Vous êtes sur la page 1sur 11

Droit International Public

Définition :
Il n’ ya pas de définition absolue du DIPu, toutes les définitions sont relatives.
❖ Le mot droit est un mot polysémique issu du mot jus (justice), directus (perscriptive)
géométrique continue) caractérisé par la rigueur et la sanction.
❖ Le droit est un ensemble de normes juridiques coercitives régissant la vie en société
et aspirant des valeurs axiologiques ; les valeurs, liberté, justice …..
❖ Le mot International, renvoie à la notion d’extranéité le dépassement des frontières.
La définition historique du mot International :
La genése du mot international a commencé par jus gentium , invention Romaine ,qui est un
droit appliqué sur les pérégrins les non Romains , alors que le droit appliqué sur les romains
est le jus-civil.
Au 16 eme siécle Francisco Vittoria a changé l’appelation de jus gentium en jus inter-gentes
qui signifie le droit entre nations , il a aussi inventé un droit nommé jus – communicationes,
signifiant, la liberté de voyager, de cummuniquer à la place de jus intergentes.
Au 18 eme siécle, Jerémie Bentham a utilisé pour la 1 ere fois l’expression international LOW
dans son livre « introduction au princire de la morale et de la législation »
I. Définition du Droit International Public :
D’après David Rusié et Gérard Teboule dans leur ouvrage « DIPu» définissent ce dernier : Le
DIPu parfois appelé droit des gens est constitué par l’ensemble des règle de droit qui
s’appliquent aux sujets de la société internationale, c'est-à-dire normalement aux Etat et aux
Organisations internationales et exceptionnellement aux individus […],
C’est donc l’ensemble des normes prescriptives, prohibitives ou permissives […] cet ordre
normatif est un facteur d’organisation social. Qui remplit une double fonction : réduire
l’anarchie dans les relations Internationales en a assurant la coexistence entre les Etats et
satisfaire les intérêts communs ; (CPJI) affaire du lotus en 1927.
La définition de la CPJI dans l’affaire de lotus énonce que « le DI régit les relations entre
Etats indépendants».
Le jurite et professeur Jules Bas-De-Vent définit le DI comme etant « l’ensemble des
régles juridiques régissant les rapport internationaux . dans un « Dictionnaire de la
terminologie du DI» en 1960.
Le droit international ne s’applique que sur les Etats qui ont manifesté leurs
consentements :
(Si OMNES), mais avec la convention de geneve de 1949 et l’apparition du droit
humanitaire on a passé ou principe
(Erga OMNES) ce qui implique l’arrivée tardive de lindividu sur la scene internationale.
Le statut de Rome de 1998 a instauré la Cour Penal International comme une instance
permenante qui peut poursuivre même les chefs d’Etats.
Les firmes multinationale sont des acteurs sur la scene internationale mias elles ne sont
pas des sujet de droit pourtant elles ont une grande influence sur les régles du DI, ce
sont des forces des ténébres.
La norme est le contenu de la source et elle est soit norme de conduite = cunduite à
suivre ou une norme de référence c'est-à-dire la régle applicable en cas d’un
evenement.
Ces normes sont :
Prescriptives c.à-d = normes qui donnent des ordres
Prohibitives = normes qui interdisent
Permissive = normes qui permettent de faire quelques choses
Les fonctions du DIPu sont soit classiques à savoir l’établissement la co-existence entre
les Etats malgré la difference et les interets contradictoires des Etats.
soit modernes, la satisfaction des interéts communs par le biais de la coopération,
collaboration, mias les Etats peuvent recouvir au DI comme moyen de légitimer ou
juridiciser leurs actions sur la sphère internationale.
Les Caractéristiques du
DIPu
1. Le droit international public est en gestation permanente, en devenir, en développement ;
Il s’est développé grâce à ses crises, Il se développe par démembrement (Ramification) ; il y a une
multitude de branches de droit qui vient du développement de la société internationale ; à chaque
fois de nouveaux secteurs apparaissent et par conséquent le DI suit ce développement l’exemple le
plus pertinent c’est le droit internationale de l’environnement, l’espace maritime, l’espace aérien, le
cyber espace, L’OMC ;La mise a jour des anciens accords.
