Vous êtes sur la page 1sur 24

Master Juriste d’affaires (M1)

Module droit des sociétés

La dissolution de la société au nom


collectif

Réalisé par: Encadré par:

HAIMOUD NOUHAILA Mme GENBOUR SAIDA

Année universitaire :
2018-2019

1
Introduction
Chapitre I : Les causes de la dissolution de la SNC
Section 1 : les causes de la dissolution communes à toutes
les sociétés de personnes
Section 2 : les causes de dissolution spécifiques à la société en
nom collectif, qui découlent essentiellement de l’intuitu personae.
Chapitre II : les effets de la dissolution
Section 1 : la liquidation
Section 2 : Le partage
Conclusion

2
Introduction :

La loi a mis en place des formes de société aussi diverses qu’hétérogènes avec des
règles de fonctionnement différents et qui n’ont pas les mêmes conséquences lorsqu’il
s’agit de la responsabilité juridiques des associés.
La législation des sociétés commerciales est actuellement contenue dans deux lois :
- la loi n° 17/95 relative aux SA, promulguée par dahir du 30 août 1996
(modifiée par la loi 20-05 promulguée par dahir n° 1-08-18 du 23 mai 2008, B.O. n°5640
du19/06/2008).
- la loi n° 5/96 relative aux autres sociétés (sociétés à responsabilité limitée -
SARL-, sociétés en nom collectif -SNC-, sociétés en commandité simple -SCS-, sociétés en
commandite par actions -SCA- et sociétés de participations -SP-), promulguée par dahir
du 13 février 1997.
Les dispositions de ces lois traitent l ensemble des formalités et procédures et
règles nécessaires à la création, au fonctionnement ainsi qu'à l'éventuelle dissolution de
la société et sans oublier le dahir formant le code des obligations et contrats qu’on peut le
considérer comme le texte fondamental qui réglemente les causes communes dissolution
des sociétés commerciales.
Ainsi on trouve la définition de la société Dans l article 982 du DOC qui prévoit
que : La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes mettent en
commun leurs biens ou leur travail, ou tous les deux à la fois, en vue de partager le
bénéfice qui pourra en résulter.1
Aussi l’art. 1832 du C. civile2 français qui dispose que La société est instituée par deux ou
plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d’affecter à une entreprise commune des
biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l’économie qui pourra
en résulter.3

Article 982 du Doc


2
l’art. 1832 du C. civile français
3
Constantin, Alexis ,Droit des sociétés ,6éme édition ,2014
3
On pourrait donc définir la société comme l’acte par lequel plusieurs personnes décident
de mettre en commun des moyens des biens, et de partager ce qui en résulte.
Les sociétés sont traditionnellement classées en sociétés de personnes et sociétés de
capitaux. L’intuitu personae constitue le fondement sur lequel repose cette distinction.
Fort présent dans les sociétés de personnes au niveau des associés (les associés se
connaissent tous) et la responsabilité est illimitée pour ceux ci. La loi de l’unanimité
s'applique aux décisions prises pour tous les associés.
En ce sens on peut définir les sociétés de personnes comme étant une société
constitué entre des associes qui sont personnellement et solidairement responsables des
dettes de la société sur leurs biens personnels4 .et aussi Dans ce type de société, les
cessions de parts sociales sont généralement soumises à un accord préalable des autres
associés. En effet la société en nom collectif SNC est la plus importante des sociétés de
personnes.
Selon l’article 3 de la loi 5/96 la SNC est une société dont les associés ont tous la qualité
de commerçant et répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales5 .les
associés sont tenus de payer les dettes sans limites c est la signification du mot
indéfiniment .de même un associé .quelle que soit sa part est solidairement responsable
des dettes sociales sur son patrimoine personnel si la société n’as pas les moyens de faire
face a ses dettes, et aussi Cette définition de la SNC démontre clairement que cette société
est commerciale par la forme et que tous les associés on la qualité de commerçant. C’est
une société commerciale composée d’au moins deux associés pouvant être soit des
personnes physiques soit des personnes morales, et dans ce dernier cas elles doivent
absolument être des sociétés commerciales.
L’existence de la SNC est ancienne, elle avait été reconnue, en France, dans l’ordonnance
de 1673 sous le qualificatif de société générale. Au Maroc, la SNC a vu le jour avec la
rédaction du code de commerce du 12 août 1913. L’article 31 de ladite loi la définissait
comme étant « une société que contracte deux personnes, ou un plus grand nombre, et
qui a pour objet de faire le commerce sous une raison sociale ».
La SNC représente une société qui donne une importance aux associés en tant
qu’individu et surtout en cas de dissolution de cette dernière.
De nos jours, la dissolution de société de personnes en général et surtout la SNC est

