Vous êtes sur la page 1sur 18

Ouverture au public et caractéristiques des sociétés nouvellement

cotées: témoignages de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières


(BRVM)
Résumé: L'objectif de cet article est de caractériser les entreprises nouvellement cotées entre 2002
et 2010 en analysant les critères économiques, financiers et de marché de la Bourse de l'Afrique de
l'Ouest. Cette étude saisit pour la première fois une décision publique dans un cadre où les autorités
de marché, les sociétés cotées et les sociétés non cotées ont eu un impact réciproque. Nous
conjecturons que, dans un marché boursier aussi restreint, les premières sociétés cotées en bourse,
à travers leurs caractéristiques, établissent la tendance pour les sociétés non cotées et révèlent que
les autorités du marché attendaient le profil des sociétés en bourse. En conséquence, une nouvelle
perspective sur l'enquête sur la décision de rendre public, en particulier dans le contexte des
marchés émergents est ouverte. Mots-clés: marché boursier; rendre public; offre publique initiale;
les externalités; signalisation.

La référence à ce document devrait être faite comme suit: Bayala, B.S.A. (2012)
'Ouverture du public et caractéristiques des sociétés nouvellement cotées:
Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) », African J. Accounting,
Vérification et finances, vol. 1, n ° 4, pp.383-403.
Notes biographiques: Balibié Serge Auguste Bayala est professeur adjoint de
Finance à la Faculté d'Economie et de Gestion de l'Université Ouaga 2, au Burkina Faso.

1. Introduction
Aller public reste un événement clé dans la vie de toute entreprise et source d'avantages et
d'inconvénients. En effet, le statut de l'entreprise passe de la gestion privée à un système de gestion
qui la met en évidence, car elle est désormais à l'honneur de l'information économique et financière.
Ce changement qualitatif s'ouvre
de nouvelles fenêtres qui permettront de financer directement sa croissance par une offre publique,
comme pour les actionnaires initiaux, l'augmentation de la liquidité de leur patrimoine ou encore et
pour les investisseurs de marché, la capacité à diversifier les risques (voir Jacqueline, 1994; Grinblatt
et Titman, 1998). Cependant, l'introduction en bourse ne présente pas seulement des avantages, car
elle doit être réorganisée (Pilverdier-Latreyte, 1997) puis dépend des exigences de l'offre publique,
notamment la publication d'informations économiques et financières et contribue dans certains cas
au dynamisme du titre marché, sources de coûts directs et indirects (Ritter, 1987, Yosha, 1995,
Chemmanur et Fulgheri, 1999).
Le passage au public pourrait également être la conséquence de l'arbitrage entre les profits générés
par la gestion privée et les risques de gestion publique. La littérature économique et financière offre
un certain nombre de contributions à cet égard, à la fois théoriques (Boot et al., 2006, Zingales, 1995,
Chemmanur et Fulghieri, 1999, Spiegel et Tookes, 2007, Clementi, 2002) et empiriques (Lerner, 1994,
Pagano et al., 1998, Subrahmanyam et Titman, 1999, Chemmanur et al., 2010). En particulier,
Chemmanur et al. (2010) examinent la relation entre la décision de «public going» et les
caractéristiques du marché des entreprises d'une part et l'impact ex post de cette décision sur la
commercialisation de l'entreprise d'autre part. Comme Pagano et al. (1998), leur recherche montre
que la motivation / les caractéristiques des firmes ex ante IPO seront réalisées ex post. Le principe de
base de l'analyse suppose qu'en réalité, l'information ex post est complémentaire aux connaissances
ex ante basées sur les caractéristiques de la société cotée. Cependant, qu'en est-il de l'impact des
caractéristiques de ces sociétés cotées sur la décision du public de devenir non coté? Ces études
restent silencieuses en répondant à cette question.
A notre connaissance, aucune étude n'a été menée sur l'impact des caractéristiques financières,
économiques et boursières des sociétés cotées en bourse, et sur la décision de non cotée. Ce rapport
s'applique à la fois à la littérature dans les pays développés et au cas spécifique des marchés
émergents, y compris la Bourse Régionale de l'Afrique de l'Ouest (BRVM). En effet, la BRVM possède
également l'une des caractéristiques les plus connues des marchés émergents d'Afrique
subsaharienne, à savoir le petit nombre de sociétés cotées (Marone, 2003, Charles et Todd, 1998).

Pourtant, comme l'expriment Bekaert et Harvey (2002), la recherche sur les marchés émergents
sur l'analyse au niveau des pays; par conséquent, l'analyse au niveau des entreprises, la gouvernance
d'entreprise et la gestion ou les impacts combinés des réformes, etc.
bien étudié. Par conséquent, il existe des contributions limitées à l'étude d'IPO spécifiques sur les
marchés boursiers africains. Cependant, le ton est donné et peu de contributions (voir Hearn, 2011a,
2011b, 2012a, 2012b) ont été produites pour donner et comprendre le comportement des IPO à la
bourse d'Afrique de l'Ouest. Malheureusement, les décisions publiques en cours et les
caractéristiques des sociétés cotées restent non étudiées; cette recherche est une contribution pour
combler le vide, en examinant le cas de la BRVM. En soi, BRVM est un cas intéressant.
Unique en son genre, il a été créé par les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine
(UEMOA) dans le but d'avoir un plus grand nombre de sociétés cotées. Cependant, le résultat est
insatisfaisant, devenir public est un épiphénomène sur BRVM.
La littérature existante fournit des cadres analytiques pour étudier la prise de décision publique
et les caractéristiques des IPO. La conjonction des externalités dans la décision publique (Pagano,
1993), le comportement des IPO (Ibbotson et Jaffe, 1975, Ritter 1984, 1987, 1991) et la signalisation
(Akerlof, 1970), la conjecture est que, dans BRVM, les premières sociétés cotées à travers leurs
caractéristiques définissent la tendance pour les sociétés non cotées et divulguer les sociétés
attendues par les autorités du marché en bourse. Aller public ou pas n'exclut certainement pas
d'autres facteurs rationnels. Cependant, le fait qu'une entreprise soit sous l'influence de son
environnement comme toute autre organisation qui opère dans un système ouvert, donne crédit à
une telle conjecture surtout dans un contexte de rareté des sociétés cotées.
Cette recherche vise à analyser les caractéristiques économiques, financières et de marché des
entreprises introduites par IPO sur la BRVM. L'étude des caractéristiques des sociétés nouvellement
cotées pourrait permettre d'affiner certaines règles du marché afin d'améliorer son fonctionnement
et de prendre des initiatives visant à augmenter le nombre de sociétés cotées sur la BRVM. En effet,
le développement du profil des entreprises nouvellement cotées s'est produit au tout début d'un
marché jeune (Jaffeux, 1992 et Bayala, 2002). Par conséquent, mener une telle étude donne des
idées aux décideurs.
Le document est organisé en sept sections. La section suivante présente le cadre théorique . La
section 3 décrit brièvement le cadre institutionnel de la BRVM en ce qui concerne les conditions
d'inscription. Dans la section 4, nous proposons une étude de cas instructive des sociétés cotées sur
la BRVM entre 1998 et 2001. La section 5 décrit la méthodologie de recherche. La section 6 présente
nos principales conclusions et leur discussion. La section 7 conclut l'étude.
2. Cadre conceptuel pour l'étude des caractéristiques des IPO
L'étude réunit deux courants de recherche, à savoir les externalités et les théories de signalisation en
public.