La relativité des règles du DIPu :
Contrairement au droit interne qui et général le droit international est relatif même si la règle de
droit existe cela ne suffit qu’ elle est appliquée et respectée par tous les Etats, il faut voir si les Etats
en litige, ont ratifié cette règle ou non et s’ils n’ont pas déposé une réserve.
Le principe général c’est le consentement.
2. Le DIPu est un droit de coordination :
Les Etats sont les créateurs des règle de droit et ce sont eux mêmes qui subissent ces règles c'est-à-
dire les Etats sont les juges et le parties car ils sont égaux et ne tolèrent pas la hiérarchisation, cette
égalité est installée à partir des traites du Westphalie,
Le modèle westphalien a territorialisé la règle de droit c'est-à-dire la ou il y a une règle de droit il y
a un territoire, mais le cyber espace demeure un espace malgré qu’il n’a pas de territoire.
• Un juriste Français a montré que sur le plan international, il n’y a ni loi, ni juge ni
gendarme.
• Pas de loi pas de législateur et pas de super pouvoir c’est pourquoi on parle du DI et pas de
loi internationale.
• Pas de juge sur le plan international même s’il y a un juge il n’est pas imposé car la justice
internationale est une justice consentie.
• Pas de gendarme ; il n y a pas d’exécution forcée, le recours à la violence est interdit pour
l’application d’une règle et pas de sanctions ;rétorsion, la rupture diplomatique .
L’organe de règlement des différends de L’ OMC est un organe réussi.
3. Le DI est un droit mou, flexible :
Le DI n’est pas rigide, il invite les Etats d’agir d’une certaine façon ; il s’appuie sur les obligations de
comportement s et non pas sur les obligations de résultats comme le montre le chapitre 7 de la
charte des NU ; utilisation du conditionnel présent qui réfère aux souhaits et non pas aux ordres.
BOTROS BOTROS GHALI, juriste Egyptien a défini le DIPu « Le droit international est la grammaire
des relations internationales.
La règle explicite = les traites conventions
Le règle implicite = la coutume
L’existence du DIPu
Est-ce que le DIPu dispose d’une effectivité ?
Car c’est l’effectivité qui va déterminer ou prouver son existence.
Pour répondre à ce sujet, il y’a deux courants, qui s’imposent :
a) Ceux qui nient l’existence du DIPu :
Plusieurs philosophes et juristes nient l’existence du DIPu.
Parmi les philosophes négateurs du DIPu on trouve Thomas Hobbes qui considère la société
internationale comme prolongement de l’état de nature caractérisé par l’absence de la loi, il n’y a
que la loi de la force et non pas la force de la loi. SPENOZA rejoint la vision de Thomas Hobbes en
disant que le gros poisson mange le plus petit c’est la loi de prédation ; c’est la théorie réaliste.
Parmi les juristes qui nient l’existence du DIPu on trouve RAYMOND ARON qui dit que le DIPUu se
base sur la puissance.
Pour les marxistes le Léninistes le droit international n’est qu’un mensonge, un leur une idiologie
dans les mains des capitalistes ; il ne sert pas les prolétaires la réalité montre aussi l’inexistence ou
carence du DIPu, car il n’a pas pu résoudre les problèmes de la société internationale.
(Guerre en Syrie ……)
b) Ceux qui affirment l’existence du DIPU
HANS KELSEN c’est le fondateur du principe de la hiérarchisation des règles juridiques en une
pyramide, il adopte la même conception que Jean Carboniser en montrant que ce qui est important
c’est la validité, il dit que l’application totale d’une règle ne peut être réalisée car on n’applique que
quelques aspects de cette règle.
Les arguments de l’existence du DIPu :
• Presque le droit interne n’a pas pu résoudre tous les problèmes de la société interne (code
de la route, code de la famille ….) aussi le DIPu s’il n’arrive pas à résoudre tous les
problèmes de la société internationale cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas.
• Le DIPu est conçu selon le principe de la géométrie variable ou les Etats choisissent les
règles qui leurs conviennent (Exemple = l’Angleterre membre de l’Union Européenne n’a
pas adopté l’Euro comme monnaie à l’instar des autres Etats membres.
Antonio Damato décrit le DIPu comme un signal de stop ; les Etats qui le violent, font
attention et deviennent plus prudents car ils ont le sentiment de l’obligation en vers la règle
de droit, le nom respect est très limité dans le DIPu ; il n’ ya pas d’Etats qui nient ou
rejettent en bloc le DIPu, mais les Etats peuvent ne pas observer quelques règles ; c’est
l’invisibilité du non respect du DIPu qui prime sur la visibilité du respect de DIPu.
