Vous êtes sur la page 1sur 12

Chap.

 1  Rappels de la Mécanique Quantique

Une particule est décrite en mécanique quantique par une 
fonction appelée fonction d'onde ou fonction d’état de la 
pp
particule.

Autrement dit, toutes les informations concernant la particule 
A di l i f i l i l
étudiée sont fournies par la connaissance de cette fonction 
d onde.
d'onde

A cette fonction d'onde correspond ce que l'on appelle un 
opérateur pour  évaluer une grandeur physique mesurable.
é é l d h bl

La fonction d
La fonction d’onde
onde et l
et l’opérateur
opérateur sont relier par une équation qui 
sont relier par une équation qui
résulte de l’action de l’opérateur sur la fonction d’onde donnant 
ainsi la mesure de la grandeur représentée par l’opérateur quant 
la particule se trouve à l’état représenté par cette fonction. 
A) Fonction d'Onde.
1) Concepts de la fonction d’onde
A l’é
l’échelle
h ll atomique,
t i il n'est
' t pas possible
ibl de
d connaître
ît en même
ê
temps la position et la quantité de mouvement à partir desquelles on
peut avoir toute autre grandeur physique à ll’aide
aide de la mécanique
classique.

Ainsii par exemple


Ai l la
l trajectoire
j i ded la
l particule
i l ne pourrait i être
ê
déterminée, donc pas d’information sur la structure électronique
dd’un
un atome.
atome

Au lieu de parler de la position des particules on introduit une


f
fonction
i mathématique
h i quii permet d'accéder
d d à lal fonction
f i ded
distribution des positions possibles.

Cette fonction appelée fonction d'onde est conçue comme une sorte de
généralisation de la notion dd'onde
onde (Louis de Broglie) associée aux
particules matérielles.
L'état dynamique de la particule quantique est défini par la
connaissance de cette fonction "convenable"
convenable des coordonnées
de cette particule ainsi que du temps :

(x,y,z,t) ou q,t)

 décrit complètement l'état dynamique du système étudié. Autrement


dit toutes les informations accessibles associées au mouvement de la
particule sont fournies par .
2) Densité de Probabilité de Présence.
lle carréé de
d la
l norme de
d la f ti Y représente
l fonction é t la l densité
d ité
volumique de probabilité de présence de la particule (voir cours de
mec qtq).
mec. qtq)
|| =dP/dV
2

dP est la b bili é ponctuelle


l probabilité ll en un point
i entouréé d'und' volume
l
dV=dxdydz de cordonnées (x,y,z) où la fonction  est définie. Ainsi
la probabilité dP de trouver la particule à ll'intérieur
intérieur du volume dV
est :
dP=|  |2dV
Si on veut calculer la probabilité de présence de la particule P(V)
à l'intérieur d'un volume fini V.
En coordonnées cartésiennes par exemple, cette intégration
revient à une intégrale triple sur x,
x y et z.

Pour des raison mathématiques, nous avons toujours recours à


procéder en coordonnées sphériques r,  et .

Le volume élémentaire, dans ce


cas, est :

dV=r2sindrdd
Ainsi la probabilité de trouver la particule à l'intérieur
d'
d'une sphère
hè dde rayon R est :

Physico-mathématiquement la fonction d'onde doit vérifier certaines


conditions pour qu'elle puisse représenter la particule.
- Elle doit être continue et dérivable.
- Le
L carréé de d l ||2 doit
d son module d it être
êt intégrable
i té bl (Carré
(C é sommable).bl )
- Pour conserver le sens de densité de probabilité de présence, l'intégrale
de ||2 sur n'importe
n importe quel volume doit être plus petite que 1.
 est, à priori, une fonction complexe



Comme la particule existe quelque part dans l'espace, sa présence dans


l'univers étant certaine. la probabilité sur tout l'univers est donc P=1.
Ainsi

C'est la relation de normalisation de la fonction d'onde qui doit être


vérifiée
é ifié pour qu'elle
' ll prenne le
l sens de
d densité
d ité ded probabilité
b bilité de
d
présence.
B)Opérateurs.
1) Mesure d
d’une
une grandeur

Si l’état d’un système


y est ggéré ppar une fonction qqui fournie toutes les
informations concernant cette particule, chaque grandeur physique
mesurable est représentée par un opérateur (action mathématique)..

Un opérateur est une action mathématique (dérivée, multiplication,


conversion de scalaire en vecteur etc...) que l’on apporte à la fonction
d’onde à un instant donné (état stationnaire) pour mesurer la grandeur
correspondante.
d t

Quand ll’action
action de ll’opérateur
opérateur conduit à un résultat,
résultat ce résultat est
appelé mesure de la grandeur. C’est généralement une constante
appelée
pp valeur ppropre
p de l’opérateur
p p .
associé à la fonction ppropre
2) Règles de correspondance.
Aux expressions des grandeurs physiques en mécanique
classique correspondent des opérateurs analytiques pour évaluer
ces grandeurs en mécanique quantique moyennant des règles
appelées règles de correspondance (postulat).
Grandeur Mec. Classique Opérateur en Mec.
Quantique
Position r r

Quantité de p = mv = m(dr/dt)
mouvement (
( = ggradient des
coordonnées)
Moment angulaire
g
(ou cinétique)
g Cinétique
Energie q p2//2m = ((1/2)m(v)
Ec=p / ) ( )2

Energie Potentiel Vcl

Energie Total Et=Ec+Ep


Et Ec+Ep
Appelé Hamiltonien
C) Equation de Schrödinger.
1) Evolution dans le temps
(r,t)
( t) décrit
dé it le
l système.
tè Comme
C celui-ci
l i i évolue
é l dans
d le
l temps,
t son état
ét t
énergétique change. La mécanique quantique prévoit ce changement par
une équation aux dérivées partielles de ll’espace
espace et du temps
temps, appelée
équation de Schrödinger.

Ĥ = opérateur hamiltonien de l’énergie



ħ= h/2h=6.62610‐34JJs est la constante de Planck

Comme on lle constate,


C t t cette
tt équation
é ti montre t bien
bi que c'est
' t
l'opérateur hamiltonien Ĥ du système, qui gouverne l'évolution de
celui-ci
celui application de Ĥ à  donne la
ci dans le temps. Ainsi ll’application
dérivée de  par rapport au temps.
2) Etats stationnaires
Dans la pratique (la plupart des cas) on observe le système à un
instant donné (très bref) où l’état semble être inchangé ou "état
stationnaire", dans ces cas l’application de Ĥ à  donne une
é
énergie
i fixe
fi appelée
lé énergie
é i de
d l’état
l’ét t stationnaire
t ti i :

Ĥ
=E
E

 est l’opérateur Laplacien, somme des dérivés secondes.

en coordonnées cartésiennes

V est l’opérateur énergie potentielle à laquelle est soumise la


particule