4
Dondero ,Bruno,Droit des sociétés ED .5, Dalloz,2017
5Article 3 de la loi 5/96
4
devenue de plus en plus fréquente, et cela peut-être due aux problèmes produits à
l’intérieur de la Société, à l’inactivité de société durant la période qui suit sa constitution
ou à d’autres causes.
Certes la dissolution existe d’un plus fort degré, chose qui évoque son étude et son
analyse.
Donc la problématique qu’on va décortiquer tout au long de cet exposé est la
suivante dans quelle mesure le caractère solidaire et l’engagement à la fois illimité
des associés constitue un risque sur la vie de la société en nom collectif?
Cette problématique va nous amener à poser les questions suivantes:
-quelle sont les causes de la dissolution de la SNC ?
-quelles sont les effets de la dissolution ?
pour répondre à ces questions. L'étude de la dissolution de la société en nom
collectif sera conduite de manière chronologique. Seront ainsi successivement
exposées les causses de la dissolution de la SNC .et enfin les effets de la dissolution.

5
CHAPITRE I:Les causes de la dissolution de la SNC6

La société née d'un contrat par la volonté des parties, De ce point de vue, la personne
morale est sous la dépendance contractuelle de ceux qui lui ont donnés naissance.
C'est donc cette même volonté qui pourra mettre un terme au groupement.
C’est la le parallélisme de forme. Rien de plus logique, car lié à la nature du contrat.
Mais la société disparaît également lorsque vient faire défaut l'un de ses éléments
Essentiels à sa constitution.

En ce sens la vie d une société connait des hauts et des bas, en fait sa vie peut cesser
a n’ importe quel moment, que ce soit en raison de difficulté financière ou judiciaire ou
bien une mésentente entre associés ,ou tout simplement une décision d’ abandonner le
projet ,toutefois plusieurs autres raisons peuvent mettre fin a l’ activité d’ une société. Et
dans tous les cas l on parle de dissolution de société. C’est une décision judiciaire prise
par le juge, ou bien une résolution volontaire faite d une manière consensuelle ou tout
simplement une décision prise par les associes ; d une façon générale la dissolution peut
être volontaire, automatique ou bien judiciaire en faite c est une opération préalable qui
permet la liquidation cette procédure collective qui entraine la dissolution de la société.

La société en nom collectif peut aussi disparaître en tant que personne morale. On parle
dans ce cas de dissolution.

Soulignons, à cet égard, que la société en nom collectif est soumise aux causes de
dissolution communes à toutes les sociétés commerciales, et aux causes de dissolution
spécifiques a la SNC et qui sont prévu par la loi 5/96.

6
Lkhammal kalid ,dissolution de sociétés de personnes, rapport de stage ,2003
6
Section I: Les causes de la dissolution communes à
toutes les sociétés de personnes
Ces causes sont prévu par le dahir des obligations et contrats et qui sont principalement:

Paragraphe1 : l expiration de terme

en fait la vie d une société est liée par un terme qui est déterminé par la loi et qui ne peut
pas excéder 99 ans selon l article 2 de la loi 17-957 et applicable à toutes les sociétés.
C'est ce que consacre l'article 1051 du DOC en déclarant que « La société finit par
l'expiration du terme fixée pour sa durée » et même c'est « une dissolution de plein
droit » après l'expiration du temps établi pour sa durée8.
toutefois les associés peuvent décider de prolonger ce délai ;la décision de prorogation
est prise a la majorité ,il faut signaler que la décision doit être enregistrée auprès de
service d enregistrement .et aussi la société est dissoute en plein droit en cas d absence
d une décision relative a la dissolution

Paragraphe 2 : La dissolution volontaire des associés

C’est une rupture conventionnelle décidé par les associés, de ce fait il faudrait
provoquer une Assemblée Générale Extraordinaire.

