Vous êtes sur la page 1sur 70

Rédaction du projet du cours de construction mixte acier-béton

Exercice : Dimensionnement des colonnes mixtes acier-béton.


On considère une colonne mixte acier-béton, d'une hauteur de 6 mètres,
sollicitée comme indiquée par le schéma ci-après.

Cas I : Compression axiale

G=80KN et Q=60KN

Cas 2 : Compression excentrée

G=80KN et Q=60KN ; Excentricité e= 10cm

La section transversale de la colonne est indiquée comme suit :

Questions.
l. Etudier la stabilité de cette colonne.
2. Déterminer la charge maximale que cette colonne peut supporter.
3. Pour cette charge maximale, on maintient la hauteur et les liaisons aux
extrémités de la colonne. Dimensionner cette colonne lorsqu'elle est entièrement

1
en :
3. l. Béton Armé.
3.2. Acier.
4. On maintient les caractéristiques géométriques de la colonne, hauteur et
dimensions de la section transversale, puis les liaisons aux extrémités.
Déterminer la charge maximale qu'elle peut supporter lorsqu'elle est entièrement
en :
4. l. Béton Armé
4.2. Acier
Consignes pour la rédaction du rapport.
l. Ecrire la démarche méthodologique détaillée du calcul
2. Traduire cette démarche méthodologique sous la forme d'un organigramme
3. Présenter les applications ensuite.
4. Présenter une page symboles et désignations avec mention des unités SI dans
le rapport
5. Rendre un rapport en version numérique succinct en format word et pdf puis
une copie de la page de garde

On donne .
Acier de nuance S275
Béton de classe C20/25
Armature HA B500A
Ciment CEM classe N 42.5N

2
Symboles et Désignations avec mention des unités SI
  : Elancement réduit au flambement

Ac  : Aire de la section du béton ( m 2 )

Aa  : Aire de la section du profilé ( m 2 )

As  : Aire de la section de l’armature ( m 2 )

 s  : Pourcentage de ferraillage

Ea  : Module d’élasticité pour l’acier de construction ( Mpa )

α : Facteur d’imperfection

Es
 : Module d’élasticité pour l’armature de construction ( Mpa )

Ecm  : Module sécant du béton ( Mpa )

I a  : Moment d’inertie de flexion pour le plan de flexion de l’acier de

4
construction ( m )

I s  : Moment d’inertie de flexion pour le plan de flexion de l’armature ( m 4 )

I c  : Moment d’inertie de flexion pour le plan de flexion du béton ( m 4 )

Dh  : Diamètre du béton ( m )

D : Diamètre de la section circulaire du poteau mixte ( m )


f yk
 : Résistance caractéristique de l’acier du profilé ( Mpa )
f ck  : Résistance caractéristique de l’acier du béton ( Mpa )

f sk  : Résistance caractéristique de l’armature ( Mpa )

lo m
 : Longueur libre du poteau ( )
Npl , Rk  : Résistance plastique caractéristique à la compression ( N )

Ncr :Effort normal critique élastique pour le mode de flambement approprié ( N )

3
fbu  : Résistance caractéristique du béton ( Mpa )

( EI ) eff
 : Rigidité efficace en flexion ( Mpa )
  : Coefficient de réduction

  : Coefficient prenant en compte les facteurs d’imperfection

Ec ,eff
 : Rigidité efficace en flexion élastique ( Mpa )
N G , Ed
 : Partie permanente de l’effort normal ( N )
N Ed  : Effort normal de calcul ( N )

t  : Coefficient de fluage

 (t , to )  : Coefficient de fluage

o  : Coefficient de fluage conventionnel

 c (t , to )  : Coefficient qui rend compte du développement du fluage avec le temps

après chargement
 RH  : Facteur tenant compte de l’influence de l’humidité relative sur le

coefficient de fluage conventionnel


 (to )  : Facteur tenant compte de l’influence de la résistance du béton sur le

coefficient de fluage conventionnel


f cm  : Résistance moyenne en compression du béton à 28 jours ( Mpa )

 ( f cm )  : Facteur tenant compte de l’influence de la résistance du béton sur le

coefficient de fluage conventionnel


RH  : Humidité relative de l’environnement ambiant en (%)

ho  : Rayon moyen de l’élément ( m )

u  : Périmètre de l’élément en contact avec l’atmosphère ( m )


2
Ac : l’aire de la section droite ( m )
to  : L’âge du béton au moment du chargement, en ( jours )

t  : L’âge du béton à l’instant considéré, en ( jours )

4
t  to  : Durée non ajustée du chargement, en ( jours )

N max  : Charge maximal supporté par la colonne ( N )

Br  : Section réduite de béton en ( cm 2  )

k  : Valeur empirique fonction de la classe de la section

  : Facteur de moment uniforme équivalent

N u  : Effort de traction a l’ELU ( N )

  : Élancement

lf
 : Longueur de flambement de la barre ( m )
f ed  : Résistance de calcul de l’acier ( Mpa )

f e  : Limite d’élasticité

 s  : Coefficient partiel de sécurité pour acier


2
A : section du profilé ( cm )
Amin  : Section minimal armature ( cm 2 )

Amax  : Section maximal armature ( cm 2 )

 Mo  : Coefficient partiel de sécurité de matériau

N sd  : Effort de traction (N) 

E  : Module de Young(MPa)

N Ed  : Effort normal(N)

 G  : Coefficient partiel de l’action permanent

N G  : Effort permanent(N)

Q
 : Coefficient partiel de l’action d’exploitation (N)
NQ
 : Effort d’exploitation (N)
M Ed  : Valeur la plus défavorable entre les moments d’extrémité et le moment

fléchissant maximal le long du poteau


M G  : Moment permanent (N.m)

5
MQ
 : Moment d’exploitation (N.m)
VEd  : Effort tranchant (N)

Wpl , c  : Module plastique de la section d’acier(MPa)

Wpl , a  : Module plastique de la section d’acier(MPa)

  : Coefficient de contribution de l’acier ;

M pl , N , Rd
 : Moment de résistance plastique a la flexion prenant en compte l’effort
normal(N.m)
M pl , Rd
 : Moment de résistance plastique a la flexion(N.m)
 M  : Coefficient correcteur du modèle rigide-plastique de contrainte utilisé dans

la section
N pl , Rd
 : Résistance plastique en compression axiale(N)
M n , Rd
 : Moment de résistance plastique réduit (N.m)
 cr  : Facteur par lequel le chargement de calcul devrait être multiplié pour

provoquer une instabilité élastique


N cr ,eff
 : Effort normal critique élastique du second ordre selon l’axe de
flambement considéré (N)
K e , II
 : Facteur de correction qui doit être pris égale à 0,5
C  : Constance de torsion ( cm3 )

d '  : Enrobage par rapport à l’armature ( m 2 )

M AS   Moment des efforts par rapport au centre de gravité des armatures tendu
:

AS '  : Section des armatures comprimé ( mm 2 )

l  : Moment ultime réduit limite (N.m)

AS  : Section des armatures tendu ( mm 2 )

 M , LT
 : Facteur de moment uniforme équivalent pour le déversement
M y .cr
 : Moment critique de déversement élastique (N.m)
6
tw  : Epaisseur de l’âme du profilé(m)

Hypothèses de calculs
L’acier bénéficie de la marque NF, il est laminé à chaud
Notons ici que l’EN 1994-1-1 ne donne pas les expressions des calculs pour les
profilés circulaires creux rempli de béton.
Résolution
Démarche méthodologique
Cas1 : Compression axiale
1- Pour l’étude de la stabilité de la colonne :il faut
 Faire la vérification des limites d’applicabilité de la méthode de calcul
simplifiée
 Faire la vérification du voilement local
 Faire la vérification du risque de flambement et détermination du coefficient
de réduction si elle existe
 Calculer la résistance plastique à la compression axiale 
 Calculer l’effort sollicitant issu de la combinaison des charges
 Comparer les deux efforts précédemment déterminer et s’assurer de la
condition de stabilité de la colonne
2- Pour déterminer la charge maximale supporter par la colonne
Cette valeur revient à la plus petite obtenu après la comparaison des efforts et la
vérification de la condition de stabilité déterminer en 1°) il suffira de prendre la
valeur la plus petite vérifiant cette condition
3- Dimensionnement de la colonne
3.1) En Béton Armé
 Faire l’hypothèse d’un diamètre respectant les conditions du BAEL.
 Calculer la section réduite du béton.
 Calculer l’élancement.
 Calculer la section d’armature correspondant à la charge maximale
pouvant être supporté.
7
 Calculer la section minimale et maximale et s’assurer que notre section est
comprise entre ces deux valeurs. Vérifier la condition de fragilité
 Après vérification faire le choix des armatures et proposée un schéma de
ferraillage.
 Enfin il faut déterminer la résistance du poteau compte tenu de la section
des armatures choisis.

