (29). possible d'écrire, à l'inverse de ce qui a été exposé
En définissant son propre regard comme regard plus haut, que "la dogmatique juridique développe
interne, toujours - déjà - pris à l'intérieur de son un point de vue externe descriptif, rendant compte
du point de vue interne des sujets" (33).
système juridique, le juriste perd sa dimension
d'observateur de ce système, ce qui l'empêche de Mais c'est surtout la référence à Max Weber
"construire" son champ d'observation : la manière qui nous permet d'effectuer ce dépassement, en
dont il sélectionne les règles à étudier, abordant la question centrale des formes et du
l'interprétation qu'il en donne, la dimension plus ou moins degré d'implication du chercheur dans l'étude du
conflictuelle du secteur qu'il étudie, bref, la droit qu'il prend pour objet. Par la définition qu'il
manière dont il "construit" la positivité du droit, donne de la distinction entre dogmatique et
risque de lui échapper, comme elle échappera au sociologie juridique, Weber déplace la ligne de
sociologue, à qui une telle recherche est interdite; partage, en la faisant passer non entre
tous ces aspects constituent le point aveugle de professionnels, juristes ou non-juristes, et selon un rapport
l'ensemble du système de connaissance du droit. interne/externe, mais entre les types de sens
Cette lacune est aujourd'hui perçue, tant par les visés par l'une et l'autre des pratiques : "quand
juristes-universitaires, qui veulent alors on parle de 'droit', d"ordre juridique', de règles
rétrospectivement donner un fondement épistémologique de 'droit', on doit être particulièrement attentif à
à l'activité de connaissance des juristes (30) que distinguer les points de vue juridique et
par les sociologues, qui revendiquent alors la sociologique. Le juriste se demande ce qui a valeur de
maîtrise de la connaissance des méthodes du droit, en droit du point de vue des idées, c'est-à-dire qu'il
raison de l'inaptitude des intéressés à y procéder s'agit pour lui de savoir quelle est la signification,
eux-mêmes (31). autrement dit, le sens normatif qu'il faut attribuer
logiquement à une certaine construction de
langage donnée comme norme de droit. Le sociologue
B. Vers la définition de l'objet de la se demande en revanche ce qu'il en advient en fait
recherche en droit dans la communauté (34)". Ainsi que le précise
J. Freund, dans le projet de Max Weber, "la
Le nécessaire dépassement de ces querelles de sociologie juridique a pour objet de comprendre le
légitimité est difficile à réaliser si l'on demeure à comportement significatif des membres d'un
l'intérieur de la tradition socio-juridique française. On groupement relativement aux lois en vigueur, et de
pourrait alors se référer aux définitions du droit déterminer le sens de la croyance en leur validité,
proposées par la tradition anglo-saxonne. En ou en l'ordre qu'elles ont établi (35)" . Le dogma-
effet cette querelle n'existe pas chez les juristes qui ticien se borne au sens actuel du droit en vigueur
relèvent de celle-ci : la distinction interne/externe à un moment donné. Mais dès lors qu'il s'agit de
ne désigne pas une ligne de partage entre juristes saisir les transformations du droit, et d'en
et sociologues, mais une différence de position de rechercher les causes, il est nécessaire d'adopter une po-
170 DROIT ET SOCIETE

sition de sociologie compréhensive, qui consiste à D'un autre côté, les philosophes juristes ont été
rechercher, par interprétation, le sens et les nombreux à relever, en même temps que
valeurs donnés aux règles par les agents au cours de l'importante culture juridique de M. Weber, une tendance
leurs activités concrètes : le projet sociologique est à prendre le droit comme un donné, un déjà-là,
alors identique aux programmes d'étude "interne" indépendamment de toute activité humaine. La
du droit tracés par les juristes français. critique la plus développée se trouve chez N. Pou-
lantzas, qui reproche à M. Weber "d'avoir
La position sociologique ne se caractérise donc
nullement par une "extériorité" par rapport au considéré les valeurs juridiques sur le plan
sociologique dans leur caractère de faits sociaux déjà là,
système juridique, mais au contraire par une saisie
en tant que droit positif effectivement existant,
des règles qui le constituent, comme objet des
donnant quelques chances d'influencer les
aspirations, interprétations, et croyances des sujets.
activités des sujets historiques qui lui sont soumis" (38),
Cette saisie se manifeste clairement lors de la sans s'expliquer sur les "évaluations" (du
construction des "types idéaux" , qui consiste pour législateur, du juge) qui sont à leur origine (39). Le
le chercheur à systématiser des traits de dépassement de cette limite de 1' "évaluation" du
l'organisation juridique, reconnus comme valables à un droit passe par "l'engagement normatif du
moment donné, pour les constituer en objet chercheur au phénomène qu'il étudie dans sa totalité"
observable. (40), ce qui signifie, non que le chercheur doive
Le chercheur se trouve donc amené à choisir, "juger" le droit qu'il observe, mais qu'il doit
sélectionner les éléments d'un système juridique, "indiquer l'importance que revêtent pour lui certains
ce qui suppose de sa part une grande familiarité 'traits' caractéristiques du phénomène qu'il
avec ce système. L'importance de cette connivence étudie, par rapport à l'importance qu'ils revêtaient
de l'observateur avec le système qu'il étudie génère pour les sujets- acteurs de ce phénomène" (41).
ses propres risques, qui sont de deux ordres :
A défaut d'adopter cette "position normative",
- le risque d'obscurité pour le non-spécialiste, il ne saurait y avoir "ni centre d'intérêt, ni
dû à l'absence de précisions données sur les règles sélection raisonnable des thèmes, ni principe de
et principes juridiques, supposés connus; discrimination entre les faits pertinents ou non. Par
- le risque de "réification" du droit étudié, que rapport aux valeurs, l'objet des sciences sociales
l'on aura tendance à prendre comme un donné, émerge du marécage ou de l'océan des faits (42)".
sans s'expliquer sur le choix des traits pertinents Ce dépassement nous paraît essentiel pour
à retenir pour le caractériser. permettre l'achèvement de la sociologie juridique de
Les commentateurs de Max Weber ont ainsi pu M. Weber : le juridique ne peut jamais être
souligner le caractère hautement technique voire considéré comme un donné, ni lorsqu'il est un élément
obscur de sa Rechtssoziologie (36), et même lui d'une analyse sociologique, ni en tant qu'objet de
reprocher d'être "allé trop loin dans ses la recherche juridique positive. Cette critique
concessions aux sciences dogmatico-normatives" (37) et rejoint ici celle adressée précédemment aux
y voient une raison du désintérêt des sociologues théoriciens du droit, qui considèrent un observateur logé
pour cette partie de son œuvre. à l'intérieur de son propre système, lequel n'aurait
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 171