Le DIPu est un droit qui fonctionne discrètement ou silencieusement.
Le DIPu existe car un certain nombre d’accord fonctionne ; la Corée du Nord applique
soigneusement la convention de CHICAGO de 1944 qui permet une ingérence dans la
souveraineté de l’Etat relative à l’aviation civile.
• Un autre argument très fort qui montre l’existence du droit international public :
est celui de l’application des décisions rendues par la Cour de Juste Internationale il y’avait
une CPJI tous ses arrêts ont été appliqués sachant que la période entre les deux guerres
mondiales était conflictuelle.
L’articulation entre le Droit International et le Droit Interne
,
Le DI existe car le Droit interne le reconnait, l’avant dernier alinéa du préambule de la constitution
Marocaine de 2011 affirme son existence et sa primauté sur le Droit interne
Sur le plan international :
Il y’a un postulat, à savoir la primauté du DIPu sur le Droit interne, devant les instances
internationales, ce postulat puise son fondement dans la jurisprudence internationale, cette
prévalence a été codifiée par la convention de Vienne de 1969 dans l’Art 27 qui énonce :
« Une partie ne peut invoquer les dispositions de son droit interne comme justifiant de la non
exécution d’un traité».ROBERTO AGO a dit à propos de cet article qui’il s’agit d’une régle
parmis les mieux établits du DIPu.
Sur le plan interne :
Comment le DIPu pénètre le Droit interne ?
Il y a deux théories qui expliquent cette pénétration ; les juristes appellent
Cette articulation rapport de systèmes.
Il s’agit de deux théories contradictoires la théorie dualiste et la théorie moniste :
La théorie dualiste :
Le dualisme fait entendre une séparation entre DIPu et le Droit interne, ce sont deux corps
diamétralement opposés qui ont des sources différentes selon le chef du fil de cette théorie
HEINRICH TRIPEL , voire même qu’ils sont hermétiquement fermés sur eux même , Dionoso
ANZILOTTI défend l’idée de HEINRICH TRIEPLE.
• Les dualistes parlent de la réception du DIPu par le Droit interne mais comment ?
La solution envisagée est la technique de transformation de la norme internationale en
loi ordinaire nationale.
C'est-à-dire que le législateur prend un traité international et le vide dans une loi
ordinaire similaire aux autres lois sans hiérarchisation et ceci traité par traité.
Le dualisme n’est pas tombé du ciel, il a ses propres fondements. L’Etat dualiste
traditionnellement est le Royaume Uni ou il y’avait une lutte acharnée entre la monarchie
et le parlement pour approprier le pouvoir législatif, en vertu de la loi
Le Roi peut conclure les traités internationaux mais ces traités doivent passer par le
parlement.
Le dualisme donne une grande importance au pouvoir législatif.
Un jurisconsulte dit que « le parlement peut tout transformer sauf un homme en
femme»
Exemple : CANADA- Pays Scandinaves – Italie –Royoume Uni, les anciennes
calonies Britaniques-
Que fait le juge lorsque la regle du DIPu transformée en loi interne entre en
contradiction avec le Droit interne ?
Le juge va appliquer la regle la plus speciale et la plus specifique que ce soit
d’origine natinal ou internationale c’est le principe :
Lex spécialis derogat legi generali.
Ou bien le juge va utiliser le 2 eme principe selon lequel une loi postérieure déroge à une
loi antérieure :
Lex posterior derogat legi priori.
Ces deux règles servent énormément le pouvoir exécutif et en particulier le juge national
au moment de l’interprétation des lois nationales notamment dans l’hypothèse d’un
éventuel conflit entre les normes.
La théorie Moniste.
La théorie moniste prône l’unité entre le système juridique international et le système
juridique national, en terme plus bref ces deux systèmes forment un seul ensemble lié
organiquement un ensemble indivisible, un ensemble complet ou les deux systèmes
cohabitent, l’un ne peut vivre sans l’autre donc on est devant la même sphère juridique.
