Vous êtes sur la page 1sur 35

BILAN DE L’HYPERCYPHOSE

  • I. Observations et mesures

Statique subjectif :

  • Exagération de la courbure physiologique dorsale

  • Souvent associée à une hyperlordose lombaire et cervicale

  • Projection de la tête en avant

  • Thorax :

o

Enroulement des épaules

o

(Eventuellement, il peut y

avoir des modifications de

la cage

thoracique avec des arcs costaux plus marqués en arrière et des côtes plus verticales)

  • Face palmaire orientée vers l’arrière

Statique objectif : mesure de flèches

  • Flèche en C3 supérieure à 65mm

  • Flèche en C7 et en L3 proche de 45mm

  • Flèches possibles en T6 (ou vertèbre sommet de la courbure dorsale) ou S2 : chutes associées

  • Test de Troisier : flèches T1+T12 > 60mm

  • Test du sphinx : pour apprécier la réductibilité de l’hypercyphose dorsale (raide ou souple)

Mobilité du rachis :

  • Mesure dans le plan antéro-postérieur :

o

Flexion :

si

il

y

a

une

hypercyphose,

le

sujet

est

déjà

en

hyperflexion donc il aura une amplitude de flexion diminuée (que l’hypercyphose soit raide ou souple) d’où :

  • Schobère étagé diminué

 
  • Troisier diminué

 

o

Extension :

  • Troisier inversé augmenté si l’hypercyphose est souple

  • Troisier inversé diminué si l’hypercyphose est raide

  • Mesures dans les plans frontal et horizontal : ça dépendra de la raideur

Niveau musculaire :

  • Muscles de l’hypoextensibilité : test positif au niveau des pectoraux (enroulement médial des épaules)

 

Muscles

de

l’autograndissement :

muscles

paravertébraux dorsaux

 

hypotoniques donc le maintien la correction segmentaire sont plus ou moins suffisants.

Niveau respiratoire :

 
 

Possibilité d’observer éventuellement une diminution de la respiration engendrant une diminution des périmètres thoraciques par rapport à la

 

norme.

 

II.

Les 2 types d’hypercyphose

 

A- Hypercyphose spontanément réductible :

 

Généralités :

 
 

Elle est souple et se situe à la limite du physiologique et du pathologique. On constate une réduction totale de la courbure par le sujet. (cf. test du sphinx)

En

général

il n’existe aucune déformation osseuse de ces formes

 

réductibles.

 

Même s’il s’agit plutôt d’une attitude, il y a un risque dans le temps qu’elle

 

se fixe et qu’elle devienne pathologique.

 

Etiologies :

 
 

Attitude asthénique, hypotonique

 

Tensions psychoaffectives

 

Evolution :

 

Elle

peut

se

transformer

en

déviation irréductible c’est-à-dire en

 

déviation structurale.

 

Il faut donc être vigilant notamment

au moment de la puberté

et

à

la

 

sénescence.

 

Traitement :

 
 

Aspect local non essentiel

 

Assouplissements inutiles voire dangereux

 

Prise de conscience indispensable

La relaxation est une aide précieuse pour lever les tensions

 

psychoaffectives

 
 

Renforcement musculaire à partir d’une position moyenne de correction

(attention de ne pas faire une hypercorrection !)

B- Hypercyphose spontanément irréductible

Généralités :

Il s’agit d’une hypercyphose raide, sa réductibilité est donc incomplète voire insignifiante.

On constate quelques lésions structurales.

 

Etiologies :

Congénitale (malformation)

 

Causes

post-traumatiques

immédiates

ou

secondaires

(par

exemple

l’affaissement d’un corps vertébral)

 

Symptomatiques, par exemple :

 

o

Maladie de Scheuermann : trouble du système de croissance du

o

listel marginal aboutissant à des vertèbres cunéiformes Maladie de Pott : tuberculose osseuse

 

Fixation

d’une

attitude

qui

passe

d’un

état

réductible

à

un

état

irréductible

 

Traitement :

Aspect local efficace si on reste limité au segment (il faut fixer le segment lombaire et cervical)

Assouplissements vertébraux

 

Musculation qui s’effectue toujours en course interne c’est-à-dire au maximum de la réductibilité par le sujet

III. Conseils d’hygiène de vie :

  • - Pratiquer un sport de détente

  • - Régler la hauteur du plan de travail, hauteur d’assise conforme à la courbure sous-jacente

  • - Pour le port de charge : ajuster les bretelles pour le sac à dos par exemple

  • - En dormant, éviter les gros coussins et préférer un matelas plutôt dur

  • - Refaire les exercices à la maison

  • - Problèmes d’acuité visuelle à surveiller

IV.