2.1 Décision publique: une revue de la littérature


La plupart des études réalisées en public montrent que le processus implique trois parties prenantes:
la société candidate, les investisseurs et les courtiers (voir la revue littéraire de Ritter et Welch, 2002,
Ritter, 2003, Jenkinson et Ljungqvist, 2001, Sentis, 2005). Cependant, étant donné les diverses
implications, une quatrième partie prenante peut être identifiée comme une entreprise non cotée
(Chemmanur, He et Nandy, 2010, Bayala 2002, Jaffeux, 1992). Parallèlement, la société requérante
sur le marché boursier appliquerait à une période favorable lorsque les investisseurs sont plus
susceptibles d'acheter des actions de sociétés nouvellement cotées; c'est la théorie de l'opportunité
de fenêtre (Ritter, 1991). En effet, les courtiers essaieraient de profiter de la période d'autorisation
pour lister le grand nombre d'entreprises de la même industrie. Ce faisant, les courtiers
bénéficieraient d'un retour positif de l'information (Lowry et Schwert, 2002) ainsi que de l'étalement
des coûts encourus par les investisseurs pour collecter des informations sur plusieurs offres
publiques (Wilhelm et Yu, 2003).
La conséquence sera le regroupement des IPO de la même industrie (Ibbotson et
Jaffe, 1975; Ritter, 1991), et Lowry (2002) montre que le volume d'IPO dépend
positivement sur la demande en capital et sur l'optimisme des investisseurs. Comme aucun capital ne
peut être émis sans sociétés, il apparaît donc évident que l'offre publique d'une société impliquerait
en quelque sorte des sociétés non cotées, même pour partager le risque (Pagano, 1993).
De plus, une caractéristique clé de l'entreprise qui s'applique au marché boursier demeure sa taille
importante, comme le montrent Pagano et al. (1998) et Chemmanur et al. (2010). Cette
caractéristique est remarquablement durable. Cela est également évident pour l'âge de l'entreprise,
car les entreprises ayant un historique de résultats important leur fourniront plus d'informations et
investiront moins dans la production d'informations (Chemmanur et Fulgheri, 1999). De plus, comme
Rajan (1992), Pagano et al. (1998) mentionné dans leurs études, la décision de rendre public est plus
probable pour les entreprises financées par une banque et confrontées à des taux d'intérêt élevés.
On pourrait imaginer que trop de dettes avec des taux d'intérêt élevés peuvent augmenter la
probabilité de devenir publiques. Enfin, les caractéristiques de marché d'une entreprise ont un
impact significatif sur la probabilité d'être rendue publique, sous contrôle de son accès au
financement privé (Chemmanur et al., 2010).
En fait, les introductions en bourse auraient un impact sur les sociétés non cotées en raison des
caractéristiques des sociétés cotées. Selon ce point de vue, certaines des caractéristiques des
sociétés cotées pourraient être des facteurs clés pour que les sociétés non cotées deviennent
publiques. Par conséquent, les caractéristiques suivantes peuvent être déterminantes dans l'IPO:
taille (Ritter, 1987, Pagano et al., 1998, Chemmanur et al., 2010), âge (Chemmanur et Fulgheri, 1999),
domaine d'activité (Ritter, 1991, Pagano, 1993, Ibbotson et Jaffe, 1975) et, dans une certaine
mesure, le niveau d'endettement (Rajan, 1992). Théoriquement, cela correspond à la tendance
opportuniste du comportement des parties prenantes dans leur décision de rendre public lorsque les
externalités et la signalisation existent.

2.2 Externalités dans l'offre publique initiale


Lorsqu'une entreprise devient publique, elle apporte une valeur ajoutée à l'ensemble du secteur car
les interprétations sont en ligne avec les bonnes perspectives de croissance de l'entreprise et donc,
pour toutes les entreprises opérant dans ce secteur, conduisant à une introduction en bourse
massive des entreprises dans ce secteur donné (Ibbotson et Jaffe, 1975, Ritter 1984). Les
investisseurs sont si désireux d'acheter à plein prix les actions de la société cotées et, à défaut, celles
d'autres sociétés du secteur. En conséquence, il y aura une forte demande en stocks, augmentant
ainsi les prix de ce stock et ceux des autres sociétés. Les sociétés non cotées, qui connaissent le
potentiel réel du secteur (bonnes ou mauvaises perspectives), saisiront l'opportunité de lever des
capitaux sur le marché boursier par le biais des introductions en bourse. Cela pourrait être découvert
après l'opération si l'entreprise utilise le capital levé pour mettre en œuvre des projets avec un
rendement positif ou négatif. Ainsi, l'introduction en bourse peut être motivée par la volonté des
actionnaires de saisir l'opportunité de lever des capitaux sur le marché boursier; résultat de
l'optimisme des investisseurs sur l'avenir de ce secteur (Ritter, 1984). La théorie des fenêtres
d'opportunité est soutenue par le regroupement d'OPI du même secteur, le «marché des émissions à
chaud» et la sous-performance à long terme (Lerner, 1994, Loughran et Ritter, 1995, Rajan et
Servaes, 1997).
Ces conclusions renforcent la forte théorie selon laquelle les externalités existent mais dépendent
des IPO (Pagano, 1993). La décision de faire des IPO dépendrait de l'arbitrage d'un homme d'affaires
sur les profits et la diversification (à cause de la liquidité) - c'est ce que Ritter (1987) appelle les coûts
directs et indirects en cas de perte de l'entreprise. plus de. Le coût final induit la perte de bénéfices,
«profits privés», par le propriétaire pour gérer ses affaires comme prévu (Ritter, 1987).
Pagano (1993) met en évidence le fait que l'entreprise qui déciderait de rendre public
offrirait aux investisseurs du marché boursier et des sociétés non cotées, de nouvelles opportunités
de diversification de leurs activités et de partage des risques. Mieux encore, la forte demande en
actions au cours d'une introduction en bourse conduirait à des prix plus élevés et pourrait être une
source d'incitations pour les sociétés non cotées à devenir publiques. Selon ce point de vue, la
décision de rendre public entraîne des externalités en termes de partage des risques, pour la société
candidate à l'IPO, aux investisseurs de marché et aux sociétés non cotées: l'inscription d'une société
produit des effets directs et / ou indirects pour des sociétés non cotées.
En dehors du domaine d'activités, qui est la source de la caractérisation de
société candidate, les études mentionnées ci-dessus n'ont pas examiné d'autres facteurs
caractérisant les «questions brûlantes» telles que les caractéristiques économiques, financières et de
marché des sociétés candidates à la cotation. L'hypothèse est que si la société à travers son domaine
d'activités, source de caractérisation crée des externalités, ne serait-ce pas la même chose pour
d'autres caractéristiques dans un contexte de rareté extrême des introductions en bourse, comme
c'est le cas pour la BRVM?
Les parties intéressées à la recherche d'une opportunité d'investissement peuvent remplacer le
domaine d'activité par le profil de la société candidate à une introduction en bourse. De plus, la
théorie des externalités inclut la petite taille du marché boursier (Pagano, 1993). Par conséquent,
l'étude des caractéristiques de ces entreprises serait pertinente sur le plan conceptuel. Pendant ce
temps, les exigences légales et réglementaires à admettre sur le marché boursier, bien que
clairement énoncées, peuvent être limitées par la pratique des autorités de marché, entraînant la
création d'un profil type de la société cotée, introduisant de nouveaux critères qui influenceront
public, ce qui aura un impact positif ou négatif sur les entreprises non cotées (Jaffeux, 1992, Bayala,
2002). La signalisation devient donc nécessaire car elle complète l'étude conceptuelle des
caractéristiques des IPO en cas d'externalités.
2.3 Théorie de la signalisation et caractéristiques des IPO

