Vous êtes sur la page 1sur 79

Plan

Introduction Générale............................................................................................................2

Chapitre Préliminaire : Définition et classification des societes..................................3

1° : Définition de la société...............................................................................................3
2° : La classification des sociétés commerciales............................................................3

Chapitre I : la constitution des sociétés commerciales....................................................6

Section 1 : la constitution de la société du point de vue juridique ..........................6


Section 2 : La constitution de la société du point de vue comptable........................7
A – Principes généraux de la comptabilisation........................................................7
B – la constitution de la société en nom collectif....................................................11
C – La constitution de la société à responsabilité limitée ....................................17
D – La Constitution de la Société Anonyme ...........................................................17

Chapitre III : La répartition des bénéfices.......................................................................31

Section 1- L’imposition des bénéfices...........................................................................31


A– L’imposition des bénéfices de la société en nom collectif..............................31
B– l’imposition des bénéfices de la S.A. et de la S.AR.L.......................................34
Section 2 : Affectation des résultats...............................................................................38
A-Principes généraux d’affectation
B- Affectation des résultats dans la société en nom collectif...............................40
C-Affectation des résultats dans la société anonyme.............................................42
D- Affectation des résultas dans la S.A.R.L.............................................................44
Section 3 : Evaluations des titres sociaux ( Actions, parts sociales ).......................45
A –Evaluation des titres sociaux à partir du bénéfice ...........................................45
B – Evaluation des titres sociaux à partir du patrimoine de la société ..............46
C – Evaluation des actions cotées en bourse ...........................................................48
D –Evaluation des titres à partir de plusieurs formules .......................................48

Chapitre IV: Modification du capital................................................................................49

Section I -Augmentation de capital...............................................................................49


A- Augmentation du capital dans les sociétés de personnes ..............................50
B- Augmentation du capital dans la SARL..............................................................53
C– Les Sociétés par Action..........................................................................................53
Section 2 : Réduction et l’amortissement du capital..................................................62
A- Réduction du capital...............................................................................................62
B – Amortissement du capital.....................................................................................65
Chapitre IV : La dissolution des sociétés.........................................................................66
Section 1 : Cadre juridique..............................................................................................66
A–Causes de dissolution :..........................................................................................66
B - Opérations relatives à la dissolution...................................................................67
Section 2 : Traitement comptable et fiscal de la liquidation...................................67
Conclusion..............................................................................................................................77
Bibliographie...........................................................................................................................78

1
2
Introduction Générale

La comptabilité d’une manière générale, est une branche de la science


économique, branche qui s’occupe de la collecte, du traitement et de l’analyse
chiffrées des faits juridiques qui résultent de l’activité économique de la
société. S’agissant de la comptabilité approfondie, elle concerne l’application
des règles juridiques qui concerne la société depuis sa création jusqu’à son
extinction, principalement les opérations qui concernent :
- La constitution de la société : promesse et réalisation des apports.
- La répartition des bénéfices.
- Modification du capital.
- Rémunération des gérants.
- Liquidation, fusion ou consolidation des comptes.
Dans notre exposé, on présentera les quatre premiers points, le dernier
sera traiter dans les prochains exposés.

3
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Chapitre Préliminaire : Définition et Classification Des Sociétés

1° : Définition de la société

a) - La société du point de vue juridique :

Selon l’article 982 du DOC : « la société est un contrat par lequel deux ou
plusieurs personnes mettent en commun leurs biens ou leur travail ou tous les deux à
la fois en vu de partager un bénéfice qui pourra en résulter »

b) – La société du point de vue économique :

Du point de vue économique, la société peut être définit comme un


regroupement de moyens humains, matériels et financiers sous une direction
autonome ou décentralisée, ayant pour principale fonction de produire des biens et
services afin de satisfaire les besoins des consommateurs et par conséquent réaliser
un bénéfice.
Avant de passer au paragraphe suivant, il convient de distinguer entre société
civile et société commerciale.
La société civile est une société dont l’activité n’est pas commerciale et sa
constitution n’exige aucune formalité, la personnalité morale est née dès le
consentement des associés, s’agissant de la responsabilité des associés, elle est
seulement indéfinie et non solidaire sauf si elle est prévue.
La société commerciale est une société dont l’activité est commerciale et sa
constitution exige une série de formalités, notamment, la rédaction des statuts, le
dépôt du statut au tribunal, la publicité dans les journaux d’annonces légales et au
bulletin officiel, la publicité au RC. La classification juridique des sociétés
commerciales va être traitée dans le paragraphe qui suit :

2 –La classification des sociétés commerciales

Le législateur marocain distingue entre cinq types de sociétés, Cette


distinction est importante, notamment en droit fiscal : les sociétés de capitaux sont
soumises à l’impôt sur les sociétés, tandis que les sociétés de personnes relèvent de
l’impôt sur le revenu. Elle se fonde sur les éléments suivants :

Dans les sociétés de personnes, les associés se groupent parce qu’ils se


connaissent et se font confiance, la société apparaissant comme une technique
d’organisation du partenariat. C’est pourquoi, dans ces sociétés, l’intuitu personae
est primordial. La part de l’associé, que l’on appelle part sociale, n’est ainsi cessible
qu’avec le consentement de tous les autres associés, et le décès ou l’incapacité de l’un
d’eux met, en principe, fin à la société. La société en nom collectif et la société en
commandite simple sont des sociétés de personnes. ‫ ہ‬l’opposé, dans les sociétés de
capitaux, la personne des associés est indifférente. Chaque associé n’est tenu que
dans la limite de son apport. L’action qu’il a reçue est, en principe, librement
négociable. La mort ou l’incapacité d’un actionnaire n’entraîne pas la dissolution de
la société. Le type le plus marqué de société de capitaux est la société anonyme, vient
ensuite la société en commandite par action .

4
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Pourtant, force est de constater que cette distinction est rarement tranchée en
droit des sociétés. En effet, d’abord, le législateur a lui-même prévu des catégories
mixtes. Ainsi, la SARL emprunte aux deux catégories : l’intuitu personae y demeure
marqué, puisque les cessions de parts sociales à des tiers nécessitent le consentement
de la majorité des associés représentant les trois quarts du capital social. Mais, d’un
autre côté, les associés voient leur responsabilité limitée à leurs apports, ce qui est
une caractéristique des sociétés de capitaux.

Pour essayer de simplifier ce qui précède, on va présenter les caractéristiques


de l’ensemble des sociétés sous forme de tableau comparatif :

5
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

TABLEAU COMPARATIF DES SOCIETES COMMERCIALES


Capital Nombre
Responsabilité Nature des
Direction de la société
minimum d’associés
des associés droits sociaux
Au moins 2
Indéfinie et
SNC Aucun Parts sociales Gérant (s) associé (s) ou nom
commerçants
solidaire
Commanditaire :
Au moins 1
limité aux apports Gérant (s) choisi (s) parmi
commanditaire et
SCS Aucun commandité : Parts sociales les commandités ou en dehors.
1 commandité
Indéfinie et Jamais un commanditaire
(commerçant )
solidaire
Au moins 2 Parts sociales
Au plus 50 Valeur Gérant (s) choisi (s) parmi les associés ou en dehors
SARL 100 000 dh Limité aux apports
SARL à « associé minimale : d’eux
unique » 100 dhs
Avec conseil d’administration : 3 à 12 ( ou 15 sté cotée
en bourse) administrateur actionnaires ( 1 président
Actions élu parmi eux + des directeurs généraux
300 000 dh Au moins 5 Limitée aux valeur Avec directoire et conseil de surveillance : Directoire :
SA
AEP 3 M dh actionnaires apports minimale : max 5 directeurs ( 7 bourse) actionnaires ou non ( ou
100 dhs un directeur général unique si capital< 1.5M dhs )
Conseil de surveillance : 3 à 12 membres actionnaires

Au moins 1 Parts de
Commandité :
commandité commandité
indéfinie et Gérant(s) choisi (s) parmi les commandités ou en
Comme ( commerçant) actions :
SCA solidaire dehors d’eux ( jamais un commanditaire)
pour les SA Et au moins 3 valeur
Commanditaire : Conseil de surveillance : 3 actionnaires au moins
commanditaires minimale 100
Limité aux apports
actionnaires dh

6
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Chapitre I : la constitution des sociétés commerciales

Section 1 : la constitution de la société du point de vue juridique :

La constitution des sociétés commerciales nécessitent l’accomplissement d’une


série de formalités :

a) – la rédaction des statuts

C’est l’acte fondateur de la Sté, il contient toutes les règles et les clauses
relatives à la Sté, la rédaction de cet acte est obligatoire, il peut être soit acte
authentique ( acte notarié) ou sous seing privé, le statut contient également les
éléments suivants :
- l’identité de la Sté : forme, objet social (activité), le siège social, la durée de la Sté
et le capital.
- Les indicateurs sur les associés apporteurs : noms, domicile, type d’apports,
montant d’apports, leurs parts …
- Les règles relatives à la gérance, à la tenue des AG, les règles de partage des
bénéfices

b) – formalités de dépôt au tribunal

La société, une fois les statuts rédigés, doit déposer au tribunal un certain
nombre de pièces :
- deux exemplaires des statuts qui doivent être certifier conformes par le
représentant de la société.
- Une déclaration de conformité : déclaration faite par les fondateurs et par
laquelle ils attestent que la constitution a été réalisé en conformité avec la loi et
les règlements.
- Les actes de nominations des premiers dirigeants : cette condition n’est pas
nécessaire s’ils sont nommés dans les statuts ( gérance statutaire).
- Le rapport du commissaire aux apports, si il a lieu d’apport en nature.

c) - la publicité de la constitution :

La société doit procéder à une publicité légale dont l’objet est de renseigner les
futurs partenaires de la société et la rendre transparente, il s’agit d’une double
publicité :

c-1) – une publicité au bulletin officiel et dans les journaux d’annonces


légale d’un extrait du statut :

Cette publicité doit mentionner les informations suivantes : raison social,


forme, objet social, capital, siège social, la durée.
Si il s’agit de SA, il a une publicité spéciale :
1- une publicité dès la constitution et avant l’immatriculation au registre de
commerce, est faite dans un journal d’annonces légales.

7
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2- dans les 30 jours de l’immatriculation au RC, elle doit procéder à une


publicité au BO et dans un JAL.

c-2) – la publicité au registre de commerce

Lors du dépôt des documents au tribunal, la société remplit une demande


d’immatriculation ay RC.
L’immatriculation au RC fait acquérir la personnalité morale à la société, elle joue
également un rôle de publicité juridique pour faire connaître au public les
informations sur la société.

Section 2 : La constitution des société du point de vue comptable

A – Principes généraux de la comptabilisation

1°- Les frais de constitution et leur comptabilisation :

a) – Les droits d’enregistrements :

C’est l’ensemble des dépenses relatives à la constitution de la société,


notamment, celles applicables à la formation du capital, les honoraires du notaire ou
du commissaire aux apports, les frais de publicité et les autres frais .
Le calcul de ces frais nécessite un traitement spéciale, et cela dépend des
apports effectués par les associés, et là il convient de distinguer entre les apports à
titre purs et simples et les apports à titre onéreux.

a - 1) - Apports à titre purs et simples (sans dette) :

Ces apports peuvent être soit des apports en numéraire ou en nature, ils sont
soumis au droit fixe de 0,50%.

Remarque : le minima de perception est de 1 000 DH.


Exemple :
- Apports en espèces : 150 000,00 dhs.
- Apports en nature constitué de :
Matériel et outillage : 500 000,00 dhs.
Matériel de transport : 75 000,00 dhs.
Stocks de marchandises : 60 000,00 dhs.
Fonds commercial : 80 000,00 dhs.

- Calcul des droits d’enregistrement :


Le capital social est fixé à 415 000,00 dh
Droit d’enregistrement : 415 000 х 0,50% = 2075,00dh

a - 2) – Apports à titre onéreux :

8
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Les apports à titre onéreux sont imposés au droit de mutation selon la nature
des biens apportés et l’imputation donnée au passif ( dette) pris en charge par la
société constituée.
Le barème des droits d’enregistrement selon la nature des biens apportés est
comme suit :
- Marchandises neuves : ……………………………………….. 1%
- Créances-clients : …………………………………………….…1%
- Objets mobiliers : ……………………………………………….3,5%
- Immeubles : ……………………………………………………..5%
- Fonds commercial ordinaire : …………………………………5%
- Fonds commercial ( Hôtels, restaurant, débits de boissons, exploitation
cinématographiques) :………………………………………….10%
- Fournisseurs et fournisseurs effets à payer :…………………1%
- Billets de fonds : ………………………………………………...1%

En cas d’apports grevés de passif, c’est à dire l’imputation, les droits de mutation
à payer dépendent de l’imputation donnée à ce passif dans les statuts de la société, il
est intéressant d’imputer le passif, pris en charge par la société, sur les apports
imposés aux taux les plus faibles dans l’ordre suivant :
Les marchandises et les créances ………………………………1%
Les meubles et objets mobiliers ………………………………..3,5%
Le fond commercial en général, les immeubles ……………….5%
Les autres fonds commerciaux (Hôtel, cinéma…) ……………10%

a-3) – Apports mixtes :

Se sont des apports qui sont pour partie purs et simples , et pour partie à titre
onéreux.
Concernant les exemples, on va les présenter dans les opérations de
comptabilisation de constitution.

b-) Droits de timbre :

Le barème du droit de timbre de dimension est fixé comme suit :


- feuille de papier normale de dimension inférieures ou égales à 0,27m*0,42m :
20dhs.
- Au delà de ces dimensions : 50dhs.

c-) Taxe notariale :

La taxe notariale est due au taux proportionnel de 0,50% en ce qui concerne les
actes de constitution de sociétés.
La taxe notariale due sur les actes sous-seing privé rédigés par les notaires est
due au même tarif que les actes de même. nature en la forme authentique.

N B : le minima de perception est de 100,00 dhs

d-) Autres charges :

9
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

-Honoraires du notaire.
-Rémunération des commissaires aux apports.
-Frais d’immatriculation au RC.
-Frais de publicité légale : dans un journal d’annonces légales ( JAL) et au
bulletin officiel.
Les frais de constitution peuvent être enregistrés en frais préliminaires ou en
charges :
- En frais préliminaires :

2111 Frais de constitution *

51… trésorerie *

- En charges :

6136 Rémunération d’intermédiaires et honoraires *


6144 Publicité, publications et relations publiques *
6167 Impôt, taxes et droits assimilés *

51... Trésorerie *

Les frais de constitution représentent des immobilisations en non-valeurs :


C’est un actif fictif, ils doivent être amortis linéairement sur 3 à 5 ans.

6191 D.E .A des immobilisations en non-valeurs *

28111 Amorti des frais de constitution *

Les frais de constitution complètement amortis doivent être annulés.

28111 Amorti des frais de constitution *

2111 Frais de constitution *

N.B : la règle du prorata temporis ne s’applique pas aux amortissements des frais de
constitution.

