Vous êtes sur la page 1sur 46

Sommaire

INTRODUCTION .......................................................................................................................................5
CHAPITRE I : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE....................................................................................................6
I. Introduction .................................................................................................................................6
II. Les types des presses ...................................................................................................................6
1. Presse mécanique ....................................................................................................................6
2. Presse hydraulique : ............................................................................................................... 10
3. Presse pneumatique ............................................................................................................... 11
4. Avantages et inconvénients des presses pneumatiques .......................................................... 11
5. Presse pneumatique ou hydraulique ...................................................................................... 12
III. Conclusion.............................................................................................................................. 12
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LA MACHINE ........................................................................................ 13
I. Introduction ............................................................................................................................... 13
II. La presse plieuse hydraulique..................................................................................................... 13
1. Description ............................................................................................................................. 13
2. Fonctionnement ..................................................................................................................... 14
III. LES PARAMETRES DE PLIAGE SUR UNE PRESSE PLIEUSE .......................................................... 14
1. L’abaque de pliage.................................................................................................................. 14
2. Choix des paramètres ............................................................................................................. 16
IV. LES ORGANES HYDRAULIQUES UTILISES .................................................................................. 16
1. La centrale hydraulique .......................................................................................................... 17
2. Les récepteurs hydrauliques ................................................................................................... 18
3. Les éléments de liaisons ......................................................................................................... 19
4. Les appareils de régulation et de protection ........................................................................... 20
V. STRUCTURE SCHEMATIQUE DU SYSTEME HYDRAULIQUE............................................................ 22
VI. Conclusion.............................................................................................................................. 22
CHAPITRE III : DIMENSIONNEMENT DES ORGANES HYDRAULIQUE ......................................................... 23
I. INTRODUCTION .......................................................................................................................... 23
II. MISE EN SITUATION ................................................................................................................... 23
III. DETERMINATION DES DIVERS FORCES .................................................................................... 23
1. La force nécessaire pour équilibrer la masse : ......................................................................... 23
2. La force nécessaire au pliage «Fp» : ........................................................................................ 23
IV. DIMENSIONNEMENT DES VERINS A DOUBLE EFFET ................................................................ 24
1. Détermination de la tige du vérin ........................................................................................... 24
2. Choix des vérins :.................................................................................................................... 27
V. CALCUL DU DEBIT DANS LES VERINS ........................................................................................... 27

2
VI. DETERMINATION DES TUYAUTERIES ....................................................................................... 28
1. Dimensionnement : ................................................................................................................ 28
2. Choix des tuyauteries ............................................................................................................. 30
VII. LES PERTES DE CHARGES ........................................................................................................ 31
1. Choix du fluide :...................................................................................................................... 32
2. Perte de charge dans les tuyauteries ...................................................................................... 33
3. Perte de charge dans l’étrangleur à paroi mince (limiteur de débit) ........................................ 34
VIII. LA PRESSION DE TARAGE Po ................................................................................................... 35
IX. CALCUL DES PUISSANCES ........................................................................................................ 36
1. La puissance nécessaire au vérin ............................................................................................ 36
2. Puissance perdue par perte de charge .................................................................................... 36
3. Puissance fournie par la pompe .............................................................................................. 37
X. DIMENSIONNEMENT DE LA POMPE ............................................................................................ 37
4. La puissance absorbée par la pompe et le couple ................................................................... 38
XI. CHOIX DES ORGANES HYDRAULIQUES .................................................................................... 38
1. Le réservoir ........................................................................................................................... 38
2. Le filtre ................................................................................................................................... 39
3. Les distributeurs : ................................................................................................................... 39
XII. LE CIRCUIT HYDRAULIQUE ...................................................................................................... 41
XIII. Conclusion.............................................................................................................................. 43

3
TABLE DE TABLEAUX
Tableau 1: Comparaison entre P.H et P.P .................................................................................. 12
Tableau 2: Les composants d'une presse plieuse ........................................................................ 14
Tableau 3: Abaque de pliage (PROMECAM) ............................................................................ 15
Tableau 4: Dimension de b ........................................................................................................ 15
Tableau 5: Sections / efforts développées .................................................................................. 26
Tableau 6: Choix de vérin ......................................................................................................... 27
Tableau 7: Diamètre extérieur selon DIN2445 ...........................................................................29
Tableau 8: Dimension des tuyauteries ....................................................................................... 30
Tableau 9: Classe de viscosité cinématique des fluides .............................................................. 33
Tableau 10: Catalogue pour le choix d’une modèle de pompe ................................................... 38
Tableau 11: Caractéristiques des distributeurs utilisés ............................................................... 40
Tableau 12: Caractéristiques du moteur et de la pompe ............................................................. 41
Tableau 13: Liste des matériels hydrauliques.............................................................................42

