Vous êtes sur la page 1sur 14

Casablanca, le 08 janvier 2018

A Monsieur l’inspecteur des impôts


Direction Provincial de Mohammedia - Benslimane
Service provincial de vérification de Mohammedia 2ème brigade de vérifications
N° Bp 32 Angle Bd Abdelmoumen et Rue Melilya
Mohammedia

V/Réf : n° 1444/BAC du 18 décembre 2017

Objet : Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus


 Réponses à la première lettre de notification

Lettre / Accusé de réception

Monsieur l’inspecteur des impôts,

En réponse à votre première lettre de notification datée du 18 décembre 2017, et conformément aux
dispositions légales du Code Général des Impôts, nous vous prions de trouver ci-après, dans le délai légal
les réponses à vos éléments de redressements d’IS, de la TVA et la retenue RAS/IS selon l’ordre ci-
dessous.
Dans notre réponse, nous allons reprendre textuellement les titres des points selon votre formulation
auxquels nous allons répondre en détail.
Par la présente réponse, nous rejetons catégoriquement les conclusions de votre notification et les
redressements qui en découlent qui ne sont ni fondées ni justifiées.

I.Pouvoir d’appréciation de l’administration (Disposition de l’article 213 du CGI)


Dans votre notification, vous prétendez que la comptabilité de notre société est globalement irrégulière
et dépourvue de valeur probante sans que les éléments soulevés n’apportent la preuve matérielle non
contestable ou justifiés par des éléments probants.

A- Irrégularités relevées :
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

1- Le défaut de présentation d’une comptabilité tenue conformément aux disposition de l’article 145 du
CGI et de la loi n° 9/88 relative aux obligations comptables des commerçants :
 Points soulevé :
- Comptabilisation des factures de ventes en 2013 libellées au nom de "Client particuliers" :
- Absence des références de paiement sur une partie des factures d’achats présentées :
- Certaines factures ne contiennent pas les informations commerciales à savoir le prix, quantité, nom,
adresse et identifiant fiscal des clients :
 Elément de réponse :
Nous portons à votre connaissance que toutes les informations qui peuvent être fournies par notre
société figurent sur les factures de ventes (prix, quantité, taux Tva,…). Par ailleurs, notre société vend
par fois à des particuliers (vente clients comptoir).
Par ailleurs, les documents mentionnés dans votre notification sont des bons de réception d’achat de
ferraille.
Il y a lieu de préciser que ces remarques n’ont aucun impact sur le résultat de la société.
En conséquence, nous rejetons ces remarques non fondées.

 Dérogation au principe de "clarté"


 Points soulevé :
- Les effets de commerce clients ne sont pas comptabilisés dans leurs comptes appropriés, les
opérations enregistrées dans le compte clients 3421.
- La facture n°121613 du 15/01/2013 d’un montant de 683 293,93 TTC réglée qui n’a pas a été
comptabilisée dans le compte "fournisseur effet à payer".
 Elément de réponse :
Toutes les opérations des effets des " clients - effets à recevoir" ont été comptabilisées à l’actif du bilan
dans le poste clients n° 342. Egalement, Toutes les opérations des effets des "fournisseurs - effets à
payer"ont été comptabilisées au passif du bilan dans le poste fournisseurs n° 441. Ces remarques ne
remettrent nullement le principe de "clarté" de notre comptabilité.
Il y a lieu de préciser que ces remarques n’ont aucun impact sur le résultat de la société.
En conséquence, nous rejetons ces remarques non fondées.

2- La non comptabilisation d’opérations effectuées par le contribuable :


 Points soulevé :
- La facture n° 160300100413 du 04/03/2016 de "Serma" d’un montant de 1 297,56 Dhs TTC n’a pas été
comptabilisée.

2/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

- La non comptabilisation des produits d’exploitation relatifs aux immobilisations produites par
l’entreprise pour elle-même.
 Elément de réponse :
- La facture n° 160300100413 a été effectivement comptabilisée dans le compte n° 61330000 du journal
achat "HA" sous le numéro de la pièce 53 le 04/03/2016.
- Le traitement comptable prévu par CGNC en cas de transfert de l’immobilisation en cours au compte
de l’immobilisation concernée ne devrait pas avoir un impact sur le résultat. Il s’agit en fait d’une
opération neutre sur le résultat en procédant d’un reclassement de compte "immobilisation en cours"
au compte "immobilisation concernée".
Effectivement, pour les besoins de l’utilisation de l’immobilisation en cours, notre société a constatée
l’écriture de virement de compte "immobilisation en cours" au compte "immobilisation concernée"
sans impacter le résultat ni en charges ni en produits.
Il y a lieu de préciser que ces remarques n’ont aucun impact sur le résultat de la société.
En conséquence, nous rejetons ces remarques non fondées.

3- Les erreurs, omissions ou inexactitude graves et répétées, constatées dans la comptabilité des
opérations :
 Points soulevé :
a- Le non respect de la chronologie de la comptabilité des factures d’achats ;
b- la comptabilisation des charges non déductibles :
 Elément de réponse :
a- Les factures mentionnées dans votre notification sont comptabilisées selon la date de leur réception.
Elles sont des charges supportées pour le compte de notre société au profil de notre société.
b1- La facture n°1303033 du 26/06/2013 du fournisseur Souss Lubrifiants est libellée au nom de notre
société contrairement à ce qui mentionné dans votre notification (se référer aux documents justificatifs
"facture, bon de commande et bon de livraison" en annexe n°1).
b2- La facture n°1849/2016 du 03/09/2016 du fournisseur CPIT relative à l’achat des pneus est une charge
de la voiture de notre société (se référer aux documents en annexe n°2).
En conséquence, nous rejetons ces remarques non fondées.

4- Absence de pièces justificatives privant la comptabilité de toute valeur probante :

 Elément de réponse :
L’achat de certains ferrailles peut être effectue auprès des particuliers qui procèdent aux ramassages
journaliers des articles ferrailles pour les vendre à des sociétés comme la notre. Cette situation est due
au secteur d’activité de la ferraille qui n’est pas totalement organisé en amont. Le secteur de la ferraille

3/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

n’est pas le seul qui est marqué par ces opérations de ramassage par les particuliers de ces articles et
leur vente aux sociétés structurées, c’est le cas du secteur du plastique, du carton, etc. Au contraire, en
procédant de la sorte notre société contribue à la restructuration de ce secteur.
Par ailleurs, les achats effectués auprès de ces particuliers font l’objet pour chaque opération à un bon
de réception interne dûment signé.
En conséquence, nous rejetons cette remarque non fondée.

5- Dissimulation de ventes dont la preuve est établie par d’administration


 Points soulevé :
- Des factures de ventes n’ont pas été comptabilisées ;
- Une marge négative commerciale négative a été constatée au cours de l’exercice 2013 ;
- La fluctuation du taux de la valeur ajoutée au cours des exercices vérifiés ;
- Défaut de la déclaration du chiffre d’affaires dissimulée sous forme d’avance en compte courant
créditeurs des associés au titre de l’exercice 2016 d’un montant de 1 430 000,00 Dhs.
 Elément de réponse :
- Notre comptabilité fait ressortir que toutes les factures de ventes de l’exercice ont été toutes
comptabilisées. (se référer au détail de II-A-2-b)
- En fait, nos documents de la comptabilité ne font pas ressortir une marge négative. Par ailleurs,
certaines factures d’achat des matières premières du fournisseur "Maghreb Steel" ont été
comptabilisées dans le compte 61110000 "Achat de marchandises" au lieu du compte n° 61210000
"Achat de matières premières". En prenant en compte ces factures la marge n’est pas négative mais au
contraire elle positive. (se référer aux factures et détail en annexe n°3)
- La fluctuation du taux de la valeur ajoutée d’un exercice à l’autre ne peut aucun cas constituer une
preuve de dissimulation des ventes. Nous constatons que les dispositions de l’article 213 du CGI sont
mal interprétées, dans la mesure où la preuve de la dissimulation doit être prouvée par des moyens qui
permettent à l’administration d’établir qu’il y a des factures d’achats non comptabilisées, et ce par le
biais des recoupements auprès des fournisseurs ou des factures de ventes non comptabilisées, et ce
par le biais des recoupements auprès des clients. Quant à cette fluctuation, elle reste théorique, tant
qu’il n’est pas appuyé de preuves matérielles, découlant des investigations effectuées par les moyens
dont dispose l’administration, à savoir les recoupements. De même les prix de ventes et les prix
d’achats ne sont pas fixes, mais ils varient d’un exercice à l’autre, d’un client à l’autre, d’une opération
à l’autre, du 1er choix au 2ème choix et sujet à des tractations et négociations de part et d’autre pour
chaque opération réalisée.
- Les opérations qu’ont été enregistrées dans le compte courant associé unique dans l’exercice 2016
sont des apports de fonds effectués par M. Adil Darhoua au profit de notre société. Ces apports

4/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

proviennent de la réduction du capital de la société Elec Berg dons laquelle M. Adil Darhoua est
associé unique. (se référer aux documents justificatifs en annexe n°4)
En conséquence, nous rejetons ces remarques non fondées.

