Vous êtes sur la page 1sur 82

U.P.S.

M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES
► RAPPEL= FONCTIONNEMENT D’UNE CHAUSSEE

Chaussée =interface entre le sol supportet la contrainte du pneu σ (13T) + NE (trafic)

εt
εz
Sol Support εr
εadm σr σadm
(terrassement)

► Données de Base=

→ Les performances mécaniques du sol support = contraintes maxi admissibles σadm


déformation maxi admissibles εadm (réversible)

→ Les chaussées = toujours formées de matériaux granulaires ⇒Cône de distribution de charge idéalisé
(angle de frottement interne)
⇒ Déformation interne des matériaux εz , εt
⇒Contrainte Résiduelle σr
⇒Déformation Résiduelle εr

119
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES
► RAPPEL= FONCTIONNEMENT D’UNE CHAUSSEE

σ
Chaussée =interface entre le sol support et la contrainte du pneu
(13T) + NE (trafic)
Modèle de Burmister (1943)
Calcul élastique Linéaire (flexion)
σtt
εt
► Dimensionner une Chaussée= Trouver le meilleur compromis entre εz
Sol Support εr
εadm σr σadm
TERRASSEMENT (terrassement)

Présence d’Argile
► Données de Base=
Traitement du sol
Insensibiliser à l’eau CHAUX Améliorer la contrainte maxi du sol support
Durcir CIMENT Sol : εr < εadm
Augmenter le cône de distribution
σtt < σ(adm,mat)
Améliorer l’angle de frottement interne
Géométrique: matériaux :
o hauteur de chaussée Ajout d’un liant (εεz, εt) < ε(adm,mat)
(limité par la mise en œuvre)
Bitume ou Ciment
Chaussée semi-rigide
► Paramètres complémentaires= → Fatigue (attrition), durée de vie
→ Imperméabilité
→ Traficabilité → Comportement au Gel/Dégel
120
→ Surface= Glissance, bruit, confort → Limites de Mise en Œuvre (Epaisseurs)
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES
1 Caractéristique du réseau Français = Grande diversité de Structures de Chaussées (6 groupes)

► Chaussées Souples (moins chère)


→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse mince (≤12cm, enduit pour faible trafic)
→ Assise= une ou plusieurs couches de matériaux granulaires non traités (G.N.T.) (20 à 50cm)
→ épaisseur globale entre 30 et 60cm

→ mode de fonctionnement

- Couche de roulement=
Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Effort en traction par flexion

σ (13T) + NE (trafic)
- Assise= Faible angle du cône de distribution des charges
Contrainte verticale en fond de couche
εt σi
Déformation résiduelle en fond de couche

εr
σr ! Forte Sensibilité à l’eau
Fatigue par attrition des granulats

121
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES

► Chaussées Bitumineuses Epaisses:


→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse
→ Assise= matériaux traités aux liants hydrocarbonés (Base + Fondation) (ép entre 12 et 40cm)
→ épaisseur totale > 12cm

→ mode de fonctionnement

- Couche de roulement=
Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒

σ (13T) + NE (trafic)
PAS d’Effort en traction en fond de couche de roulement

- Assise= Fort angle du cône de distribution des charges


Forte Réduction de la Contrainte verticale en fond de couche
Effort en traction par flexion
σi Faible Déformation résiduelle en fond de couche

εt
εr
σr ! Importance du Collage entre les couches
Travail en flexion sur toute l’épaisseur
Sinon Risque de rupture par fatigue en flexion de chaque
couche

122
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES

► Chaussées à assise traitée aux Liants Hydrauliques = « semi-rigide »:


→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse (6 à14cm)
→ Assise= matériaux traités aux liants hydrauliques (Base +Fondation) (ép entre 20 et 50cm)
→ épaisseur globale entre 25cm et 60cm

→ mode de fonctionnement - Couche de roulement=


Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
PAS d’Effort en traction en fond de couche de roulement

σ (13T) + NE (trafic) - Assise= TRES Fort angle du cône de distribution des charges(rigidité béton)
Forte épaisseur de la couche
⇒ Forte Réduction de la Contrainte verticale en fond de couche
Effort en traction par flexion
σi Faible Déformation résiduelle en fond de couche

εt ! Importance du Collage entre les couches


Travail en flexion sur toute l’épaisseur
Sinon Risque de rupture par fatigue en flexion de chaque
σr couche
εr

! Retrait de prise et retrait thermique important


⇒ Fissuration transversale:
- Remonte rapidement au travers CR (1 cm/an)
123
- Espace régulier (entre 5 et 15m)
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES
► Chaussées à structure Mixte
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse
→ Assise= Couche de BASE = matériaux bitumineux (ép entre 12 et 20cm)
Couche de Fondation = matériaux traités aux liants hydrauliques
(ép entre 20 et 40cm)
⇐ Rapport de l’épaisseur du matériaux bitumineux à l’épaisseur totale de chaussée = k1/2
→ épaisseur globale entre 32cm et 60cm
→ mode de fonctionnement - Couche de roulement Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
- Couche de Base Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
- Couche de Fondation Effort en traction par flexion en fond de couche
Faible Déformation résiduelle en fond de couche

σ (13T) + NE (trafic)
! Rôle de la CdB en matériaux bitumineux:
Ralentir la remontée des fissures transversales de la CDF
Atténuer les gradients thermiques journaliers

σi

σj

εt
σr
εr
! Dilatation thermiques différents entre les matériaux bitumineux
et hydrauliques
⇒ Rupture du collage entre CdF et CdB à moyen terme
⇒ Chaque couche travaille en flexion
⇒ Réduction de la durée de vie de ma chaussée 124
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES
► Chaussées à structure Inverse: Anti remontée de Fissure
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse
→ Assise= Couche de BASE = matériaux bitumineux (ép entre 10 et 20cm)
Couche Intermédiaire en grave non Traitée (ép ≅12cm)
Couche de Fondation = matériaux traités aux liants hydrauliques
(ép entre 20 et 40cm)
→ épaisseur globale entre 60cm et 80cm

→ mode de fonctionnement - Couche de roulement Réduction de la contrainte verticale


