Vous êtes sur la page 1sur 28

Herbert Simon : rationalité limitée, théorie des

organisations et sciences de l’artificiel.


Claude PARTHENAY1

Introduction
Depuis ses premiers ouvrages sur la gestion des services municipaux en 1937 jusqu’à
la publication du tome 3 de Models of Bounded Rationality [1997], le fil conducteur de
l’œuvre de Simon, consiste à s’interroger sur la manière dont les être humains prennent leurs
décisions ([Simon 1997, p. x], [Augier & March 2004, p. 5]. Tout au long de sa carrière
Simon va décliner cette question principale autour de trois axes de réflexion.
1) Le premier axe porte sur la question de la rationalité humaine. La notion de
rationalité limitée des agents telle que la conçoit Simon le conduit à s’opposer aux hypothèses
sur la rationalité de l’homo oeconomicus. Cette réflexion sur la rationalité ne consiste pas
seulement à poser des hypothèses plus « réalistes » que ne le ferait l’économie standard, mais
cherche aussi à construire une théorie scientifique de la rationalité humaine. Qu’est qu’un
homme de science peut dire de cette rationalité compte tenu de ce qu’il observe ? Cette
réflexion débouchera notamment sur le concept de rationalité procédurale, concept qui permet
de rendre compte de la manière dont les individus prennent leurs décisions.
2) Le deuxième axe, que l’on trouve dans les premiers travaux de Simon et qui
continuera à faire l’objet de nombreuses publications, concerne le rôle de l’organisation.
L’organisation est analysée à partir des procédures de prises de décision qu’elle met en place.
Ces dernières permettent de comprendre comment les organisations agissent puisque la
décision est le préalable à toute action. Ici, il y a deux versants dans l’analyse. Le premier
consiste à mettre en évidence les mécanismes de prise de décision et ainsi mesurer l’efficacité
de l’organisation par sa capacité à prendre les bonnes décisions dans un environnement
donné. Cependant, cette efficacité nécessite d’expliciter, et c’est là le second versant de
l’analyse, la manière dont les individus peuvent agir ensemble dans l’organisation alors même
qu’ils peuvent avoir des visions du monde différentes.
3) Le troisième axe, enfin, porte sur la possibilité de développer une nouvelle
approche de la science à côté des sciences naturelles. Cette nouvelle approche inclurait toutes
les sciences qui ont pour vocation à étudier ce qui est construit par l’homme (dans un large

1
: CEPN (Paris XIII) & Université de Cergy-Pontoise.

1
spectre qui va des organisations sociales complexes jusqu’aux objets les plus quotidiens).
Simon propose de les appeler les Sciences de l’Artificiel [1969]. Qu’est-ce qui peut justifier
une telle catégorisation ? Pourquoi ne pas s’en tenir à la distinction classique entre sciences
naturelles et sciences humaines ? [Simon 1984b]. La création des Sciences de l’Artificiel
s’explique A) par le refus de Simon de traiter les sciences humaines sur le modèle exclusif des
sciences naturelles, celui de la soumission à des lois naturelles, c’est-à-dire un modèle de la
« nécessité », B) par le refus du découpage entre les sciences et les humanités en recherchant
le noyau commun de connaissances qui les relient. [Simon 1969/1996, p. 243-244].
C) Cependant, les objets construits par l’homme, parce qu’ils sont créés pour répondre à un
besoin à un moment donné ont un caractère contingent, ce que Simon nomme leur artificialité.
En dépit de ce caractère contingent, ils peuvent faire l’objet d’une réflexion scientifique à
vocation normative puisqu’elle a pour but de créer les outils d’analyse qui permettent « de
montrer comment on peut forger des propositions empiriques à partir de tous les systèmes »
[Simon 1969/1996, p. 18].
La théorie des organisations n’est qu’une partie de l’œuvre de Simon. Cependant, pour
mieux comprendre son apport à cette théorie et la manière dont il aborde cette question, il est
important de saisir dans quel projet plus vaste s’inscrit cette réflexion. La clé de voûte de la
réflexion de Simon est la question de la rationalité limitée. Peut-on reconstruire un système
explicatif du monde cohérent à partir de cette hypothèse de rationalité limitée ? Peut-on
fonder scientifiquement une approche pragmatique des phénomènes humains ? Telle est
l’ambition de Simon dont tous les commentateurs saluent l’ampleur et la hauteur de vues des
projets et la modestie dans les discussions avec la communauté des chercheurs2. Ce chapitre a
pour objectif de rendre compte de la cohérence de la pensée de Simon, et, ainsi, d’aider à la
compréhension de la manière dont Simon aborde la question des organisations.
Notre présentation s’articule autour des trois axes de réflexion de Simon. Dans un
premier temps nous expliciterons la conception de la rationalité des agents développée par
Simon et nous montrerons en quoi elle constitue, à ses yeux, une rupture majeure par rapport
à de nombreux courants de pensée en économie. Dans un deuxième temps, nous montrerons
comment les concepts forgés par Simon prétendent rendre compte, au plus près de la réalité,
de la complexité des organisations et des firmes. Enfin, nous présenterons en quoi
l’Intelligence Artificielle, outil essentiel des Sciences de l’Artificiel, peut ouvrir sur une
nouvelle démarche scientifique dans laquelle, les comportements humains et les objets créés

2
Voir, par exemple, les nombreux témoignages dans un livre d’hommages édité par Augier & March [2004].

2
par les hommes peuvent faire l’objet d’une analyse scientifique qui prenne en compte le
caractère irréductible des sciences de l’homme par rapport aux sciences de la nature.

1. la rationalité de la prise de décision


Dès son ouvrage de 1947, Simon constate l’existence de plusieurs formes de
rationalité. Ainsi il écrit : « On peut dire qu’une décision est « objectivement » rationnelle si
elle présente en fait le comportement correct qui maximisera des valeurs données dans une
situation donnée. Elle est « subjectivement » rationnelle si elle maximise les chances, de
parvenir à une fin visée en fonction de la connaissance réelle qu’on aura du sujet. Elle est
« consciemment » rationnelle dans la mesure où l’adaptation des moyens aux fins est un
processus conscient. Elle est « intentionnellement » rationnelle dans la mesure où l’individu
ou l’organisation auront délibérément opéré cette adaptation. Elle est rationnelle « du point
de vue de l’organisation » si elle sert les objectifs de celle-ci ; enfin, elle est
« personnellement » rationnelle si elle obéit aux desseins de l’individu » [Simon 1947, p. 70].
Au-delà du constat de la pluralité des formes de rationalité, c’est bien évidemment la notion
de rationalité limitée qui joue un rôle central dans la réflexion de Simon.
Cette notion de rationalité limitée comporte deux aspects. D’une part elle signifie que
les êtres humains sont rationnels puisqu’ils peuvent expliquer, la plupart du temps, les
décisions qu’ils prennent :
« Dans une définition large de la rationalité, pratiquement tout comportement humain
est rationnel. Les gens ont des raisons pour faire ce qu’ils font, et, si on les interroge,ils
peuvent donner leur avis sur ce que se sont ces raisons » [Simon 1991b, p. 1].
D’autre part cette rationalité est limitée parce que les individus commettent des erreurs
de jugement et n’atteignent pas toujours les buts qu’ils se sont fixés :
« Bien sûr, comme Freud (et beaucoup d’expériences en laboratoire) nous l’a dit, les
gens peuvent se tromper sur eux-mêmes. Les véritables raisons peuvent être différentes de ce
qu’elles sont supposées être.(…) Dire qu’il y a des raisons aux actions des gens signifie qu’il
y a une connexion entre les actions et les buts (valeurs, fonction d’utilité) que les gens ont.
Les actions augmentent la possibilité que quelques-uns de ces buts soient atteints. Toutefois,
même dans ce que nous pouvons appeler un comportement rationnel, il peut y avoir de réels
écarts entre l’action et la réalisation du but » [Simon 1991b, p. 1].
Pourvu de cette rationalité limitée, les individus prennent leurs décisions, quelles
qu’elles soient, en fonction des buts visés et de l’analyse de l’environnement lié à cette

3
décision : « une décision dans la vie réelle comprend quelques buts ou valeurs, quelques faits
en ce qui concerne l’environnement, et quelques inférences tirées des valeurs et des faits. Les
buts et les valeurs peuvent être simples ou complexes, cohérents ou contradictoires ; les faits
peuvent être réels ou supposés, basés sur des observations ou des rapports réalisés par
d’autres ; les inférences peuvent être valides ou fausses » [Simon 1959, p. 273]
Cette définition de la rationalité pourrait apparaître banal tant il est vrai qu’elle
appartient à l’expérience individuelle de chacun. Au-delà de ce constat, l’enjeu est de savoir
s’il faut prendre en compte cette limitation de la rationalité pour comprendre les phénomènes
économiques ou bien si l’hypothèse d’individus parfaitement rationnels peut être retenue.

Quatre points seront ici développés : qu’est-ce qui limite la rationalité individuelle ?
Que recouvre la notion de rationalité procédurale ? Pourquoi faut-il prendre en compte dans
l’analyse économique cette rationalité limitée ? Enfin, l’introduction d’une limitation de la
rationalité conduit-elle à ne pas pouvoir rendre compte des capacités d’invention des agents ?