Ainsi il y a une renonciation volontaire de l un ou plusieurs des associés lorsque la durée


de la société n est pas déterminée, soit par le contrat, soit par la nature de l’affaire.
Pour que la renonciation soit valable il doit être de bonne foi (Lorsque la durée de la
société n'est pas déterminée, soit par le contrat, soit par la nature de l'affaire, chacun des
associés peut y renoncer en notifiant sa renonciation à tous les autres, pourvu que cette
renonciation soit faite de bonne foi et non à contretemps).

Paragraphe3 :La réalisation ou l extinction de l objet social

La personne morale est liée au maintien des éléments essentiels qui lui ont donné
naissance.

7
L’article 2 de la 17-95 sur les sociétés anonymes.
8L’article 1051 du DOC.
7
En est-il ainsi a propos de la réalisation de l'objet pour lequel le groupement a élu
constitué, ou, à l'opposé, une impossibilité quant à sa réalisation.
- La réalisation de l’objet de la société peut motivé sa dissolution
- La non réalisation de l’objet social pour des raisons diverses à la volonté des associés
peut également conduire à la dissolution de la société.
Voir également a ce propos l'article 1051 du D.O.C. Même remarque lorsqu'un jugement
de liquidation judiciaire ou arrêtant un plan de cession totale, une mesure d'interdiction
d'exercer une profession commerciale, ou une mesure d'incapacité est prononcée à
l'égard de l'un des associés. La société est dissoute, sauf si les statuts ont dans les
hypothèses prévu la 'continuation de l'exploitation en vertu de l'article 18 de la loi 5-96.

Paragraphe 4:la dissolution pour justes motifs

Selon l article 1056 du doc « Tout associé peut poursuivre la dissolution de la société,
même avant le terme établi, s'il y a de justes motifs... » 9 On ne maintien pas une société
avec des associés qui la refusent. L'article donne alors quelques exemples, mais ce ne
sont que des exemples qui n'ont rien d'exhaustifs. En est-il ainsi de la mésintelligence
grave survenue entre associes, le manquement d'un ou plusieurs associées aux
obligations résultant du contrat ou encore l'impossibilité où ils se trouvent de les
accomplir.
L'action en dissolution pour justes motifs est une action judiciaire qui doit être
demandée au tribunal.
. Et ce n'est pas une dissolution de plein droit car alinéa 1de l’article 1060 permet aux
autres associés, en bonne entente, de poursuivre l'exploitation en faisant prononce:-
parle tribunal l'exclusion de l'associé qui a donné lieu à la dissolution contre
remboursement de sa part.

9l’article 1056 du DOC


8
Section2 : les causes de dissolution spécifiques à la société en
nom collectif, qui découlent essentiellement de l’intuitu
personae

« Dans une S.N.C., on s'associe à la vie, à la mort » : cette formule de Messieurs Cozian et
Viandiez illustre parfaitement le lien étroit qui existe entre les associés elle désigne que
le contrat est signé en considération de la personne », c'est-à-dire qu’ en présence d'un
contrat de société expressément dominé par l'intuitu personae les associes se
regroupent au sein d’une société en considération de la personnalité de celle-ci donc la
considération de la personne avant toute autre chose car il y a responsabilité solidaire et
indéfinie des associés dans l actif et le passif. La personnalité de l’associé est donc
essentielle. En effet, il est possible d’actionner son patrimoine ou de solliciter son expertise en
cas de difficultés financières.
On peut déduire alors que l intuitu personae est le trait technique qui fait de la SNC le
modèle de la société de personnes .en revanche dans les sociétés par actions, l’intuitu
personae est très faible .

L’intuitu personae représente un élément essentiel et important dans la dissolution de la


SNC .
En ce sens À côté de ces causes de dissolution communes à toutes les sociétés de
personnes, il existe des causes de la dissolution spécifiques à la SNC.et qui découlent
principalement de l’intuitu personae. Ces causes sont:

Paragraphe1 : Les dangers de la révocation d'un associé gérant de société en


nom collectif (SNC)10

Lorsque tous les associés sont gérants, ou lorsque le gérant associé est nommé dans les
statuts, sa révocation entraîne la dissolution de plein droit, sauf si les statuts ont disposé

10 -Mohamed souaidi ; comprendre et connaitre le droit des affaires au Maroc ; 2008 ;


4eme édition.