3.2) En Acier
 Supposée une condition sur la possibilité de flambement et sur la classe
du profilé
 De la condition de résistance et connaissant la charge à supporter
déterminer la section
 A partir de cette section choisir un profilé qui totalise cette surface ou
presque
 Commencer les vérifications sur ce profilé en vue de confirmer ce dernier
 Vérification du flambement du profilé
 Vérification de la classe du profilé

4)
4.1. Béton armé
 Calcul des caractéristiques des matériaux acier et béton
 Béton

f c 28
f bu  0,85
 b
b 
{1,151,5dans≤cas
dans≤cas général
accidentel

1 si≤temps de chargement dépasse 24 h


{
θ= 0,9≤temps de chargement est compris entre 1 et 24 heures
0,85 si≤temps de chargement est inférieur à1 h

 Acier

8
fe
f ed 
s
 s = 1,15 dans≤cas général
{1,5 dans≤cas accidentel

 Calcul de l’élancement du poteau

4l f

D
l f  Kl0  l0
car les deux extrémités du poteau sont rotulés.
 Calcul des coefficients de sécurité
1,10 si plusde lamoiti é des c h arges est appliqu é e avant 90 jours
k= 1,20
{
si lamajeure partie des c h arges est appliqu é e avant 28 jours
1,0 dans lesautres cas

β=¿

 Calcul de la section réduite du béton



Br  ( D  2cm)²
4

 Evaluation de la section d’armatures


As  0 mm² ( aucune armature dans la section)

 Calcul de la force admissible du poteau


La condition de résistance des poteaux en compression axiale s’écrit :
Br . f bu
k  Nu   0,85 As f ed
0,9
La charge admissible se calcule donc aisément par la formule suivante :
Br . fbu
 0,85 As f ed
0,9
Nu 
k

9
4.2. Acier
 Classification de la section
d
 50 ²
 Si t alors la section est de classe 1
d
 70 ²
 Si t alors la section est de classe 2
d
 90 ²
 Si t alors la section est de classe 3
 Sinon elle est de classe 4
235
² 
fy

 Vérification du flambement
 Calcul de 


1

E Klo
1   
fy i
et
si ≤0,2≤risque de flambement est négligeable
{sinon≤risque de flambement est nonnégligeable

Dans le cas où le risque de flambement est non négligeable on calcule un facteur


de réduction
 Calcul de 
1

 2
   2   2 et   0,5 1   (  0, 2)   
2

 est déterminé à l’aide des courbes de flambement conformément à l’Eurocode


3.
 Calcul de la charge admissible du poteau
Selon la classe de la section et le flambement on calcule la résistance du poteau
en compression axiale :
 Section de classe 1,2,3 et risque de flambement non négligeable
Af y
N Rd  N pl 
 M1

10
 Section de classe 1,2,3 et risque de flambement négligeable
Af y
N Rd  N pl 
M0

 Section de classe 4 et risque de flambement non négligeable


Aeff f y
N Rd  
 M1

 Section de classe 4 et risque de flambement négligeable


Aeff f y
N Rd 
 M1

Cas2 : Compression excentrée


1- Pour l’étude de la stabilité de la colonne, il faut
 Déterminer les actions dues à l’excentricité

Le moment due aux charges permanentes et variables se calcule par : M  N  e

 Faire le schéma statique et dessiner la section transversale

Ici, on modélise notre système par une barre avec deux appuis soumis à un effort
normal de compression et un moment de flexion.

 Calculer l’effort de sollicitation

N Ed   G N G   Q NQ

 Calculer le moment fléchissant d’extrémité et à mi-portée

A l’extrémité : M Ed   G M G   Q M Q

A mi-portée : M Ed  0,5  ( G M G   Q M Q )

 Calculer l’effort tranchant

1
VEd  ( M Ed )
L

11
 Calculer les propriétés des matériaux (béton et acier de construction dans
notre cas d’étude)
 Aire des sections
 Résistances caractéristiques
 Modules de résistance et d’élasticité
 Moments d’inerties des sections transversales
 Vérifier le voilement local

D
 90 2
Vérifier si t alors il n’y a pas de voilement local dans le cas d’un profilé
circulaire creux rempli de béton

 Vérifier si le rapport de contribution de l’acier satisfait la condition exigée

Aa f yd

Calculer N pl , Rd
et vérifier si    0, 2; 0,9

 Déterminer la résistance à la force de compression axiale

N pl , Rd  f yd . Aa  f cd . Ac  As . f sd

Npl , Rk  f yk . Aa  f ck . Ac  As . f sk
(Plastique caractéristique)

 Résistance du poteau à la compression et au moment fléchissant

M Ed M Ed
  M
M pl , N , Rd d .M pl , Rd
La condition de résistance s’écrit :

A l’aide de la courbe d’interaction simplifiée et distribution des contraintes


correspondantes calculer au :

 Point A, la résistance plastique en compression axiale seule N pl , Rd


 Point D, le moment maximal autour de l’axe médian de la section

transversale du poteau par l’expression : M max, Rd   f cdW pl , y  f sd As hs  f ydWpl , y


D

 Point C, le moment de résistance plastique M pl , Rd


12
W pl ,c ,n . f cd
M pl , Rd  M max, Rd  M n , Rd M n, Rd  W pl ,a ,n . f yd  W pl , s ,n . f sd 
où 2

Déterminer les modules plastique dans la section de 2 hn avec hn est la position


de la profondeur de l'axe neutre lorsque la force axiale est nulle

N pm , Rd  As ,n .(2 f sd  f cd )
hn 
2.d . f cd  4.t.(2 f yd  fcd )

 Point B, le moment de résistance plastique M pl , Rd de même qu’au point


C

 Déterminer le facteur d

M pl , N , Rd N pl , Rd  N Ed
d  
M pl , Rd N pl , Rd  N pm, Rd

 Déterminer M Ed qui est la valeur la plus défavorable entre les moments


d’extrémités et le moment fléchissant maximal le long du poteau calculé
conformément à 6.7.3.4 en incluant les imperfections et les effets du
second-ordre si nécessaire.

N cr ,eff  2  ( EI )eff , II
 cr  N cr ,eff 
Calculer N Ed avec Le 2 et vérifier si  cr 10 alors il
faudra inclure les effets du second ordre sinon prendre le moment fléchissant
d’extrémité.

 Vérifications de la résistance du poteau à la compression et au moments


fléchissant

M Ed
1
d . M .M pl , Rd
, alors le poteau est stable sinon il faudra agir sur les

caractéristiques des matériaux à travers M pl , Rd et  M .

13
2- Pour déterminer la charge maximale supporter par la colonne
On considère ici le moment trouvé au point C ou B car la colonne est soumise à
une compression et un moment uni axial.
M pl , N , Rd
N pl , Rd 
La charge maximale recherchée est : e

3- Dimensionnement de la colonne
3.1) En Béton Armé
 Calculer le moment des efforts extérieurs par rapport au centre des
armatures tendues

M AS  M   N   0, 5h  c 

 Vérifier si la section est partiellement comprimée

  0,81 d '   2
N   d  d '   M AS   0,337      bh f bc
  h 

M AS

Si elle est partiellement comprimée alors calculer le coefficient f bc .bd 2

  l  ; on aura donc besoin d’armature comprimées et AS '  0

N M AS
As  A1S  A1S 
 Déterminer  s avec  .d . s

La valeur de  dépend de celle de   ; on l’obtient à l’aide de la table (TabA.3)


disponible en annexe.