Le monisme est susceptible de prendre deux formes :
Forme 1 : le DIPu est favorisé sur le Droit interne
Forme 2 : le droit interne prévaut sur le DIPu
Mais comment le DIPu pénètre dans le Droit interne ?
Il ne s’agit pas d’une transformation mais d’une simple ratification puis une publication,
ce sont des formalités sans réserves.
Exemple : le Maroc est un pays moniste qui adopte la 1ere forme qui donne la prévalence
du Droit international sur le Droit interne.
La constitution Marocaine de 2011 dispose dans son préambule cette prévalence.
Ainsi l’article 55 de la constitution.
Hans Kelsen est le père fondateur de la théorie moniste, définit le Droit comme étant un
ensemble de règle hiérarchisé de façon pyramidale dont la constitution occupe le
sommet.
La constitution est la grande norme, si la norme internationale est en harmonie avec la
constitution, elle pénètre en paix, dans le cas échéant on doit réviser la constitution et la
modifier (pour le Maroc Art 55 de la constitution Marocaine).
Fondements du DIPu
La notion du fondement du DIPu renvoie à la question de sa validité, c'est-à-dire d’où vient la force
coercitive de la règle de droit internationale.
On trouve plusieurs fondements et chaque spécialiste défend l’un on l’autre des fondements selon
son point de vue.
Dans la jurisprudence cette question de fondement est omniprésente.
La CPJI dans son arrêt fameux concernant l’affaire de Lotus annonce que :
« Les règles de droit liant les Etats procèdent de la volonté de ceux-ci »
Ce qui veut dire que la validité ou la force coercitive du DIPu provient de la volonté des Etats.
Ce la nous mène aux théories volontaristes et aux théories non volontaristes.
1. Théorie volontaristes (théories subjectives)
a. L’autolimitation ou volontarisme unilatéral :

GEORGE JELLINEK Autrichien d’expression Allemande, a une vision particulière sur L’Etat qui
dispose de la souveraineté comme pouvoir suprême.
Il s’est inspiré de l’absolutisme de F.Hegel ; L’Etat c’est le representant de Dieu sur terre, selon cette
théorie les Etats s’autolimitent par ce qu’ils sont pragmatiques en cherchant leurs intérêts, ils
acceptent la normativité Internationale ; L’état s’engage la ou il a ses intérêts ; il peut faire ou
défaire.
L’autolimitation ne mène pas seulement à l’insécurité juridique mais aussi à la relativité du DIPu en
créant un droit à géométrie variable.
Exemple :
• La constitution Marocaine de 1962 est l’autolimitation du pouvoir du souverain
• Brexit; Sortie du Royomme Uni de L’U.E.
• Sortie des USA du groupe ALENA.
2. Vérin Barung appelé aussi volontarisme multilatéral :
Le chef de fil de cette conception est Hernich Triepel, selon cette théorie le DIPu puise son
fondement dans la concordance des volontés de plusieurs Etats qui marquent la sortie de soi même,
le volontarisme multilatéral opte pour le contractualisme dans le sens de la concordance des
volontés différents pour la réalisation des finalités communes ce que Henrich Triepl appelle
Verein barung,
En effet cette conception développée par le volontarisme multilatéral va dans le sens de
concordance de volontés diamétralement opposé aux accords synallagmatiques.
Exemple : les accords de l’ OMC comme organisation réussie car ses règles sont coercitives et en cas
de différend on se soumet a l’ORD.
3. Néo volontarisme : Dionisio Anzilotti s’est inspireé du père du positivisme August
Comte ; cette conception positiviste , le droit est un fait social que émerge de la
société.
Le père du positivisme August comte dit que l’humanité est passée par trois phrases.
L’enfance de l’humanité liée ou discours Théologique.
L’adolescence de l’humanité liée à la métaphysique.
Le positivisme, le résultat et la conséquence donnée par d’autres phénomènes.
La particularité de la théorie d’Anzilotti réside dans son inspiration du positivisme juridique, ainsi les
règles et les normes Internationales sont considérées comme étant des règle émanentes de la
société Internationale comme des faits sociaux formant, l’aspect matériel de la norme International
lorsqu’elles sont revêtues d’un aspect formel.
Le DI essaie de juridiciser les règles matérielles existantes en lui donnant un aspect formel.
Selon les positivistes le droit vient toujours tardivement car il suit les faits sociaux .
