Vous êtes sur la page 1sur 13

Anatomie fonctionnelle de la cellule bactérienne

I-Technique d’étude

1 Autoradiographie

Localisation des sites de synthèses des compo macromol des lesquelles on


incorpore un précurseur marqueur. Coupes de cellules placées sur support
puis recouvert de film photo

 Captes les ions Ag2+ préparation sont développés  observation au


microscope grains noirs =sites de synthèse

Vue d’ensemble de l’ultra structure bactérienne

Taille= 1μm

II-Structure constantes et vitales

1-paroi bactérienne

Constituant commun : peptidoglycane = muréine

Réseau maillé rigide poreux de structures identiques chez les G+ et


G- contient :
• 1 polyoside de base N-acétyles glucosamine (=NAG) lié par
une liaison β1-4 a l’acide N-acétyle muramique (=NAM)

Ce sont 2 osamine acétyle

• Des courtes chaines peptidiques (4aa) branché sur le


polyoside de base au niveau du COOH du NAM (par liaison
amide)

• Des ponts interpetidiques  rigidité

• Séquence en aa qui divers selon le type bactérien (gram+/-)

Paroi bactérienne des G+/- :

Lipide A du LPS (G-)  toxicité

Ac téichoïque
(G+) polymère
de rébitol
phosphate ou
glycérol
phosphate lié au peptidoglycane au niveau
du NAM  possibilité de formation, avec les
lipides membranaires, de molécules
lipotéichoïques ( chargé -) immunogènes à
l’origine d’une réponse d’Ac en cas
d’infection. Propriété physio importante.

Chaine antigénique à la surface responsable de la spé O

Variantes :

-mycoplasmes :bactérie sans paroi de forme globuleuse sensible aux


variation p° osmotique détergent et alcool

- mycobactérie : paroi riche en sire contenant des ac gras  acido alcoolo


résistant

Rôle de la paroi

• Morphologie barrière extérieure rôle protecteur contre variat° p°


osmotique

-variation de pression osmotique après lyse de la paroi chez les


gram+

En milieu hypotonique entrée d’eau  explosion

En milieu hypertonique  sortie d’eau protoplaste (irréversible)

- variation de pression osmotique après lyse de la paroi chez les


gram-

En milieu hypertonique sphéroplaste (réversible)

• Perméabilité

- Peptidoglycane poreux, laisse passer de nombreuses substances

Membrane extérieure des G- barrière sélective


Différence de perméabilité différence de colorat° de gram

• Récepteur

Existence des sites permettant la fixat° des bactériophages.

• Rôle Agq

Polyoside fixé sur le peptidoglycane = support de spécificité de


groupe (genre strepto) pour les bactéries G+

Plysaccharide du LPS Ag O pour les bactéries G-

2-membrane cytoplasmique

Isole compartiments intracell du milieu extracell ; interface assurant


de nombreuses fonctions

• Composit° chimique

3constitutants principaux :

- phospholipides

-protéines

-glucides

• Structure

Modèle mosaïque fluide


très organisé et
asymétrique, flexible,
dynamique, indispensable au bon fonctionnement enzymatique
membranaire.

-Rôles

Transfert de substances empêche la fuite des constituants


cytoplasmiques et assure la pénétrat° sélective des constitutants par
plsrs procédés.

Respiration et
production d’énergie

Membrane =
fonction des
mitochondries chez
les eucaryotes

Présence d’enzyme
de respiration
cellulaire et chaîne respiratoire

3-Le cytoplasme

+ homogène, - riche que celui des euca

Gel coloïdal (pH=7,2)

Pas de noyau, mais régions nucléaires avec nucléoïdes sans


membrane nucléaires

Beaucoup de ribosomes (environ 70 000 par cellule) de 20nm de


diamètre, constitués d’ARN à 60% et de protéines à 40%.

4-L’appareil nucléaire

• Structure et composition chimique

Long filament continu et circulaire d’ADN double brin (bicaténaire)

• Rôles

-Biosynthèse des protéines


ADN—(Transcription/ARN polymérase)ARNm—(Traduction ARNt)
Protéines

ADN = support du programme génétique selon laquelle se déroule


toutes les biosynthèses des protéines bactériennes

-Support des caractères héréditaires

Les gènes ne sont pas distribués au hasard dans le chromosome, tjs


la même place et groupés en unités fonctionnelles (= opéron)

4sortes de gènes -gène de structure synthèse de prot

-gène opérateur contrôle activat° ou inhibit° du


gène de struct

-gène promoteur collé à l’opérateur, lieu de fixat° à


l’ADNpoly, peut contenir gène régulateur, code pour la synthèse d’un
gène répresseur (rôle de bloquer l’opérateur)

A l’inverse, l’effecteur peut se combiner au répresseurincapable


d’agir sur l’opérateurfavorisat° de l’activité des gènes de struct 
l’effecteur est appelé inducteur.

