Vous êtes sur la page 1sur 32

NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

I. Liste des abréviations…………………………………………………………………….....III


II. Glossaire…………………………………………………………………………………….IV
III. Liste des tableaux…………………………………………………………………….............V
IV. Liste des figures………………………………………………………..………………….....VI

Chapitre I : Présentation de la norme ISO 22000

Introduction générale……..….. ……..………………………………………………………….………4

I. La norme ISO 22000……………..……….……………………………………………………4


II. Les principes de La norme ISO 22000………………...……………………...………………..4
1. Communication interactive………...……...……………………………………………………5
2. Le management système…………………...………………………………………………...…5
3. Mise en œuvre des PRP……………...………...………………………...……………………..5
4. Les principes HACCP……………..………...…………………………………………...……..7

Chapitre II: Règles de bonnes pratiques d’hygiène


I. Règles de bonnes pratiques d’hygiène……………………………….…...…………………….7
1. Production primaire.……………………...………………………...…………………………..8
2. Etablissements : conception et installations …………………………………….……………..8
3. Maitrise des opérations……………………...………………….......…………………………..9
4. Etablissement :entretien et assainissement………………...…….……………………………10
5. Etablissement :hygiène corporelle……………………...……………………………………..10
6. Transport………………………...……………………………………………………...……..11
7. Informations sur les produits et vigilance des consommateurs…………………………….…11
8. Formation…………………...……………………………………...………………………….11

Chapitre III : Déroulement étape par étape de la méthode HACCP


I. Etape n° 1 : Constituer l’équipe HACCP …………………………...…………..……………12
II. Etape n° 2 : Décrire le produit …………………………………....……………...…………...12
III. Etape n° 3 : Déterminer son utilisation prévue…………………………...……..……...……..13
IV. Etape n° 4 : Etablir un diagramme des opérations………………………...……………………4
V. Etape n° 5 : Vérifier sur place le diagramme des opérations ……………….……………...…..4
VI. Etape n° 6 : Analyse des dangers – Enumérer tous les dangers potentiels associés à chacune des
étapes, effectuer une analyse des risques et définir les mesures permettant de maîtriser les
dangers ainsi identifiés ………...………………………………………………………………5
VII. Etape n° 7 : Déterminer les CCP..………………………………….…………………………..5
VIII. Etape n° 8 : Fixer un seuil critique pour chaque CCP……………….……………...…...……..7
IX. Etape n° 9 : Mettre en place un Système de surveillance pour chaque CCP …………...…..….6
X. .Etape n° 10 : Prendre des mesures correctives ………………………...…...………………....7
XI. Etape n° 11 : Appliquer des procédures de vérification ………………………………….7

XII. Etape n° 12 : Tenir des registres et constituer un dossier ……………………………..……….7

Conclusion ……………………………………………………….……………………………………...

BAROUDI MOHAMED 1
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Liste des figures

Figure 1:Cartographie du système de management de sécurité des denrées alimentaires….….5


Figure 2: Figure 2 : Schéma de communication dans la chaine alimentaire…………………...5
Figure 3:Schéma du management du système………..……………………………..…………6

Figure 4:Le cycle PDCA appliqué au système de management de sécurité de denrées


alimentaires…………………………………………………………………………….………6

Figure 5: Les programmes prérequis dans l’ISO 22000…………...…………………………..7


Figure 6:Description du procédé de réalisation du produit.……………………………………9
Figure 7: Identification des mesures de maîtrise… .……………………………………..……9
Figure 8: Figure 8 : Arbre de décision………………………………….………………….…10
Figure9 : Surveillance des mesures de maîtrise/limites critiques………………………….…11
Figure10 : La maîtrise des non-conformités…….……...………………………………….…11
Figure11 : Mise en place d’une action corrective…….…...……………………………….…11
Figure12Les différents niveaux de la documentation HACCP…………………………….…11
Figure 13 : Synoptique du système HACCP……………………………………………….…11

Liste des tableaux


Tableau 1 : Description des matières premières et ingrédients…………………...Erreur ! Signet non
défini......................................

Tabeau2 : Usage prévu du produit……. .....................................................................................................

BAROUDI MOHAMED 2
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Introduction générale
La sécurité sanitaire des aliments englobe toutes les mesures destinées à proposer des aliments
sains. La production de tels aliments exige que tous les acteurs intervenant aux diverses étapes
de la filière alimentaire reconnaissent que la responsabilité incombe à l’ensemble de la chaîne
alimentaire; c’est-à-dire que chacun des maillons de la chaîne, du producteur au consommateur,
en passant par les services de contrôles ont un rôle à jouer pour garantir la qualité de
l’alimentation. Il est donc indispensable de renforcer chaque maillon de ce processus
complexe puisqu’il suffit qu’un seul d’entre eux soit faible pour compromettre l’ensemble
de la chaîne.

Une denrée alimentaire est dite dangereuse si elle est considérée comme préjudiciable à la santé
ou impropre à la consommation humaine.
Un aliment est préjudiciable à la santé s’il a un effet probable immédiat et/ou à court terme
et/ou à long terme sur la santé ou s’il a des effets toxiques cumulatifs probables et il est
impropre à la consommation s’il risque d’exposer le consommateur à une contamination,
d’origine externe ou autre, ou par putréfaction, détérioration ou décomposition.

On considère comme relevant de la sécurité sanitaire l’ensemble des connaissances,


procédures et actions grâce auxquelles se font l’évaluation et la maîtrise des risques pour la
santé de l’homme, causés par les propriétés des aliments et résultant de leur préparation et de
leur transformation, tout au long de la chaîne alimentaire depuis la production de
matières premières jusqu’à la consommation des aliments.

Dans le présent rapport qui va s’intitulé sur la présentation de la norme ISO 22000 et la
démarche a suivre pour la mise en place de la méthode HACCP ,nous allons débuter la
première partie par une description générale des principes fondamentales de la normes 22000.

La seconde partie sera consacrée aux programmes préalables qui consistent à doter l’entreprise
de moyens de fabrication adéquats (Bâtiment, Equipements..) et à adopter les BPF/H
nécessaires à l’élaboration de produits sains et de qualité.
La troisième et dernière partie traitera la démarche de mise en place de la méthode HACCP.

BAROUDI MOHAMED 3
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Chapitre I : Présentation de la norme ISO 22000

I. La norme ISO 22000 :


a) Introduction :

L'ISO 22000 est une norme internationale, relative à la sécurité des denrées alimentaires. Elle
est applicable pour tous les organismes de la filière agro-alimentaire.

Elle spécifie les exigences relatives à un système de management de la sécurité des


aliments (SMSA) lorsqu’un organisme a besoin de démontrer son aptitude à maîtriser les
dangers liés à la sécurité des aliments afin de garantir en permanence la fourniture de produits
sûrs répondant aux exigences convenues avec les clients et celles des règlements applicables en
la matière.

Elle repose sur quatre blocs principaux étroitement liés :

La responsabilité de la direction.
Le management des ressources.
La planification et la réalisation de produits sûrs
La validation, la vérification, et l'amélioration du SMSDA.

Figure 1 : Cartographie du système de management de sécurité des denrées alimentaires

BAROUDI MOHAMED 4
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

La norme ISO 22000 reconnaît que la sécurité des denrées alimentaires ne peut être assurée
que par les efforts combinés de tous les acteurs de la chaîne alimentaire :

 Producteurs agricoles ;
 Producteurs d’aliments primaires ;
 Producteurs d’aliments pour animaux ;
 Fabricants des denrées alimentaires ;
 Opérateurs et sous-traitants chargés du transport et entreposage ;
 Grossistes, magasins de détail, opérateurs de services alimentaires et restaurateurs ;
 Fabricants d’équipements, de matériel d’emballage ;
 Fabricants des produits de nettoyage, d’additifs et ingrédients ;
 Producteurs de pesticides, de fertilisants et médicaments vétérinaires ;
 Prestataires de service.

II. Principes de la norme ISO 22000 :


Le système de management de la sécurité des aliments (SMSA) ISO 22000 : 2005 est basé sur
quatre éléments, considérés comme essentiels par la norme pour garantir la sécurité des
denrées alimentaires à tous les niveaux de la chaîne alimentaire :

1) La communication interactive,
2) L’approche système (management du système),
3) Les programmes préalables (programmes pré requis) et
4) Les principes HACCP.

1) La communication interactive :
Dans son chapitre introduction, la norme ISO 22000:2005 mentionne : « La communication à
tous les niveaux de la chaîne alimentaire est essentielle pour garantir l'identification et
la maîtrise appropriée de tous les dangers pertinents relatifs à la sécurité des denrées
alimentaires à chaque étape de celle‐ci. Cela implique une communication entre les
organismes de la chaîne alimentaire, à la fois en amont et en aval. La communication avec les
clients et les fournisseurs concernant les dangers identifiés et les mesures de maîtrise permet
d'aider à clarifier les exigences des clients et des fournisseurs (par exemple en matière
de faisabilité et de nécessité de ces exigences, ainsi que de leur incidence sur le produit fini).

Il est essentiel que le rôle et la place de l'organisme au sein de la chaîne alimentaire soient
clairement identifiés, afin d'assurer une communication interactive efficace à tous les niveaux
de la chaîne alimentaire, condition nécessaire pour que la chaîne alimentaire fournisse
au consommateur final des denrées alimentaires sûres. Un exemple de circuits de
communication entre les parties intéressées de la chaîne alimentaire est représenté à la figure
ci‐dessous ».

BAROUDI MOHAMED 5
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Figure 2 : Schéma de communication dans la chaine alimentaire

En ce qui concerne la communication avec les autorités législatives et réglementaires, l’article


19 du règlement 178/2002 donne des exigences précises.

L'article impose des obligations spécifiques, à compter du 1er janvier 2005, aux exploitants
du secteur alimentaire, désormais tenus de retirer du marché des denrées alimentaires non con
formes aux exigences en matière de sécurité alimentaire et d'en aviser les autorités
compétentes.Si le produit est susceptible d'avoir atteint le consommateur, l'exploitant informe
les consommateurs et au besoin il rappelle de chez les consommateurs les produits qu'ils leur
ont déjà fournis.

Cet article prévoit les dispositions requises pour que la nécessaire coopération entre les
exploitants de la chaîne alimentaire permette d'assurer le retrait du marché des denrées
alimentaires dangereuses.

Il impose expressément à l'exploitant du secteur alimentaire l'obligation d'informer les autorité


s compétentes s'il considère ou a des raisons de penser qu'une denrée alimentaire qu'il a mise
sur le marché peut être dangereuse pour la santé.Il prévoit une obligation générale de coopérat-
ion des exploitants du secteur alimentaire avec les autorités compétentes en ce qui concerne
l’action engagée pour éviter ou pour réduire les risques inhérents à une denrée alimentaire que
ces exploitants fournissent ou ont fournie.

BAROUDI MOHAMED 6
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Dans tous les cas de communication externe (avec les clients, les fournisseurs, les prestataires
et les services officiels de contrôle), l’ISO 22000 demande de conserver des enregistrements
de ces communications.

2) Le management du système :

Un système de management est un système qui permet d’établir une politique, des objectifs et
d’atteindre ces objectifs.

Les systèmes les plus efficaces en matière de sécurité des denrées alimentaires sont établis,
exploités et mis à jour dans le cadre d'un système de management structuré et intégré
aux activités générales de management de l'organisme. Cette disposition offre le meilleur
avantage possible à l'organisme et aux parties intéressées.

Figure 3: Schéma du management du système

BAROUDI MOHAMED 7
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

La norme ISO 22000 s’appuie sur le principe de la roue de Deming et sa boucle


d’amélioration continue de type PDCA (Plan, Do, Check, Act) qui est aujourd’hui reconnue
comme un principe de conduite managérial simple et universel après avoir fait la preuve de son
efficacité au Japon. La figure ci-dessous illustre ce principe.

Figure 4: Le cycle PDCA appliqué au système de management de sécurité de denrées


alimentaires

3) La mise en œuvre des PRP :


Les prérequis sont les conditions et activités de base nécessaires pour maintenir tout au long de
la chaîne alimentaire un environnement hygiénique approprié à la production, à la manutention
et à la mise à disposition de produits finis sûrs et de denrées alimentaires sûres pour la
consommation humaine. Il est précisé dans la définition que les PRP nécessaires dépendent du
segment de la chaîne alimentaire dans lequel l'organisme intervient et du type d'organisme.

D’autres termes équivalents sont utilisés pour désigner les PRP : Bonnes Pratiques Agricoles
(BPA), Bonnes Pratiques Vétérinaires (BPV), Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF), Bonnes
Pratiques d'Hygiène (BPH), Bonnes Pratiques de Production (BPP), Bonnes Pratiques de
Distribution (BPD) et Bonnes Pratiques de Vente (BPV).
En utilisant un outil bien connu de la qualité, le principe de l’amélioration continue (Plan – Do
– Check – Act), nous pouvons reproduire la systématique des PRP dans un organisme.

BAROUDI MOHAMED 8
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Figure 5: Les programmes prérequis dans l’ISO 22000

4) Les principes HACCP :

Le système d’analyse des dangers – points critiques pour leur maîtrise (HACCP) est un système
qui aide les organismes à identifier les dangers pour la sécurité des aliments tout au long de la
chaîne de production et à prendre des mesures en vue de les maîtriser. Le HACCP se concentre
sur la prévention des dangers plutôt que sur le contrôle du produit fini. La méthode HACCP
comprend sept principes, qui permettent d'établir, de mettre en œuvre et de mener un plan
HACCP pour l'opération en cours d'étude.

Les principes de l’HACCP :

Procéder à l’analyse des dangers ;


Identifier les points critiques pour la maîtrise de ces dangers ;
Etablir les limites pour la maîtrise effective des points critiques ;
Etablir des mesures préventives et / ou actions correctives ;
Etablir des procédures spécifiques pour la vérification afin de confirmer que le
système HACCP fonctionne correctement ;
Etablir la documentation.

Les démarches HACCP :

Définir le champ de l’étude ;


Constituer l’équipe HACCP ;
Décrire le produit ;

BAROUDI MOHAMED 9
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Identifier l’utilisation du produit ;


Faire un diagramme de fabrication ;
Vérifier le diagramme ;
Analyser les dangers ;
Déterminer les CCP ;
Fixer les cibles et limites critiques ;
Etablir la surveillance des CCP ;
Etablir un plan d’actions correctives ;
Etablir la documentation : dossiers et procédures ;
Vérifier que le système fonctionne ;
prévoir d’actualiser le système.

La HACCP n’apporte pas de solution à lui tout seul. Il faut y ajouter de bonnes
pratiques en matière d’hygiène et autres conditions préalables à la transformation des aliments
(Mise en œuvre des PRP ci‐dessus), ainsi qu’un ferme engagement de la part de la direction :
la HACCP ne peut en aucun cas les remplacer. La formation est également une condition
essentielle pour le succès d’un système HACCP.

Chapitre II: Règles de bonnes pratiques d’hygiène

I. Règles de Bonnes Pratique d'Hygiène :

Les bonnes pratiques d’hygiène sont également un préalable indispensable car leur respect
scrupuleux conditionne l’efficacité du HACCP et au-delà d’un système de management de la
sécurité des denrées alimentaires selon la norme ISO 22000.
Ces bonnes pratiques d’hygiène incluent l’ensemble des mesures d’hygiène générales définies
pour chaque secteur de production.
Ces bonnes pratiques d’hygiène, sont définies notamment par :

le Codex Alimentarius. D’ailleurs, l’annexe C de la norme ISO 22000:2005 présente les


références du Codex fournissant des exemples de mesures de maîtrise, notamment
programmes pré requis et des recommandations concernant leur choix et leur utilisation;
les Guides de bonnes pratiques d’hygiène ;
L’ISO/TS 22002 qui donne une vision générale sur la mise en œuvre des programmes
prérequis.

La norme ISO 22000:2005 donne une définition de cette notion de programme prérequis :
Programme prérequis
« conditions et activités de base nécessaires pour maintenir tout au long de la chaîne
alimentaire un environnement hygiénique approprié à la production, à la manutention et
à la mise à disposition de produits finis (3.5) sûrs et de denrées alimentaires sûres pour la
consommation humaine.

BAROUDI MOHAMED 10
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Pour la mise en place des programmes prérequis, il faut prendre en compte les éléments
suivants :
1) Production primaire
La finalité est de s’assurer que les aliments restent sûrs et propres à l’usageprévu. Pour ce faire,
il convient de garantir :

 L’hygiène de l’environnement.
 L’hygiène des zones de production alimentaire :

 par la maîtrise de la contamination de l’air, du sol, de l’eau, de l’alimentation du bétail,


des engrais, des pesticides, des médicaments vétérinaires ;
 par la maîtrise de l’état sanitaire des plantes et des animaux afin qu’ils ne fassent pas
courir de risque à la santé humaine à travers la consommation alimentaire ou affecte
négativement l’acceptabilité du produit ;
 par la protection des sources de production primaire contre la contamination fécale
ou autre.

Il conviendrait en particulier de traiter les déchets et de stocker de manière appropriée les


substances nocives.
La manutention, l’entreposage et le transport :

 par le tri des aliments impropres à la consommation ;


 par l’élimination hygiénique de tout déchet ;
 par la protection des aliments et des ingrédients contre les ravageurs, les agents
chimiques, physiques ou microbiologiques ;
 par la mise en œuvre de mesures appropriées qui peuvent comprendre le contrôle de la
température, de l’humidité et/ou d’autres contrôles.
 Les opérations de nettoyage, d’entretien, d’hygiène corporelle au niveau de la
production primaire.

