Vous êtes sur la page 1sur 16

Thème 4 la méthodologie fiche jurisprudence

I la fiche de jurisprudence
La fiche de jurisprudence est également appelée fiche d’arrêt, cette dernière expression est
impropre lorsque la décision étudier est un jugement et non un arrêt elle a pourtant la
préférence des juristes.
La fiche de jurisprudence comporte plusieurs étapes
On fait la fiche de jurisprudence version examen
- La première étapes l’identification de la décision :
La décision examiner/étudier est un arrêt de la cour de cassation du

- Deuxième étapes faits (qualification juridique des faits)

- Troisième étape la procédure (au sens large)

- Quatrième étapes problème de droit

- Cinquième étape solution apporter par la juridiction

a) L’identification de la décision

- Avant d’exposer les faits vous devez identifier la décision c’est-à -dire trois choses
La juridiction qui a rendu la décision : cour d’appel de paris première chambre civil de la cour
de cassation assemblé plénière de la cour de cassation

- La date de la décision
- Le domaine sur lequel porte la décision : exemple notion d’homicide involontaire sur la
requalification du contrat de travail
L’étape de la décision doit prendre la forme d’une phrase et une phase qui ne tombe pas du
ciel
Il est recommandé de commencer en commençant par l’expression par la décision étudier
/recommander est un arrêt de la première chambre civil de la cour de cassation rendu le 31
mai 1991 et traitant du problème de la requalification du contrat de travail
Quand l’arrêt étudier est un arrêt de la cour de cassation vous devez obligatoirement écrire la
chambre et en toute lettre la chambre doit être avant la cour de cassation exemple la chambre
criminelle de la cour de cassation

§2 faits (qualification juridique des faits)


- L’étape fait+ qualification juridique des faits correspond à tous ce qui c’est passer avant
le procès à tous ce qui le justifie il est possible en cas de cette étape de parler de droit
d’utiliser de terme juridique exemple mariage contrat divorce mineur c’est même
recommandé mais il n’est pas possible ne principe d’utiliser le vocabulaire du procès
et le premier vocabulaire du procès exemple c’est la demande en justice c’est la
première étape de la procédure
Il s’agit de résumer les faits utiles à la compréhension du litige en écartant les détail inutile une
personne qui na pas la décision sous les yeux doit pouvoir comprendre tout ce qu’il s’est passé
et disposer de tous les éléments nécessaires pour comprendre la suite.
Sauf cas particulier exemple litige relatif à l’emploi d’un nom de famille le nom des parties le
nom des parties au litiges n’est pas sensé figuré dans les faits vous êtes supposée désigner
les parties de manière juridique c’est-à-dire réalisé une qualification juridique de fais
Rappel qualifier juridiquement un fait (une personne, un acte un comportement une
situation…) c’est le faire entrer dans une catégorie juridique c’est le transformer en notion
juridique exemple si monsieur fauchet a vendu une vendu une voiture à madame crésus qui
refuse de payer vous devrait parler de vendeur et d’acheteur attention il ne s’agit pas
seulement de qualifier les personnes les parties vous devez également qualifier les situation
actes comportements
Exemple si Kevin 6 ans à casser la jambe de Vanessa 5 ans vous devrez parler de mineur et
de dommage corporel on peut dire que Kevin est l’auteur du dommage et que Vanessa est la
victime de dommage
Lorsque le litige porte sur la qualification juridique à retenir vous devez désigner les parties
aux litiges en utilisant un vocabulaire juridique neutre vous ne devez pas anticiper sur la
décision proprement dit exemple monsieur Pett et monsieur Dicaprio on conclut un contrat
monsieur Pett prétend qu’il s’agit d’un contrat de vente monsieur Dicaprio soutient qu’il s’agit
d’un contrat de location.
Comme le but de procès est de déterminer qui a raison vous ne pouvais pas ou stade de
l’exposer des faits parler de vendeur et d’acheteur (contrat de vente) ou encore de locataire
ou de bailleur (contrat de location).
Vous devais dire qu’un contrat a été conclut mais que les parties au contrat (qualification
juridique neutre) s’oppose sur la qualification du contrat qu’il s’agit pour l’un d’un contrat de
vente pour l’autre un contrat de location.
Comme le nom des parties les dates sont en principe indifférente (ce n’est pas pertinent) sauf
lorsqu’elles sont importante pour la suite (exemple affaire relative a un conflit de loi dans le
temps) vous n’avez pas à les mentionner.
Attention lorsque vous désigné les parties de manière juridique vous ne pouvez plus ensuite
revenir en arrière-exemple si à la fin de la fiche de jurisprudence vous parlez de madame
crésus alors que vous utilisé jusqu’à présent le terme acheteuse le correcteur fera semblant
de ne pas comprendre.
§3 : procédure au sens large
La procédure retrace l’évolution du litige face au différent juge qui ont eu à en connaitre c’est
plus simplement l’histoire du procès.
Comme la plupart des histoires elle nécessite de respecter l’ordre chronologique.
L’étape procédure s’arrête juste avant la décision examiné exemple si la décision examinée
est un arrêt de la cour de cassation l’étape procédure s’arrêtera à l’étude du pourvoi formé par
le demandeur au pourvoi