TABLE DES FIGURES


Figure 1: Presse mécanique .........................................................................................................6
Figure 2: Dessin schématique d'une matrice ................................................................................7
Figure 3: Presse à bâti mono bloc - C-bâti ...................................................................................8
Figure 4: Presse mécanique à excentrique et son schéma cinématique .........................................9
Figure 5: presse à volant d'inertie- à un engrenage - à double engrenage......................................9
Figure 6: Principe de Pascal ......................................................................................................10
Figure 7: Presse hydraulique ..................................................................................................... 10
Figure 8: Presse pneumatique .................................................................................................... 11
Figure 9: Composants d’une presse plieuse hydraulique moderne.............................................. 13
Figure 10: Schématisation d’une centrale hydraulique ............................................................... 18
Figure 11: Vérin ........................................................................................................................ 18
Figure 12: Conduite Hydraulique .............................................................................................. 19
Figure 13: Raccord.................................................................................................................... 19
Figure 14: Distributeur électrique .............................................................................................. 20
Figure 15: Limiteur de pression ................................................................................................. 20
Figure 16: Schématisation d’un réducteur de pression ............................................................... 21
Figure 17: Schématisation d’un clapet anti-retour ......................................................................21
Figure 18: Structure du système hydraulique .............................................................................22
Figure 19: Détermination du coefficient du mode de fixation "K" .............................................24
Figure 20: Détermination du diamètre de la tige ........................................................................ 25
Figure 21: Choix de tyuterie ......................................................................................................30
Figure 22: Filtre ........................................................................................................................ 39
Figure 23: Pompe à engrenage intérieur .................................................................................... 40
Figure 24: Circuit hydraulique de la presse plieuse .................................................................... 42

4
INTRODUCTION

De nos jours, dans la branche industrielle qui couvre l’ensemble des activités de mise en œuvre
des métaux en feuilles, le pliage des tôles prend une place très importante pour la réalisation des
divers équipements destinés aux secteurs des industries alimentaires, de la chimie, du mobilier
métallique, de la menuiserie, des structures métalliques terrestres et marines, …
A l’origine, les Hommes déformaient les métaux en feuilles ou tôles, manuellement par battage ou
martelage mais depuis le milieu du XXème siècle, approximativement, la mécanisation diminuait
l’effort humain, tandis que l’automatisation et l’emploi de l’énergie hydraulique permettent la
transmission d’importantes forces avec souplesse et une grande stabilité de la pression et du débit.
Pour arriver à transformer l’énergie hydraulique en énergie mécanique dans un système, il faut
d’abord faire l’étude du circuit hydraulique.
Dans le cadre du TPE des systèmes hydrauliques nous avons proposés l’étude du système
hydraulique pour une machine semi-automatique intitulée « Presse plieuse hydraulique ».
Notre travail comporte trois parties :
· La première concerne le contexte général sur les presses.
· La deuxième contenant la généralité sur la machine
· Et enfin, le dimensionnement et le choix des organes

5
CHAPITRE I : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE

I. Introduction
La presse est une machine qui permet de changer la forme d’une pièce en appliquant une pression,
elle est composée essentiellement de deux plateaux susceptibles de se rapprocher par commande
mécanique ou hydraulique, pour comprimer ce qui est placé entre eux.
Les presses sont des machines utilisées pour le traitement de la tôle, capables de générer une
pression continue et progressive, afin de couper ou déformer le matériau placé dans le moule.
Généralement sont composées d’une base, d’un cadre, de colonnes de guidage, de moteurs pour la
génération de la force et de systèmes de gestion et de contrôle de la phase de moulage.
Les presses peuvent être classés suivant :
 Leur mécanisme : hydraulique, mécanique, pneumatique.
 Leur fonction : presse de forgeage, presse d’estampage, presse plieuse, etc.
 Leur structure : presse à genouillère, presse à vis.
 Leur contrôlabilité : conventionnelle, servo-presses.

II. Les types des presses


1. Presse mécanique
Une presse mécanique est une machine qui utilise un mécanisme pour
faire fonctionner les matrices à la vitesse appropriée, et leur donner
l’énergie suffisante pour découper, percer, et obtenir la forme désirée.
Les éléments estampés sont faits par profilage, emboutissage, découpage
ou perçage d’un métal – tôle ou bobine – entre deux demis (supérieur et
inférieur) d’un outil presse appelé : matrice, l’élément supérieur est
attaché au poinçon et l’élément inférieur est serré ou boulonné à la plaque
d’appui ou au banc de la presse. La matrice est conçue pour créer la forme
de la pièce en un travail de série de façon à satisfaire les demandes de
production. La force (charge) et la précision sont nécessaires pour
atteindre les demandes de la tolérance et de quantité de la pièce estampée
et pour garantir un bon assemblage des parties de la pièce finale. Figure 1: Presse mécanique

6
Les presses mécaniques sont divisées en deux catégories : les presses à vis ou les presses
excentriques :

 Les presses à vis sont principalement utilisées pour l’extrusion de tôles et les opérations
de forgeage à chaud. Les presses à vis sont équipées d’un coulisseau porte-outil, déplacé
par une vis qui s’insère dans l’écrou fixe du cadre. La course est obtenue en tournant la vis
alternativement dans un sens ou dans l’autre.
 Les presses excentriques sont principalement utilisées dans le travail à froid de la tôle
pour les opérations de cisaillage et de poinçonnage. Le moteur entraîne le volant au moyen
d’engrenages ou de courroies et l’énergie est transmise par l’intermédiaire d’un dispositif
de friction à un arbre excentrique ou à un vilebrequin qui, au moyen d’une bielle,
commande la course du piston.

a. Dimensionnement de la matrice :

Pour dimensionner une matrice d’une presse, deux calculs doivent être assurés, le tonnage (force)
et l’énergie consommée. Toutes les presses sont classées par le tonnage que peut être appliqué
pendant le cycle de la presse. Le tonnage d’une presse ne doit pas être confus avec l’énergie
générée par le voulant d’inertie. Chaque presse possède un graphe tabulé de l’énergie fournie par
le constructeur, cette énergie dépend de la dimension du voulant d’inertie et des rapports des
vitesses, cela influence aussi sur le cout de la presse.

Figure 2: Dessin schématique d'une matrice

7
b. Les différents bâtis et modes d’entrainement de la presse :

Chaque catégorie des presses prend son nom du mode d’entrainement qui génère la pression
(force) sur la matrice pour donner la forme finale. Chaque une de ces catégories peut être divisée
en une ou deux différents types de conception du bâti : bâti monobloc et C-bâti.
Les presses avec un bâti monobloc ont une plus grande rigidité et résistance à la déflection.
Les presses avec un C-bâti ont la forme de la lettre C ou G et ils sont généralement manuellement
exploité. Comme il s’agit d’une forme ouverte, les presses en C-bâti sont soumises à des flexions
plus importantes sous une charge excentrique que la presse avec un bâti monobloc

Figure 3: Presse à bâti mono bloc - C-bâti

c. Modes de transmission du mouvement dans une presse :


Les presses mécaniques sont aussi caractérisées par le mode de transmission du mouvement
utilisé : volant d’inertie, une réduction, double réduction, double effet et roue excentrique.
Tous sont alimentés par un moteur électrique qui tourne un grand volant d’inertie. Le volant
d’inertie stocke l’énergie cinétique qui est ensuite relâché suivant différents types des roues.
Chaque 360° cycle de la presse, l’énergie du volant d’inertie est consommée quand la matrice est
pressée, par conséquent, il ralentisse généralement entre 10% et 15%. Le moteur électrique rétablit
cette énergie au volant d’inertie lors de la course ascendante de la presse. La presse est alors prête
pour un nouveau cycle. Si le volant d’inertie ralentisse de plus de 15% (courses par minute), le
moteur n’aura pas suffisamment de temps pour restaurer cette énergie perdue, et la presse ralentisse
trop. Après quelques courses elle sera bloquée. Cela se produit quand le tonnage ou l’énergie sont
mal calculé.

8
d. Exemple d’une presse à mécanisme mécanique

Figure 4: Presse mécanique à excentrique et son schéma cinématique

Figure 5: presse à volant d'inertie- à un engrenage - à double engrenage

e. Avantages
- Le tonnage de la presse mécanique est facilement ajusté.
- Permet des opérations avec petit tonnage pour les matrices fragiles et la vitesse d’emboutissage
reste constante pendant toute la course.
- Les pannes de la presse mécanique sont facilement détectables.
f. Inconvénients
- La presse mécanique est plus chère que la presse hydraulique
- La presse mécanique ne peut pas être surchargée car le système est protégé par deux soupapes
de décharge séparément ajusté.

9
2. Presse hydraulique :
a. Principe de fonctionnement :

Une presse hydraulique est une machine qui utilise un liquide


pressé pour créer la force. Elle repose sur le principe de Pascal
qui stipule que : « dans un liquide en équilibre de masse
volumique uniforme, la pression est la même en tout point du
liquide et cela aussi longtemps que ces points sont à la même
profondeur ».
Figure 6: Principe de Pascal

A une extrémité du système se trouve un piston avec une surface


A1 et de l’autre côté un piston avec une surface A2 plus grande
que A1. Cela permet d’accroitre la force (figure 6).
Récemment, Les presses hydrauliques ont développées
dramatiquement grâce aux nouveaux technologies et aux
développements de l’électronique et des valves. Elles sont
particulièrement adaptées pour l’emboutissage profond.
La presse hydraulique est alimentée par une pompe hydraulique
à un vérin qui entraine la glissière. Suivant la conception de cette
presse et ses applications, la matrice guide la presse, et donc les
systèmes de guidage ne doivent pas être aussi précis que ceux
Figure 7: Presse hydraulique
des presses mécaniques avec une matrice progressive.
b. Avantages
- Les presses hydrauliques sont très robustes. Elles peuvent créer une grande quantité de tonnage
pression.
- Elles sont idéales pour l’hydroformage qui est une technique de formation des métaux nécessitant
la présence d’un agent liquide.
- Elles sont lentes ce qui donne suffisamment de temps au métal pour se former.
c. Inconvénients
- Cependant, les presses hydrauliques demandent beaucoup de maintenance. L’huile doit toujours
être présente à l’intérieur de la presse, de plus, elles comportent plusieurs appareils pour le contrôle
de la pression à fin d’assurer le bon fonctionnement de la presse.

10
- Un moteur plus puissant que celui de la presse mécanique parce qu’il n’y a pas un volant d’inertie
pour stocker l’énergie.
- La maintenance de la presse hydraulique est plus difficile.
d. Types des presses hydrauliques :
Parmi les presses hydrauliques, il y a :
 presses à calibrer
 presses à cintrer et à dresser
 presses à compression pour les matériaux thermodurcissables/ thermoplastiques
 presses à injection plastique
 presses à forger
 presses plieuse
 presses hydrauliques à arcade
 presses hydrauliques à bâti en col de cygne
 presses hydrauliques à deux et quatre colonnes

e. La différence entre la presse mécanique et la presse hydraulique


Les presses hydrauliques peuvent assurer beaucoup de caractéristiques. Une autre différence
c’est que la presse hydraulique demande plus de temps et d’énergie pour la maintenance que la
presse mécanique. Une presse mécanique est mue par la force musculaire ou avec un moteur
électrique et la transmission de l'effort se fait avec une cinématique ex : crémaillère, engrenages,
poulies, excentriques. Une presse hydraulique est mue par un fluide, eau, huile, avec une pompe
soit manuelle soit électrique ou thermique et l'effort est produit par un vérin, ce type de presse
permet d'obtenir des efforts plus importants que les systèmes mécaniques.

3. Presse pneumatique
La presse pneumatique est contrôlée en manipulant l’air
comprimé. L’air est forcé dans un tube jusqu’à ce qu’il
soit plein d’air et applique une pression permettant de
déplacer la presse. Une fois la course est terminée l’air est
évacué à travers les valves et les ressorts entraine la
pompe de se déplacer vers le haut.

Figure 8: Presse pneumatique

4. Avantages et inconvénients des presses pneumatiques


Le plus grand avantage des presses pneumatiques est la vitesse. Elles peuvent fonctionner dix fois
plus que les presses hydrauliques. Elles peuvent aussi stopper à n’importe quel moment, il suffit

11
juste d’ouvrir la valve pour dégager l’air. Les presses pneumatiques sont polyvalentes et très
simple à utiliser.
5. Presse pneumatique ou hydraulique
Les presses pneumatiques et hydrauliques peuvent assurer beaucoup de caractéristiques tous les
deux. La différence principale est leurs vitesses. Les presses pneumatiques sont beaucoup plus
rapides que les presses hydrauliques mais elles ne sont pas adaptées à l’hydroformage.
Une autre différence c’est que la presse hydraulique demande plus de temps et d’énergie pour la
maintenance que la presse pneumatique.

Tableau 1: Comparaison entre P.H et P.P

Critères Hydraulique Pneumatique


Transmetteur d’énergie Huile Air
Transport de l’énergie Tubes, flexibles perçages Tubes, flexibles perçages
Transformation de Pompes, vérins, moteurs Compresseurs, vérins,
l’énergie mécanique hydrauliques moteurs pneumatiques
Caractéristiques Pression : p (30…400 bars) Pression : p (env. 6 bars)
fondamentales Débit : Q Débit : Q
Puissance massique Très élevée Elevée
Pression de position Très bonne Moins bonne
Facilité de réglage Très bonne Très bonne
Transformation en Très simple, par vérins Très simple, par vérins
mouvement linéaire

III. Conclusion
Les presses peu importe leurs types sont très importantes dans l’industrie et sont largement utilisés
pour concevoir beaucoup de produit qu’on utilise quotidiennement.
Pour engendrer un mouvement on utilise soit la méthode mécanique, hydraulique ou pneumatique
et chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients et le choix d’une méthode se fait suivant
la tâche et le taux de production prévus.
Pour notre TPE, on doit se focaliser sur les presses hydrauliques. Quel type des presses on va
choisir pour notre étude ?

12
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LA MACHINE

I. Introduction
Les types des presses hydrauliques sont multiples, On a choisi les presses plieuses car on a ce
mécanisme dans le hall mécanique en panne. C’est pour cela, on a pensé à découvrir cette
machine du pré.
II. La presse plieuse hydraulique
Une presse plieuse est une machine-outil utilisée pour plier la tôle ; elle est constituée d’un poinçon
et d’une matrice en forme de V (vé) ; la tôle est placée entre le vé et le poinçon ; le poinçon descend
formant alors le pli dans la tôle.
1. Description
La tôle est généralement présentée de l’avant, face à la machine, par un ou plusieurs opérateurs.
Le pliage de la tôle se fait par rapprochement de deux tabliers dont un seul est mobile, le plus
souvent le tablier supérieur.
Pendant le pliage, le tablier mobile est animé d’un mouvement dirigé de haut vers le bas. La tôle
est en principe maintenue sur des butées arrière et accompagnée à la main pendant son mouvement
de relèvement lors du pliage, si elle risque de se déformer.
Une presse plieuse hydraulique moderne tirée de la norme EN12622 (2001) est constituée des
éléments suivants, illustrés sur la figure suivante :

Figure 9: Composants d’une presse plieuse hydraulique moderne

13
Tableau 2: Les composants d'une presse plieuse

2. Fonctionnement
Le pliage de la tôle comporte 3 phases :
 L’approche de l’outil (descente du tablier mobile ou coulisseau) ;
 Le pliage proprement dit ;
 Remontée du tablier.
Les vitesses de déplacement du tablier lors de ces phases sont généralement variables (vitesse
d’approche rapide pouvant aller jusqu’à 100mm/s et vitesse de pliage plus lente inférieure ou égale
à 10mm/s). Souvent, le point de changement de vitesse est en même temps un point d’arrêt du
tablier. Certaines machines permettent de bloquer le coulisseau dans une position choisie. Il existe
des presses plieuses « sensitive » dont l’effort exercé au pliage dépend de l’appui fourni sur une
pédale.

III. LES PARAMETRES DE PLIAGE SUR UNE PRESSE PLIEUSE


1. L’abaque de pliage
Le pliage en l’air est le plus commun des types de pliage exécuté en entreprise, comparativement
au pliage en frappe qui demande des pressions d’opération plus grandes donc plus d’usure au
niveau de l’outillage et de risque de dépasser les limites de pression des outils.

14
L’abaque de pliage en l’air est un outil efficace et rapide pour nous aider à définir des grandeurs
d’outils à utiliser ou encore pour estimer des pressions d’opération. Il existe plusieurs sortes de
chartes de pliage en l’air. Elles sont toutes à peu de chose près similaires car elles prennent toutes
comme calcul général la même formule.

L’abaque suivant est tirée d’une presse plieuse PROMECAM :

Tableau 3: Abaque de pliage (PROMECAM)

En fonction de l’épaisseur de la tôle, nous pouvons déterminer plusieurs paramètres tel que :

 V : la valeur du vé. Il s’agit de la largeur en « mm » du vé quel que soit sa forme (vé à


88°, à 30° ou même une matrice rectangulaire).

En général, on utilise pour :

 b : la valeur du bord mini en «mm». Il s’agit de la valeur minimale de la cote intérieure


d’un pli sur un vé donné. Si la cote intérieur est plus petite que «b», la tôle glissera dans
le vé sans être pliée.

Tableau 4: Dimension de b

15
 Ri : la valeur du rayon intérieur du pliage en «mm»

 F : la force de pliage en «KN/m». Elle est proportionnelle à la longueur du pliage. Plus le


pli est long, plus la force sera grande.

2. Choix des paramètres


L’ordre souvent rencontré lors des choix des paramètres ainsi que la détermination des données de
fabrication avant le pliage est la suivant :

IV. LES ORGANES HYDRAULIQUES UTILISES


Un circuit hydraulique industriel est constitué de 3 zones :
 1ere zone : Source d’énergie : c’est un générateur de débit. (centrale hydraulique)
 2ème zone : Récepteur hydraulique : transforme l’énergie hydraulique en énergie
mécanique. (Vérin, moteur hydraulique)
 3ème zone : Liaison entre les deux zones précédentes. On peut y trouver :
- Des éléments de distribution (distributeur).
- Des éléments de liaison (tuyaux).
- Des accessoires (appareils de mesure, de protection et de régulation).
On doit utiliser des organes hydrauliques adéquats car l’efficacité du système en dépend.

16
1. La centrale hydraulique
La centrale hydraulique (appelé aussi groupe hydraulique) est un générateur de débit et pas de
pression. Elle est constituée essentiellement d’un réservoir d’huile, d’un moteur, d’une pompe et
d’un système de filtration.
 Réservoir : il permet le stockage d’huile, protection contre des éléments qui peuvent
pénétrer dans le circuit, et le refroidissement.
Symbolisation :

 Filtre : La qualité d’installation hydraulique dépend de celle du filtre qui y est inséré car il
est utilisé pour retenir les impuretés et les particules solides du fluide.
Symbolisation :

 Pompe : sa fonction consiste à générer un débit de liquide et mettre sous pression l’huile
sous forme d’énergie hydraulique.
Une pompe se caractérise par :
 Son débit
 Sa cylindrée
 Son rendement
 Son sens de rotation
 Sa vitesse de rotation
Symbolisation :

 Manomètre : Le manomètre est l’appareil servant à mesurer la pression du fluide à


l’intérieur du circuit hydraulique

17
Figure 10: Schématisation d’une centrale hydraulique

2. Les récepteurs hydrauliques


Les récepteurs hydrauliques transforment l’énergie hydraulique en énergie mécanique.
Les récepteurs pour mouvement de translation : les vérins
Les récepteurs pour mouvement de rotation : les moteurs hydrauliques
Concernant les vérins, ce sont des moteurs (ou pompes) linéaire. On considère généralement que
les fuites internes de ces organes sont négligeables.

Figure 11: Vérin

18
3. Les éléments de liaisons
 Tuyau d’acier rigide :

Pour une bonne qualité, le tuyau ou la conduite est fabriqué en acier étiré à froid pour être exempt
de toute soudure ou joint. Les tubes se mesurent d’après leur diamètre extérieur et d’après
l’épaisseur de leur paroi. Le diamètre intérieur (d i) vaut le diamètre extérieur (D) moins deux fois
l’épaisseur (s) de la paroi.

Figure 12: Conduite Hydraulique

 Raccords :

Dans un système hydraulique, un raccord est une liaison mécanique entre deux tuyaux, permettant
le passage du fluide. Il existe deux types de raccords :
- Les raccords pour tubes évasés
- Les raccords pour tubes non évasés

Figure 13: Raccord

19
 Les distributeurs à commande électrique :

Un distributeur aiguille le débit vers l’une ou l’autre partie du circuit, autorise ou bloque le passage
du débit. Il est constitué de trois (3) parties : le corps, le tiroir et les éléments de commande. Son
principe de fonctionnement est basé sur la force d’attraction entre un champ magnétique et un
noyau de fer doux afin d’activer les tiroirs des composantes hydrauliques.

Figure 14: Distributeur électrique

4. Les appareils de régulation et de protection


 Limiteur de pression :
Assurer la sécurité d’un circuit ou d’une partie du circuit en limitant la pression à un maximum.
Cette pression est maintenue. L’appareil est installé en dérivation entre la ligne de circuit et la
basse pression (la bâche par exemple). De part sa conception, il provoque une perte de charge qui
est fonction du débit à évacuer.

Figure 15: Limiteur de pression

 Réducteur de pression :
Assurer sur une ligne A une pression inférieure à la pression d’alimentation en P, et constante.

20
L’appareil est installé en ligne. De par sa conception, il provoque une perte de charge pour que Pa
reste constante.

Figure 16: Schématisation d’un réducteur de pression

 Clapet :
Il autorise le passage du fluide dans un seul sens.

Figure 17: Schématisation d’un clapet anti-retour

21
V. STRUCTURE SCHEMATIQUE DU SYSTEME HYDRAULIQUE

Figure 18: Structure du système hydraulique

VI. Conclusion
Ce chapitre nous permet de découvrir les composants, le paramétrage et la partie
hydraulique standard de notre système pour mieux simuler notre travail.

22
CHAPITRE III : DIMENSIONNEMENT DES ORGANES
HYDRAULIQUE

I. INTRODUCTION
En construction et dans différents domaines de la mécanique, le dimensionnement est l'étape qui
consiste à donner les dimensions physiques les plus appropriées au système en considération
II. MISE EN SITUATION
Il s’agit de réaliser un ensemble constitué de 2 vérins identiques à déplacements simultanés.
Les 2 vérins supportent :
 Le poids du tablier supérieur.
 La force de pliage à exercer sur la tôle.
Le cycle de déplacement des deux vérins est le suivant :
 Descente rapide des vérins à 23[mm/s] sur une distance de 60mm.
 Descente lent des vérins à 10[mm/s] sur une distance de 40mm.
 Remonté des vérins à 25[mm/s].
Sur une course maximale C = 100mm

III. DETERMINATION DES DIVERS FORCES


1. La force nécessaire pour équilibrer la masse :
Les paramètres des vérins sont :
-La charge total supportée par les vérins ou masse du tablier supérieur «mt» = 110 kg
-La course des vérins «C» = 100[mm].
-L’accélération de la pesanteur «g» = 9,81[m²/s]
Le poids de la matrice supérieure serait :

2. La force nécessaire au pliage «Fp» :


La force de pliage dépend de la résistance à la rupture par extension du matériau, de son épaisseur
et de l’ouverture du vé.
Pour :
- l’aluminium Rm = 200 à 300 MPa
- l’acier de construction métallique Rm = 370 à 450 MPa

23
- l’acier inoxydable Rm = 650 à 700 MPa
- Afin de dimensionner la presse plieuse, considérons la Rm = 700 MPa de l’acier
inoxydable et d’épaisseur de référence « e » = 2 mm.

C’est la force nécessaire pour plier la tôle d’acier inoxydable d’épaisseur 2 mm sur une longueur
de 1m. Mais pour dimensionner les organes de la presse, posons la force de pliage
Fp = 40000 (daN/mm²) =40 (T/m)
D’où, la force maximum déployée par chaque vérin serait donc :
F = 20000 (daN/mm²)

IV. DIMENSIONNEMENT DES VERINS A DOUBLE EFFET


1. Détermination de la tige du vérin
La longueur libre (ou flambage) du vérin est :
Lf = C*K
Avec : - K : coefficient du mode de fixation
- C : course des vérins

Figure 19: Détermination du coefficient du mode de fixation


"K"

24
Les deux vérins sont à fixations sur pattes avec tige guidée. Sur le tableau précédent, K=2
La longueur de flambage Lf = 200 mm
D’après le diagramme suivant qui aide à la détermination du diamètre de la tige « d » en
fonction l’effort de pliage et de la longueur de flambage, d= 70 mm

Figure 20: Détermination du diamètre de la tige

- Détermination du diamètre du piston :


Connaissant le diamètre de la tige du vérin et l’effort maximum de pliage, le diamètre du piston
est donné par le tableau de « sections sur efforts développés ».
Pour : d = 70 mm
F = 20000 (daN/mm²)
Le diamètre du piston du vérin est : D = 125 mm
- Détermination de la pression du vérin :
Pour l’effort de pliage à la sortie de la tige, la pression utile est :

D’où

25
Tableau 5: Sections / efforts développées

26
2. Choix des vérins :
Comme les 2 vérins sont identiques, chacun d’eux ont les caractéristiques suivant :
Tableau 6: Choix de vérin

V. CALCUL DU DEBIT DANS LES VERINS

27
VI. DETERMINATION DES TUYAUTERIES
1. Dimensionnement :
Le débit dans le circuit étant considéré comme constant vu que pour un fluide circulant dans une
conduite comportant des diamètres différents, la valeur absolue du débit "u" est la même partout
dans la conduite. Il prendra la valeur du débit qui a la plus grande valeur. Or, le débit dans la
partie de refoulement est divisé en deux, afin d’alimenté les deux vérins.

28
Le tableau suivant issu de DIN2445 permet de trouver le diamètre intérieur et extérieur en fonction
de l’épaisseur "s" de la conduite.

Tableau 7: Diamètre extérieur selon DIN2445

29
En prenant référence sur le tableau, les valeurs normalisées sont :
Tableau 8: Dimension des tuyauteries

2. Choix des tuyauteries

Le tuyau peut être choisi en fonction de la pression de service et du diamètre intérieur.


D’après le diagramme ci-après, on choisit donc :
 Tuyauterie de refoulement : en 1SN
 Tuyauterie de retour : en R8
 Tuyauterie d’aspiration : en 2SN

Figure 21: Choix de tyuterie

30
VII. LES PERTES DE CHARGES

Dès qu’il y a une chute de pression entre la sortie et l’entrée d’un système, il y a perte de charge.
Dans une conduite hydraulique, il est toujours transformé en chaleur qui est directement reliée au
débit et à la perte ou à la baisse de pression. Ce qui est néfaste au rendement et au fonctionnement
de la machine.
Concernant la façon dont s’écoule un fluide, il y en a deux :
- L’écoulement laminaire pour lequel l’écoulement du fluide est calme car les lignes de
courant ou la trajectoire des particules restent stables et parallèles entre elles.
- L’écoulement turbulent pour lequel l’écoulement est instable ou aléatoire car les lignes
de courant ou la trajectoire des particules sont désordonnés.
Le régime turbulent se caractérise par une perte énergétique plus grande et une émission sonore
important dans les tuyauteries dues à la vibration. Or, pour l’écoulement laminaire, ces défauts
sont minimisés.
Le passage d’un écoulement à l’autre se définit par le nombre de Reynolds qui permet de donner
approximativement la frontière entre les deux types d’écoulement. Tel que :

31
Ce nombre de Reynolds aide à la détermination de la perte de charge qui est définie par la
formule :

1. Choix du fluide :
Pour avoir un écoulement laminaire dans toute la conduite, il faut que la viscosité cinématique
du fluide vérifie la condition : Re < 1200

32
Tableau 9: Classe de viscosité cinématique des fluides

Issu de la norme ISO ASTM, le fluide à utiliser est : ISO VG 68


Avec : v = 68 viscosité cinématique à 40°C de masse volumique
2. Perte de charge dans les tuyauteries

33
3. Perte de charge dans l’étrangleur à paroi mince (limiteur de débit)

34
- Détermination du diamètre de passage des limiteurs de débit

VIII. LA PRESSION DE TARAGE Po

35
IX. CALCUL DES PUISSANCES
1. La puissance nécessaire au vérin

2. Puissance perdue par perte de charge

36
3. Puissance fournie par la pompe

X. DIMENSIONNEMENT DE LA POMPE

La pression maximale retenue pour chaque vérin est de 168[bars], y compris les pertes de charges
dans le circuit. Et le débit le plus élevé Q = 34[l/mn] pour l’ensemble du circuit.
Pour augmenter la durée de vie de la pompe, il ne doit pas fonctionner en charge, donc sa pression
maximale doit être supérieure à la pression de service. La pression de la pompe sera fixée à
200[bars].
Pour un moteur électrique tournant à N=1500[tr/mn], il faut une pompe de cylindrée :
Cyl = Q/N

37
En consultant le catalogue fourni par le constructeur RexrothBosch Group, on choisit donc une
pompe à engrenage intérieur Model G, Série 1X de 28 cm3 dont les caractéristiques sont les
suivants :
Tableau 10: Catalogue pour le choix d’une modèle de pompe

4. La puissance absorbée par la pompe et le couple

XI. CHOIX DES ORGANES HYDRAULIQUES


1. Le réservoir
Le réservoir qui recueille l’huile de travail nécessaire au fonctionnement de l’installation doit avoir
un volume de 3 à 4 fois le débit de la pompe par minute avec un volume d’air de 10% à 15% du
volume du fluide pour compenser les variations de niveau.

38
Référence : ABFAG-V-AS-IX/A10VS018-160M/WTM
Les caractéristiques en détail du réservoir sont les suivant :

2. Le filtre
Le filtre est installé sur les canalisations de retour d’huile.
Avantages : la perte de charge étant indifférente, la maille du filtre
peut être très fine. La pression étant faible, les filtres sont plus légers
et moins chers. Les particules étant collectées dans le circuit, elles sont
arrêtées avant de polluer la bâche.
Inconvénients : la bâche doit être confinée. Ils doivent être protégés
Figure 22: Filtre
par le colmatage.
3. Les distributeurs :
Ce composant est destinés à :
- distribuer le fluide hydraulique sous pression venant de la pompe vers le vérin.
- retourner le fluide vers le réservoir.
Défaillance d’un distributeur :
- bobine défectueuse (assez fréquent) ;
- coincement du tiroir (huile polluée) ;
- joints usés.

39
Caractéristiques :
Tableau 11: Caractéristiques des distributeurs utilisés

- Pompe à engrenage extérieur


Type : pompe à cylindrée fixe à un sens de flux.

Figure 23: Pompe à engrenage intérieur

40
Tableau 12: Caractéristiques du moteur et de la pompe

XII. LE CIRCUIT HYDRAULIQUE


Un circuit d’hydraulique industriel est représenté schématiquement par des symboles
conventionnels normalisés. Son rôle est de donner un moyen pratique et simple de représentation
d’une installation hydraulique qui est très utile dans la recherche des causes de panne.

41
Figure 24: Circuit hydraulique de la presse plieuse

Listes des matériels utilisés


Tableau 13: Liste des matériels hydrauliques

42
XIII. Conclusion

Le dimensionnement c'est l'acte de trouver des valeurs aux grandeurs qui caractérisent chaque
composant du système (presse plieuse hydraulique), de sorte que toutes ces grandeurs, aussi bien
caractéristiques qu'induites par l'environnement, satisfassent les contraintes du cahier des charges.

43
Conclusion

Dans le domaine de l’obtention de forme par déformation à froid des tôles, l’utilisation
de la presse plieuse hydraulique reste la mieux adaptée pour la réalisation des
structures à surface développable par le pliage.
Après avoir indiqué les avantages et les inconvénients de chaque méthode nous avons
choisi la méthode hydraulique vu que la presse plieuse nécessite des forces élevés
ainsi que le chapitre du dimensionnement nous a permis de caractériser chaque
composant du système de sorte que toutes ces grandeurs satisfassent les contraintes
du cahier des charges
Ce TPE nous a permis de comprendre et apprendre à maitriser le dimensionnement
des composantes hydraulique en appliquant des connaissances théoriques déjà
acquise, ainsi la recherche pour l’obtention des bonnes informations.

44
Bibliographie

 André CHEVALIER, « Guide du dessinateur industriel », HACHETTE Technique,


2004, 336p
 Chabas&Besson, « Catalogue de vérins hydrauliques normalisés », 60p
 Comessa, « Notice d’entretien », Plieuse PDG-COMESSA PNS 220, 30p
 D.COGNIEL, F.CASTELLAZZI, Y.GANGLOFF, « Mémotech Maintenance
Industrielle », CASTEILLA, 336p
 H. LONGEOT L. JOURDAN « Construction industrielle », Dunod, 1982, 256p
 TojoHerimirija, « Etude et conception d’une profileuse à galets
pour lames de volets roulants », Mémoire de fin d’étude Génie Industriel, promotion 2005,
116p
 David Tsiafoy, "Presse hydraulique à brique stabilisée",
 Mémoire de fin d’étude Génie Industriel Licence, promotion 2011, 62p
 Sami Bellalah, « L’hydraulique industriel », Iset Nabeul, 33p
 Sami REKIK, « Circuit hydraulique », 99p

WEBOGRAPHIE

www.boschrexroth.com
www.google.com
www.wikipedia.com

https://fr.harsle.com/Presses-hydrauliques-et-m%C3%A9caniques-id6021006.html

45
46