Vous êtes sur la page 1sur 43

Université de Bechar – Département de médecine

1ere année de médecie.

Electrophysiologie Génerale (1)


(Potentiels de repos et d’action)

Dr. HIMEUR M A, Nov 2017


I- Rappel:

La structure de la membrane cellulaire:


II- Potentiel de Repos:
La membrane cellulaire sépare 2 milieux :

- le milieu extracellulaire,

- le milieu intracellulaire

Ces 2 milieux diffèrent par :


-
1. Les concentrations ioniques de part et d’autre de la
membrane.

Il existe des différences de concentrations ioniques entre le


milieu extra-cellulaire et le milieu intracellulaire.
Concentrations relatives des ions Na+, K+ et Cl- de part et d ’autre de
la membrane de l ’axone.

[Na+] [K+] [Cl-] e

Mb

[Na+] [K+] [Cl-] i


A.Observation :
distribution asymétrique des ions de part et d’autre
de la membrane

B. Question :

Comment les gradients de concentrations restent-ils constants ?

C. 2 Hypothèses :
1/ les ions ne peuvent pas traverser la membrane

2/ la mb est perméable aux ions mais il existe des mécanismes qui


permettent le maintien des différences de concentrations
Démarche expérimentale :

Expériences par les ions marqués

1955 Hodgkin et ¨Keynes axone géant de Calmar


Conclusion : la membrane est perméable à tous les ions inorganiques
dans les 2 sens

Na+
Cl-

K+

Ca++
Concentrations relatives des ions Na+, K+ et Cl- de part et d ’autre de
la membrane de l ’axone.

[Na+] [K+] [Cl-] e

Mb

[Na+] [K+] [Cl-] i

Gradient de concentration
1/ On constate une entrée d’ions Na+ (qui suivent leur gradient de
concentration).

Cette entrée d’ions Na+ consomme-t-elle de l’énergie ? S’agit-il d’un


transport actif ?

Comment répondre à cette question ?

En utilisant une molécule, le dinétrophénol (DNP) qui bloque la


synthèse de l’ATP dans la mitochondrie.

Observation : avec le DNP, l’entrée d’ions Na+ se poursuit

Conclusion : l’entrée d’ions Na+ est un processus passif


Il existe donc dans la membrane une structure qui consomme de
l’ATP

et qui permet la sortie permanente d’ions Na+ afin de maintenir


constante la différence de concentration.

Cette sortie de Na+ est couplée à l’entrée de K+.

Cette structure est la pompe Na+/K+


http://highered.mcgraw-
hill.com/sites/0072495855/student_view0/chapter2/animation__how_the_sodi
um_potassium_pump_works.html

http://www.brookscole.com/chemistry_d/templates/student_resources/shared_re
sources/animations/ion_pump/ionpump.html
2. Il existe une différence de potentiel entre les 2 faces de la
membrane
d’après Neurobiologie Cellulaire C. Hammond, ed. Doin, épuisé
Différence de potentiel entre la face interne et la face
externe de la membrane, Vm (Vi - Ve)
=

Différence de potentiel de membrane


=
Potentiel de membrane (abus de langage)
Vm (Vi-Ve)
Vp

Vs Dépolarisation
Vo
Hyperpolarisation t
Concentrations relatives des ions Na+, K+ et Cl- de part et d ’autre de
la membrane de l ’axone.

[Na+] [K+] [Cl-] e


+
Mb
-

[Na+] [K+] [Cl-] i

Gradient électrique
Concentrations relatives des ions Na+, K+ et Cl- de part et d ’autre de
la membrane de l ’axone.
+
[Na ] [K ] [Cl ]
+ - e

+ Mb

-
[Na+] [K+] [Cl-] i
Gradient de concentration
Gradient électrique
Gradient résultant
Le flux d’ions, c, dû au gradient de concentration :

- ne varie ni en sens, ni en amplitude


au cours de l’activité du neurone

- est indépendant du potentiel de membrane

- a une valeur constante.


Le flux d’ions, e, dû au gradient électrique :

- varie en sens et en amplitude


avec le potentiel de membrane

Le Flux net d’une espèce ionique :

Flux net = Flux c+ Flux e


Potentiel d’équilibre d’un ion, E ion
Le potentiel d’équilibre d’un ion est la différence de
potentiel (ddp) qu’il faudrait appliquer de part et
d’autre de la membrane pour que le gradient électrique
de cet ion s’oppose très exactement en direction, en sens
et en amplitude au gradient de concentration de cet ion,
chaque ion étant pris séparément.
Autrement dit, au potentiel d’équilibre de cet ion, le flux
net de cet ion est nul.
Il s’exprime par la relation de Nernst.
l’équation de Nernst

R T [ion]e
E ion= ln
Z F [ion]i
R : cste des gaz parfaits 8,314
T : température absolue
Z : valence de l’ion
F : cste de Faraday 96 500 C
Quelques exemples de Potentiel de repos

Vo Axone géant de Calmar = -70 mV

Vo f.m. de Mammifère = - 80 mV

Vo f.m. de Grenouille = - 90 mV
Les ions sont les PORTEURS de charge des milieux biologiques

où les électrons ne circulent pas librement comme dans un métal !

Il n’y a pas de courant d’électrons.

