Vous êtes sur la page 1sur 38

ISSAE

Institut Supérieur des Sciences Appliquées et Economiques associé au


CNAM
Conservatoire National des Arts et Métiers

Mur Ductile

Rapport d’information et communication pour l’ingénieur (ENG 222)

Préparé par: Carla Kanaan 8807 f

Date: Octobre 2017


Table des matières

Introduction ....................................................................................................................................4
I. Réponse au séisme ..............................................................................................................5
1. Spectre de calcul ............................................................................................................. 5
2. Coefficient de comportement ...........................................................................................7
3. Principe de la ductilité ......................................................................................................8
II. Méthode de calcul ...............................................................................................................9
1. Murs de contreventement .............................................................................................. 9
2. Principe de dimensionnment d’un mur ductile ................................................................9
3. Calcul des armatures longitudinales ............................................................................. 11
4. Calcul des armatures horizontales ................................................................................ 13
III. Dispositions constructives en DCM .................................................................................16

1. Règles selon les EC2 ...................................................................................................... 16


2. Règles selon les EC8 ...................................................................................................... 17
3. Le béton confiné ............................................................................................................ 19
4. Le coefficient de ductilité en courbure ......................................................................... 20
IV. Exemple pratique ........................................................................................................................ 22

Schéma de ferraillage ............................................................................................................................ 33

Conclusion................................................................................................................................................ 34

Bibliographie ........................................................................................................................................... 35

Annexes ..................................................................................................................................................... 36

Page | 2
Liste des figures

Figure 1: Spectre d’accélération ..........................................................................................................5


Figure 2: Les spectres de réponse élastique et de calcul horizontal ..................................................6
Figure 3: Diagramme de Contrainte-Déformation .............................................................................7
Figure 4: La ruine d’un mur ductile ....................................................................................................8
Figure 5 : Valeurs des paramètres décrivant les spectres de réponse élastique horizontal ..........10
Figure 6: La valeur de νmin ..................................................................................................................14
Figure 7: Hauteur de la zone critique en pied du voile .....................................................................18
Figure 8: Relation Contrainte-Déformation dans le cas du béton confiné .....................................19
Figure 9: L’ accélération maximale de référence au niveau du sol d’un sol de classe A ..............36
Figure 10: Valeurs de γ1 issues de l’arrêté 22/10/2010 ......................................................................36
Figure 11: Coefficient d’amortissement visqueux exprimé en pourcentage ..................................37
Figure 12: Valeur de base du coefficient de comportement ............................................................37
Figure 13 : valeurs de φ et Ψ2.i données par défaut par les EC8 ....................................................38
Figure 14: Valeurs de β pour des murs non-raidi latéralement......................................................38

Liste des Tables

Table 1: Valeurs de Ct et de T1...................................................................................................... 24


Table 2: Valeurs des forces horizontales à chaque étage.............................................................. 25
Table 3: Le moment sollicitant en pied du voile............................................................................ 25

Page | 3
Introduction

Un séisme peut agresser une structure par des ondes horizontales, une étude spécifique doit être
appliquée pour résister à des forces latérales.

L’étude consiste à établir des éléments qui vont reprendre ces efforts. Les ondes sismiques
amènent une énergie énorme à la structure, donc un calcul adéquat et des dispositions
constructives doivent répondre aux règles des Eurocodes 8 pour dissiper cette énergie sans des
dommages importants.

Les éléments jouant un rôle principal dans la conception sismique sont les murs de
contreventements. Ces murs peuvent être des murs de grandes dimensions et des murs ductiles.
Dans la suite du rapport, on parlera de la nécessité d’un mur ductile dans une conception
sismique.

Le dimensionnement d’un mur ductile est basé sur une ruine par flexion, ceci est réalisé en
admettant un béton confiné pour augmenter la courbure du mur et en effectuant la plastification
des armatures tendues.

Un mur ductile peut être conçu suivant une classe de ductilité moyenne DCM, ou de haute
ductilité DCH en aboutissant à la fois aux règles des EC2 et des EC8. Dans ce projet nous allons
voir les méthodes de calcul concernant la classe DCM. La classe de ductilité est étant choisie au
début par le concepteur et le client.

Page | 4
I. Réponse au séisme

1. Spectre de calcul

Par plusieurs essais de pulsation sur un matériau quelconque, on retient la valeur maximale

d’accélération pour une période T afin de dessiner une courbe nommée spectre d’accélération.

Ce spectre dépend du matériau testé donc de ses caractéristiques propres, et il est variable d’une

zone à une autre parce que l’accélération des ondes sismiques dépend des caractéristiques

géologiques.

L’intérêt de ce spectre est de trouver la force sismique agissante sur une construction puisque la
force et l’accélération sont liées par la formule: F= m.a

Le dimensionnement alors de la construction dépend de la force calculée.

Le but d’une construction parasismique est de protéger la vie humaine et d’éviter la rupture de la
structure, il n’est pas nécessaire de dimensionner la structure à l’état élastique et prévoir des
côuts énormes.

On fait alors un calcul de la force sismique en diminuant le spectre élastique et en admettant un


spectre de calcul, ceci est réalisé à l’aide d’un coefficient de comportement q.

Figure 1: Spectre d’accélération1

1
(OSCILLATEUR MULTIPLE ETUDE DE LA REPONSE SPECTRALE SISMIQUE)

Page | 5
Le coefficient de comportement est introduit dans le spectre de calcul de manière à diminuer
l’accélération afin de diminuer la force de calcul.

Les spectres de réponse élastique horizontal: Les spectres de calcul horizontal:

Figure 2: Les spectres de réponse élastique et de calcul horizontal2

ag =γ1.agr (Voir Annexes :figure 9 pour la valeur de agr)

ag : L’accélération de calcul au niveau d’un sol de classe A

agr :L’ accélération maximale de référence au niveau du sol d’un sol de classe A

γ1 : Coefficient d’importance dépendant de la catégorie d’importance des bâtiments ( Voir


Annexes Figure 10 pour la valeur de γ1)

η : Coefficient de correction d’amortissement

η=√ ( ) avec : coefficient d’amortissement exprimé en pourcentage (Voir Annexes :


Figure 11 pour la valeur de )

2
(J.PAIS, L’Eurocode 8)

Page | 6
2. Coefficient de comportement

Le coefficient de comportement nous fait passer du comportement élastique au comportement

plastique. Il est aussi le facteur principal influençant sur la ductilité de la structure car il est égal

au rapport de la force qui assure un comportement élastique sur celle qui assure un

comportement plastique, donc plus ce rapport est grand plus la ductilité sera forte.

Figure 3: Digramme de Contrainte-Déformation

‘Plus le domaine plastique est étendu plus le matériau sera ductile. Si la rupture se produit en
déformation élastique le matériau serait fragile’

C’est selon la classe de ductilité choisie qu’on fixe le coefficient de comportement.

Il y a trois classes de ductilité:

- Une classe de faible ductilité DCL: q est limité à 1.5


- Une classe de ductilité moyenne DCM: q est compris entre 2 et 4
- Une classe de haute ductilité DCH: q est compris entre 4 à 6.5

Page | 7
3. Principe de la ductilité

Un élément ductile est un élément capable de se déplacer et se déformer dans le domaine

plastique afin de dissiper de l’énergie. Par contre un élément rigide reprend des forces

importantes parce qu’il ne peut pas se déplacer. Pour dimensionner alors des murs contre les

agressions sismiques, il est préférable de dimensionner des murs ductiles. La zone dissipative est

limitée par une rotule plastique à la base du mur.

Un mur ductile est dimensionné en aboutissant à la règle de dimensionnement en capacité, cette


règle concerne à éviter toute rupture en cisaillement et à favoriser la ruine en flexion.

Figure 4 : La ruine d’un mur ductile3

La ruine d’un mur ductile se fait par:

- Ecrasement des bielles comprimées


- Des armatures tendues plastifiées

3
(Murs et voiles de contreventements, 2015 - 2016)

Page | 8
II. Méthode de calcul

1. Murs de contreventement

On appelle murs de contreventement les murs qui reprennent des efforts verticaux et
horizontaux. Ils sont dimensionnés en flexion composée et ils sont placés de façon que l’axe du
voile soit parrallèle à la direction de la force, car plus le module de résistance d’une section
<I/V> est grand plus sa capacité à résister est grande.

Il y a deux types de voile de contreventement:

- Mur de grande dimension: ne supporte pas de rotule plastique à la base à cause de sa


géométrie. Sa longueur est au moins égale à 4m ou au 2/3 de sa hauteur.
- Mur ductile: Correspond à une rotule plastique qui va dissiper de l’énergie.

Pour qu’il n’y ait pas une rupture fragile, il faut vérifier la condition ci-dessous :

Au cas où cette condition n’est pas vérifiée, if faut admettre un dimensionnement des voiles
ductiles.

De même, si la période fondamentale T est supérieure à 0.5s, il faut redimensionner un mur


ductile

2. Principe de dimensionnement d’un mur ductile:

Un mur ductile peut être conçu en DCM ou en DCH.


On fera d’abord le calcul des efforts horizontaux agissants, ces efforts pouvant être dus au séisme
ou au vent. Dans notre projet nous étudions le cas d’un régulier bâtiment contre des agressions
sismiques conçu en classe de ductilité moyenne ‘DCM’, on pourra donc utiliser ‘la méthode
d’analyse par les forces latérales’.

Page | 9
La force horizontale à chaque étage:

( )

L’effort tranchant à la base: Fb = Sd(T).m.λ

m : masse totale du bâtiment

λ = 0,85 si T1 ≤ 2 Tc et le bâtiment a plus de 2 étages

λ = 1,0 autres cas

Sd(T) dépend de la période fondamentale T et du coefficient de comportement q

T1 = Ct.H3/4 ; T1 ≤ min (4Tc ; 2.0s)

Figure 5 : Valeurs des paramètres décrivant les spectres de réponse élastique horizontal4

Ct = 0.075/√ (bâtiment contreventé par des murs en béton)

4
(J.PAIS, L’Eurocode 8)

Page | 10
Ac = ∑[Ai.(0.2+(Lwi/H))2]

Il faut que Lwi/H<0.9

Le coefficient de comportement: q = q0.Kw≥1.5 (Voir Annexes: Figure 12 pour la valeur de q0)

kw = (1+α0)/3 tel que 0,5 < kw ≤ 1,0 pour les systèmes à contreventement par murs et noyau *

α0 = ∑hwi/∑lwi

La masse à calculer:

M = ∑Gk.j +∑ψE.i.Qk.i

ψE.i = φ. Ψ2.i (Voir Annexes : Figure 13 pour la valeur de φ et Ψ2.i )

a) Calcul des armatures Longitudinales

On passe après au calcul en flexion composée pour trouver les armatures reprenant les efforts de
traction. Ces armatures tendues sont disposées en considérant le voile comme une poutre
encastrée placée verticalement, mais en mettant des armatures symétriques aux deux extrémités
du voile car la force prévue pourrait agresser l’un des deux côtés du mur.

Le calcul des armatures tendues revient à calculer le moment sollicitant en pied du voile. Ce
moment est l’effet des forces sismiques, de l’imperfection géométrique, et de l’effet du second
ordre s’il existe. On fait alors la somme de ces moments pour calculer les armatures
correspondantes.

La section est donc constituée des armatures verticales, on va rechercher la nouvelle position de
l’axe neutre par la méthode d’équilibre.

Cette méthode consiste à chercher la position de l’axe neutre par plusieurs itérations qui vérifie
la condition ci-dessous:

Page | 11
La méthode de l’équilibre exige le calcul de l’excentricité externe:

eext = e1 + e2

e1= e0 + ei

e0 = MED/NED

ei = l0/400 (cette excentricité est due à l’imperfection géométrique)

e2 est due aux effets du second ordre, elle peut être calculée par plusieurs méthodes:

- Méthode de la courbure nominale


- Méthode de la rigidité
- Méthode générale

Pour assurer qu’il n’y a pas d’effet du second ordre, il faut que:

λ≤λlim


λ=

l0 = β × lw (Voir Annexes: Figure 14 pour les valeurs de β)

Page | 12
λlim =

A= si φef est inconnu, on prend A=0.7

B=√ ; ω= si ω est inconnu, on prend B = 1.1

C = 1.7 – rm ; rm = si rm est inconnu, on prend C=0.7

b) Calcul des armatures horizontales

 Vérification à l’effort tranchant

En DCM, l’effort tranchant est calculé en considérant l’effort tranchant issu de l’analyse majoré

de 50% :

VED = 1.5

: Effort tranchant issu de l’analyse

Si VED<VRdc pas besoin d’armatures d’effort tranchant

Si VED≥VRdc Besoin d’armatures d’effort tranchant

( )
VRdc = max{
( )

h : épaisseur du voile.

d : hauteur utile de la section rectangulaire équivalente.

= : contrainte normale agissante sur la section du béton, due aux charges

extérieures appliquées. Cette contrainte est comptée positive en compression. Pour le calcul de
VRd,c la contrainte doit être limitée à 0.2 fcd

Page | 13
k1 = 0.15 dans l’annexe nationale française

k=1+√ ≤ 2 avec d exprimé en mm

L = ≤ 0.02 avec ASL qui représente la section d’armatures longitudinales

CRdc =

Figure 6 : La valeur de νmin5

S’il n’est pas nécessaire de mettre des armatures d’effort tranchant, on met un pourcentage

minimal d’armatures:


≥ w,min.bw.sinα ; w,min =

On garde un espacement minimal entre les armatures tel que:

S ≤ St,max = 0.75d(1+Cotα)

 Calcul des armatures d’effort tranchant:

VRD,S = ,zu.fywd.cotθ

5
(Murs et voiles de contreventements, 2015 - 2016)

Page | 14
On fait: VED = VRD,S

On obtient: =

 Vérification à l’écrasement des bielles du béton comprimé:

VED < VRD,max

VRD,max = (Flexion composée avec effort normal de compression)

= 0.6* +

Si on limite la contrainte de l’acier à 0.8 fck au lieu de , on modifie la valeur de de la façon

suivante:

- = 0.6 pour fck ≤ 60 Mpa

- = 0.9 - pour fck ≥ 60 Mpa

est déterminé à partir des formules suivantes:

- =⌊ ⌋ pour 0 < ≤ 0.25 fcd

- = 1.25 pour 0.25 fcd < ≤ 0.5 fcd

- =⌊ ⌋ pour 0.5 fcd < ≤ 1.00 fcd

 Vérification de l’effort tranchant en pied du voile:

En flexion composée avec compression: VRD = 0.3( ).αcw.bw.d.fcd

h : épaisseur du voile.

d : hauteur utile de la section

Page | 15
On devra vérifier: VED ≤ VRD ; si cette condition n’est pas vérifiée, on doit redimensionner le
voile ou augmenter la qualité du béton.

 Vérification des surfaces de reprise de bétonnage

Il faut respecter la condition: VEd ≤ VRdi

VRdi = c.fctd + μ. + .fyd. (μ.sin(α) + cos(α)) ≤ 0.5ν.fcd

- c= 0.35 et μ= 0.60 dans le cas de surface non coffrée sans traitement ultérieur.
- c= 0.45 et μ= 0.70 dans le cas de surface rugueuse obtenue par lavage ou triage ou toute
autre méthode conduisant à des aspérités d’au moins 3mm de haut espacées d’environ
40mm
- : contrainte de compression résultant des sollicitations, plafonnée à 0.6 fcd
- α : inclinaison des armatures traversant la surface de reprise. Dans un voile, on a
généralement α= 90°.
- : rapport entre l’aire des armatures traversant cette surface de reprise et l’aire de cette
surface de reprise.

- ν = 0.6 (1 - ): coefficient de réduction de la résistance du béton fissuré à l’effort

tranchant

III. Dispositions constructives en DCM

Le dimensionnement d’un mur ductile consiste à appliquer les règles des EC2 et EC8 à la fois.

1. Règles selon les EC2

Un voile respecte l’inégalité: lw ≥ 4bw

Page | 16
 Armatures verticales:

Asv,min = 0.002 Ac

Asv,max = 0.04 Ac.

Les armatures verticales sont à disposer en second lit derrières les armatures horizontales, vers

l’intérieur du voile. Si elles sont à l’extérieur, on installe des armatures transversales.

S ≤ min ,

 Armatures horizontales

Ash,min = min[ ]

Sh,max ≤ 400 mm

 Armatures transversales

Si Asv > 0.02 Ac On met des armatures transversales

St ≤ min (20ΦL ; bw ; 400 mm), cet espacement doit être réduit de 0.6 dans les zones de

recouvrement où le diamètre de ces armatures verticales est supérieur à 14 mm, et le nombre des

armatures transversales doit être au minimum égale à 3 dans cette zone.

2. Règles selon les Eurocodes 8

Pour le béton: 𝜸c = 1.3 au lieu de 1.5 à l’ELU, et pour l’acier: 𝜸s = 1 au lieu de 1.15 à l’ELU.

Il est imposé d’avoir un béton C16/20 au minimum et des aciers de classe B ou C.

Page | 17
νd = ≤ 0.4

Les murs ductiles doivent avoir une épaisseur minimale de 15cm et supérieur au 1/20 de la
hauteur libre de l’étage.

- 15cm
- Supérieure au 1/20 de la hauteur libre de l’étage

Dans les zones non critiques, il convient de mettre un pourcentage d’armatures minimales:

= 0.005

Pour ne pas atteindre la rupture par écrasement du béton, il est n’écessaire d’augmenter la
résistance du béton comprimé pour augmenter le coefficient de ductilité en courbure. Cette
plastification du béton est assurée par des armatures de confinement disposées dans les zones
d’abouts du mur, sur une longueur de confinement lc et une hauteur critique hcr.

hcr = max {

et à vérifier:

hcr ≤ {
{

Figure 7 : Hauteur de la zone critique en pied du voile6

6
(Murs et voiles de contreventements, 2015 - 2016)

Page | 18
Longueur de confinement:

Lc = max{
( )

3. Le béton confiné

Figure 8 : Relation Contrainte-Déformation dans le cas du béton confiné7

Le béton soumis en compression confiné résiste plus qu’un béton non confiné grâce aux
armatures transversales qui l’encadrent. Ces armatures vont exercer des forces opposées au
gonflement du béton, elles vont donc augmenter sa résistance à la rupture.

D’où on obtient une valeur de fck,c supérieure à fck.

fck,c = fck×(1+5× ) pour < 0.05fck

fck,c = fck×(1.125+2.5× ) pour > 0.05fck

𝜀c2,c = 𝜀c2×( )

𝜀cu2,c = 𝜀cu2+0.2×

7
(Murs et voiles de contreventements, 2015 - 2016)

Page | 19
Ces armatures de confinement devront être correctement fermées par des crosses à 135° (au
minimum) avec un retour droit d’au moins 10Φ et un diamètre minimal de 6 mm.

