Vous êtes sur la page 1sur 103

Table des matières..............................................................................................................

1
COURS : INTRODUCTION A L’ANATOMIE.............................................................................5
I. Définition de l’anatomie..............................................................................................5
II. Plans :.........................................................................................................................5
III. Mouvements...........................................................................................................5
IV. Positions..................................................................................................................6
V. Rapports anatomiques................................................................................................6
VI. Ostéologie...............................................................................................................6
1. Schéma 1  : os long, le fémur (voir partie 1 membre inférieur).............................................6
2. Schéma 2  : maquette cartilagineuse d’un enfant de 6 semaines de vie.............................7
3. Schéma 3  : os plats, la scapula (voir partie 1 membre supérieur)........................................7
4. Schéma 4  : os courts, le talus (voir partie 4 membre inférieur)............................................7
VII. Articulation.............................................................................................................7
1. Schéma 5  : syndesmose (articulation fibreuse), articulation tibio-fibulaire caudale..........7
2. Schéma 6  : coupe horizontale de l’articulation tibio-fibulaire inférieure en vue du
dessous..........................................................................................................................................7
3. Schéma 7  : Syndesmose dans la dent (incisive)...................................................................8
4. Schéma 8  : crâne de nouveau-né en vue supérieure...........................................................8
5. Schéma 9  : évolution des sutures en synostose (suture entre deux os à la fin de la
croissance).....................................................................................................................................8
6. Schéma 10  : Vue frontale d’une suture sphéno-vomérienne dans le sphénoïde................8
7. Schéma 11  : Synchondrose (articulation cartilagineuses) dans l’articulation sphéno-
occipitale, coupe sagittale............................................................................................................8
8. Schéma 12  : Symphyse (articulation fibro-cartilagineuse)..................................................8
9. Schéma 13  : articulation synoviales  :..................................................................................9
COURS : MEMBRE SUPERIEUR...........................................................................................18
Partie 1 : Ostéologie de la région de l’épaule :...................................................................18
I. La clavicule................................................................................................................18
Schéma 1  : Vue de face de la clavicule.......................................................................................18
Schéma 2  : Vue inférieure de la clavicule...................................................................................18
II. La scapula..................................................................................................................19
Schéma 3  : Vue de face de la scapula.........................................................................................19
Schéma 4  : Vue postérieure de la scapula..................................................................................19
Schéma 5  : Vue latérale..............................................................................................................20
III. L’humérus..............................................................................................................20
Schéma 6  : Vue de face de l’extrémité supérieure de l’humérus...............................................20
Schéma 7  : Vue postérieure de l’humérus..................................................................................21
IV. Moyens de stabilité...............................................................................................21
Schéma 8  : Vue ventrale.............................................................................................................21
V. L’épaule.....................................................................................................................22
Schéma 9  : Coupe scannographique...........................................................................................22

1
Schéma 10  : Vue régionale de l’épaule......................................................................................22
Schéma 11  : Vue postérieure......................................................................................................23
Partie 2 :...........................................................................................................................24
Schéma 1  : Vue antérieure de la couche superficielle des muscles de l’épaule.........................24
Plexus Brachial, fosse axillaire...........................................................................................24
Schéma 2  : Plexus brachial.........................................................................................................24
Schéma 3  : Coupe horizontale en Th3........................................................................................24
I. Ostéologie : humérus et coude..................................................................................25
Schéma 4  : Vue ventrale de l’humérus.......................................................................................25
Schéma 5  : Vue postérieure de l’humérus..................................................................................26
Schéma 6  : Vue antérieure des articulations du coude..............................................................26
Schéma 7  : Vue antérieure de la région du coude......................................................................26
Schéma 8  : Vue latérale d’un coude fléchi..................................................................................27
Schéma 9  : Vue médiale d’un coude fléchi.................................................................................27
II. Loge antérieure du bras.............................................................................................27
Schéma 10  : Vue antérieure de l’humérus..................................................................................27
Schéma 11  : Vue antérieure de l’humérus..................................................................................27
III. Loge postérieure du bras.......................................................................................28
Schéma 12  : Vue postérieure de l’humérus................................................................................28
Partie 3 :...........................................................................................................................29
I. Ostéologie de l’avant bras.........................................................................................29
Schéma 1  : Vue antérieure de l’avant-bras................................................................................29
Schéma 2  : Vue antérieure de l’avant-bras................................................................................30
II. Loge antérieure de l’avant-bras.................................................................................30
Schéma 3  : Vue antérieure de l’avant-bras................................................................................31
Schéma 4  : Vue antérieure de l’avant-bras................................................................................31
III. Loge postérieure de l’avant-bras............................................................................32
Schéma 5  : Vue postérieure de l’avant-bras...............................................................................32
Schéma 6  : Vue postérieure de l’avant-bras...............................................................................32
Schéma 7  : Vue latérale de la tabatière anatomique................................................................33
IV. Loge latérale de l’avant-bras..................................................................................33
Partie 4 :...........................................................................................................................34
Schéma 1  : Vue ventrale.............................................................................................................34
Schéma 2, 3 et 4  : Vue antérieure de la main.............................................................................36
Schéma 5  : Vue latérale d’un doigt long....................................................................................37
IV. Territoires sensitifs................................................................................................38
Schéma 6  : Vue antérieure d’un membre supérieur...................................................................38
Schéma 7  : Vue antérieure du membre inférieur.......................................................................38
COURS : MEMBRE INFERIEUR............................................................................................40
Schéma 1  : Vue de face de l’épiphyse supérieure de l’articulation coxo-fémorale...................40
Schéma 2  :  Face postérieure de l’extrémité supérieure du fémur.............................................40
Schéma 3  : Vue médiale de l’épiphyse.......................................................................................40
Schéma 4  : Vue supérieure de l’épiphyse supérieure du fémur.................................................40
Schéma 5  : Vue latérale de l’os coxal.........................................................................................40
Schéma 6  : Vue ventrale.............................................................................................................41

2
Schéma 7  : Vue médiale de l’os coxal.........................................................................................43
Schéma 8  : Vue postérieure........................................................................................................44
Schéma 9  : Vue latérale..............................................................................................................44
Partie 2 : Articulation coxo-fémorale.................................................................................45
Schéma 1  : Vue antérieure..........................................................................................................45
Schéma 2  : Vue dorsale...............................................................................................................45
Schéma 3  : Vue latérale..............................................................................................................45
I. Loge antérieure de la cuisse.......................................................................................45
Schéma 4  : Vue antérieure..........................................................................................................45
II. Loge médiale de la cuisse..........................................................................................46
Schéma 5  : Trigone fémoral ou trigone de Scarpa.....................................................................46
Schéma 6  : Coupe axiale du fémur.............................................................................................47
Schéma 7  : Vue ventrale.............................................................................................................47
Schéma 8  : Vue ventrale.............................................................................................................47
III. Loge postérieure de la cuisse.................................................................................48
Schéma 9  : Vue postérieure........................................................................................................48
Schéma 10  : Fosse poplitée à la face postérieure du genou......................................................48
IV. Articulation du genou............................................................................................49
Schéma 11  : Vue médiale du genou...........................................................................................49
Schéma 12  : Vue latérale............................................................................................................49
Schéma 13  : Vue antérieure d’un genou fléchi...........................................................................49
Partie 3 :...........................................................................................................................51
I. Articulation du genou................................................................................................51
Schéma 1  : Vue supérieure du tibia............................................................................................51
II. Loge postérieure de la jambe.....................................................................................52
Schéma 2  : Vue postérieure de la jambe....................................................................................52
III. Loge antérieure de la jambe..................................................................................53
Schéma 4 : Vue antérieure................................................................................................53
IV. Loge latérale de la jambe (loge des fibulaires)........................................................54
Schéma 5  : Vue latérale..............................................................................................................54
V. Articulation de la cheville...................................................................................................55
Schéma 6  : Vue latérale de la cheville et du pied.......................................................................55
Schéma 7  : Vue médiale..............................................................................................................55
Partie 4 :...........................................................................................................................57
I. Face dorsale du pied..................................................................................................57
Schéma 1  : Vue dorsale du pied..................................................................................................57
II. Face plantaire du pied...............................................................................................57
Schéma 2  : 1ere couche en vue plantaire (3 muscles)................................................................57
Schéma 3  : 2ème couche (5 muscles).............................................................................................58
e
Schéma 4  : 3 couche (3 muscles)...............................................................................................59
Schéma 5  : 4ème couche (8 muscles).............................................................................................59
III. Territoires sensitifs................................................................................................60
Schéma 6  : territoires sensitifs (vue antérieure)........................................................................60

3
Schéma 7  : territoires sensitifs (vue postérieure).......................................................................60

4
COURS : INTRODUCTION A L’ANATOMIE
I. Définition de l’anatomie 
Science qui s’intéresse à la structure du corps humain. C’est une science fondamentale, une
science du vivant et une science du clinicien. Elle est à la base de la connaissance médicale et
repose sur l’observation du cadavre.

Plusieurs types d’anatomie :


- L’anatomie est d’abord descriptive. On définit l’anatomie des systèmes (système nerveux,
système cardiaque) et l’anatomie topographique (on décrit une région du corps en parlant
des différents systèmes dans cette région, c’est l’anatomie des chirurgiens et des
radiologues).
- L’anatomie fonctionnelle se rapproche de la physiologie. Elle s’intéresse à la fonction du
cœur, d’une articulation…
- L’anatomie sert à la compréhension des signes cliniques (sémiologie) pour faire un diagnostic
pour débuter un traitement.

Nomenclature internationale :
- Paris Nomina Anatomica
- Terminologia anatomica
- Latin : utilisé comme langue universelle puisque c’est une langue neutre
- Anglais français
- 7444 termes

POSITION ANATOMIQUE 
- Debout
- Sur la plante des pieds (nous sommes des plantigrades), membres thoraciques et pelviens
en extension, mains vers le bas
e
- Paumes tournées vers l’avant : supination (l’inverse est la pronation), 5 doigt le long de la
couture du pantalon

II. Plans :
- Plan frontal, coronal, sépare :
o Avant / Arrière
o Ventral / Dorsal

- Plan sagittal, antéro-postérieur, sépare :


o Droite / Gauche
o Médian (sur le plan)
o Médial (interne) / Latéral (externe)

- Plan horizontal, axial, transverse, sépare :


o Crânial (haut) / Caudal (bas)

III. Mouvements

Dans le plan sagittal :


- Flexion (raccourci) / Extension (allonge)

5
Dans le plan frontal :
- ABDuction (écarte du plan sagittal) / ADDuction (rapproche). Pour la main, ces mouvements
se font par rapport à l’axe de celle-ci  : le 3ème doigt. Pour le pied, ils se font par rapport au 2 ème
orteil.

Dans le plan horizontal :


- Rotation latérale (externe) / Rotation médiale (interne)
Antépulsion (avance le moignon de l’épaule) / Rétropulsion (recule le moignon de l’épaule)

IV. Positions
Dans le plan frontal :
- Flessum (flexion fixée) / Recurvatum (hyperextension, pas fixée)
- Equin (flexion plantaire/extension de la cheville) / Talus (flexion dorsale de la
cheville/extension plantaire)
Dans le plan sagittal :
- Varus (ADDuction) / Valgus (ABDuction)
Dans le plan horizontal :
- Torsion, Antéversion, Rétroversion

V. Rapports anatomiques
- Proximal (au-dessus de) / Distal (en dessous de)
- Profond (en arrière de) / Superficiel (en avant de)
- Latéral (en dehors de) / Médial (en dedans de)

VI. Ostéologie
Le corps humain comporte 206 os.

1. Schéma 1  : os long, le fémur (voir partie 1 membre inférieur)


Le fémur (os le plus long de l’économie) comporte une diaphyse dans sa partie centrale effilée.
La diaphyse est faite d’os cortical. Ses extrémités crâniales et caudales sont plus volumineuses et
sont recouvertes de cartilage articulaire : les épiphyses.

Les épiphyses reposent sur des physes qui disparaissent à l’âge adulte : ce sont des cartilages de
croissance (= conjugaison) qui fabriquent de l’os. Elles permettent une croissance en longueur. On
appelle ça une ossification enchondrale (à partir de cartilage).

Dans les zones élargies en dessous des physes on a les métaphyses. On y trouve un os beaucoup
moins dense qui s’organise selon les lignes de force : os spongieux.

Au-dessus de la physe on peut avoir une zone non articulaire : apophyse. C’est une zone
d’insertion musculaire ou tendineuse qui est en rapport avec un cartilage de croissance.

Zone d’insertion musculeuse ou tendineuse non en rapport avec un cartilage de croissance : le


turbercule (du grand adducteur sur le fémur par exemple)

6
Il existe une membrane qui entoure l’os (épaisse chez l’enfant) : le périoste. Cette membrane
fabrique de l’os pour l’épaissir : c’est l’ossification membraneuse. C’est une des structures qui
permet la consolidation osseuse en cas de fracture.

2. Schéma 2  : maquette cartilagineuse d’un enfant de 6 semaines de vie


Au centre on trouve un amas de cellules mésenchymateuses différenciées en cellules
cartilagineuses.
A l’occasion d’une invasion vasculaire on voit apparaitre de l’os. Cette masse osseuse qui arrive
au centre de la maquette est le point d’ossification primaire qui repousse le cartilage aux extrémités,
donnant les épiphyses.
Le point d’ossification secondaire arrive beaucoup plus tard :
- Celui de la partie caudale du fémur arrive pendant le troisième trimestre de grossesse (au
bout de 32 semaines)
- Celui de la partie crâniale n’arrive qu’à 6 mois de vie.

La plupart des points d’ossification secondaires arrivent après la naissance. C’est la loi de
l’épiphyse première : le premier point d’ossification qui apparaît est dans la zone qui grandit le plus.

- Fémur : physe inférieure assure 70% de la croissance, et la supérieure 30%.


- Humérus : physe inférieure 20% de la croissance, et la supérieure 80%.

3. Schéma 3  : os plats, la scapula (voir partie 1 membre supérieur)


On retrouve les tubercules supra et infra-glénoïdien, le milieu de la scapula est appelé l’écaille
(lamelle osseuse translucide), l’acromion, le processus coracoïde (insertion musculaire et
ligamentaire) en dehors de l’échancrure coracoïdienne, le pilier et la glène.

4. Schéma 4  : os courts, le talus (voir partie 4 membre inférieur)


Il est constitué d’une tête (zone sphérique) orientée vers l’avant et le dedans. La tête est posée
sur un col.
En arrière du col, on trouve un corps avec une zone articulaire : le dôme du talus.
On voit déborder médialement et latéralement 2 surfaces articulaires plutôt verticales : la
malléole tibiale (médiale) et la malléole fibulaire (latérale). En arrière, deux tubérosités où passe le
tendon du long fléchisseur de l’hallux.

VII. Articulation 
Zone de contact entre au moins 2 pièces osseuses, où il va se produire un mouvement ou non
(dans le crâne par exemple). On classe les articulations en fonction du tissu d’interposition entre les
pièces osseuses.

1. Schéma 5  : syndesmose (articulation fibreuse), articulation tibio-fibulaire


caudale
On a deux os : la fibula et le tibia. L’articulation entre les deux est une syndesmose : le tissu
d’interposition est fibreux. La malléole fibulaire descend plus bas que la malléole tibiale au niveau
de la cheville.

2. Schéma 6  : coupe horizontale de l’articulation tibio-fibulaire inférieure en


vue du dessous
Malléole fibulaire, métaphyse tibiale et entre les deux on a la syndesmose. Il y a de légers
mouvements pour permettre une bonne coaptation entre la pince bimalléolaire et le talus.

7
3. Schéma 7  : Syndesmose dans la dent (incisive)
La dent a une racine gigantesque plantée dans l’os alvéolaire, où l’inclinaison de la dent va dans
le même sens que la racine. Tout ça est recouvert de gencive (muqueuse). La dent tient dans
l’alvéole grâce à un ligament alvéolo-dentaire tendu entre la racine et l’alvéole : la gomphose (sous-
type particulier de syndesmose).

4. Schéma 8  : crâne de nouveau-né en vue supérieure


Dans sa partie antérieure, on a deux os hémi-frontaux. Au milieu, deux os pariétaux. En arrière et
sur la ligne médiane, l’os occipital.

Ces pièces sont réunies par du tissu fibreux, les sutures. Il va permettre un mouvement modéré
pour diminuer le diamètre du crane pendant l’accouchement.

Ce sont des zones de croissance en volume tout ou long de la croissance (jusqu’à 13-14 ans).
Quand une suture se ferme trop prématurément le crane se déforme, on a une craniosténose qui
peut retentir sur l’encéphale.

En avant on a un carrefour large, appelé fontanelle antérieur : bregma. En arrière on a la


fontanelle postérieure : lambda. Les fontanelles bougent avec la respiration de l’enfant.

5. Schéma 9  : évolution des sutures en synostose (suture entre deux os à la fin


de la croissance)
- Suture plane : les os sont posés l’un à l’autre. C’est le cas pour les os nasaux. 
- Suture squameuse : biseautée, grande surface de contact. C’est le cas des sutures temporo
pariétales.
- Suture dentelée. C’est le cas de la suture fronto-temporale et interpariétale. Parfois des os
s’intercalent dans ces sutures : les os wormiens.

6. Schéma 10  : Vue frontale d’une suture sphéno-vomérienne dans le


sphénoïde
Corps pneumatisé (creux) : le sinus sphénoïdal.
A sa face inférieure on trouve un rail antéro postérieur dans lequel vient s’encastrer un os (lame
osseuse) : le vomer, qui participe à la cloison osseuse des fosses nasales.
On ne trouve pas d’interposition de tissu fibreux. C’est une schindylèse (sous-type de
synostose).
C’est la seule à répondre à ces caractéristiques chez l’Homme.

7. Schéma 11  : Synchondrose (articulation cartilagineuses) dans l’articulation


sphéno-occipitale, coupe sagittale
Sinus surplombé par la selle turcique ou repose l’hypophyse. En arrière on trouve une zone
inclinée : le clivus. Il est constitué de la partie postérieure du sphénoïde et de la partie antérieure de
l’os occipital. On trouve une synchondrose (tissu d’interposition cartilagineux) qui va se transformer
en synostose vers l’âge de 30 ans.

8. Schéma 12  : Symphyse (articulation fibro-cartilagineuse)


On la retrouve entre les corps vertébraux sous forme de disque intervertébral ainsi qu’au niveau
de la symphyse pubienne, le tissu d’interposition est à la fois fibreux et cartilagineux.

8
9. Schéma 13  : articulation synoviales  :
Ce sont des articulations où il y aura du mouvement.
Les surfaces osseuses en contact sont recouvertes de cartilage hyalin.
On y trouve une membrane synoviale qui vient limiter une cavité articulaire. C’est la limite
anatomique de l’articulation. La membrane synoviale permet de produire le « lubrifiant » : le liquide
synovial. Ce qui est en dedans de la membrane est intra articulaire et ce qui est en dehors est extra
articulaire.

En dehors de la membrane on trouve du tissu fibreux : la capsule articulaire qui est donc extra
articulaire.

OPTIONS :

- En périphérie du cartilage on peut trouver un fibro-cartilage intra-articulaire pour augmenter


la surface osseuse : le labrum.
- Des structures peuvent séparer les deux surfaces cartilagineuses : le ménisque (incomplet)
ou le disque articulaire (complet). Le bord externe du ménisque est généralement adhérent
à la capsule. Ce sont des structures intra-articulaires.
- On peut avoir un épaississement de la capsule : le ligament qui relie deux pièces osseuses (il
sera donc extra-articulaire).

Il existe 6 types d’articulations synoviales :


- Arthrodie : surface articulaire plane. Ex : articulation acromio claviculaire. On a 3 degrés de
liberté qui permet de bouger dans les trois plans de l’espace.

- En selle (à emboitement réciproque). Ex : articulation trapézo-métacarpienne. Plus stable


que les arthrodies (ce sont les plus stables). 3 degrés de liberté.

- Trochoïde dont les surfaces articulaires sont des portions de cylindre. Ex : articulation radio-
ulnaire crâniale. On a 1 degré de liberté : rotation autour de l’axe de ce cylindre. Elle permet
les mouvements de prono-supination.

- Trochléennes (ginglymes) en forme de poulie. Ex : articulation huméro-ulnaire. Permet


uniquement des mouvements de flexion extension. 1 degré de liberté.

- Condyliennes dont les surfaces sont des portions d’ellipse. Ex : articulation fémoro-tibiale.
Articulations avec 3 degrés de liberté.

9
COURS : LE RACHIS

La colonne vertébrale (épine dorsale ou rachis) représente une grande partie du squelette axial,
s’opposant au squelette appendiculaire correspondant aux membres. Elles nous fait appartenir à la
famille des vertébrés.

I. Généralités

Schéma 1&2  : Vue de face et vue latérale du rachis

Le rachis est constitué d’un empilement de vertèbres qui s’élargissent dans le sens cranio-caudal
(car le poids du corps est de plus en plus important à supporter). Il est complétement rectiligne de
face.
ROLES :
o Se tenir debout
o Soutenir l’extrémité céphalique (lieu de concentration du SNC et d’une grande partie
des organes des sens, d’où la nécessité d’être soutenue et orientée).

Elle se termine par le sacrum, se prolongeant par le coccyx (appendice caudal qui a régressé).

Schéma 2  : Vue de profil du rachis

Le rachis présente 4 courbures sur une vue de profil, correspondant aux 4 segments de la colonne
vertébrale :

 Rachis mobile (24 vertèbres) :

- Cervical : segment le plus crânial, ensemble assez mobile


o Lordose (convexité antérieure ou concavité postérieure)
o 7 vertèbres cervicales
o Mouvements :
 Flexion/Extension : 70/80°
 Rotation : 45°
 Inclinaison : 45°

- Thoracique : beaucoup moins mobile car annexé aux côtes


o Cyphose (convexité postérieure ou concavité antérieure)
o 12 vertèbres thoraciques
o Mouvements :
 F/E = Rotation = Inclinaison : 30°

- Lombaire : dernière portion du rachis mobile


o Lordose
o 5 vertèbres lombaires
o Mouvements :
 F/E : 45/50°
 Inclinaison : 30/40°
 Rotation : 15°
- Coccyx

10
Ces vertèbres s’articulent entre elles grâce à des symphyses, formant les disques intervertébraux, le
premier étant entre C2 et C3. Elles s’articulent également grâce à des arthrodies (portées par les
massifs musculaires).

 Rachis immobile

- Sacrum : en cyphose, fixe, constitué de la fusion de 5 vertèbres sacrées. Jonction entre


membre pelviens et ceinture pelvienne, encastré entre les 2 os coxaux.

La colonne vertébrale porte également des muscles (revus plus tard).


L’être humain est en position érigée.

Scoliose  : rotation des vertèbres les unes par rapport aux autres. Les courbures qu’on ne voyait que
de profil deviennent également visibles de face.

Schéma 3  : Vue supérieure d’un vertèbre type

Ce modèle de vertèbre n’existe pas tel quel dans la colonne vertébrale. Seulement, il présente des
caractéristiques que l’on retrouve à chaque étage du rachis (métamérisation).

Le corps vertébral est la partie antérieure de la vertèbre. Les corps vertébraux sont unis les uns aux
autres par des disques intervertébraux (symphyses). Elle est unie à l’arc postérieur de la vertèbre par
les pédicules.

Les pédicules sont fixés sur les massifs articulaires portant des articulations synoviales (arthrodies)
appelées articulations interapophysaires ou zygapophysaires.

Latéralement, les processus transverses sont issus des massifs articulaires.

Fermant la vertèbre en arrière, et délimitant en arrière le canal rachidien contenant la moelle


épinière, les lames vertébrales, s’unissant sur la ligne médiane pour former le processus épineux.

Schéma 4  : Vue de profil d’un vertèbre type

Une vertèbre type est constituée de :


- En avant : corps vertébral
- En arrière : pédicule se prolongeant par le massif articulaire
- Latéralement (en fuite)  : processus articulaire
- En arrière : processus épineux

Les 2 premières vertèbres du rachis cervical sont particulières, puisqu’elles ne présentent pas tout à
fait ces caractéristiques.

II. L’Atlas

Schéma 5  : Vue de face de l’Atlas, C1

L’ATLAS N’A PAS DE CORPS VERTEBRAL !

11
Elle présente 2 gros massifs articulaires latéralement, d’où s’échappent des processus transverses
perforés d’un canal : le canal transversaire dans lequel passent des vaisseaux dont l’artère
vertébrale : plus grosse branche de l’artère subclavière, vascularise la partie postérieure du cerveau.

On retrouve également des pédicules, ici rattachés en arrière aux massifs articulaires.
Ils fusionnent en avant pour former l’arc antérieur de l’Atlas, avec une petite crête antérieure.

Les articulations interapophysaires de l’Atlas ne sont pas des arthrodies.


- Les surfaces articulaires supérieures sont convexes vers le bas (articulations condyliennes),
et accueillent les massifs articulaires de l’occipital : les condyles occipitaux.

- Les surfaces articulaires inférieures sont également convexes vers le bas

Schéma 6  : Vue de profil de l’Atlas

On retrouve le massif articulaire, avec une surface supérieure un peu creuse, et une surface
inférieure convexe vers le bas.
Il se prolonge en arrière par la lame, et enfin un tout petit processus épineux.

En avant, l’arc antérieur, et latéralement, le processus transverse perforé d’un foramen


transversaire, dans lequel passe l’artère vertébrale qui va contourner en arrière le massif articulaire
de C1 puis pénétrer dans le crâne.

L’artère vertébrale pénètre dans le canal transversaire dans la majorité des cas par le foramen
transverse de C6 .

Schéma 7  : Vue supérieure de l’Atlas

On distingue les surfaces articulaires supérieures convexes vers le bas, convergentes vers l’avant,
portées par l’arc antérieur.
Cette convergence empêche les mouvements de rotation de l’articulation occipito-atloïdienne
(C0/C1), tout en favorisant les mouvements de F/E.
L’Atlas est la vertèbre du OUI.

En arrière de l’arc antérieur, on retrouve une surface articulaire (correspondant à l’odontoïde de


C2).

Le canal rachidien présente 2 courbures :


- Petite courbure antérieure 
- Grande courbure postérieure

Entre ces 2 courbures, on retrouve un ligament : le ligament transverse. (Voir schéma 10 pour le
rapport avec C2)

Les 2 artères vertébrales se réunissent pour former le tronc basilaire.

III. L’Axis

Schéma 8  : Vue de face de l’Axis, C2

12
C2 présente un processus odontoïde médian au dessus de son corps vertébral. Ce processus porte
une surface articulaire en forme de portion de cylindre sur sa face antérieure.

On dit que le processus odontoïde de l’Axis correspond au corps vertébral de l’Atlas, qui a été aspiré
par C2 pour permettre les mouvements de rotation.

Il s’articule avec la face postérieure de l’arc antérieur de l’Atlas grâce à une trochoïde.

Le corps vertébral est marqué par une crête antérieure : le rostre.

Les processus transverses sont également perforés.

- Surfaces articulaires supérieures : orientées vers le haut et l’arrière, convexes vers le haut,
correspondent aux massifs articulaires inférieurs de l’Atlas

- Surfaces articulaires inférieures : orientées vers le bas et l’avant

Schéma 9  : Vue latérale de l’Axis

Le processus odontoïde est orienté vers le haut et vers l’arrière.


Il présente une surface articulaire antérieure (trochoïde) et une petite surface postérieure
encroutée de cartilage.
Latéralement, les surfaces articulaires supérieures de l’Axis sont convexes vers le haut.

Rappel  : les surfaces inférieures de l’Atlas sont convexes vers le bas, donc l’articulation C1/C2 n’est
pas congruente, ce qui entraîne une petite inclinaison automatique lors de la rotation de
l’articulation.

Le processus épineux de C2 est très massif.

Schéma 10  : Vue supérieure de l’Axis

Au centre, le processus odontoïde avec ses 2 surfaces articulaires.


De part et d’autre, les surfaces articulaires supérieures (convexes vers le haut) portées par le corps
vertébral.
Latéralement, les processus transverses.
En arrière, les lames qui se rejoignent pour former le processus épineux massif.

Le processus odontoïde s’articule :


- En avant : avec la face postérieure de l’arc antérieur de l’Atlas
- En arrière : avec la face antérieure du ligament transverse de l’Atlas (encroutée de cartilage)

Le ligament transverse empêche l’odontoïde de reculer et de comprimer la moelle spinale.

L’articulation trochoïde C1/C2 est responsable de 50% de l’amplitude de rotation du rachis cervical
(50% de 45° = 22,5).
L’Axis est la vertèbre du NON.

IV. Rachis cervical inférieur

Schéma 11  : Vue antérieure d’une vertèbre cervicale inférieure

13
Le rachis cervical inférieur est constitué de C3 à C7.

En avant : le corps vertébral marqué légèrement par une crête antérieure.

On retrouve le plateau supérieur de C4 en fuite, dont les bords remontent un peu vers le haut.
Ces processus latéraux s’appellent des unci (uncus au singulier), guidant les mouvements de F/E,
tout en limitant la rotation et l’inclinaison.

Latéralement : processus articulaires massifs, avec les surfaces articulaires supérieures et les
surfaces articulaires inférieures.

Les processus transverses forment une gouttière où passera la racine cervicale (nerf spinal) issue de
la moelle, et sont perforés par le canal transversaire.

Schéma 12  : Vue latérale d’une vertèbre cervicale inférieure

- Surfaces articulaires supérieures : regardent vers le haut et vers l’arrière


- Surfaces articulaires inférieures : regardent vers le bas et vers l’avant

L’orientation des surfaces articulaires est de 45° par rapport à l’horizontal pour le rachis cervical
inférieur.

Les processus épineux de C2 à C6 sont bifides.

Schéma 13: Vue supérieure d’une vertèbre cervicale inférieure

- En avant : corps vertébral cervical rectangulaire, avec, latéralement, les unci.


- En arrière : foramen vertébral triangulaire à l’étage cervical
- Latéralement : processus transverses bifides
- En arrière : lames puis processus épineux bifide

 Remarque : Au niveau du rachis cervical haut (Atlas et Axis), les surfaces articulaires sont très
antérieures.
Mais au niveau du rachis cervical bas, on se déporte vers l’arrière : on appelle ça un coup de
baïonnette au niveau de C2 puisque ses surfaces articulaires supérieures et ses surfaces
inférieures ne sont pas superposées dans un même plan.

V. Rachis thoracique

Schéma 14  : Vue antérieure d’une vertèbre thoracique

Le corps vertébral de la vertèbre thoracique est en forme de cœur de carte à jouer.

On voit déborder les massifs articulaires vers le haut et vers le bas.

Latéralement, fixés à ces massifs, les processus transverses, particuliers à l’étage thoracique
puisqu’ils portent une surface articulaire plane correspondant à l’articulation costo-transversaire
(col de la côte/processus transverse).

En bas, un très long processus épineux, qui peut descendre jusque 2 niveaux vertébraux plus bas.

14
Schéma 15  : Vue latérale d’une vertèbre thoracique

Le corps vertébral est toujours moins large au niveau de l’équateur qu’au niveau des plateaux.
Il porte des demi surfaces articulaires (vrai seulement de T2 à T11, puisque ce sont des surfaces
entières pour T1 et T12) correspondant à l’articulation avec la tête de la côte.

Attention : le COL de la côte s’articule avec le processus transverse, tandis que la TÊTE de la côte
s’articule avec le corps vertébral (et un peu avec le disque intervertébral).

En arrière, un pédicule, fixé au corps vertébral au dessus du niveau de l’équateur (plus on descend
dans le rachis, plus l’implantation du pédicule se rapproche de l’équateur).

En tout, une vertèbre thoracique comporte 10 surfaces articulaires (vrai de T2 à T11).

- Surfaces articulaires supérieures : regardent vers le haut et vers l’arrière


- Surfaces articulaires inférieures : regardent vers le bas et vers l’avant
L’orientation des surfaces articulaires est de 70° par rapport à l’horizontal pour le rachis thoracique.

Schéma 16  : Vue supérieure d’une vertèbre thoracique

En vue supérieure, le corps vertébral est en forme de cœur de carte à jouer. Il est uni à l’arc
postérieur par les pédicules, légèrement convergents.

Le canal rachidien est circulaire à l’étage thoracique.

VI. Rachis lombaire

Schéma 15  : Vue antérieure d’une vertèbre lombaire

On voit déborder en haut et en bas les massifs articulaires portant les surfaces articulaires.
Entre les massifs inférieurs, un massif processus épineux.
Latéralement, de très longs processus transverses (ceux de L3 sont les plus longs).

Schéma 16  : Vue latérale d’une vertèbre lombaire

L’implantation du pédicule est quasiment au niveau de l’équateur. En arrière, le massif articulaire


avec :
- Surfaces articulaires supérieures : regardent vers l’arrière et vers le dedans
- Surfaces articulaires inférieures : regardent vers l’avant et vers le dehors

Le processus épineux lombaire est massif et épais.

Schéma 17  : Vue supérieure d’une vertèbre lombaire

Le corps vertébral lombaire est massif, réniforme (forme de rein, de haricot).

Le pédicule relie le corps aux massifs articulaires portant les surfaces supérieures. Les processus
transverses sont implantés latéralement dans les massifs articulaires.

Schéma 18  : Coupe axiale au niveau lombaire

15
On met en place le disque intervertébral en avant.
L’arc postérieur (massifs+ processus transverses+ lames + processus épineux) est réuni au corps
vertébral par les pédicules.
On voit les surfaces articulaires supérieures regardant vers le dedans et vers l’arrière s’articulant
avec les surfaces inférieures de la vertèbre sus jacente, regardant vers l’avant et vers le dehors.

Les articulations interapophysaires sont des arthrodies surtout au niveau cervical et thoracique. Au
niveau lombaire, les surfaces ne sont pas tout à fait planes.

Au niveau lombaire, la faible amplitude de rotation est expliqué par les différents centre de
rotation :
- Antérieur : le centre de rotation se trouve au centre du corps vertébral
- Postérieur : le centre de rotation du complexe interapophysaire n’est pas du tout au niveau
du corps vertébral
Les centres de rotations n’étant pas confondus, la rotation n’est presque pas possible.

Le disque intervertébral est une symphyse.


En son centre, on retrouve une structure très hydratée (80% d’eau chez l’enfant, puis la teneur en
eau diminue au fur et à mesure de l’âge)  : le nucléus pulposus. Il s’agit du résidu embryologique de
la chorde (structure induisant la formation du tube neural).

Dans ce noyau pulpeux, on retrouve :


- Fibres directes : réparties concentriquement, de façon homogène, sur toute la surface du
disque. Elles forment l’anneau fibreux (anulus fibrosus)
- Fibres hélicoïdales : présentes SEULEMENT en avant du noyau pulpeux

Quand le disque vieillit, et que le noyau pulpeux se déshydrate, le disque peut se fissurer, ce qui
entraîne une hernie discale. La fissure se situera en général en arrière du disque, entraînant le noyau
pulpeux qui viendra comprimer la racine spinale  : c’est la sciatique.

Schéma 19  : Vue de profil de l’articulation entre 2 vertèbres lombaires

On retrouve des ligaments :


- Ligament longitudinal ventral : comporte 3 faisceaux (2 latéraux et 1 antérieur) va de l’os
occipital jusqu’au coccyx
- Ligament longitudinal dorsal : comporte 1 faisceau, diminue de diamètre à partir de L4
s’élargit dans le sens caudo cranial, va de l’occipital jusqu’au sacrum
- Ligament inter-épineux : limite la F/E du rachis, doublé par le :
- Ligament sus-épineux ou épiépineux 

Le mouvement se passe dans un espace appelé espace utile du rachis, limité par :


- En avant : disque intervertébral
- En arrière : foramen intervertébral d’où sort le nerf spinal
- Plus en arrière : articulations interapophysaires
- En arrière : espace inter-épineux

L’épaisseur de cet espace dépend de l’épaisseur du disque intervertébral qui varie selon l’étage :
- Au niveau cervical = niveau lombaire : 1/3 de l’épaisseur de la vertèbre
- Au niveau thoracique : 1/6ème de l’épaisseur de la vertèbre

Schéma 20  : Vue de profil de l’articulation

16
- Ligament inter-transversaire : limite l’inclinaison du rachis

Schéma 21  : Coupe axiale des lames

- Ligament jaune : ligamentum flavum, riche en tissu graisseux, ligament inter-lamellaire,


ferme le canal vertébral en arrière.

17
COURS : MEMBRE SUPERIEUR

Le membre thoracique est chez l’homme le membre supérieur, chez d’autres espèces le membre
antérieur.
Le but du membre thoracique est d’orienter la main (organe effecteur très fin) dans l’espace, il fait
partie de l’appareil locomoteur, il existe une coordination bras/jambes.
Partie 1 : Ostéologie de la région de l’épaule :
I. La clavicule
Schéma 1  : Vue de face de la clavicule
La clavicule est un os long ayant une ossification membraneuse. L’os est relativement rectiligne en
vue de face et sa coupe diaphysaire est triangulaire. C’est le seul point fixe d’attache osseuse du
membre thoracique au thorax.
La clavicule a une extrémité latérale fine et une extrémité médiale épaisse.

 Articulations :
- Du coté médial, surface articulaire en selle avec le sternum. (stable)
- Du coté latéral, surface articulaire en arthrodie qui s’articule avec l’acromion. (pas
stable)

 Insertions musculaires :
- Le sterno-cléido-mastoïdien : muscle du cou qui s’insère sur le sternum (manubrium) et sur
la portion médiale de la clavicule puis remonte pour s’implanter sur le processus mastoïde. Il
est fléchisseur et rotateur, il permet l’inclinaison homolatérale du cou.
- Le Trapèze (origine commune avec le SCM : innervation commune par le XI) : très grand
muscle du cou et du dos qui s’insère sur l’occipital, sur les processus épineux cervicaux et
thoraciques et qui se termine sur la scapula et la clavicule.
- Deltoïde (muscle triangulaire) : c’est un abducteur de l’épaule qui se situe en dessous, dans
le prolongement du trapèze. Il est innervé par le nerf axillaire.
- Grand pectoral (grand muscle superficiel de la partie antérieure du thorax) : s’insère sur la
moitié médiale et inférieure de la clavicule, il est adducteur et rotateur médial de la gléno-
humérale.

Schéma 2  : Vue inférieure de la clavicule


L’os est en forme de S italique, surfaces articulaires médiale et latérale (spatulée sur une vue
inférieure).
On retrouve un tubercule postéro inférieur qui stabilise l’articulation sterno-claviculaire : le
tubercule de Farabeuf.
On trouve un sillon inconstant, orienté vers l’avant et vers le dedans, dans lequel s’insère le
muscle subclavier. Il permet d’abaisser la clavicule lorsque la première cote est immobile.
Lorsque la clavicule est immobile il va relever la première cote. C’est un inspirateur accessoire.
Sur le tiers latéral, on trouve une tubérosité qui correspond à l’insertion des ligaments coraco-
claviculaires latéraux (trapézoïde et conoïde).

18
II. La scapula
Schéma 3  : Vue de face de la scapula
Elle porte latéralement une surface articulaire qui est une portion de sphère, la glène (forme de
poire), orientée vers le bas, le dehors et l’avant. Comme la glène est très petite et la surface
quasiment plane, elle est entourée d’un labrum (triangulaire à la coupe) qui élargit la surface
articulaire pour améliorer la stabilité de l’articulation gléno-humérale.

En dessous de la glène se trouve le tubercule infra-glénoïdien puis le pilier (zone la plus épaisse)

Au-dessus de la glène se trouve le tubercule supra glénoïdien. Au-dessus, il y a l’acromion qui


porte une surface articulaire plane pour la clavicule. Le processus coracoïde vient au-dessus et en
avant de la glène, dont la base est contiguë et en dehors de l’échancrure coracoïdienne qui se
prolonge par un bord supérieur, un angle supérieur, un bord médial, un angle inférieur qui rejoint le
pilier.

 Insertions musculaires :
- Deltoïde : s’insère sur l’acromion (face inférieure)
- Trapèze : s’insère sur l’acromion (face supérieure)
- Longue portion du triceps brachial : s’insère sur le tubercule infra glénoïdien
- Longue portion du biceps : s’insère sur le tubercule supra glénoïdien
- Teres minor (petit rond) : sur le pilier, en haut
- Teres major (grand rond) : sur le pilier, en dessous
- Serratus (grand dentelé) : vaste insertion sur le bord médial, fait d’une dizaine de digitations
- Subscapulaire : s’insère sur l’écaille de la scapula. Il est rotateur médial et adducteur. Coiffe
des rotateurs
- Levator scapulae (élévateur de la scapula) : s’insère sur l’angle supérieur de la scapula
- Muscle coraco-brachial : s’insère sur l’apex du processus coracoïde
- Courte portion du biceps brachial : s’insère sur l’apex du processus coracoïde
- Petit pectoral : s’insère sur le genou du processus coracoïde

Il existe un ligament qui ferme l’échancrure coracoïdienne.

Schéma 4  : Vue postérieure de la scapula


On trouve un relief postérieur transversal qui est l’épine (implantée sur l’écaille). Elle se termine
en haut et en dehors par le relief de l’acromion.
L’épine délimite une fosse infra spinale et une fosse supra spinale dont le bord supérieur est
marqué latéralement par le processus coracoïde.

19
 Insertions musculaires :
- Deltoïde : contourne le massif de l’acromion jusqu’à la moitié du bord inférieur de l’épine
- Trapèze (dans le prolongement du deltoïde) : fait demi-tour pour suivre le bord supérieur de
l’épine et le bord postérieur de l’acromion
- Longue portion du triceps : s’insère sur le tubercule infra glénoidien
- Supra épineux (supra spinatus) : s’insère dans la fosse supra spinale, abducteur («  starter de
l’abduction  »). Coiffe des rotateurs
- Infra épineux (infra spinatus) : s’insère dans la fosse infra spinale, rotateur latéral de l’épaule
et adducteur. Coiffe des rotateurs
- Petit rond (teres minor) : s’insère sous la glène, rotateur latéral et adducteur. Coiffe des
rotateurs
- Grand rond (teres major) : rotateur médial et adduteur
- Grand dorsal (latissimus dorsi) : s’insère sur l’angle inférieur de la scapula (insertion « relai »)
et sur les processus épineux du rachis et remonte vers le haut et le dehors pour s’insérer sur
la scapula et l’humérus
- Petit rhomboïde et Grand rhomboïde : vers les processus épineux.
e e
La scapula est située entre la 2 et la 7 cote.

Ligament au niveau de l’insertion de l’épine : le ligament spino-glénoidien délimite un canal


avec le ligament de l’échancrure coracoïdienne où passe le nerf supra-scapulaire.
Ce nerf innerve le muscle supra-épineux, puis passe à la face médiale du ligament spino-
glénoïdien pour aller innerver le muscle infra-épineux.

Schéma 5  : Vue latérale


Ligament acromio-coracoïdien (de la face antérieure de l’acromion à la face postérieure du
processus coracoïde) assez épais ferme l’espace sous acromial où passe le supra épineux. Il n’a
aucun rôle mécanique car il est tendu entre 2 portions d’un même oss.

III. L’humérus
Schéma 6  : Vue de face de l’extrémité supérieure de l’humérus
L’humérus est un os long avec et sa surface articulaire est sphérique (plus volumineuse que la
glène) : la tête humérale. Elle représente 1/3 de sphère de diamètre de 30 à 35 mm chez l’adulte.
Elle est orientée vers le haut, le dedans et l’arrière. La tête humérale est rétro versé.

La tête humérale est portée par un massif métaphysaire large, séparé par un sillon. Le massif est
composé de deux tubercules : un latéral et supérieur = le tubercule majeur (trochiter) et un inférieur
et médial = le tubercule mineur (trochin). Ils sont séparés par le sillon intertuberculaire (coulisse
bicipitale) où passe la longue portion du biceps brachial.

C’est un os triangulaire (diaphyse en coupe axiale), comme tous les os longs il possède 3 faces :
face antéro médiale, antéro latérale et face postérieure.

20
 Insertions musculaires :
- Deltoïde : s’insère sur le V deltoïdien, au niveau du tiers moyen/supérieur de l’humérus, du
côté latéral. C’est le meilleur abducteur, il travaille avec le supra-spinatus.
- Supra épineux : s’insère sur le sommet du tubercule majeur. C’est un abducteur (starter de
l’abduction). Il est innervé par le nerf supra scapulaire (innerve aussi l’infra épineux)
- Subscapulaire : s’insère sur le tubercule mineur. C’est un rotateur médial et adducteur. C’est
le plus antérieur de la coiffe des rotateurs.
- Grand rond ou teres majeur : s’insère au niveau de la berge médiale du sillon
intertuberculaire, en haut et en arrière. C’est un rotateur médial et un adducteur
- Grand dorsal : en dessous, en avant et latéralement au grand rond. C’est un rotateur médial
et un adducteur.
- Grand pectoral : s’insère sur la lèvre latérale du sillon, avec une insertion en J inversé. C’est
un adducteur et un rotateur médial.

Il y a beaucoup plus de rotateurs médiaux que de rotateurs latéraux dans la gléno-humérale.

Schéma 7  : Vue postérieure de l’humérus


La tête humérale est plus visible en vue postérieure (rétroversée).
Entre la tête humérale et le massif métaphysaire : le col anatomique.
Entre la face inférieure du massif métaphysaire et la diaphyse : le col chirurgical (lieu fréquent de
fracture).

 Insertions musculaires :
- Deltoïde : la portion postérieure du V deltoïdien
- Supra épineux : sur le sommet du tubercule majeur, abducteur
- Infra épineux : rotateur latéral et adducteur
- Petit rond : rotateur latéral et adducteur

 Coiffe des rotateurs :


- Supra-spinatus
- Infra-spinatus
- Petit rond ou teres minor
- Subscapulaire

IV. Moyens de stabilité


Schéma 8  : Vue ventrale
Le complexe de l’épaule comprend 3 vraies articulations synoviales et 2 fausses.

 Articulations :
- Sterno-claviculaire : en selle
- Acromio claviculaire : arthrodie
- Gléno humérale : énarthrose
- (Costo-sternal : synchondrose) : la 1ère côte est très plate et très oblique (45°)

L’articulation sterno-claviculaire : les luxations sont rares. Les plus gênantes sont les postérieures,
risque de dysphagie.
- Ligament ventral
- Ligament dorsal

21
- Ligament interclaviculaire (jugal) : qui passe d’une clavicule à l’autre en pontant
l’articulation
- Ligament costo-claviculaire (extrinsèque, pas un épaississement de la capsule) : s’insère à la
jonction de la cote et du cartilage chondrocostal, se dirige vers le haut et le dehors. Il est
doublé latéralement par le muscle subclavier.

L’articulation acromio-claviculaire est accompagnée d’un ménisque ou disque et est entourée


d’une capsule très lâche ainsi que de ligaments extrinsèque qui ne suffisent pas à stabiliser. Les
luxations supérieures sont beaucoup plus fréquentes (signe de la touche de piano).

Ligaments coraco-claviculaire latéraux qui s’insèrent au niveau du genou du processus coracoïde


- Trapézoïde, antérieur et latéral
- Conoïde, un peu plus postérieur et médial
(Ligament coraco-claviculaire médial)

L’articulation gléno-humérale est constituée d’une capsule articulaire assez lâche au niveau
inférieur pour permettre l’abduction, peu épaisse elle est renforcée par :
Ligament gléno-huméral (3 faisceaux) sans intérêt mécanique car ils n’empêchent pas les luxations
et généralement la tête humérale passe à travers ces ligaments.
- Supérieur pour le tubercule majeur
- Moyen pour le tubercule mineur
- Inférieur pour le tubercule mineur (détendu en adduction)

- Ligament coraco-huméral, bifide et part de l’extrémité latérale du processus coracoïde puis


se divise en deux faisceaux. Entre les 2 passe le tendon de la longue portion du biceps
brachial. Le tendon est intra capsulaire et extra articulaire. On a donc souvent un manchon
synovial qui s’insinue dans le tubercule intertuberculaire pour faciliter les glissements.
o Faisceau supérieur pour le tubercule majeur
o Faisceau inférieur pour le tubercule mineur

A LA FACE POSTERIEURE DE LA GLENO-HUMERALE : PAS DE LIGAMENTS = Stabilité de l’articulation


surtout sous la dépendance des muscles

V. L’épaule
Schéma 9  : Coupe scannographique
Le muscle serratus s’insère sur le bord antérieur et médial de la scapula, dirigé vers les arcs
antérieurs des 9 ou 10 premières côtes limitant deux espaces :
- Inter serrato thoracique
- Inter serrato scapulaire
Ces deux espaces de glissement correspondent aux fausses articulations de l’épaule.

Pour une abduction à 180° de l’épaule : les premiers 90° ont lieu au niveau de l’articulation
gléno-humérale et les 90° restants ont lieu au niveau du grill costal. La scapula glisse sur le grill
costal pour faire des mouvements de sonnette.

Schéma 10  : Vue régionale de l’épaule


 Insertions musculaires :
- Supra épineux : passe au-dessus de la gléno-humérale, abducteur
- Subscapulaire : barre l’articulation gléno humérale en avant et la stabilise, rotateur médial et
adducteur

22
- Grand rond ou teres major : adducteur et rotateur médial
- Grand dorsal ou latissimus dorsi : s’insère un peu plus bas et en avant du grand rond car il
s’enroule autour de l’insertion du grand rond, adducteur et rotateur médial
- Grand pectoral : adducteur et rotateur médial
- Muscle coraco brachial et courte portion du biceps brachial
- Muscle petit pectoral : constitué de 3 digitations qui s’insèrent distalement sur l’arc
antérieur des cotes 3, 4 et 5 : c’est un abaisseur du moignon de l’épaule lorsque le thorax est
le point fixe ou inspirateur accessoire car il élève l’arc antérieur des côtes.

L’artère subclavière (ø = 1cm) arrive dans la fosse axillaire passe en arrière du scalène antérieur
et devient l’artère axillaire (au niveau de la pince costo-claviculaire). Elle s’engage en arrière du
petit pectoral et en avant des autres muscles et devient l’artère brachiale quand elle passe au bord
inférieur du grand pectoral.
L’artère est séparée de sa veine par le tendon du scalène antérieur (au niveau du tubercule de
Lisfranc). Elles se retrouvent ensuite dans une gaine commune qui passe en arrière du petit pectoral.
Le scalène antérieur incline, fléchit le cou et il est inspirateur accessoire.

Schéma 11  : Vue postérieure


 Insertions :
- Supra épineux : s’insère sur le bord supérieur du tubercule majeur, abducteur
- Infra épineux : adducteur et rotateur latéral
- Petit rond : adducteur et rotateur latéral
- Grand rond : adducteur et rotateur médial
- Triceps brachial (Longue Portion) : barre la région en passant en avant du petit rond et en
arrière du grand rond.
Ce dernier délimite trois espaces :
- Espace axillaire médial : composé du petit rond en haut, du grand rond en bas et de la
longue portion du triceps brachial en dehors, où émerge l’artère subscapulaire (branche de
l’artère axillaire)
- Espace axillaire latéral : composé en haut du petit rond, en bas du grand rond, en dedans de
la longue portion du triceps brachial et en dehors de l’humérus, où émerge l’artère
circonflexe postérieure (branche de l’artère axillaire) et le nerf axillaire (deltoïde, grand
nerf de l’abduction + nerf sensitif du moignon de l’épaule)

- Espace axillaire inférieur : composé en haut du grand rond, en dedans de la longue portion
du triceps et en dehors de l’humérus, où passe l’artère brachiale profonde (branche de
l’artère brachiale) et nerf radial (grand nerf de l’extension).

23
Partie 2 :
Schéma 1  : Vue antérieure de la couche superficielle des muscles de l’épaule
Clavicule, sternum, deltoïde, grand pectoral, trapèze, SCM.

- La veine céphalique : dans le sillon delto-pectoral et plonge ensuite pour rejoindre la veine
axillaire.
- La veine basilique : plus médiale, devient profonde en passant en arrière du grand pectoral
et rejoint également la veine axillaire.
Plexus Brachial, fosse axillaire

Schéma 2  : Plexus brachial


Plexus : tressé, entrelacé
Une racine nerveuse émerge de chaque espace utile rachidien.
A l’étage cervical, la racine cervicale prend le nom de la vertèbre au-dessous : la première racine sort
e
au-dessus de l’atlas. Nous avons 8 racines pour 7 vertèbres donc la 8 sort en dessous de C7.
A l’étage thoracique, lombaire et sacrée, la racine prend le nom de la vertèbre au-dessus.

Le plexus brachial est constitué de 5 racines : C5, C6, C7, C8, Th1

Le plexus brachial mélange ses racines avec la formation de 3 troncs :


- Tronc supérieur : avec C5 et C6
- Tronc moyen : avec le seul prolongement de C7
- Tronc inférieur : avec C8 et Th1

Ces troncs se subdivisent chacun en :


- Une branche antérieure qui donne le faisceau antéro latéral (tronc supérieur et moyen) puis
le nerf musculo cutané (C5 et C6) et le faisceau antéro médial (tronc inférieur) qui donne le
nerf cutané brachial médial (C8 et Th1) et l’ulnaire (C8 et Th1). Les 2 faisceaux antérieurs se
rejoignent pour donner une grosse branche : le nerf médian (C6, C7, C8 et Th1).
- Les branches postérieures de tous les troncs vont se mêler les unes aux autres pour former le
faisceau postérieur qui va abandonner deux branches terminales :
o Nerf axillaire (C5 et C6)
o Nerf radial (C6, C7, C8 et Th1).

1 racine ne contrôle pas 1 fonction, et 1 fonction n’est pas contrôlée par une unique racine

C5 : flexion du coude


C6 : extension du poignet
C7 : extension du coude
C8 : flexion de l’interphalangienne du 3ème doigt
Th1 : abduction du 5ème doigt

Schéma 3  : Coupe horizontale en Th3


Cote, glène, sillon intertuberculaire avec le tendon du biceps
- Serratus (il colle la scapula au gril costal)
- Subscapulaire, infra-spinatus
- Grand rhomboïde : unit le bord médial de la scapula avec le processus épineux

24
- Trapèze : qui se prolonge latéralement par le deltoïde dont les fibres antérieures assurent la
rotation médiale et les postérieures la rotation latérale
- Grand pectoral

Grand pectoral et Trapèze sont séparés par le sillon delto pectoral dans lequel chemine la veine
céphalique.

L’espace libre appelé fosse axillaire est en forme de pyramide tronquée qui a un sommet
supérieur et médial et correspond à l’arrivée des vaisseaux : pince costo-claviculaire. La partie
inférieure de la pyramide est l’aisselle (base) avec des poils et glandes sudoripares.

Le muscle coraco-brachial est accompagné par le tendon de la courte portion du biceps.

L’artère axillaire (ø = 1cm) est accompagnée sur ces flancs par les branches du plexus brachial :
- En avant, le nerf médian.
- Latéralement, le nerf musculo cutané qui se dirige vers le coraco-brachial.
- En arrière, le nerf radial.
- Un peu plus latéralement, le nerf axillaire qui commence à se diriger vers le col chirurgical de
l’humérus.
- Sur le versant médial, nerf ulnaire et cutané brachial médial.
- Encore plus médialement, vaste veine axillaire (plus grosse que l’artère).

On trouve également des structures graisseuses et de nombreux nœuds lymphatiques en relai


sur le réseau de la vascularisation lymphatique.

I. Ostéologie : humérus et coude


Schéma 4  : Vue ventrale de l’humérus
La tête humérale (ø = 35mm) est posée sur un massif métaphysaire. Sa diaphyse est
relativement rectiligne.

La partie inférieure de l’os est évasée pour donner la métaphyse inférieure : la palette humérale.
Elle porte deux surfaces articulaires : le capitulum (portion de sphère visible seulement en antérieur)
et la trochlée. Les 2 surfaces sont séparées par une zone biseautée : la zone conoïde. De chaque
côté, il y a les épicondyles médial et latéral.

Une crête sépare la face antérieure de l’humérus en deux faces : antérolatérale et


antéromédiale. Puis cette crête se divise en deux au-dessus de la palette humérale. Cette ligne se
termine au-dessus du capitulum par une fossette radiale et au-dessus de la trochlée par une fossette
coronoïdienne.

Le muscle coraco-brachial s’insère sur la face antéro médiale de l’humérus, à l’union du tiers


supérieur/moyen.

En dessous, il y a une vaste zone sur le bord antéro latéral et antéro-médial pour l’insertion du
muscle brachial. L’insertion déborde également sur les septa intermusculaires.
Sur l’épicondyle latéral s’insèrent les muscles de la loge latérale de l’avant-bras (4 muscles).
Sur l’épicondyle médial, s’insèrent les épicondyliens médiaux (5 muscles).

25
Schéma 5  : Vue postérieure de l’humérus
L’humérus est creusé au niveau de son tiers moyen d’une gouttière postérieure, oblique vers le
bas et le dehors, où passe le nerf radial.

En arrière et en bas, l’humérus s’évase. Le relief de l’épicondyle médial (en dedans de la


trochlée) est creusé à sa face postérieure par la gouttière du nerf ulnaire.

On retrouve la palette inférieure avec la trochlée très visible, mais en postérieur on ne voit pas
le capitulum ⚠.

Au-dessus de la trochlée, il y a la fossette olécranienne où vient s’encastrer l’olécrane lors de


l’extension du bras. Autour de cette fosse, deux zones solides sont appelées les piliers de l’humérus.

En arrière de l’épicondyle latéral se trouve l’insertion des muscles superficiels de la loge


postérieure de l’avant-bras.

Au-dessus de la gouttière du nerf radial s’insère le vaste latéral (triceps)


En dessous de la gouttière du nerf radial s’insère le vaste médial (triceps)

Schéma 6  : Vue antérieure des articulations du coude


L’avant-bras est constitué de deux os : le radius coté latéral et l’ulna coté médial.

La tête du radius est composée d’une portion de cylindre dont le bord supérieur est en
dépression au niveau central pour pouvoir accueillir le capitulum de l’humérus. Le radius a une
tubérosité bicipitale orientée vers l’arrière pour accueillir le tendon terminal du biceps.