C’est grâce au déplacement des porteurs de charge (ions)

que naît le courant bio-ionique dans les milieux biologiques.


III- Potentiel d’ Action:
• La membrane qui limite un protoplasme cellulaire en repos
fonctionnel peut être assimilée à un feuillet électrique
dont les faces externes et internes correspondent à des
surfaces isopotentielles. Un courant électrique n’est débité
par un tel feuillet polarisé que si la membrane subit une
« altération » localisée qui change son état électrique.

• Selon l’intensité de la stimulation, la dépolarisation de la


membrane cellulaire reste localisée ou se propage le long
de la fibre nerveuse de part et d’autre du point d’excitation
(influx nerveux).

• Cette onde de dépolarisation est à son tour capable de


stimuler ou d’inhiber les éléments tissulaires qui lui sont
rattachés.
Au repos, c’est plus négatif
à l’intérieur de l’axone et
plus positif à l’extérieur.
Cette différence de
charges est connue
comme un potentiel.

Quelque fois, nous disons


«voltage» au lieu de
potentiel.
Nous pouvons mesurer le potentiel à travers la
membrane utilisant une électrode et un oscilloscope:
• Le potentiel d’action n’apparait qu’à partir d’une certaine intensité de la
stimulation appelée intensité liminaire.
• L’intensité minimale en dessous de laquelle n’apparait aucune
dépolarisation est appelée rhéobase.
• L’amplitude du potentiel d’action est par contre indépendante de
l’intensité de la stimulation (loi du tout ou rien).
• Les potentiels propagés sur une même fibre nerveuse ont tous la même
amplitude . Ils peuvent par contre avoir des fréquences différentes en
onction de la nature de la stimulation ou du message à transmettre.
• L’excitabilité de la fibre nerveuse est également sous la dépendance de la
durée de la stimulation.
• Intensité et durée de la stimulation interviennent en sens inverse: pour
être efficace l’intensité de la stimulation doit être d’autant plus
importante que sa durée est brève.
• Chaque fibre nerveuse est caractérisée par sa chronaxie qui représente la
durée minimale d’une excitation dont l’intensité est égale au double de la
rhéobase et qui est nécessaire pour la stimuler.
Origine de l’activation membranaire:

• Le potentiel d’action résultent d’une variation transitoire de la


perméabilité ionique de la membrane ; ce n’est que secondairement que
le potentiel de membrane se trouve modifié.
• La membrane excitée devient brusquement perméable aux ions Na+ qui
pénètrent dans la cellule du fait de l’existence d’un gradient de
concentration et du champ électrique lié à la polarisation de repos.
• Ceci entraine une augmentation du potentiel de membrane qui tend vers
la valeur du potentiel d’équilibre des ions Na+ (65mV).
• Cette variation de perméabilité membranaire aux ions Na+ diminue très
vite et redevient pratiquement nulle.
• Le potentiel de membrane est alors influencé par les seuls ions qui
demeurent diffusibles.
• Le retour au potentiel de repos est ralenti par l’augmentation plus tardive
mais plus durable de la perméabilité membranaire aux ions K+.
• Tout comme pour le Na+, le potentiel de membrane tend dès lors vers la
valeur du potentiel d’équilibre des ions K+ (-95mV).
Nature du processus:

• Les variations de perméabilité semble qu’elles soient dues à la libération


de médiateurs chimiques lors de l’excitation membranaire. Ces derniers
de par leur configuration spatiale et leur action sur des récepteurs
membranaires seraient susceptibles de lever l’obstruction de fins canaux ;
les ions Na+ pourraient s’engouffrer dans la cellule par les canaux aussi
ouverts tandis que les ions K+ sortiraient avec comme conséquence une
inversion de la polarité de la membrane.
• Une fermeture progressive des canaux liés à la destruction enzymatique
des substances chimiques permettrait de réduire rapidement la
perméabilité aux ions hydratés Na+ plus volumineux que les ions hydratés
K+ qui continueraient à sortir de la cellule pendant un certain temps (post
potentiel).
Propagation du potentiel d’action:

• Nous venons de voir qu’il se produisait au lieu même d’une stimulation


une inversion du potentiel de membrane. Cette inversion localisée crée
tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la fibre nerveuse des courants locaux
qui augmentent le potentiel de la membrane des zones voisines de la zone
excitée. Ainsi est assurée de proche en proche la propagation de l’influx
nerveux.

• Une zone préalablement excitée demeure insensible pendant un certain


temps, appelé période réfractaire, à toute nouvelle stimulation. Cette
période correspond au temps nécessaire pour que la membrane retrouve
son potentiel de repos.

• C’est donc le potentiel d’action qui crée l’excitation dans son voisinage et
qui assure sa propre propagation.
Étapes d’un potentiel d’action
A. Repos
B. Dépolarisation
C. Repolarisation
D. Hyperpolarisation
E. Retourne au repos
Extérieur de l’axone

Intérieur de l’axone
Extérieur de l’axone

Intérieur de l’axone
Étape 5: Retourne au repos
• Le potentiel de repos est rétabli par les
pompes Na+/K+ qui retournent les ions de
Na+ à l'extérieur et ramènent le K+ à
l'intérieur
Sommaire: