Vous êtes sur la page 1sur 16

Université

 Hassan  II  de  Casablanca  


Faculté  des  Sciences  Juridiques,  Economiques  et  Sociales  
Master  Droit  des  Affaires  
Séminaire  :  Droit  pénal  des  affaires    
Professeur  :  M.  Tami  LASRI  
 

 
 
 
 

Les infractions en matière de distribution de


bénéfice
   

Réalisé  par  :    
 
                                                         Ayoub  BERDAI  
                                                         Adam  BOUGRINE  

Année  Universitaire  :  2017-­‐2018  


Plan :
 
 
I-­‐  L’incrimination  de  la  distribution  de  dividendes  fictifs  :    
 
A-­‐  Caractéristiques  de  l’infraction  
 
B-­‐  Imputation  et  répression  de  l’infraction    
 
II-­‐  L’incrimination  des  infractions  facilitant  la  fictivité  du  
dividende  
 
 
 
A-­‐  Le  délit  de  publication  de  comptes  inexacts    
 
B-­‐  La  possible  implication  du  commissaire  aux  comptes  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’étude  du  droit  pénal  des  affaires,  ou  dans  notre  cas  celui  des  sociétés  anonymes  nous  
inspire  une  première  impression  :  celle  de  son  obésité.  En  effet,  depuis  la  promulgation  
de  la  loi  17-­‐95  relative  aux  sociétés  anonymes,  plus  de  200  infractions  contenues  dans  
52   articles   traitent   de   la   responsabilité   pénale   des   différents   intervenants   dans   cette  
structure.    
Cette  obésité  apparait  d’autant  plus  dès  lors  que  l’on  souligne  que  le  dahir  de  1922  qui  
était   chargé   de   réglementer   cette   forme   de   société   ne   contenait   pas   plus   de   dix  
incriminations  en  la  matière1.  
 
La   lourdeur   du   dispositif   répressif   est   des   plus   compréhensives.   Brassant   souvent  
d’énormes   masses   d’argent,   s’employant   à   intéresser   un   public   élargi,   la   société  
anonyme   de   ce   fait   peut   être   le   théâtre   de   nombreux   comportements   indélicats   aux  
répercussions   fâcheuses,   voire   catastrophiques   pour   elle-­‐même,   ses   actionnaires   et   le  
monde  économique  en  général.  
 
C’est   dans   ce   cadre   qu’eu   égard   à  la   spécificité   des   infractions   dans   le   domaine   des  
affaires,   ne   pouvant   plus   être   supporté   par   les   incriminations   traditionnelles   telle   que  
l’escroquerie  et  l’abus  de  confiance,  que  le  législateur  marocain  fut  obligé  de  diversifier  
son   arsenal   répressif   et   ainsi   mettre   en   place   des   infractions   pénales   pouvant   être  
répertoriées  à  tous  les  stades  temporels  :  de  la  constitution  de  la  société  à  sa  dissolution  
ou   liquidation   éventuelle,   en   passant   bien   sûr   par   sa   «   vie   »,   c’est-­‐à-­‐dire   son  
fonctionnement.2  
 
Notre   sujet   étant   les   infractions   en   matière   de   répartition   des   bénéfices   qui   fait   partie  
intégrante   de   la   grande   famille   des   infractions   en   matière   de   gestion,   nous   impose   de  
nous   éloigner   dans   un   premier   temps   de   la   matière   pénale   et   rejoindre   la   discipline  
sociétaire   afin   de   tracer   les   contours   de   la   notion   de   répartition   de   bénéfices   pour  
pouvoir  par  la  suite  incriminer  les  agissements  frauduleux  qui  y  portent  atteinte.    
 
Brièvement,  la  notion  de  bénéfice  nous  renvoi  à  la  définition  même  de  la  société  selon  
laquelle  elle  représente  un  contrat  ayant  un  but  lucratif.  Ainsi,  les  personnes  physiques  
ou  morales,  ne  seront  tentées  de  faire  partie  de  l’équipage  des  actionnaires  d’une  société  
anonyme  que  si  elles  sont  dans  la  certitude  que  celle-­‐ci  pourra  générer  un  bénéfice.    
 
Cependant,  l’on  pourrait  facilement  être  induit  en  erreur,  et  s’imaginer  que  tout  bénéfice  
appartient   à   cet   équipage,   à   savoir   les   actionnaires.   L’article   330   de   la   loi   17-­‐95   vient  
dissiper  tout  malentendu,  et  affirme  l’existence  aussi  bien  d’un  bénéfice  distribuable  aux  
actionnaires  qu’un  autre  non  distribuable.  Ainsi  à  la  lecture  de  cet  article  nous  pouvons  
affirmer  qu’est  distribuable  le  bénéfice  net  de  l’exercice  diminué  des  pertes  antérieures  
ainsi  que  des  sommes  à  porter  en  réserves  légales  et  statutaires  et  augmenté  du  report  
bénéficiaire  des  exercices  précédents.    

Ainsi,  l’étude  de  la  criminalité  sociétaire  veut  que  l’on  traite  des  infractions  en  matière  

                                                                                                               
1  Mohamed  Jaouhar,  “Lecture  dans  le  droit  pénal  des  affaires:  Cas  du  droit  pénal  des  sociétés  

anonymes”,    Colloque  sous  le  thème  “Dix  années  de  droit  des  entreprise  au  Maroc”,  IMADE  2007  
2  Wilfrid  Jeandidier,  Droit  pénal  des  affaires,  6ème  édition,  Dalloz  
de  non  respect  des  dispositions  de  l’article  330,  ou  autrement  dit  de  la  répartition  des  
bénéfices  non  distribuables.  Cette  approche  est  tout  à  fait  cohérente  et  nous  renvoi  au  
titre  relatif  à  la  responsabilité  pénale  et  ainsi  assimiler  une  telle  infraction  à  celle  de  la  
distribution  de  dividendes  fictifs.    

En  effet,  pour  diverses  raisons,  les  dirigeants,  parfois  même  appuyé  par  les  actionnaires,  
seraient   tentés   de   distribuer   à   ces   derniers   des   dividendes   que   l’on   peut   qualifier   de  
fictifs.   Nous   pouvons   à   ce   stade   ajouter   que   les   dividendes   en   question   existent   bel   et  
bien.   Ce   qui   est   fictif   en   revanche,   ce   sont   les   bénéfices.   Autrement   dit,   en   distribuant   de  
faux  bénéfices,  on  distribue  en  réalité  des  réserves,  voire,  ce  qui  est  encore  plus  grave,  le  
capital  social.    

Un  tel  acte  est  de  par  défaut  inscrit  au  registre  pénal  dans  la  mesure  où  la  distribution  de  
dividendes  fictifs  évoque  à  la  fois  l’abus  de  confiance  et  l’escroquerie  :  abus  de  confiance  
envers  les  actionnaires  et  la  société  -­‐  dans  l’hypothèse  où  ils  ne  sont  pas  partie  prenante  
à  l’acte  délictueux  -­‐,  et  escroquerie  vis-­‐à-­‐vis  des  tiers.3  

Par  ailleurs,  plusieurs  auteurs  s’accordent  pour  affirmer  que  le  délit  de  distribution  de  
dividendes   fictifs,   doit   naturellement,   si   ce   n’est   obligatoirement,   être   précédé   d’une  
autre   infraction,   à   savoir   la   présentation   de   comptes   inexacts.   Cet   état   d’esprit   trouve  
racine   dans   l’idée   selon   laquelle   la   dissimulation   de   la   véritable   situation   de   la   société  
n’est   jamais   en   elle   même   le   but   poursuivi.   Ce   n’est   qu’un   moyen   de   parvenir   ou   de  
tenter  de  parvenir  à  un  certain  résultat  qui  sera  de  tromper  les  actionnaires  ou  les  tiers  
dans  des  buts  bien  précis.    

Nous   pouvons   même   aller   plus   loin,   et   concevoir   la   participation   du   commissaire   aux  
comptes   à   la   réalisation   de   ces   infractions.   En   effet,   il   paraît   illogique,   voir  
particulièrement   délicat   d’envisager   la   possibilité   de   frauder   les   comptes   sans   le  
concours  direct  ou  indirect  de  l’organe  chargé  de  leur  contrôle.    

A   ce   stade   de   la   réflexion,   nous   pouvons   nous   poser   les   questions   de   savoir   comment   se  
réalise   le   délit   de   distribution   de   dividendes   fictifs  ?   Comment   d’autres   infractions  
pourraient  favoriser  sa  commission  ?    

Questions   auxquelles   nous   essayerons   de   répondre   en   consacrant   une   première   partie  


au  délit  de  distribution  de  dividendes  fictifs  (I)  et  une  seconde  aux  infractions  facilitant  
sa  commission  (II)  

 
 
 
 
 
 
 

                                                                                                               
3  Philippe  Conte  et  Jean  Larguier,  Droit  pénal  des  affaires,  Armand  Colin,  2004  
I- L’incrimination de la distribution de
dividendes fictifs :
L‘étude   de   la   distribution   de   dividendes   fictifs   est   une   entreprise   aussi   bien   délicate  
qu’ambitieuse.   Délicate   car   elle   impose   l’étude   de   ses   caractéristiques,   qui   heurtent   en  
leur   conception   d’autres   infractions.   Ambitieuses   car   elle   nous   permet   de   rejoindre   la  
conception   de   responsabilité   pénale   telle   qu’habituellement   étudiée   dans   toute  
infraction   au   droit   des   sociétés.   Ainsi   notre   étude   consacrera   son   premier   axe   aux  
caractéristiques   de   ladite   infraction     {   A   }   pour   pouvoir   dans   en   second,   traiter   de  
l’imputation  et  de  sa  répression    {  B  }.  

A- Caractéristiques de l’infraction
 
Le   délit   de   distribution   de   dividendes   fictifs   est   une   infraction   grave   du   droit   des  
sociétés   dans   la   mesure   où   elle   affecte   le   capital,   gage   des   créanciers   sociaux,   la  
pérennité  de  la  société  et  l’ordre  économique  en  général.  
 
En   effet,   la   distribution   de   dividendes   fictifs   opère   comme   un   mirage,   donnant   une  
impression   générale   de   fallacieuse   prospérité   qui   risque   d’être   fatale   à   la   société   et   à  
tous  ceux  qui  auront  été  amenés  à  s’engager  avec  elle  4.    
 
C’est   à   cet   égard   que   la   législation   marocaine   a   prévu   au   niveau   de  la   loi   17-­‐95  une  
disposition   pénale   qui   incrimine   cette   infraction   qualifiée   par   certains   de   véritable  
gangstérisme  sociétaire.  
 
De  la  lecture  de  l’article  384  de  la  loi  17-­‐95  il  ressort  que  ce  délit  comporte  un  élément  
matériel  et  un  autre  moral.  
 
L’élément  matériel  se  décompose  en  deux.  Nous  retrouvons  d’une  part  :  
 
Ø Le  défaut  d’inventaire  :    
 
L’inventaire   se   définit   comme   un   relevé   de   tous   les   éléments   d’actif     et   de   passif   au  
regard  desquels  sont  mentionnées  la  quantité  et  la  valeur  de  chacun  d’eux  à  la  date  du  
document5.  Le  livre  d’inventaire  doit  contenir  le  bilan  et  le  compte  de  produits  et  charge  
de  chaque  exercice6.  
 