9
autrement ou que les autres associés ne la décident à l'unanimité.11 En fait La décision
semble sévère mais elle est l'application de l'article 14 de la loi 5/96

Paragraphe2 : Le décès de l un des associés12

L'importance de la personnalité des associés de sociétés Le caractère solidaire de la SNC


implique en cas de décès de l un des associés la société est dissoute en plein droit sauf
stipulation contraire de statut .

Il est possible de prévoir trois types de clauses :13

1 : Clause de continuation de la société entre les associés survivants

Les héritiers de l’associé décédé ont droit à une indemnisation ; les survivants doivent

racheter la valeur des parts aux héritiers. Les héritiers de l’associé décédé ne

deviendront donc pas associés de cette société. l’héritier est seulement créancier de la

société Ce peut être la société elle-même qui rachète les parts, ce qui entraîne une

réduction de capital. Si un désaccord intervient sur la valeur de rachat, un expert doit

être nommé.

2 : Clause de continuation de la société avec héritiers

la continuation se fait avec tous les héritiers sans distinction, Les statuts peuvent
également prévoir que les héritiers ou conjoint survivant deviendront associés sous
réserve d’être agréés par les associés survivants. Les héritiers qui n’obtiennent pas
l’agrément ont droit au remboursement de la valeur vénale des droits sociaux leur
revenant.
si l héritier est mineur ,il ne répond de dettes sociales qu’ a concurrence de l actif de la
société que lui revient droit ,dans ce cas d’existence d’héritiers mineurs non émancipés,
la SNC a un délai d’un an pour se transformer en une société en commandite simple
(SCS) dans laquelle ces mineurs vont devenir commanditaires , c'est-à-dire responsables
à concurrence de leurs apports , comme dans une SARL ou une SA .

11 Article 17 de la loi 5/96


12Abdelwahd chair ; précis de droit commercial annoté ; 1998.

13
Article 17 de la loi 5-96
10
A défaut de transformation la SNC est dissoute de plein droit. Si le mineur atteint la
majorité dans ce délai.
statuts donnent la possibilité aux associés d’opter, au moment du décès, soit pour la
continuation de la société entre les associés survivants à l’exclusion des héritiers, ou
avec eux , ou encore la dissolution immédiate.

Paragraphe3: La mise en liquidation judiciaire, l’interdiction d’exercer une


activité professionnelle ou l’incapacité d’un des associés14

de même, dans le cas de jugement de liquidation judicaire, ou arrêtant un plan de


cession totale ou une mesure d interdiction d exercer une profession commerciale ou
une mesure d incapacité, prononcées à l’égard de l’un des associés, la SNC est dissoute à
moins que sa continuation ne soit prévue dans les statuts ou que les autres associés ne
décident sa continuation à l’unanimité. Sauf si la société peut se transformer en une
société dans laquelle la capacité de commerçant des associés n’est pas requise. En cas de
continuation de la société, la valeur des droits à rembourser à l’associé, qui perd cette
qualité est déterminée, à dire d'expert désigné par ordonnance du président du tribunal
Statuant en référé. Toute clause contraire est réputée non écrite
Enfin En cas de fusion la société est dissoute en plein droit et aussi par tout autre motif
prévu par les statuts .

CHAPITRE II: les effets de la dissolution


Section I: la liquidation15

Comme toute autre société commerciale La dissolution de la SNC met fin à l’activité
De la société.
la liquidation se définit comme l’ensemble des opérations qui, après dissolution de la
société, ont pour objet la réalisation des éléments d’actif et le paiement des créanciers
sociaux en vue de procéder au partage de l’actif net subsistant entre les associés.

14
Article 18 de la loi 5-96
15
Article 1056 de DOC
11
Néanmoins quelle que soit les causes de cette dissolution.
la loi prévoit le maintien de la personnalité morale pour les besoins de la liquidation,
(l’article 362 alinéa 2 de la loi 17/95) jusqu’à la clôture de celle-ci, c'est-à-dire le temps
pour le liquidateur de régler les dettes et de les recouvrer La société continue à etre
désignée par sa dénomination sociale suivie de la mention « société en liquidation ».Le
nom du liquidateur doit être mentionné également sur tous les documents émanant de
la société .
-la société conserve son siège social
-La société continue à bénéficier de la capacité juridique ,elle peut ainsi ester en justice
par l’intermédiaire de son liquidateur
-La société demeure titulaire d’un patrimoine social qui reste le gage des seuls
créanciers sociaux.
Tous les actes et documents émanant de la société et destinés aux tiers doivent faire
figurer cette mention ainsi que le nom du liquidateur. La nomination d’un liquidateur a
un caractère obligatoire. L’opération de liquidation ne peut être envisagée avant d’avoir
respecté cette disposition impérative.
cette nomination de liquidateur elle même doit faire l'objet d'une publication dans un
journal d'annonces légales, même au cas où les statuts auraient désigné un liquidateur .
Rien n'empêche pratiquement que tous les associés soient liquidateurs de la société ou,
qu'à l'unanimité, il en désigne un. . Si les intéressés ne se mettent pas d'accord sur la
désignation d'un liquidateur ou considèrent que celui nommé dans les statuts ne saurait
lui cire attribuée, son choix se fera alors par les soins de la justice.