1.1. La limitation de la rationalité individuelle


Pourquoi est-il impossible d’avoir une rationalité « parfaite », c’est-à-dire une
rationalité où les moyens sont en parfaite adéquation avec leurs fins et permettent de choisir
l’action la plus efficace compte tenu des contraintes en ressources ?
La rationalité limitée provient de l’incapacité des individus à traiter l’ensemble des
informations en provenance de leur environnement : « chaque organisme humain vit dans un
environnement qui produit des millions de bits de nouvelle information chaque seconde, mais
le goulot d’étranglement de l’appareil de perception n’admet certainement pas plus de 1000
bits par seconde et probablement moins » [Simon 1959, p. 273].
Cette limitation de la possibilité, pour les individus, de saisir leur environnement
nécessite une interrogation sur la manière dont ils se représentent le monde. En effet, la
représentation du monde d’un agent déterminera, en partie, le contenu d’une décision et la
manière dont elle sera prise : « si nous acceptons qu’à la fois la connaissance et la puissance
computationnelle du preneur de décision sont sérieusement limitées, alors nous devons
distinguer entre le monde réel et la perception qu’en ont les acteurs et raisonner sur cela. Ce
qui veut dire que nous devons construire une théorie (et la tester empiriquement) du
processus de décision. Notre théorie doit inclure non seulement le processus de raisonnement

4
mais aussi le processus qui génère la représentation subjective par l’acteur du problème de
décision » [Simon 1997, p. 368-369].
Deux conséquences découlent de cette représentation subjective :
1) La représentation est tributaire du contexte dans lequel évolue l’agent individuel. La
rationalité est située dans un espace social : « le milieu organisationnel et social dans lequel
se trouve la personne qui prend une décision détermine les conséquences auxquelles elle
s’attendra, celles auxquelles elle ne s’attendra pas ; les possibilités de choix qu’elle prendra
en considération et celles qu’elle laissera de côté » [March & Simon 1958, p. 136-137].
L’émotion peut aussi orienter le choix d’un agent. En effet, ce peut être l’émotion qui attire
l’attention d’un agent vers tel aspect de son environnement plutôt que vers un autre.
2) Il va y avoir des écarts entre l’action et la réalisation des buts. « Premièrement les
acteurs peuvent avoir (et la plupart du temps auront) une information incomplète ou erronée
sur la situation et les changements potentiels de la situation au cours du temps (…)
Deuxièmement, même si l’information est complète, un acteur peut être incapable (et
généralement sera incapable) de calculer toutes les conséquences de l’action (…)
Troisièmement, les acteurs n’ont généralement pas qu’un seul but, et il peut y avoir des
incompatibilités entre les buts, la réalisation de l’un d’entre eux interférant avec la
réalisation des autres (…) Quatrièmement, un acteur peut ne pas parvenir à atteindre un but
en raison de son ignorance des moyens d’action. » [Simon 1991b, p.2].
Une telle approche de la rationalité peut sembler frustrante pour un chercheur en
sciences sociales puisque la diversité des comportements, qui découle de la rationalité limitée,
empêche l’axiomatisation des comportements individuels. Pourtant, aux yeux de Simon, il est
possible de faire une description scientifique de la manière dont les agents prennent leurs
décisions, c’est-à-dire de rendre compte du « comment » les agents agissent [Simon 1978b,
p. 494]. Cette réflexion sur le « comment » les agents agissent conduit au concept de
rationalité procédurale.

1.2. Le concept de rationalité procédurale


Le concept de rationalité procédurale consiste à considérer que les procédures par
lesquelles les individus parviennent à prendre des décisions sont rationnelles. Dès lors, ces
décisions peuvent faire l’objet d’une analyse scientifique puisque leur caractère rationnel
implique qu’elle relève d’un ordre que l’on peut exhiber [Simon 1976].
L’analyse de la rationalité à partir des procédures s’oppose explicitement à la
rationalité telle qu’elle est définie par les tenants de l’économie néo-classique. En effet,

5
l’homo oeconomicus est considéré comme capable d’effectuer tous les calculs nécessaires à la
réalisation de choix optimaux. Sous cette hypothèse, l’analyse de la procédure de décision n’a
pas d’utilité, la connaissance de l’environnement suffit pour savoir ce que sera le choix d’un
agent. C’est ce que Simon appelle la rationalité substantive3.
Ainsi, l’intérêt de mettre à jour la rationalité de la procédure de la prise de décision n’a
de sens que dans les situations où le choix des agents est difficile à réaliser : « la procédure de
calcul rationnel est intéressante seulement dans le cas où elle n’est pas triviale – c’est-à-dire
lorsque la réponse substantivement rationnelle à une situation n’est pas immédiatement
évidente. Si vous posez une pièce de vingt-cinq cents et une pièce de dix cents devant un sujet
et lui indiquez qu’il peut prendre l’une ou l’autre, non les deux, il est facile de prévoir
laquelle il choisira mais difficile d’apprendre quelque chose au sujet de ses procédures
cognitives » [Simon 1976, p. 132]. Or, le monde économique est un monde d’incertitude dans
lequel les agents n’ont qu’une capacité limitée à traiter l’information en provenance d’un
monde complexe : « nous sommes concernés par la manière dont les hommes peuvent être
rationnels dans un monde où ils sont le plus souvent incapables de prévoir exactement le futur
pertinent (…) ils peuvent seulement adopter une procédure de choix rationnel, incluant une
procédure rationnelle pour la prévision ou, au moins, l’adaptation, au futur » [Simon 1976,
p. 144].
Les agents activent une procédure de choix en fonction des buts et des valeurs qu’ils
se sont fixées. L’analyse de l’environnement, nécessaire à la prise de décision, se fait par
l’intermédiaire de stimuli : « un stimulus, interne ou externe, attire l’attention sur certains
aspects de la situation au détriment d’autres points susceptibles d’orienter le choix dans une
direction différente. Le système nerveux central est parcouru par des canaux qui permettent
de transformer les impulsions en action tout en laissant au repos de larges secteurs du
système » [Simon 1947, p. 81-82]. A un stimulus donné peut correspondre une action
« automatique » (l’on peut manger sans penser à ce que l’on mange), mais pour des décisions
plus complexes ou plus inhabituelles se met en place une « procédure délibérative ». Cette

3
Nous traduisons substantive rationality par « rationalité substantive ». L’adjectif « substantif » n’existe pas
dans ce sens en langue française. Certains auteurs préfèrent utiliser l’expression « rationalité substantielle »
[Favereau 1989] mais cette expression peut apparaître ambiguë puisqu’il s’agit de définir une rationalité parfaite
(donc plus que substantielle). Jean-Louis Le Moigne, après avoir privilégié l’expression « rationalité positive »
pour mettre en évidence le caractère totalement objectivable de ce type de rationalité, reprend l’expression de
rationalité substantive dans la nouvelle traduction de The Sciences of Artificial. Il écrit à propos de l’expression
substantively rational : « peut-être faudrait-il traduire « déductivement et formellement rationnel ? H.A. Simon
développera la distinction entre deux formes de rationalité, la rationalité « substantive » qui se caractérise
aisément par l’image du « calcul » de la décision optimale et la rationalité procédurale par l’exercice d’une
« délibération appropriée » [Simon 1969/1996, p. 397, n. 28].

6
procédure consiste à « générer » des alternatives par l’acquisition de faits et à mesurer les
éventuelles conséquences de ces différentes alternatives [Simon 1983, p. 22]. La recherche de
solutions alternatives (search) ne se poursuit pas jusqu’à une solution optimale ; elle s’arrête
lorsque l’agent trouve une solution qui lui semble pouvoir satisfaire ses besoins (satisficing)4,
c’est-à-dire une solution qui semble correspondre à son niveau d’aspiration.
Les procédures de choix sont mises en œuvre par les individus grâce à leurs aptitudes
et leurs capacités à faire évoluer ces aptitudes : « l’esprit humain (…) peut acquérir une
importante variété d’aptitudes (skills) différentes, de structures de comportement, de
répertoires pour solutionner les problèmes et d’habitudes de perception » [Simon 1976,
p. 144].
Enfin, il est possible, pour l’homme de science, de mettre en évidence ces procédures
grâce à l’intelligence artificielle. En effet, aux yeux de Simon, la structure de la pensée
humaine peut être définie, d’une part, comme un ensemble de symboles et, d’autre part, une
capacité à sélectionner et à mettre en relation ces symboles. Or, un programme d’ordinateur
est lui aussi capable d’effectuer ce type d’opérations. C’est sur la base de cette équivalence de
structures que Simon fonde et justifie le recours à l’intelligence artificielle comme mécanisme
descriptif de la manière dont les individus résolvent leurs problèmes. Au-delà de ce caractère
descriptif, les programmes en intelligence artificielle peuvent avoir un caractère normatif, au
sens où ils peuvent améliorer la prise de décision grâce à la systématisation de la procédure.

1.3. Un outil d’analyse du comportement des agents plus « réalistes » ou


une rupture paradigmatique ?
Avant même d’avoir développé le concept de rationalité procédurale, Simon avait
montré que les conséquences du recours à l’hypothèse de rationalité limitée sont importantes.
La comparaison de son approche des comportements des agents avec celle de la
maximisation de l’utilité espérée, le conduit à considérer que les agents économiques ne
peuvent maximiser. Ainsi dans une théorie du choix rationnel, pour pouvoir effectuer un
choix optimal, l’agent doit A) connaître l’ensemble des choix possibles, B) associer un gain
(ou au moins une échelle de gains) à chaque résultat et C) prévoir l’ensemble des résultats
possibles (il ne doit pas y avoir de conséquences non anticipées) [Simon 1955, p. 103-106].

4
Le mot satisficing est un néologisme créé par Simon : « j’ai introduit il y a quelques années l’expression
« satisficing » (« valant satisfecit »), parce qu’il ne semblait pas exister en anglais de mot permettant de
caractériser les méthodes de décision visant à générer des solutions tenues pour bonnes ou satisfaisantes bien
que non optimales » [Simon 1969/1996, p. 215].

7
Or, pour Simon, il n’est pas toujours possible de connaître les gains possibles à l’avance. En
effet, les gains ne sont pas toujours comparables faute d’étalon pour les mesurer (par exemple
le choix d’un travail peut combiner des facteurs tels que proximité, intérêt du travail, salaires,
etc.) De plus, dans une organisation, la perception des gains peut varier selon les individus.
Enfin, les agents peuvent se trouver confrontés à des choix contradictoires. Aussi, plutôt que
de rechercher le choix optimal, les agents recherchent en un premier temps un sous-ensemble
de solutions (parmi l’ensemble des solutions possibles) qui leur paraît satisfaisant. Autrement
dit, les agents sélectionnent quelques solutions sans faire l’analyse de l’ensemble des
solutions possibles. Dans la plupart des cas, leur rationalité limitée ne leur permet même pas
d’envisager la totalité des solutions. A ce sous-ensemble de solutions correspond un sous-
ensemble d’actions possibles. S’il n’y a pas concordance entre les gains espérés et le sous-
ensemble des actions activées alors les individus rechercheront d’autres types d’action
possibles. Le choix est effectué à partir d’un niveau d’aspiration. Le niveau d’aspiration peut
changer en fonction de la difficulté à trouver des solutions alternatives : s’il est aisé de trouver
des solutions alternatives satisfaisantes, le niveau d’aspiration monte, s’il est difficile de
trouver des solutions alternatives satisfaisantes, le niveau d’aspiration baisse [Simon 1955,
p. 111].
Une telle approche de la rationalité conduit à réévaluer, d’une part, la théorie
économique de la firme et des organisations et, d’autre part, la théorie économique du
fonctionnement des marchés.
La firme, comme tout agent économique, ne pourra être considérée comme
maximisatrice de ses intérêts. Autrement dit, la firme ne pourra pas maximiser ses profits. Dès
lors, la firme, ne peut plus être réduite à une fonction de production et il faudra mettre à jour
la manière dont les procédures de décision s’effectuent dans l’organisation5. De ce point de
vue, Simon s’oppose à l’hypothèse du « comme si » de Friedman. Cette hypothèse consiste à
poser que, même si dans la réalité les entreprises n’effectuent pas les calculs utilisés par
l’économiste pour déterminer la production optimale, elles agissent « comme si » elles
maximisaient6. Pour Friedman une hypothèse n’a pas à être réaliste, ce n’est qu’un moyen
commode de présenter un comportement7. Le test empirique de la validité de l’hypothèse de
la maximisation du profit se fera indirectement à partir de la vérification des prédictions

5
Voir le point 2 de ce chapitre.
6
Dans son ouvrage de 1953, Friedman défend l’hypothèse d’une maximisation du profit contre des auteurs qui
ont développé d’autres théories (Hall & Hitch, Lester, Eitman) ; sur cette querelle voir Mongin ([1986], [2000]).
7
Friedman utilise l’analogie de la loi de la chute des corps dans le vide. Dans la réalité, l’effet de l’atmosphère
peut être considéré comme une friction négligeable.

8
macroéconomiques effectuées sur la base de cette hypothèse. La réponse de Simon consiste à
affirmer que les hypothèses microéconomiques peuvent être testées directement. Dès lors, le
refus d’accepter le test de l’hypothèse de maximisation, loin d’être une approximation
nécessaire, masque l’absence de réalisme de l’hypothèse8.
L’acceptation d’une rationalité limitée des agents conduit également à réévaluer le rôle
du marché. Le marché, ne peut être le moyen de parvenir à un optimum. Par contre, il réduit
le besoin en information des agents grâce au mécanisme des prix. En cela, Simon suit
explicitement la vision développée par Hayek de l’intérêt des mécanismes de marché (voir par
exemple Simon [1969/1996, p. 78] [1983, p. 89] [1991a, p. 40-41]). Cependant le marché et
son mécanisme de prix ne peuvent suffire à assurer la totalité des coordinations entre les
agents nécessaires à l’activité économique. 1) Ainsi, les marchés ne sont pas des mécanismes
optimaux, notamment ils ne permettent pas de faire face aux externalités qui nécessitent
d’autres mécanismes de régulation : « les marchés ne peuvent être utilisés qu’en conjonction
avec d’autres méthodes de contrôle social et de prises de décision » [1983, p. 89]. 2) De plus,
le marché, même s’il réduit les besoins en connaissance des individus par son mécanisme des
prix, ne permet pas d’obtenir toutes les informations nécessaires à la décision. Par exemple,
l’information nécessaire va très souvent au-delà d’une information sur le prix. Ainsi, pour
certains produits, des spécifications techniques extrêmement complexes peuvent exister.
3) Une régulation est possible par les quantités. 4) Enfin, le mécanisme des prix n’est pas
nécessairement lié au marché puisqu’il est parfois utilisé dans les organisations [Simon 1991,
p. 40-41].
Une telle acception de la rationalité limitée ne doit pas, non plus, être confondue avec
la théorie de la décision en situation d’information imparfaite. En effet, aux yeux de Simon, il
faut prendre acte de la limitation de la capacité computationnelle des individus. Or, les
théories de l’information imparfaite présupposent une capacité computationnelle des individus
plus importante que dans une situation d’information parfaite puisque les agents doivent
pouvoir calculer le coût de la recherche d’information. « On se rappellera que, pour
l’économie néoclassique, l’une des façons de traiter de l’incertitude est de dire : « Ah oui, il y
a l’incertitude et les gens vont chercher à la réduire jusqu’au point où la valeur marginale

8
Nous ne développons pas ici les critiques de Simon [1963b] sur le no bridge micro/macro, ni son choix
méthodologique du « principe de continuité de l’approximation ». La première n’est pas directement liée à notre
propos mais relève d’une critique interne de l’économie néoclassique ; un commentaire de la deuxième nous
amènerait à constater que Simon et Friedman sont proches épistémologiquement. La différence essentielle reste
dans le fait que pour Friedman, l’hypothèse micro-économique n’a pas à être testée directement, alors que pour
Simon elle peut l’être et donc elle doit l’être.

9
qu’ils peuvent espérer d’une quête supplémentaire d’information sera égale au coût marginal
de cette quête d’information » (…) Loin d’avoir simplifié le problème de la computation, loin
d’avoir pris en compte la rationalité limitée des êtres humains, les néoclassiques ont tout
simplement fait exploser le problème de la computation. Désormais les décideurs devront non
seulement connaître les distributions en probabilité des alternatives et de leurs conséquences,
mais devront aussi connaître la productivité marginale de la quête d’information »
[Simon 1984a, p. 13-14].
Il y a donc bien, avec le concept de rationalité limitée tel qu’il est défini par Simon,
rupture par rapport aux approches économiques qui considèrent que les individus peuvent
traiter parfaitement toute information disponible. Ainsi, en situation d’information imparfaite,
les règles visant à révéler l’information ou créer des droits de propriété favorisant l’efficacité
économique seront elles-mêmes imparfaites en raison de l’incapacité cognitive des individus à
créer des règles parfaitement efficaces. Cependant, l’insistance de Simon sur la limitation de
la capacité computationnelle des agents et sur les procédures de décision, n’implique pas que
la rationalité des agents est réductible à des procédures préexistantes. En effet, pour Simon,
les individus sont capables d’invention [Simon 1976, p. 146] et il est possible d’en mettre à
jour les procédures.

1.4. Limitation de la rationalité et capacité d’invention


Définir la rationalité à partir des procédures de décision présuppose-t-il que les agents
soient déterminés par ces procédures et incapables d’invention ? La réponse de Simon à cette
question, en suivant logiquement sa démarche pragmatique, n’est pas de nier l’existence de
phénomènes d’invention mais de concevoir comment il est possible de lier rationalité limitée
et capacité d’invention.
En effet, Simon défend l’hypothèse d’une unité du comportement humain. Il n’y a pas
fondamentalement de distinctions entre les procédures de création de nouveaux objets ou de
nouvelles pensées et la résolution d’autres types de problèmes. Ainsi l’observation des
procédures d’apprentissage, c’est-à-dire de la manière dont les individus apprennent à faire
des choses nouvelles pour eux, doit pouvoir éclairer la manière dont les individus inventent de
nouvelles choses : « aucune ligne de démarcation ne sépare les choses qu’on apprend mais
qui sont déjà connues des autres, de celles qui sont nouvelles pour tout le monde. Ce qui
constitue la nouveauté dépend de la nature des connaissances qui sont déjà dans l’esprit du
système de résolution de problème, et du type d’aide qu’on reçoit de l’environnement en
complément de ses propres connaissances. Nous devons nous attendre, par conséquent, à ce

10
que des processus très semblables à ceux utilisés par les systèmes d’apprentissage soient
utilisés pour construire des systèmes qui découvrent de nouvelles connaissances »
[Simon 1969/1996, p. 191-192).
De la même façon, il refuse l’idée d’une division du cerveau entre deux hémisphères :
l’hémisphère droit pour la pensée intuitive, l’hémisphère gauche pour la pensée
analytique [Simon 1981] au motif de la cohérence des procédures de pensée, qui sont, quelles
que soient les situations, des procédures de traitement de l’information.
Ainsi, tout processus de traitement de l’information relève d’une même structure de
traitement.
Les individus disposent, d’une part, d’une mémoire à long terme dans laquelle sont
stockées les informations rangées par thèmes avec un index et des liens permettant d’associer
ces informations [Simon 1969/1996, p. 161 et s.]. D’autre part, la mémoire à court terme est le
lieu où les informations sont activées et traitées. Or cette mémoire à court terme,
contrairement à la mémoire à long terme est limitée [Simon 1969/1996, p. 118 et s.]. La
compétence d’un individu, est liée à la fois à la quantité d’information contenues dans la
mémoire à long terme, mais surtout à sa capacité à utiliser au mieux sa mémoire à court
terme, c’est-à-dire sa capacité à sélectionner les informations les plus pertinentes compte tenu
de l’objectif fixé au traitement de l’information [Simon 1969/1996, p. 169 et s.].
De plus, tout processus cognitif peut être décomposé et présente les caractéristiques
suivantes : 1) il existe un état initial. Il faut 2) des opérateurs pour pouvoir générer de
nouveaux états, 3) des heuristiques pour choisir entre les alternatives, 4) des critères pour
stopper la recherche [Langley 2004, p. 465].
Comme le processus d’apprentissage, le processus cognitif qui permet de réaliser des
inventions peut être décrit : « Quelle que soit la complexité (…) les processus sont constitués
d’un grand nombre d’éléments, chaque élément pris en lui-même, étant extrêmement simple »
[March & Simon 1958, p. 173]. Cependant, il existe une spécificité en ce qui concerne le
processus d’innovation. En effet, l’effort pour engager un processus d’innovation, présuppose,
d’une part, qu’il y ait des ressources consacrées à cette activité et, d’autre part, que la situation
actuelle apparaisse insatisfaisante (ce que Simon nomme les « forclusions » [March &
Simon 1958, p. 181]).

Dans cette première partie nous avons donc montré que, pour Simon, les agents
économiques, dotés d’une rationalité limitée due à la limitation de leur capacité cognitive,
prennent des décisions qui sont rationnelles par rapport aux objectifs qu’ils se fixent. En

11
raison de cette rationalité, il est possible de mettre en évidence les procédures de décision des
agents. Cependant, dans la plupart des situations, cette rationalité ne peut, permettre de
réaliser des choix optimaux et conduit Simon à s’opposer à la vision de l’homo oeconomicus
et, plus globalement, à toute vision d’un agent économique auquel on attribuerait des
capacités de calcul non limitées. Enfin, la limitation de la rationalité ne conduit pas Simon a
refusé l’existence de capacité d’invention des individus, bien au contraire, il montre par
quelles procédures des individus dotées d’une rationalité limitée peuvent innover.
Ainsi, même dotés d’une rationalité limitée, les agents ne sont pas dépourvus de
moyens pour faire face à leur environnement ; dans cette perspective, les organisations vont
être analysées par Simon comme un instrument permettant d’améliorer la prise de décision
des agents [Simon 1979a].

2. L’organisation est un moyen de rationaliser la prise de décision


d’agents disposant d’une rationalité limitée :

Parmi les nombreuses manières d’entrer dans la « boîte noire » de l’organisation, celle
de Simon a quelques particularités.
Ayant un point de vue pragmatique, il constate, en un premier temps, l’existence des
organisations et leurs rôles prépondérants dans la vie économique. Ainsi, il emploie l’image
d’un martien qui regardait, d’une certaine distance, l’activité économique sur terre. Ce
martien verrait essentiellement des « zones vertes » représentées par des organisations reliées
par des « fils rouges » que sont les marchés [Simon 1991a].
Prenant acte de l’existence des organisations, les questions que va chercher à résoudre
Simon vont être : « comment fonctionnent-elles ? », et « quelle peut être leur forme
d’efficacité ? » La description de la manière dont les organisations fonctionnent revient à
s’interroger sur la manière dont les agents décident d’agir au sein d’une organisation, c’est-à-
dire sur la manière dont sont prises les décisions dans l’organisation [Simon 1947, chapitre 1].
Dès lors, deux questions émergent. Quelle est la rationalité de la prise de décision dans
l’organisation ? Comment, une organisation composée d’individus divers, peut-elle assurer la
cohérence de ses prises de décision ?

2.1. L’organisation comme moyen de rationaliser la prise de décision

Ainsi, la réflexion de Simon sur les organisations est essentiellement une réflexion en
termes de cognition. L’organisation, par la mise en place de procédures formalisées et

12
routinières9, par la division de buts généraux en sous buts opérationnels, par le fractionnement
de la prise de décision entre plusieurs acteurs, permet de réaliser de façon satisfaisante des
opérations de production.
L’intérêt de l’organisation est triple :
1) Elle permet la création et l’utilisation de procédures routinières et formalisées pour
faire face à l’incertitude. Dans une situation d’incertitude le contrat de travail autorise
l’employeur à choisir l’action que doit effectuer le salarié. Cette relation d’autorité entre
l’employeur et le salarié est directement inspirée de Chester Barnard [1938]. L’autorité est
définie « comme le pouvoir de prendre les décisions qui orientent l’action d’autrui. C’est une
relation entre deux individus, l’un « supérieur », l’autre « subordonné ». Le supérieur
élabore et communique ses décisions en prévoyant qu’elles seront acceptées par ses
subordonnés » [Simon 1947, p. 112]. Cette relation d’autorité permet d’imposer aux salariés
des procédures qui sont routinières et hiérarchisées. Le salarié prendra ses décisions pour agir
dans le sens des objectifs de l’organisation (i.e. obéira aux ordres) à l’intérieur d’une zone
d’acceptabilité définit par le contrat de travail. La routinisation et la hiérarchisation des
procédures de décision ont l’avantage de faciliter le processus de recherche (search) d’une
décision qui soit satisfaisante (satisficing). En effet, la formalisation de processus de
recherche économise des ressources et sa hiérarchisation permet le fractionnement de la prise
de décision à des niveaux où la connaissance de l’environnement est plus aisée pour des
individus dotés d’une rationalité limitée.
2) L’organisation permet de diviser le processus de décision entre plusieurs agents ou
services. Cette division correspond au processus utilisé par un individu face à une décision
complexe. En effet, dans ce type de situation, les individus, incapables d’effectuer des calculs
complexes, décomposent les problèmes en sous-problèmes qui peuvent eux-mêmes être à
nouveau décomposés [Newell & Simon 1972]. Ainsi, dans une organisation, les décisions
sont divisées en sous-buts opérationnels et réparties entre les services ou les individus de
façon à bénéficier de la spécialisation grâce à la division du travail, tout en gardant la
cohérence de l’ensemble des sous-décisions grâce à la relation d’autorité.
3) Enfin, le fractionnement de la prise de décision entre plusieurs acteurs dissémine les
risques d’erreur, d’autant plus que les interrelations entre les services peuvent faciliter la
correction des erreurs de décisions.

9
« L’habitude a sa contrepartie artificielle dans l’organisation, ce que Stene a appelé la « routine de
l’organisation » » [Simon 1947, p. 80].

13
A titre d’exemple, la formalisation de la procédure d’innovation peut être réalisée dans
les organisations, lesquelles, de ce point de vue, auront un certain nombre d’avantages liés à
leur structure : dissémination des erreurs par une répartition des activités d’innovation entre
les acteurs, division du travail avec spécialisation sur la résolution de sous-objectifs,
clarification et précision des idées du fait du caractère collectif de la procédure pouvant
déboucher sur une meilleure rationalisation de la procédure d’innovation. Cependant, dans les
organisations, l’innovation peut être limitée par les comportements sociaux et les règles
sociales qui sont plus ou moins permissives en matière d’innovation [March & Simon 1958,
pp. 176-177].

2.2. La cohérence d’une organisation

Dès lors que l’on pose l’organisation comme un moyen, pour les agents dotés d’une
rationalité limitée, d’effectuer des choix et de les mettre en œuvre, l’analyse du
fonctionnement de l’organisation ne peut se faire indépendamment de la psychologie des
individus. Cependant, l’organisation est confrontée au problème de la cohérence des actions
de ses membres puisque que rien n’indique a priori qu’ils partagent les mêmes buts. Comme
le souligne Simon : « ce ne sont pas les « organisations » qui prennent les décisions, mais des
êtres humains, qui se comportent en tant que membres d’organisations. Rien n’oblige, en
bonne logique, le membre d’une organisation à prendre ses décisions uniquement en fonction
de valeurs qui sont limitées du point de vue de l’organisation » [Simon 1947, p. 181]. C’est
pourquoi une organisation, pour assurer la coordination de façon efficiente10, aura recours à
l’autorité. Cette autorité est possible grâce à la docilité11 des individus, ainsi qu’à l’existence
de systèmes de sanctions et de récompenses, et enfin à la loyauté. Ces concepts nécessaires à
la compréhension du fonctionnement des organisations sont présents dès Administrative
behavior et sont repris, 45 ans plus tard, par Simon dans un article de 1991 [1991a]. Comme
le souligne J.L. Le Moigne [Demailly et Le Moigne 1986, p. 646] l’ouvrage Administrative
Behavior constitue : « le noyau de toute son œuvre, puisque toutes les idées qu’il développera
plus tard semblent prolonger quelques-uns uns des arguments que développe ce livre ». Plutôt
qu’une présentation détaillée de ces concepts, nous allons en restituer la logique.

10
Simon définit ainsi le critère d’efficience : « Si deux solutions ont un coût identique, le critère d’efficience
commande de choisir celle qui permet de réaliser au mieux les objectifs poursuivis ; si deux solutions
aboutissent au même résultat, il faut choisir la moins coûteuse » [Simon 1947, p. 109].
11
Précisons d’emblée que la docilité ne doit pas être confondue avec la soumission [Simon 1947, p. 77, note 6].