• Réplication

Reproduction à l’indentique d’un brin d’ADN : bicaténaire 


monocaténaire

Déclenchement de la division bactérienneformat° de 2 bactéries


filles idtq à la bactérie mère ; division par scissiparité

Est semi-conservatrice

5-Éléments inconstants (ou facultatifs)


• Capsule

Substance visqueuse produit par la bactérie accumulée à l’extérieur


de la paroicouche compacte et bien délimitée

-Mise en évidence : à l’état frais, encre de Chine

-Structure et composit° chimique : l’épaisseur varie et la plupart des


capsules bactériennes sont de nature polyosidique

Autour du LPS (G-) et autour de l’ac téichoïque (G+)

-Rôle : Ag le plus superficiel en contact direct avec l’extr

Immunogène synthèse d’Ac

A l’origine de la production de vaccin polysaccharidique

Peut être à l’état soluble dans le liquide de l’organisme

-Virulence : rôle imp dans le pouvoir pathogèneempêche


phagocytose car empêche attachement des bactéries aux
macrophages.

-Aspect des colonies : souvent muqueuses (type M)

• Flagelles et cils

Structure longue (20nm de diamètre, 10à20µm de long), flexible,


point d’insert° dans le cytoplasme

3 parties :

-filament
(flagelline)

-crochet

-corps basal
Rôles :

-mobilité, organe locomoteur, rotation dans le sens inverse des aiguilles


d’une montre (60bps), 60longueurs cell.s-1

Quand plsrs flagelles faisceauligne droite

Quand un flagelle devient asynchrone bactérie culbute

Ttes les bactéries mobiles sont ciliée, L’INVERSE N’EST PAS VRAI (atrophie
des flagelles, microbe cul de jathe.)

-antigénique, flagelle = AgH = Ag flagellaire

• Pili ou fimbriae

Structure filamentaire, différent des flagelles (+court, +fin,+droit)

Non impliqué dans la mobilité

Plus fréquent chez les G- que chez les G+

-Pili communs

Très courts <1µm rigides et nombreux, environ 200 par bactérie,


impliqués dans adhésion de la bactérie aux surfaces inertes, cellules
ou autres bactéries (adhésine)

Rôle Agq (propriété hémaglutinante)

Pouvoir pathogène : pili = facteur d’adhésion

-Pili sexuels(=Pili F)

Plus longs (20µm), plus épais, souples et creux, extrêmités renflées,


1à4 par bactérie, codés par des plasmides.

Rôle : pili conjugatif (transfert de matériel génétique par conjugaison


= reproduct° sexuée) = organe sexuel mâle (noté F+ ou Hfr)

Permet échange de plasmides rôle dans l’acquisit° de la résistance


aux ATB et acquisit° de facteurs de virulence

• Les spores

Organite facultatif formé dans le cytoplasme de certaines bactéries


Différent de la cell végétative (=bactérie normale) par la forme,
structure, équipement enzymatique et résistance aux agents
physico-chimiquessurvie dans condit° défavo

-Mise en évidence : Colorat° de Möller (spores rouges et cell


végétatives bleues)

-Morphologie

Taille de la spore /à taille cell mère 


influence sur mophologie cell mère
(déformat° ou non).

Grand nombre d’enveloppes

-propriétés : forme de résistance à de nombreux agents physico-


chimiques, et au vieillissement

Liée à des modif biochimiques : -déshydratat° du cytoplasme sporal


(=core) 15%

-présence du dipicolinate de Ca

-présence de tunique imperméable


-sporulation : ensemble des évènements cytologiques et
biochimiques Déclenchement : qd croissance impossible ou condit° de vie
hostile.

Déroulement :

I : dernière réplicat° du
matériel génétique.

II : format° septum de
sporulat°, près d’un pôle.

III : format° d’une pré-spore

IV : synthèse du cortex et
des parois sporales
(synthèse du dipico)

V : synthèse des tuniques

VI : maturat° des tuniques

VII : lyse du sporange 


libérat° de la spore

-germination : phénomène inverse de la sporulat°

3stades : -Déclenchement : pas de germination sans activat°, condit°


d’activat° diverses agents physiques, chimiques, mécaniques.

-Déroulement : de 40min à + d’une heure. Initiation


(irréversible à partir de ce moment), hydratation rapide, gonflement
perte de la résistance et reprise des activités métaboliques ; excrét° du
dipicolinate de Ca et de fragments de peptidoglycane

-Destruct° du cortex

-Extrusion de la cellule végétative hors de la spore, étape de


véritable changement morpho et physio , période d’anabolisme intense

CCL sporulat° : Du faite de la thermorésistante les germes sporulés posent


des pb difficiles ou interviens la stérilisat°. Les conséquences pratiques :
diagnostiques (présence absence …) il faut donc en tenir compte dans la
stérilisat° matériels chirurgicales…, conséquences dans épidémiologie et
en hygiène alimentaire (altérat° de denrées alimentaires, intoxinat° ou
toxi-infection° alimentaire
• Les éléments extra chromosomiques

