Vous êtes sur la page 1sur 132

PROCEDURES CONTENTIEUSES

‫اــ ـــرـــ اـــــاــ ـــ اـــ ــ ا


ــــ اــــــــ‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances ‫وزارة ا‬


Direction Générale des Impôts ‫ا ا ا‬

Le Directeur Général ‫ا ام‬


N° : 032 MF /DGI/ 07.
Alger le, 15 janvier 2007

Messieurs les Présidents des Commissions


de Recours des Impôts Directs et TVA

Objet/ Fonctionnement des commissions de recours des impôts directs et TVA.


R.E.F.S./ -Articles 49 et 50 de la loi de finances pour 2007
- Articles 80, 81 et 81bis du code des procédures fiscales (CPF)
P. J./ Un (01) document.

J’ai l’honneur de faire connaitre à Messieurs les Présidents des commissions de recours
des impôts directs et TVA, que le fonctionnement des commissions de recours a connu des
aménagements opérés par la loi de finances pour 2007.

Ces aménagements sont dictés d’une part, par le souci de simplification des procédures
de traitement des recours et de renforcement des garanties offertes en la matière aux réclamants, et
d'autre part, par la réorganisation des structures d’exécution de I ‘Administration fiscale qui s’est
traduite par la création de la Direction des Grandes entreprises, des Centres des Impôts et des
Centres de Proximité des Impôts.

Pour tenir compte de ces nouveautés, une instruction a été élaborée définissant les
nouvelles procédures d’examen des recours introduits par les contribuables auprès des
commissions.

Cette instruction sera mise à votre disposition par les services fiscaux compétents.

Tout en vous souhaitant, plein succès dans l’accomplissement de votre mission, je vous
prie d’agréer, Messieurs les Présidents, l’expression de ma haute considération.

‫ا ام ا‬

‫ راو‬.‫ ع‬:‫إء‬


‫اــ ـــرـــ اـــــاــ ـــ اـــ ــ ا
ــــ اــــــــ‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances ‫وزارة ا‬
Direction Générale des Impôts ‫ا ا ا‬

Le Directeur Général ‫ا ام‬


N° : 001 MF /DGI/ 09.
Alger le, 3 décembre 2009

INSTRUCTION
A
Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises
Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya

En communication à :

Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts


Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet/ Contentieux fiscal : prérogatives de l'Administration Centrale.

R.E.F.S./ - Articles 77, 79 et 172-5 du Code de Procédures fiscales.


- Circulaire n°191 MF/DGI/DLF/SDL/LF du 24/04/2000.
- Note n° 149 MF/DG du 12/O3/2001.
- Note n° 939 MF/DGI/DCTX/SDC1X.IR--du 06/O7/2004.

La présente instruction a pour objet de préciser aux services fiscaux les modalités
pratiques du traitement des affaires contentieuses relevant de la compétence de l'administration
centrale eu égard aux différents aménagements apportés en la matière par les lois de finances et la
mise en place des nouvelles structures de l'administration fiscale (DGE, CDI) et ce, à la faveur des
nouvelles dispositions fixant l'organisation et les attributions des services extérieurs de
l'administration fiscale.
1- CONTENU DES PREROGATIVES DE L'ADMINISTRATION CENTRALE EN
MATIERE DE CONTENTIEUX :
La compétence de l'administration centrale en matière de traitement de contentieux fiscal
est définie par les articles 77, 79 et 172-5 du code des procédures fiscales (CPF), aux termes
desquelles les décisions relatives aux réclamations contentieuses, quel que soit l'origine de la
régularisation contestée sont soumises à l'avis conforme de l'administration centrale lorsque ces
affaires, portant sur un montant global de droits en principal et pénalités d'assiette comprises,
excèdent :
 100.000.000,00 DA pour les réclamations contentieuses introduites par les contribuables
relevant de la Direction des Grandes Entreprises (DGE).
 20.000.000,00 DA pour les contentieux issus des vérifications opérées par les services de
recherches et vérifications (SRV).
 20.000.000,00 DA pour les affaires dont les impositions contestées découlent de
régularisations opérées par les services d'assiette et de contrôle relevant des Directions des
Impôts de Wilaya, à savoir : le CDI, les inspections et sous direction du contrôle fiscal.
Le tableau ci-après résume, par structure et origine d'imposition, les seuils de compétence de
l'administration centrale :

Seuil de compétence de
Structure Origine des impositions contestées
l’administration centrale
1-Régularisation/gestion et contrôle CDI
2-Régularisation-inspection
3-Versements spontanés et retenues à la
source contestées. >Supérieurs à 20.000.000 DA
DIW 4-vérifications de comptabilité SDCF. (Droits en principal et pénalités
5-VASFE-SDCF d’assiette comprises).
6-Vérifications de comptabilité (SRV)
7-VASFE-SRV
8-Vérification ponctuelle
l-Régularisations opérées par les sous-
directions de gestion et de la
fiscalité des hydrocarbures.
2-Versements spontanés et retenues à la >Supérieurs à 100.000.000 DA
DGE source opérées. (Droits en principal et pénalités
3-Vérifications de comptabilité opérées par d’assiette comprises).
les sous-directions du contrôle fiscal et de la
fiscalité des hydrocarbures.
4-Vérification ponctuelle.

2- APPRECIATION DES SEUILS DE COMPETENCE DE L'ADMINISTRATION


CENTRALE :

Le seuil de compétence de l'administration centrale en matière de contentieux fiscal est


apprécié au regard des affaires contentieuses dont le rôle, les versements spontanés ou la retenue à
la source effectuée, dépasse le montant global, selon le cas 20.000.000,00 DA (DIW) et
100.000.000,00 DA (DGE), exprimés en droits en principal et pénalités d'assiette.
Il en résulte de ce qui précède que pour le décompte du montant ainsi précisé, les
pénalités de recouvrement en sont exclues.
3- RECLAMATIONS INTRODUITES PAR LES ASSOCIES ET ACTIONNAIRES DE
SOCIETES :
Les affaires contentieuses introduites par les associés et actionnaires de sociétés
contestant les impositions mises à leur charge, suite à la vérification de comptabilité de leurs
sociétés, celles-ci ne relèveront du champ de compétence de l'administration centrale que si elles
portent sur des montants excédant les montants indiqués ci-dessus.
Compte tenu des modifications apportées au régime d'imposition des dividendes désormais
soumis à une taxation libératoire de 10% au titre de l'IRG opérée par voie de retenue à la source par
le débiteur lors d'une régularisation par les services, les réclamations contentieuses y relatives
peuvent être formulées par les deux parties (entreprises-associés/actionnaires) auprès des services
du lieu de versement ou d'établissement de la retenue contestée.
4- RECOURS CONTENTIEUX PORTANT SUR DES IMPOSITIONS PRELEVEES PAR
VOIE DE RETENUE A LA SOURCE :
Le principe retenu pour le traitement des contentieux développés ci-dessus est étendu aux
recours contentieux relatifs à toute imposition contestée ayant été établie par voie de retenue à la
source.
5- AFFAIRES PORTANT SUR DES EXCEDENTS DE VERSEMENT, ERREURS
MATERIELLES ET DOUBLES EMPLOIS :
Les réclamations contentieuses ayant trait aux excédents de versement, erreurs matérielles
ou doubles emplois dépassant les nouveaux seuils de compétence de l'administration centrale,
doivent être traitées en premier et dernier ressort, selon le cas, par la DIW ou la DGE, sans requérir
l'avis conforme de l'administration centrale, dans la mesure où il s'agit de simples erreurs
comptables ou arithmétiques, pouvant de surcroît être corrigées par voie de dégrèvement d'office
conformément aux dispositions de l'article 95 du CPF.
6- TRAITEMENT DES AFFAIRES CONTENTIEUSES RELEVANT DE LA
COMPETENCE DE L'ADMINISTRATION CENTRALE :
6.1- Délai d'instruction des réclamations :
Le délai prévu par la législation en vigueur pour le traitement du contentieux dont l'avis de
l'administration centrale est requis est de huit (08) mois. Ce délai est réparti selon les différentes
phases d'instruction comme suit :
 au niveau local (DGE et DIW), l'instruction de la réclamation doit se réaliser pendant une
durée n'excédant pas trois (03) mois,
 au niveau central, l'intervention de l'administration s'opère dans le délai de cinq (05) mois.
6.2- Intervenants dans le traitement des affaires contentieuses relevant de la
compétence de l'administration centrale :
Le traitement des réclamations contentieuses relevant de l'administration centrale implique
l'intervention de plusieurs services conformément aux missions qui leur sont assignées dans ce
domaine, et dans le strict respect des délais impartis.
Le tableau, ci-dessous, retrace les intervenants dans le traitement des affaires contentieuses :
Structure Origine des impositions contestées Intervenants
1/CDI : Service principal gestion+ Service
Régularisation principal contentieux+ S/D contentieux
DIW.
-Versements spontanés contestés Service principal gestion+ Service
principal contentieux+ S/D contentieux
DIW.
-Retenue à la source contestée Service principal gestion+ Service
principal contentieux+ S/D contentieux
DIW.
-Contrôle sur pièces Service principal du contrôle et de la
recherche+ service principal contentieux +
S/D contentieux DIW
DIW -vérification de comptabilité – Service principal contentieux+ S/D
Vérification ponctuelle contentieux DIW
2/INSPECTION : Inspection + S/Direction du contentieux
-Régularisation –inspection
-Versements spontanés contestés. Inspection + S/Direction du contentieux
-Retenue à la source contestée Inspection + S/Direction du contentieux
3/VERIFICATIONS :
-Vérifications de comptabilité S /Direction du contentieux
SDCF- vérification ponctuelle.
-VASFE-SDCF, vérifications de S/ Direction du contentieux
comptabilité SR, VASFE-SRV
-Régularisations assiette : S/D de 1-S/Direction ayant établi l’imposition
gestion et S/D des hydrocarbures. contestée.
2-S/Direction du contentieux.
Versements spontanés et retenues à 1-S/Direction chargée de la gestion du
DGE la source opérées. dossier fiscal de l’entreprise réclamante.
2-S/Direction du contentieux
-Vérifications de comptabilité et
vérification ponctuelle opérées par S/ Direction du contentieux
les sous-directeurs du contrôle fiscal
et des hydrocarbures.
Il est rappelé, à cet égard, que la détermination des intervenants dans le traitement des
affaires contentieuses relatives aux vérifications de comptabilité, vérifications ponctuelles et
VASFE, s'inscrit dans le cadre des mesures d’allègement de la procédure d’instruction des
contentieux conformément aux prescriptions de la note n° 939 MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR du
06/07/2004.
Toutefois, lorsque l’exploitation des notifications de redressements relatives au contrôle sur
place (vérification de comptabilité, vérification ponctuelle et VASFE) ne permet pas à l’agent
instructeur la reconstitution des bases imposables ou lorsqu’un point ayant trait à la procédure
d’imposition a été relevée, l’avis de la structure de contrôle devra être sollicité par écrit.
6.3- Examen des réclamations contentieuses :
Pour l’examen des affaires contentieuses, dont l’avis conforme de l’administration centrale
est requis, les intervenants, ainsi définis, procéderont à leur instruction tant en la forme qu'en le
fond, selon les mêmes règles que celles adoptées pour le traitement de l'ensemble du contentieux. A
ce titre, ii y a lieu de se référer en la matière l’instruction générale sur les procédures contentieuses.
6.4- Intervention du Directeur des Grandes Entreprises ou du Directeur des Impôts de
Wilaya :
Lors de la présentation du dossier contentieux dûment formalisé, le Directeur des Grandes
Entreprises ou le Directeur des Impôts de Wilaya doit s'assurer que l'avis motivé de l'ensemble des
intervenants figure dans le dossier contentieux.
Il est tenu de faire connaître sa position sur l'affaire en cause.
Dès lors, il est procédé immédiatement à la transmission du dossier à l'administration
centrale pour avis conforme.
7-Montage du dossier contentieux à soumettre à l'administration centrale :
Les dossiers contentieux devant être soumis à l'administration centrale, pour avis conforme,
doivent contenir toutes les pièces et documents à même de permettre aux services centraux de se
prononcer en toute connaissance de cause sur les affaires relevant de leur compétence.
Contentieux issus des Contentieux issus des VASFE Contentieux issus des
vérifications de comptabilité et régularisations- assiette
vérifications ponctuelles

1. Accusé de réception de la 1. Accusé de réception de la 1. Accusé de réception de la


réclamation. réclamation. réclamation.
2. Réclamation du contribuable 2. Réclamation du contribuable 2. Réclamation du
et toutes les pièces et contribuable et
justificatives produites. toutes les pièces justificatives toutes les pièces
3. Rôle individuel des produites. justificatives produites.
impositions 3. Rôle individuel des 3. Rôle individuel des
Contestées. impositions impositions
4. Avis du directeur. Contestées. Contestées
5. Avis de vérification. 4. Avis du directeur. 4. Instructions des
6. Fiches de début et fin des 5. Avis de vérification. intervenants.
travaux de vérifications. 6. Fiches de début et fin des 5. Avis du directeur.
7. rapport de vérification. travaux de vérifications. 6. Notifications de
8. Etats comparatifs des bilans. 7. rapport de vérification redressement +
10. Relevés comparatifs du 8. Notification primitive réponse du contribuable.
tableau du compte des 9. Notification définitive.
résultats. 10. Notification
11. Notification primitive. complémentaire
12. Notification définitive.
13. Notification
complémentaire.

Par ailleurs, l’instruction des affaires contentieuses relevant de la compétence de


l’administration centrale devra être structurée comme suit :
1. Origine et mode d’établissement des impositions contestées :
 Notification initiale;
 Réponse du contribuable ;
 Notification définitive ;
 Nature et montant des impositions rappelées.
2. Points de contestation soulevés :
 Réserves formulées sur la procédure d’imposition;
 Réserves formulées sur la reconstitution des bases imposables.
3. Traitement de l’affaire contentieuse par le Directeur des impôts :
 Avis du service taxateur ;
 Avis du Directeur des impôts.
 Calcul des dégrèvements proposés.
8- EXAMEN AU NIVEAU DE L’ADMINISTRATION CENTRALE :
8.1- Affaires contentieuses issues des régularisations assiettes + vérifications de comptabilité
+ VASFE (DGE-DIW-CDI) :
A la réception des dossiers contentieux dûment formalisés et comportant les avis émis par
l'ensemble des intervenants dans le traitement des affaires contentieuses issues des régularisations
opérées par la DGE et les DIW, la Direction du Contentieux procède à leur enregistrement.
Sur la base de tous les éléments d’informations ainsi mis à sa disposition, la Direction du
Contentieux procède é l’examen de l‘affaire contentieuse.
En se fondant sur les résultats de son instruction, la Direction du Contentieux émettra un
avis auquel la Direction des Grandes Entreprises ou la Direction des Impôts de Wilaya compétente
devra s’y conformer pour prendre sa décision et la notifier au contribuable.
8.2 - Affaires contentieuses issues des vérifications opérées par le service des recherches et
vérifications (SRV):
A la réception du dossier contentieux, par l’administration centrale, la Direction du
Contentieux procède à son enregistrement sur un registre spécial ainsi qu’au montage du dossier
dont une copie est transmise à la Direction des Recherches et Vérifications (DRV) pour avis.
a) Rôle de la Direction des Recherches et Vérifications :
La DRV procèdera à l’examen de la réclamation contentieuse au regard de l’ensemble des
réserves soulevées par le réclamant tant au plan procédural que sur les résultats de la vérification en
s’appuyant sur les documents et pièces constitutifs du dossier.
A l’issue de cet examen, l’avis émis par la DRV devra être porté à la connaissance de la
direction du contentieux dans un délai n’excédant pas trois (03) mois.
b) Travaux en Direction du Contentieux :
Sur la base de tous les éléments d’informations ainsi mis à sa disposition, la Direction du
Contentieux procède à l’examen de l’affaire contentieuse.
En se fondant sur les résultats de son instruction, la Direction du Contentieux émettra un
avis auquel la Direction des Grandes Entreprises ou la Direction des Impôts de Wilaya compétente
devra s’y conformer pour prendre sa décision et la notifier au contribuable.
Une copie de l’avis conforme émis par la Direction du Contentieux sera transmise pour
information à la Direction des Recherches et Vérifications.
9- SUITE DE LA PROCEDURE PAR LE DIRECTEUR DES IMPOTS DGE-DIW :
A cet égard, il est précisé que le Directeur des Impôts doit notifier au contribuable la
décision prise par lettre recommandée avec accusé de réception (sauf dans le cas d’admission totale
où la décision est notifiée par la lettre ordinaire), la date de la réception servant de point de départ
aux délais dont dispose le contribuable pour user des autres voies de recours prévues par la
législation en vigueur.
La lettre de notification de la décision doit reproduire intégralement les motifs de la
décision, en cas de rejet total ou partiel. Lorsque la réclamation est jugée irrecevable en la forme,
notamment au regard des délais de présentation des réclamations à l’exception de celles éligibles à
la procédure de dégrèvement d’office, il convient de faire connaitre au contribuable les motifs ayant
conduit à son rejet.
En outre, il appartient à la Direction des Grandes Entreprises ou la Direction des Impôts de
transmettre dès notification de la décision au contribuable une copie de ladite décision,
respectivement à la Direction du Contentieux et à la Direction des Recherches et Vérifications.
Ce document doit être accompagné d’une fiche signalétique dûment visée par le responsable
de la structure faisant ressortir l’exécution de l’avis émis pas la Direction du Contentieux et ce,
suivant modèle élaboré à cet effet.
Vous voudrez bien assurer une large diffusion de la présente instruction, veiller à son
application et me rendre compte des difficultés éventuellement rencontrées.

‫ا ام ا‬


‫ راو‬.‫ ع‬:‫إء‬
‫اــ ـــرـــ اـــــاــ ـــ اـــ ــ ا
ــــ اــــــــ‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances ‫وزارة ا‬


Direction Générale des Impôts ‫ا ا ا‬

N° 11 MF/DGI/DLF/LF/97
Alger le, 02 mai 1998

CIRCULAIRE
A
Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Chefs des Brigades Régionales de Vérification de Gestion

Objet / Recours de l'Administration Fiscale contre les avis des Commissions de Recours

R.E.F.S./ -Articles 29, 30 et 31 de la loi de finances pour 1997.


-Articles 300-3, 301-4 et 302-4 du code des impôts directs et taxes assimilées.
- Circulaire n°11 MF/DGI/DLF//LF/97 du 17 février 1998.

La présente circulaire remplace la circulaire n°11 MF/DGI/DLF/LF 97 du 17 février 1998


qui a pour objet de commenter pour les services les modifications introduites par les articles 29, 30
et 31 de la loi de finances pour 1997 au niveau respectivement des dispositions des articles 300-3,
301-4 et 302-4 du code des impôts directs et taxes assimilées.
I. POSSIBILITE POUR L'ADMINISTRATION FISCALE DE FAIRE RECOURS CONTRE
LES AVIS DE LA COMMISSION DE RECOURS DE DAÏRA DES IMPOTS DIRECTS
AUPRES DE LA COMMISSION DE RECOURS DES IMPOTS DIRECTS DE LA
WILAYA.
Aux termes de la législation fiscale en vigueur au 31 décembre 1996, les avis rendus par la
commission de recours de daïra des impôts directs avaient force exécutoire.
En raison de leur caractère obligatoire, l'administration était, en effet, tenue de les appliquer.
La modification opérée par l'article 29 de la loi de finances pour 1997 au niveau des
dispositions de l'article 300-3 du CID a pour objet justement d'introduire la possibilité pour le
directeur des impôts de wilaya de surseoir à l'exécution de l'avis de la Commission de Recours de
Daïra des Impôts Directs et de formuler un recours contre cet avis auprès de la Commission de
Recours des Impôts Directs de la Wilaya lorsque celui-ci a été rendu en violation manifeste d'une
disposition de la loi fiscale.
Dans ce cas, le Directeur des Impôts de Wilaya est tenu d'informer le requérant du recours
ainsi introduit.
II. POSSIBILITE POUR L'ADMINISTRATION FISCALE DE FORMULER DES
RECOURS AUPRES DE LA CHAMBRE ADMINISTRATIF DE LA COUR CONTRE LES
AVIS DES COMMISSIONS DE RECOURS DE WILAYA ET CENTRALE.

Avant l'intervention de la loi de finances pour 1997, les avis rendus par la Commission de
Recours Des Impôts Directs De Wilaya et par la Commission Centrale de Recours Des Impôts
Directs s'imposaient à l'Administration Fiscale qui devait les exécuter compte tenu de leur force
exécutoire.
Le réaménagement opéré, au niveau des dispositions des articles 301-4 et 302-4 du CID
respectivement par les articles 30 et 31 de la loi de finances pour 1997 consiste à prévoir la
possibilité pour le Directeur des Impôts de Wilaya de surseoir à l'exécution des avis rendus, en
violation manifeste d'une disposition fiscale par les commissions de recours de wilaya et par la
Commission Centrale de Recours et de formuler un recours contre ces avis auprès de la Chambre
Administrative de la Cour.
Pour ce faire, le Directeur des Impôts de Wilaya se doit d'en informer le requérant.
III. DELAI DE RECOURS
Selon les dispositions ainsi modifiées des articles 300-3, 301-4 et 302-4 du CID, le Directeur
des Impôts de Wilaya dispose d'un délai d'un mois pour formuler son recours :
 auprès de la Commission de Recours des Impôts Directs de la Wilaya contre les avis rendus
en violation manifeste d'une disposition fiscale par la Commission de Recours de Daïra des
Impôts Directs ;
 auprès de la Chambre Administrative de la Cour contre les avis rendus en violation
manifeste d'une disposition fiscale, tant par les Commissions de Recours des Impôts Directs
de la Wilaya que par la Commission Centrale de Recours des Impôts Directs.
IV. NOTION DE «VIOLATION DE LA LOI»
Il est signalé que la notion de «violation de la loi» s'entend aussi bien de la transgression
manifeste d'une disposition légale que de l'absence de fondement légal.
C'est le cas notamment :
 de l'octroi d'une exonération non prévue par la loi ;
 d'une réfaction indue en matière de TAP ;
 de l'octroi d'une charge non déductible ou non justifiée
V. MESURES DE SERVICES
 L'action devant la Chambre Administrative de la Cour est engagée, par le Directeur des
Impôts de Wilaya territorialement compétent.
En ce qui concerne les avis émis par la Commission Centrale de Recours dans les
conditions rappelées ci-dessus, l'Administration Centrale (Direction du Contentieux) se chargera
d'informer le Directeur des Impôts de Wilaya compétent pour déclencher l'action judiciaire.
 Préalablement à cette action, le contribuable concerné doit être informé de la démarche
envisagée.
Cette information doit se faire selon les usages en cours (envoi avec accusé de reception ...
etc.) et ce, systématiquement sous peine de nullité.
 La saisine de la Chambre Administrative se fait par la communication, dans le mois qui suit
la notification de l'avis exprimé par la commission au Directeur des Impôts de Wilaya, de la
décision de la commission et la réclamation initiale présentée par le réclamant accompagnée
d'un mémoire précisant les motifs de la saisine ;
 le contribuable dont la réclamation est adressée d'office à la Chambre Administrative n'est
pas tenu de refaire sa demande sur papier timbre.
Les nouvelles dispositions doivent être appliquées par les services avec circonspection.
Il est précisé que la charge de la preuve incombera devant la justice à l’Administration
Fiscale.
La présente circulaire se substitue à la circulaire n° 11 MF/DGI/DLF/LF/97 du 17 Février
1998 dont les dispositions sont ainsi rapportées.
VI. DATE D'EFFET
La présente circulaire prend effet à compter du 1er janvier 1997.
Vous voudrez bien assurer une large diffusion de la présente circulaire, veiller à
application et m'en accuser réception en me retournant rempli et signé l'imprimé ci-joint.

 ‫ ارات و ا"! ا‬


#‫در‬%# ‫ع‬. ‫م‬
‫اــ ـــرـــ اـــــاــ ـــ اـــ ــ ا
ــــ اــــــــ‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 85 MF/DGI/DCTX
Alger le, 15 janvier 2007

INSTRUCTION
A
Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises
Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet/ Contentieux fiscal – Fonctionnement des commissions de recours


des impôts directs et TVA

R.E.F.S./ - Articles 49 et 50 de la loi de finances pour 2007


- Articles 80 et 81bis du code des procédures fiscales (CPF).