Conduite du traitement (La reprogrammation neuromusculaire :

RNM)

Inconscience de la mauvaise attitude

 Il s’agit d’une hypercyphose raide, sa réductibilité est donc incomplète voire insignifiante.  On constate
On montre
On
montre

Moyens :

Plans de référence

Miroirs, contacts

Mobilisation passive : mise en éveil des capteurs sensibles à l’étirement

Phase extéroceptive (et intéroceptive)

On fait réaliser
On fait
réaliser

Conscience de la mauvaise attitude

On fait réaliser Conscience de la mauvaise attitude Moyens :  Plans de références, miroirs, contact

Moyens :

Plans de références, miroirs, contact

Assouplissements (mobilisation

passive) surtout Correction segmentaire

Phase intéroceptive et extéroceptive

Intégratio n définitive
Intégratio
n
définitive

Conscience de la bonne attitude

On fait réaliser Conscience de la mauvaise attitude Moyens :  Plans de références, miroirs, contact

Moyens :

Plateaux instables : on déstabilise le patient pour qu’il se rééquilibre avec une correction automatique.

Phase d’automatisation

Phase intéroceptive +++

Inconscience de la bonne attitude

Remarque :

Pour les hypercyphoses souples on fera surtout de l’apprentissage et de

l’automatisation pour les hypercyphoses raides le travail sera plus intense (assouplissements, étirements, renforcement musculaire)

A- Prise de conscience de la mauvaise attitude

Il s’agit d’une phase essentiellement extéroceptive (on cible les sensations extérieures)

Moyens visuels : miroirs, photos, contacts, plans de référence (avec des contacts plus ou moins importants suivant les zones).

Position de décubitus : permet d’avoir

  • - Un maximum de contact

  • - Un effet moindre de pesanteur

C’est la bonne position pour une hypercyphose raide (si elle est souple il y aura directement une correction)

C’est une phase extéroceptive où on va montrer au patient sa mauvaise position :

  • Les épaules sont enroulées en avant ; elles devraient être au contact de la table

  • Projection de la tête en avant, lors de la position de décubitus elle sera en hyperextension (augmentation de la courbure cervicale)

  • Si il y a une hyperlordose associée, le bassin part en antéversion et le creux au niveau lombaire est accentué. On le montre au patient en plus mettant sa main au niveau de la lordose. On corrigera cette courbure par une flexion de hanche

On fait prendre conscience au patient de la difficulté d’avoir un contact avec la table.

On peut aussi utiliser la position assise dos contre un mur ou mettre un bâton à la verticale au dos du patient

Position de décubitus : permet d’avoir - Un maximum de contact - Un effet moindre de

B- Prise de conscience de la bonne attitude

Il s’agit d’une phase à la fois extéroceptive et intéroceptive. On s’intéresse aux sensations extérieures et intérieures. Chez un sujet raide la position est figée. Il y a une plus grande difficulté à la corriger. On est obligé de commencer par faire des assouplissements puis on fera de la correction segmentaire, des étirements et du renforcement musculaire.

a. Assouplissements

Les assouplissements :

  • ont pour but de rendre d’autant plus mobile les structures capsulo- ligamentaires

  • se font dans les 3 plans de l’espace

  • se font sur un mode manuel ou autopassif

  • se font sur le temps expiratoire pour aller plus loin dans l’allongement et dans la détente

On peut commencer par utiliser le ballon de Klein

o

Exercice de la salamandre : procubitus, appuis des 2 mains et des 2 pieds

au sol et pousser sur les côtés en gardant le contact des pieds et des mains

avec

le sol. (mobilisation dans tous

les plans

de l’espace, surtout frontal et

horizontal) Il s’agit d’un assouplissement global selon un mode autopassif.

Il s’agit d’une phase à la fois extéroceptive et intéroceptive. On s’intéresse aux sensations extérieures et

1) Plan antéro-postérieur : extension

  • MÉTHODE MANUELLE

Pressions vibrées

Décubitus Positions de mains : soit superposées sur les épineuses de la colonne dorsale

 MÉTHODE MANUELLE  Pressions vibrées Décubitus Positions de mains : soit superposées sur les épineuses

Soit parallèles à la colonne

 MÉTHODE MANUELLE  Pressions vibrées Décubitus Positions de mains : soit superposées sur les épineuses

Permet d’apprécier un retour plus ou moins élastique (test du rebond)

Etirement

Décubitus Main tangentielles, elles se déplacent en sens opposé

 Mouvement en huit : mobilisation passive globale Décubitus, la têtière de la table est baissée

Mouvement en huit : mobilisation passive globale

Décubitus, la têtière de la table est baissée Le patient met les mains derrière la tête (photo 1) ou en avant du front (photo 2). Le MK est debout crânialement, on fait des mouvements en 8 : inclinaison, rotation, extension.

