Vous êtes sur la page 1sur 23

Table des matières

Chapitre I : Présentation et caractéristiques du projet NWM .................................................................. 3


I. Présentation du projet NWM ................................................................................................... 4
Introduction ................................................................................................................................. 4
1. But du projet .......................................................................................................................... 4
2. Les intervenants ..................................................................................................................... 4
2.1 Promoteur du projet ........................................................... Error! Bookmark not defined.
2.2 Travaux de construction .................................................... Error! Bookmark not defined.
3. Composants du projet NWM ............................................................................................... 7
4. Principales activités portuaires du projet NWM : ........................................................... 14
5. Choix du site............................................................................. Error! Bookmark not defined.
II. Conditions nautiques et caractéristiques du site .............................................................. 15
1. Les conditions nautique ...................................................................................................... 15
2. Conditions Climatiques ....................................................................................................... 17
3. Données géotechniques........................................................................................................ 20
3.1 Nature des fonds marins .................................................................................................... 20
3.2 Caractéristiques granulométriques .................................................................................... 21
4. Données Sismiques .............................................................................................................. 22
III. Conception du port .............................................................................................................. 23
1. Variantes proposés du plan de masse ................................................................................ 23
2. Plan de masse retenu ........................................................................................................... 23
3. Composition du port ............................................................... Error! Bookmark not defined.
4. plan de masse ........................................................................... Error! Bookmark not defined.
Figure 1: Situation géographique du port de NWM (Photo extraite de Google map) ... Error! Bookmark
not defined.
Figure 2: situation géographique de la baie de bétoya ............................. Error! Bookmark not defined.
Figure 3: Répartition des températures moyennes, maximales et minimales mensuelles. ................. 18
Figure 4: Humidité relative moyenne mensuelle (en %) ....................................................................... 18
Figure 5: Variations mensuelles de l’évaporation (en mm) ................................................................. 19
Figure 6:Précipitations annuelles. ......................................................................................................... 19
Figure 7: statistique des vents opérationnels ....................................................................................... 20
Figure 8: Cartes sismiques du Maroc .................................................................................................... 23
Figure 9:Résultats de la composition granulométrique ........................................................................ 22
Figure 10:Explication Zéro hydrographique .............................................. Error! Bookmark not defined.
Chapitre I : Présentation et caractéristiques
du projet NWM
I. Présentation du projet NWM
Introduction
Encouragé par le succès du hub de Tanger Med, qui a permis au Royaume du Maroc de se
propulser sur la scène internationale de la ligne régulière, le pays a conçu un autre projet
portuaire en imaginant l'élaboration de Nador West Med ou ‘NWM’. Ce chapitre a pour but
de présenter le projet NWM ainsi de proposer des variantes de plan de masse du port

1. But du projet
Les principaux objectifs assignés par les pouvoirs publics à cette initiative sont les
suivants :

 Accélérer et renforcer le développement économique et social de la région de


l’oriental par la réalisation de grandes infrastructures améliorant la compétitivité de la
région, l’attractivité des investissements nationaux et internationaux et la création de
richesses et d’emplois
 Renforcer le rôle maritime et portuaire du Maroc dans la région de la méditerranée
occidentale notamment dans la rive sud et tirer bénéfice de sa position géographique
au niveau du détroit de Gibraltar pour drainer une partie de l’activité maritime
mondiale
 Assurer l’approvisionnement du Maroc en produits énergétiques notamment le
charbon pour la future centrale thermique de la région et celles en projets dans la zone.
2. Les intervenants du projet
Le promoteur du projet Nador West Med est la société NWM. Il s’agit d’une société de
droit privé dont les actionnaires sont intégralement publics, comme suit :

 Etat marocain ;
 Fonds Hassan II ;
 TMSA Participations (Tanger Med SA) ;
 Agence Nationale des Ports.

L'appel d'offre international de construction du port de Nador West Med est remporté par
le groupement SGTM, DJN et STFA.

 SGTM :

La Société Générale des Travaux Publics a été créée dès 1971. Par l’effort constant de son
management et de ses équipes, SGTM a développé une expérience solide et cumulé de
nombreux acquis : ces savoir-faire ont rapidement fait de l’entreprise le leader national du
secteur BTP. Cette dynamique permanente s’appuie sur des ressources humaines bien
formées, soit plus de 8 000 salariés. De plus, elle mobilise un parc de plus de 900 engins à la
pointe de la technologie.
SGTM progresse en harmonie avec l’ensemble du Royaume : l’entreprise bénéficie du
développement national et y apporte sa contribution en retour. Ce cercle vertueux crée de la
valeur, pour tous, et construit, avec tous, le Maroc de demain [13].

 STFA :

C’est une société turque créée dès 1938, D'une entreprise de construction de ponts et de
pieux, STFA est devenue une société de construction ayant un poids incontournable au niveau
national, devenant leader dans l'apport de solutions intégrées aux projets les plus difficiles
dans les domaines suivants :

 Construction maritime
 Travaux civils / infrastructures
 Pétrole, gaz et électricité.
 Ingénierie des sols et des fondations.
 Conseil en ingénierie et management.
 DJN :

Le groupe se positionne comme leader du marché pour les travaux maritimes et de


dragage. Il propose en outre des services spécialisés pour le marché offshore du pétrole, du
gaz et de l’énergie renouvelable.
De plus, le groupe joue un rôle important dans les secteurs du génie civil et de
l’environnement.

3. Choix du site :
La première étape d’étude réalisée était le choix du site du port. A la suite d’une série
d’identification de sites susceptibles d’abriter ce port entre Saidia et Al Hoceima, nous avons
approché les arguments qui semblent avoir justifié le site choisi en procédant à une étude par
élimination ceci en se basant sur la comparaison des avantages et inconvénients de chaque
site.

Dans ce qui suit, on a partagé la côte méditerranéenne de l’oriental en 3 tronçons :


Figure 1 : Division des tronçons

1er tronçon : Entre Saidia et Nador :

Ce tronçon abrite de nombreux sites touristiques :

 De la frontière algérienne jusqu’à la Marina de saidia :

Ce site est dédié entièrement au développement touristique. De ce fait, il concentre un


développement démographique important qui rend la localisation d’un port commercial
inapproprié.
Figure 2 : Côte Saidia

 De l’extrême de la plage de saidia jusqu’à RAS Kebdanna en passant par le port de


Cap de l’eau :

Ce site est également touristique par excellence. Mais, à part ce fait, le voisinage de la plage
comporte une étendue linéaire qui ne peut certes procurer un espace pour la zone franche. Par
ailleurs, cet axe présente la contrainte hydraulique s’illustrant en l’embouchure d’oued
Moulouya d’une grande influence sur l’agitation de la mer.

Figure 3 : De SAIDIA à RAS KEBDDANA


 De RAS Kebddana à Melilia :

Outre son aspect touristique, ce tronçon jouit d’une topographie qui présente un nombre
important de relief discontinue, ce qui met en relief la présence d’embouchures de plusieurs
chaabats.

Par ailleurs, la mer dans ce tronçon est directement exposée aux houles du nord Est, ce qui
rend ce tronçon, un tronçon agité. De plus, il existe deux ports dans le voisinage direct de cet
axe, ceux de Nador et Melilia.

Figure 4 : De Ras Kebddna à Melilia


2éme tronçon : Cap des trois fourches

Cette zone est caractérisée par des parcs de grandes étendus, des falaises maritimes hautes,
des îlots maritimes et des plages graveleuses exiguës. C’est un site du domaine public protégé
par son statut SIBE (Site d’intérêt biologique et écologique). Ses valeurs écologiques sont
liées à quelques espèces mondialement remarquables (Phoque moine, Monachus monachus,
Goéland d’Audouin, Larus audouinii, Caouanne Caretta caretta, Patelle géante Patella
ferruginea).
Figure 5 : Cap des trois fourches

3éme tronçon : Baie de Betoya

Figure 6 : Tronçon de la baie de betoya

Dans ce tronçon, une grande partie est dominée par les montagnes du rif qui pourraient
constituer une contrainte pour la connectivité du port, alors que le but recherché est
précisément la liaison de celui-ci avec l’arrière-pays où seront créées de nombreuses activités
et une zone franche. Compte tenu des critères de la connectivité, de la topographie et de
l’arrière-pays, 3 sites étaient susceptibles d’être déterminants dans le choix du port :

 Site 1 : Mer Sammar


 Site 2 : Plage de tazaghine
 Site 3 : Plage de Badou
Figure 7 : sites potentiels dans la baie de betoya

Les Caractéristiques de ces sites sont les suivantes :

 Site 1 : Mer Sammar

Figure 8 : Mer sammar


Accès :

- Ce site est situé à 23 km du port de Beni-Ansar et à 2.5 km de la route nationale n°16


- Il est accessible par plusieurs pistes partant de la route nationale n°16 et traversant le
domaine public (forestier)
- Il est situé en zone maritime nécessitant d’être raccordée aux réseaux d’eau potable,
d’électricité et d’assainissement.

Caractéristiques morphologiques :

- Ce site est situé en fond meuble nécessitant un traitement où les profondeurs sont limitées.

Caractéristiques géologiques :

Le site est formé de sable assez performant pour la construction du port.

Caractéristiques de la bathymétrie :

- Isobathes parallèles à la côte et assez régulières ;


- Douce pente des fonds ;
- Site calme très favorable pour accueillir un port à l’exception du côté Sud-Est où
l’embouchure de L’oued Kert influence par son étendue les houles.

Situation foncière :

- l’arrière-pays relève du domaine public (Domaine maritime + domaine forestier), ce qui


évitera les problèmes d’expropriation ;
- offre immobilière à l’extrémité Nord-Est de la mer se trouvant en fraude ;
- Une offre immobilière de prestige pourra prendre place au niveau de la zone, toujours selon
le SDAU

 Site 2 : Plage de tazaghine


Figure 9 : Plage de tazaghine

Accès

- Ce site est situé à 5 km du port de sidi hssayn, et à 0.5 km de la route nationale n°16 ;
- il est accessible par plusieurs pistes partant de la route nationale n°16 et traversant le
domaine public (forestier) ;
- est situé en zone maritime nécessitant d’être raccordée aux réseaux d’eau potable,
d’électricité et d’assainissement.

Caractéristiques morphologiques :

- Fond meuble ;
- Limitation des profondeurs ;
- Absence d’un terrain arrière,

Caractéristiques géologiques :

Le site est formé de sable assez performant pour la construction du port.

Caractéristiques de la bathymétrie :

- Isobathes parallèles à la côte et assez régulières ;


- Douce pente des fonds ;
- Site présentant l’embouchure d’Oued tazaghine, ce qui influencera la présence d’un port
Situation foncière :

- l’arrière-pays relève du domaine privé, ce qui nécessitera des expropriations et pourra


entrainer de longues procédures judiciaires et se traduire par des coûts de terrain exorbitants ;
- Une offre immobilière de prestige pourra prendre place au niveau de la zone.

 Site 3 :

Figure 10 : Plage de Badou

Accès :
- Ce site est situé à 15 km du port d’El Hoceima, et avoisinant la route nationale n°16;
- il est accessible par plusieurs pistes partant de la route nationale n°16 et traversant le
domaine public (forestier) ;
- est situé en zone maritime nécessitant d’être raccordée aux réseaux d’eau potable,
d’électricité et d’assainissement.

Caractéristiques morphologiques :

- Fond meuble ;
- Limitation des profondeurs ;
- Absence d’un terrain arrière,

Caractéristiques géologiques :

Le site est formé de sable assez performant pour la construction du port.


Caractéristiques de la bathymétrie :

- Isobathes perpendiculaires à la côte et assez régulières ;


- Douce pente des fonds ;
- Site présentant dans son extrême gauche l’embouchure d’Oued Nekkor.
- Site exposé directement aux houles du nord.

Situation foncière :

- l’arrière-pays relève du domaine privé, ce qui nécessitera des expropriations et pourra


entrainer de longues procédures judiciaires et se traduire par des coûts de terrain exorbitants ;
- Une offre immobilière de prestige pourra prendre place au niveau de la zone.

Comparaison :

Sur la base de ce qui précède, l’étude comparative semble privilégier le site 1 en raison
principalement :
 Du statut foncier de ce site (formé pour l’essentiel de terrains du domaine public)
 De l’étendu dans le terrain en arrière pouvant abriter la zone franche et de la garantie
d’une connectivité à la route nationale n°16
 Zone plutôt Calme.
 Site permettant une extension assez large dans le futur (tout le long de la mer).

4. Composants du projet NWM


Le complexe portuaire Nador West Med sera constitué de :

 un nouveau port en eau profonde doté de capacités importantes pour le transbordement


des conteneurs, le développement d’un pôle énergétique (traitement, conditionnement,
stockage des hydrocarbures et produits dérivés) et le traitement des produits vrac
notamment le charbon.
 une plate-forme industrielle intégrée ouverte aux investisseurs de renommés, et
destinée à abriter les métiers mondiaux du Maroc qui sera réalisée sur :
 une zone franche de 1.500 ha (zone franche de Bétoya).
 une zone de développement hors du périmètre de la zone franche sur une
superficie d’environ 2.500 ha (zone de développement du projet).

5. Principales activités portuaires du projet NWM :

Les différentes analyses et études préalables ont permis d’identifier trois principales
activités pour le port Nador West Med :
 L’activité transbordement des conteneurs. Elle se justifie notamment par :
 la position géographique du site du port sur les grandes lignes maritimes qui
doit être mise en valeur par le Maroc et lui permettre de profiter du potentiel du
développement de cette activité dans la région ouest de la Méditerranée .
 le besoin dans la zone de la Méditerranée Occidentale, en nouvelles
infrastructures portuaires de fort tirant d’eau, dû à l’évolution des tailles et des
capacités de la nouvelle génération des navires porte-conteneurs .
 l’importance stratégique pour le Maroc de renforcer son rôle portuaire dans le
bassin Méditerranéen et son positionnement sur le marché régional .
 l’opportunité de capitaliser le capital « expérience » acquis par la réalisation du
projet Tanger Med et de développer une « Offre Maroc » plus évolutive et plus
attractive.
 L’activité de stockage et d’éclatement des produits hydrocarbures dont l’objectif est de :
 Tirer profit de la position géographique stratégique du projet entre les zones
de production du brut et un grand marché de consommation (l’Europe).
 Attirer l’implantation d’activités liées aux hydrocarbures grâce à l’offre
foncière en zones franches.
 Permettre l’implantation au Maroc d’une deuxième raffinerie destinée à
l’export.
 L’activité charbon visant à :
 Répondre aux besoins moyens et longs termes en charbon : centrale Jerrada et
nouvelle centrale de l’Oriental.

II. Conditions nautiques et caractéristiques du site


1. Les conditions nautique
1.1 zéro hydrographique :

Pour que les profondeurs indiquées sur une carte soient utiles à la navigation, il faut
qu'elles soient établies par rapport à un niveau de basses eaux appelé niveau de référence, ou
zéro hydrographique. Le zéro hydrographique est choisi de manière à ce que le niveau d'eau y
soit rarement inférieur et la profondeur rarement moindre que ce qui est indiqué sur la carte.
Dans les eaux non soumises aux marées, le zéro hydrographique est fixé de façon à être en
dessous de la surface de l'eau environ 95 % du temps.
Le zéro hydrographique est situé au voisinage du niveau des plus basses mers
astronomiques. Sa détermination passe par des observations de marégraphe et par l'analyse de
celles-ci pour calculer les valeurs des différentes composantes de la marée au port
d'observation. Ainsi, on déduit le niveau recherché des plus basses mers astronomiques et on
le rapporte à un ensemble de repères proches du marégraphe. Ces repères, dits de marée, et
leurs côtes réalisent concrètement la référence du zéro hydrographique.
Pour notre projet le Zéro hydrographique (ZH) est situé à 0,40 m en dessous du zéro NGM
(Nivellement générale marocain).
Figure 1:Explication Zéro hydrographique

1.2 La marée

La marée astronomique le long du littoral méditerranéen bordant le site est de type semi-
diurne. Des mesures de la marée ont été réalisées par LPEE dans le cadre du projet de
Marchica durant un mois en novembre et décembre 2007 au port de Nador ont mis en
évidence des marnages de 0,1 m en période de morte eau et 0,5 m en période de vive eau.
Les niveaux de marée considérés sont les suivants :

 Niveau de pleine-mer de vives-eaux exceptionnelles 0,66 m ZH


 Niveau de pleine-mer de vives-eaux moyennes 0,57 m ZH
 Niveau de pleine-mer de mortes-eaux moyennes 0,47 m ZH
 Niveau moyen 0,35 m ZH
 Niveau de basse-mer de mortes-eaux moyennes 0,23 m ZH
 Niveau de basse-mer de vives-eaux moyennes 0,13 m ZH
 Niveau de basse-mer de vives-eaux exceptionnelles 0,00 m ZH

1.3 La Houle

On distingue deux mêmes populations d’état de mer : les états de mer générés par les vents
d’Ouest qui arrivent sur le site de l’O-NO (centrés sur 300°N) et les états de mer générés par
les vents d’Est ou en provenance de la méditerranée occidentale qui arrivent sur le site avec
une direction N-NE (centrés surN30).
Les houles subissent les phénomènes de diffraction autour du Cap des Trois Fourches et de
réfraction sur les fonds. Elles s’orientent vers une direction perpendiculaire à la côte.

1.4 Les Courants


Les courants maximaux de surface en phase de flot maximal induits par les effets de
densité, vent d’Ouest et vent d’Est varient de 0.06m/s à 0.16m/s.
Les courants maximaux de surface en phase de jusant maximal induits par les effets de
densité, vent d’Ouest et vent d’Est varient de 0.02m/s à 0.14m/s.
Les courants sur le site sont faibles, le courant côtier atteignant une vitesse maximale de
0,16 m/s dans des conditions extrêmes de vent et de marée (marée de vives- eaux).

2. Conditions Climatiques

La province de Nador faisant partie du biome méditerranéen, bénéficie de certaines


caractéristiques climatiques assez typiques, notamment un été sec et chaud et un hiver
pluvieux et frais. Par sa position géographique ouverte sur le littoral méditerranéen ; cette
zone subit des influences océaniques, qui vont causer des fluctuations et des alternances de
saisons sèches et humides, respectivement de juin à septembre, et d’octobre à avril.

Les données météorologiques proviennent de la station de Nador, pour la période allant de


2000 à 2012. Les coordonnées de cette station, située à environ 24 Km du site du projet, sont
les suivantes :

 X : 726 304
 Y : 507 857
 Altitude : 3 mètres

2.1 Température

Le paramètre température de la zone d’étude présente une variabilité intra-annuelle, et


demeure peu variable d’une année à l’autre. L’analyse de la température a été réalisée à partir
des données mensuelles disponibles.

Jan Fév Mars Avril Mai juin juill Aout sept Oct Nov Déc

Tmax 17.3 17.8 19.6 21.8 24.5 29.0 32.0 32.2 29.0 25.5 21.4 18.3

Tmin 11.6 12.4 14.4 16.2 19.0 23.6 26.3 26.4 23.4 20.0 15.5 12.6

Tmoy 6.1 6.9 8.8 9.9 12.8 17.1 19.8 20.3 18.0 14.8 10.6 7.3

Tableau 1: Températures moyennes, maximales et minimales mensuelles de la région.

La température moyenne de l’année est de l’ordre de 18.4 C° avec un maximum de 26.4 C° et


un minimum de 11.6 C°
40
35
30

Température
25
20 Tmax

15 Tmin
10 Tmoy
5
0

Figure 2: Répartition des températures moyennes, maximales et minimales


mensuelles.

2.2 Humidité

L’humidité relative moyenne enregistrée est de 71,25%, ce qui témoigne de


l’hygrométrie assez importante que peut connaître la zone. Le mois le plus humide est celui
d’Octobre avec une humidité mensuelle moyenne de 74 ,6%, face au mois d’Août qui s’avère
le moins humide avec 69% d’humidité relative.

Figure 3: Humidité relative moyenne mensuelle (en %)

2.3 Evaporation

L’évaporation annuelle totale mesurée sur bac classe A* (source PMVB de Semmar sur
les seules données de Mellila) est de 1341mm/an, soit 3,71mm/j. Les données mensuelles
rapportent que cette valeur journalière peut approcher les 5mm/j en Décembre qui enregistre
92,3mm.
Figure 4: Variations mensuelles de l’évaporation (en mm)

2.4 Précipitations

Le tableau suivant présente les précipitations moyennes totales annuelles en mm :

Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Précipitation 249,7 231,6 236,2 419,6 330,9 242,8 410,5 390,9 736,1 283,7 538,1 427,2 358,2

Tableau 2: Précipitations annuelles.

La pluviométrie moyenne annuelle est de l’ordre de 373.5 mm/an. Les pluies sont caractérisées par
une variabilité saisonnière.

800
750
700
650
précipitation (mm)

600
550
500
450
400
350
300
250
200
150
100
50
0
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Années

Figure 5:Précipitations annuelles.

2.5 Vent

L’étude réalisée par Artelia en 2010, au point 1800m au Nord Est du site du futur port
NWM a démontré que :
Les vents dominants proviennent de manière préférentielle des deux secteurs suivants :
 Secteur Nord-Est (60°N-90°N) : 31% des occurrences ;
 Secteur ouest (270°N) : 39% des occurrences ;
Par ailleurs, les vents supérieurs à 10m/S représentent 14% (51 jours/an) et proviennent de
deux directions principales :
 Autour de 70°N : 3,7% des occurrences ;
 270°N-280°N : 7,4% des occurrences
La distribution statistique des vents opérationnels pour les trois directions principales d’Ouest,
Est-Nord-Est et Est, est donnée dans la figure suivante :

Figure 6: statistique des vents opérationnels

Si on se réfère aux données climatiques de Melilla, on constate que la vitesse moyenne


des vents connaît une vulnérabilité mensuelle et saisonnière, qui donne un pic de 5,88m/s au
mois de Décembre. Elle peut descendre jusqu’à 3,77m/s, soit environ 13,4Km/h au mois de
Mai ou Septembre. La zone est qualifiée de moyennement venteuse avec des vitesses
moyennes dépassant à peine les 13km/h, mais qui peuvent occasionnellement atteindre les
24Km/h au nord de la zone du projet.

3. Données géotechniques
3.1 Nature des fonds marins

A l’échelle régionale, des vases et vases sableuses se situent dans la baie de Bétoya sur le
plateau interne et médian jusqu’à une profondeur de -75m et sur le rebord externe du talus.
Les sables grossiers et sables fins bioclastiques sont situés au niveau de Ras Tarf et sur le
plateau externe de la baie de Bétoya .
Dans la zone du projet, Les données suivantes sont extraites des campagnes de mesures
géotechniques réalisées par SOLSIF Maroc et LPEE en 2010 et MedOcean en 2014.
Les reconnaissances géotechniques qui ont été réalisées au droit du site permettent d’indiquer
que :

 D’un point de vue lithologique :

les formations rencontrées sont des sables limoneux (parfois grésifiés et graveleux) et des
silts argileuses reposant sur un substratum formés par des marnes et des tufs volcaniques. La
couverture sableuse a une épaisseur allant de 19 à 25 m/TN et surmonte des séquences des
tufs volcaniques et de marne.
La transition entre les sables et les marnes est parfois marquée par la présence de bancs
gréseux.

 D’un point de vue géotechnique :


 La matrice silto-argileuse à environ 12 m d’épaisseur. Cette formation est
présente au niveau de la digue principale et de l’emplacement u terminal
charbonnier
 la matrice sableuse de la surface à environ 3 m de profondeur est lâche ;
 les niveaux sableux sont moyennement denses entre 3 et 15 m de profondeur par
rapport au terrain naturel (TN) ;
 Les sables rencontrés sont denses à très denses au-delà de 15 m et au droit des
passages gréseux.
 Les résultats des essais de laboratoire permettent de déduire que la couverture de sable
limoneux est peu plastique avec une fraction dominante à plus de 70 % d’éléments
compris entre 2 et 0.08 mm et un indice de plasticité de l’ordre de 4 à 6 %.
 Les essais pressiométriques révèlent que :
 la séquence marneuse se caractérise dans sa partie altérée par des pressions
limites supérieures à 2.2MPa et des modules supérieurs à 30MPa, alors que la
partie saine indurée a montré une pression limite supérieure à 5MPa et un module
supérieur à 66MPa.
 La séquence des tufs volcaniques présente des pressions limites de 7.5Mpa et des
modules pressiométriques de 266Mpa.

3.2 Caractéristiques granulométriques

La granulométrie du site du port est caractérisée par une forte dominance des formations
silto-argileuses et des sables fins. La formations silto-argileuse possède en moyenne 90 % de
particules de diamètre inférieur à 80 µm et 10 % de sable fin. La formation est considérée
comme de la vase. La formation sable fin comprend en moyenne 25 % de particules de
diamètre inférieur à 80 µm,.
Seules quelques stations présentent une partie granulométrique composée de cailloux
(supérieurs à 50 mm), tandis que les graviers (supérieur à 2 mm) sont très peu présents sur la
zone.
L’analyse granulométrique a été menée sur dix stations et a montré que :

 Les stations situées plus au large par des profondeurs de 18 m Zh ont une
granulométrie dominée par la fraction fine composée de limons et de vase. Leurs
sédiments sont composés de vases pures.
 Les stations proches de la côte, situées par de profondeurs 0 à 8 m Zh sont composées
de sables purs ne présentant pas d’envasement.
 Les stations situées par des profondeurs intermédiaires de 8 à 18 m Zh sont dominées
par les sables mais possèdent une fraction fine importante, il s’agit d’un sédiment très
envasé à dominante de sables.

Figure 7:Résultats de la composition granulométrique

4. Données Sismiques

Le RPS2011 répartit la carte du Maroc en cinq zones, chaque zone est caractérisée par
l’accélération et la vitesse maximale, la répartition des séismes au Maroc situe l’emplacement
de notre projet dans la zone du RIF (zone de plus forte sismicité au Maroc).
Figure 8: Cartes sismiques du Maroc

III. Conception du port


1. Variantes proposés du plan de masse
2. Plan de masse retenu