Parmi  les  fraudes  pouvant  affecter  l’inventaire  le  législateur  en  distingue  deux.  
                                                                                                               
4
J.Larguier et P.Conte, Droit pénal des affaires : Armand Colin, 11e édition , 2004, n°400
5
Article 6, Décret n°83-1020 du 29 novembre 1983 pris en application de la loi n° 83-353 du 30 avril
1983 et relatif aux obligations comptables des commerçants en France.
6
Loi n ° 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

 
 
L’absence   d’inventaire.   Cette   première   situation   est   rare   d’autant   plus   que   la  
jurisprudence   française   assimile   à   un   inventaire   tout   état   suffisamment   complet   et  
détaillé  pour  permettre  aux  actionnaires  d’apprécier  la  consistance  de  l’actif  et  du  passif  
social,   si   il   n’y‘a   pas   d’inventaire   au   sens   stricte   peuvent   y   suppléer   par   exemple   des  
balances  semestrielles  et  complètes.    
 
Quand  à  l’inventaire  frauduleux  second  défaut  d’inventaire  visé  par  la  loi,  il  s’agit  ici  de  
l’inexactitude   de   l’inventaire.   Une   telle   situation   sera   envisagée   dans   les  
développements  qui  suivent  eu  égard  au  fait  qu’elle  constitue  une  infraction  autonome.    
 
D’autre  part,  l'absence  d'inventaire  ou  l'inventaire  frauduleux  ne  pouvant  pas  à  eux  seuls  
constituer   la   distribution   des   dividendes   fictifs.   Il   faut   qu'il   y’ait   eu   effectivement   une  
répartition   des   dividendes   fictifs   à   la   suite   d'une   décision   de   distribution,   ce   qui   nous  
amène  à  la  seconde  condition  préalable    qui  est  :  
 
Ø La  fictivité  du  dividende    ou  plus  exactement  l’existence  de  faux  bénéfices.    
 
Le   bénéfice   distribuable   est   constitué   par   le   bénéfice     de   l’exercice   diminué   des   pertes  
antérieur  ainsi  que  des  sommes  à  porter  en  réserve  en  application  de  la  loi  ou  des  statut,  
et   augmenté   du   report   bénéficiaire.   Apres   approbation   des   comptes   annuels   et  
constatation   de   l’existence   de   sommes   distribuables   l’assemblée   générale   détermine   la  
part  attribuée  aux  associés  sous  forme  de  dividendes.  Ainsi  tout  dividende  prélevé  sur  
des  sommes  non  distribuables  est  fictif.  
Tel  est  le  cas  du  dividende  prélevé  sur  le  capital  social  qualifié  de  gravissime,  ou  sur  la  
réserve  légal  assimilé  au  capital.  
 
Mais  cette  prohibition  ne  s’arrête  pas  là.    Les  réserves  facultatives  au  même  titre  que  le  
capital  et  la  réserve  légale  bénéficient  aussi  de  cette  intangibilité,  en  effet  la  protection  
de  cette  incrimination  s’entend  aux  réserves  statutaires  si  celles  si  sont  prévu,  ainsi  que  
les  réserves  de  réévaluation,  et  les  réserves  occultes.  
 
Les   réserves   libre   compte   à   elles   posent   problème,     ces   réserves   proviennent   de  
bénéfices  réalisés  lors  d’un  exercice  précèdent  que  l’assemble  n  a  pas  voulu  distribuer.    
Il  est  donc  tout  naturel  de  se  poser  l’interrogation  suivante  ;   la   distribution   de   dividende  
issu  de  ses  réserves  constitue-­‐t-­‐elle  un  délit  ?  La  réponse  de  la  jurisprudence  française  est  
nuancée 7 .   Il   en   ressort   que   la   distribution   des   réserves   libres   n’est   licite   que,   si  
l’opération   est   clairement   présentée,   autrement   dit   si   l’assemblée   générale   décide   la  
mise   en   distribution   de   sommes   prélevé   sur   les   réserves,   la   décision   doit   dans   ce   cas  
expressément   indiquer   les   postes   de   réserves   sur   lesquels   les   prélèvements   sont  
effectués.  
 
Il  n’y  a  pas  que  les  réserves  qui  puissent  alimenter  les  dividendes  fictifs,  il  peut  en  effet  
être  tentant  de  songer  à  distribuer  des   bénéfices  futurs,  non  encore  réalisés,  ou  encore  
de   distribuer   un   intérêt   fixe   ou   intercalaire   par     la   stipulation   d’une   clause   d’intérêt  
fixe   ayant   pour   but   de   permettre   à   la   société   de   verser   un   intérêt   aux   actionnaire   même  
en  absence  de  bénéfices  et  de  réserves  libres.  

                                                                                                               
7  Affaire  Léonard,  Cass.  Crim,  22  Janvier1937  :  Bull.  crim.  N°7.  
 
La   distribution   des   dividendes   fictifs   est   une   infraction   intentionnelle.   À   côté   des  
éléments  susmentionnés,  les  auteurs  doivent  avoir  agi  sciemment.  
Dans  ce  cas  l’élément  morale  exigé  par  la  loi  est  un  dol  général  classique  qui  ici  est  la  
connaissance  de  l’inexactitude  du  bilan  et  la  fictive  des  dividendes  distribués.    
 