2°- Comptabilisation de la promesse et de la réalisation des apports

10
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

La promesse d’apport est l’engagement de l’associé pour apporter des biens à


la société, ces biens peuvent être soit des apports en numéraire, en nature ou en
industrie ;
Apports en numéraire : il s’agit des espèces apportés par chaque associé.
Apports en nature : tout les autres types de biens autre que le numéraire et qui
sont susceptibles ’être capitalisés, par exemple : immeuble, stocks de marchandise,...
Apports en industrie : c’est le savoir faire, il s’agit de l’apport en travail, ils
sont permis dans les Sté de personnes et strictement interdits dans la SA et dans la
SARL ils ne sont permis que dans le cas où ils ont liés à l’exploitation d’un fonds de
commerce.
S’agissant de la réalisation, elle se traduit par l’accomplissement d’une part ou
de la totalité de l’engagement de l’associé, c’est à dire la libéralisation partielle ou
totale. Pour les apports en nature ils doivent être libérés intégralement à la
constitution, ces dernière doivent être évaluer par un commissaire aux apports.
La comptabilisation de la promesse et de la réalisation des apports se traduit
par les écritures comptables suivantes :

3461 Associé compte d’apport en société *

1111 Capital social *

promesse d’apport

5141 Banque /ou *


5161 Caisse *
3461 Associé compte d’apport en société *

réalisation des apports

11
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

B – la constitution de la société en nom collectif

1°- Rappels juridiques :

L’article 3 de la loi 5-96 définit la société de la manière suivante : la SNC est


une Sté dont les associés ont tous la qualité de commerçants et répondent
indéfiniment et solidairement des dettes sociales.
La SNC est une société de personne, dont les caractéristiques sont :
- Intuitu personae : c’est la prédominance du facteur personnel, c’est la raison
pour laquelle on les appelle sociétés de personnes.
- Responsabilité illimité : la responsabilité est indéfinie et solidaire, c’est à dire
qu’elle ne se limite pas aux apports et les créanciers peuvent poursuivre un ou
plusieurs associés pour le paiement de la totalité de la dettes.
- Parts sociales : en contre partie des apports, les associés reçoivent des parts
sociales, ces titres sont non négociables, c’est à dire cessibles uniquement par
la voie civile après le consentement de tous les associés et non par voie
commerciale.
Les apports peuvent être en numéraire, en nature ou en industrie et contre
lesquels les associés reçoivent des parts sociales, le capital social de la société est donc
constitué de l’ensemble des apports en numéraire et en nature.
La libéralisation des apports peut être partielle ou entière lors de la
constitution de la société.
Dans le paragraphe suivant, on présentera directement des exemples de la
constitution de la SNC.

2°- La comptabilisation de la constitution :

Application n° 1 :

Le 15-1-2004 Monsieur Bensfiya et Monsieur Slimane créent une SNC au capital


de 50 000dhs.
Bensfiya promet d’apporter 35 000dhs, Slimane promet d’apporter 15 000dhs, le
20-1-2004 Bensfiya remet un chèque à la banque pour réaliser son apport. Le 22-01-
2004 Slimane apporte 15 000dhs en espèce.
Les frais de constitution autre que le droit d’enregistrement s’élèvent à 2000dhs,
les frais sont payés avec le DE le 25-01-2004 par chèque bancaire.

TAF : Passer les écritures comptables de constitution au journal.

Solution n°1 :

Calcul du droit d’enregistrement :

Apports à titre purs et simple : 50 000 х 0,5% = 250dhs.

Total des frais de constitution : 2000 + 250 = 2250dhs.

12
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

15-01
3461 Associé Bensfiya compte d’apport en Sté 35 000
3462 Associé Slimane compte d’apport en Sté 15 000

1111 Capital social 50 000

souscription du capital

20-1
5141 Banque 35 000

3461 Associé Bensfiya compte d’apport en Sté 35 000

réalisation d’apport par Chèque n°….


22-1

5161 Caisse 15 000

3462 Associé Slimane compte d’apport en Sté 15 000

réalisation d’apport en espèces

25-01
2111 Frais de constitution 2 250

5141 Banque 2 250

règlement des frais de constitution

Application n° 2 :

M.BENHAMI, décide le 1/03/2004 de créer une SNC avec ses amis RIZQUI et
SAMRANI, ils s’engagent à effectuer les apports suivants :
- BENHAMI : les éléments actifs et passifs de son entreprise selon l’évaluation
par le commissaire aux apports.
- RIZQUI : des machines de production, un micro-ordinateur et une somme de 50
000dhs dont 20 000dhs seront apportés ultérieurement.
- SAMRANI : une camionnette et une somme de 30 000dhs dont 10 000 seront
apportés ultérieurement.
Le 10/03/2004, BENHAMI réalise ses engagements en apportant les éléments
actifs et passifs de son entreprise, la balance se présente comme suit :

La balance de l’entreprise de BENHAMI après inventaire :

13
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

N° compte Comptes SD SC
1111 Capital personnel………………………………….. 273 500
1484 Billets de fonds…………………………………….. 40 000
2230 Fonds commercial…………………………………. 80 000
2311 Terrains nus……………………………………….... 50 000
2321 Bâtiment…………………………………………….. 60 000
2332 Matériel et outillage……………………………….. 70 000
2340 Matériel de transport……………………………… 75 000
2351 Mobilier de bureau ………………………………... 10 000
2355 Matériel informatique……………………………... 25 000
28321 Amort des bâtiments……………………………… 20 000
28332 Amort du matériel et outillage…………………... 35 000
2834 Amort du matériel de transport…………………. 30 000
28351 Amort du mobilier de bureau……………………. 5 000
28355 Amort du matériel informatique………………… 15 000
3111 Marchandises……………………………………… 60 000
3421 Clients………………………………………………. 25 000
3425 Clients- effets à recevoir………………………….. 24 500
4411 Fournisseurs……………………………………….. 33 000
4415 Fournisseurs effets à payer……………………….. 28 000
Totaux 479 500 479 500

L’évaluation faite par le commissaire aux apports se présente comme suit :


- Le matériel informatique sera repris pour 60% de sa valeur comptable nette.
- La valeur des stocks est réduite de 15%.
- Les créances sur les clients seront reprises pour 22 500.
- Les autres éléments seront repris pour leur valeur de bilan.
Le 16/3/2004 RIZQUI apporte les éléments ci-après :
- Des machines évaluées à 120 000dhs.
- Un micro-ordinateur évalué à 8 000dhs.
- Un chèque bancaire de 30 000dhs.
Le 18/3/2004 SAMRANI apporte les éléments ci-après :
- Une camionnette évaluée à 80 000dhs.
- Un chèque de 20 000dhs.
Le 25/3/2004, la société règle les frais de constitution par chèques bancaires
( frais notaire 5 000dhs publicité légale 2 500dhs, honoraires du commissaires aux
apports 4000, les droits d’enregistrement à déterminer ?

T.A.F :
1- Enregistrer les écritures de constitution et de réalisation des apports dans le
journal de la société.
2- Présenter le bilan d’ouverture de la société au 25/03/2004.

14
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Solution n°2 :

1- calcul de l’apport net de BENHAMI :

Actif Montant brut Amort/Prov Montant Net + value - value Apport net
Fonds. C 80 000 - 80 000 - - 80 000
Terrains nus 50 000 - 50 000 - - 50 000
Bâtiment 60 000 20 000 40 000 - - 40 000
M.O 70 000 35 000 35 000 - - 35 000
M.T 75 000 30 000 45 000 - - 45 000
M.B 10 000 5 000 5 000 - - 5 000
M.I 25 000 15 000 10 000 - 4 000 6 000
Marchandise 60 000 - 60 000 - 9 000 51 000
Client 25 000 - 25 000 - 3 000 22 500
Client E à R 24 500 - 24 500 - - 24 500
Total ……… 359 000

Passif Montant net


Billets de fonds 40 000
Fournisseur 33 000
Fournisseur E à P 28 000
Total 101 000

L’apport total de BENHAMI est de : 359 000 – 101 00 = 258 000,00dhs.

2- L’apport de RIZQUI :

- Matériel et outillage ……………………: 120 000


- Micro-ordinateur ……………………….: 10 000
- Numéraire……………………….……….: 50 000

Total des apports : 180 000,00dhs

3- L’apport de SAMRANI :

- Matériel de transport : ………………………. : 80 000


- Numéraire:……...…………………………….. : 30 000

Total des apports : 110 000,00dhs

15
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Comptabilisation des opérations au journal :

01/03
3461 Associé Benhami compte d’apport en Sté 258 000
3462 Associé Rizqui compte d’apport en Sté 180 000
3463 Associé Samrani compte d’apport en Sté 110 000

1111 Capital social 548 000

promesse d’apport
10/03
2230 Fonds. C 80 000
2311 Terrain nus 50 000
2321 Bâtiment 60 000
2332 M.O 70 000
2340 M.T 75 000
2351 M.B 10 000
2335 M.I 6 000
3111 Marchandises 51 000
3421 Clients 22 500
2425 Clients E à R 24 500
28321 Amort de bâtiment 20 000
28332 Amort de M.O 35 000
283 Amort M.T 30 000
28351 Amort M.B 5 000
4411 Fournisseur 33 000
1484 Billets de fonds 40 000
4415 Fournisseur E à P 28 000
346 11 Associé Benhami cpt d’app en Sté 258 000

libéralisation de l’apport de Benhami

16/03
2332 M.O 120 000
2355 M.I 10 000
5141 Banque 30 000

34612 Associé Rizqui cpt d’apport en Sté 160 000

libéralisation de l’apport de Rizqui

16
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

18/03
2340 M.T 80 000
5141 Banque 20 000

34613 Associé Samrani cpt d’apport en Sté 100 000

libéralisation de l’apport de Samrani


25/03
2111 Frais de constitution 16 700

5141 Banque 16 700

Règlement des frais de constitution par chèque n°…

Calcul des droits d’enregistrement :

- à titre purs et simple : 518 000 x 0,50% = 2 590,00


- à titre onéreux :
 billets de fonds : 40 000 x 5% = 2 000,00
 Fournisseurs : 61 000 x 1% = 610,00
Total des droits : 2590 + 2000 + 610 = 5 200,00
Frais de constitution : D.E + H. du notaire + P. légale + frais du C. aux apports
5 200 + 5 000 + 2 500 + 4 000 = 16 700,00dhs.

Le bilan d’ouverture de la société au 25/03/2004

Actif Passif
Eléments Brut Am/pro Net Elément Montant
Frais préliminaires 16 700 16 700 Capital social 548 000
Fonds de commerce 80 000 80 000 Autres dettes 40 000
Terrains nus 50 000 50 000 Fournisseur 33 000
Construction 60 000 20 000 40 000 fournisseur effet à payer 28 000
Matériel et outillage 190 000 35 000 155 000
Matériel de transport 155 000 30 000 125 000
Mobilier de bureau 26 000 5 000 21 000
Marchandise 51 000 51 000
Client 22 500 22 500
Client effet à recevoir 24 500 24 500
Cpt d’associé débiteur 30 000 30 000
Banque 33 300 33 300
Total 559 000 649 000 Total 649 000

17
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

C- La constitution de la société à responsabilité limitée :

1°- Rappels juridiques :

La SARL est la forme la plus utilisée par les créateurs de l’entreprise, c’est une
structure qui convient à tout type d’activité ( industrie, commerce ou service).
Le nombre d’associé d’une SARL est compris entre 1 et 50. Ainsi, un seul
individu peut créer une SARL, on parle d’une SARL à associé unique, si le nombre
des associés dépasse 50 personnes, elle doit se transformer impérativement en SA
dans un délai de 2 ans sinon elle est dissoute.
Le capital minimum pour constituer une SARL est de 100 000dhs, la
responsabilité de tous les associés est limitée à leurs apports.
Les parts sociales doivent être souscrites en totalité par les associés et
intégralement libérés. Ils ne peuvent pas représenter des apports en industries.

2°- La comptabilisation de la constitution :

Les écritures de constitution d’une SARL sont comparables à celles relatives à la


constitution de la SNC.
Il est important de signaler que le capital social d’une SARL doit être
intégralement libéré au moment de la constitution.

D – La Constitution de la Société Anonyme :

1°- Rappels Juridiques :


La société anonyme est le type même de société de capitaux.
C’est une société commerciale par la forme, quelque soit son objet, et dans laquelle
les associés, appelés actionnaire, possèdent un droit, représenté par un titre
négociable.
Il existe deux types de S.A :
 Les S.A. ordinaires qui ne font pas appel à l’épargne publique, et pour
lesquelles le capital doit être au minimum 300 000 DH
 Les S.A faisant appel à l’épargne publique, et pour lesquelles le capital doit
être au minimum 3.000.000 DH
La souscription et la libération du capital social :
Le capital social doit être intégralement souscrit à la constitution ; les apports en
nature doivent être totalement libérés et les apports en numéraire doivent être libérés
au moins du quart à la constitution: la loi a fixé un délai maximum de 3 ans pour la
libération Intégrale des actions en numéraire (art 21).
Nombre d’associés :
Une société anonyme doit compter au moins cinq associés. Il n’existe pas de
maximum légal.
Les apports et actions :

18
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

 Des apports en numéraire: l'associé apporte une somme d'argent qu'il dépose
au compte de la société;
 Des apports en nature: l'associé apporte un bien autre que l'argent (immeuble,
terrain, matériel...);
Ces apports donnent lieu à la remise d’actions dont la valeur nominale est
déterminée par les statuts mais elle ne peut être inférieure à 100 DH (art 246).
Les différents types d’actions :
 Actions sans droit de vote.
 Actions à droite de vote double.
 Action nominatives et actions au porteur.
 Actions de priorité.
Dénomination sociale :
Elle peut être tirée de l’objet de la société, comporte un nom de personne, ou être de
fantaisie .Dans tous les cas, elle doit être précédée ou suivie de la mention « S.A. au
capital de … ».
Publicité :
La S.A. est soumise aux règles de publicité communes à toutes les sociétés.
La direction de la société:
 Un conseil d'administration et un président de conseil (ou direction générale);
 Un conseil de surveillance et un directoire.

2°- La Comptabilisation de la constitution :


Comme pour les autres sociétés, la constitution de la SA se traduit en deux
phases, à savoir :
 La phase de souscription, ou promesse d’apport
 La phase de libération du capital ou réalisation des apports.
Dans le paragraphe suivant nous allons voir les différentes manières de
libéralisation des apports dans une SA, principalement :
- Apports intégralement libérés à la constitution.
- Les apports libères partiellement à la constitution.
- La Défaillance des Actionnaires.
- Versement anticipés.

19
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

a)-Apports intégralement libérés à la constitution :


Application n° 1 : Apports en nature et en espèces intégralement libérés
La S.A.SOFAR est constituée, le 1/4/2004, au capital de 1 000 000,00 divisé en actions
de 100DH.Les apports sont constitués par :
 Des apports en nature comprenant un immeuble estimé à 150 000 DH
(dont terrain 50 000 DH), un fonds commercial de 350 000DH et des
marchandises pour 100 000 DH.
 Des apports en numéraire pour 400 000 DH
Les versements en espèces sont effectués au compte bancaire ouvert au nom de
la société à la BCM
Les frais de constitution dont le montant s’élève à 8500DH sont réglés par chèque
bancaire.
Solution :
Les opérations de comptabilisation de la constitution au Journal de la Sté, se
présentent comme suit :
1/4/04
3461 Associés, compte d’apport en société 1000000
1111 capital social 1000000
Souscription du capital
d
2230 Fonds commercial 350 000
2313 Terrains bâtis 50 000
2321 Bâtiments 100 000
3111 Marchandises 100 000
5141 Banque 400 000
3461 Associés, compte d’apport en société 1000000
Libération des 6000 actions d’apport en nature
et 4000 actions de numéraire

2111 Frais de constitution 8500


5141 Banque 8500
Chèque n°

Bilan au 1/4/2004 après opérations de constitution

20
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Actif Passif
Frais préliminaires (a) 8500 Capital social 100 0000
Fonds commercial Moins : actionnaires, -
capital
Terrains bâtis 350000
Souscrit non appelé
Constructions 50000
Banque (b) 100000 100 0000
Capital appelé
391500
Dont versé 100 0000

100 0000 100 0000

(a)Frais de constitution
(b) 400000 DH-8500DH

b)-Les apports libères partiellement à la constitution


Si le capital social doit être intégralement souscrit et si les actions
représentatives d'apports en nature doivent être libérées intégralement lors de leur
émission, les actions représentatives d'apports en numéraire peuvent être libérées
partiellement en fonction des besoins de la société. Mais, elles doivent être libérées
lors de la souscription au moins du quart de leur valeur nominale. La libération du
reste peut intervenir en une ou plusieurs fois sur décision du conseil
d'administration ou du directoire dans un délai qui ne peut excéder trois ans à
compter de l'immatriculation de la société au registre du commerce.
b.1) Cas normal : libération des fractions appelées à la date limite fixée :
La société anonyme peut, si elle n'a pas besoin d'utiliser la totalité de son
capital, appeler à la constitution seulement le quart (1/4), la moitié ou les trois quart
(3/4) de la valeur nominale des actions représentatives des apports en espèce.
Application 2 :
La S.A. FAR est constituée, le 1/4/2000, au capital de 1 000 000 DH divisé en actions
de 100DH.Les apports sont constitués par :
-Des apports en nature comprenant un immeuble estimé à 800 000 DH (dont terrain
200 000 DH), grevé d’une dette de 200 000 DH (emprunts auprès des établissements
de crédit).
-Des apports en numéraire pour 400 000 DH
L’apport en nature est libéré immédiatement et en totalité à la constitution de la
société. Les apports en numéraire sont libérés de ¼ à la souscription par versement
en banque.
Les frais de constitution dont le montant s’élève à 8500DH sont réglés par chèque
bancaire.

