Vous êtes sur la page 1sur 20

014

Théo Pezel
33e aux ECN 2

chniques
mnémote
uMoyens pprouvés par
testés et a
l'auteur cialités
ssem ent par spé
uC la
et items ces
s conféren
uDernière sus
de consen nnales
ces aux a
uRéféren 5
2004-201
Théo Pezel
Y E N S
LES MO UES
C H NIQ
MNÉ MOT E

pour r é us s i r
les
ECN i
Création de la maquette et mise en pages : Patrick Leleux PAO
Couverture : Primo & Primo

ISBN : 978-2-84371-872-4

Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de


l’auteur, ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (loi du 11 mars 1957, alinéa 1er
de l’article 40). Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit,
constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.

© 2016, Editions Estem-Vuibert – 5, allée de la 2e DB, 75015 Paris


ww.estem.fr
L'auteur

Théo Pezel est arrivé 33e au classement des ECN 2014, après une formation
initiale au sein de la Faculté Paris-Descartes (Paris V).
Il est maintenant interne en Cardiologie et Médecine vasculaire à Paris et
Conférencier au sein d'un organisme privé pour la préparation au concours.

Remerciements

À mon sous-colleur et binôme de la première heure, David Deutsch, qui


m’a apporté son soutien tout au long de l’externat, autour de sous-colles
rythmées et endiablées…

À ma mère, à qui je dois tout, sans toi je ne serais rien.


À mon père, que je sais présent pour moi en toutes circonstances.
À ma mamie, mon soutien du premier jour qui m’a aidé à grandir…

À Pierre Khalifa et Marc Bellaiche pour leur confiance sur chacun de mes
projets…
Avant-propos
Comment réussir le concours des ECNi ?
Tout le monde est d’accord pour dire que « celui qui réussira les ECNi est celui
qui en connaîtra le plus ! »
La mémoire sera, encore et toujours, le fer de lance de votre préparation à ce concours
terrible portant sur des centaines de questions toutes plus précises les unes que les autres.
Mais alors comment retenir tous ces détails ? Comment garder en tête suffisamment
longtemps tous ces chiffres, ces indications, ces contre-indications, ces signes cliniques,
ces descriptions radiologiques, ces cas particuliers ?
Une arme secrète m’a permis d’avoir la mémoire suffisante pour réussir ce
concours : les MOYENS MNÉMOTECHNIQUES !
Quels sont les avantages de cette technique de mémorisation ?
–  Elle représente un gain de temps considérable pour apprendre des listes de
détails à connaître par cœur car les moyens mnémotechniques permettent de fixer
rapidement les différents items les uns par rapport aux autres.
– Elle permet d’être complet et précis sur chaque notion du programme (se rappe-
ler des 6 signes de gravité de la bronchiolite et non pas seulement de 4 signes sur 6 comme
cela vous arrive souvent…)
– Elle fait disparaître vos doutes face aux QCM, en vous apportant la certitude
d’avoir coché les bonnes propositions (forcément puisque vous savez qu’elles sont dans
le moyen mnémotechnique !)
Ce livre est un peu différent des autres ouvrages sur le sujet qui proposent souvent des
intitulés bizarres ou difficiles à mémoriser, ou pire encore incomplets. En effet, cet ouvrage
ne comprend que des moyens mnémotechniques que j’ai appris par cœur, que j’ai éprouvé
concours blancs après concours blancs et que je n’ai eu de cesse d’améliorer afin de les
rendre les plus performants possibles.
Enfin, n’hésitez pas à tester tous ces moyens mnémotechniques lors de vos concours
blancs pour mieux vous les approprier, et surtout pour être un peu plus à l’aise avec
cette méthodologie particulière de mémorisation tellement efficace le jour J.
Cet ouvrage s’organise matière par matière, puis dans chaque matière, item par
item, afin de rendre l’accès à chaque notion le plus facile et le plus intuitif possible.

