Vous êtes sur la page 1sur 8

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES

Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère année Master (TC) Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16

r e année Master (TC) Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 A n n

Année Académique : 2014/2015 Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.mf-ehec.jimdo.com

Support pédagogique de cours N° 06 :

" La démarche stratégique :

Segmentation - Ciblage - Positionnement "

Contenu :

1. Introduction

2. La segmentation

Définition

Les principaux critères de segmentation

Les conditions d’une bonne segmentation

3. Le ciblage

Définition

Les stratégies de ciblage

4. Le positionnement

Définition

Les conditions d’un bon positionnement

Les stratégies de positionnement

5. Synthèse

 Les condition s d’un bon positionnement  Les stratégies de positionnement 5. Synthèse [ Page

[ Page 1 sur 8 ]

1.

Introduction :

Une entreprise ne peut s’adresser à tous les acheteurs potentiels. Ceux-ci sont trop nombreux, trop dispersés et trop différents. En revanche, ils peuvent souvent être regroupés en sous-marchés, appelés segments, aux besoins et désirs homogènes. Une fois qu’elle a segmenté son marché, l’entreprise identifie à quel segment elle souhaite s’adresser. Elle développe alors un marketing ciblé à l’aide d’une politique marketing et de produits spécifiquement adaptés.

Pour éviter de disperser leurs efforts marketing, la plupart des entreprises mettent aujourd’hui en place un marketing ciblé. Cette approche suppose une démarche en trois temps 1 :

1.

Segmentation du marché : découper le marché en sous-ensembles homogène, puis analyser le profil des segments ainsi identifiés.

2.

Ciblage : évaluer l’attrait relatif de chaque segment et choisir ceux sur lesquels l’entreprise concentrera ses efforts.

3.

Positionnement : concevoir une offre adaptée à la cible choisie et développer le marketing- mix correspondant.

2.

La segmentation :

2.1

Définition :

La segmentation est le découpage d’un marché en groupes de clients distincts en fonction

d’un ou plusieurs critères, ayant des façons de penser ou d’agir spécifiques, et pouvant potentiellement être la cible d’une politique marketing 2 .

être la cible d’une politique marketing 2 . 1. Philip Kotler, Kevin Keller et Delphine Manceau,

1. Philip Kotler, Kevin Keller et Delphine Manceau, Marketing Management, 14ème édition, édition Pearson, Paris, France, 2012,

P248.

2. Jacques LENDREVIE et Julien LÉVY, Mercator, 10 ème édition, édition Dunod, Paris, France, 2012, P1103.

[ Page 2 sur 8 ]

2.2

Les principaux critères de segmentation :

Tableau : les principaux critères de segmentation

 

Catégories de critères

Critères

 

Pays

Les critères géographiques

Régions

les principaux critères de segmentation

Villes

 

Age

Les critères sociodémographiques

Sexe

Revenu

 

Religion

 

Style de vie

Les critères psychographiques

Valeurs

Personnalité

 

La situation d’achat

Les avantages recherchés

 

Les critères comportementaux

Le niveau d’utilisation

L’étape du processus d’achat

 

Le statut de fidélité

L’attitude

Source : Philip Kotler, Kevin Keller et Delphine Manceau, Marketing Management, 14ème édition, édition Pearson, Paris, France, 2012, PP 249-259. (Avec adaptation)

[ Page 3 sur 8 ]

2.3

Les conditions d’une bonne segmentation :

Une segmentation efficace doit remplir cinq caractéristiques 1 :

La possibilité de mesure : elle porte sur deux niveaux, la taille des segments (peut-on déterminer combien on compte de consommateurs aux caractéristiques définis et quels volumes ils achètent ?) et le rattachement des acheteurs donnés à un segment (dispose-t-on des informations nécessaires pour savoir à quel segment un individu donné appartient ?)

Un volume suffisant : les segments doivent être suffisamment vastes et/ou rentables pour justifier l’élaboration d’une stratégie marketing spécifique. Le découpage d’un marché en segment exige souvent de faire un arbitrage entre la forte homogénéité souhaitée pour chaque segment et une taille suffisante pour justifier une politique marketing spécifique.

La possibilité d’accès : l’entreprise doit pouvoir diriger ses efforts marketing vers les segments choisis en connaissant leurs habitudes en termes de critères de choix des produits,

de sensibilité au prix, de fréquentation des réseaux de distribution, d’exploitation aux médias

La pertinence : les segments doivent être réellement différents les uns des autres du point de vue de la catégorie de produit et réagir différemment aux actions marketing envisagées.

La faisabilité pour l’entreprise : une PME peut identifier correctement les différents segments d’un marché sans pouvoir en tirer parti du fait de ses ressources limitées.

pouvoir en tirer part i du fait de ses ressources limitées. 1. Philip Kotler, Kevin Keller

1. Philip Kotler, Kevin Keller et Delphine Manceau, Marketing Management, 14ème édition, édition Pearson, Paris, France, 2012,

P263.

[ Page 4 sur 8 ]

3.

Le ciblage :

3.1 Définition :

Le ciblage est l’action de choisir une cible pour une campagne de publicité, de marketing

direct ou toute autre action marketing 1 .

3.2 Les stratégies de ciblage :

Tableau : les stratégies de ciblage

de ciblage : Tableau : les stratégies de ciblage   Considérer son marché comme un tout,
 

Considérer son marché comme un tout, pas de différences significatives entre les segments cibles.

La stratégie indifférenciée

Exemple : le sucre. Convient pour les produits banals et de consommation de masse.

 

L’entreprise commercialise une offre avec des adaptations mineures pour chaque segment.

La stratégie adaptée

Exemple : Coca-cola, la marque est identique avec une adaptation mineure sur ses produits : Coca-cola, Coca-cola light, Coca-cola zéro. Cette stratégie est une bonne réponse aux attentes du marché.

 

Segmentation stratégique de couple (produit/marché), un mix-marketing est développé pour chaque offre.

La stratégie différenciée

Exemple : le groupe Accor et ses hôtels. Les investissements marketing sont importants mais l’entreprise apporte une excellente réponse aux besoins du marché.

La stratégie concentrée ou sélective

Concentration de l’entreprise sur un seul segment de marché. Stratégie de niche adaptée au luxe et aux spécialistes. La valeur ajoutée porte sur la qualité de l’offre et sa spécificité.

Source : Nathalie Houver, le petit marketing, édition Dunod, Paris, France, 2013, P13.

[ Page 5 sur 8 ]

4.

Le positionnement :

4.1 Définition :

Le positionnement est un choix stratégique qui cherche à donner à une offre (produit, marque, entreprise), une position crédible, attractive et différente au sein d’un marché et dans l’esprit des clients 1 .

4.2 Les conditions d’un bon positionnement :

Dans le choix et la formulation d’un positionnement, un responsable marketing doit viser trois types principaux de qualité 2 :

Sur la forme : être simple.

Sur le fond : être attractif, crédible et différent.

Quant aux modalités : être profitable.

et différent.  Quant aux modalités : être profitable.  La simplicité : un positionnement a

La simplicité : un positionnement a d’autant plus de chances de s’imposer au public qu’il est simple, c-à-d fondé sur un petit nombre de caractéristiques fonctionnelles ou symboliques du produit. Il faut éviter les positionnements trop riches et trop complexes.

L’attractivité : un positionnement n’est pertinent que s’il correspond à des attentes importantes des clients potentiels du produit considéré.

La crédibilité : un positionnement n’a de chances de s’imposer que s’il est crédible, c-à-d s’il n’est pas en contradiction avec les caractéristiques du produit considéré ou avec l’image de la marque sous laquelle il est vendu.

La différenciation : la quatrième condition d’un bon positionnement est d’être différent des concurrents. L’idéal, à cet égard, est de se positionner sur un créneau vacant du marché, c-à- d sur des attentes non encore satisfaites par les produits concurrents. En d’autres termes, il faut dans la mesure du possible se positionner à partir d’une qualité qu’on est le seul à posséder ou qu’on possède plus que les concurrents.

La profitabilité : lorsqu’on se positionne sur un marché, on fait un choix qui se traduit par un sacrifice sur certaines parties de marché au profit de positions fortes sur d’autres. On peut avoir un positionnement qui soit simple, attractif, crédible et original, mais qui pour autant est trop spécifique pour avoir un potentiel économique suffisant.

1. Jacques LENDREVIE et Julien LÉVY, Mercator, 10 ème édition, édition Dunod, Paris, France, 2012, P1096.

2. Jacques LENDREVIE et Julien LÉVY, Mercator, 10 ème édition, édition Dunod, Paris, France, 2012, P788.

[ Page 6 sur 8 ]

La pérennité : enfin, un positionnement sur un marché doit être durable. En effet, affirmer une position sur un marché et dans l’esprit des clients prend du temps.

4.3

Les stratégies de positionnement :

Il existe trois stratégies possibles 1 :

La stratégie d’imitation :

possibles 1 :  La stratégie d’imitation :  Le produit ou la marque occupe la

Le produit ou la marque occupe la même place que le produit concurrent.

Stratégie peu fréquente.

Peu recommandé en raison de la forte concurrence des produits leaders.

Les efforts marketing doivent être importants et réguliers.

La stratégie de différenciation :

Le produit est différent de ceux de la concurrence et difficile à imiter par eux.

On agit sur : les caractéristiques du produit, l’image du produit, le plan psychologique, le plan sociologique.

Des efforts importants en communication pour faire connaitre cette différenciation et la faire percevoir aux consommateurs.

La stratégie d’innovation :

Chercher une nouvelle réponse à des besoins partiellement satisfaits et définir un nouveau mix-marketing.

satisfaits et définir un nouveau mix-marketing.  1. KADI Ali et al., Manuel de marketing fondamental

1. KADI Ali et al., Manuel de marketing fondamental, 1ère édition, EHEC, Alger, 2013/2014, P61.

[ Page 7 sur 8 ]

5.

Synthèse :

La

procédure

complète

de

la

démarche

stratégique

(segmentation

ciblage

Positionnement) repose sur sept étapes présentées dans le tableau suivant :

Tableau : les étapes du processus de la démarche stratégique SCP

1. Identifier les segments

Identifier les groupes des clients ayant des besoins et des comportements homogènes face à un produit donné

2. Étudier les segments

Étudier les caractéristiques géographiques, sociodémographiques, psychographiques et comportementales de chaque segment

3. Évaluer les segments

Évaluer la valeur de chaque segment en fonction de son attrait général et de sa cohérence avec les objectifs et les ressources de l’entreprise

4. Choisir les cibles

Choisir le ou les segments auxquels l’entreprise va s’adresser

5. Choisir le positionnement

Élaborer une proposition de valeur et un positionnement pour chaque segment ciblé en fonction de ses besoins et de ses caractéristiques

6. Tester les positionnements

Créer des concepts pour évaluer l’attractivité de chaque positionnement envisagé auprès du segment visé

7. Élaborer le marketing-mix

Décliner le positionnement sur le marketing-mix du produit ou service

Source : Philip Kotler, Kevin Keller et Delphine Manceau, Marketing Management, 14ème édition, édition Pearson, Paris, France, 2012, P 262.

[ Page 8 sur 8 ]