21
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Le conseil d’administration procède, le 1/5/2000, à l’appel du deuxième quart et


accorde un délai de 15 jours.
Tous les actionnaires ont répondu à l’appel (les fonds ont été versés en banque).

Apports Apports Apports


purs et simples A titre onéreux

Apports en nature : 800000 600 000 200 000


Apports en numéraire 400000 400 000 -
1200 000 1 000 000 200 000

= capital social
2/1/00
3461 Associés, compte d’apport en société 700000
1119 Actionnaires, capital souscrit non appelé 300000
1111 Capital social 1000000

Souscription du capital Apports en num non appelés :


4000 actions*100DH*3/4
d
2313 Terrains bâtis 200 000
2321 Bâtiments 600 000
5141 Banque 100 000
1481 Emprunts auprès des étab. de crédit 200 000
3461 Associés, compte d’apport en société 700 000
Libération intégrale des 6000 actions d’apport
Libéralisation du quart de la V.N des 4000 actions
de numéraire: 4000 actions *100DH*1/4
d
2111 Frais de constitution 5000
5141 Banque 5000
Chèque n°……..

Bilan au 10/1/2000 après opérations de constitution


Actif Passif

22
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Frais préliminaires 5000 Capital social 100 0000


Terrains bâtis 200000 Moins : actionnaires, 300000
C.S.N.A
Constructions 600000

Capital appelé
Banque (a) 95000
Dont versé 700000 700000
Autres dettes de
financement (b)
200000
900000 900000

(a)100000 DH-5000 DH 900000


(b)Emprunts auprès des étab. De crédit.
Lors de la souscription du capital, il faut distinguer la fraction appelée (3461) de la
fraction non appelée (1119).
La créance sur les actionnaires est exigible pour la fraction appelée et non exigible
pour la fraction non appelée.

1/5/00
3462 Actionnaires, capital souscrit et appelé non versé 100 000
1119 Actionnaires, C.S.N.A 100 000

Appel du 2° quart des 4000 Actions de numéraire,


4000 actions * 100 DH*1/4
16/5/00
5141 Banque 100 000
3462 Actionnaires, capital souscrit et appelé non versé 100 000
Avis de crédit n°…. libération du 2°quart appelé

23
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1119 Actionnaires, C.S.N.A


(2/1/2000) 300000 100000 (1/5/2000)

SD 200000 DH

Lors des appels ultérieurs, la fraction appelée est virée du compte 1119 au
compte 3462 ainsi la créance sur les actionnaires est rendue exigible pour la fraction
appelé.
b.2) Cas particuliers :
Lors des appels ultérieurs, il arrive que les actionnaires ne libèrent pas la
fraction appelée dans le délai fixé (libération avec retard). De même les actionnaires
peuvent verser des fractions non appelées (versements anticipés). Parfois, les
actionnaires ne versent pas la fraction appelée même après mise en demeure
(défaillance des actionnaires).
Les retards de paiement
Les statuts de la SA peuvent prévoir un taux d'intérêt visant à pénaliser et
décourager les retards de versement Un article est généralement rédigé dans ce sens.
Le souscripteur retardataire doit à ce titre, payer les intérêts et rembourser en même
temps les frais engagés par la société à cause du retard en question. Ces frais sont
généralement des frais de correspondance, lettres recommandées, téléphone etc.
Le calcul de l’intérêt I prend en compte
 le taux d’intérêt (t%)
 le montant de la tranche appelée (A)
 la durée du retard N

D’où I = A*t%*N/12

Application : S.A. FAR


Le conseil d’administration procède, le 1/5/2001, à l’appel du 3éme quart qui devrait
être versé au compte bancaire de la société au plus tard le 15/5/2001.
L’actionnaire Hassan qui souscrit 200 actions à la constitution n’a répondu à l’appel
du 3éme quart que le 30/5/2001.Les charges diverses d’exploitation engagées par la
société à cause de ce retard sont estimées à 20 DH. Les statuts prévoient un taux
d’intérêt de retard de 12% l’an.

24
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1/5/01
3462 Actionnaires, C.S.A.N.V. 100 000
1119 Actionnaires, C.S.N.A. 100 000

Appel du 3° quart des 4000 Actions de numéraire,


4000 actions * 100 DH*1/4
15/5/01
5141 Banque 95 000
3462 Actionnaires, capital souscrit et appelé non versé 95 000
Avis de crédit n°….
(4000-200)*100*1/4

3462 Actionnaires, C.S.A.N.V


(1/5/2001) 100 000 95 000 (15/5/2001)
S.D.5000 DH

30/5/01
5141 Banque 5045
3462 Actionnaires, capital souscrit et appelé non versé 5000
7197 Transferts de charges d’exploitation* 20
7381 Intérêts et produits assimilés 25

Libération du 3°quart des 200 actions de Mr


200 actions*100 DH*1/4=5000 DH
Intérêts de retard : 5000 DH*12%*15/360=25 DH

Si les charges engagées par la société, à cause de la libération avec retard sont
récupérées forfaitairement, elle peut créditer le compte 7197

25
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

La Défaillance des Actionnaires


Les actionnaires incapables d'honorer leurs engagements par le paiement des
sommes restant à verser sur le montant des actions souscrites et appelées par le
conseil d'administration ou le directoire sont considérés comme des actionnaires
défaillants.
Une procédure doit être suivie obligatoirement par la société pour résoudre le
problème de la défaillance d'un (ou plusieurs) actionnaire(s) :
a- la société adresse une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé
de réception ;
b- trente jours au moins après la mise en demeure, la société fait dans un
journal d'annonces légales un avis de mise en vente mentionnant les numéros des
actions à vendre ;
c- la société informe le débiteur, et le cas échéant les codébiteurs, par lettre
recommandée avec accusé de réception, de cette mise en vente et lui indique la date
et le numéro du journal dans lequel l'avis a été publié d- vingt jours après l'envoi de
la lettre recommandée, la mise en vente peut avoir lieu sans autorisation préalable de
la justice,
Si la vente a eu lieu, le produit net de la vente est à due concurrence, attribué à
la société. Il s'impute sur ce qui est dû en principal et intérêt par l'actionnaire
défaillant et ensuite sur le remboursement des frais exposés par la société pour
parvenir à la vente. L’actionnaire défaillant reste débiteur de la différence (art 274).
Par contre si la vente n'a pas eu lieu à défaut d'acheteurs, le conseil
d'administration ou le directoire peut prononcer la déchéance des droits de
l'actionnaire attachés aux actions concernées et conserve les sommes qui ont été
versées, sans préjudice le dommages - intérêts. Si pendant l'exercice au cours duquel
a été prononcée la déchéance des droits de l'actionnaire défaillant les actions ne
peuvent être vendues, elles doivent être annulées avec réduction corrélative du
capital.
Application: S.A. FAR
Le 1/5/02, la société décide l’appel du 4éme quart qui devrait être versé, au compte
bancaire de la société au plus tard le 31/5/02.
L’actionnaire Said, souscripteur de 200 actions, n’a pas effectué la libération du 4éme
quart.
Après une mise en demeure, le 1/6/02, la société a exécuté , le 1/9/02 les actions de
Mr Said et les a vendus à Mohamed, comme libérées de trois premiers quarts , pour
55 DH l’une. Frais de vente des titres 360 DH (HT), TVA 7%.
La société prélève un intérêt de retard au taux de 12% l’an et récupère les frais
engagés pour la vente.
Le solde est payé à Said par chèque bancaire, le 25/9/02.

26
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1/5/02
3462 Actionnaires, C.S.A.N.V. 100 000
1119 Actionnaires, C.S.N.A. 100 000
Appel du 4° quart
4000 actions * 100 DH*1/4
31/5/02
5141 Banque 95 000
3462 Actionnaires, C.S.A.N.V. 95 000
Avis de crédit n°….
(4000-200)*100*1/4

3462 Actionnaires, capital souscrit et appelé non versé


(1/5/02) 100 000 95 000 (31/5/02)
S.D 5000

Avis de crédit n° :….


Montant transaction : 200 actions*55 DH= 11 000 DH
Commissions -360 DH
TVA/commissions 7% -25.20 DH
Net= 10 614.80 DH

27
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1/9/02
5141 Banque 10614.80
6147 Services bancaires 360.00
34552 Etat, TVA récup. / ch 25.20
3462 Actionnaires, C.S.A.N.V. * 5000
4468 Autres comptes d’associés créditeurs 6000
Avis de crédit n°….
*200 actions * 100 DH*1/4
d
4468 Autres comptes d’associés créditeurs 535.2
6147 Services bancaires 360
34552 Etat, TVA récup. / ch. 25.20
7381 Intérêts et produits assimilés 150
Récupération des frais et imputation
des intérêts de retard/Said
Intérêts de retard : 5000 DH * 12% * 3/12
(du 1/6/02 au 1/9/02)

4468 Autres comptes d’associés créditeurs

(1/9/02) 535.2 6000.00 (1/9/02)


S.C. 5464.8 DH

25/9/02
3462 Autres comptes d’associés créditeurs 5464.8
5141 Banque 5464.8

Paiement du solde à Said, ch. n°….

N.B. : Mohamed est substitué à Said comme actionnaire .

28
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Analyse du résultat pour l’actionnaire défaillant :


Produit de vente des3 premiers quarts :
200 actions*55 DH = 11 000.00 DH
Valeur nominale des 3 premiers quarts :
200 actions * 100 DH * 3/4 = 15 000.00 DH
Résultat (Perte) 4000.00 DH
Frais de vente (H.T) 360.00 DH
TVA/frais 25.20 DH
Intérêts de retard 150.00 DH
Résultat net (perte nette) 4535.20 DH

Les Versements Anticipés.


Les exigences de trésorerie obligent parfois certains actionnaires à effectuer des
versements anticipés -avant l'appel- sur des fractions du capital non encore appelées,
Ces versements anticipés se rencontrent surtout dans des sociétés anonymes à
caractère familial.
Les statuts de la société peuvent, à l'instar des intérêts qui pénalisent les
retardataires prévoir des intérêts pour rémunérer les actionnaires qui effectuent des
versements anticipés. Ces intérêts à la charge de la société se calculent comme suit :

I = A* t% * N/12

Avec I l’intérêt, A le montant du versement anticipé, t% le taux fixé par les statuts et
N la durée en mois séparant la date du versement anticipé et celle de l’appel suivant.
Application :
La S.A est constituée, le 1/7/2003, avec un capital de 500 000 DH composé de
5000 actions de 100 DH, par apports en numéraire. A la souscription, il est demandé
aux actionnaires d’effectuer le versement au compte bancaire de la société selon le
minimum légal. Cependant, 1000 actions sont libérées immédiatement en totalité.
Les frais de constitution de 15.000 DH sont réglés par chèque bancaire.
Le 2/1/2004, la société procède à l’appel du deuxième quart qui doit être versé,
au compte bancaire de la société, au plus tard le 17/1/2004 .Tous les actionnaires ont
répondu à l’appel. Les statuts prévoient un taux d’intérêt de 10 % par an sur les
versements anticipés. Les intérêts sur les versements anticipés sont réglés par chèque
bancaire, le 18/1/2004.

29
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1/7/03
3461 Actionnaires, comptes d’apport en société 125000
1119 Actionnaires, C.S.N.A 375000
1111 Capital social 500 000
Promesse d’apport
Apports en numéraire non appelés :
5000 actions * 100 DH*3/4
d
5141 Banque 200 000
3461 Associés, comptes d’apport en société 125000
4468 Autres comptes d’associés créditeurs 75000
Libération du 1er quart des 5000 actions :
Versements anticipés :
1000 actions*100 DH*3/4
d
2111 Frais de constitution 15000
5141 Banque 15000
Ch. n°…

Bilan au 1/7/2003
Actif Passif

Frais préliminaires 15000 Capital social 500000


Banque Moins : actionnaires, C.S.N.A. 375000
185000 Capital appelé

Dont versé 125000 125000


Comptes d’associés créditeurs

200000
75000

200000

30
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2/1/04
3462 Actionnaires, C.S.A.N.V. 125000
1119 Actionnaires, C.S.N.A. 125000
Appel du 2°quart des 5000 actions de numéraires
5000action*100DH*1/4

5141 Banque 100000


4468 Autres comptes d’associés créditeurs 25000
3462 Actionnaires, C.S.A.N.V. 125000
Libération du 2°quart appelé : 4000 actions *100 DH*1/4
Régularisation des versements anticipés :
1000 actions*100 DH*1/4

4468 Autres comptes d’associés créditeurs


(17/1/2005) 25000 75000 (1/7/2004)
S.C.50000 DH

Les fractions libérées par anticipation sont enregistrées au crédit du compte


4468. Ce compte sera soldé à la date limite fixée pour la libération des fractions
appelées correspondantes.
18/1/04
6311 Intérêts des emprunts et dettes 4104.16
5141 Banque 4104.16
Intérêts des versements anticipés :
75 000 DH * 10% * 197/360 (du 1/7/03 au 7/1/04)

Les versements anticipés peuvent donner droit soit à des intérêts soit au premier
dividende si les statuts prévoient l’un ou l’autre cas.
Pour le suivi rigoureux des versements anticipés, la société peut créer le compte
« 44685 Associés, versements anticipés ».

31
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Chapitre III : La répartition des bénéfices


- Toutefois, cette limitation
soit temporaires de délai
: le produit ounelas’applique pas à la fraction
charge comptabilisés auducours d’un
déficit
exercicecorrespondant à des pris
donné sont fiscalement amortissements régulièrement
en considération au cours d’un autre
constatés et
exercice ; compris dans les charges déductibles.
- Dans
soit le cadre de
définitifs cette
: le partie nous
produit ou lanous limiterons
charge aux en
sont pris principales
considération en
corrections
comptabilitéspécifiques
mais pas àenlafiscalité.
société en non collectif.
Les corrections effectuées sur le résultat comptable d’un exercice donné sont :
- Rémunération de dirigeants
soit des réintégrations sociaux
: elles sont constituées par les charges non
déductibles en totalité ou en partie.
- soit des déductions : elles sont représentées par les produits non imposables
en totalité ou en partie.

