Vous êtes sur la page 1sur 20

.

L’achèvement de ce travail n’a pu prendre naissance sans l’assistance et


l’intervention généreuse de certaines personnes dont les apports ne pourraient être
qu’infiniment reconnus.

Ainsi, je tiens à remercier :

 Monsieur ABDELHAMID LAZRAK, Directeur de l’IHEES et mes professeurs pour les


connaissances qu’ils m’ont apportées.

 Monsieur MAROUANE TARAFA, Directeur commercial qui m’a accordé la possibilité


d’effectuer le stage au sein de la COSUMAR sans oublier le reste du personnel pour
les moyens qu’ils ont mis à ma disposition afin que mon stage puisse se dérouler
dans de bonnes conditions et pour leur soutien et leur aimabilité.
INTRODUCTION GENERALE

La COSUMAR ( Compagnie Marocaine de Sucre et de Raffinage) est une société


anonyme qui achèvera ses 73 ans d’expérience cette année.

Les principales activités de la société sont : sucrerie et raffinerie.

Grâce à ses compétences, ses efforts incessants pour mieux produire, mieux distribuer
et mieux satisfaire le consommateur, la société a pu garder une bonne image de marque
sur le marché et face à la libéralisation, elle cherche aujourd’hui à la faire évoluer en vue
de consolider son parc client.

J’ai opté à passer mon stage dans la direction commerciale qui joue un rôle important
dans la société.
La mission de cette direction ne se limite pas à la vente du sucre mais elle couvre
aussi : le stock, la planification et la logistique.

Le présent rapport résume dans la première partie l’environnement externe et interne de


la COSUMAR. Ensuite, les différentes tâches effectuées par chaque service de la
direction commerciale.

L’idée développée à la fin de ce rapport est une nouvelle formule qui vient être appliquée
dans le service de la gestion du stock.
Avant de présenter la COSUMAR, il nous a semblé nécessaire de donner un aperçu sur
le secteur de l’activité sucrière au Maroc.

Présentation du groupe ONA (Omnium Nord Africain)

Le groupe ONA est un groupe qui détient l’essentiel des titres de participation dans
les filiales.
Depuis sa création en 1919 et jusqu’aux années 80, il a développé ses activités autour
des secteurs du transport, du tourisme et des mines.
Ensuite, le groupe a élargit son champs d’activité en participant dans divers secteurs tels
que l’industrie du sucre, l’industrie du lait , le transit maritime et la chimie….…
Actuellement, le groupe opère dans des secteurs prioritaires tel que l’agro-alimentaire,
les mines, l’immobilier, les assurances et la distribution.
Ces efforts ont été couronné de succès en devenant le premier groupe au Maroc ayant
un effectif et un capital important.

LE SECTEUR SUCRIER AU MAROC:

L'industrie sucrière est un secteur vital pour l'économie marocaine. En effet, le


sucre est une denrée alimentaire de base au Maroc où la consommation par tête
d'habitant est parmi les plus élevées au monde.

Le Maroc était connu dans le passé comme l'un des plus importants pays
producteurs dans le pourtour méditerranéen, sa place s'est éteinte pour beaucoup de
raisons internes et externes .

En 1963, Il a adopté un plan sucrier dont le but était d'assurer son autosuffisance
en un produit jugé stratégique. Dés lors, une véritable industrie sucrière marocaine à
vue le jour.

Aujourd’hui, L'industrie sucrière constitue l'un des fleurent du secteur


agroalimentaire. Elle compte actuellement, 14 unités industrielles regroupées en cinq
ensembles, dont quatre sont Etatique ( SUTA, SUNABEL, SURAC et SUCRAFOR ) et
un groupe privé appartenant au HOLDING ONA (COSAMAR).
Les unités de transformations de sucre, qui sont au nombre de 14, se divisent en trois
types d'industries :

 Les sucreries qui produisent du sucre brut destiné aux unités de raffinages ;
 Les raffineries qui transforment le sucre brut importé ou local en sucre raffiné
 Les sucrières raffineries qui transforment la betterave et la canne à sucre en sucre
raffiné.

