Vous êtes sur la page 1sur 93

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

PR SALMA MOUATASSIM
CONTEXTE GÉNÉRAL : L’ ENTREPRISE

 Une entreprise est une unité économique, juridiquement autonome, organisée pour produire des biens ou des
services pour le marché.

Biens

Clients

Services
LES FONCTIONS D’UNE ENTREPRISE

Direction

Commerciale Marketing

Fonctions
entreprise
Finance et
production
comptabilité

RH R&D
TYPES D’ENTREPRISES

Entreprise

Personne Personne
morale physique
LA FONCTION COMPTABILITÉ

 Satisfaire les besoins en informations

Parties concernées ? Finalité ?


MISSIONS DE LA COMPTABILITÉ

Satisfaire une obligation légale

Etre un outil de gestion

Etre un instrument de communication financière


DÉFINITION DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

 La comptabilité a pour but de produire de l’information financière aussi bien pour


éclairer la gestion et la prise de décision des dirigeants de l’entreprise que pour
satisfaire à des obligations à l’égard des tiers.

 De ce point de vue, elle apparait comme un système générateur d’information


relevant d’un rôle interne et externe.
LA COMPTABILITÉ : SYSTÈME D’ORGANISATION DE L’INFORMATION

 Saisir, enregistrer et classer dans des comptes, les


opérations commerciales et financières effectuées par
l’entreprise.

 Fournir, après traitement, des états de synthèse (bilan et


CPC) qui indiquent le résultat réalisé par l’entreprise, au
cours de son activité, pendant une période déterminée qui
est souvent l’année civile, appelée exercice comptable.
OBJECTIFS DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Aide à la décision

Évaluation des éléments de l’entreprise

Contrôle extérieur des dirigeants


concernant les performances et les risques
RÔLE DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Un moyen de preuve

Un instrument de gestion

Détermination de l’assiette fiscale


UTILISATEURS DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

 Dirigeants d’entreprise,
 Pouvoirs publics,
 Créanciers de l’entreprise,
 Associés ou actionnaires,
 …
L’UTILITÉ DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Pour les chefs d’entreprises :

Elle aide à:

 Connaître ses résultats


 Orienter ses choix et ses décisions
 Faire des projections et des prévisions dans le temps
L’UTILITÉ DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Pour les créanciers de l’entreprise:

 Elle permet de faire le point sur la situation exacte de l’entreprise et sa capacité de


les rembourser

 Pour les banquiers, elle permet de déterminer le niveau de crédit


L’UTILITÉ DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Pour les pouvoirs publics:

Elles peuvent trouver:

 Les éléments de calcul des sommes qui sont dues au trésor de l’état au titre des
impôts et taxes à régler
 Outil de jugement par les tribunaux de commerce et d’instance ou cours d’appel ou
cours des comptes
L’UTILITÉ DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Pour les partenaires de l’entreprise:

 Un accroissement de revenu
 Evolution future des valeurs des titres
LE CADRE LÉGISLATIF DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Selon l’article premier de la Loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants :

 Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant au sens du Code de commerce
est tenue de tenir une comptabilité

 À cette fin, elle doit procéder à l’enregistrement comptable des mouvements affectant les actifs et les
passifs de son entreprise; ces mouvements sont enregistrés chronologiquement, opération par
opération et jour par jour.

 Tout enregistrement comptable précise l’origine, le contenu et l’imputation du mouvement ainsi que
les références de la pièce justificative qui l’appuie
LA NORMALISATION COMPTABLE

 La comptabilité générale est obligatoire en vertu de la loi marocaine.

 La comptabilité est régit par le Code Général de Normalisation Comptable(CGNC)


appliqué et généralisé sur l’ensemble des entreprises marocaines .
LA NORMALISATION COMPTABLE

 LE C.G.N.C est le 1er plan comptable marocain qui a été élaboré par la commission
de normalisation comptable qui a achevé ses travaux en Décembre 1986. Ce plan
était appliqué aux entreprises publiques depuis décembre 1989.

 La loi n°9/89 relatives aux obligations comptables des commerçants ou loi comptable
a rendu son application obligatoire pour l’ensemble des commerçants à partir du
mois de Janvier 1994.

Le CGNC est un cadre légal permettant aux autorités publiques de


contrôler l’activité de l’entreprise et déterminer ainsi l’assiette fiscale
LE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL

 Définit à l’article 1 du CGNC comme le dispositif d’application de la norme générale


comptable aux entités économiques autres que ceux des établissements financiers,
des banques et des assurances.