B- Anomalies relevées :
 Points soulevé :
Il a été relevé que des encaissements déclarés à la TVA sont déclarés hors délai et sont par conséquent
passible d’amende.
 Elément de réponse :
D’abord notre société est soumise à la TVA au régime de débit. Toutes les facturations des clients
réalisées dans chaque exercice ont été déclarées en totalité à la TVA de l’exercice concerné y compris les
opérations exonérées de la TVA. De ce fait, aucun décalage de TVA n’a été constaté et par conséquent
ces opérations ne peuvent être passibles d’amende.
En conséquence, nous rejetons cette remarque non fondée.

Conclusion :
Dans votre notification, vous prétendez que la comptabilité de notre société est globalement
irrégulière et dépourvue de valeur probante sans que les éléments soulevés n’apportent la preuve
matérielle non contestable ou justifiés par des éléments probants.
Nos réponses montre bien que notre comptabilité est tenue en conformité avec les dispositions
comptables en vigueur (loi comptable 9-88 et CGNC) et le code général des impôts CGI. De ce fait, elle
n’est entachée d’aucune irrégularité grave la privant de sa valeur probante.

II.IMPOTS SUR LES SOCIETES :

A- Comptes des produits :

1- Reconstitution du chiffre d’affaires :


a- Vente en état :
 Points soulevé :
Taux de marge de l’exercice 2013 est négatif.
 Elément de réponse :
Comme indiqué, ci-dessus, nos documents de la comptabilité ne font pas ressortir une marge négative.
Par ailleurs, certaines factures d’achat des matières premières du fournisseur "Maghreb Steel" ont été
comptabilisées dans le compte 61110000 "Achat de marchandises" au lieu du compte n° 61210000 "Achat

5/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

de matières premières". En prenant en compte ces factures la marge n’est pas négative mais au
contraire elle positive. (se référer aux factures en annexe)
Date facture Compte Libelle Montant Ht en MAD
31/12/2013 61110000 FA N323113/ Maghreb Steel 1 016 028,77
31/01/2013 61110000 FA N121613/ Maghreb Steel 569 411,36
31/05/2013 61110000 FA N176613/ Maghreb Steel 441 438,00
28/02/2013 61110000 FA N132713/ Maghreb Steel 413 080,20
31/03/2013 61110000 FA N147913/ Maghreb Steel 382 355,48
30/04/2013 61110000 FA N162213/ Maghreb Steel 314 674,00
15/06/2013 61110000 FA N191513/ Maghreb Steel 286 036,00
31/12/2013 61110000 FA N323013/ Maghreb Steel 229 683,60
15/11/2013 61110000 FA N293513/ Maghreb Steel 201 327,60
Total 3 854 035,01
Apres le reclassement de ces factures dans leurs comptes adéquats, la marge commerciale de l’exercice
2013 est positive de 11,04%. Egalement, la valeur joutée de cet exercice est de 9,86% cohérente avec les
données de cet exercice. Les données de l’exercice après ce reclassent sont présentées ci-dessous :
Libellé Exercice 2013
Production de l'Exercice 32 013 468.04
Achats consommés de matières et fournitures 28 691 372.40
Autres charges externes 958 551.55
Consommation de l'exercice 29 649 923.95
Valeur Ajoutée 3 158 092.09
Taux de valeur ajoutée 9.86%
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

b- Vente des produits :


 Points soulevé :
Taux de la valeur ajoutée des exercices 2014 et 2016 insuffisant.
 Elément de réponse :
- La fluctuation du taux de la valeur ajoutée au cours des exercices vérifiés :
Libellé Exercice 2013 Exercice 2014 Exercice 2015 Exercice 2016
Production de l'Exercice 32 013 468.04 41 318 579.87 41 157 576.92 67 870 067.57
Achats consommés de matières fournitures 28 691 372.40 37 132 971.02 35 840 605.63 62 824 412.80
Autres charges externes 958 551.55 1 002 161.50 1 145 414.02 1 206 652.02
Consommation de l'exercice 29 649 923.95 38 135 132.52 36 986 019.65 64 031 064.82
Valeur Ajoutée 3 158 092.09 3 394 550.39 4 399 667.21 3 916 991.96
Taux de valeur ajoutée 9.86% 8.22% 10.69% 5.77%
- Comme il a été indiqué ci-dessus, la fluctuation du taux de la valeur ajoutée d’un exercice à l’autre ne
peut aucun cas constituer une preuve de dissimulation des ventes. Nous constatons que les
dispositions de l’article 213 du CGI sont mal interprétées, dans la mesure où la preuve de la
dissimulation doit être prouvée par des moyens qui permettent à l’administration d’établir qu’il y a des
factures d’achats non comptabilisées, et ce par le biais des recoupements auprès des fournisseurs ou
des factures de ventes non comptabilisées, et ce par le biais des recoupements auprès des clients.
Quant à cette fluctuation, elle reste théorique, tant qu’il n’est pas appuyé de preuves matérielles,
découlant des investigations effectuées par les moyens dont dispose l’administration, à savoir les

6/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

recoupements. De même les prix de ventes et les prix d’achats ne sont pas fixes, mais ils varient d’un
exercice à l’autre, d’un client à l’autre, d’une opération à l’autre, du 1 er choix au 2ème choix et à des
tractations et négociations de part et d’autre pour chaque opération réalisée.
Par ailleurs en 2016, notre société a augmenté son volume d’affaires en baissant un peu sa marge pour
avoir un important de client et d’opération de ventes. Egalement, notre société pour faire face à la
concurrence, elle a effectué plusieurs opération sur les matières premières du deuxième choix.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

A titre de l’exemple :
 Diminution des ventes des marchandises donc diminution de la marge :
Exercice 2013 2014 2015 2016
Marge 794 548,00 211 103,04 228 109,94 77 989,21

 Le prix d’achat des matières premières a connu une augmentation


Article Prix 2015/tonne Prix 2016/tonne Ecart de prix/tonne
Lamane a froid
overroling 5 000.00 5 500.00 500.00
Galvanise overroling 5 000.00 6 500.00 1 500.00
Prelaque overroling 5 000.00 7 000.00 2 000.00

En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

2- Chiffre d’affaires non déclaré :

a- Chiffre d’affaires non déclaré : compte courant d’associé


 Points soulevé :
Chiffres d’affaires non déclaré comptabilisés en compte courant d’associé
 Elément de réponse :
Les opérations qu’ont été enregistrées dans le compte courant associé unique dans l’exercice 2016 sont
des apports de fonds effectués par M. Adil Darhoua au profit de notre société. Ces apports proviennent
de la réduction du capital de la société Elec Berg dons laquelle M. Adil Darhoua est associé unique. (se
référer aux documents justificatifs)
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

b- Factures de ventes non comptabilisées


 Points soulevé :
Chiffres d’affaires non déclaré comptabilisés en compte courant d’associé
 Elément de réponse :

7/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

- Client Ben Haddou Fer :


Notre société a effectué avec ce client une opération commerciale en 2013. il s’agit de la facture n°
0073/2013 de 21/01/2013 d’un montant HT de 24 366,67 MAD qu’a été réglée par le chèque n° 8372637/BP,
Cette facture a été comptabilisée dans le compte n° 71210000 le 21/01/2013.
- Client Alometal :
Les deux factures de ce client d’un montant HT de 27 333,33 MAD ont été correctement comptabilisées
en 2013 dans le compte n° 71210000 en leurs dates :
- Facture n° 0034/2013 de 10/01/2013 de 25 333,33 MAD HT ;
- Facture n° 1234/2013 de 28/06/2013 de 2 000,00 MAD HT.
- Client Comptoir de Profil et Quincaillerie :
La facture n° 1724/2013 de 01/10/2013 de ce client de 2 916,67 MAD HT a été correctement comptabilisée
en 2013 dans le compte n°71210000.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

3- Produit de la société pour elle - même :


 Points soulevé :
Réintégration au résultat fiscal de la livraison à soi même.
 Elément de réponse :
Comme indiqué ci-dessus, le traitement comptable prévu par CGNC en cas de transfert de
l’immobilisation en cours au compte de l’immobilisation concernée ne devrait pas avoir un impact sur le
résultat. Il s’agit en fait d’une opération neutre sur le résultat en procédant d’un reclassement de
compte "immobilisation en cours" au compte "immobilisation concernée".
Effectivement, pour les besoins de l’utilisation de l’immobilisation en cours, notre société a constatée
l’écriture de virement de compte "immobilisation en cours" au compte "immobilisation concernée" sans
impacter le résultat ni en charges ni en produits.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