Exemple : LEX Electronica
LEX Numérica
LEX Mercatoria
4. Théorie non volontariste (théorie objectives)
C’est l’ensemble des théories doctrinales qui nient l’Intervention volontaire des Etats dans la création
des normes Internationales coercitives.
Ces théories non volontaires s’appellent aussi des théories objectivistes.
a) La théorie du Jus naturaliste :
Le Jus naturalisme fait référence aux droits naturels, c'est-à-dire que la validité des règles de droits
provient des lois naturelles qui octroient des prérogatives aux individus des la naissance.

Francisco de Vittoria défend les droits naturels, tels que Dieu les a crées, il a une conception
religieuse comme il défend le Jus communicaciones comme le droit des Hommes de traverser les
frontières, liberté de circulation …

• Hugo Grotius a laïcisé le droit naturel en essayant de le séparer de la sphère religieuse, car
selon lui on peut déduire la loi de la raison L’ART 51 de la charte de l’ONU.
Dispose :
« Aucune disposition de la présente charte ne porte atteinte aux droits naturels de légitime défense,
individuelle ou collective dans le cas ou un membre des NU est l’objet d’une agression armée … »
La liberté du commerce résulte du jus communicaciones, quand les indiens ont refusé le commerce
avec les USA, ces derniers ont pris ce refus pour argument de légitimation pour leurs faire la guerre,
les USA sont des apologistes.

Jus congens : c’est une norme impérative qui s’impose si elle n’est pas respectée ou observée la
convention est nulle, la norme impérative est le berceau du DI consacrée juridiquement dans l’Art 53
de la convention de Vienne de 1969 qui dispose qu’ une norme impérative du DI général est une
norme acceptée est reconnue par la communauté Internationale des Etats dans son ensemble en
tant que norme à laquelle aucune dérogation n’est permise, et qui ne peut être modifiée que par une
nouvelle norme du DI général ayant le même caractère. »
Exemple : Esclavege_ Vente des Organes Humains _ Environnement.
Le droit International est un droit en devenir, il n’ya pas une laste de norme impératives
b. La théorie normativité :
C’est une théorie élaborée par la juriste autrichien Hans Kelsen dans son ouvre majeur « la théorie
pure du droit » dans laquelle il a établi la forme pyramidable du droit sur le plan interne,
la constitution en tant que grande normr découle les autres normes.
Sur le plan International le fondement de la norme internationale, provient d’un postulat
de base :
Pacta sunt seuvanda
Désignant le respect des engagements du DI avec une bonne fois, Art 26 de la CVDT de
1969 qui s’intitule pacto sunt servanda « tout traité en vigueur lie les parties et doit etre
exécuté par elle de bonne foi»
Le, principe de la bonne foi est un principe general a lors que Pacta sunt servanda est
considévée comme un principe tributaire de la mise en oevre.
Ttans Kelsen a emerreille le monde par sa théorie nomativiste, mais sur le plan interne il
a été très critique.
L’histoire du DIPu
Le droit International public n’est pas tombé du ciel, il remonte aux temps très lointains, des
l’antiquité, ses origines vont nous permettre de valider un certain nombre d’hypothèses.
L’histoire est un événement qui doit obéir à 3 conditions :
• Dimension temporelle (temps)
• Dimension spatiale (Espace)
• Impacts et conséquences (Incidences) Inahabituelles.
Antiquité : ( -3000, +476) chute de Rome en 476.
Cette période est lié à la découverte de l’écriture environ 3000 au avant .JC dans les civilisations
mésopotamiennes entre les deux fleuves ( Tigre- Euphrate) , il y’avait des civilisations, des empires
qui ont contribué à la naissance du DI ( babyloniens_ les Assyriens…).
Les égyptiens ont formé une très grande civilisation ; les pyramides en sont témoins durant cette
période il y’avait une autre civilisation ennemie qui leur menait des guerres ce sont les Hittites.
En 1274 avant JC, suite à la bataille de Quadesh, les Hittites et Ramsès II ont signé le 1ere traité dit
traité de perle qui est considéré parmi les premiers traités Internationaux de l’histoire.
Les grecs :
Après la régression ou le déclin de la civilisation égyptienne, les grecs ont pris le flambeau à partir du
5 eme siècle Avant J.C
La Grèce était constituée de cités_ Etats dont Delphes était un centre de cultes.