La présente instruction a pour objet de présenter aux services fiscaux l'organisation et le


fonctionnement des commissions de recours des impôts directs et TVA tenant compte :

 des aménagements introduits par la loi de finances pour 2007 et qui portent sur le
point ci-après :
 Fixation du délai imparti aux commissions de recours des impôts directs et TVA pour
émettre leurs avis ;
 Obligation de tenir une séance une fois par mois au lieu de trois mois ;
 Obligation d'informer à l'issue de chaque séance les contribuables concernés du sort réservé
à leurs recours ;
 Extension du dispositif du sursis légal de paiement au profit des contribuables qui saisissent
les commissions de recours des impôts directs et TVA ;
 Révision du motif de la non exécution des avis rendus par les commissions de recours ;
 Faculté offerte aux contribuables qui n'ont pas reçu de réponse à leurs recours dans le délai
imparti, de saisir le Tribunal administratif.

 des implications découlant de la réforme des structures de l'Administration Fiscale (DGE


-CDI - CPI) en matière d'attribution de compétence au plan du contentieux.
 de la nécessité de simplifier pour les services fiscaux l'exécution des différentes
procédures de traitement des recours soumis aux différentes commissions de recours.
 du transfert de l'intégralité des dispositions régissant l'organisation et le fonctionnement
des commissions de recours des impôts directs et TVA du CID au CPF qui devient l'unique
code comportant l'ensemble des dispositions ayant trait au contentieux fiscal. Ce transfert a
consisté à prévoir d'une part, en un seul dispositif les dispositions communes aux trois commissions
de recours et d'autre part, à édicter les dispositions propres à chaque commission de recours.
Cette instruction s'articule autour des quatre (04) axes suivants :
1-Introduction des recours ;
2-Les travaux incombant aux services fiscaux ;
3-Le fonctionnement des commissions de recours des impôts directs et de TVA ;
4-Exécution des avis rendus par les commissions.
I-INTRODUCTION DES RECOURS :
1- Objet des recours :
Conformément aux dispositions de l'article 70 du CPF, posant le principe du recours
administratif préalable, seules les réclamations contentieuses ayant fait l'objet d'une décision de
rejet partiel ou total par l'autorité administrative compétente sont susceptibles de recours auprès des
commissions des impôts directs et TVA.
2-Services chargés de recevoir les recours :
En vertu des dispositions légales, c'est auprès des présidents des différentes commissions de
recours des impôts directs et TVA que les contribuables non satisfaits de la réponse de
l'Administration Fiscale à leurs requêtes, doivent formuler leurs recours.
Néanmoins, pour des motifs de commodité et de gain de temps, l'Administration Fiscale a
jugé judicieux et avantageux tant pour les contribuables que les services fiscaux de fixer le lieu de
dépôt des recours au niveau des services fiscaux dont dépend le lieu d'imposition.
Il est rappelé à cet égard que la note n° 585 MF/DGI/DCTX du 02.05.2006 indique avec
précision les services chargés de recevoir les recours en question, lesquels sont repris dans le
tableau ci-après :
Contribuable Commission de recours Lieu de dépôt du
Structure fiscale d’appartenance compétente recours
Direction des impôts de wilaya (DIW) Daïra – wilaya – centrale en DIW
fonction du montant des impôts
contestés.
Direction des Grandes Entreprises CCR DGE
(DGE)
Centre des Impôts (CDI) Commission de Wilaya CDI
Centre de Proximité des Impôts (CPI) Commission de Daïra CPI

Afin de permettre au secrétariat de la CCR de suivre la situation des recours - CCR, les services
sont tenus de faire parvenir trimestriellement à la Direction du Contentieux, un état desdits recours
faisant ressortir distinctement, les éléments ci-après :
N° Date d’introduction Date de transmission du
du Contribuable du recours dossier formalisé à la
recours Direction Contentieux

3-Récépissé :
Les recours déposés par les contribuables auprès des services fiscaux compétents
donnent lieu à la délivrance de la part de ces derniers d'un récépissé suivant modèle joint en annexe,
et comportant notamment la mention de la date de dépôt du recours.
La mention de cette date est-il rappelé présente une importance capitale en ce qu’elle fonde aussi
bien la recevabilité du recours que la computation à opérer en matière de délai de réponse.
4-cas des contribuables qui introduisent une instance auprès du Tribunal Administratif:
Conformément à la procédure prévue par les dispositions de l'article 80-3 du CPF, tout
contribuable qui introduit une instance auprès du Tribunal Administratif contre la décision de
l'Administration Fiscale perd définitivement le droit de saisir les commissions de recours des impôts
directs et TVA pour faire valoir ses droits objet de sa réclamation.
En conséquence, pareils recours examinés par la commission compétente devront donner
lieu un rejet en la forme. Toutefois, dans le cas où une commission examinerait au fond, un recours
similaire l'avis rendu par celle-ci sera considéré comme frappé de nullité absolue.
5-Délai d'introduction des recours :
Sous peine d'irrecevabilité, le recours doit être introduit auprès du président de commission
compétente doit être introduit dans le délai légal de deux (02) mois à compter de la date de la
notification de la décision de rejet total ou partiel du Directeur des Impôts.
6-Forme et contenu des recours :
En dehors des indications indispensables pour identifier le requérant (nom - adresse), tout
recours doit mentionner le ou les impôts qu'il concerne et contenir l'exposé sommaire des moyens
par lesquels son auteur prétend le justifié. Il doit en outre, indiqué les conclusions du requérant,
c'est-à-dire l'objet réel et la portée exacte de la demande (Bases ou montant de la décharge,
réduction ou restitution sollicitée). Le recours doit être accompagné de toutes pièces justificatives
susceptibles d'étayer les arguments des contribuables.
En aucun cas, son recours ne doit outrepasser les points de contestation contenus dans sa
réclamation initiale.
Enfin, si le contribuable entend bénéficier du sursis légal de paiement des impositions qu'il
conteste, il doit en faire expressément la demande dans son recours.
L'absence d'observation de l'une des conditions énoncées ci-dessus, n'a pas pour effet
d'entraîner l'irrecevabilité des recours.
7-Sursis légal de paiement :
Conformément aux nouvelles dispositions introduites par la loi de finances pour 2007 (art.
80-2 du CPF), le requérant peut désormais solliciter le sursis légal de paiement, pour ce faire. Il est
tenu d'acquitter à nouveau 20% des montants des droits et pénalités restant à sa charge.
Il est précisé, à cet égard, que le bénéfice de ce dispositif doit être accordé aux contribuables
n'ayant pas sollicité l'octroi du sursis légal de paiement lors de la phase du recours préalable lorsque
ces derniers s'acquittent de 40% (20% + 20%), du montant des impositions restant en litige.
L'octroi du sursis légal de paiement ainsi que ses conséquences au plan de l'action de
recouvrement des impositions dues obéissent aux mêmes règles et procédures que celles prévalant
pour le sursis légal de paiement sollicité lors de la phase administrative.
Il demeure entendu que le versement des montants ci-dessus (20% / 40%) dispense le
contribuable de souscrire un calendrier de paiement pour les sommes restantes.
Il en résulte que les services doivent se reporter aux énonciations de l'instruction générale
sur les procédures contentieuses - 2005 - fixant les modalités d'octroi de sursis légal du paiement.
Pour l'attribution du sursis légal de paiement sollicité lors de l'introduction du recours l'imprimé à
utiliser est joint en annexe.
II-TRAVAUX A REALISER PAR LES SERVICES FISCAUX :
1-Gestion des dossiers de recours :
1.1-Réception des recours :
Dès leur réception à la Direction des Impôts, les recours sont annotés à l'aide d'un timbre
spécial, de la date de leur arrivée.
Lorsqu'un recours parvient par la poste, l'enveloppe qui le contenait est toujours conservée et
demeure annexée à ce recours, le cachet apposé par les services de la poste permet en effet de
confirmer la date de présentation du recours, et à cet égard, il constitue, le cas échéant, un élément
de preuve de déchéance encourue pour inobservation du délai.
1.2-Analyse :
Un agent qualifié (Inspecteur rédacteur en principe) procède immédiatement à une lecture
attentive des recours et en faisant ressortir une analyse sommaire comportant :
 -l'indication du lieu d'imposition ;
 -les références à l'imposition contestée (nature de l'impôt, année ou période d'imposition, rôle....) ;
 -l'objet du recours à savoir décharge, réduction, restitution ;
 -la mention du sursis légal de paiement, si l'intéressé sollicite un sursis de paiement, cette mention
doit être suivie du montant à acquitter ;
 -la commission compétente.
Ce travail d'analyse ainsi décrit est indispensable car il conditionne l'exécution correcte des
travaux matériels auxquels donne lieu la constitution et l'enregistrement de chaque dossier de
recours.
1.3-Enregistrement des recours :
Pour cette opération, il ya lieu de se référer aux dispositions de l'instruction générale sur les
procédures contentieuses 2005 qui prévoient les modalités d'enregistrement des dossiers de recours.
1.4-Montage des dossiers de recours :
Le montage des dossiers de recours s'effectue selon les procédures usuelles. Le dossier doit
comprendre l'ensemble des documents et pièces nécessaires à l’examen du recours, repris dans le
tableau ci après :
Contentieux – Inspection Contentieux Vérification de comptabilité
-Réclamation initiale + pièces justificatives -Réclamation initiale + pièces justificatives
produites par le contribuable produites par le contribuable
-Rôle d'imposition -Rôle d'imposition
-Notification de redressements C4 -Avis de vérification
-Réponse du contribuable -Notifications (initiale - définitive)
-Avis des différents intervenants -Réponse du contribuable à la notification initiale
*Instruction du Chef d'Inspection -Avis des différents intervenants
*Direction des Impôts *Direction des Impôts
*Administration Centrale *Administration Centrale
-Décision de rejet total ou partiel -Décision de rejet total ou part

1.5-Envoi des dossiers de recours à l'instruction :


Une fois formalisé, le dossier de recours doit être transmis pour instruction aux services du
contentieux de la Direction des Impôts à savoir le bureau du contentieux administratif et judiciaire. Il
est rappelé, à cet égard, que l'instruction ne saurait nécessite un nouvel avis de l'inspection/service
taxateur concernée en ce qu'elle a déjà examiné l'affaire lors du recours préalable.
2-Examen des recours :
2.1-Agents chargés de l'instruction du recours :
L'instruction du recours incombe aux agents dépendant du bureau du contentieux
administratif et judiciaire (CAG).
2.2-Délai d'instruction des recours :
Etant donné que les avis rendus par les différentes commissions des impôts directs et TVA
doivent intervenir dans un délai de 04 mois suivant la date de présentation des recours. Il est
important que les services fiscaux prennent toutes les dispositions utiles pour les affaires soient
instruites dans les 02 mois de la date de présentation des recours.
2.3-Modalités d'instruction des recours :
L'instruction des recours comporte pour les agents la nécessité d'un examen en la forme et
au fond et la formalisation des conclusions sur les mérites des demandes.
-Examen en la forme :
L'instruction des recours comporte pour l'agent qu'en est chargé un examen du point de vue
du délai de présentation. Pour apprécier la recevabilité du recours au regard du délai d'introduction,
il convient de déterminer pour chaque recours :
 sa date de présentation ;
 le point de départ du délai à retenir ;
 l'étendu du délai ;
 la date d'expiration de ce délai
Le rapprochement en ces divers éléments conduit à constater :
 soit que le recours est recevable comme ayant été présenté dans le délai ;
 soit qu'il est entaché de déchéance comme ayant été présenté après l'expiration du délai
légal.
Afin de lever toute ambiguïté, le délai commence à courir à compter du jour de la réception
de la notification, portant décision de rejet total ou partiel du Directeur des Impôts de Wilaya.
 Et pour ce faire, l'attention des services fiscaux est particulièrement attirée sur la nécessité
de l'envoi de la décision de rejet total ou partiel sous pli recommandé avec accusé de
réception. C'est l'accusé qui précisera la date certaine de réception de la décision susceptible
d'être portée devant l'une des commissions.
En pratique deux cas de figure peuvent se présenter :
 recours introduit par voie postale ;
 recours introduit par dépôt auprès d'un bureau d'ordre de l'Administration Fiscale.
Dans ces deux cas, c'est la comparaison entre la date de réception de la notification
mentionnée sur l'accusé de réception, et la date d'envoi du recours attestées par le cachet de poste ou
la date de dépôt auprès du bureau d'ordre selon le cas, qui détermine la validité ou l'expiration du
délai imparti.
-Examen au fond :
Après avoir examiné, dans les conditions indiquées ci-dessus, si les recours sont recevables,
l'inspecteur procède à leur instruction au fond.
L'instruction au fond des recours a pour objet :
 de vérifier et, si il ya lieu de rétablir l'exactitude des faits exposés dans la demande ;
 d'examiner, et le cas échéant de discuter la valeur des motifs de droits invoqués par le
requérant.
-Avis de l'agent instructeur :
Après avoir procédé à l'examen du recours, en la forme et au fond dans les conditions
précisées ci-dessus, l'agent instructeur consigne les résultats de ces constatations dans un rapport
contenant ses observations et son avis sur la suite qui lui parait comporter la demande. Il détermine,
si il ya lieu, le montant des dégrèvements proposés (décharge, réduction ou restitution).
3-Rapport du Directeur des Impôts :
3.-1-Examen des résultats de l'instruction :
Au fur à mesure que les dossiers de recours lui sont transmis, le Directeur des Impôts
procède à un examen approfondi de la demande et de l'avis formulé par l'agent qui en a assuré
l'instruction.
3.2-Etablissement d'une fiche de synthèse :
Le Directeur des Impôts formule son avis à soumettre à là commission compétente dans un
rapport détaillé (fiche de synthèse) selon le modèle joint en annexe.
Cet avis doit être dûment motivé et visé par ses soins.
4-Travaux préparatoires des séances des commissions de recours :
Les travaux préparatoires des séances des commissions de recours des impôts directs et
TVA qui sont assumés par le secrétaire des commissions consistent en :
4.1-la formalisation des dossiers de recours :
Il s'agit de constituer le dossier à remettre aux présidents et aux membres des commissions
et qui comprend les pièces ci-après :
 le recours introduit par le requérant ;
 la fiche de synthèse élaborée par la Direction des Impôts ;
 Rapport de présentation des recours soumis à l'examen de la CCR dûment visé par le
Directeur du Contentieux conformément à la note n°859 MF/DG/06 du 15.11.2006.
Toutes les pièces justificatives produites par le requérant, doivent être mises, le cas échéant à
la disposition de la commission.
4.2-la programmation des séances :
Il s'agit d'établir un état des recours à examiner au cours de la séance considérée :
En la matière, il y a lieu de respecter l'ordre d'arrivée des recours en tenant compte bien
entendu de l'accomplissement et de l'achèvement de l'instruction de l'affaire.
A cet égard, il n'est pas contre indiqué qu'un recours soit programmé avant un autre bien que
venant après lui dans l'ordre d'arrivée, lorsque le deuxième recours présente une maturité à l'examen
supérieur à celle du premier. En tout état de cause, le secrétaire doit veiller à ce que le recours
présenté à l'examen de la commission soit complètement finalisé quant à son instruction et qu'il
comporte tous les documents nécessaires, à cet effet.
En conséquence, il doit s'abstenir de présenter les recours insuffisamment instruits ou
incomplets et aux pièces qu'il doit comprendre.
4.3-La convocation des membres et des contribuables concernés :
Le secrétaire doit procéder à la convocation tant des membres de la commission que les
contribuables dont les recours sont programmés au cours de la séance considérée.
Les convocations doivent être signées par les présidents des commissions.
La convocation des intéressés doit avoir lieu dans un délai qui ne peut être inférieur à 20
jours avant la date de la tenue de la séance. Le modèle de convocation à utiliser pour ce faire et joint
en annexe.
III-FONCTIONNEMENT DES COMMISSIONS DE RECOURS :
1-Domaine de compétence des commissions de recours :
Eu égard, aux changements introduits par les différentes lois de finances et notamment celle
de 2007, le domaine de compétence des commissions de recours des impôts directs et TVA se
défini en tenant compte des 04 critères ci-après :
-l'objet des recours ;
-la nature des impôts contestés ;
-les seuils de compétence liés aux montants contestés ;
-la catégorisation des contribuables par rapport à la structure fiscale d'appartenance.
1.1-Objet des recours :
Les recours présentés par les contribuables auprès des commissions compétentes visent à
obtenir :
-soit la réparation d'erreurs commises dans l'assiette ou le calcul des impositions, il s'agit des
demandes des contribuables qui estime avoir été imposé à tort (demande en décharge) ou surtaxés
(demandes en réduction) ou prétendent avoir effectué des versements indus (demandes en
restitution).
-soit le bénéfice d'un droit résultant d'une disposition légale.
En conséquence, les demandes de remboursement de crédit de TVA qui ne présentent pas le
caractère contentieux ne sauraient faire l'objet de recours recevables pour examen par les
commissions.
1.2-Nature des impôts contestés :
Les recours formulés par les contribuables auprès les commissions, doivent concerner des
impositions relevant de la catégorie des impôts directs et de la TVA, ainsi que ceux y assimilés, en
raison de leurs règles d'assiette, de contrôle, de recouvrement et de contentieux les régissant, à
l'instar notamment de la TIC et de la TPP.
Les recours relatifs aux droits de timbres et droits d'enregistrement ne relèvent donc pas de
la compétence dès commissions de recours.
Toutefois, lorsqu'un recours résulte d'un contrôle approfondi ou d'une vérification de
comptabilité dont les redressements sont étendus aux droits de timbres ou de droits
d'enregistrement, les commissions sont tenues d'examiner dans un cadre global lesdits recours,
d'autant plus, que l'article 70 du CPF a unifié et harmonisé les procédures contentieuses à
l'ensemble des impôts et taxes à l'exception des impôts indirects qui ne comportent pas de recours
préalable.
1.3- les seuils de compétence liés aux montants contestés :
La compétence des commissions de recours au regard des montants contestés est retracée dans
le tableau ci-après :

Commissions des impôts Seuils de compétence / montants contestés


directs et TVA
-Cotes d'impôts directs et taxes assimilées inférieures ou
égales à 500.000 DA ainsi que des taxations de TVA
DAÏRA inférieures ou égales à 500.000 DA.

-Cotes d'impôts directs et taxes assimilées supérieures à


500.000 DA et inférieures ou égales à 2.000.000 DA ainsi
WILAYA que des taxations de TVA supérieures à 500.000 DA et
inférieures ou égales à 2.000.000 DA.

-Cotes d'impôts directs et taxes assimilées ainsi que des


taxations de TVA supérieures à 2.000.000 DA.
CENTRALE -affaires dans le montant de droit et pénalités excède
10.000.000 DA.

1.4-Cas des contribuables relevant des CPI, CDI et de la DGE :


Les contribuables relevant des CPI, CDI et de la DGE formuleront leurs recours
systématiquement et respectivement auprès des commissions de recours de Daïra, Wilaya et
Centrale et ce, abstraction faite des montants des droits contestés.

contribuables Commission compétente

CPI -Commissions de Daïra

CDI -Commissions de Wilaya

DGE -Commissions Centrale

2-Composition des commissions de recours :


La composition des commissions de recours doit faire l'objet d'un réaménagement à l'effet de
l'intégration des représentants des nouvelles structures fiscales de l'Administration Fiscale (CPI -
CDI - DGE) en qualité de membres à part entière.
Cette composition se présente comme suit :
2.1-Commission de Daïra :
 Le Chef de Daïra ou le Secrétaire Général de la Daïra, Président.
 Le Président de l'Assemblée Populaire Communale ou l'un de ses vice-présidents du lieu
d'exercice de l'activité du contribuable.
 le Chef d'inspection territorialement compétent, où selon le cas le responsable du service
contentieux du Centre de Proximité des Impôts.
 deux (02) membres titulaires et deux (02) membres suppléants, pour chaque commune,
désignés par les associations ou unions professionnelles.
2.2-Commission de wilaya :
-Un magistrat désigné par le président de la cour territorialement compétent, président.
-un représentant du wali.
-un membre de l'assemblée populaire de wilaya.
-le responsable de l'Administration Fiscale de la wilaya ou selon le cas le chef du Centre des
Impôts.
-un représentant de la chambre de commerce siégeant dans la wilaya ou à défaut, de celle dont la
compétence s'étend à ladite wilaya.
-cinq membres titulaires et cinq membres suppléants désignés par les associations ou unions
professionnelles. En cas d'absence de ces derniers, ces membres sont choisis par le président de
l'assemblée populaire de wilaya parmi les membres de l'assemblée populaire de wilaya, possédant
des connaissances suffisantes pour l'exécution des travaux confiés à la commission.
-un représentant de la chambre d'agriculture de la wilaya.
2.3-Commission centrale de recours :

-le Ministre chargé des finances ou son représentant dûment mandaté, président.
-un représentant du ministère de la justice ayant au moins un rang de directeur.
-un représentant du ministère du commerce ayant au moins un rang de directeur.
-le Directeur général du budget ou son représentant ayant au moins un rang de directeur.
-le directeur central du trésor ou son représentant ayant au moins un rang de directeur.
-un représentant de la chambre de commerce de la wilaya concernée, ou à défaut un représentant de
la chambre nationale de commerce.
-un représentant de la chambre d'agriculture de la wilaya concernée, ou à défaut un représentant de
la chambre nationale d'agriculture.
-un représentant désigné par le Directeur des Grandes Entreprises.
-le sous-directeur chargé des commissions de recours à la Direction Générale des Impôts en qualité
de rapporteur.

3-Fonctionnement des commissions de recours :

3.1-Délai imparti aux commissions pour émettre leurs avis :

Les commissions de recours sont, en application des dispositions de l'article 50 la loi de


finances pour 2007, tenues d'émettre leurs avis sur les recours dans le délai de quatre mois suivant
la date de leur présentation.
L'expiration du délai de 4 mois :
-d'une part, ne dispense pas les commissions de recours d'examiner les recours et rendre leurs avis.
-d'autre part, ouvre le droit au contribuable qui n'a pas reçu de réponse à son recours de saisir
directement le Tribunal Administratif dans le délai de 04 mois à compter de l'expiration du délai
imparti à la commission pour se prononcer.

3.2-Fréquence des réunions :

Conformément aux dispositions de l'article 50 de loi de finances pour 2007, les commissions
de recours de Daïra et de Wilaya doivent se réunirent, sur convocation de leur président, une fois
par mois. La commission centrale des recours doit également se réunir au moins une fois par mois.
Il est précisé, à cet égard, que la réunion de la commission ne peut se tenir valablement
qu'en présence de la majorité de ses membres. Aussi, pour assurer un bon fonctionnement des
commissions et éviter le report des séances entraînant des retards dans l'examen des recours, il est
rappelé aux membres que leur présence et leur assiduité sont exigées, A cet effet, toute absence au
moins trois fois, entraîne le remplacement du ou des membres défaillants.

3.3-Secrétariat des séances :

Commission des impôts directs et TVA Secrétariat des commissions


-Un fonctionnaire des impôts ayant au moins le
grade d'inspecteur désigné, selon le cas, par le
DAÏRA
Directeur des Impôts de la Wilaya ou le chef du
Centre de Proximité des Impôts remplit les
fonctions de secrétaire.

-Les fonctions de secrétaire sont assurées par au


moins un inspecteur des impôts, désigné, selon
WILAYA le cas par le Directeur des Impôts de la Wilaya
ou le chef du Centre Des Impôts.

-Le secrétariat de la commission est assuré


CENTRALE par les services de la Direction Générale des
Impôts.

3.4-Présentation des dossiers de recours :

-Pour les commissions de Daïra et Wilaya, la présentation des recours est assurée par le secrétaire
de la commission. En ce qui concerne la Commission Centrale de Recours, celle-ci est confiée au
sous-directeur chargé des commissions de recours à la Direction Générale des Impôts en sa qualité
de rapporteur.
La présentation des recours au président et aux membres de la commission consiste en une synthèse
de l'affaire soumise à examen, laquelle doit s'articuler autour des trois points ci-après :
 origine et mode d'établissement des impositions contestées ;
 les points de contestation soulevés par le contribuable dans son recours ;
 les conclusions dégagées de l'examen du recours
3.5-Emission des avis et délibération :
Les avis des commissions doivent être approuvés à la majorité des membres présents en cas
de partage égal des voix celle du président est prépondérante.
Les avis émis par la commission doivent obligatoirement être dûment motivés et indiquer le
montant des dégrèvements sur lequel elle s'est prononcée. Il convient, de souligner d'autre part, que
les avis émis par les commissions de recours sont des avis qui lient la décision du directeur de
wilaya, lorsqu'ils sont conformes à la législation et la réglementation en vigueur.
Ce dernier dispose d'un délai légal de trente jours à compter de la date de réception desdits
avis pour-notifier sa décision au contribuable concerné. La notification est faite sur l'imprimé prévu
à cet effet sous pli recommandé avec accusé de réception.
3.6-Information des contribuables :
Conformément aux dispositions de l'article 50 de la loi de finances pour 2007, les présidents
de commissions de recours sont désormais tenus d'informer les contribuables du sort réservé à leur
recours par la commission.
Un imprimé conçu pour cet objet doit être remis aux contribuables concernés indiquant
d'une manière succincte l'avis rendu (admission totale - admission partielle - rejet total). Cet
imprimé doit être obligatoirement visé par le président de la commission.
3.7-Notification des avis au Directeur des Impôts :
Les avis émis signés par le président de la commission sont notifiés par le secrétaire de
séance au directeur des impôts dans un délai de 10 jours à compter de la date de la clôture des
travaux de la commission.
IV-EXECUTION DES AVIS RENDUS PAR LES COMMISSIONS DE RECOURS :
1-Notification de la décision aux contribuables :
En application des dispositions de l'article 50 de la loi de finances pour 2007, l'avis de la
commission transformé en décision est notifié par le Directeur des Impôts au contribuable dans un
délai d'un mois.
Une copie de la notification accompagnée d'un compte rendu indiquant les modalités
d'application de l'avis rendu par la CCR devra être transmise à titre d'information à l'Administration
Centrale (Direction du Contentieux).
2-Cas des avis dépourvus de fondement :
Les avis rendus par les commissions qui sont dépourvus de fondement sont insusceptibles
d'exécution. Il est précisé, à cet égard, que le caractère infondé d'un avis résulte de :
 l'absence de motivation à caractère législatif ou réglementaire, en d'autres termes c'est la
situation dans laquelle l'avis rendu ne repose sur aucune disposition légale ou une
énonciation à caractère réglementaire.
 l'impertinence des motifs retenus pour fonder l'avis. Il s'agit de la situation dans laquelle la
commission fonde son avis sur des motifs sans rapport avec l'objet des points de
contestation soulevés par le contribuable concerné.
 l'utilisation de moyens concernant des éléments nouveaux ou des points non contestés par le
contribuable dans son recours.
 la révision exagérée des taux de marge et des taux de perte sans justification probante.
En pareils cas, le Directeur des Impôts s'abstient d'exécuter l'avis rendu par les commissions
et saisi la juridiction compétente, en motivant son rejet de l'exécution de l'avis par toutes les
dispositions législatives et réglementaires pertinentes. L'introduction d'un recours contre l'avis de la
commission doit intervenir dans le mois qui suit le prononcé dudit avis. Il est précisé, à cet égard,
que désormais le Directeur des Impôts ne peut plus lorsqu'il n'applique pas l'avis rendu par la
commission de Daïra en le jugeant infondé, le soumettre à l'examen de la commission de Wilaya.
En tout état de cause, la non application des avis rendus par les commissions (Daïra, Wilaya.
Centrale) pour absence de fondement donne lieu systématiquement à la saisine du Tribunal
Administratif.
Le Directeur des Impôts est tenu par ailleurs, d'informer le contribuable du refus d'exécution de
l'avis.
Un compte rendu faisant ressortir les motifs sur lesquels s'est basée la non application de l'avis
rendu par la CCR devra être transmis à l'Administration Centrale (Direction du Contentieux).
V-DATE D'EFFET :
Ces dispositions prennent effet à compter du 1er janvier 2007 et concernent les recours,
introduits à partir de cette dernière date ainsi que tous les recours introduits antérieurement à cette
date et qui sont au stade de l'instruction.
Vous voudrez bien assurer une large diffusion de la présente instruction et me tenir informé
des éventuels problèmes rencontrés.

LE DIRECTEUR DU CONTENTIEUX
Signé : A/Ghanemi
ANNEXES

1- FEUILLE D’INSTRUCTION DES RECOURS (DGE – DIW) – SOUS –DIRECTION DU


CONTENTIEUX.