Théoriquement, cette étude est également basée sur la théorie de la signalisation. En effet, la théorie
de la signalisation est utile quand il existe des informations imparfaites et asymétriques entre les
différentes parties (Akerlof, 1970) de telle sorte qu'il peut y avoir conflit d'intérêts entre les parties
prenantes bien informées et celles qui ne le sont pas. Pour régler ces conflits, des parties prenantes
bien informées (par exemple, des dirigeants d'entreprise) à travers un signal tenteront de toucher
ceux qui ne sont pas encore au courant (actionnaires non-dirigeants, créanciers, etc.). En
conséquence, les dirigeants des entreprises performantes publieront des informations de bonne
qualité sur leurs sociétés afin de permettre aux investisseurs de les distinguer des sociétés peu
performantes. Mais les dirigeants des entreprises peu performantes publieront des informations sur
des entreprises similaires à celles des entreprises performantes. Cependant, des sanctions peuvent
être imposées contre eux si l'astuce est découverte (Ginglinger, 1991). Pour éviter cette situation, les
chefs d'entreprise qui dirigent des entreprises performantes doivent utiliser des signaux efficaces,
difficiles à forger et permettre de distinguer ceux qui sont peu performants. Ainsi, un système
d'incitations et de pénalités devrait être mis en place pour inciter les dirigeants de ces meilleures
entreprises à montrer leurs performances et dissuader les dirigeants des entreprises peu
performantes de les imiter. Un signal efficace, associé à un tel système, permet aux parties prenantes
qui ne sont pas encore au courant de faire parfaitement le bon choix entre les entreprises. Un tel
signal est coûteux pour ceux qui le font.
Lorsqu'une entreprise fait une demande d'introduction en bourse, il peut être difficile pour elle de
savoir si elle sera acceptée ou non. En effet, il est apparu que toutes les entreprises cotées à la BRVM
entre 1998 et 2001 ne remplissaient pas les conditions au sens strict du législateur (Bayala, 2002). Les
autorités boursières ont certainement une assez bonne idée de la qualité d'une entreprise et de ses
chances d'introduction en bourse: il existe une asymétrie d'information entre les acteurs du marché,
les dirigeants des marchés boursiers et les sociétés qui sollicitent l'offre publique. -acceptation de la
société requérante, créant, par conséquent, de sérieuses difficultés pour un fonctionnement efficace
du marché boursier.
Les autorités de marché peuvent être amenées à modifier les règles ou le comportement afin que
l'entreprise candidate se caractérise par un aléa moral (Spence, 1973). Habituellement, les
informations sur l'asymétrie restent un élément clé du marché financier, comme le montrent Akerlof
et al.
(2001). Ainsi, le profil d'une société nouvellement cotée sur la BRVM peut indubitablement
influencer les sociétés non cotées d'autant plus que les autorités de marché ne respectaient pas
certaines des conditions d'admission (Bayala, 2002). En effet, certaines des conditions d'inscription
ambiguës, notamment le taux de capital flottant et / ou la capitalisation boursière, permettent de
faire un choix éclairé dans le choix de l'entreprise qui demande à être inscrite. Cet écart
d'information entre les autorités boursières, qui prennent des décisions sur l'offre publique et la
société candidate, peut être rempli de tendances du marché. Ainsi, le profil de la société
nouvellement cotée serait un signal explicite ou implicite envoyé par les autorités boursières aux
sociétés demandant une inscription (Bayala, 2002).
En utilisant des signaux pour améliorer le fonctionnement du marché (Akerlof, 1970), cela implique-t-
il que les autorités de la BRVM veulent améliorer le fonctionnement de la bourse et plus?
augmenter spécifiquement les IPO grâce à des signaux? La capitalisation boursière, qui est une
exigence ambiguë pour une société non cotée, sera-t-elle spécifiée avec un profil spécifique pour les
sociétés cotées entre 1998 et 2001? Par conséquent, les caractéristiques des sociétés cotées
deviennent critiques et affectent certainement les sociétés non cotées. Les autorités boursières
donnent aux sociétés, à travers les caractéristiques de celles listées, le profil de l'entreprise attendue
sur le marché boursier. Le signal reste efficace, les entreprises non cotées étant impactées par leur
environnement, notamment par les sociétés cotées (cf. graphique 1).

Graphique1 : Cadre théorique pour l'analyse de l'introduction en bourse et les caractéristiques des
sociétés nouvellement cotées.

SOCIÉTÉS NON ÉLABORÉES

SOCIÉTÉS NON ÉLABORÉES

EXECUTIFS BOURSIERS

ENTREPRISES LISTÉES
CARACTÉRISTIQUES

ENTREPRISES LISTÉES

Notes: influence bidirectionnelle ou unidirectionnelle si la flèche à deux pointes indique


cette partie.

aller les étapes publiques

Source : auteur

3. conditions d'inscription sur la BRVM

Les premières caractéristiques de la société nouvellement cotée sont prédéfinies par les exigences
d'admission en bourse (BRVM, 65pp). La BRVM offre à toutes les entreprises demandant l'inscription
deux choix: un premier compartiment et un deuxième compartiment, chacun étant régi par des
critères spécifiques. Cependant, toutes les entreprises appliquant doivent remplir les conditions
générales.

3.1 Conditions générales d'inscription sur la BRVM


L'accès à l'un des compartiments de capitaux propres de la BRVM implique que l'entreprise
candidate remplisse les conditions préalables suivantes:
1 créé en tant que société anonyme
2 il existe un engagement écrit de l'émetteur à divulguer les informations requises par la BRVM,
notamment en publiant les détails du compte annuel dans le Bulletin de cotation officiel (BOC)
3 il y a un engagement écrit de l'émetteur à participer à l'organisation du marché, notamment
financièrement
4 il existe un engagement écrit de l'émetteur à respecter les règles de la BRVM.
Les conditions générales d'inscription (1) et (2) s'appliquent à la société qui demande l'inscription. Ils
exigent un type d'entreprise spécifique et un engagement permanent à diffuser des informations
pertinentes sur l'entreprise, avec une réorganisation appropriée à cet égard. Les conditions (3) et (4)
traitent du fonctionnement du marché boursier régional (BRVM), notamment à travers la
participation des entreprises.
Compte tenu des conditions générales ci-dessus, la condition (1) semble être la seule condition
concrète et perceptible pour une demande d'inscription, ce qui permet de déduire le profil de
l'entreprise indiquée. Quant aux autres conditions, elles comprennent plus d'engagements, dont la
réalisation peut être remarquée après l'offre publique. En conséquence, le législateur ouvre une
fenêtre permettant aux autorités boursières d'être discrètes sur l'évaluation ex post des
engagements de l'émetteur.