 Prévoir une quantité d’armature minimale même si As  0 comme suit

As  AS '  max  4cm 2 (2h  2b), 0, 2 0 0 B

 Faire un schéma de ferraillage

3.2. En Acier

14
 Choisir un profilé et faire la classification
 Etudier sa possibilité de flambement
 Calcul de 


1

E Klo
1   
fy i
et
si ≤0,2≤risque de flambement est négligeable
{sinon≤risque de flambement est nonnégligeable

Dans le cas où le risque de flambement est non négligeable on calcule un facteur


de réduction
 Calcul de 
1

 2
   2   2 et   0,5 1   (  0, 2)   
2

 est déterminé à l’aide des courbes de flambement conformément à l’Eurocode

 Etudier son déversement en :


 Déterminant le moment fléchissant maximal et l’effort tranchant
maximal
 calculant le moment critique au déversement M cr
 
 2 EI z   k z  I w  k z l  GI t
2

M y ,cr  C1    2  (C2 Z y  C3 Z j )  (C2 Z g  C3 Z j ) 


2

 kz l    w  z
  
2
k I EI z

 calculer l’élancement réduit au déversement LT


 w wpl , y f y
LT 
M cr

En fonction des valeurs de ( LT et  y ) on choisira la condition de stabilité à


vérifier.

 A l’aide de l’étude du risque de flambement, du déversement et de la


classification on détermine les conditions de résistance comme suit :
Pour notre cas on a :

15
N sd  M 1
  0,1
 min A. f y

Le profilé étant de classe 1, les sollicitations de calcul doivent vérifier la relation


suivante :

N sd  M 1 K LT .M y.sd . M 1 K z .M z .sd . M 1
   1
 z A. f y  LT .W pl , y . f y W pl , y . f y

4.

4.1. En Béton
 Transformation de la section circulaire en une section carrée équivalente
de côté a
D
a 
2

 Choix du mode de travail de la section


 Si la section contient d’armatures ; elle peut travailler aussi bien en
compression totale qu’en compression partielle
d'
N u ( d  d ')  M As  [0,337  (0,81 )]bh² fbc
La condition h doit être vérifiée lorsque le
poteau travaille en compression partielle.
M As  M u  N u (0,5h  c)

 Si la section ne contient pas d’armatures ; on ne peut se permettre


un effort de traction dans des fibres de l’élément : la section doit
être entièrement comprimée.

La condition (0,337 h  0,81d ') f bcbh  N u (d  d ') M As doit être vérifiée.


 Calcul de la résistance du poteau

 Tirer la valeur minimale de l’effort Nu dans les relations


précédentes selon le cas.
 Tirer la valeur maximale de l’effort dans les formules de résistance
selon le cas ; on a :
en compression totale

16
4.2) En Acier :
Dans la détermination de l’effort normal maximal que peut supporter la colonne
il convient de :
 Classifier les sections
 calculer le moment critique au déversement M cr
 
 2 EI z   k z  I w  k z l  GI t
2

M y ,cr  C1     (C Z  C Z ) 2
 (C Z  C Z ) 
 k z l    kw  I z  EI z 
2 2 2 y 3 j 2 g 3 j

 calculer l’élancement réduit au déversement LT


 w wpl , y f y
LT 
M cr

En fonction des valeurs de ( LT et  y ) on choisira la condition de stabilité à


vérifier

17
ORGANIGRAMME DE DIMENSIONEMENT EN COMPRESSION SIMPLE D’UN
PROFILE METALLIQUE

EFFORT AXIAL DE COMPRESSION N

N/

NON OUI

AUCUN RISQUE RISQUE DE


DE FLAMBEMENT FLAMBEMENT

Calcul de

Classes Classes
de de
18
sections sections
Classes 1,2,3 Classes 4 Classes 1,2,3 Classes 4

/ / / /

ORGANIGRAMME DE DIMENSIONEMENT EN COMPRESSION SIMPLE D’UN


POTEAU EN BETON ARME

Données : Combinaison de base : Nu=1.35G+1.5Q ; Longueur de flambement


Section du poteau ; Matériaux : ,

(Section rectangulaire)
(Section circulaire)

NON
FLEXION COMPOSEE

OUI NON

Section rectangulaire Type de section Section circulaire


Br=(a-0.02) (b-0.02) Br=

19

;
Choix de la section d’acier

Armatures transversales en mm

Espacement des cadres

Longueur de recouvrement

FIN

ORGANIGRAMME DE DIMENSIONNEMENT D’UN POTEAU MIXTE EN COMPRESSION AXIALE

DEBUT

Calcul de la surface et de l’inertie de la


section

Calcul de la résistance plastique à la


compression Npl,rd

Calcul du rapport de distribution


de l’acier

NON
SI
Ecrire “la méthode simplifiée n’est pas applicable’’

Calcul de la charge critique Stop


élastique de flambement Ncr

Calcul de l’élancement réduit (non


dimensionnel)

NON
SI Ecrire “l’élancement est inadmissible ‘’

Stop
20Détermination du facteur
d’imperfection
Calcul de la résistance au flambement du
poteau à température constante Ned=

FIN

ORGANIGRAMME DE DIMENSIONEMENT EN COMPRESSION EXCENTREE


D’UN PROFILE METALLIQUE

Flexion composée seule (M+N)

NON OUI

Risque de flambement

Calcul de

OUI OUI

Risque de déversement
Risque de déversement

Calcul
de et

Classe 1
et 2

Classe 3 Remplacer par

Classe 4 Remplacer par et par

NON OUI
21
et 2

Classe 3
Classe
Classe 4 1 et 2

Classe 3

Classe 4

ORGANIGRAMME DE DIMENSIONNEMENT EN COMPRESSION EXCENTREE


D’UNE COLONNE MIXTE

DEBUT

Applicabilité de l’Eurocode 4

Voilement local

NON
Vérification de l’interaction M-N
Ecrire “la méthode interactive est non vérifier

Vérification des effets du second Stop


ordre

FIN

22
ORGANIGRAMME DE DIMENSIONNEMENT EN COMPRESSION EXENTREE
D’UNE COLONNE EN BETON ARME (FLEXION COMPOSEE)

Sollicitations : N, M

Si

Si oui alors la section est Si


entièrement tendue

Sinon la section est partiellement


tendue Sinon la section est partiellement
tendue

Si oui alors la section est


entièrement comprimée

23
Cas I : Compression axiale

G=80KN et Q=60KN

l. Etude de la stabilité de cette colonne.


Vérification des limites d’applicabilité de la méthode de calcul simplifiée
 Elément de section doublement symétrique et uniforme sur toute la
longueur.
 Rapport de contribution de l’acier

Aa f yd

N pl , Rd

  0, 72   0, 2;0,9
(Condition satisfaite)

 Vérification du voilement local


Nous avons un profilé creux circulaire en acier rempli de béton ainsi on a :

D 323,9 235 235


  32,39   f 
t 10  ; yk
 ; 275  ;   0,92

D
32,39  76,176   90 2
90 2  90  0,922  76,176  ; t

On conclut donc que le risque de voilement local n’existe pas.

24
 Calcul de l’élancement réduit 
Npl , Rk 12
 ( )
Ncr

Npl , Rk  f yk . Aa  f ck . Ac  As . f sk

As  0
 ; selon la clause 6-7-5-2 (1) de la norme EN-1994-1-1 en ne prenant
pas en compte la résistance au feu du poteau mixte de notre étude.
6.7.5.2 Armature longitudinale et transversale
(1) Il convient que l'armature longitudinale des poteaux enrobés de béton, prise
en compte dans la résistance de la section, ne soit pas inférieure à 0,3 % de la
section du béton. Dans les profilés creux remplis de béton, aucune armature
longitudinale n'est normalement nécessaire si la résistance au feu n'est pas à
justifier.

Npl , Rk  f yk . Aa  f ck . Ac

Aire de l’acier : Aa  9861mm 2


 ; f yk  275 N / mm car t  10mm  16mm  ;
2

f ck  20MPa Car le béton est de classe C20/25.

 ( D  20)2  (323.9  20) 2


Ac    72535.6123mm2
Aire du béton est : 4 4

α =1 , car nous avons un profilé creux en acier rempli de béton.