Le plan comptable
général

Modèle normal Modèle simplifié


LE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL NORMAL

 Pour les entreprises de grande taille ( CA≥10 Millions de DHs)

Présentation Le bilan
de 5 états
de synthèse Le Compte de Produits et de Charges (CPC)
L’Etat de Solde et de Gestion (ESG)
Le Tableau de Financement (TF)
L’Etat des Informations Complémentaires (ETIC)
LE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL SIMPLIFIÉ

 Pour les Petites et Moyennes Entreprises (PME) (CA< 10 millions de DHs)

Présentation de deux états


de synthèse
Le bilan

Le CPC
PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL MAROCAIN
L’ARCHITECTURE COMPTABLE

 Classes (1 chiffre)
 Rubriques (2 chiffres)
 Postes (3 chiffres)
 Comptes principaux (4 chiffres)
 Comptes divisionnaires (5 chiffres)
 Sous-comptes (6 chiffres et plus)
LA CODIFICATION COMPTABLE
• Le 1er
chiffre
Classe indique la
classe

• Le 2ème
chiffre
Rubrique indique la
rubrique

• Le 3ème
chiffre
Poste indique le
poste

• Le 4ème
chiffre
compte indique le
compte

• Le 5ème
Sous- chiffre
indique le
compte sous-
compte
LES COMPTES DU PLAN COMPTABLE MAROCAIN

Classe Comptes
Classe 1 Comptes de financement permanent
Classe 2 Comptes d’actifs immobilisés
Classe 3 Comptes d’actifs circulants (hors trésorerie)
Classe 4 Comptes de passifs circulants (hors trésorerie)
Classe 5 Comptes de trésorerie
Classe 6 Comptes de charges
Classe 7 Comptes de produits
Classe 8 Comptes de résultats
Classe 9 Comptes analytiques
Classe 0 Comptes spéciaux
L’ACTIF & LE PASSIF

Le passif regroupe les


Les actifs sont des biens dont
ressources externes de
l’entreprise est propriétaire.
l’entreprise.
Les matériels, les stocks, les
Ces ressources
créances et les liquidités sont P Proviennent des associés
les principaux actifs d’une A
A (capital), des banques
entreprise. C
S (emprunts) et des fournisseurs
T (dettes).
S
I
I
F
F
L’ACTIF
L’actif immobilisé regroupe
les biens destinés à servir de
façon durable à l’activité
de l’entreprise : bâtiment,
matériel, mobilier, etc ….. Actif
immobilisé

Actif

Actif
L’actif circulant comprend circulant
les biens destinés à changer
de nature au cours de
l’activité de l’entreprise :
stocks, créances clients,
trésorerie, etc …
L’ACTIF IMMOBILSÉ
Ce sont des biens sans
I
substance physique : fonds
Incorporelles
M
M
commercial, logiciels, etc … O
B
I
L

corporelles I
S
Ce sont les biens avec A
T

substance physique : terrains, T


I

bâtiments, matériel, mobilier, Financières O


N
ACTIF
vaisselle, etc …
S

Actif circulant

Actifs monétaires destinés à Trésorerie-Actif


être conservés durablement :
dépôt de garantie, etc …
L’ACTIF CIRCULANT

Actif immobilisé
Stocks de marchandises, de
matières premières, etc …
Stocks
ACTIF
Sommes dues par les clients,
l’Etat, etc … Créances

Trésorerie-Actif

Comptes bancaires positifs et


argent liquide en caisse.
LE PASSIF

Comprend les ressources dont


dispose l’entreprise de manière
permanente.
Financement permanent
P
A
S Regroupe toutes les ressources
Passif circulant
S liés au cycle d’exploitation.
I
F
Trésorerie-passif

Ensemble des soldes créditeurs


remboursables à court terme.
LES PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX

Le principe de saisie des données : la comptabilité en partie double

Les principes d’observation

Les principes d’évaluation

Les principes de responsabilité


LES PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX
Le principe de la comptabilité en partie double

 Toute opération comptable doit être systématiquement décomposée en


un pôle emploi et un pôle ressource, avec à chaque fois l’égalité suivante:

𝒆𝒎𝒑𝒍𝒐𝒊𝒔 𝒅𝒆 𝒍′ 𝒐𝒑é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒄𝒐𝒎𝒑𝒕𝒂𝒃𝒍𝒆 = 𝒓𝒆𝒔𝒔𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆𝒔 𝒅𝒆 𝒍′ 𝒐𝒑é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒄𝒐𝒎𝒑𝒕𝒂𝒃𝒍𝒆


LES PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX
Les principes d’observation
 Déterminer les limites spatiales et temporelles de la représentation comptable,
suivant quatre axes :

Le principe de l’entité Le principe de Le principe de Le principe de


comptable périodicité spécialisation des continuité
• Personnification • Séparation des exercices exercices d’exploitation
comptable de l’entreprise • Critère de rattachement • Maintien de l’activité de
• Patrimoine d’affectation des faits comptables à l’entreprise
comptable chaque période
• Correspondance des
charges et des produits
LES PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX
LES PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX
Les principes d’évaluation

Le principe de quantification monétaire


• Principe du nominalisme

Le principe des coûts historiques


• Coût d’acquisition
• Coût de production
• Valeur vénale
Le principe de prudence et de réalisation
EXEMPLE : COÛT D’ACQUISITION

Achat d’une machine importée 10.000


Commission 5% 500
Transport, assurance transport 2.000
Droits de douane 3.000
Montage 1.500
LES PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX
Les principes de responsabilité

Le principe de justification des faits • Principe de vérifiabilité

Le principe de permanence des


méthodes • Comparabilité temporelle et spatiale

Le principe de non-compensation • Image fidèle

Les principes de bonne information • Information pertinente, sincère, précise et régulière


et d’importance relative • Affectation des évaluations et des décisions de l’entreprise
L’ORGANISATION CHRONOLOGIQUE DU TRAVAIL COMPTABLE

Travaux
quotidiens

Travaux Calendrier Travaux


annuels comptable mensuels

Travaux
trimestriel
LE CHEMIN COMPTABLE

 Le chemin comptable représente le parcours d'écritures par lequel


l'opération relevant des pièces justificatives est enregistrée dans les états
financiers, et inversement.
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le journal La balance

Le grand-
livre
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le journal

 Le journal (ou livre-journal) est un document obligatoire servant à


enregistrer au jour le jour, et suivant un ordre chronologique, toutes les
opérations comptables réalisées par l'entreprise.
 Cette comptabilisation détaillée des opérations journalières se fait par
articles successifs
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le journal
Un article correspond à l'écriture comptable d'une opération et comprend
respectivement :

 Le libellé (la nature de l'opération) ;


 La ou les références des pièces justificatives ;
 La date de l'opération ;
 Les numéros des comptes à débiter et à créditer ;
 Les montants du débit et du crédit à enregistrer.
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le journal
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE
NOTIONS DÉBIT & CRÉDIT

 La partie gauche est réservée aux EMPLOIS appelée DEBIT (D)


 La partie droite est réservée aux RESSOURCES appelée CREDIT (C)
NOTIONS DÉBIT & CRÉDIT

 Débiter un compte : enregistrer une somme à son débit

 Créditer un compte : enregistrer une somme à son crédit

 L’inscription d’un mouvement comptable (une somme) au débit ou au


crédit d’un compte est appelé : IMPUTATION
APPLICATION : JOURNAL

L’entreprise ALI a réalisé pendant le mois de Mars les opérations suivantes:


 02/03: Retrait de la banque de 5 000 DH pour alimenter la caisse, chèque
N° 27
 15/03: Achat d'un lot de marchandises : 20 000 DH, 40 % réglé en
espèces et le reste par chèque bancaire C86, Facture N°05.
 20/03:Vente de marchandises à 26 000 DH, 10 000 réglé en espèce et
le reste à crédit, Facture N°28

Passer les opérations du mois de mars au journal de l’entreprise ALI


APPLICATION : JOURNAL

 Durant le mois de février, la société FIKRET SA a réalisé les opérations


suivantes :
 Achats de marchandises à crédit à son fournisseur : 40.000 euros
 Achats de marchandises au comptant par chèque : 25.000 euros
 Ventes de marchandises réglées en espèces : 30.000 euros
 Ventes de marchandises réglées en chèques : 45.000 euros

A partir des éléments ci-dessus, présenter les articles au journal


LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le grand-livre

 Le grand-livre est un document obligatoire regroupant l’ensemble des


comptes généraux de l’entreprise.
 Il permet de visualiser pour chaque jour, semaine, mois, trimestre,
semestre ou année l’ensemble des mouvements relatifs à chaque compte
et leurs soldes respectifs.
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le grand-livre