Ces entités ont été caractérisées par l’autarcie, d’où il y’avait Alter ego ; tous les éléments sont
présents ou favorables pour l’existence du DI (extranéité).
Cette situation a permis la mise en œuvre de quelques éléments du DI ; parmi les institutions qui ont
été édifiées on trouve :
La proxène : il y’a un proxène c’est une personne similaire au consul ; c’est l’ébauche de consul
L’amphictyonie : c’est l’ébauche des institutions Internationales qui gèrent les intérêts Communs et
en particulier les lieux de cultes.
La symmachie : Institution qui organise et cordonne les efforts des cites Etats pendant la guerre
( Alliance Militaires) les grecs ont mis œuvre pour la première fois dans l’histoire, l’arbitrage comme
moyen de règlement des différends.
Aussi les grecs dans une certaine mesure, Ils ont humanise la guerre ( assurer des droits aux victimes,
aux prisonniers de la guerre) et respecter les lieux de cultes.
Et sont les premiers qui ont officialisé la guerre prévenant l’ennemi.
La cessation de la guerre au moment des jeux olympique (Atmosphère de paix) (Armistice= cessation
temporaire de la guerre).
b) Les Romains :
Apres la décadence de la civilisation grecque, les Romains ont pris la relève.
Parmi les empereurs qui ont marqué l’histoire de l’empire Romaine, on trouve Alexander Legrand,
élève d’Aristote, il a assimilé l’héritage grec et a essayé d’helléniser le monde, sa conquête va
constinuer jus qu’ à l’Inde, dans toutes les région conquises, il a été toujours acclamé parce qu’il
était un symbole de savoir.
1 Siècle avant JC, il y’a expansion de la civilisation Romaine dans tous les domaines ; notamment en
matière de droit ou ils ont inventé une certaine dualité à savoir le Jus gentium et le Jus civile.
L’empire Romain voulait instaurer la pax Romana ( la paix Romaine ), cela veut dire que les Romains
ne reconnaissent aucun système juridique autre que le Jus gentium et le Jus civile, mais cela n’a pas
empêché l’apparition de quelques germes du DI surtout avec les Cartagénois, « ennemis forts des
Romains qui leurs menaient des guerres terminées par la conclusion du traité de Cartage.
Les Romains ont instauré des règles au moment de la guerre, In Bella et des règles de droits de la
guerre : Adbillum
La guerre n’est juste que si elle est bénie par les Féciaux (Jus fétiol ) ; un droit lié à tout ce qui est
religieux.
Les Romains ont développé les institutions qui ont été créées par les grecs ( les ambassades).
La chute de Rome par l’invasion des barbares marquait la fin de l’antiquité en 476
• Le moyen âge :
Après la chute de Rome L’Europe est entrée dans l’hibernation caractérisée par
l’obscurisme, durant cette période l’église catholique Romaine dominait et a usurpé le
pouvoir politique dans l’ambition d’instaures le saint empire Romano-Germanique ce qui
a empêché le DI de se développer vu que les Etats ont été fondu sous le pouvoir de
l’Eglise Il y’avait des monarchies et un centre auquel elles étaient soumises et ou le pape
culminait (Rome).
Aussi, il n’y avait pas des militaires il n’ y avait que des mercenaires,
IL n’ y a pas de société Internationale.
Ce pendant certaines institutions Juridiques créées pas les grecs et développées par les
Romains ont été adoptées et développées par l’église à savoir, la trêve de Dieu :
• Cessation des actes violents et de guerre du Mercredi soir au Lundi matin
• la paix de Dieu : une paix qui touche les lieux sacrés et les personnes qui s’y trouvent,
ceux qui ne respectent pas cette paix de Dieu sont sanctionnés de l’excommunication, ça
veut dire la sortie de la réligion.
En 1492, date de la découverte de l’Amérique, Francisco de Vittoria, le père du DIPu a inventé le jus
inter gentes ( droit entre les nations) puis jus communicaciones ( droit de voyager , libre circulation)
ce qui va légitimer en quelques sortes les guerres expansionnistes. (L’Europe s’oriente vers
l’Amérique).
Francisco Suarez= c’est un juriste disciple de Vittoria a mis l’accent sur jus naturae (droit naturel).
