Vous êtes sur la page 1sur 15

1

Master Juriste d’Affaires

Exposé sur :

L’administration provisoire
des sociétés

Sous la direction du
Professeur d'enseignement supérieur
GUENBOUR Saida

Présenté par

Malak ELIMANI

Année universitaire 2018-2019


2

Sommaire
INTRODUCTION ........................................................................................................................ 3

Partie I : L’administration provisoire définitions et objectifs................................................... 6

Chapitre I : les missions et les pouvoirs de l’administrateur provisoire. ............................. 6

Section I : Missions de l’administrateur provisoire. ......................................................... 6

Section II : Les pouvoirs de l’administrateur provisoire ................................................... 8

Chapitre II : Dans quel cas désigner un administrateur provisoire ...................................... 8

Section I : Cas de dysfonctionnement des organes sociaux ............................................ 9

Section II : Cas d’un péril imminent : ............................................................................. 10

Partie II : La procédure de désignation d’un administrateur provisoire ................................ 11

Chapitre I : Déclenchement de la procédure ..................................................................... 11

Section I : Qui peut demander la désignation d’un administrateur provisoire ?........... 11

Section II : Mode d’introduction de la demande et fin de la désignation d’un


administrateur provisoire : ............................................................................................ 12

CHAPITRE II : Compétence de nomination de l’administrateur provisoire :...................... 13

Section I : Qui peut désigner un administrateur provisoire ? ........................................ 13

Section 2 : Qui peut être désigné administrateur provisoire ? ...................................... 14

CONCLUSION .......................................................................................................................... 15
3

INTRODUCTION

Dans la vie des sociétés, il y a des hauts et des bats dont certains
nécessitent l’intervention d’un tiers qui, lui est généralement désigné par
un juge.

C’est en période de crise cruciale qu’un administrateur provisoire est


désigné afin de se substituer aux organes de la direction d’une société. Et
ce durant une période donnée. Le temps que l’entreprise retrouve la
sérénité pour son bon fonctionnement.

L’administration provisoire peut se définir comme étant une attribution


temporaire de certains pouvoirs délégués à une personne, dénommée
administrateur provisoire par une autorité compétente, afin d’éviter que
la société en difficulté ne subisse un préjudice qui peut toucher le
patrimoine de celle-ci.

En d’autres termes, l’administration provisoire est nommée pour être et


prendre en charge la gestion administrative de la société en question
jusqu’à ce qu’elle remonte la pente raide.

L’administration provisoire joue un rôle primordial qui est selon


l’approche marocaine soumis aux règles de droit commun relatives aux
règles qui gèrent le mandat. Si l’on se réfère à l’article 1024 du D.O.C.
« L'administrateur non associé aux pouvoirs attribués aux mandataires
par l'article 891, sauf les clauses exprimées dans l'acte qui le nomme. »1

Ainsi l’article précédent nous renvoie à l’article 891 du D.O.C qui


stipule que « Le mandat spécial est celui qui est donné pour une ou
plusieurs affaires déterminées, ou qui ne confère que des pouvoirs
1
Dahir (9 ramadan 1331) formant Code des obligations et des contrats (B.O. 12 septembre 1913)
4

spéciaux. Il ne donne pouvoir d'agir que dans les affaires ou par les actes
qu'il spécifie et leurs suites nécessaires selon la nature de l'affaire et
l'usage. »2

En droit marocain bien qu’il existe une similarité entre le mandant et


l’administration provisoire, certaines spécificités marquent la différence
entre ces derniers. Alors que l’administration provisoire provient
exclusivement d’une autorité juridictionnelle, le mandat est issu d’un soit
contrat, soit d’une décision de justice.

Le mandat spécial et l’administration provisoire se rencontre dans le


cadre des attributions bien fixées au préalable. Le mandat général donne,
lui, le pouvoir de gérer tous les intérêts sans limitation des pouvoirs.

Autrement dit, le mandat a un caractère intuitu personae, tandis qu’en


administration provisoire on fait appel aux qualités professionnalisme,
neutralité et compétence.

En droit français « Nul ne peut être désigné en justice pour exercer ces
fonctions [les fonctions d’administrateur provisoire], sous réserve des
dispositions particulières à certaines matières, notamment celles relatives
aux mineurs et aux majeurs protégés, ou sous réserve des missions
occasionnelles qui peuvent être confiées aux membres des professions
judiciaires et juridiques en matière civile, s'il n'est inscrit sur la liste
établie par une commission nationale instituée à cet effet »3. En droit

2
Dahir (9 ramadan 1331) formant Code des obligations et des contrats (B.O. 12 septembre 1913)

3 Code de commerce - Article L811-2Modifié par LOI n°2016-1547 du 18 novembre 2016 - art. 97
5

français la règle qui régit le rôle de l’administration provisoire est, en


fait, plus précise.

En effet, le Conseil National des Administrateurs Judiciaires et des


Mandataires Judiciaires (CNAJMJ) est un organe où tous les pratiquants
de cette profession y sont inscrits en s’y confirmant à des critères
disposés par les articles R8117 et suivants du Code du Commerce
français. Ainsi les exigences qu’implique la gestion des sociétés sont
remplies par les administrateurs provisoires pour mener à bien leurs
missions temporaires.

Comment, donc peut définir l’administrateur provisoire ? quelles sont


ses missions et ses pouvoirs ? dans quels cas on en fait recours et dans
quelles conditions ?

Le travail que voici essaye de répondre à ces questions en consacrant une


première partie aux définitions et aux objectifs de l’administration
provisoire, aux missions et pouvoirs de l’administrateur provisoire.
Tandis qu’une seconde partie sera consacré la procédure de désignation
de ce dernier.
6

Partie I : L’administration provisoire définitions et objectifs

Chapitre I : les missions et les pouvoirs de l’administrateur


provisoire.

L’administrateur provisoire est un administrateur judiciaire qui a pour


mission de jouer le rôle de l’organe légal de représentation chargé de
l’administration courante.

Ainsi, les attributions et les pouvoirs de l’administrateur provisoire sont


limitées à des prérogatives bien fixées dans sa mission temporaire.

Section I : Missions de l’administrateur provisoire.

C’est en fonction de la vision des juges référés que les missions, confiées
aux administrateurs provisoires, viennent à être diverses et variées. Et
c’est en conséquences que les juges référés procèdent à la nomination
provisoire ou des plaideurs postulant celle-ci

La mission d'un administrateur provisoire peut-être aussi bien large que


limité. La mission élargie consiste à la substitution de l'administrateur
provisoire, pure et simple au conseil d'administration.

L’attribution de cette mission se trouve étendu dans la mesure où le juge


référé n'a pas la capacité de s'immiscer dans la gestion d'une société qui
lui est totalement inconnue.

Il ne peut pas donner à l'administrateur provisoire des consignes


précises, encore moins définir les pouvoirs de celui-ci de façon détaillée.
Sinon cela lui imposerait une adaptation par ordonnance afin d'élargir ses
pouvoirs.

Un administrateur provisoire peut être investi de tous les pouvoirs qui lui
7

ont été donnés par la loi de même que les organes de direction. Un arrêt
de la Cour de cassation française de 1986 l'avait admis. Quoi qu'il en
soit, le caractère limité dans le temps de sa mission est de l'essence
même de l'administrateur provisoire. Vêtu de la qualité d'un suppléant
des dirigeants de la société, l'administrateur provisoire et de ce fait
soumis au même régime que ces derniers.

Et ce, aussi bien d'un point de vue des devoirs que celui des
responsabilités civiles et pénales s'il venait à manquer à ses obligations.
Il sera reconnu responsable aussi bien devant les autres dirigeants qu'à
l'égard des actionnaires, des tiers et de la société. Par rapport à la mission
limitée, une tâche bien proportionnée et confier à l'administrateur
provisoire par le tribunal avec des pouvoirs strictement nécessaires à
l'objet de la mission pour dénouer la crise sous peine de porter atteinte à
la liberté d'association. Aussi, il appartient au juge de modifier cette
mission ((la durée où l’objet) et de préciser la rémunération par exemple
de l'administrateur provisoire. Quand administrateur provisoire se trouve
investi d'une mission limitée, il n'est pas autorisé à accomplir des actes
autres que ceux inhérents à tout marche quotidienne. En bref, la fonction
de l'administrateur provisoire et celle d'un administrateur ordinaire qui
est la gestion courante de la société. En aucune façon l'administrateur
provisoire a le droit de dépasser ses prérogatives qui ne lui permettent
pas de prendre des décisions importantes en rapport au fonctionnement
de la société.
8

Section II : Les pouvoirs de l’administrateur provisoire

Outre les pouvoirs propres, administrateur provisoire détient des


prérogatives selon la mission qui lui est confiée par le tribunal quant à la
gestion de la société qui se trouve en péril. Ainsi, par exemple,
l'administrateur provisoire a le pouvoir de vendre les actifs de la société
si l'on juge l'action nécessaire. De plus, il lui appartient de faire
fonctionner les comptes bancaires.

Il est aussi de son ressort de conclure les contrats nécessaires à l'activité


de la société par exemple l'achat ou la vente. Il peut aussi convoquer une
assemblée générale.