2) Établissements : conception et installations

La finalité est de permettre une maîtrise efficace des dangers par le respect des bonnes pratiques
d’hygiène dans la conception et la construction des bâtiments, dans un emplacement
approprié et dans des installations adéquates.Pour ce faire, il convient de garantir :

l’emplacement :
 par une décision d’emplacement des bâtiments,
 par l’entretien et le nettoyage convenable des matériels ;
l’hygiène des locaux et salles :
 par une conception et un aménagement adéquat (maîtrise de la contamination
croisée),
 par des structures et accessoires internes (murs, cloisons, sols, portes) facilement
nettoyables, en matériaux adéquats ;

BAROUDI MOHAMED 11
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

les matériels :
 par leur facilité de nettoyage, de désinfection et d’entretien,
 par la maîtrise des équipements de contrôle et de surveillance des produits
alimentaires,
 par l’identification des conteneurs destinés aux déchets et maîtrise de la contamination
croisée ;

les installations :

 par une maîtrise de l’approvisionnement en eau,


 par le drainage et l’évacuation des déchets,
 par un nettoyage efficace,
 avec des installations sanitaires et des toilettes,
 par un contrôle de la température,
 par la qualité de l’air et de la ventilation,
 par un éclairage suffisant,
 grâce à un entreposage maîtrisé.

3) Maîtrise des opérations

La finalité est de réduire les risques d’aliments dangereux en prenant des mesures visant
à garantir la sécurité des aliments. Il convient de maîtriser :

les dangers liés aux aliments :


 grâce à leur identification à toutes les étapes,
 par la mise en œuvre des procédures de maîtrise efficaces,
 en assurant le suivi et la revue périodique des procédures ;

les aspects clés des systèmes de maîtrise :


 par le réglage de la température et de la durée,
 grâce aux étapes spécifiques de la transformation (refroidissement, traitement
thermique, ionisation, séchage, prévention chimique, emballage sous vide ou sous
atmosphère modifiée),
 par des connaissances des critères microbiologiques et autres spécifications,
 par la maîtrise de la contamination microbiologique croisée,
 par la maîtrise de la contamination physique et chimique ;
 les exigences concernant les matières premières et les emballages ;
l’eau : en contact avec les aliments (comme ingrédient notamment),

 pour la production de glace et/ou de vapeur ;


 les produits potentiellement dangereux grâce à des retraits rapides de tout
 lot incriminé de produit fini.

BAROUDI MOHAMED 12
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

4) Établissement : entretien et assainissement

La finalité est de faciliter la maîtrise efficace et continue des dangers pour la santé, des
ravageurs et autres agents susceptibles de contaminer les aliments. Pour ce faire, il convient de
maîtriser :
les opérations d’entretien et de nettoyage grâce à des procédures ad hoc ;
les programmes de nettoyage par la mise en place de programmes de nettoyage ;
le système de lutte contre les ravageurs :
 en évitant l’accès,
 en réalisant un suivi et une détection,
 en éradiquant tout nuisible,
 en traitant les déchets,
 par la surveillance du plan de lutte contre les nuisibles.

5) Établissement : hygiène corporelle

La finalité est d’éviter que les personnes ne risquent pas de contaminer les produits. Pour cela,
il convient de maîtriser :

leur état de santé, les maladies et les blessures ;


la propreté corporelle ;
le comportement par une formation adéquate aux bonnes pratiques d’hygiène ;
l’accès aux visiteurs.

6) Transport
La finalité est de protéger les aliments jusqu’à la remise au client. Pour ce faire, il convient de
définir :

les spécifications des véhicules et autres conteneurs ;


l’utilisation et leur entretien.

7) Informations sur les produits et vigilance des consommateurs


La finalité est de disposer de produits clairement identifiés pour assurer la traçabilité et informer
les consommateurs. Pour ce faire, il convient :
d’identifier les lots de produits ;
d’accompagner les produits de renseignements adéquats par un étiquetage adapté ;
d’éduquer le consommateur par une communication répétée !

8) Formation
La finalité est d’avoir des opérateurs conscients des impacts néfastes sur la santé humaine en
cas de manquement aux règles d’hygiène. Pour ce faire, il convient :
d’assurer une prise de conscience et de définir les responsabilités ;

BAROUDI MOHAMED 13
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

de définir un programme de formation ;


de superviser l’efficacité des programmes de formation ;
d’assurer un recyclage autant que de besoin.

Ces préalables (plan de nettoyage, plan de lutte contre les nuisibles, hygiène du personnel,
marche en avant, etc.) doivent être concédés comme étant destinés à maîtriser des dangers
quasiment communs à chaque organisme agroalimentaire.

Chapitre III : Déroulement étape par étape de la méthode HACCP

I. Etape n° 1 : Constituer l’équipe HACCP

a. Constitution de l’équipe : compétences internes et externes.


b. Formation de l’équipe à la méthode.
c. Organisation de l’équipe :

 mode fonctionnel,
 animateur, secrétaire, responsable, etc.
d. Définition des moyens nécessaires :

 moyens bureautiques (ordinateur, photocopieur, …),


 budget
e. Recueil des informations :

 données historiques, épidémiologiques, étiologiques, cliniques,


 données normatives et réglementaires,
 données technologiques.
 Planning d’activités :
 périodicité et durée des sessions de travail de l’équipe,
 échéancier de la mise en place des étapes successives.
 Définition du champ d'étude, en tenant compte par exemple : du produit ou de la famille
de produits, du type de danger considéré, de la totalité ou d'une partie du procédé
de fabrication etc. Une maîtrise complète de la sécurité sanitaire pour un produit quelconque
ne sera atteinte que lorsque chaque opération intervenant dans sa fabrication aura été prise
en compte. Dans la réalité, des contraintes de commodité ou de temps disponible,
conduisent à regrouper ces opérations en groupes par décomposition du procédé de
fabrication en séquences élémentaires.