3 cas doivent être distingué


Cas 1 : la décision examinée est la première décision rendu dans le cadre de l’affaire exemple
il s’agit d’un jugement de tribunal d’instance ou tribunal de grande instance
Qui a pris l’initiative du procès+ prétention (demande) des parties+ argument (moyens) des
parties
Les prétentions des parties sont ce que celle-ci demande au juge exemple la victime assigne
l’auteur du dommage en responsabilité afin d’obtenir des dommages et intérêts.
Les arguments des parties sont le résonnement suivit par celle-ci il correspond à des
arguments de faits (argument relatif au faite) ou de droit (argument relatif au droit).
Les arguments des parties sont appelés moyens ne les confondre pas avec les arguments
des juges appelé motif
Exemple d’argument de droit la victime prétend qu’en vertu de l’article 1241 du code civil
l’auteur du dommage doit réparer intégralement son préjudice.
Attention les prétentions est argument du défendeur ne figure pas toujours dans les décisions
si rien est indiquer n’inventer pas ne dite rien.

Cas 2 : la décision étudier c’est la deuxième décision rendu dans le cadre de l’affaire
Exemple il s’agit d’un arrêt de cour d’appel dans cette hypothèse vous devez indiquer un
certain nombre de chose
Qui a pris l’initiative du procès+ prétention (demande) des parties+ arguments de parties
Sens de la décision du tribunal de première instance (à qui les juges ont donnée raison) + les
arguments (motif) des juges
Qui a saisi la cour d’appel+ prétention des parties devant la cour d’appel+ argument (moyen)
des parties devant la cour d’appel
Attention la prétention est argument des parties devant la cour d’appel ne figure pas toujours
dans les décisions encore une fois si rien n’est indiquer n’inventer pas

Remarque donner le sens d’une décision c’est indiquer a qui les juges ont donner raison c’est
répondre aux questions du type la cour d’appel a-t-elle confirme où infirmer la décision des
premiers juges
Attention à ces formule dernière formule ou expression de type arrêt infirmatif ou arrêt
confirmatif elle donne de manière indirect le sens de la décision des premiers juges si la cour
d’appel confirme le jugement du tribunal c’est que les premier juges se sont prononcé dans le
même sens qu’elle (ils ont eux aussi donné raison a l’acheteur) si la cour d’appel infirme le
jugement du tribunal c’est que les premier juges se sont prononcé en sens contraire (
contrairement à la cour d’appel ils ont donné tort à l’acheteur) cette indication doit figurer dans
la fiche d’arrêt.

Donner les motifs des juges ces s’intéresser à leurs raisonnements c’est exposer leurs
arguments.
Arguments qui peuvent être de faits ou de droit du moins devant les juridictions du fond
(premier et second degré) c’est ce qui juge en fait et en droit contrairement à la cour de
cassation qui ne juge qu’en droit.
Exposer les motifs des juges revient à expliquer en quelques mots ou quelques lignes pourquoi
ils ont statué dans tels ou tels sens cela implique notamment à s’intéresser au fondement
juridique de leurs décisions c’est-à-dire aux textes sur lesquelles il s’appuie.

Cas 3 la décision étudiée est la troisième décision rendue dans le cadre de l’affaire la fiche
porte sur un arrêt de la cour de cassation.
Dans cette hypothèse vous devez indiquer les trois étapes évoquées dans le cadre du cas
numéro 2
1 étapes Qui a pris l’initiative du procès+ prétention (demande) des parties+ arguments de
parties
2 étapes Sens de la décision du tribunal de première instance (à qui les juges ont donnée
raison) + les arguments (motif) des juges
3 étapes Qui ont saisi la cour d’appel+ prétention des parties devant la cour d’appel+ argument
(moyen) des parties devant la cour d’appel
4étapes sens de la décision de la cour d’appel (a qui les juges ont donné raison) + motif
(argument) de la cour d’appel
5 étapes qui ont saisi la cour de cassation (qui a formé le pourvoi en cassation) + les
prétentions (demande) des parties devant la cour de cassation : en pratique c’est celle du
demandeur au pourvoi + les moyen (arguments) des parties devant la cour de cassation : en
pratique c’est les moyens du demandeur au pourvoi
Quant rien est indiquer on ne dit rien on n’invente pas on se méfie toutefois de ce qui est dit
implicitement exemple arrêt infirmatif et confirmatif
Remarque dans la fiche d’arrêt vous ne devez pas trop développer les motifs de la cour d’appel
car sinon vous risquiez de vous répéter car la cour de cassation s’appuie sur les arguments
de la cour d’appel.
Remarque exposer les moyens du demandeur au pourvoi revient à indiquer ce que ce dernier
reproche à la cour d’appel cela implique de :
- S’intéresser aux arguments du demandeur au pourvoi
- De bien distinguer les différents moyens et branches du pourvoi
- D’indiquer le cas d’ouverture à cassation (violation de la loi défaut ou manque de base
légal)
La plupart des fiches de jurisprudence pour sur des arrêts de la cour de cassation.
Les arrêts de cassation mettent l’accent non pas sur le pourvoi mais sur la décision critiquer
par le pourvoi généralement celle d’une cour d’appel.
Les arrêts de rejet mettent au contraire l’accent sur le pourvoir et non sur la décision critiquée
par le pourvoi.
Autrement dit si l’arrêt sur lequel porte la fiche est un arrêt de cassation vous devrez surtout
vous intéresser à la décision attaquer si c’est un arrêt de rejet vous devrez surtout parler du
pourvoi.

Faut-il lors de l’étape procédure mentionner la date et le lieu de la décision ?


Arrêt de la cour de Lyon du 10 juin 2012
Pour la plus par des enseignant la réponse est non pour d’autres c’est oui

Etape 4 le problème de droit :


Le problème de droit est exposé en termes impersonnel de la difficulté juridique soulevé par
l’affaire c’est l’élément le plus important de la fiche car il permet au correcteur si vous avez ou
non comprit la décision.
Puisqu’il doit être formulé de manière impersonnel le problème de droit implique un travail de
qualification juridique c’est-à-dire pas de nom pas de prénom même pour les sociétés pas de
monsieur X et pas de madame Y que des qualifications.
Le problème de droit doit pouvoir êtres comprit par une personne qui n’a jamais lu la décision
un juriste qui n’a que votre problème de droit sous les yeux doit être capable de répondre à la
question (voir teste de la page blanche).
Exemple ne dite pas monsieur di caprio est-il acheteur ou locataire ? mais on écrit
Qu’elle est le critère de distinction entre le contrat de vente et de location ?
Ne dite pas monsieur x peut-il obtenir le divorce ? mais l’adultère est-il un motif de divorce ?
ou encore l’adultère du conjoint permet-il d’obtenir le divorce pour faute ?
Rédiger de préférence votre problème de droit sous la forme interrogative car cela évite de
nombreuses fautes de syntaxe et permet à votre problème de droit de sauter aux yeux du
correcteur
En principe le problème de droit peut être trouver en confrontant les thèses en présence les
positions qui s’oppose que celle-ci émane des parties ou des juridictions la plupart des fiches
d’arrêt porte sur des arrêts de la cour de cassation s’il s’agit d’un arrêt de rejet le problème de
droit résultera de la confrontation des moyens du demandeur au pourvoir et des motifs de la
cour de cassation.
S’il s’agit d’un arrêt de cassation la question droit confrontation des motifs de la cour d’appel
et des motifs de la cour de cassation.
S’il y a deux difficultés juridiques vous devez poser deux questions de droit mais c’est très rare
en première année.
Ne multiplier donc pas les problèmes de droit pour une même difficulté un seul suffit.

Etapes 5 la solution apporter par la décision examinée


2 étapes ici vous pouvez inverser l’ordre es étapes si cela vous arrange
1 étape le sens de la décision examiné a qui les juges ont donnée raison ce qui s’appel aussi
le dispositif si la décision étudiée est un arrêt de la cour de cassation vous devez si la cour de
cassation rejette le pourvoi (arrêt de rejet) ou si elle casse totalement ou partiellement la
décision attaqué (arrêt de cassation).
Autrement dit vous devez reprendre le dispositif. Le dispositif est la partie finale du jugement
contenant la décision du juge il donne le sens de la décision.

Attention ne pas dire casse et annule on dit seulement casse

Exemple relatif à la première étape la première chambre civile de la cour de cassation rejet le
pourvoi
La chambre sociale de la cour de cassation casse l’arrêt de la cour d’appel
Deuxième étape correspond à la solution proprement dite donc aux motifs des juges. Il s’agit
d’indiquer la réponse par la juridiction qui rendu la décision examiner en exposant brièvement
les raisons autrement dit les motifs de sa décision vous devez faire un tri dans ce qui est dit
pour retenir ce qui est important mais vous devez dire tout ce qui est important n’oublier pas à
ce stade d’indiquer les règles ou principe juridique sur lesquelles s’appuie les juges