 Mouvement en huit : mobilisation passive globale Décubitus, la têtière de la table est baissée

Cette technique demande une bonne amplitude d’épaule.

 Mouvement en huit : mobilisation passive globale Décubitus, la têtière de la table est baissée

Cette technique inclut la colonne cervicale.

3 techniques en position assise bas (ou assis tailleur)

  • - Le MK est en arrière, il bloque un coussin juste en dessous du sommet de la cyphose et il place les mains sur les clavicules proches du niveau sternal. Sur le temps expiratoire on emmène les épaules en arrière et on pousse le sommet de la cyphose avec le genou en avant

- Le patient met ses mains derrière la tête. Le MK est en arrière, il fait
- Le patient met ses mains derrière la tête. Le MK est en arrière, il fait
  • - Le patient met ses mains derrière la tête. Le MK est en arrière, il fait un appui au niveau du sommet de la cyphose avec le sternum et met son éminence thénar au contact de l’avant-bras du patient. Sur le temps expiratoire le MK pousse son sternum en avant et fait une traction vers le haut à l’aide de ses mains.

- Le patient met ses mains derrière la tête. Le MK est en arrière, il fait
  • - Le MK est debout devant le patient qui met ses mains (ou les avant-bras) sur les épaules du thérapeute. Le MK place ses mains sur la cyphose dorsale. Sur le temps expiratoire il fait une fente arrière, il appuie sur la cyphose et amène légèrement en extension.

 Position décubitus Utilisée uniquement pour les hypercyphoses dorsales hautes . On fixe le niveau lombaire

Position décubitus

Utilisée uniquement pour les hypercyphoses dorsales hautes. On fixe le niveau lombaire en faisant une flexion de hanche. On met une cale sous le sommet de la cyphose dorsale. Les épaules du patient sont enroulées en avant. Le MK est debout crânialement, il place ses mains sur les clavicules et sur le temps expiratoire il amène les épaules au contact de la table.

 Position décubitus Utilisée uniquement pour les hypercyphoses dorsales hautes . On fixe le niveau lombaire
  • MÉTHODE EN AUTOPASSIF

Prière mahométane

 Position décubitus Utilisée uniquement pour les hypercyphoses dorsales hautes . On fixe le niveau lombaire
  • - Position de quadrupédie. Sur le temps expiratoire on demande au patient d’amener ses fesses sur les talons en faisant une correction de la tête en double menton. (Le MK peut participer au début pour montrer l’exercice)

- Position de quadrupédie les fesses sur les talons. On demande au patient d’amener le sternum
- Position de quadrupédie les fesses sur les talons. On demande au patient d’amener le sternum
  • - Position de quadrupédie les fesses sur les talons. On demande au patient d’amener le sternum vers le bas

- Position de quadrupédie les fesses sur les talons. On demande au patient d’amener le sternum

Position assis tailleur

- Position de quadrupédie les fesses sur les talons. On demande au patient d’amener le sternum

Le patient prend un bâton dans ses mains et sur le temps expiratoire il l’amène vers le

haut. Les mains doivent être rapprochées afin d’éviter un étirement des pectoraux.

- Position de quadrupédie les fesses sur les talons. On demande au patient d’amener le sternum

Espaliers

  • - Patient debout face à l’espalier, il amène ses fesses en arrière. (les mains sont rapprochées pour éviter un étirement des pectoraux)

 Espaliers - Patient debout face à l’espalier, il amène ses fesses en arrière. (les mains
  • - Patient à genoux fesses sur les talons.

 Espaliers - Patient debout face à l’espalier, il amène ses fesses en arrière. (les mains

Plus le patient prend un barreau haut plus il agit sur le niveau dorsal bas et inversement.

suspension

Dans le cas d’hypercyphose basse uniquement.

Le patient est dos à l’espalier, on place un beaume sous le sommet de la cyphose dorsale. Le patient effectue un recul pédestre.

Le patient est dos à l’espalier, on place un beaume sous le sommet de la cyphose

2) Plan frontal : inclinaisons

  • MÉTHODE MANUELLE

Patient assis bas en bout de table. MK debout latéralement. Il passe le bras en avant du thorax de façon à placer sa main dans le creux de l’aisselle. Le MK fait un appui avec son aisselle sur l’épaule du patient. Il fait un contre appui sur les épineuses dorsales avec sa main (on peut être plus spécifique en faisant ce contre appui avec le pouce sur l’épineuse en homolatéral). Le MK fait une flexion de genou de façon à réaliser une inclinaison sur le temps expiratoire.

 MÉTHODE EN AUTOPASSIF - latérocubitus sur le ballon, localiser le segment dorsal dans le plan
 MÉTHODE EN AUTOPASSIF - latérocubitus sur le ballon, localiser le segment dorsal dans le plan
 MÉTHODE EN AUTOPASSIF - latérocubitus sur le ballon, localiser le segment dorsal dans le plan
  • MÉTHODE EN AUTOPASSIF

  • - latérocubitus sur le ballon, localiser le segment dorsal dans le plan frontal.

 MÉTHODE EN AUTOPASSIF - latérocubitus sur le ballon, localiser le segment dorsal dans le plan
  • - Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et réalise des inclinaisons sur le temps expiratoire.

- Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et
  • - Assis ou assis tailleur ou à demi à genoux jambe controlatérale tendue: le patient fait un appui costal avec sa main. Il tend son autre main en essayant d’aller toucher le plafond et réalise l’inclinaison de côté de la jambe tendue sur le temps expiratoire.

- Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et
- Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et
- Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et
- Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et
- Assis ou assis tailleur : le patient prend un bâton en arrière des épaules et

3) Plan horizontal : rotations

  • MÉTHODE MANUELLE

Position assis bas mains croisées sur la poitrine (paume de la main sur les épaules). Le MK est debout latéralement, il met son bras en avant du thorax du patient pour aller chercher le bord postéro-latéral de l’épaule. Il fait un contre appui au niveau dorsal avec le talon de la main sur les transverses controlatérales dans le sens de la rotation. Le mouvement s’effectue sur le temps expiratoire. Si on veut être plus spécifique on fera le contre appui avec le pouce en appuyant dans le sens opposé à la rotation pour agir sur la vertèbre sus-jacente.

T6

  • sens de la rotation

T7

T6 sens de la rotation T7 sens du contre appui spécifique  MÉTHODE EN AUTOPASSIF -
  • sens du contre appui spécifique

T6 sens de la rotation T7 sens du contre appui spécifique  MÉTHODE EN AUTOPASSIF -
T6 sens de la rotation T7 sens du contre appui spécifique  MÉTHODE EN AUTOPASSIF -
  • MÉTHODE EN AUTOPASSIF

  • - Position assis tailleur ou à califourchon, bâton en arrière des épaules, il fait des rotations sur le temps expiratoire.

- Position assis à califourchon. Le patient pose ses mains sur son sternum et sur le
  • - Position assis à califourchon. Le patient pose ses mains sur son sternum et sur le temps expiratoire il tend un bras

- Position assis à califourchon. Le patient pose ses mains sur son sternum et sur le
- Position assis à califourchon. Le patient pose ses mains sur son sternum et sur le
  • b. Exercices de contrastes et correction segmentaire

Les exercices de contrastes ont principalement 2 buts :

o

proprioceptif

o

l’apprentissage de la mobilité vertébrale segmentaire.

On utilise la respiration thoracique.

Le kiné va demander au sujet d’aller dans le sens de la déformation (en s’enroulant au maximum) sur le temps expiratoire pour aller vers la correction segmentaire lors de l’inspiration. Ainsi, le sujet va explorer les deux extrêmes : la déformation exagérée et la correction ! Il ressent alors de manière intéroceptive le déroulement comme étant le mouvement de la correction segmentaire (c’est le sens du mouvement correctif). Il s’agit d’une prise de conscience intéroceptive.