Chapitre II : Dans quel cas désigner un administrateur provisoire

Plusieurs cas peuvent se présenter à la désignation d'un administrateur


provisoire. Et les conditions de cette dernière sont strictes. La loi 17-35
relative au société anonyme, qui s'inspire de l'article L 225-24 du droit
français, énumère les cas intéressant la désignation de l'administrateur
provisoire et en plus de la législation, la jurisprudence apporte sa
contribution à travers la Cour de cassation française qui a eu
l'opportunité à plusieurs reprises d'éclaircir avec précision que la
désignation judiciaire d'un administrateur provisoire et une mesure
exceptionnelle exigeant deux conditions cumulatives: L'atteinte aux
dysfonctionnements des organes sociaux et l'existence d'un péril
imminent.
9

Section I : Cas de dysfonctionnement des organes sociaux

Dans l'hypothèse où les organes sociaux, tel le conseil d'administration


ou l'assemblée générale par exemple, connaissent un dysfonctionnement
et s'avère incapable de surmonter les difficultés rencontrées par la
société, la désignation d'un administrateur est postulée, citons le cas de
vacance par décès, par démission ou par tout autre empêchement d'un ou
plusieurs sièges d'administration sans que le nombre d'administrateurs
soit inférieur au minimum statuaire.4

Aussi, lorsque le nombre des administrateurs est devenu inférieur au


moins au minimum statuaire, sans toutefois être inférieure au minimum
légal. Enfin, si un siège de membre du directoire est Vacant, le conseil
de surveillance doit le pouvoir dans le délai de deux mois. À défaut, tout
intéressé peut demander au président du tribunal, statuant en référé, de
procéder à cette nomination à titre provisoire.

Par contre, en cas de conflit entre associés, la nomination d'un


administrateur provisoire ne se fait que s'il y a une manifestation d'un
blocage au niveau du fonctionnement de la société. En droit des sociétés,
l’administrateur provisoire doit donc tenter de sauver la société dans son
intérêt propre lorsqu'elle subit un grave conflit, sinon toute demande
d'administration provisoire ne réussira pas l'accroche.5

4
Alinéa 1 de l’article 49 de la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes
5
P. ex. cass. 25mars 1974 : le rôle du juge n’est pas de s’immiscer dans la gestion de la société.
10

Section II : Cas d’un péril imminent :

La notion de droit des sociétés a des motivations essentiellement vitales


dans le fonctionnement des sociétés et surtout lorsque celles-ci courent
un risque imminent. Quand ce dernier est certain et imminent,
l'intervention du juge, au nom de l'intérêt social est fondée afin de
désigner un administrateur provisoire. Bien au contraire, la demande sera
rejetée si on juge le risque comme éventuel et sera considérée comme
non fondée.6 Pourtant certains tribunaux qui estiment qu'un préjudice
périlleux pour la société et qui représente un risque futur, accepte de
nommer un administrateur provisoire.

De ce fait, certains juges courent le risque d'être considérés comme


coupables et de s'immiscer dans la gestion de la société. Leurs
agissements seront appréciés comme allant à l'encontre de la Cour de
cassation dans son arrêt exprimant l'une de ces conditions : « la
désignation judiciaire d'un administrateur provisoire de la société est une
mesure exceptionnelle qui suppose rapporter la preuve de circonstances
rendant impossible le fonctionnement normal de la société et menaçant
celle-ci d'un péril imminent ».7

6
Cour de cassation, 3 juillet 1984
7
Cass. Com., 18 mai 2010, n° 09-14.838, F-D, Scetbun c/ Bectarte : Juris-Data n° 2010-006636
11

Partie II : La procédure de désignation d’un administrateur


provisoire

Chapitre I : Déclenchement de la procédure


La question est de savoir, dans les situations justifiant la désignation d'un
administrateur provisoire, qui peut en qualité de demandeur intenter cette
action.

Section I : Qui peut demander la désignation d’un administrateur provisoire ?

Selon l'article I 225-231 du code de commerce, concernant les


actionnaires, intéresse la justification d'un intérêt à agir au sens de
l'article 31 du code de la procédure civile.8

Un principe est également avancé sur la qualité à agir et l’intérêt à agir


de ceux qui ont capacité et intérêt pour faire valoir leurs droits.9

La doctrine donne, à ceux qui ont intérêt à agir ou un lien de droit avec la
société en question, la légitimité de demander la désignation d’un
administrateur provisoire. Seuls, ceux-ci, ont qualité à agir en principe.10

La jurisprudence met en évidence la qualité de demandeurs tels les


actionnaires ou gérants ainsi que les actionnaires même minoritaires de
la société. Concernant les créanciers de la société, la jurisprudence a une
lecture mitigée sur la question opportune sur l’intérêt à agir et la qualité à
agir. Certaines requêtes des créanciers ont été acceptées en tant que telles
alors que d’autres ont été rejetées au motif qu’il n’appartient pas aux

8
L’article 1 du code de procédure civile.
9
L’article 1 du code de procédure civile.
10
Paris 3 ème B29 novembre 1996, RJDA 2/79, n°211.
12

créanciers sociaux « de se faire juge des intérêts de la société et de ses


associés et d’agir en son nom pour les préserver ».11

Cependant la bonne marche de la société intéresse les créanciers et la


jurisprudence a tendance à y être favorable à la recevabilité de la
demande de ces derniers même sans avoir un intérêt dans la société.12

Section II : Mode d’introduction de la demande et fin de la désignation d’un


administrateur provisoire :

L’introduction de la procédure est de la compétence des tribunaux de


premières instances qui statuent sur toute requête aux fins de voir
ordonner des mesures d’urgence en quelque matière que ce soit13. C’est
au juge des référés d’intervenir pour prévenir un dommage imminent ou
de faire cesser un trouble illicite.14

L’action en justice se fait en saisissant le tribunal de commerce


compétent pour juger les dysfonctionnements graves. Cependant, le plus
souvent c’est devant le président de cette juridiction qu’est intentée
l’action lorsque la situation impose l’urgence pour une procédure rapide
par voie de référé ou par une procédure sur requête de référé : l’argument
le plus invoqué pour justifier le recours à la requête de référé est celui de
l’effet de surprise considéré comme un cas d’extrême urgence. Enfin,
l’administrateur provisoire nommé pour régler les situations qui sont la
conséquence de sa désignation, ne peut pas lui-même décider de la fin de
son engagement mais la décision appartient à l’autorité qui est à l’origine

11
Albert-Dominique LEJEUNE & Vanessa VERITIER, l’administrateur provisoire en droit des sociétés,
Edition n° 90 du 15 janvier 2001.
12
Deen GIBIRILA, droit des sociétés, Toulouse, 4eme édition, ellipses, aout 2012
13
article 148 Code de procédure civile marocain
14
art 809-810-872-873 C .procédure civile français.
13

de sa nomination.15 Ainsi deux situations cessent l’intervention de


l’administrateur provisoire :

La première situation est celle ou l’administrateur provisoire a mené à


bien sa mission qui se finit dès lors que la société retrouve un
fonctionnement normal et c’est par une décision judiciaire qu’est
prononcée la fin de la mission de celui-ci.16

La deuxième situation concerne aussi bien la nature que la durée de la


mission ainsi déterminée par le dispositif de l’ordonnance ou du
jugement qui a commis l’administrateur provisoire. 17

Lorsque ces deux situations s’expriment, l’administrateur provisoire


cesse d’être le représentant légal de la société.

CHAPITRE II : Compétence de nomination de l’administrateur


provisoire :

Il s’agit de savoir après une décision compétente de nommer aussi bien


la qualité du désigné et le désignateur de l’administrateur provisoire.

Section I : Qui peut désigner un administrateur provisoire ?

Etant donné le caractère exceptionnel de la désignation de


l’administrateur provisoire, celle-ci est jugée indispensable pour la bonne
gestion de la société en difficulté. Donc la nécessité et l’intérêt de la
désignation de l’administrateur provisoire sont primordiales. Ainsi la
désignation de celui-ci ne peut être que judiciaire et cela relève de la
compétence des juges de référés qui procèdent à la nomination de

15
Cass, 1ère civ, 10/06/1986, °84-13.673
16
Cass.com,26/02/1985, N°83-14.689
17
Cass. Com. 23/03/1966
14

l’administrateur provisoire dans les cas cités dans le chapitre précédent


« les administrateurs provisoires sont une création des juges… » selon
l’article L 811-1.

Section 2 : Qui peut être désigné administrateur provisoire ?

En droit français, les postulants ou les désignés judiciaires de la fonction


d’administrateurs provisoires peuvent être soit des avocats, soit des
curateurs ou en encore souvent des réviseurs d’entreprises.

Un collègue de la société qui se trouve en difficulté, peut aussi bien être


désigné administrateur provisoire par les tribunaux si la taille et
l’importance de la société le requiert.
15

CONCLUSION
La désignation de l’administrateur provisoire est une réponse à des
besoins créés par des situations que vit une société d’une façon
exceptionnelle entrainées par une période de crise.

Cette décision peut être considérée comme rendant service à l’intérêt


général de la société.

Cependant cette désignation de l’administrateur provisoire peut présenter


certains risques dangereux pouvant mener à régler des comptes entre
deux parties en relation avec la société selon le statut qui les définit.