4. Le coefficient de ductilité en courbure

Le coefficient de ductilité en courbure comme son nom l’indique est la capacité d’un mur à se
courber, plus ce coefficient est grand plus la courbure est importante.

Le coefficient de ductilité minimal:

- μφ = k.* + Si Ti > Tc

- μφ = k.* ( )+ Si Ti ≤ Tc

T : période fondamentale de vibration du bâtiment dans le sens concerné.

Tc : période à la limite supérieure du plateau à accélération constante du spectre de


dimensionnement.

q0 : valeur de base du coefficient de comportement.

MEd: moment fléchissant de calcul issu de l’analyse pour la section de base du mur.

MRd: moment résistant pour cette même section, en fonction des armatures en place.

k : coefficient fonction de la classe de ductilité de l’acier utilisé :

Acier de classe B => K = 1.5

Acier de classe C => K = 1

On fait le calcul en admettant un raccourcissement maximal 𝜀cu2,c du béton confiné, dans le


but de mettre en place des armatures de confinement favorisant une courbure maximal.

𝜀cu2,c = 𝜀cu2 + 0.1.α.ωwd

ωwd : pourcentage mécanique des armatures de confinement du noyau confiné

ωwd = ≥ 0.08

α: coefficient d’efficacité du confinement, défini ci-dessous

Page | 20
Dans les murs de section rectangulaire, le rapport mécanique des armatures de confinement
doit respecter la condition suivante :

α. ωwd ≥ 30. μφ.(νd + ωv).𝜀sy,d. – 0.035

α: coefficient d’efficacité du confinement, donné par α = αn.αs avec, pour une section de
confinement rectangulaire comportant n barres tenues par des cadres, des étriers ou des
épingles:

- αn = 1 - expression dans laquelle ‘bi’ est l’espacement entre les axes des
barres longitudinales du confinement et ‘n’ est le nombre total de barres longitudinales
latéralement maintenues par des armatures de confinement ou des épingles
- αs = ( )( ) expression dans laquelle « s » représente l’espacement
- des cours successifs des armatures transversales

ωv : rapport mécanique des armatures verticales d’âmes (hors zone de confinement)

ωv = ν.

bc: largeur brute de la section transversale.

b0: largeur du noyau confiné (par rapport à l’axe des armatures de confinement).

L’espacement doit respecter la condition:

S ≤ min{

représente le diamètre minimal des barres longitudinales en zone de confinement

L’espacement entre les barres longitudinales tenues par des armatures transversales de
confinement doit être de 20cm au maximum.

Page | 21
III. Exemple pratique

Considérons un bâtiment scolaire régulier de six étages:

- Superficie du bâtiment = L×B =20×15 = 300m²


- Quatre voiles de contreventement identiques selon l’axe des ordonnées
- Hauteur de chaque étage = 3m ; Hauteur totale = 18m
- Les charges accordées: G = 7.5 KN/m² ; Q =2.5 KN/m²
- Fck = 35 Mpa
- Fyd = 500Mpa (Classe B)
- Zone sismique = 5
- Classe de ductilité moyenne: DCM
- Classe de sol = A
- Catégorie d’importance = III
- Classe d’exposition: X0
- Mur non raidi latéralement et sans continuité en tête et en pied avec un plancher
- Maitrise de fissuration requise
- Epaisseur des dalles = 15 cm

Dimensions du voile ‘A’:

-
Epaisseur = 30 cm

L’étude consiste à calculer les armatures nécessaires du Voile ‘A’ pour qu’il réponde au
critère d’un mur ductile.

Page | 22
Disposition des voiles selon l’axe des ordonnées:

Lw = 1.95 et bw = 0.3 Lw ≥ 4bw

Comme le bâtiment est régulier on peut utiliser la méthode des forces latérales pour
calculer les forces sismiques

M = ∑Gk.j +∑ψE.i.Qk.i = ( 7.5+ 0.24×2.5)×300×6 = 1458 T

α0 = ∑hwi/∑lwi = 4×18/4×1.95 = 9.23

kw = (1+α0)/3 tel que 0,5 < kw ≤ 1,0

kw = ( 1 + 9.23)/3 = 3.41 kw = 1

Page | 23
q=q0.Kw≥1.5

q = 3×1=3

Il faut que: Lwi/H<0.9

1.95/18 = 0.1<0.9

T1 = Ct.H3/4 ; T1 ≤ min(4Tc ; 2.0s)

Ct = 0.075/√

Ac = ∑[Ai.(0.2+(Lwi/H))2]

Voile Ai(m²) Lwi/H Ai(m²)