14
Le premier moyen d’assurer la coordination, sans doute le plus classique, est le
recours à des systèmes de sanctions et de récompenses ([Simon 1947, p. 104], [Simon 1991a,
p. 33]). Cependant un système de sanctions et de récompenses ne suffit pas. En effet, pour
qu’un tel système soit efficace, il faut pouvoir mesurer l’apport de chaque salarié, autrement
dit, il convient que l’interdépendance des actions ne soit pas trop forte.
Or, ce sont justement les cas où l’interdépendance est forte qui donnent un avantage à
l’organisation par rapport au marché [Simon 1991a, p. 33]. Autrement dit, une organisation ne
peut fonctionner sans une forme d’acceptation et d’internalisation par les acteurs des buts de
cette organisation. Cette internalisation des buts de l’organisation est d’autant plus nécessaire
que, très souvent, les tâches ne sont pas précisément spécifiées. La plupart du temps, dans une
organisation, les ordres donnés par la hiérarchie sont très généraux, aussi « seul le but final de
l’action a été donné dans l’ordre de commandement et non la méthode pour l’atteindre »
[Simon 1991a, p. 31]. Dès lors, la loyauté consistera, de la part du salarié, à intégrer les
objectifs de l’entreprise : « dans une large mesure, chaque membre de l’organisation
« internalise » progressivement les valeurs de celle-ci et les intègre à sa psychologie et à ses
attitudes. Il en naît un attachement à une organisation ou une loyauté envers elle qui garantit
automatiquement – c’est-à-dire sans la nécessité de stimuli externes – la compatibilité de ses
décisions avec les objectifs de l’organisation. » [Simon 1947, p. 177]. Cependant, l’utilisation
du concept de loyauté pour rendre compte de l’adhésion des membres d’une organisation aux
objectifs de cette dernière, n’explique pas pour quelles raisons les membres d’une
organisation devraient devenir loyaux. S’il est possible de constater empiriquement des
phénomènes correspondants au concept de loyauté, il est beaucoup plus difficile d’en donner
une explication scientifique cohérente.
En 1947, Simon cherche la réponse à cette question, y compris du côté de la
psychanalyse avec le concept d’identification [Simon 1947, chapitre X]. Au début des années
80, c’est en se tournant vers la théorie de l’évolution des espèces qu’il va trouver la réponse à
sa question [Simon 1983]. Ce lien sera noué à partir du concept de docilité, que Simon a
utilisé dès 1947 [p. 77] et qu’il définit comme la capacité d’adaptation des individus. Par
exemple, et tout particulièrement, les individus apprennent qu’il leur sera difficile, voire
impossible, d’adopter des comportements qui rencontreraient l’hostilité des individus
appartenant à leur environnement. La docilité est donc « la tendance à se conduire d’une
façon qui est approuvée socialement et à réfréner les conduites qui vont dans un sens qui est
désapprouvé » [Simon 1983, p. 65]. Or, cette docilité semble entrer en contradiction avec la
recherche de l’intérêt individuel immédiat. Pourquoi, faudrait-il accepter de réfréner des

15
conduites socialement désapprouvées, si celles-ci améliorent immédiatement la situation de
l’agent ? Pour répondre à cette question, Simon va recourir aux théories de l’évolution de
l’espèce et montrer qu’il n’y a pas forcément contradiction entre des comportements de
« docilité » et un « intérêt individuel éclairé » [Simon 1983, p. 58].
En effet, il explique que, d’une part, il existe des modèles de l’évolution qui prennent
en compte l’altruisme [Simon 1983, p. 57 et s.]. Ainsi, les modèles de parenté mettent en
évidence qu’au sein d’une espèce, le partage de gènes, mais aussi la proximité peut entraîner
des comportements altruistes. De façon plus complexe, au sein des populations structurées,
des sous populations peuvent se développer, en lesquelles certains éléments ont des
comportements altruistes. Ainsi, si à l’intérieur d’une sous population, certains éléments
peuvent avoir des comportements altruistes qui leur sont coûteux individuellement, ces
comportements altruistes peuvent, néanmoins, améliorer la situation de l’ensemble de la sous
population, à tel point que d’autres sous populations de ce même « peuple » auront une
situation moins enviable, du fait d’un moindre nombre d’individus altruistes. Dans ce cas,
l’expérience montrera qu’il est intéressant d’avoir des comportements altruistes.
D’autre part, la possibilité pour les agents de s’adapter à l’évolution de
l’environnement repose sur la capacité d’apprentissage. Or, et c’est là l’argument essentiel
développé par Simon, l’apprentissage présuppose lui-même la possibilité d’accepter
d’apprendre. C’est ici que nous retrouvons le concept de docilité, c’est-à-dire l’acceptation de
se conformer à des comportements sociaux. En effet, une situation d’apprentissage est
forcément contraignante parce que, par définition, celui qui apprend ne peut savoir si ce qu’il
apprend lui permettra d’améliorer sa situation. La docilité n’est acceptable que si, in fine, elle
améliore la fitness ou, si l’on préfère, qu’elle améliore la position de l’individu par rapport à
son environnement ; en d’autres termes il faut que l’individu, qui accepte d’être docile,
obtienne un avantage lié à sa docilité. Ainsi l’enfant doit supporter une période
d’apprentissage mais améliore ainsi ses aptitudes (skills). Le concept de docilité permet donc
de rendre compte de situations où un individu semble renoncer à son intérêt immédiat : on
peut concevoir qu’un salarié accepte de prendre en considération l’intérêt de l’entreprise
quand bien même un éventuel comportement opportuniste ne serait pas observable12. Dès lors,
même si un individu docile peut potentiellement être trompé, le comportement de docilité doit
aussi lui être profitable. Au total, « pour perdurer comme trait de caractère, la docilité doit,
en moyenne, contribuer à la fitness de l’individu qui le possède » [Simon 1991a, p. 35]. De

12
« Etre docile, c’est être menable (tractable), gouvernable (manageable) et, par-dessus tout, enseignable
(teachtable) » [Simon 1991, p. 35]

16
plus, cette docilité peut être récompensée socialement. Un individu peut voir sa situation
personnelle se dégrader s’il accepte d’être docile ; cependant si cette docilité améliore la
situation des autres individus appartenant à son environnement, on peut penser une
organisation sociale qui récompense cet individu. L’homme est ancré dans une communauté
humaine [Simon 1991a, p. 35] ; c’est donc la complexité des relations humaines qu’il faut
pouvoir prendre en compte pour améliorer la situation des êtres humains. Cette cohérence
entre l’intérêt individuel et l’intérêt global de l’humanité est repris, par Simon, dans la
conclusion de son ouvrage de 1983 [p. 107] : « le succès dépend de notre capacité à élargir
les horizons humains de telle sorte les gens prennent en compte, en décidant de ce qu’est leur
intérêt, un éventail plus large de conséquences. Cela dépend de la façon dont chacun d’entre
nous parvient à accepter que notre sort soit lié au sort du monde tout entier, qu’il n’y a pas
d’intérêt individuel éclairé ou viable qui ne mette pas notre vie en harmonie avec la totalité
de notre environnement ». Au final, « nous pouvons, sans entrer en contradiction avec la
doctrine du « gène égoïste » (selfish gene) introduire des mécanismes pour le changement
évolutionniste d’une société tout entière qui imposent des critères sociaux dans le processus
de sélection » [Simon 1983, p. 65]. On le voit, le concept de docilité permet de préserver une
vision de l’organisation sociale basée sur l’intérêt individuel.
Cependant, la docilité n’inclut pas tous les mécanismes de loyauté vis-à-vis de
l’entreprise [Simon 1991a, p. 36]. Un autre facteur explicatif de l’adhésion des individus aux
buts de l’entreprise est précisément la limite de leur rationalité. Les individus, incapables
d’appréhender la totalité de la réalité, se focalisent sur des buts précis en adoptant ceux de
l’entreprise : « une dimension de la simplification est de concentrer son attention sur des buts
précis, et l’une des formes de la focalisation consiste à porter attention aux buts d’une
organisation ou à ceux d’une unité organisationnelle. Ayant défini cette unité comme le
« nous », les actions sont évaluées en fonction de leurs contributions aux objectifs de l’unité »
[Simon 1991a, p. 37]. C’est donc la nécessité, pour les individus, de se concentrer sur des
sous objectifs qui explique, pour une autre part, les mécanismes d’identification aux buts de
l’entreprise.

Dans cette deuxième partie nous avons montré que, pour Simon, l’efficacité de
l’organisation provient : des procédures formalisées et routinières propres aux organisations,
de la possibilité de diviser les buts de l’organisation en sous-buts opérationnels, du
fractionnement de la prise de décision entre plusieurs acteurs. Dans la firme, la cohérence des
prises de décision est permise grâce à l’autorité de l’employeur qui provient du contrat de

17
travail. Le déploiement de l’autorité s’appuie sur les mécanismes suivants : un système de
sanctions et de récompenses et la loyauté des membres qui est possible grâce à la « docilité »
des êtres humains et à l’identification aux buts de l’organisation laquelle diminue l’incertitude
des agents.
L’organisation, comme l’agent individuel, est donc analysée par Simon à partir des
procédures de prise de décision. Pour pouvoir analyser les heuristiques des prises de décisions
individuelles et collectives Simon va utiliser les outils de l’intelligence artificielle.

3. La compréhension des mécanismes de la prise de décision


relève de la science de l’artificiel.