Résultat brut fiscal= Résultat net comptable + Réintégrations fiscales –


Déductions fiscales
Résultat net fiscal= Résultat brut fiscal – Reports déficitaires imputés

Section 1- L’imposition des bénéfices

A-L’imposition des bénéfices de la société en nom collectif


La société en nom collectif est imposée au nom du principal associé à l’impôt
général sur les revenus professionnels (I.G.R.) et obligatoirement au régime net réel.
Est considéré comme associé principal sur le plan fiscal, l’associé qui participe
activement à la marche générale de la société et qui présente plus de garantie quant
au recouvrement de l’impôt.

1°-Détermination du bénéfice imposable :


Le bénéfice imposable s’obtient par des corrections opérées sur le résultat
comptable. Ces corrections sont la conséquence de « décalage » entre les
produits et les charges comptabilisés et ceux pris en considération par le fisc.
Ces décalages sont :

N.B. : Le déficit d’un exercice peut être déduit du bénéfice de l’exercice suivant,
à défaut de bénéfice ou en cas de bénéfice insuffisant pour que la
déduction puisse être opérée en totalité ou en partie, le déficit peut être
déduit des bénéfices des exercices comptables suivants jusqu’au
quatrième exercice qui suit l’exercice déficitaire.
La rémunération des gérants associés dans les sociétés en nom collectif ne
comprenant que des personnes physiques et n’ayant pas opté pour l’I.S. ne peut être
considérée comme une charge déductible pour la détermination du résultat
imposable. Sur le plan fiscal, l’associé-gérant est considéré comme un entrepreneur et
sa rémunération comme un revenu professionnel.
Cependant, La rémunération allouée au gérant non associé est déductible. Elle est
considéré comme un véritable salaire.

Intérêts des comptes courants d’associés

32
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

les comptes courants d’associés enregistrent les mouvements de fonds au cours de


la vie sociale entre la société et les associés.
Les statuts de la société prévoient généralement que chaque associé pourra avec le
consentement des autres associés verser dans la caisse sociale des fonds en comptes
courants productifs d’intérêts à un taux déterminé.
les intérêts versés par la société aux associés à l’exclusion du principal associé sont
déductibles du bénéfice de l’exercice à conditions que :
- le capital social soit entièrement libéré ,
- les sommes prêtées par les associés à la société, et portant intérêts déductibles
ne peuvent excéder le montant du capital social,
- le taux d’intérêt déductible ne peut être supérieur au taux réglementaire fixé
par le ministère de finances.

Application:
Dans une société en nom collectif d’un capital de 500 000DH entièrement libéré, les
associés ont effectué les avances suivantes à leur société :
-le 01/01/N :300 000 DH.
-le 01/07/N : 300 000 DH.
Le taux de rémunération des avances est de 14%.
Le taux fiscalement admis pour l’année N est de 10.5%.
T.A.F.: Calculer les intérêts déductibles.
Solution :
Les intérêts versés aux associés :
300 000*14% = 42 000 DH
300 000*14%*6/12 = 21 000 DH

Total 63 000 DH
Le capital étant libéré, il convient de déterminer l’intérêt fiscalement admis en
déduction :
- Du 01/01/2000 au 30/06/2000 : la somme des avances reste inférieure au capital.
L’intérêt fiscal de cette période sera calculé ainsi :
300 000*10.5%*6/12 = 15 750 DH.
- Du 01/07/2000 au 31/12/2000 : la somme des avances dépasse le capital
L’intérêt fiscal sera calculé sur le plafond autorisé :
500 000*10.5%*6/12 = 26 250 DH
Les intérêts déductibles : 15 750+26 250 = 42 000 DH.
Les intérêts à réintégrer au résultat fiscal : 63 000-42 000 = 21 000 DH.

2°-Le barème de l’I.G.R. :

33
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

 10% du montant des primes ou cotisations d’assurance - vie dans la limite de


Tranches de revenu en DH Taux en % Somme à déduire
0 à 20.000 0 0
20.001 à 24.000 13 2 600
24.001 à 36.000 21 4 520
36.001 à 60.000 35 9 560
Plus de 60.000 44 14 960
IGR brut = (Base imposable*taux) – somme à déduire.
IGR net = IGR brut – déductions de l’impôt.

3°-Déductions de l’impôt :
Une fois calculé l’IGR brut, il faut effectuer les déductions suivantes sur l’impôt
brut afin de déterminer l’IGR exigible. Ces déductions sont :
 La cotisation minimale exigible au titre des revenus professionnels.
 Déductions pour charges de famille:180 DH/an par personne à charge
sans dépasser 1080DH.
900 DH.
 10% du montant des achats nets d’actions cotées en bourse avec un maximum
de 1 650 DH.
 10% du montant des dividendes perçus au titre des actions cotées en bourse
avec un maximum de 500 DH.
 80% du montant de l’impôt dû au titre des pensions de retraite ou d’ayant
cause de source étrangère transférée à titre définitifs en DH convertibles au
profit de contribuables disposant de résidence habituelle au Maroc.

4°-La cotisation minimale :


Les sociétés en nom collectif sont assujetties à une cotisation minimale (CM) au titre
de l’IGR. Elle est due même en cas de perte.
La base de calcul de la CM est constituée par les produits d’exploitation de l’année
précédente (C.A.(HT), produits accessoires(HT), produits financiers(HT), primes,
subventions et dons reçus).
Les taux de cette cotisation sont :
-6% pour les professions libérales et pour les prestataires de services;
-0,50% pour les professions commerciales, industrielles, artisanales et
promotions immobilières dont les prix ne sont pas fixés par la loi.
-0,25% pour les professions commerciales, industrielles, artisanales et
promotions immobilières dont les prix sont réglementés.
La CM doit être versée avant le 1er/02 de l’année en cours, elle est imputable sur
L’IGR professionnel et n’est pas due pendant les trois premiers exercices comptables
suivant la date du début de l’activité.

34
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Après, on compare l’IGR avec la CM payée, cette comparaison relève deux cas :
 Quel
 La rémunération
que soit leur
du gérant
objet : -salarié
les sociétés
(non associé)
anonymes
: elle et
est les
déductible
sociétéset à
responsabilité
donc soumise limitée.
aux différentes retenus à la source sur salaires.
 Par option : les sociétés en nom collectif et les sociétés en commandite
simple.

- IGR professionnel > CM complément d’IGR professionnel à payer.


- IGR professionnel < CM crédit de CM.
N.B. : La CM payée au titre d’un exercice déficitaire ou la partie de la CM,
acquittée au titre d’un exercice est imputée sur l’excédent de la fraction de
l’impôt afférent au revenu professionnel.
Si l’imputation de la CM n’est pas opérée en totalité, le reliquat est déduit de
l’excèdent de l’impôt sur la CM dû au titre des exercices suivants jusqu’au
troisième exercice qui suit l’exercice déficitaire ou dont le résultat est
insuffisant.

B – Imposition des bénéfices de la S.A. et de la S.AR.L.


Sont passibles de l’impôt sur les sociétés :
1°-Détermination du bénéfice imposable
Une fois le résultat comptable de l’exercice ( résultat avant impôts) est déterminé,
la société devra calculer par voie extra-comptable le résultat net fiscal .
Résultat brut fiscal = Résultat net comptable + Réintégrations fiscales –
Déductions fiscales.
Résultat net fiscal = Résultat brut fiscal –Reports déficitaires imputés.

N.B. : La SA et la SARL , comme la SNC , bénéficie du report des déficits.


Pour faciliter les comparaisons avec la société en nom collectif, les corrections à
apporter au bénéfice comptable seront étudiées en adoptant le même plan que
précédemment.

Rémunération des dirigeants sociaux

Cas des sociétés anonymes :


La rémunération des dirigeants peut consister en :
 Appointements et salaires perçus par les dirigeants sont déductibles de
l’assiette de l’impôt à condition qu’ils correspondent à un travail effectif.
 Jetons de présence : ce sont des rémunérations fixes allouées aux
administrateurs membres du conseil d’administration. Ils sont déductibles de
l’assiette de l’impôt.

Cas des sociétés à responsabilité limitée :


La rémunération du gérant est considérée dans tous les cas comme un salaire, elle
est donc déductible. Cependant, Il convient de distinguer deux catégories de
rémunérations :
 La rémunération des gérants associés : le gérant -associé est considéré comme
un véritable salarié. Son salaire est alors déductible et classé dans les
catégories des revenus salariaux et non pas professionnels. Si le gérant est
rémunéré en un pourcentage du bénéfice distribuable, cela est considéré

35
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

comme un complément de salaire et donc attaché aux frais de personnel et


imposé à l’I.G.R. salarial. La rémunération allouée au conseil de surveillance
est considérée aussi comme un salaire et classée dans la catégorie des revenus
salariaux pour les bénéficiaires.

Produits des comptes d’associés


Les intérêts des comptes courants d’associés sont déductibles s’ils remplissent les
trois conditions citées précédemment ( dans le cas de la SNC).

2°- Taux de l’impôt sur les sociétés :


Le taux de l’impôt est fixé à 35%. En ce qui concerne les établissement de crédit,
Bank Al-Maghrib, la caisse de dépôt et de gestion ainsi que les sociétés d’assurance et
de réassurances, à l’exclusion des établissements de crédit bail, le taux de l’impôt est
fixé à 39.6%.

N.B.: Toutefois, ce taux est de :


-10% pour les produits bruts perçus par les sociétés étrangères et imposées par
voie de retenue à la source ;
-8% pour les travaux immobiliers ou de montage d’installations industrielles
ou techniques, réalisés par les sociétés étrangères ayant opté pour l’imposition
forfaitaire.

3°- Liquidation de l’impôt sur les sociétés :


A la fin de l’exercice N, après avoir calculé le résultat net fiscal, la société procède à
la liquidation de l’impôt sur les sociétés (I.S.) concernant l’exercice N.

I.S (N) = Bénéfice net fiscal (N) * Taux de l’I.S.


Le montant de l’impôt dû par les sociétés, autres que les sociétés étrangères
imposées forfaitairement, ne peut être inférieur pour chaque exercice, quel que soit le
résultat fiscal de la société concernée, à une cotisation minimale.
La base de calcul de la C.M. est constituée par :
-Le chiffre d’affaire (H.T.).
-Les produits accessoires (H.T).
-les produits financiers (H.T.).
-Subventions, primes et dons reçus.
Le taux de la CM est fixée à 0.5%. Ce taux est ramené à 0.25% pour les sociétés dont
les prix sont réglementés par l’état.

C.M. (N) = Base de calcul de la C.M.(N) * Taux de la C.M.

Le montant de cette C.M. ne peut être inférieur à 1500 DH.


I.S.(N) > C.M. (N) Impôt dû (N) = I.S.
I.S. (N) < C.M.(N) Impôt dû (N) = C.M.
N.B. :-La C.M. n’est pas due par les sociétés pendant les 36 premiers mois
suivant la date de début de leur exploitation.
Toutefois, cette exonération cesse d’être appliquée à l’expiration d’une
période de 60 mois qui suit la date de constitution des sociétés
concernées.

36
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

-La CM acquittée au titre d’un exercice déficitaire, ainsi que la partie de la


CM qui excède le montant de l’IS au titre d’un exercice donné, sont
imputées sur le montant de l’IS qui excède celui de la CM de l’exercice
suivant, à défaut de cet excédent ou en cas d’excédent insuffisant pour
que l’imputation puisse être opérée en totalité ou en partie, le reliquat de
la CM peut être déduit de l’excédent de l’IS par rapport à la CM des
exercices suivants jusqu’au 3ème exercice qui suit l’exercice déficitaire ou
celui au titre duquel le montant de la dite cotisation excède celui de l’IS.

4°- Paiement et régularisation de l’impôt dû :


Le paiement de l’impôt se fait par quatre acomptes provisionnels dont chacun est
égal à 25 % du montant de l’impôt dû au titre du dernier exercice clos.
Ces versements sont effectués avant l’expiration des 3 ème, 6ème, 9ème et 12ème mois
suivant la date d’ouverture de l’exercice comptable.
Une fois l’impôt de l’année concernée calculé , on le compare avec les acomptes
provisionnels :

 Si l’impôt dû (N) > Somme des acomptes versés (N) le reliquat doit être
payé avant le 31/03/N+1.
 Si l’impôt dû (N) < Somme des acomptes versés (N) Crédit reportable.

Application :
Impôt sur les sociétés de l’exercice 1995: 572 000DH.
Au cours de 1996, les acomptes provisionnels ont été payés par chèques bancaires,
aux dates limites de paiement.
Report à nouveau débiteur au 31/12/1996 : 1 000 DH
L’entreprise n’a pas encore imputé un déficit de 4 000 DH qui remonte à 1990, dû aux
dotations d’amortissements.
Charges non déductibles de 1996 : 25 000 DH.
Résultat avant impôt de l’exercice 1996 : 1 630 000 DH.
Base de calcul de la C.M. : 12 948 000 D
Le reliquat de l’impôt sur les sociétés de l’exercice 1996 a été payé par chèque
bancaire, le 31/3/97.
T.A.F : Déterminer l’impôt dû en 1996 par la société et passer toutes les écritures
nécessaires.

Solution :
31/3/96
3453 Acomptes/ impôts sur les résultats 143 000
5141 Banque 143 000
Paiement du 1er acompte, ch. n°…
30/6/96

37
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

3453 Acomptes/ impôts sur les résultats 143 000


5141 Banque 143 000
Paiement du 2ème acompte, ch. n°…

30/9/96
3453 Acomptes/ impôts sur les résultats 143 000
5141 Banque 143 000
Paiement du 3ème acompte, ch. n°…
31/12/96
3453 Acomptes/ impôts sur les résultats 143 000
5141 Banque 143 000
Paiement du 4 acompte, ch. n°…
ème

Résultat brut fiscal 1996 : 1 630 000 + 25 000 = 1 655 000.


Résultat net fiscal 1996 : 1 655 000 – 5000 = 1650 000.
I.S.(1996) = 1 650 000*35%= 577 500.
C.M. (1996) = 12 948 000 * 0.5%=64740.
I.S.(1996) > C.M. (1996) impôt dû (1996) = 577 500.

31/12/96
6701 Impôts/ les bénéfices 577 500
4453 Etat, impôts/ les résultats 577 500
Liquidation I.S. 1996

8600 Résultat avant impôts 1 630 000
6701 Impôts/ les bénéfices 577 500
8800 Résultat après impôts 1 052 500
Détermination du résultat après impôt

8800 Résultat après impôts 1 052 500
1191 Résultat net de l’exercice 1 052 500
Pour solde du compte débité

4453 Etat, impôts/ les résultats 572 000
3453 Acomptes/ impôts sur les résultats 572 000
Pour solde du compte débité
31/3/97
4453 Etat, impôts / les résultats 5500
5141 Banque 5500
Reliquat / I.S. de 96, ch n°…

Section 2 : Affectation des résultats

A-Principes généraux d’affectation


La participation des associés aux résultats est un des éléments spécifiques du
contrat de société.

38
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Le fait de participer aux résultats ne signifie pas que le bénéfice ou la perte d’un
exercice doivent, à la fin de cet exercice, être inscrits au compte de chaque associé
pour la part qui lui revient. Il signifie pour chaque associé :
 Une vocation aux bénéfices : les bénéfices peuvent être maintenus dans le
patrimoine social (mis en « réserves ») et demeurer, en conséquence, exposés
aux risques sociaux, les associés conservant leurs droits à tout partage
ultérieur des bénéfices ainsi accumulés.
 Une contribution aux pertes : les pertes sont ,soit imputées sur des sommes
inscrites précédemment en réserves, soit reportées pour être imputées sur des
bénéfices futurs. A défaut elles peuvent être imputées sur le capital.
Dans certains cas les pertes peuvent être imputées directement aux comptes
des associés (SNC).
Après approbation des comptes annuels , il appartient aux associées de décider de
l’affectation à donner aux résultats du dit exercice.

1°-Résultat net en instance d’affectation :


Avant que les associés n’approuvent les comptes et ne décident de l’affectation du
résultat d’un exercice, ce dernier peut, dès le début de l’exercice suivant être inscrit à
un compte prévu par le plan comptable marocain : compte118 : « Résultats nets en
instance d’affectation ».
Si le résultat de l’exercice N est par exemple de 100000 DH, on peut passer
l’écriture suivante dès le début de l’exercice N+1.

- En cas de bénéfice :

1191 Résultat net de l’exercice 100 000


1181 Résultats nets en instance d’affectation 100 000

- En cas de perte :

1189 Résultats nets en instance d’affectation 100 000


1199 Résultat net de l’exercice 100000

39
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2°-Répartition des bénéfices


le bénéfice peut :
- Soit être inscrit à des comptes de réserves,
- Soit être distribué,
- Soit être « reporté à nouveau ».

Les réserves : l’affectation à des comptes de réserves assure le maintien dans


l’entreprise d’une partie (ou de la totalité) du résultat. Elle constitue un
« autofinancement » de la société.
Le plan comptable marocain distingue plusieurs types de réserves :
- La réserve légale : c’est la partie des bénéfices nets qui doit, en vertu de la loi,
être affectée à un fonds de réserve. Elle est destinée à donner plus de garantie
aux créanciers de la société.
- La réserve statutaire : c’est une réserve dont la dotation est rendue obligatoire
par les statuts de la société. Les statuts précisent le montant de la dotation
obligatoire ou la formule déterminant ce montant.
- La réserve facultative : c’est une réserve dont la constitution et l’utilisation
peuvent être librement décidées par l’A.G.O.

Les distributions : les statuts prévoient souvent le calcul des dividendes en


deux parties notamment dans les sociétés par actions :
- Un 1er dividende (intérêt statutaire) est calculé sur le montant libéré et non
remboursé des actions ( ou parts sociales).
- Le superdividende dont le montant est décidé par l’A.G.O. en fonction des
bénéfices et de la politique de distribution de la société.

Le report à nouveau : le report à nouveau représente une partie des bénéfices,


généralement d’un faible montant, que l’assemblée générale ordinaire laisse en
instance d’affectation jusqu’à la prochaine assemblée annuelle.

Exemple :
Supposons que l’assemblée des associés, réunie en juin de l’année N+1, décide de
répartir le bénéfice de 100 000 DH réalisé au cours de l’exercice N :
-40 000 en réserves,
-40 000 aux associés à titres de dividendes,
-20 000 en report à nouveau.
L’écriture de répartition sera la suivante :
Juin N+1
1191 Résultat net de l’exercice 100 000
1150 Autres réserves 40 000
1161 Report à nouveau 20 000
4465 Associés, dividendes à payer 40 000

3°-Affectation des pertes

40
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

la perte peut :
-soit être « reportée à nouveau »
-soit être imputée sur les réserves de la société.
Schéma de comptabilisation :

1169 Report à nouveau X


ou
1150 Autres réserves X
1199 Résultat de l’exercice X

B- Affectation des résultats dans la société en nom collectif


Il appartient aux associées de se prononcer, à l’unanimité ou dans les conditions de
majorité indiquées dans les statuts, sur l’affectation à donner au résultat. Comme
pour toutes les sociétés, l’affectation s’effectue dans le respect des règles légales,
statutaires ou conventionnelles.
Il faut noter que la décision de répartition du résultat de l’exercice N sera prise en
( N+1) et donc comptabilisée en (N+1).

1°-Affectation des pertes


le pertes sont en principe reportées à nouveau ou imputées sur des réserves, mais
elle pourraient, si les statuts le prévoyaient, être imputées immédiatement aux
associés par une écriture de type :

3463 Comptes courants d’associés débiteurs X


1199 Résultat de l’exercice (SD) X

2°- Répartition des bénéfices


la répartition des bénéfices s’effectue suivant les dispositions :
- Du DOC (article 982,1001,1037 et 1038)
- Des statuts de la société qui peuvent prévoir la constitution de réserves, et de
la part de chaque associée dans le bénéfice distribué selon décision de
l’assemblée d’associés.
Dans la SNC, une fraction de 5% du bénéfice net de l’exercice doit obligatoirement
être portée au compte de la réserve légale, à peine de nullité de toute déclaration
contraire.
Ce prélèvement cesse d’être obligatoire lorsque ce fonds de réserve atteindra 20% du
capital social.

Application:
Une SNC est constituée au capital de 600 000 DH, divisé en 6 000 parts sociales
attribuées comme suit :
-Mr. TAOUDI Salim : 4 000 parts (gérant unique).
-Mr. BERRADA Hamid : 2 000 parts.
Le bénéfice comptable de l’exercice N est de 120 000 DH. Ce bénéfice a supporté une
rémunération annuelle de gérant associé Salim de 24 000 DH.
Les statuts de la société prévoient la répartition des bénéfices comme suit :

41
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

-Dotation de la réserve légale conforme à la loi.


-Attribution d’un intérêt statutaire de 6% aux associés.
-Réserve facultative selon décision de l’assemblée des associés.
- la rémunération du gérant associé Salim est fixée à 2 000 DH/mois.
-Le reste est réparti entre les associés proportionnellement à leurs parts.
Les associés ont décidé le 20/01/N+1, en assemblée, d’affecter 9 000 DH au compte
de réserve facultative.
La distribution des dividendes a eu lieu par chèque le 28/2/N+1.
Mr Salim est marié, et père de 3 enfants et n’a pas d’autres activités imposables.
T.A.F. : Présenter le tableau de répartition du résultat de l’exercice N et comptabiliser
cette répartition.
Solution :
Le résultat fiscal imposable : 120 000+24 000=144 000
L’IGR brut : (144 000*44%) – 14 960 = 48 400
L’IGR exigible : 48400 – (180*4) = 47 680.
Le résultat net fiscal : 144 000-47 680 = 96 320.
Tableau de répartition de l’exercice N
Bénéfice net à répartir 96 320
Réserve légale 96 320*5% 4 816
Intérêt statutaire 600 000*6% 36 000
Réserve facultative 9 000
Rémunération du gérant associé 24 000
73 816 -73 816
Solde 22 504
Superdividende
Salim : 22 504*2/3 = 15 002.667 - 22 504
Hamid : 22 504*1/3 = 7 501.3333

Report à nouveau 0

Dividende global de Salim : 24 000 + 15 002.667 = 39 002.667.


- Intérêt statutaire : 4 000*100*6% = 24 000.
- Superdividende : 15 002.667.
Dividende global de Hamid : 12 000 + 7 501.3333.
- Intérêt statutaire : 2 000*100*6% = 12 000.
- Superdividende : 7501.3333.
31/12/N
6701 Impôts sur les bénéfices 47 680
4453 Etat, impôts sur les résultats 47 680


8600 Résultat avant impôts 120 000
6701 Impôts/ les bénéfices 47 680
8800 Résultat après impôts 72 320

42
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005


8800 Résultat après impôts 72 320
1191 Résultat net de l’exercice 72 320
1/1/N+1
1191 Résultat net de l’exercice 72 320
1181 Résultats nets en instance 72 320
d’affectation
20/1/N+1

1181 Résultats nets en instance d’affectation 72 320


1140 Réserve légale 4 816
1151 Réserve facultative 9 000
44651 Associés (Salim), dividendes à payer 39 002.667
44652 Associés (Hamid), dividendes à payer 19 501.333
28/2/N+1
44651 Associés (Salim), dividendes à payer 39 002.667
44652 Associés (Hamid), dividendes à payer 19 501.333
5141 Banque 58 504

C-Affectation des résultats dans la société anonyme


La répartition des bénéfices est décidée par l’A.G.O. des actionnaires. Elle doit être
conforme à la loi et aux statuts.
Dans cette société la réserve légale est de 5% du bénéfice net à répartir. Elle cesse
d’être obligatoire lorsque son montant devient égal à 10% du capital social.

Application :
Une S.A. est constituée, le 2/1/N+1, au capital de 5 000 000 DH divisé en 10 000
actions d’apport et 40000 actions de numéraire. Ces dernières ont été libérées comme
suit : le ½ le 2/1/N-1, ¼ le 1/3/N, le ¼ le 1/8/N.
L’article des statuts relatif à la répartition des bénéfices stipule :
- Dotation à la réserve légale au minimum légal.
- Octroi aux actionnaires d’un premier dividende au taux de 6% par an sur le
capital libéré et non amorti.
- Dotation à un fonds de réserve d’une somme jugée utile par l’A.G.O.
- Après reprise du report à nouveau créditeur éventuel, le reste est distribué
aux actionnaires à titre de superdividende ou reporté à nouveau.
Le report à nouveau créditeur au bilan avant répartition, au 31/12/N, s’élève à
25 000 DH.
Le bénéfice net de l’exercice N est de 540 000 DH.
L’A.G.O. a décidé , le 25/6/N+1, de doter la réserve facultative de 55 000 DH et a fixé
le superdividende à 4 DH par action.
T.A.F : Présenter le tableau de répartition et comptabiliser cette répartition.
Solution :
Tableau de répartition des bénéfices de l’exercice N

Bénéfice net à repartir 540 000


Réserve légale 540 000*5% 27 000

43
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Intérêt statutaire : 255 000


Actions d’apport
10 000*100*6% = 60 000
Actions de numéraire :
40 000*100*1/2*6% =120 000
40 000*100*1/4*6%*10/12 = 50 000
40 000*100*1/4*6%*5/12 = 25000
195 000
réserve facultative 55 000

337 000 - 337 000


Solde 203 000
Report à nouveau créditeur N-1 + 25 000

228 000
Superdividende 50 000*4 - 200 000
Report à nouveau créditeur N 28 000

Dividende global = 225 000+200 000 = 455 000.


Retenue à la source (T.P.A.) = 455 000*10% = 45 500

25/6/N+1
1181 Résultats nets en instance d’affectation 540 000
1161 Report à nouveau (S.C.) 25 000
1140 Réserve légale 27 000
1152 Réserve facultative 55 000
1161 Report à nouveau (S.C.) 28 000
4452 Etat, impôts, taxes et assimilés 45 000
4465 Associés dividendes à, payer 409 500
Suivant décision de l’A.G.O.

44
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

D- Affectation des résultas dans la S.A.R.L.


Si les statuts ne se prononcent pas sur la distribution des bénéfices, ces derniers sont
affectés selon la part de chaque associé dans le capital.
Dans cette société, comme pour la société anonyme, la réserve légale est de 5% du
bénéfice net à répartir. Elle cesse d’être obligatoire lorsque son montant devient égal
à 10% du capital social.

Application:
La SARL « SODEX » au capital de 80 000 DH réparti entre :
Mr Hamid = 200 parts.
Mr Nabil = 100 parts.
Mr karim = 100 parts.
A réalisé au cours de l’exercice 1998, un bénéfice net d’IS de 240 000 DH.
Les statuts prévoient la répartition suivante des bénéfices:
-Dotation à la réserve légale :1/20.
-Intérêt statutaire 8%
-Sur le reste après dotation à une réserve facultative et éventuellement un report à
nouveau suivant décision de l’assemblée d’associés, est réparti comme
superdividende aux parts proportionnellement aux apports.
Le 15/06/99, les associés décident lors de la répartition des bénéfices de constituer
une réserve de 10 000 DH et un report à nouveau de 300 DH.
Des comptes de l’exercice clos au 31/12/98 on extrait les soldes suivants:
-Capital social 80 000
-Réserve légale 7 000
-Résultat de l’exercice 240 000
T.A.F.: réaliser la répartition des bénéfices et passer les écritures nécessaires.

Solution :
Tableau de répartition des bénéfices de l’exercice 1998
Bénéfice net à repartir 240 000
Réserve légale 240 000*5%=12 000 1 000
12 000+7000 > 10%*80 000
pour atteindre 10%, 1000 doit être affecté.
Intérêt statutaire : 80 000*8% 6 400
Réserve facultative 10 000

17 400 -17 400


Solde 222 600

Superdividende :222 600-300 -222 300


Mr Hamid 222 300*50%=111 150
Mr Nabil 222 300*25%=55 575
Mr karim 222 300*25%=55 575

Report à nouveau créditeur N 300

15/09/99

45
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1181 Résultats nets en instance d’affectation 240 000


114 Réserve légale 1 000
1152 Réserve facultative 10 000
1161 Report à nouveau 300
4465 Associés dividendes à payer 205 830
4458 Etat- Retenue à la source 22 870

Section 3 : Evaluations des titres sociaux ( Actions, parts sociales )

De nombreuses opérations effectuées par les sociétés (augmentation du capital,


fusion…) nécessitent l’évaluation des titres sociaux. Cette évaluation sert notamment
de base à la fixation :
- D’une valeur de vente ou d’achat.
- D’une valeur d’échange.
- D’une valeur d’émission.
Plusieurs méthodes sont utilisées pour l’évaluation de ces titres.

A-Evaluation des titres sociaux à partir du bénéfice :


Cette méthode consiste à capitaliser :
- Soit les bénéfices distribués : c’est la valeur financière.
- Soit les bénéfices réalisés : c’est la valeur de rendement.

1°-La valeur financière :


C’est la somme qui, placée à un certain taux d’intérêt, produirait un intérêt égal au
bénéfice distribué par titre.

V.F. = (Dividende par titre*100)/ taux de capitalisation

N.B : La valeur financière peut être calculée sur la base de la moyenne des
dividendes distribués pendant les trois ou cinq dernières années.

2°-La valeur de rendement.


C’est la somme qui, placée à un taux d’intérêt, produit un intérêt égal au dividende
unitaire distribué majoré de la part unitaire des bénéfices mis en réserve ou en report
à nouveau.

V.R. = (Bénéfice par titre *100)/taux de


capitalisation

46
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

B – Evaluation des titres sociaux à partir du patrimoine de la société :

Cette méthode consiste à calculer la valeur mathématique à partir du bilan.


Deux valeurs mathématiques sont distinguées : la valeur mathématique comptable et
la valeur mathématique intrinsèque.

1°- La valeur mathématique comptable


c’est la valeur du titre calculé à partir du bilan comptable.
L’actif net comptable peut être calculé de deux façons différentes comme le montre le
schéma suivant.

ACTIF PASSIF
Actif fictif Capitaux
Actif net propres
comptable

Actif réel
Dettes

Actif net comptable = actif réel – dettes.


OU
Actif net comptable =fonds propres – actif fictif.

V.M.C = actif net comptable / nombre de titres composant le capital social.

La V.M.C peut être calculée soit :


-avant répartition des résultats et on parle de V.M.C coupon-attaché.
-après répartition des résultats et on parle de V.M.C coupon détaché ou ex-coupon.

2°- la valeur mathématique intrinsèque (ou réelle).


C’est la valeur du titre calculée à partir du bilan réel.

Actif net réel = actif réel – dettes réelles.

OU
Actif net réel = capitaux propres – actif fictif + plus values – moins values.

V.M.I = actif net réel / nombre de titres composant le capital social.

Application:

47
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Le bilan de la S.A. « TEX » se présente comme suit au 31/12/99 avant affectation


du résultat.

Frais préliminaires 5 500 Capital social 500 000


Immobilisations corporelles 700 000 Réserve légale 35 000
Stocks 30 000 Autres réserves 307 600
Créances clients 70 000 Résultat net de l’exercice 63750
Trésorerie-Actif 100 850
Total 906 350 Total 906 350

Tableau de répartition des bénéfices de l’exercice 1999

Bénéfice net à répartir 63 750


Réserve légale 5% 3 187.5
Intérêt statutaire 500 000*6% 30 000
Réserve statutaire 7 752.5
1er solde 40 940 40 940
Réserve facultative 2 810
2ème solde 20 000
Superdividende 5 000*3.6 DH 18 000
Report à nouveau 2 000

T.A.F :
1/-Calculer la V.M.C coupon-attaché.
2/-Calculer la V.M.C ex-coupon.
3/-Calculer la valeur mathématique intrinsèque supposant que le fonds commercial
est estimé à 25 000DH et les stocks sont estimés à 20 000 DH.
4/-Calculer la valeur financière de l’action au taux de 11%.
5/-Calculer la valeur de rendement de l’action au taux de 11%.

Solution :
1/- Valeur mathématique coupon-attaché : (906 350-5 500)/5000= 180.17 DH.

2/-Passif du bilan après répartition


Capital social 500 000
Réserve légale 38 187.5
Autres réserves 318 162.5
Report à nouveau 2 000
Capitaux propres 858 350

Valeur mathématique ex-coupon (858 350-5500)/5000 = 170.57 DH.

3/-Plus value : 25 000 ; Moins value : 30 000 - 20 000 = 10 000


V.M.I = (906 350 +25 000-10 000-5500)/5000 = 183.17 DH.

48
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

4/- Dividende brut par action :(18 000+30 000)/5000 = 9.6 DH.
Dividende net par action : 9.6*0.9=8.64.
V.F.brute : 9.6*100/11 = 87.27 DH.
V.F.nette : 8.64*100/11= 78.54 DH.

5/-V.R. : (63750/5000)*100/11=115.91 DH.

C- Evaluation des actions cotées en bourse :


Lorsque les titres sont cotés en bourse, la valeur boursière est la valeur la plus sûre
du point de vue économique car elle est fonction de la loi de l’offre et de la demande.

V.B. = cours boursier unitaire * nombre de titres composant le capital social.

D-Evaluation des titres à partir de plusieurs formules :


Les différentes évaluations des titres utilisées (la valeurs mathématique, la valeur
boursière, la valeur financière et la valeur de rendement) ne donnent pas toujours
une entière satisfaction.
Pour pallier à cette insuffisante satisfaction et pour approcher encore plus la valeur
réelle des actions plusieurs critères sont adoptés en même temps.
Le recours aux différentes valeurs déjà citées en les pondérant par des coefficients
déterminés en fonction du type d’activité de la société, des perspectives de son
développement…, donne une autre valeur considérée comme plus proche de la
réalité.

Application :
Une société anonyme au capital social de 5 000 000 DH représenté par 50 000
actions de 100 DH donne les évaluations suivantes de ses actions :
Valeur mathématique intrinsèque 200
Valeur financière 150
Valeur de rendement 250
Valeur boursière 210
Les financiers de la société considèrent que la valeur réelle de l’action est le
résultat de la moyenne arithmétique pondérée des valeurs précédentes affectées des
coefficients suivants :3-2-1-2.
T.A.F : Calculer la valeur réelle de l’action et la valeur réelle de la société.

Solution :
Valeur réelle de l’action de la société :
(200*3+150*2+250*1+210*2)/8 = 196.25 DH.
Valeur réelle de la société :
50 000*196.25 = 9 812 500 DH.
Chapitre IV: Modification du capital

49
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Section I -Augmentation de capital

Toute entreprise subit au cours de son existence des événements, plus ou


moins importants, qui peuvent affecter sa situation financière (Modernisation de
l’outil de production, expansion, diversification, acquisition d’entreprise, création
des filiales, prise de participations).
Il arrive souvent que l’autofinancement ne puisse suffire à résoudre ces
problèmes de développement et pousse l’entreprise à rechercher d’autres types de
financement.
Financement bancaire n’étant plus la meilleure solution, elle implique, alors
directement ses actionnaires en leur proposant de participer en priorité à
l’augmentation de capital.
L’augmentation de capital peut s’opérer de plusieurs façons : par des apports
nouveaux, par incorporation des réserves et finalement par compensation de dettes.
L’objet de cette recherche est de mettre en évidence les différentes écritures
comptables liées à chacune des modalités de l’opération d’augmentation de capital.

 Augmentation de capital par apports nouveaux :

Lorsque la société projette d’accroître son activité, elle augmente ses moyens
financiers par des apports en espèces, ou ses moyens d’exploitation par des apports
en nature. La structure du financement s’en trouve modifiée avec d’une part
augmentation des capitaux propres et d’autre part, suivant l’utilisation des fonds,
augmentation de l’actif immobilisé ou du fonds de roulement.
Pour qu’une telle augmentation de capital puisse avoir lieu, il faut que le
capital soit entièrement libéré. Cette condition n’est toutefois pas exigée que pour
une augmentation de capital par apports en nature.

 Augmentation de capital par incorporation des réserves

La société disposant de réserves abondantes, décide de les incorporer au


capital.
Rien n’est changé aux moyens d’action de la société ; mais ses créanciers
disposent d’une garantie accrue, la stabilité du capital étant plus grande que celle des
réserves qui peuvent toujours être distribuées.

 Augmentation de capital par la compensation de dettes

La trésorerie d’une société étant gênée, elle propose à ses créanciers de leur
remettre des parts de capital en contrepartie de leur créance.
Il y a extinction des dettes de la société par compensation avec la souscription de
capital par les créanciers.
L’augmentation du capital social par les apports nouveaux en numéraire ou en
nature donne lieu au paiement des droits d’enregistrement qui sont calculés de la
même façon que ceux payés lors de la formation du capital social variant selon qu’il
s’agit d’apports purs et simples ou à titre onéreux avec un minimum de perception
de 1.000,00 Dh.

50
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Si l’opération est effectuée par incorporation de réserves, elle est passible de


droit d’apport de 0,50 % avec un minimum de perception de 1.000,0 dh.
N.B : Les apports ayant déjà supporté des droits d’apport lors de leur formation ne
donnent pas lieu à la perception de droits d’enregistrement.

A- Augmentation du capital dans les sociétés de personnes :

Dans le cadre des Sté de personnes, toute modification du capital social doit
être approuvés à l’unanimité sauf si les statuts prévoient la simple majorité.
Comme dans le cas de la constitution, l’augmentation du capital se traduit par
le payement des droits d’enregistrement au taux de 0,50% et aux autres frais
d’augmentation ( publicité, inscription au RC….).
Les écritures comptables de l’augmentation du capital sont presque identiques
à celles de la constitution de la société.

1) – Augmentation par apports des anciens associés:

Les anciens associés sont les seuls souscripteurs dans la même proportion que
leur part de capital.
Les écritures comptables dans ce cas sont les suivantes :

34611 Ass compte d’apport en Sté x

1111 Capital social x

souscription du capital

5141 Banque x

34611 Ass compte d’apport en Sté x

réalisation d’apport

2113 Frais d’augmentation du capital x

5141 Banque x

règlement des frais d’augmentation du capital

51
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2) – Augmentation par adjonction de nouveaux associés:

Dans le cas de nouveaux associés, une prime d’émission doit être payé, pour que les
anciens associés ne soient pas lésés.

Remarque : la valeur de la PE promise par les associés peut être comptabilisée


à part au débit du compte 3467 « créances rattachés aux comptes d’associé »
concernant les droits d’enregistrement, ils se calcule sur le total des apports, y
compris la PE.
La PE doit être intégralement libérée au moment de l’augmentation du capital.

Les écritures comptables sont comme suit :

34611 Associé compte d’apport en Sté x


3467 Créances rattachées aux compte d’ass x

1111 Capital social x


1123 Prime d’apport x

souscription du capital

5141 Banque x

34611 Associé compte d’apport en Sté x


3467 Créances rattachées aux compte d’ass x

réalisation d’apport

2113 Frais d’augmentation du capital x

5141 Banque x

règlement des frais d’augmentation du capital

La prime d’émission est calculé comme suit :

PE = (Prix d’émission – Valeur nominale) x Nbre des parts émises

52
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

3) –Augmentation par incorporation des réserves ou bénéfice:

Il est évident que l’entreprise ne peut recourir à l’augmentation du capital par


incorporation de réserves pour financer de nouveaux projets, étant donné que cette
modalité de l’augmentation du capital social ne génère pas de nouvelle ressources à
l’entreprise, son but est de consolider et renforcer la structure financière de
l’entreprise.
L’augmentation du capital par incorporation de réserves donne lieu également
au paiement des droits d’enregistrement.
Dans le cas d’incorporation des bénéfices ou des reports à nouveau :
Ecritures comptables :

1161 Report à nouveau ( SC) x

1111 Capital social x

2113 Frais d’augmentation du capital x

5141 Banque x

Dans le cas d’augmentation par incorporation des réserves :

115 réserves ( RS, RF..) x

1111 Capital social x

2113 Frais d’augmentation du capital x

5141 Banque x

Remarque : Ici il n’y a pas d’apport de fonds frais, c’est seulement un jeu d’écritures.

53
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

B- Augmentation du capital dans la SARL

En principe, les décisions de modification des statuts sont prises à une majorité
des associés détenant les ¾ des parts sociales. En aucun cas la majorité ne peut
obliger un associé à augmenter son engagement social.
Ce principe général, valable pour les augmentations de capital par apports
nouveaux, est assoupli dans le cas de capitalisation de réserves pour lequel il suffit
de la moitié des parts sociales Les écritures comptables sont les mêmes que celles
passées dans les sociétés de personnes.

C–Les Sociétés par Action


L’augmentation de capital social est souvent nécessaire pour renforcer les
fonds propres de l’entreprise. Ces derniers permettent de couvrir le risque
économique, de protéger les créanciers sociaux, et de préserver l’indépendance
financière de l’entreprise.
L'augmentation du capital peut prendre des formes diverses; chacune d'elles
correspondant à un objectif particulier.
Article 183.
Les actions nouvelles peuvent être libérées:
 soit par apport en numéraire ou en nature;
 soit par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la
société;
 soit par incorporation au capital de réserves, bénéfices ou primes
d'émission;

L’augmentation peut s’effectuer par :


 Les anciens actionnaires,
 De nouveaux actionnaires,
 Ou les deux à la fois,
1) – L'augmentation de capital par apports nouveaux.

L'augmentation de capital par apports en numéraire.


L’augmentation de capital par apports nouveaux (condition : capital antérieur
entièrement libéré) se fait généralement lorsque la situation de la société est
florissante : elle a des réserves et ses actions ont une valeur intrinsèque supérieure à
leur valeur nominale.
L’augmentation de capital va avoir une incidence sur l’actif net de la société et
sur la valeur de l’action.
De nouvelles actions sont émises, de même valeur nominale que les anciennes
mais à un prix d’émission généralement différent
Ce prix d’émission est :
 Au minimum égal à la valeur nominale, car une émission au–dessous du pair
est interdite (sinon, la constitution de capital serait en partie fictive).En
conséquence, nous aurons généralement une prime d’émission qui est la
différence entre le prix d’émission et la valeur nominale ;
Prime d’émission = prix d’émission - valeur nominale de l’action nouvelle

54
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

 Au minimum égal à la valeur de l’action ancienne ; il ne s’agit plus d’une


limite légale, mais au dessus, il n’y aurait pas de souscripteurs.
En conséquence, si le prix d’émission est inférieur à la valeur de l’action
ancienne, la valeur de l’action après l’augmentation diminuera par rapport à la
valeur ancienne puisque ce sera la moyenne pondérée des valeurs anciennes et
des prix d’émission .De ce fait, les anciens actionnaires pourraient être lésés
par la baisse de valeur de leurs actions ; Pour éviter cela, ils ont un droits
préférentiel de souscription lors de l’augmentation de capital.

Ce droit est négociable (par virement de compte à compte) et peut être coté en
bourse, si les actions le sont, il est également possible d’en calculer une valeur
théorique :
 D’après la valeur boursière de l’action ancienne, ou
 D’après la valeur intrinsèque de l’action ancienne.
Ainsi, sa valeur théorique :

Valeur ancienne de l’Action – Prix d’émission


Serait : DS=
1+ Nombre actions nouvelles
Nombre actions anciennes

Exemple
La société anonyme « Textyl » au capital de 2 500 000 DH divisé en 25 000 actions
de 100 DH,le 1/4/99 émet à 165 DH l’une, 10 000 actions nouvelles de valeur
nominale 100 DH.
L’action ancienne, droit de souscription attachée, est cotée 200 DH. Les actions
seront libérées du minimum légal par versement au compte bancaire de la société.
Frais de l’opération : 17 850 DH.
1. Calculer la valeur du droit de souscription.
2. Comptabiliser l’augmentation de capital.
Solution
Il s’agit du cas général dans lequel le prix d’émission est fixé entre la valeur
nominale et la valeur de l’action ancienne.
Prime d’émission =165 DH -100 DH = 65 DH.
1. Calcul de la valeur théorique du droit de souscription
Le calcul peut être fait de deux points de vue :

55
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Position d’un ancien actionnaire qui vend ses droits


Valeur
unitaire Nombre Total

Actions anciennes……….. 200 25 000 5 000 000


Actions émises…………….. 165 10 000 1 650 000
Action après l’augmentation du
capital 190* 35000 6 650 000

Après l’augmentation du capital, la valeur réelle de l’action est de :


6 650 000 DH =190 DH
35 000 Actions
Ainsi, la valeur théorique du droit de souscription :
DS = Valeur réelle de l’action avant l’augmentation –Valeur réelle de l’action
après augmentation
DS =200 DH- 190 DH =10.
En effet l’émission des actions nouvelles à un prix d’émission inférieur à la
valeur réelle des actions anciennes provoque une baisse de la valeur réelle des
actions de 200 DH à 190 DH. la vente du droit pour ce prix compenserait pour
l’ancien actionnaire la perte de valeur de son action .
REMARQUE : la connaissance du rapport entre le nombre d’actions émises et le
nombre d’action anciennes suffit pour résoudre le problème.

Rapport de souscription = Nombre d’actions nouvelles = 10 000 = 2


Nombre d’actions anciennes 25 000 5

Ainsi, dans cet exemple, ou ce rapport est de 2 actions nouvelles pour 5 actions
anciennes, le calcul peut être conduit comme suit :

Valeur
unitaire Nombre Total

Actions anciennes……….. 200 5 1000


Actions émises…………….. 165 2 330
Action après l’augmentation du
capital 190* 7 1330

*1330 : 7 =190
Le calcul est généralement plus simple ainsi.

56
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Position d’un nouvel actionnaire qui acquiert des droits


Reprenons l’exemple précédent
Puisqu’il y avait 25 000 actions anciennes, il existe 25 000 droits pour 10 000
actions au prix de 165 DH, soit 5 droits pour 2 actions nouvelle .les actions
vaudront ensuite 190 DH.
Il doit y avoir égalité entre les valeurs de ce que paie l’actionnaire et de ce qu’il
détiendra ensuite.
D’où, en appelant droit de souscription la valeur d’un droit :
5 DS + 2*(165) =2 (190)
5 DS + 330 DH= 380
DS=10
Le nouvel actionnaire verse à l’ancien actionnaire : 5 * 10 DH = 50 DH, à la société :
2 * 165 DH = 330 DH. Il obtient en contrepartie 2 actions qui valent :
2 * 190 DH = 380 DH.
Notons aussi que les actionnaires détenant des droits souscrivent à titre
irréductible pour un nombre d’actions qui correspondant aux droits qu’ils
détiennent (2 pour 5 ici), mais ils peuvent en plus souscrire des actions à titre
réductible pour les actions qui resteraient à souscrire si certains droits n’étaient
pas utilisés. Cette dernière modalité n’étant toutefois possible que si elle a été
expressément prévue par l’assemblée extraordinaire. Les souscriptions à titre
réductible sont partagées proportionnellement aux droits de souscription dont les
actionnaires disposent et dans la limite de leur demande.

Comptabilisation :
Notons d’abord que la libération des apports en numéraire doit respecter la règle
suivante :
Libération immédiate minimale : prime d’émission et un quart de la valeur nominale
pour chaque action.
Dans cet exemple, le versement immédiat sera donc pour chaque action de :
65 + (100 : 4) = 90

57
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1/4/99
5141 Banque 900 000
4462 Associés, versements reçus sur augmentation 900 000
de capital
Libération des apports, avis de crédit n° …
Nominal 10 000 actions * 100 DH * ¼ =250 000 DH
Prime d’émission 10 000 actions *(165 DH – 100 DH)=
650 000
d
4462 Associés, versements reçus sur augmentation de capital 900 000
1119 Actionnaires, C.S.N.A 750 000
1111 Capital social 1 000 000
1121 Primes d’émission 650 000
Constations de l’aug. du cap. par émission de 10 000
Actions à 165 DH
Capital non appelé : 10 000 actions * 100DH * 3/4
d
2113 Frais d’augmentation du capital 8500
5141 Banque 8500
Ch. n°

1111 Capital social


2 500 000
1 000 000 (1/4/96)
S.C. 3 500 000

« Primes d’émission » appartient à l’ensemble des actionnaires.


Lorsque l’augmentation du capital s’effectue par apports en numéraire
partiellement libérés, on peut rencontrer les mêmes cas particuliers traités dans le
chapitre 2 relatif à la constitution : versements anticipés, versements avec retard,
défaillance des actionnaires.
Remarque : Cas particuliers.
 émission au pair : le prix d’émission étant égal à la valeur nominale, il n’y a
pas de prime d’émission.

58
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

 émission à la valeur de l’action ancienne : la valeur théorique du droit de


souscription est nulle. Juridiquement, le droit préférentiel de souscription
existe malgré tout et peut être coté.
2) – Augmentation du capital par incorporation de réserve :
Toutes les réserves figurant au bilan peuvent en principe être incorporées au capital
social
Deux procédés peuvent être utilisé :
- Si la valeur nominale des actions augmente dans les mêmes proportions que
l’augmentation de capital, il faut échanger les actions existantes contre d’autres à la
nouvelle valeur nominale.
- Si la valeur nominale des actions ne change pas, le capital augmentant, il faut
augmenter le nombre d’actions.
Il y aura donc distributions d’actions nouvelles gratuites aux anciens actionnaires
dans la proportion du nombre d’actions détenues par eux.
Les actions anciennes donnent chacune un droit d’attribution. Ces droits peuvent
être vendus par les actionnaires qui ne désirent pas recevoir d’actions nouvelles ou
par ceux qui ont un résidu de droits par rapport au nombre entier maximal d’actions
gratuites qu’ils peuvent obtenir.
Exemple
La S.A. « textyl » au capital de 1 00 000 DH, composé de 10 000 actions de
nominal 100 DH, augmente, le 1/10/00, son capital de 200 000 DH par incorporation
de réserves facultatives et distribution de 2000 actions gratuites.
Avant l’augmentation du capital, les capitaux propres se présentent ainsi :
Capital social 1 000 000
Réserve légale 50 000
Autres réserves (1) 450 000
Capitaux propres 1 500 000
(1) dont réserves statutaires 100 000
réserves facultatives 350 000
TAF :
1. Calculer le rapport d’attribution
2. Calculer la valeur théorique du droit d’attribution
3. Comptabiliser l’augmentation du capital
Solution
1. Le rapport d’attribution
RA = Nbre d’actions nouvelles gratuites / Nbre d’actions anciennes
Donc, RA = 2000 / 10 000 = 1/5 Pour obtenir 1 action nouvelle gratuite, il faut
disposer de 5 actions anciennes, c’est-à-dire de 5 droits d’attribution.
2. Valeur théorique du droit d’attribution:
Le calcul peut être fait de deux points de vue :

59
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Position d’un ancien actionnaire qui vend ses droits


L’incorporation d’une réserve au capital réduit le montant des réserves et
augmente le capital d’autant ; l’actif net n’est donc pas modifié mais seulement
réparti sur un plus grand nombre d’actions.
V.M. avant augmentation =1 500 000 = 150 DH
10 000 actions
V.M. après augmentation = 1 500 000 = 125 DH
12 000 actions
D’où, valeur théorique du DA = Valeur réelle de l’action avant augmentation –
Valeur réelle de l’action après augmentation
DA = 150 - 125 = 25 DH
Pour compenser la perte de valeur de son titre, l’actionnaire devrait vendre son
droit d’attribution 25 DH. Mais sa part dans le capital social diminue.
Position d’un nouvel actionnaire qui acquiert des droits
Il existe 10 000 actions anciennes, donc il existe 10 000 droits d’attribution pour 2000
actions gratuites.
Il faut 5 droits d’attribution, pour obtenir une action gratuite valant, après
augmentation de capital, 125 DH.
5 D.A. + 0 =1 action * 125 DH
D.A. = 25 DH
L’acquisition de droits d’attribution permet au nouvel actionnaire de participer à la
distribution d’actions gratuites.
3.Comptabilisation :
1/10/96
1152 Réserves facultatives 200 000
1111 Capital social 200 000
Distribution de 2000 actions gratuites de
nominal 100 DH

3) – Double augmentation simultanée: par incorporation de réserves et


par apports nouveaux:
Dans ce cas, il y a lieu de calculer d'abord, la valeur théorique du droit
global comprenant aussi bien un droit de souscription qu'un droit d'attribution.
Ensuite, il serait intéressant de déduire la valeur du droit de souscription puis celle
du droit d'attribution.
Exemple

60
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

La S.A. « textyl » au capital de 500 000 DH divisé en 5000 actions de nominale


de 100 DH cotées 140 DH, décide le, 1/8/00 une double augmentation simultanée de
son capital :
 Par émission à 110 DH de 2000 actions libérées en totalité à la souscription par
versement en banque
 Et par incorporation d’une fraction des réserves facultatives et distribution de
1000 actions gratuites.
TAF :
1. Calculer la valeur du droit global puis déduire le DS et le
DA
2. Comptabiliser cette augmentation simultanée de capital

Solution
1. Calcul du DG, du DS et du DA:
(5.000*140) + (2000*110)
Valeur après augmentation = = 115 DH
40.000
Droit Global = Valeur action avant augmentation. – Valeur action augmentation
Donc, DG = 140 – 115 = 25 DH
DG = DS + DA

1 ère méthode : R.S. = Nbre d'actions nouvelles / Nbre d'actions anciennes


Donc, R.S. = 2000 / 5.000 = 2 / 5
5 DS + 2 *110 = 2 * 115
5 DS + 220 =230
DS = 2 DH
D.A.= 25 DH – 2 DH = 23 DH
2éme méthode : RA =Nbre d’actions nouvelles gratuites / Nbre d’actions anciennes
Donc, RA= 1000/ 5000 = 1/5
5 DA = 1 * 115
DA = 23 DH
D.S.= 25 DH-23 DH =2 DH.

61
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2. Comptabilisation :
1/8/00
5141 Banque 220 000
4462 Associés, versements reçus sur aug.de capital 220 000
Libération des apports, 2000*110 DH
d
4462 Associés, versements reçus sur aug.de capital 220 000
1152 Réserves facultatives 100 000
1111 Capital social 300 000
1121 Primes d’émission 20 000
Emission de 2000 actions à 110 DH et distribution
de 1000 actions gratuites

4) – Augmentation du capital par transformation de créances en actions


Des créancier ordinaires de la société, par exemple des fournisseurs peuvent être
associés à une augmentation de capital en acceptant que des actions leurs soient
remises en guide de remboursement de leur créance. .Les créances doivent être
certaines liquides et exigibles.
 La créance est liquide lorsqu’elle est déterminée et non contestée quant à son
montant.
 Elle est exigible s’il n’ y a ni terme ni condition et que le paiement peut être
réclamé par le créancier à tout moment.
Il arrive que cette opération résulte d’un accord entre un fournisseur et une société
éprouvant des difficultés de trésorerie.
Dans ce cas les anciens actionnaires acceptent généralement de renoncer à leur droit
préférentiel de souscription.
Exemple La société anonyme « Textyl » au capital de 300 000 DH ,divisé en 3000
actions, décide, le 1/4/00 de convertir sa dette de 11 000 DH, vis-à-vis du
fournisseur de matières premières Ahmad (01), en 100 actions de nominal 100
DH.
Solution
1/4/00
4111-01 Fournisseur Ahmad 11 000
4462 Associés, versements reçus sur aug. de capital 11 000
Libération des apports
d
4462 Associés, versements reçus sur aug. de capital 11 000
1111 Capital social 10 000
1121 Primes d’émission 1000
Aug.de cap par conversion d’une dette de 11 000 DH en 100
actions de nominal 100 DH

62
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Section 2 : Réduction et l’amortissement du capital


A- Réduction du capital

La réduction du capital peut être envisagée dans les circonstances suivantes :


- Le capital est trop élevé par rapport à l’activité de la société et à ses besoins en
fonds de roulement.
- La société a enregistré des pertes importantes qui ne pourront être couvertes
par les bénéfices futurs.
- La retrait d’un associé.
La réduction du capital est soumise au droit d’enregistrement fixe qui est de
50dhs.
Les autres frais de réduction sont : les frais de correspondance ( lettres
recommandées,…), frais de publicité légale, insertion modificative au RC.
Les modalités de la réduction du capital sont comme suit :

 Amortissement des pertes.


 Remboursement aux associés.

L’enregistrement comptables :

1) – Dans les sociétés de personnes

a)- Le remboursement du capital

Les apports effectués par les associés sont trop importants, par rapport aux
besoins de financement de la société, une partie est restituée aux associés sous forme
d’espèces. A cet effet, on ouvre à chaque associé un compte de remboursement.

Exemple :
La société BENHAMI et SAMRANI réduit son capital de 50 000dh, à raison de
25 000dh pour chacun des associés.

1111 Capital social 50 000

44611 Ass Benhami capital à rembourser 25 000


44612 Ass Samrani capital à rembourser 25 000

44611 Ass Benhami capital à rembourser 25 000


44612 Ass Samrani capital à rembourser 25 000

5161 Caisse 50 000

63
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

b)- Absorption des pertes

Lorsque les pertes sont trop importantes et ne peuvent être compensées par les
réserves constituées et les bénéfices futurs, il est concevable de faire supporter à
chaque associé sa part de perte, et par conséquent, constater qu’une partie de son
apport a disparu.
Généralement les pertes sont enregistrées dans le compte 1169 report à
nouveau ( solde débiteur).
L’opération consiste à :
- Débiter le compte 1111 capital social.
- Créditer le compte 1169 RAN ( SD).

1111 Capital social x

1169 RAN ( SD) x

2118 Autres frais préliminaires ( Montant fixe) 50

5161 Caisse 50

2) – Réduction dans la SARL

La réduction du capital ne peut avoir effet de ramener le capital social à une


somme inférieur à 100 000dhs ( minimum légale).
Les écritures comptables sont les mêmes que celles passées dans les sociétés de
personnes.

3) – Réduction dans la SA

a) – Réduction du capital par absorption de pertes :

Réduction du nominal des actions :

On peut envisager la réduction de la valeur nominale des actions :


soit par la modification de la valeur nominale des actions anciennes.
Soit par échange des titres anciens contre des titres nouveaux portant la nouvelle
valeur nominale.

64
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Enregistrement comptable :

1111 Capital social x

1169 RAN ( SD) x

2118 Autres frais préliminaires ( Montant fixe) 50

5161 Caisse 50

- Réduction du nombre des actions (annulation des actions) :

L’enregistrement comptable est identique à celui du cas précédent.

Exemple :
La capital social d’une SA est composé de 3 000 actions de nominal de 200dhs.
Les actionnaires décident de réduire le capital social de la moitié.
1ère possibilité : réduction du nominal de chaque action à 100dhs par action.
Capital social avant réduction : 3 000 x 200 = 600 000dhs.
Capital social après réduction : 3 000 x 100 = 300 000dhs.
2ème possibilité : réduction de moitié du nombre d’actions et maintien du nominal
de chaque action.
Capital social avant réduction : 3 000 x 200 = 600 000dhs.
Capital social après réduction : 1 500 x 200 = 300 000dhs.

b - Réduction du capital par remboursement de capital :

Le capital social est intégralement libéré :

Constatation de la réduction du capital social : on débite le compte 1111 capital


social et on crédite le compte 4461 associés capital à rembourser.
Constatation du remboursement aux actionnaires : on débit le compte 4461
associés capital à rembourser et on crédite un compte de trésorerie ( banque ou
caisse).
Le capital est partiellement libéré :

La réduction est concrétisée, par l’annulation de la créance de la société sur les


actionnaires pour partie du capital non appelée et non versée.
La constatation comptable : on débite le compte 11112 capital souscrit non
appelé et on crédite le compte 1119 actionnaires capital souscrit non appelé.

65
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

B – Amortissement du capital

L’amortissement du capital consiste en un remboursement partiel ou total des


apports des actionnaires, avant la date de liquidation. Le remboursement,
n’entraînant pas de réduction de capital. L’amortissement est effectué par
prélèvement sur les réserves appartenant aux actionnaires.
L’actionnaire reçoit une somme égale à la valeur nominale de son action, il
conserve la qualité d’actionnaire. Son action est remplacée par une action de
jouissance lui donnant les mêmes prérogatives que l’action ancienne, sauf le droit à
l’intérêt statutaire et le droit à la répartition du capital en cas de liquidation.
Pour le fisc l’amortissement est une distribution de bénéfices, il faut donc
prélever la TPA.

Enregistrement comptable :

1111 capital social x

44615 actionnaire capital à amortir x

1152 RS x
1161 RAN (sc) x

11112 capital amorti x

44615 actionnaire capital à amortir x

5141 Banque x

4452 Etat, ITA ( TPA) x

5141 Banque x

66
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Chapitre IV : La dissolution des sociétés

Evénement exceptionnel, la dissolution n’intervient évidemment qu’une fois


dans la vie d’une société puisqu’elle en marque la fin. De plus les enregistrements
comptables correspondants sont souvent réalisés par des tiers (notamment
liquidateurs judiciaires).
Toutefois la connaissance des opérations à réaliser et de leur enregistrement peut
faciliter d’autres études, notamment celle des fusions.

Section 1 : Cadre juridique

A–Causes de dissolution :
Des causes diverses peuvent entraîner la dissolution, il peut s’agir de causes
légales (imposés par la loi) ou statutaire (situation ou événement prévus par les
statuts et dont la survenance doit entraîner la dissolution, on distingue généralement
des causes communes à toutes les sociétés commerciales et des causes propres à
certaines formes sociales.
a- Des causes sont communes à toutes les sociétés :
Les causes communes à toutes les sociétés sont principalement :
Elles sont à rattacher :
 L’arrivée du terme fixé par la loi et par les statuts (article 1051 du DOC) ;
 Réalisation ou extinction de l’objet social ;
 La dissolution anticipée décidée par les associés ;
 La dissolution anticipée prononcée par voie de justice ;
La dissolution anticipée prononcée par le tribunal dans le cas de réunion des parts
sociales ou actions en une seule main depuis plus d’un an ;
La dissolution pour toute autre cause énoncée par les statuts ;
b- D’autres causes sont particulières à chaque type de contrat :
- Pour les S.A. et S.A.R.L.
 Réduction du nombre d’actionnaires à moins de 5 depuis plus d’un an dans les
SA ;
 Réduction de la situation nette au quart du capital social dans les SA et les SARL;
 Le non respect des dispositions ayant trait au montant minimal du capital dans
les SA et les SARL ;
- Pour les S.N.C :
 Mort ou incapacité commerciale d’un associé.
 Révocation du gérant statutaire.