2- FICHE DE SYNTHESE

3- RAPPORT DE PRESENTATION DES RECOURS SOUMIS A L’EXAMEN DE LA


COMMISSION CENTRALE DE RECOURS (DGI – DIRECTION DU CONTENTIEUX).

4 - IMPRIMES :

- REJET D’UN RECOURS.


- ADMISSION TOTALE D’UN RECOURS.
- ADMISSION PARTIELLE D’UN RECOURS.

5- IMPRIME – CONVOCATION DES CONTRIBUABLES.

6-IMPRIME- INFORMATION DES CONTRIBUABLES A L’ISSUE DE LA SEANCE DE


LA COMMISSION.
7- IMPRIME – SURSIS DE PAEIMENT.

8- EXTRAITS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2007 : Articles 49 et 50 relatifs au


fonctionnement des commissions de recours.

9-NOTE n° 859 MF/DG/06 du 15.11.2006 relative à la procédure de formalisation des dossiers


de recours CCR.

10- NOTES EMISES PAR LA DIRECTION DU CONTENTIEUX :

- Note N° 487 MF/DGI/DCTX/DIR du 16.04.2006 relative à la formalité de réception de


réclamation.
- Note N° 585 MF/DGI/DCTX/DIR du 02.05.2006 relative au dépôt et formalisation des
recours CCR.
- Note N° 1438 MF/DGI/DCTX/DIR du 18.11.2006 relative à la procédure à suivre en
matière de formalisation des dossiers de recours CCR.
MINISTERE DES FINANCES
DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

Commission des Impôts Directs et TVA

FEUILLE D’INSTRUCTION DES RECOURS

(DGE – Sous Directeur du Contentieux)

Agent instructeur : ……………………………………………………….……………………………

Nom : …….……………………………………………………………………………………………

Prénom : ………………………………………………………………………………………………

Grade : ………………………………………………………………………………………………

A ……………………….……le………………….…..20
I - EXAMEN DU RECOURS :

1.1- Examen en la forme :


................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................

1.2- Examen au fond :


................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
...............................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
II-CALCUL DES DEGREVEMENTS PROPOSES :
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
................................................................................................................................................................
...............................................................................................................................................................
MINISTERE DES FINANCES

DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

Commission des Impôts Directs et TVA

FICHE DE SYNTHESE
1- DESIGNATION DU CONTRIBUABLE :

1.1- Forme juridique de l’entreprise :


1.2- Activité exercée :
1.3- Adresse :

2- DESIGNATION DE L’AFFAIRE CONTENTIEUSE :

2.1- Origine et mode d’établissement des impositions contestées :


2.2- Montant des impositions contestées par exercice :

Nature des impôts et taxes Montants


Exercices /Années Droits simples Pénalités

Total Total
Montant global

2.3- Date de mise en recouvrement des impositions – numéro de rôle :


2.4- Date de notification de la décision rendue par l’Administration Fiscale :
2.5- Date d’introduction du recours :
2.6- Saisine de l’ordre judiciaire :

3- POINTS DE CONETSTATION SOULEVES PAR LE REQUERANT :

-
-
-
-
4- EXAMEN DU RECOURS :

4.1-Examen en la forme :
4.2- Examen au fond :
4.3- Montant des dégrèvements proposés :

5- AVIS DU DIRECTEUR DES IMPOTS :


MINISTERE DES FINANCES

DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

DIRECTION DU CONTENTIEUX

RAPPORT DE PRESENTATION DES RECOURS SOUMIS

A L’EXAMEN DE LA COMMISSION CENTRALE DE RECOURS

SEANCE DU :

RECOURS N° :
CONTRIBUABLE :
DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA DE :
DATE D’INTRODUCTION DU RECOURS :
DATE DE TRANSMISSION DU DOSSIER

PAR LA DIRECTION DES IMPOTS :


DATE DE PRESENTATION DU RECOURS LA CCR :
I- DESIGNATION DU RECOURS CONTENTIEUX :

1- ORIGINE ET MODE D’ETABLISSEMENT DES IMPOSITIONS CONTESTEES :

2- MONTANT DES IMPOSITIONS CONTESTEES PAR EXERCICE :

3- POINTS DE CONTESTATION SOULEVES PAR LE CONTRIBUABLE :

II- EXAMEN DU RECOURS CONTENTIEUX :

1- AU PLAN FORME :

2- AU FOND :

III- AVIS DE MONSIEUR LE DIRECTEUR DU CONTENTIEUX :


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA
DE ……………………………………………
REJET D’UN RECOURS

suivie par :
……………...…………… M…………………………………
……………...……………
……………...……………
…………………………………

AR
…………………………………

A ………..……, le………….….
Objet : Avis de rejet d’un recours. Madame, Monsieur,
Votre recours du :
Vous avez adressé au Président de la Commission de
Recours (Daïra), (Wilaya), (Centrale) un recours concernant
l’imposition visée ci-contre.
Après examen de votre recours par la commission
compétente, en date du……………………………cette dernière a
Impôt ou Taxe émis un avis de rejet total du recours pour les motifs
…………………………………………………………..
indiqués au verso.
__________
(Rôle de……………, art………………………) Si vous le souhaitez, vous pouvez obtenir des précisions sur
cette décision auprès de l’agent chargé de votre dossier dont
Avis de mise en recouvrement les coordonnées figurent ci-contre.

La démarche que vous pourriez entreprendre à ce titre


N°………………………………………………….. auprès de lui ne saurait cependant suspendre le délai dont
vous disposez pour saisir le Tribunal Administratif.
Du……………………………………………….
En effet, si vous entendez contester cette décision de rejet
partiel devant le juge, il vous appartiendra de produire au
Demande de restitution greffe du Tribunal Administratif
de………………………………………….., dans le délai de 04 mois à
partir de la réception de la présente lettre, une demande
motivée sur papier timbré.
N° du registre
La présente décision devra être annexée à votre demande.

Les pièces que vous avez produites à l’appui de votre recours


sont ci-jointes.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma


considération distinguée.

Le Directeur des Impôts de Wilaya


MOTIFS DE LA DECISION
____________
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA
DE …………………………………………… ADMISSION TOTALE D’UN RECOURS

Affaire suivie par :


……………...……………
……………...……………
……………...……………
M………………………………………………
AR
………………………………………………..

……………………………………………….

A ……………, le…………………………..….

Objet : Avis de dégrèvement ou restitution Madame, Monsieur,


-Admission totale d’un recours
Vous avez adressé au Président de la Commission de
Recours (Daïra), (Wilaya), (Centrale) un recours
Votre recours du : concernant l’imposition visée ci-contre.

Après examen de votre recours par la commission


compétente, en date du……………………………cette dernière a
émis un avis d’admission totale du recours.
Impôt ou Taxe
……………………………………………….. Le dégrèvement ou restitutions prononcés sont indiqués au
__________ verso.

Si vous avez déjà payé l’impôt dont le dégrèvement vous


(Rôle de……………, art……………………) est accordé et si vous n’êtes redevable d’aucune somme à
la caisse du receveur, le montant dégrevé vous sera
Avis de mise en recouvrement remboursé sans démarche particulière de votre part.

Si vous le souhaitez, vous pouvez obtenir des précisions


N°……………………………………………. sur cette décision auprès de l’agent chargé de votre dossier
dont les coordonnées figurent ci-contre.
Du……………………………………………
Les pièces que vous avez produites à l’appui de votre
Demande de restitution recours sont ci-jointes.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de


ma considération distinguée.

N° du registre

Le Directeur des Impôts de Wilaya


DEGREVEMENT OU RESTITUTIONS ACCORDES

Références à l’imposition Impôt ou taxe Dégrèvement ou restitution


Avis de mise en recouvrement,
etc.
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA
DE …………………………………………… ADMISSION PARTIELLE D’UN RECOURS

Affaire suivie par :


……………...……………
……………...……………
……………...……………
M………………………………………………
AR
………………………………………………..

……………………………………………….

A …………, le…………………………..….
Madame, Monsieur,
Objet : Avis de dégrèvement ou
Restitution-Admission partielle d’un recours. Vous avez adressé au Président de la Commission de Recours
(Daïra), (Wilaya), (Centrale) un recours concernant l’imposition visée
ci-contre.
Votre recours du : Après examen de votre recours par la commission compétente, en
date du……………………………cette dernière a émis un avis d’admission
partielle du recours.

Impôt ou Taxe Les dégrèvements ou restitutions prononcés ainsi que les motifs pour
lesquels votre recours n’a pu être intégralement accueilli sont
………………………………………………………….. indiqués au verso.
__________
Si vous avez déjà payé l’impôt dont le dégrèvement vous est accordé
(Rôle de……………, art…………………………)
et si vous n’êtes redevable d’aucune somme à la caisse du receveur,
le montant dégrevé vous sera remboursé sans démarche particulière
de votre part.
Avis de mise en recouvrement
Si vous le souhaitez, vous pouvez obtenir des précisions sur cette
décision auprès de l’agent chargé de votre dossier dont les
N°…………………………………………………..
coordonnées figurent ci-contre.

La démarche que vous pourriez entreprendre à ce titre auprès de lui


Du…………………………………………………
ne saurait cependant suspendre le délai dont vous disposez pour
saisir le Tribunal Administratif.
Demande de restitution
En effet, si vous entendez contester cette décision de rejet partiel
devant le juge, il vous appartiendra de produire au greffe du Tribunal
Administratif de………………………………………….., dans le délai de 04
mois à partir de la réception de la présente lettre, une demande
N° du registre motivée sur papier timbré.

La présente décision devra être annexée à votre demande.


Les pièces que vous avez produites à l’appui de votre recours sont
ci-jointes.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma


considération distinguée.

Le Directeur des Impôts de Wilaya


DEGREVEMENT OU RESTITUTIONS ACCORDES

Références à l’imposition Impôt ou taxe Dégrèvement ou restitution


Avis de mise en recouvrement,
etc.
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….
…………………………. …………………………. ………………………….

MOTIFS DE LA DECISION
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
COMMISSION DE RECOURS DES IMPOTS DIRECTS ET TVA

Commission Centrale de Recours

A …………LE…………………………..
M ……..………………………………….
……………………………………………
……………………………………………

CONVOCATION

O B J E T / Votre recours en date du ……………………………………………..


- Dossier n°…………………………

Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de vous faire connaître que la Commission de Recours de Centrale tiendra
le ………………………………………………………………à……………..……………heures, à
l’adresse suivante……………………………………………………………………………………...,
une réunion au cours de laquelle sera examiné le recours visé en objet.

En conséquence, vous êtes invité à vous présenter à ladite séance, vous pouvez également
vous faire présenter par une personne dûment mandatée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Le Président de la Commission de recours


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
COMMISSION DE RECOURS DES IMPOTS DIRECTS ET TVA

Commission de Wilaya de…………………

A …………LE…………………………..
M ……..………………………………….
……………………………………………
……………………………………………

CONVOCATION

OBJET : Votre recours en date du ……………………………………………..


- Dossier n°……………………

Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de vous faire connaître que la Commission de recours de Wilaya tiendra
le ……………………………………………………………à…………………………..…heures, à
l’adresse suivante………..…………………………………………………………………………... ,
une réunion au cours de laquelle sera examiné le recours visé en objet.

En conséquence, vous êtes invité à vous présenter à ladite séance, vous pouvez également
vous faire présenter par une personne dûment mandatée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Le Président de la Commission de recours


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
COMMISSION DE RECOURS DES IMPOTS DIRECTS ET TVA

Commission de Daïra de …………………

A …………LE…………………………..
M ……..………………………………….
……………………………………………
……………………………………………

CONVOCATION

OBJET : Votre recours en date du ……………………………………………..


- Dossier n°…………………………

Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de vous faire connaître que la Commission de recours de Daïra tiendra
le …………………………………………………………à…………..……………………heures, à
l’adresse suivante…………………………………………………………………………………...,
une réunion au cours de laquelle sera examiné le recours visé en objet.

En conséquence, vous êtes invité à vous présenter à ladite séance, vous pouvez également vous
faire présenter par une personne dûment mandatée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Le Président de la Commission de recours


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
COMMISSION DE RECOURS DES IMPOTS DIRECTS ET TVA

A …………LE…………………………..
M ……..………………………………….
……………………………………………
……………………………………………

OBJET : votre recours contenant l’imposition …………………………

Madame, Monsieur,

Vous avez adressé au président de la commission de recours (Daïra), (Wilaya),


(Centrale) en date du…………………………………….….un recours concernant
l’imposition visée en objet.

Après examen de votre recours par la commission compétente, en date


du……………………………………. Cette dernière a émis un avis de : (Admission totale),
(Admission partielle), (Rejet total) du recours.

L’avis émis par la commission fera l’objet d’une décision qui vous sera notifiée par le
directeur des impôts dans un délai d’un (01) mois.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

Le Président de la Commission de recours


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

A………….Le………..200…
DIRECTION DES GRANDES ENTREPRISES

SURSIS LEGAL DE PAIEMENT

Commission de recours des impôts Directs et TVA


(Article 80-2 du code des procédures fiscales)
Service taxateur : M ………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………….

Par recours introduit auprès de la commission de recours des


Impôts/Taxes rappelés : impôts directs et TVA (Daïra, Wilaya, Centrale) en date du ……………….
enregistrée sous le n°……………………………….., vous sollicitez le
………………………………………………….
bénéfice des dispositions de l’article 80-2 du code des procédures
………………………………………………… fiscales (CPF).
Il est joint, à votre recours :
…………………………………………………. -la quittance n°………………………………. datée du………………….…délivrée
par la recette de la DGE attestant de paiement de 30% / 20% du
Montant total des droits rappelés :
montant total des impositions contestées lors de la phase de recours
……………………………………………………. préalable.
-la quittance n°………………………………datée du……………………….délivrée
par la recette de la DGE attestant du paiement à nouveau de 20% du
montant total des impositions restant à votre charge.
Rôle (s) :

……………………………………………………… Par conséquent, il vous est accordé un sursis légal de paiement au


titre du reliquat des droits contestés jusqu’à la date d’intervention
………………………………………………………. de la décision sur votre recours.
……………………………………………………..
Je vous prie d’agréer, M……………………………………, l’assurance de ma
Montant total des droits contestés : considération distinguée.
Le Directeur des Grandes Entreprises
……………………………………………………….
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

A……………Le………..200….

DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA DE

SURSIS LEGAL DE PAIEMENT

Commission de recours des impôts Directs et TVA


(Article 80-2 du code des procédures fiscales)
Inspection des impôts :

………………………………………………… M …………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………….
Recette des impôts de :……………
Par recours introduit auprès de la commission de recours des
………………………………………………… impôts directs et TVA (Daïra, Wilaya, Centrale) en date du ……….
enregistrée sous le n°……………………………….., vous sollicitez le
bénéfice des dispositions de l’article 80-2 du code des
procédures fiscales (CPF).
Impôts/Taxes rappelés :
Il est joint, à votre recours :
………………………………………………….
-la quittance n°………………………………. datée
…………………………………………………
du………………….…délivrée par la recette des impôts de
………………………………………………attestant de paiement de 30% /
………………………………………………….
20% du montant total des impositions contestées lors de la
Montant total des droits rappelés : phase de recours préalable.

……………………………………………………. -la quittance n°………………………………datée


du……………………….délivrée par la recette des impôts
Rôle (s) : de…………………………………………………………..… attestant du
paiement à nouveau de 20% du montant total des impositions
……………………………………………………… restant à votre charge.

………………………………………………………. Par conséquent, il vous est accordé un sursis légal de paiement


au titre du reliquat des droits contestés jusqu’à la date
…………………………………………………….. d’intervention de la décision sur votre recours.

Je vous prie d’agréer, M……………………………………, l’assurance de


ma considération distinguée.
Montant total des droits contestés :

……………………………………………………….
Le Directeur des Impôts de Wilaya
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

A…………. le…………
DIRECTION DES GRANDES ENTREPRISES

Service taxateur : SURSIS LEGAL DE PAIEMENT

………………………………………………… Commission de recours des impôts Directs et TVA


(Article 80-2 du code des procédures fiscales)

Impôts/Taxes rappelés : M ………………………………………………………………………………………………….


…………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………

………………………………………………….
Par recours introduit auprès de la commission de recours des
Montant total des droits rappelés : impôts directs et TVA (Daïra, Wilaya, Centrale) en date du ……………….
enregistrée sous le n°……………………………….., vous sollicitez le
……………………………………………………. bénéfice des dispositions de l’article 80-2 du code des procédures
fiscales (CPF).
Rôle (s) :

……………………………………………………… Il est joint, à votre recours la quittance n°…………………datée du ………


………………………délivrée par la recette de la DGE attestant du
………………………………………………………. paiement de 40% du montant total des impositions restant en litige.

……………………………………………………..
Par conséquent, il vous est accordé un sursis légal de paiement au
titre du reliquat des droits contestés jusqu’à la date d’intervention
de la décision sur votre recours.
Montant total des droits contestés :
Je vous prie d’agréer, M……………………………………, l’assurance de ma
……………………………………………………….
considération distinguée.

Le Directeur des Grandes Entreprises


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

A…….…….le……………200..
DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA DE

SURSIS LEGAL DE PAIEMENT


Inspection des impôts :
Commission de recours des impôts Directs et TVA
………………………………………………… (Article 80-2 du code des procédures fiscales)

M ………………………………………………………………………………………………….
Recette des impôts de :…………… …………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………

Par recours introduit auprès de la commission de recours des


Impôts/Taxes rappelés : impôts directs et TVA (Daïra, Wilaya, Centrale) en date du ……………….
enregistrée sous le n°……………………………….., vous sollicitez le
………………………………………………….
bénéfice des dispositions de l’article 80-2 du code des procédures
………………………………………………… fiscales (CPF).

…………………………………………………. Il est joint, à votre recours la quittance n°………………… datée du ………


……………………… délivrée par la recette des impôts de
Montant total des droits rappelés :
………………………..attestant du paiement de 40% du montant total des
……………………………………………………. impositions restant en litige.

Rôle (s) : Par conséquent, il vous est accordé un sursis légal de paiement au
titre du reliquat des droits contestés jusqu’à la date d’intervention
………………………………………………………
de la décision sur votre recours.
……………………………………………………….
Je vous prie d’agréer, M……………………………………, l’assurance de ma
…………………………………………………….. considération distinguée.

Montant total des droits contestés : Le Directeur des Impôts de Wilaya

……………………………………………………….
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux Administratif et Judiciaire
N° 532MF/DGI/DCX/ADJ/B2
Alger, le 26 juin 2000

NOTE
A

Monsieur le Directeur des Impôts


d'El Harrach

Objet/ Recevabilité des réclamations en la forme et au fond.

R.E.F.S./ - 1) Votre correspondance N° 351/DIEH/CDCX du 28/03/2000.


- 2) Les articles 329, 331,326, 405 du CID et 157 du CTCA.

Par lettre ci dessus référenciée, vous sollicitez des éclaircissements quant à la


recevabilité des réclamations d'une part, et au délai de reprise fixé à l’Administration
d'autre part.
En réponse, et eu égard aux implications d'une mauvaise interprétation sur le
traitement des affaires, j'ai l'honneur de vous informer que:
I - S'agissant de la recevabilité des réclamations:
A- Article 329 du CID:
II consacre expressément le droit à réclamation reconnu au citoyen, et en définit le
cadre général en précisant que ce droit peut s'exercer tant au plan contentieux que gracieux
par tout contribuable qui y a intérêt. De plus, ce droit est étendu aux receveurs des impôts,
qui de ce fait, peuvent solliciter des décharges de responsabilité, des sursis de versement
ainsi que des admissions en non valeur.
II - Article 331 du CID:
Il fixe quant à lui les conditions de recevabilité des réclamations par les services
concernés.
Ces conditions se rapportent principalement au délai de présentation de celles-ci.
De l'analyse des dispositions de cet article il ressort que :
1e) Le délai de réclamation est expressément fixé par la loi fiscale:

De ce fait, et à peine d'irrecevabilité définitive, le droit de saisine du Directeur des


Impôts de Wilaya par une réclamation est subordonné à l'observation des délais fixés par
les dispositions de cet article.
2e) La date du 31 décembre qui y est énoncée constitue la date limite au delà de
laquelle toute réclamation serait frappée de forclusion :

A ce titre, il convient de préciser que quel que soit le motif de la contestation, le


délai commence à courir à compter de la date de réalisation de l'événement qui la
déclenche (mise en recouvrement, réception de nouveaux avertissements, connaissance
certaine de l'existence des cotes indûment imposées), jusqu’au 31 décembre de l'année
suivante.

3e) Les réclamations qui parviennent au service des impôts antérieurement à la date
servant de point de départ au délai légal sus mentionné sont irrecevables car
prématurées.
Cependant, il y a lieu de souligner que le contribuable conserve dans ce cas la
faculté de renouveler sa demande après réalisation de l'événement qui la motive, et que
cette dernière, formulée dans le délai légal ne constitue nullement un double emploi avec la
réclamation prématurée.
4e) Les réclamations présentées après l'expiration du délai légal sont tardives:
Elles sont irrecevables car définitivement frappées de déchéance ou de forclusion,
et doivent en conséquence, faire l'objet d'une décision de rejet pour vice de forme.
Toutefois, la réclamation tardive reste recevable si le réclamant parvient à produire la
preuve que la réception de sa demande par le service des impôts après le délai légal résulte
d'un retard anormal dans la distribution du courrier.
A cette condition fondamentale de recevabilité en la forme des réclamations
s'ajoutent d'autres conditions énumérées par l'article 332 du CID.
Cependant, et à la différence du délai légal, le vice de forme engendré par l'inobservation
de ces dernières peut être couvert, dès lors que la faculté de le réparer est reconnue par la
doctrine au contribuable concerné.
Ceci étant, il convient de préciser que la rigueur de la mesure contenue dans l'article
331 du CID est atténuée par les dispositions de l'article 347 du CID en vertu desquelles
l'Administration détient la faculté de prononcer des dégrèvements d'office, ainsi que des
restitutions d'impôts formant surtaxe, et ce, dans un délai de prescription de quatre ans
lorsque aucun acte interruptif de la prescription n’est enregistré.
En effet, la forclusion dont se trouve entachée une réclamation n'a pas pour effet de
priver l'Administration de l'exercice de cette faculté.
Seul ce cas justifie la recommandation de l'examen au fond d'une réclamation irrecevable
en la forme.
Quant à la question de savoir si une réclamation frappée de forclusion quadriennale
peut être régulièrement instruite, il y a lieu de préciser que la déchéance quadriennale dans
le cas de l'espèce ne constitue pas seulement un vice de forme de la réclamation, mais
touche aux droits éventuellement restituables avant l'avènement de la date limite de
prescription de quatre (04) ans.
De ce fait, quel que soit l'événement qui motive la réclamation, qu'il s’agisse
d'une surtaxe ou d'une taxation totalement infondée, la prescription quadriennale,
outre le fait qu'elle entraîne la perte définitive du droit de réclamation, a également pour
effet de faire perdre à l'Administration la faculté de dégrèvement d’office ou de
restitution de quelque droit que ce soit.
Les dispositions de l'article 157 du CTCA sont à ce titre clair et ne prêtent à aucune
équivoque.
Il s'agit en fait d'une question liée à l'ordre public qui ne peut être remise en cause
par le contribuable qui sollicite un dégrèvement, ni par l’Administration qui exerce son
droit de poursuite et de reprise.
Seule l'intervention d'actes écrits peut interrompre cette prescription quadriennale
pour lui substituer la prescription de droit commun de 15 ans prévue par articles 405 al 2
du CID et 313 du code civil.
II - Le délai de reprise de l’Administration:
Enfin, il y a lieu de noter, que le délai de 4 ans imparti à l’Administration pour
exercer son droit de poursuite et de reprise est prorogé de 2 ans dans des cas particuliers
cités par l'article 324 du CID.

Il me sera rendu compte de toute difficulté rencontrée dans la mise en application


de la présente qui doit faire l'objet d'une large diffusion.

N° 533 MF/DGI/DCX/CX-ADJ/B2

Copie pour information à :

- Monsieur le Directeur Général.


- Monsieur l'Inspecteur Général des Services Fiscaux.
- Messieurs les Directeurs Centraux.
- Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts.
- Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya.

‫ ا'ز&ت‬
 & ‫ ب‬.‫م‬
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts

Circulaire
Circulaire n° 17 à
MF/DGI/DLF/DLF Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
22/05/2000
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Chefs des Brigades Régionales de
Vérification de Gestion

Objet Références
- Réclamations contentieuses : avis conforme - Articles 16 et 46 de la loi n° 99-11 du 15
de l'administration centrale. RAMADHAN 1420 correspondant au
23/12/1999 portant loi de finances pour
2000.
-Article 334 du CID et 108 du CTCA.

La présente circulaire a pour objet de porter à la connaissance des services, les


réaménagements opérés au niveau des dispositions des articles 334 du CID et 108 du CTCA
respectivement par les articles 16 et 46 de la loi de finances pour 2000 dans le sens d'une
redéfinition des prérogatives dévolues à l'administration centrale en matière de traitement du
contentieux fiscal.

Les nouvelles prérogatives de l'administration centrale ont trait :

- au traitement des réclamations contentieuses se rapportant aux vérifications effectuées par


la structure chargée du contrôle fiscal au niveau national.

- à l'avis conforme qu'elle doit émettre sur les réclamations portant sur des affaires dont le
montant total des droits et pénalités excède 10.000.000 DA.

- à l'avis conforme qu'elle doit également émettre sur le rejet ou l'admission partielle portant
des affaires dont le total des droits et pénalités excède 10.000.000 DA.

1. PREROGATIVES DEVOLUES A L'ADMINISTRATION CENTRALE EN


MATIERE DE RECLAMATIONS CONTENTIEUSES ENGENDREES PAR LES
VERIFICATIONS EFFECTUEES PAR LA STRUCTURE CHARGEE DU CONTROLE
FISCAL AU NIVEAU NATIONAL.

L'article 16 de la loi de finances pour 2000 a introduit de nouvelles dispositions formant


désormais le paragraphe 1 de l'article 334 du CID aux termes desquelles toutes les réclamations
contentieuses quel que soit leur montant des vérifications effectuées par la structure chargée du
contrôle fiscal au niveau national relèvent dorénavant de la compétence de l'administration
centrale.
Cette compétence s'exerce quel que soit le montant de l'affaire sur laquelle porte la
réclamation et quel que soit l'impôt objet de la contestation.