Npl , Rk  275  9861  1 20  72535.6123
Npl , Rk  4162487, 246 N
Npl , Rk  4162, 4873KN

Calcul de N cr

 2  ( EI )eff
N cr 
(klo ) 2

lo  6m  ; k  1  les extrémités des appuis sont rotulés ( translation fixe, rotation

libre) et on choisit la valeur théorique

25
l f  lo  6000mm

Pour des charges de courte durée on a : ( EI ) eff  Ea I a  Es I s  K e Ecm I c


( EI )eff  Ea I a  K e Ecm I c

 ( Dh) 4
Ic 
Ea  210000MPa  ; I a  12158,34.104 mm 4  ; Ecm  29.103 MPa  ; 64  ;

 (303.9) 4
Ic 
Dh  323.9  20  303.9mm Dh  323.9  20  303.9mm  ; 64  ;
I c  4186690106, 7347mm 4

K e  0.6  ; ( EI ) eff  210000  (12158,34.10 )  0, 6  29.10  4186690106, 7347


4 3

( EI ) eff  983809218571857183, 78 N .mm 2

 2 (98380921857183, 78)
N cr 
(6000) 2
N cr  26971688,3151N

N cr  26971, 6883KN

4162, 4873 12
 ( )
26971,6883

  0, 3928  ; 0,3928  2    2 ( Condition vérifiée)

Le risque de flambement n’est pas négligeable car   0,3928 0, 2 .


Calcul de  à partir de l’expression analytique des courbes de flambement 
1

L’expression analytique de  est :   2   2

  0,5 1   (  0, 2)   2 

Le profilé étant creux rempli de béton et  s  0  3% on choisit la courbe de

flambement a alors   0, 21
  0,5 1  0, 21(0,3928  0, 2)  0,39282 

  0,5971

26
1

0,5971  0,59712  0,39282  ;   0,9553

1
Ec ,eff  Ecm
N 
1   G , Ed  t
Pour des charges de longue durée on a :  N Ed 

 (t , t o )   o  c ( t , t o )

o   RH  ( f cm )  (to )

f cm  f ck  8MPa  20  8

f cm  28MPa

RH
1
 RH  1  100
0,13 ho
car f cm  35MPa

2 Ac h  2  72535, 6123
ho 
  323,9  ; ho  142,5675
o
u  ;

Pour une humidité relative de 50% on a :

50
1
 RH  1 100
0,1 142,5675  ;  RH  1,9571
3

16,8
 ( f cm )   3,1749
28

1
 (to ) 
(0,1  to 0,2 )  ; t0  28 jours en prenant comme hypothèse que le premier

chargement se fait à 28jours.

1
 (to ) 
(0,1  280,2 )  ;  (to )  0, 4884

o   RH  ( f cm )  (to )  o  1,9571 3,1749  0, 4884  o  3, 0347

27
0,3
 t  to 
 c (t , to )   
  H  t  to   ; t  

0,3
 x   x
0,3
 c (t , to )  lim    lim  
x    x
Posons x  t  to  ;  H  x  x
  1

 c (t , to )  1

 (t , to )  3, 0347 1  3, 0347

N Ed  1,35  80  1,5  60  N Ed  198 KN  ; N G , Ed  80 KN

Ecm  29000 MPa car C 20 / 25

1
Ec ,eff  29.103
 80 
1    3, 0347
 198   ; Ec ,eff  13027, 0251

( EI ) eff  Ea I a  Es I s  K e Ec ,eff I c
et Es I s  0

( EI )eff  Ea I a  K e Ec ,eff I c

( EI )eff  210.103 12158,34.10 4  0, 613027, 0251  4186690106, 7347

( EI ) eff  5,8257.1013

 2  5,8257.1013
N cr 
(1 6000)2

N cr  1,5971.107 N

N cr  15971, 4873KN

0,5
 4162, 4873 
  
 15971, 4873   ;   0,5105 0, 2

Le risque de flambement est donc non négligeable.

Calcul de  à partir de l’expression analytique des courbes de flambement 

28
1

L’expression analytique de  est :   2   2

  0,5 1   (  0, 2)   2 

Le profilé étant creux rempli de béton et  s  0  3% on choisit la courbe de

flambement a alors   0, 21
  0,5 1  0, 21(0,5105  0, 2)  0,51052 

  0, 6629

1

0, 6629  0, 6629 2  0,51052

  0,9210

0,9210  0,9553

Calcul de la résistance plastique à la compression axiale 

Npl , Rd  f yd . Aa  f cd . Ac

f yk f ck
f yd  f cd 
 a  ;  c ;  c  1,5 ;  a  1,1 combinaison fondamentale

f yk f ck
Npl , Rd  . Aa  . Ac
a c

275 20
Npl , Rd   9861   72535.6123 1
1,1 1,5

Npl , Rd  3432,3915 KN

  Npl , Rd  0,9210  3432,3915

  Npl , Rd  3161, 2326

N Ed  198    Npl , Rd  3161, 2326  ; alors Le poteau est stable.

Page 75-78 (à partir de l’introduction des charges Eurocodes 4)


29
Effet de confinement

 Introduction des charges


 Résistance au cisaillement entre le béton et l’acier.

2. Calcul de la charge maximale que peut supporter cette colonne

N max  3161, 2326 KN

3. Pour cette charge maximale, on maintient la hauteur et les liaisons aux


extrémités de la colonne. Dimensionnons cette colonne lorsqu'elle est
entièrement en :
3. l. Béton Armé.
d  0,5m

 (d  0, 02) 2  (0,5  0, 02) 2


Br  Br 
 ; Br  180955, 7368mm
2
4  ; 4

Br . f bu
k  Nu 
Br . fbu B .f 0,9
k  Nu   0,85 A. f ed  0,85 A. f ed  k  N u  r bu  A 
0,9 0,9 0,85 f ed

k  1  ; Charge appliquée après 28jours

4l f 4  1 6
   48
d 0,5  ;   50

f e 500
f ed  
 s 1,15  ; f ed  434,7826 MPa  ; N u  3161, 2326 KN

0,85  f c 28 0,85  20
fbu  f bu 
 . b  ; 11,5  ; f bu  11,3333MPa

0,9  1,3762  3161232, 6  180955, 7368 11,333


A
0, 765  434, 7826

A  56, 06cm 2

30
 4u  4  0,5    6, 28cm 2

Amin  max  B 0, 2  1963,50
0, 2   3,93cm2
 100 100

Amin  6, 28cm 2

5 B 5  1963,50
Amax    98,175cm 2
100 100

2
Choix des armatures : on utilisera 8HA32 totalisant 64,34cm

Le schéma de ferraillage se présente comme suit :

La résistance du poteau compte tenu de la section des armatures est :

Br . f bu
 0,85 A. f ed
0,9
Nu 
k

180955, 7368 11,3333


 0,85  64,34.10 2  434, 7826
0,9
Nu 
11,3762

N u  3383,5763KN

3.2. Acier.
Supposons que le risque de flambement est négligé et que la section est de classe
1,2 ou 3.

31
Af y
N Rd  N pl 
 Mo

Af y
N sd  N Rd  N sd 
La condition de résistance est :  Mo

L’épaisseur t du profilé choisit est inférieure à 16mm alors f y  275MPa

N sd . Mo 3161232, 6 1, 0
A  A
fy 275  A  114,95cm 2

2
On choisit le profilé creux CHS323.9x12.5 de section 122.29 cm

Vérification du flambement du profilé

Calcul de 

Klo 1 6000
  
i 110, 2    54, 4465

E 210000
1   
fy 275  1  86,8147

 54, 4465
      0, 627
1 86,8147

  0, 627  0, 2  ; le risque de flambement est non négligeable.

Vérification de la classe du profilé

d 323,9
  25,912
t 12,5

50 2  50  0, 66  33

d
 50 2
t  ; le profilé est donc de classe 1

Calcul de 

32
Le profilé est de section creuse laminé à chaud et de nuance S275 alors la
courbe de flambement est a quelque soit l’axe de flambement :  =0,21.

  0,5 1   ( 2  0, 2)   2 
 

  0,5 1  0, 21(0, 627  0, 2)  0, 627 2 

  0, 7414

1

  2  2

1

0, 7414  0, 7414 2  0, 627 2

  0,8795

Calcul de la résistance de la section du profilé en fonction des paramètres


suivant :

Risque de flambement non négligeable   0,627  0, 2 et section de classe 1 (pas


de risque de voilement)

Af y
N Rd  N pl  
 M1

12229  275
N Rd  N pl  0,8795 
1,1

N Rd  N pl  2688,8514 KN

N Rd  N pl  2688,8514  N max  3161, 2326

Le poteau n’est pas stable.

