Vous êtes sur la page 1sur 30

LES NEUROLEPTIQUES

HISTORIQUE
1952 découverte, par l'équipe de Jean Delay de ce que
l'on appelle aujourd'hui « l'effet neuroleptique ».

Naissance d'une nouvelle science, la


psychopharmacologie.
L' histoire des neuroleptiques se confond
avec celle de deux médicaments.
 La chlorpromazine (Largatil®)
 La réserpine (Serpasil®)
Ces deux médicaments ont été les
prototypes historiques et les chefs de file
des traitements neuroleptiques.
 Ces deux substances sont testées dans des indications
psychiatriques par le professeur Jean Delay à l'hôpital Sainte
Anne.

 Les patients délirants, agités ou agressifs, qui hurlaient et


gesticulaient, sont calmés et plongés dans une sorte de
torpeur tranquille, sans somnolences excessives.

 Leurs utilisations provoquaient une espèce d'indifférence


vigile, de neutralité affective et de ralentissements
psychomoteurs tout à fait nouveau.
 L'usage extensif des neuroleptiques eût,
d'abord, pour effet de transformer les
conditions de traitements dans les services
de psychiatrie et d'entraîner la disparition
des « sections d'agités ».
Les conditions de travail pour le personnel soignant ont été considérablement
améliorées.

Des relations sociales plus normales ont pu s'établir entre les soignants – soignés,
favorisant par là même, la mise en œuvre de méthodes psychothérapiques.

Nombre de malades hospitalisés ont pu reprendre une activité socio -


professionnelle sous couverture neuroleptique.

La durée moyenne de séjours a nettement diminuée.

Au total, la population asilaire a connu une régression considérable grâce à la


chimiothérapie anti - psychotique.
DEFINITION ET CARACTERISTIQUES DES
NEUROLEPTIQUES
 Médicament de base des psychoses par :
 La création d'un état d'indifférence
psychomotrice.
 La diminution des états d'excitation, d'agitation et
d'agressivité.
 La réduction progressive des troubles
psychotiques aigues ou chroniques.
 L a production de syndromes extrapyramidaux et
végétatifs.
INDICATIONS DES
NEUROLEPTIQUES

 Traitements des états psychotiques aigus ou


chroniques.

* Les neuroleptiques n'entraînent pas de dépendance


psychique.
INTERETS DES NEUROLEPTIQUES
 Atténuer le délire, diminuer l'agressivité, calmer
l'agitation.

 Améliorer le contact du patient avec la réalité et son


entourage.
CONTRE INDICATION
Absolues :
 Glaucome à angle fermé
 Adénome de la prostate
 Hypersensibilité connue aux neuroleptiques

Relatives :
 Epilepsie
 Maladie de Parkinson
 Insuffisance rénale/hépatique/cardiaque
 Prudence chez la personne âgée.
CLASSIFICATION
Classes Effets cliniques Spécialité pharmaceutiques

Atténuent surtout l'angoisse et Largactil® - Melleril® -


Neuroleptiques
l'agitation psychotique ou
Sédatifs maniaque Nozinan® - Tercian®...

Action « Anti productive » sur le Haldol® - Moditen® -


Neuroleptiques anti
productifs (incisifs)
délire et les hallucinations des Leponex® - Risperdal® -
états paranoïdes. Zyprexa®...

Action anti déficitaire sur A faible doses :


Neuroleptiques anti
déficitaires ( désinhibiteurs)
l'apragmatisme, le déficit Dogmatil® - Orap® -
intellectuel et le retrait affectif. Piportil® - Solian®

Action sur les symptômes positifs, Abilify® - Leponex® -


Antipsychotiques dit
négatifs, voire affectifs de la
atypiques schizophrénie. Risperdal® - Zyprexa®...
LES NEUROLEPTIQUES A ACTION
PROLONGEE

 Avantages : Facilite l'observance thérapeutique, évite


les rechutes et réduit le total des doses administrées.
 Inconvénients : Manque de souplesse de la posologie.
 Voie d'administration parentérale en I.M.
 Durée d'action : 2 à 4 semaines.
Exemples :
 Haldol decanoas® (anti productif) : 50 à 300 mg
2 à 4 semaines d'intervalles entre 2 injections.
 Piportil®L4 (anti déficitaire) : 25 à 100 mg
toutes les 4 semaines.

 Risperdal Constat ( atypique) : 25 à 50 mg

tous les 15 jours.


LES EFFETS INDESIRABLES
LE SYNDROME MALIN
Pronostic vital engagé
 Manifestations :
 Hyperthermie
 Tachypnée
 Sueurs
 Raideur musculaire
(opisthotonos)
 Elévation des Créatine
PhosphoKinase (CPK)
jusqu'à 20 fois la norme.
LE SYNDROME MALIN
 Surveillance IDE :
 Température
 T.A
 Pouls
 Fréquence respiratoire
 Sudation
 Rigidité des membres et de la nuque.
LE SYNDROME MALIN
 Actions IDE :
 Arrêt immédiat du traitement.
 Prévenir le médecin.
 Poser un voie veineuse.
 Transfert en réanimation.
EFFETS NEUROLOGIQUES
 Le syndrome parkinsonien ou extra pyramidal :
 Tremblements

 Hypertonie (rigidité musculaire)

 Akinésie ( mouvements rare et lents)

 Impatience

 Stepping (marche, comme si on monte des escaliers)


Suite
 Les dystonies ou dyskinésie :
 Contractures musculaires du cou, de la face avec
mouvements involontaires
 Torticolis
 Crise oculogyres (plafonnement du regard)
 Pro traction de la langue ( traction en avant)

 Le syndrome hyperkinétique :
 Akathisie : Impossibilité de rester assis avec des
impatiences des membres inférieurs.
 Tasikinésie : Déambulation forcée
EFFETS NEUROLOGIQUES
 Surveillance IDE :

 Du comportement
 De la rigidité musculaire
 Des mouvements anormaux
EFFETS NEUROLOGIQUES
 Actions IDE :

 Prévenir le médecin pour la mise en place d'un


traitement correcteur ( Lepticur®, Akineton® retard,
Parkinane® Lp...
EFFETS NEUROVEGETATIFS
 Hypotension orthostatique :
 Malaises
 Vertiges

Effets atropiniques :
 Hypo sialorrhée ( sécheresse de la bouche)
 Constipation
 Rétention urinaire
 Trouble de l'accommodation
EFFETS NEUROVEGETATIFS
 Surveillance IDE :
 L'hypotension orthostatique:
 Surveillance de la TA

L'effet atropinique :
 Hydratation
 Transit
 Alimentation
 Troubles visuels
EFFETS ENDOCRINIENS ET
METABOLIQUES
 Manifestations :
 Prise de poids, parfois importante.
 Aménorrhée (absence de règles).
 Impuissance, frigidité.
 Gynécomastie, développement anormal des seins
chez l'homme.
 Galactorrhée, écoulement de lait par les mamelons en
dehors des périodes normales d'allaitement.
EFFETS ENDOCRINIENS ET
METABOLIQUES

 Surveillances IDE :

 Poids
 Apparition des règles
 Signes d'anxiété
EFFETS ENDOCRINIENS ET
METABOLIQUES
 Actions IDE :
 Peser le patient à son arrivée, puis 1 fois par semaine et
établir une courbe de poids
 Proposer un régime alimentaire et prendre contact avec la
diététicienne.
 Etre à l'écoute du patient, établir une relation de
confiance.
 Lui expliquer que ce sont des effets indésirables induits par
le traitements.
 Pour les femmes, mise en place d'un traitement
contraceptif après dosage des Beta H.C.G
PHOTOSENSIBILISATION
 Manifestations :
 Brûlures dues à l'exposition solaire

Surveillances IDE :
 Apparition de rougeurs
PHOTOSENSIBILISATION
 Actions IDE :
 Mettre en garde des méfaits du soleil
 Lui expliquer qu'une exposition même courte peut
entraîner des coups de soleil.
 Lui conseiller de mettre un écran total à chacune de
ses sorties
 Mise en place d'un traitement correcteur par
Nicobion®
SURVEILLANCE IDE
Généralités
 Portera sur :
 L'efficacité du traitement, en observant le
comportement du patient, la diminution de son
délire, de l'anxiété, la baisse de l'agitation, de
l'agressivité et sa relation aux autres.
 L'apparition de signes précurseurs d'un syndrome
malin
 L'apparition des effets indésirables.
AVANT LA MISE EN PLACE DU
TRAITEMENT
 Faire un bilan sanguin :
N.F.S
V.S
Bilan hépatique et rénal

Ainsi qu'un E.C.G