  • Décubitus

o

exercice de contraste

Hanche et genoux fléchis, s’il y a une hyperlordose associée, pour immobiliser le niveau lombaire (pas nécessaire si inversion de la courbure lombaire). Cela permet d’éliminer le segment lombaire. Le kiné demande au patient d’aller dans le sens de l’enroulement de ses épaules sur le temps expiratoire puis d’aller dans l’extrême inverse (déroulement) en rapprochant ses épaules de la table sur le temps inspiratoire.

o Correction segmentaire Pour réaliser la correction segmentaire, on va ensuite demander au patient de réaliser plusieurs corrections sur le temps expiratoire :

  • - positionner la tête en double menton (pour l’aider, on peut glisser une main sous sa nuque et lui demander de venir l’écraser)

  • - d’aller dans le sens du déroulement et donc de rapprocher ses épaules de la table (le kiné peut aider au début en appuyant sur les épaules)

  • - effectuer une rotation de bras afin de tourner ses paumes de mains vers le plafond

  • - effectuer un autograndissement (le MK peut placer sa main sur le haut de la tête pour stimuler l’autograndissement)

 Assis tailleur contre un mur o exercice de contraste Dans cette position on élimine le
  • Assis tailleur contre un mur

o exercice de contraste Dans cette position on élimine le niveau lombaire. Lors de l’expiration le patient s’enroule au maximum et sur le temps inspiratoire il va essayer de prendre contact au maximum avec le mur.

o Correction segmentaire

On demande au patient de réaliser plusieurs corrections sur le temps expiratoire :

  • - positionner la tête en double menton (pour l’aider, on peut glisser une main derrière sa nuque et lui demander de venir l’écraser)

  • - d’aller dans le sens du déroulement et donc de rapprocher ses épaules du mur

  • - effectuer une rotation de bras afin de tourner ses paumes de mains vers l’avant

On peut faire les mêmes exercices en position assise haute mais c’est une position qui nécessite un contrôle du bassin.

  • Quadrupédie

ATTENTION : Cette position de quadrupédie n’est possible que si la colonne dorsale est assez souple, sinon il y aura des compensations majeures au niveau lombaire. Elle demande également une bonne maîtrise du bassin. La quadrupédie sera plutôt utilisée dans les phases d’automatisation.

o

exercice de contraste

Sur le temps expiratoire, le patient exagère la courbure (dos rond). Sur le temps inspiratoire, il corrige en creusant le dos. On peut rajouter un plan de référence (par exemple un bâton sur le dos du patient pour qu’il sente les contacts)

o

Correction segmentaire

On demande au patient de réaliser des corrections sur le temps expiratoire comme positionner la tête en double menton

  • c. les étirements

Technique passive consistant à atteindre un allongement maximal des muscles pour libérer les articulations bridées. Elle est non douloureuse et se fait sur le temps expiratoire. On étire le muscle dans une seule de ses fonctions.

L’étirement s’effectue en 4 temps :

  • 1. Mise en allongement :

- continue - discontinue (par pallier) : si contraction réflexe, profiter du relâchement pour continuer à allonger

  • 2. Temps de maintien de 15 à 30 secondes pour être efficace.

  • 3. Temps de relâchement d’une façon douce et retenue.

  • 4. Temps de repos : Période réfractaire.

Il existe des techniques manuelles uni ou bilatérales.

1) Grand pectoral

3 faisceaux : rotateurs médiaux et adducteurs horizontaux

  • - sternal

  • - claviculaire

  • - costal

Avant l’étirement on effectue un crochetage qui prépare le muscle à être étiré. C’est un allongement transversal du muscle. Patient en décubitus genoux fléchis, MK assis crânialement. Avec les deuxième et troisième doigts, attraper les anses des pectoraux au niveau de l’aisselle et tirer sur le

temps inspiratoire. C’est le temps expiratoire de maintien qui provoque l’étirement du muscle.

temps inspiratoire. C’est le temps expiratoire de maintien qui provoque l’étirement du muscle.  METHODE EN
  • METHODE EN UNILATERAL

On place l’épaule en rotation latérale et effectuer des abductions horizontales. Le patient est en décubitus bord de table pour libérer l’articulation gléno-humérale et les genoux doivent être fléchis pour diminuer l’hyperlordose lombaire.

  • a. Faisceau sternal

Il est adducteur horizontal pur. Prise en berceau au niveau du bras et mettre l’épaule en rotation latérale et à 90° d’abduction. Contre appui avec la paume de la main au niveau du sternum. Mise en allongement en réalisant une abduction horizontale. (Pour ce faisceau, l’étirement peut être bilatéral : mains du patient derrière sa tête et le MK pousse les coudes vers l’arrière.)

temps inspiratoire. C’est le temps expiratoire de maintien qui provoque l’étirement du muscle.  METHODE EN
  • b. Faisceau costal

Prise en berceau au niveau du bras et mettre l’épaule en rotation latérale. Articulation gléno-humérale à environ 130° d’abduction. Contre-prise sur les côtes inférieures homolatérales, doigts tournés vers l’EIAS homolatérale.