On choisit d’augmenter la nuance de l’acier utilisé à S355.

Vérification du flambement du profilé

Calcul de 
33
Klo 1 6000
  
i 110, 2    54, 4465

E 210000
1   
fy 355  1  76, 4091

 54, 4465
      0, 7126
1 76, 4091

  0, 7126  0, 2  ; le risque de flambement est non négligeable.

Calcul de 

Le profilé est de section creuse laminé à chaud et de nuance S355 alors la


courbe de flambement est a quel que soit l’axe de flambement :  =0,21.

  0,5 1   ( 2  0, 2)   2 
 

  0, 5 1  0, 21(0, 7126  0, 2)  0, 7126 2 

  0,8077

1

  2  2

1

0,8077  0,8077 2  0, 7126 2

  0,8418

Calcul de la résistance de la section du profilé en fonction des paramètres


suivant :

Risque de flambement non négligeable   0,7126  0, 2 et section de classe 1


(pas de risque de voilement)

Af y
N Rd  N pl  
 M1

34
12229  355
N Rd  N pl  0,8418 
1,1

N Rd  N pl  3322, 2747 KN

N Rd  N pl  3322, 2747  N max  3161, 2326

Le poteau est donc stable. On maintient le profilé creux CHS323.9x12.5 de


2
section 122.29 cm avec la nuance S355.

4. On maintient les caractéristiques géométriques de la colonne, hauteur et


dimensions de la section transversale, puis les liaisons aux extrémités.
Déterminons la charge maximale qu'elle peut supporter lorsqu'elle est
entièrement en :
4. l. Béton Armé
Condition de résistance

Br . f bu
k  Nu 
0,9

Calcul de l’élancement 

klo 4klo 4  1 6000


       74,10
i D 323,9

L’élancement dépasse 70, ce qui est anormal selon les règles BAEL.

4klo 4klo D 1 4klo 4 1 6000


  70   D 
D et   70 alors D 4 klo 70 70 70

D  342,85 mm

Prenons D=35cm

4klo 4 1 6000


    68,5714
D 350

35
On peut remarquer que 68, 5714   50, 70

2 68,57142
  0,85   0,85   2, 6645
1500 1500


Br  (0,35  0, 02) 2  85529,86mm 2
4

0,85  f c 28 0,85  20
fbu    11,3333MPa
 . b 1 1,5

Br . fbu 85529,86  11,3333


Nu  Nu 
0,9k   ; 0,9  1 2, 6645

N u  404, 218KN

Force admissible Numax  404, 218KN

4.2. Acier
Classe du profilé

d 323,9
  32,39
t 10

50 2  50  0, 66  33

d
 50 2
t  ; le profilé est donc de classe 1

Vérification du flambement



1

E 210000
1    1    1  86,81
fy 275

Klo 1 6000
      54, 054
i 111, 0

36
86,81
  0, 623
54, 054  ;   0, 623  0, 2

Le risque de flambement est non négligeable.

Calcul de 

Le profilé est de section creuse laminé à chaud et de nuance S275 alors la


courbe de flambement est a quelque soit l’axe de flambement :  =0,21.

  0,5 1   ( 2  0, 2)   2 
 

  0,5 1  0, 21(0, 627  0, 2)  0, 627 2 

  0, 7414

1

  2  2

1

0, 7414  0, 7414 2  0, 627 2

  0,8795

Calcul de la résistance de la section du profilé en fonction des paramètres


suivant :

Risque de flambement non négligeable   0,627  0, 2 et section de classe 1 (pas


de risque de voilement)

Af y
N Rd  N pl  
 M1

12229  275
N Rd  N pl  0,8795 
1,1

N Rd  N pl  2688,8514 KN

37
Cas 2 : Compression excentrée

G=80KN et Q=60KN ; Excentricité e= 10cm

l. Etude de la stabilité de cette colonne.


 Les actions

N G  80 KN  ; M G  N G  e  M G  80  0,1  8 KN .m

N Q  60 KN
 ; M Q  N Q  e  M Q  60  0,1  6 KN .m

 Schémas statiques et section transversale

 Effort de sollicitation

N Ed   G N G   Q NQ

N Ed  1,35  80  1,5  60

N Ed  198 KN

 Moment fléchissant d’extrémité

38
M Ed   G M G   Q M Q

M Ed  1,35  8  1,5  6

M Ed  19,8KN .m

 Moment fléchissant à mi-portée

M Ed  0,5  ( G M G   Q M Q )

M Ed  0,5  19,8

M Ed  9,9 KN .m

 Effort tranchant

1
VEd  ( M Ed )
L

1
VEd  (19,8)
6

VEd  3,3KN

 Propriété des matériaux


 Béton

Classe du Béton : C20/25 ;

Résistance caractéristique : f ck  20MPa  ;

f ck 20
f cd    f cd  13,3333MPa
 c 1,5

Module sécant d’élasticité : Ecm  29000MPa  ;

Moment d’inertie de la section du béton : I c  4186690106, 7347mm  


4

Module de résistance : Wpl , c  Ac /2 ( z1  z 2 )  Wpl , a

39
4R  D2  D2 4R
z1  z 2  Ac / 2  Wpl , c  (2  )  Wpl , a
3 et 8 alors 8 3

D  D2 8 D
R  Wpl , c     Wpl , a
2 8 3 2

D3 323,93
Wpl , c   Wpl , a  Wpl , c   985, 67.103
6 6  Wpl , c  4677786,8198mm3

 Acier

Résistance caractéristique : f yk  275MPa

f yk 275
f yd    f yd  250MPa
a 1,1

Module élastique : Ea  210000MPa

Moment d’inertie de la section du profilé : I a  12158,34.10 mm


4 4

Module de résistance : Wpl , a  985, 67.10 mm


3 3

 Coefficient de contribution de l’acier

Aa f yd

N pl , Rd

  0, 72   0, 2;0,9
(Condition satisfaite)

 Vérification du voilement local

Nous avons un profilé creux circulaire en acier rempli de béton ainsi on a :

D 323,9 235 235


  32,39   f 
t 10  ; yk
 ; 275  ;   0,92

D
32,39  76,176   90 2
90 2  90  0,922  76,176  ; t

 Résistance à la force de compression axiale

40
Npl , Rd  3432,3915 KN

Npl , Rk  4162, 4873KN

N Ed 198
 1,0   0, 06  1, 0
 .N pl , Rd 0,9210  3432,3915 (Condition satisfaite)

 Résistance du poteau à la compression et au moment fléchissant

M Ed M Ed
  M
M pl , N , Rd d .M pl , Rd

D’après la courbe d’interaction M-N on a :

 Point A

N pl , Rd  3432,3915 KN

 Point D

M max, Rd   f cdW plD, y  f sd As hs  f ydW pl , y

W plD, y  Wpl , c
 ; Wpl , y  Wpl ,a  ; As  0

1
N pm, Rd
Le moment engendré au point D est créé par l’effort 2 or N pm, Rd   Ac f cd

1 1
N pm, Rd   Ac f cd
alors 2 2 avec   1, 0 car le profilé est creux circulaire rempli de
béton.

