Vous êtes sur la page 1sur 64

Quelques éléments finis

Approche EF

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 2
Méthode des éléments Finis
Concept et organisation
● 2.1 Recherche d’une solution approchée
La solution doit respecter les conditions aux limites en déplacement et
minimiser l’énergie potentielle élastique J

(Pour les problèmes élastiques linéaires, petites déformations


 sinon formulation faible point de départ)

On approche la solution en recherchant sur un espace de dimension


finie, la solution approchée minimisant J tout en étant cinématiquement
admissible

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 3
Formulation 3D en statique
● Exemple : MEF, espace défini par une combinaison
 l F i ( x, y, z )
linéaire de fonctions simples
u   ui F i ( x, y , z )
i 1
ui inconnues caractérisant la solution approchée
Fi fonctions de base de l’espace choisi
 1 l l  l
J (U )  a (
2
 ui Fi ( x, y, z),  ui Fi ( x, y, z) )  f ,  ui Fi ( x, y, z)
i 1 i 1 i 1

J (U )
Minimisation de J   0  k , 1 k  n
uk

D’où le système matriciel :


Kki  a (F k , Fi )  2 Ed (F k , Fi )
KU F avec  l
Fk  f , F k  a ( F k , u
j  n 1
jd Fj)

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 4
MEF – Concept et organisation
● Structure élastique linéaire

1 1 T
Ed  a (U ,U )    . D.  d
2 2

T
On a donc Kik  a (F i , F k )  2 Ed (F i , F k )    (F i ) . D.  (F k ) d

 Fi x,x 
 
 F i y, y 
 F i z ,z 
avec  (F i )   
 Fi x, y  Fi y,x 
F F 
 i x ,z i z,x

F  F 
 i z, y i y ,z 

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 5
MEF – Concept et organisation
● Matrices et vecteurs élémentaires:


 . d    (.) dE
maillage E

● Matrice de raideur élémentaire


calculée par élément
K  K
maillage
*
E

T
K *
E ik  aE (Fi , F k )    (Fi ) . D.  (F k ) d
E

Cette composante est nulle si i et k ne sont pas des nœuds de l’élément E

On utilise en fait une matrice KE réduite contenant uniquement les lignes et colonnes non

nulles de K E*

K matrice carrée de dim = (nbre des nœuds de l’élément) x (nbre d’inconnues par nœud)

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 6
MEF – Concept et organisation
● Vecteur force élémentaire
calculé par élément F   E
F *

maillage

FE*i  f , F i
E

Cette composante est nulle si i n’est pas un des nœuds de l’élément E

On utilise en fait un vecteur FE réduit contenant uniquement les lignes

non nulles de FE*

F vecteur de dimension:
(nbre des nœuds de l’élément) x (nbre d’inconnues par nœud)
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 7
MEF – Concept et organisation
● Représentation des inconnues sur l’élément
m nœuds sur l’élément, p ddl par noeud
Inconnue scalaire:  u1 
 
 u2 
u E  N1 , N 2 , ...., N m    N . uiE  vecteur des ddl de E
.
 
 
u   u1x 
 m  
Inconnue vectorielle:
 . 
 u xE   N1 . 0   umx 
u E   E   
N2 . Nm 0
 
   N . uiE
. N m   u1 y 
uy   0 0 . 0 N1
 . 
 
u 
N matrice de dimensions (p, m*p)  my 
u i
E
vecteur de dimension m*p, nombre total des inconnues de l’élément

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 8
MEF – Concept et organisation
● Représentation de la déformation sur l’élément
(exemple 2D contrainte ou déformation plane)
 
 0
  xx 
   x  E   u xE 
   ux 
    yy   0
 y   u yE 
 
ou  E   N . uiE
 2  uy 
 xy   
 
 y x 
 u1x 
 
 . 
 N1, x . N m, x 0 . 0  u 

 0 . 0 N1, y . N m, y 

 u1 y 
 
 mx   B . uiE
 N1, y . N m, y N1, x . N m , x   . 

 
u 
 my 
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 9
MEF – Concept et organisation
● Expression matricielle de l’énergie de déformation et de la matrice de
raideur élémentaire
● Énergie de déformation élémentaire

 u  u  dE
1 T 1 T
E    D  dE 
E
d i
E T
B DB i
E

2E 2 E

1 E
   
T
avec K E   B D B dE
T
 ui KE u i
E

2 E

● Matrice de raideur élémentaire (p*m,p*m)