 Articulations :
- Entre l’ulna et le radius : trochoïde (prono/supination)
- Entre l’humérus et le radius : énarthrose
- Entre l’ulna et l’humérus : trochlée (Flexion/extension)

L’ulna possède une incisure radiale sur son versant latéral. On trouve également une tubérosité
antérieure qui est le processus coronoïde. Il a une vaste zone articulaire appelée cavité sigmoïde de
l’ulna qui correspond à la trochlée et qui est surplombée en arrière par l’olécrane.

Entre les deux os il y a une membrane interosseuse qui descend quasiment jusqu’en bas
(syndesmose).

- Ligament annulaire : s’insére au bord antérieur de l’incisure radiale de l’ulna, cravate


l’épiphyse radiale supérieure, sur sa face profonde on trouve une métaplasie cartilagineuse.
- Ligament carré (ligament radio-ulnaire supérieur) : tendu entre l’incisure radiale de l’ulna et
le radius.
- Faisceaux du ligament collatéral latéral (antérieur et moyen).

Schéma 7  : Vue antérieure de la région du coude


On trouve une angulation entre le segment brachial et le segment antebrachial : le cubitus
valgus (quand le coude est en extension il va plutôt vers le bas et le dehors). Variable en fonction du
sexe et de l’âge : les femmes et les enfants sont à 10-15° et les hommes sont à 5-10°.

26
Schéma 8  : Vue latérale d’un coude fléchi
Le capitulum s’articule avec la tête radiale (énarthrose). On a un angle d’antéflexion de la
palette humérale qui est de 40 à 45°.

On retrouve les 3 faisceaux du ligament collatéral latéral :


- Antérieur : en avant de l’incisure radiale
- Moyen : en arrière de l’incisure radiale, contourne le col en arrière
- Postérieur : de l’épicondyle latérale de l’humérus à la face latérale de l’olécrane.

IL N’EXISTE PAS DE LIGAMENT RADIO-HUMERAL (pour permettre la prono/supination)

Schéma 9  : Vue médiale d’un coude fléchi


Ligament collatéral médial avec 3 faisceaux :
- Antérieur : de l’épicondyle médial à la face latérale du processus coronoïde
- Moyen : au bord latéral de l’olécrane
- Postérieur : au bord supérieur de l’olécrane

C’est le ligament de l’entorse du coude, pouvant entrainer chez l’enfant des fractures de l’épicondyle
médial.

II. Loge antérieure du bras

Schéma 10  : Vue antérieure de l’humérus


Couche superficielle de la loge antérieure (1 muscle)

Biceps brachial : poly-articulaire, 2 chefs


- Chef long : s’insère en proximal sur le processus supra glénoïdien  il empêche la tête
humérale de remonter
- Chef court : s’insère en proximal sur le processus coracoïde (tendon commun)  il empêche
la tête humérale de descendre

Les 2 chefs s’unissent pour former un corps plus ou moins volumineux qui formera le relief du
bras. En bas, un seul tendon se termine sur la tubérosité bicipitale du radius (dirigée vers l’arrière).

Le biceps est le meilleur fléchisseur du coude, il stabilise la tête humérale, c’est le meilleur
supinateur.

Il est innervé par le nerf musculo cutané (C5 et C6), il donne généralement 2 branches motrices
principales, 1 pour chaque chef. Il émerge ensuite à la face inférieure et latérale du biceps, pour
devenir un nerf sensitif pour la face latérale de l’avant-bras. C’est un nerf mixte.

Schéma 11  : Vue antérieure de l’humérus


Couche profonde la loge antérieure (2 muscles)

- Coraco brachial : s’insère sur l’apex du processus coracoïde et à la jonction du tiers moyen /
tiers supérieur de la face antéro médiale de l’humérus. En haut son insertion est commune
avec la courte portion du biceps. C’est un fléchisseur et un adducteur de la gléno-humérale.

27
- Brachial (en dessous du biceps) : passe en avant de l’articulation du coude pour se terminer
sur le processus coronoïde. C’est un fléchisseur du coude.

L’artère axillaire devient artère brachiale, en passant sous le bord inférieur du grand pectoral
(jonction entre le bras et l’épaule). En postérieur, elle abandonne l’artère brachiale profonde qui
accompagne le nerf radial. En antérieur, elle est accompagnée par deux veines satellites. En dessous
du pli de flexion du coude a lieu la division de l’artère brachiale en artère radiale latéralement et
ulnaire médialement.

L’artère brachiale est accompagnée médialement par le nerf médian et le nerf ulnaire dans la
loge antérieure du bras. Le nerf ulnaire s’éloigne progressivement et passe à travers le septum pour
se retrouver en arrière de la palette humérale.

Le nerf musculo cutané perfore le muscle coraco-brachial et lui donne des branches motrices.
Ce nerf innerve aussi le muscle brachial.

III. Loge postérieure du bras

Schéma 12  : Vue postérieure de l’humérus


Le muscle triceps brachial est constitué de 3 chefs musculaires :
- Longue portion du triceps : provient du tubercule infra-glénoidien
- Vaste latéral : au-dessus de la gouttière radiale
- Vaste médial : en dessous de la gouttière radiale

Le tendon terminal (vaste) se termine sur la face postérieure et supérieure de l’olécrane. Il est
innervé par le nerf radial (C6, C7, C8 et Th1).

C’est un adducteur de l’épaule par l’intermédiaire de sa longue portion. C’est surtout un


extenseur du coude.

Dans l’espace axillaire inférieur on retrouve l’artère brachiale profonde et le nerf radial qui
contourne l’humérus, passe en avant de la palette et se divise en une branche antérieure sensitive et
une branche postérieure motrice.

28
Partie 3 :

Le segment antébrachial est constitué de 2 os : le radius latéralement et l’ulna médialement.


C’est un segment constitué de 3 loges dont les muscles vont à la fois s’occuper du coude, de la
prono-supination et de la main (muscles extrinsèques). On trouve :
- 8 muscles dans la loge antérieure
- 8 muscles dans la loge postérieure
- 4 muscles dans la loge latérale

I. Ostéologie de l’avant bras


Schéma 1  : Vue antérieure de l’avant-bras
Le radius a une diaphyse courbe : la courbure pronatrice, qui permet au radius de tourner
autour de l’ulna lors des mouvements de prono-supination.
Son extrémité inférieure, orientée vers le bas et un peu vers l’avant, est appelée la glène radiale.
Ses surfaces sont des portions d’ellipses : articulation condylienne. On trouve également un
processus styloïde radial.

Médialement, l’ulna est assez rectiligne. Il se termine par la tête de l’ulna en inférieur. C’est une
surface sphérique qui correspond à l’incisure ulnaire du radius. Il existe un relief postéro médial qui
est la styloïde ulnaire.
La ligne bistyloïdienne (de Logier) est inclinée de 25° oblique vers le haut et le dedans.

 Ligaments :
- Ligament carré
- Ligament annulaire s’insert de part et d’autres de l’incisure radial de l’ulna et enserre la tête
du radius.
- Membrane interosseuse en 3 couches (syndesmose) :
o Couche superficielle représentée par une corde fibreuse : corde de Weitbrecht,
oblique vers le haut et le dedans
o Couche moyenne : des fibres orientées vers le bas et le dedans
o Couche profonde : des fibres orientées vers le haut et le dedans
- Ligament radio-ulnaire antérieur et postérieur (accompagné d’une capsule). C’est une
énarthrose anatomiquement et trochoïde fonctionnellement
- Ligament triangulaire : tendu entre le bord inférieur de l’incisure ulnaire du radius et l’apex
du processus styloïde de l’ulna. Il sépare la tête de l’ulna de la 1 ère rangée des os du carpe, il
est encrouté de cartilage.

LA TETE DE L’ULNA NE S’ARTICULE PAS AVEC LE CARPE

L’index radio-ulnaire est de 2mm,  c’est à dire que le radius descend plus bas que l’ulna mais ces
deux os ont quand même la même longueur : c’est une des conditions nécessaires à la prono-
supination.

Mouvement de prono-supination :
- La pronation emmène la paume de la main vers l’arrière en position anatomique ou vers le
bas si le coude est fléchi. Il existe 2 muscles pronateurs. Prise en charge par le nerf médian.
- La supination emmène la paume de la main vers le devant en position anatomique et vers le
haut quand le coude est fléchi. Il existe 2 muscles supinateurs. Prise en charge par les nerfs
musculo-cutané et radial.

29
Schéma 2  : Vue antérieure de l’avant-bras
Radius, ulna, humérus, carpe.

Le carpe est constitué de 2 rangées :


- La première rangée s’articule avec le radius uniquement (articulation condylienne) :
o Scaphoïde
o Semi lunaire, os central, sous le radius et le ligament triangulaire
o Triquetrum, médialement
o Pisiforme, en avant du triquetrum

- Deuxième rangée (du plus latéral au plus médial)


o Trapèze, latéralement, s’articule avec le scaphoïde et le trapézoïde
o Trapézoide, s’articule avec le scaphoïde et le capitatum
o Capitatum (grand os)
o Hamatum (os crochu)

Les articulations entre ces os sont des arthrodies (en majorité).

Le squelette métacarpien :
- M1 est le métacarpien du pouce, il est court et massif, il s’articule grâce à une articulation en
selle avec le trapèze, il n’est pas dans le même plan que les autres.
- M2 s’articule avec le trapèze, le trapézoïde et capitatum grâce à des arthrodies. M2 est le
métacarpien le plus long.
- M3 s’articule avec le grand os grâce à une arthrodie
- M4 s’articule avec grand os et hamatum grâce à une arthrodie
- M5 s’articule avec hamatum grâce à une arthrodie. Il possède à sa base un processus
styloïde.

Une structure fibreuse, épaisse et inextensible forme en avant une gouttière : le rétinaculum des
fléchisseurs (canal carpien).

II. Loge antérieure de l’avant-bras


Couche superficielle : 5 muscles épicondyliens médiaux innervés par 2 nerfs : médian et ulnaire.

- Le rond pronateur (pronator teres) est constitué de 2 faisceaux :


o Profond : qui n’est pas épicondylien, s’insère à la face antérieure de l’ulna puis
descend vers le bas et le dehors sur le bord latéral du radius.
o Superficiel (plus large) : s’insère sur la face antérieure de l’épicondyle médial. Les
fibres distales s’enroulent autour de la diaphyse du radius.
Lors de la contraction de ce muscle, le radius passe en avant de l’ulna pour réaliser la pronation.
Il est innervé par le nerf médian, qui passe entre ses deux faisceaux.

- Le fléchisseur radial du carpe a un corps musculaire plus volumineux. Il est innervé par le
nerf médian, son tendon terminal passe dans le canal carpien pour aller sur la face palmaire
de la base de M2. C’est un fléchisseur de la radio carpienne, il permet l’inclinaison radiale de
la radio-carpienne (abduction du poignet).

30
- Le long palmaire a un corps musculaire beaucoup plus grêle, se disperse sur l’aponévrose du
fascia palmaire moyen de la main. Il va tendre le fascia palmaire et a un petit rôle de flexion
du poignet. Il est innervé par le nerf médian.

- Le fléchisseur ulnaire du carpe possède un tendon qui ne passe pas dans le canal carpien. Il
fait un relai sur l’os pisiforme pour ensuite donner des expansions tendineuses jusqu’à la
base de M5. Il passe en dehors du canal carpien. C’est un fléchisseur et il permet l’inclinaison
ulnaire du poignet (adduction du poignet). Il est innervé par le nerf ulnaire.

Pour le muscle brachio-radial, voir au schéma 7 (loge latérale).

 Innervation et vascularisation :
- Le nerf ulnaire se situe au niveau du coude en arrière de l’épicondyle médial. Il repasse en
avant en étant entouré par les fibres du fléchisseur ulnaire du carpe. On le retrouve sur le
versant latéral du tendon du fléchisseur du carpe. Il passe en avant du rétinaculum des
fléchisseurs dans la gouttière ulnaire de Guyon avec l’artère ulnaire.

- Le nerf médian arrive accompagné de l’artère brachiale. Il passe entre les deux faisceaux du
rond pronateur. Il devient ensuite plus profond et se place en arrière du tendon du long
palmaire. Il passe dans le canal carpien où il peut être comprimé.

 Tabatière anatomique :
- Le nerf radial ayant contourné l’humérus s’est séparé en deux branches entre les deux
faisceaux du muscle supinateur : une branche postérieure motrice et une branche
antérieure sensitive dont les terminaisons nerveuses se situent au niveau de la tabatière
anatomique.

- L’artère brachiale se divise en deux branches : une branche profonde, l’artère ulnaire et une
branche superficielle, l’artère radiale qui longe le bord superficiel du rond pronateur et passe
entre les tendons du brachio-radial en dehors et du fléchisseur radial du carpe en dedans.

Schéma 3  : Vue antérieure de l’avant-bras


- Le fléchisseur commun superficiel des doigts (en dessous des muscles précédents) s’insère
sur l’épicondyle médial et sur une large arcade radio ulnaire supérieure où le nerf médian va
s’engager. Il est constitué de 4 faisceaux qui abandonnent chacun un tendon terminal pour
un des doigts longs (M2, M3, M4 et M5) et qui s’engagent dans le canal carpien. Il est innervé
par le nerf médian. C’est un fléchisseur de l’interphalangienne proximale.

En cartouche  :
Les articulations métacarpo-phalangiennes sont des énarthroses. Les articulations inter
phalangiennes proximales ET distales sont des trochlées.
Le tendon du fléchisseur commun superficiel des doigts arrive à la face palmaire, se divise en 2
bandelettes latérales au regard de P1 qui s’écartent puis se rapprochent pour s’insérer de part et
d’autre de la phalange intermédiaire (P2).

Voir schéma 7 pour le muscle supinateur (loge latérale)

Schéma 4  : Vue antérieure de l’avant-bras


Couche profonde : 3 muscles

31
- Le carré pronateur (avec des fibres horizontales) barre les deux métaphyses distales au ¼
inférieur, et il est en avant de la membrane interosseuse. Il est innervé par le nerf
interosseux antérieur, branche du nerf médian. C’est le muscle le plus profond de la loge
antérieure.

- Le long fléchisseur du pouce s’insère sur le radius et sur la membrane interosseuse dont le
tendon passe dans le canal carpien et passe à la face palmaire jusqu’à P2. Il est innervé par le
nerf interosseux antérieur (nerf médian).

- Le fléchisseur commun profond des doigts s’insère sur une arcade fibreuse tendue entre le
radius et l’ulna. Le nerf interosseux (branche du nerf médian) passe à la face profonde de ce
muscle en s’engageant dans cette arcade. Il est constitué de 4 faisceaux musculaires qui
abandonnent des tendons s’engageant dans le canal carpien. Il est en arrière du tendon
commun superficiel. C’est un fléchisseur de l’interphalangienne distale. Ce muscle a une
double innervation : les 2 faisceaux les plus latéraux sont innervés par le nerf médian (nerf
interosseux antérieur), les 2 faisceaux les plus médiaux sont innervés par le nerf ulnaire.

Cartouche  :
Le tendon distal du FCPD continue tout droit et s’arrête sur la face palmaire phalange distale
(P3).

III. Loge postérieure de l’avant-bras


Schéma 5  : Vue postérieure de l’avant-bras
Couche superficielle : 4 muscles dont l’insertion proximale est sur la face postérieure de l’épicondyle
latéral, innervés par le nerf radial

- L’anconé est oblique vers le haut et le dehors, il va de l’ulna jusqu’à l’humérus. C’est un
extenseur du coude. Il est situé dans le plan du triceps, parfois considéré comme un faisceau
du triceps.

- L’extenseur ulnaire du carpe a un tendon qui se termine vers la face dorsale de M5. C’est un
extenseur et il permet l’inclinaison ulnaire du poignet.
e
- L’extenseur propre du 5 doigt qui va renforcer l’extenseur commun des doigts dans sa
partie distale sur son versant ulnaire.

- L’extenseur commun des doigts possède 4 tendons qui se placent à la face dorsale du
squelette digital.

Cartouche  :
Une bandelette médiane abandonne des fibres à la base de la phalange proximale et se termine
à la base de la phalange intermédiaire. On a ensuite des bandelettes latérales qui s’échappent de
part et d’autre et convergent au niveau de la base de la phalange distale pour s’y insérer.

Voir schéma 7 pour les muscles court et long extenseurs radiaux du carpe (loge latérale).

Schéma 6  : Vue postérieure de l’avant-bras


Couche profonde : 4 muscles innervés par le nerf radial

32
- Muscle long abducteur du pouce : s’insère sur l’ulna, la membrane interosseuse et le radius.
Il se termine par un tendon qui va à la base de M1. Il permet l’ouverture de la 1ère
commissure.

- Muscle court extenseur du pouce : s’insère sur la membrane interosseuse et le radius et se


prolonge par un tendon qui longe le précèdent et s’insère à la face dorsale de P1 du pouce.

- Muscle long extenseur du pouce : s’insère sur l’ulna et la membrane interosseuse et se


prolonge sur la face dorsale de P2 du pouce.

- Muscle extenseur propre de l’index : s’insère sur l’ulna et la membrane interosseuse et se


prolonge sur le versant ulnaire de l’extenseur commun destiné à l’index.

Schéma 7  : Vue latérale de la tabatière anatomique


Dans la tabatière anatomique, on retrouve :
- Les deux tendons du court et du long extenseur radial du carpe
- Le tendon du long abducteur qui va à la base de M1
- Le court extenseur du pouce qui double le tendon du long abducteur et qui va à la base de la
première phalange (un peu plus éloignée du long extenseur).

Dans la tabatière on trouve l’artère radiale (pouls radial), qui se divise à la sortie de la gouttière du
pouls (entre les tendons terminaux du brachio-radial et du fléchisseur radial du carpe).

IV. Loge latérale de l’avant-bras


4 muscles innervés par le nerf radial. (Schémas 2, 3 et 5)

- Muscle brachio radial : s’insère sur l’extrémité inférieure de l’humérus et sur la styloïde du
radius. C’est un grand muscle poly-articulaire qui donne le relief latéral de l’avant-bras. Il est
fléchisseur du coude (uniquement).

Les épicondyliens latéraux :


- Muscle supinateur avec deux faisceaux :
o Profond : s’insère en arrière sur l’ulna, ses fibres sont transversales et cravatent le
col du radius.
o Superficiel (triangulaire) : s’insère sur l’épicondyle latérale de l’humérus, sur le
faisceau moyen du collatéral latéral.
Entre les deux faisceaux se divise le nerf radial.

- Le long extenseur radial du carpe a un tendon qui passe dans la tabatière et se termine sur
la face dorsale de la base de M2. C’est un extenseur du carpe et il permet l’inclinaison radiale
du carpe (abduction du poignet).

- Le court extenseur radial du carpe, inséré sous le long extenseur, il a un tendon terminal se
dirigeant vers la face dorsale de la base de M3. C’est un extenseur du carpe et permet une
légère inclinaison.

33
Partie 4 :
La main contient 3 loges musculaires qui sont toutes palmaires :
- Loge thénar : elle regroupe les 4 muscles intrinsèques destinés au pouce
- Loge hypothénar : elle regroupe les 3 muscles intrinsèques destinés au 5ème doigt
- Loge palmaire moyenne : elle est constituée par les muscles interosseux
(+ un muscle sans loge)

Schéma 1  : Vue ventrale


Squelette carpien, squelette métacarpien (coupe diaphysaire triangulaire).

La métacarpo-phalangienne du pouce est une énarthrose anatomiquement. Mais elle est


équipée de deux sésamoïdes (os inclus dans des tendons) qui transforment l’énarthrose anatomique
en une trochléenne fonctionnelle. Quand on ferme la main, les phalanges convergent vers le
tubercule du scaphoïde.

M5 a un processus styloïde.

I. Loge thénar (de la profondeur à la superficie)


- L’adducteur du pouce est constitué de 2 faisceaux séparés par une arcade fibreuse :
o Faisceau inférieur horizontal, il s’insère sur la face antéro latérale du M3
o Faisceau supérieur oblique, il s’insère sur le reste de la diaphyse de M3 et converge
avec le faisceau inférieur vers le sésamoïde médial qui sera englobé. Il se poursuit
jusqu’à la base de la face ventrale de la phalange proximale du pouce.
Il ferme la 1ère commissure. Il est innervé par le nerf ulnaire.

- Le court fléchisseur du pouce est constitué de 2 faisceaux :


o Faisceau profond : s’insère sur le trapèze, le trapézoïde et sur le capitatum puis se
dirige vers le sésamoïde latéral. Innervé par le nerf ulnaire. Fléchisseur de la
métacarpo-phalangienne.
o Faisceau superficiel : s’insère au bord inférieur du rétinaculum et se termine sur la
base de la phalange proximale. Innervé par le nerf médian. Fléchisseur de la
métacarpo-phalangienne.
Entre ces deux faisceaux chemine le tendon du long fléchisseur du pouce.

- Opposant du pouce
Il permet la rotation de M1. Il s’insère sur le trapèze (et parfois sur le scaphoïde) et s’enroule
autour du premier métacarpien. Il est innervé par le nerf médian. Ce muscle permet d’opposer la
pulpe du pouce à celle des autres doigts, nous faisant appartenir aux grands singes.

- Court abducteur du pouce


Il s’insère sur le tubercule du scaphoïde et sur le rétinaculum. Dirigé vers le bas et le dehors, il se
termine en distal sur la base de la phalange proximale. Il est innervé par le nerf médian.

II. Loge hypothénar (du plus profond au plus superficiel sauf palmaire bref)
- Palmaire bref
Il est au-dessus de la loge. Il a quelques fibres dans le tissu sous cutané. C’est un muscle peaucier
qui permet de froncer la peau. Il est innervé par le nerf ulnaire

34
- Opposant du 5ème doigt
Il s’enroule autour de la diaphyse de M5. Il permet de creuser la paume de la main. A sa partie
proximale on trouve une arcade fibreuse pour le passage du nerf et de l’artère ulnaire.
Il est innervé par le nerf ulnaire

- Court fléchisseur du 5ème doigt


Il s’insère sur le capitatum et l’hamatum et va jusqu’à la base de la phalange proximale du 5ème
doigt. Il est innervé par le nerf ulnaire

- Abducteur du 5ème doigt


Il s’insère sur le triquetrum et l’hamatum et sur le bord médial de la phalange proximale du 5ème
doigt. Il est innervé par le nerf ulnaire

L’abducteur du 5ème doigt et le court abducteur du pouce envoient une expansion pour la
dossière des interosseux.

 Innervation et vascularisation :
- Le nerf ulnaire passe en avant du canal carpien dans le canal ulnaire de Guyon. Il se divise en
deux branches :
o Profonde motrice qui passe sous l’arcade fibreuse de l’opposant du 5ème doigt que
l’on retrouve dans la loge moyenne et qui donne des branches motrices pour :
 Muscles de la loge hypothénar
 Muscles de la loge moyenne
 2 muscles de la loge thénar

o Superficielle sensitive qui donne :


 Le nerf collatéral ulnaire du 5ème doigt
 Branche inter-métacarpienne du 4ème espace qui se divisera en nerf
collatéral radial du 5ème doigt et nerf collatéral ulnaire du 4ème doigt.

L’artère ulnaire descend dans le canal ulnaire, sur le versant latéral du nerf. Elle se divise en deux
branches :
- Branche superficielle
- Branche profonde qui suit le nerf, qui passe en arrière des muscles de la loge hypothénar, en
arrière de l’arcade constituée par les deux faisceaux de l’adducteur du pouce. Elle
s’anastomose avec la branche profonde de l’artère radiale.

Artère radiale :
- La branche profonde va dans la tabatière et revient du coté palmaire en passant au sommet
de la première commissure entre les deux premiers métacarpiens.

Nerf médian : passe en avant du plan des tendons du fléchisseur commun profond. C’est un nerf
mixte.
- Branche sensitive : au-dessus du canal carpien : elle assure l’innervation de la peau de la
paume de la main.
Le reste passe dans le canal carpien (où il peut être comprimé).
A la sortie du canal, il donne une branche thénarienne, branche motrice du nerf médian.

35
Il abandonne également 3 branches sensitives :
- Première branche : 2 nerfs collatéraux du pouce le nerf collatéral radial de l’index.
- Deuxième branche : nerf collatéral ulnaire du 2 et radial du 3.
- Troisième branche : collatéral ulnaire du 3 et radial du 4.

Le nerf ulnaire est le grand nerf moteur de la main.


Le nerf médian est le grand nerf sensitif de la main.

L’arcade palmaire profonde est constituée de l’artère radiale. Elle va donner les deux artères
collatérales du pouce et l’artère collatérale radiale de l’index.

 Tendons extrinsèques :
- Le fléchisseur commun profond des doigts, en sortant du canal carpien, vient se disposer en
avant de chaque métacarpien et se prolonge dans le canal digital. Les tendons passent en
avant de l’arcade palmaire profonde et des branches motrices du nerf ulnaire.

La branche superficielle de l’artère radiale passe en arrière du court abducteur puis rejoint la
branche superficielle de l’artère ulnaire.

L’arcade palmaire superficielle est constituée de l’artère ulnaire. Elle va donner :


- L’artère collatérale ulnaire du 5ème doigt vient directement de l’artère 
- Collatérale radiale du 5 et ulnaire du 4
- Collatérale radiale du 4 et ulnaire du 5
- Collatérale radiale du 3 et ulnaire du 2

On a une configuration en R3 U7.

Schéma 2, 3 et 4  : Vue antérieure de la main

III. Loge palmaire (muscles interosseux)


- 4 interosseux palmaires
Ils sont uni pennés et rapprochent les doigts de l’axe de la main. Ils sont innervés par le nerf ulnaire.
Ils se dirigent vers les extrémités latérales et médiales de la main. Pas d’interosseux palmaire sur le
3ème doigt.
e
o 1er : s’insère sur la diaphyse de M1 et un peu sur la base du 2  : formation d’une
arcade fibreuse où arrive la branche profonde de l’artère radiale qui constitue
l’arcade palmaire profonde, il se dirige vers le bord ulnaire de la base de la phalange
proximale du pouce.

o 2ème : s’insère à face antéro médiale de M2 et se dirige vers le bord ulnaire de la base
de la phalange proximale de l’index.

o 3ème : s’insère à face antéro latérale de M4 et se dirige vers le bord radial de la base
de la phalange proximale du 4ème doigt.

o 4ème  : s’insère à face antéro latérale de M5 et se dirige vers le bord radial de la base
de la phalange proximale du 5ème doigt.

36
Ils abandonnent tous une expansion fibreuse qui participe à la dossière des interosseux.

- 4 interosseux dorsaux 
Ils sont bipennés et écartent les doigts. Ils convergent vers l’axe de la main. Ils sont innervés par le
nerf ulnaire.
o 1er : provient de la du versant ulnaire de M1 et du bord antéro latéral de M2. Le
tendon s’insère sur le bord radial de la phalange proximale du 2ème doigt.

o 2ème : provient de la face antéro médiale de M2 et antéro latérale du M3 et se dirige


vers la base de la phalange proximale du 3ème doigt sur son versant radial.

o 3ème : face antéro médiale du M3 et antéro latérale de M4 et se dirige vers la base de


la phalange proximale du 3ème doigt sur son versant ulnaire.

o 4ème  : face antéro médiale du M4 et antéro latérale de M5 et se dirige vers la base de


la phalange proximale du 4ème doigt sur son versant ulnaire.

Ils abandonnent tous une expansion fibreuse qui participe à la dossière des interosseux.

- 4 muscles lombricaux
Ce sont des muscles qui s’insèrent entre deux tendons du muscle fléchisseur commun profond et se
dirigent en arrière vers les extenseurs.
Ce sont des coupe-circuits intertendineux entre le système extenseur et fléchisseur. Ils ont un rôle
moteur et un rôle dans la sensibilité car ils ont beaucoup de récepteurs proprioceptifs, ils renseignent
en permanence le SNC sur l’état de tension des systèmes fléchisseur et extenseur.
Les deux premiers sont unipennés et innervés par le nerf médian, les deux derniers sont bipennés et
innervés par le nerf ulnaire (comme le fléchisseur commun profond).

o 1er : s’insère sur le bord radial du tendon du fléchisseur profond destiné au 2ème
doigt. Il contourne l’articulation métacarpo phalangienne pour se retrouver à la face
dorsale du doigt pour rejoindre l’appareil extenseur. Il l’aborde sur son versant
radial.

o 2ème  : s’insère sur le bord radial du tendon du fléchisseur profond destiné au 3ème
doigt. Il se connecte à l’appareil extenseur en l’abordant par le versant radial.

o 3ème : s’insère sur le bord ulnaire du fléchisseur du 3ème et bord radial du fléchisseur
du 4ème doigt. Il se dirige vers le coté radial vers le 4ème doigt pour se connecter à
l’appareil extenseur de celui-ci.

o 4ème  : s’insère sur le bord médial du fléchisseur du 4ème doigt et bord radial du
fléchisseur du 5ème doigt. Il se dirige vers le coté radial du 5ème doigt pour se
connecter à l’appareil extenseur.