Mode d’emploi de l’ouvrage en pratique :


– sélectionnez les moyens mnémotechniques qui vous conviennent et qui vous parlent ;
– apprenez-les et révisez-les régulièrement +++ (on ne retient pas un moyen mnémo-
technique en ne l’apprenant qu’une seule fois !).
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture.
Et comme me le répétait souvent l’un de mes conférenciers préférés :
« Le jour J, n’oublie surtout pas de rester SIMPLE. »
Merci pour votre confiance et bonne lecture !
Théo PEZEL
Sommaire
Cancérologie générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1
Cardiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Dermatologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Endocrinologie – Nutrition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Gynéco-Obstétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Hématologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Hépato-Gastro-Entérologie (HGE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Maladies infectieuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Néphrologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
Neurologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Ophtalmologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
ORL – Stomatologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
Orthopédie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
Pédiatrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
Pneumologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
Psychiatrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
Réanimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353
Rhumatologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355
Urologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395
Cardiologie

Cardiologie

11
Les moyens mnémotechniques

TE M
I

149
Endocardite infectieuse

• Signes extra-cardiaques d’endocardite infectieuse


« SEPHORA »
Splénomégalie (surtout EI aiguë) (20 – 40 %)
Erythème palmo-plantaire de Janeway (placards) (lésions papulaires –
érythémateuses – 1 – 4 mm de diamètre – irrégulières – souvent sur les
éminences thénar et hypothénar)
Purpura pétéchial vasculaire (infiltré) +/- purpura conjonctival
Hippocratisme digital
Hémorragies sous unguéales et sous-conjonctivales
Osler nodosités = « faux panaris » d’Osler (petits nodules de la pulpe
des doigts – du dos des orteils – rouges ou violets – douloureux et fugace
sur 2 à 3 jours)
Roth = taches de Roth : très fréquent (nodules cotonneux de la rétines
identiques aux dysoriques au FO)
Anévrysmes mycotiques / Arthralgies – Lombalgies – Myalgies -
Arthrites / NG

• Modalités de prélèvements des hémocultures sur


endocardite infectieuse Question ECN 2012
« ALARMES »
Avant toute antibiothérapie mais sans retarder le traitement avec
≥ 5 – 10 mL sur veine périphérique
Lit du malade
Asepsie stricte = nettoyage – antisepsie du champ de prélèvement – gants
stériles et champ stérile
Répétées et multiples (3 prélèvements veineux à 1 heure d’intervalle)
Moments = pics fébriles – frissons – hypothermie
En milieux aérobies et anaérobies +/- milieux spécifiques si ABT préa-
lable, levure ou mycobactéries
Sans délai en avertissant le laboratoire d’une suspicion d’EI = milieux spé-
cifiques (Candida) et culture prolongée

Dogme fort = des hémocultures négatives n’éliminent pas le diagnostic !

12
Cardiologie

• Complications d’une endocardite infectieuse


« ENDOCARDITE » Question ECN 2010
Embols septiques systémiques (EI du cœur gauche) et/ou pulmonaires
(EI du cœur droit)
Neurologique (30 %)
• AVC ischémique sur embolie
• Hémorragie méningée sur rupture d’anévrysme mycotique cérébral
• Abcès cérébral – Abcès médullaires
• Méningite purulente (pneumocoque ou staphylocoque surtout)  /
Méningo-encéphalite
Décès = mortalité globale = 20 % 
OAP – IC aiguë (1re cause de mortalité)
• complication cardiaque la plus fréquente (50 %)
• plus fréquente en cas d’infection par staphylocoque – entérocoque ou si
traitement tardif
Complexes immuns circulants
• Glomérulonéphrites – vascularites leucocytoplasiques – arthralgies
• Péricardite – Myocardite (rares)
Abcès cardiaques
• 3 types d’abcès
¡ Abcès SEPTAL révélé par des troubles de conduction = BAV
¡ Abcès myocardique révélé par des troubles du rythme ventriculaire
¡ Abcès de l’anneau par extension locale
Rhumatologiques
• Arthrite
• Spondylodiscite
Des anévrysmes mycotiques
Insuffisance rénale = origine multifactorielle Question ECN 2010
• Glomérulonéphrites soit focales soit diffuses immunologiques par dépôt
de complexes immuns (+/- IR ou SN)
• Infarctus rénal sur emboles septiques
• IRA (nécrose) sur choc septique ou syndrome de défaillance multivis-
cérale
• Néphrotoxicité des ATB (Aminosides / Vancomycine)
• IR fonctionnelle secondaire à une insuffisance cardiaque
• Abcès rénaux
• Néphrotoxicité d’éventuels PdC (TDM)
Traitement = Iatrogénie
Entrée = Complications loco-régionales de la porte d’entrée

13
Les moyens mnémotechniques

• Facteurs de risque d’embolies au cours


d’une endocardite infectieuse
« Ma Grosse Végétation Aime Mordre »
Mobiles végétations
Germes = S. aureus / Entérocoques / Candida
Végétations ≥ 10 mm (a fortiori si ≥ 15 mm)
ATCD d’embolie sous antibiothérapie adaptée
Mitrale position des végétations

• Indications du traitement chirurgical


des endocardites infectieuses
« REMPLACE »
Régurgitation volumineuse avec IC persistante sous traitement médical
bien conduit
Éjection perturbée par végétation volumineuse > 30 mm ou > 10 mm avec
antécédent embolique
Myocarde incompétent
Prothèse valvulaire
Latence du syndrome infectieux à J10 sous antibiothérapie adaptée
Abcès cardiaque
Champignons = EI fongiques (Candida – Aspergillus) ou à germes multi-
résistants (SARM / BGN)
Emboles septiques

• Education du patient : prophylaxie de l’endocardite


infectieuse chez le valvulopathe
« Imaginons Ce Cœur Handicapé Battre Sans Aide
Extérieure »
Information du patient et du médecin traitant
Carte de prophylaxie de l’endocardite (à montrer au médecin traitant et au
dentiste à chaque fois – précisant les modalités)
Carte de porteur de prothèse valvulaire à avoir toujours sur soi (type –
diamètre – n° de série)
Hygiène bucco-dentaire et cutanée stricte
Bilan ORL + stomato = 1x/6M pour traitement indispensable de tout
foyer infectieux ORL et dentaire
Signes d’alarme et conduite à tenir en cas de fièvre (hémocultures systé-
matiques avant toute antibiothérapie)

14
Rhumatologie
Les moyens mnémotechniques

TE M
I

153
Infections ostéo articulaires (IOA)
de l’enfant et de l’adulte

• Facteurs de risque d’arthrite septique


« IIIA » (iiiiiiia !)
ID = âge élevé – éthylisme – diabète – corticothérapie…
Iatrogénie = hospitalisation et actes invasifs ou chirurgicaux
Infiltration intra-articulaire de corticoïdes
Arthropathie toute = mécanique ou inflammatoire (PR)

• Arthrite septique : radios standards de l’articulation


(F + P) bilatérales et comparatives (G + D)
« PEDE G ! »
Signes positifs :
Pincement diffus de l’interligne articulaire
Erosions épiphysaires (si érosions, elles sont définitives = retard thérapeutique)
Déminéralisation osseuse sous chondrale
Elargissement des parties molles en regard (visible à la radio)
Géodes d’ostéolyse intra-osseuses juxta-articulaires
Absence d’ostéophytose

• Spondylodiscite Arthrite septique : radios standards du


rachis (F + P)
« PEDE G ! »
Signes positifs :
Pincement discal global ou latéralisé (diminution de l’espace inter-vertébral)
Erosion (ostéolyse) du coin antérieur des vertèbres adjacentes (profil) avec
aspect irrégulier et flou des plateaux vertébraux avec image en « miroir »
Déminéralisation = effacement du liseré cortical
Epaississement des parties molles
Géodes vertébrales intra-corporéales en « miroir »

356
Rhumatologie

• Ostéite – Radios standards du segment de membre


(F+P) : signes d’ostéite
« COR »
Condensation
Ostéolyse localisée
Réaction périostée (ostéolyse métaphysaire mal limitée cernée par une
condensation)

• Traitement commun des infections


ostéo-articulaires
« DECIDAR » (petits trucs vite oubliés)
Décharge stricte de l’articulation
Entrée porte traitement
Chirurgie spécifique
Immobilisation antalgique
Décubitus prévention = HBPM…
Antibiothérapie probabiliste
Repos + Rééducation par kinésithérapie

• Antibiothérapie probabiliste en urgence : modalités


« Pouvoir Parler De Sucer BABAR »
En urgence
Double
Probabiliste = débutée rapidement après hémocultures et ponction, sans
en attendre les résultats, puis secondairement adaptée à l’ABG (48h)
Parentérale IV pendant ≥ 2 S avant le relais PO
Durée de l’antibiothérapie suffisante

– si arthrite septique = 1 – 2 S ou 6 S si infection de prothèse


Traitement
– si spondylodiscite = 2 – 4 S
d’attaque en IV
– si ostéite = 4 – 6 S
– si arthrite septique aiguë = 3 – 6 S si arthrite septique
chronique = 2 – 3 M
Relais PO
– si spondylodiscite = 4 – 12 S
– si ostéomyélite aiguë = 2 M si ostéite chronique ≥ 2 M

357
Les moyens mnémotechniques

Synergique et Bactéricide
Active sur staphylocoque aureus + streptocoques + BGN puis secondai-
rement adaptée
Bonne diffusion osseuse
A posologie adaptée aux fonctions rénales (si aminosides ou glycopep-
tides) – hépatiques – en l’absence de contre-indication et d’allergie
Réévaluation systématique à 48 h / Jamais d’antibiothérapie à l’aveugle
devant une prothèse douloureuse

TE M
I

194
Arthropathie microcristalline

• Goutte : étiologies
« Particulièrement Infect, Hitler Insultait Directement
Himmler »
Prise médicamenteuse prolongée = « PAD FACT »
• Pyrazinamide – éthambutol – acétazolamide (traitement glaucome) –
diurétiques thiazidiques – furosémide
• Aspirine dose anti-agrégante – ciclosporine A pour greffe – tacrolimus –
traitement cytotoxique
Idiopathique = goutte primitive commune (forme typique chez l’homme
de 60 ans pléthorique)
Hypothyroïdie 
IRC (défaut d’élimination d’acide urique) = polykystose rénale – pyéloné-
phrites chroniques – néphropathies chroniques
Déficit enzymatique lié à l’X (ex : déficit en HGPRT = syndrome de Lesh-Nyhan)
Hématologiques = drépanocytose – leucémie aiguë – SMP ou syndrome
de Lyse tumorale

• Goutte : bilan de gravité – radios standards bilatérales


et comparatives des articulations atteintes
Si goutte aiguë débutante :
Radios le plus souvent normales
Tuméfaction des parties molles ou hypertransparence épiphysaire possibles

358
Les moyens mnémotechniques

AAA Anévrisme de l’aorte abdominale


AAG Asthme aigu grave
AAN Anticorps antinucléaire
AAP Antiagrégant plaquettaire
ABG Antibiogramme
ABP Antibioprophylaxie
ABT Antibiothérapie
Ac Anticorps
ACR Arrêt cardio-respiratoire
ACSOS Agressions cérébrales secondaires d’origine systémique
ADO Antidiabétiques oraux
ADTC Antidépresseurs tricyliques
AEG Altération de l’état général
AG Anesthésie générale
AHAI Anémie hémolytique auto-immune
AI Auto-immune
ALD Affection de longue durée
AldoS Aldostérone
AMS Atrophie multisystématisée
Ao Aorte
AoA Aorte abdominale
AOMI Artériopathie oblitérante des membres inférieurs
AP Artère pulmonaire
APLV Allergie aux protéines de lait de vache
ARV Antirétroviral
ASP Abdomen sans préparation
AT Arrêt de travail
ATB Antibiotique
ATCD Antécédent
ATL Angioplastie transluminale
ATS Antithyroïdien de synthèse
AV Acuité visuelle
AVK Antivitamine K
BAT Biopsie d’artère temporale
BB Bêtabloquants
BBD / BBG Bloc de branche droit ou bloc de branche gauche
BDA Bouffée délirante aiguë
BGN Bacille gram négatif
BHC Bilan hépatique complet
BIP Diamètre bipariétal
BMR Bactérie multirésistante (aux antibiotiques)
BOM Biopsie ostéomédullaire
BSA Bloc sino-auriculaire
BZD Benzodiazépine
CAE Conduit auditif externe
CAT Conduite à tenir
CAV Canal atrioventriculaire
CBNPC Cancer bronchopulmonaire non à petites cellules
CBP Cancer bronchopulmonaire ou Cirrhose biliaire primitive
CCA Chondrocalcinose articulaire

396
Liste des abréviations

CCR Cancer colorectal


CEC Circulation extracorporelle
CGR Culots globulaires sanguins
CIA Communication inter-auriculaire
CIV Communication inter-ventriculaire
CIVD Coagulation intravasculaire disséminée
CMD Cardiomyopathie dilatée
CMO/CMHO Cardiomyopathie hypertrophique obstructive
CMT Cancer médullaire de la thyroïde
CPIA Contre pulsion intra-aortique ballon
Cs Consultation
DAE Défibrillateur automatique externe
DAI Défibrillateur automatique implantable
Dao Dissection aortique
DAT Diamètre abdominal transverse
DDB Dilatation des bronches
DEC Déshydratation extracellulaire
DIC Déshydratation intracellulaire
DIU Dispositif intra-utérin
DN Dérivés nitrés
DT Delirium tremens
DXA Dual energy x-ray absorptiometry
EAL Examen des anomalies lipidiques
EBV Epstein-Barr Virus (virus d’Epstein-Barr)
ECA État confusionnel aigu
EDM Épisode dépressif majeur
EE Épreuve d’effort
EH Encéphalopathie hépatique
EI Effets indésirables
EIAS Épine iliaque antérosupérieure
EOGD Endoscopie gastroduodénale
EP Embolie pulmonaire
EPP Électrophorèse des protéines plasmatiques
EPU Électrophorèse des protéines urinaires
ERG Électrorétinogramme
ES Effets secondaires
EVA Évaluation visuelle analogique
FA Fibrillation auriculaire
FC Fréquence cardiaque
FDR Facteur de risque
FDRCV Facteur de risque cardio-vasculaire
FID Fosse illiaque droite
FIG Fosse illiaque gauche
FL Fosse lombaire
FN Faux négatifs
FO Fond d’œil
FPI Fibrose pulmonaire idiopathique
FQ Fluoroquinolones
FR Fréquence respiratoire
FV Fibrillation ventriculaire

397
Théo Pezel

Dans cet ouvrage, Théo Pezel, 33e aux ECN 2014, vous propose 600 moyens
mnémotechniques faciles à mémoriser et impossible à oublier !
Bien connus des étudiants en médecine, les moyens mnémotechniques
permettent de se souvenir d'informations complexes grâce à des phrases
et des sigles simples. Classés par spécialités et par items pour permettre
un apprentissage ciblé et efficace, ils sont augmentés d’explications claires
et précises pour ne rien oublier.
Vous pourrez aussi facilement retrouver les questions les plus « tombables »
grâce à des capsules Question ECN qui indiquent les moyens mnémotech-
niques qui ont déjà fait l’objet d’une question aux ECN depuis 2004.
Conçu spécialement pour les étudiants en médecine, cet ouvrage au format
poche vous accompagnera partout pour mettre à profit chaque minute de
votre temps et vous permettra d’engranger facilement de grandes quantités
d’informations et d’économiser de nombreuses heures de prise de notes !

Théo Pezel est arrivé 33e au classement des ECN 2014,


après une formation initiale au sein de la Faculté Paris-
Descartes (Paris V). Il est maintenant interne en Cardiologie
et Médecine vasculaire à Paris et Conférencier au sein d'un
organisme privé pour la préparation au concours.

ISBN : 978-2-84371-872-4

9 782843 718724 www.vuibert.fr