Et malgré les grands efforts fournis par les principales sucreries ou raffineries du
royaume comme la COSUMAR, la CAAMSA de Tétouan et la SUTA de Souk Es- Sebt
afin de pouvoir alimenter quotidiennement le marché marocain de leurs sucres, leur
production ne permet à ce jour de satisfaire que 60% de la consommation nationale
alors que 40% sont importés de l’ étranger pour combler ce déficit.

HISTORIQUE

Première entreprise marocaine de son secteur, COSUMAR y joue un rôle particulier par
sa double dimension de raffineur et de sucrier, intervenant à tous les niveaux du
produit : sucre brut, sucre blanc et produits conditionnés en pain, lingots morceaux et
granulés.

Elle est implantée sur trois sites dont deux sucreries dans les Doukkala :
 Une sucrerie à Sidi Bennour, qui produisait initialement le sucre brut et vient de
passer au sucre blanc durant la compagne 2002.
 Une sucrerie intégrée à Zemamra, produisant du sucre blanc.
 Une raffinerie à Casablanca.

La raffinerie COSUMAR de Casa a été crée par la société Saint-louis de Marseille, en


avril 1929, pour une production de 100 tonnes de pains de sucre par jour.

En 1967, l’Etat marocaine prend en participation à hauteur de 50% du capital de


l’entreprise.

En 1985, le groupe ONA en prend le contrôle et lui apporte toute l’expertise de plus
important groupe privé marocain.
Cette même année, COSUMAR est admise à la côte de la Bourse des Valeurs de
Casablanca.

En 1993, Cosumar absorbe par voie de fusion les sucreries de Zemamra et de Sidi
Bennour.
Sa capacité annuelle augmente alors progressivement pour atteindre aujourd’hui
650000tonnes.

Aujourd’hui, COSUMAR représente plus de 65% du marché national du sucre, tous


produits cumulés.
 Répartition du capital :

Le capital de la COSUMAR est répartit comme suit :

Acteur La part en pourcentage


ONA 55%
CIMR 12,8%
SNI 9,1 %
EMP 5,7%
BID 3,4%
SOMED 3%
AUTRES 11%

Répartition du capital de la COSUMAR


ONA
 Clientèle
10% CIMR
3%
3%
La COSUMAR dispose d’un réseau commercial très important, SNI qui s’étend tout au
long du territoire Marocain .elle dispose de huit agences commerciales
6%
EMP qui couvrent
plusieurs villes, provinces et préfectures afin de satisfaire les besoins
BIDde la population
10%
dans l’ensemble du royaume. 55%
SOMED
*Les agences : Fès, Meknès, Oujda, Marrakech, Agadir, Rabat.
AUTRES
13%
Les importants clients de la COSUMAR sont représentés par les grossistes, les
distributeurs et les industriels.

 Le grossiste : très traditionnel à caractère familial, peu volumineux, stockiste,


spéculateur, il offre un service limité, se contente des marges faibles, mais parfois
exorbitantes.
 Les distributeurs : sont en principe des détaillants et les grandes surfaces
commerciales.
 Les industriels : sont en principe : les limonadiers, les chocolatiers, les laitiers, les
confiseurs, les confituriers, les artisans.

 La concurrence :

La COSOMAR a le quasi monopole dans la production et la distribution du sucre


C’est pour cela, malgré la concurrence, elle détient la part de lion avec 65% de part de
marché.
Cette situation a servit favorablement la COSUMAR en raison, d’une part de la quasi
absence de produits de substitution et d’autre part de son image de marque et de son
savoir faire industriel.

FICHE SIGNALETIQUE

Raison sociale  : “ COSUMAR ” Compagnie Marocaine Sucrière et de Raffinage.

Statut juridique : société anonyme  « filiale de l’ONA ». 

Capital social : 419105700 DH.

Directeur général : M, ABARRO

Registre de commerce : CASABLANCA 30037.

Identification  fiscale : 01640353.

TVA : 30710380.

CNSS : 1928003.

Superficie : 20 Hectares.

Effectifs : 3350 Personnes reparties comme suivant :


- 110 Cadres.
- 310 Agents de maîtrises
- 870 Employés
- 1660 Manœuvres
- 400 Saisonniers et temporaires

Siège social : 8 Rue Mouatamide Ibnou Abbade, BP3098 Ain Sebaâ, 20300
Casablanca.

Téléphone : 022 .40.13.63.

Fax : 02/24.10.71.