T
K E   B D B dE
E
en 2D (p*m, 3) (3,3) (3,p*m)
en 3D (p*m,6) (6,6) (6,p*m)

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 10
MEF – Concept et organisation
● Expression des efforts élémentaires
(termes complémentaires si Ud non nuls)

f , u E  WextE   u E . Fd dE   u E . f d d E
T T

E  2  E

Or u E  N .  uiE 

 u  N  u  N
T T
E T E T
et donc W E
ext  i . F d d E  i . fd d E
E  2  E

On pose W E
ext  u   .F 
i
E T
E

On peut donc exprimer le vecteur force élémentaire par

FE   N
T T
. Fd dE   N . f d d E
E  2 E
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 11
MEF – Concept et organisation

● 2.c Eléménts de référence, élements réels

● Les éléments ont des tailles et des orientations différentes

● Pour le calcul de Ke et fe, on doit reprendre pour chaque élément,


l’expression explicite des Ni, de la matrice B et calculer des intégrales
sur des domaines différents => complexe

● On travaille avec un élément de référence puis on transporte les


calculs de l’élément de référence vers l’élément réel

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 12
MEF – Concept et organisation
● Exemple – triangle à 3 nœuds
 y 2’’
3’
M ' ( ,  )  M ' ' ( x, y ) 1’’

3’’
1’ 2’ x

Fonction de forme de l’élément 1' (0,0)  1' ' ( x1, y1)
N1  1     2' (1,0)  1' ' ( x 2, y 2)
N2 
 x   xi Ni 3' (0,1)  1' ' ( x3, y3)

N3    y   yiNi 1'2'  1' '2' ' ....
M ' M ' '
transformation isoparamétrique: mêmes fonctions pour définir les
variables et la géométrie

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 13
MEF – Concept et Organisation
● Calcul des intégrales cas général
 x,  y,  z,  
 
 F dx dy dz   J F d d d J  det  x,  y,  z,    det F
E réel E référence  x,  y,  z,  

● J jacobien de la transformation ou déterminant de la matrice jacobienne F
● Expression de F

 dx    xi Ni,   xi Ni,   xi Ni,   d   x1 . xm   N1,  N1,  N1,   d 


     
 dy     yi Ni,   yi Ni,   yi Ni,   d    y1 . ym   . . .  d 
 dz   zi Ni, 
    zi Ni,   zi Ni,   d   z1 . zm   Nm,  Nm,  Nm,   d 

 dx   x,  x,  x,   d   d 
     T  
 dy    y,  y,  y,   d   F  d 
 dz   z,  z,  z,   d   d 
    
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 14
MEF – Concept et organisation
● Par comparaison, on obtient l’expression finale de la matrice jacobienne F

 x1 . xm   N 1,  N 1,  N 1,  
T   
F   y1 . ym   . . . 
 z1 . zm   Nm,  Nm,  Nm,  
 
● Produit matriciel de la matrice des coordonnées de l’élément réel par la
matrice des dérivés des fonctions de forme de l’élément par rapport au
repère de référence (invariant de l’élément de référence)

● Dernière matrice facile à calculer Ni, Ni, …

● Exemple : triangle 3 nœuds N1, =-1, N1, = -1…

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 15
MEF – Concept et organisation
● Dérivées / x,y ou z
● Souvent F fait intervenir des dérivées / x, y et z. On peut calculer ces
dérivées en fonctions des dérivées / ,  et  (matrice B)

 Ni, x    , x  , x  , x  Ni,  
    
 Ni, y     , y  , y  , y  Ni,  
 Ni, z    , z  , z  , z  Ni,  
  
 d    , x  , y  , z  dx   d   d 
     T  T  
or  d     , x  , y  , z  dy   G  d   ( F )  d 
1

 d    , x  , y  , z  dz   d   d 
        
 Ni, x   Ni,    Ni,   Cette relation permet d’exprimer
    1  
On a donc  Ni, y   G  Ni,    F  Ni,   les dérivées des fonctions de
base/ x y et z en fonction de
 Ni, z   Ni,    Ni,  
      celles / ,  et 

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 16
MEF – Concept et organisation
● Exemple triangle à 3 nœuds TR3 (contrainte ou déformation plane)

x  x1 N1  x2 N 2  x3 N 3 de même
ux  u1x N1  u2 x N 2  u3 x N 3
y  y1 N1  y2 N 2  y3 N 3 u y  u1 y N1  u2 y N 2  u3 y N 3

la matrice jacobienne
 N 1,  N 1,  
 x1 x 2
T x 3  
F    N 2,  N 2,  
 y1 y 2 y 3 
  