pas à définir l'ordre juridique qui lui sert de vation. Cette définition fondamentale du cadre de
référence. A ces questions de méthode, la sociologie ne connaissance est opérée le plus souvent de façon
peut, quant à elle, se dérober, et la sociologie com- implicite, soit par référence aux traditions
préhensive nous donne les moyens d'y répondre en nationales de la discipline, soit par emprunt aux
fournissant le concept de "situation d'action". méthodes d'autres sociologies spécialisées. Durant les
années soixante-dix prédominait en France, dans
notre secteur, l'adoption d'un point de vue
II — Situation d'action et d'extériorité totale du chercheur, opérant
principalement par enquête quantitative (questionnaires,
mobilisation du droit exploitation secondaire de statistiques d'activité
judiciaire) et, secondairement, par enquête
C'est à l'occasion de travaux de recherche qualitative (entretiens). Un tel cadre d'observation
comportant des phases empiriques que nous avons été suscitait et reproduisait des problématiques de "la
amenés à reprendre et à travailler certains modes mesure", centrées d'une part sur les modes de
d'approche du droit développés par Weber. Non connaissance et de représentation du droit et, d'autre
pas que cet auteur ait formulé des propositions part, sur l'appréciation des degrés et des formes
concrètes, théoriques ou méthodologiques, pour la d'effectivité/ineffectivité du droit (43).
réalisation d'enquêtes de terrain. Tous les
spécialistes s'accordent pour voir essentiellement en lui Après avoir pris conscience de certaines
un producteur de concepts et d'hypothèses basées limitations propres à ce type d'approche, nous nous
sur sa connaissance encyclopédique de l'histoire sommes efforcés de développer une perspective qui
économique et politique des grandes civilisations. s'attache plus aux faires qu'aux dires et qui soit
Toutefois, si l'on sait bien que Weber n'était pas plus à même de prendre en compte de l'intérieur
un positiviste dans ses propres démarches de la spécificité des objets et enjeux juridiques. Ceci
recherche, il n'en a pas moins, selon nous, élaboré nous a conduits à nous intéresser à la mise en
un cadre épistémologique original pour l'analyse œuvre du droit, telle qu'elle est effectuée par les
des activités juridiques. C'est ce point de vue que acteurs sociaux spécialistes aussi bien que non-
nous allons maintenant expliciter. spécialistes (44) Notre attention s'est ainsi portée
sur les processus d'application du droit, c'est-à-
dire sur l'analyse des pratiques sociales s'appuyant
A — Droit et activité sociale sur un cadre juridique et visant une prévention
ou une régulation des conflits entre particuliers ou
Une des premières questions qui se pose à tout avec la puissance publique. Dans cette
chercheur en matière de sociologie du droit est perspective, nous avons été amenés à redéfinir notre cadre
la suivante : comment le droit informe-t-il le d'observation et nous l'avons fait en nous basant
social? Comment observer la présence et les effets sur la notion wébérienne de situation d'action.
des règles juridiques sur les rapports sociaux? Le
problème est d'abord méthodologique, dans la C'est à travers la recherche du sens de l'activité
mesure où il s'agit, avant tout, de préciser le lieu et sociale que Weber définit le projet de sa
le point de vue à partir duquel s'effectuera sociologie (45). Cette recherche s'effectue en trois temps,
172 DROIT ET SOCIETE

comprendre (c.a.d. saisir les significations), Dans différents passages de Economie et


interpréter (c.a.d. organiser en concepts le sens Société, Weber aborde plus directement la question des
subjectif), expliquer (c.a.d. mettre à jour les régularités rapports juridiques. Nous nous référerons surtout
des conduites) (46). En s'attachant ainsi aux aux deux premières sections du chapitre "Les
activités sociales, il ne cherche pas à en apprécier la relations fondamentales entre l'économie et
justesse ou l'opportunité, mais à comprendre par l'organisation sociale" qui sont consacrées à "Ordre
interprétation comment les hommes créent, juridique et ordre économique" et "Ordre juridique,
utilisent, évaluent et transforment les relations convention et coutume" (49). Contrairement à
sociales. Son objectif principal est de préciser les ses grands contemporains et aux fondateurs en
valeurs qui se trouvent en jeu au cours de telle ou titre de la sociologie du droit, Weber n'envisage
telle activité sociale, plutôt que d'apprécier et de pas d'abord le droit sous l'angle récurrent de ses
juger celles-ci selon des principes éthiques. Si le sources, mais sous celui des activités d'énoncia-
politique agit par "jugement de valeurs", le tion, de différenciation interne et de mise en œuvre
scientifique procède par "rapport aux valeurs", c'est- auxquelles il donne lieu. C'est en tant que pratique
à-dire selon un procédé de sélection et morale et politique que Weber saisit le droit au
d'organisation inspiré du positivisme scientifique (47). On sein de son vaste projet de sociologie économique
peut dire, selon la proposition de P. Pharo, qu'il et culturelle. La question centrale de la
s'agit alors de reconstituer "le sens endogène de rationalisation du droit est dans cette perspective moins
l'activité sociale" (48). Les significations produites un indicateur d'un degré plus ou moins grand
par les acteurs concernés ont donc, ici, au moins d'évolution des civilisations qu'un indicateur de
autant d'importance que l'explication du l'influence des activités politiques, religieuses et
phénomène social en cause par des lois générales. Ceci économiques sur les formes juridiques, influences
est déterminant dans l'analyse wébérienne de relayées et soutenues par celle des professionnels
l'action sociale, dans la mesure où c'est là qu'il situe du droit.
le critère de socialité des actions humaines. Du fait On peut donc considérer que Weber envisage
de la signification subjective que les individus les activités juridiques sous deux angles
agissant y attachent, l'action tient compte du principaux. Tout d'abord en tant qu'activité sociale
comportement des autres et en est affectée en retour. générale, action humaine parmi d'autres, les règles
Weber ne néglige pas pour autant les régularités donnant lieu à compréhension, interprétation et
observables dans les rapports sociaux. Elles influençant les conduites. D'autre part, en tant
peuvent provenir d'une lente accoutumance (la qu'activité professionnelle, le travail des juristes
coutume, les mœurs), mais elles peuvent aussi reposer déterminant en grande partie les types de pensée
sur des facteurs complémentaires (la convention et juridique à travers leurs activités de consultation
le droit). Comme chez Durkheim, c'est la nature et d'enseignement (50). Nous nous intéresserons,
de la sanction qui permet de différencier entre elles ici, au premier type d'approche centré sur
ces sources de l'ordre légitime, mais il n'y voit pas l'analyse des conduites d'application du droit. Sous cet
par contre un système de contrainte. Ce sont angle, "l'ordre juridique" est envisagé par Weber
davantage des modèles de référence pour l'action que non comme un ensemble d'impératifs mais comme
des impératifs. un ensemble de ressources : "un complexe de mo-
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 173

tifs agissant sur l'activité humaine" (51). "Ce qui seule, ni la principale. C'est un des référents sur
détermine la 'validité' d'une prescription, ce n'est la base desquels se construisent les interactions,
pas le fait qu'elle soit 'observée', mais le fait que actions et représentations. Weber souligne ainsi,
certaines activités soient 'orientées' en fonction de façon totalement originale pour son époque,
d'elle" (52). Weber ne se limite pas à la prise le rapport actif entretenu par les acteurs sociaux
en compte des règles ayant un caractère étatique, avec les dispositions juridiques. Ce qu'il lui semble
il envisage également, indépendamment de leur important de relever, ce n'est ni l'évaluation du
source, toutes celles qui ont "'un effet appréciable' degré plus ou moins grand de connaissance des
sur la société" (règles professionnelles, de règles, ni la mesure de leur degré de réalisation
groupements privés, etc.) (53). pratique, ni enfin l'appréciation des effets
produits. Ce qui retient son attention ce sont les
Un exemple permettra de mieux cerner le point activités développées par les acteurs en situation,
de vue sous lequel Weber considère les activités activités structurées, entre autres, par les règles
sociales générales qui se développent sur la base des juridiques. C'est pourquoi nous considérons que
normes juridiques. Dans son ouvrage, il analyse un Weber est un des principaux auteurs qui incite à
jeu de cartes allemand, le Skat, et expose deux envisager le droit, non comme un système
approches possibles (cf. thèse de Grosclaude, op. cit. d'impératifs sanctionnés, déterminant de l'extérieur les
note 1, p. 36). Si l'observateur est juriste, il comportements des acteurs sociaux, mais comme
s'intéressera aux règles du jeu abstraites, aux parties un système de ressources mobilisables selon les
telles qu'elles devraient s'accomplir. Par contre, si intérêts et les pouvoirs en cause. C'est ce point que
l'observateur est sociologue, il s'intéressera, dit- nous allons maintenant développer, après avoir
il, au jeu hic et nunc, aux parties telles qu'elles effectué une dernière remarque.
s'accomplissent . Il considérera les règles quant à
leur influence sur tel ou tel acteur, telle ou telle
partie. Les règles sont considérées comme ayant
une existence sociale indépendante de leur degré Notons, avant de poursuivre, une importante
de réalisation. Elle sont en vigueur, même si tous restriction dans la métaphore du jeu telle qu'elle
est utilisée par Weber. Celle-ci présuppose en
les joueurs trichent, dans la mesure où leur
conduite est déterminée par la croyance qu'au moins effet deux éléments très limitatifs : d'une part les
un des autres partenaires se conforme aux règles. règles sont ici en nombre fini, d'autre part elles
L'accent est ainsi mis sur les conduites en sont supposées connues de tous les acteurs
impliqués. Or ces deux conditions sont loin d'être
situation, sur les actions et significations que les sujets
donnent à la norme, sur le droit en activité. remplies dans de nombreuses interactions sociales
objets des recherches entreprises. Les règles
L'intérêt majeur de cet exemple est de mettre impliquées dans les situations sociales doivent alors être
en évidence le fait que dans l'appréhension d'une mises en évidence par le chercheur. Cette mise en
situation sociale donnée, le droit (entendu comme évidence du cadre juridique des interactions est
l'ensemble du système de règles en vigueur) est une opération déterminante, un préalable
une des dimensions à partir desquelles indispensable à l'analyse des modalités sociales de
s'organisent les comportements observables. Ce n'est ni la mobilisation des règles.
174 DROIT ET SOCIETE

B — Du droit imposé au droit mobilisé D'autre part, les notions d'enjeu et de situation
d'action deviennent centrales pour comprendre et
I - De la contrainte à l'action : interpréter les opérations juridiques menées par les
acteurs.
Comme en témoigne son étymologie, le terme droit
renvoie dans notre culture à l'idée de direction Pour préciser ce point de vue on peut
donnée, voire de commandement (54). Le développer une analogie avec les activités linguistiques. Ce
processus d'application du droit a très tôt été perçu qui nous intéresse, c'est moins la "langue" (un
comme un système d'imposition opérant de certain état des règles linguistiques ou juridiques) que
les "paroles" (les activités langagières et juridiques
l'extérieur vers l'intérieur (plus ou moins conscient)
des sujets, comme une contrainte agissant par la concrètes) ainsi que les conditions qui
force ou l'habitude sur les activités sociales. Pris déterminent les formes et les conditions de ces dernières.
dans ce rapport de détermination et d'autorité, Plus précisément encore, il s'agit d'envisager les
les acteurs, individuels ou collectifs, sont modalités réciproques de passage de la langue à
considérés comme ayant une attitude la parole. Nous nous proposons donc d'étudier le
fondamentalement passive vis-à-vis des règles juridiques. Seuls droit, non comme il se pense mais comme il "se
les professionnels, conseillers, défenseurs et parle", comme il est agi, en nous interrogeant sur
magistrats sont observés comme sujets actifs vis-à-vis les déterminations et les modalités de cette
des normes légales à travers leurs activités de actualisation des compétences différentielles des acteurs
qualification et d'interprétation. Quant aux citoyens sociaux (55). On privilégie ainsi l'observation de
non-spécialistes, la part d'action qui leur est la dimension performative des activités juridiques.
reconnue n'est qu'une réaction : ignorer les règles, en La différence essentielle avec les approches
tout ou partie, résister à leurs ordres ou "autoritaires" réside dans le fait que l'on considère
contourner leurs impératifs. Le positivisme classique a ici que ce sont, en quelque sorte, les individus qui
ainsi conçu le droit comme une série de modèles disposent en premier lieu des règles. Ce sont eux
de comportement destinés à être socialement qui au départ formulent des demandes, exposent
réalisés. De là découle une conclusion récurrente dans des prétentions, qualifient des situations vécues et
beaucoup de travaux, à savoir l'existence d'un amorcent les conflits. Ce n'est, dans un second
décalage entre état du droit et état des mœurs et des temps, qu'à l'occasion de la reconstruction du
opinions, notation qui débouche fréquemment sur conflit en litige judiciaire que les professionnels du
des propositions de réforme législative. droit interviennent. Contrairement aux
Par contre, envisagé sous l'angle des activités perspectives habituelles qui placent dans leurs analyses
sociales, le rapport entre droit et société nous le juge "en majesté", on considère ici que c'est
semble pouvoir être considéré de façon très l'usager du droit qui se trouve au centre des
différente. Ceci implique tout d'abord de renoncer à activités juridiques et ceci indépendamment de toute
l'idée d'impératif et d'envisager le droit comme un connaissance juridique. Peu importe l'exactitude
système de potentialité à partir duquel se déploient de ses analyses en termes de droit et peu importe
des activités spécifiques de mobilisation des règles. le bien-fondé de ses prétentions, la vie du droit
II oriente les conduites, il ne les détermine pas. passe en premier lieu par ces revendications et ces
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERJN 175

demandes de règlement de conflits toujours d'une conception monologique du règlement des


particulières et dont les régularités n'apparaissent qu'à conflits. Le risque, en effet, est de partir d'une ca-
l'analyse. ractérisation a priori des situations conflictuelles
et de suivre les choix opérés en vue du
règlement en considérant que les acteurs se trouvent
2 — Une approche interactive
en quelque sorte enfermés dans des choix
Dans cette perspective d'analyse des activités exclusifs, des couloirs sans communication.
juridiques en termes de mobilisation du droit, deux - La seconde perspective, celle que nous avons
grandes conceptions peuvent être envisagées : retenue, peut être qualifiée d'interactive dans la
- la première peut être qualifiée de stratégique
mesure où elle considère, contrairement à la
dans la mesure où elle envisagerait le droit comme précédente, que les situations de qualification et de
un réservoir de modèles et d'instruments d'action, règlement n'enserrent pas les acteurs dans des
disponible pour chaque sujet pris isolément. La moules rigides, mais que les actions observables
question centrale serait celle du choix opéré par sont autant le produit des situations créées que
les acteurs entre tel et tel instrument et des des cadres préexistants. Le droit est alors envisagé
rationalités qui guideraient ses choix. On mettrait alors comme offrant des éléments (en nombre variable)
en relation les actions accomplies avec les modèles de définition du cadre d'une situation. Ce ne sont
offerts. La théorie de la rationalité limitée de H. pas les acteurs pris isolément qui vont construire
Simon (56) pourrait ici être utilisée dans la mesure le cadre d'un point de vue unilatéral, mais c'est
où l'on considérerait que chaque type d'acteur n'a le jeu interactif qui va faire que l'on se trouvera
pas accès à la totalité des ressources juridiques dans telle ou telle situation, cadrée à la fois au plan
théoriques, mais simplement à une partie d'entre juridique et sociologique. Nous nous appuyons ici
elles. Ce qui exigerait de raisonner non dans un sur les apports de l'ethnométhodologie (57) et la
absolu de liberté et de recherche d'optimisation section suivante sera consacrée à l'explication du
des gains, mais à l'intérieur de séquences propres modèle proposé.
aux situations envisagées. Cependant cette
perspective présente un certain nombre de limites. La conception implicite à beaucoup d'approches
On peut tout d'abord lui reprocher un certain fina- du rapport au droit ou au judiciaire peut être
lisme, l'observateur reconstruisant de l'extérieur et résumée par la formule : une demande + un juge + une
a posteriori une logique d'action. Dans ce sens on décision qui règle le tout. A bien observer et
présuppose que les options possibles et les critères analyser des situations de conflits et de règlements,
de choix préexistent aux situations de mobilisation on constate qu'il n'y a pas de rapport univoque
et sont clairement perceptibles. D'où le risque de entre droit et situation. Ce sont au contraire les
déboucher en conclusion sur de seules typologies situations d'action qui produisent les actions et
d'acteurs (plaideur/négociateur, conflictuel/ non un cadre formel prédéterminé. Dans des
conciliateur) ou des typologies de demandes situations conflictuelles apparemment similaires,
(indemnisation/restitution/ sanction). L'autre reproche différents travaux ont montré à quel point pouvaient
que l'on peut adresser à cette perspective est varier les formes juridiques mobilisées pour
celui d'une certaine linéarité. On peut parler aussi nommer le problème, mais aussi les formes de de-
176 DROIT ET SOCIETE