3.2 Conditions régissant le premier compartiment d'actions


Les entreprises qui sollicitent le premier compartiment doivent satisfaire aux exigences spécifiques
suivantes:
1 a une capitalisation boursière de plus de 500 millions de FCFA
2 ont une marge de roulement de 3% au cours de chacun des trois derniers exercices
3 montrent cinq années de comptes audités
4 libérer au public au moins 20% de son capital, à compter de la cotation
5 s'engager à signer un contrat pour diriger le marché boursier, offrant un devis ou
des informations sur les tarifs toutes les trois sessions
6 s'engager à publier dans le BOC, les estimations du chiffre d'affaires semestriel et la tendance des
résultats.
Les quatre premières conditions spécifiques du premier compartiment définissent cinq
caractéristiques de la société cotée, à savoir la capitalisation boursière, la marge nette du chiffre
d'affaires, l'âge minimum de 5 ans et le nombre d'années de vérification des comptes et le taux
minimum du capital flottant. Parmi ces cinq caractéristiques, la capitalisation boursière et la marge
nette du chiffre d'affaires sont sujettes à interprétation. Les critères (5) et (6) sont des engagements
pertinents lorsque les sociétés sont cotées.

3.3 Conditions régissant le deuxième compartiment des actions


Les autorités boursières ont défini les conditions spécifiques suivantes pour accepter
les entreprises du second compartiment de la BRVM:
1 a une capitalisation boursière de plus de 200 millions de FCFA
2 avoir deux années de comptes vérifiés
3 s'engagent à proposer à la vente au moins 20% de son capital dans un délai de deux ans ou 15% en
cas d'introduction en bourse par augmentation de capital
4 s'engager à signer un contrat pour diriger le marché boursier.
Les conditions relatives au second compartiment définissent trois critères de caractérisation
spécifiques pour les sociétés cotées. Ceux-ci comprennent des critères relatifs à la capitalisation
boursière, au nombre minimal d'années d'existence et au taux de capital flottant. La dernière
condition est remplie une fois l'entreprise inscrite.
En un mot, compte tenu des conditions spécifiques de la BRVM sur les compartiments, trois
remarques majeures peuvent être faites. Premièrement, les dispositions spécifiques régissant
l'admission dans le premier compartiment sont plus strictes que celles imposées aux sociétés qui
sollicitent le deuxième compartiment. Ainsi, en ce qui concerne le premier compartiment, le
deuxième compartiment rassemblera des entreprises de taille moyenne, mais qui pourraient utiliser
l'offre publique dans leurs modes de financement. Deuxièmement, donner un profil «explicite» à une
société cotée dépend grosso modo des conditions de cotation: c'est la première condition qui régit le
profil des sociétés nouvellement cotées.
Troisièmement, les conditions d'inscription prévoient des interprétations qui confirment les
informations asymétriques entre les autorités boursières et les sociétés qui demandent une
inscription et, ce faisant, définissent les termes implicites qui régissent le marché boursier.

4. sociétés cotées sur la BRVM entre 1998 et 2001


Bayala (2002) a défini le profil des premières sociétés cotées sur la BRVM entre 1998 et 2001. Quatre
résultats majeurs ont été tirés et dénommés signaux pour les sociétés non cotées.
L'analyse descriptive de l'échantillon a montré que les entreprises répertoriées entre les années 1998
et 2001 avaient plus de vingt ans, un capital de plus de 0,5 milliard FCFA et de plus, se caractérisaient
par la recherche de financements pour réaliser des investissements stratégiques. Le public était
principalement motivé par la privatisation. En outre, 67% des sociétés cotées étaient originaires de
Côte d'Ivoire. Ainsi, le signal inféré suivant:
Signal 1 Les entreprises non cotées peuvent considérer la BRVM comme une institution travaillant
pour le secteur privé.
des entreprises en Côte d'Ivoire, qui ont plus de vingt ans d'existence et un capital de près d'un
milliard de FCFA voire plus, et qui recherchent des financements pour couvrir leurs besoins
d'investissement.
L'analyse des sociétés du premier compartiment a montré que la société nouvellement cotée dans le
premier compartiment était caractérisée différemment selon les indicateurs économiques
sélectionnés, mais spécifiquement selon les critères financiers et boursiers. En effet, sur le plan
économique, le domaine d'activité et le nombre de salariés des entreprises n'ont pas été
spécialement pris en compte dans le profil qui caractérise la société du premier compartiment.
Cependant, sur le plan financier, la société du premier compartiment s'est caractérisée par une
marge nette légèrement volatile et un excellent niveau d'endettement à moyen et long terme (DMLT
/ CP), tandis que la solvabilité globale (CP / AN) a été pas bon. Enfin, à travers les indicateurs
boursiers, la société du premier compartiment a été caractérisée par une capitalisation boursière
comprise entre 1 milliard FCFA et 12 milliards FCFA avec un volume de négociation faible de son
stock. L'existence d'un profil de compartiment conduit au second signal:
Signal 2 Les sociétés non cotées peuvent considérer la BRVM comme un marché boursier destiné aux
grandes entreprises peu endettées (capitalisation boursière).
Bayala (2002) a montré une non-conformité aux conditions régissant l'accès au premier
compartiment. En effet, deux sociétés de l'échantillon n'étaient pas éligibles, à proprement parler, au
premier compartiment, car l'une d'entre elles ne satisfaisait pas à la condition de marge nette et la
seconde ne respectait pas la condition sur le capital libéré pour le public. Cette constatation renforce
la conjecture selon laquelle, outre les conditions légales, il existait d'autres conditions, notamment la
recherche d'adéquation entre la société requérante et les sociétés déjà cotées. Pour un marché de
départ, les exemptions peuvent remettre en cause les capacités des autorités boursières à faire
respecter les règles préétablies, mais elles peuvent nuire à l'avenir du marché boursier. Ceci est
d'autant plus évident que l'ambiguïté sur le concept de capital libéré peut avoir un impact sur la
liquidité et le rationnement des actions lors de leurs introductions en bourse. D'où le troisième signal
suivant:
Signal 3 Les entreprises non cotées peuvent avoir des doutes sur la capacité des autorités de marché
à faire respecter les règles du BRVM.
Enfin, la caractérisation de la seule entreprise acceptée dans le deuxième compartiment a montré
que la société nouvellement cotée avait une valeur spécifique dans l'échantillon. En effet, la société
nouvellement cotée a satisfait aux conditions du deuxième compartiment, sans respecter pleinement
les termes du premier compartiment. Plus précisément, la marge nette du chiffre d'affaires de la
société était inférieure à 3%, son niveau d'endettement élevé et sa capitalisation boursière
importante dépassant la moyenne de la capitalisation des sociétés du premier compartiment. Bien
que cela ne concerne qu'une seule valeur, sa spécificité fait place au quatrième signal.
Signal 4 Les sociétés non cotées peuvent considérer le deuxième compartiment comme un stock
destiné à des valeurs de croissance avec un faible niveau de fonds propres et un niveau
d'endettement élevé à court et à long terme.

5. Méthodologie de recherche

5.1 Conception des indicateurs


Nous étudions le cas de la BRVM en analysant les caractéristiques des nouveaux
sociétés cotées entre 2002-2010. Par conséquent, en utilisant les IPO comme unité d'analyse, nous
explorons par des critères économiques, financiers et de marché la tendance des caractéristiques des
sociétés nouvellement cotées. Ensuite, en utilisant une approche de référence, le profil identifié de la
société nouvellement cotée est comparé aux exigences d'inscription de la BRVM et au premier
ensemble de caractéristiques des sociétés cotées (1998-2001) sont comparés au profil des sociétés
nouvellement cotées (2002-2010).
L'analyse des sociétés nouvellement cotées et l'analyse comparative sont effectuées
les indicateurs tirés des exigences d'inscription d'une part et de l'étude de cas décrite à la section 4
d'autre part.
Le tableau 1 résume les indicateurs de caractérisation et d'étalonnage pour cette étude.

Tableau 1 Indicateurs de caractérisation pour les entreprises nouvellement inscrites sur la BRVM

Indicateurs Critère de première catégorie Critère de deuxième catégorie

1 conditions d'inscription

Statut légal Société anonyme Société anonyme

Capitalisation boursière (CB) CB> 500 millions de FCFA CB> 200 millions de FCFA

Marge sur le chiffre d'affaires • L'ACM de chacun des trois MCA volatil et inférieur à
(MCA) derniers exercices est de 3% 3%
• MCA peu volatile
(L'écart type est de 1,76)

Nombre d'années de Avoir cinq années de Avoir deux années de


comptes vérifiés comptes vérifiés comptes vérifiés

Capital flottant (CF) (FC) ≥ 20% du capital • FC ≥ 20% du capital dans


les deux ans ou,
• CF ≥ 15% du capital dans
le cas où l'introduction en
bourse est basée sur
l l'augmentation de capital
2 Critères financiers et économiques

Domaine d'activités Hétérogénéité N/A

Ratio de la structure Hétérogénéité Pauvre

financière: CP / AN 6,75 ≤ CP / AN ≤ 71,2


Capitalisation boursière 1,74 milliard ≤ CBGpc moyen CBGpc (43,23 milliards)
globale ≤ 11,76 milliards ≤ CBG

Nationalité De Côte d'Ivoire De Côte d'Ivoire

Âge 20 ans en moyenne N/A


Capital social (CS) Hétérogénéité N/A
0,13 milliard ≤ CS ≤ 50 milliards

Motivation 1 Privatisation / financement Privatisation / financement

5.2 Échantillon

5.2.1 Échantillon

La population de base de cette étude comprend tous les offices de propriété intellectuelle (11
entreprises) depuis le lancement de la BRVM en 1998 jusqu'en 2010. La population totale est divisée
en deux sous-populations: la première comprend les IPO répertoriés entre 1998-2001 et la deuxième
sous-population composée d'IPO répertoriés de 2002 à 2010. La première sous-population couvre les
deux compartiments du marché, contrairement au second. En effet, il n'y a pas eu d'introduction en
bourse du deuxième compartiment sur la période 2002-2010. De plus, contrairement à la première
sous-population des offices de propriété intellectuelle, la deuxième sous-population comptait quatre
des cinq pays et quatre sur cinq appartenaient au secteur financier.

Tableau 2 Entreprises cotées sur la BRVM entre 1998 et 2010

No. Entreprises Date d'inscription Domaine d'activités Catégorie Pays

Échantillon de référence étudié sur la période 1998-2001

1 SONATEL 02/10/1998 Télécommunication 1er Sénégal


2 SIVOA 14/04/1999 Industrie chimique 1er Côte d’Ivoire
3 PALMCI 18/10/1999 Industrie agro-alimentaire 2ème Côte d’Ivoire
4 AC 31/03/2000 Industrie alimentaire 1er Côte d’Ivoire
5 NEI 14/04/2000 Industrie 1er Côte d’Ivoire
6 BOA-Benin 17/11/2000 La finance 1er Bénin

Échantillon de l'étude

7 BOA-Niger 2003 La finance 1er Niger


8 ETIT 11/09/2006 La finance 1er Togo
9 BOA-Côte d’Ivoire 2009 La finance 1er Côte d’Ivoire
10 ONATEL 30/04/2009 Télécommunication 1er Burkina Faso
11 BOA-Burkina 17/11/2010 La finance 1er Burkina Faso

5.2.2 Données

Les données collectées proviennent de la base de données BRVM 2010 et du prospectus des IPO. La
base de données BRVM 2010 fournit des informations sur le volume des stocks échangés, les cours
boursiers journaliers et l'indice de marché composite BRVM 10 et BRVM de 1998 à 2009. Quant au
prospectus, il fournit des informations sur le contexte, l'économique et le financier des prix. Ces
prospectus (Banque d'Afrique - Bénin, 2003, Banque d'Afrique - Niger, 2008, 2010, Banque d'Afrique
- Burkina Faso, 2010, Banque d'Afrique - Côte d'Ivoire, 2010, Ecobank, 2006, Ecobank Transnational
Incorporated, 2008). Onatel, 2009) ont été collectés auprès de l'unité locale de la BRVM (Burkina
Faso) et de la Société burkinabé d'intermédiation financière (SBIF). Cependant, il convient de noter
qu'il n'y a pas de présentation standard du prospectus. En conséquence, certaines entreprises ont
fourni plus d'informations que d'autres. Les autorités boursières peuvent considérer cela comme un
facteur d'amélioration.
Les données collectées ont été analysées qualitativement à l'aide de statistiques descriptives incluant
l'écart moyen et l'écart-type.

6. Résultats, benchmarking et interprétation

L'objectif de cette section est triple: caractériser les entreprises nouvellement cotées entre 2002 et
2010 en analysant les critères économiques, financiers et de marché. En particulier, ce document
s'intéresse à la question de savoir s'il existe un profil des sociétés nouvellement cotées entre 2002 et
2010. Il suppose que dans un marché boursier aussi restreint, les premières sociétés cotées
définissent la tendance des sociétés non cotées et divulguent les autorités du marché attendues des
sociétés en bourse. Par conséquent, après avoir caractérisé les sociétés nouvellement cotées, une
comparaison a été faite avec le profil des sociétés: premièrement, les conditions d'admission sur le
marché; deuxièmement, avec les sociétés cotées initiales; et enfin, le dernier profil. Enfin, la dernière
section traite de nos constatations par rapport à la documentation financière existante.

6.1 Résultats

6.1.1 Caractéristiques générales des sociétés nouvellement cotées entre 2002 et 2010

Le tableau 3 montre les résultats de la première enquête: les entreprises cotées sur la période 2002-
2010 sont importantes, principalement issues du secteur financier (quatre entreprises sur cinq) et
motivées par l'accès aux fonds. A part de ceux-ci, ils sont hétérogènes en considérant les autres
indicateurs de caractérisation générale.

Tableau 3 Caractéristiques générales des entreprises incluses dans l'échantillon

Entreprises BOA – Niger ECOBANK ONATEL BOA –Côte d’Ivoire BOA –Burkina

Date de 25/04/1994 1985 1968 29/01/1996 Mars 1997


création

Capital 1 milliard de 1,250 milliard 34 milliards 6 milliards de 6,3 milliards de


francs CFA de dollars de francs CFA francs CFA francs CFA

Contexte Retrait partiel Délivrance des Privatisation Augmentation Augmentation


d'inscription des actionnaires activités de de capital de capital
marché

Date d'intro- 17/11/2003 22/12/2008 06/01/2010 26/10/2010


duction en 31/01/2009 05/11/2010
bourse

Date d'inscrip- 30/12/2003 11/09/2006 30/04/2009 07/04/2010 30/12/2010


tion

% de capital de 13.98% 0.004% 20% 17% 15.87%


IPO
% de capital de 1.02% NA 6% 3% NA
l'introduction
en bourse pour
les fonctionnaires

Prix d'introduction 16 500 135 45000 23000 23000


en bourse 42000 20000 20000

Premier taux 20005 339 47900 26500 28565

Domaine d'activités La finance La finance Télécom. La finance La finance

Pays d'origine Niger Togo Burkinabé Côte d’Ivoire Burkinabe

Raison de Notoriété, argent Augmenter Privatisation, Notoriété, argent Notoriété, argent


l'inscription comptant; évaluation le capital financement comptant; évaluation comptant; évaluation
de l'entreprise, additionnel de l'entreprise, de l'entreprise,
responsabilité responsabilité responsabilité

6.1.2 Caractéristiques financières des sociétés nouvellement cotées entre 2002 et 2010

Dans la caractérisation ultérieure, des critères financiers sont introduits en examinant


marge nette de chiffre d'affaires et la structure financière des sociétés nouvellement cotées. Ces
deux critères montrent que la qualification financière importe plus que les critères généraux.

6.1.2.1 La marge nette du chiffre d'affaires (NM)

Les premiers critères financiers indiquent (tableau 4a) qu'il y a une faible volatilité de NM (2,7%) dans
quatre cas, avec un NM moyen de 18,08% au cours des trois dernières années avant l'inscription.
Cette moyenne élevée de NM s'explique par une tendance à la hausse au cours des trois dernières
années dans trois cas. De plus, dans tous les cas, le NM de l'année (N-1) avant l'inscription a
augmenté par rapport à NM de l'année N-2. Les entreprises réalisent-elles de bonnes performances
juste avant leur référencement? Ou font-ils leurs performances? Nos enquêtes effectuées n'ont pas
pu répondre à ces questions.
Enfin, un cas (ONATEL) est singulier dans un environnement à deux chiffres NM, avec deux marges
d'un chiffre, dont une inférieure à 3%. Ce niveau NM ne correspond pas à celui exigé par les
conditions du marché.

6.1.2.2 La structure financière (ÉQUITÉ / ÉQUILIBRE TOTAL)

Le tableau 4b indique, avec les critères financiers, que le ratio de structure financière est en
moyenne moins volatil que celui du NM, avec un écart-type de 0,92%. En moyenne, les sociétés
cotées couvrent leurs actifs à 14,19% grâce à leurs fonds propres et à un cas (ONATEL). En effet,
ONATEL, dans le secteur des télécommunications, a le ratio moyen le plus élevé (37,89%) tandis que
le reste des entreprises, toutes issues du secteur financier, affiche un ratio de structure financière
compris entre 5,05% et 11,81%. Cependant, il est à noter que la norme réglementaire pour les
sociétés de financement est au moins de 8% de taux de couverture. Ce principe a été respecté par
deux des quatre banques. Par conséquent, il est partiellement compréhensible pourquoi ils
deviennent publics.
En général, il faut noter que le taux de structure financière montre que les entreprises cotées sur
cette période avaient un niveau d'endettement élevé malgré de légers efforts d'amélioration
observés (BOA-B, BOA-CI, ECOBANK) au cours des trois années précédant leur cotation.
Tableau 4a Évolution du chiffre d'affaires par rapport à la marge nette des entreprises 'trois ans
avant l'introduction en bourse

Entreprises N-3 N-2 N-1 Moyenne Déviation standard

BOA-Niger 17.12% 13.37% 16.63% 15.71% 2.04%


ECOBANK 19.28% 19.83% 21.55% 20.22% 1.18%
ONATEL 16.04% 1.19% 4% 7.19% 4.90%
BOA-CI 23.29% 24.06% 32.13% 26.49% 7.83%
BOA-Burkina 18% 20.98% 22.93% 20L98% 2.26%
Moyenne 18.83% 15.89% 19.51%
Déviation standard 2.78% 90.09% 10.17%
Total 18.08% 2.72%

Tableau 4b Évolution des taux de sociétés cotées CP / AN au cours des trois années précédant
l'inscription

Entreprises N-3 N-2 N-1 Moyenne Déviation standard

BOA-Niger 13.51% 11.21% 10.71% 11.81% 1.49%


ECOBANK 8.92% 8.65% 13.82% 10.46% 2.91%
ONATEL 39.53% 36.43% 36.24% 37.89% 2.33%
BOA-CI 4.40% 4.63% 6.12% 5.05% 0.94%
BOA-Burkina 4.88% 5.96% 6.31% 5.72% 0.75%
Moyenne 14.25% 7.61% 14.64%
Déviation standard 14.60% 2.92% 12.50%
Total 14.19% 0.92%

6.1.3 Caractéristiques du marché des sociétés nouvellement cotées entre 2002 et 2010
Pour compléter l'analyse des sociétés nouvellement cotées, deux critères de marché sont utilisés, qui
sont respectivement la capitalisation des OPA et leur capital flottant.

6.1.3.1 Capitalisation IPO


En plus des critères généraux, excluant la taille et la motivation publique, le tableau 5a montre une
capitalisation des OPA très hétérogène et disparate, avec un minimum de 2,475 milliards de F CFA
(BOA - Niger) et un maximum de 16,950 milliards de F CFA (ECOBANK).
Néanmoins, les sociétés nouvellement cotées semblent être grandes par rapport aux exigences du
marché.

Tableau 5a Capitalisation boursière pour étudier la demande d'introduction en bourse


(Milliards de FCFA)

Entreprises Capitalisation boursière en F CFA

BOA-Niger 2 475 000 000


ECOBANK 16 950 000 000 000
ONATEL 181 968 000 000
BOA-CI 13 746 000 000
BOA-Burkina 14 451 000 000
Moyenne 3 432 528 000 000
Déviation standard 7 556 860 000 000
6.1.3.2 Taux de capital libéré pour le capital public ou flottant

Sur la base du capital libéré pour le public au cours de l'introduction en bourse, le tableau 5b montre
que trois sociétés sur cinq ont effectivement vendu moins de 20% de leur capital au cours de
l'introduction en bourse. En tenant compte des sociétés qui ont vendu des actions à leurs employés
au cours de l'introduction en bourse, représentant 3/5, le nombre de sociétés qui ne détiennent pas
plus de 20% du capital flottant dans le public passe de 4 à 5. Cette constatation n'est pas cohérente
avec les exigences du marché et suggère que les autorités pourraient avoir une appréciation non
divulguée sur ce critère. En outre, du point de vue du trading, il s'agit d'un très petit nombre
d'actions disponibles au public et cela contribue à expliquer le faible niveau des échanges dans la
BRVM.