Exemple article 242 du code civil pour la cour de cassation le critère de distinction entre le
contrat de vente et le contrat de contraction et … car …
Selon la cour de cassation il résulte de l’article de l’article 242 du code civil que l’adultère du
conjoint permet d’obtenir le divorce pour faute car ou parce que …
Important lorsque la décision examiner est un arrêt de la cour de cassation la seconde étape
implique de parler :
- De parler des arguments proprement dit de la cour de cassation
- Du visa s’il y en a un
- De l’attendu de principe s’il y en a un
- Du cas d’ouverture a cassation (violation de la loi ou défaut de base légale)
II comprendre les jugement et arrêt
Les décisions que l’on vous donne dans les fiches de TD sont souvent incomplète.
Les enseignants enlèvent certain élément ou certain passage afin de vous facilité la tâche
nous allons voir comment se présente normalement les décision des juges c’est-à-dire lorsque
l’on a rien noté lorsque l’on a rien enlevé nous allons commencé par les arrêt de cassation car
ce sont les décision les plus fréquemment étudier
A) Les arrêts de la cour de cassation
La structure des arrêts de la cour de cassation :
1 l’en tête de l’arrêt c’est ce que l’on a avant l’arrêt proprement dit très souvent les enseignant
enlève ‘entête de l’arrêt dans les fiches de Td c’est-à-dire les infos qui figure au-dessus de
l’arrêt proprement dit dans l’en tête on trouve
 La juridiction cour de cassation

 La chambre (première chambre civil chambre sociale) ou la formation (assemblé


plénière chambre mixe)

 Date

 Le numéro du pouvoir (14-20150) les deux premiers chiffres c’est l’année du pourvoi il
y a souvent un décalage avec l’année du jugement ce numéro est important car il
permet de retrouver facilement la décision sur des site tel que Légifrance Dalloz Nexis
les auteurs qui commente un arrêt de la cour de cassation rappel toujours le numéro
du pourvoi

 Des informations relatives au publication les arrêts les plus important =arrêt de principe
(ce qui opère un revirement de jurisprudence changement de jurisprudence) ce qui
statut sur un nouveau problème sont publier dans ce que l’on appelle le Bulletin de la
cour de cassation. Les arrêts qui figurent dans le Bulletin de la cour de cassation sont
précédé de la formule « publier au Bulletin » les arrêts qui ne le sont pas qui sont en
générale des arrêts d’espèces sont précédé de la formule « inédit » sachant que c’est
la cour de cassation elle-même qui décide si l’arrêt doit être publier ou non l’indication
permet de savoir si l’arrêt est important ou non

 Rejet ou cassation qui est l dispositif

 Le nom des magistrats des intervenant

B) L’arrêt proprement dit


Comme la plupart des décisions les arrêt de la cour de cassation sont constituer d’une seule
phrase regarder il n’y a qu’une seule point et tout à la fin la.
Contrairement au conseil d’état qui utilise l’expression considérant que la cour de cassation
commence ses paragraphes attendus que
La structure des arrêts de la cour de cassation diffère selon que l’arrêt est un arrêt de cassation
ou de rejet
a) La structure de la cour de Cassation
Il y a une réforme relative a la manière de présenter la décision de la cour de Cassation ce qui
suit correspond à l’ancienne présentation
Lorsqu’il n’y a qu’un seul problème ou qu’un seul groupe de problème les problèmes voisins
sont souvent traité ensemble la structure es arrêt de la cour de Cassation est normalement la
suivante il peut y avoir des différences des nuance.
L’ordre est important chaque étape correspond en principe à un paragraphe.
- Référence au pourvoi ou au moyen du pourvoi auquel répond la cour de cassation la
formule commence par sur
Exemple sur le moyen unique sur le pourvoir sur le second moyen prit en sa troisième branche
cela veut dire ici il y au moins 3 branches dans le moyen
Rappel le moyen se divise en branche. Un moyen correspond a un type de problème rencontré
par le demandeur au pourvoi et les branche correspond a des subdivision du problème
Exemple dans la première branche du moyen la cour d’appel a violé l’article 1340 du code civil
La deuxième branche du moyen la cour d’appel a privé sa décision de base légale
L’arrêt dans l’arrêt de la fiche de la page 29 dans l’arrêt de l’assemblé plénière du 31 mai 1899
qui est un arrêt qui porte sur les mère porteuse la première formule est « sur le pourvoi formé
par le procureur général près de la cour de cassation » dans l’intérêt générale

§2 le visa
Le visa désigne le texte sur lequel le juge fonde sa décision (visa de texte) ou l’acte de
procédure de texte auquel il se réfère visa (procédure)
Dans les décisions le visa est précédé du mot vu exemple vue l’article 6 du code civil (= égale
visa de texte) ou vue le pourvoi enregistre le … ou vue la requête de… (visa de procédure)
Contrairement au conseil d’état qui utilise aussi bien des visas de texte que de procédure la
cour de cassation privilégie les visas de texte.
Important seuls les arrêts de cassation total ou partiel comporte un visa il n’y a jamais de visa
dans les arrêts de rejet.
Dans l’arrêt de l’assemblé plénière Vu les articles 6 et 128 Code civil ensemble (et) 353 …

§ 3 chapeaux s’il en a un (attendu de principe)


Dans les arrêts de cassation le chapeau s’il existe figure obligatoirement juste au-dessous du
visa les chapeaux sont également appelé un attendu de principe est un principe une règle
générale posé par la cour de cassation et destiné a s’appliquer dans toute les affaires
similaires.
Le chapeau est donc impersonnel il ne contient aucun prénom aucun nom ne fait pas allusion
a la cour d’appel au juge.
l’arrêt qui contienne des chapeau et donc des attendus de principe sont des arrêts important
des arrêt des principe c’est un arrêt dans lequel le juge pose généralement sous la forme d’un
chapeau un principe une règle générale destiné a s’appliquer dans toute les affaires similaires.
L’arrêt de principe s’oppose a l’arrêt d’espèce si la cour de cassation n’était qu’appliquer une
solution déjà affirmer par de nombreux autres arrêt on dit que son arrêt est un arrêt d’espèce
par définition un arrêt d’espèce n’implique rien de nouveau.
Dans la fiche de TD vous avez surtout des arrêts de principes.

Si le visa est obligatoire dans les arrêts de cassation le chapeau ne l’est pas. Vue l’importance
des chapeaux des arrêt de principe vous devez s’insérèrent en parler dans vos fiches d’arrêt
lors de la solution.
Comme le visa le chapeau fait partie des motifs de l’arrêt c’est-à-dire des arguments utiliser
par la cour de cassation pour justifier sa décision. Il complète ce que l’on appel l’attendu
décisoire notion que nous examineront un peu plus tard.
Si la décision comporte un chapeau est donc n attendu de principe vous devez donc en parler
lors de la dernière étape de la fiche.
L’arrêt plénière de 1991 contient-il n chapeau un attendu de principe ?
« Attendue que la convention par laquelle une femme s’engage fusse a titre gratuit a concevoir
et a porter un enfant pour l’abandonner a la naissance contrevient… »
Ce sont les attendu de principe que l’on retrouve sous les codes dans les articles au niveau
de la jurisprudence
§4 : exposer des faits et indication relative a la procédure devant les juges de première
instance.
Le paragraphe exposant les faits et la procédure relative a la première instance commence
par une formule du type attendue selon l’arrêt ou attendu que selon l’arrêt attaquer.
Le mot clés est selon
Il comporte souvent en plus des faits d’indication ayant trait à la procédure devant les juges
du premier degrés
Exemple prétention du demandeur initiale sens de la décision des premiers juges
§5 sens est motif de la décision attaqué
La décision attaquée est celle critiqué par le pourvoi il s’agit généralement d’un arrêt de cour
d’appel.
Lorsqu’il est indiqué le sens de la décision attaqué (a qui les juges ont donnée raison) figure
généralement au début du paragraphe pour le trouver vous devez rechercher des expressions
du type « attendu que pour rejeter ces demande » « attendu que pour faire droit à ses
prétention ».
Les motifs des juges ayant rendu la décision attaquée c’est-à-dire leur argument apparaissent
normalement après le sens de la décision attaqué. Pour les trouver vous devez rechercher
des formules du type « l’arrêt retient que » «au motif que »
La date et le lieu de la décision attaqué ne sont pas toujours mentionné à ce stade obtenir ces
informations nécessite souvent de lire le dispositif de l’arrêt de la cour de cassation en d’autre
therme les dernières lignes de l’arrêt.
§6 : motif de la cour de cassation autrement dit raison pour lequel la décision attaquée doit
être cassé
Le paragraphe qui contient son information est appelé « attendu décisoire »
Dans les arrêts de cassation l’attendu décisoire commence par « qu’en statuant ainsi » « en
déterminant ainsi » « alors que »
Il peut arriver que comme dans les arrêts de rejet il commence par « mais attendu que »
L’attendu décisoire ce termine par l’erreur de droit commise par les juges du fonds c’est-à-dire
par la position de la cour de cassation sur les cas d’ouverture a cassation.
Exemple « la cour d’appel a violé les texte susvisé (on a droit de l’écrire que si on a déjà parlé
des textes plus haut) &autre exemple « en statuant ainsi sans vérifier que…. La cour d’appel
a privé sa décision de base légale au regarde tel ou tel texte »
Pour bien comprendre la fin de l’attendu décisoire il faut savoir ce qu’est un cas d’ouverture a
cassation.
Les cas d’ouverture ont cassation été les cas dans lequel le juge de cassation (cour de
cassation ou conseil d’état) accepte de casser une décision.
Il correspond au différent type d’erreur de droit que peuvent commettre les juges du fond (ce
qui juge en fait et droit)
Sauf cas très particulier (pourvoi formé par le ministère publique) les pourvois mentionnent
obligatoirement un ou plusieurs cas d’ouverture a cassation.
Il existe 9 cas d’’ouverture a cassation devant la cour de cassation autrement dit 9 types
d’erreur de droit possible il y en a mins devant le conseil d’état les principaux cas d’ouverture
a cassation les plus courant sont « la violation de la loi » « le défaut ou manque de base
légale » « défaut de motif »
Il y aussi
- L’incompétence des juges du fond
- L’excès de pouvoir
- La dénaturation
La violation de la loi correspond au nom respect par les juges du fond de la règle de droit
La cour de cassation ne juge qu’en droit le défaut au manque de base l égale est retenue
lorsque parce qu’elles sont insuffisantes les constations du juges du fond relative aux faits ne
permet a la cour de cassation de dire si la règle de droit a été u non finalement respecté.
Le défaut de motif correspond à la violation par les juges du fond de l’obligation de motivation
les juges du fond on l’obligation de motiver leur décision c’est-à-dire d’exposer les arguments
de faits ou de droits qui justifie l’accueil ou le rejet de la demande si la demande des juges du
fond ne comporte aucun motif ou des motifs contradictoire il y a défaut de motif.
Dans les arrêts de rejet le cas d’ouverture à cassation invoqué par le demandeur au pourvoie
apparait très clairement.
Dans les arrêts de cassation on le déduit de la réponse de la cour de cassation.
Exemple si la cour de cassation dit que la cour d’appel a violé tel ou tel texte c’est-à-dire que
le cas d’ouverture a cassation invoquer par le demandeur au pourvoi été la violation de la loi.
Autre exemple si la cour de cassation dit que la cour d’appel na pas donné de base légale a
la décision ou a privé sa décision de base légale c’est que le cas d’ouverture a cassation
invoquer par le demandeur au pouvoir été le défaut ou le manque de base légale.
Du point de vue de la jurisprudence de la création les cas d’ouverture a cassation les plus
intéressant sont la violation de la loi et le défaut ou manque de base légale c’est pour cela que
la plupart des arrêts de vos fiche de TD parle de violation de la loi ou de défaut de manque de
base légale.

§7 Le dispositif de l’arrêt de la cour de cassation et indication de la juridiction de renvoi


Le dispositif donne le sens de l’arrêt dans les arrêts de cassation il commence par « par ce
motif casse et annule »
Qu’est ce que la juridiction de renvoie ?
C’est celle qui après la cassation va rejuger l’affaire en fait et en droit.
Attention le renvoie n’est pas obligatoire quand la cour de cassation estime que son arrêt suffit
elle cassa sans renvoi.
Exercice pratique
Identification de la décision la décision examinée est un arrêt rendu par l’assemblé plénière
de la cour de cassation rendu le 31 mai 1991 l’arrêt traite de l’adoption plénière dans le cadre
des maternités de substitution (mère porteuse)
Rappel dans une adoption simple les liens entre l’adopté et sa famille d’origine ne sont pas
rompu
Dans une adoption plénière ils le sont
Faits un couple désire d’avoir un enfant fait appel au service d’une « mère porteuse »
L’épouse atteinte d’une infertilité irréversible l’époux donne sont sperme la « mère porteuse »
qui inséminé artificiellement donne naissance à un enfant. L’enfant est déclaré comme né de
l’époux sans mention de filiation maternel
Procédure l’épouse demande à adopter l’enfant sous la forme plénière
Le tribunal ayant rejeté sa demande (voir arrêt infirmatif) elle interjette appel.
La cour d’appel infirme le jugement elle prononce l’adoption plénière au motif d’une part quand
l’état actuel des pratique scientifique et mœurs la maternité de substitution est licite est
conforme à l’ordre public d’autre part que l’adoption est en l’espèce conforme à l’intérêt de
l’enfant
Le procureur général près de la cour de cassation forme un pourvoi dans l’intérêt de la loi
Remarque le pourvoi dans l’intérêt de la loi est un pourvoi en cassation formé à l’initiative du
ministère publique contre des décision contraire à la loi la cour de cassation se prononce sur
la conformité de la décision au droit mais seulement dans l’intérêt de la loi autrement dit
uniquement dans le but de fixer la jurisprudence sa décision n’a pas d’effet sur les parties ce
qui explique l’absence de renvoi le but est de savoir ce que pense la cour de cassation sur tel
ou tel sujet Question une femme peut-elle adopter un enfant née d’une femme de mère
porteuse ?
Correction Question l’adoption plénière d’un enfant issu d’une convention de mère porteuse
est-elle licite ? il fallait absolument parler de mère porteuse et d’adoption
La cour de cassation casse la décision rendu par la cour d’appel dans l’intérêt de la loi et sans
renvoi de l’arrêt rendu le 15 juin 1990 par la cour d’appel de Paris.
La cour de cassation commence par rappeler les articles 6 et 128 du code civil ensemble de
l’article 353 du même code qui dispose « attendu que la naissance la convention par laquelle
une femme s’engage fût-ce à ce titre gratuit à concevoir et a porté un enfant pour l’abandonner
à sa naissance contrevient tant au principe d’ordre public de l’indisponibilité du corps humain
qu’à celui de l’indisponibilité de l’état des personnes »
En se statut sur plusieurs faisceaux tel que le fait que l’adoption n’est qu’un processus qui
permet à un couple l’accueil à son foyer d’un enfant conçu en exécution tendant à l’abandon
à sa naissance par sa mère qui porte atteinte de l’indisponibilité du corps humain et de l’état
des personnes et donc cela constituait un détournement de l’institution de l’adoption.
Selon la cour de cassation la cour d’appel n’est pas apte à gérer ce type de conflit contenu de
la violation des articles susvisé.
Correction Solution la cour de cassation casse l’arrêt de la cour d’appel et répond à la question
par la négative
Après avoir indiquer dans un attendu de principe que les conventions de mère porteuse sont
illicites car contraire aux principes d’ordre publique de l’indisponibilité du corps humain et de
l’indisponibilité de l’état des personnes. Elle se prononce sur l’adoption plénière proprement
dite. Elle la juge illicite elle considère qu’elle constitue un détournement de l’adoption car elle
clôture un processus organisé afin de permettre au couple d’accueillir un enfant conçu en
exécution de la convention illicite sus évoqué.
Elle en déduit que la cour d’appel a violé (position de la cour de cassation sur le cas d’ouverture
à cassation) les articles 6 1128 et 353 du code civil.
Bonus on explique en une ou deux phrase l’intérêt de l’arrêt en d’autres termes la haute
juridiction profite du litige pour formuler un principe d’illicéité des conventions de mère
porteuse ; principe dont elle tire ensuite les conséquences sur l’adoption.