Prise en berceau au niveau du bras et mettre l’épaule en rotation latérale. Articulation gléno-humérale à

c. Faisceau claviculaire

Prise en berceau au niveau du bras et mettre l’épaule en rotation latérale. Articulation gléno-humérale à 50° d’abduction. Contre-prise sur la clavicule homolatérale avec l’éminence thénar.

Prise en berceau au niveau du bras et mettre l’épaule en rotation latérale. Articulation gléno-humérale à
  • METHODE EN BILATERAL

Surtout pour le chef sternal

Patient assis les bras croisés mains en arrière de la tête et coudes en avant. MK debout dos au patient, il fait un contre appui avec son sternum. Sur le temps expiratoire on amène les coudes en arrière (on pousse sur les bras afin de les amener en abduction)

 AUTO-ETIREMENT Principe : le sujet fait lui-même l’étirement. - Debout face à un mur, main
  • AUTO-ETIREMENT

Principe : le sujet fait lui-même l’étirement.

  • - Debout face à un mur, main et avant-bras plaqués contre le mur en rotation latérale. Fente avant du côté homolatéral pour éviter une compensation par la rotation du bassin. Sur le temps expiratoire le patient réalise la fente avant afin d’étirer le muscle. Selon la position annexe du bras on étirera spécifiquement un chef : à 90° d’abduction d’épaule on étire le faisceau sternal, si on monte le bras on étire le faisceau costal, plus bas c’est le faisceau claviculaire.

 AUTO-ETIREMENT Principe : le sujet fait lui-même l’étirement. - Debout face à un mur, main
  • - Debout dos à un espalier, bras en chandelier et projeter le sternum vers l’avant. (on fait en même temps de l’assouplissement segmentaire)

2) le petit pectoral

Lors d’une rétraction du petit pectoral il y a un décollement des pointes des scapulas. 2 méthodes d’étirement :

  • - Patient en décubitus hanches fléchies, MK debout en controlatéral. On passe la main dans le creux de l’aisselle afin d’aller plaquer la pointe de la scapula contre la cage thoracique. L’autre main fait un contre appui sur la face antérieure du moignon de l’épaule. Sur le temps expiratoire on réalise un couple de force de rotation : la main crâniale pousse l’épaule vers l’arrière, la main caudale plaque la scapula contre la cage thoracique.

- Debout dos à un espalier, bras en chandelier et projeter le sternum vers l’avant. (on
  • - Patient en décubitus hanches fléchies, MK debout en controlatéral. La main caudale crochète l’épine de la scapula (l’avant bras repose sur la table) et la main caudale fait un contre appui sur la face antérieure du moignon de l’épaule. Sur le temps expiratoire on réalise un couple de force de rotation : on tracte l’épine vers le bas et on pousse le moignon de l’épaule vers l’arrière.

- Debout dos à un espalier, bras en chandelier et projeter le sternum vers l’avant. (on
  • d. Renforcement musculaire

Le renforcement musculaire est axé sur les spinaux dorsaux et les fixateurs de la scapula.

Principe :

Chez le sujet raide, il faut déjà une correction segmentaire appréciable (sinon

on accentue les contraintes sur les disques) Chez le souple, les exercices se font en position moyenne de correction pour

respecter une cyphose physiologique. Les exercices se font toujours sur le temps expiratoire pour éviter les

apnées et toujours à partir d’une position de départ corrigée Temps de travail = temps de repos.

3 à 4 séries de 10 mouvements.

Le sujet doit effectuer ces exercices à domicile donc les instructions doivent être données et comprises.

POUR LES SPINAUX PHASIQUES

= Muscles superficiels responsables du mouvement (extension)

  • Procubitus bout de table

Jambes un peu écartées et genoux fléchis. Possibilité de mettre une sangle sous le sommet de la cyphose. Décoller la poitrine de la table avec une position de la tête en double menton : on demande un maintien statique (mais on peut faire le test en dynamique). Au début le patient peut légèrement s’aider avec ses mains pour se lever. On peut augmenter l’effet résistant en fonction des positions annexes de bras (plus on écarte les bras plus on a un effet résistant mais on sollicite davantage les fixateurs) et l’ajout éventuel d’haltères.