Si les Romains ont adopté une vision bipartite du droit (jus gentium, jus civil)
Suarez a adopté une vision tripartite jus civil, jus gentium et le jus naturae,
Le droit des gens doit être compatible avec les droit naturel ( jus naturae).
c) La modernité :
Il n’ y a pas de périodisation officielle de l’histoire, on peut considérer que la naissance de René
Descartes constitue le début de la phase de la modernité
Cette époque était très féconde et a connu un moment charnière à savoir les traités de Westphalie
en 1648 qui ont marqué un détour dans le DI ; acte de naissance du DI moderne.
Il n’ ya pas à cette époque le principe d’accord multilatéral, il n’ y avait que des accords bilatéraux.
L’avènement de l’Etat moderne exerçant sa souveraineté sur un territoire bien détermine ce qui a
donné naissance à une décentralisation et à une société Internationale anarchique, donnant lieu au
DI .
En 1789 Gérémie Bentham a utilisé pour la 1 ère fois dans l’histoire le droit
International «International LOW «
d) Epoque contemporain :
Cette époque débute en 19 eme siècle, Après la révolution Française qui a connu 10 ans de
turbulence, Bonaparte s’est proclamé Empereur et a commencé a élargir son Empire en 1804.
Ce que des Etat Européens n’ont pas toléré c’est aussi que la Russie, l’Autriche et la Prusse ont mené
la guerre contre Napoléon Bonaparte, qui est fini en 1814 fin de l’empire de Bonaparte et
l’apparition d’un nouveau l’ordre mondial, donnant naissance au congrès de Vienne entre les 3
puissances, constituant un moment important du DI du 19 eme siècle, les Etats commencent à se
réunir ( 1814-1815) avec accord ( conférence).
Cet accord va mettre en évidence :
• Elaboration d’un texte qui codifie pour la 1ere fois une norme impérative incorporée dans
un texte Internationale, à savoir la traite des nègres (commerce des escalves)
• Les Etats se sont mis d’accord pour réduire de leur souveraineté et permettre aussi la
navigation fluviale (libéralisation de la navigation fluviale).
• En 1830, la France et l’Angleterre se sont ralliées aux 3 puissances précitées. Constituant une
pantarchie ( 5 puissances ). Créant ainsi une sainte alliance dont l’instauration de la paix est
l’un de ses principaux objectifs, mais la paix n’est que temporaire , car la guerre est le
principe.
La bataille de Solferino en 1864 a marqué l’histoire du DI par sa cruauté ce qui a éveillé la conscience
des Européens, essayant d’humaniser la guerre , ils ont donné naissance à la convention de la croix
rouge à Genève.
En 1884 c’est le congrés de Bernes (Allemand) dans lequel on a établi les règles de la colonisation et
de la répartition de l’Afrique, car le droit étant au service des Etats Européens qui ont commencé à
s’intéresser à l’Afrique au lieu de l’Amérique.
20 eme siècle
Cette période est caractérisée par des bouleversements comme le colonialisme qui s’est étendu en
Afrique.
Aussi la 1 ère guerre mondiale a donné naissance à un nouvel ordre mondiale et suite au traité de
Wersay on a assisté à la création de la CPJI et la SDN et l’OI de Travail la SDN est une organisation
universelle alors qu’avant, il y avait l’européo centrisme
En 1928 , l’accord Briand Kellogg est le 1 ère accord International qui interdit la recours à la violence
dans les relations internationales.
En 1944, les institutions de Bretton Woods ont envisagé d’instaurer un système financier, bancaire
et commerciale ( FMI , B.I.R.D= (Banque mondiale, O.I.C)
En 1945, l’ONU a vu le jour, A l’instar de l’accord Briand Kellog, l’Art 2 Paragraphe 4 de la charte de
l’ONU interdit le recours à la violence.
Les Américains ont signé le G.A.T.T qui est un accord permettant la libéralisation du commerce, a lors
qui ils ont refusé de signer l’O.I.C envisagée par la charte de la Havane en 1948 sous prétexte
qu’elle n’est pas assez libérale.
Pour adapter une convention Internationale on avait besoin de l’unanimité a lors qu’après la 2eme
guerre mondiale on se contente de la majorité.
Le sujet de l’environnement a été soulevé pour la 1ere fois dans la conférence de Stockholm.
En 1992, il y avait la convention cadre sur le réchauffement climatique.