Vous êtes sur la page 1sur 22

Trypanosomoses

humaines
Pr. S. AOUFI
Trypanosomoses humaines

Trypanosomose Trypanosomose américaine


africaine

Maladie du sommeil Maladie de Chagas


Trypanosomose humaine
africaine
(THA)
Introduction
THA: parasitisme de l’homme /un protozoaire flagellé
sanguicole: Trypanosoma brucei; transmis par des
mouches: Glossines ou mouche Tsé-Tsé
• Deux formes:
– Trypanosomose Ouest africaine← T.b. gambiense; évolution
lente→ Maladie du sommeil
– Trypanosomose Est africaine← T.b. rhodesiense; évolution
rapide
• Mortelle en l’absence du traitement
• N’existe pas au Maroc
Répartition géographique
Afrique uniquement
• Zone intertropicale et savanique. En foyers dispersés
• THA a T. gambiense:→ Afrique occidentale et centrale
intertropicale
Aire très vaste autour du golf de Guinée
Endemo-épidemique; régions forestières
Anthroponose

• THA a T. rhodesiense: → Afrique de l’Est


Aire réduite
Evolution sporadique en zones savaniques
Zoonose
Parasite
A/Morphologie:
Flagellés extacellulaires fusiformes (sang, LCR, Moelle
osseuse, ganglions)
12 a 42 μm de long
Petit kinétoplaste subterminal
Membrane ondulante bien développée
1 flagelle libre, 1 noyau central

Dans le sang, trypanosomes entoures d’une gaine


périphérique glycoprotéique à agencement moléculaire
variable→ modification rapide et fréquente du spectre
antigénique de surface→ échapper a l’action des anticorps
Parasite
B/ Biologie:
• Multiplication:
Division binaire
Vit dans le sang, LCR, MO, Suc ganglionnaire
Très mobile; toujours extra cellulaire
• Nutrition:
Osmose
Parasite puise dans le plasma les nutriments dont il
a besoin
Parasite
C/Cycle évolutif
Après piqûre d’un homme infesté, les trypanosomes se
retrouvent dans le tube digestif de la glossine. Après un
cycle de 20 jours, ils vont se localiser dans les glandes
salivaires, et qui va rendre la prochaine piqûre infestante
D/ Réservoir du parasite:
T.b. gambiense: Homme++++
T. b. rhodesiense: herbivores, carnivores et homme
E/ Transmission:
Piqûre de glossine+++++
Congénitale, allaitement, transfusion, accidents de
laboratoire
Clinique
A/ Forme typique sommeilleuse:
1/incubation: 5 à 20 jours
Piqûre souvent inaperçue→ Trypanome
2/Phase lymphatico-sanguine:
Fièvre: constante
ADP: cervicales et sus claviculaires mobiles et
indolores
HSMG: constante
Signes cutanés: placards érythémateux polycycliques
Clinique
3/Phase méningo-encéphalitique:
Fièvre persiste. Disparition: HSMG, ADP, Lésions
cutanées
Signes neurologiques:
Troubles sensitifs: précoces; hyperesthésie
Troubles psychiques; troubles du sommeil
4/Evolution:
Pas de traitement: cachexie sommeilleuse
terminale irréversible
Traitement précoce: guérison
Diagnostic biologique
A/Phase de généralisation:
1/ Présomption:
• Anémie; Hyperleucocytose (monocytose)
• Plasmocytes → cellules de Mott++++
• Hypergammaglobulinémie→ IgM+++
VS↑↑
2/ Diagnostic parasitologique:
• Mise en évidence des Trypanosomes dans le sang +
ganglions
• Examen du LCR: normal
• La sérologie: positive
Diagnostic biologique
B/ Phase méningo-encéphalitique:
• Sang: Pas de Trypanosomes
Plasmocytose↓↓
Ig M↑↑
• LCR: clair, hypertendu
Lymphocytes; cellules de Mott
Protéinorrachie
Mise en évidence de Trypanosomes
• Sérologie : positive
Traitement et Prophylaxie
A/ Traitement:
Isothionate de pentamidine IM ouIV: 4 mg/kg/j
Mélarsoprol: IV: 1 ml/10kg/j
Eflornithine: 400 mg/kg
Suramine: 1 injection/semaine
B/Prophylaxie:
Mise en place des équipes mobiles pour dépistage actif
Traitement systématique des malades
Traitement des animaux malades
Lutte contre les glossines: insecticides; piégeage…..
Trypanosomose humaine
américaine
Maladie de Chagas
Maladie parasitaire due a un flagellé: Trypanosoma cruzi et
transmise par des punaises volantes: les réduves
• Zoonose endémique d’Amérique latine (du Mexique à
l’Argentine)
• Hôte définitif = Le réservoir animal comprend un grand nombre
d'espèces de mammifères domestiques ou sauvages.
• Le vecteur hôte intermédiaire est un insecte strictement
hématophage (réduve).
• Le parasite se transmet par le biais des déjections de l'insecte,
la pénétration se faisant par voie muqueuse ou par lésions de
grattage
• Formes infestantes se retrouvent dans l’intestin postérieur et
seront déposées sur la peau avec les déjections de l’arthropode
et traversent la peau par le point de piqure ou des excoriations
cutanées
Le début de la maladie passe souvent inaperçu, les sujets
infestés restent en majorité asymptomatiques. La maladie,
lorsqu'elle se manifeste, peut être grave ou mortelle à la
phase aigue et/ou suite aux complications tardives,
cardiaques, digestives ou nerveuses.
• Le diagnostic repose sur la mise en évidence du parasite,
difficile du fait de sa faible circulation dans le sang, d'où
l'intérêt du xénodiagnostic.
• La positivité des techniques sérologiques, les techniques
de biologie moléculaire et l'examen anatomopathologique
= des appoints utiles au diagnostic.