4- Créance de l’actif circulant :


 Points soulevé :
Créances sur "avance-fournisseur" non recouvrées ni rémunérées.
 Elément de réponse :
Ces avances principalement auprès des établissements étatiques ONE et OCP et de Maghreb steel ont
été effectivement régularisées soit par l’annulation des cautions soir par achat qui ont été correctement
comptabilisés dans le s comptes de notre société. (se référer aux documents justificatifs)

8/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

Il s’agit des opérations commerciales et non financières pour pouvoir leur appliquer des intérêts et les
imposer à l’IS. Par ailleurs, aucun intérêt n’a été facturé à ces établissements étatiques. Notre société ne
peut donc être imposée sur des intérêts qui n’a ni facturé ni encaissé.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

B- Comptes des Charges :

1- Achats matières et fournitures consommables


 Points soulevé :
Achats de ferraille auprès de fournisseurs non identifiés non appuyés par des factures probantes.
 Elément de réponse :
Comme indiqué ci-dessus, l’achat de certains ferrailles peut être effectue auprès des particuliers qui
procèdent aux ramassages journaliers des articles ferrailles pour les vendre à des sociétés comme la
notre. Cette situation est due au secteur d’activité de la ferraille qui n’est pas totalement organisé en
amont. Le secteur de la ferraille n’est pas le seul qui est marqué par ces opérations de ramassage par les
particuliers de ces articles et leur vente aux sociétés structurées, c’est le cas du secteur du plastique, du
carton, etc. Au contraire, en procédant de la sorte notre société contribue à la restructuration de ce
secteur.
Par ailleurs, les achats effectués auprès de ces particuliers font l’objet pour chaque opération à un bon
de réception interne dûment signé.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

2-Charges injustifiées
 Points soulevé :
Créances sur "avance-fournisseur" non recouvrées ni rémunérées.
 Elément de réponse :
Cet impôt TU-TE de l’exercice 2014 se rapport au local loué dédié à l’exploitation de la société. De ce fait,
cette opération ne peut être remise en cause.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

3-Charges non liées à l’exercice


 Points soulevé :
Comptabilisation des charges n’incombant pas à l’exercice 2016.
 Elément de réponse :
Les opérations soulevées dans votre notification concernent notre société et sont liées à l’exploitation.
De ce fait, ces opérations ne peuvent être remise en cause.

9/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

4-Charges non liées à l’exploitation:


 Points soulevé :
Charges revêtant une libéralité ou factures non libellées au nom de la société.
 Elément de réponse :
Les factures mentionnées dans votre notification concernent notre société et sont liées à l’exploitation.
De ce fait, ces opérations ne peuvent être remise en cause. (Voir détail dans I-A-3-b)
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

5-Charges excessives :
 Points soulevé :
Charges de transport facturées forfaitairement.
 Elément de réponse :
D’abord notre société n’a aucun lien juridique avec la société SDTL. En ce qui le transport de ces articles
notre société a jugé optimale d’utiliser le transport selon la formule forfaitaire quelque soit le km
parcouru par le camion du fournisseur. Notre société utilise au maximum le matériel de transport
pendant les jours ou il est mis à notre disposition. Le transport a été utilisé pour les achats des ferrailles
effectués principalement dans les opérations avec l’OCP de Khribga. De ce fait, ces opérations ne
peuvent être remise en cause.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

6-Charges partiellement déductibles :


 Points soulevé :
Achats payés en espèces non admis en déduction de 50%.
 Elément de réponse :
- En ce qui concerne, les achats de ferraille "BR n° 24 du 13/07/2013 de 10 000,00 MAD TTC", nous
répondu à cette remarque dans le point II. B. 1 . ci-dessus.
- En ce qui concerne, les autres factures du fournisseur Soumulma, nous répondu à cette remarque dans
le point II. B. 3 . ci-dessus. Ces montants ne dépassent pas le seuil de 10.000,00 DH TTC.
De ce fait, ces opérations ne peuvent être remise en cause.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

7- Déplacement, mission, réception :


 Points soulevé :

10/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

Frais de déplacement non liés à l’exploitation.