- Couche de Base Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
Effort en traction par flexion en fond de couche

σ (13T) + NE
- Couche de GNT =
(trafic)
Réduction de la contrainte verticale
Ralentir la remontée des fissures transversales de la CdF

σi
εt - Couche de Fondation Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
σj Effort en traction par flexion en fond de couche

σj TRES Faible Déformation résiduelle en fond de couche

εt
σr
! Effort en traction MAXI en fond de couche bitumineuse

εr
125
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XV: LES DIFFERENTS TYPES DE STRUCTURES DE CHAUSSEES

► Chaussées en Béton de Ciment

- Dalles non goujonnées avec fondation


→ Béton de ciment (20 à 28cm)
→ Béton maigre (12 à 18cm) ou matériaux traités au liants hydrauliques (15 à 20cm)

- Dalles goujonnées avec fondation


→ Béton de ciment (20 à 28cm)
→ Béton maigre (14 à 22cm)

- Dalles sans fondation


→ Béton de ciment (28 à 39cm)
→ Couche drainante (matériaux granulaires ou géotextile)

- Béton armé continu


→ Béton de ciment (16 à 24cm)
→ Béton maigre (12 à 14cm)

126
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► METHODE DE DIMENSIONNEMENT D’UNE CHAUSSEE COUCHE DE ROULEMENT
CALCULEE Géométrie de la chaussée COUCHE DE BASE

MESURE Trafic N.E. (T0,T1,….) COUCHE DE FONDATION


CHOISIE Durée de vie de la Chaussée En général = 15 ans
PAS D’ENTRETIEN STRUCTUREL COUCHE DE FORME
CONSTATEE Portance de la Plateforme support de Chaussée P.F. (PF1,PF2,….)

CONSTATEE Climat
CHOISIS € Matériaux: liant, granulats TERRASSEMENTS

ALIZE 3

► Logiciel ALIZE:→ Créateurs=

→ Méthode Rationnelle de dimensionnement mécanique des structures (hypothèses encadrées)

→ Calcul élastique= MODELE DE BURMINSTER (1943)


- Structure de calcul: Multi-couche élastique linéaire
Interfaces collées ou glissantes
Couches infinies en plan (pas de bord, pas de coin)
- Charges de calcul: disques avec une pression uniforme
- Résultats de calcul: champs de contraintes σ et de déformations ε

→ Logigramme= 127
► Logigramme Logiciel ALIZE Définition du Traffic HydrocarbonésU.P.S. M2 UE1 2011/2012
Traités au liants Hydrauliques
Choix des matériaux constitutifs → 5 Familles proposées: Bétons
Non traités
Sols
Flexible
Choix du Type de Structure
Bitumineuse épaisse
→ 6 Structures proposées: Semi-rigide
Rigide
Calcul des Valeurs Admissibles
Mixte
= f(Trafic)
Inverse

Choix de l’épaisseur Initiale


des Couches

Calcul des Sollicitations Maximales


dans chaque couche

Test
Sol Max < Val adm

Test Positif pour au tous Test Négatif pour au moins


les Matériaux un Matériau

Validation selon les Critères Métiers Changement d’Epaisseur


Optimisation (manuel ou incrémentation automatique)

Structure recevable Structure non recevable


Optimisation Acceptable Non optimisée

Vérification Gel 128


U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Valeurs admissibles: εt,adm
Fonction du:

- Comportement à la fatigue ε6 pour les matériaux bitumineux


- Trafic: NE = Nombre d’essieux équivalents
- Module du matériaux E (t°C)
- Coefficient Kc de calage du modèle
- Coefficient Kr du risque de rupture
- Coefficient Ks de portance du sol
- Coefficient Kd de discontinuité

Pour les matériaux bitumineux:


NE b E (10 °C)
- εt,adm = ε6 x x x Kc x Kr x Ks
10 6 E (15°C)

Pour les matériaux traités aux liants hydrauliques:


NE b
- σt,adm = σ6 x x Kc x Kd x Kr x Ks
10 6

Pour les sols et couches granulaires:

- εz,adm = 12 000 x (NE )-0,222

129
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Coefficients de Calage:

Kc = - Coefficient de calage pour ajuster les résultats du modèle de calcul au comportement observé de chaussée
de même type Matériau Kc
- Fonction du type de matériaux= GB 1,30
BB 1,10
EME 1,00
G.C. 1,40
autres MTLH 1,50
Ks = - Coefficient minorateur pour tenir compte de l’effet d’hétérogénéité locales de portance du support.

- Fonction de la portance du sol= Module E<50 Mpa 50 Mpa<E<120MPa 120 Mpa<E


Ks 1/1,2 1/1,1 1

Kr = - Coefficient qui ajuste la valeur de déformation admissible au risque de calcul retenu


Kr = 10 -ubδ - δ dispersion sur les résultats des essais de fatigues
- b pente de la loi de fatigue du matériau
- u variable centrée associée au risque

Kd =- Coefficient de prise en compte de l’effet des discontinuités pour la couche de Base

Matériau Kd
Grave Traitée classe G5 1/1,25
Grave Traitée classe G4 1/1,25
Grave Traitée classe G3 1
Grave Traitée classe G2 1
Béton compacté 1/1,25 130
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► METHODE DE DIMENSIONNEMENT D’UNE CHAUSSEE

Durée de vie

131
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


- ∃ aide au dimensionnement :

⇒ CATALOGUE DES STRUCTURES (1998)


► 2 Organismes :

SETRA (Service d’Etude sur les Transports, les routes et leurs aménagements)=
Service Technique du Ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable

R.S.T. (Réseau du Service Technique de l’Equipement) =

► 2 jeux de fiches : VRS = 25 fiches VRS → Réseau Structurant: 30 ans – 5%


VRNS →Réseau Non Structurant : 20 ans – 2%
VNRS = 27 fiches

132
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES

⇒ Exemple de fiche du CALOGUE DES STRUCTURES (1998)

► Coupe transversale : ! La couche de Roulement n’est pas définie

► Structures précalculées :

► Abaques de vérification au gel :

! Possibilité de réaliser des comparatifs financiers de structures à binôme Trafic/plateforme équivalent.