Ils abandonnent tous une expansion fibreuse qui participe à la dossière des interosseux.

Schéma 5  : Vue latérale d’un doigt long


On trouve des fibro-cartilages (plaques palmaires) qui viennent élargir les surfaces articulaires.

37
Un tendon du fléchisseur commun profond qui va jusqu’à P3, se trouve dans un canal digital où
il est accompagné par le commun superficiel qui se divise en deux bandelettes pour P2. En arrière,
extenseur des doigts avec deux bandelettes pour P3, une pour P2 et P1.
Ils ont peu d’action sur la métacarpo-phalangienne car ils passent très proches de l’articulation.

Canal digital : canal ostéo fibreux fermé dorsalement par la phalange et ventralement par des
zones avec des fibres transversales (les poulies) et des zones intermédiaires avec des fibres plus
lâches et croisées (zones cruciformes). Les poulies ont pour but de plaquer les tendons contre les os.
Le tout est empacté dans une gaine synoviale, pour permettre aux tendons de coulisser dans le canal.

Les poulies sont composées de fibres transversales, on a donc :


- Poulie A1 au niveau de la métacarpo-phalangienne
- Poulie A2 au niveau de la phalange proximale
- Poulie A3 au niveau de l’interphalangienne proximale
- Poulie A4 au niveau de la phalange intermédiaire
- Poulie A5 au niveau de l’interphalangienne distale
Les poulies impaires sont au niveau des articulations, et les poulies paires au niveau des
phalanges. On retrouve les zones cruciformes C1 C2 C3 C4 C5 entre les poulies.

La dossière est une fronde qui passe en arrière du tendon extenseur qui est constitué d’une
portion radiale et d’une portion ulnaire et qui coulisse sur l’appareil extenseur (elle n’y est pas
adhérente). Elle ramène la phalange proximale vers l’avant. Elle fléchit donc la métacarpo-
phalangienne (en plus d’écarter ou de rapprocher les doigts).

Un lombrical rejoint la bandelette latérale de l’extenseur et est doublé par une expansion qui
vient des interosseux. Quand les lombricaux et interosseux se contractent, cela tend les bandelettes
latérales de l’extenseur et étend les interphalangiennes.

Le nerf ulnaire écarte et rapproche les doigts grâce aux interosseux. Il fléchit les MP grâce aux
interosseux et il étend les IP proximales et distales grâce aux lombricaux et aux interosseux.

IV. Territoires sensitifs


Schéma 6  : Vue antérieure d’un membre supérieur
- Moignon de l’épaule : nerf axillaire (C5 et C6)
- Versant médial du bras : nerf cutané brachial médial (C8 et Th1)
- Versant médial de l’avant-bras : nerf cutané anté brachial médial (C8 et Th1)
- Versant antéro latéral de l’avant-bras : nerf musculo cutané (C5 et C6)
- Au niveau de la tabatière : nerf radial (C6, C7, C8 et Th1)
- Bord médial (loge hypothénar) et moitié ulnaire du 4ème doigt : nerf ulnaire (C8 et Th1)
- 3 premiers doigts et moitié radiale du 4ème : nerf médian (C6, C7, C8 et Th1)
- Le reste : nerf radial (C6, C7, C8 et Th1)

Schéma 7  : Vue antérieure du membre inférieur


- Moignon de l’épaule : nerf axillaire
- Face médiale du bras : nerf cutané brachial médial
- Face médiale de l’avant-bras : nerf cutané anté brachial médial

38
- Versant latéral de l’avant-bras : nerf musculo cutané
- Versant ulnaire : nerf ulnaire
- Face dorsale des P3 des doigts 2 et 3, et la moitié radiale de la P3 du 4ème doigt : nerf médian
- Le reste : nerf radial

39
COURS : MEMBRE INFERIEUR

Le membre inférieur est le membre appendu à la ceinture pelvienne. Il est important dans la
locomotion : il est en appui sur le sol, et permet la propulsion.
Partie 1 : Ostéologie
Schéma 1  : Vue de face de l’épiphyse supérieure de l’articulation coxo-fémorale
L’extrémité supérieure du fémur est constituée d’une épiphyse sphérique qui représente 2/3 de
sphère et qui chez l’adulte fait 40 à 45 mm de diamètre. Elle est orientée vers le haut, le dedans et
l’avant. 
Sur l’épiphyse on trouve une zone non recouverte de cartilage : la fovea capitis. C’est une zone
d’insertion du ligament de la tête fémorale.
L’épiphyse est posée sur un col qui est une zone rétrécie (diamètre inférieur à la tête), lui-même
posé sur un massif métaphysaire :
- En haut et en dehors, trochanter majeur (grand trochanter)
- Sur le versant médial du col, trochanter mineur (petit trochanter).

Il y a un angle entre l’axe du col et l’axe de la diaphyse de 127°. Quand il est supérieur à 135° :
coxa valga. Quand il est inférieur à 125° : coxa vara

Schéma 2  :  Face postérieure de l’extrémité supérieure du fémur


Epiphyse fémorale supérieure, col, trochanter mineur (orienté vers l’arrière), lèvres de la ligne
âpre qui se rapprochent, ce sont des zones d’insertions musculaires et ligamentaires.
A la face médiale du grand trochanter, on trouve la fossette trochantérique, une zone
d’insertion musculaire.

Schéma 3  : Vue médiale de l’épiphyse


L’épiphyse est recouverte de cartilage sauf au niveau de la fovea capitis : elle est située dans le
cadran inféro-postérieur. Le ligament rond (aucun rôle mécanique, porte l’artère obturatrice) s’y
insère et est isolé de l’espace articulaire par une membrane synoviale.

Schéma 4  : Vue supérieure de l’épiphyse supérieure du fémur


Les condyles fémoraux sont surplombés par l’épiphyse fémorale supérieure qui regarde vers le
dedans, le haut et l’avant (par rapport au plan bicondylien) et qui se prolonge latéralement par le
massif métaphysaire par l’intermédiaire du col.
On retrouve un angle d’antéversion fémorale de 15 à 20° chez l’adulte. Chez les nouveau-nés,
l’angle est de 50° et commence à diminuer au moment de l’acquisition de la marche, puis diminue
progressivement jusqu’à 13-14 ans.

Schéma 5  : Vue latérale de l’os coxal


L’os coxal est constitué de la fusion de 3 os : l’ilion, l’ischion et le pubis. On a donc 3 points
d’ossification primaires.
Le bord supérieur appartient à l’ilion, c’est la crête iliaque. C’est la zone d’insertion de la paroi
musculaire de l’abdomen.
En dessous, il y a une surface lisse qui correspond à la surface glutéale où s’insère les muscles
fessiers.
En avant, EIAS et EIPS et en arrière EIPS et EIPI.

40
En arrière, l’échancrure ischiatique (zone triangulaire) sous l’EIPI. Elle se termine par un relief :
l’épine ischiatique qui est une zone d’insertion ligamentaire
En dessous, la petite échancrure ischiatique, suivie par la tubérosité ischiatique.

En avant, zone dirigée vers le haut et le dedans et l’avant : branche inférieure du pubis (branche
ischio pubienne qui réunit l’ischion et le pubis).
Le pubis rejoint l’ilion par la branche ilio pubienne : branche supérieure du pubis.

L’os coxal est perforé par un foramen obturé partiellement fermé par une membrane obturatrice
qui est une zone fibreuse : le pédicule obturateur traverse le foramen dans sa partie antérieure.

A la jonction des 3 constituants de l’os coxal se trouve une surface articulaire de forme semi-
lunaire appelé l’acétabulum, orienté vers le dehors, le bas et l’avant. Elle est creuse et représente
1/3 de sphère.
La surface acétabulaire est encroutée de cartilage seulement en périphérie. Au fond, il n’y a pas
de cartilage, c’est la fosse acétabulaire. Il n’y a pas de cartilage à la surface inférieure, et entre les
cornes de l’acétabulum également. Les cornes sont unies l’une à l’autre par le ligament transverse
de l’acétabulum.

Pour améliorer la stabilité on a un labrum circulaire à la périphérie de la surface articulaire, il


comble de cette manière l’espace entre les cornes de l’acétabulum.
Le cartilage qui le recouvre est indissociable du cartilage de l’acétabulum. Il se confond
également avec la face profonde du ligament transverse qui est encroutée de cartilage.

Dans la fosse acétabulaire on trouve le ligament de la tête fémorale qu’on voit émerger au bord
supérieur du ligament transverse et qui provient de 3 insertions :
- Une sur le ligament transverse de l’acétabulum
- Une sous la corne supérieure
- Une sous la corne inférieure

Le ligament rond n’a aucun rôle mécanique mais a un rôle trophique car il porte l’artère
obturatrice (elle sort du pelvis par le foramen obturé et donne une branche à destinée articulaire qui
pénètre dans le ligament rond et arrivera dans la tête fémorale pour vasculariser 10% de la tête
fémorale)

Schéma 6  : Vue ventrale


Le rachis lombaire repose par l’intermédiaire du dernier disque intervertébral sur le sacrum, lui
même constitué de la fusion de 5 vertèbres sacrées.
La fusion de S1 et S2 forme l’aileron sacré et s’articule de part et d’autre avec les os coxaux. La
cyphose sacrée est creusée de part et d’autre par les foramens intervertébraux. Entre les foramens
se trouve le reliquat de fusion des vertèbres sacrées : la crête synostotique.
La ligne arquée (innominée) sépare au-dessus le grand bassin et en dessous le petit bassin
(pelvis) et se termine en avant par la symphyse pubienne qui unie les 2 os coxaux.

La crête iliaque a un bord supérieur qui est au niveau du processus épineux de L4.

- Le Psoas-Iliaque est constitué de 2 muscles :


o Psoas : muscle du rachis. Il possède 2 faisceaux
 Superficiel : s’insère de Th12 à L5 sur les corps vertébraux par l’intermédiaire
de petites arcades fibreuses et sur les disques intervertébraux.
 Profond : s’insère à la face antérieure des processus transverses.

41
Son corps est orienté vers l’avant, le bas et le dehors. Il sort de la cavité abdominale en passant
sous l’arcade inguinale pour se diriger vers le petit trochanter. Des artères et veines lombales sortent
des arcades fibreuses.

- Iliaque : muscle du bassin. Il s’insère dans la fosse iliaque (partie médiale de l’aile iliaque).
Ses fibres se dirigent vers le bas et le dedans et viennent rejoindre le psoas.

Le psoas iliaque est le meilleur fléchisseur de la hanche et rotateur latéral (peu), il va augmenter
la lordose lombaire lorsque le petit trochanter est fixe.

 Innervation :

- Nerf fémoral (L2-L3-L4 : branche postérieure) émerge au bord latéral du psoas. Il se divise
quand il entre dans la cuisse en de nombreuses branches motrices et sensitives.

- Nerf cutané latéral de la cuisse (L2-L3) innervation sensitive de la face latérale de la cuisse,
passe en dedans de l’EIAS

- Nerf obturateur (L2-L3-L4 : branche antérieure) au bord médial du psoas qui passe par le
foramen obturé.
o Son territoire moteur correspond aux muscles adducteurs de la cuisse
o Son territoire sensitif correspond à la face médiale du genou et à l’articulation coxo
fémorale (on peut avoir mal au genou quand on a une pathologie de la hanche :
douleur projetée)

- Nerf sciatique constitué par la réunion des 3 première racines sacrées (S1-S2-S3) et par le
tronc lombo sacré (L4-L5). C’est le nerf le plus long et volumineux de l’organisme. Il sort du
pelvis sous le piriforme : canal infra-piriformis.

- Nerf glutéal inférieur (L5-S1-S2) accompagne le nerf sciatique dans le canal infra-piriformis.

- Nerf glutéal supérieur (L4-L5-S1) qui sort par le canal supra-piriformis.

On trouve l’épine ischiatique dans l’ouverture du pelvis.


C’est un lieu d’insertion ligamentaire : ligament sacro-épineux qui délimite un canal ostéo
ligamentaire où l’on trouve le muscle piriformis.
Ce dernier s’insère autour des 2 premiers trous sacrés et se dirige vers le bord supérieur et la
face médiale du trochanter majeur. Il est innervé par les racines sacrées. C’est un abducteur et
rotateur latéral de la hanche.

L’obturateur externe s’insère autour du foramen obturé. Il est constitué de fibres qui
convergent vers le haut et le dehors, passent sous la tête du fémur et s’insèrent sur la fossette
trochantérique. C’est un rotateur latéral de la hanche. Il est innervé par le nerf obturateur.

La tête fémorale est orientée vers l’avant. L’articulation est renforcée par :
- Le psoas qui barre la tête du fémur en avant : le psoas est l’acétabulum antérieur.
- L’obturateur externe est l’acétabulum inférieur.

 Vascularisation :

42
La veine fémorale devient veine iliaque externe après être passée sous l’arcade inguinale puis
elle est rejointe par la veine iliaque interne pour constituer la veine iliaque commune.
Les deux veines iliaques communes se rejoignent au regard de L5 pour constituer la veine cave
caudale qui draine le sang sous diaphragmatique.

L’aorte abdominale, sur le flanc gauche du rachis se divise en regard de L4 en artères iliaques
communes.
L’artère iliaque commune droite passe en avant de la veine iliaque commune gauche.
L’artère iliaque commune se divise en artère iliaque interne et externe qui devient artère
fémorale commune quand elle passe sous le ligament inguinal.

L’Arcade inguinale (ligament inguinal) est constituée par les tendons commun des muscles de la
paroi abdominale de l’EIAS jusqu’à l’épine du pubis.

Schéma 7  : Vue médiale de l’os coxal


Ligne arquée : du sommet de l’échancrure ischiatique jusqu’au bord supérieur du pubis.

Le disque intervertébral entre le sacrum et L5 est plus épais en avant qu’en arrière : c’est le
promontoire

 Ligaments :
Ligament inguinal, ligament sacro épineux, ligament sacro tubéral qui double en dehors le ligament
sacro épineux.

 Muscles :
- Psoas-iliaque, piriforme délimitant un canal supra piriformis pour le nerf glutéal supérieur
et infra piriformis pour le nerf glutéal inférieur et le nerf sciatique.
- L’obturateur interne s’insère autour du foramen obturé et sur la membrane obturatrice dont
les fibres sont horizontales puis s’échappe de la cavité pelvienne en empruntant la petite
échancrure ischiatique. Celle-ci est délimitée par l’ischion en avant, ligament sacro-épineux
au-dessus et sacro-tubérale en dessous. L’obturateur interne change d’orientation pour se
diriger vers la fossette trochantérique. C’est un rotateur latéral.

 Nerfs :
- Le nerf fémoral émerge entre le psoas et l’iliaque, avant de se positionner en avant du psoas.
- Le nerf obturateur longe le bord médial du psoas et traverse le foramen obturé dans sa
partie antérieure.
- Le nerf ischiatique sort par le canal infra-piriformis avec le nerf glutéal inférieur.
- Le nerf pudendal (S2-S3-S4) sort de la cavité pelvienne en passant entre le ligament sacro-
épineux et le ligament sacro-tubéral, avant d’y retourner directement (nerf mixte).

 Vascularisation :
- L’Artère iliaque commune se divise en artère iliaque interne donnant des branches
pariétales et viscérales dans le petit bassin, sa branche terminale est l’artère obturatrice.
Elle abandonne également l’artère pudendale qui accompagne le nerf.
- L’Artère iliaque externe (abandonne peu de branches dans le pelvis) change de nom en
passant l’arcade inguinale pour devenir l’artère fémorale commune. Elle est accompagnée
sur son flanc médial par la veine fémorale commune.

43
Schéma 8  : Vue postérieure
Ligament sacro tubéral recouvrant en partie le sacro épineux.

 Muscles pelvi-trochantériens :
- Piriforme : sort par la grande échancrure ischiatique et délimite les canaux supra et infra
piriformis, il se dirige vers le sommet du trochanter majeur.
- Obturateur interne : passe dans la petite échancrure ischiatique.
- Muscles jumeaux (x2) : s’insèrent aussi sur la fossette trochantérique et accompagnent
l’obturateur interne (au-dessus et en dessous). Ce sont des rotateurs latéraux.
- Obturateur externe : passe à la partie inférieure du col et de la tête, « acétabulum
inférieur ». C’est un rotateur latéral.
- Carré fémoral : s’insère du bord latéral de la tubérosité ischiatique jusqu’à la face
postérieure du fémur. C’est un adducteur et un rotateur latéral.

Canal infra-piriformis : nerf glutéal inférieur et nerf sciatique (gros comme un pouce).
Canal supra-piriformis : nerf glutéal supérieur.

L’artère circonflexe médiale de la cuisse (branche de la fémorale profonde) est la principale


artère de la tête fémorale.

Injections intra musculaires : dans la région de la fesse où on doit éviter le nerf sciatique. Il faut
la faire dans le cadran supéro latéral pour éviter le nerf sciatique.

Schéma 9  : Vue latérale


Eventail des fessiers : 4 muscles dont seulement 3 sont des fessiers
- Petit fessier (Gluteus minimus) : s’insère en avant et en dessous de la crête glutéale
antérieure. Il se dirige vers le bas sur la face antérieure du trochanter majeur. Il est
fléchisseur et rotateur médial. Il est innervé par le nerf glutéal supérieur.

- Moyen fessier (Gluteus medius) : il recouvre en partie le petit fessier, il s’insère entre la
crête glutéale antérieure et postérieure. C’est le meilleur abducteur. Les fibres antérieures
vont sur la face antérieure du grand trochanter. Il est innervé par le nerf glutéal supérieur.
Il maintient le bassin horizontal pendant la marche lorsqu’on est sur un pied (s’il est paralysé, le
bassin va basculer  du côté opposé, entrainant une boiterie de Trendelenburg)

- Grand fessier (Gluteus maximus), le plus superficiel avec 2 faisceaux :


o Superficiel : s’insère sur la partie postérieure de la crête iliaque et le bord latéral du
sacrum.
o Profond : s’insère un peu plus bas sur la crête iliaque et sur le ligament sacro tubéral.
Le grand fessier fait le relief de la fesse. C’est le meilleur extenseur de la hanche. Il s’insère à la
face postérieure du massif trochantérien. Innervé par le nerf glutéal inférieur.

- Tenseur du fascia lata (pas un fessier) : dans le même plan que le grand fessier. Il s’insère en
arrière de l’EIAS, vers le bas et l’arrière. Il est triangulaire.

Le fascia lata est l’enveloppe des muscles de la cuisse. Il est très épaissi à la partie latérale de la
cuisse, constituant le tractus ilio-tibial. La fonction du tenseur est donc de le tendre. Le tractus ilio-
tibial est situé entre le tenseur et le grand fessier et descend latéralement sur la cuisse jusqu’à
l’extrémité supérieure du tibia, participant à la stabilité du genou. Le tenseur du FL est innervé par le
glutéal supérieur. Il est discrètement fléchisseur, rotateur médial et abducteur.

44
Partie 2 : Articulation coxo-fémorale

Schéma 1  : Vue antérieure


EIAS, acétabulum, foramen obturé, grand trochanter, petit trochanter.

La capsule de l’articulation coxo-fémorale (très épaisse, 1 cm) va du pourtour de l’acétabulum


jusqu’à la base du col et autour du col, formant la zone orbiculaire de Weber. La capsule est
renforcée par un système ligamentaire et chaque composant de l’os coxal donne un ligament à
l’articulation :
- Ligament ilio-fémoral (de Bertin) : bifide, il part de l’ilion et va sur les trochanters majeur et
mineur.
- Ligament pubo-fémoral : il part du bord inférieur de la branche supérieure du pubis et
rejoint l’insertion du faisceau inférieur du ligament ilio-fémoral sur le petit trochanter.
Ces deux ligaments forment un N décrit par Nélaton.

Schéma 2  : Vue dorsale


- Ligament ischio-fémoral : il s’insère à la face postérieure de l’ischion et s’enroule autour du
col fémoral puis se termine à la face médiale du grand trochanter, au niveau de la ligne inter-
trochantérique.

Schéma 3  : Vue latérale


Les ligaments ischio-fémoral, ilio-fémoral et pubo-fémoral s’enroulent autour du col fémoral
dans le sens des aiguilles d’une montre. Donc ces ligaments sont tendus en extension et détendus
en flexion.
L’articulation est stable grâce à la surface articulaire, aux muscles et aux ligaments qui ne se
distendent qu’à partir de 200 kg de traction.

I. Loge antérieure de la cuisse

Schéma 4  : Vue antérieure


Cuisse : segment du membre pelvien entre l’articulation coxo-fémorale et le genou. Région
constituée de 3 loges musculaires innervées par 3 nerfs différents :
- Loge antérieure : constituée de 2 muscles innervés par le nerf fémoral
- Loge médiale (des adducteurs) : constituée de 5 muscles innervés par le nerf obturateur
- Loge postérieure (des ischio-jambiers) : constituée de 3 muscles innervés par le nerf
sciatique

Fémur, fibula, tibia, patella (plus gros os sésamoïde) dont l’apex arrive en regard de l’interligne
du tibia.

- Quadriceps, innervé par le nerf fémoral, constitué de 4 chefs :


o Vaste latéral : il s’insère en arrière sur la lèvre latérale de la ligne âpre, puis
contourne la diaphyse fémorale et vient se terminer sur le bord supérieur et latéral
de la patella.
o Vaste médial : il s’insère en arrière sur la lèvre médiale de la ligne âpre, puis
contourne la diaphyse fémorale et vient se terminer sur le bord supérieur et médial

45
de la patella. Ses fibres descendent un peu plus bas que celles du vaste latéral sur le
tendon quadricipital.
o Vaste intermédiaire : chef le plus profond en partie recouvert par les vastes médial
et latéral. Il s’insère à la face antérieure du fémur et se termine sur le bord supérieur
de la patella.
Ils sont mono-articulaires et sont extenseurs du genou

o Droit fémoral (poly-articulaire), s’insère en proximal par trois tendons :


 Tendon direct sur l’EIAI
 Tendon récurrent à la face antérieure du trochanter majeur
 Tendon réfléchi au-dessus de l’acétabulum (sillon supra-acétabulaire)

Le corps musculaire du droit fémoral passe en avant du vaste intermédiaire.


Distalement, on retrouve une insertion au-dessus de la patella par le tendon quadricipital ainsi qu’en
dessous de la patella par le ligament patellaire (=tendon patellaire).
Grâce au droit fémoral le quadriceps est également fléchisseur de la hanche.

- Sartorius (muscle rubané) : s’insère en proximal sur l’EIAS puis s’enroule autour de la cuisse
et s’insère sur la face supérieur et antéro-médiale du tibia sur la patte d’oie. Il est fléchisseur
de la hanche et du genou ainsi que rotateur médial du genou. Il est innervé par le nerf
fémoral.
II. Loge médiale de la cuisse
5 muscles répartis en 3 couches

Couche superficielle  :

- Pectiné : il s’insère au bord inférieur de la branche supérieure du pubis et se dirige en bas, en


arrière et en dehors vers la face postérieure du fémur. C’est un rotateur latéral de la hanche
et un adducteur. Il a une double innervation : nerf obturateur et nerf fémoral.

- Long adducteur : il s’insère sur la branche supérieure du pubis. Il se dirige en arrière du


fémur vers la lèvre médiale de la ligne âpre.

Schéma 5  : Trigone fémoral ou trigone de Scarpa


C’est une zone triangulaire délimitée :
- En haut par l’arcade inguinale
- En dedans par le bord latéral du long adducteur
- En dehors par le bord médial du sartorius.
Le couvercle de la région est le fascia lata. Le fond de cette région est constitué du pectiné
médialement et du psoas-iliaque latéralement.

L’artère fémorale commune est accompagnée sur son flanc médial par la veine fémorale
commune qui reçoit la veine grande saphène (ou saphène interne), une veine superficielle.
Latéralement, le nerf fémoral se divise rapidement en plusieurs branches à destinées motrices et
sensitives pour la cuisse et la jambe.

Artère fémorale commune se divise en deux branches et abandonne également une branche
superficielle qui passe en dessous dans le canal fémoral

46
Schéma 6  : Coupe axiale du fémur
Vaste intermédiaire, vaste latéral, vaste médial, droit fémoral, septum intermusculaire antéro
médial qui sépare la loge antérieure de la loge des adducteurs, long adducteur.
Dans le canal fémoral (décrit par Hunter) on retrouve l’artère et la veine fémorale superficielle,
protégées par le sartorius sur le dessus.

Schéma 7  : Vue ventrale


Couche intermédiaire  :

- Court adducteur : il est constitué de 2 faisceaux qui s’insèrent sur la face antérieure du corps
du pubis, il se dirige vers le bas et le dehors, passe à la face postérieure du fémur pour
s’insérer sur la lèvre médiale de la ligne âpre. Il y a une petite arcade fibreuse entre les deux
faisceaux. Il est innervé par le nerf obturateur qui passe en avant de celui-ci.

En avant du court et en arrière du long adducteur passe l’artère fémorale profonde qui est une
branche de l’artère fémorale commune. Elle donne :
- Artères à destinée osseuse pour le fémur
- Branches musculaires perforantes
- Artère circonflexe latérale de la cuisse (10% de la vascularisation de la tête fémorale)
- Artère circonflexe médiale (principale artère de la tête fémorale, 80%) pour la partie
postérieure du col, elle s’anastomose avec la latérale

Schéma 8  : Vue ventrale


Couche profonde  :

Le tubercule du grand adducteur est présent à la partie distale et médiale du fémur.

- Grand adducteur : il s’insère sur la branche inférieure du pubis. Il est innervé par le nerf
obturateur. Il est fait de plusieurs faisceaux :
o Faisceau vertical : il se dirige vers le tubercule du grand adducteur. Il laisse un
passage entre le bord médial du fémur et le tendon du fx vertical du grand
adducteur. Cet orifice est emprunté par l’artère fémorale superficielle,
accompagnée par la veine fémorale latéralement (qui au départ est médiale et
ensuite croise l’artère pour devenir latérale au-dessus de l’orifice). L’artère change
de nom après le passage dans l’anneau et devient l’artère poplitée, qui est
postérieure au genou.
o Faisceaux chantournés : ils vont s’insérer sur la lèvre médiale de la ligne âpre, avec
des fibres perpendiculaires au grand axe du fémur. Entre ces faisceaux, on trouve des
arcades fibreuses qui laissent passer les artères perforantes (branches de l’artère
fémorale profonde).

- Gracilis : s’insère sur le pubis, très médial, il se termine sur la patte d’oie (à la face antéro
médiale du tibia). C’est un fléchisseur du genou, adducteur et un rotateur médial du genou. Il
est innervé par le nerf obturateur.

47
III. Loge postérieure de la cuisse
Schéma 9  : Vue postérieure
Ischio-jambiers, 3 muscles (1 latéral, 2 médiaux)

Ils s’insèrent tous sur la tubérosité ischiatique et la jambe. Ils sont tous extenseurs de la hanche
et fléchisseurs du genou. Ils sont tous innervés par le nerf sciatique.

Ischio-jambier latéral
- Biceps fémoral, constitué de 2 chefs :
o Chef ischiatique (superficiel) : véritable ischio-jambier
o Chef fémoral (profond) : les fibres proviennent de la lèvre latérale de la ligne âpre
Ils se prolongent par un tendon qui s’insère sur l’épiphyse supérieure (tête) de la fibula. Il est un
peu rotateur latéral du genou.

Ischio-jambiers médiaux
- Semi-membraneux : appelé ainsi car il a une très vaste aponévrose (zone fibreuse où on
trouve des fibres contractiles) sur la moitié de sa hauteur. Il est rotateur interne. Il se
prolonge par :
o Tendon direct : s’insère sur le bord postérieur du condyle tibial médial.
o Tendon récurrent : remonte vers le haut et le dehors pour se perdre dans la partie
postérieure de l’articulation du genou : la capsule articulaire.
o Tendon réfléchi : vient se positionner dans la gouttière médiale du tibia, entre les
deux faisceaux du ligament collatéral médial du genou.

- Semi-tendineux : le tendon fait la moitié de sa longueur, positionné en arrière du semi


membraneux et se termine à la face antéro médiale du genou : la patte d’oie. Il est rotateur
interne du genou.

Schéma 10  : Fosse poplitée à la face postérieure du genou


Le nerf ischiatique sort du pelvis par le canal infra piriformis, face postérieure et se divise avant
la fosse poplitée en :
- Branche verticale pour la face postérieure de la jambe : nerf tibial
- Branche qui cravate la tête de la fibula : nerf fibulaire commun pour les loges antérieures et
latérales de la jambe

La fosse poplitée est de forme losangique :


- Bord supéro latéral est constitué du tendon du biceps
- Bord supéro médial est constitué du semi membraneux
- 2 bords inférieurs sont constitués des 2 chefs du gastrocnémien (muscle de la jambe faisant
partie du triceps sural)

 Eléments vasculaires :
o Artère poplitée (élément le plus profond), qui donne le poult poplité.
o Veine poplitée (unique veine satellite de l’artère), plus en arrière de l’artère.

 Eléments nerveux :
o Nerf tibial (vertical)
o Nerf fibulaire commun (suivant le biceps), en arrière de la veine

48
IV. Articulation du genou
Schéma 11  : Vue médiale du genou
En avant, la trochlée s’articule avec la patella. La patella possède le cartilage hyalin le plus épais
de l’organisme. Dans la partie inférieure et postérieure, c’est une articulation condylienne.

Tout ceci s’articule avec la partie supérieure du tibia (condyle tibial médial qui est presque plat,
un peu convexe vers le bas, non congruent), qui a un ménisque médial pour améliorer la stabilté.

La patella est incluse dans l’appareil extenseur avec le ligament patellaire et le tendon
quadricipital. En arrière du ligament patellaire, il y a le ligament adipeux du genou (ligament de
Hoffa).

La fibula ne participe à l’articulation du genou !

- Ligament collatéral médial (tibial) constitué de 2 faisceaux :


o Profond : orienté vers le bas et l’avant. Il est très adhérent au ménisque médial.
o Superficiel (même orientation)

Semi membraneux : son tendon direct passe à la face postérieure du condyle tibial, il est
adhérent à la partie postérieure du ménisque médial, et son tendon réfléchi entre les deux faisceaux
du ligament collatéral médial (tibial)

Schéma 12  : Vue latérale


Le condyle tibial latéral est convexe vers le haut et possède une incongruence, très marquée
avec le fémur, améliorée par le ménisque latéral.

Le biceps fémoral : s’insère sur la tête de la fibula, participe à la stabilité du genou.

Le muscle poplité (muscle de la loge postérieure de la jambe) : vient de la face postérieure du tibia et
s’enroule autour du genou du coté latéral puis se termine sur le versant latéral du fémur.

Ligament collatéral latéral (fibulaire) : recouvre le muscle poplité, s’insère sur la tête de la fibula et
est orienté vers le bas et l’arrière. Il est beaucoup moins large que le médial.

LES LIGAMENTS PERIPHERIQUES DU GENOU SONT CROISES

Schéma 13  : Vue antérieure d’un genou fléchi


Fémur vu du dessous, épiphyse tibiale supérieure, fibula (qui s’articule avec le tibia par une
articulation indépendante de l’articulation du genou grâce à une arthrodie).
- Surface articulaire en arrière : condylienne
- Surface articulaire en avant : trochléenne
On peut voir une petite démarcation entre les 2.

Sur le tibia 2 surfaces articulaires :


- Condyle tibial latéral (convexe vers le haut)
- Condyle tibial médial (convexe vers le bas)

49
L’échancrure intercondylaire est non encroutée de cartilage et divisée en antérieure et
postérieure. Sur ces zones, s’insèrent les ligaments croisés (x2) :
- Ligament croisé postérieur : s’insère en arrière sur la zone intercondylaire et au bord
postérieur du tibia. Il est dirigé vers le haut, le dedans et l’avant vers la face latérale du
condyle fémoral médial.
- Ligament croisé antérieur : s’insère sur la zone intercondylaire antérieure du tibia, se dirige
vers le haut, le dehors et l’arrière vers la face médiale du condyle fémoral latéral.

Le croisé antérieur est croisé par rapport au collatéral latéral (pour le condyle fémoral latéral) et
le croisé postérieur est croisé par rapport au collatéral médial (pour le condyle fémoral médial).

PAS ABORDE L’ANNEE DERNIERE  :


Quand on a une rupture du croisé antérieur : tiroir antérieur (avancé du tibia/recul du fémur)
Quand on a une rupture du croisé postérieur : tiroir postérieur.
Les ligaments périphériques limitent valgus et varus :
Le collatéral latéral limite le varus
Le collatéral médial limite valgus.

50
Partie 3 :
I. Articulation du genou
Schéma 1  : Vue supérieure du tibia
Les condyles tibiaux sont une zone rectangulaire qui se prolonge en avant avec un relief
antérieur appelée la tubérosité tibiale.

Sur les condyles se posent les ménisques du genou :


- Ménisque médial en forme de C
- Ménisque latéral en forme de O
Ils sont triangulaires en coupe frontale avec une partie centrale effilée qui a pour but de
dédoubler le film de liquide synovial pour lubrifier le cartilage articulaire et une partie périphérique
épaisse qui a un rôle dans la stabilité du genou.

La patella a un apex et une surface articulaire postérieure qui correspond à la trochlée fémorale
qui est subdivisée en deux surfaces (latérales et médiales).

 Ligaments :
o Freins méniscaux : unissent les cornes méniscales aux surfaces intercondylaires
antérieure et postérieure du tibia
o Ligament inter-méniscal (jugal) : relie les 2 cornes antérieures des 2 ménisques
o Ligament patellaire : unit la patella à la tubérosité du tibia
o 2 ligaments ménisco patellaire : unissent la patella aux cornes antérieures des deux
ménisques
o Retinacula patellaires latéral et médial : amarrent la patella sur la métaphyse
fémorale et stabilisent l’articulation fémoro-patellaire
o Ligament collatéral tibial (large) : dont le faisceau profond adhère au ménisque
médial
o Tendon du semi-membraneux (direct): adhère à la corne postérieure du ménisque
médial
o Tendon du muscle poplité : sépare le ménisque latéral du collatéral fibulaire
o Ligaments croisés :
 Ligament croisé antérieur : se dirige vers le condyle fémoral latéral
 Ligament croisé postérieur : se dirige vers le condyle fémoral médial et
doublé sur son plan latéral par le ligament ménisco fémoral : unit la corne
postérieure du ménisque latéral au condyle fémoral médial

Les ménisques suivent le fémur.


On a une course antéro postérieure de 12 mm dans le compartiment latéral et 6mm dans le
compartiment médial car le ménisque latéral est beaucoup moins fixé.
Au cours des mouvements de Flexion/Extension, on a à la fois du roulement et du glissement :

- Flexion : le fémur recule sur le tibia. Le croisé antérieur limite le recul du condyle fémoral
latéral et le collatéral médial limite le recul du condyle fémoral médial.
- Extension : le fémur avance sur le tibia. Le croisé postérieur limite l’avancé du condyle
fémoral médial et le collatéral latéral limite l’avancé du condyle fémoral latéral.

Il y a une rotation automatique médiale du genou lors de la flexion car le genou avance plus du
côté latéral

Le mur méniscal est vascularisé, il faut donc le conserver pour assurer la stabilité du genou.

51
La membrane synoviale limite l’articulation, s’invagine dans l’échancrure intercondylienne,
recouvre les ligaments du pivot central, constitue la tente des ligaments croisés et isole le tendon du
muscle poplité de l’articulation.

II. Loge postérieure de la jambe


Schéma 2  : Vue postérieure de la jambe
Jambe : segment avec 2 os, constitué de 3 loges :
- Antérieure : 3 (voire 4) muscles innervés par le nerf fibulaire profond.
- Latérale : 2 muscles innervés par le nerf fibulaire superficiel.
- Postérieure : subdivisée en couche superficielle (2 muscles) et profonde (4 muscles) innervés
par le nerf tibial.

L’extrémité distale de la jambe est constituée de 2 malléoles : tibiales du coté médiale et


fibulaire du coté latéral. Il existe 2 articulations tibio-fibulaire:
- Proximal : arthrodie
- Distal : syndesmose

Le dôme du talus est encastré entre le tibia et la fibula, dans la pince bi-malléolaire. Celui-ci
surplombe le calcanéum (os du talon). On a un valgus physiologique du talon.

Couche profonde (1/4)

- Muscle poplité : s’insère à la face postérieure de la métaphyse tibiale au-dessus d’une crête
oblique vers le haut et le dehors (crête du poplité). Il a un corps triangulaire qui se dirige vers
le haut et le dehors. Il contourne l’interligne du genou puis s’insère sur l’épicondyle latéral du
fémur. Il est rotateur médial du genou.

Couche superficielle  (2/2)

- Triceps sural, (le plus vaste) 3 chefs :


o Gastrocnémien : constitué de 2 chefs. Il est poly articulaire et s’insère au-dessus des
condyles fémoraux. En bas, les 3 chefs se rejoignent en un tendon calcanéen (tendon
d’Achille) qui s’insère sur la tubérosité du calcanéum. Les fibres médiales descendent
plus bas que les latérales.
o Soléaire : profond et bi-articulaire, s’insère sur une arcade fibreuse tendue entre la
face postérieure de l’extrémité postérieure de la fibula et le tibia. L’arcade du
soléaire laisse passer des éléments vasculo-nerveux. Ses fibres rejoignent celles du
gastrocnémien au niveau du tendon calcanéen.
C’est un fléchisseur plantaire, il est un peu fléchisseur du genou. Il a une action varisante, c’est à
dire que sur la pointe des pieds se réalise une adduction.

- Muscle plantaire grêle : au-dessus du condyle fémoral latéral (avec le chef latéral du
gastrocnémien). Tendon grêle et très long. Il se place du coté médial du tendon calcanéen et
se termine sur la tubérosité du calcanéen.

 Topographie :

52
- Artère poplitée : abandonne dans sa portion inférieure une artère tibiale antérieure qui va
dans l’espace inter tibio fibulaire et se prolonge par un tronc tibio-fibulaire qui s’engage en
avant de l’arcade fibreuse du soléaire.
- Nerf tibial : accompagne l’artère tibiale dans le prolongement du nerf sciatique qui s’engage
avec le tronc tibio fibulaire en avant de l’arcade du soléaire
- Nerf fibulaire commun (autre branche terminale) : se dirige vers le col de la fibula

Coupe sagittale : aponévrose supérieure du gastrocnémien, aponévrose inférieure qui va vers le


tendon calcanéen qui lui-même se prolongera par l’aponévrose plantaire.
Les fibres du gastrocnémien sont courtes et tendues entre ces deux aponévroses. (les fibres très
courtes donnent beaucoup de puissance au muscle)
Pour le soléaire, il y a une aponévrose centrale qui va être entourée par 2 aponévroses qui se
réunissent en bas et se terminent dans le tendon calcanéen avec des fibres du soléaires qui sont très
courtes.

Schéma 3  : Vue postérieure

Couche profonde (3/4)

- Muscle tibial postérieur (puissant): s’insère en dehors de la crête verticale du tibia et sur la


membrane interosseuse. Il se dirige vers la gouttière rétromaléollaire en arrière de la
malléole tibiale. Il est innervé par le nerf tibial, sa terminaison est très vaste, principalement
sur le tubercule du naviculaire. C’est un inverseur du pied (flexion plantaire, supination et
aDDuction).

- Long fléchisseur de l’hallux : s’insère en dehors du tibial postérieur, un peu sur la membrane
interosseuse, se dirige vers le bas et le dedans en passant entre les 2 tubercules postérieurs
du talus et se termine à la face plantaire de la base de P2 de l’hallux. Il est très puissant
(danseuse ou sortie de starting-blocks).

- Long fléchisseur des orteils : s’insère sur le versant médial de la diaphyse du tibia et sur la
face postérieure de l’extrémité inférieure du tibia en laissant une arcade pour que le tibial
postérieur glisse en avant (ils se croisent). Il se sépare en 4 tendons pour les 4 orteils longs.

Cartouche  : tendon jusqu’à la face plantaire de la base de P3 (même insertion que le fléchisseur
commun profond des doigts).

 Topographie :
- Artère tibiale antérieure : s’échappe de la fosse poplitée et passe entre le tibia et fibula pour
aller en avant
- Tronc tibio-fibulaire : se divise en artère fibulaire et artère tibiale postérieure qui se
positionne dans la gouttière rétro malléolaire en arrière du long fléchisseur des orteils
accompagnés par le nerf tibial (sur le flanc postérieur de l’artère).
- 2 veines tibiales postérieures

III. Loge antérieure de la jambe


Schéma 4  : Vue antérieure
Tibia, crête tibiale, fibula, malléole fibulaire qui descend plus bas que la tibiale, membrane
interosseuse, septum intermusculaire antéro-latéral (séparation fibreuse entre les loges).

53
- Muscle tibial antérieur : le plus médial, s’insère sur le bord antéro latéral du tibia et sur la
membrane interosseuse. Il est l’homologue antérieur du tibial postérieur. Il se prolonge par
un tendon qui passe en arrière du rétinaculum des extenseurs qui s’insère sur le tibia et le
pied, et qui permet de plaquer les tendons sur le squelette. Son tendon se positionne sur le
bord médial du pied et s’insère à la fois sur la base de M1 et sur le cunéiforme médial. Il
permet la supination et c’est un fléchisseur dorsal (il empêche le pied de tomber lorsque le
pied est en l’air dans le cycle de marche). Innervé par le nerf fibulaire profond.

- Long extenseur de l’hallux : s’insère sur la fibula et sur la membrane interosseuse. Il donne
un tendon qui se dirige vers la face dorsale de la base de la phalange distale de l’hallux.
Innervé par le nerf fibulaire profond.

- Long extenseur des orteils : s’insère sur la fibula, le septum et la membrane interosseuse,
son tendon se divise en 4 (comme l’extenseur commun des doigts). Il est innervé par le nerf
fibulaire profond.

Cartouche  : le tendon distal du LEO a une bandelette médiane qui s’insère sur la phalange
intermédiaire et deux bandelettes latérales s’insérant sur la phalange distale.

- 3ème Fibulaire (muscle inconstant) : s’insère sur le septum et la fibula, son tendon va vers le
bas et le dehors et se termine sur la face dorsale de M5. C’est le seul vrai éverseur du pied
(flexion dorsale, pronation, aBDuction). Innervé par nerf fibulaire profond (et parfois par le
superficiel).

 Topographie :
o Artère tibiale antérieure : arrive au-dessus du bord supérieur de la membrane
interosseuse, se positionne sur celle-ci et on la retrouve à la partie basse en
devenant artère dorsale du pied
o Nerf fibulaire profond (branche du commun) : rentre dans la loge antérieure par un
foramen à travers le septum antéro latéral et rejoint l’artère tibiale antérieure.

Les 2 muscles destinés à l’orteil le plus médial (hallux) s’insèrent sur l’os le plus latéral de la
jambe (fibula).

IV. Loge latérale de la jambe (loge des fibulaires)


Schéma 5  : Vue latérale
- Court fibulaire : s’insère sur les septa et sur la moitié distale de la diaphyse fibulaire avec un
tendon qui passe en arrière de la malléole fibulaire et se dirige ensuite vers le processus
styloïde à la base de M5. Il permet la flexion plantaire, la pronation et l’abduction. Il est
innervé par le nerf fibulaire superficiel.

- Long fibulaire : s’insère sur la fibula et sur la face antéro latérale du tibia. Sur la moitié
supérieure de la diaphyse fibulaire il donne un tendon qui passe en arrière du tendon du
court fibulaire au niveau de la malléole, s’engage sous le pied en passant sur une gouttière à
la face inférieure du cuboïde et se termine à la face plantaire de la base de M1. Il est
fléchisseur plantaire, pronateur et discrètement abducteur.

 Topographie :
o Nerf fibulaire commun arrive dans la loge latérale après être passé à travers le
septum postéro latéral et se divise en 2:

54
 Branche antérieure : nerf fibulaire profond
 Branche latérale : nerf fibulaire superficiel
Le fascia crural recouvre les 3 loges musculaires de la jambe, c’est le même tissu que les septa.
Au regard de la loge latéral, il est perforé à la jonction ⅓ moyen / ⅓ inf par le nerf fibulaire
superficiel, qui devient sensitif. Il est le principal nerf de l’innervation sensitive du dos du pied.

V. Articulation de la cheville
Schéma 6  : Vue latérale de la cheville et du pied
Talus (dôme/col/tête), calcanéum, naviculaire, cuboïde, cunéiformes, métatarsiens.

- Ligament collatéral latéral, 3 faisceaux :


o Antérieur (de l’entorse) : talo-fibulaire antérieur
o Moyen : calcanéo-fibulaire (ligament de l’articulation subtalaire également)
o Postérieur : talo-fibulaire postérieur à la face médiale de la fibula et en arrière du
dôme talien

- Court fibulaire (loge latérale) : passe juste en arrière de la malléole latérale, se dirige vers la
base de M5. Pour rester plaqué sur le calcanéum, il y a un canal ostéo fibreux qui permet au
cours fibulaire de rester positionné contre le squelette.

- Long fibulaire : se positionne en arrière du court fibulaire, dans la gouttière rétro malléolaire,
il a un trajet parallèle au court fibulaire. Il est aussi plaqué par le rétinaculum des fibulaires
sur la face latérale du calcanéum. Il vient progressivement se positionner au bord inférieur
du cuboïde (qui est l’os qui s’articule en avant du calcanéum). Il passe à la face plantaire du
pied au niveau du cuboïde. On le retrouve du coté plantaire a la base de M1 et sur le premier
cunéiforme.

Schéma 7  : Vue médiale


Tibia, malléole tibiale bifide, talus, calcanéum avec pour soutenir la surface subtalaire antérieure
le sustentaculum tali. En avant, naviculaire, cuboïde, cunéiformes, M5 et M1.

- Ligament calcanéo-naviculaire-plantaire : il prolonge le sustentaculum tali, son bord


supérieur est encrouté de cartilage, il ferme l’espace talo-naviculaire en bas.

- Ligament collatéral médial, 3 faisceaux (très solide) :


o Postérieur : tibio-talien postérieur
o Moyen : ligament deltoïde qui s’insère sur le calcanéo-naviculaire-plantaire, sur le
tibia, sur le naviculaire, sur le calcanéum
o Antérieur (masqué par le moyen) : tibio-talien antérieur, de la partie antérieure de la
malléole tibiale au col du talus

Le tendon du tibial postérieur : s’insère sur le tubercule du naviculaire, le cuboïde, le calcanéum,


sur les cunéiformes, sur M2 M3 et M4.

- Long fléchisseur des orteils (en arrière du tibial postérieur dans la gouttière) : il entre dans
un canal calcanéen de Henry où il croise le long fléchisseur de l’hallux (ils échangent une
bandelette tendineuse) et se divise en 4 tendons terminaux pour les orteils triphalangés.

55
- Long fléchisseur de l’hallux : se réfléchit entre les 2 tubercules postérieurs du talus et se
positionne à la face plantaire de l’hallux.

PAS D’INSERTION MUSCULAIRE SUR LE TALUS


 Topographie :
o Artère tibiale postérieure : passe en arrière du long fléchisseur des orteils et se
divise en sortant de la gouttière en 2 artères plantaires (latérale et médiale).
o Nerf tibial : accompagne l’artère et se divise aussi en une branche plantaire latérale
et plantaire médiale.

56
Partie 4 :
I. Face dorsale du pied
Schéma 1  : Vue dorsale du pied
Le talus repose sur le calcanéus avec une divergence de 30°. En avant du talus, le naviculaire
s’articule avec les cunéiformes (médial/intermédiaire/latéral).
Le cuboïde est articulé avec le calcanéum. En avant, il y a la palette métatarsienne. L’articulation
talo-crural est une trochléenne.

 Articulation du complexe sous talien :


o Articulation sous talienne postérieure et antérieure
o Articulation transverse du tarse : interligne de Chopard
o Articulation tarso métatarsienne : interligne de Lisfranc (arthrodies)
o Articulation métatarso phalangienne : interligne de Lelievre (énarthroses)

Il existe 3 types de pieds :


- Pied égyptien : pyramide
- Pied carré : les 2 premiers orteils ont la même taille
- Pied grec : le deuxième orteil est plus long que le premier

Sur le pied, il n’y a qu’un seul muscle dorsal !

Le tendon du long extenseur des orteils s’insère distalement avec une bandelette médiane sur la
phalange intermédiaire et deux bandelettes latérales sur la phalange distale.

- Court extenseur des orteils : s’insère sur le calcanéum et le cuboïde et se divise en 4 fx :
o Premier : se dirige vers l’hallux et se termine sur la phalange proximale
o Deuxième : se dirige vers le tendon du long extenseur
o Troisième : se dirige vers le tendon du long extenseur
o Quatrième : se dirige vers le tendon du long extenseur
Il est innervé par le nerf fibulaire profond.

IL N’EXISTE PAS DE TENDON DU COURT EXTENSEUR DESTINE AU 5 ème ORTEIL

 Topographie :
o L’artère tibiale antérieure devient artère dorsale du pied. Elle se dirige vers la base
des deux premiers métatarsiens dans lesquels elle s’engage pour devenir plantaire.
Elle donne une arcade dorsale donnant des artères intermétatarsiennes dorsales
modestes en calibres.
o Le nerf fibulaire profond accompagne l’artère et innerve le court extenseur des
orteils avec des fibres spécifiques venant de L5. Il a un territoire sensitif qui
correspond à la face dorsale de la première commissure.

II. Face plantaire du pied


Schéma 2  : 1ere couche en vue plantaire (3 muscles)
Calcanéum, talus, naviculaire, cunéiforme, cuboïde, métatarses.
M1 s’articule avec le premier cunéiforme, M2 avec le 2ème , M3 avec le 3ème , M4 et M5 avec le
cuboïde.
L’axe du pied correspond au 2ème orteil.

57
Au sol le pied possède 3 points d’appui :
- En arrière : tubérosité du calcanéum
- Latéralement : tête du 5ème métatarsien
- Médialement : tête du 1er métatarsien
Les pulpes des orteils reposent également au sol

Il y a des arches : la voute plantaire médiale est haute, le bord interne du pied ne repose pas sur
le sol. C’est l’isthme.
Lorsqu’on élargit l’isthme c’est un pied plat, et quand l’isthme s’amincit c’est un pied creux.

- Abducteur du 5ème orteil : s’insère sur le calcanéum et se termine par un tendon sur le bord
latéral de la base de la phalange proximale du 5ème orteil. Il est innervé par le nerf plantaire
latéral.

- Abducteur de l’hallux : s’insère sur le calcanéum et la phalange proximale du 1er orteil. Il est
innervé par le nerf plantaire médial.

- Court fléchisseur des orteils : s’insère entre les 2 précédents sur le calcanéum. Il est
constitué de 4 faisceaux destinés aux orteils longs. Il abandonne 2 bandelettes latérale et
médiale sur la phalange intermédiaire. C’est un fléchisseur de l’IP proximale. Il est innervé par
le nerf plantaire médial.

Le nerf plantaire latéral est le nerf moteur du pied (15 muscles)


Le nerf plantaire médial est le nerf sensitif du pied (4 muscles)

Le tendon calcanéen se termine sur la tubérosité du calcanéum. Il se poursuit par l’aponévrose


plantaire qui est à la face inférieure du court fléchisseur et s’élargit jusqu’aux articulations M-P, cette
structure participe à maintenir le creux du pied.

Schéma 3  : 2ème couche (5 muscles)


Les tendons du long fléchisseur des orteils proviennent de la loge postérieure profonde et
passent en arrière de la malléole. Ils se terminent sur la face plantaire de P3 des orteils longs.

- Carré plantaire : se place à la face supérieure du court fléchisseur. Il s’insère sur le


calcanéum et se termine sur le long fléchisseur des orteils. Il renforce l’action du long
fléchisseur. Il est innervé par le nerf plantaire latéral.

- 4 muscles lombricaux :

o Le 1er est uni penné, innervé par le nerf plantaire médial


o Le 2ème , 3ème et le 4ème sont bi pennés, innervés par le nerf plantaire latéral
Ce sont des coupes circuits entre le tendon du long extenseur et du long fléchisseur.

 Topographie :
Division de l’artère tibiale postérieure :
- Artère plantaire médiale se dirige vers le bord médial pour donner l’artère collatérale
médiale de l’hallux
- Artère plantaire latérale passe entre le carré plantaire et le court fléchisseur des orteils puis
au-dessus du plan du long fléchisseur, elle suit le trajet du LFO et forme une arcade, enfin
elle s’anastomose avec l’artère dorsale du pied (1ère commissure). L’arcade plantaire
abandonne les autres artères collatérales des orteils.

58
- Division du nerf tibial :

o Nerf plantaire médial (nerf plantaire collatéral de l’hallux, des 2ème et 3ème
commissures)
o Nerf plantaire latéral (nerf plantaire collatéral du 5ème orteil et de la 4ème
commissure)

e
Schéma 4  : 3 couche (3 muscles)
- Muscles extrinsèques :
o Long fibulaire : s’insère sur M1.
o Tibial antérieur : s’insère sur la face médiale du premier cunéiforme et M1.
o Tibial postérieur : s’insère sur tous les os du tarse (sauf le talus) et M2, M3 et M4.
Ils forment une clé de voute. Sans eux, le pied s’effondre.

- Court fléchisseur du 5ème orteil : s’insère à la face inférieure du cuboïde, en avant et en


arrière du long fibulaire (arcade fibreuse) et sur la base de P1 du 5ème orteil. Il est innervé par
le nerf plantaire latéral.

On trouve 2 os sésamoïdes sur l’hallux. Ils transforment l’énarthrose en une trochléenne. En vue
antérieure, tubercule antérieur à l’origine de deux crêtes entre lesquels se place les sésamoïdes.

- Adducteur de l’hallux (2 faisceaux) :


o Transversal : s’insère sur les capsules articulaires des 5ème , 4ème , 3ème et 2ème M-P. Le
faisceau se dirige vers le sésamoïde latéral.
o Oblique : s’insère sur les bases de M3 et M4, se dirige vers l’avant et le dedans et
rejoint le faisceau transversal sur le sésamoïde latéral. Ils se prolongent ensuite sur la
première phalange.
Il est innervé par le nerf plantaire latéral.

Hallux valgus  : l’hallux part vers l’avant et le dehors. Associé à un métatarsus varus. Les
sésamoides sont souvent luxés. La chirurgie consiste à couper le tendon de l’adducteur pour recentrer
la sangle des sésamoïdes.

- Court fléchisseur de l’hallux (2 faisceaux) :


o Médial : englobe le sésamoïde médial et se termine sur la base de la phalange distale
o Latéral: rejoint le sésamoïde latéral
C’est un fléchisseur de la MP. Il est innervé par le nerf plantaire médial.

Schéma 5  : 4ème couche (8 muscles)


- Opposant du 5ème orteil (triangulaire) : s’insère à la face inférieure du cuboïde et s’enroule
autour de la base de M5. Vestige de notre vie dans les arbres, anciennement utile à la
préhension.
- 4 interosseux dorsaux : bipennés et écartent les orteils. Ils donnent une expansion pour la
dossière des interosseux. Ils convergent vers le 2ème orteil.

- 3 interosseux palmaires : unipennés et rapprochent les orteils. Ils sont destinés au trois
derniers orteils. Ils s’insèrent sur le versant médial des phalanges proximales, ils divergent de
l’axe du pied.

59
Ils sont innervés par le nerf plantaire latéral.

NB : 7 interosseux dans le pied, 8 interosseux dans la main


III. Territoires sensitifs
Schéma 6  : territoires sensitifs (vue antérieure)
- Sur le pli de flexion inguinal (de l’extérieur vers l’intérieur) : ilio-inguinal, ilio-hypogastrique,
génito fémoral.
- Latéralement : nerf cutané latéral de la cuisse
- Au-dessus de l’interligne du genou, sur la face médiale de la cuisse : nerf obturateur
- Territoire antérieur : nerf fémoral donne
o Nerf cutané antérieur
o Nerf médial de la cuisse
o Nerf saphène pour la face antéro médiale de la jambe
- En dehors du saphène : nerf cutané sural latéral (branche du nerf fibulaire commun)
- Bord latéral du pied : nerf cutané sural médial (branche du nerf tibial)
- Face dorsale de la première commissure : nerf fibulaire profond
- Le reste : nerf fibulaire superficiel

Schéma 7  : territoires sensitifs (vue postérieure)


- Latéralement : nerf cutané latéral de la cuisse
- Médialement : nerf obturateur
- Le reste de la cuisse : nerf sciatique
- Coté médial de la jambe : nerf saphène
- Du coté latéral de la jambe : nerf cutané sural latéral
- Entre les deux derniers ainsi que le talon et le bord externe du pied : nerf cutané sural
médial
- 5ème orteil et moitié latérale du 4ème  : nerf plantaire latéral
- Le reste du pied : nerf plantaire médial

60
COURS : NEUROANATOMIE

Partie 1 :

I. Introduction

Le système nerveux est divisé en central et périphérique.


On peut aussi le diviser en SN de la vie de relation et en SN végétatif, que l’on retrouve aussi bien
dans le SNC que dans le SNP.

Schéma 1  : Vue latérale du SNC

SNC :
- Cerveau : 2 hémisphères
Encéphale
- Tronc cérébral : sous le cerveau
- Cervelet : en arrière du TC
- Moelle épinière (ou spinale) : dans le canal vertébral

Schéma 2  : Vue latérale du cerveau

L’ostéologie du crâne sera revue plus tard (pas à apprendre pour ce cours)

Le SNC est protégé par des cavités osseuses : boîte crânienne et canal vertébral. Ces structures sont
tapissées à l’intérieur par une méninge dure : la dure-mère, qui enveloppe tout le SNC, et dont le
rôle est de protéger ce dernier.

Entre la dure-mère et le SNC circule le liquide cérébro-spinal, dont le rôle est notamment d’amortir
et de protéger le SNC.
Certaines zones plus larges contiennent plus de LCS : les citernes. On fabrique et résorbe 1,5l de LCS
par jour.

