Vous êtes sur la page 1sur 4

République Algérienne Démocratique et Populaire

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE


SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE M’HAMED BOUGARA
BOUMERDES
FACULTE DES SCIENCES De L’INGENIEUR

Département : Génie des procédés


option: Génie chimique

THEME :

REGULATION SUR FILTRE A SABLE

Réaliser par :
 BOUZID imene

2018 /2019

1
Introduction
Le filtre à sable est un moyen écologique de traitement des effluents relativement simple et
peu coûteux. Son principe est de faire percoler de l’eau à travers un massif de sable.

Pour schématiser, les grains de sable forment une couche qui est traversée par l’eau et va
arrêter par simple effet de tamisage les particules les plus grosses que les intervalles entre les
grains. Des particules plus petites seront également retenues par effet de paroi sur la surface
des grains si au fur et à mesure du cheminement dans le filtre elles touchent un grain.

Le pouvoir d’arrêt du filtre sera d’autant plus grand que le diamètre des grains sera faible et
que le temps de séjour des particules sera plus long.

Le colmatage

Lorsque les particules s’accumulent à la surface du filtre, il se bouche et empêche le bon


fonctionnement de la filtration. La pression augmente et l’eau ne circule plus.

Types de colmatage :
Le colmatage est classé suivant les facteurs mis en jeux dans ce phénomène, il est classé
comme suit :

 Colmatage physique : Il est dû au tassement de sable du filtre sous l’effet de son


propre poids et de l’écoulement de l’eau qui provoque le transport des particules fines
en cours d’eau. La matière en suspension est aussi retenue par le matériau filtrant.
 Colmatage chimique : L’eau joue le rôle d’un catalyseur pour les réactions chimiques
entre les ions existants dans la masse filtrante. Ces réactions seront plus affectant en
présence de l’argile
 Le colmatage biologique : Il est dû à l’accumulation de la matière organique dissoute
et les micro- organismes sur les surfaces des grains.

Régulation de débit sur les filtres :


Le maintien du débit constant, quel que soit le degré d’encrassement des filtres, est assuré par
un régulateur, placé à la sortie du filtre, qui agit soit en régulateur de débit, soit en régulateur
de niveau, avec une équipartition préliminaire. Cet organe crée une perte de charge auxiliaire
qui est importante lorsque le filtre est propre et s’annule quand le filtre est totalement

2
colmaté ; le régulateur compense ainsi le colmatage du lit filtrant. Différents systèmes de
régulation peuvent être mis en œuvre :

 siphons partialisés : un flotteur installé dans le filtre régule l'entrée d'air au col d'un
siphon installé sur la sortie de l'eau filtrée, l'air créant une perte de charge plus ou
moins importante, pour compenser le col filtre, correspondant à un arrêt prolongé
(15minutes à 1 h) avant la reprise de la filtration, ce qui permet de diminuer également
les pertes en eau.

 vannes à papillon avec commande pneumatique et positionneur asservi à une sonde de


niveau installée au-dessus du lit filtrant : lorsque le niveau monte dans le filtre, la
vanne s'ouvre pour compenser le colmatage.

 vannes à membrane à commande hydraulique, avec pilote à flotteur installé dans le


filtre : lorsque le niveau monte dans le filtre, le pilote commande l'ouverture de la
vanne pour compenser le colmatage.

Si l’on introduit de l’air à sa partie supérieure, cet air est entraîné par l’eau dans la branche
aval où la densité du mélange air-eau s’abaisse, diminuant ainsi le vide au col. Sans air de
partialisassions, le vide au col est égal, à la perte de charge près dans la branche aval, à la
hauteur « H » de chute entre le plan d’eau sur le filtre et le plan d’eau dans la vasque aval de
restitution. Avec la partialisassions par de l’air, ce vide est réduit à la hauteur « h1 », égale au

3
produit de « H » par la densité du mélange eau-air. La différence H – h1 = h2 représente la
perte de charge ainsi créée par l’apport d’air.

Si h1 représente la perte de charge, filtre propre, due au passage du débit à filtrer à travers le
lit filtrant, le plancher et la tuyauterie d’évacuation d’eau filtrée jusqu’au col du siphon, h2
représente la hauteur de colmatage disponible pour le lit filtrant.

Il suffit donc d’introduire, filtre propre, une quantité d’air suffisante pour créer une perte de
charge h2 et, au fur et à mesure que le lit filtrant va s’encrasser, de réduire ce débit d’air
jusqu’à l’annuler pour faire accroître h1 jusqu’à H