Vous êtes sur la page 1sur 108

GUIDE DES PROGRAMMES

DE FINANCEMENT
ET D’ACCOMPAGNEMENT
DES ENTREPRISES AU MAROC
MOT DU PRESIDENT
Cher(e) membre,

Nous tenons avant tout à vous remercier chaleureusement pour votre soutien et votre implication
active dans les différentes activités de notre chère Fédération.

Depuis le début de notre mandat, Madame la Vice-Présidente Générale, les membres du Bureau,
l’équipe permanente et moi-même, nous nous efforçons sans relâche de répondre aux différentes
attentes que vous avez bien voulu exprimer lors de l’étude stratégique réalisée par notre Fédération.

D’ailleurs, plusieurs recommandations de cette étude font partie intégrante de notre plan d’action
dont notamment :
• Participer activement à stimuler la compétitivité
• Vous offrir plus d’opportunités commerciales
• Contribuer à améliorer le climat des affaires
• Accompagner votre croissance

Parmi les principaux enseignements de cette étude :


• 70% de nos membres ont classé la problématique du financement comme étant  une
préoccupation majeure.
• et 95% considèrent comme axe prioritaire l’amélioration de leur compétitivité pour une
meilleure préparation à leur globalisation.

C’est dans ce cadre-là que nous avons lancé les « Escales des Managers » qui se veulent une tournée
régionale dans l’ensemble du Royaume, en compagnie de nos experts et partenaires institutionnels
intervenant dans les domaines du Financement, de la Mise à niveau, et de l’excellence managériale.

Le présent Guide, disponible à la fois en version Papier et Electronique,  se veut une modeste
contribution de notre Fédération afin de mieux vous éclairer sur les différents Programmes de
Financement et d’accompagnement des entreprises au Maroc.

Cette première édition s’inscrit dans le cadre d’une série de guides à paraître qui traiteront de
problématiques auxquelles font face nos entreprises en général et la PME en particulier.

Nous vous remercions pour votre confiance et votre soutien.

Khalid DAHAMI
Président
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT 9

1.PRODUIT DE GARANTIE A L’INVESTISSEMENT DE DAR AD-DAMANE : 10


A. « Oxygene dad » : Garantie des crédits de fonctionnement ≤ 1 MDH 10
B. « Oxygene dad + » : Garantie des crédits de fonctionnement >à 1 MDH 11
C. « Force » : Garantie des crédits bancaires, finançant tout programme d’extension ou de mise à niveau 12
D. « Force » Leasing : Garantie des crédits-bails finançant tout programme d’extension ou de mise à niveau 13
E. « At-tahfiz » : Garantie des crédits bancaires à moyen et long termes 14

2. PRODUIT DE GARANTIE A L’INVESTISSEMENT DE LA CCG : 15


A. Damane Express 15
B. Mouwakaba 16
C. Ilayki 17
D. Damane Créa 18
E. Damane Dév 19
F. Damane Exploitation 20
G. Damane Istimrar 21
H. Damane Transmission 22
I. Damane Capital Risque 23

II. PROGRAMMES DE MISE A NIVEAU 25

1. « ANPME » : AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET


MOYENNE ENTREPRISE  : 26
Sommaire

A. Imtiaz 26
B. Moussanada  27
C. « INMAA » : Initiative Marocaine d’Amélioration 28

2. « CCG » : CAISSE CENTRALE DE GARANTIE : 30


A. Dev industrie  30
B. Fonds de Soutien Financier des TPME  31
C. Fopep  32
D. Renovotel  32

3. « BERD » : BANQUE EUROPEENE POUR LA RECONSTRUCTION


ET LE DEVELOPPEMENT : 34
A. “BAS”: Business Advisory Services 34

III. APPUI A L’EXPORT  37


1. MINISTERE CHARGE DU COMMERCE EXTERIEUR : 38
A. Appui aux consortiums d’exportation « synergia » 38
B. Contrats de croissance à l’export  41
C. Audit à l’export  43

2. « CCG » : CAISSE CENTRALE DE GARANTIE : 45


A. Damane Export  45
B. Cautionnement des marchés à l’exportation  46
C. Mezzanine Export  47
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET SOUTIEN 49
A L’INNOVATION 

1. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION: 50
A. « CTI » : Les Centres Techniques Industriels  50
B. « GIAC»: Groupement Interprofessionnel d’Aide au Conseil 52
C. « CSF » : Contrat Spéciaux de Formation  56
2. SOUTIEN A L’INNOVATION DU CMI : Centre Marocain de l’Innovation 64
A. « PTR » : PRESTATION TECHNOLOGIQUE RESEAU 64
B. INTILAK 65
C. TATWIR 66

V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES  69

1. AVANTAGES FISCAUX ACCORDES A CERTAINS SECTEURS D’ACTIVITES : 70


A. Secteur des exportations 70
B. Secteur du transport 70
C. Secteur minier 71
D. Secteur de l’artisanat 71
E. Secteur de l’enseignement privé et de la formation professionnelle 71
F. Activités sportives 71
G. Secteur touristique 72
H. Secteur de l’immobilier 72
I. Secteur agricole 77
J. Secteur des hydrocarbures 78
K. Autres avantages propres à tous les secteurs 78

2. AVANTAGES ACCORDES A CERTAINES ZONES ET SOCIETES OU A 81


DES ORGANISMES PARTICULIERS :
A. Zones franches d’exportation 81
B. Zone franche du port de Tanger 82
C. Mesures d’atténuation fiscale en matière d’impôts directs dans la province de Tanger 82
D. Les places financières offshore 83
E. Lauréats et diplômes de la formation professionnelle 84
F. Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (o.p.c.v.m), fonds de placement
collectif en titrisation (f.p.c.t) et organismes de placement en capital risque (o.p.c.r) 85
G. Incitations en faveur de la bourse 85
H. Entreprises qui s’implantent dans des zones fixées par décret 86
I. Les agences pour la promotion et le développement économique et social des préfectures
et provinces du nord, du sud et de l’oriental du Royaume 86
J. L’agence spéciale Tanger – méditerranée » et les sociétés qui s’installent dans les zones franches d’exportation 87
K. Casablanca Finance City (CFC) 88
L. Avantages en faveur de l’épargne 89
M. Avantages en faveur des sociétés holding résidentes 91

VI. LABELS CGEM  93

1. LABEL CGEM POUR LA RSE : 94


2. LABEL E-THIQ@ : 96

VII. CONTACTS UTILES  100

Copyright©2014 FCS-CGEM, Les guides du manager, édition 2014. Tous droits réservés
GARANTIE A
L’INVESTISSEMENT
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

1. PRODUIT DE GARANTIE A L’INVESTISSEMENT DE DAR AD-DAMANE :

A. « Oxygene dad » : Garantie des crédits de fonctionnement ≤ 1 MDH

La garantie «OXYGENE» couvre les crédits de fonctionnement octroyés par les banques aux TPME.

Entreprises éligibles :
Justifiant de 6 mois d’activité au minimum
Opérant dans tous les domaines d’activité hors professions libérales, pêche, agriculture et promotion immobilière.

Financements éligibles :
Crédits d’exploitation ≤ 1 MDH

Modalités :
Quotité de la garantie : 70% max. des lignes de crédit
Plafond de la garantie : 700.000 DH
Commission  : 0,5% (H.T) flat sur le montant des crédits
Avec un plafond de 500 DH
Règlement de la commission : A l’émission de l’acte
Renouvellement de la garantie : A la demande de la banque
Nombre non limité

Délai de traitement :
2 jours ouvrables

Le dossier doit contenir :


• Le canevas fourni par Dar Ad-Damane dûment rempli par l’entreprise
• Les bilans et comptes de produits et charges des derniers exercices
• Le Rapport de solvabilité de BAM
• Un modèle RC et les statuts

Contact :
Mme TAZI
Cellule d’Information de Dar Ad-Damane :
Adresse : 288, Boulevard Zerktouni Casablanca
Tél : 0522 43 20 16 - 0522 43 20 00
Fax : 0522 29 74 07
E-mail : n.tazi@dardamane.ma
Site Web : www.dardamane.ma

GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

10
B. « Oxygene dad + » : Garantie des crédits de fonctionnement > à 1 MDH

Entreprises éligibles :
Justifiant de 6 mois d’activité au minimum
Opérant dans tous les domaines d’activité hors professions libérales, pêche, agriculture et promotion immobilière.

Financements éligibles :
Crédits d’exploitation > 1 MDH

Modalités :
Quotité de la garantie : 60% max. des lignes de crédit
Plafond de la garantie : 2.000.000DH
Commission : 0,5% (H.T) flat sur le montant des crédits
Règlement de la commission : A l’émission de l’acte
Renouvellement de la garantie : A la demande de la banque
Nombre non limité

Délai de traitement :
5 jours ouvrables

Le dossier doit contenir :


• Le canevas fourni par Dar Ad-Damane dûment rempli par l’entreprise
• Les bilans et comptes de produits et charges des derniers exercices
• Le Rapport de solvabilité de BAM
• Un modèle RC et les statuts

Contact :
Mme TAZI
Cellule d’Information de Dar Ad-Damane :
Adresse : 288, Boulevard Zerktouni Casablanca
Tél : 0522 43 20 16 - 0522 43 20 00
Fax : 0522 29 74 07
E-mail : n.tazi@dardamane.ma
Site Web : www.dardamane.ma

GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

11
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

C. « Force » : Garantie des crédits bancaires, finançant tout programme d’extension


ou de mise à niveau

Entreprises éligibles :
Ayant au moins une année d’activité 
Opérant dans tous les domaines d’activité hors professions libérales, pêche, agriculture et promotion immobilière.

Modalités :
Quotité de la garantie : 50% max. du crédit en principal
Plafond de la garantie : 5.000.000DH
Commission : 2% (H.T) flat sur le montant du crédit
Avec un plafond de 200.000 DH
Règlement de la commission  : A l’émission de l’acte
Renouvellement de la garantie : A la demande de la banque
Nombre non limité

Délai de traitement :
Garantie ≤ à 1.000.000DH : 3 jours ouvrables
Garantie > à 1.000.000DH : 5 jours ouvrables

Le dossier doit contenir :


• Une étude de faisabilité établie par la banque
• Les bilans et comptes de produits et charges des derniers exercices
• Le Rapport de solvabilité de BAM
• Un modèle RC et les statuts

Contact :
Mme TAZI
Cellule d’Information de Dar Ad-Damane
Adresse : 288, Boulevard Zerktouni Casablanca
Tél : 0522 43 20 16 - 0522 43 20 00
Fax : 0522 29 74 07
E-mail : n.tazi@dardamane.ma
Site Web : www.dardamane.ma

GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

12
D. « Force » Leasing : Garantie des crédits-bails finançant tout programme d’extension
ou de mise à niveau

Entreprises éligibles :
Ayant au moins une année d’activité 
Opérant dans tous les domaines d’activité hors professions libérales, pêche, agriculture et promotion immobilière.

Modalités :
Quotité de la garantie : 50% max. du crédit en principal
Commission : 0,5% (H.T) flat sur le montant du crédit
Règlement de la commission : Perçue d’avance, lors du 1er déblocage du crédit

Délai de traitement :
Garantie ≤ à 500.000DH  : 3 jours ouvrables
Garantie > à 500.000DH  : 5 jours ouvrables

Le dossier doit contenir :


• Une étude de faisabilité établie par la banque
• Les bilans et comptes de produits et charges des derniers exercices
• Le Rapport de solvabilité de BAM
• Un modèle RC et les statuts

Contact :
Mme TAZI
Cellule d’Information de Dar Ad-Damane :
Adresse : 288, Boulevard Zerktouni Casablanca
Tél : 0522 43 20 16 - 0522 43 20 00
Fax : 0522 29 74 07
E-mail : n.tazi@dardamane.ma
Site Web : www.dardamane.ma

GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

13
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

E. « At-tahfiz » : Garantie des crédits bancaires à moyen et long termes

Entreprises éligibles :
En création ou ayant moins d’une année d’activité 
Opérant dans tous les domaines d’activité hors professions libérales, pêche, agriculture et promotion immobilière.

Financements éligibles :
Crédits d’investissement

Modalités :
Quotité de la garantie : 50% max. du crédit en principal
Plafond de Garantie : 3.000.000 DH
Commission : 2,5% (H.T) flat sur le montant du crédit
Avec un plafond de 150.000 DH
Règlement de la commission : A l’émission de l’acte

Délai de traitement :
5 jours ouvrables

Le dossier doit contenir :


• Une étude de faisabilité établie par la banque
• Le Rapport de solvabilité des promoteurs
• Un modèle RC et les statuts

Contact :
Mme TAZI
Cellule d’Information de Dar Ad-Damane
Adresse  : 288, Boulevard Zerktouni Casablanca
Tél : 0522 43 20 16 - 0522 43 20 00
Fax : 0522 29 74 07
E-mail : n.tazi@dardamane.ma
Site Web : www.dardamane.ma

GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

14
2. PRODUIT DE GARANTIE A L’INVESTISSEMENT DE LA CCG :

A. Damane Express

Garantie des prêts bancaires et des crédits bail à court, moyen et long termes ≤ à 1 MDH destinés au financement
des besoins d’exploitation ou d’investissement.

Quels sont les bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales en création ou en développement, réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain ;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services.

Quels sont les concours garantis ?


Les crédits bancaires d’investissement et / ou d’exploitation et les crédits bail dont le montant ne dépasse pas 1
MDH.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quelle est la durée de la garantie des crédits d’exploitation à court terme ?


18 mois à compter de la date de la dernière notification.

Quels sont la quotité et le plafond de garantie ?


• Quotité de garantie : 70% du crédit en principal;
• Plafond de garantie : 20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


Il est calculé sur le montant du crédit, selon le barème ci-après, avec un minimum de 500 DH (HT) par opération.

Crédits à moyen et long


Maturité du crédit Crédits à court terme ( ≤ 12 mois)
termes ( >12 mois)
0,5% à l’émission de la garantie et à
Commission (HT) 1,5% flat
chaque renouvellement

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


La demande de garantie se fait par échange électronique entre la banque et la CCG.
Le délai de réponse est de 48h.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque ou de la société de leasing choisie par le bénéficiaire via un échange électronique.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma
GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

15
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

B. Mouwakaba

Garantie des prêts d’honneur octroyés par le tissu associatif en faveur des porteurs de projets.

Quelles sont les bénéficiaires ?


Personnes physiques détenant une entreprise réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain, personnes physiques ou morales en création  ou créées depuis moins
de 3 ans ;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services.

Quels sont les investissements financés ?


Programmes portant sur des investissements physiques (immeubles, matériels …) et / ou sur des investissements
immatériels (fonds de commerce, brevets, droit au bail, besoin de fonds de roulement…).

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les concours garantis ?


Les prêts d’honneur garantis sont ceux :
• Plafonnés à 300.000 DH ;
• Non productifs d’intérêts.

Les prêts peuvent être jumelés à d’autres ressources de financement.


Aucune sûreté n’est exigée en couverture du prêt.

Quelle est la quotité de garantie ?


70% du crédit en principal.

Quelle est la commission de garantie ?


1% du montant du crédit, avec un minimum de 500 DH (HT) par opération.

Quel est le délai de traitement ?


48h.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de l’association qui finance le prêt.
Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

16
C. Ilayki

Garantie préférentielle des prêts bancaires ≤ à 1 MDH destinés à la création d’entreprises promues exclusivement
par des femmes.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales en création, réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain, promues exclusivement par une ou plusieurs femmes ;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les concours garantis ?


Crédits d’investissement dont le montant ne dépasse pas 1 MDH.

Quelle est la quotité de garantie ?


80% du crédit en principal.

Quel est le plafond de garantie ?


20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


1,5% flat HT du montant du crédit.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


La demande de garantie se fait par échange électronique entre la banque et la CCG.
Le délai de réponse est de 48h.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

17
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

D. Damane Créa

Garantie des prêts bancaires à moyen et long termes et des crédits bail > à 1 MDH pour la réalisation de projets de
création d’entreprises.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain en cours de création ou créées depuis moins de 3 ans;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les programmes finançables ?


Les investissements physiques (immeubles, matériels…) et / ou les investissements immatériels (fonds de commerce,
brevets, droit au bail, besoins en FDR…).

Comment se fait le financement ?


Prêt bancaire Crédit-bail
Fonds Propres min 20% -
Prêts max 80% 100%

Quel pourcentage de risque peut-on couvrir ?


70% du crédit en principal.

Quel est le plafond de garantie ?


• 10 MDH par opération;
• 20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


2% flat (HT) calculé sur le montant du crédit.
En cas de plafonnement de la garantie, l’assiette à retenir est l’équivalent du crédit qui correspond à la garantie
donnée.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables au maximum.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque ou de la société de leasing choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

18
E. Damane Dév

Garantie des prêts bancaires à moyen et long termes et les crédits bail > à 1 MDH pour la réalisation de projets
d’extension et de modernisation.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain créées depuis plus de 3 ans;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les programmes finançables?


Les investissements physiques (immeubles, matériels…) et / ou les investissements immatériels (fonds de commerce,
brevets, droit au bail, besoins en FDR…).

Quel pourcentage de risque peut-on couvrir ?


60% du crédit en principal.

Quel est le plafond de garantie ?


• 10 MDH par opération;
• 20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


2% flat (HT) calculé sur le montant du crédit.
En cas de plafonnement de la garantie, l’assiette à retenir est l’équivalent du crédit qui correspond à la garantie
donnée.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables au maximum.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque ou de la société de leasing choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

19
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

F. Damane Exploitation

Garantie des crédits de fonctionnement > à 1 MDH destinés au financement des besoins d’exploitation des entreprises.

Quels sont les bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales en création ou en développement, réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain ;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quelle est la durée de la garantie ?


18 mois à compter de la date de la notification en cas de non renouvellement.

Quels sont la quotité et le plafond de garantie ?


• Quotité de garantie : 60% du crédit en principal;
• Plafond de garantie : 10 MDH  par opération et 20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie
confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


0,5% (HT) par opération calculé sur le montant du crédit.
En cas de plafonnement de la garantie, l’assiette à retenir est l’équivalent du crédit qui correspond à la garantie
donnée.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables au maximum.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

20
G. Damane Istimrar

Garantie des crédits de consolidation des dettes bancaires au titre des crédits d’investissement et d’exploitation.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales, réunissant les conditions suivantes:
• Être de droit marocain en activité depuis plus de 3 ans ;
• Etre potentiellement viable ;
• Avoir pour objet ou activité la production de biens et / ou de services ;
• Ne pas faire l’objet d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les concours garantis ?


Dettes bancaires au titre des crédits d’investissement et / ou d’exploitation à l’exception des crédits au titre des
marchés publics nantis et de ceux faisant l’objet d’un contentieux avec la banque.

Quelle est la quotité de garantie ?


50% du crédit consolidé en principal.

Quel est le plafond de garantie ?


• 10 MDH par entreprise ;
• 20 MDH sur une même entreprise tout concours de garantie confondus.

Quelle est la commission de garantie ?


2% flat (HT) calculée sur le montant du crédit.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

21
I. GARANTIE A L’INVESTISSEMENT

H. Damane Transmission

Garantie des prêts bancaires à moyen et long termes consentis par les banques pour le financement de la reprise
d’affaires.

Quelles sont les entreprises cibles ?


Entreprises, personnes physiques ou morales, réunissant les conditions suivantes :
• Entreprises de droit marocain créées depuis plus de 3 ans ;
• Ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services ;
• Ne faisant pas l’objet d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire.

Quelles sont les bénéficiaires ?


Entrepreneurs ou entreprises de droit marocain souhaitant reprendre ou obtenir une majorité dans la structure de
reprise.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les concours garantis?


Les programmes financés sont :
• Transmission de la majorité du capital;
• Rachat par un (des) actionnaire (s) ou associé (s) majoritaire (s) d’une minorité du capital;
• Reprise de fonds de commerce.

Comment se fait le financement ?


• Fonds Propres : 20% au minimum du programme d’investissement;
• Crédit bancaire : 80% au maximum.

Quel pourcentage de risque peut-on couvrir ?


60% du crédit en principal.

Quel est le plafond de garantie ?


• 10 MDH par opération;
• 20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


• 2% flat (HT) calculé sur le montant du crédit.
• En cas de plafonnement de la garantie, l’assiette à retenir est l’équivalent du crédit qui correspond à la
garantie donnée.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables au maximum.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.
Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma
GARANTIE A L’INVESTI SSEM ENT

22
I. Damane Capital Risque

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


• Sociétés de droit marocain, non cotées en bourse, ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou
de services.
• Sociétés n’ayant pas fait l’objet d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire à la date des
mises des fonds par la société ayant pour objet l’apport en fonds propres et quasi-fonds propres en faveur des
entreprises.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quels sont les projets accompagnés ?


Apports en fonds propres ou quasi-fonds propres réalisés par les sociétés ayant pour objet l’apport en fonds propres
et quasi-fonds propres dans des entreprises éligibles.
Ces apports ne doivent pas être garantis par d’autres organismes.

Quels sont les concours garantis ?


Apports en fonds propres ou quasi-fonds propres sous forme de :
• Souscription d’actions ou de parts sociales;
• Souscription d’obligations convertibles;
• Souscription de titres participatifs ou de certificats d’investissement;
• Avances en comptes courants associés.

Quelles sont la quotité et le plafond de risques ?


• Quotité de garantie : 50% des apports en fonds propres et quasi-fonds propres (60% pour
les projets innovants).
• Plafond de risque : 5 MDH par entreprise
20 MDH sur une même entreprise, ou groupe d’entreprises, tout concours
de garantie confondus.

Quel est le coût de la garantie ?


1.5% flat, TVA en sus, sur le montant des fonds propres et quasi-fonds propres.
Quelle est la commission sur les plus-values ?
7% pour les opérations d’amorçage;
10% pour les opérations liées à des entreprises déjà crées.
Quelle est la commission sur prime de non conversion des obligations ?
10% sur la prime de non conversion.
Quel est le délai de réponse de la CCG ?
10 jours ouvrables.
Comment présenter vos demandes ?
Par l’intermédiaire d’un organisme de capital risque.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma
GAR AN T I E A L’ I N V E S T I S S E ME N T

23
PROGRAMMES DE
MISE A NIVEAU
II. PROGRAMMES DE MISE A NIVEAU

1. « ANPME » : AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE


ET MOYENNE ENTREPRISE :

A. Imtiaz

Le programme IMTIAZ accompagne les chefs d’entreprises dans la réalisation de leurs projets d’investissement et de
développement, à travers l’octroi d’une prime à l’investissement non remboursable.
IMTIAZ permet aux entreprises sélectionnées de financer 20% du coût global de leur projet d’investissement matériel
et / ou immatériel pouvant atteindre 5MDH TTC (y compris les opérations de fusions-acquisitions et / ou absorptions).

Critères d’éligibilité :
Pour bénéficier d’IMTIAZ, il suffit à l’entreprise de remplir les conditions suivantes :
• Avoir au minimum de 2 ans d’existence ;
• Avoir un rating bancaire ouvrant droit au programme IMTIAZ ;
• Etre en situation régulière vis-à-vis de l’administration fiscale et de la CNSS ;
• Avoir un chiffre d’affaires1 annuel hors taxe inférieur ou égal à 175 MDHS .
Les consortiums, les groupements d’entreprises et les holding/groupes peuvent également bénéficier d’IMTIAZ si
chacune des entreprises constituant le consortium à CA HT (dernier exercice clos) inférieur ou égal à 175 MDHS.
L’entité concernée doit présenter une copie de ses statuts.

Quotité de financement :
Pour financer son projet d’investissement, l’entreprise peut recourir à plusieurs montages financiers :
• Crédit bancaire ;
• Leasing (exclusivement réservé pour les investissements en équipement) ;
• Financement mixte (crédit bancaire, leasing) ;
• Auto financement à 80% minimum.
Pour les trois premiers modes de financement, l’entreprise doit apporter au moins 20% de l’investissement total TTC
sous forme de fonds propres.

Procédure :
Pour bénéficier du programme IMTIAZ, il suffit à l’entreprise de :
• Renseigner le formulaire de candidature IMTIAZ pour recevoir le dossier d’Appel à Projets ;
• Déposer le dossier de candidature complété auprès de la banque partenaire, de la société de leasing ou de
l’ANPME (en cas d’autofinancement).

L’entreprise peut recourir au programme MOUSSANADA pour financer à hauteur de 60% le coût relatif à l’élaboration
de l’étude de votre projet de développement.

Contact :
Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise 
Adresse : 3, Avenue Annakhil 457 Lot 11, parcelle n° 3 Hay Riad, Rabat
Tél : 0537 57 44 44
E-mail : Imtiaz@anpme.ma
Site web : www.anpme.ma

(1) Si le chiffre d’affaires (CA) de l’entreprise est strictement supérieur à 175 MDH, la condition relative au CA est vérifiée sur la base de :
La moyenne du CA des trois derniers exercices clos ayant plus de trois années d’existence ou la moyenne du CA des deux derniers exercices clos pour les entreprises ayant plus de deux années d’existence et moins
de trois années d’existence.

PROGRAMMES DE M I SE A NI VEAU

26
B. Moussanada 

Le programme MOUSSANADA accompagne les chefs d’entreprises, soucieux d’améliorer la productivité et de


renforcer la compétitivité de leur PME à travers un large choix d’offres d’accompagnement couvrant l’ensemble de
leurs besoins en termes de développement et de modernisation.
MOUSSANADA permet de renforcer les facteurs de compétitivité de l’entreprise en termes de réduction des coûts et
délais, d’amélioration de la qualité et d’accès aux marchés.
Les offres MOUSSANADA couvre notamment les domaines suivants :
• Stratégie de développement et d’Investissement ;
• Productivité ;
• Qualité et Labellisation ;
• Comptabilité et Finance ;
• Gestion des Ressources Humaines ;
• Accès au marché ;
• Systèmes d’Information.

Critères d’éligibilité :
Pour bénéficier de MOUSSANADA, il suffit à l’entreprise de remplir notamment les conditions suivantes :
• Chiffre d’Affaires2 (du dernier exercice clos) hors taxes inférieur ou égal à 175 MDHS ;
• Situation régulière vis-à-vis l’administration fiscale et da la CNSS ou, le cas échéant, présenter une
déclaration sur l’honneur attestant sa régularité.

Quotité de financement :
MOUSSANADA apporte à l’entreprises une contribution financière conséquente, représentant 60% minimum du coût
de la prestation, pouvant atteindre 1 MDH, et met à sa disposition une expertise externe de qualité préalablement
référencée, et ce pour la réalisation de :
• Plusieurs actions d’accompagnement planifiées dans le cadre d’un Plan de Progrès ; 
• Une action ou plusieurs actions d’accompagnement non planifiée(s) initialement.
L’entreprise a la possibilité de réaliser deux plans de progrès.

Procédure :
L’adhésion au programme MOUSSANADA est simple et la réponse de l’ANPME est rapide :
• Télécharger le formulaire de candidature MOUSSANADA à partir du site de l’ANPME : www.anpme.ma ;
• Renseigner et déposer le formulaire auprès de l’ANPME ou de ses relais régionaux (Délégation provincial du
Ministère de l’industrie et du commerce) ;
• Signer, après l’accord reçu de l’ANPME, un contrat de prestation de service avec le prestataire référencé à
l’ANPME et ayant présenté une offre de service à l’entreprise ;
• Signer la convention de partenariat ANPME-PME.
Un conseiller de l’ANPME accompagnera l’entreprise dans la réalisation de toutes ces étapes depuis le dépôt de la
demande jusqu’à la concrétisation de son action d’accompagnement.

Contact :
Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise
Adresse : 3,Avenue Annakhil 457 Lot 11, parcelle n° 3 Hay Riad, Rabat
Tél : 05 37 57 44 44
E-mail : moussanada@anpme.ma
Site web : www.anpme.ma

(2) Si le chiffre d’affaire (CA) de l’entreprise est strictement supérieur à 175 MDH, la condition relative au CA est vérifiée sur la base de :
-La moyenne du CA des trois derniers exercices clos ayant plus de trois années d’existence, ou
-La moyenne du CA des deux derniers exercices clos pour les entreprises ayant plus de deux années d’existence et moins de trois années d’existence.

P R OGR AMME S DE MI S E A N I V E AU

27
II. PROGRAMMES DE MISE A NIVEAU

C. « INMAA » : Initiative Marocaine d’Amélioration 

Descriptif :
INMAA est la première usine modèle en Afrique et Moyen Orient destinée aux entreprises industrielles désirant
mettre en place un programme d’excellence opérationnelle communément appelé «Lean manufacturing».
Le programme d’INMAA permet d’instaurer dans la durée la culture et la maitrise de l’excellence opérationnelle,
grâce à la présence des trois piliers garantissant le succès d’une transformation opérationnelle réussie :

Système Opérationnel (SO) :


• Diagnostic des systèmes opérationnels actuels et vision future ;
• Mise en place d’outils d’excellence opérationnelle adaptés: SMED, JIT, TPM…

Infrastructure de Management (IM) :


• Task-force dédiée à la transformation opérationnelle
• Introduction d’outils au service de la résolution de problèmes : tableaux de gestion de la performance,
allocation de ressources dédiées
• Amélioration du management en contact direct et régulier avec le terrain : Introduction des cascades de
réunions, comités thématiques...

Etat d’Esprit et Comportement (EEC) :


• Développement d’une culture d’entreprise tournée vers l’excellence opérationnelle :
- Introduction de la notion d’excellence opérationnelle ;
- Dissémination de l’esprit orienté vers la résolution de problème et l’amélioration continue
de la performance.
• Développement de systèmes de gestion des compétences :
- Mise en place de plans de formation internes.
• Développement d’éléments de communication orale et écrite autour du changement
• Modules spécifiques pour le CEO et le Middle Management

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs de l’industrie sont concernés: agroalimentaire, textile & cuir, mécanique & métallique, électrique &
électronique, chimie & parachimie, automobile, aéronautique & spatial.

Quels sont les objectifs majeurs de  « INMAA » ?


• Transformer plus de 100 entreprises par an tous secteurs confondus avec des impacts importants : +25% de
productivité, -20% de coûts unitaires et -50% de délais de production ;
• Transformer le Top 800 des entreprises industrielles d’ici 2017.

Quotités de financement :
Le programme coûte 150.000 DH/HT par entreprise.
Pour les PME dont le chiffre d’affaires est inférieur à 175 MDHS, le coût de la prestation est subventionné à hauteur
de 60% à travers le programme MOUSSANADA de l’ANPME.
Pour les grandes entreprises dont le chiffre d’affaire est supérieur à 175 MDHS, INMAA est éligible aux contrats
spéciaux de formation (CSF) auprès de l’OFPPT.

PROGRAMMES DE M I SE A NI VEAU

28
Procédure :
Pour bénéficier du programme, les entreprises intéressées doivent cibler une problématique pour lancer un projet
d’entreprise, définir des objectifs ambitieux de gain opérationnel (Productivité, Coût et Qualité), et dédier une équipe
de progrès à 100% à la transformation , participant aux modules théoriques et pratiques dans l’usine modèle
d’INMAA.

Il s’agit dans les faits de sélectionner et de transformer une zone pilote dans l’usine et d’y appliquer les principes
Lean afin de gagner en productivité et permettre aux équipes de gagner en autonomie.
Concrètement, l’accompagnement qu’INMAA propose s’étale sur 6 mois et s’organise comme suit:
• 2 jours de formation/mois pour les collaborateurs sélectionnés au sein de l’entreprise (2 à 3 collaborateurs
maximum) ;
• 2 à 3 visites entre deux modules d’un des experts Lean pour l’accompagnement terrain et validation des
résultats obtenus.

L’objectif principal du programme INMAA est de transformer une zone pilote et de diffuser la méthodologie Lean aux
équipes de l’entreprise bénéficiaire afin qu’ils puissent devenir autonomes dans la pérennisation et déploiement de
la méthode sur l’ensemble des unités industrielles.

Contact :
Mme Rachida MALIKI
Directeur général INMAA MAROC
Adresse : Lot 97,Zone industrielle CFCIM, Bouskoura - Casablanca
Tél : 0520 36 46 30/31
Fax : 0520 36 46 37
GSM : 0660 14 92 91

P R OGR AMME S DE MI S E A N I V E AU

29
II. PROGRAMMES DE MISE A NIVEAU

2. « CCG » : CAISSE CENTRALE DE GARANTIE :

A. Dev industrie 

Financement conjoint avec les banques des programmes d’investissement des entreprises industrielles ou réalisant
des services liés à l’industrie.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Les entreprises réunissant les conditions ci-après :
• De droit marocain ;
• De taille PME ;
• Exerçant dans le secteur de l’industrie et /ou des services liés à l’industrie.

Quels sont les programmes éligibles ?
Les projets de création, de développement ou de modernisation initiés par les entreprises éligibles.
Les investissements matériels et / ou immatériels, BFR et toute autre dépense liée à la réalisation du projet
d’investissement.

Comment se fait le financement des projets ?


Le crédit est octroyé conjointement par la CCG au titre du produit « Dév Industrie » et par les banques intervenantes
et ce, dans les proportions suivantes :
• Fonds propres et / ou autofinancement : 10% au minimum ;
• Part de « Dévindustrie» : 40% au maximum avec un plafond de 10 MDH ;
• Part de la banque : Le reliquat, sans que cette part ne soit inférieure à celle de
« Dévindustrie».

Quels sont les conditions du crédit conjoint ?


• Durée : 12 ans au maximum dont un différé en principal n’excédant pas 4 ans ;
• Taux d’intérêt : 2% l’an hors TVA pour la part de « Dévindustrie» ;
Taux du crédit bancaire est librement négociable entre l’entreprise et la banque
• Sûretés : Pari-passu entre la banque et la CCG.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables au maximum.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

PROGRAMMES DE M I SE A NI VEAU

30
B. Fonds de Soutien Financier des TPME 

Financement conjoint avec les banques des projets de restructuration des Très Petites, Petites et Moyennes
Entreprises « TPME »

Quelles sont les bénéficiaires du Fonds ?


Sont éligibles à l’intervention du Fonds, les entreprises répondant aux critères suivants :
• Etre de droit marocain, quelle que soit la forme juridique et ayant pour objet la production de biens ou de services ;
• Etre viables, mais connaissant des difficultés passagères (problèmes de trésorerie, baisse d’activité,
déséquilibre de la structure financière, perte de clients, arriérés envers des organismes publics ou privés …) ;
• Réalisant un chiffre d’affaires maximum de 175 millions de dirhams3 ;
• N’enregistrant pas de dettes classées douteuses ou compromises avec les établissements de crédit. 

Quels sont les secteurs concernés ?


Les interventions du Fonds bénéficieront en priorité au secteur industriel et aux entreprises exportatrices.

Quels sont les besoins finançables ?


Type de besoins Part Banque Part Fonds
Investissement X X
Restructuration financière X X
Exploitation/Crédit amortissable X X
Exploitation/Crédit revolving X

Comment se fait le financement des TPME?


• Part du Fonds de Soutien Financier des TPME : prend la forme d’un prêt subordonné plafonné à 50 millions
de dirhams ;
• Part de la Banque : peut prendre la forme de concours pour financer les besoins d’investissement,
d’exploitation ou de restructuration.
La part de la banque peut bénéficier de la garantie de la CCG.
Quelles sont les sûretés ?
Le rang venant après celui de la banque.
Lorsque le prêt du Fonds est accordé conjointement à un crédit restructuré par la banque, les sûretés proposées en
couverture de ce prêt seront inscrites au rang disponible.
Quelles sont les conditions du Prêt Participatif ?
• Durée  : 10 ans maximum y compris, s’il y a lieu, la période de différé. Le remboursement des
échéances du prêt subordonné intervient après celui des échéances des concours de la banque.
• Taux d’intérêt  :
- Part du Fonds : Taux fixe correspondant au taux moyen pondéré des émissions des bons du
trésor à 5 ans, tel que publié par BANK AL-MAGHRIB.
- Part de la Banque  : Librement négociable sans toutefois excéder le taux appliqué à la part du
Fonds majoré de 150 points de base.
Quel est le délai de réponse de la CCG ?
10 jours ouvrables au maximum.
Comment présenter vos demandes ?
Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

(3)Les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 175 millions de dirhams peuvent, à titre exceptionnel bénéficier de l’intervention du Fonds

P R OGR AMME S DE MI S E A N I V E AU

31
II. PROGRAMMES DE MISE A NIVEAU

C. Fopep :

Financement conjoint avec les banques des projets de création ou d’extension d’établissements de l’enseignement
et de la formation privés.

Quels sont les programmes éligibles ?


Sont finançables par le FOPEP, les projets de création ou d’extension d’établissements de l’enseignement et de la
formation privés.

Comment se fait le financement des projets?


Le crédit est octroyé conjointement par la CCG et par les Banques et ce, dans les proportions suivantes :
• Fonds propres : 30% au minimum du coût du programme d’investissement ;
• Crédit FOPEP : 30% au maximum avec un plafond de 15 MDHS ;
• Crédit bancaire  : 40%, sans que cette part ne soit inférieure à la part du FOPEP.
Le crédit bancaire peut être garanti par la CCG.

Quelles sont les conditions du crédit conjoint ?


• Durée : 12 ans au maximum dont un différé pouvant atteindre 4 ans ;
• Taux d’intérêt : 2% l’an hors TVA pour la part du FOPEP. Le taux du crédit bancaire est librement
négociable.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


15 jours ouvrables

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

D. Renovotel :

Financement conjoint avec les banques des programmes de rénovation des établissements d’hébergement touristique
éligibles.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Etablissements d’hébergement touristique (hôtels 5 étoiles, 4 étoiles, 3 étoiles, 2 étoiles, 1 étoile, les hôtels clubs
(HC), les résidences hôtelières (RH) et les maisons d’hôtes) répondant aux conditions suivantes :
• Être en activité et avoir au moins une durée d’exploitation continue ou non de cinq (5) années ;
• Être en situation régulière vis-à-vis de l’administration fiscale et de la CNSS ;
• Être en situation régulière en matière de remboursement des avances de l’Etat octroyées dans le cadre du
code des investissements touristiques ;
• Ne pas faire l’objet d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire.

Quels sont les programmes finançables ?


Tous les investissements matériels et immatériels de mise à niveau et de repositionnement du produit ayant
pour objectif la création de valeur ajoutée, l’amélioration de la qualité des prestations et la prise en compte des
problématiques environnementales.
Les investissements ayant pour but l’augmentation de la capacité litière ne sont pas éligibles au financement.

PROGRAMMES DE M I SE A NI VEAU

32
Comment se fait le financement des programmes d’investissement ?
Les programmes de rénovation des établissements d’hébergement touristique sont financés selon le schéma suivant :

Catégorie d’établissements d’hébergement 3*, 2*, 1*, RH et Maisons


5*, 4* et HC
touristique d’hôtes
- Fonds propres (minimum) 15% 10%
- RENOVOTEL (maximum) 35% 45%
- Crédit bancaire (maximum) 50% 45%

La part du RENOVOTEL est plafonnée à 20 MDHS, par établissement d’hébergement touristique toutes opérations
confondues, et ce par période de 10 ans à compter de la date de la dernière opération financée.
La part de la banque dans le crédit conjoint peut bénéficier de la garantie de la CCG à hauteur de 60%.

Quels sont les coûts des programmes de rénovation ?


Le coût maximum des programmes de rénovation est fixé, par catégorie d’établissements d’hébergement touristique,
comme suit :

Catégorie d’établissements d’hébergement touristique Coût maximum par chambre


Hôtels 5 étoiles 250.000 DH
Hôtels 4 étoiles 200.000 DH
Hôtels 3 étoiles 130.000 DH
Hôtels 2 étoiles 100.000 DH
Hôtels 1 étoile 80.000 DH
Hôtels Clubs (HC) 200.000 DH
Résidences Hôtelières (RH) 130.000 DH
Maisons d’hôtes 100.000 DH

Quelles sont les conditions du crédit conjoint ?


• Durée de remboursement : Jusqu’à 12 ans dont un différé pouvant atteindre 2 ans ;
• Taux d’intérêt : 2% l’an hors TVA pour la part du RENOVOTEL ;
Le taux du crédit bancaire est librement négociable.
• Sûretés : Pari–passu entre la CCG et la banque intervenante.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


15 jours ouvrables

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Contact pour tous les programmes de la CCG :


Caisse Centrale de Garantie 
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

P R OGR AMME S DE MI S E A N I V E AU

33
II. PROGRAMMES DE MISE A NIVEAU

3. « BERD » : BANQUE EUROPEENE POUR LA RECONSTRUCTION ET


LE DEVELOPPEMENT :

A. “BAS”: Business Advisory Services

Description du programme :
Le programme BAS (Business Advisory Services) de La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement
(BERD) est un programme d’appui technique et financier aux PME marocaines (dont le chiffre d’affaire peut atteindre
jusqu’à 550 millions de MAD).
Ce programme vise essentiellement le développement de la compétitivité et l’amélioration des indicateurs de
performance de l’entreprise bénéficiaire à travers une démarche partenariale et un processus pratique opérationnel
et réactif.

Il est à noter que la PME partenaire bénéficie, à travers le programme BAS, d’une large expertise développée depuis
1993, date de la création du programme, qui a permis d’appuyer 18 000 projets dans 27 pays. L’analyse de ces projets
fait ressortir une augmentation de 77% du chiffre d’affaires des PME bénéficiaires.
Le BAS propose, de ce fait, une relation globale de partenariat avec l’entreprise qui englobe les éléments suivants :
• La Gestion et le monitoring complet de la mission de consultance ;
• La possibilité pour les PME ayant un réel projet de développement (qui peut être l’objet des recommandations
de la mission de consultance) d’accéder aux financements de la BERD ou des bailleurs de fonds partenaires :
crédits bancaires, capital investissement …. ;
• La possibilité de profiter des autres programmes de subvention de la BERD, notamment ceux relatifs à
l’expertise industrielle internationale.

Critères d’éligibilité :
Les critères d’admissibilité des entreprises :
• Jusqu’à 250 employés ;
• Actionnariat majoritairement privé et marocain ;
• Direction engagée dans le projet de consultance ;
• Apte à supporter entre 50 et 25 pour cent du coût total du projet.
Les critères d’admissibilité des consultants :
• La qualification des consultants locaux est évaluée par l’équipe BAS sur la base des services de conseil et
des secteurs de compétences spécifiques.

Quotité de financement :
En sus de ce partenariat et cette démarche pratique, le programme prend en charge, sous forme de subvention, les
missions de conseil et d’expertise réalisées par des consultants locaux pour le compte de la PME. Cette subvention
représente 50 à 75% des frais de la mission de consultance engagée.

Procédure :
Si vous êtes un consultant ou une entreprise, prenez contact avec le bureau du BAS, qui vous invitera à présenter les
documents nécessaires.

PROGRAMMES DE M I SE A NI VEAU

34
Cycle de projet du BAS :
•Candidature: L’entreprise prend contact avec le BAS et le cadre du projet est constitué
•Sélection: L’entreprise et le BAS choisissent le consultant local le plus qualifié et signent un accord de
soutien financier
•Mise en œuvre: Le projet est mis en œuvre par le consultant avec un suivi du BAS
•Décaissement: L’entreprise confirme la bonne mise en œuvre du projet, règle le consultant et reçoit les
fonds du BAS
•Évaluation: Au bout d’un an, le BAS réalise une évaluation pour étudier l’impact exercé et les progrès
réalisés

Les services de conseil pouvant faire l’objet d’un soutien sont :


•Stratégie: Planification stratégique, étude de faisabilité, business plan, planification financière, recherche
et partenariat
•Marketing: Gestion des ventes, Etude de marché, plan d’export, Stratégie marketing, Site Web
•Organisation: Développement organisationnel, Gestion des ressources humaines
•Operations: Réingénierie des processus, Gestion de la chaine d’approvisionnement
•Techniques d’information et de communication: Système de gestion des documents, Infrastructures
informatiques, Système informatisé de gestion d’entreprise
•Solutions d’ingénierie: Optimisation de la production et de l’utilisation des équipements et machines,
Conception/architecture
•Management de la qualité: Système de gestion de la qualité
•Efficacité énergétique: Audit énergétique/certification/notation
•Gestion environnementale: Audit environnemental/Etude d’impact
•Amélioration des états financiers et comptables : Système de gestion financière et de la comptabilité

Contact :
Mme Ihssane IRAQI
Project Specialist BAS Morocco
European Bank for Reconstruction and Development
Adresse : RegusTwin center–Tour Ouest–Angle bd Zerktouni & Bd Al Massira, Casablanca
Tél : 0522 95 82 78
GSM : 0661 35 82 36

Mme Sanae El Ouali Bennis


Project Specialist BAS Morocco
European Bank for Reconstruction and Development
Adresse : Regus Twin center–Tour Ouest–Angle bd Zerktouni & Bd Al Massira, Casablanca
Tél : 0522 95 82 21
GSM : 0661 25 92 11

P R OGR AMME S DE MI S E A N I V E AU

35
Pionier de la veille sur les marchés publics et privés
Depuis 1982

Appels
Proactif 100 %
d’Offres
Mise à jour quotidienne et exhaustive

Facile

Moteur de recherche intuitif et simple

Réactif

Alertes emails personnalisables

Disponible

Assistance client personnalisée

OFFRE EXCLUSIVE POUR LES ADHERENTS DE LA FCS

SODIPRESS
10 Place des Nations Unies – Casablanca
Tél: 0522 27 10 16 – Fax: 0522 26 72 31
contact@sodipress.com
APPUI A L’EXPORT
III. APPUI A L’EXPORT

1. MINISTERE CHARGE DU COMMERCE EXTERIEUR :

A. Appui aux consortiums d’exportation « synergia »

Présentation du programme :
Le nouveau programme d’appui aux consortiums d’exportation est un instrument financier destiné à soutenir les
consortiums d’exportation durant leur phase de démarrage à travers un accompagnement pour la réalisation des
actions visant leur développement à l’international.
Cet accompagnement personnalisé permettra aux consortiums de procéder à :
• La définition de la stratégie de développement du groupement à l’international
• La définition de la stratégie de promotion et de commercialisation
• Le développement des compétences du consortium
• Le renforcement de la performance opérationnelle

Pour ce faire, ce programme établit les instruments et les modalités de suivi et d’évaluation des phases de réalisation
des projets des consortiums d’exportation.

Les objectifs du programme :


Le programme d’appui aux consortiums d’exportation cible la constitution de cinquante-cinq groupements
d’entreprises exportatrices ou potentiellement exportatrices, tous secteurs confondus, selon la répartition annuelle
suivante :
2011 2012 2013 2014 2015
Nombre de nouveaux consortiums d’exportation appuyés par année 5 10 10 15 15
Nombre cumulé de consortiums d’exportation appuyés par année 5 15 25 40 55

Les critères d’éligibilité :


Les entreprises désireuses de se constituer en consortiums doivent remplir les conditions suivantes :
• Faire partie d’un consortium constitué d’au moins cinq entreprises de droit marocain, non filiales
d’entreprises multinationales et fiscalement domiciliées au Maroc ;
• Absence de participation croisée dans le capital des entreprises membres ;
• Justifier de capacités confirmées à l’export ;
• Etre en situation régulière vis-à-vis de la CNSS et de l’administration fiscale ;
• Réaliser un chiffre d’affaire inférieur ou égale à 175 Millions de dirhams hors taxes par an ;

Dossier de candidature disponible sur le site : www.mce.gov.ma

Les quotités et plafonds de financement :


L’état s’engage à financer, au titre de ce programme d’appui aux consortiums d’exportation et au bénéfice de chaque
consortium constitué, les projets de structuration, de développement et de consolidation desdits consortiums avec
un plafond de financement global de 1.5 Million de dirhams assorti d’un accompagnement en expertise équivalent à
20 jours d’assistance technique. 

APPUI A L’E XP ORT

38
Plafonds de dotation et quotes-parts prévus
36 Mois  
500 500 500 1500MDH
Phase I* Phase II** Phase III*** Total
80% 65% 50% Part de l’état
20% 35% 50% Part Consortium
+ 20 jours d’intervention gratuite du BET accompagnement pour de l’expertise technique

*Phase I : Un appui au lancement et à la structuration du consortium


Pour cette phase, le soutien financier de l’état est octroyé selon la quotité et le plafond de financement suivant :
• Quotité de financement : 80% du coût des actions engagées par le consortium pour atteindre les objectifs
susvisés
• Quote-part du consortium d’exportation : 20% du coût des actions engagées par le consortium pour
atteindre les objectifs susvisés
Au titre de cette phase, cette subvention peut couvrir les frais liées à :
• La définition du plan stratégique de développement du groupement
• La définition de sa structure organisationnelle et de son schéma de gouvernance
• La mise en place de son identité visuelle et à la conception de ses outils de communication

** Phase II : Un appui aux actions de développement


Au titre de cette deuxième phase, l’appui de l’état est assujetti à la quotité et au plafond de financements suivants :
• Quotité de financement : 65% du coût des actions engagées par le consortium pour atteindre les objectifs
susvisés
• Quote-part du consortium d’exportation : 35% du coût des actions engagées par le consortium pour
atteindre les objectifs susvisés
• Plafond du financement : 500 000 dirhams (TTC) par consortium d’exportation

Cet appui de l’état peut couvrir les coûts liés aux actions promotionnelles de base mis en œuvre sur la base d’un
plan d’action précis et comportant les frais de participation aux salons internationaux au Maroc et à l’étranger, de
conception et d’aménagement de stand, les missions de prospection et b2b, de conception et d’édition de brochures
et de promotion physiques et virtuels.

***Phase III : Un appui aux actions de consolidation du consortium


Au titre de cette troisième phase, l’appui de l’état répond à la quotité et au plafond de financements suivants :
• Quotité de financement : 50% du coût des actions engagées par le consortium pour atteindre les objectifs
susvisés
• Quote-part du consortium d’exportation : 50% du coût des actions engagées par le consortium pour
atteindre les objectifs susvisés
• Plafond du financement : 500 000 Dirhams (TTC) par consortium d’exportation

Cet appui de l’état peut couvrir :


• Les dépenses liées aux actions promotionnelles avancées à savoir les frais afférents à la création et à
l’enregistrement de la marque et l’étude des conditions d’implantation d’un relai à l’étranger
• Les frais relatifs à la traduction, à l’interprétariat et à la veille stratégique et concurrentielle
• Les coûts liés à des prestations de développement des compétences ou de formation à caractère
transversal et par métier

AP P UI A L’ E X P OR T

39
III. APPUI A L’EXPORT

Condition et modalités de bénéfice du programme :


La sélection des projets de constitution de consortium se fera sur la base d’appels à candidature lancés à l’initiative
du Département du Commerce Extérieur au regard d’un cahier de charge approuvé par le Comité Consortia.
L’examen et l’évaluation des candidatures présentées sont assurés pas la cellule interne mise en place par le
Département du Commerce Extérieur.

Les décisions d’attribution et de bénéfice du programme sont émises par le Comité Consortia d’Evaluation et
d’Attribution sur la base du respect des critères d’éligibilité ainsi que des résultats de l’examen et de l’évaluation des
candidatures au regard des clauses du cahier de charges afférent à l’appel à candidature susvisé.

Des conventions d’attribution du soutien de l’état dans le cadre de ce programme seront signées entre d’une part, le
Département du Commerce Extérieur, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Centre Marocain de Promotion
des Exportations, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc et d’autre part, le consortium d’exportation et
les entreprises le composant.

Contact :
Ministère Délégué Chargé du Commerce Extérieur
Direction de la Politique des Echanges Commerciaux
Division de la Promotion Commerciale
Adresse : 63, Avenue My Youssef Rabat
Tél : 0537 70 63 21 / 89
Fax : 0537 70 05 53
Formulaires disponible sur le site : http://www.mce.gov.ma

APPUI A L’E XP ORT

40
B. Contrats de croissance à l’export :

Présentation du programme :
Dans le cadre de sa stratégie de développement et de promotion des exportations visant le renforcement des acquis
du secteur des exportations et le positionnement progressif du Maroc dans plusieurs marchés stratégiques, le
gouvernement marocain a mis en place le programme des Contrats de Croissance à l’Export consistant à accompagner
les entreprises / coopératives marocaines exportatrices, ou celles s’engageant à le devenir, dans la mise en œuvre
de leurs projets de croissance à l’export.

Ce programme a fait l’objet d’une convention de partenariat, signée le 30 Septembre 2011, entre le Ministère
Délégué auprès du Ministre de l’industrie, du Commerce, de l’investissement et de l’Economie Numérique Chargé du
Commerce Extérieur, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Centre Marocain de Promotion des Exportations
et la Confédération Générale des Entreprises du Maroc.

Ce programme est mis en œuvre à travers des contrats de croissance Etat-Entreprise / coopérative d’une durée de
3 ans. Il constitue un instrument financier destiné, sur la base d’un appel à projets, à apporter le soutien financier
de l’Etat aux entreprises / coopératives de droit marocain porteuses d’un business plan ambitieux à l’export
pour la réalisation dudit plan. L’Etat contribue ainsi, à la prise en charge de certaines actions de marketing et de
commercialisation à destination des marchés étrangers pour le développement de ces entreprises / coopératives à
l’export, selon des modalités de financement et des critères d’éligibilité définis par la convention.

L’adhésion à ce programme nécessite un engagement fort de la part de l’entreprise / coopérative exportatrice, car
il s’agit de la volonté et de la capacité de celle-ci à définir et à mettre en œuvre son projet à l’export que dépendra
sa réussite dans ce programme. L’approche de commercialisation demeurera spécifique à chaque entreprise /
coopérative, en fonction de sa taille, son positionnement et ses ambitions de développement à l’export.

Objectif du programme :
Le programme vise à faire profiter 375 entreprises à travers la participation aux frais relatifs à la réalisation et à
la mise en œuvre du plan d’action marketing ou commercial visant à développer les exportations de l’entreprise
bénéficiaire dans ses marchés cibles et ce, à hauteur de 80%.
Cette démarche vise à :
•Générer des exportations additionnelles ;
•Permettre aux entreprises exportatrices d’accéder à certains moyens nécessaires au développement de
leurs produits sur les marchés cibles ;
•Renforcer le positionnement des entreprises exportatrices sur les marchés cibles ;
•Convertir des entreprises exportatrices occasionnelles et non exportatrices en entreprises exportatrices
professionnelles et régulières.

Cible :
En effet, deux catégories d’entreprises / coopératives sont ciblées :
• «Entreprises / Coopératives confirmées à l’export» dont le chiffre d’affaire à l’export est compris entre 50
et 500 millions de dirhams/an. Nombre : 75 entreprises ;
• «Entreprises / Coopératives exportatrices émergentes» dont le chiffre d’affaire à l’export est inférieur à 50
millions de dirhams/an. Nombre : 300 entreprises.

AP P UI A L’ E X P OR T

41
III. APPUI A L’EXPORT

Documents à fournir  : (Disponible sur le site : www.mce.gov.ma)

Dossier administratif 
• Une lettre de motivation exposant les principaux objectifs que l’entreprise envisage réaliser à travers sa
participation à ce programme
• Le formulaire de candidature 
• Le cahier des charges dûment paraphé et cacheté
• Une Note de présentation de l’Entreprise et de sa situation actuelle (Dans le cas d’un consortium, chaque entreprise
doit renseigner ce document) (Annexe 1)
• Présentation sommaire du projet de croissance à l’export (Annexe 2)
• Attestation des pouvoirs des signataires agissant au nom de l’Entreprise
• Statuts de l’Entreprise
• Attestation fiscale, datant de moins d’un 1 an
• Attestation de CNSS, datant de moins d’un 1 an
• Certificat d’immatriculation au Registre du Commerce (modèle 7)
• PV des Assemblées Générales (2 derniers exercices) en cas d’éligibilité par rapport à la législation en vigueur
• Une attestation délivrée par la banque de l’Entreprise attestant l’état de santé financière de l’Entreprise
• Les comptes certifiés par un commissaire aux comptes des deux derniers exercices ainsi que le rapport d’audit du
commissaire aux comptes en cas d’éligibilité par rapport à la législation en vigueur

Dossier technique du projet de croissance à l’export 


• Présentation détaillée du projet de croissance à l’export
• Présentation et analyse des marchés cibles
• Stratégie globale et Stratégie commerciale et marketing relatives au projet de croissance
• Business plan du projet de croissance à l’export y compris le Plan d’action budgétisé par année du projet de
croissance à l’export.

Contact :
Ministère Délégué Chargé du Commerce Extérieur
Direction de la Politique des Echanges Commerciaux
Adresse : 63, Avenue Moulay Youssef, Rabat
Tél : 0537 70 18 46 - 0537 20 11 93
Fax : 0537 72 71 50
Email : essabar@mce.gov.ma / mgouni@mce.gov.ma / yazidi@mce.gov.ma
Site web : www.mce.gov.ma

APPUI A L’E XP ORT

42
C. Audit à l’export :

Présentation du programme :
Le Ministère du Commerce Extérieur lance, en partenariat avec le Ministère de l’Economie et des Finances, la CGEM
et Maroc Export, le programme «Audit à l’Export» qui vise à soutenir les entreprises exportatrices dans l’amélioration
de leurs systèmes à l’export à travers un diagnostic de leurs capacités.

«Audit à l’Export» consiste en l’étude permanente ou intermittente de la capacité de l’entreprise à exporter


durablement sur les marchés étrangers. Le but du programme est de produire et livrer des solutions efficaces et
rentables à des besoins définis en utilisant les habilités managériales.
Ce programme consiste à assister et accompagner ces entreprises à travers l’analyse de leurs aptitudes à l’export
ainsi que l’identification de leurs dysfonctionnements dans le but d’aboutir à un plan d’action et un dispositif
d’accompagnement à l’export.

Objectifs du programme :
• Pour un meilleur renforcement des capacités à l’export : La mission de l’audit à l’export consiste à analyser les
forces et les faiblesses de l’entreprise et de définir une stratégie adéquate visant le renforcement de ses capacités.
L’objectif principal est d’aider les entreprises à prendre conscience de leurs forces à l’exportation et les encourager à
exporter indifféremment de leur taille ou de leur secteur économique.

• Pour une meilleure stratégie de vente : Le programme «Audit à L’export» a pour but d’aider les entreprises à
améliorer leur stratégie de vente et cibler de nouveaux marchés à travers un diagnostic suivi d’un accompagnement
ciblé. «Audit à L’export» est une priorité stratégique pour augmenter les parts de marché et par conséquent faire
évoluer le chiffre d’affaire.

• Pour un meilleur système de management : Le programme «Audit à l’export» vise à accompagner les dirigeants
des entreprises dans l’amélioration de leur système de management et la mise en place de nouvelles stratégies
managériales à travers le diagnostic des systèmes de gestion et la définition des anomalies. Les compétences visées
dans cette partie de l’audit sont : l’amélioration de la capacité à planifier, le cadrage et la gestion des ressources
humaines, la gestion de crise, ainsi que la capacité de conduire un projet dans ses différentes phases.

• Pour une meilleure utilisation des outils marketing : Arriver à mettre en place une bonne stratégie marketing est
une étape importante à la réussite d’une entreprise exportatrice. Au niveau international la mise en œuvre des
principales décisions marketing est plus difficile en raison de la complexité du contexte, chaque marché doit être
traité différemment. Le programme «Audit à l’export» vise ainsi à optimiser l’utilisation des outils marketing et mettre
au point les bonnes stratégies, adaptées au secteur de l’entreprise et adéquates à son marché cible.

• Pour un meilleur produit Made in Morocco : Promouvoir le produit marocain est l’une des motivations majeures du
programme. Améliorer les exportations en aidant les entreprises exportatrices à développer leurs structures, s’inscrit
dans le cadre de la stratégie nationale de développement des exportations. Ainsi le programme «Audit à l’export»
vise l’amélioration des exportations marocaines et la croissance de la part de marché du produit «Made in Morocco»
face à la concurrence internationale.

• Pour une meilleure croissance économique : Le secteur de l’export joue un rôle important dans la croissance
économique du Maroc. Son développement représente donc un élément majeur dans l’amélioration de la situation
économique du pays. Pour aboutir à une croissance soutenue, «Audit à l’export» intervient auprès des entreprises
pour améliorer leurs capacités à l’exportation, et ainsi contribuer au développement du secteur ce qui influencera
positivement la position économique du pays

AP P UI A L’ E X P OR T

43
III. APPUI A L’EXPORT

Comment bénéficier du programme :


Afin de bénéficier du programme « Audit à l’export », l’entreprise concernée est appelée à :
• Remplir un formulaire de candidature téléchargeable sur le site web du Département du Commerce
Extérieur au : www.maroc-trade.gov.ma ;
• Accompagner le dossier d’une lettre de motivation selon le modèle téléchargeable sur le site web du
Département au : www.maroc-trade.gov.ma ;
• Fournir une attestation fiscale ou sa copie certifiée délivrée depuis moins d’un an par le Percepteur du lieu
d’imposition certifiant que l’entreprise est en situation régulière envers cet organisme ;
• Fournir une attestation ou sa copie certifiée délivrée depuis moins d’un an par la C.N.S.S. certifiant que
l’entreprise est en situation régulière envers cet organisme ;
• Fournir une copie certifiée de registre de commerce ;
• Signer le contrat tripartite (Ministère, Entreprise, Auditeur) afférent à la prestation de service ayant pour
objet la réalisation de l’audit à l’export.

Contact :
Ministère Délégué Chargé du Commerce Extérieur
Direction de la Politique des Echanges Commerciaux
Adresse : 63, Avenue Moulay Youssef, Rabat
Tél : 0537 70 18 46 - 0537 20 11 93
Fax : 0537 72 71 50
E-mail : essabar@mce.gov.ma / mgouni@mce.gov.ma / yazidi@mce.gov.ma
Site web : www.mce.gov.ma

APPUI A L’E XP ORT

44
2. « CCG » : CAISSE CENTRALE DE GARANTIE :

A. Damane Export 

Garantie des prêts bancaires destinés au financement des crédits de fonctionnement supérieurs à 1 MDH des
entreprises exportatrices.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales, réunissant les conditions suivantes :
• Entreprise de droit marocain ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services ;
• Réalisant au moins 20% de leur chiffre d’affaires à l’export.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quelle est la quotité de garantie ?


70% du crédit en principal avec un plafond de garantie de 10 MDH par opération.

Quel est le plafond de garantie ?


20 MDH sur une même entreprise, tout concours de garantie confondus.

Quelle est la durée de validité de la garantie ?


18 mois à compter de la date de la notification de la garantie en cas de non renouvellement.

Quelle est la commission de garantie ?


0,5% (HT) par opération calculée sur le montant du crédit. En cas de plafonnement de la garantie, l’assiette à retenir
est l’équivalent du crédit qui correspond à la garantie donnée.

Quel est le délai de traitement ?


10 jours ouvrables au maximum

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

AP P UI A L’ E X P OR T

45
III. APPUI A L’EXPORT

B. Cautionnement des marchés à l’exportation 

Garantie des cautionnements de soumission (ou provisoires), de restitution d’avance, de bonne fin, de retenue de
garantie…. exigés au titre de marchés à l’étranger.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales, réunissant les conditions suivantes:
• Entreprises de droit marocain ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services ;
• Soumissionnaire ou titulaire de marchés de travaux, fournitures ou services à l’étranger.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière.

Quelle est la quotité de garantie ?


70% des cautionnements.

Quel est le plafond de garantie ?


Plafond de risque à l’octroi de la garantie : Contre-valeur de 20 MDH par entreprise.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


10 jours ouvrables au maximum.

Quelle est la commission de garantie ?


0,5% (HT) calculée sur le montant des cautionnements, payable annuellement jusqu’à libération de l’engagement.
En cas de plafonnement de la garantie, l’assiette à retenir est l’équivalent des cautionnements qui correspond à la
garantie donnée.

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Ce plafond est indépendant du plafond fixé dans les autres produits du Fonds de garantie PME.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

APPUI A L’E XP ORT

46
C. Mezzanine Export 

« Mezzanine Export » est un prêt participatif jumelé à un prêt bancaire destiné au financement des investissements
réalisés par les entreprises exportatrices.

Quelles sont les entreprises bénéficiaires ?


Entreprises, personnes physiques ou morales, réunissant les conditions suivantes:
• Entreprise de droit marocain ayant pour objet ou activité la production de biens et / ou de services ;
• Réalisant au moins 20% du chiffre d’affaires à l’export.

Quels sont les secteurs concernés ?


Tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière, de la pêche hauturière et du secteur financier.

Quels sont les programmes finançables ?


Investissements immatériels et matériels, Besoins en Fonds de Roulement (BFR), dépenses liées au démarrage d’un
plan de développement ou financement des immobilisations à faible valeur de gage...

Comment se fait le financement des programmes ?


Le prêt participatif est octroyé par la CCG conjointement avec un crédit bancaire et ce, dans les proportions suivantes :
• Fonds propres et / ou autofinancement : 20% au minimum du coût du programme ;
• Mezzanine Export : 40% au maximum avec un plafond de 10 MDH ;
• Crédit bancaire : Reliquat du financement sans que la part de la banque ne soit
inférieure à celle de Mezzanine Export.

Quelles sont les conditions du Prêt Participatif ?


• Durée : 7 ans dont 2 ans de différé en principal ;
• Taux d’intérêt : 2% l’an HT pour la part de « Mezzanine Export ».
Le taux d’intérêt du crédit bancaire est librement négociable.
• Sûretés : Le rang venant après la banque.

Quel est le délai de réponse de la CCG ?


15 jours ouvrables au maximum

Comment présenter vos demandes ?


Par l’intermédiaire de la banque choisie par le bénéficiaire.

Contact :
Caisse Centrale de Garantie 
Adresse  : Centre d’Affaires, Boulevard Ar ryad- Hay Riad BP 2031 Rabat
Tél : 0537 71 68 68
Fax : 0537 71 57 15
E-mail : ccg@ccg.ma
Site Web : www.ccg.ma

AP P UI A L’ E X P OR T

47
APPUI A L’INGENIERIE DE
FORMATION ET SOUTIEN
A L’INNOVATION
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

1. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION:

A. « CTI » : Les Centres Techniques Industriels 

Descriptif :
Les CTI sont des associations professionnelles agissant comme un outil de développement de la compétitivité
sectorielle. Huit des neuf centres sont adossés à des associations professionnelles mères.

Missions :
•Contribution au progrès technique 
• Amélioration la productivité des membres à travers des essais de contrôle de conformité et des prestations
d’assistance technique liées à la promotion de la qualité 
• Conseil technologique auprès des PME

Actions :
• Accompagner les entreprises dans la démarche qualité 
• Mener des contrôles, analyses et essais de produits 
• Diffuser l’information et assurer une veille technologique et réglementaire 
• Promouvoir les technologies innovantes 
• Mettre au point de nouveaux produits et procédés 
• Assurer les formations de personnel technique

A travers leur création, il s’agit d’œuvrer à mutualiser et à faciliter l’accès à la technologie au plus grand nombre
d’entreprises pour hisser l’industrie marocaine aux standards internationaux.

Contact :

Association
CTI Contact
Fondatrice
Adresse : Complexe des centres techniques - Route
CERIMME
BO 50, Sidi MaâroufOuledHaddou - Casablanca
Centre d’Etudes et de
Tél : 0522 584 491
Recherches des Industries FIMME
Fax : 0522 584 490
Métallurgiques, Mécaniques,
E-mail : cerimme@menara.ma
Electriques et Electroniques
Site  : http://www.cerimme.ma/
Adresse : Route bo 050 complexe des centres techniques sidi
CTPC
maarouf - CASABLANCA
Centre Technique de Plasturgie et FMP
Tél   : 0522580950 - 0522580977
de Caoutchouc
Fax : 0522580531
Adresse : Complexe des Centres Techniques Industriels Route
CETIEV BO50,Sidi Maârouf, Ouledhaddou Casablanca 20190, Maroc
Centre Techniques des Industries Tél : 0522 58 39 58 - 0522 58 02 83
AMICA
des Equipements pour Véhicules Fax : 0522 97 30 58
E-Mail  : info@cetiev.ma
Site web: http://www.cetiev.ma/

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

50
Adresse : Complexe des Centre Techniques, Bat D, Rte Bo 50,
CTTH Sidi Maârouf 20280 CASABLANCA
Centre Technique du Textile et de AMITH Tél  : 05 22 97 39 95 - 05 22 97 56 93
l’Habillement 05 22 97 34 72
Fax : 05 22 97 34 71
Adresse : Complexe des Centres Techniques
CMTC Route BO 50 Sidi Maârouf Casablanca - Maroc
Centre Marocain des Techniques FEDIC Tél : 05 22 58 25 25
du Cuir Fax  : 05 22 58 04 33
Site  : http://www.cmtc.ma/
Adresse : Complexe des centres techniques (Bât E) Route BO
CETIA 50, BP 54, OuledHaddou Sidi Maârouf – Casablanca
Centre Technique des Industries FENAGRI Tél : 05 22 58 04 29
Agroalimentaires Fax : 05 22 99 63 58
Site  : http://www.cetia.ma/
Adresse : Route BO 50 - OuladHadou, Sidi Maârouf - B.P. : 31,
20190 – Casablanca
CETEMCO
Tél : 05 22 32 10 78 - 0522 33 58 94
Centre des Techniques et FMC
Fax : 0522 32 10 84
Matériaux de Construction
E-mail : cetemco@cetemco.ma
Site  : http://www.cetemco.ma/
Adresse : Complexe des centres Techniques - Sidi Maârouf -
Casablanca - 20550
CTIBA
Tél  : 05 22 58 23 80
Centre Technique des Industries ------
Fax : 05 22 58 19 33
du Bois et de l’Ameublement
E-mail : info@ctiba.org
Site web : http://www.ctiba.org/
CETIC
Adresse : Route de Nouasseur - r.s. 114 ang. ct 1029, 1°ét. n°
Centre marocain des
137 Technopark20150 Casablanca, Maroc
Technologies de l’Information et APEBI
Tél : 05 22 52 15 52
de la Communication pour les
Fax : 05 22 52 15 52
Entreprises

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

51
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

B. « GIAC»: Groupement Interprofessionnel d’Aide au Conseil

Objet :
Dans le cadre du développement de la Formation en Cours d’Emploi, les pouvoirs publics ont mis en place, en 1996/97
et régis par le Dahir n°1-58-376 du joumada I 1378 ( 15 novembre 1958) réglementant le droit d’association, ayant
pour titre : Groupement Interprofessionnel d’Aide au Conseil, « GIAC », un mécanisme qui vise l’émergence de la
demande des entreprises en formation en cours d’emploi.
Les actions menées par les GIAC visent d’une part à inciter les entreprises à intégrer la formation en cours d’emploi en
tant que facteur déterminant de leur compétitivité et, d’autre part, à renforcer les moyens nécessaires à l’identification
et à l’expression d’une demande de formation en cours d’emploi qui répond aux objectifs de développement de ces
entreprises.
Elles s’adressent d’une manière prioritaire aux entreprises et aux associations ayant un projet de développement et
notamment aux PME/PMI.

Les actions conduites par les GIAC pour l’identification et l’expression de la demande en compétences et en formation
des entreprises sont définies à l’article 7 ter du décret susvisé.
Ces actions portent sur :
1- L’information et la sensibilisation à la formation en cours d’emploi au profit des organisations, des
chambres professionnelles et des entreprises, en particulier des petites et moyennes entreprises ;
2- Les études et le conseil pour la définition d’une stratégie de développement des entreprises et des
branches professionnelles et des besoins en formation en cours d’emploi qui en découlent ;
3- L’ingénierie des plans de formation en cours d’emploi, qui comprend le diagnostic des besoins en formation
et l’élaboration des plans de formation qui en découlent.

Critères d’éligibilité : 
Sont éligibles à l’assistance financière du GIAC les entreprises et associations :
• Etre adhérent au GIAC de votre secteur
• Etre assujetties à la Taxe de la Formation Professionnelle et présentant une attestation d’éligibilité au
CSF justifiant qu’elles sont en situation régulière au titre de cette taxe.
• Opérant dans les secteurs d’activité couverts par les associations et fédérations professionnelles membres
de droit du GIAC

Les actions finançables par les GIAC :


1 - Les études d’analyse stratégique (DS) comprenant :
• La détermination d’une stratégie de développement à moyen terme ;
• La détermination des moyens opérationnels nécessaires à sa réalisation ;
• L’identification des besoins en compétences qui en découlent.

2 - Les études d’ingénierie de formation en cours d’emploi (IF) comprenant :


• L’identification des besoins en formation ;
• L’élaboration des plans de formation qui en découlent.

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

52
IMPORTANT :

1- Les Actions de Formation Planifiée (FP) :


Les actions planifiées sont celles inscrites dans un Plan de Formation annuel découlant nécessairement d’une étude
d’ingénierie de formation.

2- Les Actions de Formation Non Planifiée (FNP) :


Il s’agit d’actions de formation ayant un caractère conjoncturel et réalisées hors du cadre d’un Plan de Formation.

Taux de Remboursement :
Le remboursement par le GIAC des actions réalisées au profit des entreprises est de :
• 70% du coût total HT pour les études de diagnostic stratégique.
• 70% du coût total HT pour les études d’ingénierie de formation, porté à 80% si elles sont consécutives à
une étude de diagnostic stratégique validée par le GIAC.
• 100% du coût total HT pour les études d’ingénieries sectorielles.
• Dans tous les cas, le montant du remboursement ne pourra dépasser 100.000 DH par entreprise et par
étude.
• Les études de diagnostic stratégique peuvent être financées une fois tous les 2 ans.
• Les études d’ingénierie de formation peuvent être financées une fois par an.

Procédures :
1er Phase :
• Entrer en contact avec le GIAC de votre secteur pour présenter sa demande de financement ou de validation
(DS et / ou IF) et connaitre les documents à fournir.
• Adhérer au GIAC en réglant le montant de cotisation annuelle
• Choisir un cabinet de conseil pour mener l’étude.
• L’entreprise devra avec l’aide de la direction du GIAC, si elle le souhaite, établir un cahier de charge qui
précisera les présentations à demander au Cabinet de Conseil ainsi que le cout de l’étude.

2eme Phase :
1. Documents à fournir :
• Attestation d’accès aux CSF ou copie certifiée conforme à l’originale, valable pour l’année en cours ;
• Bulletin d’adhésion ;
• Fiche de renseignent sur l’entreprise ;
• Fiche de renseignement de l’étude (diagnostique ou ingénierie de formation) ;
• Déclaration sur l’honneur pour l’étude, sur papier entête de l’entreprise, portant la signature légalisée de
la personne habilitée ;
• Attestation certifiant la réalisation des actions de formation pour les entreprises ayant déjà bénéficié d’un
financement GIAC antérieur (modèle 6 du manuel de procédures portant le cachet de l’UG-CSF) ;
• Attestation d’accès aux CSF de l’organisme de conseil valable pour l’année en cours (ou attestation
d’éligibilité) ;
• Pouvoir des signataires (copie certifiée conforme à l’original des statuts ou procès-verbal de l’assemblée).

2. L’avant-projet :
• Proposition d’intervention de l’organisme de conseil pour la réalisation de l’étude peut contenir :
- la présentation de l’entreprise ;
- la présentation du cabinet-conseil et ses références professionnelles ainsi que les Curriculums
Vitæ des intervenants ;
- la nature du projet de développement et le détail de l’expertise envisagée
- les objectifs et résultats attendus de l’intervention … ;
- la durée prévisionnelle de l’intervention et son coût justifié (planning de l’intervention) ;

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

53
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

- Selon le manuel de procédures le membre adhérent doit informer le GIAC, de la date du début de
l’étude, 24 heures à l’avance.
• Facture pro-forma.
Frais de dossier : (voir avec le GIAC de votre secteur)

Phase de remboursement :
Documents à déposer auprès du GIAC :
• Rapport de l’étude stratégique ou / et d’ingénierie de formation en trois exemplaire et une version
électronique sur CD.
• Facture du cabinet de conseil, cachetée et contre signée par l’entreprise, indiquant le nom, le prénom et la
qualité du signataire avec la mention copie conforme à l’original.
• Copie du chèque ou de l’ordre de virement cacheté par l’entreprise et contre signé par le cabinet conseil
indiquant le nom, prénom et la qualité du signataire avec la mention copie conforme à l’original.
• Copie du relevé bancaire du conseil faisant apparaitre le montant de la facture cachetée et signée indiquant
le nom, le prénom et la qualité du signataire avec le mention copie conforme à l’original.

Les GIAC existant par secteur :

GIAC
1 GIAC Agroalimentaire
2 GIAC BTP
3 GIAC Hôtellerie et Tourisme
4 GIAC Industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques
5 GIAC pêches maritimes
6 GIAC technologies
7 GIAC Tertiaire
8 GIAC textile et cuir
9 GIAC Transport et Logistique

Contact des Différentes GIAC :

1. GIAC Agroalimentaire
GIACAGRO
Adresse  : 710, 2ème étage, avenue AL QODS - AÏN CHOQ – Casablanca
Tél  : 0522 21 91 86
Fax : 0522 50 89 72
E-Mail : dg@giac-agro.ma
Site web : http://www.giac-agro.ma/

2. GIAC BTP
GIAC BTP
Adresse : 432, rue Mustapha El Mâani - 4ème Etage - Casablanca 20140 - Maroc
Tél : 0522 47 21 47
Fax : 0522 27 96 56
E-Mail : infos@giac-btp.com
Site web  : http://www.giac-btp.com/

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

54
3. GIAC Hôtellerie et Tourisme
GIAC Hôtellerie et Tourisme Maroc
Adresse : ISHR Avenue Nador, angle Rue 3, Polo – Casablanca
Tél : 0522 85 40 56
Fax : 0522 80 03 15
E-Mail : giacotel1@menara.ma
Site web  : http://www.giacoteltour.ma/

4. GIAC Industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques


GIAC1
Adresse : BdMokdadLahrizi – Hay Elhouda Ben Meski – Casablanca
Tél : 0522 55 36 25
Fax : 0522 55 45 55
E-Mail : info@giac1.org
Site web  : http://www.giac1.org/

5. GIAC technologies
GIAC Technologie
Adresse : 4, rue Abou Hicham Alhiani – Ex Bastille, Résid. Mervet 6em étage – Racine – Casablanca
Tél : 0522 36 45 92
Fax : 0522 95 17 27
E-Mail : giactechnologies@gmail.com; giactechnologies@yahoo.fr
Site web : http://www.giactechnologies.com/

6. GIAC Tertiaire
GIAC Tertiaire
Adresse : 23 bd Mohamed Abdou – Palmier - Casablanca
Tél : 0522 99 70 00
Fax : 0522 98 60 71
E-Mail  : Giac.tertiaire@gmail.com
Site  : http://www.giac-tertiaire.ma/

7. GIAC textile et cuir


L’AMITH
Adresse : Groupement interprofessionnels d’aide au conseil 92, avenue Moulay Rachid – Casablanca
Tél  : 0522 94 20 84/85/86
Fax  : 0522 94 05 87
E-Mail  : rchadili@amith.org.ma
Site web  : http://www.textile.ma/

8. GIAC Transport et Logistique


FNTR
Adresse : Angle Rues Bapaume et Provins Immeuble Azraquia 1er étage Casablanca
Tel  : 0522 45 08 39
Fax  : 0522 44 96 10
E-Mail  : contact@fntr.ma
Site web  : http://www.fntr.ma/giac.php

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

55
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

C. « CSF » : Contrat Spéciaux de Formation 


Présentation des CSF :
Les pouvoirs publics ont mis en place un système de financement de la formation en cours d’emploi (formation
continue) pour l’amélioration continue des compétences des salariés. Ce financement est concrétisé, au terme d’une
procédure définie, dans un instrument, le contrat spécial de formation, (CSF) conclu entre l’OFPPT d’une part et
l’entreprise bénéficiaire d’autre part.
La formation en cours d’emploi a pour objet de développer la qualification et les compétences des salariés pour
favoriser la compétitivité des entreprises, permettre à leurs employés de faire face aux évolutions du marché du
travail et faciliter leur promotion professionnelle.
La formation continue comprend l’ensemble des actions de formation concernant les salariés et englobe toutes les
formations permettant l’acquisition ou l’amélioration des compétences professionnelles.
Le système des CSF est financé sur une fraction du produit de la Taxe de Formation Professionnelle (TFP). L’exercice
retenu pour le budget alloué aux CSF et les comptes y afférents commence le 1er janvier de l’année et se termine le
31 décembre de la même année.

1. Attestation d’éligibilité :

Eligibilité aux CSF :


Peuvent bénéficier du système des CSF les employeurs assujettis à la taxe de formation professionnelle (TFP) et
en situation régulière vis à vis de la CNSS au titre de cette taxe pour « l’Année TFP ». Sont assujettis à la TFP
conformément à l’article 2bis du Décret n° 2-73-633 du 29 rabiaa II 1394 (22 mai 1974) tel que complété et modifié :
• Les établissements industriels et commerciaux et leurs dépendances ;
• Les employeurs exerçant une profession libérale ou occupant des travailleurs à domicile ;
• Les coopératives ;
• Les sociétés civiles ;
• Les notaires, courtiers, commissionnaires, représentants ou agents d’assurance ;
• Les syndicats, associations et groupement de quelque nature que ce soit ;
• Les personnes faisant acte d’entreprise ;
• Les établissements publics dont la liste est présentée en annexe 1.

« L’Année TFP » est définie comme étant l’année s’étalant entre le 1er juillet de l’Année N-2 et le 30 juin de l’Année
N-1.
La vérification de l’éligibilité des entreprises est faite par l’OFPPT sur la base des données mises à jour mensuellement
qui lui sont fournies par la CNSS, dans le cadre d’une convention entre les deux organismes.

Objet de la procédure :
La procédure de demande d’accès au système des CSF aboutit à l’établissement d’une Attestation d’Accès de
l’entreprise demanderesse au système des CSF. Cette attestation indique que l’entreprise est éligible. Cette
Attestation est valable pour les Actions de Diagnostic et d’Ingénierie, financées par les GIAC, ainsi que pour toutes
les Demandes de Financement Individuelles déposées au cours de l’exercice N. La demande d’accès au système des
CSF au titre de l’exercice N peut être déposée à partir du mois d’octobre N-1.

Étapes de la procédure4 :
Dépôt du Dossier Administratif : Le Dossier Administratif est constitué des éléments suivants :
Éléments constitutifs du Dossier Administratif :
• 1 Une fiche d’identification de l’entreprise dûment remplie et portant la signature légalisée du signataire
habilité ;
(4) Les procédures mis en place pour bénéficier des CSF vont être simplifiées par les autorités compétentes, nous mettrons a jours les informations concernant les CSF dans notre prochaine édition

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

56
• 2 Le modèle J de l’extrait du registre de commerce de l’entreprise datant de moins d’un (1) mois ;
• 3 Pièce justifiant l’habilitation des pouvoirs du signataire du contrat (original ou copie certifiée conforme) ;
• 4 Une attestation d’Identité Bancaire de l’entreprise (original ou copie certifiée conforme) comportant
l’identification du compte en 24 chiffres.

Les entreprises ont la possibilité de vérifier leur propre éligibilité sur le Portail CSF avant de procéder au dépôt du
Dossier Administratif.
Le Dossier Administratif est déposé auprès de l’Unité de Gestion des CSF, couvrant le lieu d’affiliation à la CNSS de
l’entreprise demanderesse, qui l’inscrit dans un registre spécifique selon un système de numérotation chronologique.
Les pièces constituant le Dossier sont étudiées séance tenante ainsi que la vérification de l’éligibilité.
• Si le Dossier est incomplet, il est retourné avec mention de la ou des pièces faisant défaut
• Si le Dossier est complet, on passe à l’Étape 2

Établissement de l’Attestation d’Accès :


Pour chaque Dossier complet, il est procédé séance tenante à la vérification de l’éligibilité pour l’Année N. Une
Attestation d’Accès aux CSF est délivrée accompagnée d’un document donnant à titre indicatif le montant du plafond
de remboursement dont pourrait bénéficié l’entreprise.
Cette Attestation est valable pour les Actions de Diagnostic et d’Ingénierie, financées par les GIAC, ainsi que pour
toutes les Demandes de Financement Individuelles déposées au cours de l’exercice N.

2. Demandes de financement des actions de formation :

Objet de la procédure :
La procédure de demande de financement au titre des FP, des FNP et des Alpha aboutit à l’établissement d’un
contrat spécial de formation entre l’entreprise et l’Unité de Gestion des CSF territorialement compétente qui fixe les
obligations réciproques des deux parties. Ce contrat est établi après traitement par les Unités de Gestion des CSF
d’un Dossier Technique déposé par l’entreprise.
Les Demandes de Financement des Actions d’Ingénieries de Formation sont traités par les GIAC concernés.

Étapes de la procédure :
Les entreprises doivent vérifier l’éligibilité des organismes de formation sur le portail des CSF avant même de
constituer le Dossier Technique.

Dépôt et vérification du dossier technique : selon les types de l’action, le dossier technique est consti-
tué des éléments suivants :
1. Formations Planifiées (FP) et plan du formation
Éléments constitutifs d’une Demande de Financement et du plan de formation :
• L’Attestation d’Approbation de l’Étude du Diagnostic Stratégique par le GIAC si elle existe ;
• Le Rapport de l’action d’ingénierie ayant abouti au Plan de Formation ;
• L’Attestation d’Approbation de l’Ingénierie par le GIAC.
• La fiche récapitulative des Actions de formation et des Organismes de Formation ;
• Les fiches d’identification des Actions telles que listées dans la fiche récapitulative ;
• Les fiches d’identification des Organismes de Formation tels que listés dans la fiche récapitulative ;

Les Demandes de Financement des Actions de Formations Planifiées sont soumises aux conditions suivantes:
• L’Organisme de Formation ayant effectué l’étude d’ingénierie ne peut réaliser au-delà de 25% du montant
global du plan ;
• Les demandes de financement relatives aux Actions Planifiées sont à déposer avant le trente (30) juin
(inclus) de l’Année N ;

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

57
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

• Elles ne peuvent commencer que dix (10) jours ouvrables au moins à compter de la date de réception de la
Demande de Financement ;
• Un Plan de Formation découlant d’une étude d’ingénierie non validée par le GIAC concerné est considéré
comme Actions de Formation non Planifiées.

2. Formations Non Planifiées (FNP) et Alphabétisation Fonctionnelle (Alpha)


Éléments constitutifs d’une Demande de Financement (FNP et Alpha)
• 1 La fiche récapitulative des Actions de formation et des Organismes de Formation.
• 2 Les fiches d’identification des Actions de formation telles que listées dans la fiche récapitulative.
• 3 Les fiches d’identification des Organismes de Formation tels que listés dans la fiche récapitulative.

Les Demandes de Financement des Actions de Formations Non Planifiées et des Actions d’Alphabétisation sont
soumises aux conditions suivantes :
• Les demandes de financement relatives aux Actions Non Planifiées ou d’Alphabétisation
Fonctionnelle sont à déposer avant le 30 (trente) novembre de l’Année N.
• Les Actions de Formations Non Planifiées ou d’Alphabétisation Fonctionnelle ne peuvent commencer que 5
(cinq) jours ouvrables au moins à compter de la date de réception de la demande de Financement ;
Le Dossier Technique est déposé auprès de l’Unité de Gestion des CSF, couvrant le lieu d’affiliation à la CNSS
de l’entreprise demanderesse, qui l’inscrit dans un registre spécifique selon un système de numérotation
chronologique.
• Si l’accès aux CSF n’est pas encore obtenu, l’Unité de Gestion invite l’entreprise à suivre la procédure P 1.0 ;
• Si l’accès est obtenu, l’Unité de Gestion procède à la vérification du Dossier Technique ;
• Si le Dossier est incomplet, il est retourné avec mention de la ou des pièces faisant défaut et / ou la liste
des organismes de formation non éligibles ;
• Si le Dossier est complet, un accusé de réception est délivré à l’entreprise.

Traitement de la demande de financement et établissement du contrat :


Unité de Gestion des CSF approuve les Demandes de Financement sur la base du Coût
Retenu pour chaque Action de Formation conformément :
• A la Nomenclature des Coûts arrêtée par le CRCSF concerné
• Aux taux de remboursements applicables
• Aux plafonds de remboursements arrêtés selon les critères du présent manuel

Chaque semaine, les demandes de financement approuvées sont consignées dans un Procès-verbal dressé et signé
par l’Unité de Gestion des CSF.
L’Unité de Gestion établit un Contrat Spécial de Formation (Modèle 2) signé par l’Unité de Gestion des CSF et adresse
une demande de retrait du contrat à l’entreprise
La période entre le dépôt du Dossier Technique et la demande de retrait du Contrat de Formation ne peut excéder
une durée de deux (2) mois.
L’entreprise est tenue de retourner le contrat portant signature légalisée de la personne habilitée et cachet de
l’entreprise au plus tard le 31 décembre de l’Année N.
A défaut, le contrat n’est pas réceptionné et la demande de financement correspondante est automatiquement
annulée.
Les contrats de financement, dont le montant de la participation financière est inférieur ou égal à un million
(1 000 000) DHS, sont exempts du visa du contrôleur Financer.

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

58
NB : Annulation ou modification des données d’une demande de financement :
L’entreprise dispose, d’une manière exceptionnelle, de la possibilité d’annuler une action de formation ou de modifier
les données suivantes : les jours de réalisation, le lieu de réalisation, l’organisme de formation ou l’organisation
horaire.
L’annulation ou la modification doit obligatoirement être signalée par l’entreprise à l’Unité de
Gestion des CSF par un avis (Modèle 3) dans un délai d’au moins trois (3) jours ouvrables avant la date prévue pour
le démarrage de l’action.

3. Demandes de Remboursement des Actions de Formation

Objet de la procédure :
La procédure de demande de remboursement au titre des FP, des FNP et des Alpha aboutit à l’établissement d’un
ordre de virement au profit de l’entreprise. Cet ordre de virement est établi après traitement par les unités de gestion
des CSF du dossier de remboursement déposé par l’entreprise.
Les Demandes de remboursement des Actions d’Ingénieries de Formation sont traitées par les GIAC concernés.

Étapes de la procédure :
1. Dépôt et Vérification du Dossier Financier :
Les demandes de remboursements sont matérialisées par un Dossier Financier constitué des éléments suivants :

JUSTIFICATIFS DE REALISATION
Pour les formations réalisées par un organisme externe :
• Original de la facture signé et cacheté par l’organisme de formation avec la fonction et le nom complet du
signataire et cacheté par l’entreprise.
• La liste de présence, émargée par les bénéficiaires et portant les cachets de l’organisme de formation et
de l’entreprise
• Les Fiches d’évaluation des Actions de Formation réalisées renseignées par les bénéficiaires
• Une attestation certifiant la réalisation des actions présentées au remboursement
Pour les Formation réalisées à l’Étranger :
• Original de la facture (Modèle 3) signé et cacheté par l’organisme de formation avec la fonction et le nom
complet du signataire et cacheté par l’entreprise.
•L’attestation originale de présence signé et cacheté par l’organisme étranger de formation avec mention
de :
- L’identité des personnes bénéficiaires ;
- Le thème de l’action ;
- Les jours de réalisation des actions de formation.

Pour les Actions de Formation réalisées par les propres compétences internes de l’entreprise :

• La liste originale de présence émargée par les bénéficiaires, cacheté par l’entreprise et avec mention :
• Le thème de l’action ;
• Les jours de réalisation ;
• L’identité et signature de l’animateur de la formation.

JUSTIFICATIFS DE REGLEMENT SELON LE MODE DE PAIEMENT


• [Par chèque] Copie du Chèque servant au paiement et relevé de compte ou des écritures ou des opérations mettant
en évidence le débit du paiement
OU
• [Par virement] Copie de l’Ordre de Virement et avis de débit ou d’opérations ou d’écriture mettant en évidence le
débit du paiement
OU
• [Par effet de commerce] Copie de l’Effet de Commerce et de l’avis de débit

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

59
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

NB : (Ces copies doivent porter la mention « Conforme à l’Original » ainsi que le cachet de l’entreprise)
Le Dossier Financier est à déposer au plus tard le 30 avril de l’Année N+1 auprès de l’Unité de Gestion où la Demande
de Financement (Dossier Technique) a été déposée et qui l’inscrit dans un registre spécifique selon un système de
numérotation chronologique.
• Si le Dossier est incomplet ou non conforme, il est retourné, séance tenante, avec mention de la ou des pièces
faisant défaut
• Si le dossier est complet, un accusé de réception est délivré à l’entreprise 5- Promoteurs ImmobiliersExonération Le
montant des versements et des intérêts y afférents soient intégralement conservés pour une période égale au moins
à 3 ans à compter de la date de l’ouverture du plan ;• Elles ne peuvent commencer que dix (10) jours ouvrables au
moins à compter de la date de réception de la Demande de Financement ;
• Un Plan de Formation découlant d’une étude d’ingénierie non validée par le GIAC concerné est considéré comme
Actions de Formation non Planifiées.

2. Formations Non Planifiées (FNP) et Alphabétisation Fonctionnelle (Alpha)


Éléments constitutifs d’une Demande de Financement (FNP et Alpha) :
• 1 La fiche récapitulative des Actions de formation et des Organismes de Formation.
• 2 Les fiches d’identification des Actions de formation telles que listées dans la fiche récapitulative.
• 3 Les fiches d’identification des Organismes de Formation tels que listés dans la fiche récapitulative.
Les Demandes de Financement des Actions de Formations Non Planifiées et des Actions d’Alphabétisation sont
soumises aux conditions suivantes :
• Les demandes de financement relatives aux Actions Non Planifiées ou d’Alphabétisation
Fonctionnelle sont à déposer avant le 30 (trente) novembre de l’Année N.
• Les Actions de Formations Non Planifiées ou d’Alphabétisation Fonctionnelle ne peuvent commencer que 5
(cinq) jours ouvrables au moins à compter de la date de réception de la demande de Financement ;
Le Dossier Technique est déposé auprès de l’Unité de Gestion des CSF, couvrant le lieu d’affiliation à la CNSS
de l’entreprise demanderesse, qui l’inscrit dans un registre spécifique selon un système de numérotation
chronologique.
• Si l’accès aux CSF n’est pas encore obtenu, l’Unité de Gestion invite l’entreprise à suivre la procédure P
1.0 ;
• Si l’accès est obtenu, l’Unité de Gestion procède à la vérification du Dossier Technique ;
• Si le Dossier est incomplet, il est retourné avec mention de la ou des pièces faisant défaut et / ou la liste
des organismes de formation non éligibles ;
• Si le Dossier est complet, un accusé de réception est délivré à l’entreprise.

Traitement de la demande de financement et établissement du contrat :


Unité de Gestion des CSF approuve les Demandes de Financement sur la base du Coût Retenu pour chaque Action
de Formation conformément :

• A la Nomenclature des Coûts arrêtée par le CRCSF concerné


• Aux taux de remboursements applicables
• Aux plafonds de remboursements arrêtés selon les critères du présent manuel
- Chaque semaine, les demandes de financement approuvées sont consignées dans un Procès-verbal dressé et signé
par l’Unité de Gestion des CSF.
- L’Unité de Gestion établit un Contrat Spécial de Formation (Modèle 2) signé par l’Unité de Gestion des CSF et
adresse une demande de retrait du contrat à l’entreprise
- La période entre le dépôt du Dossier Technique et la demande de retrait du Contrat de Formation ne peut excéder
une durée de deux (2) mois.
- L’entreprise est tenue de retourner le contrat portant signature légalisée de la personne habilitée et cachet de
l’entreprise au plus tard le 31 décembre de l’Année N. A défaut, le contrat n’est pas réceptionné et la demande de
financement correspondante est automatiquement annulée.
- Les contrats de financement, dont le montant de la participation financière est inférieur ou égal à un million
(1 000 000) DHS, sont exempts du visa du contrôleur Financer.
F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

60
NB : Annulation ou modification des données d’une demande de financement :
L’entreprise dispose, d’une manière exceptionnelle, de la possibilité d’annuler une action de formation ou de modifier
les données suivantes : les jours de réalisation, le lieu de réalisation, l’organisme de formation ou l’organisation
horaire.
L’annulation ou la modification doit obligatoirement être signalée par l’entreprise à l’Unité de
Gestion des CSF par un avis (Modèle 3) dans un délai d’au moins trois (3) jours ouvrables avant la date prévue pour
le démarrage de l’action.

4. Demandes de Remboursement des Actions de Formation

Objet de la procédure :
La procédure de demande de remboursement au titre des FP, des FNP et des Alpha aboutit à l’établissement d’un
ordre de virement au profit de l’entreprise. Cet ordre de virement est établi après traitement par les unités de gestion
des CSF du dossier de remboursement déposé par l’entreprise.
Les Demandes de remboursement des Actions d’Ingénieries de Formation sont traitées par les GIAC concernés.

Étapes de la procédure :
1. Dépôt et Vérification du Dossier Financier :
Les demandes de remboursements sont matérialisées par un Dossier Financier constitué des éléments suivants :

JUSTIFICATIFS DE REALISATION
Pour les formations réalisées par un organisme externe :
• Original de la facture signé et cacheté par l’organisme de formation avec la fonction et le nom complet du
signataire et cacheté par l’entreprise.
• La liste de présence, émargée par les bénéficiaires et portant les cachets de l’organisme de formation et
de l’entreprise
• Les Fiches d’évaluation des Actions de Formation réalisées renseignées par les bénéficiaires
• Une attestation certifiant la réalisation des actions présentées au remboursement
Pour les Formation réalisées à l’Étranger :
• Original de la facture (Modèle 3) signé et cacheté par l’organisme de formation avec la fonction et le nom
complet du signataire et cacheté par l’entreprise.
•L’attestation originale de présence signé et cacheté par l’organisme étranger de formation avec mention
de :
- L’identité des personnes bénéficiaires ;
- Le thème de l’action ;
- Les jours de réalisation des actions de formation.

Pour les Actions de Formation réalisées par les propres compétences internes de l’entreprise :

• La liste originale de présence émargée par les bénéficiaires, cacheté par l’entreprise et avec mention :
• Le thème de l’action ;
• Les jours de réalisation ;
• L’identité et signature de l’animateur de la formation.

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

61
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

JUSTIFICATIFS DE REGLEMENT SELON LE MODE DE PAIEMENT


• [Par chèque] Copie du Chèque servant au paiement et relevé de compte ou des écritures ou des opérations mettant
en évidence le débit du paiement
OU
• [Par virement] Copie de l’Ordre de Virement et avis de débit ou d’opérations ou d’écriture mettant en évidence le
débit du paiement
OU
• [Par effet de commerce] Copie de l’Effet de Commerce et de l’avis de débit.

NB: (Ces copies doivent porter la mention « Conforme à l’Original » ainsi que le cachet de l’entreprise)
Le Dossier Financier est à déposer au plus tard le 30 avril de l’Année N+1 auprès de l’Unité de Gestion où la Demande
de Financement (Dossier Technique) a été déposée et qui l’inscrit dans un registre spécifique selon un système de
numérotation chronologique.

• Si le Dossier est incomplet ou non conforme, il est retourné, séance tenante, avec mention de la ou des pièces
faisant défaut
• Si le dossier est complet, un accusé de réception est délivré à l’entreprise

Traitement de la demande de remboursement et Établissement de l’ordre de virement


L’Unité de Gestion traite la demande de financement et établit pour chaque entreprise concernée un ordre de virement
correspondant aux contrats et aux avis de modifications acceptés.

Le montant des remboursements relatif aux formations planifiées réalisées en interne ne dépassera pas 30% de la
participation financière globale accordée.

L’ordre de virement est adressé à l’entreprise concernée accompagné d’une liste détaillée des actions remboursées.
L’Unité de Gestion, informe les entreprises de la cause du rejet de financement des actions réalisées et présentées
pour remboursement.

La période entre le dépôt des demandes de remboursement et l’envoi de l’ordre de virement ne peut excéder une
durée de deux (2) mois.

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

62
FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

63
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

2. SOUTIEN A L’INNOVATION DU CMI : Centre Marocain de l’Innovation :

A. « PTR » : PRESTATION TECHNOLOGIQUE RESEAU

Descriptif :
L’instrument « PTR » est destiné aux projets d’appui à l’innovation et au développement technologique portés par des
entreprises, consortia ou groupements d’entreprises, et couvre les dépenses afférentes aux prestations éligibles à
hauteur de 75% et ce dans la limite de 100 000 dirhams TTC.

Cible :
• Entreprises ou consortiums ou groupements constitués d’entreprises éligibles relevant des secteurs de l’industriel,
des TIC ou des technologies avancées.

Critères d’éligibilité :
• PME de droit marocain avec une situation financière saine, fiscalement domiciliée au Maroc, ayant au minimum
deux années d’existence qui s’engage à payer sa quote-part et un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 75 millions
de Dhs.
• Coopérative ayant au minimum deux années d’existence détenant une comptabilité régulière conformément à la
réglementation en vigueur.
• Sont exclues les PME de droit marocain intervenant dans le domaine du conseil, de l’assistance ou le transfert de
technologie.

Quotité de financement :
•Couverture des dépenses afférentes aux prestations éligibles à hauteur de 75% et ce dans la limite d’un plafond
de 100.000 Dhs

Dépenses couvertes :
Coûts des prestations d’expertises liées à :
• Un diagnostic technologique visant l’émergence/formulation de besoins en prestations technologique/
d’innovation, dans la limite de 36 000 Dhs ;
• Une collaboration à contenu technologique avec un centre de compétences tiers, s’inscrivant dans un
programme d’innovation ou de développement de produit ou procédé nouveaux ou fortement améliorés ;
• La preuve du concept ou l’étude de faisabilité et de validation technico-économique du projet ;
• La rédaction de brevet.

Sont exclues les prestations à caractère réglementaire, études d’organisation ou d’investissement non liés à
une évolution technologique, diagnostics qualité, sécurité, informatisation, études collectives non spécifiques à
l’entreprise. Aucune acquisition de matériel ou d’équipement de production n’est financée.

Procédure :
• Un avis d’appel à projet est lancé auprès des entreprises relevant du secteur industriel, des TIC ou des technologies
avancées ;
• Un seul appel à projet sera lancé par an, il restera ouvert durant toute l’année ;
• L’examen et l’évaluation des projets sont assurés par le Centre Marocain de l’Innovation et les décisions
d’attribution sont émises par le comité d’évaluation et d’attribution ;
• Une convention de mise en œuvre, fixant les conditions et les modalités d’attribution, est conclue entre le
Ministère de l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies, l’entreprise bénéficiaire, le centre Marocain
de l’Innovation et l’ANPME. Un autre contrat de prestation de service est conclu entre l’entreprise bénéficiaire et le
prestataire.

Le règlement d’appels à projets et cahier des charges téléchargeable sur : www.cmi.net.ma

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

64
B. INTILAK
Descriptif :
L’instrument « INTILAK » est destiné aux startups innovantes ayant moins de deux ans d’activité en phase de
démarrage, porteuses d’un projet d’innovation ou d’un projet de valorisation R&D, et finance 90% des dépenses du
projet, dans la limite d’un million de dirhams TTC.

Cible :
Startup à fort potentiel de développement porteuse de projet de valorisation des résultats de recherche et projets
innovants, orientées marché, et exerçant dans le secteur industriel, des TIC ou des technologies avancées.

Critères d’éligibilité :
Entreprise de droit marocain, majoritairement détenue par des personnes physiques, ayant au maximum deux années
d’activité au moment du dépôt de la demande et porteuse d’un projet innovant et à fort potentiel de développement.

Quotité de financement :
Couverture à hauteur de 90% des dépenses liées au projet de développement dans la phase post création, dans la
limite de 1 million de Dhs.

Dépenses couvertes :
• Salaires de nouvelles recrues affectées aux projets de développement technologique et d’innovation, dans la
double limite d’un brut mensuel de 10.000 Dhs par profil et de 600.000 Dhs au titre du montant global des salaires
et charges sociales y afférentes 
• Dépenses liées à l’acquisition ou la location du matériel et des biens d’équipement ou à l’achat de licences de
brevets pour le projet financé. Sont exclues les licences d’utilisation de logiciels 
• Coûts des prestations d’expertises (études de faisabilité, business plan, conception, prototypage et procédés
industriels, plan marketing, rédaction et protection du brevet)
• Frais de location plafonnés à 50 Dhs/m² et 1.8% du montant de la subvention allouée pour l’espace bureau et à
200.000 Dhs pour l’espace industriel

Procédure :
• Un avis d’appel à projet est lancé auprès des entreprises relevant du secteur industriel, des TIC ou des technologies
avancées
• L’examen et l’évaluation des projets sont assurés par le Centre Marocain de l’Innovation et les décisions
d’attribution sont émises par le comité d’évaluation et d’attribution
• La subvention est remboursable à taux 0 selon un échéancier à convenir en cas de succès du projet soutenu après
cinq ans de la signature de la convention d’attribution
• Une convention fixant les conditions et les modalités d’attribution des subventions est conclue entre le Ministère de
l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies, le Centre Marocain de l’Innovation, l’ANPME et l’entreprise
bénéficiaire

Le règlement d’appels à projets et cahier des charges téléchargeable sur : www.cmi.net.ma

FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

65
IV. APPUI A L’INGENIERIE DE FORMATION ET
SOUTIEN A L’INNOVATION

C. TATWIR
Descriptif:
L’instrument « TATWIR » est destiné aux entreprises ayant plus de deux années d’existence, dédié aux projets de
R&D portés par une entreprise ou un groupement d’entreprises agissant dans le cadre d’un cluster en phase de
développement ou un consortium d’entreprise(s) et organisme(s) de recherche et finance 50% des dépenses du projet,
dans la limite de 4 millions de dirhams TTC.

Cible:
Entreprises porteuses d’un projet innovant de recherche et développement exerçant dans le secteur industriel, des
TIC ou des technologies avancées et les consortiums ou groupement d’entreprises éligible agissant dans le cadre
d’un cluster.

Critères d’éligibilité :
• Toute entreprise de droit marocain, fiscalement domiciliée au Maroc et ayant deux années d’existence qui s’engage
à financer 25% du projet en fonds propres. L’entreprise est éligible, une seconde fois, après remboursement des fonds
dont elle a bénéficié.
• Les projets collaboratifs portés par des entreprises qui respectent les critères susmentionnés et présentant des
accords juridiques qui organisent la collaboration et désignent le chef de file qui assure la gestion et la coordination
du projet.

Quotité de financement :
• 50% des dépenses engagées dans le cadre d’un projet de développement de R&D, dans la limite de
4 millions de Dhs.

Dépenses couvertes :
• Prestations relatives à la conduite d’études de faisabilité et de validation de la preuve de concept, l’élaboration du
business plan, la conception, le prototypage et les procédés industriels, l’élaboration et l’exécution de plan marketing
dans la double limite de 25% du plafond de la subvention.
• Dépenses liées à la propriété industrielle dans la limite de 1 million de Dhs.
• Dépenses du personnel technique nouvellement recruté (ingénieurs, chercheurs, techniciens) pour les besoins du
projet, dans la double limite d’un salaire mensuel brut de 10.000 Dhs par profil et 750.000 Dhs au titre du montant
global des salaires et charges sociales y afférentes.
• Acquisition ou location du matériel et biens d’équipements et achats de licences et brevets nécessaires pour la
conduite du projet. Sont exclues les licences d’utilisation et d’exploitation des logiciels.

Procédure:
• Un avis d’appel à projet est lancé auprès des entreprises relevant du secteur industriel, des TIC ou des technologies
avancées.
• L’examen et l’évaluation des projets sont assurés par le Centre Marocain de l’Innovation et les décisions
d’attribution sont émises par le comité d’évaluation et d’attribution.
• La subvention est remboursable à taux 0 selon un échéancier à convenir en cas de succès du projet soutenu après
cinq ans de la signature de la convention d’attribution.
• Une convention fixant les conditions et les modalités d’attribution des subventions est conclue entre le Ministère de
l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies, le Centre Marocain de l’Innovation, l’ANPME et l’entreprise
bénéficiaire.
Le règlement d’appels à projets et cahier des charges téléchargeable sur : www.cmi.net.ma

Contact pour tous les programmes du CMI :


Centre Marocain de l’Innovation
Adresse  : Technopark Casablanca, Route de Nouaceur, Angle RS114 et CT1029
Tél : 0522 21 96 23
E-mail : contact@cmi.net.ma
Site web  : www.cmi.net.ma

F ONDS DE SOUTIE N A L’ I NNOVATI ON DU CM I

66
FONDS DE S OUT I E N A L’ I N N OVAT I ON DU C MI

67
LE DISPOSITIF
D’INCITATIONS FISCALES
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

1. AVANTAGES FISCAUX ACCORDES A CERTAINS SECTEURS D’ACTIVITES :

A. Secteur des exportations

1- Impôt sur le Revenu ou Impôt sur les Sociétés


Les entreprises exportatrices de produits ou de services, à l’exclusion des entreprises exportatrices des métaux de
récupération, qui réalisent dans l’année un chiffre d’affaires à l’exportation ainsi que celles qui vendent à d’autres
entreprises installées dans les plates-formes d’exportation, fixées par décret, des produits finis destinés à l’export
(sauf celles exerçant dans le secteur minier), bénéficient :
• d’une exonération totale pendant les cinq premières années, à compter de l’exercice au cours duquel la
première opération d’exportation ou la première opération de vente de produits finis ont été réalisées ;
• de l’application du taux réduit de 17.5% au titre de l’impôt sur les sociétés et de 20% au titre de l’impôt
sur le revenu au-delà de cette période.

Toutefois, l’exonération et l’imposition au taux réduit précitées ne sont acquises aux entreprises de services que pour
le chiffre d’affaires à l’exportation réalisé en devises.
NB : Les sociétés exportatrices peuvent bénéficier de l’application du taux de 10% au titre de l’impôt sur les sociétés
si elles réalisent un bénéfice fiscal égal ou inférieur à trois cent mille dirhams (300 000) (L.F.2013).

2- Taxe sur la Valeur Ajoutée


• Exonération des produits livrés et des services rendus à l’exportation ainsi que les marchandises ou objets placés
sous le régime suspensif en douane;
• Achat en suspension de la taxe sur la valeur ajoutée à l’intérieur des marchandises, des matières premières,
des emballages irrécupérables et des services nécessaires à la réalisation de ces opérations effectuées par les
entreprises exportatrices de produits ;
• Achat en suspension de la taxe sur la valeur ajoutée à l’intérieur des produits et services nécessaires à la réalisation
des opérations  effectuées par les entreprises exportatrices de services. (La suspension de TVA est accordée dans la
limite du chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise au cours de l’année écoulée.)
• Remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé les acquisitions des biens nécessaires aux opérations
d’exportation.

B. Secteur du transport

• Les opérations de transport international et les prestations de services qui leur sont liées ainsi que les opérations
de réparation, d’entretien, de maintenance, de transformation, d’affrètement et de location portant sur les différents
moyens de transport international sont exonérées de la taxe sur la valeur ajoutée avec droit à déduction.
• Les opérations de transport de voyageurs et de marchandises bénéficient de l’application du taux réduit de TVA
de 14%.
• Est déduite la taxe sur la valeur ajoutée payée au titre de l’achat du gasoil utilisé par les véhicules affectés :
- Aux entreprises de transport public routier de voyageurs et de marchandises ;
- Au transport ferroviaire des personnes et des marchandises ;
- Aux entrepreneurs exerçant d’autres activités soumises à la taxe sur la valeur ajoutée et effectuant le
transport de marchandises pour leur compte et par leurs propres moyens.
• Est déduite la taxe sur la valeur ajoutée payée au titre de l’achat du gasoil et kérosène utilisés pour les besoins
du transport aérien.
• Les autocars, les camions et les biens d’équipement y afférent à inscrire dans un compte d’immobilisation,
acquis par les entreprises de transport international routier sont exonérés avec droit à déduction. Cette exonération
s’applique aux biens acquis pendant 24 mois à partir du début d’activité.
• Les véhicules neufs acquis par les personnes physiques et destinés exclusivement à être exploités en tant que
voiture de location (taxi) sont exonérés avec droit à déduction.

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

70
C. Secteur minier

• Les entreprises minières exportatrices bénéficient de l’application du taux réduit de 17.5% au titre de l’impôt sur
les sociétés et de 20% au titre de l’impôt sur le revenu à compter de l’exercice au cours duquel la première opération
d’exportation a été réalisée.
• Bénéficient également de l’imposition au taux réduit, les entreprises minières qui vendent leurs produits à des
entreprises qui les exportent après leur valorisation.

D. Secteur de l’artisanat

Les entreprises artisanales dont la production est le résultat d’un travail essentiellement manuel, bénéficient de
l’application du taux réduit de 17.5% au titre de l’impôt sur les sociétés et de 20% au titre de l’impôt sur le revenu
pendant les cinq premiers exercices consécutifs suivant la date du début de leur exploitation.

E. Secteur de l’enseignement prive et de la formation professionnelle

1- Impôt sur le Revenu ou Impôt sur les Sociétés


Les établissements d’enseignement privé ou de formation professionnelle bénéficient de l’application du taux réduit
de 17.5% au titre de l’impôt sur les sociétés et de 20% au titre de l’impôt sur le revenu pendant les 5 premiers
exercices consécutifs suivant la date du début de leur exploitation.

2- Taxe sur la Valeur Ajoutée


Exonérations :
• Des biens d’équipement acquis et inscrits dans un compte d’immobilisation par les établissements privés
d’enseignement ou de formation professionnelle, à l’exclusion des véhicules automobiles autres que ceux réservés
au transport scolaire collectif et aménagés spécialement à cet effet. Cette exonération s’applique aux biens acquis
pendant une durée de 24 mois à partir du début d’activité ;
• Des biens d’équipement, outillages et matériels acquis par les diplômés de la formation professionnelle pendant
une durée de 24 mois à partir du début d’activité  ;
• Des constructions de cités, résidences et campus universitaires réalisées par les promoteurs immobiliers pendant
une période maximum de trois (3) ans courant à compter de la date de l’autorisation de construire des ouvrages
constitués d’au moins cinquante (50) chambres, dont la capacité d’hébergement est au maximum de deux (2) lits par
chambre, dans le cadre d’une convention conclue avec l’Etat, assortie d’un cahier des charges ;
• Des intérêts de prêts accordés par les établissements de crédit et organismes assimilés aux étudiants de
l’enseignement privé ou de la formation professionnelle destinés à financer leurs études ;
• Des prestations de services afférentes à la restauration, au transport et aux loisirs scolaires fournis par les
établissements de l’enseignement privé au profit des élèves et des étudiants ;
• Des ventes portant sur les matériels éducatifs, scientifiques ou culturels importés en franchise des droits et taxes
applicables à l’importation conformément aux accords de l’UNESCO auxquels le Maroc a adhéré, pour le compte des
établissements utilisateurs.

3- Taxe Professionnelle et taxe de services communaux


Exonération totale permanente au titre de ces taxes, des établissements privés d’enseignement général ou de
formation professionnelle, pour les locaux affectés à l’instruction et au logement des élèves.

F. Activités sportives

• Les sociétés sportives constituées conformément aux dispositions de la loi n°30-09 relative à l’éducation physique
et aux sports bénéficient à compter de la date de publication de la loi de finances pour l’année 2012 de l’application
du taux réduit de 17,5% prévu en matière d’impôt sur les sociétés pendant les 5 premiers exercices consécutifs
suivant la date du début de leur exploitation ;

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

71
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

• Application d’un abattement de 40% pour la détermination du revenu net soumis à l’impôt sur le revenu au titre des
salaires versés aux sportifs professionnels. Toutefois, cet abattement n’est cumulable avec aucune autre déduction.

G. Secteur touristique

1- Impôt sur le Revenu ou Impôt sur les Sociétés


Les entreprises hôtelières ainsi que les sociétés de gestion des résidences immobilières de promotion touristique
bénéficient au titre de leurs établissements hôteliers, pour la partie de la base imposable correspondant à leur
chiffre d’affaires réalisé en devises dûment rapatriées directement par elles ou pour leur compte par l’intermédiaire
d’agences de voyages :
• De l’exonération totale de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu pendant une période de 5
ans consécutifs qui court à compter de l’exercice au cours duquel la première opération d’hébergement a été
réalisée en devises;
• De l’application du taux réduit de 17.5% au titre de l’impôt sur les sociétés et de 20% au titre de l’impôt
sur le revenu au-delà de cette période.

NB : Les sociétés hôtelières peuvent bénéficier de l’application du taux de 10% au titre de l’impôt sur les sociétés si
elles réalisent un bénéfice fiscal inférieur ou égal à trois cent mille (300 000) DH (L.F. 2013).

2- Taxe sur la Valeur Ajoutée


• Application du taux réduit de 10% avec droit à déduction aux opérations d’hébergement, de restauration, de
location d’hôtels et d’ensembles touristiques ;
• Les entreprises hôtelières ainsi que les sociétés de gestion des résidences immobilières de promotion touristique
bénéficient de l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée, pendant 24 mois à compter du début d’activité, des
biens d’équipement, matériel et outillage, acquis localement ou importés, à condition de les inscrire dans un compte
d’immobilisations et de les affecter à l’exploitation.

3- Taxe Professionnelle
La valeur locative servant de base au calcul de la taxe professionnelle applicable pour les établissements hôteliers est
déterminée par application au prix de revient des constructions, matériel, outillage, agencements et aménagements
de chaque établissement, des coefficients suivants fixés en fonction du coût global des éléments corporels de
l’établissement considéré, qu’il soit exploité par son propriétaire ou par le locataire :
• 2% lorsque le prix de revient est inférieur à 3 000 000 de dirhams ;
• 1,50% lorsque le prix de revient est égal ou supérieur à 3 000 000 et inférieur à 6 000 000 de dirhams ;
• 1,25% lorsque le prix de revient est égal ou supérieur à 6 000 000 et inférieur à 12 000 000 de dirhams ;
• 1% lorsque le prix de revient est égal ou supérieur à 12 000 000 de dirhams.

NB : Ces coefficients réduits ne sont cumulables avec aucune autre réduction de cette taxe.

H. Secteur de l’immobilier
1- Droits d’Enregistrement
• Exonération des actes d’hypothèque consentis en garantie du paiement de la taxe sur la valeur ajoutée versée
par l’Etat en matière de logement social, ainsi que la mainlevée délivrée par le receveur de l’administration fiscale ;
• Taux réduit de 1,50% suite à l’intégration de la taxe sur les actes et conventions (T.A.C) dans les droits
d’enregistrement aux donations de biens immeubles faites en ligne directe et entre époux, frères et sœurs ;
• Taux de 3% applicable aux premières ventes de logements sociaux ou de logements à faible valeur immobilière
acquis auprès des promoteurs immobiliers, personnes physiques ou morales ayant conclus une convention avec l’Etat
dans les conditions prévues par le code général des impôts ;

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

72
• Taux de 4% applicable à l’acquisition à titre onéreux, de terrains destinés à la réalisation d’opérations de
lotissement ou de construction de locaux à usage d’habitation, commercial, professionnel ou administratif dans un
délai maximum de 7 ans à compter de la date d’acquisition.

2- Impôt sur le Revenu / Catégorie Revenus et Profits Fonciers


Exonération totale :
• Du profit réalisé par les personnes physiques à l’occasion de la cession du logement social dont la superficie
couverte est comprise entre 50 et 80 m2 et le prix de cession n’excède pas 250 000 dirhams hors taxe sur la valeur
ajoutée, occupé par son propriétaire à titre d’habitation principale depuis au moins quatre (4) ans au jour de la
cession ;
• Du profit réalisé sur la cession d’un immeuble ou partie d’immeuble occupé à titre d’habitation principale
depuis au moins six ( 6) années au jour de la cession par son propriétaire ou par les membres des sociétés à objet
immobilier réputées fiscalement transparentes. Cette exonération est également accordée au terrain sur lequel est
édifiée la construction dans la limite de 5 fois la superficie couverte ;
• Du profit réalisé par toute personne qui effectue dans l’année civile, des cessions d’immeubles dont la valeur totale
n’excède pas 140 000 DH;
• Des cessions à titre gratuit portant sur les biens immeubles ou droits réels immobiliers effectuées entre ascendants
et descendants, entre époux, frères et sœurs.
• Le profit réalisé sur la cession de droits indivis d’immeubles agricoles, situés à l’extérieur des périmètres urbains
entre cohéritiers.
3- Taxe sur la Valeur Ajoutée
• Exonération pendant 24 mois à partir du début d’activité des entreprises immobilières de la T.V.A. à l’intérieur ou à
l’importation des biens d’équipement à inscrire dans un compte d’immobilisations;
• Exonération des opérations de crédit foncier et de crédit à la construction se rapportant au logement social dont
la superficie couverte est comprise entre 50 et 80 m2 et le prix de cession n’excède pas 250 000 dirhams hors taxe
sur la valeur ajoutée ;
• Exonération des opérations de cession de logements sociaux à usage d’habitation principale dont la superficie
couverte est comprise entre 50 et 80 m2 et le prix de cession n’excède pas 250 000 dirhams hors taxe sur la valeur
ajoutée.

4- Taxe d’habitation et taxe de services communaux


• Exonération totale de la taxe d’habitation pendant 5 ans des constructions nouvelles réalisées par des personnes
au titre de leur habitation principale ;
• Application d’un abattement de 75% de la valeur locative servant de base pour le calcul de la taxe d’habitation et
de la taxe de services communaux concernant l’habitation principale.

5- Promoteurs Immobiliers
• Les promoteurs immobiliers personnes morales ou physiques relevant du résultat net réel, agissant dans le
cadre d’une convention conclue avec l’Etat, assortie de cahier de charges pour la réalisation d’un programme de
construction d’au moins 500 logements sociaux ( superficie couverte est comprise entre 50 et 80 mètres carrés et le
prix de vente n’excède pas 250 000 dirhams HT) étalé sur une période maximum de 5 ans à compter de la date de
délivrance de l’autorisation de construire, sont exonérés de :
- L’impôt sur les sociétés ;
- L’impôt sur le revenu
- Droits d’enregistrement et de timbre ;
- La taxe professionnelle, la taxe sur les terrains urbains non bâtis et la taxe sur les opérations de
construction;
- Droits d’inscription sur les livres fonciers.
Toutefois, ces promoteurs peuvent céder au prix de vente de 250 000 dhs avec application de la taxe sur la valeur
ajoutée, au plus 10% des logements sociaux construits, aux fins de location à des bailleurs personnes morales ou
physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime de résultat net réel.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

73
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

Ces bailleurs doivent conclure une convention avec l’Etat ayant pour objet l’acquisition d’au moins 25 logements
sociaux en vue de les affecter pendant une durée minimale de 8 ans à la location à usage d’habitation principale. A
ce titre, ils bénéficient pour une période minimum de 20 ans à partir de l’année du premier contrat de location de:
• L’exonération de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu pour leurs revenus professionnels
afférents à cette location ;
• L’exonération de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu pour la plus-value réalisée en cas de
cession des logements au-delà de la période de 8 ans.

Cette dernière exonération s’applique aux conventions signées par les promoteurs immobiliers avec l’Etat à compter
du 1er janvier 2010.
Le propriétaire dans l’indivision soumis à la taxe d’habitation et la taxe sur les services communaux peut acquérir ou
louer ce type de logement.
IMPORTANT :
• Les logements mis en location doivent être acquis dans un délai n’excédant pas 12 mois à compter de la date de la
signature de la convention et mis en location dans un délai n’excédant pas 6 mois à compter de la date d’acquisition
de ces logements.
• Le montant du loyer est fixé au maximum à 1200 dirhams.
• Le locataire est tenu de fournir au bailleur une attestation délivrée par l’administration fiscale justifiant le non
assujettissement à l’impôt sur le revenu au titre des revenus fonciers, à la taxe d’habitation et à la taxe de services
communaux.

Pour bénéficier des exonérations, les bailleurs doivent tenir une comptabilité séparée pour l’activité de location et
joindre à la déclaration un exemplaire de la convention ainsi qu’un état faisant ressortir le nombre de logements
mis en location et la durée de la location par unité de logement ainsi que le montant du chiffre d’affaires y afférant.
Les avantages accordés aux bailleurs sont applicables aux conventions signées avec l’Etat au cours de la période
allant de la date de publication au bulletin officiel de la loi de finances 2012 (17 mai 2012) jusqu’au 31 décembre 2020.
• Les promoteurs immobiliers, personnes morales ou personnes physiques relevant du régime du résultat net
réel, pour l’ensemble de leurs actes, activités et revenus afférents à la réalisation de logements de faible valeur
immobilière totale (V.I.T.), tels que définis ci-après, destinés en particulier à la prévention et la lutte contre l’habitat
insalubre, sont exonérés des impôts, droits et taxes suivants :
- L’impôt sur les sociétés ;
- L’impôt sur le revenu ;
- La taxe sur la valeur ajoutée ;
- Les droits d’enregistrement.

On entend par logement de faible valeur immobilière (V.I.T.), toute unité d’habitation dont la superficie couverte est
de cinquante (50) à soixante (60) mètres carrés et dont le prix de la première vente ne doit pas excéder cent quarante
mille (140.000) dirhams.
Peuvent bénéficier de ces exonérations, les promoteurs immobiliers précités qui s’engagent, dans le cadre d’une
convention, assortie d’un cahier des charges, à conclure avec l’Etat, à réaliser un programme de construction intégré
de deux cent (200) logements en milieu urbain et / ou cinquante (50) logements en milieu rural, compte tenu des
critères retenus ci-dessous :
• Ces logements sont destinés à l’habitation principale au profit de citoyens dont le revenu mensuel ne
dépasse pas deux fois le salaire minimum interprofessionnel garanti ou son équivalent, à condition qu’ils ne
soient pas propriétaires d’un logement dans la commune considérée ;
• Ils doivent être réalisés conformément à la législation et la réglementation en vigueur en matière
d’urbanisme;
• Le programme de construction de ces logements doit être réalisé dans un délai maximum de cinq (5) ans à
partir de la date d’obtention de la première autorisation de construire ;

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

74
• Les promoteurs immobiliers qui réalisent ce type de logement sont tenus de déposer une demande
d’autorisation de construire auprès des services compétents dans un délai n’excédant pas six (6) mois, à
compter de la date de conclusion de la convention. A défaut, cette dernière est réputée nulle ;
• Ils doivent également tenir une comptabilité séparée pour chaque programme et joindre à la déclaration
prévue aux articles 20, 82,85 et 150 du code général des impôts :

-Un exemplaire de la convention et du cahier des charges en ce qui concerne la première année;
-Un état du nombre des logements réalisés dans le cadre de chaque programme, ainsi que le montant
du chiffre d’affaires y afférent.

Afin de bénéficier de l’exonération des droits d’enregistrement, le promoteur immobilier doit :


• Inclure dans le contrat d’acquisition son engagement à réaliser le programme dans le délai fixé ci-dessus;
• Produire une caution bancaire ou consentir une hypothèque en faveur de l’Etat dans les conditions et selon
les modalités fixées par l’article 130- II du code précité.
Cette exonération est applicable aux conventions conclues jusqu’au 31 décembre 2020

Encouragement des bailleurs de logements à faible valeur immobilière :


Pour encourager les opérations de location des logements à faible valeur immobilière, la loi de finances pour l’année
2013 a institué des mesures d’incitations fiscales en faveur des bailleurs de ces logements, du fait que ce segment
constitue un complément au dispositif actuel visant l’accès à la propriété.
Ces incitations fiscales profitent aux personnes physiques ou personnes morales qui acquièrent dans le cadre d’une
convention conclue avec l’Etat, au moins 20 logements à faible valeur immobilière et les affectent à la location à
usage d’habitation principale, pendant une durée de 8 ans au minimum.
Ces incitations consistent en l’exonération pendant une durée maximum de 20 ans, à compter de l’année du 1er
contrat de location :
• De l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu afférent à l’activité de location de ces logements ;
• Des plus-values résultant de la cession desdits logements au-delà de la période de location de 8 ans.
Ces exonérations sont accordées au bailleur, aux conditions suivantes :
• Acquérir les logements dans le délai maximum de 12 mois à compter de la date de signature de la
convention ;
• Mettre en location lesdits logements dans le délai maximum de 6 mois à compter de la date d’acquisition ;
• Fixer le montant du loyer mensuel à 700 DH au maximum, que la taxe de services communaux soit mise à
la charge du locataire ou non ;
• Tenir une comptabilité séparée pour l’activité de location ;
• Joindre à la déclaration prévue, selon le cas, aux articles 20 et 82 ou 85 et 150 du CGI :
- Un exemplaire de la convention en ce qui concerne la première année ;
- Un état faisant ressortir le nombre de logements mis en location et la durée de la location par unité
de logement, ainsi que le montant du chiffre d’affaires y afférent.

Le non-respect de ces conditions entraîne la nullité de la convention ;

Pour le locataire, il est tenu de fournir au bailleur une attestation délivrée par l’administration fiscale, justifiant qu’il
n’est pas assujetti dans la commune considérée, à l’impôt sur le revenu au titre des revenus fonciers (IR/ RF), à la taxe
d’habitation (TH) et à la taxe des services communaux (TSC) assise sur les immeubles soumis à la taxe d’habitation.
Il est à préciser que le propriétaire dans l’indivision soumis à la TH et la TSC peut acquérir ou louer ce type de
logement.
A défaut d’affectation de tout ou partie desdits logements à la location dans les conditions précitées, un ordre de
recettes est émis pour le recouvrement de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu, sans avoir recours
à la procédure de rectification des bases d’imposition et sans préjudice de l’application des amendes, pénalités et
majorations y afférentes.
LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

75
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

Encouragement de l’habitat destiné à la classe moyenne :


Pour encourager l’accès à la propriété, la loi de finances pour l’année 2013 a prévu des avantages fiscaux en faveur
des acquéreurs de logements destinés à la classe moyenne, dont le revenu mensuel net d’impôt ne dépasse pas vingt
mille (20.000) dirhams.
Ces avantages consistent :
Pour le promoteur immobilier, personne morale ou personne physique relevant du régime du résultat net réel, la
conclusion d’une convention avec l’Etat, assortie d’un cahier de charges, dans le cadre d’un appel d’offres pour
bénéficier de certains avantages, notamment l’acquisition de terrains à un prix préférentiel.
Ces avantages sont accordés aux conditions suivantes :
• La réalisation d’un programme de construction d’au moins 150 logements, réparti sur une période maximum
de 5 ans à compter de la date de délivrance de la première autorisation de construire.
• Le dépôt de la demande d’autorisation de construire auprès des services compétents dans un délai
n’excédant pas 6 mois à compter de la date de conclusion de la convention. (En cas de non-respect de cette
condition, la convention est réputée nulle)
• Le prix de vente du mètre carré couvert ne doit pas excéder 6.000 dirhams, hors taxe sur la valeur ajoutée
• La superficie couverte du logement doit être comprise entre 80 et 150 mètres carrés ;

La superficie s’entend des superficies brutes comprenant outre les murs et les pièces principales, les annexes
suivantes : vestibule, salle de bain ou cabinet de toilette, clôtures et dépendances (cave, buanderie et garage) que
celles-ci soient ou non comprises dans la construction principale.
Lorsqu’il s’agit d’un appartement constituant partie divise d’un immeuble, la superficie comprend, outre la superficie
des locaux d’habitation telle que définie ci-dessus, la fraction des parties communes affectées à l’appartement
considéré, celle-ci étant comptée au minimum à 10%.

Pour l’acquéreur, l’exonération porte sur :


• Les droits d’enregistrement et de timbre ;
• Et les droits d’inscription à la conservation foncière.

Ces exonérations sont accordées à l’acquéreur, aux conditions suivantes :


• La production au promoteur immobilier d’une attestation justifiant le revenu mensuel net d’impôt, qui ne
doit pas dépasser 20.000 dirhams ;
• L’affectation du logement à l’habitation principale pendant une durée de quatre (4) ans, à compter de la
date de conclusion du contrat d’acquisition.

A cet effet, l’acquéreur doit :


• Présenter au promoteur une attestation délivrée par l’administration fiscale, justifiant qu’il n’est pas
assujetti à l’impôt sur le revenu au titre des revenus fonciers (IR/RF), la taxe d’habitation (TH) et la taxe de
services communaux (TSC) assise sur les immeubles soumis à la taxe d’habitation.

Il est précisé que le propriétaire dans l’indivision soumis, à ce titre, à la TH et à la TSC, peut également acquérir ce
type de logement ;
• Consentir dans l’acte d’acquisition une hypothèque au profit de l’Etat, de 1er ou de 2ème rang, en garantie
du paiement des droits simples d’enregistrement au taux de 4% prévu à l’article 133 (I- F) du CGI, de la
pénalité et des majorations prévues à l’article 205- I et à l’article 208 du même code, qui seraient exigibles
pour défaut d’affectation du logement à l’habitation principale.
La mainlevée de l’hypothèque ne peut être délivrée par l’inspecteur des impôts chargé de l’enregistrement qu’après
production par l’intéressé des documents justifiant que le logement a été affecté à son habitation principale pendant
une durée de 4 ans.

Ces documents sont :


• Une demande de mainlevée ;
• Une copie du contrat de vente ;

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

76
• Une copie de la carte nationale d’identité électronique, comportant l’adresse du logement objet de
l’hypothèque ou un certificat de résidence indiquant la durée d’habitation effective à ladite adresse ;
• Des copies des quittances de paiement de la taxe de services communaux.

Ces dispositions sont applicables :


• Aux conventions conclues avec l’Etat au cours de la période allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2020
et ce, pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2013 ;
• Aux actes d’acquisition de logements établis à compter du 1er janvier 2013 pour lesquels le permis
d’habiter est obtenu à compter de cette date.
• Les promoteurs immobiliers qui agissent dans un cadre conventionnel avec l’Etat, en vue de réaliser, dans
un délai maximum de 3 ans de la date du permis de construire, un programme de construction de cités, de
résidences et de campus universitaires constitués d’au moins 50 chambres dont la capacité d’hébergement
est au maximum de deux (2) lits par chambre, bénéficient de:
• L’application du taux réduit de 17.5% au titre de l’impôt sur les sociétés et de 20% pour ce qui est de
l’impôt sur le revenu au titre des revenus provenant de la location de ces constructions pendant les cinq
premières années ;
• L’exonération totale des droits d’enregistrement (en ce qui concerne l’acquisition de terrains nus ou
constructions destinées à être démolies), de la taxe sur la valeur ajoutée, de la taxe professionnelle et de la
taxe des services communaux.

I. Secteur agricole
Définition :
• La Loi de finances 2014 a institué une nouvelle définition des revenus agricoles. Ainsi, sont considérés
comme revenus agricoles les bénéfices réalisés par un agriculteur et / ou éleveur et provenant de toute
activité inhérente à l’exploitation d’un cycle de production végétale et / ou animale dont les produits sont
destinés à l’alimentation humaine et / ou animale, ainsi que des activités de traitement de ces produits à
l’exception des activités de transformation réalisés par des moyens industriels.
• Sont également considérés comme revenus agricoles, les revenus réalisés par les agrégateurs eux même
agriculteur et /ou éleveur.
Avantages :
• Exonération de la TVA avec droit à déduction du matériel destiné à usage exclusivement agricole énuméré
à l’article 92-5° et 123-15° du code général des Impôts.
• Application de la TVA au taux réduit de 10% au matériel à usage agricole énuméré à l’article 99-2° et
121-2° du code général des impôts.
• Exonération totale permanente de l’IS et de l’IR pour les petits exploitants agricoles qui réalisent un chiffre
d’affaires inférieur à 5.000.000 de dirhams.
• Exonération de l’IS ou de l’IR à titre transitoire:
- Du 1er janvier 2014 jusqu’au 31 décembre 2015, les exploitants agricoles qui réalisent un chiffre
d’affaires inférieur à 35 000 000 de dirhams;
- Du 1er janvier 2016 jusqu’au 31 décembre 2017, les exploitants agricoles qui réalisent un chiffre
d’affaires inférieur à 20 000 000 de dirhams;
- Du 1er janvier 2018 jusqu’au 31 décembre 2019, les exploitants agricoles qui réalisent un chiffre
d’affaires inférieur à 10 000 000 de dirhams.

NB : Les exploitants agricoles bénéficiant de l’exonération permanente et de l’exonération temporaire dérogatoire
demeurent imposables pour les autres catégories de revenus non agricoles qu’ils réalisent.
• Imposition temporaire des grandes exploitations agricoles aux taux réduits de :
- 17,5% en matière d’IS pendant les cinq (5) premiers exercices consécutifs, à compter du premier
exercice d’imposition ;

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

77
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

- 20% en matière d’IR pendant les cinq (5) premiers exercices consécutifs, à compter du premier
exercice d’imposition.
• Apport du patrimoine agricole d’une ou plusieurs personnes physiques à une société passible de l’IS

Les exploitants agricoles individuels ou copropriétaires dans l’indivision soumis à l’IR au titre de leurs revenus
agricoles et qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur ou égal à cinq millions (5 000 000) de dirhams sont exonérés
de l’IR au titre de la plus-value nette réalisée à la suite de l’apport de l’ensemble des éléments de l’actif et du passif
de leurs exploitations agricoles à une société soumise à l’IS au titre des revenus agricoles qu’ils créent entre le 1er janvier
2015 et le 31 décembre 2016 dans les conditions suivantes :
• Les éléments d’apport doivent être évalués par un commissaire aux apports, choisi parmi les personnes
habilitées à exercer les fonctions de commissaires aux comptes ;
• Cet apport doit être effectué entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016 ;
• Les exploitants agricoles doivent souscrire la déclaration du CGI, au titre de leurs revenus agricoles déterminés
selon le régime du résultat net réel et réalisés au titre de l’année précédant celle au cours de laquelle l’apport
a été effectué;
• La cession des titres acquis par l’exploitant agricole en contrepartie de l’apport des éléments de son
exploitation agricole ne doit pas intervenir avant l’expiration d’une période de quatre (4) ans à compter de la
date d’acquisition de ces titres.
En outre, l’acte constatant l’apport n’est passible que d’un droit d’enregistrement fixe de 1.000 dirhams 

J. Secteur des hydrocarbures

1- Impôt sur les Sociétés


• Exonération totale pendant une durée de 10 ans en faveur du titulaire d’une concession d’exploitation de
gisements d’hydrocarbures à compter de la date de mise en production régulière ;
• Exonération des bénéfices et des dividendes distribués par les titulaires d’une concession d’exploitation de
gisements d’hydrocarbures, de la retenue à la source relative aux produits des actions ou parts sociales et revenus
assimilés.

2- Taxe sur la Valeur Ajoutée


• Exonération totale des opérations d’acquisition, à l’intérieur et à l’extérieur, des biens et services nécessaires à
l’activité des titulaires d’autorisation de reconnaissance, de permis de recherche ou de concession d’exploitation
ainsi que leurs contractants et sous contractants ;
• Application du taux réduit de 10% avec droit à déduction aux ventes et livraisons portant sur le gaz de pétrole et
autres hydrocarbures gazeux, les huiles de pétrole ou de schistes brutes ou raffinées.

3- Taxe professionnelle
Les titulaires d’un permis de recherche ou d’une concession d’exploitation bénéficient de l’exonération totale de la
taxe professionnelle.

K. Autres avantages propres à tous les secteurs

1- Droits d’Enregistrement
• Droit fixe de 1000 DH sur les actes de constitution et d’augmentation de capital des sociétés ou groupements
d’intérêts économiques, lorsque le capital souscrit ne dépasse pas 500.000 DH ;
• Application du taux de 1% lors de la constitution ou de l’augmentation du capital des sociétés et groupements
d’intérêts économiques, lorsque le capital social dépasse le montant de 500.000 DH ; 
• Application du taux de 4% aux acquisitions à titre onéreux de locaux construits ou de terrains nus ou comportant
des constructions destinées à être démolies réservés à la réalisation d’opérations de lotissement ou de constructions

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

78
de locaux à usage d’habitation, commerciales, professionnelles ou administratives. Ce projet de lotissement ou de
construction doit être réalisé dans un délai maximum de 7 ans à compter de la date d’acquisition du terrain.

2- Impôt sur le Revenu ou Impôt sur les Sociétés


a- Amortissement dégressif
Les biens d’équipements acquis, à l’exclusion des immeubles quelle que soit leur destination et de certains véhicules
de transport de personnes visés par la loi, peuvent sur option irrévocable de la société, être amortis selon le système
des amortissements dégressifs.
L’amortissement dégressif consiste en l’application des coefficients suivants au taux d’amortissement normal :
• 1,5 pour les biens dont la durée d’amortissement est de 3 ou 4 ans ;
• pour les biens dont la durée d’amortissement est de 5 ou 6 ans ;
• pour les biens dont la durée d’amortissement est supérieure à 6 ans.

b- Traitement fiscal des opérations de pension


Les plus-values des cessions des valeurs, titres ou effets réalisées dans le cadre des opérations de pension sont
exclues des produits imposables, en matière d’impôt sur les sociétés.

NB : La pension est l’opération par laquelle une personne morale, un fonds commun de placement ou un fonds
de placement collectif en titrisation, cède en pleine propriété à une autre personne morale, un fonds commun de
placement ou un fonds de placement collectif en titrisation, moyennant un prix convenu, des valeurs, titres ou effets
et par laquelle le cédant et le cessionnaire s’engagent, respectivement et irrévocablement, le premier à reprendre les
valeurs, titres ou effets, le second à les rétrocéder à un prix et à une date convenus.

3- Taxe sur la Valeur Ajoutée


• Exonération pendant 24 mois à partir du début d’activité, à l’intérieur et à l’importation, des biens d’investissement
à inscrire dans un compte d’immobilisation et ouvrant droit à déduction.
• Exonération à l’importation, des biens d’équipement, matériels et outillages nécessaires à la réalisation des
projets d’investissement portant sur un montant égal ou supérieur à deux cent (200) millions de dirhams, dans le
cadre d’une convention conclue avec l’Etat, acquis par les assujettis pendant une durée de trente-six (36) mois à
compter du début d’activité.

Cette exonération est accordée également aux parties, pièces détachées et accessoires importés en même temps
que les équipements précités.

4- Taxe professionnelle
• Exonération de la taxe professionnelle pour les entreprises nouvellement créées pendant une période de 5
ans à compter de la date du début d’activité ainsi que les terrains, constructions de toute nature, additions de
constructions, matériels et outillages neufs acquis en cours d’exploitation, directement ou par voie de crédit-bail.

Toutefois, cette exonération ne s’applique pas :


• Aux établissements des entreprises n’ayant pas leur siège au Maroc attributaires de marchés de travaux,
de fournitures ou de services ;
• Aux établissements de crédit et organismes assimilés, Bank Al Maghreb et la CDG ;
• Aux entreprises d’assurances et de réassurances autres que les intermédiaires d’assurances visés par le
code des assurances;
• Aux agences immobilières.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

79
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

5- Mesure commune à la taxe professionnelle et la taxe de services communaux


• Exonération totale permanente des redevables qui réalisent des investissements imposables pour la
valeur locative afférente à la partie du prix de revient supérieure à :
• Cent (100) millions de dirhams, hors taxe sur la valeur ajoutée, pour les terrains, constructions et leurs
agencements, matériel et outillages acquis par les entreprises de production de biens, à compter du 1er
juillet 1998 ;
• Cinquante (50) millions de dirhams, hors taxe sur la valeur ajoutée, pour les terrains, constructions et
leurs agencements, matériel et outillages acquis par les entreprises de production de biens et de services,
à compter du 1er janvier 2001.

Toutefois, ne sont pas pris en considération pour la détermination du montant de ce plafond les biens bénéficiant de
l’exonération permanente ou temporaire ainsi que les éléments non imposables.

6- Apport du patrimoine professionnel de personnes physiques à une société


Les personnes physiques exerçant à titre individuel, en société de fait ou dans l’indivision, au 31 décembre 2012, une
activité professionnelle passible de l’impôt sur le revenu selon le résultat net réel ou le résultat net simplifié, ne sont
pas imposées sur la plus-value nette réalisée à la suite de l’apport de l’ensemble des éléments de l’actif et du passif
de leur entreprise à une société soumise à l’impôt sur les sociétés qu’elles créent entre le 1er janvier 2013 et le 31
décembre 2014 à cet effet à condition que :
• Les éléments d’apport soient évalués par un commissaire aux apports habilité à exercer les fonctions de
commissaire aux comptes ;
• L’apport soit effectué entre le premier janvier 2013 et le 31 décembre 2014.

Toutefois, la société bénéficiaire de l’apport doit déposer une déclaration dans un délai de 60 jours auprès de
l’inspecteur des impôts du lieu du domicile fiscal ou du principal établissement de l’entreprise ayant procédé à
l’apport comportant :
• L’identité complète des associés ou actionnaires ;
• La raison sociale, l’adresse du siège social, le numéro d’inscription au registre du commerce ainsi que le
numéro d’identité fiscale de la société ayant reçu l’apport;
• Le montant et la répartition du capital social.

Cette déclaration est également accompagnée des documents suivants :


• Un état récapitulatif comportant tous les éléments de détermination de la plus-value nette imposable;
• Un état récapitulatif des valeurs transférées à la société et du passif pris en charge par cette dernière;
• Un état concernant les provisions figurant au passif du bilan de l’entreprise ayant fait l’apport avec
indication de celles qui n’ont pas fait l’objet de déduction fiscale ;
• L’acte d’apport dans lequel la société bénéficiaire de l’apport s’engage à :
- Reprendre comptablement pour leur montant intégral les provisions dont l’imposition est différée;
- Réintégrer dans ses bénéfices imposables, la plus-value nette réalisée sur l’apport des éléments,
par fractions égales, sur la période d’amortissement desdits éléments. La valeur d’apport
des éléments concernés par cette réintégration est prise en considération pour le calcul des
amortissements et des plus-values ultérieures ;
- Ajouter aux plus-values constatées ou réalisées ultérieurement à l’occasion du retrait ou de la
cession des éléments non concernés par la réintégration, les plus-values qui ont été réalisées suite
à l’opération d’apport et dont l’imposition a été différée.
 
De même, les éléments du stock à transférer à la société bénéficiaire de l’apport sont évalués, sur option, soit à leur
valeur d’origine soit à leur prix du marché et ne peuvent être inscrits ultérieurement dans un compte autre que celui
des stocks.

En matière de droit d’enregistrement, l’acte constatant l’apport n’est passible que d’un droit fixe de 1000 dhs.

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

80
2. AVANTAGES ACCORDES A CERTAINES ZONES ET SOCIETES OU A DES ORGANISMES
PARTICULIERS :

Certaines zones ou sociétés ainsi que des organismes particuliers bénéficient également de mesures incitatives.
Toutefois, les avantages accordés aux entreprises installées dans les zones franches d’exportation, aux banques
offshore et aux sociétés holding offshore sont exclusifs de tout autre avantage prévu par d’autres dispositions
législatives en matière d’encouragement à l’investissement.

De même, l’imposition aux taux réduits prévus en matière d’impôt sur les sociétés ou d’impôt sur le revenu n’est pas
cumulable avec les provisions non courantes ou toute autre réduction.
Néanmoins, les contribuables ont le droit de choisir le régime fiscal le plus avantageux.

A. Zones franches d’exportation

1- Droits d’Enregistrement et de Timbre


• Exonération des actes de constitution et d’augmentation de capital des sociétés installées dans les zones franches
d’exportation;
• Exonération des acquisitions par les entreprises installées dans les zones franches d’exportation de terrains
nécessaires à la réalisation de leurs projets.

2- Impôt sur les Sociétés


Exonération totale durant les 5 premières années d’exploitation et application du taux de 8,75% pour les 20 exercices
consécutifs qui suivent le 5ème exercice d’exonération totale au titre des opérations réalisées :
• Entre les entreprises installées dans la même zone franche d’exportation ;
• Entre les entreprises installées dans différentes zones franches d’exportation.

3- Impôt sur le Revenu


Exonération totale durant les 5 premiers exercices d’exploitation et application à l’impôt dû, d’un abattement de 80%
pour les 20 années qui suivent le 5ème exercice d’exonération totale au titre des opérations réalisées :
• Entre les entreprises installées dans la même zone franche d’exportation ;
• Entre les entreprises installées dans différentes zones franches d’exportation.

4- Retenue à la source sur les produits des actions, parts sociales et revenus assimilés
• Exonération des dividendes et autres produits de participation similaires lorsqu’ils sont versés à des non-
résidents ;
• Ces dividendes et produits sont soumis au taux de 15% libératoire de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le
revenu, lorsqu’ils sont versés à des résidents.

5- Taxe sur la Valeur Ajoutée


Exonération avec droit à déduction des produits livrés et des prestations de services rendues aux zones franches
d’exportation et provenant du territoire assujetti.
Les opérations effectuées à l’intérieur et entre ces zones demeurent hors champ d’application de la taxe sur la valeur
ajoutée.

NB : Les entreprises marocaines ou étrangères intervenant dans les zones franches d’exportation, dans le cadre d’un
chantier de travaux de construction ou de montage, sont soumises aux impôts et taxes dans les conditions de droit
commun à l’exclusion de la taxe sur la valeur ajoutée.

6- Taxe professionnelle
Exonération de cette taxe pendant les 15 premières années consécutives au début de l’exploitation.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

81
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

B. Zone franche du port de Tanger

• L’exonération des opérations effectuées à l’intérieur de la zone franche du port de Tanger au titre de l’impôt sur les
sociétés ou de l’impôt sur le revenu demeure applicable du 1er janvier 2014 au 31 mars 2014.
• Les activités effectuées par les entreprises installées dans la zone franche du port de Tanger sont exonérées de
la taxe professionnelle et demeurent redevables de la taxe de services communaux.

C. Mesures d’atténuation fiscale en matière d’impôts directs dans la province de Tanger

• L’application du taux réduit de 17.5% au titre l’impôt sur les sociétés et de 20% au titre de l’impôt sur le revenu
pour les contribuables résidant ou ayant leur siège dans la province de Tanger, et se rapportant à une activité
exercée à titre principal dans le ressort de la province.
Ces entreprises se voient appliquer ces taux uniquement au titre de leurs opérations relatives aux travaux réalisées
et aux ventes de produits et services rendus exclusivement dans ladite province.
• Les sociétés exportatrices bénéficient en matière d’IS, du taux de 17,50% pour leur chiffre d’affaires correspondant
aux opérations d’exportation réalisées au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011.

En matière d’IR, le taux de 20% est applicable au titre des revenus réalisés durant la période allant du 1er Janvier
2008 au 31 Décembre 2010. Ce taux est majoré de deux points (2) par année durant la période allant du 1er Janvier
2011 au 31 Décembre 2015.
A compter du 1er janvier 2016, le barème de l’impôt sur le revenu prévu par le code général des impôts sera
applicable.

• Pour les entreprises industrielles de transformation installées dans la province de Tanger, telles que définies
par la nomenclature marocaine des activités promulguée par le décret n°-2-97-176 du 17 ramadan 1419 (5 Janvier
1999), le taux de 17,50% est applicable au titre des exercices ouverts durant la période allant du 1er Janvier 2008
au 31 décembre 2010.

Ensuite, le taux de 17,50% est majoré de deux points et demi (2,5) pour chaque exercice ouvert durant la période
allant du 1er Janvier 2011 au 31 Décembre 2015. A compter du 1er janvier 2016, le taux de l’IS en vigueur sera
applicable.

NB : Les sociétés installées dans la province de Tanger et qui réalisent un bénéfice fiscal inférieur ou égal à trois
cent (300 000) mille DH, hors taxe sur la valeur ajoutée, peuvent bénéficier de l’application du taux de 10% au titre
de l’impôt sur les sociétés (loi de finances 2013).

• Réduction de 50% du montant de la taxe professionnelle au titre des activités exercées dans l’ex-province de
Tanger et de la taxe d’habitation due à raison des immeubles situés dans cette province.

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

82
D. Les places financières offshore

Les banques offshores

Définition :
Est considérée comme banque offshore toute personne morale ou succursale qui a son siège dans une place financière
offshore et a pour profession habituelle et principale de recevoir des dépôts en monnaies étrangères convertibles et
d’effectuer pour ses clients des transactions financières (crédit, bourse, change).

1- Droits d’Enregistrement et de Timbre


• Exonération des actes de constitution et d’augmentation de capital des banques offshore ;
• Exonération des acquisitions d’immeubles (sièges et agences), sous réserve qu’ils demeurent à l’actif de la banque
offshore pendant 10 ans à partir de la date d’obtention de l’agrément.

2- Impôt sur les Sociétés


Pour les 15 premières années consécutives suivant la date de l’obtention de l’agrément, les banques offshores ont la
possibilité d’opter pour une imposition :
• Au taux de 10%;
• Ou, à un impôt forfaitaire fixé à la contre-valeur en dirhams de 25 000 dollars U.S par an libératoire de tout impôt
et taxe frappant les bénéfices ou revenus.

3- Retenue à la source sur les produits des actions, parts sociales et revenus assimilés, et sur les produits
de placement à revenu fixe 
Exonération :
• Des dividendes distribués par les banques offshores à leurs actionnaires ;
• Des intérêts servis sur les dépôts et tout autre placement effectué en monnaies étrangères convertibles auprès
des banques offshores.

4- Jetons de présence et rémunérations salariales


• Soumission des jetons de présence et toutes autres rémunérations brutes versées aux administrateurs des banques
offshores à un prélèvement à la source au taux de 20% libératoire de l’impôt sur le revenu ;
• Les traitements, émoluments et salaires bruts versés par les banques offshore aux personnels salariés non-
résidents sont soumis à une retenue à la source au taux de 20% libératoire de l’impôt sur le revenu.

NB : Le personnel salarié résidant au Maroc peut bénéficier du même taux de 20% s’il justifie que la contrepartie de
sa rémunération en monnaie étrangère convertible a été cédée à une banque marocaine.

5- Taxe sur la Valeur Ajoutée


• Exonération des intérêts et commissions concernant les prêts et toutes autres prestations de services effectuées
par les banques offshores ;
• Exonération des intérêts servis sur les dépôts et sur tout autre placement effectué en monnaies étrangères
convertibles auprès des banques offshore ;
• Exonération des fournitures de bureau nécessaires à l’exercice de l’activité desdites banques.

6- Taxe professionnelle
Les banques offshores bénéficient de l’exonération de la Taxe professionnelle due à raison des immeubles occupés
par leurs sièges ou agences.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

83
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

Les sociétés Holding offshore

Définition :
Est reconnue société holding offshore, toute société constituée de personnes morales ou physiques, de nationalité
étrangère, ayant pour objet exclusif la gestion de portefeuille et la prise de participation dans des entreprises et dont
le capital est libellé en monnaies étrangères convertibles et toutes les opérations effectuées en monnaies étrangères
convertibles.

1- Droits d’Enregistrement et de Timbre


Sont exonérés :
• Les actes de constitution et d’augmentation du capital des sociétés holding ;
• Les acquisitions d’immeubles constituant leurs sièges ou agences, sous réserve qu’ils soient maintenus à l’actif de
la société holding offshore pendant 10 ans à partir de la date de l’obtention de l’agrément.

2- Impôt sur les Sociétés


Les sociétés holding offshore sont soumises à un impôt sur les sociétés forfaitaire fixé à la contre-valeur en dirhams
de 500 dollars US par an, pendant les 15 premières années suivant leur installation, libératoire de tout autre impôt
et taxe.

3- Retenue à la source prévue par l’Impôt sur les Sociétés ou l’Impôt sur le revenu
• Les dividendes distribués par les sociétés holding offshore à leurs actionnaires sont exonérés au prorata du chiffre
d’affaires correspondant aux prestations de services exonérées ;
• Les traitements, émoluments et salaires bruts versés aux personnels salariés non-résidents sont soumis à une
retenue à la source au taux de 20% libératoire de l’impôt sur le revenu.

4- Taxe sur la Valeur Ajoutée


Les opérations effectuées par les sociétés holding offshore sont exonérées de la taxe sur la valeur ajoutée avec droit
à déduction au prorata du chiffre d’affaires exonéré, sous réserve que ces opérations soient effectuées au profit
des banques offshore ou de personnes physiques ou morales non résidentes et qu’elles soient payées en monnaies
étrangères convertibles.

5- Taxe Professionnelle
Exonération totale et permanente des immeubles occupés par les sièges ou succursales des sociétés holding offshore.

E. Lauréats et diplômes de la formation professionnelle

1-Taxe sur la Valeur Ajoutée


Exonérations des biens d’équipement, outillages et matériels acquis localement ou à l’importation directement par
les diplômés de la formation professionnelle. Cette exonération s’applique aux biens d’équipement acquis pendant
une durée de 24 mois à partir du début d’activité.

2- Impôt sur le Revenu


Exonération de l’indemnité de stage mensuelle brute plafonnée à 6 000 DH, versée aux stagiaires, lauréats de
l’enseignement supérieur ou de la formation professionnelle, recrutés par les entreprises du secteur privé, jusqu’au
31 décembre 2016.
Cette exonération est accordée aux stagiaires pour une période de 24 mois renouvelable pour une durée de 12 mois
en cas de recrutement définitif.

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

84
Lorsque le montant de l’indemnité versée est supérieur au plafond de 6 000 dhs, l’entreprise et le stagiaire perdent
le bénéfice de l’exonération.
Cette exonération est accordée dans les conditions suivantes :
• Les stagiaires doivent être inscrits depuis au moins six (6) mois à l’Agence Nationale de Promotion de
l’Emploi et des Compétences (ANAPEC) régie par la loi n° 51-99 promulguée par le Dahir n°1-00-220 du 5
juin 2000 ;
• Le même stagiaire ne peut bénéficier deux fois de cette exonération.

F. Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (o.p.c.v.m), fonds de placement


collectif en titrisation (f.p.c.t) et organismes de placement en capital risque (o.p.c.r)

Les OPCVM, FPCT et OPCR bénéficient de l’exonération des droits et impôts suivants :
• Les droits d’enregistrement et de timbre au titre des actes relatifs aux variations du capital et aux
modifications des statuts ou des règlements de gestion à la constitution, l’acquisition d’actifs, l’émission et
la cession d’obligations et de parts des FPCT et au rachat d’actifs immobiliers dans le cadre d’une opération
de titrisation ;
• La taxe professionnelle pour les activités exercées dans le cadre de leur objet légal ;
• L’impôt sur les sociétés et la retenue à la source au titre des dividendes perçus par ces organismes.

NB : Pour les OPCR, les conditions pour bénéficier de l’exonération totale de l’impôt sur les sociétés ont été abrogées
à partir du 1er Janvier 2011.

G. Incitations en faveur de la bourse

• Les sociétés qui introduisent leurs titres en bourse par ouverture ou par augmentation de leur valeurs bénéficient
d’une réduction au titre de l’impôt sur les sociétés de :
• 25% pour les sociétés qui introduisent leurs titres de capital en bourse par ouverture de leur capital par la cession
d’actions existantes ;
• 50% pour les sociétés qui introduisent leurs titres de capital en bourse avec une augmentation d’au moins 20% de
leur capital, avec abandon du droit préférentiel de souscription. Ces titres sont destinés à être diffusés dans le public
concomitamment à l’introduction en bourse de ces sociétés.

NB: Les réductions précitées s’appliquent sur le montant de l’IS calculé au taux en vigueur au titre de chaque exercice
concerné par la réduction.
Cette réduction de l’impôt sur les sociétés est prévue en faveur des sociétés qui s’introduisent en bourse entre le
1er janvier 2013 et le 31 décembre 2016 et la durée de réduction de l’impôt sur les sociétés est de trois (3) années
consécutives à compter de l’exercice qui suit celui de leur inscription à la cote.
Cette mesure n’est pas applicable aux établissements de crédit, aux entreprises d’assurance, de réassurance et de
capitalisation, aux sociétés concessionnaires de services publics et aux sociétés dont le capital est détenu totalement
ou partiellement par l’Etat ou une collectivité publique ou par une société dont le capital est détenu à hauteur d’au
moins 50% par une collectivité publique.
• Report des moins-values résultant des cessions de valeurs mobilières sur une période de quatre ans au lieu d’une
année à l’instar du report déficitaire en matière de revenus professionnels ;
• Exonération de l’abondement dans la limite de 10% de la valeur de l’action à la date de l’attribution de l’option de
souscriptions ou d’achat d’actions (stocks options) et réduction de la période d’indisponibilité de 5 à 3 ans à compter
de la date de la levée de l’option.

NB : L’abondement correspond à la part du prix de l’action supportée par la société et résultant de la différence entre
la valeur de l’action à la date d’attribution et le prix de l’action payé par le salarié.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

85
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

H. Entreprises qui s’implantent dans des zones fixées par décret

Les entreprises autres que les établissements stables des sociétés n’ayant pas leur siège au Maroc attributaires de
marchés de travaux, de fournitures ou de services, les établissements de crédit, Bank Al Maghreb, la Caisse de Dépôt
et de Gestion, les sociétés d’assurances et de réassurances, les agences immobilières et les promoteurs immobiliers,
bénéficient de l’imposition à l’impôt sur les sociétés au taux réduit de 17.5% et de 20% au titre de l’impôt sur
le revenu pendant les 5 premiers exercices consécutifs suivant la date du début de leur exploitation à raison des
activités exercées dans l’une des provinces et préfectures fixée par décret.

• Les sociétés exportatrices bénéficient du taux de 17,50% pour leur chiffre d’affaires correspondant aux opérations
d’exportation réalisées au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011.
• Pour les entreprises industrielles de transformation telles que définies par la nomenclature marocaine des activités
promulguée par le décret n°-2-97-176 du 17 ramadan 1419(5 Janvier 1999) le taux de 17,50% est applicable au titre
des exercices ouverts durant la période allant du 1er Janvier 2008 au 31 décembre 2010.

Ensuite, le taux de 17,50% visé ci-dessus est majoré de deux points et demi (2,5) pour chaque exercice ouvert durant
la période allant du 1er Janvier 2011 au 31 Décembre 2015.

A compter du 1er janvier 2016, le taux de l’IS de droit commun en vigueur sera applicable.

• En matière d’IR, le taux de 20% visé ci- dessus. Est applicable au titre des revenus réalisés durant la période allant
du 1er Janvier 2008 au 31 Décembre 2010. Ce taux est majoré de deux points (2) par année durant la période allant
du 1er Janvier 2011 au 31 Décembre 2015.

A compter du 1er janvier 2016, le barème visé à l’article 73-I du CGI en vigueur sera applicable.

NB : Les sociétés installées dans l’une des préfectures ou provinces citées par le décret n° 2-08-132 du 28 mai 2009
et qui réalisent un bénéfice égal ou inférieur à trois cent mille dirhams (300 000) DH, hors taxe sur la valeur ajoutée,
peuvent bénéficier de l’application du taux de 10% au titre de l’impôt sur les sociétés.

I. L’agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et


provinces du nord, du sud et de l’oriental du royaume

• Le ressort d’intervention de l’Agence du nord comprend l’ensemble des communes urbaines et rurales des
préfectures et provinces de Tanger, Tétouan, Chefchaouen, Larache, Al Hoceima, Taounate, Taza.
• Le ressort d’intervention de l’Agence du sud comprend l’ensemble des communes relevant des régions de Guélmim,
Es-semara, Laayoune, Boujdour, Sakiat-el-Hamra et Oued-ed-Dahab-Lagouira.
• Le ressort d’intervention de l’Agence de l’oriental comprend l’ensemble des communes relevant de la préfecture
d’Oujda-Angad et des provinces de Jerada, Berkane, Taourirt, Figuig et Nador.

Ces agences bénéficient de l’exonération de l’impôt sur les sociétés pour l’ensemble de leurs activités ou opérations
et pour les revenus éventuels y afférents.

Le montant ou la valeur des dons en argent ou en nature octroyés auxdites agences par des personnes physiques ou
morales constitue, pour les donateurs, des charges déductibles en totalité en matière d’IS et d’IR.
L’ensemble des activités exercées par ces agences bénéficie de l’exonération totale permanente au titre de la taxe
professionnelle et de la taxe de services communaux.
IMPORTANT : L’exonération ne concerne pas l’impôt sur le revenu au titre des salaires versés par les agences.

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

86
J. L’Agence Spéciale Tanger – Méditerranée » et les sociétés qui s’installent dans les zones
franches d’exportation

L’Agence Spéciale Tanger-Méditerranée bénéficie de l’exonération totale de l’impôt sur les sociétés pour les revenus
liés aux activités qu’elle exerce au nom et pour le compte de l’Etat.
De même, cette agence ainsi que les sociétés intervenant dans la réalisation d’aménagements, d’exploitation et
d’entretien des projets de la zone bénéficient des avantages accordés aux entreprises installées dans les Zones
Franches d’Exportation :

1- Droits d’enregistrement et de timbre


• Exonération des actes de constitution et d’augmentation de capital des sociétés installées dans ces zones ;
• Exonération des actes d’acquisition de terrains destinés à la réalisation de leurs projets d’investissement sous
réserve que ces terrains demeurent à l’actif de l’entreprise pendant au moins 10 ans à compter de la date d’obtention
de l’agrément.

2- Impôt sur les Sociétés et Impôt sur le Revenu


Les entreprises concernées bénéficient au titre de ces impôts de:
• L’exonération totale durant les cinq premières années d’exploitation ;
• L’application, pour les 20 années qui suivent, d’un taux de 8,75% pour les entreprises relevant de l’IS et
d’un abattement de 80% pour celles relevant de l’IR- catégorie des revenus professionnels.

3- Retenue à la source sur les produits des actions, parts sociales et revenus assimilés
Les dividendes et autres produits de participation similaires distribués par l’Agence et les sociétés installées dans
les zones franches d’exportation sont :
• Exonérés de la retenue à la source sur les produits des actions et parts sociales, lorsqu’ils sont versés à
des non-résidents ;
• Soumis au taux de 15% libératoire de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu, lorsqu’ils sont
versés à des résidents.

4- Taxe sur la valeur ajoutée


Exonération avec droit à déduction de l’ensemble des actes, activités ou opérations réalisées par l’agence
dénommée « Agence Spéciale Tanger Méditerranée ».

5- Taxe professionnelle
Les entreprises bénéficient de l’exonération totale temporaire de la taxe professionnelle pour les activités qu’elles
exercent pendant les 15 premières années consécutives à compter du début d’exploitation.

IMPORTANT :
L’Agence et les sociétés qui s’installent et interviennent dans la réalisation, l’aménagement, l’exploitation et
l’entretien de cette zone restent soumises, dans les conditions de droit commun, à l’impôt sur le revenu dû au titre
des salaires versés par elles.

6- Déductibilité des dons accordés à « l’Agence Spéciale Tanger – Méditerranée »


Le montant ou la valeur des dons en argent ou en nature octroyés à cette agence par des personnes physiques ou
morales constitue, pour les donateurs, des charges déductibles en totalité en matière d’impôt sur les sociétés et
d’impôt sur le revenu.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

87
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

K. Casablanca Finance City (CFC)

Définition :
La loi n°44-10 relative au statut de « Casablanca Finance City », a prévu la création d’une place financière à
Casablanca dénommée « Casablanca Finance City », dont le périmètre sera délimité par voie réglementaire, ouverte
à des entreprises financières ou non financières exerçant des activités sur le plan régional ou international.
Les « entreprises financières » sont les établissements de crédit, les entreprises d’assurances, les sociétés de
courtage et les institutions financières opérant dans le secteur de la gestion d’actifs.
Les entreprises non financières sont celles qui fournissent des services professionnels et les sièges régionaux et
internationaux.
Les établissements de crédit sont ceux dûment agréés conformément à la législation en vigueur et exerçant une ou
plusieurs des activités suivantes :
• Le placement, la souscription, l’achat, la gestion et la vente de valeurs mobilières, de titres de créances
négociables ou de tout produit financier ;
• Le conseil et l’assistance en matière de gestion de patrimoine ;
• Le conseil et l’assistance en matière de gestion financière ;
• L’ingénierie financière ;
• Et, d’une manière générale, tous les services destinés à faciliter la création et le développement des
entreprises.

Les entreprises d’assurances et les sociétés de courtage sont celles dûment agréées conformément à la législation
en vigueur et exerçant une ou plusieurs des activités suivantes :
• L’assurance en faveur des personnes non résidentes ;
• Le courtage en assurance en faveur des personnes non résidentes.

Les institutions financières opérant dans le secteur de gestion d’actifs sont celles dûment autorisées conformément
à la législation en vigueur et exerçant une ou plusieurs des activités suivantes :
• La gestion pour compte de tiers ;
• Le capital-risque.

Le « prestataire de services professionnels », est toute entreprise ayant la personnalité morale qui exerce une ou
plusieurs des activités suivantes :
• Les activités d’offshoring financier ;
• Les activités de services financiers spécialisés, notamment la notation financière, la recherche financière
et l’information financière ;
• L’audit et les services de conseil juridique, fiscal, financier, d’actuariat et de ressources humaines ;
• Toutes autres activités de services professionnels en relation avec les autres entités.

Le siège régional ou international est toute entreprise ayant la personnalité morale qui assure une activité de
supervision et de coordination des activités d’entreprises exercées dans un ou plusieurs pays étrangers, y compris les
institutions réalisant des prestations de services pour le compte d’autres entités de leur groupe.
La loi de finance 2011 a prévu un dispositif incitatif en faveur de « Casablanca Finance City » et qui concerne l’impôt
sur les sociétés et l’impôt sur le revenu.
En matière d’impôt sur les sociétés, les sociétés de services ayant le statut de « Casablanca Finance City », bénéficient
au titre de leur chiffre d’affaires à l’exportation et des plus-values mobilières nettes de source étrangère réalisées
au cours d’un exercice :
• De l’exonération totale de l’IS durant les cinq premiers exercices et l’application d’un taux réduit de 8,75%
au-delà de cette période ;
• De l’application du taux de 10% pour les sièges régionaux ou internationaux ayant le statut de « Casablanca
Finance City ».

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

88
La base imposable des sièges régionaux ou internationaux ayant le statut de  « Casablanca Finance City » est égale :
• En cas de bénéfice, au montant le plus élevé résultant de la comparaison du résultat fiscal avec le montant
de 5% des charges de fonctionnement de ces sièges ;
• En cas de déficit, un montant de 5% des charges de fonctionnement de ces mêmes sièges ;
• En matière d’impôt sur le revenu, les traitements, émoluments et salaires bruts versés aux salariés qui
travaillent pour le compte des sociétés de services ayant le statut de « Casablanca Finance City » sont
imposables au taux de 20% non libératoire et ce pour une période maximale de 5 ans à compter de la date
de prise de leurs fonctions.

Ce taux de 20% non libératoire est applicable aux traitements, émoluments et salaires bruts acquis à compter du 1er
janvier 2013.
La loi de finances pour l’année 2013 a accordé l’exonération des droits d’enregistrement aux actes de constitution et
d’augmentation de capital des sociétés ayant le statut « Casablanca Finance City ».

L. Avantages en faveur de l’épargne

La loi de finances pour l’année 2011 a exonéré les revenus et / ou profits générés par le plan d’épargne logement, le
plan d’épargne éducation et le plan d’épargne en actions.

1. Plan d’épargne logement (PEL)


Exonération des intérêts servis au titulaire d’un plan d’épargne logement, tel que défini par la législation et la
réglementation en vigueur en la matière, à condition que :
• Les sommes investies dans ce plan soient destinées à l’acquisition ou la construction d’un logement à
usage d’habitation principale ;
• Le montant des versements et des intérêts y afférents soient intégralement conservés pour une période
égale au moins à 3 ans à compter de la date de l’ouverture du plan ;
• Le montant des versements effectués par le contribuable dans ce plan ne dépasse pas quatre cent mille
(400 000) dirhams.

2. Plan d’épargne éducation (PEE)


Exonération des intérêts servis au titulaire d’un plan d’épargne éducation, tel que défini par la législation et la
réglementation en vigueur en la matière, à condition que : 
• Les sommes investies dans ce plan soient destinées au financement des études des enfants à charge dans
tous les cycles d’enseignement ainsi que dans les cycles de formation professionnelle;
• Le montant des versements et des intérêts y afférents soient intégralement conservés pour une période
égale au moins à 5 ans à compter de la date de l’ouverture du plan ;
• Le montant des versements effectués par le contribuable dans le plan ne dépasse pas trois cent mille
(300 000) dirhams par enfant.
 
3. Plan d’épargne en actions (PEA)
Exonération des revenus et profits de capitaux mobiliers réalisés dans le cadre d’un plan d’épargne en actions
constitué par des :
• Actions et des certificats d’investissement, inscrits à la cote de la bourse des valeurs du Maroc, émis par
des sociétés de droit marocain ;
• Droits d’attribution et de souscription afférents aux actions ;
• Titres d’OPCVM actions.
 

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

89
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

Toutefois, sont exclus les titres acquis dans le cadre d’attribution d’options de souscription ou d’achat d’actions
qui bénéficient de l’exonération de l’abondement supporté par la société employeuse dans le cadre de l’attribution
d’options de souscription ou d’achat d’actions par cette société à ses salariés décidée par l’assemblée générale
extraordinaire.
L’exonération dans le cadre du PEA est accordée à condition que :
• Les versements et les produits capitalisés y afférents soient intégralement conservés pendant une période
égale au moins à cinq (5) ans à compter de la date de l’ouverture du PEA ;
• Le montant des versements effectués par le contribuable dans le plan ne dépasse pas six cent mille (600 000)
dirhams.
 
IMPORTANT : Seuls les versements en numéraire sont autorisés pour constituer un plan d’épargne en actions.

4. Plan d’épargne entreprise (PEE)


Exonération de l’abondement accordé aux salariés dans le cadre d’un PEE
Exonération de l’impôt sur le Revenu, dans la limite de 10% du montant annuel du revenu salarial net imposable, le
montant de l’abondement versé par l’employeur à son salarié dans le cadre d’un PEE.
La fraction de l’abondement excédant la limite susvisée, est considérée comme un complément de salaire, soumis à
l’impôt sur le revenu dans les conditions du droit commun.
Par abondement, il faut entendre le versement complémentaire de l’entreprise pour le compte d’un salarié lorsque
celui-ci achète, dans le cadre d’un PEE, des actions d’une entreprise.
Par ailleurs, le bénéfice de cette exonération est subordonné au respect des deux conditions suivantes :
• Les versements et les produits capitalisés y afférents soient intégralement conservés dans ledit plan
pendant une période au moins égale à cinq (5) ans à compter de la date de l’ouverture dudit plan ;
• Le montant des versements effectués dans ledit plan, ne dépasse pas six cent mille (600 000) dirhams.

Cette exonération est applicable au montant de l’abondement, versé par l’entreprise au salarié, dans le cadre du plan
d’épargne entreprise ouvert à compter du 1er janvier 2013.
Exonération des revenus et profits générés dans le cadre du PEE
Exonération totale des revenus et profits de capitaux mobiliers réalisés dans le cadre d’un PEE.
Les titres éligibles au PEE sont les suivants :
• Les actions et les certificats d’investissement, inscrits à la cote de la bourse des valeurs du Maroc, émis
par des sociétés de droit marocain ;
• Les droits d’attribution et de souscription afférents auxdites actions ;
• Les titres d’OPCVM actions.

Ne sont pas considérés comme des titres éligibles au PEE, les titres acquis dans le cadre d’attribution d’options de
souscription ou d’achat d’actions de sociétés au profit de leurs salariés et qui ont bénéficié des avantages fiscaux
prévus à l’article 57-14°du CGI
Par ailleurs, le bénéfice de l’exonération susvisée est subordonné aux conditions suivantes :
• Les versements et les produits capitalisés dans le cadre du PEE doivent être intégralement conservés dans
ledit plan pendant une période égale au moins à cinq (5) ans à compter de la date de l’ouverture du plan ;
• Le montant des versements effectués par le contribuable dans ledit plan ne doit pas dépasser 600 000
dirhams.

En cas de non-respect des conditions précitées, le contribuable perd le bénéfice des exonérations prévues par le code
général des impôts et de ce fait, le montant de l’abondement est considéré comme un complément de salaire soumis
à l’IR dans les conditions de droit commun.
Quant au profit net réalisé dans le cadre dudit plan, il est soumis à l’impôt au taux de 15%, sans préjudice de
l’application des dispositions de l’article 198 du CGI

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

90
Aussi, l’organisme gestionnaire du PEE est tenu d’opérer et de verser l’impôt retenu à la source au taux de 15% sur
le profit net réalisé dans les conditions prévues à l’article 174-II-B du CGI.
A défaut de versement, les sommes retenues sont augmentées, à compter de la date du rachat, du retrait ou de la
clôture avant le délai précité, de la pénalité et des majorations prévues à l’article 208 du CGI.
Par ailleurs, les modalités d’application du plan d’épargne entreprise, notamment celles relatives à ses caractéristiques
financières et techniques sont fixées par voie réglementaire.

M. Avantages en faveur des sociétés holding résidentes

Définition :
Est reconnue holding toute société qui détient des titres de participation lui permettant de diriger et de contrôler
l’activité des entreprises dont elle détient des titres.
Exonération en matière d’IR de la plus-value nette réalisée à la suite de l’opération d’apport de titres de capital à une
société holding soumise à l’IS et résidente au Maroc

Les personnes physiques qui procèdent à l’apport de l’ensemble des titres de capital qu’ils détiennent dans une ou
plusieurs sociétés à une société holding résidente soumise à l’IS, ne sont pas soumises à l’IR au titre de la plus-value
nette réalisée à la suite de cet apport.
Il est précisé que les titres à apporter s’entendent des titres de capital détenus dans une société ou plusieurs sociétés.

NB : Les parts d’OPCVM ne bénéficient pas de cette exonération du fait qu’ils constituent des instruments de
placement et d’épargne. Par contre le dispositif d’apport permet à la société holding de diriger et de contrôler
l’activité des entreprises dont elle détient des titres de capital.

Toutefois, cette exonération est acquise selon les conditions suivantes :


• L’apport doit être effectué entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2015 ;
• Les titres de capital apportés doivent être évalués par un commissaire aux apports, choisi parmi les
personnes habilitées à exercer les fonctions de commissaire aux comptes ;
• La société bénéficiaire de l’apport doit s’engager dans l’acte d’apport à conserver les titres reçus pendant
une durée d’au moins quatre (4) ans, date à date, à compter de la date dudit apport.
• La personne physique ayant procédé à l’apport de l’ensemble de ses titres de capital doit s’engager dans
l’acte d’apport à payer l’IR au titre de la plus-value nette résultant de l’opération d’apport, lors de la cession
partielle ou totale ultérieure, de rachat, de remboursement ou d’annulation des titres reçus en contrepartie
de l’opération d’apport.

Il convient de souligner qu’en cas de cession partielle ultérieure des titres, la personne physique ayant procédé à
l’apport de l’ensemble de ses titres de capital doit payer l’IR au titre de la plus-value nette résultant de l’opération
d’apport, dans la proportion des titres cédés.
Les contribuables ayant procédé à l’apport doivent remettre contre récépissé, à l’inspecteur des impôts du lieu de
leur domicile fiscal, une déclaration souscrite sur ou d’après un imprimé modèle établi par l’administration dans les
soixante (60) jours qui suivent la date de l’acte d’apport.

IMPORTANT :
• Cas d’échange de titres dans le cadre d’une opération de fusion, il est mis fin au sursis d’imposition de la plus-value
d’apport. Etant rappelé que l’échange est considéré fiscalement comme une double vente.
• Cas de donation des titres reçus en rémunération de l’apport, le sursis d’imposition est levé et la plus-value
résultant de l’apport est imposée dans les conditions de droit commun au nom de l’apporteur initial.
• Cas d’héritage, les héritiers bénéficient du sursis d’imposition relatif à la plus-value d’apport, sous réserve du
respect des conditions prévues par le CGI.

LE DI S P OS I T I F D’ I N C I TAT I ON S FI S C ALE S

91
V. LE DISPOSITIF D’INCITATIONS FISCALES

L E DISP OSITIF D’INCI TATI ONS FI SCALES

92
LABELS CGEM
VI. LABELS CGEM 

1. Label CGEM pour la RSE :


Le Label CGEM pour la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) est une reconnaissance solennelle du respect
par les entreprises du Maroc de leur engagement à observer, défendre et promouvoir les principes universels de
responsabilité sociale et de développement durable dans leurs activités économiques, leurs relations sociales et plus
généralement, dans leur contribution à la création de valeur.
Par cette initiative, la CGEM entend promouvoir les facteurs d’attractivité de l’investissement productif et de la
croissance à long terme qui sont désormais, le développement humain, le respect des droits fondamentaux de la
personne humaine et de l’état de droit, la qualité des conditions d’emploi, la régulation des relations professionnelles,
la protection de l’environnement, la transparence et l’effectivité des règles concurrentielles.

Définition de La RSE
La CGEM se réfère pour l’entreprise à la définition que donne la Norme ISO 26000 des lignes directrices de la
responsabilité sociétale des Organisations :
Responsabilité d’une Organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur
l’environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui :
• Contribue au développement durable, y compris à la santé et au bien-être de la société ;
• Prend en compte les attentes des parties prenantes ;
• Respecte les lois en vigueur tout en étant en cohérence avec les normes internationales de comportement ;
• Intégrer dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations.

L’apport d’une démarche RSE pour les entreprises


• Accroissement de la capacité d’attirer et de fidéliser une clientèle de qualité et de gagner de nouvelles
parts de marché en réponse à de nouvelles exigences des donneurs d’ordre ;
• Développement d’un milieu de travail attractif pour des collaborateurs compétents et motivés compte tenu
des conditions de travail et moyens mis en place par l’entreprise;
• Amélioration du climat de travail et établissement d’un dialogue social serein dans l’entreprise ;
• Augmentation de la productivité et de sa qualité à long terme par une implication poussée des salariés au
regard de leur motivation et engagement ;
• Renforcement de la capacité de gestion des risques en adoptant une approche proactive ;
• Facilitation de l’accès aux crédits vu que les établissements financiers sont de plus en plus exigeants et
tiennent compte des comportements responsables des entreprises pour l’octroi des crédits ;
• Consolidation de l’image de marque et la réputation de l’entreprise en tant que facteurs essentiels de sa
compétitivité.

Le référentiel du Label RSE de la CGEM


Le référentiel du Label RSE est la charte de responsabilité sociale de la CGEM, adoptée le 14 décembre 2006 par le
Conseil National de l’Entreprise. Cette charte est structurée en 9 axes d’engagement définissant chacun des objectifs
de stratégie et de conduite managériale précis et mesurables. Ces objectifs sont en phase avec les orientations et les
lignes directrices de la norme ISO 26000. Ils satisfont pleinement à la législation nationale et sont rigoureusement
conformes aux principes et objectifs énoncés à l’attention des entreprises par les normes publiques internationales,
les conventions fondamentales et les recommandations des Institutions internationales, l’ONU, OIT, OCDE.

LABELS CGEM 

94
Les 9 neuf axes d’engagements de la Charte RSE
1. Respecter les droits humains ;
2. Améliorer en continu les conditions d’emploi et de travail et les relations professionnelles ;
3. Protéger l’environnement ;
4. Prévenir la corruption ;
5. Respecter les règles de la saine concurrence ;
6. Renforcer la transparence du gouvernement d’entreprise ;
7. Respecter les intérêts des clients et des consommateurs ;
8. Promouvoir la responsabilité sociale des fournisseurs et sous-traitants ;
9. Développer l’engagement sociétal.

Règles d’attribution du Label RSE


Le Label RSE de la CGEM est attribué pour une durée de trois années aux entreprises basées au Maroc, membres de
la Confédération, sans discrimination de taille, de secteur, de produits ou de services. Toute entreprise postulant au
Label doit se soumettre à une évaluation, menée par l’un des tiers-experts indépendants accrédité par la CGEM. Cette
évaluation vise à attester que les actes de gestion d’une entreprise postulante présente une assurance raisonnable
de conformité avec les engagements de la charte de responsabilité sociale. En particulier, cette entreprise doit fournir
des preuves tangibles de non violation des obligations légales figurant sur cette charte. La procédure à suivre pour la
labellisation est détaillée sur le document ci-dessous.

Appui au financement par l’ANPME


L’ANPME dans le cadre du programme « Moussanada Transverse » accompagne les entreprises éligibles au
programme qui s’engagent dans le processus d’obtention du label. Elle finance à hauteur de 60% le cout de l’audit
d’évaluation à l’issue duquel le label est octroyé à l’entreprise (www.anpme.ma)

Les avantages accordés par les partenaires


L’Administration des Douanes et Impôts indirects, la CNSS, le Crédit Agricole du Maroc, le Groupe Banques
Populaires, la Banque Marocaine pour le Commerce et l’Industrie et la Direction Générale des Impôts se sont associés
à la Confédération pour promouvoir le Label RSE. Ces partenaires octroient aux entreprises labellisées des avantages
et traitements spécifiques (tarification préférentielle, simplification des procédures, assouplissement des contrôles,
gestion personnalisée, célérité dans le traitement des dossiers,…).

Contact :
Commission Label RSE
Adresse : 31, Bd Mohamed Abdou, Quartier Palmiers - Casablanca
Tél : 0522 99 70 00
Fax : 0522 98 39 71
E-mail : tazi@cgem.ma
Site web : www.cgem.ma

LAB E LS C GE M 

95
VI. LABELS CGEM 

2. Label e-thiq@ :
L’économie marocaine prend aujourd’hui un nouveau tournant. Le commerce électronique s’impose par son
accessibilité et sa fluidité dans le transfert de l’information. La structuration de ce créneau et la sécurisation des
données des consommateurs restent des éléments à verrouiller pour renforcer la confiance des utilisateurs.

La stratégie nationale pour la société de l’information et l’économie numérique “Maroc Numeric 2013”, lancée le 10
octobre 2009 sous la présidence effective de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a inscrit effectivement la Confiance
numérique comme l’une des deux mesures d’accompagnement de cette stratégie visant à instaurer les conditions
nécessaires pour susciter la confiance des citoyens et des entreprises en l’économie numérique.

En effet, la mise en œuvre de l’action de la mesure d’accompagnement précitée visant à mettre en place un label
des sites web marchands marocains pour renforcer la confiance des citoyens et des entreprises dans le commerce
électronique, est concrétisée par la mise en place du « Label e-thiq@ » de la CGEM pour le commerce électronique
dont l’objectif principal est d’instaurer la confiance des consommateurs en ligne dans les sites marchands et de
promouvoir le développement du commerce électronique au Maroc.

C’est dans ce but que le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies et la Confédération
Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) ont procédé, le vendredi 17 juin 2011, à la signature d’une convention
de partenariat portant sur la mise en place du label e-thiq@ qui est un gage de conformité de l’entreprise à la
règlementation en vigueur. Ce label représente également un levier de renforcement de la compétitivité et des
performances des entreprises opérant dans sur internet, leur permettant ainsi de percer le marché tant sur le plan
national qu’international.

Sites concernés par la labellisation


Le Label e-thiq@ s’adresse aux entreprises qui possèdent un site Internet de vente de produits ou de services dans
le cadre du respect de la réglementation marocaine en vigueur. Il s’applique aux sites commerciaux identifiés ainsi
qu’aux sites commerciaux associés ou liés, eux-mêmes identifiés comme participants à la réalisation de l’acte
d’achat, quelle que soit leur localisation géographique au Maroc. Les sites marchands peuvent s’adresser à des
consommateurs marocains ou étrangers. Les produits ou services proposés peuvent être à destination des entreprises,
des administrations ou des particuliers. Il n’est pas obligatoire que le site propose un système de paiement en ligne.

Critères de qualité du Label e-thiq@


La labellisation des sites marchands envisage la majorité des paramètres allant de la transaction commerciale sur
Internet de l’information du consommateur aux enquêtes de satisfaction de la clientèle en respectant les règles
suivantes :
1. Responsabilité, transparence et éthique ;
2. Information relative à l’identification du professionnel ;
3. Respect du droit du consommateur ;
4. Description des produits et des prestations de services ;
5. Réalisation de la transaction ;
6. Conditions de retour, de garantie et de réclamation ;
7. Confidentialité des données personnelles ;
8. Sécurité de la transaction ;
9. Respect de la loi relative à la communication audiovisuelle ;
10. Qualité de service technique ;
11. Amélioration continue.

LABELS CGEM 

96
Procédure d’attribution du Label e-thiq@
Ce label est délivré sur la base d’une évaluation de la conformité des entreprises intéressées au code de conduite
du Label qui satisfait à la législation et réglementation marocaine en vigueur. Cette évaluation est réalisée par l’un
des tiers-experts accrédités à ce propos par la CGEM suivant un appel à candidature. Le Label e-thiq@ est délivré,
pour une durée de deux (2) ans aux entreprises basées au Maroc, sans discrimination de taille, du secteur d’activité,
de produits ou de services, par le président de la CGEM sur avis d’une commission d’attribution conformément aux
règles d’attribution de ce Label. Toute entreprise postulant au Label doit adresser une demande de labellisation au
Président de la Commission E-entreprise de la CGEM, signée par le représentant légal de l’entreprise conformément
à ses statuts. La demande doit présenter les activités de l’entreprise, exprimer son engagement à recourir à une
mission d’évaluation auprès de l’un des tiers experts accrédités par la CGEM et préciser les coordonnées, le nom et
le titre de l’interlocuteur désigné par l’entreprise.

Contact :
Commission E-entreprise
Adresse : 23, Bd Mohamed Abdou, Quartier Palmiers - Casablanca
Tél : 0522 99 70 00
Fax : 0522 98 39 71
E-mail : c.eentreprise@cgem.ma, m.gam@cgem.ma
Site web : www.cgem.ma

LAB E LS C GE M 

97
Bilan prospectif du capital marque Diagnostic marques
Examen marketing exhaustif Test de concepts - produits
Pré et post test publicitaire
Etudes Qualitatives
Test de packaging
et Quantitatives
Etude de satisfaction

Conseils
Audit et Bilan en Marketing
Marketing Stratégique

Elaboration
de Plans d’Actions
Marketing Analyse et Recommandation
stratégique :
Analyse concurrentielle
Evaluation du positionnement Positionnement
Potentiel du mix produit Potentiel
Mise en place du plan d’action

W-Adviser, 10 Place des Nations Unies


20080 Casablanca
Tél: 0522 490 478 Fax: 0522 490 484
Email: contact@w-adviser.com
CONTACTS UTILES
VII. CONTACTS UTILES 

Sigle Téléphone Fax EMAIL


AMITH 05 22 94 20 84 /85 05 22 94 05 87 amith@amith.org.ma
05 22 87 46 12
APEBI 05 22 87 57 29 apebi@apebi.org.ma
05 22 87 57 44
FCP 05 22 66 53 02 / 03 0522 66 53 04 fcp@fcpmaroc.org
FDIM 05 22 30 68 98 05 22 31 99 96 fdim@wanadoo.net.ma
FEDIC 05 22 22 77 16 / 02 05 22 22 72 99 fedic@menara.ma
FENAGRI 05 22 99 70 55 05 22 58 02 62 sg@fenagri.org; kfellah@fenagri.org
05 22 94 91 82
FENELEC 05 22 94 96 42 fenelec@fenelec.com
05 22 94 51 29
FE 05 22 99 70 71 05 22 98 52 80 fedenerg@menara.ma
05 22 36 57 43 fenip@fenip.com
FENIP 05 22 36 61 54
05 22 94 48 94 Infofenip@gmail.com
Fimme.fimme@gmail.com
fimme@menara.ma
FIMME 05 22 35 13 03 / 07 05 22 351238
alialaoui.fimme@yahoo.fr
fimme2011@yahoo.fr
05 22 54 24 88/89 05 22 44 22 76
FISA fisamaroc@gmail.com
05 22 31 12 49 05 22 44 46 34
FMC 05 22 39 54 51/53 05 22 39 54 49 fmc@fmc.org.ma
FMM 05 22 30 12 28 05 22 31 80 94 nadialagazette@gmail.com
h.choukairi@fmsar.ma
FMSAR 05 22 39 18 50/ 51 05 22 39 18 54
baddou@cat.co.ma
FNACAM 05 22 26 19 78 05 22 26 19 82 secretariat@fnacam.ma
FNAM 066155 58 69 05 22 49 02 08 fnam1@menara.ma
FNBTP 05 22 20 02 69 05 22 48 32 74 secretariat@fnbtp.ma
FNCL 05 22 47 64 38/68 05 22 47 42 07 federation@fncl.ma
FNM 05 22 30 18 01 05 22 30 65 51 fnm@fnm.org.ma
05 22 98 59 79 fnpi@fnpi.ma
FNPI 05 22 98 57 73
05 22 98 36 20 elkettani@fnpi.ma
FNT 0522 88 0800 05 22 44 63 06 fnt@fnt.ma
05 22 45 07 94
FT 05 22 44 96 10 contact@ftcgem.ma
05 22 44 88 18
GIMAS 0522 99 70 28 0522 99 66 29 contact@gimas.org agnes.aziz@gimas.org
FEA 05 22 99 70 59 05 22 98 39 71 fea@fea.ma
FCS 05 22 99 70 39 05 22 98 39 71 fcs@cgem.ma; m.taib@cgem.ma
FSBF 05 22 99 70 37 05 22 98 39 71 s.jafari@cgem.ma
FPM 05 22 99 70 37 05 22 98 39 71 s.jafari@cgem.ma
FIFAGE 05 22 99 70 37 05 22 98 39 71 s.jafari@cgem.ma
FA 05 22 99 70 37 05 22 98 39 71 s.jafari@cgem.ma
FSBF 05 22 99 70 37 05 22 98 39 71 s.jafari@cgem.ma
FEP 05 22 99 70 37 05 22 98 39 71 s.jafari@cgem.ma

CON TACT S UTIL E S

100
Liens utiles :
http://www.fjemaroc.ma/index.html?lang=fr
http://www.service-public.ma/
http://www.marocainsdumonde.gov.ma/vous-avez-un-projet-d%E2%80%99investissement/c%C3%A9ation-
d’entreprise-au-maroc.aspx
http://www.casainvest.ma/
http://www.rabatinvest.ma/
http://www.cri.ma/
http://www.ebrd.com/pages/country/morocco.shtml
http://www.ompic.org.ma/
http://www.hcp.ma/
http://www.ode.ma/
http://www.cese.ma/
http://www.cerimme.ma/
http://www.cetiev.ma/
http://www.cmtc.ma/
http://www.cetia.ma/
http://www.cetemco.ma/
http://www.ctiba.org/
www.tax.gov.ma

Sources :
http://www.invest.gov.ma
http://www.ode.ma
www.anpme.ma
www.cmi.net.ma
www.tax.gov.ma
http://portail.tax.gov.ma/wps/portal/
http://www.casablanca.cci.ma/
http://portail.tax.gov.ma/
http://www.giac-tertiaire.ma/
http://www.giac1.org/
http://www.giac-agro.ma/
http://www.giac-btp.com/
http://www.fnih.ma/contenu/giac-hotellerie.html
http://www.giacoteltour.ma/
http://www.giactechnologies.com/
http://www.fntr.ma/giac.php
http://fr.ebrd.com/
http://www.cerimme.ma/
http://www.cetiev.ma/
http://www.cmtc.ma/
http://www.cetia.ma/
http://www.cetemco.ma/
http://www.ctiba.org/

C ON TAC T S UT I LE S

101
VII. CONTACTS UTILES 

Liste des associations membres de la Fédération du Commerce et Services :

• FEDERATION NATIONALE DES AGENTS ET COURTIERS D’ASSURANCE AU MAROC FNACAM


• FEDERATION MAROCAINE DU CONSEIL ET DE L’INGENIERIE
• ASSOCIATION MAROCAINE DES EXPORTATEURS ASMEX
• ASSOCIATION MAROCAINE DES EDITEURS
• ASSOCIATION DES PROFESSIONNELS DU MATERIEL BIO-MEDICAL «APMB»
• ASSOCIATION DE LA ZONE INDUSTRIELLE DE TANGER «AZIT»
• ASSOCIATION MAROCAINE DES TRANSPORT ROUTIERS INTERNATIONAUX NORD «AMTRI NORD»
• ASSOCIATION MAROCAINE DES TRANSPORTS ROUTIERS INTERNATIONAUX
• ASSOCIATION DES FEMMES CHEFS D’ENTREPRISES DU MAROC (AFEM)
• ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES AGENTS MARITIMES, CONSIGNATAIRES DE NAVIRES ET COURTIERS
D’AFFRETEMENT DU MAROC «APRAM»
• ASSOCIATION DES ENTREPRISES DU SECTEUR DE L’AUDIO VISUEL
«ASESA» - C/O MEDIA ET COMMUNICATION DEVELOPMENT
• ASSOCIATION DES INVESTISSEURS DE LA ZONE INDUSTRIELLE AIT MELLOUL-ADIZIA
• ASSOCIATION MAROCAINE DE DISTRIBUTION MODERNE (AMDM)
• ASSOCIATION MAROCAINE DU TRAVAIL TEMPORAIRE (AMTT)
• MAROC INNOVATION ET SANTE (MIS)
• ASSOCIATION DES FIDUCIAIRES DU NORD
• ASSOCIATION MAROCAINE DES FOURNISSEURS D’OPTIQUE
• FEDERATION NATIONALE DES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE «FNETT»
• ASSOCIATION DES BUREAUX DE CONSEIL ET DE FORMATION «ABCF»
• ASSOCIATION DES INVESTISSEURS DE LA ZONE INDUSTRIELLE DE GZENAYA «AIZIG»
• COMITE DES OPERATEURS ITALIENS DU MAROC
• ASSOCIATION DES CENTRES D’APPELS & SERVICES INFORMATIQUES OFFSHORE DU MAROC «ACASIOM»
• JEUNE CHAMBRE INTERNATIONALE MAROC «JCI»
• ASSOCIATION DE LA QUALITE ET DU MANAGEMENT «AQM»
• ASSOCIATION IZDIHAR
• ASSOCIATION DES CERTIFICATEURS DU MAROC «ACM»
• UNION DES AGENCES CONSEIL EN COMMUNICATION
• CLUB DES FEMMES ADMINISTRATEURS D’ENTREPRISE AU MAROC «CFA MAROC»
• ASSOCIATION MAROCAINE DU COMMERCE DES DECHETS
• FEDERATION MAROCAINE DE L’UNION DES TRANSPORTEURS ROUTIERS PUBLIQUES DE PERSONNES
«FMUTRP»
• LA MAROCAINE DES JEUX ET DES SPORTS «MDJS»
• ASSOCIATION DES SOCIETES DE SURVEILLANCE PRIVES ET DE PROTECTION PROFESSIONNELLES
«A2S3P»
• ASSOCIATION DES IMPORTATEURS DE MATERIEL DE BTP
• ASSOCIATION SAKIA ALHAMRA
• ASSOCIATION MAROCAINE DE LEVAGE ET MANUTENTION «AMLM»
• ASSOCIATION MAROCAINE EN RECRUTEMENT
• ASSOCIATION MAROCAINE DE LA VENTE DIRECTE

• ASSOCIATION UNION DE L’ENSEIGNEMENT ET DE LA FORMATION LIBRE AU MAROC «UEFLM»


• ASSOCIATION DES ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTION ET DE TRAVAUX PUBLICS PROVINCE DE ZAGORA
«AECTP»

CON TACT S UTIL E S

102
C ON TAC T S UT I LE S

103
«Partenaires de la FCS, à ce jour,
dans le cadre des Escales des Managers»

CGEM Régions  

Institutionnel Banque Mondiale

UE - Union Européenne

ANPME - Agence Nationale pour la Promotion de


la Petite et Moyenne Entreprise

Accompagnement
INMAA - Initiative Marocaine d’Amélioration

BERD - Banque Européenne pour la


Reconstruction et le Développement

CCG - Caisse Centrale de Garantie  

Financement Bourse de Casablanca  

Banque Populaire  

Experts GCC - Groupement des Cabinets de Conseil  

La Fédération du Commerce et Services lance un appel à partenariat dans le cadre de ses activités
Les membres du bureau et membres permanents de la Fédération du Commerce et Services  :

PRESIDENT DAHAMI KHALID SODIPRESS

VICE PRESIDENTE GENERALE DOUMIRI SOUAD TRAGEM

VICE PRESIDENT CHAHBI AHMED SELECT CONSEIL

VICE PRESIDENT BENHARBIT AZIZ ES DATA

VICE PRESIDENT MOUDAFII SAID MONDELEZ MAROC

VICE PRESIDENT BAZID KHALID GROUPE CARACTERE

SECRETAIRE GENERAL BEKKALI IMAD GLOBAL QUALITY CONSULTING

SECRETAIRE GENERAL ADJOINT BENAICHA OMAR BUREAU VERITAS

MEMBRE DU BUREAU OUTAGHANI BOUCHRA PAR3COM

MEMBRE DU BUREAU MORINE ASMAA C.A.I.S

MEMBRE DU BUREAU TOUMI MEHDI TOUMI & PARTNERS INTER TAX ADVISORY

DIRECTEUR TAÏB MOHAMED FCS - CGEM

COORDINATRICE KHORCHACH SIHAM FCS - CGEM