 Elément de réponse :
Les charges de déplacement au titre de l’exercice 2015 sont liées à l’exploitation et elles n’ont pas un
caractère de libéralité. Ces déplacements ont été effectués pour le compte de la société pour voir la
nouveauté des investissements étrangers dans le secteur d’activité de notre société. Par ailleurs, le
montant des frais de déplacement comptabilisé est très insuffisant compte tenu du volume d’affaires de
notre société.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

8-Rémunération du personnel
 Points soulevé :
Ecart entre le total des rémunérations sur l’état 9421 et les salaires de la société.
 Elément de réponse :
Le rapprochement entre le montant des rémunérations sur l’état 9421 et les salaires de la société ne fait
ressortir aucun écart. (se référer aux documents justificatif en annexe).
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

III.TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE

1. TVA sur chiffre d’affaires reconstitué :


 Points soulevé :
TVA sur chiffre d’affaires reconstitué.
 Elément de réponse :
Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

2. TVA sur chiffre d’affaires non déclaré :


 Points soulevé :
TVA sur apport en compte courant au titre de l’exercice 2016.
 Elément de réponse :
Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

11/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

3. TVA sur les factures de vente non comptabilisées :


 Points soulevé :
TVA sur factures de vente non comptabilisées.
 Elément de réponse :
Toutes les factures de vente de notre société ont été comptabilisées. De ce fait, nous rejetons ce
redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

4. TVA sur créances de l’actif circulant :


 Points soulevé :
TVA sur créances de l’actif circulant.
 Elément de réponse :
Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

5. TVA sur chargés non liées à l’exercice :


 Points soulevé :
TVA sur chargés non liées à l’exercice.
 Elément de réponse :
Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

6. TVA sur chargés non liées à l’exploitation :


 Points soulevé :
TVA sur chargés non liées à l’exploitation.
 Elément de réponse :
Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

7. TVA sur charges excessives :


 Points soulevé :
TVA sur charges excessives.
 Elément de réponse :

12/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

8. TVA sur charges partiellement déductibles :


 Points soulevé :
TVA sur charges partiellement déductibles.
 Elément de réponse :
Nous rejetons ce redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du
chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

9. Crédit de la TVA au 31/12/2012 non justifié


 Points soulevé :
Crédit de la TVA au 31/12/2012 non justifié
 Elément de réponse :
Tous les documents demandés ont été mis à la disposition du contrôle, de ce fait, nous rejetons ce
redressement pour les mêmes motifs et explications évoqués ci-dessus au niveau du chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

10. TVA accordées pour éviter double emploi :


 Points soulevé :
TVA accordées pour éviter double emploi.
 Elément de réponse :
Nous avons pris notre de cette remarque et vous précisons que nous avons apportés les explications
nécessaires à ce points au niveau du chapitre IS.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

11. TVA déclarée hors délai :


 Points soulevé :
TVA déclarée hors délai.
 Elément de réponse :
Toutes les facturations des clients réalisées dans chaque exercice ont été déclarées en totalité à la TVA
de l’exercice concerné y compris les opérations exonérées de la TVA. De ce fait, aucun décalage de TVA
n’a été constaté et par conséquent ces opérations ne peuvent être passibles d’amende.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

13/14
Vérification fiscale des exercices 2013 à 2016 inclus
Réponses à la 1ère lettre de notification

IV. RETENUE A LA SOURCE SUR PRODUITS DES ACTIONS, PARTS SOCIALES ET REVENUS ASSIMILES
Rappelons que ce redressement est la conséquence du redressement opéré au titre de l’IS. Dés lors que
nous contestons ce redressement en matière d’IS, nous rejetons l’application de la retenue à la source
sur les produits des actions parts sociales et revenus assimilés sur les bases que nous contestons.
En conséquence, nous rejetons ce redressement non fondé.

Conclusion :

Nous avons apporté les réponses à toutes les remarques, toutes les réintégrations et tous les
redressements soulevés dans votre 1ère notification relatifs à tous les impôts et taxes,
Nous soutenons que notre comptabilité ne comporte aucune irrégularité grave prévue par les
dispositions fiscales qui remettrait en cause la valeur probante de notre comptabilité et permettrait la
reconstitution de notre chiffre d’affaires,
En conséquence, les reconstitutions proposées et les redressements qui leurs sont associés ne sont ni
fondés ni justifiés,
Nous rejetons catégoriquement les conclusions, les redressements et les rappels de la première lettre
de notification globalement et dans les détails,

Nous vous prions d’accepter, Monsieur l’Inspecteur des impôts, nos meilleures salutations,

La Gérance de la société

Pièces jointes :
- Annexe 1 :
- Annexe 2 :
- Annexe 3 :

14/14