133
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES

⇒ Exemple de fiche du CALOGUE DES STRUCTURES (1998)

► Coupe transversale : ! La couche de Roulement n’est pas définie

134
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES

⇒ Exemple de fiche du CALOGUE DES STRUCTURES (1998)

► Structures précalculées :

135
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


- ∃ un guide des structures « affiné » par région :

⇒ Guide Régional des Chaussées


► BUTS RECHERCHES :
Utiliser les Habitudes et expériences locales
Adapter les structures à la Géologie particulière de la région
Intégrer les Prix des granulats et des liants
Orienter la technique

► 8 structures retenues:

GNT sur GNT


G.E. sur GNT
G.B. sur GNT
G.B. sur G.B.
G.H. sur G.H.
GNT sur Sol fin traité en place
G.B.3 sur Sol fin traité en place
G.E. sur Sol fin traité en place

136
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Catalogue régional des structures: Exemple

Remarque:
◘ CR<4 → ESU, ECF, BBTM, BBM

◘ CR≥4→ BBM (E=5400Mpa)


◘ CR≥6 → BBSG (R=5400Mpa)

◘ CR≥8 → BBSG (R=5400Mpa)

◘ CR≥10 →BBSG (R=5400Mpa)

137
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Catalogue régional des structures: Exemple 2

138
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Catalogue régional des structures: Possibilité de comparer les structures à trafic et Portance de Plateforme équivalents:

- Exemple= Trafic = TC4

Plateforme= PF2

Structure n°1 Structure n°2 Structure n°3 Structure n°4 Structure n°5 Structure n°6 Structure n°7 Structure n°8

GNT G.B. G.E.


G.N.T. G.E. G.B. G.B. G.E.
sur sur sur
sur sur sur sur sur
Sol traité en place Sol traité en place Sol traité en place
G.N.T. G.N.T. G.N.T. G.B. G.E.
de classe2 de classe2 de classe2

Couche de Roulement ≥8 ≥6 ≥6 ≥6 ≥6 ≥6

Couche de Base Non admis 8 + 12 8 + 10 9 20 Non admis 11 12

Couche de Fondation 20 25 10 20 25 30

139
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel: Historique: - Hivers rigoureux 1962-63: Problèmes importants de dégradations des chaussées

140
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel:

Historique:
- Hivers rigoureux 1962-63: Problèmes importants de dégradations des chaussées
⇒ Mise au point d’un essai pour quantifier la gélivité des sols
⇒ Développement d’une méthode de prise en compte du gel en phase de conception de chaussées

Comportement de la chaussée au gel/dégel:

- Au gel (température ambiante durablement négative):

⇒ Pénétration du front de gel dans la chaussée


- Dans le corps de chaussée= en général non gélif
- Dans le sol support= + Si le sol est non gélif: pas de problèmes
+ Si le sol est gélif: * Gonflement par cryossucion
* Gélifraction des granulats

- Au Dégel (température ambiante durablement positive):


⇒ Pénétration du front de Dégel dans la chaussée

- Dans le sol support Gélif= * Chute de Portance


⇒ Barrière de Dégel

141
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel:
Définitions:
- Indice de gel atmosphérique Iatm:
Somme cumulée des températures moyennes journalières sous abri, calculée à partir du
premier jour pour lequel la température devient négative.
Valeur absolue (°C x j)

- Indice de gel de surface Is:


- Indice de gel transmis à la base de chaussée It:
- Quantité de gel Q:
Racine carrée de l’indice de gel= °C x J

Peut être calculée : dans l’air ambiant


En surface Qs
À la base de la structure de chaussée
À toute profondeur
142
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel:

Caractérisation d’un hiver:


- Hivers exceptionnel: Hiver pour lequel on a obtenu le plus fort indice de gel atmosphérique depuis 1951
Valeur 55/56 ou 62/63 selon la région

- Hivers rigoureux non exceptionnel:


Hiver décennal sur la même période d’observation

Rq: Hiver rigoureux non exceptionnel en France= Marignane 20


Bordeaux 40
Lille 85
Paris 100
Strasbourg 180
Hiver normal au Québec: Montréal 1000
Québec 1150

Vérification au gel: pour les structures reposant sur un matériau sensible au gel, on compare=

- l’indice de gel atmosphérique choisi comme référence Ir qui caractérise l’hiver contre lequel on
souhaite protéger la chaussée
- l’indice de gel atmosphérique que peut supporter la chaussée appelé indice de gel admissible Ia

⇒ Si Ia > Ir : vérification bonne, pas de dégâts au gel


⇒ Si Ia < Ir : modifier le support ou la structure

143
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel:

Choix de l’hivers de référence: Ir


- l’indice de gel atmosphérique choisi comme référence Ir = fonction de la politique du Maîte d’Ouvrage
- Exemple: pour Mulhouse= + Indice de gel de l’hiver exceptionnel= 415, hiver 62-63
+ Indice de gel de l’hiver rigoureux non exceptionnel= 156, hiver 86-87

Calcul de l’indice Admissible: Ia

- Calcul de la quantité de gel admissible en surface du sol= Qg


+ fonction de la nature du sol ESSAI DE GONFLEMENT AU GEL
- Calcul de la protection thermique apportée par les matériaux non gélifs de la couche de Forme= Qng
+ fonction de la nature de la couche de Forme

- Calcul de la quantité de gel admissible à la base de la chaussée= Q= Qg + Qng

- Calcul de l’Indice admissible Ia = + logiciel de calcul Alizé


+ ou Abaque pré-calculé par couple Tci/PFj= Indice IA=fct(Q, structure chaussée)

144
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel:

145
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XVI: DIMENSIONNEMENT DES CHAUSSEES


► Vérification au Gel/Dégel:

Pose de barrière de dégel:


- Principe: limitation partielle ou totale du trafic poids lourds pour protéger la chaussée
- Quand: au dégel, lorsque la chaussée est fragilisée

Pose cryopédomètre: Vérification de la température de gel et de dégel


au cœur de la chaussée

146
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES


► Types de Dégradations des chaussés constatées:

→ Macrotexture de surface:
- Macrorugosité
- Dégradation de surface:
- Pelade
- Plumage
- Ressuage
- Départ de plaques

147
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES


► Types de Dégradations des chaussés constatées:

→ Bosses
- Profil en long: UNI
- Profil en Travers:
- Orniérage à faible rayon
- Orniérage à grand rayon

148
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES


► Types de Dégradations des chaussés constatées:

→ Bosses - Profil en Travers:


- Orniérage à faible rayon
- Orniérage à grand rayon
- Affaissement
- Affaissement en rive
- Affaissement de tranchée

- Fracturation 149
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES


► Types de Dégradations des chaussés constatées:

→ Etanchéité:
- Fissuration transversale
- Fissuration longitudinale
- Fissuration anarchique
- Faïençage
- 3 grades: - Microfissuration
- Macrofissuration
- Fracturation

150
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Chaussées Souples (moins chère)
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse mince (≤12cm, enduit pour faible trafic)
→ Assise= une ou plusieurs couches de matériaux granulaires non traités (G.N.T.) (20 à 50cm)
→ épaisseur globale entre 30 et 60cm
→ mode de fonctionnement - Couche de roulement=
Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Effort en traction par flexion
- Assise= Faible angle du cône de distribution des charges

σ (13T) + NE (trafic) Contrainte verticale en fond de couche


Déformation résiduelle en fond de couche
Mode de Dégradation
σi
εt → IMPORTANTS Efforts verticaux transmis au matériaux non traité
→ IMPORTANTS Efforts verticaux transmis au sol support

⇒ Apparition en surface de déformations permanentes

σr Orniérage à grand rayon, flashes et affaissements


εr → Accroissement des ornières avec le cumul du trafic
→ Fatigue en base de la couche de roulement par la répétition des efforts de traction-
flexion
Fissures longitudinale, faîençage ⇒ Apparition en surface de fissuration longitudinale puis faïençage à maille fine

→ Infiltration des eaux superficielles dans l’assise


Epaufrures aux lèvres des fissures avec départ des matériaux ⇒ Accélération des Dégradations

→ Augmentation de l’amplitude des déformation


Nids de poule ⇒ Apparition de nids de poule
151
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Chaussées Bitumineuses Epaisses:
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse
→ Assise= matériaux traités aux liants hydrocarbonés (Base + Fondation) (ép entre 12 et 40cm)
→ épaisseur totale > 12cm
→ mode de fonctionnement - Couche de roulement=
Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒

σ (13T) + NE (trafic)
PAS d’Effort en traction en fond de couche de roulement
- Assise= Fort angle du cône de distribution des charges
Forte Réduction de la Contrainte verticale en fond de couche
Effort en traction par flexion
σi Faible Déformation résiduelle en fond de couche
Mode de Dégradation: (hypothèse d’une chaussée correctement dimensionnée)

εt
Apparition des premières dégradations pour les couches de roulement
→ Températures élevées, trafic lourd, choix inadaptés de matériaux et de formulation
σr ⇒ Orniérage par fluage
εr → Efforts engendrées par le trafic ⇒ Arrachement de gravillons
→ Durcissement par Vieillissement du bitume en couche de roulement: oxydation,
gradients thermiques, lessivages des eaux superficielles (huiles, essences)
⇒ Fissuration anarchique
→ A long terme, efforts répétés de traction-flexion à la base de l’assise bitumineuse ⇒ dégradation par fatigue en fond de couche
⇒ Fissuration en fond de couche ⇒ Remontée de la Fissuration longitudinale en surface ⇒ Faïençage

→ Sans entretien ou réparation à long terme, infiltration de l’eau dans l’arase terrassement
⇒ Dégradation irréversible de la portance

Rq: dégradations aggravées dans les zones faibles: Portances affaiblies, décollements entre couches 152
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Chaussées à assise traitée aux Liants Hydrauliques = « semi-rigide »:
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse (6 à14cm)
→ Assise= matériaux traités aux liants hydrauliques (Base +Fondation) (ép entre 20 et 50cm)
→ épaisseur globale entre 25cm et 60cm
→ mode de fonctionnement - Couche de roulement= Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
PAS d’Effort en traction en fond de couche de roulement

σ
- Assise= TRES Fort angle du cône de distribution des charges(rigidité béton)
(13T) + NE (trafic) Forte épaisseur de la couche
⇒ Forte Réduction de la Contrainte verticale en fond de couche
Effort en traction par flexion
σi Faible Déformation résiduelle en fond de couche
Mode de Dégradation: (hypothèse d’une chaussée correctement dimensionnée)
→ Fissuration transversale de retraits de prise et thermique: espacement régulier 5 à 15m

εt → Remontée rapide de la Fissuration transversale au travers de la couche de roulement


⇒ Fissuration transversale en surface
σr → Pénétration des eaux de pluie dans la Fissuration transversale au travers de la couche de
εr roulement
→ Sous l’effet du trafic Lourd, phénomène de pompage (surpression-dépression) de l’eau
présente dans les fissures ⇒ Destruction des collages d’interface
→ Sans entretien (Pontage): risque de remontée de boue en surface ⇒ Faïençage & nids de Poule
→ Coefficients de dilatations thermiques différents entre les matériaux bitumineux et hydrauliques
⇒ Décollage de l’interface bitume/béton ⇒ Dégradation rapide de la couche bitumineuse par fatigue structurelle
→ Efforts répétés de traction à la base de l’assise hydraulique ⇒ Dégradation par fatigue en fond de couche
⇒ Fissuration longitudinale en fond de couche sous les bandes de roulement
⇒ Maillage des fissurations transversales et longitudinales ⇒ Ruine de la chaussée 153
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Chaussées à structure Mixte
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse
→ Assise= Couche de BASE = matériaux bitumineux (ép entre 12 et 20cm)
Couche de Fondation = matériaux traités aux liants hydrauliques (ép entre 20 et 40cm)
⇐ Rapport de l’épaisseur du matériaux bitumineux à l’épaisseur totale de chaussée = k1/2
→ épaisseur globale entre 32cm et 60cm

σ (13T) + NE (trafic) → mode de fonctionnement - Couche de roulement Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
- Couche de Base Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
- Couche de Fondation Effort en traction par flexion en fond de couche
σi Faible Déformation résiduelle en fond de couche
Mode de Dégradation: (hypothèse d’une chaussée correctement dimensionnée)
σj → Fissuration transversale de retraits de prise et thermique: espacement régulier 5 à 15m

εt
→ Remontée lente de la Fissuration transversale au travers de la couche de roulement
⇒ Fissuration transversale en surface
σr → Pénétration de l’eau dans la structure par les fissures
εr → Efforts répétés de traction à la base de l’assise hydraulique
⇒ Dégradation par fatigue en fond de couche
⇒ Fissuration longitudinale en fond de couche sous les bandes de roulement
⇒ Remontée lente de la fissuration longitudinale dans la structure
→ Coefficients de dilatations thermiques différents entre les matériaux bitumineux et hydrauliques
⇒ Décollage de l’interface CdB (bitume) / CdF (béton)
⇒ Chaque couche travaille en flexion
⇒ Dégradation rapide de la couche de Base bitumineuse par fatigue structurelle
⇒ Fissuration longitudinale de la couche bitumineuse
⇒ Réduction de la durée de vie de la chaussée 154
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Chaussées à structure Inverse: Anti remontée de Fissure
→ Couche de roulement= couverture Bitumineuse
→ Assise= Couche de BASE = matériaux bitumineux (ép entre 10 et 20cm)
Couche Intermédiaire en grave non Traitée (ép ≅12cm)
Couche de Fondation = matériaux traités aux liants hydrauliques (ép entre 20 et 40cm)

σ (13T) + NE (trafic)
→ épaisseur globale entre 60cm et 80cm
→ mode de fonctionnement - Couche de roulement Réduction de la contrainte verticale
- Couche de Base Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
Effort en traction par flexion en fond de couche
σi
εt
- Couche de GNT = Réduction de la contrainte verticale
Ralentir la remontée des fissures transversales de la CdF
σj - Couche de Fondation Réduction de la contrainte verticale (fct (ép))
Travail en flexion sur toute l’épaisseur ⇒
σj Effort en traction par flexion en fond de couche
TRES Faible Déformation résiduelle en fond de couche

εt
σr Mode de Dégradation: (hypothèse d’une chaussée correctement dimensionnée)
εr 2 modes d’endommagement

→ Fissuration longitudinale de fatigue des couches bitumineuses ⇒ Entrée d’eau dans les G.N.T. ⇒Altération de la rigidité des G.N.T.
⇒Amplification de la fatigue des couches bitumineuses ⇒ Faïençage ⇒ Ruine de la Chaussée

→ Fissuration transversale de retrait thermique de la couche traitée au liant Hydraulique


⇒ Remontée très lente des fissures en surface sous forme de fissures irrégulières et dédoublées ⇒ difficile à étancher
155
⇒ Cycle classique de destruction de la chaussée au niveau des fissures: Faïençage & nids de Poule
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Causes d’endommagement des chaussées: Facteurs extérieurs à la chaussée
Facteurs liés à la structure elle-même, à ses défauts de conception et de réalisation
Facteurs liés aux matériaux constitutifs
Facteurs extérieurs à la chaussée:
- Trafic: → type de trafic, accroissement
- Climat: → Pluviométrie= Dégradation de la portance des sols
Dégradation de la rigidité des G.N.T.
Altération accélérée des granulats de G.N.T.
Résistance des matériaux bitumineux dégradée en présence d’eau (DURIEZ)
Infiltration dans la fissuration des couches
→ Températures estivales= Risque d’orniérage ou de ressuage avec la canicule
→ Températures hivernales= Fragilité du bitume (FRASS)
→ Amplitude de température journalier = Dilatation thermique des MTLH, accroissement de la fissuration
Susceptibilité thermique des bitumes
→ Ensoleillement = Vieillissement des matériaux,
durcissement des liants bitumineux et fragilisation des liaisons granulats/liants
→ Exposition aux intempéries = Vieillissement des matériaux,
durcissement des liants bitumineux et fragilisation des liaisons granulats/liants
→ Gel intense = Soulèvement des couches non traitées et gorgées d’eau,
Dégradation de certains matériaux après de nombreux cycles gel/dégel
→ Dégel = Chute de portance de certains sols support (sols fins, craies) ⇒ barrière de Dégel
→ Grande Sécheresse = Dessiccation des sols (Indice de plasticité élevé) + fissuration de retrait
- Vitesse: → vitesse lente: rampe
→ vitesse nulle: parking
- Géométrie: → Zone de cisaillement: giratoire, virage en épingle 156
→ Zone d’arrêt: Stop, Feux
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Causes d’endommagement des chaussées:

157
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Causes d’endommagement des chaussées:

Facteurs liés à la structure elle-même, à ses défauts de conception et de réalisation :

- sous-épaisseur: Ponctuelle ou étendue


→ Plateforme mal nivelée
→ Traverse d’agglomération (Urbanisation)= Présence de réseau + chantier sous circulation
→ Giratoire= Mise en œuvre délicate
- Défaut de collage horizontal entre les couches:
→ Mauvais dosage
→ Absence ponctuelle ou étendue (circulation calions)
→ Averse
→ Pollution sur la couche sous-jacente

- Défaut de collage vertical entre les couches: JOINT


→ Joint transversal de démarrage
→ Joint longitudinal de redoublement de bande

- Travaux d ’élargissement de chaussée: JOINT


→ Différences de structures
→ Réalisations de redans

- Travaux de réseaux enterrés en tranchées:


→ Différences de structures
→ Problèmes de compactages

- Travaux de bordures:
→ Défauts de structures
158
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Causes d’endommagement des chaussées:

Facteurs liés aux matériaux constitutifs :

- Matériaux non traités:


→ teneur en eau trop élevée= Performances mécaniques
→ forte teneur en fine ou mauvaise propreté= rétention de l’eau libre (capillarité)
Sensibilité au gel

- Matériaux bitumineux:
→ sous-dosage= Performances en fatigue
Maniabilité du mélange, difficulté de compactage ( PCG), Compacités
Sensibilité à l’eau (décohésion liant/granulat)
→ sur-dosage sur les couches de surface=
Macrotexture et adhérence (surface plus fermée)
Sensibilité à l’orniérage et au ressuage

→ manque de fine important= Sensibilité à l’orniérage


→ surchauffe en centrale= vieillissement prématuré du liant ⇒ désenrobage ⇒ fissuration anarchique en surface

→ sur-compactage des couches de surface=


Macrotexture et adhérence (surface plus fermée)
Risque d’orniérage
→ sous-compactage des matériaux bitumineux=

→ ! Bitumes durs= sensibilité thermique ⇒ fissuration de surface aléatoire


159
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: DEGRADATION DES CHAUSSEES
► Causes d’endommagement des chaussées:

Facteurs liés aux matériaux constitutifs :


- Matériaux traités aux liants hydrauliques:
→ sous-dosage en liant hydraulique= Performances mécanique (rigidité, résistance en traction)
Durée de vie

→ sur-dosage en liant hydraulique= Performances mécanique (rigidité, résistance en traction)


Délai de maniabilité
Délai de Prise hydraulique ⇒ Fissuration de retrait
La rigidité croît plus vite que la résistance en traction
⇒ Fragilisation du matériau

→ sur-dosage en eau= Performances mécanique (rigidité, résistance en traction)


→ sous-dosage en eau= Délai de maniabilité

→ sur compactage= ⇒ Feuilletage de la partie supérieure

160
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: ENTRETIEN DES CHAUSSEES
► Différence entre entretien et renforcement de chaussées:
→ Entretien= Travaux légers: ! À la circulation
Pas de calcul de structure
Travaux sur la couche de surface
Travaux PEUX COUTEUX

→ Renforcement= Travaux lourds


Re-calcul de structure complet
Nouvelle durée de vie

► Pourquoi entretien :
- Sécurité: Responsabilité du Maître d’Ouvrage
Nécessité de maintenir le niveau de rugosité

- Protection de la structure: Maintenir le rôle d’imperméabilité de la couche de surface


Maintenir La durée de vie calculée de la chaussée surface

- Réparer au plus vite les points faibles en surface:


Joints longitudinaux
Fissures
Arrachements, nids de poules

► Programmation de l’entretien :
- Entretien préventif programmé
AUSCULTATION PAR CAMERA - Relevé des dégradations de surface
161
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: ENTRETIEN DES CHAUSSEES
AUSCULTATION PAR CAMERA → Relever les dégradations de surface

► Principe: Circuler sur la voirie avec un véhicule équipé de caméra , relever manuellement les dégradations et
alimenter une base de données informatiques.
► Méthode d’essai:
1) Passage du véhicule équipé de la caméra 2) Prise d’informations manuelle

DÉGRADATIONS DE
SURFACE
GRAVITÉ GRAVITÉ
FAIBLE FORTE
Fissures
longitudinales
Raccordements
défectueux
Désenrobage,
plumage
Pelade
Nids de poule
Orniérage à Orniérage à
faible rayon < faible rayon >
2,5 cm 2,5 cm

Ressuage

162
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XIX: ENTRETIEN DES CHAUSSEES


► Technique d’entretien des Dégradations des couches de surfaces:

→ Entretien localisé de surface=


- Pontage des fissures: émulsion de Bitume à la lance
- Scellement des joints: émulsion de Bitume à la lance + Sablage
- Rebouchage des nids de poules: émulsion de Bitume à la lance + Sablage
- Remplacement des arrachements par plaque: enrobés à la main
- Rapiéçage: point-à-temps manuel ou automatique

+ Rq: ! à l’humidité du support

PURGES

163
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XIX: ENTRETIEN DES CHAUSSEES


► Technique d’entretien des Dégradations des couches de surfaces:

→ Renouvellement généralisé de surface= Fct(planimétrie du support)


- Enduits à base d’émulsion: E.S.U., monocouche ou bicouche
- Coulis: E.C.F.
- Enrobés minces: BBUM, BBTM, BBM

+ Rq: ! à la propreté du support


+ Rq: possibilité de rabotage ou reprofilage ponctuels

→ Réfection localisée= sur tout ou partie de la structure de chaussée PURGES


- Terrassement mécanique, rabotage
- Enrobés bitumineux, GB, GE, EME

164
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


► Guide technique de renforcement des chaussées:

► Synoptique de la démarche de renforcement des chaussées:

165
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


► Auscultation des chaussées: Informations recueillies
◘ L’Historique de la chaussée:
→ schémas itinéraires « Points zéro » ou Plan de Recollement= toute donnée technique de construction
→ sollicitations= comptage PL
→ données de dégradation= descriptif, évolution
→ historique de l’entretien= nature et importance, efficacité, renouvellement
◘ Le Trafic: reconnaissance du trafic actuel par comptage
◘ L’environnement
→ contrainte géométriques
→ assainissement, drainage
◘ Le climat
→ pluviométrie
→ historique et moyenne des températures
◘ L’état visuel de surface: dégradations, orniérage
→ fissures transversales
→ fissures longitudinales
→ faïençage
→ orniérage et fluage
→ affaissement de rives
→ arrachements, nids de poule
→ remontée d’eau, de boue ou de laitance
◘ L’Uni: Analyseur de Profil en Long - APL
→ Uni transversal
→ Uni Longitudinal Analyseur de Profil en Travers
MESURE DU RAYON DE COURBURE
◘ La déformabilité de la chaussée sous charge: déflexion, rayon de courbure MESURE DE DEFLEXION
SOUS CHARGE
◘ Les épaisseurs des couches MESURE DES EPAISSEURS EN CONTINUE
166
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


► Auscultation des chaussées: Informations recueillies

167
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES
Analyseur de Profil en Long - APL Norme NF EN 98218-3 → Caractériser les défauts d’UNI LONGITUDINAL

► Principe: Traction à vitesse constante d’une remorque qui enregistrement des dénivellations du profil en
long d’une route traduites par les oscillations d’un bras par rapport à une référence pseudo
horizontale fournie par un pendule inertiel.

► Méthode d’essai:
1) Traction de la remorque à vitesse constante 2) Prise de mesure en automatique

VCAPL 25 et CPAL 72

► Spécifications: - Fonction des CCTP

Rq: importance financière du CAPL dans les marchés autoroutiers 168


U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES
Analyseur de Profil en Long - APL Norme NF EN 98218-3 → Caractériser les défauts d’UNI LONGITUDINAL

► 3 gammes d’ondes:
- Petites Ondes (PO)= Longueur d’ondes < 3m, amplitude de qq mm
Vibration dans l’habitacle: « tôle ondulée »
Joints de reprise, nids de poule, affaissement de rive, fissures transversale
- Moyennes Ondes (MO)= Longueur d’ondes entre 3m et 10m, amplitude de l’ordre du cm
Tassement des remblais: flottement de la suspension

- Grandes Ondes (GO)= Longueur d’ondes entre 10m et 45m

169
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES
Analyseur de Profil en Travers Norme NF EN 13036-7 → Caractériser le profil transversal sous une règle de 3m
Norme NF EN 98219-5 → Caractériser le profil transversal sous une règle de 1,5m
► Principe: Mesurer les défauts d’affaissement ou d’orniérage sous la règle posée transversalement sur la
chaussée.
► Méthode d’essai:
1) Poser au sol une règle de 1,5 m ou 3m 2) Mesurer la profondeur d’affaissement ou d’orniérage

Analyseur de Profil en Travers en continue - TUS ou PALAS

170
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES
MESURE DE DEFLEXION Norme NF P 98-200 → Mesurer la déformation de surface sous charge statique de 13T

► Principe: Pour. Mesurer, l’enfoncement provoquer par un essieu unique à roue jumelée de camion
chargé à 13T.

► Méthode d’essai:

1) Positionner d’un essieu de 13T 2) Installer de niveau la 3) Enlever le camion


camion 19T (4x2) Poutre de Benkelman

Poutre de Benkelman
↨ Z2

13 t
► Déflectographe à masse tombante
4) Mesurer l’enfoncement

Déflexion Z2 (1/100 mm)

► Durée de l’essai: 6 minutes

► Essentiellement pour les chaussées souples traditionnelles, inverses et bitumineuse épaisse 171
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES
MESURE DE DEFLEXION Norme NF P 98-200 → Mesurer la déformation de surface sous charge statique de 13T

► Déflectographe en continue: ► Curviametre:

Mesure simultanée sur les 2 bandes de la voie Mesure sur la bande en rive
Vitesse = 10 km/h Vitesse = 18 km/h
Pas < 5m Pas = 5m
Moyenne des Déflexions (dm) (1/100 mm)
Ecart type des déflexions maximales (σ σ)
Seuils caractéristique à 97,5% des déflexions maximales (dc)

► 6 classes de déflexion:

172
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES
MESURE DES EPAISSEURS EN CONTINUENorme NF P -1 → Mesurer en continue des épaisseurs des couches

► Principe: Mesurer l’echo d’une onde radar sur les hétérogénéités de la structure:
- couche de nature différentes (bitumineuse, traitées aux liants hydrauliques, GNT
- variations d’épaisseurs et épaisseurs globales
- présences de canalisations
► Méthode d’essai: - présences de cavités dans et sous la chaussées

1) Passage du véhicule équipé 2) Prise de mesure automatique 3) Recalage avec carrottage

+ Antenne de 2GHz aérienne: couches de surfaces

+ Antenne de 900MHz de contact: 1ml de profondeur

173
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


► Auscultation des chaussées: Informations recueillies

174
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


► Découpage de l’itinéraire en zones homogènes:

► Définition et implantations de sections témoins:

► Investigations complémentaires sur les sections témoins:


→ Sondages en tranchée= ⇒ réalisation de coupes transversales

→ Carrottages= - Classification de la qualité des interfaces: couches collées, semi-collées ou décollées


- Classification des matériaux des sous couches
- Mesures de compacité
- Désenrobage: ⇒ vérification des constituants:
+ Granulats= courbes granulos, LOS, MDES
+ Bitumes= teneur en Liant, Péné, T° Bille-Anneau

175
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


► Auscultation des chaussées: Informations recueillies

176
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES

► Modélisation des zones homogènes:


→ Utilisation de la méthode rationnelle de calcul d’une structure de chaussée=
- Estimer par calcul inverse le module des couches
- Vérifier le dimensionnement initial
- Evaluer l’endommagement de chacune des couches de la structure en fonction de l’historique de la
chaussée

► Conception des solutions de travaux de renforcement:

→ Rechargement:

- Grave-Emulsion: Renforcement SOUPLE


Facilité de mise en œuvre: niveleuse ou finisseur
Epaisseur variable: 0 à 12 cm
Remise en circulation immédiate
! Conditions climatiques, Giratoire et virages
- Enrobés: GB, EME; + BB
! Variations d’épaisseur (Profil en travers)
→ Décaissement partiel + structure neuve
→ Décaissement total + structure neuve:

→ Retraitement en place: Recyclage in situ des matériaux du corps de chaussée par ajout d’un liant
(hydraulique ou hydrocarboné), malaxage, mise en forme et compactage.
Nécessite une Couche de Roulement
! réseaux
5 Classes de Retraitement
177
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES

- Traitement à l’émulsion de bitume:

178
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES

- Traitement à l’émulsion de bitume:

179
U.P.S. M2 UE1 2011/2012

CHAP XX: RENFORCEMENT DES CHAUSSEES


- Traitement avec un liant hydraulique ou composé:

180
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Mode discontinu:
Doses pondérales des constituants introduites dans un malaxeur fermé
Fabrication par gâchées
Filler

Filtre poussières
Bitume

Trémies granulats

Tambour sécheur Malaxeur

Usine fixe en « cathédrale »

181
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Mode continu: Séchage, malaxage et enrobage en continu dans un tube ouvert
Filler
Filtre poussières
Bitume

Trémies granulats

Tambour sécheur Malaxeur


Usine mobile au sol

182
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Tambour Sécheur Equicourant:
Gaz

Recyclés

Bitume

Granulats
Zone de
Séchage Chauffage Mélange Enrobage Malaxage Enrobés
combustion

► Tambour Sécheur à contre courant:

Gaz
Recyclés

Bitume

Granulats Enrobés
Zone de
Séchage Chauffage Mélange Enrobage Malaxage
combustion

183
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Fabricants:
→ ERMONT - Fabricant FRANCAIS

Problème de concurrence depuis le rachat de RAZEL-BEC par FAYAT


- Spécialiste du Poste de chantier continu: TSM 17 : 180 t/h
TSM 21 : 250 t/h
Les Classiques sur chantier= TSM 21 Major : 300 t/h
TSM 25 : 380 t/h
- Qq Postes discontinus TSM 25 Sénior : 430 t/h

→ ASTEC - Fabricant AMERICAIN

-Gamme complète du continu au discontinu

→ AMMANN - Groupe SUISSE

-Gamme complète du continu au discontinu

► 2 niveaux: Norme 98-150= Précision et tolérance sur le dosage des granulats

→ Niveau2: - Dosage Granulats +-10%:


- Dosage Bitume +-5%:

→ Niveau1: - Dosage Bitume +-10%:


- Dosage Granulats +-15%:

184
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Recyclage des enrobés:
→ FRAISATS d’Enrobé: issus de - Rabottage de chaussées
Tonnage total= 5 MT/an
- Déconstruction de chaussées
- « BLANCS » de postes

→ Nécessité de caractériser les fraisats d’enrobés

- Analyse granulométrique

- Identification de l’enrobé: teneur en eau, teneur en liant, granulométrie après désenrobage

- Caractérisation du liant vieilli: péné, T° Bille anneau, FRASS

185
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Recyclage des enrobés:
Recommandations XPP98-135 ⇒ Relation entre la connaissance de l’état des agrégats et le taux de réemploi

186
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Exemple de CCTP:

187
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XIX: LA FABRICATION DES ENROBES
► Exemple de CCTP:

188
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR

► Fonctions: → Répandre le matériau amené par camion et déchargé dans la trémie à l’avant du finisseur.
→ Régler la couche répandue à l’épaisseur désirée et la niveler pour laisser un bon uni de la surface.
→ Assurer un premier serrage du matériau afin d’éviter le fluage et les déformations dûes aux
compacteurs= PRECOMPACTAGE

► Schéma technique: Poste de conduite

Trémie de réception

Table flottante
Rouleau d’appui

Train de chenilles
ou pneus
Convoyeur Vis de répartition

Vérin de réglage 189


Bras de traction de la table
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR

► Trémie de réception et convoyeur:

Trémie de réception

Convoyeur

Rouleau d’appui

► Convoyeur et vis de répartition: Convoyeur

Vis de répartition

Train de chenilles
ou pneus
190
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
Vérin de relevage et
de bloquage
► Principe:
Vérin de réglage
Table flottante

Train de chenilles
ou pneus Vis de répartition

► Equilibre de la table: la table flotte sur l’enrobé à la manière d’un ski nautique
la table flotte en position d’équilibre avec un certain angle d’attaque fonction de la vitesse, des
matériaux, des réactions dues à la vibration

- Poids propre de la table


- Portance de l’enrobé vibré
- Traction résultant de l’effort du finisseur transmis par les bras
- Résistance opposée par les enrobés poussés par le bouclier de la
table

191
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR

Vibreurs
► Table vibrante:

Dameurs

Couteaux
β = Angle de réglage
α= Angle d’incidence

Plaque de lissage
► Réglage de l’épaisseur de mise en oeuvre:

→ Pour faire monter ou descendre la table d’un finisseur, on change l’inclinaison de l’angle d’incidence.

→ angle d’incidence α = Constant


Fonction de l’épaisseur d’enrobé ép ⇒ α
! Attention au réglage (usure)
→ angle de réglage β = provisoire
192
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
► 3 méthodes de réglage de la table:
→ Réglage manuel: Le point d’attache reste fixe. On fait varier l’angle formé par la table et le bras à l’aide
des vis de réglage.

→ Réglage automatique: L’angle formé par la table et le bras reste fixe. On fait monter ou descendre le point
d’attache à l’aide d’une vis sans fin ou d’un vérin.

► 4 méthodes associées de guidage de la table

193
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR

Guidage court= guidage par une roulette ou un ski court ou capteur ultra-son

194
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
Guidage référence fixe= guidage avec un palpeur sur un fil ou avec un rayon laser

195
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XVIII: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
Guidage DPS= ordinateur embarqué + automate + théodolite vidéo-asservi en station ⇒ calcul en temps réel x,y,z

196
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XVIII: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
Guidage référence mobile= guidage avec un palpeur sur une poutre

197
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
→ Travail « vis calées » : Ni l’orientation de la table par rapport au bras, ni les points d’attache par rapport à la
machine ne changent en cours de répandage. Les défauts de faible amplitude du
support sont corrigés par la machine.

► Choix du mode de guidage :

► Paramètres :

198
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR

► Influences des paramètres du finisseur :

► 3 types de finisseurs :

199
U.P.S. M2 UE1 2011/2012
CHAP XX: LA MISE EN ŒUVRE AU FINISSEUR
► Défauts d’UNI :
→ conduite du chantier:
- Table froide
- variation de vitesse (démarrage)
- variation de température (enrobés refroidis)
- Joints transversal (cales)
- enrobés devants les chenilles
- Arrêt et attente du finisseur
- Patinage du finisseur sur l’émulsion
- Freins du camion bloqués devant le finisseur
- Impact du camion (recul)
- Conduite sinueuse du chauffeur de camion
- Actions répétées du régleur sur les boutons de réglage

→ réglages:
- Mauvais réglage du palpeur ou pendule
- Mauvais réglage des palpeurs des vis de répartition
- Mauvais réglage des hauteurs des vis de répartition
- mauvais fonctionnement des dameurs (résonnance)

200