Vous êtes sur la page 1sur 88

Master finance audit et controle de gestion

L’OPTIMISATION FISCALE en
matière de IS ,TVA, et IR
Présenté par:
BARTAL HARITH Encadré par:
BOUSSALAA FATIMA PROFESSEUR H.JARRAF
EL MEKKAOUI REDA
HOUTA NOUREDDINE
MOUTIE CHARAFEDDINE
OPTIMISATION
FISCALE Le plan

• introduction
1
• Le Cadre conceptuel de l’optimisation fiscale
2
• L’optimisation fiscale en matière de IS
3
• L’optimisation fiscale en matière de IR
4
• L’optimisation fiscale en matière de TVA
5
• Les limites de l’optimisation fiscale
6
OPTIMISATION
FISCALE

INTRODUCTION
OPTIMISATION
FISCALE

Comment on peut optimiser les impôts ?


OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 L’Optimisation et planification fiscales

L’optimisation et la planification fiscales constituent des


éléments de survie et de réussite de l’entreprise en raison
de l’effet significatif de la charge de l’impôt ainsi que de la
multitude d’opportunités offertes par le droit fiscal .
Cependant, ces techniques ne doivent pas être confondues
avec les notions de fraude et d’évasion fiscales.
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 L’optimisation et la planification
fiscales
la gestion fiscale consiste dans l’ensemble des actions et
des décisions prises par l’entreprise pour maîtriser et
réduire sa charge fiscale avec la plus grande efficacité et
sans l’exposer à des risques supérieurs à l’économie
qu’elle a pu réaliser . Néanmoins, les choix les plus
avantageux à l’entreprise sur le plan fiscal, doivent
prendre en considération les limites d’opportunité
relatives à la stratégie globale de l’entreprise et à ses
capacités financières et techniques.
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 L’optimisation fiscale ?

L’optimisation fiscale, peut être définie comme l’emploi de


procédés légaux, dans le but de minimiser la charge fiscale que le
contribuable aurait normalement supportée.
Il s’agit donc d’un ensemble de décisions, procédés et choix
effectués permettant de minimiser principalement la charge fiscale
afin de maximiser le résultat net après impôt tout en prenant en
considération les paramètres de gestion et le contexte économique
de l’entreprise.
A un niveau avancé, la recherche d’une optimisation fiscale
efficace et efficiente s’inscrit dans une démarche plus large de
planification fiscale.
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 La planification fiscale ?

la planification fiscale consiste à viser la performance maximale


en recherchant la minimisation de tous les coûts, aussi bien les
coûts fiscaux que les coûts de transaction.

La planification fiscale ne signifie pas, uniquement, la


minimisation de la charge fiscale. En effet, dans les pays où les
coûts de transaction sont élevés, la mise en place d’une stratégie
visant à minimiser la charge fiscale, peut engendrer des coûts
exorbitants au niveau des aspects autres que fiscaux de telle sorte
qu’une stratégie de minimisation de l’impôt peut se montrer non
efficiente.

Une planification fiscale efficace requiert de celui qui l’effectue


OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 La planification fiscale

• Toutes les conséquences fiscales d’une certaine transaction doivent


être prises en compte du point de vue de toutes les parties
concernées par la transaction ;

• Dans les décisions de financement et d’investissement, doivent être


considérés, non seulement les impôts explicites (c'est-à-dire ceux
payés directement aux autorités fiscales), mais aussi les impôts
implicites (c’est à dire ceux qui sont payés indirectement sous la
forme de taux de rentabilité plus faible) ;
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

• Reconnaître que les impôts ne sont qu’un aspect des coûts, et que
tous les coûts doivent être pris en compte. Certains montages
fiscalement avantageux nécessitent une restructuration coûteuse
de la société.

Donc les conséquences fiscales ainsi que leur coût ne doivent pas
constituer le critère de base dans de prise de décision, l’objectif
principal de la planification fiscale n’étant pas la minimisation des
impôts uniquement.
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 Le pourquoi de l’optimisation et de la
planification fiscales

Les entreprises font souvent recours à un consultant fiscal pour


alléger leur charge fiscales en raison de son effet significatif sur la
performance de l’entreprise et pour profiter des options offertes et
des avantages préconisés par la réglementation en vigueur.
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 Les effets de l’impôt sur les


entreprises
• Incidence sur la concurrence

Si deux actifs dégagent des cash-flows identiques, mais que l’un


est taxé plus lourdement que l’autre, le prix de l’actif favorisé
fiscalement sera supérieur à celui de l’actif plus fortement imposé.
L’impôt est l’un des éléments qui composent le coût de revient
pour l’entreprise. Par conséquent, il influence le prix de vente des
produits commercialisés. En effet, une augmentation des taux
d’imposition de l’entreprise, par exemple, entraîne une
augmentation du coût de revient impliquant la nécessité d’une
augmentation des prix de vente pour préserver la marge
bénéficiaire. Une telle augmentation aura probablement pour effet
la réduction des ventes au profit des produits les moins fiscalisés, ce
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 Les effets de l’impôt sur les


entreprises :
• Incidence de la fiscalité sur la trésorerie de l’entreprise

  La fiscalité de la firme est constituée par l’ensemble des


prélèvements obligatoires qu’elle subit, effectués par les
administrations publiques à titre définitif et sans contrepartie
immédiate ou directe.
La charge fiscale a souvent un effet négatif sur la trésorerie de
l’entreprise. L’importance des prélèvements fiscaux est fonction de
plusieurs variables telles que le volume d’activité de l’entreprise, les
salaires versés etc. La minimisation de la charge de l’impôt par
l’utilisation des différentes techniques d’optimisation peut avoir un
effet positif sur la trésorerie de l’entreprise et contribue
OPTIMISATION Cadre conceptuel
FISCALE

 Les préalables à l’
optimisation :

Aboutir à une gestion fiscale optimale des affaires de


l’entreprise, nécessite au préalable la préparation d’un champ
favorable caractérisé surtout par une sécurité fiscale.

Une gestion fiscale sécurisée repose sur trois éléments


essentiels :
• L’évitement des erreurs fiscales pénalisantes ;
• Le respect des règles fiscales de forme ;
• La tenue d’une comptabilité probante.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Les techniques d’optimisation fiscale sont devenues indispensables à la rentabilité de


l’entreprise en raison de l’effet significatif de la charge de l’impôt et de la multitude des
choix offerts par la législation fiscale durant les différentes étapes de vie de l’entreprise.

Par la suite, on va examiner les choix fiscaux dont dispose le chef d’entreprise lors de la
phase de création, de fonctionnement et de développement de l’entreprise .
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

La gestion fiscale des opérations de l’entreprise en


création
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix de l’emplacement


géographique
Exonération suivies d’imposition temporaire au taux réduit.

Elles concernent les entreprises qui exercent leurs activités dans les zones franches d’exportation.
Celles-ci bénéficient :
de l'exonération totale de l’IS durant les cinq (5) premiers années de leur activité.
De l’application du taux spécifique de 8,75% pendant les 20 exercices consécutifs suivants.
Au delà de cette période de 25 ans, ces entreprises sont imposables à l’IS dans les conditions
normales.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix de l’emplacement


géographique

L’Agence spéciale Tanger-Méditerrané e, ainsi que les socié té s intervenant dans la


réalisation, l’aménagement, l’exploitation et l’entretien du projet de la zone spéciale de
développement Tanger-Mé diterrané e et qui s’installent dans les zones franches
d’exportation visé es à l’article premier du décret-loi n° 2-02-644 précité, bénéficient des
avantages accordés aux entreprises installées dans les zones franches d’exportation.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE
 Optimisation liée au choix de l’emplacement
géographique
Imposition temporaire au taux réduit:
Certaines entreprises sont imposables au taux réduit de 17,5%. C’est-à -dire que le barème de l’impô t
appliqué à leur bénéfice fiscal est plafonné à 17,5%, et ce pendant les 5 premières exercices suivant la
date de début de leur exploitation. l’application du taux réduit est suivie d’une imposition selon le barème
en vigueur. Ce sont:

les entreprises artisanales dont la production est le résultat d'un travail essentiellement manuel.
Les établissements privés d'enseignement ou de formation professionnelle.
les sociétés sportives.
Les promoteurs immobiliers, personne morales, qui réalisent des opérations de construction de cités,
résidences et campus universitaires, et ce au titre des revenus de locations de ces édifices.
Les exploitations agricoles imposables, à compter du premier exercice d’imposition.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix du type d’activité


En optant pour telle ou telle activité l’entreprise peut agir sur le poids de la charge qu’elle a à supporter.
En effet le législateur a privilégié certains secteurs d’activités en leurs accordant des avantages fiscaux
desquels l’entreprise peut tirer profit, aussi bien au niveau de la TP, de l'IS que de la TVA.
1.Exonérations permanentes:
Des exonérations sont accordées généralement en vertu des textes particuliers, et citées explicitement
au titre nominatif par l’article 6 du CGI.
Les activités en question ont soit un caractère social ou culturel, soit économique notamment
l'encouragement de certaines activités financières et de promotion immobilières.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix du type d’activité

Activités à caractère sociale et culturel:


Selon les termes de l’article 6 du CGI, parmi les personnes totalement exonéré es de l’Is de
façons permanente figurent notamment :
la ligue nationale de lutte contre les maladies cardiovasculaires.
Les associations d’usages des eaux agricoles.
La fondation Cheikh Zaid.
La fondation Hassan II pour la lutte contre me cancer.
La fondation Mohamed V pour la solidarité.
La fondation Mohamed VI de promotion de œuvre sociales.
L’office national des œuvres Universitaires sociales et culturelles.
Les coopératives et leurs Unions légalement constituées.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix du type d’activité


Activités à caractère financier:
Les sociétés non résidentes au titre des plus-values réalisées sur les cessions de valeurs mobilières
cotées à la bourse des valeurs du Maroc, à l’exclusion de celles résultant de la cession des titres des
sociétés à prépondérance immobilière.
La Banque Islamique de développement (BID).
La banque Africaine de développement (BAD).
La société financière Internationale (SFI).
L’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif.
Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCIM).
Les fonds de placements collectifs en titrisation (FPCT).
Les organismes de placements en capital-risque (OPCR).
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix du type d’activité


 Activités de promotion immobilière:

L’ agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et des provinces
du Nord, sud et de la région oriental du Royaume.
L’Agence de logement et d’équipements militaires (ALEM).
La Société Nationale d’Aménagement collectif (SONADAC).
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix du type d’activité


Exonération temporaire suivie de l’imposition permanente au taux réduit:

Bé né ficient d’une exonération totale de l’IS pendant cinq (5), suivie d’un plafonnement
du barème de l’IS à 17,5% de façon permanente les sociétés exerçant les activités
suivantes:
Les entreprises exportatrices de produits ou de services pour le montant du chiffres
d’affaire à l’export, à l’exclusion des entreprises exportatrices des matériaux de
récupération.
Les entreprises hô telière au titre de leurs chiffres d’affaire réalisé en devises et
dument rapatrié par elles ou pour leur compte par les agences de voyage.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

 Optimisation liée au choix du type d’activité


Imposition permanente au taux réduit:

Les entreprises minières exportatrices sont imposable selon un barème plafonné à 17,5%
de façon permanente, à compté de l’exercice au cours duquel la première opération
d’exportation a é té réalisée.
Bé né ficient é galement de ce plafonnement de taux les entreprises minière qui vendent
leur produits à des entreprises qui les exportent après leur valorisation.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

L'optimisation fiscale en cours d'exploitation


OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

L'optimisation fiscale en cours d'exploitation

En cours d'exploitation, l’entreprise essaie d’agir et de rendre efficace sa gestion fiscale, en optimisant le
montant de l’impô t ou bien, d’en différer le paiement en vue de bénéficier d’un gain de trésorerie.

Elle est également tentée parfois de renoncer à un avantage fiscal pour des motifs de gestion, par exemple,
renoncer à calculer les amortissements à leur maximum autorisé en vue de distribuer des dividendes.
L’utilisation de telle ou telle forme de gestion fiscale va dépendre de la situation particulière de
l’entreprise. il est sû r qu’une entreprise en croissance aura davantage le souci de minimiser l’impô t, tandis
que l’entreprise en situation de récession cherchera plutô t à améliorer son image vis-à -vis des tiers en
pratiquant la gestion fiscale de son résultat.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

1.l’amortissement dégressif :
l’amortissement dégressif permet d’amortir les biens plus
vite que l’amortissement linéaire. Donc il permet de diminuer
le résultat en gonflant les charges et par conséquent
l’entreprise pourra payer moins d’impôt.