II. OBLIGATION POUR LES DIRECTEURS DES IMPOTS DE WILAYA DE


REQUÉRIR L'AVIS CONFORME DE L'ADMINISTRATION CENTRALE POUR LES
RECLAMATIONS PORTANT SUR DES AFFAIRES DONT LE MONTANT TOTAL
DES DROITS ET PENALITES EXCEDE 10.000.000 DA.

Les articles 16 et 46 de la loi de finances ont complété respectivement les articles 334-2 du
CID et 108 du code TCA par un alinéa faisant obligation aux Directeurs des Impôts de Wilaya
de requérir l'avis conforme de l'administration centrale pour toutes les réclamations qui portent
sur des affaires dont le montant global des droits et pénalités dépasse 10.000.000 DA.

En d'autres termes, les Directeurs des Impôts de Wilaya ne sauraient, désormais, tant en
matière d'impôt directs que de taxes sur le chiffre d'affaires, statuer valablement sur les
réclamations en question qu'en sollicitant, au préalable, l'avis de l'administration centrale et
qu'en s'y conformant.

III. OBLIGATION POUR LES DIRECTEURS DES IMPOTS DE WILAYA DE


REQUÉRIR L'AVIS CONFORME DE L'ADMINISTRATION CENTRALE POUR LE
REJET OU L'ADMISSION PARTIELLE DE RECLAMATIONS PORTANT SUR DES
AFFAIRES DONT LE MONTANT TOTAL DES DROITS ET PENALITES EXCEDE
10.000.000 DA.

Les dispositions de l'article 334.3 du CID telles que conçues par l'article 16 de la loi de
finances pour 2000 subordonnent le rejet ou l'admission partielle des réclamations portant sur
des affaires dont le montant total des droits et pénalités excède 10.000.000 DA par le Directeur
des Impôts de Wilaya, à l'avis conforme de l'administration centrale.

Il s'ensuit, donc, que pour cette catégorie de réclamations, les Directeurs des Impôts de
Wilaya ne sauraient les déclarer irrecevables, totalement ou partiellement sans requérir au
préalable l'avis conforme de l'administration centrale.

IV. PROCEDURE DE MISE EN OEUVRE DE CES NOUVELLES DISPOSITIONS

La mise en œuvre des nouvelles dispositions relatives au contentieux, qui impliquent


l'intervention de l'administration centrale s'effectue selon la procédure suivante.

Les réclamations, tant celles induites par les vérifications effectuées par la structure chargée
du contrôle fiscal au niveau national que celles requérant l'avis conforme de l'administration
centrale doivent être transmises par les Directeurs des Impôts de Wilaya à la Direction du
Contentieux dans un délai n'excédant pas deux (02 ) mois à compter de la date de leur
présentation accompagnées : du dossier complet du contribuable comprenant les documents à
même de permettre à l'administration centrale d'instruire en connaissance de cause l'affaire ; et
d'un rapport consignant les résultats d'une instruction préliminaire effectuée localement.
V. DELAI
L'exécution des formalités de transmission et d'instruction des réclamations ainsi que celles
de notifications de la décision au contribuable doit s'inscrire dans le délai imparti par la loi à
savoir six (06) mois.
En effet les nouvelles dispositions introduites par la loi de finances pour 2000, prorogent de
deux (02) mois, le délai de quatre (04) mois accordé jusqu'ici aux Directions des impôts de
Wilaya pour statuer sur les réclamations contentieuses.
Une circulaire qui sera émise par la Direction du Contentieux définira plus amplement les
procédures de traitement des réclamations contentieuses dont il s'agit.

VI. DATE D'EFFET

Les présentes dispositions prennent effet à compter du 1er Janvier 2000.

Vous voudrez bien assurer la diffusion de la présente circulaire, veiller à son application et
me faire part, sous ce timbre, des difficultés éventuellement rencontrées.

Le Directeur de la Législation Fiscale


Signé : M.A. BOUDERBALA

Circulaire n° 191
MF/DGI/DLF/DLF/SDL/LF
24/04/2000
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts

Circulaire
à
Circulaire n° 191 Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya

MF/DGI/DLF/SDL/LF
En communication à :
24/04/2000
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux de l’IGSF

Objet Références
- Réclamations contentieuses : Prérogatives de - Articles 16 et 46 de la loi n° 99-11 du 15
l'administration centrale. RAMADHAN 1420 correspondant au
23/12/1999 portant loi de finances pour
2000.
-Article 334 du CID et 108du CTCA.

La présente instruction a pour objet de porter à la connaissance des services les modalités
pratiques de prise en charge des aménagements apportés par les articles 16 et 46 de la loi de
finances pour 2000 aux dispositions 334 du CID et 108 du CTCA.

Ces nouvelles dispositions étendent à l'Administration Centrale certaines prérogatives en


matière de traitement du contentieux fiscal qui ont trait :

- aux réclamations contentieuses se rapportant aux vérifications effectuées par la structure


chargée du contrôle fiscal au niveau national (I).

- et aux réclamations portant sur des affaires dont le montant global des droits et pénalités excède
10.000.000 DA (II).

I-PREROGATIVES DE L'ADMINISTRATION CENTRALE EN MATIERE DE


CONTENTIEUX ISSU DES VERIFICATIONS:

1- Contenu des prérogatives de l'Administration Centrale en matière du contentieux des


vérifications :

L'article 16 de la loi de finances pour 2000 a introduit de nouvelles dispositions formant


désormais le paragraphe 1 de l'article de 334 du CID aux termes desquelles, les décisions
relatives aux réclamations contentieuses issues des vérifications effectuées par la structure
chargée du contrôle fiscal au niveau national, en l'occurrence les services des recherches et
vérifications (SRV), sont prises à la suite des avis donnés par l'Administration Centrale.
Il résulte de ce qui précède que les affaires contentieuses se rapportant aux vérifications
effectuées par les SRV rassortissent à la compétence de l'Administration Centrale quels que
soient les montants contestés, la nature des impôts et taxes concernés et le mode de
régularisation retenu par les agents vérificateurs lors de l'opération de vérification : rejet de
comptabilité , taxation d'office...

2- Délai d'instruction des réclamations:

Le délai prévu par la législation en vigueur pour le traitement du contentieux né des


vérifications est de six (06) mois ce délai est réparti, selon les différentes phases d'instruction,
comme suit :

- au niveau local l'instruction de la réclamation doit se réaliser pendant une durée n'excédant pas
quatre (4) mois.

- au niveau central, l'intervention de l'Administration s'opère dans le délai de deux (2) mois.

3- Modalités Pratiques de traitement des réclamations liées au contentieux des vérifications


:

Les modalités de traitement des réclamations se rapportant au contentieux des vérifications


s'inscrivent dans le cadre de la procédure à suivre en la matière, tant au plan local que central.

A LES PHASES SUCCESSIVES D'INSTRUCTION DES RECLAMATIONS


CONTENTIEUSES AU NIVEAU LOCAL:

Au plan local, le traitement des réclamations contentieuses engendrées par les vérifications
implique l'intervention de plusieurs services, conformément aux missions qui leur sont assignées
dans ce domaine, et dans le strict respect des délais impartis.

a- La Direction des Impôts de Wilaya:

Les réclamations contentieuses sont introduites obligatoirement auprès de la DIW


territorialement compétente dans le cadre des délais impartis par la loi, et qui demeurent
inchangés, par rapport à la législation antérieure à l'intervention de la loi de finances pour 2000.

Dès la réception de la réclamation, il sera procédé à son enregistrement dans un registre


spécial ne comportant que les affaires contentieuses se rapportant aux vérifications effectuées
par les SRV.

Le registre doit retracer le cheminement de la réclamation : date de présentation de la


réclamation date d'envoi - date de retour : inspection SRV - Administration Centrale et
consigner les indications concernant l'identification du contribuable.

Cette formalité accomplie, la DIW devra transmettre la réclamation au chef d'inspection


concerné dans un délai ne pouvant excéder dix (10) jours.

Le DIW se doit, à cet égard, de veiller à ce que la réclamation reçoive au niveau de


l'inspection une instruction conforme à la législation et la réglementation en vigueur, et ce, dans
le respect strict du délai imparti pour ce faire à savoir trente (30) jours.
La réclamation instruite par le chef d'inspection est retournée à la DIW, pour être transmise
au chef du service des recherches et vérifications.
En fin de phase de cette procédure le dossier contentieux est ensuite transmis à
l'Administration Centrale (Direction du Contentieux). Il doit comporter obligatoirement, outre
les avis des différents services mis à contribution, la position du DIW sur l'affaire.

b- Le chef d'inspection:

Dès la réception de la réclamation contentieuse, le chef d'inspection doit procéder à son


instruction tant en la forme qu'au fond.

Il est signalé qu'en ce qui concerne les modalités et les procédures à suivre en la matière, ces
dernières obéissent aux mêmes règles que celles adoptées pour du traitement de l'ensemble du
contentieux. Ces règles sont rappelées dans ce qu'elles ont d'essentiel, ci-après :

-Au plan de la forme l'examen de la réclamation par le chef d'inspection consiste à vérifier :
d'une part, la recevabilité de la réclamation au regard des délais :
*date de présentation de la réclamation ;
*délai applicable ;
*point de départ du délai à retenir;
*date d'expiration du délai.

Cet examen permet au chef d'inspection de constater :

*soit que la réclamation est recevable, ayant été présentée dans le délai légal ;
*soit qu'elle a été introduite prématurément ;
*soit qu'elle est entachée de déchéance parce qu'ayant été présentée après l'expiration du délai
légal.

• d'autre part, la recevabilité de la réclamation au regard des autres règles de forme :

L’appréciation de la recevabilité de la réclamation au regard des autres conditions de forme


porte notamment :

*sur la signature et la qualité de l'auteur de la demande ;


*sur le contenu de sa demande ;
*sur les pièces jointes ;

Si la réclamation comporte un ou plusieurs motifs d'irrecevabilité, ceux-ci doivent être


mentionnés avec précision.

En tout état de cause, les réclamations, même irrecevables en la forme, doivent faire l'objet
d'un examen au fond.

- Au plan du fond : le chef d'inspection procède notamment à :

• l'analyse de la demande du contribuable, de l'imposition contestée et de l'ensemble du dossier.

• des recherches en vue de rétablir l'exactitude des faits et de discuter la valeur des motifs de
droit.
• l'appréciation du fondement de la demande, compte tenu d'un examen de la régularité de la
procédure d'imposition et des éventuelles insuffisances relevées.

A l'achèvement de l'instruction, le chef d'inspection consigne les résultats de ses


constatations, touchant la forme et le fond en exposant ses conclusions sur la suite à réserver à
la demande.

Après avoir formulé son avis, il transmet le dossier de la réclamation au Directeur de


Wilaya concerné, dans un délai qui ne peut dépasser 30 jours, afin que le DIW puisse recueillir,
à son tour, l'avis du SRV local.

C- l'avis du service des recherches et vérifications :

Le chef du SRV est tenu :

- d'une part, de faire examiner la réclamation et les propositions du chef d'inspection, par les
agents vérificateurs concernés.

Ces derniers sont tenus d'examiner l'ensemble des points soulevés dans la réclamation, les
justificatifs produits par le contribuable ainsi que les propositions faites par le chef d'inspection.

A cet égard, les agents vérificateurs doivent se prononcer clairement sur le maintien,
l'abandon partiel ou total des redressements retenus à l’encontre du contribuable en précisant les
motifs de droit ou de fait sur lesquels est basé leur avis.

- d'autre part, de solliciter l'avis du chef de brigade. Ce dernier doit motiver son avis.

Après avoir recueilli les avis respectifs des agents vérificateurs et du chef de brigade, le
chef du SRV est tenu de se prononcer à son tour sur la réclamation compte tenu de l'ensemble
des indications et justificatifs contenus dans le dossier.

Dès l'achèvement de l'examen du dossier contentieux par l'ensemble des intervenants


(agents vérificateurs - chef de brigade - chef du SRV) qui doit être achevé dans un délai ne
pouvant excéder 30 jours, le chef du SRV procède à la transmission, à la DIW dudit dossier
auquel seront joints les documents ci-après :

- le rapport de vérification,
- copies des notifications et réponse du contribuable,
- l'état comparatif du bilan,
- le relevé de comptabilité,
- copie de l'avis de vérification et du rôle de régularisation.

Le directeur des impôts de wilaya :

Lors de la réception du dossier contentieux, le Directeur des Impôts de Wilaya doit


s'assurer :

-d'une part, que le dossier contentieux comprend l'ensemble des pièces exigées ci-dessus,

-et d'autre part, que l'avis motivé de l'ensemble des intervenants (chef d'inspection - agents
vérificateurs - et chef du SRV) figure dans le dossier contentieux.
Par ailleurs, le Directeur de Wilaya est tenu de faire connaître sa position sur l'affaire en
cause.
Dès lors, il est procédé immédiatement à la transmission du dossier en question à
l'Administration Centrale (Direction du Contentieux) dans un délai ne pouvant excéder trente
(30) jours.

B - EXAMEM AU NIVEAU DE L'ADMINISTRATION CENTRALE:

A la réception du dossier contentieux par l'Administration Centrale, la Direction du


contentieux procède à son enregistrement sur un registre spécial, et à sa transmission à la
Direction des Recherches et Vérifications (DRV).

a- le rôle de la Direction des Recherches et Vérifications :

La DRV procédera :

- d'une part, à l'examen de l'ensemble des documents se rapportant à la phase de vérification,

- et d'autre part, à l'analyse des avis et observations émis par les intervenants au niveau local.

A l'issue de cet examen, la DRV se prononce tant sur les points soulevés par le contribuable,
que sur les propositions faites par les intervenants dans le traitement de l'affaire contentieuse.

Cet avis, émis par cette structure qui doit intervenir dans un délai de 15 jours, est ensuite
porté à la connaissance de la Direction du Contentieux,

b - Les travaux en Direction du Contentieux:

Sur la base de tous les éléments d'informations ainsi mis à sa disposition, la Direction du
Contentieux procède à l'examen de l'affaire contentieux.

En se fondant sur les résultats de son instruction, la Direction du Contentieux émettra un


avis auquel la DIW compétente devra s'y conformer pour prendre sa décision et la notifier au
contribuable.

Suite de la procédure par le DIW :

A cet égard, il est précisé que le DIW doit notifier au contribuable la décision prise par lettre
recommandée avec accusé de réception (sauf dans le cas d'admission totale où la décision est
notifiée par lettre ordinaire), la date de la réception servant de point de départ aux délais dont
dispose le contribuable pour user des autres voies de recours prévues par la législation en
vigueur.

La lettre de notification de la décision doit reproduire intégralement les motifs de la


décision, en cas de rejet total ou partiel. Lorsque la réclamation est jugée irrecevable en la forme
et également rejetée au fond, il convient de faire connaître au contribuable les motifs ayant
conduit à son rejet.

En outre, il appartient à la DIW de transmettre dès notification de la décision au


contribuable deux copies de ladite décision, respectivement à la Direction du Contentieux et à la
Direction des Recherches et Vérifications.
Il-PREROGATIVES DE L'ADMINISTRATION CENTRALE EN MATIERE DE
RECLAMATIONS CONTENTIEUSES PORTANT SUR LES AFFAIRES DONT LE
MONTANT TOTAL DES COTISATIONS EXCEDE 10.000.000 DA

1- Contenu des prérogatives de l'administration centrale en matière de réclamations


portant sur des montants supérieurs à 10.000.000 DA.

Les articles 16 et 46 de la loi de finances ont complété respectivement les articles 334.2
du CID et 108 du code des TCA par un alinéa faisant obligation aux Directeurs des Impôts de
Wilaya de requérir l'avis conforme de l'Administration Centrale pour toutes les réclamations
qui portent sur des affaires dont le montant global des droits et pénalités dépasse 10.000.000
DA.

En d'autres termes, les DIW ne sauraient désormais, tant en matière d'impôts directs que
de TVA, statuer valablement sur les réclamations en question qu'en sollicitant, au préalable,
l'avis de l'Administration Centrale et en s'y conformant.

a - Réclamations contentieuses concernées :

Il est précisé que ces nouvelles dispositions concernent les réclamations tendant à
contester :

- les impositions et régularisations établies par les services fiscaux et dont le montant global
des droits et pénalités excède 10.000.000 DA au titre des impôts directs et de la TVA.

- les redressements fiscaux opérés par les sous-directions de contrôle fiscal dont le montant
global des droits et pénalités excède le seuil précité, au titre des impôts directs et de la TVA.

Par voie de conséquence, les affaires contentieuses dont le montant global des droits et
pénalités est inférieur à 10.000.000 DA continuent à relever de la seule compétence du DIW,
selon les procédures et modalités en vigueur.

b - Impositions concernées :

Il est noté que les réclamations concernées sont celles qui portent sur les impôts directs et
de la TVA à l'exclusion des autres impôts et taxes.

c - Délai d'instruction des réclamations :

Le délai imparti par la loi pour l'instruction des réclamations dont il s'agit est fixé à six
(06) mois qui se répartit comme suit :

-trois (03) mois pour les travaux d'instruction menés au plan local ;
- et trois (03) mois pour l'instruction effectuée au niveau de l'Administration Centrale.

2 - Modalités pratiques de traitement des réclamations :

Les modalités de traitement des réclamations en cause sont suivies tant au plan local que
central, et tant précisé qu'en dehors de la phase liée à l'intervention du SRV, cette procédure
est identique à celle décrite précédemment à propos du contentieux issu des vérifications.
Cette procédure est rappelée succinctement, ci-après :
A - PROCEDURE DE PRISE EN CHARGE DES RECLAMATIONS AU NIVEAU
LOCAL :

Au plan local le traitement des réclamations portant sur des affaires dont le montant
global des droits et pénalités excède 10.000.000 DA implique l'intervention des services dans
le strict respect des délais impartis et conformément aux missions qui leur sont confiées dans
ce domaine.

a- La Direction des Impôts de Wilaya :

Les réclamations portant sur des affaires dont le montant des droits et pénalités dépasse
10.000.000 DA doivent être adressées à la DIW compétente suivant les conditions (mode de
présentation, contenu, qualité de l'auteur, pièces à annexer à la demande et les délais...)
prévues par la législation en vigueur.

Dès la réception de la réclamation il sera procédé à son enregistrement sur un registre


spécial ne comportant que les affaires contentieuses en question.

Ce registre devra retracer le cheminement de la réclamation (date de réception de la


réclamation, date d'envoi - date de retour. Chef d'inspection SDCF - Administration Centrale)
et les indications concernant l'imposition contestée et l'identification du contribuable.

Ces formalités accomplies, il est procédé à la transmission de la réclamation au chef


d'inspection dans un délai ne pouvant excéder dix (10) jours.

b - Le chef d'inspection :

L'instruction de la réclamation incombe à l'agent des impôts qui a établi ou assuré la


liquidation de l'imposition contestée.

Par agent des impôts, il ya lieu d'entendre le chef d'inspection, lequel est tenu de procéder
à l'examen de la réclamation tant en la forme qu'au fond selon les modalités et procédures
prévues en la matière.

Après l'instruction de la réclamation par le chef d'inspection, le dossier est transmis avec
son avis au Directeur de Wilaya concerné et ce dans un délai ne pouvant excéder : 45 ou 30
jours selon que le redressement est relatif à une intervention de l'inspection ou bien la Sous-
Direction du Contrôle Fiscal.

c - La Sous-Direction du Contrôle Fiscal :

Dans le cadre de traitement des réclamations portant sur des montants de droits et
pénalités excédant 10.000.000 DA qui résultent de redressements opérés par la sous-direction
du contrôle fiscal, cette structure doit être sollicitée pour recueillir son avis sur les points
soulevés par le contribuable et les propositions formulées par le chef d'inspection, et ce dans
un délai ne pouvant excéder 20 jours.
d - Le Directeur des Impôts de Wilaya

Préalablement à la transmission du dossier à l'Administration Centrale, (Direction du


Contentieux) le Directeur des Impôts de Wilaya est tenu de donner son avis sur les points
contestés par le contribuable et les propositions et avis émis par ses services (inspection -
SDCF) et ce dans un délai ne pouvant excéder :
- 30 jours (régularisations opérées par l'inspection).
- 20 jours (redressements fiscaux opérés par la SDCF).
Il doit en outre, veiller à ce que le dossier contentieux renferme les pièces et documents
permettant à l'Administration Centrale d'instruire en bonne connaissance de cause l'affaire.

B - EXAMEN AU NIVEAU DE L'ADMINISTRATION CENTRALE ;

Sur la basse de tous les éléments d'information ainsi mis à sa disposition la Direction du
Contentieux procède à l'examen de la réclamation.

- La Direction du Contentieux :

En se fondant sur les résultats de son instruction, la Direction du Contentieux émettra un


avis auquel la DIW compétente devra s'y conformer pour prendre sa décision et la notifier au
contribuable.

A cet égard, il est précisé que le DIW doit notifier la décision au contribuable par lettre
recommandée avec accusé de réception (sauf dans le cas d'admission totale où la décision est
notifiée par lettre ordinaire, la date de la réception servant de point de départ aux délais dont
dispose le contribuable pour user des autres voies de recours prévues par la législation en
vigueur).

La lettre de notification doit reproduire intégralement les motifs de la décision, en cas de


rejet total ou partiel, lorsque la réclamation est jugée irrecevable en la forme et également
rejetée au fond, il convient de faire connaître au contribuable les motifs ayant conduit à son
rejet.

En outre, il appartient à la DIW dès notification de la décision au contribuable de


transmettre une copie de ladite décision à la Direction du Contentieux.

III - DATE D'EFFET DES MESURES CI-DESSUS COMMENTEES:

Les nouvelles mesures introduites par la loi de finances pour 2000 sont applicables à
compter du 1er janvier 2000 à l'ensemble des affaires contentieuses dont il s'agit qui n'ont pas
encore fait l'objet de décision.

Il découle de ce qui précède que l'application de ces nouvelles mesures concerne aussi
bien les réclamations formulées à compter du 1er janvier 2000 que celles introduites
antérieurement à cette date.

IV - DELAIS ACCORDES AU CONTRIBUABLE POUR SAISIR LES AUTRES


VOIES DE RECOURS:

1 - Délai imparti pour statuer :

Le délai imparti au DIW pour statuer sur les réclamations en cause est fixé à six (06)
mois à compter de la date de leur présentation. L'expiration de ce délai ne dispense pas le
DIW de statuer sur les réclamations. En effet, ce dernier est tenu de se prononcer sur toutes
les réclamations quand bien même le délai imparti a expiré.

2- Délai dont dispose le contribuable pour utiliser les autres voies de recours :

Trois (03) situations sont à envisager :


a - Intervention de la décision du DIW dans le délai de six (06) mois
Dans ce cas, si le contribuable n'est pas satisfait de la décision du DIW, il dispose :

- d'un délai d'un (01) mois pour saisir la commission de recours compétente,
- d'un délai de quatre (04) mois pour la saisine de la chambre administrative compétente.

Il est précisé que la date à retenir pour la computation du délai (1 mois / 4 mois) est celle
de la réception de la notification portant décision de rejet total ou partiel du DIW.

b - Intervention de la décision dans un délai supérieur à six (06) mois:

Dans ce cas, le contribuable dispose également:

- d'un délai d'un (01) mois pour saisir la commission de recours compétente,
- d'un délai de quatre (04) mois pour la saisine de la Chambre administrative compétente.

Il est précisé que la date à retenir pour la computation du délai (1 mois/ 4 mois) est celle
de la réception de la notification portant décision de rejet total ou partiel du DIW.

c - Absence de réponse de la part de DIW pendant le délai de six (06) mois

A l'issue de l'expiration du délai de six (06) mois, le contribuable dispose d'un délai de
quatre (04) mois pour saisir la Chambre Administrative. Ce délai commence à courir à compter
de la date d'expiration du délai de 6 mois.

V – OBSERVATIONS

1 - Recours gracieux :

Il est rappelé que le traitement des demandes en remises gracieuses demeure toujours régi
par les dispositions en vigueur.

2 - Acheminement des dossiers contentieux :

En ce qui concerne la procédure de transmission des dossiers contentieux, et pour tenir


compte des contraintes liées aux différents délais, l'acheminement de l'ensemble de ces
dossiers, quel que soit le niveau (local - central) doit se faire impérativement par porteur les
responsables concernés devront attacher de l'importance à ces transmissions et respecter
impérativement les délais impartis.

Le Directeur de la Législation Fiscale

Signé : M.A. BOUDERBALA


TABLEAU 1 : PHASES SUCCESSIVES D’INSTRUCTION DES RECLAMATIONS LIEES
AU CONTENTIEUX DES VERIFICATIONS (LOCAL – CENTRAL)
Phases d’instruction
Taches à accomplir Délais
Intervenants

1- DIRECTION DES IMPOTS -Enregistrement de la réclamation. 10jours


-Transmission de la réclamation au
chef d’inspection concerné.

2- INSPECTION Instruction de la réclamation 30 jours


-Avis motivé.
-Transmission du dossier à la DIW.

3- DIRECTION DES IMPOTS DE Transmission du dossier au SRV 8 jours


WILAYA

-Examen de la réclamation 30 jours


4- SERVICES DES -Emettre un avis motivé.
RECHERCHES ET -Transmission du dossier à la DIW.
VERIFICATIONS :
-agents vérificateurs
-chef de brigade
-chef du SRV

-S’assurer que le dossier contentieux 30 jours


5- DIRECTEUR DES IMPOTS comprend les pièces exigées, s’assurer
DE WILAYA que les avis motivés des intervenants
figurent dans le dossier contentieux.
-Faire connaître sa position sur
l’affaire.
-Transmission du dossier contentieux
6- DGI - DIRECTION DU à la – DGI -
CONTENTIEUX Direction du contentieux.

A - DIRECTION DU -Enregistrement de la réclamation et 8 jours


CONTENTIEUX transmission du dossier à la DRV.

-Examen du dossier contentieux et 15 jours


B - DIRECTION DES renvoi à la Direction du Contentieux.
RECHERCHES ET
VERIFICATIONS

-Instruction de la réclamation –avis- et 30 jours


C - DIRECTION DU transmission à la DIW pour
CONTENTIEUX notification de la décision au
contribuable.
TABLEAU 2 : PHASES SUCCESSIVES D’INSTRUCTION DES RECLAMATIONS
PORTANT SUR DES AFFAIRES DONT LE MONTANT GLOBAL DES DROITS ET
PENALITES EXCEDE 10.000.000 DA (LOCAL -CENTRAL)

Régularisations opérées par l’inspection

Phases d’instruction Tâches à accomplir Délais


Intervenants

1- Direction des Impôts de wilaya -Enregistrement de la réclamation. 10jours


-Transmission de la réclamation au chef
d’inspection concerné.