Enregistrement
Enregistrement
synthétique de
détaillé
chaque compte
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le grand-livre

À l’intérieur du grand-livre, les comptes sont représentés en T avec:


 Le numéro et l’intitulé du compte.
 La colonne Débit à gauche et celle Crédit à droite.
 Les emplois sont portés en débit, et les ressources en crédit.
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le grand-livre
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le grand-livre
 Les comptes d’actif et de passif fonctionnent selon des mécanismes
inverses.
Actif Passif
Débit Crédit Débit Crédit

(+) (-) (-) (+)


Augmentation des Diminution des Diminution des Augmentation des
valeurs valeurs valeurs valeurs
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

Le grand-livre

 Le solde d’un compte correspond à la différence entre le total des


débits et le total des crédits suivant trois possibilités:
 Total débits > Total crédits : Solde Débiteur (SD) inscrit en Crédit
 Total débits < Total crédits : Solde Créditeur (SC) inscrit en Débit
 Total débits = Total crédits : Solde Nul
APPLICATION: GRAND-LIVRE

L’entreprise ALI a réalisé pendant le mois de Mars les opérations suivantes:


 02/03: Retrait de la banque de 5 000 DH pour alimenter la caisse, chèque
N° 27
 15/03: Achat d'un lot de marchandises : 20 000 DH, 40 % réglé en
espèces et le reste par chèque bancaire C86, Facture N°05.
 20/03:Vente de marchandises à 26 000 DH, 10 000 réglé en espèce et
le reste à crédit, Facture N°28

A partir des éléments ci-dessus, présenter le grand-livre


APPLICATION: GRAND-LIVRE

 Durant le mois de février, la société FIKRET SA a réalisé les opérations


suivantes :
 Achats de marchandises à crédit à son fournisseur : 40.000 euros
 Achats de marchandises au comptant par chèque : 25.000 euros
 Ventes de marchandises réglées en espèces : 30.000 euros
 Ventes de marchandises réglées en chèques : 45.000 euros

A partir des éléments ci-dessus, présenter le grand-livre


LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

La balance

 La balance est établie suivant une période annuelle.


 Elle est un document dans lequel sont récapitulés sur une seule page et
suivant l’ordre du Plan comptable l’ensemble des comptes inscrits au
grand-livre.
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

La balance
LES SYSTÈMES COMPTABLES DE BASE

La balance

Total des débits = Total des crédits

Total des soldes débiteurs = Total des soldes créditeurs


APPLICATION: BALANCE
Créée le 1er septembre N, la société FITNAT SA a réalisé sur le mois les opérations
suivantes, exprimées en total des débits et crédits:
 Terrain: 75 000 euros
 Emprunt long terme: 125 000 euros
 Matériel: 37 000 euros
 Caisse: 45 000 euros
 Construction: 450 000 euros
 Banque: 125 000 euros
 Fournisseurs: 33 000 euros
À partir des éléments ci-dessus, déterminer le capital de la société FITNAT
SA et présenter la balance au 30 septembre N
APPLICATION: BALANCE

 À la fin du mois de mai N, la société Mitwil SA présente les totaux de comptes


suivants:

Fonds de commerce Capital Charges externes Clients

440 000 66 000 174 000 668 000 410 000

Fournisseurs Mobilier Banque Impôts et taxes

700 000 1 050 000 72 000 1 312 000 1 170 000 36 000

Charges de personnel Caisse Ventes marchandises Achats marchandises

118 000 898 000 818 000 1 410 000 506 000
APPLICATION: JOURNAL, GRAND-LIVRE, BALANCE
 Le premier Janvier 2014, Monsieur Kamal a créé la société «Najah» spécialisée dans la fabrication des
ordinateurs. Il a fait un apport en capital de 400 000 Dhs déposé au nom de la société à la BMCE
Bank.
• 03/01 : Acquisition d'un terrain pour une valeur de 100 000 Dhs réglée par chèque bancaire N°29.
• 08/01 : Construction d'un atelier 45 000 Dhs, réglée par chèque bancaire.
• 10/01 : Achats de matières premières pour 150 000 Dhs à crédit, Facture N°05.
• 15/01 : Achats d'un matériel de transport 70 000 Dhs, Facture N°36 , 40 000 Dhs réglé par chèque bancaire et le
reste à crédit.
• 20/01 : Alimentation de la caisse pour 80 000 Dhs, par chèque bancaire N°52.
• 23/01 : Vente de produits finis pour 60 000 Dhs par chèque bancaire N°78
• 28/01 : Règlement des frais de publicité pour le démarrage de l'activité 13 000 Dhs en espèces.
1. Enregistrer au Journal de l'entreprise « Najah » les opérations du mois de Janvier.
2. Etablir le grand-livre et la balance.
Pièces justificatives
Bulletins de paye,
Factures BC Chèques Déclarations