Correction segmentaire puis décollement des bras  Procubitus complet sur la table  Coussin sous le

Correction segmentaire puis décollement des bras

Procubitus complet sur la table

Coussin sous le niveau lombaire. Cette position demande un contrôle du bassin donc le

patient serre les fesses pour garder le bassin en rétroversion et effectue l’exercice en levant les bras et le tronc. (Attention aux compensations par les spinaux lombaires)

 
 Procubitus complet sur la table  Coussin sous le niveau lombaire. Cette position demande un

Assis

Flexion antérieure du tronc. La hauteur de l’assise est variable en fonction du contrôle du bassin. Effet résistant à partir d’une position corrigée, travail statique. La difficulté de l’exercice varie suivant la position annexe de bras et l’adjonction éventuelle d’haltères.

 Assis devant la table Technique d’irradiation Les bras sont placés en dessous de la table.
  • Assis devant la table

Technique d’irradiation Les bras sont placés en dessous de la table. Le patient essaye de lever la table.

 Assis devant la table Technique d’irradiation Les bras sont placés en dessous de la table.
  • A genoux

-

Les fesses

sur

les

talons pour fixer le bassin. Appui

sur

les

mains et on

demande de corriger le segment dorsal, quitter les mains du sol et les mettre

sur

les

épaules.

Possibilité

d’ajouter

des

haltères

pour

augmenter

la

difficulté.

 
- A genoux dressé : contrôle du bassin, rétroversé, tête en double menton. Le MK doit
  • - A genoux dressé : contrôle du bassin, rétroversé, tête en double menton. Le MK doit tenir les pieds.

- A genoux dressé : contrôle du bassin, rétroversé, tête en double menton. Le MK doit
  • Quadrupédie

MK fixe les pieds et l’exercice est le même que précédemment.

 Debout Même exercice, on demande une flexion antérieure du tronc. Travail des spinaux phasiques, extenseurs.
  • Debout

Même exercice, on demande une flexion antérieure du tronc. Travail des spinaux phasiques, extenseurs. Il faut déjà une intégration des niveaux dorsal et lombaire.

  • POUR LES SPINAUX TONIQUES

= muscles profonds responsables de l’autograndissement.

  • Technique d’irradiation : sujet assis devant la table, pousse vers la table avec les avant-bras : travaille l’extension.

 Debout Même exercice, on demande une flexion antérieure du tronc. Travail des spinaux phasiques, extenseurs.
  • Thérabande sur la tête en position corrigée, on demande au patient de tirer avec les mains l’élastique vers le bas.

  • Exercice du cow-boy sur le ballon de Klein : à partir d’une position corrigée, lever alternativement un pied après l’autre et faire des battements de bras.

Tête en double menton, le tronc doit rester droit

 Exercice du cow-boy sur le ballon de Klein : à partir d’une position corrigée, lever
  • POUR LES FIXATEURS DE LA SCAPULA

  • Procubitus

Demander au sujet d’effectuer une abduction horizontale des bras avec le front au contact de la table pour éviter de faire travailler les dorsaux. Amener les moignons d’épaule vers le haut.

 Exercice du cow-boy sur le ballon de Klein : à partir d’une position corrigée, lever
  • Travail avec le thérabande :

Debout, tenir l’élastique en avant du tronc dans chaque main et l’étirer.

  • Debout

La tête est corrigée. Le patient tend ses bras vers le plafond en ayant un bâton dans les mains. Il doit baisser les bras pour amener le bâton derrière sa tête sans la toucher ni la déplacer.

Mains sur les clavicules, MK se place derrière et met une résistance au niveau des 2 coudes. Demander au patient de pousser ses coudes vers l’arrière.

 La tête est corrigée. Le patient tend ses bras vers le plafond en ayant un

Mains au niveau des épaules et effectuer des cercles vers l’arrière avec les coudes.

C- Inconscience de la bonne attitude : phase d’automatisation

Il s’agit d’une phase intéroceptive dans laquelle on enlève les sensations externes (les plans de référence, le contact et l’aspect visuel). On utilisera les reflexes posturaux et des déstabilisations pour automatiser l’attitude. C’est une phase posturale où on va intégrer le niveau lombaire.

  • a. Les réflexes posturaux

Principes :

  • - Les réflexes posturaux recrutent les muscles de la chaîne de l’auto- grandissement (c’est-à-dire les muscles profonds toniques).

  • - Travail essentiellement de l’extension axiale du rachis pour tous les niveaux.

  • - Mise en tension des muscles antigravitaires qui ont une action de protection du rachis.

  • - Travail en poutre composite à partir de plusieurs positions

    • Décubitus hanche fléchie

Intégration de toute la colonne et association de 3 mouvements qui mettent en action tous les muscles antigravitaires. L’exercice se fait sur le temps expiratoire :

  • - lever un peu les pointes de pieds, serrer les fesses et rentrer le ventre. Les grands fessiers font une rétroversion du bassin pour protéger la colonne lombaire.

  • - Poser la tête contre la table, le MK met sa main sur la tête du patient et le patient tente de s’agrandir.

  • - Les paumes de mains sont tournées vers le plafond, amener les moignons d’épaule vers l’arrière.

Intégration de toute la colonne et association de 3 mouvements qui mettent en action tous les

On peut éventuellement rajouter un bâton dans les mains et demander au patient de le pousser caudalement. Au bout de 4 à 5 fois on commence à le ressentir au niveau rachidien, cet exercice a d’ailleurs une action directe sur les courbatures du rachis.

  • Assis

Le patient est assis sur le ballon de Klein pour apprendre l’antéversion et la rétroversion du bassin en gardant le tronc droit. (Cet exercice peut se faire aussi assis en bout de table les pieds au sol). Le bassin et le ballon doivent bouger en sens inverse. Sur le temps inspiratoire : antéversion (le ballon part en arrière) Sur le temps expiratoire : rétroversion (le ballon part en avant). On demande d’appuyer sur les talons, abaisser les moignons d’épaule, effectuer la rétroversion et contrôler la tête en la mettant en double menton. Plus le ballon est haut, plus le contrôle du basin est important.

  • Debout

Hanches et genoux fléchis, tronc légèrement vers l’avant, bassin en rétroversion et amener les moignons d’épaule vers l’arrière : position de l’haltérophile.

Les réflexes posturaux automatisent un maintien rachidien dans le cadre des déséquilibres : renforcement musculaire et éducation posturale.

  • b. Les déstabilisations

  • - Utiliser les mouvements de bras et de jambes associés pour le renforcement de la correction segmentaire

  • - Utiliser la poussée et le lâcher lents

    • DESTABILISATIONS PAR LE BIAIS DE MOUVEMENTS

      • Décubitus hanches fléchies

Epaules à 90° d’abduction.

  • - Sur le temps expiratoire on demande au patient d’amener les bras vers l’arrière en conservant la colonne lombaire plaquée contre la table. Pour vérifier le MK peut mettre sa main sous le niveau lombaire.

  • - Sur le temps expiratoire on demande au patient d’amener les bras vers l’arrière et d’amener les jambes en extension toujours en gardant la colonne lombaire plaquée contre la table.

    • Assis

Demander au patient de lever les bras vers le haut et d’amener la tête en double menton sur le temps expiratoire. On peut utiliser un bâton pour guider le sujet. Au niveau des membres inférieurs on peut augmenter la hauteur de l’assise pour une maîtrise plus importante du bassin.

  • DÉSTABILISATIONS PAR POUSSÉE LENTE ET LÂCHÉ LENT

Le patient est assis. Le MK fait des poussées lentes sur les moignons d’épaule latéralement, vers l’avant dans le dos et vers l’arrière sur le sternum. La déstabilisation apporte un renforcement de correction segmentaire et rachidienne.

Le patient est assis. Le MK fait des poussées lentes sur les moignons d’épaule latéralement, vers
Le patient est assis. Le MK fait des poussées lentes sur les moignons d’épaule latéralement, vers
Le patient est assis. Le MK fait des poussées lentes sur les moignons d’épaule latéralement, vers
  • DÉSTABILISATIONS PURES

Le déséquilibre pur demande une correction automatique en bonne attitude. On peut procéder de différentes façons :

  • - Patient assis, le MK vient pousser tranquillement les moignons d’épaule

latéralement,

le

sternum

en

arrière,

le

dos

en

avant

puis

il

relâche

rapidement.

  • - positionner le sujet sur un plateau instable : ballon, plateau de Freeman, ou table de Zador.

  • - effectuer des changements de position : par exemple assis-debout avec un poids sur la tête.

  • - yeux fermés : le patient est assis et effectue des flexions et extensions du tronc puis doit reprendre la position corrigée.

  • - en quadrupédie, bâton sur le dos, le patient creuse le dos puis fait le dos du chat. Il doit être capable de reprendre ensuite une position corrigée. L’exercice peut se faire également les yeux fermés.

  • - Appareil Huber : plateau oscillant, d’abord fixe le patient effectue sa correction posturale puis on fait remuer le plateau.

Cette prise en charge est à moyen et à long terme chez l’adulte pour éviter que l’hypercyphose ne s’aggrave ou devienne raide.