2- Inspection Instruction de la réclamation 45 jours


-Avis motivé.
-Transmission du dossier à la DIW.

3- Directeur des Impôts de Faire connaître sa position sur l’affaire. 30 jours


Wilaya -Transmission du dossier contentieux à la
– DGI - Direction du contentieux

-Enregistrement de la réclamation 90 jours


4- DGI - Direction du Instruction de la réclamation.
Contentieux Avis conforme – et transmission à la
DIW pour notification de la décision au
contribuable.
TABLEAU 3 : PHASES SUCCESSIVES D’INSTRUCTION DES RECLAMATIONS
PORTANT SUR DES AFFAIRES DONT LE MONTANT GLOBAL DES DROITS ET
PENALITES EXCEDE 10.000.000 DA (LOCAL -CENTRAL)
Redressements fiscaux opérés par la Sous-Direction du Contrôle Fiscal.
Phases d’instruction Tâches à accomplir Délais
Intervenants

1- Direction des Impôts de wilaya -Enregistrement de la réclamation. 10jours


-Transmission de la réclamation au
chef d’inspection concerné.

2- Inspection Instruction de la réclamation 30 jours


-Avis motivé.
-Transmission du dossier à la DIW.

3- Direction des Impôts de Transmission du dossier à la sous- 8 jours


Wilaya direction du contrôle fiscal.

4- Sous-Direction du Contrôle -Examen de la réclamation 20 jours


Fiscal - avis motivé et transmission du
dossier à la DIW.

5- Directeur des Impôts de -Faire connaître sa position sur 20 jours


Wilaya l’affaire.
-Transmission du dossier
contentieux à la – DGI - Direction
du contentieux.

6- DGI - Direction du -Enregistrement de la réclamation 90 jours


Contentieux Instruction de la réclamation.
Avis conforme – transmission à la
DIW pour notification de la
décision au contribuable.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 476 MF/DGI/DCTX/Dir.
Alger, le 18 avril 2004

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya

Objet / Contentieux - Sursis légal de paiement - Extension à la TVA.

R.E.F. / Article 74 du code des procédures fiscales.

L'attention de l'Administration Centrale a été attirée sur les modifications apportées par le
code des Procédures Fiscales (CPF) en ce qui a trait à l’octroi du sursis légal de paiement aux
contribuables qui en formulent la demande à l’ap pui de leur réclamation contentieuse.
En effet, avant l'introduction du CPF, le sursis légal de paiement prévu par l'ancien article
399 du CID ne trouvait à s'appliquer uniquement pour les impôts directs, aucune disposition
analogue n'existait en matière de TVA.
Dans un souci d'harmonisation et d'uniformisation des procédures contentieuses des
aménagements ont été apportés par le CPF dans le cadre du traitement des réclamations
contentieuses, lesquels ont consisté notamment d'une part, à unifier le délai d'introduction des
réclamations tant pour les impôts directs que pour les TCA fixé au 31.12 de l'année suivant celle de
la mise en recouvrement du rôle, et d'autre part, à étendre le sursis légal de paiement à la TVA.
En effet, conformément aux dispositions de l'article 74 du CPF le contribuable peut, sous
certaines conditions et quelque soit la nature de l'imposition contestée, surseoir au paiement de la
fraction litigieuse du principal et des pénalités y afférentes. Il s'ensuit que le sursis légal de
paiement s'appliquant aux impositions mises à la charge du contribuable concerne également la
TVA.
A cet égard, il est précisé aux services que les demandes formulées par les contribuables
tendant à l'obtention du sursis légal de paiement, doivent être traitées, et le cas échéant accordées
sans faire de distinction entre les impôts directs et la TVA.

Il demeure entendu que les conditions requises pour l'octroi du sursis légal de paiement
demeurent inchangées. C'est à dire que le sursis de paiement reste subordonné aux conditions
suivantes que doit satisfaire le contribuable :

 introduire sa réclamation dans les délais et forme prévus par les articles 72 et 73.

 se prévaloir expressément dans sa réclamation des dispositions de l'article 74 du CPF et


indiquer qu'il entend surseoir au paiement de la partie contestée de l'imposition.
 indiquer le montant ou tout au moins, préciser les bases sur lesquelles sera calculé le
dégrèvement sollicité.

 constituer des garanties propres à assurer le recouvrement dont le paiement est différé.

Il est enfin indiqué que les demandes de sursis légal de paiement devront être établies suivant le
modèle ci-joint.

‫ ا'ز&ت‬

)‫ أرز‬+,

Copie pour information à :


- M. le Directeur Général des Impôts
- M. l’Inspecteur Général des Services Fiscaux
- MM. les Directeurs Centraux.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 939 MF/DGI/DCTX/SDCTX/IR
Alger, le 06 juillet 2004

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Chefs des Services des Recherches et Vérifications

Objet/ Contentieux des vérifications (SRV - SDCF)


Allégement de la procédure d'instruction.
R.E.F / Note n°191 MF/DGI/2000 du 24.04.2000.
P. J. / 02.

Dans le cadre de la procédure d'instruction des dossiers contentieux relevant de la


compétence de l'Administration Centrale définie par la note citée en référence, il a été retenu,
qu'au plan local, les affaires contentieuses issues des vérifications de comptabilité et
VASFE effectuées par le SRV et la SDCF doivent, pour leur examen, impliquer les intervenants ci-
après :
 Vérifications SRV : Avis du Chef d'inspection, Avis du Chef du SRV, du chef de brigade et
des agents vérificateurs et avis de la Direction des Impôts.

 Vérifications SDCF : Avis du Chef d'inspection, Avis du Chef de brigade et des agents
vérificateurs, avis de la SDCF et avis de la Direction des Impôts.
En pratique, il a été relevé que le délai de trois (03) mois imparti aux services locaux, pour
l'instruction des affaires contentieuses issues des vérifications n'a pas été respecté. En effet, force
est de constater que le traitement des affaires en cause connaît un retard considérable dépassant en
moyenne la période de 15 mois.
Cette situation a eu pour effet d'accroître le stock des dossiers contentieux en instance dont
la résorption est difficile à réaliser. D'autre part, elle peut porter préjudice au bon fonctionnement
des entreprises, notamment en ce qui concerne la gestion de leur passif fiscal. Enfin, est-il signalé
que le non respect du délai légal de réponse 06 mois est de nature à altérer l'image de marque de
l'Administration Fiscale.
Par ailleurs, il a été remarqué que la quasi-totalité des avis émis par le SRV ou la SDCF lors
du traitement de ces affaires a consisté à maintenir leur position initiale arrêtée à l'issue du contrôle,
étant précisé que les éléments de réponse apportés aux points de contestation soulevés par les
contribuables vérifiés correspondent généralement à ceux déjà formulés dans le cadre de la
notification définitive.

S'agissant de l'intervention du chef d'inspection, ce dernier, de par les fonctions assignées à


son service axées en la matière sur le contrôle approfondi, se limite à appuyer l'avis émis par les
vérificateurs, d'autant que l'inspection n'est pas dotée des moyens humains et structurels nécessaires
pour prendre en charge le contentieux des vérifications.
Aussi, pour remédier à cette situation et permettre un traitement plus fluide de ces dossiers,
dont une bonne partie est actuellement en souffrance, il a été décidé de réaménager les phases
successives d'instruction, au plan local, des réclamations en cause en réduisant le nombre des
intervenants.

Nouveau circuit de traitement du contentieux des vérifications :


Désormais, le traitement des dossiers de réclamations résultant des Vérifications
SRV/SDCF impliquera uniquement la Direction des Impôts compétente. Par conséquent les avis du
chef d'inspection, du SRV/SDCF et des agents vérificateurs ne seront donc plus sollicités.

En définitive, le traitement du contentieux des vérifications doit s'opérer selon le circuit


suivant :

PHASES SUCCESSIVES D'INSTRUCTION DES RECLAMATIONS ISSUES DES


VERIFICATIONS AU PLAN LOCAL
INTERVENANTS
CONTENTIEUX VERIFICATIONS/SRV DIW/SDCTX DGI/DRV-DCTX
COONTENTIEUX/ VERIFICATIONS/SDCF :

- Redressements > 10.000.000 DA DIW/SDCTX DGI/DRV -DCTX

- Redressements < 10.000.000 DA DIW/SDCTX

Ainsi, les dossiers contentieux – SRV en cours d'instruction au niveau des inspections et
des SRV, doivent être retournés à la Direction des Impôts compétente pour en charge. Ces dossiers
assortis de l'avis de la DIW seront transmis directement à la DGI - Administration Centrale.

Cette mesure est également étendue aux réclamations contentieuses issues des vérifications,
opérées par la SDCF, qu'il convient aussi de transférer de l’inspection ou de la SDCF vers la
Direction- S/Direction du Contentieux, étant rappelé que les affaires portant sur des montants
supérieurs à 10.000.000 DA seront, par la suite, soumis à l'avis de l'Administration Centrale.
Nouveau délai de prise en charge des réclamations :
Compte tenu de la réduction très sensible du nombre des intervenants, le nouveau délai de
traitement par la DIW de ce type de contentieux ne saurait dépasser 02 mois.

Les affaires pendantes transmises par les inspections ou les structures de contrôle (SRV et
SDCF) devront être traitées en priorité dès leur réception.

Vous voudrez bien procéder à la diffusion de la présente note, veiller à son application et me
faire part le moment venu des difficultés éventuellement rencontrées

‫ ا'ز&ت‬

)‫ أرز‬+,
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DES FINANCES
DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION REGIONALE DES IMPOTS
DE……………………………………………………
DIRECTION DES IMPOTS DE LA WILAYA
DE……………………………………………………..

CONTENTIEUX

- Affaires contentieuses issues des vérifications(SRV)


- Affaires contentieuses issues des vérifications (SDCF)
dont le montant est supérieur à 10.000.000 DA

BORDEREAU D’ENVOI

MONSIEUR LE DIRECTEUR DU CONTENTIEUX

DOSSIER CONTENTIEUX

Concernant :…………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………..

INDICATION DES PIECES NOMBRE OBSERVATIONS

1-Fiche technique. Pour avis conformément


2-Feuille d’instruction (série I n°3) (DIW – S/D du aux dispositions des
Contentieux) articles 77 et 79 du CPF.
3-Rapport et avis du Directeur des Impôts de Wilaya.
4- Pièces et documents joints au dossier contentieux :
*le rapport de vérification,
*copies des notifications et réponse du contribuable,
*l’état comparatif du bilan,
*le relevé de comptabilité,
*copie de l’avis de vérification et du rôle de
régularisation.

A……………….le…………….200….

Le Directeur des Impôts de Wilaya


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION REGIONALE DES IMPOTS………………………….
DIRECTION DES IMPOTS DE WILAYA DE……………………..

AFFAIRES CONTENTIEUSES RELEVANT DE LA COMPETENCE


DE L’ADMINISTRATION CENTRALE

- Affaires contentieuses issues des vérifications de


comptabilité (SRV)
- Affaires contentieuses des vérifications de comptabilité
(SDCF)
dont le montant est supérieur à 10.000.000 DA

FICHE TECHNIQUE

DE L’AFFAIRE CONTENTIEUSE :
1- NOM – PRENOM- RAISON SOCIALE : ……………………………………………………….
2- ACTIVITE (S) EXERCEE (S) :…………………………………………………………………..
3- ADRESSE DU CONTRIBUABLE : ……………………………………………………………..
4- DATE D’INTRODUCTION DE LA RECLAMATION :……………………………………….
5- DATE D’ENREGISTREMENT DE LA RECLAMATION (MONTAGE) REGISTRE
SPECIAL DIW :…………………………………………………………………………………….
6- MODE DE REGULARISATION RETENU (Rejet de comptabilité - Taxation d’office
– autres …) :…..………………………………………………………………………….………….
7- PERODE CONCERNEE : ……………………………………………………………………….
8- DATE DE MISE EN RECOUVREMENT DES IMPOSITIONS :………………………………

9- MONTANT DES Montants


REDRESSMEENTS PAR Droits simples pénalités
EXERCICE :………………Nature
des impôts et taxes
Exercices /Années
*
*
*
*
TOTAL TOTAL
MONTANT GLOBAL

POINTS CONTESTES PAR LE CONTRBUABLE :


-………………………………………………………..………………………………………………
-………………………………………………………………………………………………………
-………………………………………………………………………………………………………
-………………………………………………………………………………………………………
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 945 MF/DGI/DCTX/Dir
Alger, le 10 juillet 2004

NOTE
A

Messieurs les Sous Directeurs


- Direction du Contentieux -
(IR-TVA-ADJ)

Objet / Contentieux – Affaires relevant de la compétence de l’Administration Centrale


– Feuille d’instruction.

J’ai l’honneur de vous faire parvenir, ci-joints, la feuille d’instruction devant être utilisée
par vos agents lors du traitement des affaires contentieuses relevant de la compétence de
l’Administration Centrale.

‫ ا'ز&ت‬

)‫ أرز‬+,
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

DIRECTION GENERALE DES IMPOTS


DIRECTION DU CONTENTIEUX

RECOURS CONTENTIEUX

Affaires relevant de la compétence de l’Administration Centrale

-affaires SRV

-affaires > 10 M
 Régularisation Inspection
 Vérification de comptabilité SDCF

-Affaire : AGENT INSTRUCTEUR :


-N° d’enregistrement (DGI – DCTX) :
-DIW -Nom :
-Date d’introduction de la réclamation : -Prénom :
- Date de réception du dossier : -Bureau :
- Date remise instruction R/Visa :

FEUILLE D’INSTRUCTION

Visa

Chef de bureau ……………..………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………

Visa ………………………………………………………………………………….

S/Directeur ………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………

………….……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………….…………………………………………………………………………………………..…
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………..…
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/D du Contentieux Administratif et Judiciaire
N° 949 /MF/DGI/DCX/SD-ADJ
Alger, le 10 juillet 2004

NOTE
A

Mesdames et Messieurs les Directeurs des impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Gestion du contentieux.


- Procédure de dégrèvement d’office -

La présente note a pour objet de rappeler aux services les avantages et l'opportunité
de l'utilisation de la procédure de dégrèvement d’office, et ce, dans le cadre des orientations de
l'administration centrale en matière de gestion du contentieux notamment, l'amélioration,
quantitative et qualitative, du traitement des affaires contentieuses.

A ce titre, il a été observé que les contestations des contribuables, dont l'objet porte
sur une simple erreur matérielle, sont traitées de la même manière que les autres litiges
nécessitant un examen plus détaillé et par conséquent, leur règlement se fait dans des délais assez
longs par rapport à la simplicité du litige.

A cet égard, la mise en œuvre de la procédure de dégrèvement d’office, constitue


l'outil le plus approprié pour, d'une part, régler dans des délais très courts les contestations liées
aux erreurs matérielles et d'autre part, assurer un traitement qualitatif des autres litiges.

En effet, l'article 95 du code de procédures fiscales autorise le Directeur des Impôts


de Wilaya, en tout temps, à prononcer d'office le dégrèvement des cotes ou portions de cotes
formant surtaxe.

Par surtaxe, il y a lieu d'entendre les impositions entachées d’erreurs commises, par
les services, dans l'assiette de l'impôt, telles que :

 Erreurs matérielles dans les chiffres ;


 Double emploi ;
 Imputation d'un crédit d'impôt ou acompte provisionnel dûment justifié ;
 Erreur d'imposition évidente (par exemple omission de réfaction à la TAP, non déduction
des droits dus de l'imposition primitive lors de l'établissement d'un rôle supplémentaire ou
erreurs de taux applicables....) ;
 Majorations et pénalités appliquées à tort.

Il est rappelé, par ailleurs, que les états de dégrèvements d'office sont établis, soit à
l'initiative des services, soit à la suite d'une démarche, écrite et verbale, du contribuable.
Par ailleurs, il est signalé que certains Directeurs des Impôts de Wilaya continuent à
transmettre à l'administration centrale, pour avis, des dégrèvements d'office afférents à des
impositions supérieures à 10 millions de dinars ,et ce, malgré les termes de la note n°
149/MF/DGI du 12-03-2001 stipulant que pour le cas précis, le Directeur des Impôts de Wilaya
n'est pas tenu de solliciter l'avis de l'administration centrale.

A cet égard, il est indiqué que tout dossier transmis à l’administration centrale et pour
lequel le Directeur des Impôts de Wilaya est habilité à prononcer une décision de dégrèvement
d'office, fera l'objet de retour à la Direction expéditrice.

Vous voudrez bien assurer une large diffusion de la présente note et prendre les
dispositions nécessaires à sa mise en œuvre.

‫ ا'ز&ت‬

)‫ أرز‬+,
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de la TVA
N° 1094 MF/DGI/DCX/SDCX-TVA/B1.
Alger, le 25 juillet 2004

NOTE
A
Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Contentieux – Bénéfice du sursis légal de paiement.


R.E.F.S./ - Article 74 du CPF.
-Note N°476/MF/DGI/Dir. du 10/04/2004.

Additionnellement à la note rappelée en référence, aux termes de laquelle les services ont été
instruits, en application des dispositions de l'article 74 du CPF, d'étendre le bénéfice du sursis légal
de paiement aux redevables de la TVA qui en formulent la demande dans leurs réclamations, j'ai
l'honneur de vous préciser, que lorsqu'un sursis de paiement est accordé à un contribuable,
remplissant les conditions fixées à l'article cité supra, il ne peut lui être retiré sans motif valable
durant toute la période précédant la notification de la décision rendue par l'Administration, statuant
sur son recours préalable.

Ceci étant, il doit être mis fin au sursis de paiement de l'imposition ou de la fraction
d'imposition contestée dans les cas ci-après :

 disparition des garanties constituées par le contribuable ;


 usage par le contribuable de manœuvres dilatoires visant à organiser son insolvabilité
;
 non respect de l'échéancier de paiement accordé pour la partie des impositions non
contestées ;
 cessation d'activité - liquidation de l'entreprise.

Vous voudrez bien veiller à l'application stricte des instructions ci- dessus.

‫ ا'ز&ت‬
)‫ أرز‬+,
REOUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction de la Législation Fiscale
Circulaire à
Messieurs les Directeurs des impôts de Wilaya
Circulaire N°09
MF/DGI/DLF/LF/04

Objet Références

• Commission de recours • Articles 5, 6, 7, 31 et 32 de la loi n° 03-22 du 28


décembre 2003 portant loi de finances pour 2004.
• Articles 300, 301 et 302 du code des impôts directs et
taxes assimilées.

La présente circulaire a pour objet de porter à la connaissance des services fiscaux, les
modifications introduites aux dispositions des articles 300, 301 et 302 du code des impôts directs et
taxes assimilées, par celles des articles 5, 6 et 7 de la loi de finances pour 2004, ainsi que les
dispositions des articles 31 et 32 de cette loi.

I. Seuils de compétence :

Les articles 5, 6 et 7 de la loi de finances pour 2004 ont modifié respectivement les articles
300, 301 et 302 du code des impôts directs et taxes assimilées pour relever les seuils de compétence
des commissions de recours.

Les nouveaux seuils se présentent comme suit :

 pour les commissions de recours des impôts directs et de TVA de Daïra, cotes d'impôts
directs et taxes assimilées ou taxations de TVA inférieures ou égales à 500.000 DA.

 pour les commissions de recours des impôts directs et de TVA de Wilaya, cotes d'impôts
directs et taxes assimilées ou taxations de TVA supérieures à 500.000 DA et inférieures ou
égales à 2.000.000 DA.

 pour la commission centrale de recours des impôts directs et de TVA, cotes d'impôts directs
et taxes assimilées ou taxations de TVA supérieures à 2.000.000 dinars.
II. Compétence spéciale:

Les dispositions de l'article 7 de la loi de finances pour 2004 ont modifié celles de l’article 302
du code des impôts directs et taxes assimilées pour habiliter exclusivement la commission centrale
de recours des impôts directs et de TVA en ce qui concerne les demandes des contribuables régis
par la structure chargée de la gestion des grandes entreprises.
III. Délai de saisine des commissions de recours :

Les articles 5, 6 et 7 de la loi de finances pour 2004 ont modifié respectivement les articles 300,
301 et 302 du code des impôts directs et taxes assimilées pour proroger de un (01) à deux (02) mois
le délai de saisine des commissions de recours.

IV. Mesures transitoires :

Les articles 31 et 32 de la loi de finances pour 2004 ont précisé les mesures transitoires liées
transfert des recours pendants.

Aux termes de ces dispositions :

 les recours pendants auprès de la commission centrale de recours des impôts directs et de
TVA relevant d'après les nouveaux seuils de la compétence des commissions de recours de
Wilaya ou de Daïra, sont transférés à ces dernières.

 Les recours pendants auprès des commissions de recours de wilaya relevant d'après les
nouveaux seuils de la compétence des commissions de recours de Daïra et n'ayant pas fait
l'objet d'examen auprès de ces dernières, sont transférés à celles-ci.

V. Date d'effet :

Les présentes prescriptions prennent effet à compter du 1er janvier 2004.

Vous voudriez bien assurer la diffusion de la présente circulaire, veiller à son application et
rendre l'administration centrale destinataire des difficultés éventuellement rencontrées

Le Directeur de la Législation Fiscale

Mustapha Zikara
REOUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction de la Législation Fiscale
Circulaire à
- Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
Circulaire N° 10
MF/DGI/DLF/LF/2003
En communication à :
- Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
- Messieurs les Inspecteurs Régionaux de l’IGSF

Objet Références

• Centre Des Impôts : Obligations et • Articles 17, 18, 31, 32,47, 48 et 59 de la loi n°02-11 du
procédures d’imposition. 20 Choual 1423 correspondant au 24/12/2002 portant
• Attributions en matière de loi de finances pour 2003.
contentieux. • Articles 104,130 bis, 356 et 371 quater du CID
• Articles 76-1 et 78 bis, du code TCA
• Article 135 du code des procédures fiscales.

La présente circulaire a pour objet de commenter pour les services les articles 17, 18, 31, 32,47,
48 et 59 de la loi de finances pour 2003 qui respectivement ;

 instituent une taxation provisoire due par les contribuables relevant des centres des impôts ;
 définissent les obligations déclaratives des contribuables relevant des centres des impôts ;
 déterminent les attributions des centres des impôts en matière de contentieux.

I- INSTITUTION D'UNE TAXATION PROVISOIRE AU TAUX PROPORTIONNEL EN


MATIERE D'IRG.

A. Principe

L’article 17 de la loi de finances pour 2003 a complété l'article 104 du CID par des dispositions
qui instituent, en matière d'IRG, une taxation provisoire au taux proportionnel de 10% à laquelle
sont soumis les revenus nets réalisés par les contribuables relevant des centres des impôts et
imposables selon le régime du bénéfice réel.

Cette taxation provisoire constitue un crédit d'impôt qui s'impute sur l'imposition définitive.

Il est précisé, par ailleurs, que la taxation provisoire ainsi instituée s'applique sur la fraction du
revenu supérieur à 60.000 DA.
Il est important de noter, toutefois que dans le cas où le contribuable est en situation de report
déficitaire au niveau de la déclaration du revenu global, la taxation n'est pas due. A ce titre,
l'inspection des impôts du domicile devrait informer, par bulletin de liaison, l'inspection du
lieu de l'activité, de la situation fiscale du contribuable concerné.

B. Modalités de versement du montant de la taxation

Pour la définition des modalités de versement du montant de la taxation dont il s'agit, l'article
18 de la loi de finances pour 2003 a créé dans le titre I de la première partie du CID une section 5
bis intitulée « Taxation Provisoire à l'Impôt sur le Revenu Global » comprenant un article 130 bis.

Aux termes des dispositions de l'article 130 bis ainsi créé, le montant de la taxation provisoire
au titre de l’IRG est déclaré et payé auprès du receveur du centre des impôts territorialement
compétent au moyen des déclarations spéciales prévues aux articles 18 et 28 au CID.

Il est précisé que c'est le verso de ces déclarations qui tiendra lieu de bordereau-avis de
versement.

II. PAIEMENT DES ACOMPTES PROVISIONNELS PAR LES CONTRIBUABLES RELEVANT


DES CENTRES DES IMPOT (CDI).

L'article 31 de la loi de finances pour 2003 a complété les dispositions de l'article 356 du CID
par un paragraphe 10 qui étend l'application des dispositions du paragraphe 9 de ce même article
aux contribuables relevant des centres des impôts.

Aux termes des dispositions dudit paragraphe 9 ainsi étendues aux contribuables relevant des
centres des impôts, ceux-ci procèdent eux-mêmes, à l'instar des contribuables relevant de la DGE,
au calcul et au versement des acomptes provisionnels sans avertissement préalable du 15 février
au15 mars, du 15 mai au 15 juin et du 15 octobre au 15 novembre de l'année suivant celle au cours
de laquelle sont réalisés les bénéfices servant de base au calcul de 1’IBS à la caisse du receveur du
centre des impôts territorialement compétent.

La liquidation du solde de l'impôt est opérée par les contribuables des CDI et le montant
arrondi au dinar inférieur en est versé par eux-mêmes sans avertissement préalable également, sous
déduction des acomptes déjà réglés, au plus tard le jour de la remise de la déclaration prévue à
l'article 151 du CID.

En conséquence, les dispositions de l'alinéa 8 de l'article 356 qui font état d'imposition par
voie de rôle et d'avertissement ne sont pas applicables aux contribuables relevant des centres des
impôts.

III. OBLIGATIONS DECLARATIVES DES CONTRIBUABLES RELEVANT DES CENTRES DES


IMPOTS (CDI)

A. Obligations des contribuables relevant des centres des impôts dont le chiffre d'affaires
annuel de l'année précédente n'excède pas 300.000 DA.

1°/ En matière d'impôts directs :

L'article 32 de la loi de finances pour 2003 a créé au sein du CID un article 371 quater qui oblige
nonobstant les dispositions des articles 129, 212, 358 et 359 du CID, les contribuables des CDI dont
le chiffre d'affaires annuel de l'année précédente n'excède pas 300.000 DA de souscrire leur
déclaration et de s'acquitter trimestriellement des droits et taxes exigibles dans les 10 premiers jours
du mois qui suit le trimestre.

2°/ En matière de TVA.

L'article 48 de la loi de finances pour 2003 a créé au sein du code des TCA un article 78 bis aux
termes duquel, les contribuables relevant des CDI dont le chiffre d'affaires annuel de l'année
précédente n'excède pas 300.000 DA sont tenus de souscrire leur déclaration et de s'acquitter de la
taxe exigible dans les dix (10) premiers jours du mois qui suit le trimestre.