Fonction
d’enregistrement Journal
chronologique

Fonction
d’enregistrement Grand-livre
analytique

Fonction de vérification Balance

Objectifs de sincérité et Etats financiers


d’image fidèle
Bilan Compte de résultat Annexe Tableau de financement
LE SYSTÈME CENTRALISATEUR UTILISÉ PAS LES ENTREPRISES

Système de base Comptabilité auxiliaire

• Insuffisant • Améliorer l’organisation


• Un très grand nombre du travail comptable
d’opérations réalisées • Multiplication des
• Un très grand nombre journaux
d’écritures enregistrées • Journaux spécialisés en
• Informatisation fonction des grandes
généralisée des opérations de l’entreprise
procédures
d’enregistrement
comptable
LE SYSTÈME CENTRALISATEUR UTILISÉ PAS LES ENTREPRISES

 Cinq journaux auxiliaires sont généralement distingués :

1. Le journal des ventes, qui enregistre mensuellement l'ensemble des ventes


réalisées par l'entreprise ainsi que leurs contreparties en créances clients ;
2. Le journal des achats, qui enregistre mensuellement l'ensemble des achats réalisés
par l'entreprise ainsi que leurs contreparties en dettes fournisseurs ;
3. Le journal des règlements ;
4. Le journal des encaissements ;
5. Le journal des opérations diverses, pour toutes les autres opérations
Pièces justificatives

Factures BC Chèques Déclarations Bulletins de paye, …

Journaux auxiliaires

Journal des ventes Journal des règlements Journal des encaissements Journal des opérations diverses

Journal Général

Grands livres auxiliaires


Grand-livre Général
Grand-livre clients Grand-livre fournisseurs

Balance auxiliaire
Balance générale
Balance clients Balance fournisseurs

Etats financiers

Bilan Compte de résultat Annexe Tableau de financement


APPLICATION

 En date du 2 février N, la société Nalan SA est en position débitrice


envers son fournisseur Arth de la somme de 4600 euros payable en fin de
mois. Face à cela, le fournisseur Arth demande le 24 février N à la société
Nalan SA de procéder au remboursement de cette somme à son
fournisseur Nath.

À partir des éléments ci-dessus, présenter les écritures de la société Nalan


SA et de son fournisseur Arth au 28 février
APPLICATION
 Durant le mois de mars N, la société Sabos SA a réalisé les opérations suivantes avec son fournisseur
Beysul
2 mars Achats de marchandises au fournisseur Beysul 1 350 euros

4 mars Règlement par chèque de réception marchandises du 2 mars 1 350 euros

13 mars Commande de matériel adressée au fournisseur Beysul et chèque 1 700 euros


d’acompte
18 mars Réception de la facture de la commande de 13 mars 6 200 euros

24 mars Retour au fournisseur Beysul de marchandises endommagées 550 euros

À partir des éléments ci-dessus, présenter le compte fournisseur Beysul pour la société
Sabos SA, ainsi que le compte client Sabos pour son fournisseur Beysul
LE BILAN
ETAT DE SYNTHÈSE
LE BILAN

 Le bilan est un tableau qui représente la situation patrimoniale de l’entreprise à un


moment donné, généralement établi à la fin de chaque exercice comptable (31
décembre)

 Le patrimoine d’une entreprise est l’ensemble des biens (corporels et incorporels),


des droits (créances) et des obligations (dettes) qui la caractérise à une date donnée.
LE BILAN

 Le bilan de l’entreprise « ALPHA » au 01/01/2013 se présente de la façon suivante:


Actif Montant Passif Montant
Actif immobilisé: Capitaux propres:
•Fond commercial 200 000 •Capital 650 000
•Local 300 000
•Mobilier de bureau 20 000
•Matériel de transport 150 000
Actif circulant: Passif circulant:
•Marchandises 140 000 •Emprunts 220 000
Trésorerie-Actif:
•Banque 60 000
Total Actif: 870 000 Total Passif: 870 000
LE BILAN

Constats:
 Le système comptable classe les emplois de l’actif par ordre de liquidité croissante et
le passif par ordre d’exigibilité croissante.

 Le bilan décrit de deux façons différentes les mêmes richesses c’est-à-dire que les
richesses qui se trouvent au Passif sont représentées autrement dans l’Actif d’où
l’égalité :

Total ACTIF = Total PASSIF


BILAN ET RÉSULTAT

 À la fin d’un exercice comptable, le bilan fait apparaitre une différence entre le total
Actif et le total Passif.
 Cette différence correspond à un résultat réalisé par l’entreprise qui peut être
Bénéfice ou Perte.

Résultat = Total Actif – Total Passif

Total Actif < Total Passif Perte Total Actif > Total Passif Bénéfice
LE BILAN : APPLICATION
 Au 01/01/2016, les éléments du bilan de la société « ALPHA » sont les suivants :

•Construction 350 000 Dhs


•Mobilier de bureau 160 000 Dhs
•Matériel de transport 100 000 Dhs
•Marchandises 600 000 Dhs
•Banque 80 000 Dhs
•Capital 700 000 Dhs
•Emprunts long terme 400 000 Dhs
•Dettes fournisseurs 190 000 Dhs

 Établir le bilan d’ouverture de l’entreprise « ALPHA »


LE BILAN : APPLICATION
 Au 31/12/2016, les éléments du bilan de la société « ALPHA » sont les suivants :

•Construction 200 000 Dhs


•Mobilier de bureau 160 000 Dhs
•Matériel de transport 100 000 Dhs
•Marchandises 360 000 Dhs
•Banque 80 000 Dhs
•Capital 700 000 Dhs
•Emprunts long terme 350 000 Dhs
•Dettes fournisseurs 190 000 Dhs

 Déterminer le résultat de l’entreprise « ALPHA » au 31/12/2016


LE BILAN : APPLICATION
 Au 31/12/2016, les éléments du bilan de la société « ALPHA » sont les suivants :

•Construction 800 000 Dhs


•Mobilier de bureau 160 000 Dhs
•Matériel de transport 300 000 Dhs
•Marchandises 360 000 Dhs
•Banque 80 000 Dhs
•Capital 700 000 Dhs
•Emprunts long terme 350 000 Dhs
•Dettes fournisseurs 190 000 Dhs

 Déterminer le résultat de l’entreprise « ALPHA » au 31/12/2016


COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES (CPC)
ÉTAT DE SYNTHÈSE
CPC

 Le Compte de Produits et Charges (CPC) fait partie des états de synthèse et permet
de regrouper les produits et les charges afin de déterminer le résultat.

Produits > Charges = Bénéfice Produits < Charges = Perte


CPC

Résultat d’exploitation Produits d’exploitation (71) – Charges d’exploitation (61)

Résultat financier Produits financiers (73) – Charges financières (63)

Résultat courant Résultat d’exploitation + Résultat financier

Résultat non courant Produits non courants (75) – Charges non courantes (65)

Résultat avant impôts Résultat courant + Résultat non courant

Résultat après impôts Résultat avant impôts – Impôt sur le résultat


CPC

 Les charges (classe 6)

Charges d’exploitation (61) Charges financières (63) Charges non courantes

Pénalités et amendes fiscales ou pénales


Achats de matières premières (6121) Intérêts des emprunts (63111)
(6583)

Subventions accordées de l’exercice


Locations et charges locatives (6131) Pertes de change (6331)
(6561)

Charges sociales (6174)


CPC

 Les produits (classe 7)

Produits d’exploitation (71) Produits financiers (73) Produits non courants

Revenus des titres de participation Produits de cession des immobilisations


Vente de marchandises au Maroc (7111)
(7321) corporelles (7513)

Ventes de biens produits au Maroc Subventions d’équilibre reçues de


Intérêts et produits assimilés (7381)
(7121) l’exercice (7561)
CPC

 Attention au comptes suivants:

6114 Variation de stocks de marchandises


6124 Variation de stocks de matières et fournitures
713 Variation de stocks de produits
6118 Achats revendus de marchandises
612 Achats consommés de matières et de fournitures
6119 Rabais, Remises, Ristournes obtenues sur achats
CPC

 Pour les marchandises, matières et fournitures :