Schéma 3  : Coupe frontale

Le cerveau est constitué de 2 hémisphères. Au centre du SNC encéphalique, on retrouve des cavités
tapissées de cellules épendymaires et remplies de LCS : les 4 ventricules :
- Ventricules latéraux : étage télencéphalique
- 3ème ventricule : étage mésencéphalique
- 4ème ventricule : étage du TC
L’aqueduc du mésencéphale (ou de Sylvius) fait le lien entre les 3ème et 4ème ventricules
Cette cavité a disparu au niveau de la moelle ! La réapparition pathologique de celle-ci s’appelle la
syringomyélie.

Schéma 4  : Schéma d’un neurone multipolaire

Neurone : unité fonctionnelle du SN.


- Prolongements qui arrivent au neurone : dendrites
- Prolongement UNIQUE qui part du neurone : axone

Les neurones s’accumulent au centre du cerveau et du cervelet pour former les noyaux gris
centraux, ou en périphérie pour former le cortex. Ce regroupement de corps cellulaires est appelé
substance grise.

61
Dans les zones où il n’y a que des fibres et des cellules de soutien, on parle de substance blanche.

II. Embryologie

Schéma 5  : Embryologie et morphogénèse

Très tôt, l’embryon est formé de 3 couches, de la superficie à la profondeur :


- Epiblastique : donnera la peau et le SNC
- Mésoblastique :
o Para-axial : donnera le squelette axial
o Intermédiaire : système urinaire
o Latéral : squelette et muscles des membres
- Endoblastique : donnera les viscères

Sur la ligne médiane, des cellules épiblastiques vont s’invaginer, et développer une structure au sein
du mésoblaste (mais d’origine ectoblastique) : la chorde, qui nous fait appartenir à la famille des
chordés.

La chorde induit l’épaississement de l’ectoblaste, donnant ainsi la plaque neurale.

Plus tard, la plaque neurale se creusera en gouttière. On retrouve en périphérie de la gouttière des
éléments :
- Mésoblastiques : somites : entourent la chorde, donneront les vertèbres
- Ectoblastiques : cellules de la crêtes neurale
- Entoblastiques : viscères

Plus tard, la gouttière neurale se ferme , donnant ainsi le tube neural avec :
- Au centre : cellules nerveuses
- En périphérie : cavité qui disparaîtra au niveau de la moelle, persistera dans l’encéphale pour
donner les ventricules

Les somites évoluent en sclérotomes (côtes et vertèbres) autour de la chorde qui disparaîtra, et dont
le résidu embryologique est le noyau pulpeux.
Les myotomes donneront les muscles de la paroi du tronc.

Le SNC naît de l’épiblaste (ou ectoblaste). Il garde donc des relations avec le système superficiel
(peau) par l’intermédiaire de nerfs périphériques sensitifs apportant l’information, et renvoie des
réponses motrices par l’intermédiaires de nerfs centraux moteurs.

Les cellules de la crêtes neurales migrent pour donner :


- Ganglion spinal : épaississement de la racine dorsale de la moelle
- Ganglion latéro-vertébral : appartient à la chaîne sympathique latéro-vertébrale
- Ganglion végétatif pré-viscéral
- Cellules interstitielles : dans les parois des organes

Schéma 6  : Evolution du tube neural, vue latérale

 Partie crâniale du tube neural :

62
Le tube neural se dilate pour arriver à un premier stade à 3 vésicules :
- Rhombencéphale. Le cervelet apparaît en arrière de celui-ci
- Mésencéphale
- Prosencéphale :

Dessous, la chorde soutient la partie du TN qui va du mésencéphale jusqu’à la moelle spinale. La


métamérisation ne se fait donc que jusqu’au mésencéphale.

Deuxième stade à 5 vésicules :


- TN : donnera la moelle spinale
- Rhombencéphale se divise en :
o Métencéphale : donnera le pont
o Myélencéphale : donnera le bulbe rachidien ou moelle allongée
- Mésencéphale : ne se divise pas
- Prosencéphale se divise en :
o Diencéphale
o Télencéphale (2 vésicules télencéphaliques) : donnera les hémisphères cérébraux

Les 5 vésicules sont donc : Myélencéphale, Métencéphale, Mésencéphale, Diencéphale,


Télencéphale

Schéma 7  : Colonne vertébrale chez l’embryon et le nouveau né

Chez le fœtus, le rachis n’a qu’une courbure : une seule grande cyphose.

Le tube neural donne la moelle spinale qui va dans un premier temps de la 1ère vertèbre cervicale à la
dernière vertèbre coccygienne.

A la naissance, on se redresse : la lordose cervicale apparaît. Plus tard, on se met debout : la lordose
lombaire apparaît.

Au cours de la croissance, on observe un asynchronisme de croissance : le rachis grandit beaucoup


plus vite que la moelle. Celle-ci s’arrête donc en L1-L2.
Néanmoins elle reste toujours « rattachée » au canal vertébral par le biais du filum terminale
(structure non nerveuse).

A l’étage cervical, les nerfs sont presque horizontaux, mais plus on descend, plus les nerfs spinaux se
verticalisent. Après la fin de la moelle, en L1-L2, on trouve un paquet de racines nerveuses verticales :
la queue de cheval.

III. Morphologie

Schéma 8  : Vue de face de la moelle

La moelle fait 10mm de diamètre, 45cm de long, et pèse 20g.

On trouve deux renflements :


- Cervical : de C5 à Th1 : plexus brachial
- Lombaire : de L2 à S1

Après le renflement lombaire, on retrouve le cône terminal, se prolongeant par le filum terminale.

63
Les racines sont de plus en plus verticales et forment la queue de cheval.

Schéma 9  : Coupe scannographique de la moelle

La moelle est constituée d’un certain nombre de sillons :


- Sillon médian ventral : très profond
- Sillon ventro-latéral : lieu d’émergence de la racine ventrale
- Sillon dorso-latéral : lieu d’arrivée de la racine dorsale
- Sillon postérieur : point de départ d’un septum médullaire

Les racines dorsale (sensitive, porte un ganglion spinal) et ventrale (motrice) se rejoignent pour
donner le nerf spinal.

Au centre de la moelle, on retrouve de la substance grise, et de la substance blanche en périphérie.


Au centre de la SG, la cicatrice du tube neural : canal épendymaire, un canal VIRTUEL.

 Substance grise :
o Corne grise dorsale : sensitive
o Corne grise latérale 
 Partie antérieure : viscéro-motrice SNV
 Partie postérieure : viscéro-sensitive
o Corne grise ventrale : motrice

 Substance blanche 
o Cordon blanc ventral
o Cordon blanc latéral
o Cordon blanc dorsal :
 Gracile médialement
 Cunéiforme plus latéralement

On remarque qu’en avant, entre le fond du sillon médian ventral et la substance grise, on retrouve
de la substance blanche sur la ligne médiane (différent en arrière). Cela introduit la notion de
décussation : les fibres changent de côté en croisant la ligne médiane (cela explique que
l’hémisphère gauche commande le côté droit du corps).

Dans la moelle, on retrouve également des commissures :


- Commissure blanche antérieure
- Commissures grises :
o Antérieure
o Postérieure

Schéma 10  : Vue ventrale des méninges

 Pachyméninge : la dure-mère

64
La moelle est entourée de dure-mère : le fourreau dural dans le canal vertébral, séparé de l’os par
du tissu adipeux (contrairement au niveau de la boîte crânienne où la dure-mère est très adhérente à
l’os  !).
Ces fibres de dure-mère sont très verticales au niveau vertébral.

Des expansions de dure-mère accompagnent le départ des nerfs spinaux.

 Leptoméninges :
o Pie-mère : recouvre la surface du SNC, méninge nourricière porte vaisseaux. A
l’intérieur du fourreau, cette dernière se réfléchit pour donner un ligament
triangulaire qui amarre la moelle à la face profonde de la dure mère : le ligament
dentelé
o Arachnoïde : Entre la pie-mère et la dure-mère. Le LCS circule au sein de celle-ci

Les racines ventrale et dorsale sont formées de radicelles provenant des sillons de la moelle.

Schéma 11  : Coupe en vue supérieure

La pie-mère entoure la moelle, le tout entouré de dure-mère.


Le LCS circule dans l’arachnoïde.
Les artères médullaires sont très rares, très fines, et non présentes à chaque étage vertébral.

A l’extérieur du fourreau dural, dans l’espace péri-dural, on retrouve de grosses veines péridurales
qui se drainent dans le système azyogos, ainsi que du tissu adipeux.

Schéma 12  : Coupe en région lombaire

A ce niveau : plus de moelle. On distingue la dure-mère, le filum terminale et la queue de cheval


(racines plus ou moins grosses). On retrouve encore de l’arachnoïde à ce niveau.

La ponction lombaire/anesthésie intra-durale se fait par introduction de l’aiguille verticalement,


entre L4 et L5.

65
Partie 2 :

Schéma 1  : Vue de face de la moelle

Les voies ascendantes viennent de la périphérie et remontent jusqu’au SNC : voies sensitives.
Elles induisent une réponse motrice véhiculée par des voies descendantes qui vont du SNC à la
périphérie : voies motrices.

La notion de métamérisation correspond au fait que l’on retrouve toujours les mêmes structures
neurologiques vues précédemment (racines, sillons, cornes… etc.) à tous les niveaux de la moelle.

Lors d’une lésion du SNC au niveau médullaire, on observe des signes lésionnels correspondant à
l’atteinte d’un niveau en particulier.
En dessous, la moelle est libérée de l’influence des centres supérieurs : on observe donc un
automatisme médullaire. Ce sont des signes sous lésionnels.

Remarque : tout ce qui est au dessus, inhibe ce qui est en dessous

Schéma 2  : Coupe axiale de la moelle

On replace les sillons, les racines, le ganglion spinal dorsal, la SB périphérique et la SG centrale.

Chaque couche de l’embryon a une sensibilité propre :


- Ectoblaste : sensibilité extéroceptive (revêtement cutané)
- Mésoblaste : sensibilité proprioceptive (consciente ou inconsciente)
- Entoblaste : sensibilité intéroceptive (viscérale)
Les corps cellulaires des protoneurones de toutes ces sensibilités sont dans le ganglion spinal.

I. Les dermatomes

Schéma 3  : Somatotopie  : Dermatomes de Dejerine

Dermatome : tranche métamérique dont l’innervation est assurée par une racine particulière
On peut tester le bon fonctionnement des différentes racines en stimulant sensitivement ces zones
cutanées.

Points clés de l’examen sensitif neurologique :

 Vue ventrale
o C3 : partie latérale du cou
o C4 : moignon de l’épaule
o C5 : face latérale du coude
o Th1 : face médiale du coude
o Th4 : mamelon
o Th10 : ombilic

66
o L2 : face médiale de la cuisse
o L3 : face médiale du genou
o L4 : malléole médiale
o L5 : première commissure du pied (territoire du nerf fibulaire profond)

 Vue dorsale
o C6 : face dorsale du pouce
o C7 : face dorsale de l’index
o C8 : bord dorsal médial de la main
o S1 : talon
o S2 : fosse poplitée (face dorsale du genou)
o S3 : pli entre la fesse et la cuisse
o S4 : autour de l’anus
o S5 : anus

II. Tronc cérébral et cervelet

Schéma 4  : Vue ventrale du tronc cérébral et du cervelet

TRONC CEREBRAL

3 vésicules sont à l’origine du TC : Myélencéphale, Métencéphale et Mésencéphale.

 Myélencéphale = moelle allongée = bulbe

On retrouve un sillon médian ventral comme dans la moelle spinale. Néanmoins, il est moins marqué
à la face ventrale du bulbe, car un tractus fibreux décusse à ce niveau.

Avec le sillon ventro-latéral, ils limitent les pyramides, sous lesquelles passent le faisceau pyramidal
(= tractus cortico-spinal = tractus moteur volontaire).

En dehors des pyramides, on retrouve les olives bulbaires.

 Métencéphale = pont de Varol = protubérance annulaire

Etage marqué par un sillon médian ventral : le sillon basilaire NON DU A LA PRESENCE DU TRONC
BASILAIRE !

Le pont possède des striations horizontales à sa face antérieure, dues aux fibres transversales en
profondeur.

 Mésencéphale

Constitué de 2 pédoncules cérébraux divergents (vers le haut et vers le dehors).

Le TC est limité en haut par le diencéphale (partie la plus basse du cerveau), notamment le tractus
optique se croisant sur la ligne médiane par le chiasma optique.
En arrière du chiasma : la tige pituitaire, elle même en avant des tubercules mamellaires.

Tout cela appartient au diencéphale

67
En arrière, on retrouve l’espace perforé postérieur.

Le mésencéphale est strié verticalement.


CERVELET

Latéralement au TC, le cervelet, puis le floculus et la tonsille (revues plus tard).

Le cervelet est constitué d’un cortex gris périphérique (noyaux gris centraux). Il est plissé
verticalement, ce qui augmente sa surface, et est constitué de 2 hémisphères et d’une partie
centrale : le vermis.

Dans l’angle ponto-cérébelleux : le plexus choroïde : structure sécrétant le LCS, naît de l’accolement
de l’épendyme et de la pie-mère.

NERFS CRANIENS

Il existe 12 paires de nerfs crâniens, opposés aux nerfs spinaux car ils naissent ou se terminent dans
le crâne. Ils appartiennent au SNP. Ils sont soumis à métamérisation, puisque leur formation est
influencée par la présence de la chorde qui soutient les 3 étages du TC.

- I : nerf olfactif


Ce n’est pas un nerf. Expansion du télencéphale.

- II : nerf optique


Ce n’est pas un nerf. Expansion du diencéphale.

- III : nerf oculomoteur commun


o Naît au bord médial du pédoncule cérébral (étage mésencéphalique)
o Prend en charge l’innervation motrice de 4 muscles extrinsèques sur 6 de l’œil
(grâce à son contingent parasympathique)
o Prend en charge l’accommodation à la distance (cristallin) et à la lumière (pupille)

- IV : nerf trochléaire


o Seul nerf à naître de la face dorsale du mésencéphale ++
o Innerve le muscle oblique supérieur de l’œil (fait baisser les yeux, nerf
« pathétique »)

- V : nerf trijumeau


o Face ventro-latérale du pont
o Grand nerf sensitif, annexé au ganglion trigéminal de Gasser, possède 3
contingents :
 V1 : nerf ophtalmique, sensibilité du tiers supérieur de la face
 V2 : nerf maxillaire, sensibilité du tiers moyen de la face
 V3 : nerf mandibulaire, sensibilité du tiers inférieur de la face ET motricité de
la mandibule (contingent moteur)

- VI : nerf abducens


o Sillon bulbo-pontique, sur la ligne médiane
o Motricité extrinsèque de l’œil (muslce droit latéral de l’œil)

68
- VII : nerf facial
o Grand nerf moteur, petit contingent sensitif pour la zone de Ramsay-Hunt (oreille)
o Contingent sensoriel : gustation du tiers antérieur de la langue

- VIIbis : nerf intermédiaire de Wrisberg, annexé au VII


o Nerf végétatif : innervation de la glande lacrymale et de la submandibulaire
(contingent viscéro-moteur)

- VIII : nerf cochléo-vestibulaire


o Nerf sensoriel : nerf de l’audition et de l’équilibre

Les nerfs VI, VII, VIIbis et VIII se trouvent au niveau du sillon bulbo-pontique

- IX : nerf glosso-pharyngien


o Nerf mixte 
o Contingent viscéro-moteur : glande parotide
o Contingent sensoriel : gustation du tiers postérieur de la langue

- X : nerf vague


o Grand nerf parasympathique
o Immense territoire : de la cavité orale au rectum
Etage
- XI : nerf accessoire du X myélencéphalique
o 2 racines
 Bulbaire qu’il donne au nerf vague à la sortie du crâne
 Spinale
o Prend en charge la céphalogyrie (trapèze et SCM) et l’occulo-
céphalogyrie (synchronisation des mouvements de la tête et des yeux)

- XII : nerf hypoglosse


o Nerf moteur, innerve la plupart des muscles de la langue

Schéma 5  : Vue latérale du TC et cervelet

Le bord supérieur du tractus optique se prolonge en arrière par :


- Corps géniculé crânial se prolongeant lui même par le colliculus crânial (voies visuelles)
- Corps géniculé caudal se prolongeant lui même par le colliculus caudal (voies auditives)

Corps géniculés : origine diencéphalique Colliculi : origine mésencéphalique

En arrière du TC : le cervelet avec le floculus et la tonsille.

On replace les nerfs crâniens.

Schéma 6  : Vue latérale du TC

3 étages du TC, cervelet, amygdale.

Le tube neural a connu plusieurs dilatations :


- Ventricules latéraux : dilatation du télencéphale

69
- V3 : dilatation du diencéphale
- Aqueduc du mésencéphale : lien entre V3 et V4
- V4 : dilatation du TC. Sommet du V4 au niveau du sillon bulbo-pontique

En bas, le cul de sac épendymaire (le tube neural est complètement fermé physiologiquement).

Schéma 7  : Vue dorsale du TC sans le cervelet

Le plancher du V4 correspond à la fosse rhomboïde (forme losangique).

Il existe 6 pédoncules cérébelleux (3 de chaque côté) qui attachent le cervelet au TC :


- Supérieur : étage mésencéphalique
- Moyen : étage métencéphalique. Très gros, laisse un relief latéral vers le haut
- Inférieur : étage myélencéphalique

A la face postérieure du mésencéphale : corps géniculés se prolongeant par les colliculi.

A la face postérieure de la moelle allongée :


- Colonne gracile (dans la SG) : donne le cordon gracile (dans la SB) en dessous
- Colonne cunéiforme (SG) : donne le cordon cunéiforme (SB) en dessous

Le toit du V4 est constitué des :


- Voile médullaire crânial de Vieussens
- Voile médullaire caudal de Tarin percé par le foramen de Magendie, emprunté par le LCS
pour quitter les cavités ventriculaires
Si ce foramen est bouché  : hydrocéphalie entraînée par une accumulation de LCS.

Le plexus choroïde, ou corde d’abondance, se trouve à l’angle ponto-cérébelleux.

La fosse rhomboïde est constituée de :


- Aile blanche médiale avec un relief dans sa partie centrale
- Aile grise (en dépression)
- Aile blanche latérale

Dans la partie moyenne de la fosse, on retrouve les stries médullaires acoustiques, constituées par
des fibres du nerf VIII. Elles s’enfoncent dans l’épaisseur du TC au niveau de la ligne médiane pour
aller percuter la réticulée (gère les cycles veille/sommeil).

70
Partie 3 :

I. Tronc cérébral

Schéma 8  : Vue latérale du TC – schéma fonctionnel

Comme au niveau de la moelle, la SG est centrale dans le TC.

 Noyaux gris centraux du TC :

- Noyaux tectaux : au niveau du toit du mésencéphale : tectum mésencéphalique.


o Noyau du colliculus crânial : annexé au voies visuelles
o Noyau du colliculus caudal : annexé aux voies auditives
Donnent les voies tecto-spinales (voies descendantes, motricité réflexe)

- Noyau rouge (nuclus ruber) : plus gros noyau du TC. Donne la voie rubro-spinale.
- Noyaux des nerfs crâniens : soulèvent le plancher de la fosse (ailes grise et ailes blanches).
- Noyau olivaire : au niveau du bulbe, sous l’olive. Donne la voie olivo-spinale

Les noyaux tectaux, rouge et olivaire habillent la motricité volontaire pour la rendre plus fluide, mais
ce sont des voies automatiques.

Au niveau du TC, on retrouve le passage du tractus cortico-spinal, vecteur de la voie motrice


volontaire à 2 neurones qui vient du cortex et descend vers la corne antérieure de la moelle.
Les voies ascendantes sensitives (3 neurones) viennent de la périphérie. Elles sont ensuite filtrées.
Notions revues plus tard

La formation réticulée est très allongée, diffuse dans le TC. Elle gère :
- Cycle veille/sommeil (voies ascendantes)
- Tonus des membres et du tronc (voies descendantes)
Atteinte de la réticulée  : coma

II. Cervelet

Schéma 9  : Vue supérieure du cervelet

Tandis que le TC occupe la partie antérieure de la fosse postérieure du crâne, le cervelet est
postérieur dans cette même fosse.

Cervelet : 3 portions
- Vermis : sur la ligne médiane Segmentés en 9 portions
- Deux hémisphères : latéralement

71
D’avant en arrière et de haut en bas, le vermis est constitué de :
- Lingula
- Centralis
- Culmen
- Folium
- Tuber

Schéma 10  : Vue inférieure du cervelet

- Tuber
- Pyramis
- Uvule (correspond à la tonsille)
- Nodule (correspond au floculus : partie la plus ancienne du cervelet)

A chaque portion du vermis correspond 2 lobules

Schéma 11  : Coupe transversale du cervelet

On replace : pont, gouttière basilaire en avant (occupée par le tronc basilaire), le V4, le cortex
cérébelleux

 Noyaux gris centraux du cervelet : répartis en 3 groupes

- Noyaux fastigial : le plus antérieur et proche du V4


- Noyau globuleux & Noyau emboliforme
- Noyau dentelé

Les informations qui viennent du TC empruntent les pédoncules cérébelleux, puis se projettent sur le
cortex cérébelleux. Elles sont ensuite transmises aux noyaux gris centraux du cervelet pour apporter
une réponse (qui empruntera également les pédoncules cérébelleux) avant d’aller vers le haut ou vers
le bas.

Cortex : pôle récepteur Noyaux gris centraux : pôle effecteur

Schéma 12  : Coupe sagittale du TC et cervelet

On replace les 9 portions du cervelet.

Il existe 3 cervelets qui se superposent et correspondent à l’évolution des espèces (les plus anciens
sont recouverts par les nouveaux et inhibés par ces derniers).

Du plus ancien au plus récent :

Archéo-cerebellum ou vestibulo-cervelet, apparaît chez le poisson

- Rôle : renseigner sur la position et l’équilibre de la tête, et agir pour rétablir ce dernier
- Constitué du lobe floculo-nodulaire (pôle récepteur) et du noyau fastigial (pôle effecteur)

Les informations vestibulaires proviennent de l’oreille interne, sont transmises à l’archéo-


cerebellum qui traite l’information avant d’en informer le noyau fastigial. Celui-ci va renvoyer l’ordre

72
au noyau vestibulaire (ne fait pas partie de l’archéo-cerebellum) pour rétablir le déséquilibre de la
tête par une action réflexe.

Remarque : La réponse peut éventuellement être projetée sur des noyaux du TC (nerfs crâniens,
noyau rouge… etc.)

Paléo-cerebellum ou spino-cervelet, apparaît chez le lézard

- Rôle : gérer le tonus STATIQUE du corps


- Constitué des lobes Lingula, Centralis, Culmen, Pyramis et Uvule, ainsi que des noyaux
globuleux et emboliforme

Les informations proprioceptives (consciente ou inconsciente, sensibilité du mésoblaste) concernant


l’état de tension des muscles et la position des articulations, arrivent sur le paléo-cortex qui en
informe le noyau globuleux et/ou emboliforme.
Ces derniers envoient une réponse motrice automatique à la moelle en passant éventuellement par
le noyaux olivaire ou le noyau rouge.

L’intoxication aigüe alcoolique entraîne un syndrome cérébelleux statique (touche le paléo-


cerebellum).

Néo-cerebellum, apparaît chez le chat

- Rôle : gérer le tonus DYNAMIQUE du corps, organiser le mouvement volontaire dans le


TEMPS
- Constitué des lobes Déclive, Folium, Tuber, et du noyau dentelé

Les informations viennent du cortex pré-moteur (cerveau), arrivent sur le cortex néo-cérébelleux qui
en informe le noyau dentelé.
Ce dernier émet une réponse qui remonte au cerveau en passant par le noyau rouge et le thalamus.
On parle de boucle d’ALAJOUANINE : la boucle néocortico-néocerebello-dentato-rubro-thalamo-
corticale.

Le cervelet est responsable de la motricité automatique.

III. Le cerveau

Schéma 13  : Morphogénèse

On représente le stade à 5 vésicules, avec la chorde qui soutient le tube neural jusqu’au
mésencéphale (il n’y a pas de métamérisation pour le diencéphale et le télencéphale !).

 Etapes de la morphogénèse du cerveau :

1. Division : le télencéphale se divise en 2

2. Bascule : bascule des 2 vésicules télencéphaliques vers le diencéphale (chacune possédant


une dilatation ventriculaire latérale )

73
3. Enroulement : toutes les structures avec un aspect enroulé seront d’origine télencéphalique.
NB  : plus on s’éloigne du centre de rotation, plus c’est enroulé.

4. Fusion : entre le télencéphale et le diencéphale, il reste une fente : la fente de Bichat ou


fissure transverse du cerveau.

Schéma 14  : Vue latérale de l’hémisphère gauche

L’hémisphère gauche est généralement plus volumineux (majorité de droitiers).


Les centres du langage sont dans l’hémisphère gauche.

On peut distinguer un certain nombre de sillons :


- Sillon latéral : scissure de Sylvius
- Sillon central de Rolando : oblique vers le bas et vers l’avant
- Sillon temporo-pariétal : sillon perpendiculaire latéral
- Sillon inférieur

Un certain nombre de sillons à la surface du cerveau délimitent des circonvolutions : les giri

4 des 6 lobes du cerveau sont visibles :


- Frontal :
o Girus frontal ascendant : aire motrice primaire, point de départ du tractus cortico-
spinal
o F1, F2 et F3
o T/C/P : aire de Broca : aire du langage
- Temporal :
o T1, T2, T3
- Pariétal :
o Girus pariétal ascendant : aire sensitive primaire
o P1, P2
- Occipital
o O1, O2, O3

Le girus supra-marginal et le girus angulaire se trouvent à la jonction des lobes occipital, temporal et
pariétal.

Un certain nombre de sillons à la surface du cerveau délimitent des circonvolutions : les giri

Schéma 15  : Vue latérale du cerveau en ouvrant la vallée sylvienne

Dans la vallée sylvienne, on retrouve l’artère cérébrale moyenne.

Le lobe de l’Insula est le 5ème lobe du cerveau, en dessous des autres car très ancien. Il possède 5 giri :
I1, I2, I3 séparés par des sillons verticaux, I4 et I5 séparés par un sillon horizontal.

Schéma 16  : Vue inférieure du cerveau

On replace le mésencéphale avec les pédoncules cérébraux, la substance noire, les tracti optiques, le
chiasma, la tige pituitaire, l’espace perforé postérieur… etc. Les lobes frontal, temporal.

74
A la face inférieure du lobe frontal : le nerf olfactif, avec une racine médiale et une latérale. Entre
celles-ci : l’espace perforé antérieur.
Le sillon en H du lobe frontal délimité les giri orbitaires (repose sur le toit de l’orbite).
On représente le corps calleux : la plus volumineuse des commissures blanches (fibres reliant 2
hémisphères). +++

L’hippocampe recouvre la partie latérale de la voie optique dans le lobe temporal.

Partie 4 :

I. Le cerveau

Schéma 1  : Vue médiale  et coupe sagittale

 Commissures blanches inter-hémisphériques  :

- Commissure blanche antérieure : commissure inter-amygdalienne (amygdale  : structure


dans le lobe temporal gérant entre autres les émotions et la douleur).
- Corps calleux : La plus vaste des commissures blanches inter-hémisphérique
o Bec : en avant
o Corps 
o Splenium : en arrière
- Commissure blanche postérieure : sur la paroi postérieure du V3, zone d’implantation de la
glande pinéale fabriquant la mélatonine.
- Fornix : Commissure inter-hippocampique, relie les tubercules mamellaires. Très important
dans les circuits de mémorisation

Sous la commissure blanche antérieure : la lame terminale, fine structure non nerveuse. Elle sépare
une citerne antérieure et le V3.
Elle se termine sur le chiasma optique (qui peut être considéré comme une commissure blanche
inter-hémisphérique).

En dessous, une zone en dépression : l’infudibulum, pied de la tige pituitaire, sous lequel est
appendue la glande hypophyse (anté-hypophyse + post-hypophyse).

Le plancher du V3 est lisse et se prolonge en arrière par l’aqueduc du mésencéphale. En dessous du


plancher : les tubercules mamellaires, les pédoncules cérébraux, puis le pont.

Thalamus +++ (relief qui bombe dans le V3)  : le plus gros noyau gris central de l’encéphale
(diencéphalique). Il constitue l’essentiel de la paroi latérale du V3, et est surplombé par le fornix.

Les 2 thalami se touchent parfois sur la ligne médiane : nucleus reunians ou adhesio intertalami, PAS
UNE COMMISSURE INTER-HEMISPHERIQUE !

Entre le fornix en haut et la partie inférieure du corps calleux : le septum pellucidum, qui sépare les
ventricules latéraux droit et gauche.
Dans la partie basse de ce septum : le foramen interventriculaire de Monroe : fait communiquer le
VL et le V3, et permet de faire circuler le LCS entre ces derniers.

75
La pie-mère recouvre la glande pinéale, puis s’insinue entre le corps calleux et le thalamus : c’est la
fissure transverse du cerveau (fente de Bichat).

 Sillons :

- Sillon central de Rolando


- Sillon perpendiculaire médial : sépare l’occipital du pariétal
- Scissure calcarine : au niveau de l’occipital, scissure autour de laquelle se projette les voies
visuelles
- Sillon calloso-marginal : tourne autour du corps calleux
- Scissure recouverte par le TC a la face médiale du lobe temporal. Sépare T4 et T5

On replace les giri :


- Frontal ascendant
- Frontal médial
- Pariétal ascendant
- Pariétal médial
- Cunéus : 6ème girus occipital, entre la scissure calcarine et la scissure pariéto-occipitale

Ente le corps calleux et le sillon calloso-marginal : le cingulum. 6ème lobe du cerveau, important dans
la mémorisation.

Schéma 2  : Vue latérale

Circuit du LCS dans le SNC :

- Ventricule latéral (gauche) : enroulé donc télencéphalique


o Corne frontale : antérieure
o Corne occipitale : postérieure
o Corne temporale : antéro-latérale Carrefour ventriculaire à la jonction des 3 cornes
Les VL se rejoignent au niveau du septum pellucidum
- Foramen interventriculaire de Monroe
- 3ème ventricule
- Aqueduc du mésencéphale
- 4ème ventricule

On replace le Thalamus : principalement sensitif, mais aussi moteur et sensoriel.

Au dessus, le noyau caudé : amas de cellules grises d’origine télencéphalique, rôle moteur +++.
Relié au noyau lenticulaire, forment ensemble les corps striés. *

Ils ont été séparés l’uns de l’autre par des fibres blanches provenant du tractus cortico-spinal (voie
motrice volontaire provenant du GFA).
On retrouve encore des ponts de SG entre les deux.

- *Corps striés :
o Noyau caudé : télencéphalique, moteur
o Noyau lenticulaire :
 Pallidum : médial, diencéphalique, moteur
 Putamen : latéral, télencéphalique, sensitif
Voir schéma 3

76
Forment une structure extra-pyramidale participant à la motricité automatique. Organisent le
mouvement dans l’ESPACE (contrairement au néo-cerebellum qui organise le mouvement dans le
temps) !

Schéma 3  : Coupe horizontale trans-diencéphalique de Flechsiq ++

Thalamus : orienté ici vers l’avant et vers le dedans +++. Constitue la majeure partie de la paroi
latérale du V3.
Il est surplombé par la tête du noyau caudé. En dessous, la queue de ce dernier (enroulé car
télencéphalique, donc 2 coupes sur le schéma).

A la hauteur de la jonction entre la tête du noyau caudé et le thalamus : fornix (2 coupes aussi car
télencéphalique-enroulé), se prolongeant vers le haut et vers l’avant par le septum pellucidum.

En avant : corps calleux, d’origine télencéphalique.

On met en place l’épendyme constituant les paroi des ventricules.

Les ventricules latéraux, aussi télencéphaliques.

La fente de Bichat s’insinue entre le thalamus et le corps calleux. Or , lorsque la pie-mère rencontre
l’épendyme  plexus choroïdes. On représente donc les plexus du V3 et des VL.

Dans l’angle forme par la tête du noyau caudé et le thalamus : le noyau lenticulaire, constitué de :
- Pallidum : médial, diencéphalique
- Putamen : latéral, télencéphalique

En dehors du putamen, le clostrum, dont la fonction est encore inconnue. C’est un noyau gris
central.

Entre le cortex et les noyaux gris centraux : substance blanche


- Au niveau frontal : centre ovale
- Au centre :
o Capsule interne : zone de fibres blanches ayant séparé le noyau caudé du putamen
(télencéphaliques) et le thalamus du pallidum (diencéphaliques). C’est dans cette
capsule que passent les fibres du tractus cortico-spinal.
o Capsule externe : entre le noyau lenticulaire et le clostrum
o Capsule extrême : entre le clostrum et le cortex insulaire

Schéma 4  : Coupe vertico-frontale trans-diencéphalique de Charcot ++

Thalamus : orienté ici vers le haut et vers le dehors +++.

On place les ventricules latéraux, le V3, et la fissure transverse du cerveau où l’on retrouve les
plexus choroïdes.

On voit le corps calleux, les tubercules mamellaires, les tracti optiques, le noyau lenticulaire, la
fente de Bichat qui se prolonge en arrière et en dehors par la portion temporale du VL. Sur la paroi
antérolatérale : noyau caudé et clostrum.

77
On remet en place les différents cortex :
- Hippocampe et giri temporaux
- Insulaire
- Pariétal
- Frontal
Hippocampe : zone du cortex temporal, ancien, enroulé

L’artère cérébrale moyenne (artère de la vallée sylvienne, dans le sillon latéral).

 Structures protectrices de l’encéphale :

- Dure-mère crânienne : très adhérente, contrairement à la dure-mère rachidienne


o Faux du cerveau : dédoublement de dure-mère séparant les 2 hémisphères
cérébraux. On y trouve un sinus veineux (zone de drainage) : le sinus longitudinal
supérieur (ici).
- Pie-mère : sous cette méninge porte vaisseaux, l’artère cérébrale moyenne de la vallée
sylvienne
- Arachnoïde. Quand l’arachnoïde est plus large, il y a plus de LCS : citernes
- Crâne :
o Suture interpariétale
o Tables interne et externe et entre les 2 : diploé (notions revues en histologie)
o Suture squameuse temporo-pariétale

L’artère méningée moyenne laisse son empreinte (sillon) sur la face endocrânienne de l’os temporal,
coincée entre la dure-mère et l’os.

Lorsqu’une veine cérébrale moyenne ou une veine de drainage cortical saigne : hématome sous-
dural.
Lorsqu’une artère méningée moyenne saigne (en cas de fracture du crâne à ce niveau) : hématome
extradural.

II. Crâne

Schéma 5  : Coupe sagittale du crâne

Voûte du crâne : tubérosité occipitale interne, tubérosité occipitale externe, sinus frontal (cavité
aérique) dans l’épaisseur de l’os frontal.

Base du crâne : crista galli, lame criblée, sphénoïde, occipital, sulcus sphénoïdal où repose le
chiasma, la selle turcique, le clivus et le sinus sphénoïdal.

La dure-mère, adhérente au niveau crânien, tapisse la face endocrânienne de l’os.


Elle est perforée au niveau de la lame criblée de l’ethmoïde, puisque celle-ci laisse passer les filets
nerveux du nerf olfactif. Elle est également perforée au niveau de la tige pituitaire.

Sur la ligne médiane : la faux du cerveau, séparant les 2 hémisphères. Elle s’élargit d’avant en arrière.

78
En arrière du crâne, un autre dédoublement de dure-mère : la tente du cervelet , recouvrant la fosse
crânienne postérieure où l’on retrouve :
- TC avec la tonsille
- Cervelet

 Sinus :
o Sinus longitudinal supérieur : partie supérieure de la faux du cerveau
o Sinus longitudinal inférieur : partie inférieure de la faux du cerveau

Lorsqu’il y a trop de pression dans le crâne :


- La tonsille peut vouloir sortir par le foramen magnum : engagement tonsillaire
- Le cerveau peut vouloir s’engager sous la faux du cerveau pour « sortir » : engagement sous
falcoriel

Schéma 6  : Vue supérieure de la base du crâne

Le crâne est plus large en arrière qu’en avant.

D’avant en arrière :
- Crista galli Etage antérieur de la base limité par les petites ailes en arrière
- Lame criblée de l’éthmoïde

- Petites ailes du sphénoïde


- Grandes ailes du sphénoïde
- Processus clinoïdes antérieurs des Etage moyen de la base limité par les petites ailes en avant
petites ailes et l’arête postérieure de la pyramide pétreuse en arrière
- Selle turcique
- Processus clinoïdes postérieurs

- Pyramide pétreuse Etage postérieur de la base


- Foramen magnum : au centre de l’os occipital

La dure-mère recouvre les 3 étages de la base du crâne.


- La tente du cervelet sépare l’étage moyen de l’étage postérieur.
o Grande circonférence : s’insère sur les processus clinoïdes postérieurs
o Petite circonférence : s’insère sur les processus clinoïdes antérieurs

Si on découpe un triangle de dure mère dans la tente du cervelet, on retrouve en dessous les
striations du cervelet.

Coupe frontale :
- Faux du cerveau verticale
- Tente du cervelet : 2 pans en arrière

79
Partie 5 :

I. La sensibilité

Schéma 1  : Coupe axiale de moelle, TC, thalamus en vue latérale et cortex pariétal

SENSIBILITÉ ÉXTEROCÉPTIVE – couche ectoblastique

Thalamus :
- Noyau antérieur
- Noyau postérieur : Pulvinar
- Noyau latéro-dorsal
- Noyau latéro-ventral
o Antérieur, Intermédiaire, Postérieur

En arrière du thalamus : corps géniculés (crâniaux visuels, caudaux auditifs), correspondant au


métathalamus (fait partie de l’ensemble thalamique).

 Sensibilité thermo-algique - voie spinothalamique


Elle s’occupe des sensations de chaleur et des sensations douloureuses. Médiée par des petites fibres
non myélinisées.

- Neurone 1 : Vient de la peau, a son corps cellulaire dans le ganglion, et pénètre dans la corne
grise postérieure par le sillon dorso-latéral où il fait synapse avec le deutonorone.

- Neurone 2 : Décusse dans la SG. Sort de cette dernière et passe par la corne grise ventrale
dans un croissant de substance blanche : le croissant de DEJERINE. Il monte ensuite dans la
moelle en empruntant le tractus spino-thalamique, traverse le TC et arrive dans le pulvinar
où il fait synapse avec le 3ème neurone.

- Neurone 3 : Va du thalamus jusqu’au cortex pariétal.

 Pour ce qui est thermique, on prend 2 tubes qu’on remplit d’eau chaude et d’eau froide. On
pose ces tubes au niveau des points clés sur la peau du patient, et on lui demande si c’est
chaud ou froid.
 Pour la douleur, on prend une épingle à nourrisse et on pique le patient sur les points clés
(piqué/touché).

80
 Sensibilité épicritique (discriminante) – voie lemniscale
Elle s’occupe des sensations de toucher. Médiée par des grosses fibres myélinisées, médiant un
influx nerveux plus rapide.

- Neurone 1 : Vient de la peau, a son corps cellulaire dans le ganglion spinal, et passe
directement dans les cordons blancs gracile et cunéiforme, sans passer par la corne grise
postérieure ! Il monte dans la moelle et fait synapse dans le TC, au niveau de la moelle
allongée (d’où la présence des colonnes graciles et cunéiformes).

- Neurone 2 : Il décusse immédiatement pour former un faisceau appelé lemniscus médian au
niveau du TC. Il arrive dans le pulvinar où il fait synapse avec le 3ème neurone.

- Neurone 3 : Va du thalamus jusqu’au cortex pariétal.


 On utilise le compas de Weber ou on écarte le compas (on sait exactement de quelle longueur
les branches sont écartées). Au niveau de l’index, on peut distinguer les deux pointes
lorsqu’elles sont écartées de 1mm. A la face antérieure de la cuisse, on peut distinguer les 2
points lorsqu’elles sont écartées de 2cm.

Le cortex pariétal a une valeur localisatrice : somatotopie (régions anatomiques particulaires).

Girus pariétal ascendant :


- Partie médiale : Membre inférieur
- Partie haute : Tronc
- Membre supérieur
- Main (très grosse portion)
- Partie latérale basse : Face

Les voies sensitives passent donc toutes par le thalamus : plus grand filtre sensitif.
En effet, notre cortex ne peut être bombardé en permanence par des informations sensitives (on ne
sent pas nos vêtements, ni qu’on est assis).
Le thalamus filtre les informations sensitives et ne laisse passer que ce qui est nécessaire.

Schéma 2  : Coupe axiale de moelle, TC, thalamus en vue latérale et cortex pariétal

SENSIBILITÉ PROPRIOCÉPTIVE CONSCIENTE ET INCONSCIENTE – couche mésoblastique

 Sensibilité inconsciente

Médiée par des petites fibres peu myélinisées. On distingue les fibres médiant la sensibilité des
membres, et celles médiant la sensibilité du tronc.
Dans le cordon blanc latéral, deux faisceaux :
- Antérieur : Flechsiq
- Postérieur : Gowers

 Tronc

81
- Neurone 1 : Vient du muscle, a son corps cellulaire dans le ganglion spinal. Pénètre dans la
corne grise postérieure où il fait synapse avec le deutoneurone. Cela forme un amas
cellulaire appelé : colonne de Clark

- Neurone 2 : Emprunte le tractus spino-thalamique dorsal de Gowers, monte dans le bulbe,
puis se projette sur le paléo-cerebellum (spino-cerebellum, tonus statique) SANS DÉCUSSER !

 Membres

- Neurone 1 : Vient du muscle, a son corps cellulaire dans le ganglion spinal. Pénètre dans la
corne grise postérieure où il fait synapse avec le deutoneurone. Cela forme un amas
cellulaire appelé : colonne de Bechterev

- Neurone 2 : Emprunte le tractus spino-thalamique ventral de Flechsiq, monte dans le bulbe,
puis se projette sur le paléo-cerebellum EN DECUSSANT 2 FOIS :
o Au niveau de la moelle
o Au niveau du TC

Les sensibilités du tronc et des membres se manifestent donc du même côté.

 Difficile à explorer cliniquement.

 Sensibilité consciente
Elle ressemble à l’épicritique, et est médiée par des fibres myélinisées.

- Neurone 1 : Vient du muscle, a son corps cellulaire dans le ganglion spinal, et passe
directement dans les cordons blancs gracile et cunéiforme, sans passer par la corne grise
postérieure ! Il monte dans la moelle et fait synapse dans le TC, au niveau de la moelle
allongée (d’où la présence des colonnes graciles et cunéiformes).

- Neurone 2 : Il décusse immédiatement et emprunte la voie lemniscale pour arriver dans le
pulvinar où il fait synapse avec le 3ème neurone.

- Neurone 3 : Va du thalamus jusqu’au cortex pariétal.

 On prend l’hallux, on fait quelques mouvements de F/E et on demande au malade dans quelle
position est l’hallux en fermant les yeux.

II. Motricité

Schéma 3  : Coupe vertico-frontale de Charcot, TC, coupe axiale de moelle

Il existe 3 types de motricité :


- Réflexe : rudimentaire, première à être apparue
- Volontaire : médiée par le cortex cérébral
- Automatique : habille la motricité volontaire pour la rendre plus fluide

MOTRICITÉ VOLONTAIRE

Elle provient du girus frontal ascendant. Au niveau du cortex frontal, on trouve également une
somatotopie ressemblant beaucoup à celle du cortex pariétal :

82
- Partie médiale : Membre inférieur
- Partie haute : Tronc
- Membre supérieur
- Main (très grosse portion)
- Partie latérale basse : Face

 Tractus cortico-spinal : passe dans la colonne pyramidale dans la moelle allongé, voie à 2
neurones

Les fibres de ce tractus (1er neurone) transitent dans le centre ovale (SB frontale), puis se concentrent
progressivement dans la capsule interne pour former un seul et même tractus.
Le tractus passe dans les pédoncules cérébraux (mésencéphale), et se divise au niveau du pont avant
de reformer un tractus. Il descend dans la moelle allongée puis :
- 80% des fibres décussent et forment le tractus cortico-spinal latéral (passe dans le cordon
blanc latéral)
- 20% des fibres ne décussent pas et forment le tractus cortico-spinal médial (passe dans le
cordon blanc ventral)

Autour de ces tracti, on retrouve les tracti extra-pyramidaux (motricité automatique).

Ces fibres font synapse avec le deutoneurone dans la corne grise ventrale.
Ce deutoneurone envoie son axone dans la racine ventrale, se dirige vers le muscle sur la plaque
motrice. Il est modulé par les tracti extra-pyramidaux.

Il forme la voie commune finale de Sherrington

 Signe de BABINSKI: signe de l’atteinte du premier neurone de la voie motrice volontaire.


On gratte la peau plantaire du pied du malade, du talon à la base de l’hallux. Si tout est normal  :
flexion de la métatarso-phallangienne de l’hallux.
En cas d’atteinte du 1er neurone  : Extension lente et majestueuse de l’hallux

 Tractus cortico-nucléaire : destiné à la face

Les fibres de ce tractus passent aussi dans la capsule interne, antérieurement aux fibres du tractus
cortico-spinal.
Elles décussent au niveau du TC, avant d’arriver aux noyaux moteurs des nerfs crâniens à
composante motrice (III, IV, V, VI, VII, XII…).

MOTRICITÉ AUTOMATIQUE

On représente le TC avec ses noyaux gris centraux : noyaux tectaux, noyau rouge, noyau olivaire,
réticulée, noyau vestibulaire…
On replace également le néo-cerebellum organisant le mouvement dans le temps.
Enfin, les corps striés constitués par les noyaux caudé et lenticulaire, organisant le mouvement dans
l’espace.

Toutes ces structures envoient des tracti qui vont vers la moelle pour habiller la motricité volontaire
en interagissant avec les neurones responsables de cette dernière.

Par exemple, la réticulée augmente le tonus du tronc et diminue celui des membres en aval.

83
MOTRICITÉ REFLEXE – exemple  : réflexe ostéo-tendineux

- Neurone 1 : Fibre sensitive arrivant d’un tendon après stimulation d’un fuseau
neuromusculaire. A son corps cellulaire dans le ganglion spinal, et fait synapse dans la corne
grise dorsale avec un interneurone.

- Neurone 2 : Interneurone. Se projette sur le deutoneurone de la voie finale commune de


Sherrington.

- Neurone 3 : Correspond au deutoneurone de la voie finale commune. Envoie un influx


moteur réflexe au tendon précédemment stimulé.

En cas d’automatisme médullaire (signe sous-lésionnel, désinhibition des centres supérieurs) :


exagération du réflexe ostéo-tendineux.

III. Système nerveux végétatif

Schéma 4  : TC et moelle spinale

On représente le TC avec le mésencéphale, le pont et la moelle allongée, se prolongeant elle même


(sans transition) par la moelle spinale avec ses renflements cervical et lombaire.

Le SNV comprend :
- Système orthosympathique : médullaire, entre C8 et L2 (pas d’orthosympathique au niveau
des renflements des membres).
 mydriase, éjaculation,

- Système parasympathique : aux extrémités crâniale ou caudale du SNC.


o Au niveau du TC : III (Noyau d’Edinger Westphall), VII, VIIb, IX et X (nerf vague,
énorme territoire parasympathique)
o Dans le cône terminal : entre S1 et S5, centres parasympathiques s’occupant de la
vessie, des organes génitaux… etc.
 myosis, érection,

Ils travaillent ensemble, et se compensent l’un l’autre.

Schéma 5 : TC, hémi-coupe de moelle, ganglions latéro-vertébral et pré-viscéral

SYSTEME NERVEUX ORTHOSYMPATHIQUE – motricité ET sensibilité végétatives

 Viscéro-motricité :

- Neurone 1 : A son corps cellulaire dans la corne grise latérale. Sort par la racine ventrale, puis
emprunte le rameau communiquant blanc jusqu’au ganglion latéro-vertébral où il fait
synapse avec le deutoneurone.

- Neurone 2 : Peut :


o Aller à l’organe d’intérêt :
 Va directement à l’organe
 Passe d’abord dans le ganglion pré-viscéral avant de se rendre au viscère

84
o Emprunter le rameau communicant gris, passer dans la racine ventrale et arriver à la
peau pour innerver les glandes sudoripares, les poils… etc.

 Viscéro-sensibilité:

- Neurone 1 : Vient de l’organe, passe par le ganglion latéro-vertébral, le rameau


communiquant blanc, la racine ventrale, la racine dorsale, (corps cellulaire dans le ganglion
spinal), entre dans la SG par la corne grise dorsale et fait synapse dans la corne grise latérale.

SYSTEME NERVEUX PARASYMPATHIQUE – motricité végétative seulement

- Neurone 1 : Très long car doit aller jusqu’au ganglion pré-viscéral où il fait synapse avec le
deutoneurone.

- Neurone 2 : Court, va du ganglion au viscère.


COURS : LE CŒUR

I. Introduction

Schéma 1  : Vue d’ensemble

Le cœur est constitué de 4 cavités (2 droites, 2 gauches) séparées par des valves. Il est constitué de 2
pompes en série. Il permet de faire circuler le sang de la manière suivante :

 Circulation systémique ou grande circulation :


En parallèle de celle-ci, nous retrouvons des
systèmes porte, notamment le système porte
digestif.
Système porte : système reliant deux réseaux
 Circulation pulmonaire ou petite circulation : capillaires montés en série

Système porte digestif :


- Artère
- Capillaires artériels
- Capillaires veineux
- Veine porte
- Veines et capillaires sus-hépatiques
- Veine cave caudale

85
 Circulation lymphatique :
C’est une circulation en parallèle de la grande circulation. Constituée de vaisseaux lymphatiques
ainsi que de nœuds lymphatiques contenant des cellules de l’immunité. Elle draine le liquide
interstitiel et se jette dans le confluent jugulo-subclavier gauche (la plus grande partie).

Schéma 2  : Radio thoracique

Le cœur présente 3 arcs sur le côté gauche et 2 arcs sur le côté droit. La pointe du cœur, tournée
vers la gauche, appartient au ventricule gauche : lévocardie.
Il repose sur le centre phrénique : centre tendineux du diaphragme, non contractile, compris entre
les coupoles diaphragmatiques (plus haute à droite à cause du foie).
Les poumons droit et gauche recouvrent le cœur.
Le cœur occupe un couloir central entre les 2 poumons : le médiastin antérieur.

II. Structure du cœur

Schéma 3  : Structure interne du cœur

Le cœur est un muscle strié, creux : le myocarde. Il se contracte de manière autonome et s’insère sur
un squelette fibreux entre les cavités atriales et les cavités ventriculaires.
La paroi des ventricules est beaucoup plus épaisse que celle des atria.

Tapissant la face interne du myocarde (cavités et valves) : l’endocarde, en continuité avec


l’endothélium des vaisseaux.

Les valves sont constituées de cuspides. Elles se ferment/s’ouvrent grâce à des muscles papillaires
dans les ventricules, auxquels elles sont reliées par des cordages fibreux de différents degrés :
 1er degré : s’insère sur la base de la valve
 2ème degré : s’insère sur la valve elle-même
 3ème degré : s’insère sur le bord libre de la valve
Infection d’une valve  : endocardite.

Le myocarde est doté :


- D’un système vasculaire propre : le système coronaire, avec des artères et des veines
coronaires qui passent dans des sillons entre les cavités cardiaques.
- D’un système nerveux propre : le système cardionecteur ou tissu nodal, système de
conduction de l’influx électrique dans le cœur :
o Nœud sinusal : pacemaker, donne le rythme
o Nœud atrioventriculaire
o Faisceau de His

Il est constitué de plusieurs couches musculaires de différentes orientations (arciformes,


torsadées…), ce qui permet lors des contractions de se raccourcir le plus possible.

Par ailleurs, le cœur est emballé dans une séreuse à deux feuillets qui remontent un peu sur les
vaisseaux cardiaques : le péricarde, constitué de :
 Feuillet viscéral : épicarde, posé sur le myocarde, se réfléchit et devient le :
 Feuillet pariétal en périphérie

86
Entre les deux : une cavité virtuelle où l’on retrouve un liquide séreux permettant le glissement du
cœur dans le thorax.
Sang dans le péricarde  : hémopéricarde

Certaines zones du péricarde sont adhérentes aux structures adjacentes, notamment la partie
inférieure du cœur qui adhère au centre phrénique : on parle de ligament péricardique.

Schéma 4  : Vue antérieure du cœur

Le cœur est en forme de pyramide triangulaire avec :


- Base postérieure
- Face droite tournée vers l’avant : face antérieure
- Face gauche tournée vers le poumon gauche : face pulmonaire
- Face inférieure posée sur le centre phrénique : face diaphragmatique

Le sang arrive par les deux veines caves qui se jettent dans l’atrium droit, équipé d’un auricule pour
augmenter son volume (chambre d’expansion).
 Veine cave crâniale : draine le sang sus-diaphragmatique (30-35mm)
 Veine cave caudale : draine le sang sous-diaphragmatique

Le sillon atrioventriculaire sépare l’atrium droit en arrière du ventricule droit en avant.


Entre les 2 ventricules : sillon interventriculaire antérieur.

Recouvrant la partie supérieure du VG : l’auricule gauche, recouvrant le tronc de l’artère pulmonaire
qui se divise en 2 branches :
- Gauche: très horizontale
- Droite
Elles transportent du sang désoxygéné en direction des poumons (petite circulation).

L’aorte sort du VG et forme une crosse qui contourne et surplombe l’artère pulmonaire. Elle
abandonne :
 Deux artères coronaires (une droite et une gauche)
 Trois branches formant ensemble la gerbe aortique, de droite à gauche :
o Tronc artériel brachio-céphalique
o Artère carotide commune gauche
o Artère subclavière gauche
La crosse aortique passe en avant de l’artère pulmonaire droite et en arrière de l’artère pulmonaire
gauche.

Le ligament artériel (reliquat fibreux du canal artériel) relie la partie inférieure de la crosse de
l’aorte, au niveau de l’isthme aortique, à l’artère pulmonaire gauche.

VASCULARISATION ARTERIELLE DU CŒUR

Les artères coronaires sont les premières branches de l’aorte. En général, la droit est prédominante.

 Artère coronaire droite : apparaît dans le sillon atrioventriculaire droit, masquée par
l’auricule droit. Elle abandonne :
o Artère de Vieussens : pour le sommet des ventricules et paroi des gros vaisseaux

87
o Branches ventriculaires : obliques vers le bas et vers l’avant, pour le ventricule droit
o Branches atriales : oblique vers le haut et vers l’arrière
 Artère de Bianchi : pour le nœud sinusal, très proche de l’orifice de la VCS

 Artère coronaire gauche : possède un tronc d’origine très court naissant sur le flanc gauche
de l’aorte, et se divise très vite en :
o Artère de Vieussens
o Artère circonflexe
o Artère interventriculaire antérieure (IVA) :
 Artère diagonales : pour le VG, dirigées ver le bas et contournent le bord
gauche du cœur. la première est parfois tellement haute qu’on la retrouve
au niveau de la division artère circonflexe/IVA : on parle de trifurcation.

 Artères ventriculaires droites : dirigées vers le bas


 Artère infundibulaire (infundibulum  : chambre de chasse du VD) : la
plus haute

 Artères septales : non visibles car pénètrent directement dans le myocarde,


dans le septum IVA. Elles vascularisent les 2/3 antérieurs du septum IVA.
 La 1ère : vascularise le nœud atrioventriculaire et le tronc du faisceau
de His
 La 2ème : vascularise la branche droite du faisceau de His.

Dans ces sillons et long du trajet des artères : plus ou moins de lobules graisseux.

VASCULARISATION VEINEUSE DU CŒUR

Les veines coronaires sont satellites des artères (avoisinent et suivent le même trajet) :
 Veine coronaire droite ou petite veine coronaire : accompagne l’artère coronaire droite. Le
sang y circule dans le même sens (++) que dans cette dernière : de haut en bas
 Veine interventriculaire antérieure ou grande veine coronaire : accompagne l’artère
interventriculaire antérieure. Le sang y circule dans le sens opposé que dans cette dernière :
de bas en haut.

Schéma 5  : Vue postérieure du cœur

Bord droit de l’AD, AG (grosse partie de la base du cœur), sillon interatrial, 4 veines pulmonaires.

Les 4 veines pulmonaires (2 droites, 2 gauches) se jettent dans l’AG. Elles sont chargées de sang très
oxygéné (revient du poumon). Sur le bord gauche de l’AG : auricule gauche.

A la face postérieure de l’AG, on retrouve une petite dépression due à l’œsophage thoracique qui
permet d’ailleurs d’explorer les cavités cardiaques lors d’une échographie.

Les sillons du cœur se rencontrent à sa face postérieure en un point que l’on appelle : la croix des
sillons.

88
VASCULARISATION ARTERIELLE DU CŒUR

L’artère coronaire droite, que l’on avait laissée dans la partie basse du sillon atrioventriculaire droit,
a contourné le cœur et se divise en :
- Artère interventriculaire postérieure : vascularise les ventricules
o Artères septales pour le 1/3 postérieur
o Branches ventriculaires
- Artère rétro-ventriculaire : pour le VG et l’AG. Rejoint parfois l’artère circonflexe qui a
contourné le bord gauche du cœur : anastomose coronaire droite/coronaire gauche
o Branches ventriculaires
o Branches atriales

On retrouve les branches atriales de l’artère coronaire droite, toujours obliques vers le haut et
l’arrière après avoir contourné le cœur, ainsi que les artère diagonales provenant de l’IVA qui ont
également contourné le bord gauche du ventricule.

VASCULARISATION VEINEUSE DU CŒUR

 Veine interventriculaire postérieure : accompagne l’IVP


 Veine rétro-ventriculaire : se jette très vite dans le sinus coronaire : dilatation veineuse
allongée se jetant dans l’AD

Schéma 6  : Vue antérieure interne du cœur

On découpe la paroi du VD.

L’auricule gauche recouvre l’origine de l’artère pulmonaire.

L’épaisseur de la paroi des atria et de l’artère pulmonaire est très fine, tandis que celle des
ventricules est très épaisse.

Dans la cavité atriale droite:


- Orifices des veines caves supérieure (non valvulé) et inférieure (partiellement valvulé)
- Crista Terminalis : crête intercave verticale. A cet endroit, le myocarde prend le nom de
pectiné.
- Anneau de Vieussens : sur le septum interatrial. Il correspond au résidu embryologique d’un
foramen interatrial, fermé physiologiquement à la naissance.
- Valvule d’Eustachi : en regard de l’orifice de la VCI, valve incomplète 
- Valve de Thébésius : en avant et en dedans de la VCI, correspond à l’arrivée du sinus
coronaire dans l’atrium droit

Tout le sang veineux ne se jette pas dans l’AD.

On retrouve un orifice atrioventriculaire droit : la valve tricuspide constituée de 3 valvules :


- Supéro-latérale
- Inféro-latérale

89
- Septale : importante car en rapport avec le triangle de Koch : correspond relief formé par le
nœud atrioventriculaire

Dans le VD : 4 muscles papillaires : myocarde ventriculaire servant de points d’insertion des cordages
reliant les ventricules aux valves atrio-ventriculaires (et pas ventriculo-artérielles) ++

Deux de ces 4 muscles se situent sur la trabécule septomarginale : cordon musculaire traversant
l’intérieur de la cavité ventriculaire droite.

Dans la chambre d’éjection, un relief : l’éperon de Wolf.

Schéma 7  : Vue postérieure interne du cœur

On découpe la paroi du VG.

La paroi du VG est extrêmement épaisse (plus que celle du VD).

Dans le VG : 2 muscles papillaires reliant les ventricules à la valve atrioventriculaire gauche dotée de
seulement 2 valvules : la valve mitrale, par des cordages du 3ème degré.

Schéma 8  : Coupe oblique, appareil valvulaire du cœur

On représente la paroi des atria, très fine, marquée par l’anneau de Vieussens (reliquat d’une
ancienne communication interatriale).

Le sinus coronaire naît en arrière de l’AG et se jette à la face postérieure de l’AD, près de l’orifice de
la VCI par la valvule de Thébésius.

 Valves atrioventriculaires :

o Valve atrioventriculaire droite : valve tricuspide. 35 mm de grand axe, fermée par 3


valvules :
 Grande valvule antéro-médiale proche du triangle de Koch (relief formé par
le nœud atrioventriculaire)
 Petite valvule antérieure
 Grande valvule antéro-latérale
L’orifice formé par la valve tricuspide est fermé en systole et s’ouvre en diastole pour permettre le
remplissage du VD.

o Valve atrioventriculaire gauche : valve mitrale. 30 à 35 mm de grand axe, fermée


par 2 valvules :
 Valvule septale ou Grande valve : plus longue, descend très profond
 Valve postéro-gauche ou Petite valve

 Valves ventriculo-artérielles :

o Valve aortique : en avant de la paroi interatriale, déportée vers la droite. Constituée


à son origine par une dilatation : le sinus de Valsalva. Fermée par 3 sigmoïdes (=
valvules, cuspides)  :
 Valvule postérieure
 Deux valvules antérolatérales

90
Les deux premières branches de l’aorte (artères coronaires) partent des ostias se trouvant au dessus
des valves antérolatérales :
- Artère coronaire droite : longue, recouverte par l’auricule droit, se dirige vers le sillon
atrioventriculaire droit
- Artère coronaire gauche : possède un tronc court (2 à 3cm) avant de se diviser en IVA et
circonflexe
Les premières branches de ces artères coronaires sont les artères de Vieussens. Elles se distribuent
aux sommets des ventricules, à la paroi artérielle de l’aorte et de l’artère pulmonaire.

Lorsque les sigmoïdes de la valve aortique s’ouvrent, elles obturent les ostias des artères coronaires.
Cela expliquent que ces dernières se remplissent en DIASTOLE.
o Valve pulmonaire : en avant de la valve aortique, déportée vers la gauche. Fermée
par 3 sigmoïdes
 Valvule antérieure
 Deux valvules antérolatérales

Schéma 9  : Tissu nodal

Septum interatrial, AD, VD, pointe du cœur, VG, AG, septum interventriculaire - dont la plus grande
partie est musculaire , l’autre étant membraneuse -, valves tricuspide et mitrale.

Il existe un septum atrio-ventriculaire séparant l’atrium DROIT du ventricule GAUCHE, car la valve
mitrale est plus haute que la tricuspide.

Le tissu nodal (système cardionecteur) est un tissu myocardique particulier organisé en réseau qui
transmet l’influx électrique dans les parois cardiaques.

Le système cardionecteur permet une dépolarisation rythmique. Il est composé de :


 Nœud sinu-atrial ou Nœud sinusal ou Nœud de KEITH&FLACK : pacemaker, donne le rythme
sinusal, se dépolarise 80 fois par minute
 Nœud atrio-ventriculaire ou Nœud d’ASCHOFF-TAVARA
 Tronc du faisceau de His qui se divise en 2 branches à l’arrivée dans le septum IV :
o Branche droite : passe dans la trabécule septomarginale
o Branche gauche : divisée en plusieurs branches formant le réseau de Purkinje

Ce système correspond à l’innervation intrinsèque autonome du cœur.

Le cœur possède aussi une innervation extrinsèque, formée par le système nerveux végétatif :
 Parasympathique : médié par le nerf X, donne des fibres médiées par le nerf XI dans un
ganglion pré-viscéral.
o Tendance à ralentir le cœur.
o Neurotransmetteur : Acétylcholine

 Orthosympathique : médié par les nerfs cardiaques provenant de la moelle cervicale. Peut
passer dans le ganglion pré-viscéral ou arriver directement au cœur.
o Tendance à accélérer le cœur.
o Neurotransmetteur : Noradrénaline

Le ganglion pré-viscéral se trouve sous la crosse de l’aorte, c’est le ganglion de Wrisberg.

91
COURS : APPAREIL CIRCULATOIRE

I. Circulation artérielle

Schéma 1  : Vue ventrale, système artériel

L’aorte naît d’une zone dilatée en haut du cœur : le sinus de Valvsalva, juste au dessus de la valve
aortique.

La crosse aortique se trouve au niveau de Th4. Elle est orientée vers la gauche et vers l’arrière, et se
positionne sur le flanc GAUCHE du rachis thoracique :
- Portion ascendante
- Portion horizontale : Th4
- Portion descendante : se prolonge jusqu’en Th12 où elle passe dans l’orifice
diaphragmatique marqué par le ligament arqué médian (zone fibreuse inextensible) qui
permet à l’orifice aortique de ne pas se fermer lorsque le diaphragme se contracte.

L’aorte se divise ensuite en artères iliaques communes droite et gauche en L4.


Entre l’orifice aortique et la division de l’aorte : aorte abdominale.

BRANCHES DE L’AORTE

 ETAGE THORACIQUE

 Crosse de l’aorte
o Artères coronaires au dessus des valves antérieures, 1ères branches de l’aorte

o Gerbe aortique
 Tronc artériel brachio-céphalique
 Artère subclavière droite
 Artère carotide commune droite
 Carotide commune gauche
 Subclavière gauche : pour le membre supérieur gauche et l’encéphale. Naît
en regard du ligament artériel au niveau de l’isthme aortique.

o Artères bronchiques

o Artères œsophagiennes (premier croisement de l’œsophage)

 Aorte descendante
o Branches pariétales intercostales :
 1ère , 2ème et 3ème se réunissent en un tronc commun qui peut venir
directement de l’aorte ou de
 De la 4ème à la 12ème : viennent chacune directement de l’aorte

92
o Artères œsophagiennes (deuxième croisement de l’œsophage)

On place le ligament arqué médian (fait de la réflexion des 2 piliers du diaphragme) en Th12 qui
limite la jonction entre aorte thoracique descendante et aorte abdominale.

 ETAGE ABDOMINAL

 Branches pariétales
o Artères phrénique inférieures : 1ères branches de l’aorte abdominale, remontent
vers le haut

o Artères lombales : passent en avant des corps vertébraux lombaires


 4 premières : branches de l’aorte
 5ème : branche de l’artère iliaque commune

o Artère sacrale médiane : terminaison de l’aorte

 Branches viscérales rétro-péritonéales


o Artères rénales : naissent de l’aorte en L1
 Gauche : plus courte
 Droite : plus longue et plus basse (rein droit plus bas que le gauche à cause
du foie)

o Artères surrénaliennes
 Supérieure : branche de l’artère phrénique inférieure
 Moyenne : branche de l’aorte, reçoit les 2 autres
 Inférieure : branche de l’artère rénale

o Artères gonadiques : naissent de l’aorte en L2

 Branches intra-péritonéales
o Tronc cœliaque : naît de l’aorte en Th12
 Artère splénique : à gauche
 Artère gastrique gauche : vers le haut
 Artère hépatique commune : à droite

o Artère mésentérique supérieure : naît de la face antérieure de l’aorte en L1

o Artère mésentérique inférieure : naît de la face antérieure de l’aorte en L3, se dirige


vers la gauche

II. Circulation veineuse

Schéma 2  : Vue ventrale, système veineux

 VEINE CAVE CRÂNIALE

93
o Confluent jugulo-subclavier droit : veine jugulaire interne droite + veine subclavière
droite = tronc veineux brachio-céphalique droit VERTICAL.

o Confluent jugulo-subclavier gauche : veine jugulaire interne gauche + veine


subclavière gauche = tronc veineux brachio-céphalique gauche HORIZONTAL. Reçoit
le conduit thoracique gauche (lymphatique)
Les veines subclavières drainent le sang des membres thoraciques et les veines jugulaires internes
prennent en charge une grande partie du sang d’origine cérébral.

Ces deux confluents se réunissent pour former la veine cave crâniale. Elle ne reçoit qu’un seul
affluent :
o Veine azygos : se jette sur le flanc postéro-droit de la VCS et fait sa crosse en Th4

 VEINE CAVE CAUDALE

Naît en L5 (alors que l’aorte se divise en L4) de la jonction des veines iliaques communes droite et
gauche, remonte le long du rachis, en arrière du péritoine, jusqu’à l’orifice non contractile de la VCI
dans le diaphragme en Th9.
NB : L’arrivée dans le cœur (AD) et la traversée diaphragmatique se font au niveau de Th9.

Le rapport principal de la VCI est l’aorte, sur son flanc gauche.


L’artère iliaque commune droite passe en avant de la veine iliaque commune gauche.
L’artère iliaque commune gauche

AFFÉRENCES DE LA VCI

o Veines lombales

o Veines rénales : se jettent en L1


 Gauche : passe en avant de l’aorte abdominale (artère rénale droite passe en
arrière de la VCI)
 Droite : plus basse et plus petite.

o Veines surrénaliennes 
 Gauche : se jette dans la veine rénale gauche
 Droite : très courte, se jette à la face postérieure de la VCI

o Veines gonadiques : se jettent en L2


 Gauche : se jette dans la veine rénale gauche par un orifice avalvulé, ce qui
explique l’existence de varicocèles (dilatations des veines au niveau du
scrotum chez l’homme).
 Droite : se jette dans la VCI

o Veines sus-hépatiques : au nombre de 3, elles se rejoignent en un tronc commun qui


se jette à la terminaison de la VCI avant la traversée du diaphragme.

Schéma 3  : Système azygos

Le système azygos est un système intercave asymétrique drainant le sang provenant des espaces
périduraux et vertébraux.

94
Il nait de 2 racines, à droite comme à gauche :
- Racine latérale : 12ème veine subcostale + veine lombale ascendante
- Racine médiale :
o Du côté droit : vient d’une branche de la VCI
o Du côté gauche : vient de la veine rénale gauche

Ces deux racines (2 de chaque côté) se rejoignent ensuite à droite et à gauche pour former des
ensembles asymétriques :

 CÔTÉ DROIT
- Remonte sur le flanc droit du rachis, passe en arrière du hile pulmonaire et fait une crosse en
Th4 avant de se jeter à la face postérieure de la VCI.
- Reçoit les 11 veines intercostales
o 3 premières : se rejoignent en un tronc commun
o 9 veines intercostales 

 CÔTÉ GAUCHE
ème
- 8 veine intercostale gauche : traverse la ligne médiane et se jette sur le flanc gauche de la
veine azygos
- Veine hémi-azygos inférieure : reçoit la 9ème, 10ème et 11ème veines intercostales
- Veine hémi-azygos supérieure : reçoit les 7 premières veines intercostales, traverse la ligne
médiane en Th7

Schéma 4  : Système porte

On représente l’aorte sur le flanc gauche du rachis, et la VCI sur son flanc droit qui abandonne la
veine rénale gauche en avant de l’aorte.

Le cadre duodénal correspond à la portion initiale de l’intestin grêle. Il forme une jante duodénale
pour le pancréas, constituée de 4 segments :
- D1 : horizontal, sort de l’estomac
- D2 : vertical
- D3 : horizontal, remonte vers le haut et vers la gauche
- D4 : court, se prolonge par le jéjunum

En avant du plan vasculaire de l’aorte et de la VCI : veine porte. Elle naît de la jonction des :
- Tronc spléno-mésaraïque :
o Veine mésentérique inférieure 
o Veine splénique 
- Veine mésentérique supérieure : passe en avant du D3

Le pancréas est une glande amphicrine (à la fois exocrine et endocrine) d’où part un canal
pancréatique principal qui se jette à la face interne du D2.

En arrière de la VMS : petit pancréas.

Il existe un quadrilatère veineux de Rogie, limité :


- En haut : Tronc SM
- A gauche : VMI

95
- En bas : VRG
- A droite : VMS
Dedans, l’artère mésentérique supérieure sur le flanc gauche de la VMS, passant au dessus puis en
avant de la veine rénale gauche.

On replace le tronc cœliaque :


- Artère splénique
- Artère gastrique gauche 
- Artère hépatique commune
o Artère hépatique propre : face antérieure de la veine porte
o Artère gastroduodénale : vascularise la partie haute du TD

VOIES BILIAIRES

Le système biliaire constitué de :


- Canal hépatique : se divise en 2
- Vésicule biliaire : zone de stockage de la bile en dérivation, se draine dans les voies biliaires
par le canal cystique

Canal hépatique et canal cystique se réunissent ensuite pour former le cholédoque, qui rejoindra le
canal pancréatique principal de Wirsung sur la face interne du D2.

III. Circulation lymphatique

Schéma 5  : Circulation lymphatique

Les veines jugulaires (D/G) rejoignent les veines subclavières (D/G) pour former les troncs veineux
brachio-céphaliques (D/G) se rejoignant eux-mêmes pour former la VCS.

Système lymphatique :
- Vaisseaux lymphatiques : irréguliers, de petit calibre, drainent le liquide interstitiel
- Nœuds lymphatiques : dilatations riches en lymphocytes participant au système
immunitaire, en relai sur les vaisseaux. On les retrouve notamment dans :
o Trigone fémoral
o Fosse axillaire

Un réseau de vaisseaux émergent de ces nœuds et se concentrent au niveau du tronc pour former la
citerne du Chyle en L1-L2 : structure rétro-aortique drainant un liquide interstitiel particulier
(blanchâtre et non limpide) puisque chargé en lipides provenant du TD.
Elle se draine par le conduit thoracique qui remonte en arrière de l’aorte, et se dirige vers la gauche
pour se jeter à la face postérieure du confluent jugulo-subclavier gauche après avoir fait une crosse.

Il existe également un conduit accessoire qui se jette à la face postérieure du confluent jugulo-
subclavier droit.

On définit donc 2 territoires asymétriques :


 Territoire du conduit thoracique :

96
o Moitié gauche de la tête et du cou
o Membre supérieur gauche
o Tronc
o Membres inférieurs

 Territoire du conduit accessoire :


o Moitié droite de la tête et du cou
o Membre thoracique droit

COURS : SYSTEME RESPIRATOIRE

I. Introduction

Schéma 1  : Vue de face d’une bronche droite et d’un lobule pulmonaire

L’appareil respiratoire est centré par les poumons dont le rôle est d’oxygéner le sang qui revient de
la grande circulation, et d’éliminer le CO2 accumulé le long de l’arbre vasculaire.
Il dérive de l’entoblaste.

La membrane alvéolaire est la membrane fonctionnelle du poumon. Les alvéoles sont à l’extrémité
de l’arbre bronchique.

On représente une bronche, accompagnée par des vaisseaux sanguins :


- Artères pulmonaires : sang pauvre en oxygène, basse pression (15mmHg)
- Veines pulmonaires : sang riche en oxygène

Hématose : échange d’O2 et de CO2 au sein d’une alvéole pulmonaire

L’arbre bronchique et vasculaire pénètre dans le poumon par le hile pulmonaire (hile  : zone
d’arrivée ou de départ de tous les éléments vasculo-nerveux d’un organe).

Le poumon est entouré d’une séreuse à 2 feuillets (comme le cœur) : la plèvre, constituée de :
 Plèvre viscérale : en contact direct avec le poumon, s’invagine au niveau des scissures,
permettant ainsi de séparer le poumon en lobes, se réfléchit autour du hile pour donner :

 Plèvre pariétale : en contact avec les parois du thorax, NE S’INVAGINE PAS AU NIVEAU DES
SCISSURES, très adhérente au diaphragme et à la paroi thoracique constituée des côtes
unies par des muscles intercostaux (inspirateurs accessoires, 3 types différents par espace
intercostal). Elle adhère à la paroi par l’intermédiaire du fascia endothoracique.

Entre ces 2 feuillets : cavité pleurale :


Virtuelle, contient un liquide pleural favorisant le glissement des poumons dans le thorax. La
pression y est négative, ce qui permet au poumon de rester collé à la paroi lorsque le diaphragme se
contracte.

Air dans la cavité pleurale  : pneumothorax


Sang dans la cavité pleurale  : hémothorax
Pus dans la cavité pleurale  : pyothorax ou pleurésie

On replace le diaphragme, inspirateur principal très adhérent à la plèvre pariétale. Il représente la


limite entre thorax en haut et abdomen en bas.

97
En périphérie des insertions diaphragmatiques, la plèvre pariétale n’est pas en contact avec la plèvre
viscérale : c’est le sinus costo-diaphragmatique (2 feuillets de plèvre pariétale).

Un lobule pulmonaire est constitué d’une bronchiole qui se dilate à son extrémité distale en
plusieurs alvéoles.
La membrane alvéolaire est parcourue par des capillaires artériels (issus de l’artère pulmonaire) où
se déroulent les échanges gazeux.
Le sang repart par des capillaires veineux chargés de sang oxygéné.
 Veines en périphérie / Artères au centre

II. Organisation

Schéma 2  : Vue ventrale d’un poumon droit

Poumon droit : 55% du volume pulmonaire total, plus grand que le poumon gauche (car il n’est pas
gêné par le cœur). Il est constitué de 3 lobes : supérieur, moyen, inférieur.

Il présente 2 scissures :
- Grande scissure oblique : sépare le lobe moyen du lobe inférieur
- Petit scissure horizontale : sépare le lobe supérieur du lobe moyen

La surface pulmonaire est lisse du fait du revêtement pleural, sauf au niveau de sa face postéro-
latérale : face costale du poumon, marquées par les empreintes costales obliques vers le bas et vers
l’avant.

Le poumon est divisé en lobes eux mêmes divisés en segments. Chaque poumon est alimenté par :
- Bronche principale
o Bronches lobaires : 3 pour le poumon droit
 Bronches segmentaires : 1 par segment

LOBES PULMONAIRES, FACE VENTRALE DU POUMON DROIT


 Lobe supérieur
o 1 : segment apical
o 2 : segment dorsal
o 3 : segment ventral

 Lobe moyen
o 4 : segment latéral
o 5 : segment médial (non visible en vue antérieure)

 Lobe inférieur
o 6 : segment apico-dorsal de Fowler
o 7 : segment baso-médial (non visible en vue antérieure)
o 8 : segment baso-ventral
o 9 : segment baso-latéral
o 10 : segment baso-dorsal (non visible en vue antérieure)

Schéma 2  : Vue médiale ou médiastinale d’un poumon droit

98
On retrouve le hile pulmonaire entouré de plèvre viscérale qui se réfléchit pour devenir plèvre
pariétale.
Les deux feuillet pleuraux s’accolent sous le hile pour former le ligament triangulaire.

Dans le hile :
- Au sommet : bronche principale droite
- En avant et en dessous : artère pulmonaire droite
- En dessous : veines pulmonaires supérieure et inférieure droites
- Nœuds lymphatiques
- Nerfs : branches du nerf X, action parasympathique broncho-constrictrice

Empreintes :
- En avant du hile : VCS
- Au dessus et en arrière du hile : Veine azygos (crosse en Th4 en passant au dessus du hile)

LOBES PULMONAIRES, FACE MEDIASTINALE DU POUMON DROIT

 Lobe supérieur
o 1 : segment apical
o 2 : segment dorsal
o 3 : segment ventral

 Lobe moyen
o 4 : segment latéral (non visible en vue médiastinale)
o 5 : segment médial

 Lobe inférieur
o 6 : segment apico-dorsal de Fowler
o 7 : segment baso-médial (ou paracardiaque car posé sur l’atrium et le ventricule
droits)
o 8 : segment baso-ventral
o 9 : segment baso-latéral
o 10 : segment baso-dorsal

Schéma 3  : Vue ventrale d’un poumon gauche

Incisure cardiaque sur le bord médial (gauche) du poumon gauche.


Unique scissure :
- Grande scissure oblique : sépare le lobe supérieur du lobe inférieur

On replace les empreintes costales.

LOBES PULMONAIRES, FACE VENTRALE DU POUMON GAUCHE

 Lobe supérieur
o 1 : segment apical
Culmen
o 2 : segment dorsal
o 3 : segment ventral

99
o 4 : segment crânial Lingula
o 5 : segment caudal

 Lobe inférieur
o 6 : segment apico-dorsal de Fowler
o 7 : segment baso-médial (non visible en vue antérieure)
o 8 : segment baso-ventral
o 9 : segment baso-latéral
o 10 : segment baso-dorsal (non visible en vue antérieure)

Schéma 4  : Vue médiale ou médiastinale d’un poumon gauche

La base du poumon repose sur le diaphragme : face diaphragmatique (pareil à D)

Dans le hile :
- Au sommet : artère pulmonaire gauche
- En avant et en dessous : bronche principale gauche
- En dessous : veines pulmonaires supérieure et inférieure gauches
- Nœuds lymphatiques
- Nerfs : branches du nerf X, action parasympathique broncho-constrictrice

Empreintes (plus marquées que sur le poumon droit) :


- En avant et en dessous du hile : empreinte cardiaque (VG)
- En arrière du hile et le contournant : aorte

LOBES PULMONAIRES, FACE MEDIASTINALE DU POUMON GAUCHE

 Lobe supérieur
o 1 : segment apical
Culmen
o 2 : segment dorsal
o 3 : segment ventral

o 4 : segment crânial Lingula


o 5 : segment caudal

 Lobe inférieur
o 6 : segment apico-dorsal de Fowler
o 7 : segment baso-médial
o 8 : segment baso-ventral
o 9 : segment baso-latéral
o 10 : segment baso-dorsal

Remarque : Tous les segments sont visibles sur la face médiastinale du poumon gauche.

III. La trachée

Schéma 5  : Vue ventrale de la division trachéo-bronchique

La trachée naît dans le cou en C6, et fait 6 à 8cm de long.

100
Elle est constituée de demi anneaux cartilagineux dont les extrémités postérieures sont reliées par
un muscle lisse : le muscle trachéal (se relâche sous l’effet de l’orthosympathique, se relâché sous
celui du parasympathique).
Entre les anneaux trachéaux, la trachée est fermée par une membrane trachéale.

L’intérieur de la trachée est tapissé par un épithélium respiratoire cilié.


Elle se divise (donc se termine) en Th5 au niveau de la carène trachéale (anneau particulier) en 2
bronches principales droite et gauche.

Cette division est asymétrique :


- Bronche droite : presque dans l’axe de la trachée, inclinée de 25°
- Bronche gauche : plus horizontale, inclinée de 45°
Il existe donc une différence de 75° entre les 2 bronches principales.

COTE DROIT

La bronche principale droite abandonne :


- Bronche lobaire supérieure :
o 3 branches segmentaires pour les segments apical, dorsal, ventral (1,2,3)
- Bronche lobaire intermédiaire : très courte, abandonne la
o Bronche lombaire moyenne pour les segments médial et latéral (4,5)
- Bronche de Nelson : provient de la bronche lobaire postérieure pour le segment apico-
dorsal de Fowler(6)
- Bronche inférieure :
o 4 bronches segmentaires distales : pyramide basale pour les segments baso-médial,
baso-ventral, baso-latéral et baso-dorsal (7,8,9,10)

A droite, l’artère pulmonaire passe en avant de la bronche principale droite, puis au dessus, et enfin
en avant de la bronche lobaire supérieure avant de s’enrouler autour de l’arbre bronchique.
(Attention, différent à gauche  !)
Elle abandonne des artères suivant l’arbre bronchique :
- Artères lobaires
o Artères segmentaires

COTE GAUCHE

La bronche principale gauche abandonne :


- Bronche lobaire supérieure : tronc culmino-lingulaire
o Tronc culminal : segments apical, dorsal, ventral (1,2,3)
o Tronc lingulaire : segments crânial et caudal (4,5)
- Bronche de Nelson : provient de la bronche lobaire postérieure pour le segment apico-
dorsal de Fowler(6)
- Bronche inférieure :
o 4 bronches segmentaires distales : pyramide basale pour les segments baso-médial,
baso-ventral, baso-latéral et baso-dorsal (7,8,9,10)

A gauche, l’artère pulmonaire est un peu plus verticale, passe en avant de la bronche principale
gauche, puis au dessus, et enfin en arrière de la bronche lobaire supérieure avant de s’enrouler
autour de l’arbre bronchique. 

101
Elle abandonne :
- Artères lobaires
o Artères segmentaires

Les veines pulmonaires sont en périphérie : branches terminales avec 2 veines à gauche et 2 veines
à droite. Entre celles-ci : l’atrium gauche.

Sur le bord gauche de la portion terminale de la trachée, en Th4 : la portion horizontale de la crosse
de l’aorte est reliée à la branche gauche de l’artère pulmonaire par le ligament artériel.
La crosse de l’aorte envoie des artères bronchiques.

IV. Thorax

Schéma 6  : Vue latérale d’un hémi-thorax droit

On représente : le rachis (12 vertèbres thoraciques), 1ère côte inclinée à 45° s’articulant avec le
manubrium sternal, le diaphragme et la chaîne orthosympathique latéro-vertébrale avec un
ganglion latéro-vertébral à chaque étage.

L’œsophage thoracique nait en C6 et traverse le diaphragme en Th10 où il se termine. C’est


l’élément le plus postérieur du médiastin.

En avant de l’œsophage, la trachée nait également en C6 et se divise en Th5.

Dans le hile pulmonaire, de haut en bas : bronche principale, artère pulmonaire, veines pulmonaires,
ligament triangulaire.

La veine jugulaire interne est rejointe par la subclavière : forment le TVBC droit, rejoint par le TVBC
gauche pour former la VCS recevant à sa face dorsale une seule veine : la veine azygos (draine la
veine intercostale supérieure et les autres).

En arrière de la VCS : crosse de l’aorte avec le TABC (donne la carotide et subclavière droites).
En avant de l’aorte : artère pulmonaire.

On représente le sac péricardique, ainsi que le thymus : organe riche en lymphocytes, involue chez
l’adulte.

En arrière de la VCS et en avant de la trachée :


- Nœuds lymphatiques latéro trachéaux droits dans la loge de BARRETI

NERFS

- Vague (X) : en arrière de la jugulaire et de la carotide commune


o Laryngé récurrent : fait une crosse sous la subclavière droite, descend dans le thorax,
passe au dessus du hile et se positionne en arrière de l’œsophage thoracique
- Nerf phrénique : partie latérale du péricarde et se disperse à la face supérieure du
diaphragme

Schéma 7  : Vue latérale d’un hémi-thorax gauche

102
Dans le hile pulmonaire, de haut en bas : artère pulmonaire, bronche principale gauche, veines
pulmonaires.

L’aorte croise l’œsophage à 2 endroits, lui envoyant des artères œsophagiennes :


- Au niveau de la crosse
- En bas

Artère pulmonaire : branche droite en arrière de la crosse, branche gauche en avant.

On représente l’artère carotide commune gauche et l’artère subclavière.


Les veines sont plus antérieures : VCS, cachée en partie par la partie initiale de l’aorte, et le TVBC
gauche.

NERFS

- Vague (X) :
o Laryngé inférieur : naît en arrière du ligament artériel, remonte dans le cou en
suivant la carotide. Se positionne en avant de l’œsophage thoracique après avoir fait
sa crosse autour de l’aorte (et pas de la subclavière comme à droite  !)

- Phrénique : face latérale du péricarde.

Le nerf phrénique croise le nerf vague dans le quadrilatère de Bourgery, limité :


- En avant : artère carotide commune gauche
- En arrière : subclavière gauche
- En haut : TVBC gauche
- En bas : crosse de l’aorte

103