A1 0.585 0.108 0.056

A2 0.585 0.108 0.056

A3 0.585 0.108 0.056

A4 0.585 0.108 0.056

Ac 0.222

Ct 0.159

T1 (s) 1.39
Table 1 : Valeurs de Ct et de T1

Classe de sol A S =1, et Tc = 0.4 s

T1 = 1.39 s ≤ min(4Tc ; 2.0s) ≤ min(4×0.4 ; 2.0s) ≤ 1.6 s

* +
Tc ≤ T1 ≤ TD Sd(t) = {

ag = agr 𝜸1 = 3 × 1.2 = 3.6 m/s2

agr = 3 m/s2 (Zone sismique = 5)

Page | 24
𝜸1 = 1.2 ( catégorie d’importance = III)

* +
Sd(t) = { Sd(t) = 0.863 m/s2

Fb = Sd(T).m.λ Fb = 0.863×1458×1 = 1258.3 KN

λ = 1 (T1 ≥ 2 Tc)

Fb= 1258.3
Etage Zi(m) mi(t) Zi.mi Fi(KN)
1 3 243 729 59.92
2 6 243 1458 119.84
3 9 243 2187 179.76
4 12 243 2916 239.68
5 15 243 3645 299.60
6 18 243 4374 359.51
Somme 15309 1258.30
Table 2 : Valeurs des forces horizontales à chaque étage

Etage Zi(m) Fi(KN) Mt (KN.m)

1 3 14.98 44.94

2 6 29.96 179.76

3 9 44.94 404.45

4 12 59.92 719.03

5 15 74.90 1123.48

6 18 89.88 1617.81

Somme 314.58 4089.48


Table 3 : Le moment sollicitant en pied du voile

Page | 25
NED = ( G + ψ2i×Q)×nombres des étages×surface d’influence×poids propre

NED = (7.5 + 0.3×2.5)×30×6 + (0.3×1.95×25) = 1.5 MN

On utilise alors dans la suite du calcul les valeurs suivantes:

- NED = 1.5 MN
- MED = 4.1 MN.m
- VED = 0.31 MN

fcd = fck/γc = 35/1.3 = 26.92 Mpa

fyd = fyk/γs = 500/1= 500 Mpa

Il faut que νd ≤ 0.4

νd = = = 0.095 < 0.4

Calcul des armatures longitudinales


e0 = MED/ NED = 4.1/1.5= 2.73 m

ei = l0 /400 = 3/400 = 7.5×10-3 m

Pour assurer qu’il n’y a pas d’effet du second ordre, il faut que:

λ≤λlim

√ √
λ= = = = 34.64

l0 = β × lw = 1×3 = 3m

β = 1 (Mur non raidi latéralement et sans continuité en tête et en pied avec un plancher)

λlim = == = 34.97 il n’ ya pas d’effet du second ordre


√ √

A=0.7 car φef est inconnu

B = 1.1car ω est inconnu

C=0.7 ca rm est inconnu

e1 = e0 + ei = 2.73+7.5×10-3 = 2.74 m

Page | 26
Moment corrigée = NED × e1 = 1.5×2.74= 4.11 MN.m

Somme des moments par rapport aux armatures:

= + NED×(d – h/2) = 4.11 + 0.78×1.5 = 5.28 Mpa

Pour que la section soit partiellement comprimée, il faut que:

μcu < μBC

μcu = = = 0.212

μBC = 0.8× ×(1- 0.4× ) = 0.8× ×(1- 0.4× ) = 0.494

La section est partiellement comprimée

Pour vérifier qu’on n’a pas besoin d’acier comprimée, il faut que:

μcu < μlu

μlu = 0.8× αlim×(1 – 0.4× αlim) = 0.8× 0.583×(1 – 0.4×0.583) = 0.357

αlim = = = 0.583

Pas besoin d’aciers comprimés

Calcul des armatures en flexion simple:

αu = 1.25[ √ ] = 1.25[ √ ]= 0.3

Zc = d(1 – 0.4 αu) = 1.755(1-0.4×0.3) = 1.54

Au = = = 68.57 cm2

Calcul des armatures en flexion composée:

Aflex,comp = Au – (NED/fyd) = 68.57 – 30 = 38.57 cm2

Longueur de confinement:

Lc = min(0.15.lw ; 1.5.bw) = 292.5 mm

On met alors 10HA25 = 49.1 cm2

Prenons l’espacement entre les armatures: dsvc = 70 mm

Page | 27
Lc,réelle = dsvc× 4 + Φsvc + Φst = 70× 4 + 25+10 = 315 mm

Pour les armatures d’âmes, on met un pourcentage minimum d’armatures:

As,min = Max{

fctm = 0.3 = 3.2 Mpa

Armatures d’âmes = 20HA12 = 22.6 cm2, avec un espacement dsv=120 mm

Section totale :Asv,totale = 22.6+(49.1×2) = 120.8 cm2

Vérification de sections d’armatures minimales: Asv,min = 0.002Ac = 0.002×30×195= 11.7 cm2

Asv,totale > Asv,min Vérifiée

Vérification de sections d’armatures maximales: Asv,max = 0.04Ac = 234 cm2

Asv,totale < Asv,max Vérifiée

Vérification de de l’espacement maximale:

dsv,max = min(3bw ;40cm) = 40cm > dsv

D’après la méthode d’équilibre, on trouve par plusieurs itérations la position de l’axe neutre: xu =
0.54

𝜀su,d = 0.9×5% = 0.045

𝜀s = 𝜀cu2× = 0.0035× = 0.0079 < 0.045 acceptable

Calcul des armatures horizontales

VED = = 1.5×0.31 = 0.465 MN

( )
VRdc = max{ =
( )

( )
VRdc = max{
( )

Page | 28
= 1.04 MN

= = = 2.56 MN

k1 = 0.15 dans l’annexe nationale française

on prend L = 0.02

k=1+√ =1 + √ = 1.34 ≤ 2

νmin = . = . = 1.59

CRdc = == = 0.138

VED<VRdc pas besoin d’armatures d’effort tranchant

On met alors un pourcentage minimal d’armatures:

≥ w,min.bw.sinα

≥ 9.47×10-4×0.3= 2.84 cm2/m On met 2HA10= 1.57 cm2

√ √
w,min = = = 9.47×10-4

On garde un espacement minimal entre les armatures tel que:

S ≤ St,max = 0.75d(1+Cotα) = 1.32 m, on garde un espacement de 15 cm sur une hauteur critique :

hcr = max {

et à vérifier:

hcr ≤ {
{
hcr = 2.85 m

Page | 29
La section d’armatures minimales à respecter:

Ash,min = max(0.25Asv,tot ; 0.001Ac) = (0.25×120.8 ; 0.001×0.585) = (30.2 ;5.85) = 30.2 cm2

Ash =( )×1.57 = 31.4 cm2 Vérifiée

 Vérification à l’écrasement des bielles du béton comprimé:

VRD,max = == = 3.51 MN > VED

= 0.6* + = = 0.6* + = 0.516

=⌊ ⌋ pour 0 < ≤ 0.25 fcd = 1.095

 Vérification de l’effort tranchant en pied du voile:

VRD = 0.3( ).αcw.bw.d.fcd = 0.3( )×1.095×0.3×1.755×26.92

= 4 MN >VED

 Vérification des surfaces de reprise de bétonnage

Il faut respecter la condition: VEdi ≤ VRdi

VEdi = = = 1 MN

VRdi = c.fctd + μ. + .fyd. (μ.sin(α) + cos(α)) ≤ 0.5ν.fcd

c= 0.35 et μ= 0.60 dans le cas de surface non coffrée sans traitement ultérieur.

Page | 30
fctd = = = 1.73 Mpa

fctk,0.05 = 0.7 fctm = 0.7×3.2 = 2.25 Mpa ; fctm = 0.3 = 3.2 Mpa

= min( ; 0.6fcd)= min ( ; 0.6×26.92)=min(2.56 ; 16.15) = 2.56 MN

α = 90⁰

ν = 0.6* + = = 0.6* + = 0.516

= Asv,totale/Ai =(120.8×10-4)/0.585=0.021

c.fctd + μ. + .fyd. (μ.sin(α) + cos(α)) = 0.35×1.73+0.6×2.56+0.021×500×0.6= 8.44 Mpa

0.5ν.fcd = 0.5×0.516×26.92 = 6.95 Mpa

VRdi = 6.95 Mpa ≥ VEdi (Vérifiée)

 Armatures de confinement

Le rapport mécanique des armatures de confinement doit respecter la condition suivante:

α. ωwd ≥ 30. μφ.(νd + ωv).𝜀sy,d. – 0.035

μφ = k.* + = 1.5* + = 5.75

ωv = ν. = × = = 0.0718

𝜀sy,d = = 0.0025

α. ωwd ≥ 30×5.75×(0.095+0.0718)×0.0025× – 0.035 = 0.0677

𝜀cu2,c = 𝜀cu2 + 0.1.α.ωwd = 0.0035 + 0.1×0.0677= 0.01027

𝜀cu2,c = 𝜀cu2+0.2× = 1.185 Mpa

< 0.05fck fck,c = fck×(1+5× ) = 35×(1+5× ) = 40.92 Mpa

Page | 31
fck,d = 40.92/1.3 = 31.48Mpa

b0 = bw - 2×l’enrobage - 2Φsh – Φst = 0.3-2×0.03- 2×0.01 1.– 0.01 = 21 cm

l0 = lw - 2×l’enrobage - 2Φsh – Φst = 1.95-2×0.03- 2×0.01 – 0.01 = 186 cm

On trouve par plusieurs itérations la position de l’axe neutre: xu = 0.35

𝜀s = 𝜀cu2,c×( ) = 0.01027×( )= 0.0388< 0.045

α = αn×αs = 0.979×0.739= 0.723

αn = 1 - = 1- 10× = 0.979

αs = ( )( ) = 0.76×0.973 = 0.739

S ≤ min{ S ≤ min{ S ≤ 105 mm

Prenons St = 100 mm

( ) –
ωwd = ≥ = 0.094

ωwd = ≥ 0.08

Il y a 10 armatures de confinement dans chaque côté, donc on utilise 1 cadre et 3 épingles


espacés de St =100 mm, de diamètre Φ= 10 mmm et de section Ast = 0.785 cm2.

Le nombre d’armatures transversales à mettre en place : nst = ×( +1) = 30

Le volume total de ces armatures de confinement : Vst = Ast×nst×(2×lcadre +5×lépingle)

= 0.785×10-4× ×(2×0.315 +5×0.21) =39.56×10-4 m3

Le volume du noyau en béton : Vnc = lc×b0×hcr = 0.315×0.21×2.85=0.189m3

ωwd = × = 0.39 ≥ 0.08 Vérifiée

Page | 32
Schéma de ferraillage

Page | 33
Conclusion

Le but est de favoriser une ruine par flexion et d’éviter une rupture fragile, pour cela la géométrie
d’un mur ductile autorise une rotule plastique à sa base pour dissiper l’énergie provenant des
ondes sismiques. Pour donner le maximum de cette rotule plastique il faut plastifier le béton et
les armatures tendues.

La plastification du béton est assurée par des armatures de confinement qui encadrent les
armatures tendues en about du voile. Le béton confiné résiste beaucoup plus à la rupture, il
assure donc une courbure plus élevée.

Le facteur influençant à la classe de ductilité est le coefficient de comportement. Il n’est pas


évident de conserver une structure dans un domaine élastique parce que ça exige des coûts
énormes. L’introduction du coefficient de comportement nous laisse passer à un comportement
plastique et nous permet de spécifier la ductilité du matériau.

Page | 34
Bibliographie

ELEMENTS DE BETON ARME. (2011 - 2012). CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS.

BETON ARME. (2012 - 2013). CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS.

Etat limite de stabilité de forme. (2012 - 2013). Conservatoire National des Arts et Métiers.

Murs et voiles de contreventements. (2015 - 2016). Conservatoire National des Arts et Métiers.

Chapitre 10. Bâtiments en béton armé. . (s.d.).


https://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/61649/23/Chapitre%2010%20B%C3%A2timents%20en%2
0b%C3%A9ton%20arm%C3%A9-2011.pdf.

J.PAIS. (s.d.). L’Eurocode 8. Paris: Conservatoire National des Arts et Métiers.

Multon, S. (s.d.). BETON ARME Eurocode 2. http://www-lmdc.insa-


toulouse.fr/pres/mastergc/telechargement/pedagogie/EC2_M2P_COAB_Multon_2012.pdf.

OSCILLATEUR MULTIPLE ETUDE DE LA REPONSE SPECTRALE SISMIQUE. (s.d.). Conservatoire des Arts et
Métiers.

POTEAUX ET VOILES – FLAMBEMENT – DIVERSES METHODES DE JUSTIFICATION . (s.d.).


https://www.scribd.com/document/255841147/cours-verticaux-V3-0-pdf.

ROUX, J. (s.d.). Maîtrise de l’eurocode 2. http://www.editions-


eyrolles.com/Livre/9782212121605/maitrise-de-l-eurocode-2.

Page | 35
Annexes

Figure 9:L’ accélération maximale de référence au niveau du sol d’un sol de classe A*

Figure 10:Valeurs de γ1 issues de l’arrêté 22/10/2010


(J.PAIS, L’Eurocode 8)

Page | 36
Figure 11: Coefficient d’amortissement visqueux exprimé en pourcentage*

Figure 12: valeur de base du coefficient de comportement 

αu : coefficient multiplicateur de l’action sismique qui provoque un nombre de rotules entraînant


la première instabilité globale du bâtiment.*

α1 : coefficient multiplicateur de l’action sismique qui donne à un endroit une première rotule*


(J.PAIS, L’Eurocode 8)

Page | 37
Figure 13: valeurs de φ et Ψ2.i données par défaut par les EC8

Pour les catégories A à C,  prend les valeurs suivantes :

- Niveau toiture 1,0


- Etages à occupations corrélées 0,8
- Etages à occupations indépendantes 0,5

Figure 14: valeurs de β pour des murs non-raidi latéralement8


(J.PAIS, L’Eurocode 8)
8
(Murs et voiles de contreventements, 2015 - 2016)

Page | 38