Cette optimisation se fait au détriment des dividendes, bien


évidement la diminution de bénéfice implique moins de
dividende à distribuer.

N.B : Pour bénéficier de ce régime, l’assujetti doit en faire l’option irrévocable et doit
pratiquer l’amortissement dégressif, dès la première année d’acquisition du bien concerné
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

2.compte courant des associés:

Au lieu de procéder une augmentation du capital, l’entreprise


peut s’emprunter auprès de ses associés moyennant des
intérêts

Les intérêt sur comptes courant sont déductibles, ce qui donne


un avantage fiscal par rapport à l’augmentation du capital.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

3.Optimisation des règles de rattachement des produits et charges à leur


exercice:
Les opérations conclues avec les fournisseurs et les clients sont génératrices de charges et de
produits, dont le rattachement à l’exercice obéit à des règles pouvant être optimisées en fonction du
besoin du chef d’entreprise.
a. Opérations avec les fournisseurs:
Les opérations conclues avec les fournisseurs sont généralement génératrices de
charges déductibles de l’assiette de l’impôt sous réserve de remplir les conditions de fond et de forme
prévues par la réglementation.
En vu de gérer son résultat fiscal, le chef d’entreprise peut choisir la date optimale
d’engagement de certaines charges. De même, il peut décider d’étaler ou non certaines charges
susceptibles d’étalement conformément au système comptable.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

b. Opérations avec les clients:

Les opérations avec les clients se traduisent généralement par des produits soumis à l’impô t au
cours de l’exercice au titre duquel ils sont rattachés ou par des charges en cas de constatation d’une
provision pour dépréciation de créances douteuses.

Le transfert de propriété coïncide généralement avec la date de livraison des biens vendus ou de la
conclusion du contrat. Dans la mesure où l’entreprise est libre de choisir les modalités de livraison,
elle pourra influer sur la date de rattachement des revenus résultant particulièrement des
opérations de ventes réalisées à la fin de l’exercice. En effet, les entreprises peuvent par exemple
retarder la formation du contrat et donc du transfert de propriété.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Optimisation fiscale des opérations d’investissement


et de financement
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Optimisation fiscale des opérations d’investissement et de financement

Toute décision d’investir doit prendre en compte le paramètre fiscal. De même, les décisions de
placement financier sont prises, en général, en fonction de deux critères : le risque et le
rendement.

Toutefois, les avantages fiscaux liés à chaque catégorie de placement financier peuvent orienter
le choix de l’investisseur. D’où l’intérêt de l’étude de la gestion fiscale de l’opération de
placement financier.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

1.Gestion fiscale des investissements :


a. Choix entre l’acquisition et la location des biens d’investissement:
Pour avoir des biens d’exploitation, l’entreprise a le choix entre l’acquisition ou la location. Ces deux
situations ont des conséquences juridiques différentes.
L’acquisition : suppose d’abord que l’entreprise établisse un plan de financement dont le coû t fiscal varie
selon que l’on fait appel à un financement propre ou externe. Ensuite, l’acquisition d’un bien rend le droit de
mutation, notamment dans le cas d’acquisition d’un immeuble.
Ainsi, si l’entreprise est propriétaire de l’immobilisation, celle-ci figurera à son bilan. Ceci permet d’informer
les tiers sur la composition du « capital d’exploitation » dont dispose l’entreprise.
De plus, celle-ci va pratiquer des amortissements comptables qui viennent en déduction du résultat
comptable. Les frais d’entretien seront également déductibles.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Par ailleurs, il existe une autre solution qui consiste à acquérir ledit
bien par crédit-bail en vertu duquel la société utilise les biens d’équipement loués pendant une certaine
durée, puis a la possibilité de les acquérir en fin de contrat moyennant une valeur résiduelle fixée au début.
Sur le plan fiscal, l’entreprise qui recourt à ce mode de financement
bénéficie de l’avantage suivants :

la déduction en totalité de la redevance facturée par la société de crédit-bail. Ceci permet au preneur du
bien en crédit-bail de bénéficier, de façon accélérée, d’une économie d’impô t en raison du fait que la
redevance annuelle est dans la majorité des cas, supérieure au montant de la dotation aux amortissements.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

b. Choix entre l’investissement en matériel et l’embauche de personnel:


Il est rare, dans le cadre d’un investissement ou d’une extension d’activité que l’entreprise choisisse une
solution exclusive :

Investir en Embaucher du
matériel personnel

OU

Dans la plupart des situations, la solution adoptée sera mixte, souvent pour réaliser des économies de
personnel ou de matériel (reconversion des capacité s existantes).
Si l’entreprise opte pour l’investissement en matériel, elle bénéficiera d’une économie d’impô t ré sultant de la
charge d’amortissement, et le cas échéant d’un dégrèvement physique.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

A l’encontre, si l’entreprise choisit de privilégier l’embauche de personnel de préférence à


l’investissement en matériel, elle bénéficiera, en sus de la déductibilité fiscale des frais de personnel, d’un
avantage de trésorerie assez important.
Toutefois, l’entreprise doit prendre en considération les taxes fiscales et sociales qui frappent les salaires
bruts des nouveaux recrutés ayant une incidence financière non négligeable.

Les règles du jeu favorisent sur le plan fiscal l’investissement en équipement car le coû t de revient de
l’équipement peut être déduit deux fois (dégrèvement physique et amortissement), alors que le coû t du
licenciement du personnel qui est une composante économique du coû t du travail n’est pas déductible
tant que le licenciement n’a pas eu lieu. Les impératifs de compétitivité économique et de productivité
privilégient souvent aussi l’arbitrage au profit de la mécanisation.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

2.Choix du mode de financement:


La réalisation de l’investissement suppose tout d’abord que l’entreprise établisse un plan de financement
dont les conséquences fiscales et financières varient selon que l’on recourt à l’autofinancement, à
l’augmentation du capital ou à l’endettement.

a. L’autofinancement:
Dans la mesure où l’activité de la société est éligible aux avantages prévus par le droit commun, celle-ci peut
bénéficier d’un dégrèvement physique au titre des investissements physiques opérés au sein de l’entreprise.
Le dégrèvement consiste à déduire intégralement ou partiellement le coû t de l’investissement de l’assiette
de l’impô t.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

b. Augmentation du capital par apports en numéraires:

L’augmentation de capital est une mesure offerte aux entreprises pour accroître leurs fonds propres. Elle
peut être réalisée par des apports en nature ou en numéraires.