mandes, les voies procédurales suivies et les formes de modes de qualification et de voies de règlement
de règlement mises en œuvre. De plus ces travaux diversifiés. Le droit produit une diversité de
ont régulièrement montré la superposition et compétences et d'identités d'action.
l'enchevêtrement des instances négociatrices, - Toutefois, on ne peut considérer que cette
juridictionnelles et non-juridictionnelles (58). Dans cette diversité offre indifféremment les mêmes moyens à
perspective il s'agit toujours d'étudier comment tous les acteurs. Les ressources disponibles sont
se construisent et se résolvent les situations dépendantes des identités d'action. En fait, chaque
sociales dans lesquelles sont invoquées des catégories acteur entre en situation avec son corps de règles
(dénomination) et des procédures (voies de de référence. Ainsi, l'identité d'action d'une même
règlement) à caractère juridique, c'est-à-dire que les personne varie selon qu'elle s'adresse à sa
acteurs impliqués considèrent, à tort ou à raison, compagnie d'assurance, son employeur, sa caisse de
comme ayant un caractère juridique. Nous sécurité sociale ou porte plainte auprès d'un
proposerons pour terminer un modèle d'analyse à trois commissariat. D'autre part, propriétaires et locataires,
dimensions. employeurs et employés n'entrent pas dans le même
cadre d'action, chacun ayant des opportunités
spécifiques limitées. On retrouve ici une application
III - Un modèle d'analyse directe de la notion de "réalité multiple"
empruntée à Schûtz (60). Nous illustrerons les trois
interactive de la mobilisation du phases de notre modèle d'analyse à l'aide de deux
droit exemples :
- le premier exemple sera pris dans un secteur
La question qui se pose est la suivante : juridique en permanente évolution, le droit des
comment est construite une situation de mobilisation baux d'habitation. Nous procéderons par
du droit (situation entendue comme ensemble des comparaison entre deux états des relations juridiques
cadres d'action) (59)? Trois dimensions seront bailleur-locataire : celui qui résulte de
envisagées : l'application de la loi du 22 juin 1982 (dite "loi Quilliot"),
et celui qu'a instauré la loi du 23 décembre 1986
1. une situation est construite par étapes et (dite "loi Méhaignerie").
selon les ressources disponibles;
- Le deuxième exemple concerne un secteur qui
2. cette construction est interactive; met en jeu un grand nombre de dispositions,
concernant aussi bien des acteurs publics que des
3. elle est dynamique et créatrice de valeurs. acteurs privés, et par là source de situations
d'interaction diversifiées : le secteur des installations
classées (établissements industriels à risques).
A — Définition des éléments de la
situation : l'identité d'action Premier exemple : on considérera la relation
bailleur-locataire dans un de ses aspects les plus
- Il faut tout d'abord considérer qu'il y a pluralité conflictuels, celui de l'évolution du loyer, soit en
des ressources juridiques, c'est-à-dire co-existence cours de bail, soit après renouvellement. La loi du
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 177

22 juin 1982 plaçait cette évolution sous le par cette loi sont donc multiples et concurrentes,
contrôle d'instances extérieures, en introduisant la ce qui augmente l'imprévisibilité des relations
référence obligatoire à des taux de variation fixés en juridiques et les fait dépendre pour une large part
dehors de la volonté des parties. En cours de bail, de l'initiative des parties.
si le contrat de location prévoyait une révision du Deuxième exemple : considérons un industriel
loyer (a. 58), celle-ci devait s'établir en fonction auteur d'une pollution de cours d'eau, à la suite
de diverses références, soit les accords de d'un déversement accidentel de substance
modération conclus au sein de la commission nationale chimique (débordement d'une cuve). On peut voir
des rapports locatifs (a. 51 et 52), soit l'indice IN- tout de suite en lui un infracteur susceptible
SEE du coût de la construction. La situation était d'encourir une sanction si sa responsabilité est
identique en cas de renouvellement du bail, le prix démontrée. Mais ce point de vue est très partiel;
devant être fixé dans les mêmes limites que celles de plus l'observation de situations de règlement
prévues pour l'augmentation du loyer (a. 7). La dans des cas de ce type a montré que c'est le
relation bailleur-locataire n'était donc pas définie cadre le moins fréquemment utilisé (61). En fait
de façon purement interne, mais se trouvait cet industriel dispose au moins de deux identités
médiatisée par un ensemble de références communes d'action potentielles (62). Il est d'abord et avant
permettant d'établir un prix de manière objective. tout responsable d'un établissement relevant de
La loi du 23 décembre 1986 a transformé ces la législation sur les installations classées (loi du
figures de relation en introduisant plusieurs 19 juillet 76) et à ce titre il est engagé dans un
distinctions. Tout d'abord la situation de révision du rapport de surveillance administrative, son usine
loyer en cours de bail est distincte de sa fixation étant soumise à autorisation. Mais parallèlement
après renouvellement. Dans le premier cas, la à cette identité administrative, en tant qu'auteur
référence à un indice objectif est maintenue (a. 15, al. d'une pollution avérée, il se trouve visé par
4). Dans le second, les situations se diversifient. l'article 407 du Code rural (ex art. 434-1) qui
Pour un certain nombre de logements, le loyer incrimine directement tout auteur de dommage causé
pourra être librement établi entre les parties avec aux cours d'eaux où se pratique la pêche.
pour référence "les loyers habituellement constatés L'essentiel est ici de relever qu'il n'y a pas d'identité a
dans le voisinage au cours des trois dernières priori. Celle-ci va être produite dans un rapport
années" (a.21, a.30). Pour d'autres logements, interactif spécifique à la situation. Et les solutions
l'évolution du prix reste soumise à contrôle. Les loyers seront concrètement différentes selon que le
susceptibles d'être librement fixés concernent deux constat sera fait par la gendarmerie ou l'inspection des
types de logements. Pour les locaux installations classées (identité 1) ou bien par un
antérieurement soumis au régime des loyers libres, le garde-pêche ou, encore, la gendarmerie (identité
bailleur ne peut que proposer un nouveau prix, que le 2). Et identité différente signifiera le plus souvent
locataire peut accepter ou refuser (a. 21). Pour les forme de règlement différente.
logements soumis à la loi du 1er septembre 1948 et
classés dans certaines catégories, le bailleur peut
imposer le nouveau prix à défaut de contestation
par le locataire (a.31). Les identités d'action créées
178 DROIT ET SOCIETE

