Vous êtes sur la page 1sur 2

Cas Maghreb SOFT

Le comité de direction de la société « MAGHREB SOFT » se réunit pour débattre de la


situation de l’entreprise dans cette période de globalisation ainsi que l’impact de
l’ouverture des frontières dur le devenir de la société.

Les membres du comité prennent la parole tour à tour, chacun essaie d’argumenter à sa
manière son avis et son analyse de la situation. On vous livre l’extrait suivant des
interventions.

Le directeur général ouvre le débat et suggère au comité de direction de procéder à


l’analyse de l’environnement dans ses différentes composantes et d’envisager les enjeux,
les alternatives et les défis auxquels l’entreprise est confrontée.

Le directeur d’organisation affirme que l’ouverture des frontières suppose l’arrivée de


concurrents plus puissants, disposant de moyens suffisants, il suggère de réviser le
mode opératoire et penser à créer une unité de formation du personnel et des clients.

Le directeur commercial s’alignant sur l’avis du directeur d’organisation, rajoute que la


société est entrain d’accaparer une bonne part de marché grâ ce à une politique offensive
et rapport qualité-prix satisfaisant. Il précise que malgré ces bonnes réalisations, les
ventes sont en dessous des prévisions. Il songe à conquérir de nouveaux marchés et à
trouver des alliés parmi les concurrents.

Le directeur des ressources humaines exprime sa satisfaction pour les réalisations du


personnel durant cette première année d’exercice. Il exige plus de motivation du
personnel pour éviter le risque d’attraction par les concurrents.

Le directeur financier est soucieux de la révision du dossier financier de l’entreprise : il


affirme que l’entreprise devrait faire face à diverses situations contradictoires : les
ressources financières sont insuffisantes alors que les exigences des clients et
l’agressivité de la concurrence exigent des investissements massifs.
De même la capacité d’endettement saturée prive la société de tout recours aux
emprunts bancaires, à cela s’ajoute la légère hausse du taux d’intérêt pour les emprunts
qui devrait avoir des répercussions sérieuses sur les fonds de l’entreprise, il faut prévoir,
à ce sujet, un coû t supplémentaire de l’ordre de 9543D. Toutefois, le recours au service
du leasing est pour le moment une bonne opportunité vue les exigences du
développement de l’activité et de l’augmentation de la capacité de production.

Le contrô leur de gestion stipule que pour assurer sa performance, l’entreprise devrait
réviser sa stratégie agressive et envisager la possibilité de coopération avec les
concurrents. En effet, le marché du software n’est pas suffisamment réglementé, le
piratage des particuliers et l’imitation des concurrents sont difficiles à contrô ler, chose
qui décourage toute initiative et toute créativité, ainsi les investissements dans
l’innovation et la recherche et développement sont difficilement récupérables.
Le directeur technique maintient les idées du contrô leur de gestion et il rajoute que le
bon choix des nouvelles techniques de production est déterminant, afin d’éviter le risque
du piratage. Il affirme que l’innovation est certes au cœur de la stratégie de l’entreprise,
c’est le moyen grâ ce auquel cette dernière peut conserver ou accroître sa part de
marché, mais il ne faut pas écarter l’éventualité de voir ses propres innovations
contournées par les concurrents. Il rajoute que la vraie révolution de ce début du siècle
est bien la télématique et le savoir. La société vient d’être crée et elle devrait faire face à
une concurrence de plus en plus acharnée. Il propose par ailleurs, d’investir quand
même dans l’innovation et la conception des nouveaux logiciels adaptés aux attentes des
clients.

Le directeur d’exploitation appelle à reconsidérer le schéma d’approvisionnement, il


affirme que les négociations avec les fournisseurs sont loin d’aboutir à des solutions
acceptables, à cela s’ajoute l’exposition de l’entreprise au risque de change notamment
au regard des fluctuations imprévisibles du dollar. Un arbitrage devrait donc porter
entre la qualité de la matière première importée et celle commercialisée en Tunisie.
D’autre part, il affirme que l’entreprise subit une forte pression de la part des clients qui
exigent des produits ajustés à leurs besoins et un service après vente en installation et
en formation. A ce sujet, il s’aligne sur l’avis favorisant la création d’une unité de
formation au sein de l’entreprise pour diversifier l’activité et faire en quelque sorte le
marketing et la promotion des nouveaux produits.

Travail à faire :
Il vous est demandé de :
 Procéder à l’analyse de l’environnement de la société « Maghreb Soft » selon ses
différentes composantes : économique, financière…
 Dégager les opportunités et les menaces issues de cette analyse de
l’environnement
 Faire le diagnostic stratégique de l’entreprise (forces /faiblesses)
 Préciser les enjeux, les défis et les dilemmes ainsi que les perspectives
d’évolution de la firme.