Tableau 5b Taux de capital libéré pour le public

Entreprises % du capital Nombre de % du capital Nombre de % du capital Nombre de


libéré au cours partages d'IPO aux partages flottant dans partages
de l'introduction employés le public
en bourse

BOA-Niger 15% 20 970 1.02% 1530 13.98% 19 440

ECOBANK 0.004% 1 801 205 0% 0 0.004% 1 801 205

ONATEL 20% 680 000 0% 0 20.00% 680 000

BOA-CI 20% 120 000 3% 12 000 17.00% 108 000

BOA-Burkina 15.87% 100 000 2.06% 13 000 11.75% 74 000

Moyenne 14% 544.435 1% 6 250 13% 536 529

Déviation 0.082 749 922 0.01 7 228 0.07671244 755 801


standard

En conclusion, l'analyse économique, financière et de marché des entreprises nouvellement cotées


sur la BRVM entre 2002 et 2010 conduit à définir des caractéristiques clés. En effet, la société
nouvellement cotée entre 2002 et 2010 se caractérise économiquement par sa taille énorme (capital
social), appartenant au secteur financier, et a en moyenne une vingtaine d'années. Financièrement,
la société nouvellement cotée est une société en expansion et a fortement besoin de capitaux. Enfin,
la société nouvellement cotée se caractérise par sa grande capitalisation avec, toutefois, un faible
volume d'actions échangées.

6.2 Benchmarking

L'adéquation entre les caractéristiques de la société nouvellement cotée sur la période 2002-2010 et
les caractéristiques des sociétés cotées entre 1998 et 2001 est maintenant étudiée. Le document
recherche une tendance dans les caractéristiques des introductions en bourse, afin de conclure sur:
les conditions non divulguées par les autorités de marché et l'impact des introductions en bourse sur
la décision publique des sociétés non cotées.

6.2.1 Caractéristiques des sociétés nouvellement cotées par rapport aux conditions d'inscription de la
BRVM
Le tableau 6a présente la comparaison entre les caractéristiques des sociétés nouvellement cotées et
les conditions d'inscription de la BRVM: les sociétés nouvellement cotées ont entièrement satisfait
aux 3 / 5èmes conditions d'admission de la BRVM et une seule société (BOA-CI) les satisfait toutes.
Ce résultat est essentiellement dû à deux exigences non satisfaites, à savoir la marge nette du chiffre
d'affaires et le capital flottant. En effet, le critère de la marge nette sur les ventes n'a pas été rempli
par toutes les entreprises au cours de la deuxième année précédant l'introduction en bourse. Bien
que, comme pour la condition sur le capital libéré pour le public, trois entreprises n'ont pas satisfait à
cette exigence du marché.
En outre, en soustrayant dans le capital flottant le taux des actions libérées au cours de l'introduction
en bourse pour les employés, il n'y a qu'une seule société (ONATEL) qui répondait à l'exigence de
capital flottant de 20%.
En ce qui concerne la condition de flottement du capital, nous avons noté qu'après l'introduction en
bourse, les sociétés qui ne respectaient pas l'exigence de 20% augmentaient leur capital au moyen
d'offres publiques, augmentant ainsi significativement leur capital flottant. Pourtant, la disposition
spécifique sur le capital libéré pour le public ne prévoit pas un tel mécanisme à cet égard comme
dans le deuxième compartiment.
En conséquence, les conditions d'admission à la BRVM n'ont pas été pleinement remplies par les
sociétés nouvellement cotées sur la période 2002-2010. Ce résultat est également cohérent avec ce
qui a été noté pour la société cotée sur la période 1998-2001.

Tableau 6a Comparaison des conditions boursières et des caractéristiques des sociétés cotées entre
2002 et 2010

Indicateurs Benchmark première catégorie Sociétés cotées entre 2002 et 2010

Conditions d'inscription

Statut légal Société anonyme Rester à la norme de 5 / 5ème


Capitalisation boursière (CB) CB> 500 millions de FCFA Rester à la norme de 5 / 5ème
Marge de chiffre d'affaires • Avoir 3% de marge de chiffre Rester à la norme de 5 / 5ème
(MCA) d'affaires sur chacun des trois
derniers exercices
Nombre d'années de •Avoir cinq années de comptes Rester à la norme de 5 / 5ème
comptes vérifiés audités
Capital flottant (CF) (FC) ≥ 20% du capital Rester à la norme de 2 / 5ème
pendant l'introduction
en bourse

Tableau 6b Comparaison des caractéristiques des sociétés cotées (1998-2001) vs (2002-2010)

Indicateurs Première catégorie de Sociétés cotées entre 2002 et 2010


référence (1998-2001)

Marge de chiffre d'affaires NM légèrement volatile NM


(MCA) 0,52 ≤ MN (ET) ≤ 3 1.18≤ MN (ET) ≤ 7,83

Domaine d'activités Hétérogénéité des secteurs 4/5 secteur financier


(6/6 différents)

Structure financière Hétérogénéité 6,75 ≤ CP / AN (M) ≤ 71,2 5,72% ≤ CP / AN (M) ≤ 37,89


ratios: CP / AN
Volume des transactions Faible volume de transactions Volume d'échanges très faible
(VT) sur les titres 924 ≤ VT ≤ 18 0812 10 ≤ VT ≤ 6515
Un stock domine le marché Un stock domine le marché

Overall stock 1.74 billion ≤ CBGpc ≤ 11.76 billion 2.475 billion ≤ average CBGpc
Capitalization ≤ 16,950 billion

Nationalité Côte d'Ivoire Hétérogène (3/4 pays différents


e et un groupe d'entreprises
r régionales)

Âge 20 ans en moyenne 20 ans en moyenne

Capital (CS) Hétérogénéité Énorme hétérogénéité


0,13 milliard ≤ CS ≤ 50 milliards 1,5 milliard ≤CS≤ 1,250 $ US

Motivation Financement de la privatisation Manque de privatisation,


f financement

6.2.2 Caractéristiques des sociétés cotées entre 1998-2001 et caractéristiques des sociétés cotées
entre 2002 et 2010

Rapporté par le tableau 6b, l'analyse comparative des caractéristiques des entreprises listées entre
1998 et 2001 et celles listées entre 2002 et 2010, révèle une constance dans la caractérisation
économique, financière et marchande. En effet, les sociétés cotées restent caractérisées par leur
grande taille (capital), leur solvabilité, qui n'est pas forcément bonne, et le faible volume de
négociation de leurs actions sur la BRVM. En outre, à l'instar des introductions en bourse sur la
période 1998 et 2001, le marché était dirigé par une société nouvellement cotée (ECOBANK).

6.3 Interprétation

Cet article conjecture que les premières introductions en bourse ont marqué la tendance dans la
BRVM et qu'une société en bourse sur BRVM devrait au moins répondre à ces caractéristiques. Nos
résultats montrent que certaines des caractéristiques des entreprises nouvellement cotées se
renforcent alors que d'autres ne durent pas avec le temps. Par conséquent, la tendance à la hausse
des caractéristiques des sociétés nouvellement cotées, y compris l'âge et le capital, est
compréhensible, ainsi que l'atténuation des quatre signaux hypothétiques de Bayala (2002).
L'existence du profil des sociétés nouvellement cotées à la BRVM a indubitablement
impact sur les sociétés non cotées et les autorités de marché. En ce qui concerne les signaux de
Bayala (2002), le premier n'est pertinent que pour les critères qui incluent la grande taille (capital),
l'âge et la recherche d'une nouvelle source de financement. Comme d'autres documents financiers,
les critères de taille contribuent à déterminer la prise de décision publique. Étant donné que le coût
de l'accès au public sera plus ou moins indépendant du profil des entreprises, il sera préférable pour
les grandes entreprises de devenir publiques que pour les petites entreprises qui seront découragées
par le coût de la publicité (Ritter, 1987, Pagano et al. 1998, Chemmanur et al., 2010).
Le critère d'âge s'explique par l'importance de l'information sur la décision de rendre public,
notamment sa disponibilité sur les anciennes entreprises. Ainsi, les entreprises deviennent publiques
dans le contexte d'une forte asymétrie de l'information, entre elles et les investisseurs, lorsqu'elles
ont, dans le public, un ensemble d'informations très important (Chemmanur et Fulgheri, 1999). Dans
ces conditions, l'introduction en bourse devient une opportunité de financement raisonnable.
Ensuite, la prédominance des banques dans les entreprises nouvellement cotées sur la période 2002-
2010, qui contraste avec les résultats de Bayala (2002), est cohérente avec l'hypothèse des
opportunités de fenêtres (Ritter, 1991). Lorsqu'une entreprise devient publique, elle développe
l'ensemble du secteur d'activité car les interprétations confirment l'existence de bonnes tendances
de croissance pour cette entreprise et donc pour l'ensemble du secteur. Les investisseurs sont donc
prêts à acheter à plein prix les titres de la société et, à défaut, ceux des autres sociétés du même
secteur. Cela peut être remarqué sur une période donnée qu'il existe une liste massive ou une offre
publique d'entreprises opérant dans le même secteur (Ibbotson et Jaffe, 1975, Ibbotson et al., 1988).
Le comportement opportuniste des entreprises est également renforcé par le partage des risques
entre les acteurs du marché boursier, car l'introduction en bourse offre des liquidités à leurs
actionnaires et constitue une source de diversification pour les investisseurs (Pagano, 1993). Les
externalités existent pendant l'introduction en bourse; c'est pourquoi l'hétérogénéité des activités
initialement observée n'a pas fonctionné au fil du temps. En ce qui concerne le deuxième signal, la
caractéristique de la capitalisation de grande taille ou d'IPO élevée reste pertinente, voire renforcée
par l'augmentation significative de son niveau. Inversement, la perception des premiers OPA des
entreprises à faible endettement est écartée, les incitant à diversifier leurs sources de financement
afin d'augmenter en conséquence leur capacité à négocier avec les banques (Rajan, 1992). Mais, la
théorie des capacités de négociation ne peut être remarqué après l'introduction en bourse. Si l'étude
de Bayala (2002) confirme cette théorie, cette recherche n'a pas fourni plus de détails sur ce
phénomène en raison du manque d'information.
Le troisième signal reste le plus valide, car les critères NM et le capital flottant restent assez ambigus,
il subsiste donc des doutes quant à la capacité des autorités de marché à respecter les conditions
fixées par le législateur. Dans le même temps, la perception des exigences légales d'être admis sur
BRVM comme modèle renforce. Il devient donc obligatoire que les autorités boursières régionales
dressent la liste des conditions d'une reprise économique globale à un moment où la Côte d'Ivoire,
moteur économique de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), semble avoir
trouvé bonne fin de la crise qui a frappé durement sa zone pendant plus d'une décennie.
Enfin, aucune nouvelle société n'étant cotée sur le deuxième compartiment de la BRVM, le
quatrième signal ne peut être vérifié. Néanmoins, les entreprises nouvellement cotées dans le
premier compartiment entre 2002 et 2010 sont très endettées et ce sont des actions de croissance.
Un tel rapport qualifie le quatrième signal, qui a suggéré, spécifiquement pour le deuxième
compartiment, la liste des sociétés de croissance avec un niveau de dettes élevées.

7. Conclusions

C'est la première étude qui capture le public dans un cadre où il montre que les autorités de marché,
les sociétés cotées et les sociétés non cotées ont un impact les unes sur les autres. L'analyse est
basée sur le cas de la BRVM, qui permet d'explorer de nouveaux liens explicatifs, à travers des
signaux et des externalités, en public, jamais envisagés jusqu'à présent. Ce sont: la relation entre les
autorités de marché et les sociétés cotées; les autorités de marché et les sociétés non cotées;
entreprises cotées et non cotées. La BRVM offre un cas d'analyse idéal puisque le marché est petit et
que l'asymétrie de l'information est très forte.
Cet article analyse les caractéristiques économiques, financières et de marché des entreprises
nouvellement cotées entre 2002 et 2010 par rapport aux conditions d'inscription et aux
caractéristiques des premières sociétés cotées entre 1998 et 2001. Il apparaît que les sociétés
nouvellement cotées sur la période 2002 et 2010 sont économiquement caractérisés par leur grande
taille (capital), sont principalement issus du secteur financier et ont en moyenne vingt ans d'activités.
Financièrement, les sociétés nouvellement cotées sont des entreprises en croissance qui ont
fortement besoin de capitaux. Sur la base des critères du marché, les sociétés nouvellement cotées
se caractérisent par une capitalisation élevée et un faible volume d'actions négociées.
En outre, l'analyse comparative des caractéristiques de ces sociétés cotées
entre 2002 et 2010 et ceux recensés entre 1998 et 2001 montrent qu'il existe
caractéristiques communes, y compris l'âge, la taille (capital), la solvabilité assez bonne et le faible
volume des stocks négociés. En outre, les autorités boursières n'ont pas toujours été en mesure de
préciser certaines conditions d'inscription, notamment les critères relatifs à la marge nette du chiffre
d'affaires et aux fonds mis à la disposition du public pendant l'introduction en bourse. Avec la reprise
économique et boursière en Côte d'Ivoire, il est nécessaire que les autorités de la BRVM revoient les
conditions d'inscription et redéfinissent les conditions si nécessaire.
Cette recherche tend à montrer que l'introduction en bourse sur un petit marché boursier doit être
examinée non pas exclusivement du point de vue des sociétés cotées, mais devrait également inclure
les autorités de marché et les sociétés non cotées en tant que parties prenantes majeures. En
conséquence, ce document ouvre une nouvelle perspective sur l'étude de la décision de rendre
public, en particulier dans le contexte des marchés émergents.

Remerciements
Je suis reconnaissant pour les commentaires et conseils utiles de Geeta Thuraisingam, de Joel Folens,
de Touassi Gerard, de Pierre Chollet et des participants au séminaire sur les finances de l'IRG Paris
Est. Je suis également reconnaissant à l'éditeur et à deux arbitres anonymes.