BAROUDI MOHAMED 14
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Aspects Pratiques :

Pour éviter que la mise en œuvre de la méthode HACCP ne prenne trop de temps ou ne s'étale
sur une trop longue période il faudra :

 un engagement sans équivoque de la direction instaurant une mise en œuvre de la méthode


HACCP qui soit effective sur le terrain, avec comme objectif de fournir au
consommateur de la nourriture saine tout en confortant la situation économique de
l'entreprise,
 justifier les retards éventuels observés, par rapport à l'échéancier établi pour la
réalisation des étapes de mise en place du HACCP,
 respecter strictement la fréquence et la durée prévues pour la tenue des réunions de
l'équipe HACCP (exemple : une fois par quinzaine, d'une durée d'une heure), que chaque
réunion de l'équipe commence par une restitution des tâches qui étaient à accomplir
suite à la réunion précédente, et finisse par une affectation des tâches à accomplir pour la
réunion suivante.

II. Etape n° 2 : Décrire le produit

a. Recueil des données sur le produit fini et éventuellement le produit


en cours de fabrication :

 caractéristiques générales : dénomination, composition, volume, structure,


 physico-chimiques : pH, Aw, potentiel redox (Eh), conservateurs, atmosphère modifiée,
 emballage,
 étiquetage,
 stockage et durée de vie,
 distribution.
b. Recueil des données sur les matières premières :

 Définitions,
 présentation : volume, type de conditionnement,
 (% de chaque matière première utilisée),
 caractéristiques physico-chimiques : pH, Aw, Eh, viscosité, granulométrie,
 concentration des solutions et des additifs (ex : sel nitrité),
 température de stockage,
 durée de vie,
 traitement, préparation, mise en œuvre.

BAROUDI MOHAMED 15
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

c. Texte normatif
Toutes les matières premières, les ingrédients et les matériaux en contact avec le produit doivent
faire l'objet d'une description documentée dans la mesure des besoins de la réalisation de
l'analyse des dangers (voir en7.4).

L'organisme doit identifier les exigences légales et réglementaires en matière de sécurité


des denrées alimentaires associées aux éléments mentionnés ci-avant.
La description des matières premières et des ingrédients peut être renseignée sur un formulaire
spécifique :

Tableau 1 : Description des matières premières et ingrédients

BAROUDI MOHAMED 16
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

III. Etape n° 3 : Usage prévu

Cette étape complète la précédente : elle conduit notamment à la formalisation des conditions
de stockage, de distribution et d’utilisation du produit par l’utilisateur final, qui est soit
le consommateur, soit le transformateur utilisant le produit comme ingrédient.
Il faut prévoir toutes l’utilisation « normale » du produit :

 Température de conservation ;
 Traitement thermique (cuisson ou réchauffage) ;
 La durée de vie du produit ;
 Le mode d’emploi du produit.

Mais au-delà de cette utilisation « normale » du produit, l’équipe HACCP doit réfléchir aux
éventuelles dérives dans le comportement de l’utilisateur final, qui entraîneraient une utilisation
erronée ou fautive (par rapport au Code de la consommation).

La synthèse de cette étape est présentée dans le tableau 2.


Tableau 2 : Usage prévu du produit

BAROUDI MOHAMED 17
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

IV. Etape n° 4 : Etablir un diagramme des opérations

a. Identification des opérations élémentaires :

a. Recueil des informations complémentaires pour chaque opération


élémentaire :

 nature, fonction, procédé, méthode, paramètres,


 intrants (matières premières & conditionnement),
 locaux, équipements, environnement,
 flux,
 opérateurs,
 BPH (nettoyage, désinfection, maintenance),
 Instructions.

Chaque étape doit être considérée en détail pour inclure toutes les données pertinentes sur le
procédé (Figure 6).

Figure 6 : Description du procédé de réalisation du produit

BAROUDI MOHAMED 18
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

V. Etape n° 5 : Vérifier sur place le diagramme des opérations

Vérification du diagramme de fabrication sur site pour les différentes périodes de


production :

 normales,
 basses,
 hautes

Correction du diagramme de fabrication, ou déclinaison de plusieurs variantes du


diagramme :

 fonction des différences constatées par rapport à la réalité de terrain observée, ou de


l’organisation propre aux différentes périodes de production.
Cette vérification est à réaliser avec l’équipe au complet. C’est aussi l’occasion de :

 passer en revue le système d’enregistrements : son existence, son accessibilité pour le


personnel concerné, le matériel utilisé, l’étalonnage des équipements de mesure ;
 tester comment les opérateurs comprennent et appliquent les procédures et autres modes
opératoires, y compris les documents de contrôle (surveillance) et d’enregistrement ;
 passer en revue la mise en pratique des programmes prérequis (bonnes pratiques
d’hygiène).
VI. Etape n° 6 : Analyse des dangers – Enumérer tous les
dangers potentiels associés à chacune des étapes, effectuer
une analyse des risques et définir les mesures permettant de
maîtriser les dangers ainsi identifiés.

Avant de commencer l’analyse des dangers, la signification du mot danger doit être claire et
partagée par tous les membres de l’équipe HACCP :

Danger :

Agent biologique, chimique ou physique, présent dans un aliment ou état de cet aliment
pouvant entraîner un effet néfaste sur la santé.

L’analyse des dangers doit être réalisée pour tous les produits existants ou nouveaux. En effet,
des modifications de matières premières, formulations, procédés de traitement et de
préparation, emballage, distribution et/ou d’utilisation du produit nécessiteront une révision de
l’analyse des dangers.

BAROUDI MOHAMED 19
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

L’analyse des dangers comprend les actions majeures suivantes :

1. identifier les dangers ;


2. évaluer les dangers ;
3. définir et mettre en œuvre les mesures de maîtrise.

1. Identification des dangers :

L’ISO 22000 aborde deux catégories de dangers :


 les dangers potentiels qui résultent de l’identification des dangers (7.4.2.1) et regroupe les
dangers théoriquement susceptibles de survenir dans le type de produit (viande,
poisson, lait par exemple), le type de procédé (la traite, l’abattage, la fermentation,
la déshydratation, le transport par exemple) ;

 les dangers réels (significatifs), établis à l’issue de l’évaluation des dangers (7.4.3) et devant
être maîtrisés par l’organisme.

Seule la catégorie des dangers significatifs est à prendre en considération dans le cadre du
paragraphe 7.4.4 « Sélection et évaluation des mesures de maîtrise ». Afin de faciliter
l’identification des dangers (et leur évaluation ultérieure), les événements et les causes
conduisant à la survenue de dangers peuvent apporter des informations supplémentaires, telles
que les suivantes :

 la prévalence de dangers dans les matières premières, les ingrédients ou les matériaux en
contact avec les denrées alimentaires ;
 la contamination par les équipements, l’environnement du procédé, le personnel de
production ;
 la contamination indirecte par les équipements, l’environnement du procédé, le personnel
de production ;
 la survie d’agents microbiologiques ou la persistance d’agents physiques ;
 la croissance d’agents microbiologiques ou l’accumulation/la formation d’agent
 chimiques.

a. Dangers biologiques

Les dangers biologiques d’origine alimentaire incluent des micro-organismes tels que
certaines bactéries, virus, moisissures et parasites. Ces organismes sont souvent associés
aux humains et produits crus entrant dans la chaîne de fabrication alimentaire.
Plusieurs font partie de la flore naturelle de l’environnement où les aliments sont cultivés.
Voici ce que l’on doit traiter lorsqu’on évoque les dangers biologiques :

 bactéries (contamination, multiplication, survie) ;


 virus ;
 champignons (levures et moisissures dont les mycotoxines) ;

BAROUDI MOHAMED 20
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

 protozoaires et parasites.

b. Dangers chimiques

Les contaminants chimiques peuvent exister naturellement dans les aliments ou y être ajoutés
pendant leur traitement. À dose élevée, des produits chimiques nocifs ont été associés à des
intoxications alimentaires aiguës et, à faible dose et répétitive, peuvent être responsables de
maladies chroniques.
Parmi les dangers chimiques, on retrouve les composés chimiques naturels, les contaminants
chimiques industriels et les contaminants provenant de l’emballage.
c. Dangers physiques

Certaines maladies et lésions peuvent résulter de la présence de corps étrangers dans


les aliments. Ces dangers physiques peuvent résulter de contamination et/ou de mauvaises
pratiques à plusieurs étapes de la chaîne alimentaire depuis la récolte jusqu’à la
consommation, y compris les étapes au sein de l’unité de transformation.
2. Evaluation des dangers :

Différentes méthodes d’évaluation des dangers sont utilisées par les entreprises, mais
l’ensemble de ces méthodes d’évaluation des dangers repose sur un même principe qui est
celui de l’analyse multicritères.

L’ISO 22000 propose de prendre en compte les critères suivants :


 La gravité du danger avec son impact sur la santé du consommateur ;
 La probabilité d’apparition.

Gravité Probabilité d’apparition Indice de priorité

Quelle est la gravité Quelle est la probabilité Quelle est la priorité des
relative de cet effet ? relative d’apparition de ce différents dangers listés ?
danger ?

La cotation doit permettre à l’équipe HACCP de séparer les dangers en s’appuyant sur
un indice de priorité du risque (IPR). La gravité et la probabilité d’apparition des dangers
s’appliquent au produit fini.

Cet indice de priorité du risque est le produit des critères d’évaluation :


IPR = Gravité × Probabilité d’apparition

BAROUDI MOHAMED 21
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

3. Détermination de mesures de maîtrise :

L’équipe chargée de la sécurité des aliments doit déterminer les mesures de maîtrise
permettant d’éviter, de réduire à un niveau acceptable ou de supprimer les dangers
préalablement identifiés, en particulier aux étapes sensibles.

Mesure de maîtrise :
Action ou activité à laquelle il est possible d’avoir recours pour prévenir ou éliminer un danger
lié à la sécurité des denrées alimentaires (3.3) ou pour le ramener à un niveau acceptable.

Figure 7 : Identification des mesures de maîtrise


Plus d’une mesure peuvent être requises pour maîtriser un danger donné (combinaison) et
plusieurs dangers peuvent être maîtrisés par une seule mesure de maîtrise spécifique.

a. Maîtrise des dangers biologiques :

Les dangers biologiques peuvent être maîtrisés en limitant les micro-organismes, voire en les
éliminant ou bien en agissant sur les facteurs de croissance (physico-chimiques), dont
ces derniers ont besoin pour survivre, croître et se reproduire, dans le but de limiter
leur croissance.
Exemples de mesures de maîtrise des dangers biologiques :

BAROUDI MOHAMED 22
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Pour les virus :

 procédure d’hygiène stricte pour le personnel qui manipule les aliments (mise à l’écart
des postes sensibles les personnes atteintes de maladies virales, comme l’hépatite par
exemple).
 éviter les produits susceptibles de provenir d’eaux contaminées par un milieu de
croissance ;
Pour les moisissures (mycotoxine) :

 traitement par la chaleur ;


 facteurs intrinsèques pour réduire l’Aw en dessous de 0,7.

b. Maîtrise des dangers physiques :


Exemples de mesures de maîtrise des dangers physiques :

 Pour les liquides : filtration, séparation par centrifugation.


 Pour les poudres : tamisage, aimants, détecteur de métal, séparation à l’air.
 Pour les solides : contrôle visuel, tamisage, détecteurs de métaux, décanteurs, détection
aux rayons X, tri électronique des couleurs, etc.
c. Maîtrise des dangers chimiques :
Exemples de mesures de maîtrise des dangers chimiques :
Produits de nettoyage et de désinfection :

 utilisation de produits non toxiques, compatibles avec les aliments ;


 pratiques de nettoyage appropriées (plan de nettoyage) ;
 stockage séparé des produits ;
 récipients couverts et étiquetés pour chaque produit chimique.
Pesticides, résidus vétérinaires :
 spécifications requérant de la part du fournisseur la conformité avec les taux maxima
autorisés ;
 vérification des enregistrements du fournisseur.
Additifs chimiques :
 normes et surveillance appropriées ;
 instructions écrites ;
 stockage dans un récipient couvert et étiqueté ;
 validation des niveaux à partir des taux d’usage, tests et échantillons.

VII. Etape n° 7 : Déterminer les CCP

L’analyse des dangers permet, dans un second temps, de déterminer les dangers pertinents à
maîtriser, le degré de maîtrise assurant la sécurité des aliments, et les combinaisons de
mesures de maîtrise correspondantes (PRPo et CCP). Dans certains cas, l’analyse des dangers

BAROUDI MOHAMED 23
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

peut également aboutir à une redéfinition ou une requalification des PRP préalablement mis en
place.

Une confusion peut résulter du fait que, par définition, PRP et PRPo sont tous deux des
« prérequis ». Logiquement, ces deux moyens devraient être considérés comme des préalables
à toute démarche d’analyse des dangers.
En réalité, les PRPo se rapprochent davantage des CCP et résultent, comme eux, de l’analyse
des dangers mise en place après la mise en œuvre des PRP.

Les différences fondamentales entre ces trois notions sont présentées ci-dessous :
PRP : conditions et activités de base appliquées aux infrastructures, au personnel et à
l’environnement de travail, nécessaires pour maintenir les conditions d’hygiène requises.
Ce sont les Bonnes pratiques d’hygiène générales d’un secteur de la chaîne alimentaire (plan
de nettoyage, lutte contre les nuisibles, port de la tenue, etc.). Les PRP doivent être vérifiés.

PRPo : PRP « spécifique » identifié par l’analyse des dangers comme essentiel à
l’obtention de la sécurité des produits alimentaires, nécessitant une validation, une
surveillance et une vérification. Un PRPo est un PRP dont la maîtrise est renforcée compte
tenu de leur contribution à assurer la sécurité des aliments.

CCP : étape dite « critique » à laquelle on peut appliquer et surveiller en temps utile une mesure
de maîtrise (identifiée par l’analyse des dangers) possible indispensable à la sécurité des
produits alimentaires. Ces mesures de maîtrise cruciales doivent être validées, surveillées et
vérifiées.
Afin d’aider l’équipe HACCP dans le classement des mesures de maîtrise, la norme ISO/TS
22004 propose un arbre de décision (Figure 7).

BAROUDI MOHAMED 24
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Figure 8 : Arbre de décision

VIII. Etape n° 8 : Fixer un seuil critique pour chaque CCP


 Pour un CCP donné le seuil ou la limite critique représente la valeur au-delà de laquelle la
maîtrise du danger identifié n'est plus garantie. Dans ces conditions, il faut fixer pour la
production (ou la conservation), une des valeurs cibles aux CCP plus rigoureuse en terme
de sécurité que ne l'est le seuil critique.
 Cette valeur cible sera nécessairement assortie d'une tolérance qui ne devra jamais
permettre lorsqu'elle intervient, de dépasser la limite critique. La limite critique permet de
délimiter ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas.
 Identification pour chaque CCP, à partir des causes de dangers retenues, des mesures
préventives et des caractéristiques à surveiller.
 Définition pour chaque caractéristique des limites critiques à respecter pour assurer
la maîtrise du CCP.

BAROUDI MOHAMED 25
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Remarque
Ne pas confondre les notions de limites critiques et de niveaux acceptables de
dangers. Ces deux éléments sont bien évidemment en lien mais sont différents. En effet,
pour garantir que les dangers dans le produit seront en dessous des niveaux acceptables,
il faudra garantir la maîtrise des CCP grâce aux limites critiques.
Exemples :
Produit : Lait Produit : Huile raffinée
Niveau acceptable de dangers Niveau acceptable de dangers
biologique : absence de salmonelles chimique : Benzo-a-pyrène < 2 ug/kg
CCP : pasteurisation CCP : décoloration
Mesure de maîtrise : respect du couple Mesure de maîtrise : respect de la quantité
temps/température de terre du décolorateur
Limite critique : 72 °C pendant 2 min. Limite critique : Voir consignes contrôle
qualité

IX. Etape n° 9 : Mettre en place un Système de surveillance pour


chaque CCP
Définition de "surveiller" :

Procéder à une série programmée d’observations ou de mesures (des paramètres) afin


de déterminer si un CCP est maîtrisé.
Chaque CCP doit avoir des paramètres de surveillance pertinents, c’est-à-dire qu’ils sont
capables d’indiquer clairement que la mesure de maîtrise a l’effet approprié. Cette mesure de
maîtrise doit donc être gérable, mesurable à l’aide d’une grandeur physique (T °C, temps,
concentration, vitesse, présence/ absence…) et qu’elle stoppe le produit potentiellement
dangereux à temps.

La norme nous précise qu’il est possible que les limites critiques soient fondées sur des
données subjectives, telles que le contrôle visuel ou l’analyse sensorielle (odeur ou couleur
par exemple). Dans ces cas, des procédures spécifiques de surveillance sont nécessaires et
la compétence du personnel réalisant cette surveillance doit être démontrée.

Les modalités de surveillance (qui doit être permanente) doivent être définies en complément
du plan HACCP. La surveillance permet de déterminer à temps la perte de maîtrise du CCP
(dépassement des limites critiques) afin d’isoler le produit avant son utilisation ou sa
consommation. Il est impératif de considérer le produit comme potentiellement dangereux et
engager des corrections (traitement du produit non conforme) et des actions correctives (analyse
des causes et rectification). Les actions entreprises doivent assurer que le CCP est à
nouveau maîtrisé (7.6.5).

Plus la fréquence de surveillance (durée minimale entre deux surveillances) est élevée, moins
le produit va être affecté quand il y a une perte de maîtrise au niveau d’un CCP.

BAROUDI MOHAMED 26
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Les procédures de surveillance appliquées pendant la réalisation du produit doivent donner lieu
à une documentation composée des enregistrements des mesures ou observations (Figure 8).

Figure 9 : Surveillance des mesures de maîtrise/limites critiques

X. Etape n° 10 : Prendre des mesures correctives

a. Définition de "mesures correctives" :


En cas de dépassement des limites critiques ou de perte de maîtrise d’un PRPo,le personnel
chargé de la surveillance doit engager des corrections et des actions correctives. La
correction d’une non-conformité relève d’un traitement immédiat des effets perçus non désirés.
La conduite de ces actions fera l’objet d’une procédure écrite.
L’organisme doit établir des procédures documentées qui assurent qu’aucun produit
potentiellement dangereux ne sera fourni au client. Dans le cas contraire, l’entreprise doit
procéder à un retrait du produit.

BAROUDI MOHAMED 27
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Dans le diagramme ci-dessous, nous constatons que le produit peut être livré alors que la
maîtrise du CCP n’est pas assurée… Cela va à l’encontre de ce que nous avons vu
précédemment, à savoir que les résultats de la surveillance d’un CCP étaient libératoires ! En
fait, il est possible d’avoir ce cas de figure uniquement si l’on constate, au cours d’une opération
de vérification (étalonnage) que l’équipement qui sert à surveiller une limite critique n’est pas
conforme.

L’organisme devra entreprendre une action appropriée sur l’équipement et sur tout produit
concerné, cela peut inclure le retrait/rappel des produits.

Figure 10 : La maîtrise des non-conformités

b. Actions correctives

Les actions correctives doivent être entreprises en cas de dépassement des limites critiques
et en cas de non-conformité avec les PRPo. Dans le cadre des actions correctives, il est
nécessaire de s’attacher à éliminer les causes d’une non-conformité existante pour qu’elle
ne se reproduise plus (Figure 11).

BAROUDI MOHAMED 28
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

Figure 11 : Mise en place d’une action corrective

c. Dossier de preuve
Les enregistrements doivent être disponibles pour démontrer la maîtrise des produits affectés
par la déviation (correction) et l’action corrective entreprise.
Concernant les pertes de maîtrise des CCP, il convient d’enregistrer pour le produit :

Le code ;

 la date de réalisation ou de mise à disposition ;


 la raison de son isolement ;
 la quantité mise en attente ;
 les résultats de l’évaluation : quantité analysée, rapport d’analyse, nombre et nature des
défauts ;
 la signature du responsable de la mise en attente et de l’évaluation ;
 le retrait du produit (si nécessaire) et son autorisation signée.
Concernant la maîtrise des non-conformités, il convient d’enregistrer :

 la correction (traitement du produit non conforme) ;


 la recherche des causes de l’écart identifié ;
 le suivi et l’évaluation de l’efficacité des actions correctives ;
 la date et la signature du responsable.

BAROUDI MOHAMED 29
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

XI. Etape n° 11 : Appliquer des procédures de vérification


Définition "vérification" :
La vérification périodique permet d’améliorer le système HACCP et de voir ses faiblesses. La
vérification comporte quatre activités principales, ces activités étant établies une fois que le
système HACCP est mis en œuvre :

 essais et simulations sur les CCP ;


 vérification et/ou validation des changements apportés aux PRPo ou aux limites critiques
des CCP ;
 audits du système HACCP ;
Vérifications afin de s’assurer que le système HACCP est toujours approprié :

 les revues de la documentation du système ;


 l’échantillonnage et l’analyse ciblés des produits ;
 étalonnage et gestion des équipements de mesure ;
 entretien et maintenance des matériels ;
 l’examen des réclamations clients.
Les enregistrements des vérifications :

 Pour chaque vérification (audit, revue, essais, simulations de CCP, étalonnage)


 les résultats doivent être enregistrés. Les enregistrements de vérification doivent inclure
:
 Les objectifs ;
 les méthodes ;
 les dates ;
 les personnes responsables ;
 les résultats ;
 les actions entreprises.

XII. Etape n° 12 : Tenir des registres et constituer un dossier

Le système documentaire HACCP (Figure 12) joue donc un rôle essentiel par de nombreux
aspects :
 il permet de pérenniser son savoir-faire (mémoire de l’organisme) ;
 il permet de disposer de documents à jour, au lieu et au moment appropriés (outil de travail)
;
 il exprime la bonne organisation de l’organisme par une formalisation de ses activités ;
 il donne confiance aux parties intéressées en leur permettant de constater que l’organisme
est bien structuré ;
 il permet d’intégrer des nouveaux collaborateurs (outil d’initiation et de formation interne);
 il influence le comportement interne (amélioration de la cohérence, de l’efficacité) ;
 il permet, selon le cas, de créer, d’améliorer ou de restructurer la culture hygiène ;
 il donne l’occasion de passer en revue et d’analyser la pertinence et l’efficience des actions
du système HACCP ;

BAROUDI MOHAMED 30
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

 il guide les employés et facilite leurs tâches.

Figure 12 : Les différents niveaux de la documentation HACCP

La démarche HACCP est maintenant conçue. Il est donc possible de la mettre en œuvre et de
la maintenir efficace. Le synoptique présenté dans la figure 11 permet d’avoir une vision
globale du système.

Figure 13 : Synoptique du système HACCP

BAROUDI MOHAMED 31
NORME ISO 22000 ET ETUDE HACCP

BAROUDI MOHAMED 32