20
 N pm, Rd  1, 0  72535, 6123 
N pm, Rd   Ac f cd 1,5  N pm , Rd  967,1415 KN

M max, Rd   f cdWpl , c  f ydW pl , a

20 275
M max, Rd  0,5   4677786,8198   985, 67.103
1,5 1,1

M max, Rd  277,6027 KN .m

41
 Point C

Module plastique dans la section de 2 hn

N pm, Rd  As , n .(2 f sd  f cd )
hn 
2.d . f cd  4.t.(2 f yd  f cd )
 ; As ,n  0

N pm , Rd
hn 
2.d . f cd  4.t.(2 f yd  f cd )

20
1, 0  72535, 6123 
1,5
 Ac f cd 
hn  20 275 20
2  323,9   4  10  (2   )
2.d . f cd  4.t.(2 f yd  f cd ) 1,5 1,1 1,5

hn  34, 4129mm

Module plastique effectif de la section de béton : Wpl ,c ,n  (d  2t )hn  Wpl ,s ,n


2

W pl , s ,n  0
 ; Wpl ,c ,n  (323,9  2 10)  34, 4129
2

Wpl ,c  359892,8719mm3

Module de la section d’acier : Wpl ,a ,n  d .hn  Wpl ,c ,n


2

W pl ,a , n  10  34, 41292  359892,8719

W pl ,a , n  23684,9537 mm3

M pl , Rd  M max, Rd  M n , Rd

W pl ,c ,n . f cd
M n, Rd  W pl ,a ,n . f yd  W pl , s ,n . f sd 
2

W pl ,c ,n . f cd
W pl , s ,n  0  M n, Rd  Wpl ,a , n . f yd  2

42
20
359892,8719 
275 1,5
M n, Rd  23684,9537  
1,1 2

M n, Rd  8320524, 2377 N .mm

M pl , Rd  277602, 7455  8320,5242

M pl , Rd  269282, 2213KN .mm

M pl , Rd N pl , Rd  N pm, Rd

d .M pl , N , Rd N pl , Rd  N Ed

N pl , Rd  N Ed
M pl , N , Rd  .M pl , Rd
N pl , Rd  N pm, Rd

M pl , N , Rd N pl , Rd  N Ed
d  
M pl , Rd N pl , Rd  N pm ,Rd

Npl,Rd=3432,3915KN

NEd=198KN

N pm , Rd=967,1415 KN

1 M max , Rd =277,6027 KN .m
N =483,5708 KN
2 pm , Rd

M pl , N , Rd =317,9684 KN . m M pl , Rd=269,282 KN . m

3432,3915  198
d 
3432,3915  967,1415  d  1,3120

Condition de résistance du poteau à la compression et au moment fléchissant :

43
M Ed M Ed
  1, 0
M pl , N , Rd d . M .M pl , Rd

Ici  M  0,9 car S 275   S 235; S 355

M Ed est la valeur la plus défavorable entre les moments d’extrémités et le

moment fléchissant maximal le long du poteau calculé conformément à 6.7.3.4


en incluant les imperfections et les effets du second-ordre si nécessaire.

Selon la clause 6.7.3.4 (3), EN 1994-1-1, qui fait référence à la clause 5.2.1(3),
EN 1994-1-1 ; les effets du second-ordre peuvent être alors négligés si le facteur

de charge  cr qui est le rapport entre la charge critique élastique et la charge


appliquée correspondante dépasse 10.

Pour calculer   cr , les extrémités de la colonne sont supposés être rotulées et se


trouvent en utilisant la formule d’Euler pour la force critique élastique :

N cr ,eff
 cr 
N Ed

 2  ( EI )eff , II
N cr ,eff 
Le 2  ; Le  L

La valeur de calcul de la rigidité effective en flexion ( EI )eff , II , utilisée pour


déterminer les forces et moments internes par analyse du second ordre, selon la
clause 6.7.3.4 (2), EN 1994-1-1, est défini par l'expression suivante:
( EI ) eff , II  K o ( Ea I a  Es I s  K e ,II .Ecm .I c )

Où K e ,II , est un facteur de correction qui doit être pris égale à 0,5.
K o , est un facteur d'étalonnage qui doit être pris égale à 0,9.

44
Es I s  0 car nous n’avons pas d’armatures.

La valeur Ec ,eff a été utilisée à la place de Ecm pour l'expression ( EI )eff , II afin de
prendre en compte les effets à long terme, de la même manière que calculé à la

section 7. En conséquence, la valeur de ( EI )eff ,II est :


( EI )eff , II  K o ( Ea I a  K e , II .Ec ,eff .I c )

Pas d’armature donc Es I s  0

( EI ) eff , II  0,9( Ea I a  0,5 Ec ,eff I C )

( EI ) eff , II  0,9(210000 12158,34 10 4  0,5 13027, 0251  4186690106, 7347)

( EI ) eff , II  47,5223 1012 N .mm 2

N ed  198KN

 2  47,5223.1012  2  47,5223.1012
N cr ,eff  N cr ,eff 
 60002    60002 
N cr ,eff  13028508,3675 N

N cr ,eff 13028508,3675
 cr   cr 
N Ed 198000

 cr  65,80 10 Les effets du second ordre sont à négliger

Vérifications de la résistance du poteau à la compression et au moments


fléchissant

M Ed
 1, 0
d . M .M pl , Rd M pl , N , Rd   d . M .M pl , Rd
avec

M Ed 19,8
  0, 06 1
d . M .M pl , Rd 0,9 1,3120  269, 2822
Bon

La condition est satisfaite

45
De ce qui précède la stabilité du poteau (colonne) est assuré

2°) Déterminons la charge maximale pouvant être supporter par la colonne

Effort au points C ou B :

M pl , N , Rd   d . M .M pl , Rd

M pl , N , Rd  0,9  1,3120  269, 2822

M pl , N , Rd  317,9684 KN .m

M pl , N , Rd
N pl , Rd 
e

M pl , N , Rd 317,9684
N pl , Rd    3179, 684 KN
e 0,1 Car

M max
N pl , Rd 
e et M max  M pl , N , Rd  3179, 684 KN

La charge maximale que peut supporter la colonne est de 3179,684KN

3. Pour cette charge maximale, on maintient la hauteur et les liaisons aux


extrémités de la colonne. Dimensionnons cette colonne lorsqu'elle est
entièrement en :
3. l. Béton Armé.
M   317,9684 KN .m
N   3179, 684 KN
c  0, 05m
e  10cm
b  h  450mm
d  400
d '  50mm

Moment des efforts extérieurs par rapport au centre des armatures tendues

46
M AS  M   N   0,5h  c 
M AS  317,9684  3179,684  0,5  0, 450  0,05 
M AS  874, 4131KN .m

Vérifions si la section est partiellement comprimée

  0,81 d '   2
N   d  d '   M AS   0,337      bh f bc
  h 

N   d  d '  M AS  3179,684  0, 4  0, 05   874, 4131  238, 4763 KN .m

  0,81 d '   2   0,81 50  


 0,337      bh f bc   0,337      450  450  11,33
2

  h    450  

  0,81 d '   2
 0,337      bh fbc  2,5501.10 N .mm  255,.01KN .m
8

  h 

Comme 238, 4763  255, 01 la section est partiellement comprimée et on calcule


le coefficient 

M AS 238, 4763.106
 
f bc .bd 2 11,33  450  4002

  0, 292

  0, 292  l  0,392  ; on n’as pas besoin d’armature comprimés alors AS '  0

Pour   l  ;  s  348Mpa

  0, 292    0,823 Valeur obtenu de la table (TabA.3) voir annexe

M AS 238, 4763.106
A1S  
 .d . s 0,823  400  348
A1S  2081, 6425mm 2

N
As  A1S 
s
3179, 684.103
As  2081, 6425   7055,3805
348
As  0
47
Donc le béton seul peut reprendre les efforts ,on a As  AS '  0

Comme il est néanmoins indispensable de prévoir la section des armatures


minimal, on prendra

max  1, 2

As  AS '  4cm2 (2h  2b)

As  AS '  4cm2 (2h  2b)  4(2  0, 45  2  0, 45)  7, 2cm 2 (1)

As  AS '  0, 2 0 0 B  0,002(4502 )  4,05cm 2 (2)

D’où As  AS '  7, 2cm on prend 4HA16 pour 8, 04cm


2 2

16
t   5,3333
Déterminons les armatures transversales : 3

S  min  15l ; b  10cm; 40cm


Prenons t  6mm  ; t avec St la distance entre les
cadres.