Télex : 27656M.
Centre de production : - Deux sucreries à Doukkala et Zemamra
- La raffinerie de Casablanca.

 La capacité de production : Plus de 2400 Tonnes du sucre raffiné par jour.

Agences : Casablanca, Rabat, Fès, Meknès, Oujda, Zemamra, Marrakech et Agadir.


1 / Le bureau de commande :

Le bureau de commande comprend deux postes :


Le poste commande et le poste caisse
 Poste commande :

Le responsable se charge d’effectuer les opérations suivantes :


 Recevoir le client
 Vérifier son identité s’il est mentionné sur la liste des rendez-vous de la journée
 Assurer la part client ( avoir la possibilité de s’alimenter ou non)
 Vérifier la conformité du moyen de paiement présenté au nom de la COSUMAR à
savoir un reçu bancaire, un bon de caisse ou un chèque certifié qui se sont acceptés
par la société.

En fait, la COSUMAR n’accorde de crédit qu’en faveur de certains organismes étatiques


comme les forces armées royales, le ministère de l’intérieur pour ce qui concerne
l’approvisionnement des provinces saharienne et certaines filiales du groupes ONA
( marjane, centrale laitière et l’OCE).

Après avoir déterminé la vérification, le responsable édite par la suite un ARC ( accusé
de réception de commande voir annexe) qui signifie que la commande a été accepté.
 Poste caisse :

Ce deuxième poste a pour fonction d’effectuer les règlements à travers le logiciel


MOVEX sur la rubrique gestion règlement des clients et débloque la commande une fois
que le sole est créditeur, par la suite le responsable édite un état des chèques par
banques vérifiée et renvoyer à la caisse qui va le présenter à la banque pour paiement.
Quant aux reçus bancaires ceux-ci vont au service financier pour vérification et l'étape
suivante consiste à envoyer l’ARC au bureau des expédition.
2/ Le service des expéditions :

Ce service se charge de la réception, la livraison et le stockage du sucre « produits


finis ».
C’est à partir de la goulotte ou des camions de transfert en provenance de la sucrerie
Zemamra que le produits finis est reçu, les livraisons se font par wagons ou par camion
vers clients ou dépôt, les transferts entre magasins se font par les remorques.

Les différents modes de livraison :

 Livraison usine : Ce mode de livraison consiste à ce que le client assure


l’enlèvement de la marchandise directement de l’usine par ses propres moyens.
 Livraison en contre remboursements route : Ce mode de livraison permet au client
de recevoir la marchandise à domicile. De ce fait, le prix facturé comprend des frais
d’approche transport déterminés sur la base des tarifs officiels de transport routier.
 Livraison en contre remboursement rail : C’est à partir de la gare que le client reçoit
son sucre et après la remise du reçu bancaire comme preuve de paiement au chef
de la gare qui lui met au courant de l’arrivée de sa marchandise .
 Livraison dépôt : Auprès d’une agence que le client est rattaché se fait la procédure
de l’enlèvement de la marchandise, cette se présente à l’agence avec un moyen de
paiement dont le montant convient à la quantité demandée.

Afin de charger son sucre, le client est tenu de se présenter au service des expéditions
mené de son ARC( accusé de réception de la commande).
Le responsable contrôle sa validité et édite un imprimé appelé « la liste des
prélèvement » qui constitue un outil de travail indispensable pour le magasinier en
indiquant le lieu de chargement.
 Pont bascule :

Le client passe par le service général » le pont bascule » afin de vérifier la tare de
camion et le quai de chargement.
 Magasins : 

Au niveau des magasins de stockage, le chef du poste est responsable de suivre le


chargement jusqu’à sa validation, une fois cette opération est terminée vient l’étape de
facturation en d’autre terme le magasinier édite 4 factures, trois doivent être gardées
chez le client comme trace à la commande et une pour le magasinier.
Autres tâches pouvant être réalisées par le magasinier :
- Il surveille les mouvements du sucre raffiné.
- Il contrôle le transfert d’une usine à l’autre de Casa vers les autres agences .