 
 
B- Imputation et répression de l’infraction
 
Dans  la  suite  logique  des  choses  et  après  avoir  ressorti  les  caractéristique  du  délit,  c’est  
à   présent   à   sa   répression   que   nous   nous   intéresserons,   de   ce   fait     et   dans   un   soucis  
pratique  nous  nous  soumettrons  à  la  division  classique,  à  savoir,  exposer  d’une  part  les  
règles   de   fond   autrement   dit,   les   auteurs   de   l’infractions   et   ses   sanctions,   et   d’autre   part  
les  règles  de  forme,  qui  sont  la  prescription  et  l’action  civil.  
 
Si   l’on   revient   au   texte   incriminateur,   il   en   ressort   que   les   auteurs   principaux   de   la  
distributions  de  dividendes  fictifs  sont  d’abord  et  avant  tout,  les  dirigeants  de  droit  qui  
sont,   dans   les   sociétés   anonymes   à   conseil   d'administration,   les   membres   du   conseil  
d'administration,  le  président  et  les  directeurs  généraux  extérieurs  au  conseil;    
Et  dans  les  sociétés  anonymes  à  directoire  et  à  conseil  de  surveillance,  les  membres  de  
ces  organes8.  
Les   gérants   et   administrateurs   responsables   sont   ceux   qui   sont   en   fonction   au   jour   de   la  
décision   du   conseil   créant   un   droit   privatif   au   profit   des   actionnaires,   et   non   pas   au   jour  
de   la   confection   du   bilan   ou   de   son   approbation,   même   s’ils   n’ont   pas   assisté   à   la  
délibération  qui  a  décidé  de  rendre  public  l’annonce  de  la  distribution,  du  moment  qu’ils  
étaient   au   courant   des   affaires   de   la   société   et   n’en   avaient   pas   moins   laissé   décider,  
commencer  et  continuer  la  distribution  de  dividendes9.  
En   revanche,   ne   peuvent   être   retenu   comme   auteurs   principaux,   les   administrateurs  
ayant   participé   à   la   confection   de   l’inventaire   frauduleux,   mais   ayant   cessé   leurs  
fonctions  antérieurement  à  la  décision  de  mise  en  distribution  effective  des  dividendes,  
ainsi  que  l’administrateur  nommé  postérieurement  à  la  décision  du  conseil  de  mettre  en  
distribution   le   dividende   fictif.   Dans   cette   même   logique   les   personnes   morales   ne  
peuvent   en   aucun   cas   être   responsables   pénalement,   l’on   conclu   donc   que   lorsqu’une  
société   est   administrateur   d’une   autre   le   préjudice   dans   ce   cas   est   attribué   à   son  
représentant  permanant.10  
 
Les  dirigeants  de  fait  quand  à  eux  sont  au  même  titre  que  les  dirigent  de  droit  exposés  à  
la  responsabilité  pénal,  et  ceci  en  vertu  de  l’article  374  de  la  loi  17-­‐95,  qui  dispose  que  
les   dispositions   visant   les   membres   des   organes   d'   administration,   de   direction   ou   de  
gestion   seront   applicables   à   toute   personne   qui,   directement   ou   par   personne  
interposée,   aura,   en   fait,   exercé   la   direction,   l'administration   ou   la   gestion   de   sociétés  
anonymes  sous  le  couvert  ou  aux  lieu  et  place  de  leurs  représentants  légaux.    
 

                                                                                                               
8  Article  373,  loi  17-­‐95  
9  T.corr.  Seine,  4  juin  1923  :  Journ.  Societes  1923,  P  509  
10    
Enfin,  concernant  la  complicité,  c’est  en  vertu  de  l’article  129  du  code  pénal  ,que  peuvent  
être  dans  ce  cas  poursuivi  a  titre  de  complicité  tous  ceux,  étrangers  ou  non  à  la  société,  
qui,  en  connaissance  de  cause,  ont  concouru  à  préparer,  facilité  ou  perpétré  le  délit11,  la  
jurisprudence  française  cite  ainsi  en  particulier,  les  directeurs  ;  les  membres  du  conseil  
de  surveillance  des  sociétés  anonymes  à  directoire,  qui  présentent  leurs  observations  à  
l’assemblée  générale   sur   les   comptes  de  l’exercice  ;  les   commissaires   aux   comptes  ;  les  
chefs   comptables  ;   ainsi   que   les   tiers   étrangers   à   l’administration   de   la   société.     Pour  
retenir   une   complicité   punissable,   il   suffit   que   l’acte   de   complicité   s’applique   soit     à   la  
confection  de  l’inventaire  ou  du  bilan,  soit  à  la  mise  en  distribution  du  dividende.  
 
Concernant   la   sanction   cette   fois,   l’article   384   de   la   loi   17-­‐95,   prévoit   une   peine    
d’emprisonnement  de  un  à  six  mois  et  une  amende  de  100.000  à  1.000.000  de  dirhams  
ou   de   l'une   de   ces   deux   peines   seulement   les   membres   des   organes   d'administration,   de  
direction  ou  de  gestion  d'une  société  anonyme.  
 
Ceci  dit,  le  délit  de  distribution  de  dividendes  fictif  est  une  infraction  instantanée,  même  
si   ses   effets   se   prolongent   dans   le   temps.   Aussi   ce   délit   est   prescrit   par   cinq   années  
grégoriennes  révolues  à  compter  du  jour  où  le  délit  été  commis12;  à  cet  effet  et  d’après  la  
jurisprudence   française,   la   prescription   court   à   compter   du   jour   de   la   mise   a   disposition  
du   dividende   aux   actionnaires   et   le   leur   confère   un   droit   privatif,   et   non   du   jour   de   la  
décision  de  l’assemblée  générale  ou  du  jour  de  la  perception  matériel  du  dividende  par  
les  actionnaires.  
 