Paragraphe1 :Statut de liquidateur16

Le liquidateur est un mandataire salarié, il est tenu de toutes les obligations qui
découlent de ce statut notamment, la reddition de ses comptes et la restitution de ce
qu’il a touché à l’occasion de son mandat.
Le liquidateur peut être :
- Un administrateur ;
- Un actionnaire ;

16
Johanes alexander ,la liquidation et le partage des sociétés, 2008
12
- Un tiers à la société.
Bien évidemment les personnes qui font l’objet d’une interdiction de gérer ou qui sont
déchues du droit d’exercer les fonctions d’administrateur de société, ne peuvent assurer
les fonctions de liquidateur.
. Le liquidateur ne peut être révoqué que pour justes motifs et à l’unanimité des
actionnaires. Toutefois, les statuts peuvent prévoir que cette décision soit prise suivant
les formes des décisions collectives.
Sont réputés justes motifs, les actes de mauvaise gestion, le manquement grave du
liquidateur à ses obligations ou encore l’impossibilité où il se trouve pour les accomplir.
Parallèlement, le liquidateur ne peut renoncer à ses fonctions que pour causes légitimes
d’empêchement, à peine de dommages – intérêts envers les actionnaires. Les
liquidateurs sont remplacés dans les mêmes conditions prévues pour leur nomination.

Paragraphe2 :Rémunération du liquidateur :

L’article 1079 du DOC précise que le mandat du liquidateur n’est pas censé gratuit. Les
honoraires du liquidateur sont liquidés sur la note du tribunal s’ils n’ont pas été au
préalable fixés17.
L’acte de nomination du liquidateur pourrait inclure cette disposition.
Toutefois la liquidation peut donc s’agir d’un véritable choix des associés c’est le cas de
la liquidation a l’amiable sur la base des statuts, ou elle se réalise selon la voie judiciaire.
De toute façon, il est certain que dans le fonctionnement des sociétés en nom collectif y a
unité du patrimoine.
C’est une société à risques illimités et ce principe en traîne comme effet un autre
principe, celui d'une obligation solidaire et indéfinie de chaque associé par Il faut donc
faire la différence entre le risque qui est illimité et la responsabilité qui est solidaire. Le
risque illimité signifie que les associés sont tenus par toutes les dettes inhérentes à la
société. La responsabilité solidaire signifie que le créancier peut exiger du débiteur qu'il
pense le plus solvable, Si les biens de la société ne suffisent pas à désintéresser les
créanciers, ces derniers pourront saisir et faire vendre les biens des associés
solidairement poursuivis

Paragraphe3 : réalisation de l’actif

17
L’article 1079 de DOC
13
Le liquidateur dispose de pouvoirs étendus pour la réalisation de l’actif de la
société. Ces pouvoirs ne sont limités que par certaines dispositions de la loi 17-95, par
l’acte de nomination ou encore les décisions qui seraient prises à l’unanimité par les
actionnaires au cours de la liquidation. Toutefois, il importe de noter que ces restrictions
sont inopposables aux tiers.
Ainsi, le liquidateur peut opérer le recouvrement des créances, vendre
judiciairement les immeubles de la société qui ne peuvent se partager commodément
vendre les marchandises en magasin et le matériel ainsi que tous les biens corporels ou
incorporels.
Le liquidateur peut procéder par vente directe ou encore par une vente aux
enchères. Compte tenu de la nature de chaque actif cédé, le formalisme légal prévu en la
matière devra être respecté par le liquidateur.
Pour le recouvrement des créances, le liquidateur dispose de tous les moyens
légaux prévus en la matière, allant de la mise en demeure à la constitution de sûretés sur
les biens du débiteur.
Dans le même sens, il est d’une part interdit toute cession de tout ou partie de l’actif
de la société en liquidation au liquidateur ou à ses employés, à leur conjoints, parents ou
alliés jusqu’au deuxième degré inclus et ce, même en cas de démission du liquidateur.

Paragraphe 4; Apurement du passif

L’apurement du passif a lieu en distinguant les créanciers privilégiés des


créanciers Chirographaires.
En principe, les dettes sociales sont acquittées au fur et à mesure que les
créanciers se présentent.
Le liquidateur dispose de la possibilité de faire toute publicité nécessaire pour
inviter les créanciers présenter leurs créances.

Le liquidateur ne peut imposer aux créanciers à terme d’être payés avant la


survenance de l’échéance, toutefois ces derniers peuvent prévaloir la déchéance du
terme si les sûretés présentées par la société deviennent insuffisantes suite à sa
dissolution.

14
Dans tous les cas, le liquidateur est tenu de déposer en lieu sûr une somme
suffisante pour couvrir les obligations non échues.
Ce dernier dispositif s’applique également aux créances litigieuses.
Dans le cas ou un créancier ne se présenterait pas, le liquidateur peut si la
consignation est de droit consigner la somme à lui due. Le liquidateur qui aurait apuré
de ses deniers les recours contre les actionnaires qu’à proportion de leurs
participations dans le capital.
Le liquidateur engagerait sa responsabilité s’il procède au paiement de certains
créanciers à l’exclusion d’autres en sachant que les fonds de la société ne permettent
pas de couvrir la totalité du passif et tout en étant en connaissance des créanciers qui
n’ont pas bénéficié du paiement.

. Cette règle d’égalité entre les créanciers est expressément énoncée en matière
de liquidation judiciaire..
Après la dissolution de la société, les administrateurs ne peuvent engager aucune
opération nouvelle, si ce n'est celles qui sont nécessaires pour liquider les affaires
entamées ; en cas de contravention, ils sont personnellement et solidairement
responsables des affaires par eux engagées.
. Cette prohibition a effet du jour de l'expiration du délai fixé pour la durée de la
société, ou de la consommation de l'affaire pour laquelle elle s'est constituée, ou de
l'événement qui, d'après la loi, produit la dissolution de la société. Article 1063

Paragraphe5 : Clôture de la liquidation :18

A la fin de la liquidation, une assemblée de clôture est tenue pour statuer sur le
compte définitif, sur le quitus de la gestion du liquidateur et la décharge de son mandat
et pour constater la clôture de la liquidation. A défaut, tout actionnaire peut demander
au président du tribunal, statuant en référé, la désignation d’un mandataire chargé de
procéder à la convocation.

18
Johanes alexander ,la liquidation et le partage des sociétés, 2008

15
Si l’assemblée de clôture ne peut délibérer ou si elle refuse d’approuver les
comptes du liquidateur, il statué par voie de justice, à la demande du liquidateur ou de
tout intéressé.
Dans ce cas, le liquidateur dépose ses comptes au greffe du tribunal où ils seront
accessibles à tout intéressé. Le tribunal statue sur ces comptes et, le cas échéant,
sur la clôture de la liquidation, aux lieux et place de l’assemblée des actionnaires
Enfin, un avis de clôture devra être inséré par le liquidateur.la clôture ne peut
être prononcée que si les comptes ont été apurés après sa réalisation de l’acti social et
paiement des dettes.
Pour être opposable au tiers, la disparition de la personnalité morale doit etre
publié et société radiée du RCS. Toutefois, il importe de préciser que la radiation du
registre de commerce n’est pas un élément devra être inséré par le liquidateur.
Enfin, un avis de clôture devra être inséré par le liquidateur
Une fois la personnalité morale éteinte, les associés demeurent propriétaires
indivis des éléments d’actif social (restant après paiement des dettes).

Section II : le partage19

Le partage a lieu, en principe, après clôture de la liquidation. il est réglé aux articles
1083 et suivants du DOC Il consiste à fixer la part de chaque associé dans les valeurs
actives et, éventuellement, passives qui ressortent du compte définitif de liquidation.
Une fois toutes les opérations terminées il faut alors procéder au partage, naturellement
s'il reste un reliquat a partager. La personnalité morale de la société disparaît et les
biens devient des biens qui tombent dans l'indivision.
Le partage peut alors porter sur l'actif restant, après extinction totale du passif ;ou le
passif restant après réalisation totale de l'actif pace que dans la SNC les associés sont
indéfiniment responsables .