 N 3, N 3, 
  1  1
 x1 x 2 x 3    x 2  x1 x 3  x1 
le jacobien    1 0    
 y1 y 2 y 3    y 2  y1 y 3  y1
0 1

J  ( x 2  x1)( y 3  y1)  ( x3  x1)( y 2  y1)


Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 17
MEF – Concept et organisation
● TR3
● Particularité, J constant et toujours positif
J = 2 * Surface de l’élément réel
J > 0, la transformation est une bijection
● Expression de G (inverse de F)

1  y 3  y1  y 2  y1 1
G     F
J   x3  x1 x 2  x1 
● Dérivées des Ni/repère réel
 N 1, x N 2, x N 3, x  1  y 3  y1  y 2  y1  1 1 0 
     
 N 1, y N 2, y N 3, y  J   x3  x1 x 2  x1   1 0 1 

● Remarque: les Ni,x et Ni,y sont constants

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 18
MEF – Concept et organisation
● TR3 Matrices B et Ke
matrice B (ici matrice constante)
  xx   N1, x . N m, x 0 . 0 
 
    yy   B . uiE   
avec B   0 . 0 N1, y . N m, y 

 2   N1, y . N m, y N1, x . N m , x 
 xy  
 N1, x N 2, x N 3, x 0 0 0 
 
pour cet élément B   0 0 0 N1, y N 2, y N 3, y 
 N1, y N 2, y N 3, y N1, x N 2, x N 3, x 

matrice de rigidité élémentaire
T T
KE  B
E réel
D B dxdy  J
E référence
B D B d d

T
T J B DB
J B DB  d d 
E référence
2
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 19
MEF – Concept et organisation
● Exemple – triangle à 6 nœuds TR6
 y 5’’
3’ 2’’
1’’
5’ 6’’
6’
3’’ 4 ’’
1’ 2’ x
4’ 
N 1  (1     ) (1  2  2  )
 x   xi Ni
N 2   ( 2  1) M ' ( ,  ) M ' ' ( x, y ) 
N 3   ( 2   1)  y   yiNi
N 4  4 (1     )
N 5  4
1' (0,0)  1' ' ( x1, y1)
N 6  4  (1     )
2' (1,0)  1' ' ( x 2, y 2) 1'2'  1' '2' ' ....
3' (0,1)  1' ' ( x3, y3) M ' M ' '

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 20
MEF – Concept et organisation
● TR6
● Éléments isoparamétriques, même définition pour la variable et la
géométrie
U E  Ui Ni
Variable de degré 2 sur l’élément de référence

U E  a  b  c  e  f  2  g 2

Éléments sous paramétriques: géométrie définie par 3 sommets (cas pour


les éléments à bord droit)
Éléments sur paramétriques: géométrie définie par 6 nœuds et variable
par 3 noeuds

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 21
MEF – Concept et organisation
● TR6 matrice jacobienne   3  4  3  3  4  3 
 
  1  4 . 
 x1 x 2
T x3 x4 x5 x 6  0 . 
F    
 y1 y 2 y 3 y5 y6 y 7  4  8  4  . 
 4 . 
 
  4 
 . 
● Pb : les termes de F sont des fonctions affines de  et .
● => J fonction parabolique
● Si éléments trop déformés J(,) nul et même négatif en certains points
● Les composantes de G et donc des Ni,x et Ni,y et B sont des fonctions
rationnelles T
● Même chose pour Ke KE  J B D B d d 
E référence
intégration explicite difficile => intégration numérique

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 22
Elements de référence

TR3 TR6 TR9

Q4 Q8 Q12

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 23
Fonction de base

N1  1    
N2 
N3  

N 1  (1     ) (1  2  2  )
N 2   ( 2  1)
N 3   ( 2   1)
N 4  4 (1     )
N 5  4
N 6  4  (1     )

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 24
 F dx dy dz   J F d d d
TR3 vs. TR6 E réel E référence

 y 5’’
 2’’
3
3
’ y
2’ ’ 1’’
5’
’ 1’’ 6
6’
’’
3’’ 3’’ 4 ’’
1 2  x 1 4’ 2  x
’ ’
’ ’

N 1  (1     ) (1  2  2  )
N1  1     T N 2   ( 2  1)
J B DB T
N2 
N3  
KE 
2
N 3   ( 2   1)
N 4  4 (1     )
KE  J
E référence
B D B d d
N 5  4
N 6  4  (1     )

● U linéaire ● U quadratique
● Contraintes et déformations : ● Contraintes et déformations :
Cte linéaire

● Bord de l’élément droit ● Bord de l’élément quadratique

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 25
MEF – Concept et organisation
● Remarques TR6:
● Si éléments réels avec des bords droits, même transformation que pour un
TR3,
● J = 2 S,
● composantes de F et G constantes,
● composantes de B sont des fonctions linéaires
● composantes de Ke fonctions paraboliques => intégration explicite possible
● u de degré 2 sur l’élément réel

● Pour un élément ‘déformé’,


● si J nul ou négatif, la transformation n’est plus une bijection
pas d’unicité M’’ => M’,
● u de degré >2 sur l’élément réel mais incomplet
h
c
● Erreur de corde: rapport: h/c limité

● Intérêt des éléments avec des bords courbes ? mieux suivre la géométrie
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 26
MEF – Concept et organisation
● 2.d Intégration numérique
1 r Poids des points d’intégration
 f x  dx    f x 
1 i 1
i i
Position des points d’intégration

Intégration exacte d’un polynôme de degrés 2r-1

● Exemple à l’ordre 2 f ( x)  1 2  1  2
f ( x)  x 0  1 x1  2 x2
f ( x)  x 2 2 / 3  1 x1  2 x2
2 2

f ( x)  x 3 0  1 x1  2 x2
3 3

1  2  1
x1   x2  1 / 3
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 27
MEF – Concept et organisation
● 2.d Intégration numérique de f(x,y,z)

Npi

 f ( ,  ,  ) d d d  i f (i, i, i)


référence i 1

i, i, i coordonnées des points d’intégration


Npi nombre des points d’intégration
i poids du point d’intégration
● Choisir un schéma d’intégration => choisir les couples (i, (xi,yi,zi))
● On choisit le nombre des points de façon à intégrer exactement un
polynôme de degré n
● Plus connus
● Points de Gauss, ligne, carré, parrallépipède rectangle
● Points de Hammer triangle, tétraèdre

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 28
MEF – Concept et organisation
● Exemple en 2D

● Points de gauss en 2 D (en 3D) à partir des points de gauss en 1 D


élément de référence de taille 2*2
Npi Npi

 f d d  
référence j 1 i 1
i  j f (i, j )
Element TR6 et TR3

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 29
MEF – Concept et organisation Hyp

● Remarques sur l’intégration numérique

● Si J non constant  f dE ''   f ' dE '


réel référence
avec f’ fonction rationnelle

=> intégration numérique: on approche la valeur exacte en


approchant par une fonction polynomiale d’un ordre fonction du
nombre des points d’intégration

● Plus un élément est déformé, plus l’intégration numérique est


approchée => éviter des éléments trop déformés
(géométrie mieux approchée mais erreur due à l’intégration)

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 30
2. e Eléments usuels
● 2D Déformation plane et contrainte plane
● TR3, TR6, Q4 et Q8
● Q4: fonctions de base N1  0.25 (1   ) (1   )
N 2  0.25 (1   ) (1   )
N 3  0.25 (1   ) (1   )
● variables de degré 2 (polynôme incomplet)
N 4  0.25 (1   ) (1   )
(meilleur en flexion que TR3, terme proche de )

4
U E  a  b   c  d    ui N i
i 1
 2’ 1’
2 1 y

 3’ 4’
3 4 x
si les angles restent droits => J constant, sinon J polynôme

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 31
MEF – Concept et organisation

● Q8 (sommets + noeuds milieux)


● variables de degré 3 (polynôme incomplet) sur le repère de référence

si les angles et les bords restent droits => J constant, sinon J polynôme
8
U E  a  b   c  d   e  2  f  2  g  2  h  2    ui N i
i 1
 6’
66 2’ 1’
2 1 y
7’ 5’
7 5

3’ 8’ 4’
3 4
88 x

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 32
MEF – Concept et organisation
● Problèmes axisymétriques:
● Mêmes éléments (forme) qu’en 2D y z
Mais
x
r
ur
Différences  rr  ur ,r     zz  u z , z 2  rz  ur , z  u z ,r
r
 N 1, r . Nm, r 0 0  .
 N1 Nm 
 . 0 . 0 
B r r 
 0 . 0 N 1, z . Nm, z 
 N 1, z N 1, r . Nm, r 
 . Nm, z
T
KE   J
E référence
B D B r d d
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 33
MEF – Eléments 3D
● Tétraèdre à 4 nœuds N11
 N2 4
U E  a  b   c  d    ui N i
4 N3 i 1
N4
1 3
Élément de degré 1, J,B et Ke constants
2 

● Tétraèdre à 10 nœuds (+ les milieux des arêtes)  variable de degré 2
10
U E  a  b   c  d   e   f   g   h   i  j    ui N i
2 2 2

i 1
Si éléments réels avec des bords droits, même transformation que pour un
tétraèdre à 4 noeuds,
● J, composantes de F et G constantes,
● composantes de B sont des fonctions linéaires
● composantes de Ke fonctions paraboliques

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 34
MEF – Eléments 3D
● Hexaèdre à 8 nœuds (variable de degré 2, polynôme incomplet)

● Hexaèdre à 20 nœuds (+ milieux des arêtes), variable de degré 3,


polynôme incomplet
● J constant et les composantes de Ke polynômes si les bords restent droits

● + Penta
Tet4

Pent6 H8 Tet10 H20


Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 35
MEF – Eléments Plaques
● Eléments de Plaques, 3 types de déformations
● Membrane   xx m   u x , x 
   
 m    yy m    u y , y 
2  u  u 
 xy m   x , y y,x 

  xx f    y,x 
   
● Flexion z      yy f   z    x , y 
2      
 xy f   y, y x,x 

 2  xz c   uz,x   y 
 c   
  
● Cisaillement  2  yz c  u
 z, y   x

  m   z  
   
soit pour la déformation totale
  c  
Remarque: les déformations de cisaillement et de membrane constantes
dans l’épaisseur et celle de flexion varie linéairement
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 36
MEF – Eléments Plaques
● Théorie de Kirchoff Love  0  y  u z , x
 c    
cisaillement nul  0 x  uz, y

On peut réécrire les déformations   xx f   u z , xx 


   
z      yy f   z  u z , yy 
2   u  u 
 xy f   z , xy z , yx 

et donc    m   z  

Le problème fonction de u uniquement mais l’énergie de déformation définie


=> u C1

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 37
MEF – Eléments Plaques

● Théorie de reissner Mindlin

Le problème fonction de u et de  mais l’énergie de déformation


définie
=> u et  C0

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 38
MEF – Eléments Plaques
1 T
● Energie de déformation Ed    . D.  d
2

après intégration dans l’épaisseur

Ed  Ed m  Ed f  Ed c
1 T 
Ed m   h  m D'  m dS
2 Sm
1 h3  T 
Ed f    D'  dS
2 Sm12
1 T 
Ed c   h G  c  c dS
2 Sm

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 39
MEF – Eléments Plaques
● Eléments plaques
● Membrane  identique à la contrainte plane, même Ke
● On ne s’intéresse qu’à la partie de Ke provenant de la flexion et du cisaillement

● Éléments de Kirchoff -Love , Flexion sans cisaillement

 D'  dS avec   u z , xx 2u z , xy 
1 h3  T  T
Ed f   u z , yy
2 Sm12
pour pouvoir calculer ces dérivées secondes, il faut avoir uz, uz,x et uz,y continus
 uz C1
pour un triangle à trois nœuds  3 ddl/nœud uz, uz,x et uz,y
uz s’expriment en fonction de ces 9 ddls

Problème si uz cubique => 10 coefficients, un coefficient de trop


Plusieurs solutions possibles
=> nombreux éléments => problème convergence
=> sensibilité à la distorsion
10
U E  a  b   c  d  2  e  2  f  3  g  3  h   i 2   j   2   ui N i
i 1
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 40
MEF – Eléments Plaques

● Eléments de Kirchoff discrets

● Éléments de type Mindlin ou on annule le cisaillement en certains


points de l’élément (DKT – DKQ)

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 41
MEF – Concept et organisation
● Eléments de Mindlin (partie flexion + cisaillement)

avec  T  y, x  x, y y, y  x, x et  cT   uz , x  y uz , y  x


● 3 inconnues par nœuds x , y et uz => C0


● Élément le + simple, triangle 3 nœuds
uZ1 
 
  x1 
3’   y1 
 E    . 
 . 
 
1’ 2’   x3 
 
 y3 

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 42
MEF – Concept et organisation
● Matrice de rigidité élémentaire
T h3 
Ed f  Edc   E      E 
1 T T

2  Sm12
BF D' BF dS  Sm h G Bc Bc dS 

0 0 N 1, x . N 3, x   N 1, x 0 N 1 . N 3
Bc  
Avec BF  0  N 1, y 0 . 0  et
 N 1, y  N 1 0 . 0 

 
0  N 1, x N 1, y . N 1, Y 

matrices de rigidité élémentaires:

h3 T T
Kf   BF D' BF dS et Kc   h G Bc Bc dS
Sm
12 Sm

Kf en h3 et Kc en h
Problème quand h->0, Kf<<Kc alors que le cisaillement devrait devenir
négligeable
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 43
MEF – Concept et organisation
● Blocage en cisaillement (shear locking)
Cet élément de Mindlin devient faux pour les plaques minces.
Les inconnues servent à résoudre mieux l’équation locale de
cisaillement (de faible importance) et il n’y a plus d’inconnue pour
résoudre l’équation de flexion.
Problème classique des formulations mixtes (exemple matériaux
incompressibles)

● Amélioration: Kc sous intégrée (- de point de gauss que nécessaire)


=> amélioration du comportement et atténuation de l’effet de shear
locking

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 44
Ansys Ref.

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 45
Elements ? ??
??

??

??

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 46
Elements ?

??
??

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 47
Discussion …
● La simulation plante !!

Pourquoi ???
Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 48
Essai de traction

● Eprouvette injectée thermoplastique renforcé FV orientation 0°

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 49
Essai de traction
4 MM Thicknes PC XANTAR 19R, Tensile Load

9000

8000

7000
FEM curve
6000

5000
Force in 'N'

Test curve
4000
4 MM Thicknes Simulation
Sample1
3000

2000

1000

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5
Displacement in 'MM'

The model is not correct, model results are not matching with the test results
WHY ??? …

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 50
3ème séance

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 51
Rappel
Objectif du modèle

Simplification de la CAO
Poutre, plaque, 2D σ, 2D ε, 3D

Choix des éléments


Discrétisation
Ecriture du pb numérique

Résolution
Convergence

Validation du modèle

Conclusion

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 52
Simplification de la CAO

● Pourquoi simplifier la géométrie ??

● Que peut-on supprimer dans un modèle géométrique ?


● Congé, Chamfrein, Dépouille
● Trous
● Petites surfaces ou arêtes
Oui …. Mais
● Comment supprimer ?? Quel est l’objectif du modèle ??
● Dans l’arbre modèle dans outil CAO
● Suppression de features Que dit “Saint Venant”
Regroupement de surface
(virtual topology) Modifie-t-on la rigidité ??

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 53
Construction d’un maillage

● Simplification géom !

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 54
Simplification dans l’arbre du modèle

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 55
Maillage
Mailleur
Calcul d’erreur
Connection de maillage
Maillage

● 2 types de maillage
● Réglé
● “Piloté”
● maitrise forme
des éléments

● Libre
● “Automatique”

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 57
Maillage réglé

● Regroupement d’arêtes ● Partition - Découper la geométrie

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 58
Maillage libre
● Taille global et local (surface, ligne, point)

● Génération d’un nuage de points

● Triangulation : Delaunay

● Assemblage de triangle pour former des Quadrangles

1 10

10

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 59
Maillage – 2D  3D

● Méthode
● Propagation de maillage surfacique dans le volume
● Algorithmes:
● Structuré / Maillage réglé
– hexa
● Semi-structuré
– « extrusion » / « balayage » maillage surfacique (tri/quad)
– Génération mixte d’hexa ou prisms
● Maillage libre:
– Delaunay tetra

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 60
Maillage 3D régulier

Maillage Hexa: Maillage hexa


extrusion du maillage surfacique 1/8 de sphere

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 61
Maillage 3D

Balayage en hexa Balayage en penta


maillage libre quad + extrusion maillage tri libre + extrusion

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 62
Maillage 3D
Maillage tétra libre - le plus utilisé car le plus automatisé
Attention aux résultats !!

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 63
Préparation pour un maillage Hexa
● Faire des découpes préalables

● Objectif
● Décomposer la géométrie en volume et surface simple

● Méthode
● Découper les côtés et les surfaces par des plans ou des surfaces

● On peut ensuite:
● Utiliser des extrusions de maillage dans certaines parties
● Améliorer localement la qualité et les caractéristiques du maillage
● Préparer des zones pour définir les conditions aux limites ou pour post-traiter les
résultats ou créer des zones de contact

● Inconvénients
● Nécessite une utilisation intelligente pour ne pas dégrader la géométrie
● Petites surfaces  petits éléments, mauvaises qualités des éléments

Schneider Electric - Strategy & innovation – Innovation Efficiency – Simulation Expertise - EFR – Janvier 2012 64