B — Production interactive des rigide dans lequel le bailleur fixait le prix tandis
situations d'action que le locataire était chargé d'en contrôler la
légalité. Dans ce cadre c'est toujours le locataire qui
L'entrée en situation d'action se produit de façon avait l'initiative de dénoncer les violations de la
interactive en fonction des différentes identités en règle : en cours de bail, si le loyer était
présence. Ce qui veut dire deux choses : d'une part, réévalué dans des conditions qui lui paraissaient non-
qu'il y a choix possible quant au mode d'entrée conformes aux dispositions légales, il devait
en situation (diversité de lieux et de procédures) , saisir la commission départementale des rapports
d'autre part que les voies de règlement possibles locatifs -CDRL- (a. 57). A l'expiration du bail, si
sont diverses. le bailleur proposait un prix qui lui semblait
dépasser les accords de modération (a.7 et 52 al. 1
Cela implique, d'un point de vue
combinés), ou les taux fixés par décret (a.7 et 56
méthodologique, que le chercheur doit préalablement
combinés), le locataire devait saisir la même
expliciter les différents types de règles mobilisables.
commission.
Il ne s'agit pas seulement de s'en tenir à celles
qui ont été invoquées par les acteurs eux-mêmes,
mais d'inventorier l'ensemble des règles Les situations d'action créées par la loi de 1986
pertinentes pour la situation observée et indispensables sont plus nombreuses et complexes. En cours de
à sa compréhension. Cette tâche d'inventaire ne bail, la situation est la même que sous l'empire
se limite pas à un enregistrement passif des règles de la loi Quilliot, à ceci près que la saisine de la
juridiques en vigueur : l'histoire de leur commission de conciliation n'est plus envisagée.
développement, l'économie des dispositions, les relations Le locataire qui entend se plaindre d'une évolution
entre corps de règles doivent être explicitées et illégale du loyer est renvoyé au droit commun,
évaluées en vue de leur constitution en outil sachant qu'en pratique les actions de ce type sont
d'analyse. Il n'existe pas de cadre juridique pertinent quasiment inexistantes (63). En cas de
a priori; celui-ci doit être construit selon chaque renouvellement, les situations d'action sont différentes pour
type de situation et l'observateur se doit l'a.21 et l'a.28. Dans le cas de l'a. 21, à défaut
d'expliciter les choix opérés lorsqu'il en fait. d'accord du locataire, c'est le bailleur qui doit
mener toute la procédure pour obtenir la fixation du
Si la situation d'action dépend des identités en loyer, d'abord devant la commission
présence, il faut aussitôt considérer qu'il y a de départementale de conciliation (ancienne CDRL), puis s'il y a
fortes inégalités entre les identités dans leur lieu devant le juge. Dans le cas de l'a.28, c'est au
capacité à produire des situations. La question est contraire au locataire à agir s'il veut empêcher la
alors de savoir qui peut faire quoi et vis-à-vis de mise en vigueur du nouveau prix en saisissant la
qui? même commission (a. 31.). Dans tous les cas, le
Premier exemple : les lois de 1982 et 1986 tableau des situations se complique par la possibilité
présentent une économie différente au regard du rôle pour une des parties de revendiquer l'application
des parties dans la définition des situations de tel ou tel régime et notamment pour le
d'action. Pour tout ce qui concerne la fixation des locataire de prétendre se trouver dans un des régimes
loyers, la loi de 1982 créait un cadre relativement où le rattrapage du loyer n'est pas autorisé.
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 179

Exemple 2 : la situation d'action dans ce cas de surtout, sur plainte). Celle-ci peut se situer aussi
pollution dépendra d'un éventuel constat de bien dans l'une que dans l'autre des deux
l'infraction et de la forme de celui-ci. Trois cas de hypothèses précédentes. Elle peut considérer qu'il s'agit
figure sont ici envisageables selon les d'abord d'un problème d'administration technique
confrontations d'identité. et saisir le service des installations classées. Même
• Première hypothèse : un inspecteur des si un PV est dressé, il sera conservé, dans l'attente
installations prévenu par l'industriel ou la gendarmerie de la décision de ce service. Elle peut aussi agir sur
se saisit du problème et envisage la situation dans un mode équivalent à celui du garde-pêche, son
le cadre de l'arrêté préfectoral d'autorisation qui action aura alors les mêmes conséquences.
fixe les conditions d'exploitation de l'entreprise. Il
appréciera la situation selon les obligations
figurant à l'arrêté, l'ancienneté de celui-ci, son C — Production interactive du
éventuelle actualisation etc. Ce sont deux identités déroulement des actions
administratives qui se rencontrent ici (celle d'un
fonctionnaire ayant certaines compétences et celle Deux points sont ici essentiels. Tout d'abord le fait
d'un administré soumis à certains engagements). que le droit aménage les conditions de l'échange
La mise en conformité de la situation problème, à l'intérieur de la situation créée par la
la remise en état et la prévention d'accidents confrontation d'identités. On n'échange pas de la même
ultérieurs seront alors au centre des échanges. Le façon des arguments et des propositions dans un
relevé formel d'une infraction par procès- verbal, rapport contractuel privé, dans une négociation
s'il reste toujours possible théoriquement, n'est en privée à caractère indemnitaire, devant une
fait envisageable que dans des situations très rares instance de conciliation, en audience de cabinet
de multi-récidives (64). devant un juge des enfants ou en audience publique
• Deuxième hypothèse : la pollution est constatée devant une chambre civile. Il importe alors de bien
par un garde-pêche. Un procès- verbal est saisir ce qui peut être demandé et accordé et de ne
systématiquement établi et transmis au procureur ainsi pas confondre les instances de règlement. D'autre
qu'à la fédération de pêche. La situation se part, il faut souligner que l'activité de règlement
construit alors sur la base de deux autres identités. est d'abord une série de situations de règlements.
Le garde agit sur la base de ses pouvoirs d'officier C'est donc à tort que l'on raisonne souvent
de police judiciaire et il s'adresse à l'industriel en uniquement sur la base d'une décision finale apparente.
tant qu'infracteur (identité 2). De plus, il suscite Celle-ci a pu être précédée d'autres règlements
l'intervention de deux nouveaux acteurs, le intermédiaires qui, pour être invisibles à
procureur et la fédération de pêche. Si l'appréciation l'observation grossière (statistiques de décisions judiciaires
de l'opportunité des poursuites appartient ou administratives), n'en ont pas moins été
légalement au premier, l'analyse des pratiques montre déterminants. Un retrait de plainte, un dessaisissement
qu'en fait c'est la fédération, intervenant ici à titre etc. peuvent recouvrir des accords dont on ne sait
de victime, qui détiendra désormais le rôle clé. rien au premier regard.
• Troisième hypothèse : le constat de la pollution Premier exemple : le changement introduit par
est effectué par la gendarmerie (d'initiative ou, la loi de 1986 est particulièrement sensible au ni-
180 DROIT ET SOCIETE

veau du déroulement des actions devant la missions qui fait suite à une désaffection quasi
commission de conciliation. Dans l'ancienne CDRL, totale dans l'ancienne formule; d'autre part,
pour tout ce qui concernait les augmentations de l'afflux des demandes portées devant les tribunaux
loyer, le locataire était en fait le seul demandeur d'instance depuis 1988, demandes qui ne peuvent,
alors que la loi prévoyait la possibilité de saisine en fait, émaner que du bailleur, le locataire ayant
par l'une ou l'autre des parties. L'objet de sa pour seule alternative d'accepter ou de refuser les
demande apparaissait également prédéterminé propositions formées au cours de l'audience de
puisqu'il ne pouvait que demander l'application en conciliation. On peut penser que dans des
sa faveur des dispositions limitant l'évolution des interactions de ce type, l'orientation de la discussion
loyers. Les observations du déroulement des se fera dans le sens bailleur-locataire. C'est en
interactions que nous avons effectuées ont montré une effet au bailleur de justifier qu'il est bien dans la
certaine rigidité des séquences d'action (65). Dans situation de demander une réévaluation du loyer,
une première phase le président de la commission et c'est également à lui de justifier le prix qu'il
examinait en légalité la situation des parties, demande en produisant les références des loyers
suivant en cela le schéma d'action tracé par les du voisinage. C'est ce qui résulte des termes de la
dispositions légales. Dans une seconde phase, qui circulaire du 22 juillet 1987 de l'ancien ministre
constituait la phase de négociation proprement dite, M. Méhaignerie qui demandait aux commissions
deux orientations différentes se faisaient jour : soit de contrôler les références fournies par les
le bailleur reconnaissait le bien-fondé de l'analyse demandeurs (66). La résistance passive constitue alors
proposée par le président et acceptait les pour le locataire le meilleur moyen d'obtenir le
modifications indiquées; soit il s'y opposait (parfois même loyer le plus bas possible. Cette attitude est
sans pouvoir justifier sa position) et c'était alors également conforme aux consignes données par les
du locataire qu'étaient attendues les concessions associations de consommateurs et de locataires.
sur le montant du loyer. Le paradoxe de cette Deuxième exemple : reprenons les deux
seconde séquence était qu'elle contraignait le principales hypothèses émises à propos des suites
locataire à renoncer à ses droits après une première possibles d'une affaire de pollution chimique.
phase au cours de laquelle ces mêmes droits lui • Dans la première hypothèse, même si l'auteur de
avaient été reconnus. Le schéma d'action la pollution est identifié et l'existence d'un
s'orientait donc d'abord du président vers le bailleur, dommage avérée, il est très probable qu'aucun
puis, s'il y avait lieu, de l'ensemble de la constat d'infraction ne sera réalisé. Nous sommes alors
commission vers le locataire. dans un registre de gestion des risques industriels
La compétence de la nouvelle commission est et de police administrative. L'objectif
telle qu'elle ne traite plus pour l'essentiel que des principalement poursuivi est de discipliner le comportement
affaires qui lui sont transmises par les bailleurs. des industriels et de les assujettir progressivement
Bien que son fonctionnement soit trop récent pour aux objectifs d'une moindre pollution. L'accident
que nous disposions d'informations sur le pollueur est ainsi principalement envisagé comme
déroulement des interactions, nous pouvons penser que un prétexte à régularisation et à prévention. Des
les bailleurs y sont très actifs. Deux indicateurs en objectifs techniques seront fixés, des travaux
attestent : tout d'abord, l'engorgement des envisagés, des délais de réalisation seront accordés,
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 181

des possibilités de financement par les agences de - La mobilisation de ces ressources n'est pas non
bassin seront évoquées. plus univoque, elle est liée au déroulement
• Dans la seconde hypothèse, bien que l'infraction interactif des actions. Dans une procédure de règlement
ait été constatée, l'on ne s'acheminera pas des conflits, on assiste moins à un affrontement de
automatiquement vers une sanction pénale. Cette stratégies fixées à l'avance qu'à une combinaison
situation ouvre en réalité une alternative entre la d'échanges produits par la confrontation des
sanction pénale et la transaction. L'identité de la parties et la médiation de tiers.
victime (ou plutôt, d'une des victimes) joue ici un
Ceci nous conduit à rappeler que la réduction
rôle central. Le parquet ne décidera rien en fait
des approches de sociologie compréhensive à un
sans l'avis de la fédération de pêche. Or, "individualisme méthodologique" est un point de
concrètement, ce qui intéresse celle-ci c'est, vue très partiel et qu'avec d'autres, nous ne
principalement, une indemnisation et secondairement une partageons pas (68). Il ne faut pas en effet confondre
remise en état des lieux. C'est pourquoi la
le découpage méthodologique de ce qui est
première voie de règlement qui sera envisagée sera de observable avec l'analyse qui en est faite. Si
type transactionnel. Ce n'est qu'en cas de refus l'observation des interactions sociales ne peut se
de cette procédure soit par Pinfracteur, soit par la pratiquer qu'à un niveau microsocial, le cadre d'analyse
victime, soit enfin par le parquet ou par le
reste, lui, macrosocial. En effet, ce qui est observé,
ministère de l'Agriculture (donnant un avis obligatoire)
ce n'est pas une série d'actions individuelles, plus
que l'on aboutira à des poursuites pénales (moins
ou moins bien agrégées entre elles, mais un
de 10% des dossiers) (67).
ensemble de ressources collectives différentiellement
Sur la base de ces analyses s'appuyant sur réparties.
l'approche wébérienne et la complétant dans certaines
Les activités de mobilisation du droit ne
de ses dimensions nous rappelerons, pour
relèvent pas plus d'un univers totalement
conclure, les principaux points dégagés qui
surdéterminé que de la seule spontanéité des relations ou
permettent de spécifier les relations existant entre droit
de la pure rationalité individuelle. Les dispositions
et pouvoir.
juridiques donnent la mesure de ce qui peut avoir
- La force d'un texte de loi, d'une règle juridique,
sens pour les parties. Les interactions concrètes
réside moins dans leur caractère impératif que
actualisent un ou plusieurs des sens possibles dans
dans la création d'identité d'action, la distribution
une situation considérée. Les conditions de la
de pouvoirs d'action et l'organisation de voies de
production du sens possible sont à éclairer par la
règlement qu'il effectue. Ils fonctionnent comme
connaissance des rapports de pouvoir qui font
un ensemble de ressources, répartissant des modes
prévaloir telle ou telle logique, déterminant les
de qualification des situations sociales et de
orientations de sens pour les différents acteurs.
résolution des conflits.
Durant le déroulement des actions, des choix décisifs
- Ces ressources ne sont pas individuelles, elles
s'opèrent ou s'imposent, interactivement, entre la
concernent des catégories abstraites d'acteurs,
pluralité des identités possibles et la pluralité des
dont l'identité n'est pas préexistante, mais se
configurations d'action.
forme dans les rapports interactifs spécifiques à
chaque situation d'action. En matière juridique, être en situation de
182 DROIT ET SOCIETE

pouvoir social, c'est garder ou détenir la maîtrise destement intitulée "Esquisse de sociologie
des règles qui vous sont applicables et des - économique" (Grundriss zur Sozialokono-
processus dans lesquels on se trouve impliqué. C'est- mie). Seuls les deux premiers tomes
à-dire, détenir une triple maîtrise : celle des parurent en 1914. M. Weber s'était réservé la
ressources juridiques existantes, celle des formes et réalisation du tome III, Economie et
des règles des jeux interactifs, celle des Société (Wirtschaft und Gesellschaft), qui ne fut
possibilités et limites des recours. Maîtriser le publié que par fragments. La Sociologie du
processus de mobilisation et d'application du droit, c'est droit composait le chapitre VIII de ce tome.
pouvoir connaître les ressources et les limites des Le manuscrit fut retrouvé aux USA en 1957
identités en jeu dans la situation (pas seulement et fut publié en Allemagne en 1960 par J.
la sienne, mais aussi celle de ses partenaires). Winckelmann, chez H. Luchterhand à Neu-
C'est aussi pouvoir penser l'enchaînement des wied.
situations. C'est enfin proposer des voies de
règlement adéquates à ses ressources et à ses objectifs. 2. M. Weber, Economie et société, Paris, Pion,
Inversement, être en position dominée, c'est se voir 1971.
imposer une identité d'action, demeurer sans prise
3. H. Treiber, "La place de Max Weber dans la
sur la définition de la situation, présenter des sociologie du droit allemande
demandes inadéquates et se laisser entraîner vers un
contemporaine", cf. article ci-après.
mode de règlement qui privilégie d'abord l'autre
partie. 4. G. Rocher, "La réception de l'œuvre de Max
Weber dans la sociologie du droit aux Etats-
Notes : Unis" , cf. article ci-après.

5. J.G. Belley, "Max Weber et la théorie du


1. M. Weber, Sociologie du droit, Paris, PUF,
droit des contrats", cf. article ci-après.
1986. Ce texte est, pour l'essentiel, la
reprise de la thèse, La sociologie du droit de 6. M. Pollak, "La place de Max Weber dans
Max Weber, soutenue en 1960 par J. Gros- le champ intellectuel français" , cf. article ci-
claude à l'Université de Strasbourg. Ce après.
travail comportait deux parties : la traduction
du texte de M. Weber, aujourd'hui publiée, 7. H. Lévy-Bruhl, Sociologie du droit, Paris,
précédée d'une présentation et d'un PUF, 1961, p. 93 s.
commentaire du texte beaucoup plus détaillés
que ceux de la présente édition. 8. op. cit. note 7 p. 116.
Quant au texte de M. Weber, il appartient
9. op. cit. note 7 p. 97.
à un ensemble très ambitieux qui occupa les
dix dernières années de sa vie et resta 10. G. Gurvitch, Eléments de sociologie
inachevé en raison de sa mort prématurée en 1920 juridique, Paris, Aubier-Montaigne, 1940.
(il était né en 1864). En 1909, il avait
accepté de coordonner une encyclopédie, 11. op. cit. note 10, p. 22.
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 183

12. op. cit. note 10, pp. 20-24 et 124-125. 1969, et plus spécialement aux pages 103 et
s.
13. op. cit. note 10, p. 12.
23. J. Carbonnier, Sociologie juridique, ibid, p.
14. op. cit. note 10, p. 12. 21, "le juriste dogmatique est, par
profession, logé à l'intérieur d'un système
15. J. Carbonnier, Sociologie juridique, Paris,
juridique, son système juridique national. Ne
Colin, 1972, p. 21.
fût-il que théoricien, il peut légitimement
16. Cf. l'étude comparative de R. Valeur, prétendre agir sur lui, car il en fait
préfacée par Ed. Lambert, L'enseignement partie, puisqu'il est un élément composant de
du droit comme science sociale et comme la doctrine".
science internationale, Lyon, 1928.
24. J. Carbonnier, ibid, p. 20.
17. R. Saleilles, "Droit civil et droit
25. H. Kelsen, Théorie pure du droit, 1ère éd.
comparé", Revue internationale de l'enseignement,
Neuchâtel, 1953, p. 83; 2ème éd. Eisenmann,
1911, T LXI, p. 20.
Dalloz, p. 142.
18. R. Valeur, préc, p. 14.
26. Ch. Atias, Epistémologie juridique, ibid, p.
19. R. Valeur, préc, p. 14. 60.

20. J. Dabin, La philosophie de l'ordre juridique 27. C'est ainsi que A. Bancaud et Y. Dezalay
positif, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1929, présentent la sociologie juridique, enjeu de
p. 134 et s. luttes entre juristes et sociologues, les
premiers dictant aux seconds les frontières de
21. Ainsi que le firent F. Geny et E. Lambert, leur discipline, dans une relation de
par l'intermédiaire des commentaires de concurrence. "La sociologie juridique comme enjeu
jurisprudence. Sur ce point, cf. E. Serverin, social et professionnel" , Revue
De la jurisprudence en droit privé. Théorie interdisciplinaire d'Etudes juridiques, 1984, 12, pp. 1-29.
d'une pratique, Ed. P.U.L., 1985, 1ère
partie, voir aujourd'hui pour une revendication 28. Cf. pour un essai de "pactisation" sur ce
de "l'étonnante supériorité des juristes", Ch. champ de luttes, J. Commaille et J.F. Per-
rin, "Le modèle de Janus de la sociologie du
Atias, Epistémologie juridique, PUF, 1985,
p. 89 et s. droit", Droit et Société, n°l, 1985, pp. 95-
109. Le premier, sociologue, et le second,
22. Cf. la querelle de la "normativité" de la juriste, s'entendent pour donner à la sociologie
science juridique et la distinction entre la du droit le monopole de la recherche dans
science qui "étudie" les normes, et la science certains secteurs. Voir également le point de
qui crée les normes. Sur cette question, on vue "externe modéré" prôné par F. Ost, in
se reportera à G. Kalinowski, Querelle de la "Dogmatique juridique et science
science normative, Paris, L.G.D.J., Vol. X, interdisciplinaire" .
184 DROIT ET SOCIETE

29. J. Dabin, La philosophie de l'ordre juridique comme valides pour soi-même" .


positif, op. cit., p. 134.
33. F. Ost et M. Van de Kerchove, "Pour
30. Ainsi l'ouvrage précité de Ch. Atias, Epis- une théorie critique et interdisciplinaire du
droit" , in Jalons pour une théorie critique du
témologie juridique, se donne pour objectif
de "comprendre ce que les juristes cherchent droit, Bruxelles, FUSL, 1987, pp. 25-96.
à connaître, d'apprécier les moyens qu'ils
emploient, et de déterminer quelle peut être 34. Max Weber, Economie et Société, Pion,
l'influence de ces procédés de connaissance 1971, p. 321.
du droit sur ce droit qui en est l'objet" (p.
35. J. Freund, La Sociologie de Max Weber,
18).
PUF, 1968, p. 215.
31. P. Bourdieu critique ainsi "la représentation
36. Voir J. Freund, La Sociologie de Max Weber,
exaltée de l'activité juridique que proposent
op. cit., p. 215 : "certains passages sont
les théoriciens indigènes, assimilant cette
extrêmement techniques, et risquent de
démarche à celle de ces épistémologues qui
dérouter le lecteur peu familiarisé avec la pensée
donnent pour la pratique réelle du chercheur juridique" .
une reconstruction ex.post de la démarche
scientifique telle qu'elle devrait être". V.P. 37. G. Gurvitch, op. cit., note 10, pp. 21-22.
Bourdieu, "La Force du droit", Actes de la
recherche, n° 64, sept. 1986. 38. N. Poulantzas, Nature des choses et droit.
Essai sur la dialectique du fait et de la
32. Cf. la définition de ces termes, donnée par valeur, L.G.D.J. 1965, p. 209.
S. Leader dans le Dictionnaire
encyclopédique de théorie et de sociologie du droit 39. Ibid, p. 201.
(L.G.D.J./ Story - Scientia, 1988) : "selon la
perspective interne, on essaie de comprendre 40. Ibid, p. 211.
les règles, les principes et les institutions
juridiques en cherchant à connaître leur 41. Ibid, p. 210.
signification pour ceux qui participent en tant
42. L. Strauss, Droit naturel et histoire, Paris,
que juges, fonctionnaires, ou citoyens. Dans
1957, pp. 55-56, cité par N. Poulantzas, op.
cette perspective, on accepte aussi pour soi
cit. note 38, p. 210.
comme valides les valeurs exprimées au sein
du système juridique. Selon la perspective 43. Sur la description et le bilan de ces travaux,
externe, par contre, on essaie de comprendre cf. P. Lascoumes, E. Serverin, "Théories et
la genèse et la nature du droit comme pratiques de PefFectivité du droit", Droit et
produit de causes externes, telles que société, N° 2, 1986, pp. 101-125.
l'économie. De ce point de vue, on aborde les
valeurs exprimées par ceux qui interprètent ce 44. E. Serverin, S. Bruxelles, Actions et
droit, sans pour autant accepter ces valeurs interactions dans l'institution judiciaire, Paris, Ed.
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 185

du CNRS, 1982; P. Lascoumes et al, 54. "Droit", in A.J. Arnaud, Dictionnaire


Administrer les pollutions et nuisances, Paris, encyclopédique de théorie et sociologie du droit,
Stretie, 1985; E. Serverin, P. Lascoumes* Th. Paris, L.G.D.J., 1988, p. 108.
Lambert, Transactions et pratiques
transactionnelles, Paris, Economica, 1987. 55. Le terme compétence est pris ici au sens
linguistique (Chomsky). Système formé par
45. M. Weber, Economie et société, Paris, Pion, les règles (grammaire) et les éléments
1971 (1922-1956), "Concepts fondamentaux
auxquels ces règles s'appliquent (lexique),
de la sociologie", pp. 4-23.
intégré par l'usager d'une langue naturelle et qui
46. R. Aron, Les étapes de la pensée lui permet de former un nombre indéfini de
sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 550. phrases et de comprendre des phrases jamais
entendues. La compétence est virtualité dont
47. M. Weber, Essais sur la théorie de la l'actualisation constitue la performance. N.
science, Paris, Pion, 1965 (1918) et J. Chomsky, Aspects of the Theory of Syntax,
Freund, Sociologie de Max Weber, Paris, Cambridge, Massachusetts University Press,
PUF, 1968, p. 50. 1965.
48. P. Pharo, "Problèmes empiriques de la
sociologie compréhensive" , R.F.S., XXVI, 56. H. Simon, "Rationality and Administrative
1985, pp. 120-149. Décision Making" in Models of Man, New
York, Wiley, 1957, p. 196 s. et l'utilisation
49. Economie et société, Ilième partie, chap. 1, qu'en propose R. Boudon, "De la notion de
op. cit. note 45, pp. 321-350. rationalité" in La place du désordre, Paris,
PUF, 1984, pp. 56-71.
50. M. Weber, Sociologie du droit, Paris, PUF,
1986, chap. 4, "Les types de pensée
juridique et les notables de la robe", pp. 142- 57. H. Garfinkel, "La contribution de l'ethno-
161. Dans son introduction, le traducteur méthodologie à la recherche sociologique",
et présentateur J. Grosclaude fait de cette Sociétés, Septembre 1981, pp. 35-39.
approche compréhensive des activités
juridiques le premier objectif de la sociologie du 58. E. Serverin et ai, Actions et interactions
droit de M. Weber. Le second, à caractère dans l'institution judiciaire, op. cit. note
interprétatif et explicatif, repose sur 44, et La conciliation et le traitement non
l'élaboration des idéaux-types (p. 15). juridictionnel des conflits privés, Cercrid-
Commissariat au plan, 1985. F. Soubiran,
51. "Ordre juridique et ordre économique", op. Le recours à la justice dans les conflits du
cit. note 47, p. 322. travail : histoire d'un détour, Paris, Cesdip,
52. op. cit. note 47, p. 323. 1987; E. Joly-Sibuet, P. Lascoumes, Conflits
d'environnement et intérêts protégés par les
53. J.G. Belley, Conflit social et pluralisme associations de défense, Paris, Ministère de
juridique, Thèse droit, Paris 2, 1978, pp. 62-70. l'Environnement, 1988.
186 DROIT ET SOCIETE

59. Sur les notions de situation et de cadre 63. L'étude de Ch. Beroujon et M.C. Revol a
d'action, cf. E. Serverin, "La place du contexte montré que moins de 1% des demandes
dans l'étude des échanges interactionnels" in introduites devant les tribunaux d'instance
Transactions et pratiques transactionnelles, concernaient des contestations de loyer ou de
op. cit. note 44, pp. 61-65. congé. CDRL et contexte juridico-judiciaire
de la relation entre bailleur et locataire, Lyon
60. A. Schûtz cité par P. Pharo, op. cit. note 6, III, Ministère de la Justice, 1984, pp. 58-59.
p. 120.
64. 450 000 établissements sont sous contrôle et
61. P. Lascoumes, Administrer les pollutions et donnent lieu annuellement à 2 000 mises en
nuisances, op. cit. note 44. demeure, 200 sanctions administratives et
62. Il y en aurait cinq, voire six, si on tenait 300 PV d'infractions.
également compte de quatre autres textes 65. Cf. Transactions et pratiques
applicables : loi du 16 décembre 64 sur la transactionnelles, op. cit. note 44, pp. 121-127.
protection de l'eau, loi du 15 juillet 75 sur les
déchets et loi du 12 juillet 77 sur le contrôle 66. cf. J.O. du 5 septembre 1987, p. 10 276 et s.
des substances chimiques destinées à la
commercialisation. Il est enfin envisageable de se 67. P. Lascoumes, "La transaction à portée res-
référer aussi à la loi du 10 juillet 1976 sur titutive", in Transactions et pratiques
la "Préservation des espèces animales et transactionnelles, op. cit. note 44, pp. 204-218.
végétales" . Nous nous sommes volontairement 68. Cf. la critique de la lecture de Weber
limités ici aux deux identités les plus faite par R. Boudon et F. Bourricaud in
fréquemment rencontrées. P. Pharo, "Problèmes empiriques de la
sociologie compréhensive" , Rev. Fr. Sociologie,
XXVI, 1985, pp. 120-149.
PIERRE LASCOUMES k EVELYNE SERVERIN 187

LES AUTEURS POUR EN SAVOIR PLUS. . .


Pierre LASCOUMES
• J. FREUND, Sociologie de Max Weber,
Né le 22 décembre 1948; Maître en sociologie et Paris, PUF, 1968.
Docteur d'Etat en droit. Chargé de recherche au
CNRS en sociologie depuis 1977, actuellement • N. POULANTZAS, Nature des choses et
affecté au GAPP - Paris I. droit. Essai sur la dialectique du fait et de
Il a travaillé sur les formes de réaction aux il- la valeur, Paris, L.G.D.J., 1965.
légalismes et infractions d'affaires (Les affaires • P. PHARO, "Problèmes empiriques de la
ou l'art de l'ombre, Paris, Le Centurion, 1986). sociologie compréhensive" , Revue française
Il mène actuellement différents travaux de Sociologie, XXVI, 1985, pp. 120-149.
empiriques et théoriques sur la mise en œuvre du
droit de l'environnement (Administrer les • E. SERVERIN, S. BRUXELLES, Actions
pollutions et nuisances, Ministère de l'Environnement, et interactions dans l'institution judiciaire,
1983), les processus d'incrimination (en Paris, Editions du CNRS, 1982.
collaboration avec H. Zander, Marx : Du vol de bois à la
• E. SERVERIN, P. LASCOUMES, T.
critique du droit, Paris, P.U.F., 1984) et les formes
du droit pénal administratif. LAMBERT, Transactions et pratiques
transactionnelles, Paris, Economica, 1987.

Evelyne SERVERIN

Née à Lyon en 1947; Docteur d'Etat en droit (mention droit privé), Maître en psychologie (option
psychologie sociale). Elle est actuellement Chargée de recherche au CNRS, section droit, rattachée au CERCRID
(Saint-Etienne), dont elle est membre du Bureau directeur. A notamment écrit, en collaboration avec P.
Lascoumes, "Théories et pratiques de l'effectivité en droit", Droit et Société, N°2, 1986, pp. 101-123. Elle
est membre de la section 37 du Comité National du CNRS. A été rapporteur en 1986 et 1987 du groupe
de travail qui a réformé la nomenclature des affaires civiles appliquée dans les juridictions (Ministère de la
Justice). Se spécialise, depuis 1985, dans les méthodes de connaissance des contentieux.