Lu aussi, où le partage se fera sous l'accord de participants ou sous l'autorité judiciaire,


A défaut d'une opposition faite par des créanciers, chacun des copartageants est censé

19
Article 1083 du DOC.
16
avoir eu dès l'origine la propriété des effets compris dans son lot sans aucune
prétention sur les autres biens.

Paragraphe1 :Forme du partage

a. Partage amiable ou judiciaire


Le partage est en principe amiable. Il n'est judiciaire que si les associés ne
s'entendent pas. Si, au nombre des copartageants, se trouvent des mineurs non
émancipés, le conseil de famille doit donner son autorisation pour le partage amiable.
Lorsque les biens à partager comprennent des immeubles, l'acte de partage doit
revêtir la forme authentique.
b.Partage en valeur ou en nature
Le partage se fait en principe en espèces, tous les biens sociaux ayant au préalable
été vendus. Mais rien n'empêche de procéder à un partage en nature si les éléments à
partager s'y prêtent.
En cas de partage avec soulte (somme versée par l'attributaire d'un lot d'une valeur
excédant ses droits), lorsque le débiteur de la soulte a obtenu des délais de paiement, et
que, par suite des circonstances économiques, la valeur des biens mis dans son lot a

augmenté ou diminué de plus du quart depuis le partage, les sommes restant dues
augmentent ou diminuent dans la même proportion ; toutefois, les parties peuvent
écarter cette variation et convenir que le montant de la soulte restera inchangé
proportion

.Paragraphe2:Réalisation du partage

Les opérations de partage tendent à fixer la part de chaque associé dans les
valeurs actives et, éventuellement, passives qui ressortent du compte définitif de
liquidation.
Toutefois, ces opérations sont écartées dans les trois cas examinés ci-dessous :
- attribution conventionnelle des biens à partager ; ressortent du compte définitif
de liquidation.
- reprise d'apports ;
17
- attribution préférentielle légale. 18

Pragraphe3: Effets du partage20

Le partage de société, comme le partage successoral, a un effet déclaratif Chaque


associé est censé succéder immédiatement à la société pour tous les biens qui lui sont
attribués et n'avoir jamais eu aucun droit sur ceux attribués à ses coassociés. Dès lors,
chacun des associés peut tenir pour inopposables à son égard toutes les opérations
effectuées, pendant la durée de l'indivision consécutive à la clôture de la liquidation,
par les autres indivisaires sur les biens mis dans son lot ;
Inversement les droits qu'il a pu conférer sur ces biens se trouvent
rétroactivement consolidés.
Toutefois, tous les actes valablement accomplis, soit en vertu d'un mandat des
coïndivisaires, soit en vertu d'une autorisation judiciaire ne peuvent être remis en
cause lors de la cessation de l'indivision et conservent leurs effets quel que soit, lors du
partage, l'attributaire des biens qui en ont fait l'objet.
L'effet déclaratif du partage se produit à la date de la clôture de la liquidation. A
cette date, en effet, la personnalité morale de la société disparaît pour laisser place à
une indivision entre les associés. Chaque associé jouit du privilège des copartageants
et de la garantie due par les copartageants.

Enfin, en vertu des articles 1090 et 1091 du DOC, la convention de partage


entraîne une obligation de garantie mutuelle21
Des lots pour les causes antérieures au partage et le droit de demander une
rescision pour lésion.

20
JOANNES Alexandre, la liquidation et partage des sociétés ,2008
21
Articles 1090 et 1091 du DOC
18
Conclusion

En guise de conclusion, on peut remarquer d’ après notre analyse de la dissolution de la


SNC que cette dernière est une société de personne dont l’intuitu personae est très
forte elle est la plus dangereuse des sociétés. L’engagement des associés, à la fois illimité
et solidaire, est le plus lourd que l’on puisse imaginer. C’est également la plus fermée des
sociétés existantes, la société de personnes par excellence, celle dans laquelle l’intuitu
personae se fait le plus ressentir. En effet, lorsque l’on entre dans ce type de société, il
est difficile d’en sortir puisque l’accord de tous les associés est nécessaire. En effet, il est
possible d’actionner son patrimoine ou de solliciter son expertise en cas de difficultés
financières.
Un associé d’une SNC ne peut céder ses parts sans l’accord des autres associés, ce qui lui
empêche de se retirer à sa guise. aussi ce caractère solidaire de la SNC qui est un peut
sévère constitue un risque sur la vie de la société car la société peut être dissoute en
plein droit par exemple en cas du décès de l’un des associés sauf stipulation contraire
des statuts Le seul moyen d’échapper à la dissolution consiste à le prévoir dans les
statuts ou prendre une décision unanime de continuation par les associés restants. Il est
moins fréquent de recourir à la société en nom collectif (SNC) qu’à la SARL ou à la SA à
cause de la responsabilité solidaire et indéfinie qui pèse sur ses associés.

19
BIBLIOGRAPHIE :

TEXTES DE LOI:

 La Loi 17-95 relative à la société anonyme.


 Loi 5-96 relative à la Société en nom collectif, la société en
commandite simple, la société en commandite par actions, la
société à responsabilité limitée et la société en participation.
 Le dahir des obligations et contrats .
 Le code civil Français.
Les ouvrages
-Abdelwahd chair ; précis de droit commercial annoté ; 1998.
-Alain Héraud France Guirmand ; manuel droit des sociétés,2017
2018.
-Constantin, Alexis ,Droit des sociétés ,6éme édition ,2014

-Dondero ,Bruno,Droit des sociétés ED .5, Dalloz,2017

-JOANNES Alexandre, la liquidation et partage des sociétés ,2008

-Mohamed souaidi ; comprendre et connaitre le droit des affaires


au Maroc ; 2008 ; 4eme édition.
-Valérie Gomez-Bassac ,François Rouaix ;Droit des sociétés et
autres groupement d’affaires;2013 2014.

20
WEBOGRAPHIE :

-https://www.legalife.fr/guides-juridiques/intuitu-personae--
creation-de-societe/
-https://www.petite-entreprise.net/P-2758-134-G1-la-societe-
en-nom-collectif-snc.html
-https://business.lesechos.fr/outils-et-services/guides/guide-de-
la-creation/1417/1423-6-les-differents-types-de-societes-
24609.php
-https://www.entreprises-et-droit.fr/dissoudre-une-
societe/?fbclid=IwAR09KXyviadJROw-p1lOIj_1chv4tU6-
LxBIRielGvHlWB1MJB7l5dLohW8

21
Table des matières

Introduction :........................................................................................................................................... 3
CHAPITRE I:Les causes de la dissolution de la SNC.............................................................................. 6
Section I:Les causes de la dissolution communes à toutes les sociétés de personnes ....................... 7
Paragraphe1 : l expiration de terme ............................................................................................... 7
Paragraphe 2 : La dissolution volontaire des associés .................................................................... 7
Paragraphe3 :La réalisation ou l extinction de l objet social........................................................... 7
Pragraphe 4:la dissolution pour justes motifs .............................................................................. 8
Section2 : les causes de dissolution spécifiques à la société en nom collectif, qui découlent
essentiellement de l’intuitu personae ................................................................................................ 9
Paragraphe1 : Les dangers de la révocation d'un associé gérant de société en nom collectif (SNC) ...... 9
Paragraphe2 : Le décès de l un des associés ..................................... Error! Bookmark not defined.
Paragraphe3: La mise en liquidation judiciaire, l’interdiction d’exercer une activité
professionnelle ou l’incapacité d’un des associés ........................................................................ 11
CHAPITRE II: les effets de la dissolution ................................................................................................ 11
Section I: la liquidation .................................................................................................................. 11
Paragraphe1 :Statut de liquidateur ............................................................................................... 12
Paragraphe2 :Rémunération du liquidateur : ................................... Error! Bookmark not defined.
Paragraphe3 : réalisation de l’actif................................................................................................ 13
Paragraphe 4; Apurement du passif .............................................................................................. 14
Paragraphe5 : Clôture de la liquidation :....................................................................................... 15
Section II : le partage ......................................................................................................................... 16
Paragraphe1 :Forme du partage ................................................................................................... 17
.Paragraphe2:Réalisation du partage ............................................................................................ 17
Pragraphe3: Effets du partage ...................................................................................................... 18
Conclusion ................................................................................................. Error! Bookmark not defined.

22
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE : ......................................................... Error! Bookmark not defined.

23
24