67
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

B - Opérations relatives à la dissolution


 Deus séries d’opérations sont à réaliser successivement
 La liquidation
C’est l’ensemble des opérations nécessaires pour :
- Régler les affaires en cours s’il y a lieu,
- Recouvrer les créances, régler les dettes et réaliser l’actif,
- Etablir un « compte définitif de liquidation ».
 Le partage
Il est réalisé entre les actionnaires ou associés en fonction de leurs droits et de leurs
engagements ;
Les biens d’actif restant éventuellement (disponibilités notamment) sont
partagés entre eux.
Dans une Société Anonyme, il doit avoir remboursement du capital versé et
non amorti. Des différences de remboursement sont donc possibles entre les
détenteurs d’actions ordinaires, d’actions libérées de moitié ou d’actions de
jouissance.
- Les dettes restantes sont, dans les S.N.C., mises à la charge des associés
 Ces opérations sont réalisées par un liquidateur
En général professionnels désignés par le tribunal de commerce, ils peuvent toute-
fois, dans les dissolutions amiables, être choisis parmi les associés.
Section 2 : Traitement comptable et fiscal de la liquidation
1 - Traitement comptable de la liquidation :
Cas de la SNC :

Opérations de liquidation :

- Faire l’inventaire des éléments Actifs et Passifs pour établir le bilan.


- Céder les éléments d’actif pour les valeurs retenus.
- Règlement des dettes.

Si les disponibilités sont insuffisantes pour payer les créanciers, les associés
doivent avancer les fonds pour combler l’insuffisance de l’actif, parce qu’ils sont
indéfiniment et solidairement responsables des dettes.

Les opérations de partage :

Le bilan après liquidation peut présenter deux situations :

- l’actif net est supérieur au capital, dans ce cas, il y a un boni de liquidation,


- l’actif net est inférieur au capital, on parle ici d’un mali de liquidation.

68
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Dans les deux cas, les opérations de partage et les écritures sont les mêmes.
L’actif net est partagé conformément aux statuts, ou, à défaut de clause statutaire,
proportionnellement aux apports.

Application :

La SNC « BENHAMI et SAMRANI » au capital de 500 000 divisé en 5 000 parts


sociales est en difficulté, les deux associés décident d’un commun accord de
dissoudre leur société en procédant à sa liquidation. Benhami détient 3000 parts et
Samrani 2 000 parts.
Au 1/8/N, le bilan de la société avant liquidation se présente comme suit en
(dhs) :

Actif Passif
Eléments Brut Am/pro Net Elément Montant
Fonds commercial 260 000 260 000 Capital social 500 000
Matériels et outillage 200 000 120 000 80 000
Stock de marchandise 170 000 170 000 Fournisseur 95 000
Client 35 000 35 000
Banque 12 000 12 000
Caisse 3 500 3 500
Résultat de l’exercice 94 500 94 500
( perte)
Total 595 000 638 000 Total 595 000
Conditions de liquidation :

La liquidation est assurée par un expert comptable : Mr. MARZOUKI.


Les disponibilités sont versées au liquidateur.

Mr. MARZOUKI. Vend le fonds de commerce:


- Fond commercial : ……………………………………….. 300 000dh.
- Matériel et outillage : …………………………………….. 70 000dh.
- Stock de marchandise :……………………………………160 000dh.
Les créances sont recouvrées par Mr. MARZOUKI pour : …… 30 000dh.
Les fournisseurs sont désintéressés par Mr. MARZOUKI pour : 90 000dh.
Le liquidateur réclame 12 500dh d’honoraires et 2 500dh de droits et frais relatifs à la
liquidation.
Règlement de l’IGR par chèque, sachant que BENHAMI est l’associé principal,
il est marié et a 3 enfants à charges. Les associés partagent le reste.
Solution :

Les opérations réalisées par le liquidateur seront enregistrées dans le compte


débiteur divers 3488.

3488 Mr .MARZOUKI - liquidateur 15 500

69
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

5141 Banque 12 000


5161 Caisse 3 500

remise des disponibilités au liquidateur (1)



2833 Amortissement du matériel et outillage 120 000
651 Valeur nette comptable des éléments d’actif liquidé 450 000

2230 Fonds commercial 200 000


2332 M.O 200 000
311 Stock de marchandise 170 000
cession des éléments de l’actif par le liquidateur

3488 Mr .MARZOUKI - liquidateur 470 000

7519 Produits de liquidation des éléments d’actif 470 000

cession des stocks : 160 000/ M.O : 60 000


fonds commercial : 250 000 (2)


6589 charges exceptionnelles sur opération de liquidation 7 000
3488 Mr .MARZOUKI - liquidateur 28 000

3421 clients 35 000


recouvrement des créances (3)

4411 Fournisseurs 95 000

3488 Mr .MARZOUKI - liquidateur 85 500


7589 Produits exceptionnels/opération de L 9 500

règlement des fournisseurs, déduction de 9 500dhs (4)

6589 charges exceptionnelles /opération de L 15 000

3488 Mr .MARZOUKI - liquidateur 15 000

honoraires du liquidateur + divers droits et frais (5)

70
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Le compte Mr .MARZOUKI - liquidateur se présente comme suit :

(1) ……………………… 15 500 (4) ……………………………. 85 500


(2) ……………………... 470 000 (5) …………………………… 15 000
(3) ……………………… 28 000 solde débiteur 413 000

Total débit 513 500 Total crédit 513 500

5141 Banque 413 000

3488 Mr .MARZOUKI - liquidateur 413 000

Détermination du résultat net de liquidation :

Calcul de l’IGR :
Ici le résultat de liquidation est de 7 500dhs, et selon le barème applicables au
revenus, ce résultat est exonéré.

7519 Produits de liquidation des éléments d’Actif 470 000


7589 Produits exceptionnels sur opérations de L 9 500
651 Valeur nette comptable des éléments d’actif 450 000
6589 Charges exceptionnelle /Op de L 22 000
1195 Résultats de liquidation 7 500

détermination du R de liquidation

Bilan de liquidation, avant partage :

Banque 413 000 Capital social 500 000


Résultat de l’exercice (perte) 94 500 Résultat net de liquidation 7 500
(boni)

Total actif 507 500 Total Passif 507 500

71
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Droits des associés sur l’actif net : 507 500 – 94 500 = 413 000

413 000 x 3 000


- BENHAMI = = 247 800dhs.
5 000

413 000 x 2 000


- SAMRANI = = 165 200dhs.
5 000

1111 Capital social 500 000
1195 Résultat de liquidation 7 500

1199 Résultat de l’exercice ( perte) 94 500


44611 Ass BENHAMI compte de liquidation 247 800
44612 Ass SAMRANI compte de liquidation 165 200

constatation des droits des associés



44611 Ass BENHAMI compte de liquidation 247 800
44612 Ass SAMRANI compte de liquidation 165 200

5141 Banque 413 000

Cas de la SARL :

Comme dans les sociétés de personnes, la liquidation peut être effectuée par
un liquidateur étranger à la société ou par un associé.
Les opérations de liquidation sont comparables à celles effectuées dans les sociétés de
personnes, cependant, le partage de l’actif doit être effectué proportionnellement aux
apports des associés, sous réserves des droits éventuels de la gérance.
Cas de la S. A.
Comme déjà cité, la liquidation peut être effectuée par les dirigeants sociaux,
ou par un liquidateur (mandataire).
Lorsque la liquidation est effectuée par les dirigeants sociaux, les opérations
relatives à la liquidation sont enregistrées dans les livres de la société, lorsqu’elle est
assurée par un liquidateur, elles sont comptabilisées partiellement dans ses livres.
La liquidation est effectuée par les dirigeants sociaux :
Avant l’ouverture de la liquidation, certains comptes doivent être régularisés
et notamment :
 Solder les comptes d’amortissement en les transférant dans les comptes
d’immobilisation concernés, et faire apparaître la valeur comptable nette.
 Solder les comptes de provisions pour dépréciation des éléments d’actif.

72
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

 Solder le compte frais préliminaires par le débit du compte résultats de


liquidation.

1) Opérations de liquidation :
Elles consistent à :
 Terminer les opérations en cours.
 Réaliser les biens et recouvrer les créances.
 Les plus ou moins-values dégagées par ces opérations sont comptabilisées
dans le compte résultat de liquidation.
 Payer le passif exigible, les frais de liquidation, l’impôt sur les sociétés et sur le
résultat de liquidation.
2) Partage de l’actif net :
 On détermine les droits de chaque actionnaire ou porteur des parts à partir de
l’actif net à partager.
 On enregistre la part revenant à chaque catégorie d’ayant-droit dans son
compte de liquidation, et on solde des comptes d’actif net (capital social,
réserves, et résultat de liquidation).
 On distribue les disponibilités (banque, caisse) et solde les comptes de
liquidation ouverts à l’ayant-droit (actionnaires, porteurs de titres divers).
EXEMPLE :
La société anonyme SOFAR est en difficulté, les associés décident de
la dissoudre en procédant à sa liquidation, au le 31/12/96 son bilan se
présente comme suit :

Frais préliminaire 12 000 9 000 3 000 Capital social (3 000 actions) 300 000
Matériel et outillage 480 000 360 000 120 000 Réserve légale 30 000
Marchandises 240 000 240 000 Autres réserves (2) 30 000
Client et CR (1) 87 000 3 000 84 000 Résultat net de l’exercice -24000
Banque 60 000 60 000 Fournisseurs et CR (3) 171 0000
879 000 372 000 507 000 507 000

73
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

(1) Client 60 000 DH (2) Réserve facultatives


Clients douteux 27 000 DH (3) Fournisseurs
Opérations de liquidation :
2/1/97, vente par chèques des éléments suivants :

- Matériel et outillage 240 000 DH


- Fonds commercial 90 000 DH
- Stock de marchandises 204 000 DH
3/1/97, recouvrement par chèques des créances 54 000 DH
clients
4/1/97, paiement par chèques :
des dettes fournisseurs 171 000 DH
des frais de liquidation 9 000 DH
de l’impôt sur les sociétés
5/1/97, prélèvement par les associés de l’actif net.

Répartition du capital social


Actionnaires Nombre d’actions %
Abassi 1 200 40
Baddou 750 25
Chami 600 20
Dani 300 10
El Haloui 150 5

Totaux 3 000 100

1) Opération de liquidation
Cas d’une liquidation effectuée par les organes d’administration de la société :
Tableau du résultat de liquidation
Eléments VCN Prix de cession Résultat (plus ou
moins value)
Fonds commercial - 90 000 + 90 000
Matériel et outillage 120 000 240 000 + 120 000
Marchandises 240 000 204 000 - 36 000

Totaux 360 000 534 000 + 174 000

74
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2/1/97
2811 Amort. des frais préliminaires 9000
28332 Amort. Du mat. Et 360 000
2110 Frais prélimi 9000
2332 Matériel et outillage 360 000
Réintégration des amort.
d
1195 Résultat de liquidation 3000
2110 Frais préliminaires 3000
Pour solde du compte crédité
d
5141 Banque 534 000
2332 Matériel et outillage 120 000
3111 Marchandises 240 000
1195 Résultat de liquidation 174 000
Cession des éléments d’actif
d
5141 Banque 54 000
1195 Résultat de liquidation 33 000
3421 Clients 60 000
3424 Clients douteux 27 000
Recouvrement pour solde
d
3942 Pro. Pour dép. Des clients et CR 3000
1195 Résultat de liquidation 3000
Pour solde du compte débité
4/1/97
4111 Fournisseurs 171000
5141 Banque 171000
Règlement pour solde
d
1195 Résultat de liquidation 9000
5141 Banque 9000
Frais de liquidation

75
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

1195 Résultat de liquidation


(2/1) 3 000 1 74 000 (2/1)
(3/1) 33 000 3 000 (3/1)
(4/1) 9 000
45 000
SC 132 000
177 000 177 000

4/1/97
1195 Résultat de liquidation 46200
5141 Banque 46200
I.S : 132 000 x 35 %

5141 Banque
60 000 171 000 (4/1)
(2/1) 534 000 9 000 (4/1)
(3/1) 54 000 46 000 (4/1)
226 200
421 800 SD

648 000 648 000

Résultat net de liquidation = 132 000 – 46 200 = 85 800 DH


Bilan de liquidation (ou compte de liquidation)

Actif Passif

Banque 421 800 Capital social 300 000


Réserve légale 30 000
Autres réserves 30 0000
Résultat net de l’ex. -24 000
Résultat de liquidation -85 800

421 800 421 800

76
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

2 - Opérations de partage
Les opérations de partage constituent la suite normale des opérations
de liquidation.
Calcul des droits des associés

Actionnaires Capital social Boni de liquidation Totaux

A 300000*40%=120000 121800* 40 = 48720 168720


B 300000* 25 = 75000 121800* 25 = 30450 105450
C 300000 *20 = 60000 121800 *20 = 24360 84360
D
300000* 10= 30000 121800* 10= 12180 42180
E
300000* 5 = 15000 121800 *5= 6090 21090

Totaux 300000 121800 421800

Enregistrement comptable
5/1/97
1111 Capital social 300 000
1140 Réserve Légale 30 000
1152 Réserves facultatives 30 000
1195 Résultat de liquidation 85 800

1199 Résultat net de l’ex 24 000


4463 Comptes courants des associés créditeurs 421 800

Droits des associées


d
4463 Comptes courants des associés créditeurs 421 800

5141 Banque 421 800


Partage clôture des comptes

77
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Conclusion

Nous avons essayé tout au long de cet exposée de présenter l’ensemble des
connaissances nécessaires à la compréhension des opérations comptables réalisées
par la SA, la SNC et la SARL compte tenu de leurs caractéristiques juridiques et
fiscales, sous la forme de synthèses structurées consacrées : aux opérations de
constitution ; à la détermination du bénéfice imposable ; à l’affectation des résultats,
à l’évaluation des titres sociaux, aux variations du capital et aux opérations de
dissolution.
Cependant, le plan comptable marocain n’a pas prévu tous les comptes pour
toutes ces opérations, ce qui nous a amené à créer des sous comptes au niveau de
certains comptes pour remédier à cette insuffisance.
Ce travail sera complété par d’autres exposés qui traiteront l'emprunt obligataire,
la fusion, la consolidation.

78
Comptabilité des sociétés EDG :2004/2005

Bibliographie

 Claude LAVABRE et Gilles LAVABRE Comptabilité des Sté fusion


consolidation, 1996, édition Litec.
 Brahim FOUGUIG La Sté anonyme au Maroc, Tom 1, 1998.
 J.Gillot et D.Lefebrre, Précis de la comptabilité des Sté commerciales,,
édition Bréol, 1992.
 Abderrazak FACHTALI, Comptabilité de la Sté anonyme, édit
Consulting, 1998.
 Brahim JAIF, La comptabilité des sociétés et ses incidences fiscales sur
la vie des entreprises, nouvelle édition, 1998.
 JACKY MAILLER, Gestion et comptabilité des sociétés commerciales,
Tome2, Editions BANQUE, 1985.
 ABDERRAHIM TADA, La comptabilité des sociétés marocaines,
Tome2, Collection AUDIGEC, 1995.
 Impôt sur les Sté loi n° 24-86, 2004 édition Legis plus.

79