Variation de stocks = Stock final – Stock initial

 Si SF > SI  signe (-) (solde créditeur)  à déduire des achats


 Si SF < SI  signe (+) (solde débiteur)  à ajouter aux achats
CPC

Variation de stocks des marchandises, matières et fournitures

 Exemple :
6111 achats de marchandises : 20 000 Dhs
Stock initial de marchandises : 10 000 Dhs
Stock final de marchandises : 15 000 Dhs
6119 RRR obtenus/achats : 1 500 Dhs
CPC

Achats revendus de marchandises

Achats revendus de marchandises = Achats de marchandises (+ ou -) Variation de stocks


marchandises - RRR
CPC
Variation de stocks des marchandises, matières et fournitures
Exemple :
 L’entreprise « Fès mode » est une entreprise spécialisée dans la commercialisation en
gros du « prêt-à-porter ». On tire de sa comptabilité les données suivantes au
31/12/2017 :
Achats de marchandises:…………………………………………… 4 566 250 DH
Rabais, remises et ristournes obtenus sur achats de marchandises:…. 9 270 DH
Stock de marchandises figurant dans le bilan du 01/01/2017:……… 650 800 DH
Stock de marchandises à la date de l’inventaire (31/12//2017):…. 773 400 DH
1- Calculer le montant des achats nets de marchandises
2- Calculer la variation de stock de marchandises. S’agit-il d’un stockage ou d’un déstockage ?
3- Calculer le montant des achats revendus de marchandises
CPC

 Pour les produits finis et encours :

Variation de stock = Stock final – Stock initial

 Si SF > SI  la variation de stock est un solde créditeur  signe (+)


 Si SF < SI  la variation de stock est un solde débiteur  signe (-)
CPC

Variation de stock des produits finis et encours

 Exemple :

Stock initial de produits finis : 18 000 Dhs


Stock final de produits finis : 9 500 Dhs

Calculer et enregistrer la variation de stock produits finis


CPC : APPLICATION
L’entreprise « ALPHA » a réalisé les opérations suivantes durant l’année 2016:
1. Ventes de produits finis à crédit, à 180 000 Dhs
2. Paiement du loyer d’un immeuble par chèque bancaire 10 000 Dhs
3. Paiement en espèces des frais de téléphone et abonnement internet de 1 200 Dhs
4. Paiement des charges de personnel par chèque bancaire à l’ordre de 210 000 Dhs
5. Paiement des intérêts et commissions bancaires 6 500 Dhs
6. Encaissement d’une créance client de 65 000 Dhs , par chèque bancaire
7. Encaissement des revenus de titres de participation dans la société « SIGMA » avec un montant de
240 000 Dhs
8. Produit de cession d’un matériel de transport de l’ordre de 80 500 Dhs
9. Paiement des pénalités et amendes fiscales d’un montant de 9 000 Dhs
10. Achats de matières premières 200 000 Dhs
CPC : APPLICATION

Informations complémentaires:

 Stock initial de produits finis : 195 000 Dhs


 Stock final de produits finis : 110 000 Dhs
 Stock initial de matières premières : 260 000 Dhs
 Stock final de matières premières : 13 000 Dhs
 Avoir en caisse au 01/01/2016 : 350 000 Dhs
 Avoir en banque au 01/01/2016 : 420 000
 Impôt dû au titre de l’année 2016 : 90 000 Dhs
EXERCICE
 Le 01/01/2017 l’entreprise « Beta » est créée par apport de 100.000 Dhs déposé à la banque.
 05/04 l’entreprise achète un véhicule de transport pour 75.000 Dhs dont 5.000 payé par chèque bancaire et le
reste financé par un emprunt sur 5 ans
 10/04 achats à crédit de marchandises 15.600 Dhs
 15/04 retrait de 2.000 Dhs de la banque pour alimenter la caisse
 18/04 règlement espèce pour achat de timbres de poste 120 Dhs, transport 200 Dhs et taxe d’édilité 520 Dhs
 20/04 ventes à crédit des marchandises 18.400 Dhs
 25/04 règlement par chèque bancaire d’une partie des dettes envers le fournisseur 8.200 Dhs
 28/04 ensaissement par virement bancaire d’une partie de la créance client 10.000 Dhs
 29/04 règlement par chèque bancaire de salaire 7.200 Dhs
 30/04 règlement en espèce du loyer de magasin 1.000 Dhs

1. Établir le journal, grand-livre et la balance de vérification


2. Établir le bilan final et le CPC