b) La structure des arrêts de rejet


Rappel :la cour de cassation à très récemment modifier sa manière de présenter les arrêts ce
qui suit correspond à l’ancienne présentation.
Lorsqu’il n’y a qu’un seul problème juridique ou un seul groupe de problème juridique l’ordre
est en principe le suivant :
Remarque en principe chaque étape correspond à un paragraphe
Premier paragraphe : référence au pourvoi ou au moyen du pourvoi auquel répond la cour de
cassation le paragraphe commence sur
Exemple sur le moyen unique ou sur le second moyen pris en sa troisième branche

Deuxième paragraphe correspond à l’exposé des fait et indication relatif à la procédure devant
les juges de première instance même chose que pour les arrêts de cassation

Troisième paragraphe sens de la décision attaquer motif des juges ayant donné la décision
attaqué et moyen du demandeur au pourvoi
Sur ce qui est des deux premiers éléments c’est-à-dire sens de la décision attaque et moyen
du demandeur au pourvoi c’est la même chose que pour les arrêts de cassation même
remarque donc
Noté toutefois que dans les arrêts de rejet il peut arriver que les motifs de la juridiction critiquer
par le pourvoie figure enfaite un peu plus loin c’est-à-dire dans le paragraphe exposant le motif
de la cour de cassation (dans l’attendu décisoire)

Normalement le paragraphe ici évoqué contient également le moyen du demandeur au pourvoi


si vous préférer ce qu’il reproche à la décision attaquée ces arguments. Cet exposé est
introduit par l’expression « alors selon le moyen que » ou plus simplement par « alors que » il
fait nécessairement référence à un ou plusieurs cas d’ouverture à cassation (type d’erreur de
droit commise par les juges du fond selon le demandeur au pourvoi)
Exemple dans l’arrêt de la première chambre civil de la cour de cassation du 19 décembre
2107 le cas d’ouverture à cassation par le demandeur est la violation de la loi « voire la formule
la cour d’appel à violé les article 55 de la constitution du 4 octobre 1958 »
Nous avons vue que les pourvois été divisés en moyen et les moyens en branches lorsque le
moyen comporte plusieurs branches les branches sont généralement numérotés ou distingué
au moyen d’expression « d’une part » « d’autre part » elles ont parfois leurs propre paragraphe
1 branches 1 paragraphe.
Pour bien repérer les branches regarder combien il y a de cas d’ouverture à cassation.
Paragraphe 4 chapeau intérieur (facultatif) nous avons vu que les arrêts de cassation
pouvaient contenir juste sous le visa un chapeau contenant un principe générale destiné a
s’appliquer à toutes les affaires similaires.
Dans les arrêts de rejet le chapeau s’il existe figure après l’expression mais attendu que qui
indique que c’est la cour de cassation qui parle il est appelé chapeau intérieur il est aussi
important que dans les arrêts de cassation il indique que l’arrêt est un arrêt de principe.
Il fait bien évidemment partie de la cour de cassation c’est même le motif principal si la décision
comporte un chapeau intérieur vous devez donc obligatoirement en parler lors de la dernière
étape de la fiche d’arrêt c’est-à-dire lors de l’étape solution.
L’arrêt de la première chambre civil du 17/12/2017 ne contient pas de chapeau intérieur