3/ Le service de transport :
Le service de transport a pour tâche d’assurer toute opération de transport en amont et
en aval.
En amant, le service se charge d’approvisionner l’usine en matières premières (sucre
brut, emballage, sel, fiole….),
En aval, le service doit acheminé le sucre raffiné vers les agences soit par wagon, soit
par route.
le responsable de ce service suit toute opération liée à l’activité de transport dés le
déclenchement de la commande passant par le contrôle des factures de transporteur
jusqu’au règlement du fournisseurs.

Ces opérations se déroulent régulièrement sur les différents types de produits


représentés comme suit :

Premièrement, le transport des produits finis occupe 56% de l’activité de la COSUMAR à


un coût de transport soit 27 millions par an. Ainsi, en fonction des besoins des agences
qui sont déterminés à partir des ventes déjà réalisées et surtout d’un planning
d’alimentation déterminé par le système de gestion du stocks.

Deuxièmement, pour s’approvisionner en matière première qui est le sucre brut, le


service de transport assure non seulement l’acheminement en sucre brut importé du port
de Casa vers la raffinerie mais aussi le transport du sirop de la sucrerie de Doukkala
vers l’unité de Zemamra.

Troisièmement, le transport de la mélasse destiné à l’exploitation vers les tanks de


Mohammedia et du Jorf Lasfer et qui peut être utilisé pour fabrication d’alcool, de levure
ou d’aliment pour le bétail.

Quatrièmement, la gestion du transport des produits divers a été occupé par le service
transport afin de transporter le sel, le coke métallurgique, l’acide sulfurique ainsi que
d’autres tâches par exemple : la location de matériel pour manutention tels les chariots
élévateurs, locotracteurs.

Le responsable édite quotidiennement un état qui comprend le résultat appliqué en


suivant cette formule :

Budget – ( Stock + Vente ) = La quantité du sucre qui va être livrée aux agences.

A ce moment, il essaye de répartir la quantité fabriquée en fonction des besoins des


agences sur un nombre de jour bien déterminé.
4/ Administration des ventes :
Le service d’administration des ventes a pour tâche d’établir le tableau de bords
comparatifs des ventes journalières qui servent à assurer le suivi quotidien des ventes
réalisées par agence et par produit par rapport au budget qui est déterminé auparavant
pour chaque année sur la base du stock disponible prévisionnel et de la production
prévisionnelle par produit et par unité de production.

Par ailleurs, ce service effectue un suivi des demandes d’incorporation, la suspension ou


la radiation des clients, la réintégration et toutes modifications pourraient être réalisées
pour assurer la gestion du fichier clients.

A partir de plusieurs pièces justificatifs ( patente, registre de commerce, CIN….) que


toutes ces données sont établies et paramétrées dans un système informatique MOVEX
servira à alimenter un fichier commercial contenant ainsi le suivi quotidien des visites,
des réclamations des clients et d’autres informations (ex : CA ).

Outre la gestion du fichiers clients, le service s’occupe de la communication des


informations concernant la production et les ventes du sucre aux autorités locales et
ministérielles.

Finalement, ce service assure la gestion de toutes les relations administratives entre les
agences et le siège par exemple : le suivi des règlements des factures d’eau,
d’électricité et du loyer des agences.
5/ Le service de planification :

Ce service a été crée en juin 1998 suivant plusieurs problèmes caractérisant le marché
sucrier et qui peuvent être mentionnées comme suite :

 Le dysfonctionnement entre l’offre et la demande.


 Le manque de sucre dans les centres les plus éloignés des unités de productions
et des agences.
 Le manque d’un approvisionnement suffisant au niveau des agences ce qui a
provoqué un problème de fil d’attente des camions devant l’usine et qui durait
plus qu’une semaine pour pouvoir accéder au changement et en conséquence
les frais de transport et le prix de vente seraient augmentés.
 Le renchérissement du sucre à cause de la spéculation pratiquée par les clients.
 La baisse de l’activité et surtout de la productivité au niveau des agences qui ne
peuvent assumer leur mission en tant qu’un acteur principal dans le circuit de
distribution .

Ce service assume la responsabilité de suivre la réalisation des objectifs prédéfinis par


la direction commerciale alors ce service élabore un budget annuel en collaboration avec
le service d’administration des ventes sur la base de la capacité de production, des
stocks et sur l’historique des ventes ( annexe ).

Aussi, le responsable se charge de planifier des commandes en suivant les étapes de


la programmation qui sont en de trois :

 Proposition de planning :

Le chef d’agence communique au service de planification le planning hebdomadaire des


commandes sur la base de la cote part mensuelle affectée à chaque client.
Le planning de la semaine S est communiqué sur disquette concerné le samedi de la
semaine S-2.

 Confirmation du planning :

Au niveau du service planification des ventes, les plannings de toutes les agences sont
analysés et discutés puis confirmés par fax le mercredi de la semaine S-1, semaine
précédant la semaine de prise de rendez-vous.( annexe )

 Envoi des confirmations des commandes :

Après réception des planning de chef d’agence contacte tous les clients planifiés pour la
semaine pour leur communiquer la date ainsi que le tonnage d’enlèvement.

Après l’établissement du budget annuel de chaque agence et à partir d’un historique des
Ventes, le responsable de la planification l’éclate sur les clients en saisissant les
dotations calculées dans un MOVEX sur la base d’un coefficient bien déterminé.

Ainsi, un planning hebdomadaire des commandes serait transmis chaque semaine au


service de planification.

Toute fois, le responsable peut se charger de faire des modifications afin de faire face à
un certain nombre de contraintes de production, d’édition du programme d’enlèvement
hebdomadaire et des rendez-vous des clients détaillés par journée.

Pour mener à bien le processus de planification, le responsable procède à


l’établissement des statistiques de redressement des stocks en cas d’erreur de
facturation sur le système MOVEX.
6/ Le service des clients industriels : 
Le responsables de ce service se charge d’effectuer des visites sur le terrain en frappant
la porte de tous les clients industriels ayant une relation commerciale avec la
COSUMAR.

La COSUMAR est tenue de fabriquer pour chaque client des produits ( sucre) dont les
composantes et la qualité sont différentes suivant leur demande, leur besoins.
Le granulé demeure toujours le produit de base le plus commandé par les industriels.

Le responsable s’occupe de l’organisation des réunions durant lesquelles , il essaye de


convaincre le client industriel de lui pousser d’acheter les produits désirés de COSUMAR
tant qu’elle offre un produit de bonne qualité et de hautes performances.
C’est la raison pour laquelle de nombreuses actions ont été amenées dans les
différentes régions en vue de tenir une pression sur le marché surtout dans les zones
pénétrées par la concurrence.
7/ Le service de la gestion de stock :

Dans le but d’assurer une bonne gestion du stocks et d’éviter tout troublement au
niveau de la vente et la comptabilité ( sur stockage, rupture de stocks…..).

Le service est chargé d’établir trois états :

 Etat du stocks vendables ( Casablanca et agences).

 Etat des encours de route ( ce qui est sortie de l’agence de livraison vers l’agence
destinataire).

 Etat du stocks de réception ( les sorties : les wagons et les camions).

Cas états sont établit à l’aide d’un système informatique appelé MOVEX qui relie toutes
les unités ( Casablanca, Doukkala et Zemamra) et les agences ( Agadir, Fès, Kenitra,
Mekhnès, Marrakech, Oujda ) qui seraient aussi exploités par le responsable de gestion
pour éditer:

 Etat du stocks vendables

 Etat du stocks comptables

Le service de gestion du stocks est chargé aussi de faire un planning des dépôts en
fonction du budget d’une part, des ventes journalières et du stocks physiques d’une
autre part dont l’objet est de respecter le budget général posé par la direction générale.

A la fin, le gestionnaire du stocks regroupe les mouvements de tout le mois en


établissant un inventaire appelé BALANCE comprenant le stock initial, la production, les
ventes, les retours, les redressements et le stock final pour analyser les écarts s’il y en a
entre la situation du stocks déclarée par le service du stocks et celle arrêtée par le
service comptable afin de déterminer les causes de ces écarts.

STOCK INITIAL + ENTREES (du mois) – SORTIES (du mois) = STOCK FINAL

 ENTREES = Production + Retours avariés + Redressements entrées (RDE)

 SORTIES = Ventes + Refonte + Dons + Redressements sorties ( RDS)

N.B : Le stock final doit être égal au stock déclaré par le comptable
Entrée en stock :
Cette opération consiste à prendre en compte dans les documents comptables une
entrée en stock.la valorisation du mouvement d’entrée se fait au prix d’achat réalisé.

*Sortie stock :
Cette opération consiste à prendre en compte dans les documents comptables une
délivrance de produits. Elle consiste donc à valoriser le mouvement de sortie du
magasin et à l’imputer au client destinataire .Celle ci peut s’effectuer suivant la
technique :
 FIFO (first in first out) : la première unité entrée est celle qui sort du stock en
priorité.cette technique impose une gestion séparée des differents lots d’entrée
en stock mais elle permet de sortir en premier les articles les plus anciens.
 LIFO(last in – first out) : la dernière unité entrée est celle qui sont du stock en
priorité.cette technique,comme le précédente impose une gestion séparée des
differents lots d’entrée en stock mais elle permet d’appliquer les prix les plus près
du marché actuel.
 PMP (prix moyen pondéré) ou CMP (coût moyen pondéré) : le comptable calcule,
à chaque entrée en stock, le PMP en divisant la nouvelle valeur du stock par la
quantité totale.ce calcul peut s’effectuer à chaque entrée ou par période de
référence de stockage.
 Prix standard : prix fixé à priori en fonction de la connaissance des produits, des
marchés, des possibilités d’approvisionnement. Cette technique impose de
résoudre le probléme de écarts et de réviser périodiquement les produits.
 Redressements de stocks :
 Les redressements de stocks sont utilisés pour régulariser les écarts de stocks
dégagés après inventaire physique. Il s’agit en fait des Bonis ou des Malis.
 Le redressement de ces écarts se fait au niveau du système sur la base des
écarts d’inventaire de stocks par le biais d’un :
RDE : Redressement entrée quant il s’agit d’un malis du a une omission ou une
erreur de saisie au niveau des entrées, ou d’un :

 RDS : Redressement sortie quant il s’agit d’un bonis du a une omission ou une
erreur de saisie au niveau des sorties.

Refonte :

Il s’agit de sucre avarié dans les magasins de stockage aussi bien au niveau de l’usine
q’au niveau des agences et destiné à être recycler dans le processus de fabrication.

Retours :

Il existe deux types de retours :

 les retours clients

 les retours agence

STOCKAGE
Pour une bonne conservation du sucre, le stockage se fait dans un grand hangar appelé
« silo » D’une capacité 75000 tonnes.

A l’entrée, le sucre réceptionné est pesé grâce à un pont bascule pour les camions et
par deux servo-balances pour les wagons .

Après, le sucre brut est acheminé vers la station d’affinage à l’aide de bandes
transporteuses avant de subir le traitement.

La COSUMAR dispose aussi de plusieurs magasins où sont stockés les produits finis.
Quant à la mélasse, elle est stockée dans des tanks à Mohammedia et à Jorf lasfer.
GESTION DE STOCKS
Il s’agit de l’ensemble des opérations nécessaires pour l’acquisition, la conservation et la distribution
des produits.

Définition du stock :

Les stocks sont composés des biens ou services qui interviennent dans le cycle
d’exploitation soit pour être vendus en l’état ( marchandises) ou après transformation
( produits fabriqués) soit consommés au premier usage ( matière première).
Les stocks doivent répondre à un double objectif :

 Les stocks doivent faire l’objet d’un contrôle physique ( inventaire).

 Les stocks doivent être évalués à la clôture de l’exercice afin de constater le cas
échéant une provision pour dépréciation.

La nécessité d’un stock :

Etant donné que le rythme de la consommation ne suit pas nécessairement le rythme de


la production, le stockage s’avère nécessaire pour combler ce défaut.

Ce pendant, le stock immobilise les capitaux investis dans les produits qui le constituent
et les locaux qui le contiennent.

Il occasionne les dépenses en terme de rémunération de personnel, de matériel,


d’exploitation et d’entretien des locaux.

Le stock doit ainsi être réduit dans la mesure du possible. Aussi, la responsabilité
incombant au gestionnaire consiste à régler les flux de stockage de manière à satisfaire
la demande en tenant compte des contraintes que cela induit ( capacité limité
d’entreposage, délai de réapprovisionnement, nature de la demande, charges
financières…..).

Stock optimal- Quantité à stocker

Pour assurer au mieux l’approvisionnement du marché et optimiser les différents coûts


induits par le stockage, la définition de la quantité à stocker s’avère être une tâche
complexe.

En effet, elle doit tenir compte de plusieurs paramètres.

La nouvelle formule de la quantité à stocker appliquée dans le service de gestion de


stocks de COSUMAR se présente comme suit :

 Stocks agences :

QS = (CP/P)*DA +(CP/P)*SS – (SA + CR)

- QS  : Quantité à stocker


- CP/P : Consommation prévisible par période = somme des ventes agences / nombres
de jours

- DA  : Délais d’approvisionnement

- SS  : Stock sécurité

- SA : Stock actuel

- CR : Encours de route

 Stocks Casablanca :

QS = ( CP/P )* DA + ( CP/P )* SS + SS (agences) – ( SA + CR )

- SS (agences) : Somme ventes agences / nombre de jours ouvrables = Budget – vente


usine

Une lecture superficielle de la formule de définition de cette quantité à la COSUMAR


permet de sortir avec les conclusions suivantes :

La quantité à stocker prend en considération la variation de la consommation sur les


différentes périodes de l’année. IL semble que l’année a été divisée en plusieurs
périodes homogènes selon le rythme de la consommation des ménages.

La quantité à stocker prend en considération le délai d’approvisionnement. L’estimation


de ce délai est certainement basée sur la capacité de production ainsi que sur la
disponibilité et l’importance des moyens logistiques permettant l’acheminement des
produits finis.

La quantité à stocker tient compte des aléas de la production ainsi que ceux de la
consommation.

En effet, la formule intègre un stock de sécurité qui permettrait de répondre à des


rythmes de fabrication- consommation non prévus initialement.

Les produits encours d’acheminement vers les entrepôts de stockage sont considérés
comme étant du stock.

Ceci est valable à condition que le délai d’acheminement ne soit pas important.
Dans le cas de la COSUMAR, étant donné la bonne répartition des points de production
et des points de distribution, les délais d’acheminement permettent de considérer les
produits acheminés comme étant du stock et de les traiter au même titre que le stock
réel au niveau de l’entrepôt dans le calcul des quantités à stocker.

 Analyse du stocks agences :

Le stock optimal au niveau des agences peut être rationalisée comme suit :

Consommation prévisible * Délai d’approvisionnement considérer la consommation

et le délai de reconstitution

du stock.

Consommation prévisible * stock de sécurité ici, il faudrait se poser la


question

à propos du stock de sécurité : est-il défini

en ratio ou en quantité. Apparemment, il s’agit là

d’un ratio sinon, ça pourrait être exprimé ainsi :

Consommation prévisible * stock de sécurité

Consommation moyenne

La quantité à stocker devient donc ce stock optimal diminué du stock actuel et des
quantités produites encours de route.

 Recommandations :

Cette formule tient compte de plusieurs contraintes. Ce pendant, certaines réserves


peuvent être émises :

- Quelle est la réponse adéquate à une quantité à stocker négative. En effet, cela
pourrait paraître théorique et n’être vérifiable qu’en mathématique et pas en dans la
réalité mais ça pourrait arriver suite par exemple à une chute imprévue de la
consommation due au lancement d’un nouveau produit concurrent.

- Quant au stocks de sécurité deux scénarios sont possibles :


* Soit qu’il ne tient pas compte des aléas de la production et dans ce cas , quel
sera un problème d’approvisionnement dû à la production combiné avec une demande
très forte sur le marché surtout qu’il s’agit là de produits de première nécessité.

*Soit qu’il en tient compte quoique ça n’apparaisse pas au niveau de la formule.


Et dans ce cas, les aléas de la production sont estimés avec un impact constant sur le
stock alors que ce n’est pas toujours le cas dans la réalité.

En fait, la définition du stock de sécurité à la COSUMAR permettrait d’apporter une


réponse claire à cette question.

- Rationaliser le stock optimal et les quantités de produits finis à stocker ne peut se faire
dans ce cas avec globalité qu’en se basant sur la définition du stock de sécurité. Pas
uniquement pour apprécier l’apport de la formule en terme d’équilibrage entre les
rythmes de la production et de la consommation mais aussi en terme de coûts de stock
et de charges financières qu’il induit.

En fin, le stock optimal Casablanca est défini par la consolidations de différents stocks
optimaux de produits finis des différentes agences.