Par   ailleurs   à   coté   de   la   responsabilité   pénale   que   nous   venons   d’étudier   coexiste   une  
action  civile.  
En  effet,  la  distribution  d’un  dividende  fictif  porte  avant  tout  préjudice  à  la  société  et  ses  
créanciers  dont  la  situation  peut  être  alors  gravement  obérée.  
 
Cette  dite  action  civil  s’est  vu  de  ce  fait  consacré  par  la  jurisprudence  française  en  une  
obligation   faite   aux   actionnaires   de   répéter   à   la   société   le   dividende   irrégulièrement  
obtenu.   La   même   jurisprudence   affirme   que   cette   action   n’est   possible   que   si   deux  
conditions  sont  réunies  ;  la  première  est  celle  selon  laquelle  la  distribution  doit  avoir  été  
faite     en   violation   des   articles   relatifs   au   bénéfice   distribuable.   La   deuxième,   et   que   la  
société  ou  ses  créanciers  doivent  avoir  établit  que  les  bénéficiaires  avaient  connaissance  
du   caractère   irrégulier   de   cette   distribution   au   moment   de   celle   ci,   ou   ne   pouvaient  
l’ignorer  compte  tenu  des  circonstances.    
 
Cette   action   en   répétition   est   de   la   compétence   de   la   juridiction   commerciale.   Si   la  
restitution   des   dividendes   est   décidée,   les   actionnaires   sont   tenus   de   payer  
immédiatement,  non  seulement  les  sommes  qu’ils  ont  touchés  mais  encore  l’intérêt  de  
ces  sommes13  intérêt  calculés  au  taux  légal.  
 
Comme  précité  la  distribution  de  dividendes  fictifs  entraine  généralement  un  préjudice  
pour  la  société,  les  associés  ou  les  créanciers,  et  dans  ce  cas  elle  donne  naissance  a  une  

                                                                                                               
11  Cass.  Crim,  23  Juin  1883  
12  Article  4,  Dahir  n°  1-­‐58-­‐261  du  1er  chaabane  1378  (10  février  1959)  formant  code  de  procédure  pénale    
13  cass.  Req,  7  nov.1899  :  DP  1900,  1,  p.369  
action   en   responsabilité   civil   contre   les   auteurs   du   dommage,   soit   les   dirigeants  
concernés.    
Cette  action  peut  être  exercée  contre  les  administrateurs  ou  gérants  alors  même  qu’ils  
ont  bénéficié  d’un  acquittement  devant  la  juridiction  pénale  du  fait  de  la  distribution  des  
dividendes   fictifs.   Elle   est   en   effet   ouverte   en   raison   de   toute   faute   commise   dans   la  
gestion,  même  de  celles  ne  tombant  pas  sous  le  coup  de  la  loi  pénale.14    
Cela   dit   cette   action   peut   être   intentée   de   diverses   façons,   d’abords     sous   forme   d’action  
sociale,   exercée   soit   pat   la   société   représentée   par   ses   dirigeants   ou   son   liquidateur  
(action  ut  universi),  soit  par  un  ou  plusieurs  associés  (action  ut  singuli).  
Et   enfin,   il   y   a   l’action   en   responsabilité   intentée   par   les   tiers   contre   les   gérants   ou  
administrateurs.    
 
   
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

                                                                                                               
14  cass.  Req  ;  26  juin  1892    
II- L’incrimination des infractions
facilitant la fictivité du dividende

Embrasser  la  notion  de  distribution  de  dividendes  fictifs  ne  peut  être  complète  qu’avec  
l’étude   d’une   autre   infraction,   qui   elle,   facilite   ou   représente   le   moyen   afin   de   tromper  
les  actionnaires  et  de  leur  distribuer  des  dividendes  au  détriment  de  la  pérennité  de  la  
société   {   A   }.   Aussi,   de   part   sa   fonction   de   contrôle   permanent   de   la   société,   il   paraît  
délicat  d’imaginer  que  les  dirigeant  fraudeurs  parviennent  à  leurs  fins  sans  le  concours  
du  commissaire  aux  comptes  {  B  }.    
 
 
A- Le délit de publication de comptes inexacts

Comme   nous   l’avons   cité   plus   haut,   la   distribution   de   dividendes   fictifs   est   la   suite  
logique   du   délit   de   publication   de   comptes   inexacts15,   d’où   l’importance   de   le   traiter.   En  
effet,  la  loi  9-­‐88  relative  aux  obligations  comptables  des  commerçants  impose  au  conseil  
d’administration   ou   au   directoire   de   dresser   ses   états   de   synthèse,   et   ce   n’est   qu’en  
fraudant  ces  documents  que  les  dirigeants  ayant  perspective  de  commettre  un  délit  de  
distribution  de  dividendes  fictifs  pourront  y  parvenir.    
Nous   pouvons   donc   dores   et   déjà   affirmer   que   le   délit   de   publication   ou   de   présentation  
d’un   bilan   inexact   n’est   autre   que   le   début   d’exécution   du   délit   de   distribution   de  
dividendes  fictifs.    
 
Nos  propos  sont  corroborés  par  la  logique  du  législateur  qui  incrimine  la  commission  de  
ce   délit   dans   le   même   article,   et   avec   la   même   peine   que   celui   relatif   à   la   distribution   de  
dividendes   fictifs,   à   savoir   l’article   384   de   la   loi   17-­‐95   ainsi   libellé   «  […]qui,   même   en  
l'absence   de   toute   distribution   de   dividendes,   auront   sciemment   publié   ou   présenté   aux  
actionnaires,   en   vue   de   dissimuler   la   véritable   situation   de   la   société,   des   états   de   synthèse  
annuels   ne   donnant   pas,   pour   chaque   exercice,   une   image   fidèle   du   résultat   des   opérations  
de  l'exercice,  de  la  situation  financière  et  du  patrimoine,  à  l'expiration  de  cette  période  ».    
 
Ce  délit  est  constitué  par  la  réunion  de  deux  éléments,  matériel  et  moral.    
 
L’élément   matériel  nécessite  tout  d’abord  l’inexactitude  des  états  de  synthèses.  Ainsi,  
la   doctrine   en   la   matière   classe   cette   inexactitude   en   trois   catégories  :   La   première   étant  

                                                                                                               
15  Wilfrid  Jeandidier,  Droit  pénal  des  affaires,  6ème  édition,  Dalloz    
l’inexactitude  dite  matérielle,  telle  la  dissimulation  de  dettes16.  La  seconde  est  celle  des  
inexactitudes  dans  la  répartition  des  valeurs  dans  les  postes,  telle  que  l’annulation  par  
compensation  d’un  poste  du  passif  et  de  son  équivalent  à  l’actif.  La  troisième  catégorie,  
qui   a   la   grande   faveur   des   fraudeurs   car   ces   fraudes   sont   les   plus   faciles   à   commettre   et  
les  moins  aisées  à  déceler,  est  celle  des  inexactitudes  dans  les  évaluations  :  majoration  
des  éléments  d’actif  et  minoration  des  éléments  du  passif.  
 
En  des  termes  plus  simples,  les  inexactitudes  du  bilan  consistent,  nécessairement,  dans  
la   majoration   des   postes   de   l’actif   ou   la   minoration   des   postes   de   passif,   de   façon   à   faire  
apparaître   un   bénéfice   fictif.17  La   notion   d’inexactitude   s’entend   donc   de   toute   fraude  
ayant  pour  objectif  de  faire  apparaître  une  situation  différente  de  la  réalité.    
 
Ensuite,   l’élément   matériel   est   constitué   par   la   présentation   ou   la   publication   de   ces  
états  de  synthèse.    
 
Ainsi,   par   le   terme   présentation   il   faut   entendre   l’acte   de   soumission   de   ces   états   à  
l’assemblée   des   actionnaire,   abstraction   faite   de   leur   décision.18  Et   il   y   a   également  
présentation   dans   la   simple   mise   à   disposition   des   actionnaires   dans   les   quinze   jours  
précédant   l’assemblée   générale   annuelle   ou   dans   l’envoi   des   documents   aux  
actionnaires   qui   en   auront   fait   la   demande   ou   dans   toute   communication   aux  
actionnaires  en  dehors  de  l’assemblée  générale.19  
 
Autrement  dit,  il  y  a  présentation  dès  lors  que  les  dirigeants  sociaux  se  dessaisissent  des  
états  de  synthèses  au  profit  des  actionnaires,  de  quelque  manière  que  ce  soit,  sans  que  
cela  exige,  pour  la  commission  du  délit,  une  participation  quelconque  des  actionnaires.    
 
Par  le  terme  publication,  le  législateur  vise  le  fait  de  porter  à  la  connaissance  du  public  
les  comptes  par  tout  procédé  collectif  :  insertion  au  Bulletin  Officiel,  dans  les  journaux,  
prospectus,  ou  déclarations  publiques.  
 
Il   s’ensuit   que   le   délit   est   consommé   dès   que   le   bilan   est   mis   à   la   disposition   des  
actionnaires,  quel  que  soit  le  mode  de  communication.      
 
L’élément   moral   de   ce   délit   est   double.   Un   dol   général   qui   est   la   connaissance   de  
l’inexactitude  des  comptes  annuels,  élément  qui  ressort  du  terme  «  sciemment  »  utilisé  
par   l’article   384   de   la   loi   précitée.   Cette   connaissance   est   facile   à   établir,   résultant   par  
exemple   de   la   gravité   des   inexactitudes,   de   l’existence   de   plusieurs   jeux   de   bilans  
destinés   à   différents   partenaires   tels   actionnaires,   banques,   fisc,   etc.   Aussi   et  
conformément  à  une  démarche  classique  en  droit  pénal  des  affaires,  la  seule  qualité  de  
                                                                                                               
16  Crim.  26  juin  1978,  Bull.  no212  
17  Léon  Constantin,  Droit  pénal  des  sociétés  par  actions,  PUF,  1968  
18  Crim.  29  nov.  2000,  Bull.  no359  
19  Wilfrid  Jeandidier,  Op.  Cit  
dirigeant  social  pèsera  lourd  et  anéantira  tout  système  de  défense  axé  sur  l’imprudence  
ou  la  négligence20.  
 
À   lui   seul   le   dol   général   ne   suffit   pas   car   il   doit   être   complété   par   un   dol   spécial   qui  
consiste   en   la   volonté   de   dissimuler   la   véritable   situation   de   la   société;   ce   qui   est   par  
exemple   le   cas   lorsque   le   dirigeant   a   agi   pour   éviter   la   révélation   publique   d’une  
situation  financière  obérée  puis  compromise  en  dépit  d’une  apparente  prospérité21.  
 
Enfin,   la  répression   du   délit   de   publication   de   comptes   inexactes   est   la   même   que   celle  
prévue  pour  le  délit  de  distribution  de  dividendes  fictifs,  à  savoir  l’emprisonnement  de  
un  à  six  mois  et  d'une  amende  de  100  000  à  1  000  000  de  dirhams  ou  de  l'une  de  ces  
deux  peines  seulement.      
 