B. Obligation pour les redevables relevant des centres des impôts de remettre un relevé du
chiffre d'affaires.

L'article 47 de la loi de finances pour 2003 a complété l'article 76 du code des taxes sur le
chiffre d'affaires par un paragraphe 3 dont les dispositions obligent les redevables relevant de la
gestion des centres des impôts de remettre ou de faire parvenir dans les délais requis, auprès du
centre des impôts du ressort duquel est situé leur siège ou leur principal établissement un relevé
indiquant le montant des affaires réalisées et d'acquitter en même temps la TVA exigible d'après ce
relevé.

Consécutivement à l'ajout de ce paragraphe 3, l'ancien paragraphe 3 devient aux termes de la


modification introduite au sein des dispositions de l'article 76 précité un paragraphe 4 énonçant,
toutefois, que lorsque le délai de dépôt de la déclaration expire un jour de congé légal, l'échéance
est reportée au premier jour ouvrable qui suit.

IV. TRAITEMENT DES RECLAMATIONS CONTENTIEUSES DES CONTRIBUABLES.

L’article 59 de la loi de finances pour 2003 a modifié les dispositions de l'article 111 du code des
procédures fiscales tel qu'introduit par la loi de finances pour 2002.

La modification ainsi opérée au sein dudit article 111 a pour objet d'énoncer que les
réclamations relatives aux impôts, taxes, droits et amendes visés à l'article 110 du CPF doivent être
adressées d'abord et selon le cas, au directeur des impôts de la wilaya ou au chef du centre des
impôts dont dépend le lieu d'imposition.

Ce réaménagement est effectué pour tenir compte des nouvelles attributions des centres des
impôts en matière contentieuses.

Il y est également énoncé que le dépôt de la réclamation donne lieu à la délivrance d’un
récépissé aux contribuables concernés.

Enfin, il faut noter qu'aucune modification n'est intervenue en matière de recours gracieux.

A. Délai fixé au chef du centre des impôts pour statuer sur les réclamations contentieuses
relevant de sa compétence.

L'article 116 du CPF a été, quant à lui, complété par l'article 59 précité de la loi de finances
pour 2003, par un paragraphe 3 qui a fixé à quatre (04) mois le délai dont dispose le chef du centre
des impôts pour statuer, au nom du directeur des impôts de la wilaya, sur les réclamations relatives
aux impôts, taxes, droits et amendes relevant de la compétence du centre des impôts.
B. Compétence du chef du centre des impôts en matière contentieuses

Aux termes du 2ème alinéa du 3ème paragraphe ainsi introduit au niveau des dispositions de
l'article 116 du CPF, le pouvoir de statuer du chef du centre des impôts s'exerce pour prononcer des
décisions de dégrèvement d'admission partielle ou de rejet portant sur des affaires d'un montant
global maximum de 5.000.000 DA.

En conséquence, lorsque le montant de l'affaire objet de la réclamation est supérieur au seuil


de 5.000.000 DA, c'est le directeur des impôts de wilaya qui est compétent pour statuer sur l'affaire.

C. Possibilité pour les contribuables d'attaquer les décisions du chef du centre des impôts
devant
le tribunal administratif.

L'article 59 de la loi de finances pour 2003 a également modifié les dispositions de l'article 122-
I du CPF pour énoncer que, à l'instar de celles des directeurs des impôts de wilaya, les décisions
rendues par le chef du centre des impôts sur les réclamations contentieuses et qui ne donnent pas
satisfaction aux intéressés ainsi que les décisions prises d'office en matière de mutation de cote
conformément aux dispositions de l'article 135 du CPF, peuvent être attaquées devant le tribunal
administratif.

D. Délai de saisine du tribunal administratif.

Aux termes de l'alinéa 2 de l'article 122-I ainsi modifié l'action auprès du tribunal doit être
introduite dans le délai de quatre (04) mois à partir du jour de la réception de l'avis par lequel le
chef du centre des impôts notifie au contribuable la décision prise sur sa réclamation que cette
notification soit faite avant ou après l'expiration des délais visés aux articles 116-3 et 117 du code
des procédures fiscales.

E. Possibilité pour le chef du centre des impôts de prononcer d'office le dégrèvement de cotes
et portions de cotes.

La modification de l'article 135-1 du CPF par l'article 59 de la loi de finances pour 2003 consiste
à prévoir la possibilité pour le chef du centre de prononcer, dans les limites de ses attributions,
d'office le dégrèvement des cotes ou portions des cotes portant sur les contributions et taxes à
l'égard desquelles une disposition législative ou réglementaire la prévoit expressément.

L'article 135 a été également complété par un paragraphe 3 précisant que le pouvoir de statuer du
chef du centre des impôts s'exerce comme défini à l'article 116 du CPF.

V. Date d'effet

L'ensemble de ces dispositions prennent effet à compter du 1er janvier 2003.

Vous voudrez bien assurer la diffusion de la présente circulaire, veiller à son application et
me rendre destinataire des difficultés éventuellement rencontrées.

Le Directeur de la Législation Fiscale


Abderrahmane RAOUYA
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de la TVA
N° 1944 MF/DGI/DCX/SDCX-TVA/B2 Alger, le 26 décembre 2004

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Remboursement du précompte de TVA


Modalités d’application de la nouvelle procédure de mandatement.

R.E.F./ Note N° 546 MF/DGI/DCX/SDCX-TVA/B2. du 26 Avril 2004.

J'ai l'honneur de vous faire connaître qu'en exécution de la note rappelée en référence,
vous avez été appelés à instruire les Receveurs des Impôts de procéder, dès réception du
montant du remboursement, au virement au compte bancaire de l'intéressé du montant du
remboursement après apurement de sa dette fiscale.

L'objectif recherché par l'institution de cette nouvelle procédure de mandatement est


de réduire sensiblement les délais de remboursement tout en préservant les intérêts du Trésor.

Or, il a été relevé que depuis l'entrée en vigueur de cette instruction, les Receveurs des
Impôts s'accordent une période de trois à quatre mois pour procéder au paiement des
bénéficiaires.

Afin de mettre un terme à cette situation pénalisante pour les contribuables, il vous est
demandé d'instruire les Receveurs des Impôts relevant de votre autorité de procéder au
paiement des bénéficiaires dans un délai ne dépassant pas huit jours à compter de la date de
réception du montant du remboursement.

L'opération de la compensation de la dette fiscale du bénéficiaire doit concerner


uniquement la dette existante au niveau de la recette des impôts chargée du paiement du
remboursement conformément à l'article 3ème de la décision de remboursement.

Afin d'assurer une meilleure célérité dans le traitement des dossiers de


remboursement de la TVA, les Directeurs des Impôts de Wilaya sont appelés à suivre
personnellement ces dossiers et de veiller à l'exécution des prescriptions de la présente note.

‫ ا'ز&ت‬
)‫ أرز‬+,
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/D du Contentieux Administratif et Judiciaire
N° 1946 MF/DGI/DCX/ADJ
Alger, le 26 décembre 2004

Monsieur le Directeur des Impôts d’Oran

En communication à :
- Messieurs les Directeurs Régionaux des impôts.
- Mesdames et Messieurs les Directeurs des impôts de wilaya

Objet/ Fonctionnement de la commission régionale du recours gracieux.


R.E.F./ Votre envoi n° 741/DRI/SDC/BCCX/2004 du 15-12-2004.

Par envoi cité en référence, vous demandez de connaître si les prescriptions


contenues dans la note n° 896/MF/DGI/DCTX/SDCX-ADJ du 26-06-2004, peuvent être
étendues au fonctionnement de la commission régionale du recours gracieux.

En réponse j'ai l'honneur de vous faire connaître, que par la présente, les dispositions
de ma note citée supra, sont entendues au fonctionnement de la commission régionale du
recours gracieux, en cas d’empêchement ou de congé prolongé du Directeur Régional,
étant précisé que le but recherché est la continuité du service et l'apurement des
recours en instances.

‫ ا'ز&ت‬
)‫ أرز‬+,
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de l’Impôt sur le Revenu
N° 1208 MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR
Alger, le 12 juillet 2005

NOTE
A
Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Contentieux des droits d'enregistrement- Nouvelles procédures.


R.E.F./ Article 70 du Code des Procédures Fiscales (CPF)

L'attention de l'Administration Centrale a été attirée sur les requêtes portant sur les
droits d'enregistrement, introduites pour être traitées dans le cadre du recours
administratif préalable et qui n'ont pas été examinées par les DIW au motif qu'en vertu des
dispositions de l'article 359 du Code de l'Enregistrement (CE), celles-ci ne sont susceptibles de
recours devant l'instance judiciaire.
Il est rappelé à cet égard, que la saisine des commissions de conciliation constitue
phase pré- contentieuse pour l'examen de la réévaluation contestée à l'effet de déterminer les
montants des droits d'enregistrement au titre des opérations immobilières donnant lieu à
l’émission d’un rôle établi conformément à l'avis rendu par ces commissions.
Avec l'adoption du CPF qui a entraîné l'uniformisation des procédures
contentieuses des différents impôts et taxes à l'exception des impôts indirects, les
contribuables disposent dorénavant du droit d'introduire une réclamation contentieuse auprès
de l’administration fiscale dans le cadre du recours préalable pour contester le montant des
droit d’enregistrement mis à leur charge.
Il s'ensuit que, désormais, les services ne peuvent plus se fonder sur les
dispositions de l'article 359 du C.E, abrogé par l'article 200 de la loi de finances pour 2002,
pour récuser examen des recours en question.
Pour exercer leur droit de réclamer, les contribuables, est-il noté, se doivent de
respecter les procédures et délais prévus par la législation fiscale en la matière et définis par les
articles 72, 73 et 75 du CPF. Par ailleurs, il est signalé que les requérants en cause ne pourront
recourir à l'instance judiciaire qu'une fois que leurs requêtes aient fait l'objet d'une décision
rendue par l'administration, ou en l'absence de réponse à l'issue de l'expiration du délai imparti
à l'Administration pour se prononcer sur lesdites requêtes.
Il est précisé, enfin, que le recours devant les commissions de recours n'est pas ouvert
aux contribuables contestant les droits d'enregistrement établis à leur encontre, celles–ci,
n’exercent en effet, leurs compétences qu'en matière d'impôts directs et TVA.
Vous voudrez bien procéder à la diffusion de la présente note, veiller à son application
et me faire part, sous le présent timbre, des difficultés éventuellement rencontrées.
‫ ا'ز&ت‬
)‫ أرز‬+,
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de l’Impôt sur le Revenu
N° 1572 /MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR
Alger, le 2octobre 2005

NOTE
Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Contentieux des vérifications de comptabilité.


Contrôle des activités et des revenus- Autonomie et indépendance des procédures-Cas
de sociétés et des associés.

Dans le cadre du traitement de réclamations contentieuses issues des vérifications de


comptabilité des sociétés, soumises pour avis, à l'Administration Centrale, il a été relevé
l'établissement d'impositions (IRG) à l'encontre des associés, sur la base des apports ou prêts
effectués au profit de leur société, dont l'origine n'a pu être justifiée par ces derniers.

J'ai l'honneur de porter à votre connaissance qu'en vertu du principe de l’indépendance


des procédures de contrôle des activités et des revenus, la vérification de comptabilité des sociétés
ne doit aucunement être étendue, dans le cadre de la même procédure, à la vérification de la
situation patrimoniale personnelle des associés, du fait qu’il s'agit de deux sujets fiscaux distincts.
Pour rappel, seuls les rehaussements des bénéfices ces des sociétés vérifiées, donnent lieu à des
redressements (IRG), en tant que revenus réputés distribués au nom de l'associé.

A ce titre, la vérification de comptabilité doit s'opérer sous le strict respect de la procédure


édictée par les dispositions de l'article 20 du CPF ; tandis que la vérification de situation fiscale
d'ensemble (vasfe) doit obéir aux règles procédurales propres à celles-ci, définies par l'article 21
du même code.

Pour le traitement contentieux des affaires similaires, il y a lieu de considérer la démarche


(taxation directe à l’IRG des apports ou prêts) ayant servi de base à établissement des impositions
en cause, comme présentant un vice de procédure qu'il convient de corriger en prononçant les
annulations qui s'imposent.

Si à l'occasion de la vérification de comptabilité d'une société, il est constaté des cas


pouvant éventuellement aboutir au redressement de la situation fiscale personnelle d'un membre
associé, tels que le consentement de prêts ou la réalisation d'apports en capital et ou/en compte
courant, il est possible (voire même indiqué) de soumettre ce dernier à une vérification
approfondie de situation fiscale d'ensemble, alors même que la procédure de vérification
comptable n'a pas encore été achevée.
Sinon, l'information objet de discordance, peut être communiquée à l’inspection du domicile
fiscal de l’associé en cause, pour être exploitée en tant que recoupement, dans le cadre d'une
vérification de la déclaration du revenu global, sous la stricte observance des règles de procédures
fixées par l'article 19 du CPF et éviter ainsi d'entreprendre toute opération de contrôle assimilable à
une vérification approfondie.

Cependant, est-il important de préciser, que les fonds apportés par l'exploitant individuel
dont l'origine n'est pas justifiée, peuvent faire l'objet de régularisation fiscale dans le cadre de la
vérification de comptabilité car l’exploitant tant ne constitue pas un sujet fiscal différencié de
l'activité exercée à titre individuel, en raison de la prévalence d'une situation avérée de confusion
de patrimoine.

Vous voudrez bien procéder à la diffusion de la présente note, veiller à son application et
me rendre compte, sous le présent timbre, des difficultés éventuellement rencontrées.

Le Directeur du Contentieux

Arezki GHANEMI

N° 1574 MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR/
Copie pour information à :
Mrs.les Directeurs Centraux des Impôts.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux Administratif et Judiciaire
N° 82 MF/DGI/DCTX/ADJ
Alger, le 16 janvier 2006

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Suivi des dépôts de plainte pour fraude fiscale.


P. J. / Cinq (05) tableaux.

J'ai honneur de vous demander de bien vouloir renseigner les tableaux, joints en annexe,
portant situation des dépôts de plainte pour fraude fiscale, arrêtée au 31-12-2005.

Les renseignements doivent me parvenir au plus tard le 10 Février 2006.

Par ailleurs, l'examen des états statistiques produits par vos services en la matière, fait
ressortir qu'un grand nombre de plaintes afférentes aux exercices antérieurs sont toujours en
instance auprès de la Justice, certaines affaires remontant à quatre ans, voire plus.

A cet égard, il importe de souligner que le dépôt de plainte ne constitue pas la finalité de
la démarche de l'Administration Fiscale, mais faut-il QUE celle-ci aboutisse à la préservation
des intérêts du Trésor dans un délai sauvegardant la crédibilité de l’Administration Fiscale.

En conséquence, il y'a lieu d'instruire vos services sur le caractère impératif du suivi
rigoureux des instances introduites auprès de la Justice à l'effet de faire valoir les droits du
Trésor dans les meilleurs délais.

Dans ce cadre, dés la réception de la présente, des démarches doivent être entreprises
auprès du procureur de la république de chaque tribunal correctionnel saisi par des plaintes
déposées par vos services, en vue de :

 de faire le point sur les affaires en instances, notamment l'état de situation de celles
enregistrées en 2004 et antérieurement et solliciter l'intervention du parquet pour un
traitement diligent des affaires en souffrance;
 définir les voies et moyens pour une meilleure coordination dans la prise en charge et le
suivi des affaires relatives aux poursuites pour fraude fiscale ;
 proposer une assistance technique et fiscale susceptible de permettre au magistrat de
mieux appréhender les éléments constitutifs du délit de fraude fiscale.

A ce titre, et à fin de permettre une meilleure prise en charge par la Justice de ces
affaires, il y a lieu de souligner que la plainte ne doit pas faire l'objet d'une simple lettre
rédigée d'une façon sommaire. En effet, celle-ci doit comporter un exposé rigoureux tant des
faits que des moyens et conclusions mettant en évidence le comportement frauduleux
conformément aux dispositions légales. Il va sans dire que la plainte doit être rédigée dans
des termes permettant l’accessibilité au Juge, à la fois, à la terminologie et à la technique
fiscales.

Aussi, pour faciliter la mission du magistrat, il y a lieu de :

 joindre à la plainte, tout document prouvant les faits reprochés ainsi que les détails
nécessaires sur la procédure d'imposition, notamment celles relatives à la procédure
contradictoire ;
 donner le maximum de précisions concernant le contribuable poursuivi, notamment sa
qualité, son adresse professionnelle et personnelle, la nature de son activité, sa situation
vis à vis de ses obligations fiscales (déclaratives et de paiement) et éventuellement ses
antécédents ;
 joindre une copie du texte intégral des articles de loi mentionnés dans la plainte.

Par ailleurs, il y'a lieu avant de procéder au dépôt de la plainte de s'assurer que
le mis en cause n'est pas en contentieux, pour les mêmes impositions en objet,
quel qu'en soit le stade (recours préalable – Commission de recours - juridiction
administrative).

En effet, il a été constaté que des dépôts de plaintes ont été engagés alors que les
contribuables mis en cause étaient en contentieux pour les mêmes impositions objet de la
poursuite pénale, lesquels ont bénéficié, par la suite d'un dégrèvement partiel voire total
dans certains cas.

Cette situation entraîne l'engagement de la procédure de retrait de la plainte, causant


ainsi des désagréments notamment vis à vis du magistrat en charge de l'affaire.

Il convient, à ce titre de vous rappelé que ce genre de situation ne répond pas au


souci de l’administration fiscale qui consiste à établir une meilleure coordination avec le
secteur de la Justice, notamment dans le cadre de la lutte contre la fraude fiscale.

Le Directeur du Contentieux
Arezki GHANEMI
MINISTERE DES FINANCES

DIRECTION GENERALE DES IMPOTS

SUIVI DES IMPOTS DE PLAINTE POUR FRAUDE FISCALE


(Situation arrêtée au 31.12.2005)

DIRECTION DES IMPOTS DE LA WILAYA DE :


Tableau 1 : Situation globale des dépôts de plainte (Arrêté au 31-12-2005)

Nombre de Nombre d’affaires Nombre d’affaires Nombre d’affaires Nombre d’affaires


ANNEE plaintes engagées traitées définitivement toujours en instance toujours en instance toujours en instance en
au titre de l’année au 31-12-2005 auprès du tribunal en appel (chambre cessation (chambre
considérée correctionnel au 31-21- pénale de la cour) pénale de la cour
2005 au 31-12-2005 suprême) au 31-12-2005
1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

TOTAL
Tableau 2 : Nombre de dépôts de plainte pour fraude fiscale par nature d’infraction
situation arrêtée au 31.12.2005

NOMBRE DE FRAUDE DEFAUT DE BIJOUTIERS


WILAYA PLAINTES FISCALE PAIEMENT ET (droits de
INSOLVABILITE garantie)

Tableau 3 : Dépôt de plainte par branche d’activité

Situation arrêtée au 31.12.2005

(01) (02) (03) (04) (05) (06) (07) (08) (09) TOTAL

(01) Importation ;
(02) Commerce de gros ;
(03) commerce multiple ;
(04) Travaux publics ;
(05) Fabrication/transformation ;
(06) Prestations de services ;
(07) Professions libérales ;
(08) Bijouterie (droits de garantie) ;
(09) Autres activités (à préciser).

Tableau 4 : Jugements rendus en 2005 (Ancienneté de l’affaire en 2005)

Situation arrêtée au 31.12.2005

Jugements
rendus en Année de dépôt de la plainte y relative
2005
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
Tableau 5 : Jugements rendus en 2005- Répartis par nature de condamnation

Situation arrêtée au 31.12.2005

Nature de la Condamnation ferme Condamnation avec Total


condamnation sursis
1 Mois
2 Mois
3 Mois
4 Mois
6 Mois
8 Mois
15 Mois
18 Mois
1 An
2 Ans
3 Ans
4 Ans
Autres durées (à
préciser)
Amende
uniquement
Acquittement
Non –lieu

TOTAL
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 487 MF/DGI/DCTX/DIR
Alger, le 16 Avril 2006

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Contentieux. Formalité de réception des réclamations.

L'article 71 du code des procédures fiscales prévoit la délivrance d'un accusé de


réception à tout contribuable qui introduit une réclamation de nature contentieuse, ce
document devant servir, est-il rappelé, de preuve de dépôt de la réclamation auprès des services
fiscaux.

La date d'accusé de réception de la réclamation permet l'appréciation de la recevabilité


de celle-ci au plan des délais. De même qu'elle servira pour le contribuable pour la computation du
délai, à l'issue duquel il pourra faire valoir son droit au recours juridictionnel lorsqu’il n'aura pas
reçu de notification de la décision du Directeur des Impôts, à l'expiration du délai imparti à
l'administration pour faire connaître sa réponse à sa requête.

En pratique, cette formalité n'est pas accomplie avec la rigueur requise. En effet, les
services se contentent le plus souvent d'apposer le cachet portant accusé de réception d'une manière
qui ne fait pas ressortir clairement la datation nécessaire à l’appréciation de la satisfaction de la
condition de la recevabilité relative au délai.

Aussi, semble t-il urgent et impératif de remédier à cette situation, par l’adoption d'un
imprimé conçu pour l'accomplissement de cette formalité, tant pour l’administration que pour le
contribuable.

L'imprimé, élaboré selon le modèle ci-joint, doit servir pour accuser de réception
des dépôts des réclamations contentieuses, des recours auprès des commissions de recours
des impôts directs et TVA, ainsi que les recours gracieux. La case correspondante doit être
clairement cochée. Cet imprimé doit être signé par le Sous-directeur du contentieux et remis à
l'intéressé. Dans le cas où la réclamation parvient au service par voie postale, cet imprimé sera
transmis au concerné par courrier recommandé.

Le Directeur du Contentieux
Arezki GHANEMI
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


-----------------
DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION DES IMPOTS DE LA WILAYA
DE :
ACCUSE DE RECEPTION D’UNE
RECLAMATION

-N° de la réclamation :

-Réclamation contentieuse :

-Commission de recours :

- Daïra
- Wilaya
- Centrale
-Recours gracieux :

- Wilaya
- Régional

-Impôt (s) concerné (s) :


Destinataire :

Le

J’ai l’honneur d’accuser réception de votre réclamation visée ci-contre et parvenue


à mon service le

Veuillez agréer, Monsieur, Madame l’assurance de ma considération distinguée.

Le Sous-directeur du Contentieux
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de l’Impôt sur le Revenu
N° 521 MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR/
Alger, le 19 Avril 2006

NOTE
A
Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises

Objet/ Contentieux. Crédit d'impôt /RCDC.

R.E.F./ Votre envoi n° 80 MF/DGI/DGE/SDCTX/2006 du 25/03/2005.

Par envoi rappelé en référence, vous demandez que vous soit indiqué les modalités de
prise en charge des crédits d'impôts issus de revenus de placement, opérés par des sociétés le
résultat de l'exercice de rattachement est déficitaire ou exonéré.

En réponse, j'ai l'honneur de vous faire connaître que les crédits d'impôts d’espèces,
donneront lieu à l'octroi de !a faculté de report sur les exercices ultérieurs du reliquat de ce crédit si
le bénéfice de l'année correspondante n'arrive pas à l'absorber en totalité, ou bien, son report global
sur les années à venir, si le résultat de l'exercice de rattachement est déficitaire.

Dans le cas où le crédit d'impôt /RCDC se rapporte à un exercice exonéré en vertu d’une
décision d'octroi d'avantages, celui-ci ne bénéficiera ni de la possibilité de report ni celle de
remboursement, car l'exemption fiscale-IBS accordée à la société ne concerne que les bénéfices
issus de l'exploitation directe du projet d'investissement réalisé sous régime privilégié; alors que les
revenus de placement sont la résultante d'une opération accessoire n'ayant pas de relation étroite
avec l'activité agréée.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 585 MF/DGI/DCTX Alger, le 02 mai 2006

Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises


Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Contentieux : Dépôt et formalisation des recours CCR.

Il a été constaté qu'en dépit des mesures législatives, tendant à l'allégement de la procédure
de traitement des recours relevant de la compétence de la CCR, notamment la suppression des
appels inter-commission et le relèvement du seuil compétence de la CCR celle-ci demeure
caractérisée par une lenteur pour le moins injustifiée.

En effet, tel qu'elle se déroule présentement cette procédure se traduit par l'absence de
célérité requise en la matière. De fait, cette procédure consiste en le dépôt du recours auprès de la
Direction du Contentieux qui est chargée de son enregistrement et sa transmission à la Direction
des impôts compétente, pour sa formalisation et son traitement. Une fois le recours examiné, ce
dernier formalisé et retransmis à la Direction du Contentieux pour son étude en vue de sa
programmation pour son examen par la CCR.

Cette procédure avec toutes ces étapes n'a pas manqué de se traduire par un traitement fort
étalé dans le temps des recours en cause. D'où le retard pris dans le règlement des affaires soumises
à la CCR. Ce retard ne saurait en aucun cas être imputé au fait qu'il n'existe pas de délai imparti
pour le traitement de ces recours. Ce circuit long est, faut-il le signaler, plus que pénalisant pour les
contribuables concernés.

Cette situation n'étant pas fatale, il apparaît judicieux et impératif de réaménager cette
procédure dans le sens de l'assouplissement des formalités relatives à la prise en charge de ces
recours.

Pour ce faire le traitement de ces recours doit s'effectuer dorénavant selon la procédure ci-
après :

1- Dépôt obligatoire du recours auprès de la Direction des Impôts territorialement


compétente avec remise au réclamant de l'accusé de réception récemment arrêté.

2- Formalisation et examen du recours par les services concernés de la Direction des


Impôts et transmission à la Direction du Contentieux dans un délai n'excédant pas trois (03)
mois. Ce délai est fort raisonnable, l'affaire ayant déjà fait l'objet d'un premier examen au titre
du recours administratif préalable.

En conséquence, les services sont tenus d’aviser les contribuables de cette nouvelle
procédure pour leur éviter de continuer à déposer leur recours auprès de la Direction du
Contentieux. De même qu’il y a lieu pour les Directions des Impôts qui transmettaient d’habitude
ces recours à la Direction du Contentieux pour leur enregistrement de s’en abstenir compte tenu
de la nouvelle procédure.