Au-delà du constat de la rationalité limitée et de la mise en évidence des procédures de


la prise de décision par les individus et les organisations, Simon pose la question de savoir s’il
est possible de construire un outil qui rende compte des mécanismes de prise de décision et
qui puisse être descriptif, analytique, opérationnel et testable. Cet outil théorique, pour être
pragmatique, doit respecter au plus près les procédures de la pensée, tout en étant
suffisamment analytique pour permettre de les améliorer. Cet outil utilisé par Simon est
l’intelligence artificielle. Il s’agit pour lui de construire des programmes qui reproduisent le
raisonnement humain. Ainsi, le programme informatique d’échec qu’il conçoit n’est pas un
programme où l’ensemble des combinaisons possibles serait calculé à chaque coup, mais un
programme qui fonctionne à l’instar d’un maître d’échec. Or un joueur, face à une
configuration donnée sur l’échiquier, n’analyse que quelques coups possibles mis en mémoire
et utilisables en fonction de la configuration de l’échiquier [Simon 1979b].
La création de programmes en intelligence artificielle n’est pas la seule ambition de
Simon. Son projet est de rendre compte de la manière dont les êtres humains agissent avec
leur intelligence, quelle que soit leur activité. Il s’agit d’une part, de réconcilier les
raisonnements scientifiques avec les raisonnements artistiques en refusant de considérer que
les premiers pourraient être analysés parce que rationnels alors que les seconds relèveraient
d’une métaphysique indicible. Il s’agit d’autre part, de réconcilier les humanités et les
sciences humaines littéraires avec les mathématiques. Ces réconciliations sont effectuées à
partir d’une analyse pragmatique de la manière dont les individus, dans chacun de ces
domaines, raisonnent pour en montrer les aspects unitaires. Cette science qui réconcilie arts,
sciences et techniques est la science de l’artificiel, artificiel étant compris comme ce qui est
construit par l’homme en opposition aux sciences naturelles.

18
Enfin, de façon à être totalement conséquent avec lui-même, Simon va définir le
discours scientifique et donc son propre discours comme relevant d’une rationalité limitée, où
le scientifique ne peut être à la recherche que d’une solution satisfaisante (satisficing).

3.1. Intelligence artificielle et processus de pensée


L’intelligence artificielle peut servir pour décrire le raisonnement humain parce que,
comme le cerveau, un ordinateur est capable de combiner des symboles. Ces symboles sont
« des formes physiques (telles que des traits de craie sur un tableau noir) qui peuvent se
présenter comme des composants de structures de symboles (que l’on appelle parfois des
« expressions ») » [Simon 1969/1996, p. 58]. Ainsi, une structure de symboles, peut être
créée, stockée, mise en relation avec d’autres structures de symboles, transformée pour donner
de nouvelles structures de symboles, etc. Cette définition très générique de la pensée comme
combinaison de structures de symboles renvoie à ce que Simon appelle l’hypothèse de
symbole physique : « au cœur du paradigme du traitement de l’information repose une
hypothèse qu’Allen Newell et moi avons appelé l’hypothèse de symbole physique »
[Simon 1981, p. 4]. Ces symboles sont qualifiés de physiques parce qu’il repose sur des
substrats physiques « faits ici de verre et de métal (ordinateurs), ou là de chair et de sang
(cerveaux) » [Simon 1969/1996, p. 59]. En dépit, de substrats différents l’ordinateur et le
cerveau humain disposent donc d’une même compétence : « L’hypothèse du système de
symbole physique a deux importants corollaires : Corollaire 1 : Un ordinateur, programmé
de façon appropriée peut engager une action générale intelligente ; Corollaire 2 : Le cerveau
humain est un système de symbole physique. » [Simon 1981, p. 5].
En conséquence, rien n’empêche de faire raisonner un ordinateur comme un cerveau.
C’est en ce sens que Simon parle d’action intelligente d’un ordinateur. Les applications en
gestion les plus intéressantes de l’intelligence artificielle sont les systèmes experts en tant
qu’outils d’aide à la décision stratégique. Nous avons donc ici l’idée que l’intelligence
artificielle est un outil d’aide à la décision, au sens où la décision appartient aux individus :
« la recherche opérationnelle et l’Intelligence artificielle ont mis en valeur la rationalité
procédurale des acteurs économiques, les aidant à prendre de meilleures décisions »
[Simon 1969/1996, p. 102].
Mais l’intelligence artificielle peut aussi être vue comme une ingénierie de la pensée
humaine, une description et une explication de la manière dont les individus prennent leurs
décisions : « aussi primitifs que les programmes de compréhension puissent être, ils
fournissent vraiment un ensemble de mécanismes de base, une théorie, pour expliquer

19
comment les êtres humains sont capables de comprendre les problèmes, à la fois dans les
nouveaux domaines auxquels ils ne connaissent rien et dans les domaines sur lesquels ils ont
une plus ou moins grande quantité de connaissances sémantiques antérieures »
[Simon 1969/1996, p. 179].
Dès lors, un programme informatique peut servir d’outil de représentation de la
manière de prendre des décisions. Cet outil correspond aux exigences des outils scientifiques
puisqu’il peut être testé. Ainsi, un programme informatique « peut être testé empiriquement et
expérimentalement comme n’importe quelle théorie ; parce que si vous disposez d’un tel
programme, vous pouvez étudier le comportement du système de traitement de l’information
qu’il prédit, en le faisant fonctionner dans un contexte donné (celui de l’environnement du
problème) ; puis vous pouvez tester ces prédictions en regard de tel comportement humain »
[Simon 1984a, p. 4]

L’ordinateur, tel Janus, a deux visages qui ne regardent pas dans la même direction,
d’un côté le programme d’ordinateur reproduit la pensée humaine et il est l’image de la
pensée humaine, de l’autre côté, l’ordinateur, par la construction de programmes
informatiques permet de systématiser la pensée humaine et en vient ainsi à dire ce qu’est la
pensée humaine. Le programme de recherche sera achevé lorsque les deux visages de Janus
seront identiques. Outil descriptif et normatif, l’ordinateur est un outil essentiel de ce que
Simon nomme les sciences de l’artificiel.

3.2. Les Sciences de l’artificiel unificatrices des sciences de l’Homme


Pour Simon, les sciences de l’artificiel, science des objets construits par l’homme
doivent éviter deux écueils.
D’une part, Simon rejette les discours scientifiques basés exclusivement sur la logique
en raison de leur insuffisance à produire un discours de vérité. Il explique ainsi que
l’antisémitisme du nazisme ne relève pas d’une faute logique, mais repose sur une prémisse
qui considère que seuls les aryens constituent l’humanité. Avec une telle prémisse, ce n’est
pas une faute logique que d’exclure de l’humanité les juifs [Simon 1983]. Un tel refus de
considérer le discours logique comme critère exclusif de vérité, le conduit à refuser les
axiomatisations a priori, c’est-à-dire celles qui ne s’appuieraient pas sur des études
empiriques sérieuses : « Le passage des théories de la rationalité substantive aux théories de
la rationalité procédurale nécessite un changement fondamental du style scientifique, le
passage d’une insistance sur le raisonnement déductif avec un strict système d’axiomes à une

20
insistance sur l’exploration empirique et minutieuse des algorithmes complexes de la
pensée » [Simon 1976, p. 147]. Plus fondamentalement, une approche de la rationalité à partir
d’un jugement sur la rationalité des buts n’a pas de sens dans le cadre d’une rationalité
procédurale, puisque la rationalité repose sur la capacité à mettre en œuvre des buts que se
fixent les individus : « ma thèse a été que le comportement humain est généralement
rationnel, et que cela ne peut être compris sans trouver les connections entre ses actions et
ses buts. Toutefois, trouver ces connections n’est pas une simple affaire de raisonnement à
partir d’un modèle abstrait de rationalité optimisante (…) En particulier, les buts égoïstes ne
sont pas plus « rationnels » que ceux qui sont altruistes et vice versa. La rationalité ne peut
commencer à fonctionner qu’après la spécification des buts finaux ; elle ne les détermine pas.
Bien plus, les connections entre les buts et le comportement sont médiées par des
connaissances factuelles et des croyances sur les relations entre les moyens et les fins »
[Simon 1991b, p. 15].
D’autre part, il y a aussi refus chez Simon, de l’irrationnel, au sens où l’on ne pourrait
pas rendre compte de la pensée. Ainsi, comme l’explique Le Moigne [1994, p. 128 et s.], l’un
des enjeux de la rationalité procédurale est de tenter de fonder en raison le discours
scientifique. Contre Popper « qui dit qu’il n’existe pas de méthode logique pour avoir de
nouvelles idées… et que chaque découverte contient un élément d’irrationnel » [Le
Moigne 1994, p. 129], Simon cherchera à montrer en quoi tout discours scientifique peut
relever d’une analyse en termes de rationalité procédurale et donc échappe à l’idée d’une
forme d’irrationalité. Le discours scientifique comme tout discours peut faire l’objet d’une
analyse à partir de la rationalité de la procédure de résolution des problèmes étudiés : « en
1966, Herb Simon publia un chapitre « découverte scientifique et la psychologie de la
résolution des problèmes » dans lequel il eût l’audace de suggérer que l’on pouvait expliquer
et modéliser la découverte scientifique – laquelle souvent comprenait une perspicacité
créatrice – en termes de processus cognitifs usuels, utilisant les mêmes mécanismes que ceux
qui servent de base à la résolution des problèmes humains quotidiens et à la prise de
décision » [Langley 2004, p. 463].
C’est pour éviter ces deux écueils, celui d’une logique abstraite et celui de
l’irrationalité, que Simon propose la création des sciences de l’artificiel qui ont vocation à
décrire ce qui est créé par l’homme. De plus cette science de l’artificiel permet de prévenir la
division entre sciences « dures » utilisant les outils des mathématiques et de l’analytique et les
sciences « molles » utilisant les outils de la dialectique et de la rhétorique. Face à cette
division le projet d’une science de l’artificiel peut apparaître comme un tiers [Le

21
Moigne 1994, p. 150]. Ce tiers prend sens dans l’unification des différents types de pensée à
partir des processus de production de cette pensée.

Cette possibilité de recourir au concept de sciences de l’artificiel, conduit à deux


résultats :
1) Elle conduit à une démystification de la pensée humaine. Simon insiste, d’une part,
sur le caractère limité des compétences humaines [Simon 1995] et, d’autre part, sur la
prétention à faire des êtres humains la seule forme d’intelligence [Simon 1984a, p. 15].
2) Elle rend possible la mise à jour les procédures de la pensée créatrice quelle que soit
l’activité par le recours à l’intelligence artificielle. Ainsi, à propos de la peinture, il écrit : « on
peut faire des commentaires analogues au sujet des programmes informatiques qui
produisent des formes visuelles, encore que, à mon avis, certains d'entre eux aient atteint un
niveau de qualité proprement artistique bien supérieur à celui des compositions musicales
construites par des programmes informatiques. En particulier, Duane Palyka a écrit
plusieurs programmes dont les produits sont vraiment intéressants. L'un d'eux est accroché
dans ma demeure depuis plus de dix ans, sans avoir jamais cessé de me plaire. Ces
productions informatiques picturales sont certes non figuratives, comme la musique est de
type "absolu". Les programmes automatiques ne se sont pas encore attaqués à la peinture
figurative ou aux poèmes symphoniques. Leur production nécessiterait que soient au
préalable résolus les mêmes problèmes que ceux qui devraient l'être pour que l'on puisse
produire automatiquement des oeuvres littéraires, et ceci n'a pas été encore sérieusement
tenté. Néanmoins, ce que l'on vient de voir à propos de l'analyse grammaticale des écrits
indique quelques-unes unes des directions vers lesquelles on pourrait avancer » [Simon 1981,
p. 15].
Y a-t-il des limites à la description de la pensée à partir des procédures ? Deux limites
apparaissent :
1) Simon affirme que la rationalité ne commence que lorsque les buts sont donnés.
Autrement dit, Simon ne tomberait-il pas dans le même travers que ce qu’il reproche au
raisonnement logique ? Pas plus que la logique formelle ne permet de rendre compte des
prémisses, une analyse en termes de rationalité procédurale ne permettrait de rendre des buts
des individus. A cette question, Simon, grâce au caractère pragmatique de sa pensée, peut
faire deux réponses : 1) la plupart du temps les buts sont un problème à résoudre qui s’inscrit
dans un cadre plus vaste, les agents ne sont généralement confrontés qu’à des sous-buts, dont
on peut rendre compte à partir des buts d’ordre supérieur ; 2) la réflexion sur les buts relève,

22
elle aussi, de la rationalité procédurale, si un but semble insatisfaisant, cette insatisfaction crée
un stimulus interne qui entraîne une procédure qui vise à résoudre cette insatisfaction,
procédure dont l’analyse en termes de rationalité procédurale peut rendre compte (résolution
d’une insatisfaction face à une situation). C’est l’accumulation de nouveaux faits ou de
nouveaux concepts qui permettront de trouver des solutions à l’insatisfaction. Ainsi contre le
nazisme Simon écrit : « La raison n’était pas et n’aurait pu être, notre principal bouclier
contre le nazisme. Notre principal bouclier était des croyances et des valeurs factuelles
opposées » [Simon 1983, p. 10-11]13
2) Un autre problème, pour lequel Simon reconnaît ne pas avoir trouvé de solution est
le problème de la découverte de nouvelles représentations, dont l’intelligence artificiel ne
parvient pas à rendre compte. En effet, Simon décrit ainsi la manière dont les individus
parviennent à découvrir de nouvelles représentations : « La clé du succès semble être dans
une concentration de l’attention sur quelques particularités de la situation qui semblent
pertinentes ; puis dans la construction d’un espace de problème qui contienne ces
caractéristiques en oubliant les autres. Cette simple idée est loin de constituer une théorie des
changements de représentation, mais c’est une première étape de la construction d’une telle
théorie » [Simon 1969/1996, p. 198]. Il ajoute : « Le processus de découverte de nouvelles
représentations est le chaînon manquant de nos théories de la pensée. Il est désormais un des
principaux domaines de recherche en psychologie cognitive et en intelligence
artificielle » [Simon 1969/1996, p. 198]. On peut ici se demander si le point limite d’une
utilisation de l’intelligence artificielle comme représentation de l’intelligence humaine n’est
pas atteinte. En effet, contrairement aux êtres humains, les ordinateurs ne peuvent faire retour
sur leur propre représentation. Or, sans cette capacité d’autoréflexion, cette capacité
d’interroger les modalités de son propre discours, il n’est pas possible de changer de
représentation. C’est en ce sens que, lorsque l’on fait reproche à Simon de considérer qu’il y a
de l’intelligence dans l’intelligence artificielle au motif que les ordinateurs ne peuvent en dire
plus que ce que les programmes contiennent, il y a bien la marque de la limite de
l’intelligence artificielle. Certes, les ordinateurs peuvent « créés » de la pensée comme une
machine peut créer un objet, mais l’ordinateur n’a pas de représentation de lui-même et ne
peut donc créer un discours critique non inscrit dans son programme. Cette critique interne de
l’utilisation de l’intelligence artificiel ne doit masquer la grande cohérence de la pensée de

13
Souligné par nous.

23
Simon puisqu’il applique à sa propre démarche scientifique, les critères de scientificité qu’il a
défini pour les sciences de l’artificiel.

3.3. Le statut du discours de Simon et la cohérence de sa pensée.

Pour être cohérent avec lui-même Simon adopte une démarche pragmatique y compris
dans la recherche scientifique, en utilisant au mieux sa rationalité limitée : « Herb Simon
utilisait la notion de satisificing au-delà d’une construction théorique utile, il l’évoquait
régulièrement comme une heuristique pour sa propre recherche » [Langley 2004, p. 467-
468].
Une première illustration du pragmatisme de Simon et de la cohérence de sa réflexion
peut être décelée dans la manière dont il définit la rationalité humaine comme quelque chose
de simple : « Les êtres humains, considérés comme des « systèmes comportementaux » sont
relativement simples. L’apparente complexité de notre comportement, au fil du temps, est
pour une grande part le reflet de la complexité de l’environnement dans lequel nous nous
trouvons » [Simon 1969/1996, p. 107]. Dès lors, les procédures de pensée des individus
peuvent être mises à jour, et les procédures pour les mettre à jour (i.e. le travail scientifique de
Simon) relèvent de ces mêmes simples mécanismes.
Ce pragmatisme le conduit à une forme de relativisme dans l’analyse du travail
scientifique : « une théorie normative de la découverte devrait être un ensemble de critères
permettant de juger de l’efficacité et de l’efficience des processus utilisés pour découvrir des
théories scientifiques. En toute vraisemblance, les critères peuvent être dérivés des buts de
l’activité scientifique. Ce qui veut dire qu’une théorie normative repose sur des propositions
contingentes comme : « si le processus X peut être efficace pour atteindre le but Y, alors il
doit avoir les propriétés A, B et C » (…) Etant données telles normes, nous serons en droit de
dire qu’une personne qui y adhère sera un meilleur scientifique (« meilleur » voulant dire
« plus à même de faire des découvertes ») » [Langley, Simon, Bradshaw & Zytkow 1987,
p. 45]. Cependant ce relativisme est bien en cohérence avec l’idée d’une science en train de se
construire. Et, dans cette construction, Simon n’invoquera pas seulement les « vertus
héroïques » du chercheur (Popper) mais continuera à s’interroger sur les procédures de pensée
y compris les siennes. Ainsi, il reproche aux tenants du vérificationnisme comme aux tenants
du falsificationnisme d’avoir « explicitement nié que le processus de la théorie de création
pouvait être discuté en termes rationnels » [Langley, Simon, Bradshaw & Zytkow 1987,

24
p. 44]. La pensée de Simon, parce qu’elle focalise la réflexion sur la démarche et les
procédures utilisées, autorise donc à le rapprocher du pragmatisme philosophique tel qu’il est
défendu par un auteur comme Peirce [Le Moigne 1994, p. 151].

Au terme de ce parcours, nous avons donc montré que la pensée de Simon se


comprend à partir du concept de rationalité limitée lorsqu’on en tire toutes les conséquences, à
savoir la nécessité de comprendre les procédures de pensée. Dès lors, l’analyse d’un
phénomène quel qu’il soit relève d’une interrogation sur le « comment » plutôt que sur le
« pourquoi » : comment les agents économiques raisonnent, comment les organisations
prennent leurs décisions, comment l’homme de science décrit la manière dont les individus
pensent. Simon a appliqué à lui-même cette volonté de réconcilier arts, techniques et sciences.
En ce sens, J.L. Le Moigne évoque, à propos de Simon, Léonard de Vinci, figure de la
Renaissance et de l’humanisme. On peut, cependant se demander, en un raccourci
impertinent, si son recours systématique à l’intelligence artificielle n’en fait pas non plus le
dernier romantique, créateur de figures humaines semblables à des machines, rejoignant en
cela l’image d’Edison dans L’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam.

Conclusion
La cohérence et l’ampleur de la pensée de Simon en fait une œuvre originale et
personnelle. En ce sens, Simon ne s’inscrit pas dans un courant de pensée existant en
économie des organisations, mais marque, au contraire, l’ouverture d’une nouvelle forme de
réflexion sur la rationalité des agents. Il est ainsi l’un des auteurs les plus systématiquement
cité dès que la rationalité limitée des agents, comprise comme la limitation de la capacité
computationnelle, est posée comme hypothèse.
En théorie des organisations, les travaux de Le Moigne sur la modélisation des
décisions [1977] et le constructivisme [2002] sont directement inspirés par la réflexion de
Simon dont il reste un ardent défendeur de l’approche épistémologique [2001]. De la même
manière, les travaux de Mongin sur la rationalité ([1984], [2002]) peuvent être lus comme un
prolongement et un approfondissement du concept de rationalité limitée de Simon.

De façon plus générale, on peut tracer d’autres filiations ou au moins des


rapprochements avec certains courants des théories économiques des organisations. Quatre
peuvent être cités ici.

25
Ainsi, L’approche de Simon même si elle est très centrée sur la prise de décision,
n’exclut pas des filiations, y compris du côté des courants revendiquant la pertinence des
analyses holistes [Coriat & Weinstein 1995].
L’on trouve également dans la Nouvelle économie institutionnelle, des références à la
rationalité limitée telle qu’elle est définie par Simon ([North 2005, p. 7], [Williamson 2004,
p. 284]). Cependant, au-delà d’un accord sur l’existence des organisations et des institutions
comme conséquence de la rationalité limitée, dans la Nouvelle économie insitutionnelle, la
rationalité existe per se, alors que chez Simon cette rationalité n’apparaît que dans les
procédures. Ce n’est donc pas tant la mesure de l’écart par rapport à l’étalon que serait l’homo
oeconomicus qui marque la distance entre Simon et la NEI que la question de la nature de
l’intentionnalité des agents économiques.
La proximité de Simon avec les évolutionnistes à la Nelson et Winter [1982] est
patente en ce que Nelson et Winter revendiquent explicitement leur filiation avec la rationalité
limitée de Simon (voir à ce sujet dans le livre d’hommage à Simon [Dosi 2004], [Edigi &
Marengo 2004] [Winter 2004]). Certains travaux prolongent directement ceux de Simon sur la
prise de décision [Dosi & Edigi 1991]. Le lien entre les évolutionnistes et la théorie
simonienne est sujette à controverse dans la mesure où les évolutionnistes insistent
particulièrement sur le caractère tacite des connaissances alors que pour Simon l’organisation
permet, au contraire, une formalisation des procédures de décision [Arena & Lazaric 2003,
pp. 337-339].
Dans le numéro spécial de la Revue économique [1989] qui présente les travaux de
l’économie des conventions comme programme de recherche autonome, le point de clivage
entre les approches standards et les approches non-standards passe par l’acceptation de
l’hypothèse de rationalité limitée de Simon [Favereau 1989]. L’insistance mise sur l’étude des
règles et des institutions de ce courant peut très largement être analysée comme
complémentaire aux travaux de Simon [Koumakhov 2004].
Ces quelques références n’ont pas la prétention d’être exhaustives mais elles
constituent des prolongements de lecture dans une littérature facilement accessible pour le
lecteur.

Bibliographie
ARENA Richard & LAZARIC Nathalie [2003], La théorie évolutionniste du changement économique de Nelson
et Winter : une analyse économique rétrospective, Revue économique, 54 (2), pp. 329-354.

AUGIER Mie & MARCH James G. [2004], Models of a man: Essays in Memory of Hebert Simon, Cambridge
(Massachusetts), London (England), MIT Press.

26
BARNARD Chester [1938], The functions of the Executive, Cambridge, Harvard University Press.

CORIAT Benjamin & WEINTSTEIN Olivier [1995], Les nouvelles théories de l’entreprise, Paris, Le Livre de
poche.

DEMAILLY André & LE MOIGNE Jean-Louis éd. [1986], Sciences de l’intelligence, science de l’artificiel
(avec Herbert A. Simon), Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

DOSI Giovanni [2004], A Very Reasonable Objective Still Beyond Our Reach: Economics as an Empirically
Disciplined Social Science, in AUGIER Mie & MARCH James G., Models of a man: Essays in Memory of
Hebert Simon, Cambridge (Massachusetts), London (England), MIT Press, pp. 211-226.

DOSI Giovanni & EGIDI Massimo [1991], Substantive and Procedural Uncertainty: An Exploration of
Economic Behaviours in Changing Environments, Journal of Evolutionary Economics, 1 (2), pp. 145-168.

EGIDI Massimo & MARENGO Luigi [2004], Near-Decomposability, Organization, and Evolution: Somme
Notes on Herbert Simon Contribution, in AUGIER Mie & MARCH James G., Models of a man: Essays in
Memory of Hebert Simon, Cambridge (Massachusetts), London (England), MIT Press, pp. 335-350.

FAVEREAU Olivier [1989], Marchés internes, marchés externes, Revue économique, n°2, pp. 273-328.

KOUMAKHOV Rouslan [2004], La Théorie du pouvoir de Herbert Simon, Working Paper, Forum, Université
de Paris X -Nanterre.

LANGLEY Pat, SIMON Herbert A., BRADSHAW Gary L., ZYTKOW Jan M. [1987], Scientific Discovery:
Computational Explorations of the Creative Processes, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, London,
England.

LE MOIGNE Jean-Louis [1977], La Théorie du Système Général, Théorie de la Modélisation, PUF.

LE MOIGNE Jean-Louis [1994], Sur la capacité de la raison à discerner rationalité substantive et rationalité
procédurale, in FRYDMAN éd., Quelles hypothèses de rationalité pour la théorie économique ?, Paris,
l’Harmattan.

LE MOIGNE Jean-Louis [2001], Pourquoi je suis un constructiviste non repentant ?, Revue du MAUSS, n° 17,
pp. 197-223.

LE MOIGNE Jean-Louis [2002], Le constructivisme, T1, T2, T3, L’Harmattan.

MARCH James G. & SIMON Herbert A. [1958], Organizations, New York, John WILEY and Sons, traduction
française de J.C. Rouchy et G. Prunier, Paris, Dunod, 1991.

MONGIN Philippe [1984], Modèle rationnel ou modèle économique de la rationalité?, Revue économique,
35 (1), pp. 9-64.

MONGIN Philippe [1986], La controverse sur l’entreprise (1940-1950) et la formation de « l’irréalisme


méthodologique », Economies et Sociétés, Série PE, n° 5, pp. 95-151.

MONGIN Philippe [2000], La méthodologie économique au XXe siècle. Les controverses en théorie de
l’entreprise et la théorie des préférences, in BERAUD et FACCARELLO, Nouvelle histoire de la pensée
économique, T3, pp. 340-378.

MONGIN Philippe [2002], Le principe de rationalité et l’unité des sciences sociales, Revue économique, 53 (2),
pp. 301-323.

NELSON Richard et WINTER Sidney [1982], An Evolutionary Theory of Economic Change, The Belknap Press
of Harvard University Press, Cambridge.
NEWELL Allen & SIMON Herbert A. [1972], Human Problem Solving, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

27
NORTH Douglass C. [2005], Understanding the Process of Economic Change, Princeton, Princeton University
Press.

SIMON Herbert A. [1947], Administrative Behavior. A study of Decision-Making Processes in Administrative


Organization, traduction française par Pierre-Emmanuel Dauzat, 1983, Economica.

SIMON Herbert A. [1955], A Behavioral Model of Rational Choice, Quarterly Journal of Economics, 69,
pp. 99-118.

SIMON Herbert A. [1959], Theories of Decision-Making in economics and Behavioral Science, American
Economic Review, 49, n° 1, pp. 253-283.

SIMON Herbert A. [1963b], Problems of Methodology Discussion, American Economic Review, 53, n° 1,
pp. 229-231.

SIMON Herbert A. [1969/1996], The Sciences of The Artificial, Les références citées dans le texte renvoient à la
traduction de la troisième édition réalisée par Jean-Louis Le Moigne, Editions Gallimard, 2004.

SIMON Herbert A. [1976], From Substantive to Procedural Rationality, in Latsis ed., Method and Appraisal in
Economics, Cambridge University Press, pp. 129-148.

SIMON Herbert A. [1978b], On how to decide what to do, The Bell Journal of Economics, 9, n° 2, pp. 494-507.

SIMON Herbert A. [1979a], Rational Decision Making in Business Organizations, American Economic Review,
septembre, pp. 493-513.

SIMON Herbert A. [1979b], Models of thought, Yale University Press, New Haven and London.

SIMON Herbert A. [1981], L’unité des arts et des sciences : la psychologie de la pensée et de la découverte,
Adresse présentée à l’Académie des Arts et des Sciences des USA, mai 1981, traduction française de J.L. le
Moigne, in les Introuvables en langue française de H.A. Simon.

SIMON Herbert A. [1983], Reason in Human Affairs, Stanford University Press, Stanford, California.

SIMON Herbert A. [1984a], Il devient tout aussi passionnant de rechercher l’organisation des processus de
pensée que de découvrir l’organisation du mouvement des planètes. Commentaires et réponses présentées par
H.A. Simon, Colloque de la Grande Motte, in Les Introuvables en langue française de H.A. Simon, document
n° 3.

SIMON Herbert A. [1984b], Les nouvelles sciences : comprendre les sciences de l’artificiel, Débats de
l’AFCET, 6 février, Paris, in les Introuvables en langue française de H.A. Simon, document n° 7.

SIMON Herbert A [1991a], Organizations and Markets, Journal of Economic Perspectives, vol. 5, number 2,
Spring 1991, pp. 25-44.

SIMON Herbert A. [1991b], Rationality in Political Behavior, February 1991, Carnegie Mellon University.

SIMON Herbert A. [1995], Technology is not the Problem, in BAUMGARTNER Peter & PAYR Sabine,
Speaking Minds: Interviews with Twenty Eminent Cognitive Scientists, Princeton, New Jersey, Princeton
University Press, pp. 231-248.

SIMON Herbert A. [1997], Models of Bounded Rationality: Empirically Grounded Economic Reason, vol. 3,
Massachusetts Institute of Technology Press.

WILLIAMSON Oliver E. [2004], Herbert Simon and Organization Theory: Lessons for the Theory of the Firm,
in Augier and March, Models of a Man, The MIT Press, pp. 279-295.

WINTER Sidney G. [2004], The “Easy Problem” Problem, in AUGIER Mie & MARCH James G., Models of a
man: Essays in Memory of Hebert Simon, Cambridge (Massachusetts), London (England), MIT Press, pp. 297-
303.

28