 
B- La possible implication du commissaire aux comptes

Le  rôle  du  commissaire  aux  comptes  est  des  plus  ambigu  :  organe  de  la  société  et  assurer  
en   parallèle   une   certaine   indépendance   notamment   quant   à   ses   rapports   avec  ses  
dirigeants.   Ainsi,   sa   situation   lui   confère   une   position   originale  :   il   ne   défend   pas   des  
intérêts  partisans  ou  particuliers  mais  exerce  un  contrôle  permanent  qui,  en  définitive,  
profite   à   tous,   de   manière   impartiale   en   agissant   comme   un   expert   neutre   chargé   de  
mettre  ses  compétences  techniques  au  service  de  la  seule  personne  morale.22  
 
Ainsi,  le  commissaire  aux  comptes  qui  se  voit  interdit  de  s’immiscer  dans  la  gestion,  joue  
un  rôle  préventif  et  informatif  eu  égard  aux  différentes  composantes  de  la  société  d’une  
part,   et   des   tiers   d’autres   part,   le   plaçant   ainsi   dans   une   position   non   des   plus  
confortable   dans   la   mesure   où   il   sera   perçu   par   les   dirigeants   malhonnêtes   comme   le  
loup  dans  la  bergerie.  Mais  cette  position,  bien  que  des  plus  fréquente,  se  dissipe  dans  
l’hypothèse   où   cet   organe   de   contrôle   participe   directement   ou   indirectement   aux  
actions  frauduleuses  des  dirigeants.    
 
Dans   cette   optique,   la   loi   aurait   pu   se   contenter   de   punir   le   commissaire   aux   comptes  
fraudeur   comme   simple   complice   des   administrateurs   coupables   de   publication   ou   de  
présentation  de  comptes  infidèles.  Elle  a  cependant  voulu  le  traiter  différemment  et  plus  
sévèrement  en  créant  à  son  encontre  une  incrimination  spéciale  dans  l’article  405  de  la  
loi  17-­‐95.    
 

                                                                                                               
20  Wilfrid  Jeandidier,  Op.  Cit  
21  Crim.  12  janv.  1981,  D.  1981,  348,  note  Cosson  ;  
22  Philippe  Conte  et  Wilfrid  Jeandidier,  Op.  Cit    
La   lecture   de   cet   article   nous   interpelle   quant   à   deux   délits  :   Celui   de   la   profération  
d’informations  mensongères  et  celui  de  la  violation  de  l’obligation  légale  de  révélation.    
 
℘ Pour  la  première  infraction  :    
 
L’article  405  de  la  loi  17-­‐95  ainsi  libellé  :  «  […]  tout  commissaire  aux  comptes  qui,  soit  en  
son  nom  personnel,  soit  au  titre  d'associé  dans  une  société  de  commissaires  aux  comptes,  
aura,   sciemment   donné   ou   confirmé   des   informations   mensongères   sur   la   situation   de   la  
société   […]  »,   incrimine   de   façon   générale,   tout   manquement   du   commissaire   aux  
comptes  à  son  obligation  de  certifier  que  les  comptes  annuels  sont  réguliers  et  sincères  
et  donnent  une  image  fidèle  du  résultat  des  opérations  de  l’exercice  écoulé  ainsi  que  la  
situation  financière  et  du  patrimoine  de  l’entreprise  à  la  fin  de  cet  exercice.      
 
Ce   délit,   comme   toute   infraction,   est   constitué   par   la   réunion   d’un   élément   matériel   et  
d’un  autre  moral.    
 
L’élément  matériel   ce   conçoit   tout   d’abord   par   l’acte   de   mensonges.   Cet   acte   comporte  
deux   variantes  :   donner   une   information   mensongère   ou   la   confirmer.   Il   est   donc  
imputable  au  commissaire  aux  comptes  qui  ment  comme  à  celui  qui  apporte  son  appui  
au  mensonge  d’un  dirigeant  de  la  société,  ce  qui  revient  à  incriminer  à  titre  d’infraction  
autonome  un  acte  qui  constitue  au  sens  de  l’article  129  du  code  pénal,  une  hypothèse  de  
complicité.    
Dans  la  même  optique,  il  importe  peu  que  le  mensonge  soit  écrit  ou  verbal,  il  pourrait  
même   se   manifester   dans   un   signe,   tel   qu’un   geste   d’approbation   à   l’énoncé   d’une  
information   inexacte   donnée   à   des   associés   ou   des   actionnaires.   Peu   importe   également  
le   lieu   où   il   est   professé  :   devant   un   assemblée   générale   ou   n’importe   où   ailleurs.   Peu  
importe  encore  les  suites  du  mensonge  et  que  des  informations  inexactes,  il  ait  été  fait  
ou   non   un   usage   particulier23.   Peu   importe   enfin   à   qui   est   adressé   le   mensonge,   du  
moins  à  la  lecture  de  l’article  405  de  la  loi  17-­‐95  qui  ne  contient  aucune  limitation  quant  
à  ses  destinataires.    
 
Ensuite,   le   deuxième   volet   de   l’élément   matériel   représente   à   la   fois   une   condition   de  
constatation   de   l’infraction   et   une   limitation   au   premier   élément   qui   est   l’acte   de  
mensonge.  Ce  volet  est  donc  celui  de  l’objet  du  mensonge  qui  doit  nécessairement  porter  
sur   «  la   situation   de   la   société  ».   Ainsi,   dans   le   contexte   de   l’article   405,   nous   pouvons  
déduire  que  le  mensonge  devra  avoir  trait  à  la  situation  financière  de  la  société,  ou  en  
d’autres  termes,  à  des  faits  qui  peuvent  avoir  une  influence  sur  l’interprétation  du  bilan  
ou  qui  se  reflètent  dans  les  comptes.      
 
L’élément   moral   quant   à   lui   est   constaté   par   la   volonté   frauduleuse   de   l’auteur.   La  
mauvaise  foi  du  commissaire  aux  comptes  représente  donc  une  condition  sine  qua  non  à  

                                                                                                               
23  P.  Conte  et  W.  Jeandidier,  Op.  Cit.  
la   réalisation   de   l’infraction.   Ainsi,   l’erreur   de   ce   dernier   peut   représenter   un   fait  
justificatif   faisant   obstacle   à   la   répression.   En   est-­‐il   par   exemple   du   cas   où   le  
commissaire   aux   comptes   a   été   abusé   par   des   faux   qui   lui   ont   été   présentés   et   sur  
lesquels  son  rapport  s’est  basé.24  
 
L’étude  de  l’élément  intentionnel  nous  laisse  cependant  perplexe  quant  à  la  qualification  
du   délit   d’infraction   de   commission   ou   d’omission.   Ainsi,   la   jurisprudence   française,  
ainsi  que  la  doctrine25  affirment  que  ce  délit  est  aussi  bien  une  infraction  de  commission  
que  d’omission.    
En   effet,   mentir   qui   est   l’acte   fondamental   constituant   ce   délit   peut   aussi   bien   se  
concrétiser  par  le  fait  de  dire  le  faux  (action),  que  taire  la  vérité  (omission).  Et  s’agissant  
d’une   comptabilité,   elle   est   mensongère   aussi   bien   quand   elle   contient   une   écriture  
inexacte  que  quand  elle  ait  été  passée  ou  qu’elle  ait  été  omise.26  Ainsi,  la  jurisprudence  
française27  affirme  que  le  délit  est  constitué  dès  lors  que  le  commissaire  aux  compte  ne  
démenti  pas  une  affirmation  fausse  donnée  par  un  conseil  d’administration.    
 
La   jurisprudence   va   plus   loin   en   retenant   le   délit   à   l’encontre   du   commissaire   aux  
comptes   qui   certifie   l’exactitude   et   la   sincérité   des   comptes   alors   qu’il   ne   les   a   pas  
sérieusement   contrôlés. 28 On   assimile   donc   en   la   matière   la   négligence   délibérée   à  
l’intention  requise  pour  constater  l’infraction.    
 
Enfin,   l’article   405   de   la   loi   17-­‐95   réprime   le   délit   de   profération   d’informations  
mensongères  d’une  peine  d’emprisonnement  de  six  mois  à  deux  ans  et  d'une  amende  de  
10  000  à  100  000  dirhams  ou  de  l'une  de  ces  deux  peines  seulement.    
 
℘ Pour  la  seconde  infraction  :    
 
La  seconde  infraction  qui  est  celle  de  la  révélation  de  faits  délicieux  ressort  de  l’article  
405   lorsqu’il   dispose  :  «   [...]  n'aura   pas   révélé   aux   organes   d'administration,   de   direction  
ou  de  gestion  les  faits  lui  apparaissant  délictueux  dont  il  aura  eu  connaissance  à  l'occasion  
de  l'exercice  de  ses  fonctions  »  
 
Ainsi   apparaît   l’inutilité   de   traiter   de   cette   infraction   dans   la   mesure   où   ce   sont   les  
organes  qui  doivent  -­‐  selon  l’article  -­‐  être  alertés  de  tout  fait  délicieux  qui  en  seront  les  
auteurs  en  matière  de  distribution  de  dividende  fictif.    
 
Il  est  dans  ce  cas  regrettable  que  le  législateur  ait,  dans  son  article  180  de  la  loi  17-­‐95  
limité   à   la   responsabilité   civile,   la   répression   du   commissaire   aux   comptes   qui   n’a   pas  
                                                                                                               
24  Cour  d’Appel  de  Caen,  14  Avril  2000    
25  P.  Conte  et  W.  Jeandidier,  Op.  Cit.  
26  Jacques-­‐Henri  Robert  et  Haritini  Matsopoulou,  Traité  de  droit  pénal  des  affaires,  P.U.F,  2004  
27  Crim.  18  juin  1990  
28  CA  poitiers,  7  Janvier  1999  
révélé  les  infractions  commises  par  les  administrateurs  ou  les  membres  du  directoire  ou  
du   conseil   de   surveillance   dans   son   rapport   destiné   à   l’assemblée   générale.   Il   est   encore  
plus  regrettable  que  le  législateur  marocain,  contrairement  à  son  homologue  français29,  
n’ait   pas   prévu   une   disposition   imposant   au   commissaire   aux   comptes   d’informer   le  
Procureur   du   Roi   des   faits   délicieux   qu’il   aurait   constaté   lors   de   l’exercice   de   ses  
fonctions.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

                                                                                                               
29
Article L820-7 :   «  Est puni d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 75 000 euros le fait, pour
toute personne exerçant les fonctions de commissaire aux comptes, de donner ou confirmer des informations
mensongères sur la situation de la personne morale ou de ne pas révéler au procureur de la République les faits
délictueux dont elle a eu connaissance »
 
Bibliographie :

Ø Mohamed Jaouhar, “Lecture dans le droit pénal des affaires: Cas du droit pénal des
sociétés anonymes”, Colloque sous le thème “Dix années de droit des entreprise au
Maroc”, IMADE 2007

Ø Wilfrid Jeandidier, Droit pénal des affaires, 6ème édition, Dalloz

Ø Philippe Conte et Jean Larguier, Droit pénal des affaires, Armand Colin, 2004

Ø Léon Constantin, Droit pénal des sociétés par actions, PUF, 1968

Ø Jacques-Henri Robert et Haritini Matsopoulou, Traité de droit pénal des affaires,


P.U.F, 2004