Dans la mesure où la société est éligible aux avantages fiscaux prévus par le droit, les souscripteurs en
numéraires à l’augmentation du capital peuvent bénéficier de dégrèvements financiers.

A l’encontre, si l’entreprise n’est pas éligible au dégrèvement financier, l’augmentation de capital n’apporte
aucun avantage fiscal aux apporteurs et aucune économie d’impô t pour l’entreprise. De ce fait, les associés
optent dans certains cas pour le financement par le biais de l’endettement.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

c. L’endettement:
L’endettement peut se faire auprès des associés ou auprès des institutions financières. le recours à
l’endettement peut être bénéfique dans le sens où les charges financières sont déductibles ce qui permet
l’entreprise de diminuer le résultat et par conséquent de minimiser d’impô t sur les sociétés.

1. Crédit associé :

si les associés mettent des fonds à la disposition de leur société par le biais de comptes courants, les intérêts
correspondants sont déductibles, sous réserve toutefois de certaines limitations.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

d. Emprunt bancaire:
L’avantage de ce moyen de financement est la déductibilité sans limitation des inté rêts
bancaires du résultat soumis à l’impô t. Toutefois, « lorsque les intérê ts annuels sont
supé rieurs au bénéfice d’exploitation, l’avantage fiscal annuel est beaucoup plus faible et il
peut même disparaître.
C’est le cas où le taux d’endettement est élevé ou lorsque la rentabilité d’exploitation des
actifs est faible.
En outre, le recours excessif au financement par les dettes peut compromettre la
continuité d’exploitation de l’entreprise et entraîner une augmentation importante du
risque de faillite.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

3.La réduction d’impôts:


a. Réduction d’IS en cas d’introduction en bourse :
Cette disposition vise à dynamiser le marché boursier marocain en incitant les sociétés à introduire leurs
titres à la bourse des valeurs .
La réduction de l’IS est accordée aux sociétés qui procèdent à l’inscription de leurs titres à la cote de la
bourse par ouverture ou par augmentation de leur capital , est ce pendant trois années consécutives à
compter de l’exercice qui suit Celui de leur introduction en bourse .
Les taux de la réduction s’appliquent au montant de l’impô t calculé selon les taux vigueur. Ils sont fixés
comme suit :
 25% pour les sociétés qui introduisent leurs titres en bourse par ouverture de leur capital au public à
travers une cession d’actions existantes .
 50% pour les sociétés qui introduisent leurs titres par augmentation de leur capital d’au moins 20%.
Certaines sociétés sont exclues du bénéfice de cette réduction , il s’agit notamment des établissements de
crédit , entreprises d’assurance et de réassurance , sociétés concessionnaires de services public.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

b. Réduction de l’IS en cas de prise de participation au capital de startup.

C’est une mesure qui vise à promouvoir le financement des entreprises innovantes à travers des
prises de participation à leur capital. Elle consiste à accorder aux sociétés imposables à l’IS une
réduction d’impô t dans le cas d’une prise de participation dans le capital de jeunes entreprises
innovantes en nouvelles technologies .

La réduction d’impô t octroyée est égale au montant de l’impô t théorique correspondant au montant
de la prise de participation dans le capital de l’entreprise innovante . Elle est imputée sur l’IS dû au
titre de l’exercice au cours duquel a eu lieu la prise de participation.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

L’optimisation fiscale lors du paiement de l’impôt 


OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Le législateur adopte des dispositions disciplinaires applicables sû r les sociétés dans le


cas du non-respect des délais fixés en matière de paiement des impô ts, ainsi les Sanctions
pour paiement tardif des dits impô ts sont comme suit :
 Une pénalité de 10% et une majoration de 5% pour le premier mois de retard et de 0,50%
par mois ou fraction de mois supplémentaire est applicable au montant :
-des versements effectués spontanément, en totalité ou en partie, en dehors du délai
prescrit, pour la période écoulée entre la date d’exigibilité de l’impô t et celle du paiement ;
- des impositions émises par voie de rô le ou d’ordre de recettes pour la période
écoulée entre la date d’exigibilité de l’impô t et celle du paiement ;

 
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

- des impositions é mises par voie de rô le ou d’é tat de produit, pour la pé riode é coulée
entre la date d’exigibilité de l’impô t et celle de l’é mission du rô le ou de l’état de produit.
Toutefois, la pé nalité de 10% pré cité e est :
- ramené e à 5%, si le paiement des droits dus est effectué dans un délai de retard ne
dépassant pas trente (30) jours ;
- porté e à 20%, en cas de défaut de versement ou de versement hors dé lai des droits
retenus à la source.
Pour le recouvrement du rô le ou de l’é tat de produit, il est appliqué une majoration de
0,50% par mois ou fraction de mois de retard écoulé entre le premier du mois qui suit
celui de la date d’é mission du rô le ou de l’état de produit et celle du paiement de l'impô t.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Gestion des acomptes :


L’impô t sur les sociétés, donne lieu au titre de l’exercice en cours au versement par la société de quatre
acomptes provisionnels dont chacun est égale à 25% du montant de l’impô t du au titre du dernier exercice
clos, appelé exercice de référence.
Ces acomptes sont versés spontanément par la socié té avant l’expiration des 3eme, 6eme, 9eme et 12eme
mois suivant la date de l’ouverture de l’exercice comptable en cours.
Toutefois le montant minimum de la cotisation minimale 3000 DH doit ê tre effectué en un seul versement
avant l’expiration du 3eme mois suivant la date d’ouverture de l’exercice comptable en cours.

 
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Dispense de paiement :
Lorsqu’une société estime que le montant d’un ou de plusieurs acomptes versés au titre d’un exercice
est égal ou supérieur à l’impô t dont elle sera finalement redevable pour cet exercice, elle peut se
dispenser d’effectuer de nouveaux versement d’acomptes.
Pour cela, il faut remettre à l’administration fiscale une déclaration dans ce sens, 15 Jours avant la
date d’exigibilité du prochain versement à effectuer.

