Vous êtes sur la page 1sur 2

3/18/2018 CMA CGM : le transport maritime de conteneurs à l’ère numérique

CMA CGM : le transport maritime de


conteneurs à l'ère numérique
PAUL MOLGA, CORRESPONDANT À MARSEILLE - PAUL MOLGA | LE 12/06/15 À 11H59

L'armateur marseillais investit massivement dans l'informatisation de


ses métiers pour suivre la globalisation de la demande de ses clients.
Trente cinq ans après avoir eu l'intuition géniale que les conteneurs utilisés par l'armée américaine
pendant la guerre du Vietnam pourraient révolutionner les échanges mondiaux, Jacques Saadé récidive
dans le numérique. Depuis plusieurs mois, son groupe CMA CGM, troisième armateur mondial de
transport de marchandises, multiplie les investissements pour préparer son offensive. « Nous entrons
dans une phase de migration digitale qui va placer les données en tant que pivot de notre business »,
confirme Elie Zeenny, un proche du premier cercle nommé responsable de l'informatique du groupe.

Le groupe veut concevoir, en partenariat avec SAP, le


premier logiciel métier adapté au transport maritime
Le top départ de cette nouvelle course a été lancé avec la signature en octobre d'un contrat de plusieurs
dizaines de millions d'euros avec l'éditeur de logiciels de gestion SAP. L'objectif de cet accord historique
: concevoir le premier logiciel métier adapté au transport maritime. « C'est un vaste programme de
transformation sur cinq ans qui engage nos équipes dans un codéveloppement pour bâtir un standard
informatique intégrant toutes les problématiques liées à l'activité de transporteur : les données
financières mais aussi l'optimisation du chargement des conteneurs, leur gestion tout au long de la
chaîne logistique, le calcul dynamique de prix en fonction des conditions de marché et du taux de
remplissage des navires », détaille Elie Zeenny. Plus de 3,3 millions de commandes annuelles et près
de 11 millions de mouvements opérés par 430 navires du groupe en circulation sont directement
concernés et plus de 500 ingénieurs informaticiens sont impliqués.

Lancement d'une application mobile sur App Store et


Google Play
Le premier résultat concret de cette transformation numérique vient de prendre forme avec le lancement
d'une application mobile qui permet désormais à son million de clients de suivre le parcours de ses
conteneurs en temps réel. Consulter les horaires des navires, rechercher une route, mais surtout suivre
leur chargement... Le tiers de la demande des clients concerne habituellement la position géographique
de leur marchandise. « Avec cette application disponible en cinq langues sur l'App Store et Google Play,
nous voulons entrainer nos clients dans notre migration en les faisant bénéficier de services réactifs et
fiables ", poursuit Elie Zeenny.

Ca n'est pas tout : le groupe est également présent dans une start-up prometteuse du nom de Traxens
qui a mis au point un boitier électronique intégrant plusieurs capteurs capables de fournir des
informations de géolocalisation, de température, de choc et même de gaz. « Ce dispositif dote les
boîtes de l'intelligence nécessaire pour améliorer la productivité et la sécurité logistique », résume son
fondateur, Michel Fallah. Avec ces données, les armateurs vont par exemple pouvoir prouver que les
scellés n'ont pas été violés sur le trajet et accélérer le dédouanement des marchandises. Ils pourront
également montrer qu'elles n'ont pas subit de coup ou qu'au contraire, c'est pendant le transport en
camion et non pas sur leur bateau que s'est produit un incident.

https://www.lesechos.fr/12/06/2015/lesechos.fr/02152285480_cma-cgm---le-transport-maritime-de-conteneurs-a-l-ere-numerique.htm 1/2
3/18/2018 CMA CGM : le transport maritime de conteneurs à l’ère numérique

Le sujet est à ce point stratégique pour CMA CGM qu'il vient de participer au tour de table organisé par
la start-up pour donner toutes les chances à son innovation de devenir un standard du transport
maritime. Le groupe va notamment équiper ses conteneurs réfrigérés pour offrir à ses clients une
traçabilité complète de leur chaîne de froid. « Malgré des centaines de millions de dollars engloutis
chaque année dans les systèmes d'information logistique, 40% des cargaisons maritimes arrivent
encore en retard. Avec cette solution, nous voulons devenir le hub de l'écosystème du fret pour les 35
millions de conteneurs qui circulent sur les mers du globe ", résume Michel Fallah.

Une université interne pour former ses 20.000


collaborateurs
La formation est la dernière brique de l'entreprise de globalisation opérée par le transporteur. Au second
étage de sa tour à Marseille, il a installé une université interne pour former en continu ses 20.000
collaborateurs dans le monde. « Avec cette nouvelle structure, ils bénéficient de cours dans les métiers
du shipping, du management, des fonctions transversales de l'entreprise, ou encore de la géopolitique
permettant une compréhension des enjeux mondiaux et des environnements particuliers », explique
Christophe Delabroye, directeur de l'Academy. Le groupe a mis le paquet : 53 formateurs délivrent dans
5 langues pas moins de 285 modules durant entre une demi-journée et six jours. L'offre est également
accessible en ligne à travers 450 modules de e-learning. D'ici à 2018, cette somme de savoir sera
formalisée dans la matrice logicielle élaborée par SAP. L'ensemble des données relatives au métier y
figureront : méthodes, finance, organisation, gestion de flux... Quand il sera prêt, l'armateur maitrisera
alors la méthodologie de transmission des ficelles intimes du métier. Un avantage compétitif qu'il espère
décisif.

Paul Molga, correspondant à Marseille

https://www.lesechos.fr/12/06/2015/lesechos.fr/02152285480_cma-cgm---le-transport-maritime-de-conteneurs-a-l-ere-numerique.htm 2/2