Paragraphe 5 indication des motifs pour lesquels le pourvoi doit selon la cour de cassation
être rejeté. Le paragraphe qui contient ces informations est appelées attendu décisoire. Dans
les arrêts de rejet l’attendu décisoire commence en principe par l’expression mais attendu
que ;il se termine en principe par une formule montrant que la cour de cassation considère
que les juges du fond non pas commis l’erreur de droit invoqué par le demandeur au pourvoi
autrement dit par une référence de cas d’ouverture à cassation.
Exemple : lorsque le cas d’ouverture à cassation invoqué dans e pourvoi est la violation de la
loi l’attendu décisoire est supposé se terminer par une formule du type « la cour d’appel à
exactement énoncé que » ou « la cour d’appel a à juste titre décidé que »

Autre exemple : lorsque le cas d’ouverture a cassation invoquée par le pourvoi est le défaut
ou le maque de base légale l’attendu décisoire est sensé se terminé par une formule du type
« la cour d’appel à légalement justifié sa décision »

Attention cette dernière formule est parfois utilisée lorsque le demandeur invoque une violation
de la loi voir notamment en ce sens l’arrêt du 19/12/2017

Paragraphe 6 dispositif de l’arrêt de la cour de cassation par ces motifs : rejet le pourvoi
Attention les deux structures ci-dessus « arrêt de cassation et arrêt de rejet » correspond à
des affaires ou il n’y a qu’un seul problème ou qu’un seul groupe de problème. Lorsque l’affaire
soulèves des difficultés juridiques bien distinct la structure des arrêts de la cour de cassation
est bien différente car chaque difficulté est alors traitée séparément des autres.
Exemple Monsieur fiou fait croire que le tableau peint par son neveu est un tableau de Picasso
il le vend à monsieur pas de bol pour fortune la cour d’appel annule la vente pour dol (
tromperie) et condamne monsieur filou a verser des dommage-intérêt a monsieur pas de bol
pour réparer le préjudicie subit par celui-ci le pourvoi de monsieur filou comporte de moyen
dans le premier monsieur filou prétend que la cour d’appel ne pouvait annuler le contrat de
vente pour dol dans le second qu’elle ne pouvait pas le condamné a des dommage et intérêt.
Les problèmes soulevés étant très différent la cour de cassation statuera sur les deux moyens
non pas en même temps mais à la suite si elle approuve les juges du fond sur le premier
moyen mais pas sur le second il y aura cassation mais seulement pour le deuxième moyen ici
sur les dommage-intérêt on parlera de cassation partielle, le dispositif commencera
normalement par « casse et annule mais seulement en ce que… »
Du point de vue de la structure de l’arrêt le passage relatif au premier moyen aura les
caractéristiques d’un arrêt de rejet le passage relatif au second moyen celle d’un arrêt de
cassation
Exemple il comportera nécessairement un visa

Semaine prochaine faire la fiche d’arrêt du 19/12/2007


L’arrêt étudié est un arrêt de la première chambre civil de la cour de cassation rendu le 19
décembre 2007 elle traite de l’adoption simple au sein un couple homosexuel

Faits : deux femmes formant un couple conclu un pacs l’une d’elle donne naissance à un
enfant par procréation médicalement assisté avec tier donneur anonyme la mère biologique
consent à ce que sa compagne adopte l’enfant

Procédure : la compagne de la mère biologique présente une requête en adoption simple de


l’enfant en sollicitant qu’il porte sont nom et celui de sa mère biologique
La cour d’appel énonce que pour que le conjoint puisse adopter l’enfant d’une adoption simple
le conjoint doit renoncer à élever son enfant et dit que la délégation partielle de l’autorité
parental naturel n’est possible que pour les parents et personnes de sexe différente et lorsque
et donc refuse l’adoption simple
La femme qui demande l’adoption simple se pourvoi en cassation.
Question : Un conjoint au sein d’un couple homosexuel à la possibilité d’adopter l’enfant de
l’autre qui est né par procréation médicalement assisté ?
Cour de cassation :la cour de cassation rejette le pourvoi.
La cour de cassation c’est servi de multiples faisceaux tel que le fait que sila conjointe adopter
l’enfant la mère de l’enfant perdrait l’autorité parental alors que celle-ci est totalement apte à
l’appliquer et d’autre part que l’article 365 du code civil ne prévoit le partage de l’autorité
parental qu’en cas d’adoption de l’enfant du conjoint mais pour cela ils doivent être unies par
le lien du mariage.
De ce fait la cour d’appel a bien respecté le texte 365.
La cour de cassation rejet le pourvoi et condamne la conjointe au dépend de la mère