 
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

Régularisation de l’impôt :
Dans les 3 mois qui suivent la date de la clôture de chaque exercice, la société doit procéder à la
régularisation et la liquidation de l’impôt du au titre de l’exercice écoulé en tenant compte des acomptes
provisionnels versés pour le même exercice.
Selon les termes du CGI, l’IS est calculé sur le bénéfice réalisé au cours de chaque exercice comptable
d’une durée de douze mois, il doit être déclaré et payé dans les trois mois qui suivent la date de clôture
dudit exercice.
La déclaration de l’impôt doit tenir compte des acomptes provisionnels versés au cours de l’exercice
d’imposition.
OPTIMISATION Impôt sur les sociétés
FISCALE

En effet la liquidation de l’impôt peut se traduire par :


 Un complément d’impôt au profit du trésor public, c’est le cas où le montant de l’impôt dû est supérieur
aux acomptes provisionnels versé. Dans ce cas le supplément d’impôt doit être acquitté dans le délai de
déclaration prévu.
 
 Un crédit d’impôt à restituer à la société, c’est le cas où le montant des acomptes versés dépasse celui
de l’impôt dû. Dans ce cas l’excédent d’impôt versé par la société est imputé par celle-ci sur les acomptes
provisionnels dus au titre des exercices suivants et éventuellement sur l’impôt dû au titre desdits exercices
L’optimisation fiscale en matière de l’impôt sur les revenus 

Rappel

L’impôt sur
les revenus

Revenus Revenus des


Revenus Revenus Revenus
professionnel capitaux
salariaux fonciers agricoles
s mobiliers
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Identification des
options fiscales
Dans ce cadre, il y a lieu de citer les possibilités suivantes :
 Le choix de la zone de localisation de l’entreprise ;
 Le choix du régime d’imposition entre les régimes
suivants : régime du résultat net simplifié, régime du
résultat réel et régime du bénéfice forfaitaire ;
 L’adhésion ou non à un centre de gestion agréé ;
 Le choix entre l’inscription au bilan ou maintien dans
le patrimoine privé d’éléments tels que les
immeubles, les titres, les dettes….. ;
 L’option pour l’IS par les sociétés de personnes
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

Il revient à l’initiateur de l’opération de procéder, pour les options fiscales significatives


identifiées, à l’appréciation de leur impact sur la gestion de l’entreprise et à l’évaluation
de leurs conséquences financières sur une période significative.

Cette étape vise l’évaluation critique des options fiscales mises en œuvre par
l’entreprise. Ce travail d’analyse devra aboutir aux options fiscales avantageuses à
l’entreprise et celles à mettre en œuvre par celle-ci.
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

Cas possibles
d’optimisation fiscale
L’optimisation fiscale ne peut se faire que dans le
cadre des situations suivantes :

 Absence définitive d’imposition ;


 Diminution de la base imposable ;
 Réduction directe de l’impôt.
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Absence définitive d’imposition :

Elle peut être due soit à une exonération


expresse, soit au fait que l’optimisation ou le gain
en question sont hors champ d’application de
l’impôt en cause. A titre d’exemple, en matière
d’IR, si on exclut les revenus agricoles, les gains
hors
champ sont aujourd’hui rares au Maroc.
Cependant, il existe des exonérations expresses
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Absence définitive d’imposition :


o Cession de valeurs mobilières lorsque le montant annuel des
cessions ne dépasse pas 30.000 DH ;
o Des résidences mises gratuitement à la disposition d’un
membre de la famille pour en constituer la résidence
principale de ce dernier, ainsi que des locaux mis
gratuitement à la disposition des administrations publiques,
des collectivités locales et des hôpitaux publics ;
o Des profits de cession d’un immeuble ou une partie
d’immeuble occupé à titre d’habitation principale depuis au
moins 6 ans au jour de ladite cession par son propriétaire, ou
par les membres des sociétés à objet immobilier réputées
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Absence définitive d’imposition :


o Du profit réalisé par toute personne qui effectue dans
l’année civile des cessions d’immeubles dont la valeur totale
n’excède pas 140.000 dirhams ;
o Du profit réalisé sur la cession des droits indivis d’immeubles
agricoles situés à l’extérieur des périmètres urbains entre
cohéritiers ;
o Du profit réalisé à l’occasion de la cession de logement social
dont la superficie couverte et le prix de cession n’excèdent
pas respectivement 80 m2 et 250.000 dirhams, occupé par
son propriétaire à titre d’habitation principale depuis plus de
4 ans au jour de la cession ;
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Absence provisoire d’imposition

Il peut s´agir des deux situations suivantes :


Þ Le contribuable pet retardé la naissance fiscale d´un gain dont il peut tirer d’ores
et déjà parti ou d´une opération qui existe pourtant en fait : le fait générateur est
ici retardé.
Þ Malgré la naissance de l´impôt, le contribuable dispose d´un délai parfois
important pour le payer au trésor public : il y a alors exigibilité différée.
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Diminution de la base imposable :

Il existe divers procédés légaux de réduction da la base


imposable, qui peuvent être regroupés en trois catégories
principales :
 diminuer le gain brut ;
 augmenter les charges déductibles ;
 l’imputation des déficits antérieurs.
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Diminution de la base imposable :


 diminution du gain brut :
Les procédés de diminution du gain brut sont nombreux :
Un premier procédé peut résulter du choix du régime d´imposition : Par exemple, un
contribuable peut avoir le choix entre deux régimes d´imposition : le régime du résultat net
réel et le régime du bénéfice forfaitaire…
Un deuxième procédé est d´utiliser les possibilités d´exonération partielles pour certains
impôts : Il s´agit par exemple en matière d´IR et d´IS, de la `possibilité offerte par les lois
fiscales d´opter pour l´exonération à 100% de l´impôt pour les plus- values sur cession de
biens immobilisés, dans le cas de réinvestissement du produit de cession.
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

Un troisième procédé est d´utiliser l´abattement édicté par la loi : comme par exemples:
L´abattement forfaitaire de 50 % pour les revenus salariaux versés aux sportifs professionnels
L’abattement forfaitaire sur les pensions et rentes viagères perçues qui est en fonction du revenu brut,
il est applique de manière progressive. Ce taux est de:
 60 %pour le montant du revenu brut annuel jusqu'à 168000DH
 40% pour le montant du revenu brut annuel dépassant 168000DH
Abattement de 25% au titre du CA réalisé par paiement mobile pour les contribuables soumis résultat
net simplifié ou forfaitaire (article 38 et 40 du CGI).
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Diminution de la base imposable :


 augmentation des charges déductibles :

L’augmentation des charges déductibles est possible, que ce soit en matière d’IS ou d’IR, par
le recours :
o aux provisions admises en franchise d’impôt (provision pour investissement, provision
pour reconstitution de gisement, provision pour prêts aux logements de personnel)

o aux amortissements dégressifs.


OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Diminution de la base imposable :


 l’imputation des déficits antérieurs :

le choix du régime du résultat net simplifié,


en ce qui concerne les revenus
professionnels, a pour conséquence la non
prise en compte des déficits fiscaux
antérieurs dans le cadre de détermination
du résultat fiscal imposable d’un exercice
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 l’imputation des déficits antérieurs :

par contre, l’adoption du régime net réel


offre l’avantage de déduire un déficit fiscal
constaté par le contribuable au titre d’un
exercice déterminé des résultats positifs des
quatre des exercices suivants. Toutefois, le
déficit lié à l’amortissement est reportable
OPTIMISATION Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Réduction directe de l’impôt :


Deux procédés principaux de réduction directe de l´impôt peuvent être distingués :
Le premier procédé agit sur le taux de l´impôt (en se mettant en situation d ´imposition
au taux le plus bas possible)
Un second procédé pour réduire l´impôt est de bénéficier d´une réduction prévue par les
textes de lois fiscaux.
OPTIMISATION
Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Exonérations et les taux réduits :


Dans un souci d’harmonisation de l’imposition des bénéfices des entreprises, les activités bénéficiant d’exonération ou de
réduction de l’impôt dans le cadre de l’impôt sur les sociétés, profitent des mêmes avantages lorsqu’elles sont exercées
par des personnes physiques ou morales soumises à l’impôt sur le revenu.
 Exonération permanente :
Sont abrogés par l’article 8 de la loi de finances 2018
 Exonération suivies d’une réduction temporaire
Elle profite aux entreprises qui exercent leurs activités dans les zones franches d’exportation. Celle-ci
bénéficient, en effet :
De l’exonération totale pendant les 5 premiers exercices à compter de la date de début de leur
exploitation.
D’une réduction d’impôt de 80% pour les 20 années consécutives suivantes
OPTIMISATION
Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Exonération suivies d’une imposition permanente au taux réduit

Bénéficient d’une exonération totale de l’impôt sur le revenu pendant 5 ans, suivie d’une imposition
permanente au taux de 20% :
 Les entreprises exportatrices de produits ou de services pour le montant de chiffre d’affaire à
l’export, à l’exclusion des entreprises exportatrices des matériaux de récupération.
 Les entreprises, autres que celles exerçant dans le secteur minier, qui vendent à d’autres entreprises
installées dans les plateformes d’exportation des produits finis destinés à l’export, et ce au titre du
chiffre d’affaires réalisé avec ces plateformes.
 Les entreprises hôtelières et les établissements d’animation touristique au titre de leur chiffre
d’affaires réalisée en devises.
OPTIMISATION
Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Imposition temporaire au taux réduit

Certaines entreprises bénéficient de l’imposition au taux réduit de 20% pendant les 5 premiers exercices
suivant la date de début de leur exportation, suivie de l’application du barème normal de l’impôt, ce sont
notamment :
Les entreprises artisanales dont la production est le résultat d’un travail essentiellement manuel.
Les établissements privés d’enseignement ou de formation professionnelle.
Les promoteurs immobiliers, personnes morales, qui réalisent des opérations des constructions de cités,
résidence et campus universitaires, et au ce titre des revenus de locations de ces édifices.
Les exploitations agricoles imposables, à compter du premier exercice d’imposition.
OPTIMISATION
Impôt sur les Revenus
FISCALE

 Imposition permanentes au taux réduit

Sont soumises à l’IR aux taux de 20% de façon permanente les entreprises minières
exportatrices, et les entreprises minières qui vendent leurs produits à des entreprises qui
les exportent après leur valorisation.
OPTIMISATION
FISCALE

La taxe sur la valeur ajoutée


OPTIMISATION
TVA
FISCALE

La taxe sur la valeur (TVA), si elle est mal gérée, grève la trésorerie de l’entreprise. Cependant, il
existe des techniques légales pour réduire, voire annuler, son impact sur les finances de la société.
Dans le cadre des opérations d’exploitation d’une entreprise, le dirigeant se trouve amené à
faire un certain nombre de choix en matière de TVA, dont notamment
: - l'option ou non pour l’assujettissement à la TVA ;
- le choix ou le réexamen du régime d’imposition en matière de TVA (débit ou encaissement) même
si cette décision est prise lors de la création de l’entreprise ;
- l'option ou non pour l’achat en exonération de la TVA pour les immobilisations;
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

A) Gestion fiscale des opérations d'exploitation de l'entreprise TVA:


Dans le cadre des opérations d’exploitation d’une entreprise, le dirigeant se trouve amené à faire un
certain nombre de choix en matière de TVA:

 l'option ou non pour l’assujettissement à la TVA ;


A) les bénéficiaires de l’option
les personnes exerçant certains activités qui sont soit exonéré par une disposition Express de la loi, soit située en dehors du
champ d'application de la TVA peux opter pour leur assujettissement à la taxe, pour leur permettre de récupérer la TVA ayant
grevé leurs frais d’exploitation et les biens d’investissement .

B) La porté de l’option:
L’option est en principe globale. Toutefois, elle peut porter uniquement sur une partie des ventes de produits ou des prestations
dans la mesure où une entreprise exerce deux ou plusieurs activités exonérées ou non soumises à la taxe. De même, l’option
peut concerner un seul client
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

C) les avantages de l’option de la TVA:

Les exportateurs : la récupération des taxes payées an amont, par voie de demande de remboursement et l’achat
en suspension de taxes auprès des fournisseurs assujettis

Les petits fabricants, petits prestataires et les commerçants ayant un CA < 500.000 de DH: La déduction
grevant les approvisionnements , Le transfert du droit à déduction aux clients.

les revendeurs en l'état: se trouve pénaliser du fait qu'elle n'a pas de récupérer la TVA sur leur achats notamment
ils ont subi d'une exonération sans droit à déduction , l'option leur permis d'exercer leur droit la détection de la TVA
IV l'acquisition de leurs équipements et de la charge et assure la qualité de la taille des habits du résultat de
l'entreprise
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

 Le choix du régime d’imposition à la TVA : fait générateur et périodicité


de paiement
Le régime d’imposition à la TVA concerne le fait générateur (régime des débits ou régime des encaissements) et la
périodicité de paiement de la TVA
A- Choix entre le régime des encaissements et le régime des débits :
Régime d’encaissement ( droit commun): le fait générateur est constituée par l'encaissement de prix sans
considération de la date d'établissement de la facture ou la date de livraison des biens et de prestations de
services . Donnant lieu au paiement de la TVA en vertu de ce régime:
- Les encaissements partiels sur factures
- Les avances acompte et arrhes reçu à raison d'opérations taxables
- Les retenues de garantie
- Le règlement pour solde
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

Régime débit ( régime optionnel) : les redevables de la TVA sont autorisés à acquitter la taxe d'après
les débits ou la facturation . la taxe est exigible en cas d'options lorsque le compte client est débité de la
somme due à raison de la livraison de la marchandise sans considération du moment auquel intervient
l'encaissement de la dite somme.
Le régime débit présente plusieurs avantages pour l ’entreprises:
- Le cout moins élevé de gestion par rapport à celui engendré par l’adoption du régime des
encaissements (notamment pour les banques…) ;
- Si le délai fournisseur est supérieur au délai client, la déduction de la TVA sur fournisseur serait
permise alors qu'on ne la pas encore payé au fournisseur, alors que celle à verser aux services des
impôts pourrait être retardée au maximum...
- La déduction de la TVA, en cas de règlement des clients par effets, est faite à partir de la date de
l’acceptation de l’effet au lieu de la date d’encaissement de l’effet (contrairement à ce qui est admis dans
le cadre du régime des encaissements).
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

Le changement de régime:


Régime d’encaissement au régime de débit
Les redevables placés sous le régime des encaissements peuvent opter, avant le 1er janvier de chaque année, pour le
régime des débits, et doivent remplir à cette occasion une double condition, à savoir : joindre à leur déclaration au service local
d’assiette la liste des clients débiteurs éventuels à la date de l’option ; et acquitter la taxe y afférente dans les 30 jours qui suivent
la date de l’envoi de ladite déclaration. L’intérêt de ces formalités est d’ajuster la position du contribuable pour lui permettre de
passer définitivement au régime des débits

Régime débit au régime d’encaissement


L’option pour le régime du débit demeure réversible et les redevances ont la possibilité de revenir au régime de
l’encaissement chaque fois qu’ils le jugent convenable pour l’exercice de leur activité, à condition d’en faire la demande, avant le
1er janvier, et de se conformer aux dispositions légales.

Le contribuable est tenu, de produire un état récapitulatif de l’ensemble de ses clients débiteurs à la date du passage, afin
d’éviter qu’il y ait exigibilité de TVA une deuxième fois lors de l’encaissement des factures. Néanmoins la loi ne demande pas que
le contribuable établisse une liste des fournisseurs payés par des effets de commerce acceptés non encore échus, et qui ont déjà
donné lieu à déduction à partir de la date d’acception afin d’éviter une deuxième déduction lors des décaissements à leur
échéance
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

Choix de périodicité de paiement

L’imposition des redevables s’effectue, soit sous le régime de la déclaration mensuelle, soit sous celui de la déclaration
trimestrielle.

A- Le régime de la déclaration mensuelle


Il est obligatoire dans les deux cas suivants :
- pour les redevables dont le chiffre d’affaires taxable réalisé au cours de l’année écoulée atteint ou dépasse 1.000.000
de dirhams
- et pour toute personne n’ayant pas d’établissement au Maroc et y effectuant des opérations imposables.
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

Pour le régime des encaissements, la notion de « chiffre d’affaires » a un lien avec les cash-flows (les
encaissements moins la TVA) générés par les ventes. Cependant la notion du « chiffre d’affaires » pour les
assujettis au régime des débits est similaire à celle retenue au niveau des impôts directs et la loi comptable et
résulte du solde du compte de produits (ventes taxables

Enfin, la vraie différence réside dans le fait que le chiffre d’affaires à comparer au seuil est celui
résultant des opérations taxables et ne comprend pas les opérations exonérées (avec ou sans droit à
déduction), les opérations réalisées en suspension de la taxe ainsi que les opérations situées en dehors du
champs d’application qui ne sont pas prises en ligne de compte pour la comparaison.
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

B- Le régime de déclaration trimestrielle


Sont imposés au régime de la déclaration trimestrielle tout en ayant la possibilité d’opter pour la déclaration
mensuelle : pour les redevables dont le chiffre d’affaires taxable réalisé au cours de l’année écoulée est inférieur à 1.000.000
de dirhams ; les redevables exploitant des établissements saisonniers, ainsi que ceux exerçant une activité périodique ou
effectuant des opérations occasionnelles ; les nouveaux redevables pour la période de l’année civile en cours.
S’agissant de l’option pour les déclarations mensuelles, celle-ci est ouverte aux redevables qui en font la
demande avant le 31 janvier de l’année. La déclaration du CA du trimestre doit être déposée avant l’expiration du premier
mois du trimestre suivant.
La déclaration mensuelle présente des avantages beaucoup plus que la déclaration trimestrielle. Car Le dernier
mois du trimestre, n'est déductible qu'un trimestre plus tard, ce qui signifie que dans le cas de demande de remboursement
de la TVA, on doit attendre trois mois de plus bénéficier de du droit de déduction de la TVA concernant ce mois. Un
décalage qui devient d'autant plus important si les montants de la TVA des derniers mois des trimestres sont régulièrement
les plus importants.
OPTIMISATION
TVA
FISCALE

L’option pour l’achat en exonération de la TVA


Cette option est ouverte à toutes les entreprises soumises à la TVA avec droit à déduction de la TVA sur les
achats en ce qui concerne les biens d’investissement destinés à être inscrits dans un compte d’immobilisation
et ouvrant droit à déduction.
Le droit d'acquisition des biens d'investissement en exonération de la TVA est accordé aux entreprises dans les
trois premières années de début d'activité. Cet avantage permet à l'entreprise d'acheter le bien en hors taxe,
c'est à dire de gagner 20% sur le prix de revient à acquérir. Il est accordé sous la double condition:
- d'inscrire le bien acquis dans un compte d'immobilisation.
- d'affecter ledit bien à la réalisation d'opérations imposables ou exonérées avec droit à déduction. Il est à noter
par ailleurs.
OPTIMISATION
FISCALE

Les limites de l’optimisation fiscale


Les limites de l’optimisation fiscale
 La notion d’abus de droit
Si le principe de liberté de gestion de l’entreprise pourrait être admis par l’administration fiscale, il faut noter aussi
que le risque existe d’abuser de cette liberté. Pour faire face à des situations d’exagération, l’administration fiscale dispose
de la possibilité de s’opposer aux abus de droit.
Quoique l’abus de droit se distingue de la fraude par une apparence juridique correcte, car il ne constitue pas une
violation délibérée d’une obligation fiscale, il ne peut être autorisé pour cette raison.
L’abus de droit n’est pas expressément régi par la législation fiscale marocaine, mais il serait possible que
l’administration fiscale marocaine recourt au dahir formant code des obligations et contrats (DOC) pour invoquer cette
notion. Le DOC prévoit dans son article 94 :
« il n’y a pas lieu à responsabilité civile, lorsqu’une personne, sans intention de nuire, a fait ce qu’elle avait le droit de
faire .Cependant lorsque l’exercice de ce droit est de nature à causer un dommage notable à autrui et que ce dommage
peut être évité ou supprimé, sans inconvénient grave pour l’ayant droit, il y a lieu responsabilité civile, si on n’a pas fait ce
qu’il fallait pour le prévenir ou le faire cesser. »
De même, le DOC prévoit dans son article 231 :
« Tout engagement doit être exécuté de bonne foi, et obligé, non seulement à ce qui y est exprimé, mais
encore à toutes les suites que la loi, l’usage ou l’équité donnent à l’obligation après sa nature. »
Ainsi, l’administration fiscale pourrait se référer aux dispositions du code des obligations et contrats pour
invoquer des situations d’abus de droit, notamment dans les cas d’un contentieux judiciaire opposant.
Les cas où l’administration fiscale peut être amenée à rechercher le véritable caractère des conventions sont
nombreux. Nous citons, à titre d’exemple, les cas suivants :
Les contrats de gérance de fonds de commerce avec paiement ou conditions faisant présumer une vente
déguisée de ce fonds de commerce ;
Les ventes à une personne marchande de biens immobiliers (commerce d’achat et de vente
d’immeubles), consenties sous la forme de procuration pour vendre, doublées de promesse de vente ;
Les ventes déguisées sous la forme de marchés de construction ou de donation ;
OPTIMISATION
Limites de l’optimisation fiscale
FISCALE

Le mode d’application de la loi fiscale :


Les lois fiscale doivent être, en principe, appliquées de manière rigoureuse et sans
interprétation.
 Interprétation de la loi fiscale ;
En matière fiscale, le raisonnement par analogie n’est pas permis. Ainsi, les dispositions
légales prévues dans un texte ne peuvent être étendues à un autre texte.
L’interprétation par analogie en droit fiscale impliquerait l’extension à un impôt, des règles
légalement prévues pour un autre.
De ce fait, il n’est pas possible, ni pour l’administration fiscale, ni pour le contribuable
d’interpréter les lois fiscales.
OPTIMISATION
Limites de l’optimisation fiscale
FISCALE

 Application rigoureuse de la loi fiscale :

L’application rigoureuse de la loi fiscale consiste à retirer d’un texte, jusqu’à sa limite; toutes les conséquences
possibles. Cependant, en pratique, l’administration fiscale juge parfois utiles d’adopter l’esprit du législateur
au lieu de se contenter de la lettre de texte de la loi. Cette interprétation va tenir compte des travaux
préparatoires des lois et de l’intention présumée du législateur.
Par ailleurs, la loi fiscale est exécutoire le jour même de sa publication au bulletin officiel sans qu’il soit
nécessaire de tenir compte de la date d’arrivée du bulletin officiel dans les différentes régions du Royaume.
En outre, selon le principe constitutionnel imposé au législateur lui-même, la loi est non rétroactive. En fait,
une loi nouvelle créant ou supprimant des obligations fiscales ne régit que les situations et faits juridiques
existants après sa publication au bulletin officiel.
OPTIMISATION
Limites de l’optimisation fiscale
FISCALE

Optimisation fiscale et rapport de l’administration fiscale avec l’entreprise :


Ces rapports constituent dans certains cas des limites à l’optimisation fiscale, notamment lorsqu’il s’agit de questions
difficiles ou certaines. En fait, dans ces cas, il est difficile d’obtenir de l’administration fiscale « des réponses qui engagent
Par ailleurs, d’autres situations constituent en elles mêmes limites à l’optimisation fiscale, nous citerons à titre
d’illustration les cas suivants :
Pour certaines activités, l’entreprise se trouve en situation de devoir supporter définitivement une partie de la TVA,
normalement récupérable, en raison de la règle dite du « butoir » ;
Une entreprise débitrice envers le Trésors public ne peut procéder à une compensation avec les sommes dont celui-ci
lui est redevable (excédents d’acomptes, TVA à rembourser), alors que le percepteur peut retenir toute somme due à
l’entreprise pour apurer les impôts réclamés y compris ceux qui fait l’objet de contestation par entreprise ;
L’entreprise se voit réclamer le paiement des pénalités en majorations sur des sommes ayant fait l’objet dégrèvements
ultérieurs ;
OPTIMISATION Limites de l’optimisation fiscale
FISCALE

Non-respect par le Trésor public des délais légaux en matière de restitution et de


remboursement d’impôts et de taxes, notamment en ce qui concerne :
Le délai de restitution d’office du reliquat concernant l’excédent d’IS versé par la
société ;
Les délais de remboursement de la TVA.
L’absence de la jurisprudence fiscale publiée. En effet, l’absence de la publication de la
jurisprudence fiscale marocaine, qui constitue une des sources du droit, est une grave
lacune dans notre droit fiscal.
OPTIMISATION fin
FISCALE

Merci pour votre attention