Plasmide

Mol d’ADN bicaténaires double brin circulaire et cytoplasmiques


de petite taille capable de se répliquer de manière autonome
(indépendamment du chromosome bactérien mais utilise le
matériel de reprod de la cellule) et non indispensable au
métabolisme normale de la cellule hôte. Il peut être absent
(cellule F-) il peut étre présent, 2 cas possibles : -autonome et
indépendant

de chromosome (F+)

-intégré au chromosome

(HFR (high frequency

recombination)

Peuvent être transmit cellule a une autre/ conjugaison


transduct° et transformat°

Prop bio codées/ les plasmides : Résistance ATB et antiseptiques,


certains codes pr enzymes inactivant des ATB bien deff

Les transposons

Éléments génétiques mobiles, séquences ADN double brins qui


peuvent migrer d’une molécule d’ADN à l’autre si elles trouvent
des séquences complémentaires entraine tjrs lors de leur
réinsert° une augmentat° de la taille de l’ADN receveur, au cite
de leur insert° les transposons peuvent entrainer délét°
(suppression port° ADN), invert°, ou peuvent conduire au
transport d’une séquence de l’hôte vers nouvelle localisat° sont à
l’origine de phénomène d’évo génétiq importantes.

-Extrusion de la cellule végétative hors de la spore est l’étape ou de


véritable changement morpho et physio s’opère, c’est une période
d’anabolisme intense. La nouvelle cellule végétative qui sort du
cortex s’allonge et commence sa 1ère division

CCL sporulat° : Du faite de la thermorésistante les germes sporulés posent


des pb difficiles ou interviens la stérilisat°. Les conséquences pratiques :
diagnostiques (présence absence …) il faut donc en tenir compte dans la
stérilisat° matériels chirurgicales…, conséquences dans épidémiologie et
en hygiène alimentaire (altérat° de denrées alimentaires, intoxinat° ou
toxi-infection° alimentaire
• Les éléments extra chromosomiques

1) Plasmide

Nombreuses bact. contiennent un ou plusieurs plasmides. Ce sont


des mol d’ADN bicaténaires double brin circulaire et
cytoplasmiques de petite taille capable de se répliquer de
manière autonome (indépendamment du chromosome bactérien
mais utilise le matériel de reprod de la cellule) et non
indispensable au métabolisme normale de la cellule hôte.

-Mise en évidence :

1952 découverte par Lederberg : non utilisé pour désigner tout


élément cytoplasmique comme le facteur F, le facteur F est un
plasmide particulier, il joue un rôle dans la sexualité des
bactéries, il peut être absent (cellule F-) il peut étre présent, 2 cas
possibles : -autonome et indépendant de chromosome (F+)

-intégré au chromosome (HFR (high


frequency recombination)

Peuvent être transmit d’une cellule a une autre par conjugaison


transduct° et transformat°

-Prop bio codées/ les plasmides

Résistance ATB et antiseptiques, certains plasmides codes pr


enzymes inactivant des ATB bien deff. (Notés plasmides R
(=résistance)) Ces plasmides rendent habituellement cellule hôte
résistante à l’ATB considéré, l’apparit° brusque de souche multi-
résistances (mR) à plusieurs familles ATB limite l’efficacité des
agents anti-bac. Enormément bac peuvent héberger des
plasmides

Plasmides adaptat° env hostile

Caractères métaboliq : bcp caractères bioch d’origine plasmidique,


les plasmides qui codes pr des prop inhabituelles (prop métab)
chez les souches sauvages sont appelés plasmides (source
d’erreur lors d’identificat°). Apport de fact de virulence bact 
pouv pathogène d’origine plasmidique

2) Les transposons
Éléments génétiques mobiles, séquences ADN double brins qui
peuvent migrer d’une molécule d’ADN à l’autre si elles trouvent
des séquences complémentaires

-Mise en évidence

1971 découverte phénomène transposit° (β lactamase passant


d’un plasmide a l’autre)

Séquence portant les gènes utiles à leur propre transposit° avec


des éléments d’insert° aux 2 extrémités

-Prop

Mol d'ADN entraine tjrs lors de leur réinsert° une augmentat° de


la taille de l’ADN receveur, au cite de leur insert° les transposons
peuvent entrainer délét° (suppression port° ADN), invert°, ou
peuvent conduire au transport d’une séquence de l’hôte vers
nouvelle localisat° . Ces transposons sont à l’origine de
phénomène d’évo génétiq importantes.

En µbio médicales intéressant car peuvent porter Gn de R aux


ATB ou Gn de virulance. Les facteurs favo. ou inhib. la transposit°
peuvent être les prot de l-hôte bacien ou des agents externes (ex :
Mercurefavo la transmit° de la résistance au Mercure) Les bac
puisent ds les transposons en f° des besoins d’adaptat°