48
Schéma de ferraillage

3.2. Acier.
Choisissons l’IPE 400 dans structural shapes

Etudions le flambement

49


1
Lf

i
Lf  Klo
k 1
lf  6000mm 2
E
1  
fy
210000
1  
275
1  86,81

Plan de flambement (OXY)

iz  3,95cm
600
z 
3,95

z  151,8987
151,8987
z   1, 7498  0, 2
86,81

Le risque de flambement est non négligeable

1
z 
  2  2
  0, 5 1   ( 2  0, 2)   2 
 
tf  13,5mm  40mm

HYPOTHESE Section en I laminé

h 400
  2, 22 1, 2
b 180

Axe de flambement z  z et S275

Courbe de flambement b alors on a

50
  0,34
  0,5 1  0,34(1, 7498  0, 2)  1, 74982 
  2, 2944

1
 zz 
2, 2944  2, 2944 2  1, 74982
 zz  0, 2647

Plan de flambement (OXZ)

iY  16,55cm
600
Y 
16,55
 y  36, 2538
36, 2538
y   0, 4176  0, 2
86,81

Le risque de flambement est non négligeable

1
 yy 
  2  2
  0,5 1   ( y 2  0, 2)  y 2 
 
tf  13,5mm  40mm
h 400
  2, 22 1, 2
b 180
  0, 21
  0,5 1  0, 21(0, 4176  0, 2)  0, 4176 2 
  0, 61

1
 yy 
0, 61  0, 612  0, 4176 2
 yy  0, 9482

min(  yy ;  ZZ )  min(0, 2647;0,9482)


  0, 2647

Etudions le déversement

51
Tracé du diagramme des efforts tranchants et du diagramme des moments fléchissant de la barre
fléchie

Tmax  529,9473kN
M max  3179, 684kN

Classification de la section

235 235
   0,92
fy 275

 Ame fléchie et comprimée


Calcul de coefficient alpha
Domaine plastique
Distribution des contraintes

Au niveau de l’âme nous avons une flexion simple +une compression simple

x  c   c   (1   )  y  c  2 x
y  c  2c(1   )  c(2  1)

y  c (2  1)

Soit P la force de compression

52
P  y  tw  f y
P  c(2  1)t w . f y

P
 2  1
c.tw . f y

1 P 
   1
2  c.t w . f y 

1 N 
   ED  1
2  c.t w . f y 

1  3179, 684 
   1
2  331 8, 6  275 
  0,502

c d 331
   38, 4884
t t 8, 6

t  tw  8, 6
396 396  0,92
  65,9283
13  1 13  0,502  1

38, 4884  65,9283


c 396

t 13  1 Alors on retient que l’âme est de classe 1 (a)

 Semelle supérieure comprimé


9  9  0,92  8, 28
b tw
 r
c 2 2

t tf

c 90  4,3  21
  4, 7926
t 13,5

c
 9
t Alors la semelle est de classe 1 (b)

De (a) et (b) l’IPE 400 est de classe 1

 Calcul du moment critique de déversement

53
Etant en flexion ZZ on a
 
c1. 2 .E.I Z   k z  I w  k z .l  .G.I t
2 2

 2 G 3 j   2 G 3 j  
2
M y.cr    .   c z  c z  c z  c z
 k z .l    kw  I Z  2 .E.I Z
2


k z  1 Car les sections aux extrémités de la barre sont libres en rotation

Puisque nous avons un moment d’extrémité alors considérons le tableau 3.13


kz  1
  0
C1  1,879
C2  0
Avec C3  0,939

L  6m  6000mm  ; E  210000 MPa  ; I z  1318cm  13180000mm  ;


4 4

I t  51.08cm 4  510800mm 4  ; I w  490.103 cm6  ; G  81000 MPa  ;

Le gauchissement étant entièrement libre aux extrémités de la poutre : kw  1, 0  ;

Zj  0
 ; car la section est doublement symétrique.

Z s  0  ; car la section est doublement symétrique ;

Les charges étant appuyées sur la semelle supérieure de haut vers le bas on a :
Z g  Za  Zs
 ; Z a  e  100mm  ; Z g  100mm  ;

My.cr  332,9361KN .m  ; M y max  317,9684 KN .m  ; 317,9684  332,9361

Vérification de la stabilité de la barre fléchie

Nous avons une flexion composée avec un risque de flambement.

Etudions le déversement

Calcul de  LT

54
 w .Wpl , y . f y
 LT 
M y .cr

 w  1  ; car le profilé de classe 1.

W pl , y  1307cm3  1307000mm3
 ; f y  275 N / mm
2

1, 0 1307000  275
 LT 
332936100

 LT  1,039 0, 4

LT  0,5 1   LT ( LT  0, 2)   LT 


2

 

h 400
  2, 2  2   0,34
b 180  ; LT

Section en I laminé, la courbe de flambement est b alors  LT  0,34 .

LT  0,5  1  0,34  (1, 039  0, 2)  1, 039 2 

LT  1,1824

1
 LT 
1,1824  1,18242  1, 0392

 LT  0,5725  ;  LT 0, 4 alors il y a déversement.

Flexion composée avec risque de flambement et déversement

 LT  1,039 0, 4  ;  z  1, 7498  0, 2  ; A  8446mm 2  ;

N sd  M 1 3179, 684.103  1,1 N 


   sd  M 1  5, 6890
 min A. f y 0, 2647  8446  275  min A. f y

N sd  M 1
  0,1
5, 6890  0,1  min A. f y
(Condition vérifiée)

55
Le profilé étant de classe 1, les sollicitations de calcul doivent vérifier la relation
suivante :

N sd  M 1 K LT .M y.sd . M 1 K z .M z .sd . M 1
   1
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y W pl , y . f y

M z .sd  0

N sd  M 1 K LT .M y.sd . M 1
  1
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y

Calcul de  LT

 LT  0,15( z  M , LT  1)

 M , LT  1,8  0, 7
avec   0   M , LT  1,8

 LT  0,15(1, 7498 1,8  1)

 LT  0,3224  0,9

Calcul de K LT

 LT .N sd
K LT  1 
 z . A. f y

0,3224  3179684
K LT  1 
0, 2647  8446  275

K LT  0, 6674  1

N sd  M 1 K LT .M y .sd . M 1 3179684 1,1 0, 6674  317968400 1,1


     4.5545
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y 0, 2647  8446  275 0,5725 1307000  275

N sd  M 1 K LT .M y .sd . M 1
   4.5545 1
 z A. f y  LT .W pl , y . f y

Nous prenons le profilé HE 600x399 de nuance S355

56
 Etudions le flambement
 Plan de flambement (OXY)
iz  7, 46cm
tW  30mm
t f  54mm
f y  335Mpa
Ainsi
z
z 
1
Lf

i
Lf  Klo
k 1
lf  6000mm 2
E
1  
fy
210000
1  
335
1  78, 6570
iz  7, 46cm
600
z 
7, 46

z  80, 429
80, 429
z   1, 0225 0, 2
78, 6570
Le risque de flambement est non négligeable
Calculons de  suivant cet axe
z  1,1626
 zz  0,5828

 Plan de flambement (OXZ)


iz  7, 46cm
tW  30mm
t f  54mm
f y  335Mpa

57
y
y 
1
Lf

i
Lf  Klo
k 1
lf  6000mm 2
E
1  
fy
210000
1  
335
1  78, 6570
i y  26, 03cm
600
y 
26, 03

 y  23, 050
23, 050
y   0, 2930  0, 2
78, 6570

Le risque de flambement est non négligeable


Calculons de  suivant cet axe
 y  0,5588
 yy  0,9666

Courbes de flambement
h 648
  2, 0571
b 315
h
2
b et section en I Laminé
La courbe est b et   0,34
min(  z ;  y )  0,5828

58
 Etudions le déversement
IW  24810000mm6
I t  39660000mm 4
I z  282800000mm 4
M y.cr  6900,5324kN .m
M y max  317,9684kN .m
M y.cr  M y max

Calcul de LT
 . pl , y . f y
LT 
M cr

 Classification de la section

Classification de la section

235 235
   0,92
fy 275

 Âme fléchie et comprimée


Calcul de coefficient alpha
Domaine plastique
Distribution des contraintes

Au niveau de l’âme nous avons une flexion simple +une compression simple

x  c   c   (1   )  y  c  2 x
y  c  2c(1   )  c(2  1)

y  c (2  1)

Soit P la force de compression

P  y  tw  f y
P  c(2  1)t w . f y

P
 2  1
c.tw . f y

59
1 P 
   1
2  c.t w . f y 

1 N 
   ED  1
2  c.t w . f y 

1  3179, 684 
   1
2  486  30  335 
  0,5003

  0,5

c d 486
   16, 2
t tw 30

235
396 
396 335  60, 2610

13  1 13  0,5003  1

c 396

t 13  1 condition vérifiée

L’âme est alors de classe 1.

Semelle supérieure comprimée

235
9  9   7,5380
335

b tw 315 30
 r   27
c 2 2
  2 2
t tf 54

c c
 2,1389  9
t  ; t  ; alors la semelle est de classe 1.

L’âme et la semelle sont de classe 1 alors le profilé HE 600x399 est de classe 1.

Etudions le déversement

Calcul de  LT

60
 w .Wpl , y . f y
 LT 
M y .cr

 w  1  ; car le profilé de classe 1.

W pl , y  12460cm3  12460000mm 3
 ; f y  335 N / mm
2

1, 0 12460000  335
 LT 
6900532400

 LT  0,7893 0, 4  ; Il faudra tenir compte du déversement.

LT  0,5 1   LT ( LT  0, 2)   LT 


2

 

h 648
  2, 0571  2   0,34
b 315  ; LT

Section en I laminé, la courbe de flambement est b alors  LT  0,34 .

LT  0,5  1  0,34  (0, 7893  0, 2)  0, 78932 

LT  0,9117

1
 LT 
0,9117  0,9117 2  0, 78932

 LT  0, 7380  ;  LT 0, 4 alors il y a déversement.

Flexion composée avec risque de flambement et déversement

 LT  0,7893 0, 4  ;  z  0,5828  0, 2  ; A  50800mm 2  ;

N sd  M 1 3179, 684.103  1,1 N 


   sd  M 1  0,3073
 min A. f y 0,5827  50800  335  min A. f y

N sd  M 1
  0,1
0,3073 0,1  min A. f y
(condition vérifiée)

61
Le profilé étant de classe 1, les sollicitations de calcul doivent vérifier la relation
suivante :

N sd  M 1 K LT .M y.sd . M 1 K z .M z .sd . M 1
   1
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y W pl , y . f y

M z .sd  0

N sd  M 1 K LT .M y.sd . M 1
  1
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y

Calcul de  LT

 LT  0,15( z  M , LT  1)

 M , LT  1,8  0, 7
avec   0   M , LT  1,8

 LT  0,15(0,5828 1,8  1)

 LT  0,1261  0,9

Calcul de K LT

 LT .N sd
K LT  1 
 z . A. f y

0,1261 3179684
K LT  1 
0,5827  50800  335

K LT  0, 6674  1

N sd  M 1 K LT .M y .sd . M 1 3179684 1,1 0,9596  317968400 1,1


    0, 4613
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y 0,5827  50800  335 0, 7380  12460000  335
=

N sd  M 1 K LT .M y .sd . M 1
   0, 4613 1
 z A. f y  LT .Wpl , y . f y

62
4. On maintient les caractéristiques géométriques de la colonne, hauteur et
dimensions de la section transversale, puis les liaisons aux extrémités.
Déterminons la charge maximale qu'elle peut supporter lorsqu'elle est
entièrement en :
4. l. Béton Armé
Déterminons la charge maximale que peut supporter ce poteau lorsqu’elle est en
béton armé.
Pour des raisons de calcul, changeons la section circulaire en une section carrée
équivalente de côté a.
 D² D 323.9
 a²  a      287, 05mm
On a : 4 2 2

Pour des raisons de sécurité, prenons a = 285 mm


Etant donné que la section ne contient pas d’armatures et que le béton tendu est
négligé ; il faut s’assurer que la section soit entièrement comprimée. Pour cela,
d’après les règles de calcul du BAEL, la condition suivante doit être vérifiée :
(0,337 h  0,81d ') f bc bh  N u (d  d ') M As

(0,337 h  0,81d ') fbc bh


Nu 
Il vient que : M As (d  d ')

Où M As  M u  Nu (0,5h  c)
M As  19,8*106  198000(0,5* 285  50)  38115000 N .mm

(0,337 * 285  0,81*50)*11,33* 285²


Nu   0, 007 N
On a donc : 38115000(235  50)

La condition de résistance en absence d’armatures s’écrit :


N u (d  d ')  M As  (0,5h  d ') f bcbh

(0,5h  d ') f bcbh  M As


Nu 
Il vient que : ( d  d ')

(0,5* 285  50)*11,33* 285²  38115000


Nu   666,17 kN
On a donc : (235  50)

63
Par conséquent la charge maximale que peut supporter lorsqu’elle est en béton
armé est :

N max  666kN
4.2. Acier
Classification des sections

Classe du profilé

d 323,9
  32,39
t 10

50 2  50  0, 66  33

d
 50 2
t  ; le profilé est donc de classe 1

Calculer le moment critique au déversement M cr


 
 2 EI z   k z  I w  k z l  GI t
2

M y ,cr  C1    2  (C2 Z y  C3 Z j )  (C2 Z g  C3 Z j ) 


2

 z    w z
  
2
k l k I EI z

kz =kw=1

C3
C1 = 1.879 ; C2 =0 ; =0.939
Les valeurs coefficients sont prises en tenant compte du diagramme de moment
de flexion et de la valeur de kz ; kw (   0 )
Zj et Zg est égale à 0 section doublement symétrique
W pl , y
=985670 mm3
I z = 121583400 mm4

Iw = 0 section creuse
I t = 243166800 mm4

E =210000 MPa

64
l = 6000 mm

M y ,cr
= 22063,11563 kN.m
 w wpl , y f y
LT  ≤
M cr
; LT  0,012285629 0,4 ( profilé creux de classe 1)
y λ
= z = λ
1

Vérification du flambement



1

E 210000
1    1    1  86,81
fy 275

Klo 1  6000
      50, 4054
i 111, 0

86,81
  0, 623
50, 4054  ;   0, 627726927  0, 2

K l0
λ= avec i=110,2 mm ;K ¿1
i

y λ
= z = λ =¿  0, 2
1

1

  2   2

  0,5 1   (  0, 2)   2 
avec α =0.21 (profilé creux laminé )
  0,5 1  0, 21(0, 627726927  0, 2)  0, 627726927 2 

  0,741931874

  0,879172007

Cas d’un risque de flambement sans déversement ( LT  0,4 et  y  0, 2)


La condition à vérifier est la suite :

65
N sd k y M y , Sd k z M z , Sd
  1
 min A f y  M 1 Wpl , y f y  M 1 W pl , z f y  M 1
(a)

Sachant que M z ,Sd = 0


N sd k y N sd * e
 1
 min A f y  M 1 W pl , y f y  M 1
L’expression revient à ; (b)
 y N sd
ky  1 
 y Af y
Avec

En posant M y ,Sd = N sd *e ou e est l’excentricité on obtient :


N sd k y N sd * e
 1
 min A f y  M 1 Wpl , y f y  M 1
(c)
Et par suite
N sd N sd * e  y N sd 2 e
  1
 min A f y  M 1 W pl , y f y  M 1  y AW pl , y f y 2  M 1
(d)
W pl , y  Wéls , y
 y   y (2 M , y  4) 
Wéls , y
Avec (e)
En prenant comme hypothèse l’axe neutre plastique est confondue avec l’axe
neutre on aura Wéls , y  Wpl , y par conséquent
 y   y (2  M , y  4)
(f)

La valeur de  M , y est obtenue grâce au tableau 3.18 donnant les facteurs de


moment uniforme
 M , y  1,8  0.7

 0

 M , y  1,8
ainsi
 y   y (2 *1,8  4)

y 
0,627726927(2*1,8-4)
y 
-0,251090771

66
 min   y

Alors (d) devient


N sd N sd * e  y N sd 2 e
  1
 y A f y  m1 Wpl , y f y  m1  y AW pl , y f y 2  m1
(h)
En posant
1
a
 y A f y  m1
; a  4,61387E-07
e
b
W pl , y f y  m1 b 
; 4,05815E-07
y e
c
 y AW pl , y f y 2  m1
; c  4,27397E-14

(h) devient N sd * a  N sd * b  N sd 2 * c  1

Que nous pouvons réécrire sous la forme N sd (a  b)  N sd 2 * c  1 (h)


Où (h) est une inéquation de degré 2 où l’inconnue est N sd

La résolution donne :
-21384,44205 kN  N sd  1094,133659 kN
Ainsi l’effort maximal que peut supporter est N sd =1094,133659 kN.

67
ANNEXE

68
69
70