Le Directeur du Contentieux

M. A.GHANEMI
‫اــ ـــرـــ اـــــاــ ـــ اـــ ــ ا
ــــ اــــــــ‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances ‫وزارة ا‬
Direction Générale des Impôts ‫ا ا ا‬

Le Directeur Général ‫ا ام‬


N° 859 MF/DG/06
Alger, le 15 novembre 2006

Monsieur
Le Directeur du Contentieux

Objet/ Contentieux fiscal - CCR.

Il m'a été donné de constater que les comptes rendus des travaux de la CCR dont je suis
destinataire ne font pas apparaître clairement la traçabilité des opérations du traitement des recours
soumis à l'examen de la CCR. Or, il est de votre ressort que de s'assurer que les avis émis par les
différents responsables techniques (DGE - DIW) soient établis de manière concise et suffisamment
argumentés d'une part et dûment signés par les premiers responsables de ces structures, d'autre part.

Il en est de même des recours présentés à la CCR, qui doivent désormais comporter
l’apposition de votre visa. Il vous appartient de mettre en application sans délai les termes de la
présente note et m'en rendre compte.

Dans ce cadre, il est impératif d'assurer un suivi de ces opérations contentieuses sur un
registre ad’hoc de séances visé par mes soins. Par ailleurs, les PV de délibérations de la CCR
transmis à la DGE / DIW pour exécution devront être obligatoirement accompagnés des rapports
de présentation des recours soumis à la CCR par la Direction du Contentieux.

Il convient, également, de prendre attache avec le Président de la CCR pour l'informer


d’une part, de ces prescriptions et d'autre part, des nouvelles dispositions fiscales introduites par la
loi de finances 2007 relatives au fonctionnement de la CCR.

Enfin, et pour assurer un meilleur suivi de l'ensemble du contentieux, il demeure important


que soient élaborés des projets de notes ayant pour objet la définition des procédures de
fonctionnement des commissions de recours.

‫ا ام ا‬


‫راو‬.‫ ع‬: ‫إء‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 1437 MF/DGI/DCTX Alger, le 18 novembre 2006

Monsieur le Sous Directeur


des Commissions de Recours

Objet/ Fonctionnement de la CCR.


R.E.F./ Note 859 MF/DG/06 du 15.11.2006.
P. J./ 02.

En exécution des instructions contenues dans la note de Monsieur le Directeur Général


visée en référence, et dont ci-joint copie, relative à la gestion des dossiers de recours présentée à la
CCR, j'ai l'honneur de vous demander :

1- De me transmettre pour visa, les avis formulés par votre structure sur chaque dossier de
recours devant être présenté à l'examen de la CCR. Il est précisé à ce titre que cette
procédure est une condition préalable à tout examen des recours par la CCR.

2- De me faire parvenir pour transmission systématique à la DGE ou aux Directions des Impôts
concernées, selon le cas, les rapports de présentation des recours soumis à l'examen de la
CCR par la Direction du Contentieux. Ce rapport sera accompagné par l'avis rendu par la
CCR.

A cet égard, je porte à votre connaissance qu'une fiche de synthèse, dont ci-joint
modèle, retraçant les opérations de traitement des recours CCR, par séance, devra être renseignée
en vue de sa transmission pour visa à M. le Directeur Général.

Par ailleurs, je vous signale que le Président de la CCR sera informé de ces nouvelles
dispositions relatives à la présentation des dossiers CCR.

Pour permettre une mise en œuvre opportune des dispositions introduites par la loi de
finances pour 2007 ayant trait au fonctionnement des commissions de recours, il convient
d'entamer d'ores et déjà l'élaboration de la circulaire y relative.

Enfin, est-il important d'indiquer que les copies des principaux documents composant le
dossier CCR (avis CCR - rapport de présentation - avis DGE/DIW- fiche de synthèse DG) seront
conservées au niveau du secrétariat de la Direction du Contentieux) lesquels seront accessibles à
toutes les structures de la Direction.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
FICHE DE SYNTHESE DES OPERATIONS DE TRAITMENT DES RECOURS SOUMIS A L’EXAMEN DE LA CCR

SEANCE DU :

DESIGNATION DU RECOURS EXAMEN DU RECOURS


AVIS DGI
N° contribuable DGE/DIW Date Date de Date de Impôts-montants Service Avis DIW Avis DCTX AVIS RENDU
d’introduction transmission programmation contestés taxateur PAR LA CCR

Le Directeur Général
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 1438 MF/DGI/DCTX Alger, le 18 novembre 2006

Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises


Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet/ Contentieux - Fonctionnement de la CCR.

R.E.F./ Note n°859 MF/DG/06 du 15.11.2006.

P. J./ Un (01)

J'ai l'honneur de porter à votre connaissance que conformément aux prescriptions de la note
de Monsieur le Directeur Général citée en référence et dont ci-joint copie, un aménagement a été
opéré dans la gestion des dossiers des recours soumis à l'examen de la CCR.

Cet aménagement consiste principalement en :

1- La formalisation des dossiers de recours - CCR qui doivent revêtir désormais l'apposition du
visa du Directeur du Contentieux.

2- La transmission systématique à la DGE ou aux Directions des Impôts concernées, selon le


cas, des rapports de présentation soumis à l'examen de la CCR par la Direction du
Contentieux accompagnés de l'avis de celle-ci.

En conséquence, les services doivent, pour l'exécution des avis rendus par la CCR, s'assurer
que cette nouvelle procédure requérant mon visa préalable a été respectée.

Cette nouvelle procédure a pour finalité d'assurer aux opérations de traitement de ces recours
une plus grande traçabilité, à l'instar de ce qui prévaut en matière de recours préalable.

Enfin, il y a lieu de signaler qu'en ce qui concerne les commissions de recours, des mesures
substantielles visant l'amélioration de leur fonctionnement ont été introduites dans le cadre de la loi
de finances pour 2007. Une circulaire définissant dans le détail le fonctionnement de ces
commissions sera élaborée et vous parviendra en temps opportun.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux Administratif et Judiciaire
N° 241 MF/DGI/DCX/ADJ/B1/AM
Alger, le 17 février 2007

Mesdames et Messieurs les Directeurs des impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts

Objet/ Suivi des dossiers de dépôts de plaintes


R.E.F./ Note N° 64MF/DGI/DCX/ADJ/B1 du 16/01/2000
P. J. Fiche technique et annexes

J’ai l’honneur de vous adresser, ci-joint, la fiche technique devant être renseignée à chaque
dépôt de plainte pour fraude fiscale, en remplacement de la fiche sommaire en vigueur, objet de la
note citée en référence.

A ce titre, l'attention des services est particulièrement attirée sur l'importance du soin à
apporter à la production de cette fiche. Celle-ci, doit en effet permettre d'une part, de disposer des
informations concernant l'action judiciaire de nos services et de les mettre à jour, d'autre part, de
pouvoir communiquer les renseignements nécessaires à la hiérarchie qui suit de très près
l'opération de dépôt de plaintes en matière fiscale.

En conséquence, il vous est demandé de renseigner, sous la forme du canevas ci joint à la


présente note, en annexe A, la fiche technique et de la transmettre à la Direction du Contentieux en
y joignant la copie de la plainte déposée. L'envoi doit se faire systématiquement et sans délais, dès
l'enregistrement de la plainte auprès de la juridiction saisie. S'agissant des autres annexes, ci-jointes
(B, C, D et F), elles doivent être renseignées et transmises, sans tarder, à chaque stade de la
procédure concernée. Par ailleurs, pour toute rubrique non renseignée, il conviendra d'en préciser le
motif.

En fin, et compte tenu du caractère sommaire des éléments d'informations


communiqués par le biais de ces documents, il est demandé aux services de faire preuve
d'anticipation et de clairvoyance aux fins de signaler à la Direction du Contentieux toute
affaire importante ou grave présentant un intérêt et un suivi particulier. Pour faciliter la
sélection desdites affaires, il est recommandé, à titre indicatif et non exhaustif, de retenir les critères
ci-après :
 le montant des impositions fraudées ;
 l'importance de l'entreprise ;
 détournement des avantages fiscaux ;
 le risque de médiatisation de l'affaire ;
 l'existence de complicité.

Un intérêt particulier est accordé aux prescriptions de la présente note.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
Annexe A

Dépôt de plainte

Fiche technique de l’affaire N° /2007

1. Nom, prénom et raison sociale :

2. Qualité de la personne poursuivie :

3. Secteur d’activité :

4. Adresse :

5. Service constatant l’infraction :

6. Moyens de constat de l’infraction :

7. Nature de l’infraction :

o Fraude fiscale
o Défaut de paiement ou organisation d’insolvabilité
o Droits de garantie

8. Référence des textes légaux :

9. Date de dépôt de la plainte :

10. Juridiction saisie en première instance : Tribunal correctionnel de…

11. Plainte déposée auprès du :

o Procureur de la République
o Juge d’instruction

12. Détail par nature des impositions fraudées :

Nature des impôts et taxes Montant des Droits simples Montant des Pénalités
Exercices / années

Total : Total :
Montant global
Résumé de l’affaire
(Résumé du rapport ayant servi pour le dépôt de plainte)

…………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…….……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………….………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………….……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………
Annexe B

Nom, prénom et raison sociale :

Adresse :

N° et date de la fiche technique :

-Jugement (1ère instance) :

 date du jugement :
 montant des impositions recouvrées à cette date :
 contenu du jugement rendu:

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Annexe C

Nom, prénom et raison sociale :

Adresse :

N° et date de la fiche technique :

-Appel et partie appelante :

 date d’appel :
 partie appelante
 juridiction saisie :
 les points soulevés dans l’appel :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Annexe D

Nom, prénom et raison sociale :

Adresse :

N° et date de la fiche technique :

 date de jugement de l’appel :

 montant des impositions recouvrées à cette date :

 contenu de l’arrêt rendu par la cour :

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Annexe E

Nom, prénom et raison sociale :

Adresse :

N° et date de la fiche technique :

-Pourvoi en cassation :

 partie ayant introduit le recours :

 date du pourvoi en cassation :

 montant des impositions recouvrées à cette date :

 les points soulevés :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….……..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Annexe F

Nom, prénom et raison sociale :

Adresse :

N° et date de la fiche technique :

 arrêt rendu de la cour suprême le :

 contenu de l’arrêt rendu

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 473 MF/DGI/DCTX
Alger, le 09 avril 2007
NOTE
A
Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises
Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet/ Contentieux fiscal - Délégation du pouvoir de décision.


R.E.F./ Articles 47 et 53 de la loi de finances pour 2007.
Articles 78 et 172-6 du code des procédures fiscales.
P. J./ Un modèle de délégation.

La présente note a pour objet de définir les conditions et les modalités de la mise en œuvre
des dispositions des articles 78 et 172-6 du code des procédures fiscales relatives à la délégation du
pouvoir de décision en matière de traitement des affaires contentieuses.

1- Fondement du dispositif de délégation du pouvoir de décision en matière contentieuse :

Le réaménagement du dispositif afférent au pouvoir de délégation de signature opéré par la


loi de finances pour 2007 comporte comme exigence par la prise en compte des situations
statistiques et des indicateurs de performances qui malgré l'amélioration incontestable enregistrée
jusqu'ici continuent à afficher des indices négatifs. En effet, il est constaté notamment pour une
proportion non négligeable des affaires contentieuses traitées, le non respect des délais impartis aux
services fiscaux pour statuer sur les réclamations contentieuses.

Ce retard, s'est traduit par la constitution de stock de réclamations portant parfois sur deux
exercices et rendant sa résorption pour le moins malaisé.

Pour le dépassement de cette situation paralysante et préjudiciable aux contribuables, il est


décidé désormais de procéder davantage à la déconcentration du pouvoir de décision en matière
contentieuse.

Ainsi, et pour conférer une efficience plus grande au règlement des affaires contentieuses, la
délégation de décision s'opère selon la procédure ci-après décrite.

2- Le délégant :

Conformément aux dispositions des articles 79-1 et 172-5 du code des procédures fiscales,
le pouvoir de statuer sur les demandes contentieuses appartient au seul Directeur des Impôts. Dès
lors, seul le Directeur peut déléguer sa signature.
Par Directeur, il convient d'entendre le Directeur des Grandes Entreprises et les Directeurs
des Impôts de Wilaya.
Les délégations de signature sont personnelles au délégant et au délégataire. Elles doivent
donc être renouvelées à chaque changement de l'un d'entre eux.
Le délégataire statue au nom du Directeur et appose sur les décisions prises la mention « pour le
Directeur et par délégation »
3- Octroi de la délégation de pouvoir de décision :
En principe l'octroi de la délégation n'est pas obligatoire pour le Directeur qui conserve toute
latitude pour l'accorder, la refuser ou la retirer.
Toutefois, pour concrétiser le principe pour lequel elle a été instituée à savoir l'accélération
de la procédure de traitement des réclamations contentieuses et des dégrèvements et restitutions qui
en découleraient, la délégation du pouvoir de décision, par le Directeur doit être largement
exercée.
Le recours à cet instrument de gestion issu des techniques managériales sera mesuré par
la mise en place d'un indicateur faisant ressortir la proportion des affaires traitées par délégation.
La délégation du pouvoir de décision doit faire objet d’une décision prise par le Directeur
suivant le modèle joint en annexe.
4- Etendue de la délégation :
-Sens de la décision :
En vertu des dispositions de l'article 47 de loi de finances pour 2007, relatif la compétence
de l’agent délégataire du pouvoir de décision s'étend non seulement à l'admission totale et
partielle mais également au rejet.
-Montant de la décision :
L’extension de cette compétence porte également le montant plafond des affaires
contentieuses lesquelles il peut être procédé à cette délégation. En effet, les agents délégataires
exerçant fonctions en DIW peuvent par délégation se prononcer sur des affaires portant sur un
montant maximal de 2.000.000 DA au lieu de 500.000 DA précédemment.
Ce montant est porté à 5.000.000 DA pour l'agent délégataire exerçant à la DGE (art. 172-6
du CPF).
-Appréciation des limites de la délégation :
Cette limite de compétence doit être appréciée non plus par cote mais par rôle émis, en
droits en principal et pénalités.
5- Agents délégataires :
Dans un souci de diligence dans le traitement du contentieux fiscal, la délégation du pouvoir
de décision consentie au titre du contentieux administratif préalable doit concerner, par structure les
agents ci-après :
STRUCTURE AGENT DELEGATAIRE GRADE
DGE Sous-directeur du contentieux Inspecteur central

Sous directeur du contentieux Inspecteur principal


DIW Chef de bureau des réclamations Inspecteur principal
Dès lors, la décision signée par l'agent délégataire est réputée avoir été signée par l'autorité,
délégante elle-même.
6- Exclusions :

Un agent délégataire dort; s'abstenir de statuer sur des réclamations contentieuses :

- lorsque celles-ci concernent des impositions liées à des infractions qui ont donné lieu à
l'application des pénalités fiscales 100 et 200% et pour lesquelles des poursuites pénales sont
engagées.
- qui ont donné lieu à une instance devant les Tribunaux Administratifs.

7- Détermination des niveaux de délégation :

Il est précisé pour la mise en œuvre du principe de la délégation que les seuils fixés par la loi
sont des seuils limites que le Directeur ne doit pas excéder.

Néanmoins en pratique le montant de la délégation peut être fixé de manière variable par ce
dernier en fonction de la population fiscale gérée de la consistance du contentieux et du volume des
affaires à examiner, il s'agit ce faisant d'éviter, en fixant un montant de délégation, que soit transféré
au délégataire la quasi-totalité des affaires à traiter. En d'autres termes, le Directeur dans la fixation
du montant limite à déléguer doit faire en sorte qu'il ait un équilibre entre l'exercice par ses soins de
ses prérogatives et la mise en œuvre de la délégation.

Par ailleurs, il est pertinent que le Directeur se décharge du petit contentieux (forfait, taxe
foncière … etc.) en le confiant par voie de délégation à l'agent délégataire exerçant la fonction du
Chef de bureau des réclamations.

Le montant à déléguer au Chef de bureau, pour une première expérience, ne saurait excéder
50.000 DA lequel pourrait être modulé à la baisse en fonction du tissu fiscal de chaque DIW.

La délégation au profit du Chef de bureau constituera inévitablement un facteur d'un surcroît


de motivation et de responsabilisation qui se traduira par une valeur ajoutée en matière de
traitement du contentieux.

8- Examen des décisions de l'agent délégataire :

Pour que la délégation du pouvoir de statuer produise son plein effet, il importe que les
décisions prises en vertu de cette délégation soient exécutée dans le moindre délai.

A cet effet, le Directeur examine par priorité les dossiers de réclamation sur lesquels l'agent
délégataire a statué. Cet examen a posteriori consiste essentiellement à s'assurer que les décisions
sont régulières en la forme et notamment que les dégrèvements prononcés n'excèdent pas les limites
de la délégation accordée.

La vérification au fond des décisions (appréciation des motifs, calculs ... etc.) est effectuée
seulement par épreuve. Celle-ci portant sur un échantillon de dossiers doit revêtir un caractère
périodique.

Lorsque le Directeur constate que l'agent délégataire à excéder le pouvoir que lui confère la
délégation ou estime que la décision est infondée, il y a lieu de procéder aux mesures qui
s’imposeraient.
Dans le cadre de cette opération de contrôle, l'agent délégataire est tenu de présenter
mensuellement au Directeur un état (modèle joint en annexe) portant les décisions prises par celui-
ci.

La déconcentration opérée au profit des agents des services locaux et les responsabilités
accrues qui en découlent impliquent un contrôle interne, les Chefs des Services Régionaux des
Services Fiscaux (IRSF) sont invités à s'assurer régulièrement de l'exercice maîtrisé des délégations
de signature.

Vous voudrez bien procéder à la diffusion de la présente note, veiller à son application et
porter à mon attention, sous le présent timbre, les difficultés éventuellement rencontrées lors de son
application.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
AGENT DELEGATAIRE

Nom et Prénom :…………………………….. ETAT DES DECISIONS CONTENTIEUSES PRISES PAR VOIE DE DELEGATION

Fonction :……………………………………. PAR LE SOUS DIRECTEUR DU CONTENTIEUX FISCAL - DIW

Grade :……………………………………….

Montant délégué :……………………………

Année 2007 – Situation arrêtée au :

N° N° de la Désignation du Montant des Origine des Sens de la décision Montant des dégrèvements
réclamation contribuable impositions contestées impositions prise prononcés
contestées
I V.C VASFE A.T A.P R
AGENT DELEGATAIRE

Nom et Prénom :…………………………… ETAT DES DECISIONS CONTENTIEUSES PRISES PAR VOIE DE DELEGATION PAR

Fonction :……………………………………. LE CHEF DU BUREAU DE RECLAMATIONS - DIW

Grade :……………………………………….

Montant délégué :………………………..

Année 2007 – Situation arrêtée au :

N° N° de la Désignation du Montant des Nature des impositions Sens de la décision Montant des dégrèvements
réclamation contribuable impositions contestées contestées prise prononcés
A.T A.P R
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


DIRECTION GENERALE DES IMPOTS
DIRECTION REGIONALE DES IMPOTS DE........
DIRECTION DES IMPOTS DE LA WILAYA DE………

DECISION N° ........................... DU……………………………………………….

LE DIRECTEUR DES IMPOTS DE LA WILAYA DE………………………………..………. ;

-Vu la loi n°01/21 du 07 Chaoual 1422 correspondant au 22 Décembre 2001, portant loi de finances pour
2002, notamment son article 40 instituant le Code des Procédures Fiscales ;
- Vu le code des Procédures Fiscales, modifié et complété, notamment son article 78 ;
- Vu le décret présidentiel n°99-240 du 17 Radjab 1420 correspondant au 27 Octobre 1999 relatif nomination
aux emplois civils et militaires de l'Etat ;
- Vu le décret n°85-59 du 1er Radjab 1405, correspondant au 23 Mars 1985 portant statut type des des
travailleurs institutions et administrations publiques ;
- Vu le décret exécutif n°90-226 du 03 Moharram 1411 correspondant au 25 Juillet 1990, modifié et
complété, fixant les droits et obligations des travailleurs exerçant des fonctions supérieures de l’Etat.
- Vu le décret exécutif n°90-227 du 03 Moharram 1411 correspondant au 25 Juillet 1990 fixant les fonctions
supérieures de l'Etat au titre de l'administration, des institutions et organismes publics ;
- Vu le décret exécutif n°90-334 du 08 Rabie Ethani 1411 correspondant au 27 Octobre 1990, modifié et
complété, portant statut particulières travailleurs appartenant aux corps spécifiques à l’administration
chargée des finances ;
- Vu le décret n°92-120 du 09 Ramadhan 1412, correspondant au 14 Mars 1992, modifié et complété, fixant
la liste, les conditions d'accès et la classification des postes supérieurs des structures locales de
l'administration fiscale ;
- Vu le décret exécutif n°95-54 du 15 Ramadhan 1415 correspondant au 15 Février 1995, modifié et
complété fixant les attributions du Ministre des Finances ;
- Vu le décret exécutif n°95-55 du 15 Ramadhan 1415 correspondant au 15 Février 1995, modifié et
complété, portant organisation de l'administration centrale du Ministère des Finances ;
- Vu le décret exécutif n°06-327 du 25 Châabane 1427, correspondant au 18 Septembre 2006, fixant
l’organisation et les attributions des services extérieurs de l'administration fiscale ;
-Vu l’arrêté 18 Rabie El-Aouel 1419 correspondant au 12 Juillet 1998, modifié et complété, fixant la
consistance territoriale, l'organisation et les attributions des directions régionales et des directions des impôts
de wilaya ;
-Vu la décision n°.................... du la................................, portant nomination de Mr.........................dans le
grade d'........................................... (1) ;
-Vu la décision n°......................du ................................ , portant nomination de Mr
.......................................... en qualité de............................................ (2) ;
- Vu le décret présidentiel n°..............................du …………………………………; correspondant au
............................................................, portant nomination de Mr .............................en qualité de Directeur
des Impôts de la Wilaya de ......................... (3).
DECIDE :

Article 1er : Délégation de signature est donnée à Mr........................................... (4), à l'effet de


statuer au nom du Directeur des Impôts de Wilaya, sur les recours préalables, donnant lieu à des
décisions de rejet, d'admission totale ou partielle, de dégrèvement ou restitution d'office, dont le rôle
d'imposition contesté en droits en principal et pénalités ne dépasse pas le montant
de....................................... (5).

Article 02 : La présente décision prendra effet à compter de sa date de signature. Il en sera mis fin
dans les mêmes formes observées lors de son octroi.

Elle est, cependant, annulée d'office, dès la cessation de fonctions du délégant ou du


délégataire.

Article 03 : Cette décision est établie en un seul original et trois exemplaires :


-l'original est conservé par la Direction;
-un exemplaire est notifié au délégataire susnommé ;
-un exemplaire est adressé, à titre d'information, à la Direction Générale des Impôts -
Direction du
Contentieux et à la Direction Régionale des Impôts de rattachement.

A ........................... le ...........................

Le Directeur des Impôts de Wilaya

SIGNE:

(1)
mentionner les référence et date de la décision portant nomination du délégataire dans le grade inspecteur principal ou central ;
(2)
citer les référence et date de nomination du délégataire au poste supérieur de sous-directeur du contentieux ou de chef de bureau
des réclamations ;
(3)
citer les référence et date du décret présidentiel ou, le cas échéant, de la décision de Mr. le Ministre des Finances, portant
nomination du Directeur des Impôts de Wilaya
(4)
mentionner les nom, prénoms, grade et fonction du délégataire ;
(5)
préciser le montant en lettres et en chiffres de la délégation de signature accordée.
‫ا ر اا  ا ا
 اـــ‬
‫وزارة ا‬
‫ا ا ا ‬
‫ا ا‪ %-‬ا ـ‪......................‬‬
‫ اا ‪....................../%‬‬

‫‪1‬ر ر)‪4.................................. 0‬رخ ‪........................................2‬‬

‫إن  اا ‪..................................................... /%‬‬

‫‪ '() * -‬أ‪$%‬م "!ن ا اءات ا   ا دة ‪: -./ 78‬‬

‫‪ -‬و * )(' ا م ا ‪ 3‬ر‪ 240/99 12‬ا ;رخ "‪ 17 3‬ر= ‪ 1420‬ا ا"? ل ‪ 27‬أآ)* ‪ 1999‬ا )‪3" B)* ?A‬‬
‫ا‪ DE‬ا ! وا‪A  $C‬و؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ر‪ 59/85 12‬ا ;رخ "‪ 3‬ا‪ B/ HIJ‬ر= ‪ 1405‬ا ا"? ل ‪/ 23‬رس ا )( ‪ B‬ا !ن ا‪ 3‬ا‪ .‬ذ‪3‬‬
‫ ل ا ;‪C‬ت و ادارات ا ‪/‬؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ا)‪OJ.‬ي ر‪ 226/90 12‬ا ;رخ "‪ Q/ 3 3‬م ‪ 1411‬ا ا"? ل ‪ ،1990  25‬ا ل و ا ) ‪ ،1‬ا ‪Q‬د‬
‫‪ Q‬ق ا ل ا‪  BO‬رن و‪ 3" AS DE‬او وو‪1I‬؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ا)‪OJ.‬ي ر‪ 227/90 12‬ا ;رخ "‪ Q/ 3 3‬م ‪ 1411‬ا ا"? ل ‪ ،1990  25‬ا ‪Q‬د    ا‪ DE‬ا‪A‬‬
‫‪A‬ول *‪.‬ان ادارات و ا ;‪C‬ت و ا‪U‬ت ا ‪/‬؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ا)‪OJ.‬ي ر‪ 334/90 12‬ا ;رخ "‪ 8 3‬ر*‪ W‬ا‪ 1411 3!V‬ا ا"? ل ‪ 27‬أآ)* ‪ ،1990‬ا ل و ا ) ‪،1‬‬
‫ا )( ‪ B‬ا !ن ا^‪ 3‬ا‪Y‬ص * ل ا)*‪[\ B‬ك ا‪* XY‬دارة ا ‪ * JA$‬؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ر‪ 120/92 12‬ا ;رخ "‪ 9 3‬ر‪(/‬ن ‪ 1412‬ا ا"? ل ‪/ 14‬رس ‪ ،1992‬ا ل و ا ) ‪ ،1‬ا ‪Q‬د   ‬
‫ا ‪ =X.‬ا‪ 3" A‬اآ‪ c‬ا ‪b AQ‬دارة ا و ‪ J.aI‬و ` وط ا)‪" B‬؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ا)‪OJ.‬ي ر‪ 54/95 12‬ا ;رخ "‪ 15 3‬ر‪(/‬ن ‪ 1415‬ا ا"? ل ‪ J" 15‬ي ‪ ،1995‬ا ل ا ) ‪ ،1‬ا ‪Q‬د‬
‫‪%[a‬ت وز ا ؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ا)‪OJ.‬ي ر‪ 55/95 12‬ا ;رخ "‪ 15 3‬ر‪(/‬ن ‪ 1415‬ا ا"? ل ‪ J" 15‬ي ‪ ،1995‬ا ل و ا ) ‪، 1‬‬
‫ا )( ‪ 1e.I B‬ادارة ا آ "‪ 3‬وزارة ا ؛‬
‫‪ '() * -‬ا م ا)‪OJ.‬ي ر‪ 327/06 12‬ا ;رخ "‪` 25 3‬ن ‪ 1427‬ا ا"? ل ‪ ،2006  ) 18‬ا ‪Q‬د )‪ 1e.‬و‬
‫‪%[X‬ت ا ‪ Ha‬ا‪Y‬ر ‪b‬دارة ا‪،‬‬
‫‪ '() * -‬ا ار ا ;رخ "‪ 18 3‬ر*‪ W‬ا^ول ‪ 1419‬ا ا"? ل ‪ ،1998  12‬ا ل و ا ) ‪ ،1‬ا ‪Q‬د [‪a)f‬ص ا‪3 A2‬‬
‫‪  A‬ت ا و ا  ت ا ‪ (A‬ا=؛‬
‫‪ '() * -‬ا ر ر‪......... 12‬ا ;رخ "‪..................3‬ا )( ‪ BI B‬ا‪ 3".....................C‬ر‪(1).......................... I‬؛‬
‫‪BI‬‬ ‫"‪........................3‬ا )( ‪B‬‬ ‫ر‪....................12‬ا ;رخ‬ ‫ا ر‬ ‫* )('‬ ‫‪-‬‬
‫ا‪ (2)..........................-)Ja*.....................C‬؛‬

‫‪..............................‬ا ا"?‬ ‫"‪3‬‬ ‫ر‪..............12‬ا ;رخ‬ ‫ا ‪3‬‬ ‫ا م‬ ‫* )('‬ ‫‪-‬‬
‫‪ (A‬ا=‬ ‫‪ /‬ا‬ ‫‪-)Ja*..............................‬‬ ‫ا‪C‬‬ ‫‪،BI‬‬ ‫ل‪...............................................‬ا )( ‪B‬‬
‫*‪.(3)..............................‬‬
‫‪1‬ر‬

‫ادة ا‪7‬و‪J :6‬ض إ' ا‪ (4)............................C‬ا‪(/‬ء ^‪ c‬ا‪ 1* caJ‬ا  ا‪ (A 3‬ا= "‪ 3‬ا)‪ Ae‬ت‬
‫ا ‪  C‬ا )( ‪ 2 B‬ار ا "‪ ،m‬ا ل ا‪ 3A$‬أو ا‪ ،3‬ا)‪ mJY‬أو ا) ع ا)‪ 3 A‬إذا آن اول ا( ‪ cQ/ 3‬ا‪.‬اع‬
‫*  "‪ -‬ا‪ Q‬ق ا ‪ C‬و ا *ت  )وز ‪.(5).................nA/‬‬

‫ادة ‪ CI :2‬ي أ‪$%‬م ه‪O‬ا ا ر ‪I B/‬ر‪ p‬إ‪ -(/‬و ‪ oJ.* 3).I‬ا‪ J$‬ا)‪.* H./ 3‬‬

‫‪ s‬أ!‪  *  AI 'rA -‬د إ!ء ‪/‬م ا ‪J‬ض أو ا ‪J‬ض ‪.-‬‬

‫ادة ‪ B/ YC! c I :3‬ه‪O‬ا ا ر ‪ B/‬أ‪:c‬‬

‫‪ nAI -‬ا ‪J‬ض ‪ -‬ا ‪O‬آر أ‪.t[S‬‬

‫‪ YC! -‬إ' ا   ا‪ (A /‬ا= – ‪  /‬ا ‪.‬ز‪S‬ت ‪ -‬و ا  اي ‪ (A‬ا= ل ‪(6).........................‬‬

‫‪ %‬ر "‪............ 3‬ب‪..............‬‬

‫ا  ا‪ (A 3‬ا=‬

‫ا‪(/‬ء‬

‫)‪( 1‬‬
‫‪ -‬اذآ ‪ W /‬و ‪I‬ر‪ 2 p‬ار ‪ BI‬ا ‪J‬ض ‪ 3" -‬ر‪ w)J/ I‬ر‪ 3C‬أو ‪ /‬آي‪.‬‬
‫)‪ -(2‬اذآ ‪ W /‬و ‪I‬ر‪ BI p‬ا ‪J‬ض ‪ =a./ 3" -‬ا  ا‪. A 3S J‬ز‪S‬ت أو ر‪ =)$/ o‬ا‪$‬وي‪.‬‬
‫)‪ -(3‬اذآ ‪ W /‬و ‪I‬ر‪ p‬ا م ا ‪ 3‬أو ‪ .S‬ا‪()2‬ء ‪ 2‬ار ا‪ C‬وز ا  ا )( ‪ BI B‬ا  ا‪ (A 3‬ا=‪.‬‬
‫)‪ -(4‬اذآ  = ا‪ 1‬ر‪ I‬وو‪ JE‬ا ‪J‬ض ‪.-‬‬
‫)‪% -(5‬د *‪ Q‬وف و ا^ر‪2‬م ا ‪ nA‬ا ‪ C‬ح *)‪ mJ‬ا‪(/‬ء ‪.-AS‬‬
‫)‪ -(6‬اذآ ا  اي ‪ (A‬ا= ا ‪ z)Y‬إ‪. A2‬‬
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de l’Impôt sur le Revenu
N° 715/DGI/DCTX/SDCTX.IR/
Alger, le 26 mai 2007

NOTE
A

Monsieur le Directeur des Impôts


de la Wilaya de Blida

Objet/ / Contentieux. Sursis légal de paiement.


R.E.F. / Votre envoi n°55/DIW/09/SDCX/BCX/O7 du 17 Mai 2007.

Par envoi rappelé en référence, vous soulevez la question de la recevabilité des demandes
d'octroi de sursis légaux de paiement, formulées par des contribuables requérants ayant déjà
bénéficié d'échéanciers de paiement, pour le règlement d'impositions supplémentaires contestées,
au moyen de réclamations introduites dans le cadre du recours administratif (recours préalable -
commissions de recours).

Aussi, vous considérez que ces demandes constitueraient un cumul d'avantages et seraient
irrégulières.

En réponse, j'ai l'honneur de vous faire connaître que dans la mesure où un


contribuable, à travers le calendrier de paiement souscrit, s'est acquitté de la quote-part des droits
légalement fixée par les dispositions des articles 74 et 80 - 2° du CPF, modifiés et complétés
respectivement par les articles 45 et 49 de la loi de finances pour 2007, peut, à l’occasion de
l'introduction d'une réclamation devant le DIW ou auprès de la commission de recours compétente,
solliciter le bénéfice du sursis légal de paiement, par la formulation d'une demande auprès du
Directeur, appuyées de pièces justificatives correspondantes (quittances de paiement).

A ce titre, il convient de vous préciser que l'octroi du sursis dont il s'agit, successivement
à la souscription d'un échéancier de paiement, ne constitue aucunement une entorse
à la législation fiscale, car le bénéfice de ce sursis est un droit conféré par la loi au profit de
contribuables réclamants qui se sont acquittés de la partie des droits requise, sans aucune
autre condition particulière.

Il demeure entendu qu'une fois le sursis accordé, ce dernier entraînera de facto l’annulation
de l'échéancier souscrit.

Toutefois, l'administration et par souci de sauvegarde des intérêts du Trésor public, droit
d’abstenir d'accorder cette faculté notamment dans les cas repris ci-après :
 cessation d'activité ;
 - usage par le contribuable de manœuvres dilatoires tendant à organiser son
insolvabilité ;
 contribuables poursuivis pour manœuvres frauduleuses ;
 toute autre fait dûment constaté, susceptible d’hypothéquer sérieusement le
recouvrement des impositions réclamées.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI

N° 716 MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR/
- Copie pour information à :
-Mr. Le Directeur Général des Impôts ;
-Mr. L’Inspecteur Général des Services Fiscaux ;
-Mrs les Directeurs Centraux ;
-Mrs.les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux ;
-Mrs.les Directeurs Régionaux des Impôts ;
-Mrs. Les Directeurs des Impôts de Wilayas.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de l’Impôt sur le Revenu
N° 1325 MF/DGI/DCTX/SCDTX.IR/
Alger, le 23 septembre 2007

NOTE
A
Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises

Objet/ Sursis légal de paiement. Modalités d'application des pénalités de recouvrement.

R,E,F, / Votre envoi n° 348 MF/DGI/DGE/SDCX/2006 du 29 Octobre 2006.

Par envoi sus-référencé, vous demandez à connaître la date exacte devant être retenue pour
le calcul des pénalités de recouvrement, sur le reliquat des impositions dues, la prononciation en
matière contentieuse (recours préalable) de la décision de rejet total ou partiel, notifiée au
contribuable ayant bénéficié d'un sursis légal de paiement, après s’être acquitté de 30% (20%
actuellement) des droits en principal et pénalités réclamés.

A ce titre, vous signalez que la circulaire n° 09/MF/DGI/DLF du 08 Octobre 2005, prise en


application de l'article 38 de la loi de finances pour 2005, modifiant et complétant les dispositions
de l'article 74 du CPF, ne précise pas si la partie des droits réclamés, après traitement du recours
préalable, bénéficiera durant la phase contentieuse ci-avant citée, du sursis de paiement au titre des
pénalités de recouvrement.

En réponse, j'ai l'honneur de porter à votre connaissance qu'en l'état actuel de la législation
fiscale en vigueur, il ne peut être possible d'étendre le sursis légal de paiement aux pénalités de
recouvrement, lesquelles continueront à être décomptées à compter de la date d’exigibilité du rôle
émis.

Le Directeur du Contentieux
A.GHANEMI

N° 1326 MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR/
Copie pour information à :
- Mr. le Directeur Général des Impôts ;
- Mr. l’inspecteur Général des Services Fiscaux ;
- Mr. les Directeurs Centraux ;
- Mrs.les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux
- Mrs. les Directeurs Régionaux des Impôts;
- Mrs. les Directeurs des Impôts de Wilayas.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 1481 MF/DGI/DCTX/DIR
Alger, le 29 octobre 2007

NOTE
A

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Centraux
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet / Contentieux fiscal- Cas de taxation d'office.

Il a été porté à ma connaissance qu'un certain nombre de services hésitent quant au


traitement à réserver aux réclamations contentieuses introduites par les contribuables qui
contestent les redressement fiscaux opérés à leur encontre, par voie de taxation d'office, lesquels
ont été établis sur la seule base de la non souscription des déclarations mensuelles et annuelles.
Le motif avancé pour cette contestation étant la non exercice de l'activité au titre de la
période considérée, et ce, en dépit de la détention de registres de commerce ou d'artisanat.
A cet égard, il est rappelé qu'en dehors des cas énumérés par l'article 44 du CPF, la
procédure de taxation d’office ne trouve à s'appliquer que dans le cas où le service d'assiette détient
des éléments tangibles constitués, soit par une information reçue, soit par un fait dûment constaté
par PV, attestant de l'exercice, d'activité par le contribuable concerné. En effet, les services fiscaux
doivent, dans les cas d'espèces, préciser aux contribuables taxés d'office la teneur et l'origine des
renseignements et documents sur lesquels ils se sont fondés pour établir les impositions.
Il résulte de ce qui précède qu'aucune taxation d'office ne peut être considérée comme
régulière si elle repose uniquement sur la non- souscription des déclarations G50 sur une durée
d'une année, et la déclaration annuelle à la clôture de l'exercice. Il ya lieu en conséquence, pour le
règlement des affaires en cause de procéder à l'annulation pure et simple des redressements opérés
dans le cadre décrit ci-dessus. Toutefois, cette annulation n'entame pas le principe des sanctions
fiscales appliquées pour non souscription des déclarations.
Il est précisé que si ces sanctions n'ont pas été retenues, les services sont tenus d'en faire
application par voie de rappel en phase contentieuse, en recourant à cet effet à la procédure de
compensation prévue à l'article 96 du CPF.
Vous voudrez bien procéder à la diffusion de la présente note, veiller à son application et me rendre
compte, sous le présent timbre, des difficultés rencontrées lors de sa mise en œuvre.

Le Directeur du Contentieux
A.GHANEMI
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N° 1634 MF/DGI/DCTX/DIR
Alger, le 28 novembre 2007

NOTE
A

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya


En communication à :
Messieurs les Directeurs Centraux
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet / Contentieux fiscal- Cas de taxation d'office.


R.E.F. / Envoi n°1481 MF/DGI/DCTX/DIR du 29.10.2007.

Il a été porté à ma connaissance que certaines Directions des Impôts signalent auprès de
l’administration centrale les difficultés qu'elles rencontrent dans la mise en œuvre de la note visée
en référence précisant le traitement à réserver aux affaires contentieuses découlant des taxations
d’office opérées sur la seule non souscription de déclarations mensuelles et annuelles et en l'absence
de tout élément tangible.
A cet égard, il semble que ces Directions des Impôts de wilaya, dans l'application de cette
note, font un amalgame entre la taxation d'office visée par ladite note et les autres cas de taxations
énumérées à l'article 44 du CPF.
Il est dès lors important de souligner que pour la mise en œuvre des prescriptions de la note en
cause, les services doivent retenir exclusivement le cas évoqué par ladite note à savoir, les
taxations d'office fondées uniquement sur la non souscription des déclarations et en dehors de la
prise en compte d'aucun autre élément susceptible de justifier valablement les redressements
opérées d'office. Autrement exprimé, il y a lieu d'exclure du champ d'application de cette note, les
taxations d'office effectuées dans le cas :
 des vérifications de comptabilité,
 de contrôle approfondi,
 exploitation de recoupements, d'information, ou PV de constat établi sur place faisant état de
l'exercice de l'activité,
 de manœuvres frauduleuses constatées sur la base des énonciations légales.

Pour application rigoureuse et convenable, de cette note dont l'objectif est l'assainissement
d'un contentieux infondé, il est demandé à l'ensemble des Directions des Impôts de me faire
parvenir, à l'issue de cette opération, un état récapitulant les affaires réglées conformément à cette
note.
Le Directeur du Contentieux
A. GHANEMI

Copie pour information à :


MM. les Directeurs Centraux.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux de l’Impôts sur Revenu
N° 476/ MF/DGI/DCTX/SDCTX.IR
Alger, le 24 mars 2008

Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises


Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet / Contentieux fiscal : Sursis légal de paiement-recours devant les commissions de


recours des impôts directs et de la TVA.

R.E.F.S. / Circulaire n° 9/MF/DGI/DLF du 08.10.2005


Note n° 95 MF/DGI/DCTX du 15.01.2007 relative au fonctionnement des commissions
de recours des impôts directs et TVA.

II m'a été donné de constater des différences d'approche d'une DIW à une autre, dans les
modalités de calcul du montant des droits à payer, pour le bénéfice au sursis légal de paiement
sollicité par les contribuables lors de l'introduction de leurs recours auprès des commissions
compétentes.

Pour rappel, les dispositions de l'article 80-2° du CPF, fixent la somme des droits
exigibles pour l'octroi dudit sursis, au titre de la phase - commission de recours - au taux de 20%
du montant total (pénalités d'assiette incluses) des impositions demeurant en litige, lorsque le
contribuable réclamant a déjà acquitté, lors de l'introduction de son recours préalable devant le
Directeur des impôts, une quotité égale à 20% du montant global du rôle d'imposition objet de
contentieux (cf. article 74 du CPF), à l'effet de surseoir à tout recouvrement forcé de sa dette fiscale.

Cependant et par souci d'équité fiscale entre les contribuables dont les
réclamations ont donné lieu, au titre du recours préalable, à des rejets totaux, et ceux
bénéficiaires de dégrèvements partiels, le montant total cumulé des droits exigé en paiement
au titre des deux phases de recours (recours préalable + commissions de recours) ne doit pas
dépasser, pour les deux catégories de requérants, 40% des droits en principal et pénalités
restant en litige.

A cet égard, j'ai l'honneur de porter à votre connaissance que la détermination du


montant requis en règlement, pour le bénéfice du sursis légal de paiement sur les impositions
contestées devant les commissions de recours, différera selon la nature de la décision rendue au titre
du recours préalable.

I- REJET TOTAL DU RECOURS PREALABLE INTRODUIT :

Si la réclamation initiale formulée devant le Directeur, a fait l'objet de rejet total,


l'octroi du sursis légal de paiement, en phase de contentieux devant les commissions de recours, est
subordonné à l’acquittement à nouveau d'une somme correspondante à 20% du montant total
pénalités comprises du rôle d'imposition contesté.

L’exemple ci-après reprend, à titre illustratif, les modalités de calcul du montant à payer
lors de la saisine de la commission compétente.

Exemple :

Soit une SARL qui a fait l'objet, courant du mois de septembre 2006, d'une régularisation inspection
opérée sur les résultats de l'exercice 2005, ayant donné lieu à l'émission d'un rôle individuel
d’imposition détaillé comme suit :

Droits en principal IBS réclamés : 4.800.000 DA


Pénalités infligées (25%): 1.200.000 DA
Montant total du rôle d'imposition émis : 6.000.000 DA

 Montant acquitté en phase de recours préalable pour l'octroi du sursis légal de


paiement : 6.000.000 x 20%= 1.200.000 DA

 Décision rendue au titre du recours préalable : Rejet total

 Montant total de l'imposition demeurant en litige : 6.000.000 DA

 Montant devant être acquitté à nouveau pour l'octroi du sursis légal de paiement, en
phase de recours devant la Commission Centrale de Recours (CCR): 6.000.000x
20%=1.200.000 DA

 Montant total cumulé des droits devant être payés au titre des deux phases (recours
préalable + commission (CCR)) : 1.200.000 DA + 1.200.000 DA=2.400.000 DA

Soit : 2.400.000 DA=40% des droits acquittés sur le montant demeurant en


litige.
6.000.000 DA

II-ADMISSION PARTIELLE DU RECOURS PREALABLE FORMULE :

Dans la mesure où le requérant a bénéficié, suite à sa réclamation préalable introduite, d'une


décharge partielle des impositions, le sursis légal de paiement sollicité, en phase de réclamation
devant la commission de recours compétente, est subordonné au préalable à l’acquittement une
deuxième fois d'un montant équivalent à 20% du montant des droits demeurant en litige, sans
que la somme totale des deux tranches payées ne dépasse 40% des droits réclamés, après
dégrèvement partiel accordé.

A ce titre, le traitement de la demande d'octroi du sursis de paiement, à l'introduction de la


requête devant la commission de recours compétente, sera fonction du taux des droits payés au titre
du recours préalable par rapport à ceux objet de contentieux devant cette commission. En d'autres
termes, le montant des dégrèvements partiels accordés détermine le montant à nouveau à acquitter
pour le bénéfice du sursis légal de paiement, étant signalé que dans certains cas le sursis légal de
paiement sera accordé sans paiement additif de droits.
Aussi, trois (03) cas de figure peuvent se présenter :
1°-La tranche de 20% des droits acquittés au titre du recours préalable est inférieure à 40%
du montant total des droits demeurant en litige :

L'octroi du sursis légal de payement au titre de la phase de recours citée ci-dessus, est
tributaire du payement d'un reliquat de droits de manière à atteindre 40% des droits restants
litigieux.

2°-La tranche de 20% des droits acquittés au titre du recours préalable est supérieure à 40%
du montant des droits restants en litige :

Dans ce cas, le sursis de payement est accordé sans payement complémentaire de droits et
sans restitution de la différence de la partie des droits dépassant 40%, dans la mesure où cette
dernière demeure toujours réclamée et non couverte par le montant préalablement acquitté.

3°-La tranche de 20% des droits acquittés au titre du recours préalable excède le montant
total des droits restant en litige :

Dans l'hypothèse où la première partie (20%) de droits payés en phase de recours préalable,
dépasse le montant total des impositions demeurant litigieuse devant la commission de recours
saisie, le sursis de payement est évidemment accordé sans aucun payement, ponctué par la
restitution du surplus de droits résultant de la différence entre la tranche de 20% initialement
acquittée et la somme totale du reliquat des droits objet de contestation en commission.

Pour mieux expliciter ces trois (03) cas de figure, il est pris l'exemple suivant :
Exemple :
Soit une SNC ayant subi durant le mois de juin 2007, un contrôle opéré par l'inspection des impôts
de rattachement ayant porté sur l'exercice 2004, ponctué par des rappels d’impositions dont le rôle
correspondant émis se présente comme suit :
EN DA
Année Exercice Nature des impôts et taxes Montant total du rôle
d’émission du imposé rappelés Droits en principal +
rôle pénalités

2007 2004 TVA TAP 8.000.000

 Montant acquitté au titre du recours préalable, pour l’octroi du sursis légal de paiement :
8.000.000 DA x 20%= 1.600.000 DA.

 Décision rendue au titre du recours préalable : dégrèvement partiel


Examen de la demande d’octroi d suris légal de paiement en phase de recours devant la
commission en fonction du montant du dégrèvement partiel accordé :

Rappel de la règle : Le montant devant être payé en phase de recours devant la commission
compétente, ne doit pas excéder 40% des droits demeurant en litige.

Montant total du rôle d’imposition réclamé : 8.000.000 DA


EN DA
Montant Montant Montant % des Reliquat à payer
total des droits des droits droits sursis phase
Cas de figure dégrèvement restants acquittés acquittés/ commission
partiel en litige recours droits Commentaire
accordé préalable restant en
litige
1- La tranche de
20% des droits -Octroi du sursis légal de
acquittés au titre du paiement après
recours préalable acquittement d’un montant
est inférieure à 40% 3.000.000 5.000.000 1.600.000 32% 400.000 complémentaire de
du montant total (8.000.000 400.000DA.
des droits restants (8.000.000 x (1.600.000) [(5.000.000x40%)
en litige. - 20%) (5.000.000) – 1.600.000]
3.000.000)
2-La tranche de -Octroi du sursis légal de
20% des droits paiement sans paiement de
acquittés au titre du droits complémentaires-
recours préalable 4.600.000 3.400.000 1.600.000 47,05% NEANT droits payés > à 40% des
est supérieure à (8.000.000 (8.000.000 (1.600.000) droits restant en litige.
40% du montant - x (3.400.000) -Non restitution du
total des droits 4.600.000) 20%) surplus de la partie des
restants en litige. droits des droits supérieure
à 40%.
3- la tranche de
20% des droits -Octroi du sursis légal de
acquittés au titre du paiement sans paiement
recours préalable 6.700.000 1.300.000 1.600.000 123% NEANT complémentaire de droits.
dépasse le montant (8.000.000 (8.000.000 (1.600.000) -Restitution du montant
total des droits – x (1.300.000) de 300.000DA (1.600.000-
restants en litige. 6.700.000) 20%) 1.300.000)

Vous voudrez bien procéder à la diffusion de cette note, veiller à son application et me
rendre compte, sous le présent timbre, des difficultés éventuellement rencontrées lors de son
application.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
N°472 MF/DGI/DCJX
Alger, le 24 mars 2008

Monsieur le Directeur des Grandes Entreprises


Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à :
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux
Objet : Contentieux fiscal : Commission centrale de recours (CCR).

Il a été porté à ma connaissance qu'un certain nombre d'affaires contentieuses pour


lesquelles, en vertu des dispositions des articles 77 et 172 du code des procédures fiscales (CPF),
l'avis conforme de l'Administration Centrale est requis ont été traitées par les responsables
concernés sans que cette procédure soit respectée.

Cet état de fait a été révélé lors de l'examen de ces affaires par la Commission centrale de
recours (CCR).

A cet égard, il est important de signaler que cette attitude, outre qu'elle transgresse les
prescriptions de la loi régissant le traitement contentieux, lèse les requérants en les privant de la
mise en œuvre d'une garantie instituée expressément par la loi pour protéger leurs intérêts en la
matière.

Compte tenu de la gravité des conséquences de ce comportement, il y a lieu à l'avenir de


veiller scrupuleusement au respect de la procédure instituée par la loi pour le traitement contentieux
des affaires en cause en faisant en sorte que l'avis requis de l'administration centrale soit sollicité
systématiquement à chaque fois qu'il y a lieu de l'accomplir.

Pour les affaires traitées en dehors de la procédure requise et faisant présentement l'objet
d'un recours auprès de la CCR, il sera procédé à leur transmission aux Directions des impôts
concernées pour un traitement contentieux conforme aux procédures en vigueur.

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des Finances
Direction Générale des Impôts
Direction du Contentieux
S/Direction du Contentieux Administratif et Judiciaire
N° 1156 MF/DGI/DCX/ADJ
Alger, le 5 août 2008

Monsieur le Directeur des Impôts


de Wilaya d'Oum El Bouaghi

Objet/ A/S des admissions en non valeur des cotes issues des dépôts de plaintes
R.E.F./ Votre envoi n° 647/DIW/SDOFR/OEB du 21-07-2008.

Par envoi su référencé, vous demandez s'il est possible de faire admettre en non
valeur les contribuables :

1) Ayant fait l'objet de dépôts de plaintes dont les jugements ont été prononcés par le tribunal
et la Cour ?
2) Les contribuables inconnus, non localisés ayant fait l'objet d'actions de poursuites jusqu'au
dernier degré?

En réponse, j'ai l'honneur de rappeler que les dispositions régissant l'admission en


non valeur sont édictées par l'article 94 du CPF, lesquelles ne prévoient aucune exclusion de cas
particulier dans la mesure où la demande d'admission en non valeur du receveur est subordonnée à
la présentation de motifs justifiant le caractère irrécouvrable des impôts et taxes concernés, appuyée
par toutes les pièces justificatifs. Ceci d'une part.

D'autre part, l'article 94 CPF précise en outre, que « l'admission en non-valeur a pour
seul effet de décharger le receveur des impôts de sa responsabilité, mais ne libère pas les
contribuables à l'égard desquels l'action coercitive doit être reprise, s'ils reviennent à meilleure
fortune, tant que la prescription n'est pas acquise».

Le Directeur du Contentieux

A.GHANEMI

N°1157 MF/ DGI/DCX/ADJ


Copie pour information à :
- M. Le Directeur des Grandes Entreprises.
- MM. Les directeurs Régionaux des Impôts.
- Mesdames et Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya.