Vous êtes sur la page 1sur 445

2020

Unité
d'Enseignement
BIOLOGIE
PARASITAIRE,
ENTOMOLOGIE,
MYCOLOGIE
1ère Année S5

DZVET 360
‫القرآن‬ ‫‪‬‬

‫األذكار‬ ‫‪‬‬

‫تالوة‬ ‫‪‬‬

‫الحديث‬ ‫‪‬‬

‫مواقيت الصالة‬ ‫‪‬‬


‫تطبيق إسالم بوك ‪Islambook‬‬

‫تسابيح‬ ‫أذكار بعد الصالة‬ ‫أذكار المساء‬ ‫أذكار الصباح‬

‫جوامع الدعاء‬ ‫أذكار الصالة‬ ‫أذكار االستيقاظ‬ ‫أذكار النوم‬

‫أذكار متفرقة‬ ‫أدعية األنبياء‬ ‫األدعية القرآنية‬ ‫أدعية نبوية‬

‫أذكار المنزل‬ ‫أذكار الوضوء‬ ‫أذكار المسجد‬ ‫أذكار اآلذان‬

‫دعاء ختم القرآن الكريم‬ ‫أذكار الحج والعمرة‬ ‫أذكار الطعام‬ ‫أذكار الخالء‬

‫فضل القرآن‬ ‫فضل السور‬ ‫فضل الذكر‬ ‫فضل الدعاء‬

‫القرآن‬ ‫الرقية الشرعية‬


‫ُّ‬ ‫أدعية للم ّيت‬ ‫أسماء هللا الحسنى‬
UE : S5 - BIOLOGIE PARASITAIRE, ENTOMOLOGIE, MYCOLOGIE

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Connaitre les principales définitions de parasitologie, les


caractéristiques générales de la vie parasite et les grands groupes de
parasites.
Etre capable d'identifier les principaux parasites externes des animaux,
connaître leurs caractéristiques morphologiques et biologiques, leur
pouvoir pathogène.

SOMMAIRE

1. CM1-2p Définitions -Parasites parasitisme et maladies


parasitaires
2. CM3-4p Relations hôte-parasite
3. CM5-6p Importance des parasites
4. CM7-8p Adaptations parasitaires
5. CM9-10p Zoonoses parasitaires
6. CM11-12-13p Parasitologie externe - Entomologie
7. CM14-15-16p Parasitologie externe - Acarologie
8. CM17-18-19p Parasitologie externe - Mycologie
9. TD1 Entomologie
10. TD2 Sous Ordre des Ixodoidea
11. TP1 Acarologie
12. TP2 Entomologie 1
13. TP3 Entomologie 2
14. TP4 Mycologie
15. Quiz parasites
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


               
  -­‐                
 

Définitions  –  Parasites,  parasitisme  et  


maladies  parasitaires  
 
I. La  notion  d’interactions  durables………………………………………………………………………………………….……2  
A. Les  quatre  grandes  richesses  des  êtres  vivants……………………………………………………………………………2  
B. Deux  grands  systèmes  d’échanges………………………………………………………………………………………………2  
1. Le  système  proie/  prédateur………………………………………………………………………………………...…2  
2. Le  système  parasite/hôte……………………………………………………………………………………………..…3  
3. Tableau  récapitulatif…………………………………………………………………………………………………...…3  
C. La  notion  d’interaction  durable…………………………………………………………………………………………………4  
II. Les  relations  interspécifiques………………………………………………………………………………………………….…4  
A. Les  relations  interspécifiques  autres  que  le  parasitisme  
1. L’épibiontisme…………………………………………………………………………………………………………….…4  
2. La  phorésie……………………………………………………………………………………………………………………5  
3. L’inquilinisme……………………………………………………………………………………………………………..…6  
4. Le  commensalisme…………………………………………………………………………………………………………6  
5. La  symbiose…………………………………………………………………………………………………………….…..…7  
B. Le  parasitisme  :  à  la  recherche  d’une  définition  idéale………………………………………………….……………8  
1. Historique  des  définitions………………………………………………………………………………………………8  
III. Pourquoi  le  parasitisme  ?  …………………………………………………………………………………………………………11  
A. Les  avantages  du  parasitisme………………………………………………………………………………………………...…11  
1. L’habitat……………………………………………………………………………………………………………………..…11  
2. La  mobilité…………………………………………………………………………………………………………….………12  
3. L’énergie……………………………………………………………………………………………………………….………12  
4. Le  cumul  des  trois…………………………………………………………………………………………………….……13  
B. Les  différents  modes  de  parasitisme…………………………………………………………………………………….……13  
1. Le  parasitisme  facultatif…………………………………………………………………………………………….…13  
2. Le  parasitisme  obligatoire………………………………………………………………………………………….…13  
3. Le  parasitisme  accidentel……………………………………………………………………………………………...14  
4. Le  parasitisme  opportuniste***………………………………………………………………………………..……14  
IV. Localisation  du  parasite……………………………………………………………………………………………………..……14  
V. Micro  et  macroparasites***……………………………………………………………………………………………………..15  
A. Les  microparasites………………………………………………………………………………………………………………..…15  
B. Les  macroparasites…………………………………………………………………………………………………………………15  
VI. Les  maladies  parasitaires………………………………………………………………………………………………………..15  
 
 
Avertissement  :  Les  définitions  /  parties  marquées  de  3  étoiles  ***  sont  importantes  et  à  retenir.  
 
  1  
INTRODUCTION  
Cette  année  seront  étudiés  les  généralités  sur  la  biologie  parasitaires.  Nous  nous  limiterons  aux  
parasites   médicaux.   L'année   prochaine   sera   celle   où   le   «   catalogue   »   des   différents   parasites  
internes  et  externes  sera  réalisé.  Et  enfin  la  troisième  année  fera  l'objet  de  l'étude  des  maladies  
parasitaires.  

I. LA  NOTION  D’INTERACTION  DURABLE  ***  


 

A. LES  4  GRANDES  RICHESSES  DES  ETRES  VIVANTS  


 
Un  être  vivant  possède  4  richesses  :  
-­‐ sa  matière  :  son  corps,  ses  organes.  
-­‐ ses   procédés  :   une   réaction   chimique,   une   réaction   enzymatique,   le   métabolisme.   Toutes   les  
espèces  ne  sont  pas  forcément  capables  de  tout  faire  (richesse  de  l’homme  par  rapport  à  celle  
d’une  bactérie),  certaines  vont  donc  convoiter  la  richesse  d’autres  organismes.  
-­‐ son  travail  :  un  déplacement,  les  soins  aux  jeunes…  qui  coûtent  de  l’énergie.  On  parle  de  fitness  
en  écologie.  
-­‐ les   fruits   de   sont   travail  :   quand   un   oiseau   fait   un   nid,   il   dépense   des   ressources   à   travail,  
utilise  des  procédés.  
 
Toutes  ces  richesses  sont  convoitées  par  les  autres  êtres  vivants  (lion  qui  mange  une  gazelle  :  convoite  
sa  matière).  C'est  pourquoi, chez  ceux  possédant  ces  richesses,  se  mettent  en  place  des  systèmes  de  
conservation   et   de   protection.   Les   échanges   de   ces   richesses   peuvent   être   réalisés   selon   deux  
modalités.  

B. DEUX  GRANDS  SYSTEMES  D’ECHANGE  


 

1. Le  système  proie/prédateur    
Sur   Terre,   il   y   a   des   milliards   d’êtres   vivants   mangés   par   des   milliards   d’autres   êtres   vivants.   Le  
prédateur  tire  de  l’énergie  de  ses  proies.  
Remarque  1  :  rien  n’est  caché,  les  deux  acteurs  sont  bien  visibles.  
Remarque  2  :  système  instantané  au  cours  de  l’évolution,  limité  dans  le  temps.  
Remarque  3  :  le  prédateur  n’utilise  qu’une  seule  richesse  :  la  matière.  

2. Le  système  parasite/hôte  
Le  parasite  tire  de  l’énergie  de  son  hôte.    
Remarque  1  :  en  général  le  parasite  est  difficile  à  voir  (et  certains  parasites  sont  encore  peu  connus  car  
les   études   scientifiques   ont   commencé   dans   les   années   70-­‐80).   Ce   système   a   longtemps   été   ignoré,  

  2  
mais  on  sait  aujourd’hui  qu’il  joue  un  rôle  essentiel  sur  l’acquisition  des  formes  de  vies  actuelles  (si  
l’homme  existe  aujourd’hui,  le  parasitisme  a  joué  un  rôle  très  important).  
Remarque  2  :  échange   qui  dure  plus  longtemps  que   l’échange   proie/prédateur,  en  général  la  durée  de  
l’échange  correspond  à  la  vie  de  l’individu  (jusqu’à  ce  que  le  parasite  ou  l’hôte  meure).    
Remarque  3  :  le  parasite  utilise  les  4  richesses  de  sont  hôte.    
 
A  l’échelle  de  la  biosphère,  en  termes  de  conséquence  d’interactions  entre  les  espèces,  la  pression  de  
sélection  est  très  importante  dans  le  système  parasite/hôte  :    
Le  passage  global  d'énergie  entre  l'hôte  et  le  parasite  est  plus  faible  qu'entre  la  proie  et  le  prédateur,  
car   le   but   n'est   pas   de   le   tuer.   Mais   du   fait   de   l'interaction   durable   entre   l'hôte   et   le   parasite,   les  
conséquences   sont   beaucoup   plus   lourdes   :   en   effet,   les   pressions   de   sélection   sont   faibles   mais  
constantes.  Le  levier  évolutif  est  fort.    
 
Les   parasites   étant   peu   visibles,   ils   ont   longtemps   été   ignorés   par   les   écologues,   alors   qu'ils   jouent   un  
rôle   essentiel   dans   l'évolution   des   espèces   (notamment   dans   la   structuration   d'écosystèmes   ou  
l'acquisition  de  nouvelles  formes  de  vie)  et  la  régulation  des  populations.  

3. Tableau  récapitulatif  

 
 
 

C. LA  NOTION  D’INTERACTION  DURABLE  


 
La  notion  d’interaction  durable  (1992)  :  toutes  les  interactions  entre  génomes  qui,  soit  
directement,  soit  par  l’intermédiaire  de  leurs  phénotypes,  s’installe  dans  la  durée.  
 
Attention,  cela  concerne  toujours  des  relations  interspécifiques.  Les  relations  mère-­‐foetus  ne  sont  
ainsi   pas   considérées   comme   parasitaires   car   elles   sont   durables   mais   concernent   deux   individus  
d'une  même  espèce.  Il  en  va  de  même  par  exemple  pour  certaines  espèces  où  mâle  et  femelle  vivent  
constamment  accrochés  l'un  à  l'autre.  
 
  3  
De  la  notion  d’interaction  durable,  découle  la  notion  de  «  super-­‐organisme  »,  qui  est  un  être  vivant  
possédant   un   «  super   génome  »   ou   «  méta   génome  ».   En   effet,   le   phénotype   d'un   individu   n'est   pas  
seulement   déterminé   par   son   génotype   et   l'environnement,   lorsqu'il   héberge   le   génome   d'un   autre  
individu.  Les   interactions  entre  hôtes  et  parasites  font  «  cohabiter  »  une  multitude  de  gènes  d'origine  
différentes  (ceux  du  parasite  et  ceux  de  l'hôte).  
Cela  comprend  aussi  la  symbiose  (ou  mutualisme)  :  la  relation  est  la  même  mais  les  conséquences  
sont  différentes.    
 

II. LES  RELATIONS  INTERSPECIFIQUES  


 
 
Le  parasitisme  c’est  un  hôte  +  un  parasite  (2  espèces  différentes).      
La  caractéristique  du  parasitisme  est  que  le  milieu  de  vie  du  parasite  est  l’hôte.  Il  y  a  tout  de  même  
quelques  exceptions  comme  le  moustique  qui  n’apparaît  donc  pas  comme  un  parasite  dans  certaines  
classifications.  Il  existe  des  relations  interspécifiques  autres  que  le  parasitisme  mais  elles  ne  sont  pas  
toutes  durables.  On  parle  de  symbiose,  d’épibiontisme…    
Qu'est-­‐ce  qu'un  parasite  ?
Quelles  sont  les  autres  relations  qui  existent  entre  deux  individus  d'espèces  différentes  ?  
 
 

A. RELATIONS  INTERSPECIFIQUES  AUTRES  QUE  LE  PARASITISME  


 

1. L’épibiontisme  
Un  épibionte  est  un  être  vivant  qui  sert  de  support  à  un  autre  être  vivant.  
Si  le  support  est  végétal,  on  parle  alors  d'épiphyte  (relation  animal-­‐végétal  ou  végétal-­‐végétal),  s'il  est  
animal  on  parle  d'épizoaire  (relation  animal-­‐végétal).  

Exemples  (à  ne  pas  connaître)  :


Ø Certaines  orchidées,  les  lianes  et  le  lierre  sont  des  épiphytes  végétaux,  c'est-­‐à-­‐dire
qu'ils  vivent  sur  d'autres  végétaux.
Ø Certains  annélides  polychètes  (Ils  portent  de  nombreuses  soies  de  chitine)  sont  des
épiphytes  animaux,  c'est-­‐à-­‐dire  qu'ils  vivent  sur  des  végétaux.  Il  y  a  soudure  du  tube  calcaire
sur  les  phanérogames  marins.
Ø Le   balane   peut   se   fixer   sur   la   coquille   d’une   moule  :   à   la   fois   animal   et   minéral   (mais   surtout  
minéral).    
Ø Les  algues  sur  la  carapace  d'un  crabe  sont  des  épizoaires  végétaux.

Limites de cette définition, illustrées par les exemples précédents :


-­‐   Dans   le   cas   de   la   balane   fixée   sur   la   coquille   d'une   moule,   peut-­‐on   considérer   que   le   support est  
animal  alors  que  la  coquille  est  un  élément  minéral  ?  Est-­‐ce  toujours  de  l'inter  spécificité  ?
-­‐   La   balane   du   genre   Chelonobia   se   fixe   sur   une   tortue   marine   et   s'enfonce   jusque   dans   la couche  
cornée.  La  tortue  est-­‐elle  plus  qu'un  support  où  des  molécules  sont  échangées  ?  Cette  caractéristique  
est  difficile  à  étudier,  on  peut  juste  poser  des  hypothèses
  4  
-­‐  La  balane  du  genre   Coronula  vit  sur  les  Cétacés  et  présente  une  sorte  de  vis  qui  s'enfonce jusqu'au  
derme.  Peut-­‐on  parler  d'échanges  trophiques  pour  autant  ?  Est  ce  toujours  de  l’épibiontisme  ?  
Nous  pouvons  déjà  noter  que  chaques  définitions  données  dans  ce  cours  a  ses  limites.  

2. La  phorésie  
Les  phorétiques  sont  des  épibiontes  temporaires,  mais  avec  des  rapports  hôte-­‐
phorétique  plus  complexes.  le  phorétique  peut  quitter  son  support,  qui  lui  même  est  
mobile  (en  général).  Il  se  fait  donc  simplement  transporter.  
Exemple  1:   la   bouse   de   vache   est   un   milieu   écologique   qui   comprend   beaucoup   d‘acariens   du   genre  
Gamasoïdea,  mais  qui  meurt  (action  de  soleil).  Les  individus  vont  mourir  ou  trouver  une  autre  bouse  de  
vache.  Quand  on  est  un  scarabée  bousier,  on  peut  se  déplacer,  mais  lorsqu’on  est  un  acarien,  c’est  plus  
compliqué.  Solution  :  ils  s’accrochent  aux  pattes  des  bousiers   à  Transport,  pas  de  compétition  entre  les  
deux.  Ils  peuvent  se  déplacer  ainsi  sur  des  centaines  de  mètres.  Le  coléoptère  et  l'acarien  entretiennent
donc   des   rapports   écologiques   de   nourriture   sans   compétition.   Cependant   ils   ont   la   même   niche
écologique.  Il  s'agit  d'une  phorésie  par  rapport  au  Coléoptère.  
 
Exemple  2  :  les  poissons  Remora  se  fixent  sur  des  poissons  pélagiques  tels  que  les  requins  et  les  raies  à  ils  
sont  transportés.  Les  Remora  récupèrent  les  restes  de  l’alimentation  des  requins.  Les  rapports  sont  
complexes  car  le  transport  et  la  nourriture  sont  ici  fournis  par  l’hôte.  N’y  a-­‐t-­‐il  pas  plus  d’avantage  que  le  
simple  transport  ?  Nous  sommes  à  la  limite  entre  la  phorésie  et  le  commensalisme.    

 
Ces  poissons  sont  très  spécifiques  de  leur  hôte,  les rémoras  des  requins  et  ceux  des  baleines  ne  sont  pas  de  
la  même  espèce.  En effet les  Remora  Australis  se  font  transporter  par  des  baleines  qui  ne  laissent  pas  de  
restes  de  nourriture,  donc  pas  de  rapports  trophiques.

3. L’inquilinisme  
Un  inquilin  utilise  comme  abri  une  cavité  naturelle  du  corps  de  son  hôte.  
Le   but   est   de   se   protéger,   il   n’y   a   pas   d’interactions   trophiques   entre   les   individus   donc   pas   de  
compétitions.  Il  peut  y  avoir  un  transport  lorsque  l’hôte  est  mobile.  On  a  des  rapports  simples  et  plus  
étroits  que  la  phorésie.  
Les  limites  sont  floues  :  est-­‐ce  qu’un  oiseau  dans  un  tronc  d’arbre  est  un  inquilin  ?  
 Animaux  qui  vivent  dans  les  récifs  de  corail  à  Inquilins  ?    
Poissons  qui  vivent  dans  le  corail  et  qui  le  mangent  à  prédation,  inquilinisme,  parasitisme  ?  
Exemple  :   Les   poissons   du   genre   Fierasfer   vivent   dans   le   cloaque   des   holothuries   (appelés   aussi
concombres  de  Mer).  Ils  y  pénètrent  par  le  cloaque.  Le  poisson  Fierasfer  chasse  à  l'extérieur et  se  cache  
dans  le  cloaque  en  cas  de  danger.  Cependant,  il  arrive  que  le  poisson  Fierasfer mange  le  cloaque  de  son  
hôte.   Dans   ce   cas,   est-­‐ce   de   l'inquilinisme,   du   parasitisme   ou   de   la prédation   ?   Ce   n'est   pas   évident   à  
déterminer.  Il  n'y  a  pas  de  compétition  car  le  poisson  est détritivore  et  l'holothurie  carnivore.  

  5  
4. Le  commensalisme  

Association  hétérospécifique  bénéfique  au  commensal,  et  parfois  aux  deux  animaux.  
Mais  cette  association  N’EST  PAS  OBLIGATOIRE,  les  deux  individus  pouvant  vivre  
séparément.  
On  a  deux  espèces  animales  en  contact  permanent,  l’une  d’entre  elle  peut  détourner  la  nourriture  de  
l’autre  à  son  profit  :  on  a  donc  des  rapports  trophiques  et  spatiaux.  
 
Exemple   1  :   le   Nereilepas   fucata   (annélide   polychète)   &   le   Pagurus   bernhardus.   L’annélide   est   dans   la  
coquille  occupée  par  le  bernard  l’hermite.  Il  est  à  l’abri,  mais  surtout  il  récupère  les  restes  de  nourriture  
du  bernard  l’hermite  (qui  mange  comme  un  cochon  !).  On  trouve  les  deux  espèces  libres.  
 

Exemple  2  :  Acholoe  astericola  (annélide)  et  l’étoile  de  mer.  Dans  une  étoile  de  mer,  il  y’a  des  sillons,  dans  
lesquels  vit  l’annélide  qui  profite  de  ce  que  mange  l’étoile  de  mer  (bouche  au  centre).  
On   a   jamais   trouvé   ces   deux   espèces   séparées  mais   cela   ne   signifie   pas   que   leur   association   est  
obligatoire.   Sommes-­‐nous   encore   dans   du   commensalisme  ?   On   ne   le   met   pas   dans   le   parasitisme   car  
l’annélide   possède   aparemment   toutes   les   fonctions   pour   être   indépendante.   On   est   peut   être   sur   une  
association  qui  donnera  plus  tard  un  nouveau  parasite  (processus  évolutif)  

.  

5. La  symbiose  

 
  6  
La  symbiose  est  une  association  entre  deux  symbiontes,  obligatoire  et  à  bénéfice  
réciproque  pour  les  deux  individus.    
Les  deux  symbiontes  ne  peuvent  pas  vivre  séparément.  C’est  une  relation  interspécifique  obligatoire  
avec  réciprocité  de  l’avantage.  
 
Exemple   1  :   l’anémone   de   mer   (Adamsia   palliata)   se   fixe   sur   le   bernard   l’hermite   (Pagurus   prideauxi).  
L’avantage  :   l’anémone   peut   se   déplacer   plus   facilement   quand   elle   est   sur   une   coquille   portée   par   le  
bernard   que   seule   (et   trouver   plus   facilement   de   la   nourriture),   elle   peut   aussi   récupérer   les   restes   de  
nourriture  laissée  par  le  pagure.  L’avantage  pour  le  pagure  est  que  l’anémone  de  mer  possède  des  poils  
urticants,   ce   qui   lui   offre   une   protection.   Il   existe   des   pagures   qui,   lorsqu’ils   changent   de   coquille,  
décrochent  l’anémone  pour  la  mettre  sur  la  nouvelle.  
Lorsqu’un  petit  pagure  reste  dans  une  petite  coquille  :  l’anémone  grossit  pour  former  la  «  coquille  »  du  
pagure,  et  ils  finissent  leurs  vie  ensemble.  Les  deux  sont  intéressés  et  sont  toujours  ensembles,  c’est  bien  
une  symbiose.  
Exemple  2  :  Les  lichens  =  Symbiose  entre  une  algue  et  un  champignon.  
Exemple  3  :  les  protozoaires  ciliés  dans  le  rumen  de  la  vache  l’aident  à  digérer  la  cellulose.  
 
Toutes  ces  frontières  sont  floues  car  on  observe  à  un  instant  précis  des  relations  qui  sont évolutives.  Il  
existe  des  pressions  de  sélection.  

B. LE  PARASITISME  :  A  LA  RECHERCHE  D’UNE  DEFINITION  IDEALE  


 

 
Il  n’existe  pas  de  critère  unique  et  irréfutable  pour  définir  le  parasitisme.  Les  définitions  sont  toutes  
soit  trop  précises  (exclut  des  parasites),  soit  trop  vagues  (inclut  d’autres  relations).    
 
è La   définition   classique   est  :   une   association   obligatoire   pour   le   parasite   mais   à   son  
seul  bénéfice.  
Dans  cette  définition  on  part  du  principe  que  c’est  au  seul  bénéfice  du  parasite,  mais  dans  l’évolution  
le   parasite   peut   donner   des   avantages   sélectifs   à   son   hôte.   Donc   la   définition   n’est   pas   tout   à   fait  
correcte.    
 
è Etymologiquement  :  parasite  signifie  «  qui  vit  à  côté  »  
Cela  donne  un  aspect  spatial  au  parasitisme  et  pas  seulement  une  vision  de  dépendance  trophique.  
 
 
 
 
  7  
HISTORIQUE  DES  DEFINITIONS  
• Définition  1  «  Association  entre  deux  espèces  dont  l'une  vit  sur  ou  dans  l'autre  pour  en  
retirer  sa  subsistance  »  (1872,  LEVINE).  
Etre   un   parasite   c’est   «  vivre   au   dépend   de  ».   c’est   la   notion   de   départ   car   les   premiers   médecins   de   la  
Renaissance  s’en  sont  servis,  avec  la  définition  de  Lévine.  
Contre-­‐exemple  :   les   moustiques   (Anopheles)   et   les   puces   posent   problème   le   contact   est   court   et  
l’individu  ne  vit  pas  dans  son  hôte.  Même  chose  pour  les  tiques  (passent  3  jours  par  an  sur  l’hôte).  
 
• Définition   2   :   «   Les   parasites   sont   des   créatures   qui   tirent   leur   nourriture   à   partir  
d'autres  organismes  vivants  mais  sans  les  tuer,  ce  qui  les  distingue  des  prédateurs  ».
Contre  –exemple  :  Plasmodium  est  un  parasite  qui  tue.
«  D'autre  part,  les  parasites  présentent  tous  une  spécialisation  trophique,  alors qu'un  prédateur  
mange  rarement  un  seul  type  de  proie.  »  (1879,  LEUCKART).
Contre-­‐exemple  :  la  chenille  du  papillon  Sphinx  de  l'euphorbe  ne  mange  que  de l'euphorbe  et  n'est  pas  un  
parasite.  Pourtant,  selon  la  définition,  c'est un  parasite  de  l'euphorbe.
Il  faut  donc  nécessairement  préciser  cette  définition.  
 
• Définition   3  :   Les   parasites   créatures   qui   tirent   leur   nourriture   à   partir   d’autres  
organismes   vivants,   mais   sans   les   tuer   de   manière   rapide,   ce   qui   les   distingue   des  
prédateurs.  
Contre   exemple  :   une   chauve-­‐souris   (Desmodus   sp.)   attaque   des   vertébrés   pour   sucer   le   sang.   Le  
perroquet  de  Nouvelle  Zélande  arrache  des  morceaux  de  chair  aux  moutons.  Ce  ne  sont  pas  des  parasites  
mais  ils  correspondent  à  la  définition  :  «  ne  les  tue  pas  ou  très  lentement  ».  Limites  à  cette  définition.  
D’autre  part  les  parasites  présentent  tous  une  spécialisation    
 
• Définition   4  :   En   1993   Kholodloski   propose   une   définition   qui   introduit   la   notion  
d'habitat   et   insiste   sur   l'effet   nuisible   du   parasite.   «   Le   parasite   obtient   sa   nourriture   et  
son   habitat   aux   dépens   du   corps   ou   des   liquides   de   son   hôte,   en   lui   causant   un   tort  
corporel  direct  »  (définition  assez  médicale).
Exemple  1  :  L'amibe  Entamoeba  histolytica  vit  dans  l'intestin  grêle  de  l'Homme  sous  deux  formes.  Sous  sa  
forme  mineure  c'est  un  parasite  qui  ne  cause  aucun  tort,  on  parlerait  de  symbiote.  Mais sous  sa  forme  
majeure,  il  provoque  des  diarrhées  vivement  pathogènes.    

   
Exemple   2  :   Le   tænia   (Taenia   Saginata),   un   cestode,   peut   vivre   dans   le   tube   digestif   pendant plusieurs  
années  sans  poser  aucun  problème.  Il  n'est  pas  réellement  pathogène  et  ne  cause  pas de  torts  corporels  
directs.

  8  
                               

• Définition   5  :   définition   du   parasitisme   en   fonction   du   milieu   de   vie   du   parasite,   «  Le  


corps   de   l’hôte   sert   au   parasite   non   seulement   de   source   de   nourriture   mais   aussi  
d’habitat  temporaire  ou  permanent  »  (Pavlovsky).    
L'hôte  n'est  plus  une  composante  de  l'association  mais  il  devient  un  milieu  écologique,  le  milieu  de  vie  
du  parasite.
 
Remarque  :   3   grands   milieux   d’écologie  :   le   milieu   terrestre,   le   milieu   aquatique,   le   milieu   vivant.   Le  
parasitisme  appartient  à  l’écologie  du  milieu  vivant.
 
On   parle   d’écologie   parasitaire  :   «  les   parasites   sont   des   animaux   qui   utilisent   un   autre   animal   comme  
milieu  de  vie  et  source  de  nourriture.  »    
 
• Définition   6  :   les   parasites   sont   des   animaux   qui   utilisent   un   autre   animal   en   milieu   de  
vie   «  Ils   laissent   à   leur   charge   de   régulariser,   en   totalité   ou   en   partie,   leurs   relations  
avec  le  milieu  extérieur  »  (Dogiel)  
Contre-­‐exemple  :  les  ectoparasites  qui  sont  en  permanence  dans  le  milieu  extérieur.  
 
 
è Définition  à  retenir  
 
 
«  Le  parasitisme  est  une  association  hétérospécifique  dans  laquelle une  des  deux  
  espèces,  l'hôte,  sert  de  milieu  de  vie  à  l'autre,  le  parasite.  La  dépendance spatiale  
 
et  énergétique  du  parasite  vis-­‐à-­‐vis  de  l'hôte  peut  être  totale  ou  partielle,  avec
 
  tous  les  cas  possibles.  (1989,  EUZET)  »
   
Rq  :   avec   cette   définition   on   retire   toutes   les   associations   homospécifiques   (mère-­‐enfant,   mâle-­‐
femelle)        
 
On  définit  aussi  la  notion  de  mutualisme  :  parasitisme  réciproque  et  équilibré.  
 
Combes   (1992)   ajoute   la   «  Notion   d’interaction   durables  »   qui   inclut   alors   l’inquilinisme,   la  
phorésie,   le   commensalisme,   la   symbiose   et   le   parasitisme.   On   y   observe   les   échanges   génétiques  
entre  les  individus (notion  de  métagénome).  Il  exclut  les  ectoparasites  temporaires  (par  exemple,  les  
moustiques  qui  n’ont  pas  d’action  durable)  et  inclut  les  chenilles  spécifiques  d’un  arbre.  

  9  
III. POURQUOI  LE  PARASITISME  ?  
 
 
Pourquoi  le  parasitisme  existe-­‐t-­‐il  ?  Pourquoi  est-­‐il  apparu  ?  Quelles  en  sont  les  contraintes et  les  
avantages  ?  Pourquoi  des  individus  différents  dans  une  population  ont  été  favorisés  par rapport  à  
d'autres  ?
Si  on  prend  deux  espèces  au  même  endroit  et  au  même  moment  de  l’évolution.  Si  A  parasite  B,  alors  
les  A  ont  un  avantage  à  ils  vont  se  multiplier  plus  vite  que  B  et  vont  l’emporter.  
 
Pourquoi  les  gènes  de  A  permettent-­‐ils  de  choisir  B  comme  milieu  de  vie  ?  il  faut  que  l’individu  A  
possédant  les  gènes  de  parasitisme  de  B  ait  un  avantage  sélectif  à  être  parasite  par  rapport  aux  autres  
individus  A  qui  n’ont  pas  ces  gènes…  
 
 

A. LES  AVANTAGES  DU  PARASITISME  


 

1. L’habitat  
Si  les  individus  de  l’espèce  A  habitent  B,  quels  sont  les  avantages  ?  
Le  milieu  est  plus  stable,  souvent  homéostatique  et  les  parasite  est  à  l’abri  de  ses  prédateurs.  
De  plus,  on  limite  les  variations  de  température  et  le  parasite  peut ainsi  se  protéger  contre  les  UV  etc...
 
Problème  :  l’hôte  peut  mourir  à  Quand  on  parle  d’interaction  durable,  on  parle  d’interaction  
finie.   La   descendance   doit   trouver   un   nouvel   hôte.   Les   descendants   du   parasite   doivent   contaminer  
les   descendants   de   l’hôte   à   on   parle   de   Cycle   parasitaire.   Le   parasite   adapte   son   cycle   de  
reproduction   (vu   dans   les   cours   suivants)   pour   que   ses   descendants   puissent   infester   les  
descendants  de  l'hôte,  et  alors  assurer  la  pérennité  de  l'espèce.  
 
En  général  il  n’y  a  pas  de  prédation  entre  les  parasites,  donc  pas  de  compétition  entre  eux.  Dans  l’hôte,  
ils  sont  à  l’abri  de  leurs  propres  prédateurs,  mais  pas  des  prédateurs  de  leur  hôte.  Ainsi  le  parasite  a  
souvent   exploité   les   prédateurs   de   l’hôte   pour   faire   son   cycle   parasitaire.   La   mise   en   place   de  
systèmes  profitant  de  la  proie  et  du  prédateur  leur  permet  de  remonter  la  chaîne  de  prédation  et  de  se  
retrouver  à  la  tête  de  celle-­‐ci.  
La   sécurité   peut   être   un   véritable   critère   de   sélection.   Cependant   aucune   démonstration  
expérimentale  ne  peut  le  prouver.  

2. La  mobilité  
La   dispersion   des   propagules   (œufs,   larves…)  est   un   gage   de   réussite   pour   les   êtres   vivants.   Cela  
accroît   les   chances   de   survies,   car   si   l’on   disperse   beaucoup   et   à   plusieurs   endroits,   il   y   a   plus   de  
chances   que   les   propagules   trouvent   un   milieu   favorable.     Cela   permet   également   de   trouver   de  
nouvelle  niche  écologique.  
De  plus  s’il  y  a  trop  d’individus  de  la  même  espèce  au  même  endroit,  il  y’a  compétition  intraspécifique.  
Plus   l’hôte   est   mobile,   meilleure   sera   la   dispersion.   Le   producteur   de   propagule   est   généralement  
mobile  lui  aussi.  Les  propagules  ne  sont  pas  mobiles  (sauf  exceptions).  
Exemple  :  les  parasites  intestinaux  qui  dispersent  leurs  œufs  grâce  aux  crottes  de  chiens.  
  10  
3. L’énergie  
Deux   sources   d’énergie   pour   les   êtres   vivants   dans   la   biosphère  :   la   lumière   (photosynthèse)   et   la  
matière   minérale   (chimiosynthèse).   Ceux   qui   sont   capables   d’utiliser   directement   ces   sources  
d’énergie  sont  des  autotrophes.  La  majorité  des  organismes  sont  hétérotrophes.  
Les  parasites  sont  des  organismes  petits  et  hétérotrophes.    
Par  définition,  ils  obtiennent  leur  énergie  au  dépend  de  leur  hôte,  soit  en  détournant  leurs  nourritures  
soit  en  consommant  les  tissus  et  les  fluides.    
Il   suffit   au   parasite   de   savoir   digérer   et   émettre   des   propagules   et   le   coût   pour   se   nourrir   devient  
négligeable   car   il   n’a   pas   besoin   de   chasser.   Le   parasite   peut   également   simplifier   certaines   de   ses  
fonctions   (physiologiques,   anatomiques...)   ou   perdre   certains   gènes.   Par   exemple,   certains   parasites  
du  tube  digestif  se  nourrissent  par  simple  pinocytose  sans  aucun  mécanisme  digestion.   Le  parasite  
est  un  être  simple  occupant  un  être compliqué  
Exemple  :  le  taenia  n’a  pas  besoin  de  système  digestif,  l’intestin  de  l’hôte  digère  pour  lui.    

4. Le  cumul  des  3  
Au   départ,   il   n’y   a   qu’un   seul   avantage   déterminant,   mais   par   la   suite   les   parasites   cumulent  
généralement  les  autres  avantages.  Parasitisme  =  cumul  d’avantages  adaptatifs.  
 
 

B. LES  DIFFERENTS  MODES  DE  PARASITISME  


 
Les  définitions  suivantes  sont  très  médicales.  

1. Le  parasitisme  facultatif  
Organismes  qui  vivent  dans  d’autres  organismes  mais  qui  peuvent  aussi  vivre  dans  le  milieu  
extérieur.  
Ex  :  Aspergillus  (champignon),  qui  vit  dans  le  sol  et  dans  le  fourrage  mais  peut  aussi  infester  les  Vertébrés  
(Oiseaux,  Hommes,  Mammifères),  ce  qui  occasionne  des  maladies.  La  majorité  des  champignons  parasites  
le  sont  facultativement.  

2. Le  parasitisme  obligatoire  

a) Le  parasitisme  temporaire    
L’animal  est  parasite  pendant  une  période  plus  ou  moins  longue  de  sa  vie  et  mène  
une  vie  libre  dans  un  autre  biotope  le  reste  du  temps.  
Au   moins   une   phase   de   sa   vie   est   sous   forme   d'un   parasite   (ex   :   la   période   larvaire   ,   juvénile   ou  
adulte).   Ce   stade   parasitaire   peut   être   très   bref.   Il   est   très   répandu   chez   les   ectoparasites,  
hématophages  en  particulier.  
Exemples  :  Silex  lectarius  (punaise  de  lit)  se  nourrit  de  sang  pendant  15  min  pour  survivre  pendant  un  an.  
Pour   les   tiques,   2   à   3h   de   repas   sanguin   assurent   14   ans   de   vie   :   la   vie   parasitaire   peut   donc   être   très  
courte.  Il  existe  des  mouches  qui  piquent  en  période  larvaire    à  ce  sont  des  parasites.  On  peut  aussi  avoir  
des  asticots  parasites.  

b) Le  parasitisme  stationnaire  
Les  parasites  stationnaires  restent  en  liaison/relation  constante  avec  l'hôte  toute  leur  
vie  ou  au  moins  pendant  une période  de  leur  vie  (larvaire,  adulte).

  11  
       -­‐   Parasitisme   périodique   lorsque   la   phase   parasitaire   a   lieu   pendant   toute   une   période   de leur   vie  
(le   stade   larvaire   par   exemple  :   les   asticots   de   certaines   mouches,   passent   l'hiver   dans les   sinus   des  
moutons,  ou  bien  le  stade  adulte).
       -­‐   Parasitisme   stationnaire   permanent   lorsque   la   phase   parasitaire   dure   toute   leur   vie   avec   un
changement  d'hôte  possible  (soit  des  hôtes  différents  selon  le  stade,  soit  le  même  hôte  toute  sa
vie).

3. Le  parasitisme  accidentel  
Animaux  non  parasites  qui  peuvent  se  retrouver  accidentellement  chez  un  hôte  et  y  survivre  
un  certain  temps.  
Exemple  :  des  nématodes  libres  ou  des  asticots,  pondus  accidentellement  par  des  mouches,  se  développent  
dans  les  plaies.  

4. Le  parasitisme  opportuniste  ***  


Organisme  apathogène  qui  devient  pathogène  à  la  faveur  d’une  réceptivité  augmentée  de  
l’hôte  (immunodépression  ou  fragilisation  causée  par  d’autres  infections).  
On   devrait   parler   de   pathogène   opportuniste   plutôt   que   de   parasite   opportuniste.   En   effet   ces  
parasites  sont  déjà  présents  dans  l’hôte,    et  l’opportunisme  est  uniquement  lié  à  l’hôte  dont  le  système  
immunitaire  devient  défaillant.  
 

IV. LOCALISATION  DU  PARASITE  


 
 
 
Différentes  localisations  du  parasite  

 
 
On  peut  distinguer  trois  types  de  parasites  selon  leur  localisation  au  sein  de  leur  hôte.  
Ø Les  ectoparasites  vivent  sur  le  corps  de  l'hôte,  en  contact  avec  le  milieu  extérieur,  avec  un  
cycle  généralement  direct  (oeufs  -­‐  larves  -­‐  adulte).  
Ø Les   mésoparasites   vivent   dans   une   cavité   en   relation   avec   le   milieu   extérieur   :   le   tube  
digestif   ou   ses   annexes,   l'infestation   se   fait   majoritairement   par   voie   buccale   (généralement  
l'hôte  ingère  la  larve  du  parasite  et  rejette  plus  tard  les  oeufs  par  l'anus).  
Ø Les   endoparasites   vivent   strictement   à   l'intérieur   du   corps   dans   une   cavité   close   ou  
dans  des  tissus  (ex.  dans  le  système  circulatoire),  il  y  a  donc  nécessairement  effraction  pour  
parasiter  et  pour  faire  sortir  les  propagules  (cycle  de  reproduction).  

  12  
Chaque   parasite   a   donc   besoin   d'adaptations   particulières   en   relation   avec   son   lieu   de   résidence  
(morphologiques,  anatomiques  et  au  niveau  des  cycles).  
 

V. MICRO  ET  MACROPARASITES  ***  


 
 

1. Les  microparasites  
Dans  les  microparasites  sont  inclut  les  bactéries,  les  virus,  les  champignons  et  les  protozoaires.  
Leurs  caractéristiques  :  
-­‐ Unicellulaires  ou  acellulaires,  
-­‐ Se  multiplient  au  sein  même  l’hôte,  c’est-­‐à-­‐dire  de  manière  infectieuse,  
-­‐ Générations  très  rapides  (de  l’ordre  de  l’heure  à  la  journée  maximum),  
-­‐ Souvent  à  l’origine  de  maladies  aiguës,  immunité  protectrice.  
On  parle  d’infection  et  de  cycle  infectieux.  

2. Les  macroparasites  
Dans  les  macroparasites  sont  inclut  les  arthropodes  et  les  helminthes.    
Leurs  caractéristiques  :  
-­‐ Pluricellulaires,  
-­‐ Se  multiplient  rarement  dans  l’hôte,  
-­‐ Générations  longues  (semaines,  mois,  années),  
-­‐ Souvent  à  l’origine  de  maladies  chroniques  chez  les  adultes,  souvent  par  manque  d’immunité  
protectrice.  Les  maladies  sont  souvent  aigues  chez  les  jeunes.  
On  ne  parle  plus  d’infection  mais  d’infestation.  
 
Remarque  :  pour  les  anglo-­‐saxons,  les  champignons  sont  classés  dans  la  bactériologie.  
 

VI. LES  MALADIES  PARASITAIRES  


 
 
• Une  maladie  parasitaire  (ou  parasitose)  est  une  altération  de  la  santé.  
Souvent,    pour  décrire  une  maladie  parasitaire,  on  ajoute  le  suffixe  -­‐  ose  -­‐  :  parasitoses,  helminthoses,  
nématodoses,  fasciolose.  Plus  rarement,  on  recontre  le  suffoxe  –  iase  -­‐.  
La   maladie   est   caractérisée   par  :   l’étiologie,   les   symptômes   et   la   pathogénie.   L’étiologie   (ó   cause   de  
la   maladie),   est   responsable   de   symptômes   (manifestations   de   la   maladie)   provoqués   par  
l'intermédiaire   de   la   pathogénie   (c’est-­‐à-­‐dire   les   mécanismes   responsables   de   la   maladie.   Etudier   la  
pathogénie  c’est  répondre  à  la  question  :  pourquoi  tels  symptômes  ?)  
• Il  est  important  de  distinguer  l’infection  de  l’infestation.  
L'infection suggère   une   multiplication de   l'agent   pathogène   chez   l'hôte,   et   donc   la   présence   d'un  
cycle   pathogène.   L'infestation   est   une   notion   propre   à   certains   parasites   qui   évoluent   dans   l'hôte  
mais   ne   s'y   multiplient   pas   :   ils   sont   quand   même   responsables   d'une   maladie.   Le   cycle   peut   se  
passer  dans  le  milieu  extérieur.  (ex  :  Nématodes).  
  13  
• L’action  pathogène  d’un  parasite  dépend  de  l’espèce  parasitaire  (deux  genres  peuvent  donner    
des   maladies   différentes),   du   sexe   (chez   le   moustique   seule   la   femelle   pique),   du   stade   évolutif  
(stades  pathogènes,  d’autres  non),  du  degré  d’adaptation  (dogmes  à  méditer  :  plus  un  parasite  
est   ancien,   plus   il   est   adapté   et   moins   il   sera   pathogènes) et   de   la   souche   (plus   ou   moins  
parasitaire).   Des   espèces   très   voisines   peuvent   avoir   des   manifestations   pathogéniques   très  
différentes.  
• La   maladie   parasitaire   engendre   un   déséquilibre,   un   conflit   entre   les   actions   pathogènes   des  
parasites   (alimentation,   perforation)   et   les   réactions   de   défense   de   l’hôte.   Seulement,   le  
parasite  a  lui  aussi  mis  en  place  des  mécanismes  pour  y  échapper  :  les  mécanismes  d’évasion  
du  parasite.   Parfois   en   éliminant   le   parasite,   on   ne   règle   pas   tout   :   la   maladie   parasitaire   est   un  
ensemble  ;  pour  traiter  une  maladie,  il  ne  faut  pas  simplement  considérer  le  parasite  seul.  Le  
système  immunitaire  est  aussi  important  que  le  parasite  en  lui-­‐même  sans  parler  de  maladie  
auto-­‐immune.   Exemple   :   le   système   immunitaire   défend   et   tue   le   parasite   mais   aussi  
l'environnement   dans   lequel   évolue   celui-­‐ci,   ce   qui   peut   conduire   à   la   destruction   de   tissus   du   soi.  
Les  pathogénies  peuvent  être  dues  au  système  de  défense  de  l'hôte  lui-­‐même.  
• L'évolution   conduit   à   un   état   d'équilibre   entre   hôte   et   parasite.   Il   en   résulte   que   les   plus  
anciens  parasites  sont  les  moins  pathogènes,  car  il  y  a  eu  co-­‐évolution  de  l'hôte  et  du  parasite.  
(Dogme  à  peu  près  établi  en  parasitologie)  
 
 
 
 
 
Conclusion  

Les  parasites  ont  donc  développé  une  multitude  de  mécanismes  leur  permettant  de  vivre  et  de  
se   disperser   de   manière   efficace.   Les   hôtes   se   sont   aussi   adaptés.   D'où   la   notion   de   co-­‐
évolution.  

  14  
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


                           
                                               
     

Relations  hôte-­‐parasite  
Introduction  
I.   Les  actions  du  parasite  sur  son  hôte  ............................................................................................................................  3  
1.   Facteurs  liés  à  l’hôte,  facteurs  liés  au  parasite  ............................................................................................  3  
2.   Les  effets  nocifs  .........................................................................................................................................................  3  
3.   L’action  spoliatrice  ...................................................................................................................................................  3  
4.   Actions  mécaniques  .................................................................................................................................................  4  
5.   Action  toxique  ............................................................................................................................................................  5  
6.   Action  éthologique  :  changement  de  comportement.  ...............................................................................  6  
7.   Rôle  vecteur  ................................................................................................................................................................  6  
8.   Action  favorisant  les  infections  (RHX)  ............................................................................................................  6  
II.   Les  réactions  de  l’hôte  contre  le  parasite  ...................................................................................................................  6  
1.   Les  réactions  comportementales  .......................................................................................................................  6  
2.   Les  réactions  inflammatoires  ..............................................................................................................................  7  
3.   La  réaction  immunitaire  ........................................................................................................................................  8  
III.   Défenses  du  parasite  contre  les  réactions  de  l’hôte  ........................................................................................  10  
1.   Les  mécanismes  d’échappement  à  la  réaction  immune.  ......................................................................  10  
2.   Conséquences  des  mécanismes  d’échappement  ......................................................................................  11  
IV.   Co-­‐évolution  du  parasite  et  de  l’hôte  .....................................................................................................................  11  
V.   La  spécificité  parasitaire  .................................................................................................................................................  13  
VI.   Le  parasitisme  en  tant  que  facteur  d’evolution  .................................................................................................  14  
VII.   Les  grands  symptômes  consécutifs  aux  processus  pathologiques  ...........................................................  15  
1.   La  diarrhée  ...............................................................................................................................................................  15  
2.   L’anémie  ....................................................................................................................................................................  15  
3.   L’amaigrissement  et  la  cachexie.  ....................................................................................................................  16  
4.   Autres  syndrômes  .................................................................................................................................................  16  
 
 
 

 
Page  1  sur  16  
 
 
 
INTRODUCTION  
Les  effets  de  l’hôte  sur  le  parasite  sont  indissociables  des  effets  du  parasite  sur  l’hôte.  
L’hôte  cherche  à  se  débarrasser  du  parasite.  La  cohabitation  doit  rester  stable,  le  système  est  en  
équilibre.   Si   cette   cohabitation   est   instable,   on   assiste   à   une   éradication   du   parasite   ou   à   la   mort  
de  l’hôte.  
L’interaction  dynamique  et  durable  dépend  des  points  suivants  :  
-­‐ L’action  du  parasite  sur  l’hôte  
-­‐ Les  défenses  de  l’hôte  
-­‐ Les  défenses  du  parasite  contre  les  réactions  de  l’hôte.  
Ces  trois  points  conduisent  à  la  co-­‐évolution  de  l’hôte  et  du  parasite.  En  effet,  il  a  été  démontré  en  
phylogénie   qu’il   existe   une   concordance   entre   l’hôte   et   le   parasite   (si   une   sous-­‐espèce   apparaît  
chez  l’hôte,  une  sous-­‐espèce  apparaît  chez  le  parasite  quasi  simultanément).  
Les  effets  du  parasite  dépendent  de  multiples  facteurs  qui  peuvent  être  :  
-­‐ Liés   à   l’hôte  :   l’âge,   le   sexe,   le   régime   alimentaire,   les   facteurs   génétiques   (par   exemple  
certaines  populations  d’Afrique  ont  développé  une  résistance  au  paludisme).  
-­‐ Liés   au   parasite  :   la   taille,   mais   aussi   sa   virulence   (ó   une   souche   virulente   rend   une  
souris   malade   quand   on   l’injecte),   la   mobilité  (plus   la   migration   du   parasite   dans  
l’organisme   est   importante,   plus   les   dégâts   le   sont  :   la   pathogénicité   est   élevée),  
l’alimentation  du  parasite  et  les  organes  cibles.  
       Les   effets   nocifs   du   parasitisme   (malnutrition,   avitaminose,   troubles   nerveux,   etc…)   résultent  
d’actions   directes   ou   indirectes   (sécrétion   de   toxines   par   exemple).   Deux   individus   parasités  
n’auront   pas   forcément   les   mêmes   réactions.   Parfois,   la   défense   de   l’hôte   contre   le   parasite   est  
exagérée  et  peut  rendre  l’hôte  malade.  
     Cela   amène   à   observer   l’importance   d’une   longue   co-­‐évolution,   d’un   continuum   de   temps.   En  
effet,  on  constate  souvent  une  adaptation  mutuelle  hôte-­‐parasite,  et  cela  constitue  le  dogme  de  la  
parasitologie   (même   s’il   n’est   pas   absolu).   Cette   co-­‐évolution   conduit   à   une   diminution   de   la  
pathogénicité  du  parasite.  
Exemple  :   protozoaire   de   la   tortue  à   pas   d’effet   pathogène.   Cependant   si   un   serpent   carnivore  
avale   ce   parasite,   il   meurt.   En   effet,   le   parasite   a   besoin   d’amidon   pour   survivre   s’enkister  :   en  
dépit  d’amidon  chez  le  serpent,  le  parasite  utilise  la  paroi  intestinale.  
En  théorie,  plus  l’hôte  et  le  parasite  vivent  ensemble  depuis  longtemps  et  moins  le  parasite  est  pathogène  
pour  l’hôte  (mais  dogme  non  absolu).    

 
 
 
 
 

 
Page  2  sur  16  
 
 

I. LES  ACTIONS  DU  PARASITE  SUR  SON  HOTE  


 

1. Facteurs  liés  à  l’hôte,  facteurs  liés  au  parasite  


Cf  ci-­‐dessus  (introduction).  

2. Les  effets  nocifs  


Cf  ci-­‐dessus  (introduction).  

3. L’action  spoliatrice  
L’action   spoliatrice   consiste   en   un   prélèvement   par   le   parasite   de   quelque   chose   appartenant   à   l’hôte.  
Si   le   parasite   «  prend   trop   à   manger  »,   cela   devient   pathogène.   On   peut   envisager   plusieurs   types  
d’actions  spoliatrices  en  fonction  du  type  de  prélèvement.  

a) Les  parasites  du  sang  :  les  parasites  hématophages  


-­‐ Arthropodes  :  acariens  (ex  :  les  tiques  qui  prélèvent  plusieurs  mL  de  sang  par  repas,  peuvent  
avoir   une   action   toxique   si   elles   sont   nombreuses   sur   le   même   animal)   ou   insectes  
(moustiques,  dont  la  femelle  prélève  plusieurs  mL  de  sang  par  repas.)  
 
-­‐ Helminthes  :    
• Fasciola  hepatica  ou  Grande  douve  du  foie  :  consomme  0.2  mL  de  sang  par  jour.  Si  elles  
sont  présentes  en  grand  nombre  cela  peut  entraîner  une  anémie  chez  le  jeune  animal  :  
pour  100  Douves,  on  aura  20mL  de  sang  prélevés  par  jour,  qui  devront  être  renouvelés  
par  l’hôte.  
•  Ankylosoma  caninum,  nématode  de  l’intestin  grêle  du  chien,  prélève  0.15  mL  à  0,5  mL  
par  jour.  Soit,  toutes  les  4  semaines,  le  parasite  pompe  la  totalité  du  sang  d’un  chien.  
• Haemonchus  contortus  (chez  les  moutons  surtout),  On  considère  que  200  Haemonchus  
dans  la  caillette  d’un  mouton  pompent  30  mL  de  sang  par  jour.  Les  effets  cumulatifs  ne  
sont  pas  négligeables.  
 
-­‐ Protozoaires    
Entamoeba   histolytica   (absorbe   des   hématies   de   la   paroi   du   gros   intestin).   Les   prélèvements  
sont  minimes  mais  journaliers  :  les  répercussions  peuvent  être  grandes.  

b) Les  parasites  des  tissus  :  les  parasites  histophages  


-­‐ Vers  intestinaux  :  mangent  la  paroi  de  l’intestin  (chez  le  cheval  par  exemple)  à  l’aide  de  grosses  
capsules  buccales.    
Pas  vu  en  cours  (RHX)  :  cela  provoque  des  «  fuites  de  protéines  »,  des  problèmes  d’osmolarité   à  
diarrhées  lorsqu’il  n’y  a  plus  de  muqueuses.  
 

 
Page  3  sur  16  
 
-­‐ Migration  parasitaire  :  certains  parasites  creusent  des  «  tranchées  »  dans  les  tissus  tout  en  se  
nourrissant.  Par  exemple,  la  Douve  du  foie   atteint  les  canaux  hépatiques  depuis  le  tube  digestif  
et  détériore  les  tissus  sur  son  trajet.  
 
-­‐ Digestion   externe  :   Les   tissus   de   l’hôte   sont   digérés   alors   qu’ils   sont   toujours   en   place,   il   y   a  
liquéfaction.   Par   exemple,   chez   les   aoûtats,   les   larves   sont   hématophages,   et   la   digestion   des  
tissus  se  fait  par  libération  de  substances  qui  le  digèrent.  Les  parasites  digèrent  ou  absorbent  
les  tissus  grâce  à  des  enzymes.  

c) Chyme  intestinal  :  les  parasites  chymivores  


Beaucoup  d’espèces  qui  vivent  dans  le  tube  digestif  profitent  de  la  digestion  de  l’hôte.  La  plupart  du  
temps  un  parasite  vivant  dans  l’intestin,  se  contente  de  prélever  la  matière  digérée,  et  leur  spoliation  
est  négligeable.  Ce  n’est  cependant  pas  le  cas  si  l’hôte  souffre  de  sous-­‐alimentation,  ou  si  le  parasite  
sélectionne   ce   qu’il   prélève  :   c’est   la   spoliation   sélective   (l’ascaris   est   gourmande   en   glucides   et   en  
minéraux.  Les  Cestodes  aiment  les  vitamines  B  12  d’où  des  problèmes  de  carences  possible).  

4. Actions  mécaniques  
-­‐ Un   nombre   important   de   parasites   au   même   endroit   peut   provoquer   l’obstruction   de   la  
lumière  d’un  tube  (système  circulatoire,  intestin).    
Par  exemple,  une  pelote  d’ascaris  peut  boucher  l’intestin  grêle.    
 
-­‐ L’hôte  peut  aussi  réagir  :  on  a  une  inflammation  et  la  formation  d’un  nodule  autour  du  parasite  
qui  peut  obstruer  les  conduits  (nodule  œsophagien,  agglutination  des  globules  rouges.)  Il  crée  
ainsi  lui-­‐même  une  pathogénie  responsable  de  sa  maladie.  
Exemple   (RHX)   :   les   nodules   œsophagiens   formés   lors   de   spirosarcose   ou   la   formation   de  
thrombus   en   présence   d’une   trop   grande   quantité   de   Bavésies   ou   de   Piroplasmes   (le   problème  
étant  que  les  hématies  s’agglutinent  pour  former  un  thrombus,  qu’ils  soient  parasités  ou  non).  
 
-­‐ Un   parasite   peut   grossir   à   si   le   tissu   ne   peut   pas   bouger,   cela   écrase   et   fait   pression   sur   les  
tissus.  
Exemples  :   Le   cestode   fait   initialement   2-­‐3mm.   Au   bout   de   quelques   années,   il   peut   faire   la   taille   d’un  
ballon  de  foot  dans  le  foie.  
Les  cénures  font  environ  20cm  de  diamètre  mais  sont  localisées  sur  le  cerveau.  
Exemple  (RHX)  :  l’Echinocoque  dont  le  kyste  hydatique  peut  se  loger  dans  les  poumons,  le  foie,  ou  le  
cerveau.  Il  peut  grossir  jusqu’à  la  taille  d’un  ballon  de  foot  !  Il  comprime  alors  le  cerveau  dans  la  boîte  
crânienne  qui  n’est  pas  souple.  
 
-­‐ Les  mouvements  :    
Exemples  :   le   vers   solitaire   (Tænia)   peut   faire   la   taille   de   l’intestin   grêle.   Le   mouvement   du  
péristaltisme  autour  du  vers  peut  créer  des  irritations.  
La   douve   dans   le   foie   possède   des   denticules   à   cela   induit   une   réaction   inflammatoire   de   la   paroi  
hépatique.  
Exemple   RHX  :   l’Ankylostome   se   fixe   sur   les   capillaires   sanguins   de   la   muqueuse   intestinale   et   suce  
voracement   du   sang.   Il   peut   alors   provoquer   des   hémorragies.   De   même,   les   larves   de   Douve  
traversent  le  parenchyme  hépatique  pour  migrer  dans  la  bile.  

 
Page  4  sur  16  
 
 
Pour  les  ectoparasites  :    
Leur  installation  en  surface  provoque  une  lésion  traumatique  (tiques,  moustiques).  
Pour  les  mésoparasites  et  les  endoparasites.  
Les  ankylostomes  pénètrent  par  la  peau,  ce  qui  crée  une  lésion.  

5. Action  toxique  
Les  parasites  sécrètent  des  substances  à  cause  de  leur  métabolisme.  
 
On   a   des   actions   toxiques   locales  :   les   tique,   en   se   fixant,   excrètent   par   leur   glande   salivaire   des  
substances  toxiques  (anesthésie  de  l’endroit,  hémolyse  locale…).  
 
L’action  toxique  systémique,  peut  s’illustrer  à  nouveau  par  l’exemple  des  tiques  qui  produisent  une  
toxine   qui   diffuse.   On   parle   de   toxicose  :   Les   tiques   tropicales   produisent   une   toxine   anticoagulante  
puissante,   parfois   aussi   forte   que   le   venin   de   cobra,   provoquant   une   réaction   proche   d’une   réaction  
antigénique  ;  si  elles  piquent  près  de  la  tête  d’un  petit  animal,  cela  peut  le  tuer.  
L’action  toxique  est  difficile  à  dissocier  de  l’action  antigénique.  

a) Actions  antigéniques  
Cela   consiste   en   une   réaction   immunologique   plus   ou   moins   néfaste   pour   l’hôte   (risque  
d’emballement  du  système  immunitaire).    
On  distingue  deux  types  d’antigènes  :  
-­‐ Les  antigènes  somatiques  :  toutes  les  protéines  qui  constituent  le  corps  du  parasite.  
On   s’intéresse   surtout   aux   antigènes   de   surface   des   cellules,   visibles   par   l’hôte.   Il   existe   des  
maladies   liées   au   fait   que   le   parasite   meurt   et   que   ses   antigènes   sont   tous   libérés   dans   des  
territoires  sensibles,  et  pas  seulement  les  antigènes  de  surface.    
Par  exemple,  un  parasite  qui  entre  par  la  bouche,  et  qui  migre  dans  le  canal  rachidien  :  si  on  tue  le  
parasite   pendant   la   migration,   les   larves   meurent   dans   le   canal   rachidien   et   libèrent   des  
substances  toxiques.  
 
Les   antigènes   de   surface   ne   déclenchent     pas   une   immunité   très   efficace,   mais   ils   ont   un   réel  
intérêt  de  diagnostic  car  ils  déclenchent  une  réponse  immunitaire  en  général.  
 
-­‐ Les   antigènes   métaboliques  :   protéine   qui   est   excrétée   par   un   parasite   à   un   moment   de   sa  
vie.   Par   exemple,   un   toxoplasme   qui   entre   dans   une   cellule   des   protéines   permettant   de  
fusionner   avec   les   membranes   des   cellules   de   l’hôte.   Ces   protéines   ont   une   action   précise   et  
très   importante   pour   le   parasite,   et   ne   sont   pas   repérable   pour   le   système   immunitaire   car  
l’action   est   trop   rapide.   Ces   antigènes   ont   un   rôle   très   important   pour   le   diagnostic   et   la  
vaccination.  
 
Remarque   (RHX)   :   Dans   l’évolution   du   parasite   et   de   son   hôte,   la   sélection   ne   se   fait   pas   au   niveau   de   ces  
protéines/Ag  métaboliques  puisqu’elles  sont  très  fugaces  (ordre  de  la  s  ou  de  la  min).  Néanmoins,  elles  
sont   vitales   pour   le   parasite.   Comme   elles   sont   peu   disponibles,   elles   ne   déclenchent   généralement   pas   de  
réaction   immunitaire.   C’est   pourquoi   on   peut   s’en   servir   pour   créer   des   vaccins   efficaces   contre   ce  
parasite.  

 
Page  5  sur  16  
 
6. Action  éthologique  :  changement  de  comportement.  
Il   a   été   démontré   que   la   présence   d’un   parasite   peut   influer   sur   le   comportement   de   l’hôte.   Ces  
changements  de  comportements  favorisent  la  transmission  du  parasite.  
 
-­‐ Dicrocoelium  lanceolatum,  ou  Petite  douve  du  foie.  Chez  la  fourmi,  le  fait  d’être  parasité  par  la  
petite   douve   va   modifier   son   comportement  :   la   fourmi   va   rester   en   haut   des   brins   d’herbes   en  
s’accrochant   au   lieu   de   se   cacher   près   du   sol.   Cela   favorise   la   transmission   du   parasite   au  
mouton,  qui  a  alors  plus  de  chances  de  manger  la  fourmi  en  même  temps  que  le  brin  d’herbe.    
 
-­‐ Toxoplasma   gandii   (protozoaire)   ou   toxoplasmes   :   Il   existe   des   modèles   de   toxoplasmose  
congénitale   (transmission   lors   de   la   grossesse)   chez   la   souris.   On   observe   alors   des  
modifications  de  comportement.  
Exemple  :   Test   de   l’openfield   (les   souris   sont   placées   dans   des   boîtes   carrées   de   1mx1m)  :  
Normalement,  les  animaux  vont  se  cacher  près  des  bords.  Ce  n’est  pas  le  cas  des  souris  atteintes  de  
toxoplasmose   congénitale  :   ces   souris   ne   se   cachent   pas.   Ainsi   dans   la   nature,   elles   peuvent   être  
facilement  mangées  (en  particulier  par  les  chats  qui  transmettent  la  toxoplasmose).  
 
Remarque   (pour   info,   RHX)   :   quelques   expériences   ont   été   réalisées   chez   l’Homme.   Dans   les   pays   où   la  
conscription  militaire  est  encore  obligatoire,  on  a  réalisé  pendant  1  ou  2  ans  des  tests  de  mesures  du  QI  
(au   début,   on   regarde   comment   ouvrir   une   porte   et   après   c’est   plus   compliqué   !)   et   de   sérologie  
toxoplasmique   sur   les   appelés.   Les   résultats   montrent   une   corrélation   entre   la   séropositivité   au  
toxoplasme  et  les  tests  du  QI  (ni  mieux  ni  moins  bien)  mais  on  ne  sait  pas  ce  qui  se  passe  dans  le  cerveau.  
Il  faut  noter  que  40  %  de  la  population  humaine  porte  des  kystes  dans  son  cerveau  !  

7. Rôle  vecteur  
Le   parasite   peut   être   un   agent   de   transport   et   inoculer   les   agents   pathogènes.   Le   parasite   peut  
favoriser   l’installation   d’autres   affections   pathogènes   virales.   C’est   le   cas   des   tiques,   des   moustiques  
(paludisme),  des  moucherons  (paludisme,  FCO,…).  

8. Action  favorisant  les  infections  (RHX)  


       Les  parasites  sont  parfois  à  l’origine  de  lésions  qui  vont  favoriser  les  infections,  voire  les  provoquer,  
en  permettant  à  d’autres  agents  pathogènes  de  rentrer  avec  eux  ou  à  leur  suite  dans  l’organisme.  Il  ne  
faut  pas  oublier  que  les  parasites  portent  aussi  des  bactéries  à  leur  surface.  
 

II. LES  REACTIONS  DE  L’HOTE  CONTRE  LE  PARASITE  


 
Le  but  de  l’hôte  est  d’exclure  le  parasite  de  son  organisme.  Il  met  donc  en  place  différents  systèmes  
pour  arriver  à  ce  résultat.  

1. Les  réactions  comportementales  


L’hôte   va   moduler   son   comportement   en   vue   de   diminuer   le   parasitisme   dont   il   est   la   cible.  
L’évolution  sélectionne  les  individus  se  défendant  contre  les  parasites.  

 
Page  6  sur  16  
 
• Combe   a   introduit   la   notion   de   filtre  :   pour   qu’un   parasite   s’installe   et   trouve   son   hôte,  
il  estime  qu’il  existe  deux  filtres.  
-­‐ Le  filtre  de  rencontre  
-­‐ Le  filtre  de  compatibilité  en  cas  de  rencontre  à  Est-­‐ce  le  bon  hôte  ?  
Par  des  réactions  comportementales,  on  peut  jouer  sur  ces  deux  filtres  :  pour  l’hôte,  le  but  est  d’éviter  
de  se  faire  parasiter.    
 
Exemple  :   les   antilopes   et   les   tiques.   Les   tiques   montent   sur   les   brins   d’herbes   et   s’accrochent   sur   le  
premier  passant.  A  la  fin  de  la  journée,  une  antilope  peut  avoir  une  centaine  de  tiques  sur  le  flanc.  
Des  spécialistes  des  antilopes  avaient  remarqué  une  particularité  anatomique  des  antilopes  au  niveau  de  
leurs   mandibules   :   elles   avaient   des   dents   écartées   comme   un   peigne.   Il   a   été   démontré   que   cette  
configuration   permettait   un   toilettage.   Pour   le   démontrer,   ces   chercheurs   ont   bouché   le   trou   entre   les  
dents  de  l’antilope  d’un  côté  de  la  mâchoire  et  pas  de  l’autre.  A  la  fin  de  la  journée,  le  flanc  non  toiletté  
présentait  10  fois  plus  de  tiques  que  le  flanc  toiletté.  
 
• L’hypothèse  de  Hamilton  et  Zuk.  :  Le  choix  du  partenaire  sexuel  chez  les  oiseaux.    
On  laisse  le  choix  à  une  femelle  devant  3  mâles.  
-­‐ Le  mâle  n°1  n’a  pas  de  parasite  et  a  un  joli  plumage.  
-­‐ Le   mâle   n°2   n’a   pas   de   parasite   mais   présente   un   plumage   rabougri   (facteurs   génétiques  
défavorables).  
-­‐ Le  mâle  n°3  a  des  parasites  et  donc  un  plumage  terni.  
     La  femelle  va  choisir  le  mâle  n°1.  Ce  choix  se  fait  donc  en  fonction  du  plumage  et  de  la  présence  ou  
non  de  parasites.  Elle  sélectionne  ainsi  un  individu  qui  en  terme  d’évolution  a  la  meilleure  chance  de  
donner  à  ses  descendants  des  gènes  de  résistance  au  parasite,  ce  qui  correspond  en  quelque  sorte  à  un  
standard  à  atteindre.  

2. Les  réactions  inflammatoires  


Ensemble  de  phénomènes  réactionnels,  cellulaires  et  intercellulaires,  humoraux  et  
vasculaires  dont  aucun  pris  séparément  ne  suffit  à  le  définir.  
 
Cette   réaction   est   divisée   en   3   étapes  :   une   étape   biochimique,   une   étape   vasculaire   et   une   étape  
cellulaire.  
Caractéristiques  de  la  réaction  inflammatoire  :  
-­‐ Elle  est  non  spécifique  
-­‐ Elle  aboutit  à  l’afflux  de  cellules  inflammatoires  
-­‐ Ces  cellules  inflammatoires  engendrent  des  modifications  locales  (par  exemple  un  abcès)  et  
générales.  
La  réaction  inflammatoire  est  consécutive  à  tout  traumatisme  (provoqué  par  les  ectoparasites  quand  
ils   creusent   ou   piquent,   par   les   endoparasites   lors   du   passage   d’une   paroi,   par   la   pénétration   d’un  
corps  étranger  ou  par  les  sécrétions  du  parasite).  
 
A  la  réaction  inflammatoire  s’ajoute  la  réaction  immunitaire.  

 
Page  7  sur  16  
 
3. La  réaction  immunitaire  
     Cette  réaction  agit  directement  ou  indirectement  en  amplifiant  la  réaction  inflammatoire,  et  c’est  une  
réaction  spécifique.  Elle  a  une  action  souvent  bénéfique  mais  parfois  exacerbée  pouvant  conduire  à  
une  pathologie  de  l’hôte.  On  peut  distinguer  différents  types  de  réactions  immunitaires.  

a) L’immunité  concomitante  et  l’immunité  stérilisante  


L’immunité   concomitante  :   immunité   très   spécifique   qui   ne   persiste   qu’en   présence   du   parasite  
vivant.  C’est  une  unité  protectrice  qui  ne  fonctionne  que  si  le  parasite  est  vivant  à  il  faut  la  présence  
du   parasite   pour   permettre   une   immunité   durable.   Elle   chute   très   rapidement   quand   le   parasite  
disparaît  (et  cela  n’existe  pas  en  bactériologie-­‐virologie).  En  terme  de  vaccination,  on  sait  qu’on  peut  
avoir   une   immunité   protectrice   mais   c’est   son   maintien   qui   pose   problème,   on   ne   sait   pas   pourquoi  
elle  chute.  
 
L’immunité   stérilisante  :   le   système   immunitaire   va   évacuer   totalement   le   parasite,   l’hôte   devient  
alors  «  stérile  »  du  parasite.  

b) L’immunité  humorale  
On  s’intéresse  davantage  à  l’immunité  humorale  car  il  est  plus  simple  de  détecter  les  anticorps.    
L’immunité  humorale  est  la  production  d’anticorps  par  les  Lymphocytes  B  (immunoglobulines).  
Exemple:  la  production  d’IgE  (on  parle  d’éosinophilie)  est  une  constante  en  parasitologie,  leur  détection  
est  un  élément  allant  en  faveur  d’une  parasitose  (particulièrement  vrai  chez  les  Helminthes).  
 
Il  existe  des  spécificités  parasitaires  :  
Notez   la   notion   d’isotype  :   Cette   notion   a   été   développée   lors   de   l'étude   des   spécificités  
antigéniques   des   immunoglobulines.   Il   s'agit   alors   d'une   caractéristique   de   classe  
d'immunoglobulines,  IgG,  IgM,  IgA,  IgD,  IgE,  (ou  de  sous  classe,  IgG1,  IgG2,  IgG3,  IgG4,  IgA1  et  IgA2).  
 
Les  caractéristiques  de  l’immunité  humorale  sont  :  
-­‐  La  réponse  humorale  est  variable  dans  le  temps  
-­‐  La  réponse  est  variable  selon  les  tissus.  De  fait,  le  globe  oculaire  ainsi  que  le  cerveau  peuvent  être  
plus  facilement  infestés  car  la  réponse  immunitaire  y  est  plus  faible.  
-­‐  Intervention  possible  du  complément  (cf  cours  immunité).  

c) L’immunité  cellulaire  
L’immunité  cellulaire  est  plus  difficile  à  étudier  car  certains  parasites  sont  intra-­‐cellulaires,  d’autres  
extra-­‐cellulaires,  il  n’y  a  donc  pas  de  critères  généraux  pour  l’ensemble  des  parasites.  
 
Cette  immunité  met  en  jeu  des  mécanismes  complexes,  nécessitant  l’intervention  de  lymphocytes  T,  
de  cellules  de  l’inflammation  (macrophages,  éosinophiles,  neutrophiles)  et  de  cytokines.  
 
Les  mécanismes  sont  adaptés  à  la  taille  du  parasite  :    
-­‐ sur  des  parasites  de  petite  taille  (protozoaire),  on  aura  des  phénomènes  de  phagocytose/des  
mécanismes  de  lyse  cellulaire.    
-­‐ Pour   des   parasites   de   grande   taille   on   aura   la   cytotoxicité   avec   les   anticorps.   (RHX  :  
dégranulation  du  parasite  pour  lui  envoyer  des  salves  de  produits  toxiques)  

 
Page  8  sur  16  
 
d) Conséquences  de  l’immunité  
Du  fait  de  la  diversité  biologique  des  parasites,  on  a  une  grande  variabilité  de  la  réponse  immunitaire.  
L’immunité  peut  avoir  à  la  fois  des  effets  bénéfiques  et  des  effets  néfastes  pour  l’hôte.  
 
-­‐ Les  effets  favorables  :  
• Immunité   acquise  :   l’organisme   est   vacciné   naturellement,   ce   qui   évite   des   ré-­‐
infestations  ou  sur-­‐infestations.  
• Vaccination  possible,  même  si  l’immunité  est  très  fugace.  
• Possibilité   de   diagnostic   immunologique   (on   réalise   une   sérologie   et   l’on   voit   si   l’on  
repère  des  Ac  anti-­‐Ag  d’un  parasite).  
 
-­‐ Les   effets   défavorables  :   le   système   immunitaire   peut   attaquer   les   parasites   mais   peut   aussi  
aller   trop   loin   et   attaquer   l’organisme   lui-­‐même.   Dans   ce   cas,   ce   n’est   pas   le   parasite   qui  
entraine  la  pathologie  mais  le  système  immunitaire.  
On   parle   d’immuno-­‐pathologie   pour   caractériser   ces   hypersensibilités,   qui   peuvent   être   de  
quatre   types,   de   la   réaction   immédiate   (ex   :   allergie   à   une   piqûre   d’abeille   avec   libération  
immédiate  d’histamine)  à  la  réaction  à  long  terme.  
Exemple  :  hypersensibilité  type  I,  II,  III  et  IV  
 
Pas  vu  en  cours  (RHX)  :  
-­‐ Hypersensibilité  de  type  I  :  choc  anaphylactique  si  rupture  de  nombreux  kystes  hydatique  (elle  est  
dite  immédiate  contrairement  au  3  suivantes  qui  sont  dites  retardées).  
-­‐ Type  II  :  dans  des  cas  de  paludisme.  
-­‐ Type  III  :  dépôt  de  complexes  immuns.  
-­‐ Type  IV  :  HS  retardée.  
 
Exemple   :   oesophagostome   chez   les   bovins.   Lors   de   la   1ère   infestation   on   n’a   que   quelques   larves   dans   la  
paroi   de   l’œsophage.   Lors   de   la   2ème   infestation,   on   a   le   développement   de   gros   nodules   alors   qu’on   a  
toujours  des  petits  vers  dans  la  paroi  :  c’est  l’hypersensibilité  de  l’hôte  qui  crée  les  nodules.  

e) Petit  rappel  :  Les  acteurs  du  système  immunitaire  


Cellules  :  

ü Lympho  B  et  T  
ü Phagocytes  (monocyte,  leucocytes…)  
ü Cellules  accessoires  
ü Autres  
Médiateurs  solubles  :    

ü Anticorps  cytokine  
ü Compléments  et  médiateur  de  l’inflammation  
 
 

 
Page  9  sur  16  
 
III. DEFENSES  DU  PARASITE  CONTRE  LES  REACTIONS  DE  L’HOTE  
 

1. Les  mécanismes  d’échappement  à  la  réaction  immune.  


Les  mécanismes  d’échappement  sont  mis  en  place  par  le  parasite  pour  contrer  la  réaction  
immune  de  l’hôte  cherchant  à  se  débarrasser  de  lui  :  il  s’agit  de  toutes  les    stratégies  
d’évitement  aux  réactions  de  défense  de  l’hôte.  
 
Quelques  exemples  :  
-­‐ Les  variations  antigéniques  (Trypanosoma).  
Un   trypanosome   agit   dans   le   sang   en   extra-­‐cellulaire   (milieu   très   favorable   à   l’action   rapide   de  
système   immunitaire).   On   a   étudié   leurs   Ag   de   surface   et   on   s’est   rendu   compte   qu’ils   les   modifient  
régulièrement  et  indéfiniment.  Après  avoir  reconnu  et  détruit  un  trypanosome,  l’hôte  ne  va  pas  avoir  
le  temps  de  mettre  en  place  sa  réponse  immunitaire  avant  que  les  autres  trypanosomes  aient  changé  
leur  Ag  de  surface  (il  faut  10  à  15  jours  pour  fabriquer  de  nouveaux  Ac  à  chaque  fois).  Or  le  système  
immunitaire   doit   les   reconnaître   grâce   à   des   antigènes   à   Le   parasite   change   tout   le   temps   ses  
antigènes  de  surface  et  le  système  immunitaire  est  toujours  en  retard.  
 
-­‐ Répétition  d’un  antigène  de  surface  (Toxoplasma).  
Production  excessive  par  le  parasite  d’antigènes  pas  très  immunogènes  à  le  système  immunitaire  est  
peu  efficace  et  a  du  mal  à  tuer  le  parasite,  l’hôte  s’épuise  à  lutter  contre  cet  antigène.  
 
-­‐ Mimétisme  moléculaire  (Schistosoma).  
Le   parasite   possède   des   antigènes   qui   ressemblent   à   ceux   de   l’hôte   à   le   système   immunitaire  
n’attaque  pas  car  il  le  prend  pour  du  soi.  
 
-­‐ Production  de  protéases  parasitaires.    
Ce  sont  des  enzymes  qui  clivent  les  Ac  que    produit  l’hôte  (Ex  :  Grande  Douve).  
 
-­‐ Production  de  substances  immunomodulatrices  :    
Ce  n’est  pas  une  action  locale,  le  parasite  transmet  des  message  aux  cellules  du  système  immunitaire  
pour  les  orienter  dans  une  voies  qui  les  épargne.    
Exemple  1:  la  réponse  du  lymphocyte  T  est  fortement  induite  par  les  cytokines.  On  a  défini  2  profils  de  
cytokines  :   TH1,   TH2   avec   des   réponses   très   différentes.   Le   parasite   peut   induire   le   lymphocyte   à  
passer  en  TH1  alors  qu’il  était  en  TH2.  
Exemple  2  :  chez  l’homme,  le  système  immunitaire  se  module  pour  ne  pas  attaquer  le  fœtus.    

-­‐ Inhibition  de  la  fusion  phagosomes-­‐lysosomes  des  macrophages.  (Toxoplasmose)  


Le   parasite   profite   de   la   vacuole   d’endocytose   pour   pénétrer   dans   la   cellule,   puis   il   sécrète   un   produit  
qui   empêche   les   lysosomes   de   fusionner   avec   la   vacuole.   Les   lysosomes   ne   peuvent   sécréter   leurs  
substances  toxiques  et  le  parasite  est  alors  en  sécurité  car  il  est  protégé  par  la  cellule  du  SI  puisqu’il  
est  perçu  comme  du  soi.  
Exemple  :  Le  parasite  Toxoplasma  gondii  vit  dans  les  macrophages.  
 

 
Page  10  sur  16  
 
-­‐ Localisation  dans  la  lumière  d’organes  moins  exposés  aux  réactions  immunes  comme  l’œil  
 
-­‐ Enkystement  (Toxoplasma,  Trichinella).  
RHX  :   L’enkystement,   intra   ou   extra   cellulaire,   avec   souvent   une   paroi   mixte,   composée   dans   sa   partie  
interne   par   celle   du   parasite   et   dans   sa   partie   externe   par   la   membrane   de   la   cellule-­‐hôte.   Il   reste  
souvent  une  partie  de  l’hôte  dans  le  kyste,  le  SI  ne  va  donc  pas  détecter  le  parasite.  Celui-­‐ci  peut  rester  
ainsi   plusieurs   années   sans   conséquences,   il   va   attendre   la   mort   de   l’hôte   pour   pouvoir   sortir  
(Toxoplasma,   Trichinella).   Par   ailleurs,   si   le   kyste   est   situé   dans   les   muscles   de   l’hôte,   il   a   plus   de  
chance  d’être  ingéré  par  un  de  ces  prédateurs,  ce  qui  permet  au  parasite  d’augmenter  sa  dispersion,  
de  gagner  un  nouvel  hôte.  
 
Remarque   :   dans   le   kyste,   le   parasite   est   en   état   de   vie   ralentie,   donc   l’enkystement   n’est   pas   toujours  
une  mauvaise  chose  pour  l’hôte.  De  plus,  s’il  y  a  calcification  du  kyste,  l’hôte  gagne.  
Exemple  :   Le   toxoplasme   se   multiplie   fortement   dans   l’organisme.   Le   système   immunitaire   devient  
efficace  au  bout  de  15  jours,  mais  le  parasite  s’est  enkysté  dans  une  cellule  :  la  membrane  plasmique  de  
protège.  Le  système  immunitaire  n’attaque  pas  le  kyste.  La  réaction  immunitaire  peut  aussi  provoquer  un  
nodule  qui  deviendra  un  kyste  à  le  parasite  y  reste  et  se  protège.  
 
-­‐ Hypobiose  :   entrée   en   vie   ralentie,   les   parasites   se   cachent   et   ne   bougent   plus   en   attendant  des  
conditions  plus  favorables  (Nématodes  chez  les  animaux  d’élevage).  
 
       Ainsi   chaque   parasite   trouve   ses   propres   mécanismes   d’échappement,   fruits   d’une   longue   co-­‐
évolution.   En   général,   plusieurs   mécanismes   d’échappement   s’associent   (jusqu’à   trois   à   quatre   pour  
un   même   parasite).   Une   défense   de   l’hôte   contre   le   parasite   persiste   :   la   génétique.   Celle-­‐ci   impose   au  
parasite   de   sélectionner   son   hôte.   En   effet   il   existe   toujours   des   hôtes   génétiquement   résistants   à  
certains  parasites,  à  l’échelle  de  l’espèce.  

2. Conséquences  des  mécanismes  d’échappement  


-­‐ Possibilité   d’une   longue   persistance   du   parasite   dans   l’hôte.   (exemple  :   le   toxoplasme   va  
attendre  de  se  transmettre  à  un  autre  hôte  après  enkystement).  
 
-­‐ Développement   possible   d’une   immunodépression  :   l’hôte   est   alors   susceptible   d’attraper  
d’autres  maladies.  
 
-­‐ Vaccins  difficiles  à  réaliser  :  le  parasite  est  contre  le  système  immunitaire  (RHX  :  il  faut  trouver  
le   moment   où   le   parasite   n’est   pas   protégé,   c’est   pourquoi   on   travaille   beaucoup   sur   les  
protéines  métaboliques  excrétées-­‐sécrétées  par  le  parasite  car  elles  sont  vitales  au  parasite).  
 

IV. CO-­‐EVOLUTION  DU  PARASITE  ET  DE  L’HOTE.  


 
«    Il  est  sélectivement  avantageux  pour  une  proie  ou  un  hôte  de  décroitre  sa  probabilité  d’être  avalé  ou  
parasité.  Il  est  souvent  sélectivement  avantageux  pour  une  espèce  prédatrice  ou  parasite  d’accroitre  son  
taux  de  capture  de  la  nourriture  ou  sont  taux  de  parasitisme  (…)  Chaque  espèce  fait  de  son  mieux  face  à  
 
Page  11  sur  16  
 
ces  pressions  évolutives  (…)  Les  forces  biotiques  fournissent  la  base  d’une  mouvement  perpétuel  et  auto-­‐
entretenu  de  l’environnement  et  par  suite  de  l’espèce  qu’il  influence.  »  (L  Van  Valen,  1973)  
 
è C’est  la  co-­‐évolution  qui  permet  la  force  des  espèces.    
RHX  :   Chacune   des   deux   espèces   évolue   constamment   en   fonction   de   l’autre   :   l’interaction   entre   les  
espèces  est  une  des  forces  évolutives  les  plus  puissantes.  Ainsi,  chaque  fois  qu’une  espèce  s’adapte  à  
un  facteur,  elle  engendre  un  changement  de  l’environnement  pour  tous,  ce  qui  force  les  autres  espèces  
à  s’adapter  à  ce  nouvel  environnement.  Il  y  a  alors  réadaptation  de  tous.  Chacune  des  espèces  a  intérêt  
à  être  «  meilleure»,  sinon  elle  meurt.  Mais  ces  réadaptations  modifient  à  nouveau  l’environnement,  y  
compris   pour   l’espèce   de   départ   :   ainsi,   aucune   espèce   n’évolue   seule   dans   son   coin.   On   parle   de  
«mouvement  perpétuel  et  autoentretenu  de  l’évolution».  
 
Hypothèse   de   la   reine   rouge   «évoquée   par   Combe   en   1995  :   fait   référence   au   comte   d’Alice   au  
pays  des  merveilles.  Alice  court  à  côté  de  la  reine  et  ne  comprend  pas  pourquoi  le  paysage  ne  change  
pas.  La  reine  rouge  lui  répond  «    c’est  pour  rester  sur  place  que  tu  dois  courir  ».  
Pour  garder  l’équilibre  entre  les  deux  espèces,  il  faut  qu’elles  soient  toujours  toutes  les  2  en  train  de  
s’adapter.   Si   l’une   s’arrête,   elle   décroche.   Les   2   espèces   exercent   l’une   sur   l’autre   des   pressions   de  
sélection.  
 
On  parle  aussi  de  course  d’armements  :  
Dans   un   système   hôte-­‐parasite,   la   pression   de   sélection   est   forte   et   permanente.   Cela   implique   une  
modification  constante  des  systèmes  de  défense  pour  rester  au  même  niveau.  Le  problème  est  que  le  
coût  de  sélection  doit  être  plus  faible  que  le  bénéfice.  Les  mécanismes  d’adaptation  suivent  les  deux  
points  clés  suivants  :  
è Rencontre  entre  les  stades  infestant  du  parasite  et  de  son  hôte  :  le  filtre  de  rencontre.  
è Compatibilité  entre  le  parasite  et  l’hôte  :  le  filtre  de  compatibilité  
L’hôte  peut  également  sélectionner  les  caractères  augmentant  sa  capacité  à  détruire  ou  endommager  
le  parasite,  tandis  que  celui-­‐ci  cherche  à  se  rendre  moins  vulnérables  à  ces  attaques.  Le  parasite  doit  
donc  être  compatible  avec  son  hôte  pour  que  la  co-­‐évolution  ait  lieu.  
 
Exemple  RHX  :  les  Schistosomes  présentent  un  stade  infestant  pour  l’Homme,  où  ils  vivent  dans  l’eau.  On  
s’est   aperçu   que   si   on   prend   un   point   d’eau   infesté   par   ces   parasites   et   qu’on   réalise   des   prélèvements   au  
bord  de  l’eau,  la  quantité  de  Schistosomes  au  bord  du  plan  d’eau  varie  au  cours  de  la  journée.  La  période  
où  les  Schistosomes  sont  très  nombreux  coïncident  avec  le  moment  où  les  femmes  du  village  situé  à  côté  
du  plan  d’eau  viennent  faire  la  lessive.  A  d’autres  endroits,  le  pic  de  présence  correspond  au  moment  où  
des   animaux   viennent   s’abreuver.   Les   pics   de   présence   semblent   donc   être   modifiés   en   fonction   des  
variations  des  horaires  :  il  y  a  sélection  des  Schistosomes  qui  viennent  à  la  bonne  heure.  
 
Pour  que  ce  processus  ait  lieu,  la  variabilité  génétique  de  l’espèce  doit  être  suffisante  pour  permettre  
la   sélection   de   tels   caractères   (le   caractère   de   résistance   par   exemple   doit   exister   pour   être  
sélectionné).  En  effet  pour  que  l’adaptation  ait  lieu,  il  faut  une  préexistence  de  ces  gènes  de  résistance  
afin  que  ceux-­‐ci  soient  sélectionnés.  
è Il  y  a  donc  deux  contraintes  majeures  pour  cette  coévolution  :  
-­‐ Il   faut   nécessairement   une   variabilité   génétique   chez   le   parasite.   S’il   n’y   en   a   aucune   mis   à   part  
le  fait  de  compter  sur  une  mutation  aléatoire,  le  parasite  ne  pourra  pas  s’adapter.  
 
Page  12  sur  16  
 
Remarque  (RHX):  Certains  parasites  sont  dits  de  type  clonal.  Les  Toxoplasmes  par  exemple  sont  à  85-­‐90  
%   de   type   clonal,   le   reste   se   reproduit   de   manière   sexuée   chez   les   chats   infestés,   ce   qui   permet   à   la  
population  de  Toxoplasmes  de  se  reformer  doucement  en  cas  de  problème.  
 
-­‐ Le  coût  (mécanismes  d’échappement)  doit  être  inférieur  aux  bénéfices  (survie).  
 
La  coévolution  pose  alors  une  question  fondamentale  :    
Les  formes  de  vie  actuelles  ont-­‐elles  été  modelées  par  leurs  parasites  ?  
 
Les  interactions  durables  représentent  un  levier  sélectif  très  important  (cf  le  premier  cours).  
 

V. LA  SPECIFICITE  PARASITAIRE  
 
La  spécificité  d’un  parasite  correspond  au  spectre  d’hôtes  que  peut  contaminer  le  
parasite.  
Elle  mesure  son  aptitude  à  se  développer  au  sein  d’un  nombre  plus  ou  moins  grand  d’espèces  hôtes  
différentes.  Souvent,  les  spectres  d’hôtes  sont  très  étroits  (un  seul  hôte)  mais  certains  parasites  en  ont  
un  large  (Toxoplasmes).  
 
La  spécificité  peut  être  d’espèce  par  exemple.  
è 2  particularités  de  la  spécificité  :  
-­‐ Souvent   très   étroites.   Du   fait   qu’il   y   ait   une   longue   évolution   hôte/parasite,   il   va   y   avoir   des  
spéciations   des   parasites.   Deux   populations   de   parasites   sur   deux   hôtes   différents,   sans  
échanges  latéraux,  ont  de  fortes  chances  de  former  2  espèces.  
-­‐ La  spécificité  peut  différer  fortement  même  pour  des  espèces  voisines.  
 
On  peut  donc  se  questionner  :  
-­‐ Qu’est   ce   qui   limite   le   spectre   d’hôte   d’un   parasite  ?   Est-­‐ce   le   milieu   qui   ne   convient   pas,   où   est-­‐ce  
que  l’hôte  se  défend  très  bien  ?  
 
-­‐ Un  parasite  a-­‐t-­‐il  avantage  à  être  spécialiste  ou  généraliste  concernant  l’hôte  ?  
 
Un   généraliste   se   disperse   et   se   multiplie   plus   rapidement.   Sa   dispersion   géographique   est   mondiale,  
mais   il   doit   s’adapter   à   toutes   les   espèces,   ce   qui   engendre   des   coûts   importants   en   matière   de  
mécanismes   d’échappement.   En   revanche,   le   parasite   spécialiste   pourra   s’adapter   plus   finement   au  
système  immunitaire  de  l’hôte,  les  mécanismes  d’échappement  sont  alors  moins  coûteux.    
 
Mais,  dans  certains  cas,  la  spécificité  peut  être  une  contrainte  obligatoire,  du  fait  de  la  spéciation  :  
En   termes   d’évolution,   lorsque   le   parasite   a   des   espèces   hôtes   différentes   (parasite   généraliste),   il  
peut   se   spécialiser   pour   chaque   espèce   hôte   et   cela   peut   entraîner   un   isolement   génétique   de   souches  
parasitaires   dans   des   hôtes   différentes   :   il   n’y   a   plus   de   brassage   génétique   entre   les   parasites  
occupants   des   hôtes   différents,   ce   qui   aboutit   à   la   formation   de   sous-­‐espèces.   Ceci   est   d’ailleurs  

 
Page  13  sur  16  
 
renforcé   par   l’isolement   géographique   des   différentes   espèces   hôtes,   des   comportements   différents  
des  hôtes  (milieu  de  vie…).  Les  arbres  génétiques  des  hôtes  et  des  parasites  sont  superposables.  
Exemple   :   Un   parasite   A   est   isolé   dans   la   même   espèce   hôte   qu’un   parasite   B,   mais   B   subit   une  
spéciation  :  il  ne  pourra  pas  ré-­‐infester  d’autres  espèces  contrairement  au  parasite  A.  
 
Les  spectres  actuels  sur  chacun  des  parasites  résultent  de  l’évolution  de  la  dynamique  de  processus  
qui  tendent  à  agrandir  (généralisme)  et  de  processus  qui  tendent  à  les  réduire  (spéciation).  
En   règle   générale,   plus   un   parasite   est   «  ancien  »   plus   il   est   spécialisé   (dogme   de   l’introduction).  
Attention,  ceci  n’est  pas  une  loi  car  il  existe  de  nombreuses  exceptions.  
 

VI. LE  PARASITISME  EN  TANT  QUE  FACTEUR  D’EVOLUTION  


 
 
-­‐ Le  parasitisme  est  une  force  évolutive  majeure  à  l’origine  des  organismes  actuels.  Le  système  
proie-­‐prédateur   est   une   interaction   brève,   alors   que   le   système   hôte-­‐parasite   impose   une  
interaction  durable,  le  levier  sélectif  est  donc  plus  fort.  Le  parasitisme  joue  un  rôle  important  
dans  l’évolution.  
 
-­‐ Parasitisme   et   reproduction   sexuée  :   Certains   évolutionnistes   ont   émis   l’hypothèse   que   la  
reproduction  sexuée  présenterait  un  avantage  dans  la  lutte  contre  le  parasitisme  alors  qu’elle  
est   bien   moins   efficace,   plus   complexe   et   plus   coûteuse   que   la   reproduction   asexuée.   Grâce   à  
cette   reproduction   sexuée,   la   descendance   est   le   résultat   d’un   brassage   génétique   plus  
important  qui  permettrait  la  sélection  de  caractères  de  résistance  aux  parasites.  
 
-­‐ Parasitisme  et  différenciation  des  sexes    
 
-­‐ Désavantageux  pour  l’individu  mais  peut  être  bénéfique  pour  la  population  d’hôte  :  En  effet,  il  
peut  modifier  la  compétition  entre  deux  espèces  différentes  :  s’il  infecte  une  espèce  plus  qu’une  
autre,   il   peut   interdire   un   territoire   à   cette   espèce   en   l’affaiblissant,   voire   en   la   tuant   tout   en  
rendant  l’autre  malade  mais  de  façon  moindre.  Ainsi,  l’espèce  qui  a  survécu  prend  le  contrôle  
du  territoire.  Cela  peut  donc  être  la  clé  du  fonctionnement  de  nombreux  écosystèmes  ou  la  clé  
de   l’extinction   de   certaines   espèces   (une   espèce   peut   interdire   un   territoire   à   une   autre  
espèce).  
 
-­‐ L’évolution   de   l’homme  :   Aujourd’hui   les   parasites   représentent   la   majorité   des   maladies  
humaines.    Le  paludisme  représente  1milliard  de  personnes  atteintes,  et  plusieurs  millions  de  
morts  par  ans.  Le  berceau  de  l’humanité  est  l’Afrique,  et  les  parasites  auraient  eu  un  poids  un  
important   sur   l’évolution   de   l’homme   qui   a   alors   subi   de   fortes   pressions   de   sélection,  
entrainant  la  sélection  de  gènes,  de  comportements  etc…  
 
 

 
Page  14  sur  16  
 
VII. LES   GRANDS   SYMPTOMES   CONSECUTIFS   AU   PROCESSUS  
PATHOLOGIQUES  
 

1. La  diarrhée  

a) Causes  (par  les  parasites  primaires)  


-­‐ Lésions   de   l’épithélium   de   la   muqueuse   digestive   par   destruction   des   cellules   (par   des  
Coccides)   :   c’est   la   croissance   de   Nématodes   dans   la   sous-­‐muqueuse   ou   les   glandes   muqueuses  
qui  entraîne  cette  destruction.  
-­‐ Production  de  toxines  intracellulaires  dans  l’intestin.  
-­‐ Hypertension  portale.  
-­‐ Présence  de  nodules  qui  perturbent  la  structure.  

b) Mécanismes  
-­‐ Troubles  de  la  motricité  du  tube  digestif  (trouble  au  niveau  des  fibres  lisses)  
-­‐ Troubles  sécrétoires.  
-­‐ Troubles  de  la  perméabilité  de  la  paroi  digestive,  d’où  une  fuite  d’eau  et  l’absorption  de  toxines.  
 Si  la  barrière  intestinale  laisse  passer  de  l’eau  ou  des  protéines,  cela  modifie    l’osmolarité.  

c) Conséquences  
-­‐ Baisse  de  la  digestibilité  des  aliments  
-­‐ Perte  en  eau  et  en  nutriments,  ce  qui  peut  entrainer  la  mort  par  déshydratation  surtout  chez  
les  nourrissons.  
-­‐ Résorption  de  toxines  et  germes.  

2. L’anémie  

a) Causes    
-­‐ Pertes   sanguines   :   hémorragie   (souvent   petite)   ou   spoliation   dans   le   tube   digestif   ou   à   la  
surface  de  la  peau  (ectoparasites  et  parasites  internes)  par  des  parasites  hématophages.  
-­‐ Hémolyse  :  destruction  des  globules  rouges.  L’éclatement  des  globules  rouges  peut  se  produire  
directement  (à  la  sortie  des  parasites  de  la  cellule)  ou  indirectement  (par  action  de  l’hôte  lui-­‐
même  contre  des  globules  rouges  infectés  ou  non).  
-­‐ Perturbation  de  l’hématopoïèse  :  le  sang  ne  se  régénère  plus.  

b) Manifestations  
On   observe   des   problèmes   cutanéo-­‐muqueux   (la   peau   et   les   muqueuses   apparaissent   sèches,   les  
muqueuses   sont   décolorées),   des   problèmes   d’essoufflement   pendant   l’effort,   une   certaine  
tachycardie,   un   état   général   diminué.   Les   prélèvements   sanguins   révèlent   une   baisse   du   taux  
d’hémoglobine.  

 
Page  15  sur  16  
 
3. L’amaigrissement   et   la   cachexie   (ó   état   de   fatigue   généralisé,  
amaigrissement  important).  

a) Causes  
-­‐ Spoliation  directe,  globale  ou  spécifique  de  certains  nutriments  (une  vitamine,  un  sel  minéral,  
ce   qui   induit   un   déséquilibre),   peut   être   très   grave   (le   parasite   peut   prendre   jusqu'à   20%   de  
l’alimentation  de  l’animal,  ce  qui  peut  être  énorme  surtout  si  l’animal  est  déjà  affaibli)  
-­‐ Diminution  de  l’absorption  intestinale  
-­‐ Diminution  de  la  digestibilité  des  aliments  (par  lésions  des  muqueuses)  
-­‐ Perte  de  protéines  sanguines  
-­‐ Perte  de  nutriments  (d’où  l’association  entre  les  diarrhées  et  l’amaigrissement)  
-­‐ Diminution  de  l’appétit  car  l’animal  est  malade  
-­‐ Obstruction  mécanique  (par  exemple,  due  à  une  pelote  d’Ascaris)  
-­‐ Egalement  des  troubles  endocriniens,  neurologiques,  osseux…  

b) Mécanismes    
Il  y  a  dégradation  de  l’état  général  entraînant  souvent  une  diarrhée  secondaire  puis  une  anémie  par  
déficit  de  l’hématopoïèse.  On  peut  trouver  ces  trois  grands  symptômes  à  la  fois.  

4. Autres  syndrômes  
Dystrophie  osseuse,  syndromes  neurologique,  troubles  endocriniens…  
   

 
Page  16  sur  16  
 
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


                   
           
 

IMPORTANCE  DES  PARASITES  


 
I.   IMPORTANCE  ZOOLOGIQUE  .................................................................................................................  2  
A.   RAPPEL  DE  TAXONOMIE  ...........................................................................................................................................  3  
B.   LE  REGNE  DES  FUNGI  ................................................................................................................................................  3  
1.   Phylum  Ascomycota  (également  appelés  acomycètes)  .......................................................................  4  
a)   Les  teignes  .............................................................................................................................................................................................  4  
b)   Les  Aspergillus  ....................................................................................................................................................................................  4  
2.   Phylum  Basidiomycota  .....................................................................................................................................  5  
3.   Phylum  des  Fungi  Imperfecti  .........................................................................................................................  5  
C.   LE  REGNE  DES  PROTISTES  .......................................................................................................................................  6  
1.   Phylum  Sarcomastigophora  (anciennement  Rhizoflagellé)  ...........................................................  6  
a)   Classe  Mastigophora  (=flagellés)  ..............................................................................................................................................  6  
b)   Classe  Sarcodina  (anciennement  Amiboïdes  ou  Rhizopodes)  ......................................................................................  7  
2.   Phylum  Apicomplexa  (anciennement  Sporozoaires)  ...........................................................................  7  
a)   Classe  Coccidea  (coccidies  au  sens  large)  ..............................................................................................................................  7  
b)   Classe  Haematozoea  (ou  Hématozoaires)  ............................................................................................................................  8  
3.   Phylum  Microspora  .............................................................................................................................................  9  
4.   Phylum  Myxozoa  ...................................................................................................................................................  9  
5.   Phylum  Ciliophora  ...............................................................................................................................................  9  
D.   LE  REGNE  ANIMAL  .....................................................................................................................................................  9  
1.   Embranchement  des  Arthropodes  ............................................................................................................  10  
a)   Sous  embranchement  des  Chélicérates,  classe  des  Arachnides,  Ordre  des  Acariens.  .................................  10  
b)   Sous  embranchement  des  Mandibulates,  Classe  des  Insectes  .................................................................................  13  
2.   Embranchement  des  Némathelminthes  .................................................................................................  16  
a)   Classe  des  Nématodes,  Sous-­‐classe  Secernentea    ..........................................................................................................  16  
b)   Classe  des  Nématodes,  Sous-­‐classe  Adénophorea    .......................................................................................................  17  
3.   Embranchement  des  Plathelminthes  ......................................................................................................  18  
a)   Classe  des  Cestodes  .......................................................................................................................................................................  19  
b)   Classe  des  Trématodes  (groupe  complexe)  ......................................................................................................................  19  

II.   IMPORTANCE  EN  MEDECINE  HUMAINE  .......................................................................................  20  


A.   LE  PALUDISME  .........................................................................................................................................................  21  
B.   SCHISTOSOMIASE  (BILHARZIOSE)      .....................................................................................................................  21  
C.   ONCHOCERCOSE,  OU  CECITE  DES  RIVIERES  ........................................................................................................  22  
D.   MALADIE  DE  CHAGAS  ............................................................................................................................................  22  
E.   MALADIE  DU  SOMMEIL  ...........................................................................................................................................  23  
F.   LEISHMANIOSE  ........................................................................................................................................................  23  
G.   PARASITES  INTESTINAUX.  .....................................................................................................................................  24  
H.   HIV  ET  PARASITES  .................................................................................................................................................  24  
I.   ZOONOSES  PARASITAIRES  .......................................................................................................................................  24  
III.   IMPORTANCE  EN  MEDECINE  VETERINAIRE  .............................................................................  25  
A.   IMPORTANCE  MEDICALE      ......................................................................................................................................  25  
B.   IMPORTANCE  ECONOMIQUE  ..................................................................................................................................  25  
 

  1  
Introduction  
Ce  chapitre  va  permettre  de  se  familiariser  avec  la  classification  du  monde  parasitaire  et  
de   savoir   retrouver   chaque   parasite   dans   la   classification   des   grands   groupes.   Cette   année  
on  va  apprendre  les  «  grosses  »  branches  de  l'arbre  de  la  classification  (l'année  prochaine,  
on   y   ajoutera   les   «   petites   »   branches,   à   savoir   les   espèces   !).   Cet   apprentissage   est  
nécessaire   et   permettra   de   gagner   du   temps   plus   tard   en   mettant   dans   le   bon   tiroir   les  
parasites   étudiés.   Cela   nous   renseignera   très   rapidement   sur   les   particularités   des  
parasites  considérés  et  les  modes  de  traitement  adéquats.    

Nous   verrons   également   dans   ce   cours   l'importance   des   parasites   en   médecine   humaine,  
notamment  au  niveau  mondial  (même  si  dans  nos  pays  ils  ne  sont  pas  la  première  cause  de  
mortalité).  

I. Importance  zoologique  
Les  parasites  sont  retrouvés  dans  des  groupes  extrêmement  variés.    
Pour  la  définition  des  parasites,  on  s’en  tient  à  la  définition  traditionnelle  médicale  qui  
ne  s’intéresse  qu’aux  parasites  eucaryotes.  
Pour   ce   qui   est   de   la   classification,   nous   allons   volontairement   travailler   avec   la  
classification   classique   de   1969,   même   si   elle   est   zoologiquement   fausse   :   le   groupe  
des   protistes   ne   signifie   plus   rien   car   il   (unicellulaires   eucaryotes)   a   complètement  
explosé  depuis  20  ans.  Cependant,  apprendre  les  nouveaux  groupes  n’avance  à  rien  d’un  
point   de   vue   médical   (les   médecins   ont   d'ailleurs   également   conservé   cette   ancienne  
classification).    

Cette   classification   classique   est   constituée   de   5   groupes   homogènes   :   végétaux,  


animaux  eucaryotes,  protistes,  champignons  et  monères.  

  2  
Les  parasites  eucaryotes  sont  principalement  au  sein  des  trois  règnes  suivants:      
• le  règne  des  fungi    
• le  règne  des  protistes    
• le  règne  animal  

 
 

A. Rappel  de  taxonomie  


ECOFGE  :  Embranchement-­‐Classe-­‐Ordre-­‐Famille-­‐Genre-­‐Espèce.  

B. Le  règne  des  fungi  


Fungi  =  Eucaryotes,  hétérotrophes  avec  une  organisation  en  syncytium  la  plupart  
du  temps.  

Il  existe  5   embranchements   (=phylums)   basés  sur  le  mode  de  reproduction  sexuée  
des  champignons  :    

•  Phylum   Ascomycota    :  groupe  le  plus  important  en  terme  médical.  Exemples  :  
Teigne  =   mycose   cutanée   infectieuse.   Aspergillus  =   champignon   au   parasite   facultatif  
(opportuniste)  dont  le  site  préférentiel  est  l’appareil  respiratoire.  

•   Phylum   Basidiomycota.   Exemple  :   cryptocoque   (cryptococcus   neoformans)   =  


mycose  de  divers  organes.  

•   Phylum   des   fungi   imperfecti   ou   Deuteromycota   (champignons   dont   on   ne  


connaît   pas   la   reproduction   sexuée).   Exemples  :   Candida   =   levures   qui   peuvent   être  

  3  
pathogènes  ;  malassezia.  

•  Phylum  Mastigomycota  

•  Phylum  Zygomycota    

Seuls  les  trois  premiers  phylums  sont  importants  pour  nous  et  seront  détaillés  dans  la  
suite  de  ce  cours.  

1. Phylum  Ascomycota  (également  appelés  acomycètes)  


• Phylum  le  plus  important  médicalement.    
• Il   comporte   deux   groupes   de   champignons   très   importants   :  les  Dermatophytes  (=  
les  teignes)  et  les  Aspergillus.    
• Ils  font  des  mycéliums.  

a) Les  teignes  

• Responsables   de   mycoses   cutanées,   infectieuses,   contagieuses,   dues   à   des  


champignons  :  les   Dermatophytes.  Ces  champignons  se  développent  en  présence  
de  kératine  (peau,  poils).    
• Localisation  :  surtout  au  niveau  du  pelage  en  médecine  vétérinaire  et  au  niveau  des  
cheveux,  de  la  tête  et  des  ongles  en  médecine  humaine.  
• Trois   genres   de   teignes,   dont   deux   en   médecine   vétérinaire   :   Tricophyton   et  
Microsporum.  

           
¤  Trycophyton  ¤         ¤  Microsporum  ¤  

b) Les  Aspergillus  

• Champignons  parasites,  microscopiques,  facultatifs  et/ou  opportunistes  causant  


des  Aspergilloses,  maladies  vétérinaires  et  humaines.    
• Non   zoonotique  :   Il   n'y   a   pas   de   transmission   entre   l'homme   et   l'animal   (la  
transmission  se  fait  via  le  milieu  extérieur,  notamment  dans  les  locaux  aérés).    
• Les   aspergillus   produisent   des   spores   qui,   lorsqu'elles   sont   inhalées,   provoquent  
des   aspergilloses   pulmonaires.   Ces   champignons   sont   très   friands   des   tissus   de  
l'appareil   respiratoires   mais   il   existe   également   des   aspergilloses   tissulaires.   Ils  

  4  
sont  aussi  responsables  de  certains  cas  d'avortement  chez  la  vache.    
• Les  espèces  les  plus  sensibles  sont  les  oiseaux.  

 
¤  Aspergillus  sp.  ¤    

2. Phylum  Basidiomycota  
• On   ne   retiendra   pour   l'instant   que   les   cryptocoques   dont   Cryptococcus  
neoformans,   qui   est   une   levure   avec   une   coque   très   épaisse   (bien   visible   au  
microscope),   provoquant   des   mycoses   dans   divers   tissus   et   organes   et   des  
méningoencéphalites.    
• On   le   trouve   chez   l'animal   (pas   très   fréquent)   et   chez   l'homme.   On   les   retrouve  
surtout   en   cas   d'immunodépression   (maladies   opportunistes   notamment   avec   le  
SIDA).  

 
¤  Cryptococcus  neoformans  (coloration  à  l'encre  de  Chine)¤    

3. Phylum  des  Fungi  Imperfecti  


• Groupe   très   hétérogène,   avec   un   classement   par   formes   (morphologie)   et   couleurs  
(levures,  mycéliens  blancs  et  mycéliens  noirs).      
• Contient  les  champignons  blastomycètes  et  zygomycètes.  
• Parmi  les  blastomycètes  deux  levures  sont  très  importantes  :  
o le   genre   Candida   (deux   levures),   ce   sont   des   pathogènes  
opportunistes  responsables  de  candidoses,  surtout  chez  l'homme.    
o le   genre   Malassezia,   très   proche   du   Candida,   et   très   fréquent   en  
médecine   vétérinaire.   Il   est   la   cause   des   mycoses   tégumentaires  
(fréquentes  chez  le  chat),  prolifère  dans  les  milieux  chauds,  humides  et  

  5  
gras   notamment   dans   les   oreilles   des   animaux   (très   rarement  
pathologique,   portage   sain),   et   plus   particulièrement   chez   le   chien  
(Sharpeï  avec  nombreux  plis  de  peau).  La  mycose  devient  pathologique  
quand  elle  s'étend  à  la  peau.    
 

 
¤  Candida  sp.  ¤           ¤  Malassezia  pachydermatis  ¤    

C. Le  règne  des  protistes  


Protistes  =  Eucaryotes,  unicellulaires,  auto  ou  hétérotrophes.  

On   s'intéresse   surtout   aux   protozoaires   (paroi   non   cellulosique,   souvent   mobiles   et  


hétérotrophes).    

On  distingue  7  phylums  dont  5  qui  nous  intéressent.  Remarque  :  La  classification  des  
Protistes  est  basée  sur  les  organites  locomoteurs.  

1. Phylum  Sarcomastigophora  (anciennement  Rhizoflagellé)  


a) Classe  Mastigophora  (=flagellés)  

• Caractérisés   par   la   présence   d’organes   locomoteurs   de   type   flagelles,   ou  


pseudopodes  ou  les  deux.    
• 3  espèces  de  parasites  à  retenir  :  
ü Trypanosoma   sp.   appelé   communément   trypanosome.   C'est   un  
parasite   sanguin   extracellulaire   (se   trouve   entre   les   cellules)   transmis   par  
les  moustiques.  Le  flagelle  est  situé  à  avant  de  l'animal.  
ü Giarda   sp.  :   parasite   du   tube   digestif   causant   des   giardioses,   maladie  
zoonotique   touchant   aussi   bien   l'homme   que   l'animal   (courante   chez   les  
chiens  des  étudiants  vétérinaires  !).  Il  possède  une  sorte  de  ventouse  afin  de  
se  fixer  et  des  flagelles.  
ü Leishmania  sp.  

  6  
b) Classe  Sarcodina  (anciennement  Amiboïdes  ou  Rhizopodes)  

• Caractérisée  par  la  présence  de  pseudopodes  locomoteurs.    


• Contient  le  groupe  des  amibes.    
• Nombreuses  espèces  libres  mais  il  existe  quelques  parasites.  Elles  sont  plus  ou  moins  
pathogènes,   mais   ne   font   pas   partie   des   grands   syndromes   en   médecine   vétérinaire  
contrairement  à  la  médecine  humaine  (turista).  

Exemple   :   Entamoeba   sp,   espèce   responsable   d'amibiase   dysentérique  


humaine=diarrhée,   «   péril   fécal   »   pour   les   pays   en   voie   de   développement,   impact  
important  sur  l'économie  locale  (II  du  cours).  

 
2. Phylum  Apicomplexa  (anciennement  Sporozoaires)  
• groupe  le  plus  important  en  médecine  vétérinaire.    
• Tous  parasites.    
• Classe  importante  :  Coccidea.    
• Dépourvus   d’organes   locomoteurs   mais   caractérisés   par   un   complexe   apical   formé  
de   plusieurs   organites   caractéristiques   (microtubules,   micronèmes...)   que   l’on  
trouve   dans   au   moins   une   forme   de   développement   du   parasite,   ou   dans   toutes  
pour  certaines  (en  particulier  les  coccidies).  Ils  sont  totalement  dépourvus  d'organites  
locomoteurs  et  de  flagelles.    
• Ils  sont  tous  des  parasites  obligatoires.  
• Cycle   caractéristique   avec   plusieurs   phases   :   ·   Phase   de   mérogonie  ·   Phase   de  
gamétogonie  ·  Phase  de  sporogonie  

a) Classe  Coccidea  (coccidies  au  sens  large)  

• Tous   des   parasites   très   souvent   localisés   dans   les   cellules   épithéliales   du   tube  
digestif   ou   de   l'intestin   pendant   au   moins   une   partie   de   leur   vie.   RHX  :   Ils   sont  
parfois   sous   formes   infectieuses   qu'on   appelle   tachyzoïdes,   mérozoïdes   (mérogonie)   ou  
schyzozoïdes.  Ils  se  multiplient  très  vite  dans  une  cellule,  la  font  éclater  et  chaque  individu  
fille   va   dans   une   nouvelle   cellule   (d'où   d'importants   désordres   digestifs).   Au   bout   d'un  
certain   nombre   de   multiplications   (4   à   6),   ils   forment   des   gamontes   (macro-­‐   ou  

  7  
microgamontes)   qui   sont   à   l'origine   de   gamètes   qui   vont   donner   des   œufs   émis   dans   le  
milieu   extérieur.   Puis,   on   a   un   phénomène   de   sporulation   où   l'œuf   devient   un   ookyste  
infestant   (forme   de   résistance   car  
pourvu   d'une   paroi   épaisse)   avec  
plusieurs   formes   infestantes  
appelées   sporozoïtes   (haploïdes   car  
il  y  a  eu  méiose).  Tout  cela  sera  revu  
plus  tard.  
• Les   2   grands   types   de   coccidies   au  
sens   strict,   c'est-­‐à-­‐dire   purement  
intestinales   sont   Isospora   et  
Eimeria.    
• On   a   d'autres   coccidies   dites   extra-­‐intestinales   :   elles   ont   toujours   ce   cycle  
intestinal  chez  un  hôte,  mais  elles  font  appel  à  un  hôte  intermédiaire  (dans  lequel  les  
schyzozoïtes   se   multiplient)   où   elles   infestent   le   corps   entier.   Elles   sortent   pour   aller  
s'enkyster  lorsque  le  système  immunitaire  les  a  repérées.  L'exemple  le  plus  connu  est  
le  Toxoplasme.    

   
 
b) Classe  Haematozoea  (ou  Hématozoaires)  

• Parasites   du   sang   avec   au   moins   un   stade   endo-­‐érythrocytaire   (à   l'intérieur   des  


globules  rouges).    
• Transmis   par   des   vecteurs.   Leur   cycle   intestinal   se   passe   chez   le   vecteur   (hôte  
intermédiaire)  qui  est  généralement  un  arthropode.  
• On   a   par   exemple   Plasmodium   (agent   du   paludisme)   ou   encore   Babesia   sp.  
(responsable   de   la   pléroplasmose).  Anciennement  appelé  piroplasmose,  babésia  sp.  
est  en  forme  d’anneau.  Elle  cause  des  problèmes  majeurs  en  médecine  vétérinaire  et  

  8  
humaine  car  elle  cause  des  babésioses  chez  les  bovins,  les  chiens  et  l'homme  entre  
autres.  

 
 
les  trois  phylums  suivants  sont  très  peu  importants  (culture  générale)  

3. Phylum  Microspora  
• Parasites  obligatoires  caractérisés  par  la  production  de  spores  complexes.  
• appelés  communément  les  microsporidies.    
• Une  seule  espèce  intéressante  pour  nous  :  l'encéphalitozoone  cuniculi,  spécfique  du  
lapin.  

4. Phylum  Myxozoa  
• Parasites  formant  des  spores  multicellulaires.  
• Parasitent  des  Vertébrés  à  sang  froid  principalement.  

5. Phylum  Ciliophora  
• Appelés  également  les  Ciliés,  ils  comportent  des  cils  vibratiles  à  leur  surface  et  deux  
noyaux  (un  macronucléus  et  un  micronucléus).    
• Exemple  :  la  paramécie.    
• La  plupart  de  ces  ciliés  sont  libres  dans  les  eaux  douces,  on  en  trouve  également  en  
symbiose  dans  le  rumen  des  vaches,  très  peu  sont  des  parasites  et  ils  ne  sont  pas  
pathogènes.  

D. Le  règne  animal  
Les  êtres  qui  font  partie  du  règne  animal  ont  des  caractéristiques  particulières  :    

o Eucaryotes    
o Pluricellulaires    
o Hétérotrophes  
o Possèdent  des  cellules  à  paroi  «  souple  »,  non  cellulosique  

Nous  étudierons  trois  embranchements  dans  ce  règne  :    

ü Les  Arthropodes  (Insectes  et  Acariens).  Remarque  :  en  entomologie  médicale  on  

  9  
parle  d’arthropodes  alors  qu’en  entomologie  on  parle  d’insectes.  
ü Les  Némathelminthes  (Nématodes  principalement).  
ü Les  Plathelminthes  (Cestodes  et  Trématodes).  
 

1. Embranchement  des  Arthropodes  


Arthropodes  =  Métazoaires  pluricellulaires  à  symétrie  bilatérale  et  corps  
métamérisé.  Ils  ont  des  appendices  articulés,  un  exosquelette  dur  (qui  contient  de  
la  chitine)  et  une  croissance  discontinue  (d'où  l'existence  de  mue).  

On  ne  s'intéressera  pas  aux  arthropodes  marins  (crustacés).  

Il  y  a  deux  sous-­‐embranchements  principaux  qui  nous  intéressent  :    

• Le   sous-­‐embranchement   des   Chélicérates,   classe   des   Arachnides,   caractérisé  


par  :  
·  Absence  d'antennes  et  de  mandibules    
·  Présence  de  chélicères  (appendices  préhensifs)    
·  Respiration  aérienne  
• Le  sous  embranchement  des  Mandibulates,  classe  des  Insectes,  caractérisé  par  :    
·  Une  paire  d'antenne  et  de  mandibules    
·  Respiration  aérienne    
·  3  paires  d'appendices  locomoteurs  

Remarque   On   ne   s'intéresse   pas   aux   Aranéides   (autre   classe   des   Chélicérates),   c'est-­‐à-­‐
dire  les  araignées  (ce  ne  sont  pas  des  parasites  !).  

a) Sous   embranchement   des   Chélicérates,   classe   des   Arachnides,  


Ordre  des  Acariens.  

• Ordre   des   Acariens   caractérisé   par   leur   faible   dimension   (moins   de   1   mm   à  


l'exception  des  tiques  (sous  orde  ixodoidea)  et  d’autre  qui  sont  visibles  à  l'œil  nu).    
• Les  anglo-­‐saxon  disent  «  mite  »  mais  ne  parlent  pas  des  tiques,  ils  séparent  acariens  
et  tiques.    
• «   Abdomen   »   non   segmenté   et   généralement   fusionné   avec   le   «   céphalothorax   »  
(donne  une  forme  ronde).    
• Très  grand  groupe  dont  espèces  inconnues.  Beaucoup  d'espèces  ne  sont  pas  parasites  
et  sont  une  composante  importante  de  la  biosphère.  

Il  faut  connaître  quatre  sous-­‐ordres  dont  la  classification  repose  sur  la  respiration  et  la  
position  des  stigmates  :  

v Le   sous-­‐ordre   des   Sarcoptoïdea   :   astigmates   ou   cryptostigmates   (avec   des  


stigmates  cachés)  ou  présentent  des  cryptes  

  10  
v Le   sous-­‐ordre   des   Thrombidoïdea  :   prostigmates  c'est-­‐à-­‐dire   que   les   stigmates  
sont  «  en  avant  »  du  corps.    
v Le   sous-­‐ordre   des   Gamasoïdea   :   mésostigmates   c'est-­‐à-­‐dire   que   les   stigmates  
sont  «  au  milieu  »  du  corps.    
v Le   sous-­‐ordre   des   Ixodoïdea   (tiques)   :   métastigmates,   c'est-­‐à-­‐dire   que   les  
stigmates  sont  «  en  arrière  »  du  corps.      
 

i. Le  sous-­‐ordre  des  Sarcoptoïdea  

• Ce  sont  les  agents  de  gale.    


• Acariens  microscopiques  :  entre  200  et  500  micron.    
• Quatre  paires  de  pattes.    
• Ils  vont  dans  la  peau  (dans  la  couche  cornée  de  l'épiderme),  creusent  des  galeries  et  
pondent  des  oeufs.  

Gales   =   infections   cutanées   contagieuses.   Elles   sont   graves   puisqu'elles   peuvent   tuer  
(gales   des   poils,   gales   des   plumes).   On   distingue   les   gales   profondes   et   les   gales  
superficielles.  

Sinon  on  parle  de  pseudo-­‐gales  (cours  acarologie).    

Remarque  :  On  parle  de  sarcoptoïdea  pilicole  pour  ceux  qui  vivent  dans  les  poils,  plumicole  
pour  les  plumes.  Certains  vivent  dans  le  milieu  exterieur.  

     
 
ii. Le  sous-­‐ordre  des  Thrombidoïdea  

• Certains  vivent  à  la  surface  de  la  peau  et  entraînent  une  maladie  proche  de  la  gale,  on  
les  appelle  donc  agents   de   pseudo-­‐gales  :   cheyletiella,  psorergates,  thrombicula  
(connu   sous   le   nom   de   aoûtat,   l'adulte   a   4   paires   de   pattes   alors   que   la   larve   et   la  
nymphe  n'en  ont  que  trois.).  Ce  ne  sont  pas  des  gales.    
• D'autres  agents  appelés  agents  de  la  démodécie.  La  démodécie,  malade  cutanée,  est  
due  à  Demodex   sp.  Présentant  un  corps  très  allongé  vers  l'arrière  et  qui  vit  dans  les  
follicules  pileux.  

     
 

  11  
 
 
 
iii. Le  sous-­‐ordre  des  Gamasoïdea  

• Comporte   des   parasites,   des   non   parasite   et   des   pseudo   parasites.   Dépend   des  
pièces  buccales.  
• Une   famille   importante   dans   ce   sous   ordre   :   les   Dermanyssidés  :   ectoparasite   le  
plus   important.   Ce   sont   des   parasites   hématophage   des   espèces   aviaires   et   des  
abeilles.   On   prendra   en   exemple   Dermanyssus   gallinae   de   l'ordre   de   1   mm  
(ressemble   à   une   tique   en   petit   !)   qui   est   hématophage.   Il   pique   à   l'origine   les  
oiseaux  (poules)  mais  s'adapte  et  peut  piquer  les  Mammifères  (et  donc  l'homme  !).  

 
 

iv. Le  sous-­‐ordre  des  Ixodoïdea  

• Ce   sous-­‐ordre   renferme   les  tiques.   Il   y   a   les   tiques   dures   et   les   tiques   molles.   On   y  
retrouve   notamment   des   tiques   dures   du   genre   Ixodes   et   Dermacentor  
(ectoparasites   hématophages   des   Mammifères)   mais   aussi   des   tiques   molles   du  
genre  Argas  (chez  les  Oiseaux  ou  certains  Mammifères).  Les  tiques  molles  n'ont  pas  
de  bouclier  contrairement  aux  tiques  dures  et  son  plutôt  des  parasites  d'oiseaux.  
• Toutes  les  tiques  sont  des  ectoparasites  hématophages,    
• Vecteurs   de   pathogènes   (virus,  bactéries  ou  protozoaires)  très  graves  (comme  la  
piroplasmose,  la  maladie  de  Lyme).  C'est  le  deuxième  vecteur  de  maladie  au  monde  
et  le  premier  en  France  (devant  les  moustiques  !).  En  outre  les  populations  de  tiques  
changent  actuellement  de  biotope  à  cause  du  réchauffement  climatique.    

       
 

  12  
b) Sous  embranchement  des  Mandibulates,  Classe  des  Insectes  

Il  y  a  trois  ordres  qui  nous  intéressent  dans  la  classe  des  Insectes  :    

• L'ordre  des  Phtiraptères  (poux)  


• L'ordre  des  Siphonaptères  (puces)  
• L'ordre  des  Diptères  (mouches,  moustiques,  moucherons)    

v. Ordre  des  Diptères  

Insectes  avec  une   seule   paire   d'ailes   membraneuses,   la  deuxième  paire  est  modifiée  
et  forme  le  balancier.  Il  y  a  plusieurs  sous  ordres  :  

v Le   sous-­‐ordre   des   Nématocères   (Moucherons   et   Moustiques)  :   Corps   effilé,  


antennes  longues  constituées  de  nombreux  articles.   Deux  familles  dans  ce  sous-­‐
ordre  :    

-­‐   La   famille   des   Culicidés   (Moustiques).   Ce   sont   des   parasites   temporaires  


(uniquement   les   femelles),   hématophages,   vecteurs   de   nombreux   pathogènes,  
avec   un   corps   filiforme   et   des   pattes   assez   longues.   Il   y   a   les   3   genres   de  
moustiques  :  Aedes,  Anophèle  et  Culex.  On  lutte  activement  contre  ces  parasites  afin  
de   limiter   la   propagation   des   maladies   qu'ils   transportent.   On   peut   citer   Aedes  
albopictus  vecteur  du  virus  du  Chikungunya.  

               
-­‐   La   famille   des   Psychodidés.   C'est   par   exemple   le   phlébotome   (Phlebotomus   sp.),  
vecteur   des   protozoaires   responsables   de   la   Leishmaniose   (Leishmania   infantum,  
protozoaire  pathogène  chez  le  chien  et  chez  l'homme),  il  a  la  particularité  de  moins  
bien   voler   que   les   moustiques   de   base   dont   il   est   proche   de   par   sa   forme.   Il   y   a  
également   les   Culicoïdes,   petits   moucherons   de   taille   microscopique   dont   la   piqûre  
est  très  douloureuse  et  sont  des  vecteurs  de  virus  (Fièvre  Catarrhale  Ovine,  Dermatite  
Estivale  Récidivante  ou  DERE).  
 

  13  
 

 
v Le   sous-­‐ordre   des  Brachycères  (mouches)  :   caractérisé   par   un  corps  trapu,  des  
antennes   courtes   constituées   de   trois   articles.   Les  principaux  parasites  sont  
les  mouches  (pas  forcément  la  mouche  domestique).  En  médecine  vétérinaire,  les  
mouches   nous   intéressent   car   certaines   sont   responsables   de   maladies   par   leur  
forme   larvaire   (=asticot)   qui   ont   des   cycles   de   développement   dans   les  
Mammifères.  Il  y  a  également  les  mouches  qui  piquent  (Stomox)  et  celles  qui  ne  
piquent  pas  posent  un  problème  de  nuisance  (vaches  en  été  avec  50  mouches  sur  
la  tête  !).    
En  plus,  toutes  les  mouches,  mêmes  les  lécheuses,  interviennent  dans  des  cycles  
parasitaires   ou   la   transmission   de   pathogènes,   d'où   un   réel   problème   hygiénique  
(par  exemple,  la  mouche  qui  passe  de  la  fosse  à  purin  au  tank  à  lait,  où  des  WC  à  
notre  assiette  !).  Il  existe  différents  types  de  maladies  dues  aux  mouches  :  

-­‐  Les   myiases   sont  des  maladies  dues  à  des  larves  de  mouches,  il  y  en  a  
surtout   chez   les   animaux   mais   aussi   chez   l'homme.   Ce   sont   pour   la  
plupart  des  myiases  obligatoires  (mais  il  en  existe  des  accidentelles,  par  
exemple   des   asticots   qui   se   développent   sous   un   plâtre   à   l'hôpital   !).   Il  
existe  2  types  d'asticots  :  les  nécrophiles  qui  mangent  la  chair  morte  et  
d'autres  qui  mangent  la  chair  vivante  (ils  creusent  dans  les  tissus  !).  Les  
adultes   (1-­‐2cm)   vivent   leur   vie   en   espèce   libre   avec   une   durée   de   vie  
limitée  leur  seul  but  est  de  s'accoupler  car  elles  n’ont  pas  d’appareil  pour  
la  nutrition,  mais  les  larves  (=asticots)  sont  obligatoirement  parasites.    

Remarque  :  il  existe  une  «  asticot-­‐thérapie  »  en  médecine  humaine  pour  nettoyer  des  tissus  
qui   sont   lésés   avec   de   la   nécrose   grâce   à   des   larves   de   certaines   mouches   (sous   contrôle  
médical  !).  

Exemples  :  

-­‐  Oestrus  ovis  a  une  vie  adulte  de  15  jours,  elle  pond  des  œufs  dans  les  sinus  et  les   cavités  
nasales  des  moutons,  la  larve  possède  des  crochets  qui  grattent  et  mesure  1  à  2  cm  de  long.  
Cela   permet   à   la   mouche   de   survivre   à   l'hiver,   mais   pose   des   problèmes   aux   moutons,   on  
parle  d'oestrose  ovine.  

-­‐  Gastrophilus  sp  dont  la  larve  est  parasite  de  l'estomac  du  cheval  :  elle  est  pondue  dans  les  
poils   du   cheval   et   lorsque   celui-­‐ci   se   lèche,   il   se   retrouve   dans   l'estomac.   Elle   possède   de  
nombreux   piquants   et   si   les   larves   sont   nombreuses   dans   l'estomac   cela   peut   avoir   des  
conséquences  graves  pour  le  cheval.  

  14  
Certains   diptères   sont   devenus   des   parasites   permanents,   ce   sont   des   mouches  
incapables  de  voler.  

Exemples  :  -­‐  Le  mélophage  (Mélophagus  sp.)  est  incapable  de  voler  et  vit  dans  la  cloison  du  
mouton.    

-­‐   Hippobosca   (mouche   plate)   hématophage   ou   mouche   araignée   vit   sur   le  


cheval  et  ne  vole  que  pour  aller  sur  un  autre  cheval.  

vi. Ordre  des  Phtiraptères  (poux)  

L'ordre   des   Phtiraptères   est   caractérisé   par   une   absence   d'ailes,   un   corps   aplati  
dorso-­‐ventralement   (adaptation   parasitaire   pour   passer   entre   les   poils)   et   des  
pièces  buccales  de  type  piqueur  (hématophage)  ou  broyeur.    

Le   type   piqueur   est   plus   pathogène   que   le   type   broyeur   car   il   peut   transmettre   des  
maladies   via   le   sang.   Le   type   broyeur   dispose   de   grosses   mâchoires   et   mange   les  
squames  de  la  peau.  Les  traitements  par  voie  sanguine  ne  fonctionnent  donc  qu'avec  le  
type  piqueur.  Ce  sont  deux  groupes  zoologiques  différents.  En  revanche,  tous   les   poux  
sont  des  parasites  permanents  et  très  spécifiques.  

   
Remarques  :  -­‐  La  présence  de  poux,  que  les  hommes  peuvent  avoir  dans  leurs  cheveux,  n'a  
aucun  rapport  avec  l'hygiène.  

 -­‐  A   l'origine,   les   poux   ne   sont   pas   aptérygotes   (sans   ailes),   ils   les   ont   perdu   au  
cours  de  leur  évolution.  

vii. Ordre  des  Siphonaptères  (puces)  

Ils  n'ont  pas  d'ailes,  leur  corps  est  aplati  latéralement,  la  troisième  paire  de  pattes  
est  adaptée  au  saut  et  leurs  pièces  buccales  sont  de  type  piqueur  (les  puces  sont  
toutes  de  type  piqueur).    

Les   puces   se   nourrissent   de   sang   et   peuvent   transmettre   des   maladies  


(myxomatose   chez   le   lapin   par   exemple).   Pour   réaliser   un   traitement,   il   faut   traiter  

  15  
l'animal  ET  l'environnement  (moquettes,  tapis,  canapés...).  

On   peut   citer   en   exemple   Ctenocephalides  felis  qui   est   un   parasite   à   répartition   mondiale  
que  l'on  retrouve  fréquemment  chez  le  chat,  le  chien  et  le  lapin.  

Ce  ne  sont  pas  des   parasites   permanents   sauf   pour   les   rongeurs,   les   lapins   et   les  
carnivores  (c'est  donc  le  cas  de  Ctenocephalides  felis).  

2. Embranchement  des  Némathelminthes  


Les   Némathelminthes   sont   des   vers   à   section   circulaire.   Il   existe   2   classes   :   les  
Nématodes  et  les  Acanthocéphales  (pas  détaillés  ici  car  beaucoup  moins  développé).  

Ils  ont  un  corps  non  segmenté,  leur  tube  digestif  est  complet  et  il  ne  possède  pas  de  
trompe  épineuse.  On  distingue  2  sous-­‐classes.  

a) Classe  des  Nématodes,  Sous-­‐classe  Secernentea    

i. Ordre  des  Ascaridida  

Ils  sont  de  dimension  moyenne  à  grande,  et  leur  extrémité  antérieure  est  formée  de  3  
lèvres.   Ce   sont   des   parasites   des   mammifères   (Ascaris,   oxyures)   et   des   oiseaux  
(hétérakidés   dits   «   ascaris   des   oiseaux   »).   Par   exemple,   Ascaris   suum   est   parasite   du  
porc.   Toxocora  canis  est   parasite   de   l'intestin   grêle   du   chien.   Ces  parasites  vont  former  des  
pelotes  dans  le  tube  digestif,  d'où  un  risque  d'obstruction  :  si  les  pelotes  poussent  sur  la  paroi  du  
tube,  cela  peut  boucher  des  vaisseaux  sanguins  et  provoquer  une  nécrose  du  tissu  intestinal.  

ii. Ordre  des  Strongylida  (Strongles  au  sens  large)  

C'est  un  groupe  très  important.  Les  mâles  possèdent  des  bourses  copulatrices  et  des  
spicules   (ce   sont   des   organites   durs   et   allongés   à   la   partie   postérieure).   Ils   sont  
parasites  d'équidés,  de  carnivores  et  de  ruminants  et  se  localisent  souvent  dans  le  tube  
digestif  (mais  pas  que  !).  Il  y  a  quatre  super  familles  dans  cet  ordre  :  

Ø Les  Ankylostomatoïdea  (ankylostome  parasite  hématophage  du  chien)  


Ø Les  Strongyloïdea  (strongle  du  cheval)  
Ø Les   Trichostrongyloïdea   (strongles   digestive   des   Ruminants,   strongle  
respiratoire  :  Dictyocaulus   sp.   donnant  chez  les  Ruminants  une  bronchite  
vermineuse  

  16  
Ø Les  Metastrongyloïdea  (strongles  pulmonaires)  

   
 

iii. Ordre  des  Spirurida    


 Il  y  a  deux  super  familles  dans  cet  ordre  :  

Ø Super  famille  Spiruroïdea.  Ce  sont  des  agents  de  spiruroses  qui  sont  parasites  
dans   les   portions   antérieures   du   tube   digestif.   Les   cas   sont   moyennement  
fréquents,  mais  le  groupe  représente  un  grand  nombre  d'espèces.  
Ø Super   famille   Filarioïdea.   Ce   sont   des   agents   de   filarioses.   Leur   localisation  
dans  l'hôte  est  diverse.  Il  existe,  par  exemple,  Dirofilaria   sp.   qui  est  responsable  
de   la   dirofilariose   cardiaque   (l'adulte   se   développe   dans   le   coeur   de   l'hôte).   Ils  
nécessitent   un   vecteur   pour   se   propager   (Arthropode).   Ils   sont   importants   en  
médecine  vétérinaire  car  ils  entraînent  une  pathologie  importante  (vers  du  cœur  
dans   le   Sud   de   la   France,   en   Corse   et   aux   USA),   mais   également   en   humaine  
(filaires).  

   
 
b) Classe  des  Nématodes,  Sous-­‐classe  Adénophorea    

i. Ordre  des  Trichinellida  

On  distingue  deux  types  de  parasites  dans  cet  ordre  :    

Ø Les   trichures   (famille   des   Trichurida)    Ce   sont   des   parasites   de   la   partie  
postérieure  du  tube  digestif  des  mammifères.    
Ø Les  trichines  (famille  des  Trichinella)  Les  larves  des  trichines  sont  parasites  

  17  
du  tissu  musculaire  alors  que  les  adultes  sont  parasites  de  l'intestin  grêle.  On  
a  par  exemple  Trichinella   spiralis   et  Trichuris   vulpis   chez  le  chien.   On  peut  avoir  
contamination  chez  l'homme  en  mangeant  de  la  viande  de  cheval.  Cette  maladie  
est  très  recherchée  en  abattoir  (du  fait  qu'il  y  a  contamination  animal-­‐  homme).  

ii. Ordre  des  Rhabditida.    

La  principale  famille  de  parasites  est  celle  des  Strongyloïdidés.  Les  femelles  existent  
sous  forme  parthénogénétique  et  sont  des  parasites.  Les  mâles  et  les  femelles  libres  ne  
sont   pas   parasites.   Les   autres   membres   de   cet   ordre   ne   sont   que   des   parasites  
accidentels.  Il   existe   une   forme   parasite   obligatoire   et   libre,   mais   aussi   intermédiaire  
libre  parasite.  

iii. Ordre  des  Dioctophymatida.    

Le  dioctophyme   rénal   appartient  à  cet  ordre.  Il  est  important  par  sa  taille  :  la  femelle  
peut   mesurer   20   à   100   cm   de   long   et   5   à   12   mm   de   diamètre.   C’est   le   plus   gros   des  
nématodes.  C'est  un  parasite  du  rein  du  chien  et  de  l'homme.  Lorsqu'un  rein  est  parasité  
par   une   femelle   le   développement   du   parasite   est   tel   que   la   fonction   rénale   est   quasi  
nulle.  Il  est  rarissime,  c'est  le  plus  long  Nématode  connu  (20  à  100  cm  de  long).  

3. Embranchement  des  Plathelminthes  


Ce  sont  des  vers  plats,  tous  parasites  OBLIGATOIRES,  ils  n'ont  pas  de  coelome.  On  
distingue  deux  classes  :    

• Les   Cestodes   :   vers   plats   segmentés   à   l'âge   adulte   (ex  :  ténia).     de   tube   digestif,  
ténias  au  sens  large  
• Les   Trématodes  :   vers   plats   non   segmentés   à   l'âge   adulte   qui   ont   en   général   des  
ventouses  (ex  :  Douve).  

   

  18  
a) Classe  des  Cestodes  

Ce   sont   des   vers   plats,   hermaphrodites,   segmentés   à   l'état   adulte,   que   l’on  
rencontre   dans   l’intestin   grêle.   Ils   n'ont   pas   de   tube   digestif   (l'hôte   'digère   pour  
eux').   En   général   l'adulte   est   parasite   de   l'hôte   vertébré,   les   larves   sont   parasites   à  
localité   variable.   Le   plus   souvent,   la   larve   vit   dans   la   proie   du   futur   hôte   définitif   de  
l'adulte.  Ce  sont  les  «   ténias   au   sens   large  ».  Le  cycle  est  à  un  ou  deux  stades  larvaires  et  
celui-­‐ci  est  au  moins  dixène  voire  trixène.  On  distingue  deux  ordres  :    

i. Ordre  des  Pseudophyllidea  

Ils   possèdent   un   scolex   (extrémité   antérieure,   «  tête  »)   avec   deux   fentes  
longitudinales   et   n'ont   pas   de   ventouses.   On   considère   que   la   partie   antérieure   ou   «  
tête  »  est  la  partie  renflée.  Peu  de  ces  parasites  nous  intéressent.  

ii. Ordre  des  Cyclophyllidea  

Le   scolex   possède   un   rostre   muni   de   crochets   et   de   quatre   ventouses.   Citons  


comme  exemples  :  

-­‐   Dipylidium   caninum   cestode   du  


chien.   (Hôte   intermédiaire   :   puce,  
hôte  définitif  :  chien)  

-­‐   Anoplocephala   perfoliata   (Cestode  


d‘autres   espèces),   beaucoup   plus  
court  que  le  précédent.  

 
 
 
 
 
Remarque  importante  :  Les  ténias  au  
sens  strict  font  partie  de  la  famille  des  
Tanéiidés.  Ils  sont  responsables  chez  
l'adulte   de   téniasis,   chez   l'Homme   on  
parlera   de   Ver   solitaire   et   parfois   les   larves   sont   pathogènes   et   provoquent   des   maladies  
comme  l'échinococcose  transmise  par  le  chien  ou  la  cysticercose.  Les  larves  de  ces  tænias  
vivent  chez  les  herbivores,  les  rongeurs  ou  bien  l'homme.  

b) Classe  des  Trématodes  (groupe  complexe)  

Ce   sont   des   vers   plats,   non   segmentés   et   hermaphrodites   (sauf   exceptions   dont   le  
schistosome).   Un   tube   digestif   est   présent   mais   incomplet.   Cette   classe   est   très  

  19  
complexe.  Elle  est  simplifiée  dans  le  cadre  de  l'enseignement  vétérinaire.  Un  seul  ordre  
est   étudié   car   lui   seul   nous   intéresse:   l'ordre   des   Distomes.   Peu   d’individus   qui   nous  
intéresse  mais  il  y  a  la  grand  douve  du  foi.  

L'ordre  des  Distomes  est  caractérisé  par  la  présence  de  2  ventouses  (une  antérieure  et  
une  ventrale).  Le  stade  larvaire  se  passe  toujours  chez  un  Mollusque  gastéropode,  les  
adultes  ont  une  localisation  variée.  

Schistosome   avec   sexe   séparé   et   responsable   d’une   endémie   parasitaire   humaine  


importante  dans  le  monde.  

Fasciola  hepatica  (Grande  Douve  du  foie)  fait  partie  de  cet  ordre  des  Distomes,  de  même  
que  Dicrocoelium  lanceolatum  (Petite  Douve  du  foie).  

   
Remarques  :  

-­‐   La   petite   douve   est   hébergée   dans   un   mollusque   terrestre,   la   grande   douve   dans   un  
mollusque  aquatique.  

-­‐  paraphystome  =  douve  de  l'estomac  

II. Importance  en  médecine  humaine  


On   distingue   l'importance   dans   le   domaine   de   la   santé   publique   (notamment   dans  
l'industrie  -­‐>  business)  mais  aussi  l'importance  économique.  Nous  allons  donner  un  bref  
aperçu   des   principales   endémies   parasitaires   mondiales   (ayant   également   un   impact  
économique).  Elles  touchent  surtout  les  pays  en  voie  de  développement.    

Elles   représentent   un   frein   au   développement,   surtout   dans   les   pays   en   voie   de  


développement   (il   faut   imaginer   ce   que   peuvent   représenter   les   frais   médicaux  
entraînés  par  ces  maladies  dans  de  tels  pays,  où  parfois  20%  de  la  population  est  malade  
...)  

  20  
Quelques  définitions  avant  de  commencer  :  (RHX)  

·  Endémie  :  maladie  présente  habituellement  dans  une  zone  donnée.  

·   Epidémie   :   augmentation   rapide   de   l'incidence   d'une   maladie   en   un   lieu   donné   à   un   moment  


donné,  sans  forcément  comporter  une  notion  de  contagiosité.  

·   Pandémie   :   épidémie   qui   s'étend   à   la   quasi-­‐totalité   d'une   population   d'un   ou   de   plusieurs  


continents,  voire  dans  certains  cas  de  la  planète.  

A. Le  paludisme  
Le   paludisme   est   la   première   maladie   au   monde   causant   le   plus   de   mortalité   chez   les  
humains,   toutes   catégories   de   pathogènes   confondues.   90   pays   sont   touchés,   soit   50%  
de   la   population   mondiale   exposée,   particulièrement   dans   les   régions   subsaharienne.   La  
zone  d'extension  concerne  les  pays  en  voie  de  développement  (Brésil,  grande  partie  de  
l'Afrique,   et   tous   les   pays   asiatiques).   Ceci   à   un   impact   sur   l'industrie   pharmaceutique  
dans  les  pays  du  Sud  car  ont  peu  d'argent  (donc  pas  de  recherche).  

• 2,4   milliards   de   personnes   exposées.   250   millions   de   personnes   infectées   en  


2008.  

• Plus   d'1   millions   de   morts/an,   en   particulier   les   enfants   de   moins   de   5   ans   (1  


mort  toutes  les  45  sec).    

• Coût   :   2   milliards   $/an   rien   que   pour   l'Afrique   (3   lits   sur   10   occupés   par   un  
malade   du   paludisme).   Peut   entrainer   une   baisse   d'1,3%   du   PIB   par   pays   touché.  
30%   des   ressources   du   pays   sont   consacré   au   paludisme.   EN   1997   2   milliards   de  
dollars   pour   l’Afrique.   C’est   un   frein   au   développement   d’un   pays   qui   a   besoin   de  
toutes  ses  ressources  pour  se  développer.  

• Quatre   espèces   de   Plasmodium   (protozoaire   transmis   par   moustique)   le  


transmettant   :  Plasmodium  vivax    -­‐  Plasmodium  falciparum  -­‐  Plasmodium  ovale  -­‐  
malariae  via  les  Moustiques  (Aedes)    

• Les  symptômes  :  fièvres,  douleurs,  coma,  anémie  et  vomissements.      

Remarque  :   Le   paludisme   a   existé   en   France   mais   a   été   irradié   par   asséchement   de  


points  d’eau.  

B. Schistosomiase  (Bilharziose)      
2ème  maladies  parasitaires  mondiales  en  terme  de  décès  :  

-­‐ 700  millions  personnes  exposées.  


-­‐ 200   millions   atteintes,   dont   20   millions   sévèrement   et   120   millions   de   façon  

  21  
 asymptomatique.  
-­‐ 200  000  morts/an.  
• De   nouveau   localisée   dans   les   régions   intertropicales   et   spécialement    en   Afrique  
(mais  moins  répandu  que  le  paludisme).    
• Causées   par   des   vers   plats  :   schistosoma   sp.   (Shistosome)(Trématode   ressemblant   à  
une   douve,    pas   hermaphrodite,   le   mâle   et   la   femelle   sont   en   accouplement  
permanent).  7  espèces  parasitent  l’homme  dont  3  très  importants  :  
§ S  mansoni  (Afrique,  Amérique  du  Sud,  Europe  méditerranéenne).  
§ S.   haematobium   (Afrique,   Europe   méditerranéenne)   qui   touche  
surtout  l'homme.  
§ S.   japonicum   (Asie,   Extrême   Orient)   qui   touche   surtout   animaux  
d'élevage  Les  métacercaires  entrent  dans  la  peau.    
• C'est   une   maladie   liée   à   l'eau.  Les   œufs   sont   éliminés   par   les   selles   ou   les   urines   et  
l'homme  s'infeste  au  contact  de  l'eau  l’homme  s’infecte  au  contact  de  l’eau.    

Remarque  :  au  Sénégal,  construction  d'un  barrage  qui  a  provoqué  une  montée  en  flèche  du  
nombre  de  cas  de  Schistosomiase.  

C. Onchocercose,  ou  cécité  des  rivières  


• Répandue  en  Afrique  Occidentale  et  a  été  importé  par  l’homme  en  Amérique  Centrale  
via  les  bateaux.    
• Localement   à   100%   près   des   rivières.   La   prévalence   taux   de   personnes   positives)  
peut  atteindre  100%  car  le  parasite  est  friand  des  bocages  et  des  points  d'eau  (qui  ont  
une  grande  importance  en  Afrique)  !  
 
-­‐ 120  millions  de  personnes  sont  exposées  (dont  90%  en  Afrique)    
-­‐ 18  millions  sont  infectées  :  6,5  avec  dermatose  et  270  000  aveugles.  
 
• L'infestation  se  fait  via  une  mouche  :  Simulium  damnosum.    
• Le   parasite,   Onchocerca  volvulus  (Filaire,   Nématode),   peut   vivre   jusqu'à   15   ans   chez  
l'homme   !   Logé   sous   la   peau   dans   des   nodules,   il   entraîne   des   dermatoses   et   des  
lésions  de  l'oeil  allant  jusqu'à  la  cécité.  
• La  pathologie  la  plus  grave  est  l’atteinte  oculaire,  qui  en  une  1àaine  d’année  abouti  à  
une  cécité.  

Remarque  :   En   afrique   lutter   contre   les   moustiques   est   primordial   car   ils   transmettent   de   très   graves  
maladies.  

D. Maladie  de  Chagas  


• En  Amérique  du  Sud  et  centrale.    
• Le  parasite  est  Trypanosoma  cruzi  (Protozoaire  sanguin,  Flagellé).    
• Elle  est  vectorisée   par   une   punaise   (via  la  crotte  qu'elle  émet  dans  le  sang  après  son  

  22  
repas  de  sang)  ou  par  transfusion  sanguine.    
 
-­‐ 45  000  morts  par  an  du  fait  de  complications  cardiaques    
-­‐ 16  à  18  millions  d'infectés    
-­‐ 100  millions  de  personnes  exposées  (soit  25%  de  la  population  des  zones  à  risques)  

E. Maladie  du  sommeil  


• En  Afrique  sub-­‐saharienne.    
• Elle  est  transmise  par  la  mouche  tsé-­‐tsé  (ou  glossine).    
• Le   parasite   est   Trypanosoma   brucei,   il   se   multiplie   dans   le   sang   et   migre   jusqu'au  
système  nerveux  central  (désordre  neurologique  irréversible).  Il  vit  dans  les  régions  
arborées,  près  des  rivières.    

-­‐  60  millions  de  personnes  exposées    

-­‐  Estimation  de  300  à  500  000  infectées  (45  000  déclarés)    

• ortalité  de  100%  en  cas  de  non  traitement.  


• Symptômes  :  fièvres,  ganglions.  

F. Leishmaniose  
On  la  trouve  dans  la  zone  tropicale  de  88  pays.  Elle  présente  3  formes  cliniques  :    

·  Leishmaniose  cutanée,  ou  de  l'Ancien  monde  (=africaine)  qui  peut  guérir.  Evolution  
vers  la  guérison  mais  cicatrice,  complications  possibles.  

·   Leishmaniose  viscérale  ou  Kala-­‐Azar  :   sans   traitement,   100%   de   morts   par   fièvre   et  
anémie.  

·  Leishmaniose  cutanéo-­‐muqueuse  ou  du  Nouveau  monde  (=en  Amérique  du  Sud)  :  
mortalité  de  10%  chez  les  jeunes  adultes.  

• Le  parasite  est  Leishmania  infantum  dont  le  principal  réservoir  est  le  chien.    
• Il   y   a   eu   des   cas   récemment   au   Sud   de   Lyon,   le   vecteur   du   parasite   étant   les  
Phlébotomes.    
• Ce   parasite   est   très   important   du   point   de   vue   du   traitement,   il   ne   faut   pas  
donner  de  médicaments  humains  afin  d'éviter  le  développement  de  résistance.  

-­‐  360  millions  de  personnes  exposées,  et  l'incidence  des  cas  est  en  hausse  (phénomène  
expliqué  par  une  co-­‐infection  avec  le  HIV).  

Remarque   importante   :   depuis   quelques   années,   on   a   des   co-­‐infections   HIV-­‐Leishmania  


(cas  en  France,  Espagne,  Italie,  Maroc,  Inde,  Brésil,  Grèce...).  Le  HIV  diminuant  l'immunité,  

  23  
en  s'attaquant  aux  lymphocytes  T4,  la  Leishmania,  étant  intracellulaire,  a  le  champ  libre  
pour  parasiter.  

G. Parasites  intestinaux.  
Ceux-­‐ci  sont  beaucoup  plus  anodins,  on  peut  en  citer  quelques  uns.  

• Des  Nématodes  :    
-­‐ Ascaris  lumbricoïdes  (60  000  morts/an  quand  même),  
-­‐ Trichuris  trichuria  
-­‐ Ankylostomes  (Hématophages)  (65  000  morts/an)  
 
• Des  Protozoaires  :    
-­‐ Entomoeba   histolitica,   est   une   amibe   responsable   (entre   autres)   de   la   tourista   (48  
millions  de  malades  graves  et  70  000  morts/an).  
-­‐ Giardia  Intestinalis,   responsable   de   la   gardiose   transmis   par   les   fèces.   Commun   aux  
USA   et   Royaume-­‐Uni.   On   a   souvent   des   infections   multiples   favorisées   par   de  
mauvaises   conditions   d'hygiène   (on   parle   du   «   péril   fécal   »  :   en   France   on   a   un   aspect  
sanitaire   développé   qui   défavorise   l’apparition   de   cette   maladie).   Maladie   du   chien,  
des  bovins  et  de  l'homme.  

• Helminthes  :  Taenia  saginata,  ténia  solium,  fasciola  hepatica  pas  gravissime  

H. HIV  et  parasites    


Le   HIV   fait   baisser   le   taux   de   LT   CD4   (provoquant   des   encéphalite   toxoplasmique  
mortelle)   ce   qui   favorise   les   infections   opportunistes,   par   Pneumocystis   carinii   et  
Toxoplasma   gondii   et   cryptosporidium   (1990   :   70%   des   français   séropositifs,   en   ont  
formant   des   kystes   dans   le   cerveau   ce   qui   présente   un   avantage   dans   la   vaccination  
naturelle  chez  une  femme  enceinte  et  50%  de  nos  jours  de  nos  jours)  par  exemple.  La  toxo  
était  la  première  cause  de  mortalité  (et  pas  le  sida)  

I. Zoonoses  parasitaires  
Des  parasitoses  sont  communes  à  l'homme  et  aux  animaux,  le  rôle  du  vétérinaire  
est  de  dépister  ces  maladies  :  
 
Zoonoses   :   maladie   transmissible   de   l'animal   à   l'homme   dans   la   plupart   des   cas,  
mais  aussi  de  l'homme  à  l'animal  :  

Exemples  :  

Toxoplasmose  (ne  tue  pas  beaucoup,  seulement  4%  aux  USA  par  exemple,  mais  20  à  
50   %   de   la   population   mondiale).   Son   origine   est   la   viande   porcine,   bovine,   ovine  

  24  
crue.  Taenia  pas  gravissime  mais  touche  bcp  de  monde.  

Teniasis   à   tenia   solium   (2.5   million   de   cas   par   an   dû   à   la   viande   de   porc)   et  


cysticercose    

Teniasis  à  tenia  siginata  (100  000  à  500  000  cas  par  an  en  France  dû  à  la  viande  
bovine).    

Hydatidose  =  larve  d'Echinoccocus  granulosus  (300  cas  par  an  en  France  avec  une  
augmentation  récente  dans  la  région  de  Besançon).      

Bilan  :    
-­‐  on  retrouve  surtout  des  endémies  dans  les  pays  en  voie  de  développement    

-­‐  souvent,  elles  sont  liées  à  des  infections  multiples    

-­‐   favorisées   par   de   mauvaises   conditions   d'hygiène   (et   surtout   par   transmission  
orale).  Ex  :  dans  élevage  fermier,  les  cochons  vivaient  à  proximité  des  maisons.      

III. Importance  en  médecine  vétérinaire    


 On   a   tendance   à   séparer   la   médecine   animale   de   rente   (qui   soulève   un   composant  
économique  :  troupeau  plus  cher  à  soigner  qu'un  seul  chien)  et  animal  de  loisir.      

A. Importance  médicale      
Le   vétérinaire   soigne   pour   que   les   animaux   soient   en   bonne   santé   mais   également  
pour  que  ce  soit  bénéfique  à  l’éleveur  et  que  ces  animaux  lui  rapportent  des  sous.  

PB  éthique  :  jusqu’ou  peut  on  aller  en  médecine  vétérinaire  ?    

• Les  animaux  de  rente  sont  particulièrement  concernés  du  fait  de  leur  importance  
économique   ainsi   que   de   la   fréquence   et   de   la   gravité   de   leurs   parasitoses  
(babésiose,   ostertagiose,   fasciolose   bovine,   Trichostrongylose   (nématode)   de  
l'agneau...)      
• Chez  les  animaux  de  loisir  on  peut  citer  3  exemples  de  parasitoses  importantes  :      
o les  babésioses  (canine  ou  équine)  =  pyroplasmose,  
o La  leishmaniose  canine,  
o La  dirofilariose   canine    Dans  tous  les  cas  c'est   aussi   la   santé   du   propriétaire  
qui  est  en  jeu.    

B. Importance  économique  

  25  
• La  douve  chez  les  bovins  :  les  bovins  ne  semblent  pas  malades  mais  font  chuter  les  
productions  =>  on  ne  guérit  pas  pour  la  santé  mais  pour  la  production.    
• Un   cheval   atteint   de   piroplasmose   peut   être   interdit   de   faire   des   concours   à  
certains  endroits,  ce  qui  peut  être  lourd  pour  le  propriétaire.    

!!   Il   est   impossible   de   se   débarrasser   complètement   des   parasites,   c'est   une  


constante  des  élevages  :  on  définit  donc  un  «   parasitisme   tolérable   »   permettant  
d'augmenter  l'immunité  de  l'animal  tout  en  limitant  les  pertes  économiques.  !!  

Le   parasitisme   peut   avoir   des   conséquences   majeures   sur   le   bétail   (décimation   des  
troupeaux,...).  

Exemples  :    

·   Hypodermose   (asticots   d'une   mouche   qui   font   des   nodules   sous   la   peau,   éradiquée   en  
France),  

 ·  Fasciolose  (si  chronique,  on  a  une  diminution  de  la  production  de  lait  et  de  la  qualité  du  
lait  =>  parasite  peu  visible,  mais  qui  joue  sur  la  production  des  animaux  de  rente),  

·  Ostertagiose.  

Le  parasitisme  est  également  important  en  élevage  d'animaux  de  compagnies  (chiens  
et  chevaux),  ces  derniers  étant  en  plus  susceptibles  de  voyager  et  de  répandre  la  maladie  
(gerbiose   dans   les   élevages   de   chien   par   exemple).   Cela   pose   des   problèmes   aux  
frontières.   Cependant,   la  notion  économique  est  nettement  moins  prise  en  compte  par  
rapport  aux  animaux  de  rente.    

L'importance  économique  peut  aussi  être  notée  dans  d'autres  secteurs  :  

ü Cultures   végétales   :   certains   Nématodes   peuvent   causer   d'importants   dégâts  


(trypanosomes   des   palmiers   et   du   caféier,   nématodes   des   cultures,   acarien   et  
insectes  détruisent  les  stocks  [mais  reste  limité]  ...),  
ü Aquaculture   (conchyliculture,   pisciculture)   o   apiculture   :   Nosema   apis,   Vanoa  
jacobsoni  
ü Apiculture  :  nosema  apis,  varroa  jacobsoni,  
ü Sériculture  (=élevage  des  vers  à  soie)  :  Nosema  bombycis.    

  26  
RECAPITULATIF    
Règne  des  Fungi  

o Embranchement  des  Mastigomycota    


• Genre  des  Dermatophytes  (=teignes)  
v Espèce  Tricophyton    
v Espèce  Microsporum    
• Genre  des  Apergillus      
o Embranchement  des  Basidiomycota    
v Espèce  Cryptococcus  neoformans  
o Embranchement  des  Fungi  imperfecti  ou  Deuteromycota    
• Genre  des  Candida  
• Genre  des  Malassezia    

Règne  des  Protistes  

o Embranchement  des  Sarcomastigophora    


• Classe  des  Mastigophora  (=Flagellés)  
v Espèce  Trypanosoma    
v Espèce  Giardia    
v Espèce  Leishmania      

• Classe  des  Sarcodina    


v Espèce  Entamoeba    
o Embranchement  des  Apicomplexa  
• Classe  des  Coccidea  
v Espèce  Isospora    
v Espèce  Eimeria    
v Espèce  Cryptosporidium    
• Classe  des  Haematozoae    
v Espèce  Plasmodium    
v Espèce  Babesia  (Piroplasma)    
o Embranchement  des  Microspora    
v Espèce  Encephalitosoon    
o Embranchement  des  Myxozoa  
o Embranchement  des  Ciliophora  

Règne  animal  

o Embranchement  des  Arthropodes    


ü Sous-­‐embranchement  des  Chélicérates  
• Classe  des  Arachnides  
Ø Ordre  des  Acariens  
§ Sous-­‐ordre  des  Sarcoptoïdea  (=  agents  de  gale)  
v Espèce  Sarcoptes  
§ Sous-­‐ordre  des  Thrombidoïdea  (=  agents  de  pseudo  gales  ou  de  démodécie)  
v Espèce  Demodex    
v Espèce  Thrombicula    (=  Aoûtat)  
§ Sous-­‐ordre  des  Gamasoïdea    

  27  
Famille  des  Dermanyssidés    
v Espèce  Dermanyssus  gallinae  
§ Sous-­‐ordre  des  Ixodoïdea  (=  tiques)  
• Genre  Ixodes  
• Genre  Dermacentor  
• Genre  Argas  
ü Sous-­‐embranchement  des  Mandibulates  
• Classe  des  Insectes  
Ø Ordre  des  Diptères  
§ Sous-­‐ordre  des  Nématocères  
Famille  des  Culicidés  (=  moustiques)  
v Espèce  Aedes    
v Espèce  Anofel  
v Espèce  Culex  
Famille  des  Psychodidés    
v Espèce  Phlébotomus    
v Espèce  Culicoïdes  
§ Sous-­‐ordre  des  Brachycères    
v Espèce  Oestrus    
v Espèce  Gastrophilus    
Ø Ordre  des  Phtiraptères  (=  poux)      
Ø Ordre  des  Siphonaptères  (=  puces)  
o Embranchement  des  Plathelminthes      
• Classe  des  Céstodes  
Ø Ordre  des  Pseudophyllidea      
Ø Ordre  des  Cyclophyllidea    
• Classe  des  Trématodes      
Ø Ordre  des  Distomes    
v Espèce  Fasciola      
o Embranchement  des  Némathelminthes    
• Classe  des  Nématodes      
o Sous-­‐classe  des  Secernentea    
Ø Ordre  des  Ascaridida  
Ø Ordre  des    Rhabditida    
Famille  des  Strongyloïdidés    
Ø Ordre  des  Strongylida    
Ø Super-­‐famille  des  Ankylostomatoïdea      
Ø Super-­‐famille  des  Strongyloïdea  S  
Ø Super-­‐famille  des  Trichostrongyloïdea    
Ø Super-­‐famille  des  Metastrongyloïdea      
Ø Ordre  des  Spirurida  *    
Ø Super-­‐famille  des  Spiruroïdea    *    
Ø Super-­‐famille  des  Filarioïdea    
o Sous-­‐classe  des  Adenophorea      
Ø Ordre  des  Trichinellida    
Famille  des  Trichurida  (=  trichures)    
Famille  des  Trichinella  (=  trichines)  
Ø Ordre  des  Dioctophymatida  
v Espèce  Dioctophyme  rénal  

  28  
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


               
                                 

CM  8  Adaptations  parasitaires  
I.   ADAPTATIONS  MORPHOLOGIQUES.  ..................................................................................................................................  3  
A.   LA  TAILLE.  .........................................................................................................................................................................................................  3  
1.   Par  rapport  à  l'hôte.  ....................................................................................................................................................................................  3  
2.   Par  rapport  aux  espèces  libres.  ..............................................................................................................................................................  3  
3.   En  fonction  du  sexe.  .....................................................................................................................................................................................  3  
B.   LA  FORME  ..........................................................................................................................................................................................................  3  
a)   Forme  des  ectoparasites  ................................................................................................................................................................................................................  4  
b)   Forme  des  mésoparasites  .............................................................................................................................................................................................................  4  
c)   Forme  des  endoparasites  :  ............................................................................................................................................................................................................  4  
C.   ORGANES  D'ATTACHEMENT.  ..........................................................................................................................................................................  5  
1.   Les  rhizoïdes.  ..................................................................................................................................................................................................  5  
2.   Les  flagelles  modifiés.  .................................................................................................................................................................................  5  
3.   Les  ventouses.  .................................................................................................................................................................................................  5  
4.   Le  mucus  et  les  sécrétions  adhésives.  ...................................................................................................................................................  6  
5.   Les  appendices  modifiés.  ...........................................................................................................................................................................  6  
6.   Les  crochets  et  les  épines.  ..........................................................................................................................................................................  6  
7.   L'enfoncement.  ...............................................................................................................................................................................................  7  

II.   ADAPTATIONS  ANATOMIQUES.  .........................................................................................................................................  7  


A.   SYSTEME  DIGESTIF.  ..........................................................................................................................................................................................  7  
1.   Augmentation  du  volume  intestinal  et  de  la  surface  d'échange.  .............................................................................................  8  
2.    Réduction  =>  disparition  du  système  digestif.  ................................................................................................................................  8  
3.   Cas  des  parasites  hématophages.  ..........................................................................................................................................................  8  
B.   SYSTEME  REPRODUCTEUR.  .............................................................................................................................................................................  9  
1.   Rapprochement  des  partenaires  sexuels.  ...........................................................................................................................................  9  
2.   Multiplication  asexuée.  ..............................................................................................................................................................................  9  
3.   Polyembryonie.  (anecdotique)  ................................................................................................................................................................  9  

III.   ADAPTATIONS  BIOLOGIQUES  :  CYCLES  EVOLUTIFS.  ...............................................................................................  10  


A.   INTRODUCTION,  DEFINITIONS.  ...................................................................................................................................................................  10  
B.   NOTION  DE  NICHE  ECOLOGIQUE  D'UN  PARASITE.  ....................................................................................................................................  10  
C.   NOTION  DE  SEQUENCE  D'HOTE  :  DIFFERENTS  TYPES  DE  CYCLES.  .........................................................................................................  13  
D.   TENDANCES  GENERALES  DES  CYCLES.  .......................................................................................................................................................  14  

  1  
1.   Pour  les  ectoparasites.  .............................................................................................................................................................................  14  
2.   Pour  les  mésoparasites.  ...........................................................................................................................................................................  15  
a)   Cas  des  protozoaires  ....................................................................................................................................................................................................................  15  
b)   Cas  des  métazoaires  (helminthes,  taenias,  ascaris)  .......................................................................................................................................................  16  
3.   Pour  les  endoparasites.  ............................................................................................................................................................................  18  
4.   Récapitulatif  .................................................................................................................................................................................................  19  
E.   DISTRIBUTION  DES  PARASITES  DANS  LES  HOTES.  ...................................................................................................................................  19  
1.   Niveau  «  espèce  »  ........................................................................................................................................................................................  19  
2.   Niveau  «  population  ».  ..............................................................................................................................................................................  20  
3.   Niveau  «  individu  ».  ....................................................................................................................................................................................  21  
4.   Origine  des  distributions  agrégées  .....................................................................................................................................................  21  
5.   Conséquences  des  distributions  agrégées  :  ......................................................................................................................................  21  
 

«  Le  parasite  n'est  pas  un  être  anormal,  ni  exceptionnel,  c'est  un  spécialiste.  »  Baer  

Quelles   sont   les   adaptations   des   parasites   à   la   vie   parasitaire   ?   Quelles   sont   les   conséquences   de   la   vie  
parasitaire  ?  

  2  
I.  ADAPTATIONS  MORPHOLOGIQUES.  
A. LA  TAILLE.  
1.  Par  rapport  à  l'hôte.  
De  façon  générale,  les  parasites  sont  beaucoup  plus  petits  que  leur  hôte.  On  peut  dire  que  
proportionnellement,  les  plus  gros  hôtes  ont  les  plus  gros  parasites.  
Exemple  :  la  grande  douve  du  foie  et  la  vache.  

2. Par  rapport  aux  espèces  libres.  


Dans  un  groupe  taxinomique,  les  parasites  seront  plus  gros  que  les  individus  libres  du  même  groupe.    

Exemples  :  
 -­‐  Les  tiques  (1cm  lorsqu'elles  sont  gorgées  de  sang)  sont  beaucoup  plus  grosses  que  les  acariens  de  poussière  
(quelques  centaines  de  microns)  alors  qu'ils  font  partie  du  même  groupe  taxinomique.  
-­‐  Les  nématodes  libres  vivant  dans  le  sol  ou  l'herbe  sont  des  vers  ronds  beaucoup  plus  petits  que  leurs  «  
cousins  »  parasites,  comme  l'ascaris  qui  peut  atteindre  30cm.  

3. En  fonction  du  sexe.  


Souvent, les femelles sont plus grosses que les mâles (ce n'est pas systématique). Ceci est dû au développement
des gonades (utérus et ovaires) et permet au parasite de pondre des milliers d'œufs à la fois  

B. LA  FORME  
Le  parasite  aura  une  forme  différente  en  fonction  de  sa  localisation  chez  l'hôte.  
On  distingue  trois  classes  de  parasites  :
  
-­‐    Les  ectoparasites  comme  la  tique  qui  vivent  sur  l'hôte  
-­‐  Les  mésoparasites  comme  le  Taenia  qui  vivent  dans  des  cavités  ou  des  organes  ayant  une  ouverture  
vers  le  milieu  extérieur  (comme  la  vessie,  les  poumons,  le  tube  digestif...)
  
-­‐   Les   endoparasites   comme   les   toxoplasmes   qui   vivent   dans   les   tissus   :   leur   entrée   nécessite   une  
effraction  de  la  barrière  cutanée  

  3  
 
Ces   trois   classes   ne   sont   pas   clairement   définies   car   certains   parasites   peuvent   être   des   endoparasites,  
puis   des   mésoparasites   au   cours   de   leur   cycle   de   développement.   De   façon   générale,   la   forme   des  
parasites  sera  adaptée  à  leur  localisation  :  

a) Forme  des  ectoparasites    


-­‐  Aplatis  dorso-­‐ventralement  ou  latéro-­‐latéralement
  
-­‐  L'allongement  se  fait  plus  ou  moins  dans  le  sens  d'un  «  aérodynamisme  »  
Exemples  :
  
-­‐  Les  ectoparasites  aquatiques  s'accrochent  aux  écailles  d'un  poisson  de  façon  à  être  dans  le  sens  du  courant.  
-­‐  En  milieu  aérien,  on  peut  citer  la  puce  du  chien  et  du  chat  qui  est  aplatie  latéro-­‐latéralement.  
-­‐  Le  pou  de  l'homme  est  aplati  dorso-­‐ventralement.  

b) Forme  des  mésoparasites  


-­‐  Corps  aplati  ou  circulaire  
-­‐  Souvent  l'allongement  est  important.  Il  est  fonction  du  milieu  de  vie  :  tube  digestif,  poumons  ou  vessie  
(les  parasites  seront  plutôt  entortillés  dans  la  vessie  car  il  y  a  moins  d'espace)  
Exemples  :
-­‐  le  taenia  vit  dans  l'intestin,  c'est  un  vers  plat  et  long  qui  peut  atteindre  plusieurs  mètres.  
-­‐  les  Nématodes  et  cestodes  de  l'homme  

c) Forme  des  endoparasites  :  


Ils  se  trouvent  principalement  dans  le  foie  ou  le  muscle.  
-­‐  Corps  globuleux
  
-­‐  Ou  enroulé  sur  lui-­‐même  =  parasites  tissulaires  
-­‐  Parfois  corps  allongé  =  parasites  des  vaisseaux  sanguins  

Exemples   :  
Il   existe   3   formes   larvaires   de   cestodes   selon   leur   localisation   dans   l'hôte   intermédiaire  
-­‐   Globuleux   dans   le   cerveau   ou   entre   les   fibres   musculaires  
-­‐              Sous  forme  de  kystes  hydatiques  dans  le  foie
-­‐  les  larves  de  trichine  sont  entortillées,  on  les  rencontre  
dans   les   muscles   du   Porc
-­‐   des   vers   (Dirofilaria   immitis)   peuvent   se   loger   dans   les   cavités   cardiaques   des  
chiens  et  mesurer  jusqu'à  une  vingtaine  de  cm.  

  4  
C. ORGANES  D'ATTACHEMENT.  
Ils   sont   utiles   aux   parasites   pour   éviter   de   se   détacher   de   l’hôte   lorsqu’il   se   gratte   ou   lors   du   transit  
intestinal.  

1. Les  rhizoïdes.  
Anecdotique,   ils   permettent   par   exemple   à  
Amyloodinium  ocellatum  de  se  fixer  sur  les  branchies  des  
poissons.   Cas   des   protozoaires.   C'est   un   organe   qui  
s'insémine  dans  les  tissus  de  l'hôte.  

 
 
 

2. Les  flagelles  modifiés.  


 On   trouve   ce   genre   d'organes   sur   Leishmania   sp.,  
responsable  de  la  leishmaniose  :  ils  lui  permettent  de  
se  fixer  sur  les  cellules  de  l'hôte  à  l'aide  d'une  sorte  
de  ventouse  à  l'extrémité  du  flagelle.  

Là   aussi,   les   flagelles   modifiés   se   rencontrent  


rarement.  

 
 

3.  Les  ventouses.  
Ce  système  de  fixation  est  beaucoup  plus  répandu  que  les  deux  précédents.  

Exemples  :  La  sangsue  n'est  pas  très  importante  pour  notre  cours  de  parasitologie,  on  ne  la  rencontrera  
pratiquement  jamais.
La  grande  douve  du  foie,  fasciola  hepatica,  possède  deux  ventouses  :  une  ventouse  à  l'extrémité  buccale  et  
une  ventouse  ventrale.  Elles  lui  servent  à  se  fixer  et  à  se  nourrir.  Giardia  Lamblia  (responsable  de  
giardiose)  utilise  sa  ventouse  (disque)  pour  se  plaquer  contre  la  paroi  de  l'intestin  grêle.  Elle  mesure  12  
mm.  

  5  
4. Le  mucus  et  les  sécrétions  adhésives.  
Ichthyophtirius   multifillis   sécrète   du   mucus   pour   se   fixer   contre   les   écailles   des   poissons.    
Le   pou   (spécifique   à   une   espèce)   utilise   une   sécrétion   adhésive   pour   coller   les   lentes   aux   cheveux   et  
éviter  qu'elles  ne  soient  éliminées  par  le  chien  lorsqu'il  se  gratte.  

5. Les  appendices  modifiés.  


Les  appendices  modifiés  se  retrouvent  chez  les  arthropodes  et  ectoparasites  :  ce  sont  des  griffes,  pinces,  
crochets  ou  ventouses.  

Psoroptes   sp.,   agent   de   gale,   mesure   de   500   à   700   mm.   A   l'extrémité   de   ses   pattes   on   trouve   des   crochets  
et  des  ventouses.  

Le  pou  de  l'homme  possède  des  pinces  qui  lui  permettent  d'attraper  les  poils  :  elles  sont  composées  de  
deux  «  doigts  »  qui  s'adaptent  exactement  à  la  forme  du  poil.  

Le  «  faux  pou  »  du  mouton  a  lui  un  appendice  modifié  (2  crochets  par  pattes)  :  il  est  le  seul  de  son  groupe  
taxinomique  à  ne  pas  avoir  d'ailes,  car  il  n'en  a  plus  besoin  étant  un  parasite  permanent.  Il  mesure  de  0,5  
à  1cm  et  se  fixe  sur  la  toison  du  mouton.  

6. Les  crochets  et  les  épines.  


Le  ver  solitaire  de  l'homme  possède  une  couronne  de  crochets  dans  sa  partie  terminale  (scolex),  et  des  
ventouses  pour  s'accrocher  dans  l'intestin.  

Le  cestode  du  chien  et  du  chat  possède  lui  un  «  pompon  »  de  crochets  (évitant  de  partir  avec  le  transit).  

Sarcoptes   scabiei,   l'agent   de   la   gale,   possède   des   épines   et   des   crochets   sur   son   dos   :   ils   participent   à  
l'action   pathogène   du   parasite.   En   effet,   il   creuse   des   tunnels   dans   la   couche   cornée   de   l'épiderme   (2   mm  
par   jour)   :   les   signes   cliniques   de   sa   présence   sont   une   très   grande   réaction   inflammatoire   et   une   très  
forte  envie  de  se  gratter.  

  6  
 

7. L'enfoncement.  
   
 
 
La  «puce  chique»  se  retrouve  dans  les  pays  tropicaux  
et  s’enfouit  dans  l’épiderme  des  pattes  des  chiens  (ou  
des   pieds   de   l’homme)   et   pond   ses   œufs   par   l’orifice  
d’entrée.  
 
 
 
 
 
 

II.  ADAPTATIONS  ANATOMIQUES.  


A. SYSTEME  DIGESTIF.  
La   «   puce   chique   »   se   retrouve   dans   les   pays   tropicaux   et   s'enfouit   dans   l'épiderme   des   pattes   des   chiens  
(ou  des  pieds  de  l'homme)  et  pond  ses  œufs  par  l'orifice  d'entrée.  

  7  
1.  Augmentation  du  volume  intestinal  et  de  la  surface  d'échange.  
Le  parasite  ne  se  déplace  pas  seul,  il  doit  être  capable  de  capter  beaucoup  de  nourriture  rapidement  d'où  
une  augmentation  de  la  taille  et  de  la  surface  d'échange  de  l'intestin.  

Cette   adaptation   a   pour   but   de   faciliter   l'absorption   des   nutriments   et   se   retrouve   surtout   chez   les  
parasites  hématophages  (qui  se  nourrissent  du  sang  de  leur  hôte).  

Le   tube   digestif   est   beaucoup   plus   développé   que   chez   les   insectes   non   hématophages.   On   retrouve   ce  
type  d'adaptations  chez  les  Tiques  ou  les  Moustiques.  Le  tube  digestif  peut  alors  se  dilater  lors  d'un  repas  
de  sang  et  l'abdomen  se  dilate  en  même  temps.  

Chez   la   grande   Douve   du   foie,   le   caecum   est   très   ramifié   ce   qui   augmente   la   surface   d'échanges.   Par  
transparence,  en  observant  le  parasite  au  microscope,  on  peut  apercevoir  des  zones  sombres  au  niveau  
de  ce  caecum,  correspondant  au  sang  digéré.  La  grande  Douve  ne  possède  pas  d'anus.  

2.  Réduction  =>  disparition  du  système  digestif.  


 

 Parfois   le   tube   digestif   peut   régresser   jusqu'à   disparaître.  


Le   parasite   se   nourrit   alors   par   pinocytose   à   travers   le  
tégument  car  n'as  pas  de  bouche.  

 
 
 

3.  Cas  des  parasites  hématophages.  


Les   parasites   hématophages   comme   les   Moustiques   (Aedes   Aegypti/   pièce   buccale   fine),   les   tiques  
(appareil  plus  trapu  pour  rester  accrocher)  ou  les  tuces  ont  une  adaptation  de  leurs  pièces  buccales  :  elles  
deviennent  vulnérantes,  capables  de  piquer  ou  de  mordre  l'hôte  pour  passer  à  travers  la  peau,  injecter  
une  salive  qui  permet  de  lyser  les  tissus,  d'éviter  la  coagulation  du  sang  et  enfin  pomper  le  sang.  
  8  
B. SYSTEME  REPRODUCTEUR.  
Les  parasites  internes  ne  possèdent  plus  d'appendices  pour  se  déplacer  :  se  pose  alors  le  problème  de  la  
reproduction  du  parasite.  

1. Rapprochement  des  partenaires  sexuels.  


Chez  le  Trématode,  le  mâle  vit  entouré  autour  de  la  femelle.  Ils  sont  en  accouplement  permanent.  

2. Multiplication  asexuée.  
Elle   est   associée   ou   non   à   une   multiplication   sexuée.   On   peut   citer   la   fabrication   des   schizogonies   par   les  
coccidies  s.l  (des  protozoaires  vivant  dans  l'intestin.)  

Les   Echinocoques   forment   un   kyste   hydatique   dans   le   foie.   A   partir   d'un   seul   œuf,   il   y   a   fabrication   et  
multiplication   d'une   multitude   de   protoscolex   qui   donneront   plusieurs   milliers   de   futurs   parasites.

   

Les   Cestodes   adultes   ont   un   corps   segmenté   :   ils   sont   hermaphrodites,  


dans   chaque   segment   on   trouve   à   la   fois   des   ovules   et   des  
spermatozoïdes.
On   peut   donc   voir   les   Cestodes   comme   une  
juxtaposition   de   segments   autonomes   dans   lesquels   se   produit   une  
reproduction   sexuée.   Si   on   se   place   au   niveau   du   Cestode   en   lui-­‐même,  
c'est  une  reproduction  asexuée   car   il  n'y  a  pas  besoin  de  partenaire  pour  
se  reproduire.  
 
   

3. Polyembryonie.  (anecdotique)  
On   peut   prendre   l'exemple   de   l'Hyménoptère   Ageniaspsis   fuscicollis   qui   produit   plusieurs   larves   à   partir  
d'un  seul  œuf.


Remarque   :   souvent   l'appareil   reproducteur   des   parasites   sera   beaucoup   plus   développé   que   l'appareil  
reproducteur  des  non  parasites  de  la  même  famille.  

  9  
III. ADAPTATIONS  BIOLOGIQUES  :  CYCLES  EVOLUTIFS.  
A.  INTRODUCTION,  DEFINITIONS.  
 
(A)  Cycle  biologique  ou  cycle  de  développement  ou  cycle  évolutif  d'un  parasite  :  déroulement  
des   étapes   nécessaires   au   développement   d'un   individu   d'une   génération   à   une   autre.

On   définit   les   étapes   en   fonction   de   la   succession   des   différentes   formes   du   parasite   (selon   la  
morphologie).  
Œuf  àlarve  àadulte  à  reproduction  sexuée  àœuf  de  la  génération suivante

On  peut  décomposer  ce  cycle  en  différentes  étapes  :  

 
Etape  1  :  sortie  de  l'hôte  1
Etape  2  :  vie  dans  un  autre  environnement  ou  un  autre  hôte  (intermédiaire)
Etape  3  :  sortie  de  l'hôte  intermédiaire  et  entrée  dans  l'hôte  2
Le  cycle  du  parasite  se  caractérise  par  une  alternance  de  milieux  de  vie,  une  difficulté  de  transmission  
d'un  milieu  à  un  autre.  

On  peut  donner  deux  exemples  de  cycle  :  

B. NOTION  DE  NICHE  ECOLOGIQUE  D'UN  PARASITE.  


 
(C)  Niche   écologique   d'un   parasite   :   ensemble   des   caractères   qui   définissent   le   milieu   qu'il  
peut  exploiter  à  un  stade  donné.
C'est  un  espace  à  «  n  »  dimensions.  
  10  
Exemple  1  :  une  dimension  pour  l’ascaris  Toxocara  cati  est  le  biotope  intestinal.    
Exemple  2  :  la  niche  écologique  d'un  écureuil  peut  se  définir  à  plusieurs  niveaux  :  la  forêt  -­‐  l'arbre  où  il  vit  -­‐  le  
creux   de   l'arbre   dans   lequel   il   se   réfugie   -­‐   les   différentes   forêts   auxquelles   il   a   accès   et   qu'il   peut   visiter   pour  
rencontrer  d'autres  écureuils.  Ce  sont  4  dimensions  de  la  niche  écologique  de  l'écureuil.  

Nous  allons  nous  intéresser  à  un  espace  hôte  à  quatre  dimensions  importantes  pour  le  vétérinaire.  

§ Dimension  «  individu  »  :  c'est  le  patient  (chat)  dans  notre  cabinet  


§ Dimension   «   population   »   :   si   on   doit   intervenir   au   niveau   d'une   chatterie,   ou   d'un   élevage,   où   la  
transmission  du  parasite  peut  se  faire  d'un  animal  à  l'autre
  
§ Dimension   «   espèce   »   :   elle   est   peu   utilisée   par   le   vétérinaire   et   concerne   surtout   la   recherche   et  
l'épidémiosurveillance.  
§ Dimension  «  site  »  ou  «  biotope  »  :  c'est  l'endroit  dans  l'hôte  où  le  parasite  se  niche.  Certains  
parasites  ne  vivent  pas  toujours  au  même  endroit  dans  l'hôte  :  la  dimension  «  biotope  »  va  alors  
varier  au  cours  du  temps.  
Ceci  permet  de  connaître  les  effets  du  parasite,  et  de  traiter  l’animal.  Par  exemple,  les  signes  clinique  
liés  à  Toxocara  cati  pouvant  être  devinés  grâce  à  la  connaissance  du  biotope  :  diarrhées,  
amaigrissement.    
 
 
 
  La   dimension   du   biotope   dépend   du   type   de  
  parasites  (ecto,   méso,   endo)   car   il   y   est   plus   ou  
moins  facile  d'y  rentrer.  
Notion  d’étape  critique  
 
 

  11  
Il   faut   considérer   la   notion   d'étape   critique.   Certaines   étapes   du   cycle   peuvent   être   plus   difficiles   que  
d'autres  pour  les  parasites.  

• Les  ectoparasites  vivent  à  l'air  libre  :  ils  sont  adaptés  aux  contraintes  du  milieu  extérieur.  Pour  eux,  
les   deux   premières   étapes   seront   simples   (sortie   de   l'hôte   et   vie   dans   le   milieu   extérieur).   Ce   qui  
s'avérera  plus  compliqué  sera  de  trouver  un  nouvel  hôte.  
è Pour  les  ectoparasites,  l'étape  critique  est  l'étape  3.  
 
• Les  mésoparasites  vivent  dans  le  tube  digestif  de  leur  hôte.  L'étape  1  est  simple  :  ils  sortent  de  l'hôte  
par  les  fèces.  Mais,  étant  habitués  à  un  milieu  intérieur  qui  ne  varie  pas,  ils  auront  des  difficultés  pour  
s'habituer  à  la  vie  dans  le  milieu  extérieur  (différences  de  T°,  d'hygrométrie,  précipitations,...).  Ils  vont  
alors   développer   des   formes   de   résistance   au   milieu   extérieur,   par   exemple   la   formation   de   coques  
autour  des  œufs,  le  passage  par  un  hôte  intermédiaire,...  
L'étape   3   est   simple,   il   leur   suffit   de   se   faire   avaler   par   l'hôte   2   :
si   c'est   un   Herbivore,   en   se  
plaçant  sur  des  brins  d'herbe  ;  si  c'est  un  Carnivore,  en  se  plaçant  dans  une  de  ses  proies.  
è Pour  les  mésoparasites,  l'étape  critique  est  l'étape  2.  
 
• Pour   les   endoparasites   nichés   dans   les   muscles   ou   d'autres   organes,   toutes   les   étapes   sont   critiques.  
Pour  sortir  du  1er   hôte,  il  y  a  nécessité  d'une  effraction  (souvent  par  piqure  d'insecte),  pour  entrer  
dans   le   2ème   hôte   également.   Enfin,   de   même   que   pour   les   mésoparasites,   la   vie   dans   le   milieu  
extérieur  peut  s'avérer  difficile.  
On   peut   prendre   l'exemple   des   piroplasmes   (dans   le   sang)   qui   sortent   de   l'hôte   par   piqûre   de  
moustique   ou   de   tique   (avec   absorption   du   sang)   et   entrent   dans   l'hôte   suivant   de   la   même   façon.  
Certains   parasites   peuvent   vivre   dans   des   arthropodes   en   guise   d'étape   2   afin   d'échapper   aux  
contraintes  du  milieu  extérieur.  
è Pour  les  endoparasites,  toutes  les  étapes  sont  critiques.    

  12  
C. NOTION  DE  SEQUENCE  D'HOTE  :  DIFFERENTS  TYPES  DE  CYCLES.  
 
(B)  Séquence   d'hôte   :   c'est   le   nombre   d'hôtes   exploités   successivement   au   cours   du   cycle   du  
parasite.  

On   peut   considérer   la   séquence   d'hôte   comme   la   composante   longitudinale   du   cycle   évolutif   d'un  
parasite.   C'est   un   nombre   fixe   pour   un   parasite   donné   :   1,   2,   3   voire   4   exceptionnellement.  
Pour  certains  parasites,  la  séquence  d’hôtes  est  variable.  

Exemple  :  la  grande  douve  du  foie  (Fasciola  Hepatica)  a  besoin  de  2  hôtes  pour  réaliser  l'ensemble  de  son  
cycle.  Sa  séquence  d'hôte  est  égale  à  2.  

Selon  la  valeur  de  la  séquence  d'hôte,  on  définit  différents  types  de  cycles  :  

•  Séquence  d'hôte  =  1  ó    cycle  holoxène  ou  monoxène  =  cycle  à  1  hôte  

Exemples  :  la  puce  n'a  besoin  que  d'un  seul  hôte,  un  chien,  pour  faire  son  cycle  Toxocara  canis,  un  parasite  
du  chien,  est  dans  le  même  cas  

•          Séquence  d'hôte  >  1  ó  cycle  hétéroxène  =  cycle  à  plusieurs  hôtes  

• Séquence  =  2  ó  cycle  dixène  =  cycle  à  2  hôtes  


Exemples  :  la  grande  douve  Fasciola  Hepatica  Taenia  Saginata,  et  tous  les  cestodes  (vers  plats)  en  
général  
• Séquence  =  3  ó  cycle  trixène  =  cycle  à  trois  hôtes    
Exemples  :  Dicrocoelium  Lanceolatum(=  la  petite  Douve)  

Remarque  :  Les  cycles  à  4  hôtes  sont  tellement  rares  qu'on  ne  leur  donne  pas  de  nom.  

Tous  les  hôtes  d'un  cycle  parasitaire  n'auront  pas  le  même  rôle  :  

(A)  Hôte   définitif   (=   HD)  =   hôte   qui   héberge   la   forme   adulte   du   parasite   et   dans   lequel   a   lieu   la  
reproduction  sexuée  

Exemples  :  le  chien  est  l'hôte  définitif  de  Dipylidium  caninum  (taenia  du  chien)
La  tique  est  l'hôte  définitif  de  
Babesia   divergens   (piroplasmose   des   bovins)   Le   chat   est   l'hôte   définitif   de   Taenia   taeniaeformis
Les  
ruminants  sont  les  hôtes  définitifs  de  la  grande  douve  du  foie.  

Remarque  :  Il  n'y  a  toujours  qu'un  seul  hôte  définitif  dans  le  cycle,  même  si  plusieurs  espèces  peuvent  jouer  
ce  rôle.  

(A)  Hôte   intermédiaire   (=HI)   =   hôte   obligatoire   où   le   parasite   vit   à   l'état   larvaire   ou   immature  
et  accomplit  une  partie  ou  la  totalité  de  son  

développement   jusqu'à   la   forme   infestante   (avec   éventuellement   une   phase   de   multiplication  


asexuée)  
  13  
Exemples   :   La   puce   est   l'hôte   intermédiaire   de   Dipylidium   caninum   La   vache   est   l'hôte   intermédiaire   de  
Babesia  divergens  La  souris  est  l'hôte  intermédiaire  de  Taenia  taeniaformis  

Remarque  :  pour  avoir  un  hôte  intermédiaire,  on  doit  être  au  moins  dans  le  cas  d'un  cycle  dixène.  Dans  un  
cycle  trixène  il  peut  y  avoir  deux  hôtes  intermédiaires,  mais  toujours  un  seul  hôte  définitif.  

(A)  Hôte   paraténique   (=HP)   =   hôte   facultatif   dans   lequel   le   parasite   ne   subit   aucune  
transformation  mais  qui  favorise  la  dispersion  et  permet  l'accumulation  des  parasites.  

Exemples   :   le   lombric   est   l'hôte   paraténique   d'Ostertagia   ostertagi,   le   strongle   digestif   des   Bovins.   Il   se  
déplace,   assure   une   protection   au   parasite   et   permet   son   accumulation   :   il   permet   au   parasite   une  
contamination  massive.  

(A)  Vecteur   =   hôte   définitif,   hôte   intermédiaire   ou   hôte   paraténique   qui   joue   un   rôle  
biologique   et   mécanique   dans   la   transmission   d'endoparasites   d'un   hôte   vertébré   à   un  
autre  hôte  vertébré.  

Exemples  :  Ixodes  sp.  (tique)  est  un  hôte  définitif  vecteur  biologique  de  Babesia  sp.
Culex  sp.  (moustique)  est  
un  hôte  intermédiaire  vecteur  biologique  de  Dirofilaria  sp.  (ver  cardiaque  du  chien).  

Dans   ces   deux   premiers   cas,   il   y   a   modification   du   parasite   dans   l'hôte.
Tabanus   sp.(taon)   =   vecteur  
mécanique  de  Besnoitia  besnoiti  (parasite  de  vache)  

Dans  ce  cas,  il  n'y  a  aucune  modification  du  parasite,  l'hôte  agit  juste  comme  une  «  aiguille  »  pour  inoculer  le  
parasite.  

Cette   notion   d'étape   critique   va   influencer   les   cycles   des   parasites   :   on   pourra   alors   dégager   des  
tendances  générales  en  fonction  du  type  de  parasite.  

D. TENDANCES  GENERALES  DES  CYCLES.  


 

1. Pour  les  ectoparasites.  

 
Le   plus   souvent,   cycle   monoxène.   Pas   de   forme   particulière   dans   le   milieu   extérieur   (œufs,   larves,  
nymphes).  L’infestation  est  active.  

  14  
 

La  puce  adulte  pré-­‐émergée  attend  dans  l'environnement  que  son  hôte  arrive,  puis  saute  dessus,  pond  ses  
œufs   qui   tomberont   au   sol   lorsque   le   chien   se   secoue.   Il   est   donc   important   de   traiter   l'animal   ET   son  
environnement  pour  lutter  contre  les  puces.  

2. Pour  les  mésoparasites.  

a) Cas  des  protozoaires  

 
- Cycle  monoxène  ou  hétéroxène
- Formes  de  résistance  dans  le  milieu  extérieur  (œufs,  ookystes,  larves  enkystées)  
- Infestation  par  ingestion  

Exemple  :  le  cycle  de  Eimera  tenella,  la  coccidie  


caecale   de   la   poule.   Ce   parasite   a   un   cycle  
monoxène   (la   poule   est   le   seul   hôte).   C'est   un  
parasite   intra-­‐cellulaire   des   entérocytes   qui   va  
provoquer   la   déchirure   des   cellules   d'intestin  
lors   de   sa   sortie   de   l'hôte,   créant   des   diarrhées  
chez  la  poule  infestée.  

L'ookyste   est   très   résistant   (à   pratiquement  


tout),  il  est  ingéré  par  la  poule  et  vient  alors  se  
fixer   dans   le   caecum   (provoquant   des  
diarrhées)  et  sort  par  les  fientes.  

  15  
Autre  exemple  :  Toxoplasma  gondii,  avec  un  cycle  dixène  

(A)  Période  prépatente  =  (Ppp)  =  intervalle  de  temps  entre  la  contamination  de  l'hôte  définitif  
par  une  forme  infestante  et  l'émission  des  œufs,  larves  ou  segments  ovigères  du  parasite  
adulte.  

Il  est  très  important  de  connaître  la  période  prépatente  afin  de  prévoir  à  partir  de  combien  de  temps  
après  l'infestation  l'animal  présentera  des  symptômes  et  pour  savoir  au  bout  de  combien  de  temps  
l'environnement  sera  réinfesté.  
Exemples  :  Eimeria  tenella  :  Ppp=  7  jours  Fasciola  hepatica  :  Ppp=  3  mois  

b) Cas  des  métazoaires  (helminthes,  taenias,  ascaris)  


- Cycle  souvent  hétéroxène  (parfois  monoxène)  
- Hôte  intermédiaire  dans  la  chaîne  alimentaire  de  l'hôte  définitif  

Exemple  1  :  Cycle  de  Taenia  taeniaeformis,  cestode  


du  chat  (Ppp  =1  mois)  

Remarque  :  un  minou  qui  mange  que  des  boites  n'a  


pas  de  risque  d'être  contaminé.    

Exemple  2  :  Cycle  de  Dicrocoelium  


lanceolatum,  la  petite  douve  (Ppp  =  
2  mois)  

Le   matin,   la   fourmi   sort   de   la  


fourmilière   et   monte   en   haut   d'un  
brin   d'herbe.   La   température  
augmente,   quand   elle   dépasse  
10°C,   les   mandibules   de   la   fourmi  
se   paralysent   :   elle   est   coincée   en  
haut  de  son  brin  d'herbe.  

  16  
Exemple  3  :  Cycle  de  Fasciola  hepatica,  la  grande  douve  (Ppp  =  3  mois)  

L'animal   ingère   le   parasite   qui   se   retrouve   dans   le   parenchyme   hépatique   (provoquant   des   lésions),   puis  
dans   les   canaux   biliaires   d'où   des   symptômes   allant   de   l'anémie   à   des   problèmes   hépatiques.   Les   œufs  
sont  ensuite  éliminés  dans  les  fèces  et  vont  alors  contaminer  un  gastéropode  par  pénétration  active  dans  
lequel  ils  vont  se  développer  et  former  de  nouveaux  métacernaires  retrouvés  dans  milieu  extérieur  après  
élimination  par  l'escargot.  

Exemple  4  à  Cas  d’un  cycle  monoxène  :  


Cycle  d'Ostertagia  ostertagi,  le  strongle  
digestif  des  bovins  («  très  petit,  mais  très  
méchant  »)  (Ppp  =  1  mois  au  pâturage  /  4-­‐5  
mois  en  hiver)    

Les   larves   vivent   dans   la   muqueuse   de   la  


caillette   (un   des   estomacs   de   la   vache)   et  
sortent   toutes   en   même   temps   dans   la  
paroi  de  la  caillette  en  déchirant  les  cellules  
:   la   caillette   de   la   vache   est   partiellement  
voire  totalement  détruite.  

La   période   prépatente   varie   selon   la   saison   :   en   hiver   elle   est   beaucoup   plus   longue   car   il   y   a   un  
phénomène  d'hypobiose  (arrêt  du  développement  larvaire)  à  cause  du  froid.  

  17  
3. Pour  les  endoparasites.  
 

 
- Protozoaires  et  des  métazoaires  
- Cycle  hétéroxène  

Exemples  :    
-­‐  Leishmania  infantum,  endoparasite  du  chien  et  de  l'homme  (responsable  de  la  leishmaniose),  dont  le  
vecteur  est  phlebotomus  

Cycle  de  Dirofilaria  immitis,  le  ver  du  cœur  du  chien,  dont  le  vecteur  est  Culex  (Ppp  =  6  mois)  

Les  microfilaires  sont  de  petites  larves  retrouvées  dans  le  sang  du  chien.
On  ne  trouve  cette  maladie  que  
dans  les  régions  avec  des  moustiques.  Il  faut  donc  parfois  faire  une  véritable  enquête  pour  réussir  à  
associer  des  signes  cliniques  d'insuffisance  cardiaque  avec  la  présence  d'un  ver.  (  exemple  du  vétérinaire  
Lillois  qui  voit  arriver  dans  son  cabinet,  en  hiver,  un  chien  insuffisant  cardiaque  :  il  doit  interroger  le  
propriétaire  pour  savoir  s'il  a  été  en  vacances  en  été  dans  une  région  chaude  avec  des  moustiques  auquel  cas  
le  chien  pourrait  avoir  été  contaminé  par  un  moustique)  

  18  
4. Récapitulatif  

   
 

L'épidémiologie  est  l'étude  des  maladies  et  des  facteurs  de  santé  à  l'échelle  d'une  population.  

E. DISTRIBUTION  DES  PARASITES  DANS  LES  HOTES.  

1. Niveau  «  espèce  »  
C'est  la  distribution  des  espèces  parasites  parmi  les  espèces  hôtes.  

(B)  Spécificité  d'hôte  =  capacité  d'un  parasite  à  exploiter  une  ou  plusieurs  espèces  hôtes  en  «  
parallèle  »  à  un  stade  donné  du  développement.  

Une  espèce  très  spécifique  ne  peut  exploiter  qu'une  seule  espèce  hôte,  alors  qu'une  espèce  peu  spécifique  
peut  exploiter  beaucoup  d'espèces  hôtes  différentes.  

Exemples  :  La  puce  n'est  pas  du  tout  spécifique.



La  grande  douve  du  foie,  Fasciola  hepatica,  a  une  spécificité  faible.  (ci-­‐  dessous  par  ordre  de  préférence)    

 
  19  
(A)  Zoonose   parasitaire   =   Maladie   parasitaire   susceptible   d'être   transmise   de   l'animal  
vertébré  à  l'homme  et  vice  versa.  

Exemples   :   le   taenia,   la   toxoplasmose,   la   gale,   la   grande   douve
Cysticercus   bovis   =>   parasite   des   bovins,  
transmis  à  l'homme  par  ingestion  de  viande  contaminée  

(A)  Cul   de   sac   épidémiologique   =   hôte   dont   la   présence   dans   le   spectre   (=environnement)  
d'hôte  est  anormale  mais  qui  permet  le  développement  normal  du  parasite.  

Exemple  :  homme  =  cul-­‐de-­‐sac  épidémiologique  pour  le  développement  d'Echinococcus  multilocularis  (qui  se  
développe  normalement  dans  les  rongeurs)  

(A)  Impasse   épidémiologique   =   hôte   dont   la   présence   dans   le   spectre   d'hôte   est   anormale   et  
qui  ne  permet  pas  le  développement  normal  du  parasite.  

Exemple  :  Toxocara  canis  normalement  parasite  du  chien,  qui  se  retrouve  parasite  de  l'homme.  

2.  Niveau  «  population  ».  


C'est  la  distribution,  la  fragmentation  de  la  population  de  parasites  dans  la  population  d'hôtes.  

Dans  la  population  d'hôtes,  on  distingue  à  la  fois  des  hôtes  indemnes  (qui  avaient  peut-­‐  être  un  meilleur  
système  immunitaire  que  les  autres  ou  qui  ne  se  sont  pas  trouvés  dans  des  zones  infectées)  et  des  hôtes  
parasités.  

Dans  la  population  d'hôtes  parasités,  tous  les  hôtes  ne  contiennent  pas  le  même  nombre  de  parasites.  

(B)  Infrapopulation   =  ensemble  des  individus  d'une  espèce  parasite  donnée  hébergés  dans  un  
individu  hôte  identifié.  

  20  
Exemple  d'infrapopulation  :  le  nombre  de  Toxocara  cati  dans  l'intestin  grêle  d'un  chat.  

3. Niveau  «  individu  ».  


C'est  la  distribution  des  individus  parasites  dans  les  individus  hôtes.  

On  cherche  à  voir  si  la  répartition  des  parasites  par  individu  obéit  à  une  loi  de  répartition  quelconque  :  

·  Distribution  normale  :  les  parasites  sont  distribués  de  façon  aléatoire  (ce  n'est  pas  le  cas)  

·  Sous  dispersion  :  tous  les  hôtes  ont  le  même  nombre  de  parasites  (ce  n'est  pas  le  cas)  

·   Sur   dispersion   =   agrégation   :   la   majorité   des   hôtes   portent   peu   de   parasites   alors   que   quelques   hôtes  
en  portent  beaucoup  (c'est  cette  distribution  qui  est  observée).  

La  répartition  des  parasites  par  individu  se  fait  selon  une  surdispersion  (ou  agrégation).  

4. Origine  des  distributions  agrégées  


Quelques  facteurs  influents  :
- Hétérogénéité  dans  le  comportement  de  l'hôte
- Hétérogénéité  dans  le  système  immunitaire  de  l'hôte  (qui  devient  plus  performant  avec l'âge)
- Absence  de  reproduction  chez  l'hôte
- Hétérogénéité  spatiale  de  distribution  des  stades  infestants
Etc  


On  prend  l'exemple  d'une  portée  de  4  chatons,  dont  un  est  littéralement  infesté  d'Ascaris  (25  ou  plus)  
alors  que  les  trois  autres  sont  en  assez  bon  état  avec  seulement  3  ou  4  Ascaris.  
Cette  différence  de  
répartition  peut  être  due  à  :  
-­‐    Une  différence  de  comportement  :  si  le  chaton  très  infesté  est  curieux  et  va  renifler  et   lécher  tout  ce  
qui  traîne,  il  a  beaucoup  plus  de  chance  d'être  contaminé  que  les  autres.

-­‐  Une  différence  de  l'immunité  au  niveau  individuel

-­‐  Une  hétérogénéité  spatiale  de  distribution  des  stades  infestants  :  le  chaton  très  malade  était  peut-­‐être  
couché  sur  un  «  nid  »  de  parasites  alors  que  les  autres  chatons  étaient  sur  une  zone  très  peu  contaminée.  

5. Conséquences  des  distributions  agrégées  :  


• Action  pathogène  très  forte  chez  les  hôtes  infestés  massivement  à  futurs  patients  du  vétérinaire    

• Action  pathogène  plus  ou  moins  importante  chez  les  autres  à  impact  zootechnique  ou  économique.  

De  plus,  ils  ne  seront  pas  vus  par  le  vétérinaire  car  peu  de  signes  cliniques  et  pourront  infester  d'autres  
animaux.  

Exemple  :  la  grande  douve  du  foie.  Si  on  est  dans  le  cas  d'une  vache  qui  a  trois  ou  quatre  douves,  l'action  
pathogène  ne  sera  pas  très  importante  mais  il  y  aura  un  impact  zootechnique  et  économique  fort  :

-­‐  diminution  de  la  production  de  lait


  21  
-­‐  si  la  vache  est  en  croissance,  elle  grossira  moins  qu'une  vache  non  infestée

-­‐  diminution  des  défenses  immunitaires,  d'où  une  plus  grande  sensibilité  aux  maladies  ce  qui  implique  pour  
l'éleveur  l'achat  de  médicaments,...    

  22  
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


             
                 

Présentation  des  zoonoses  parasitaires  (A)  


I.   COMMENT  DEFINIR  UNE  ZOONOSE  ?  ................................................................................................................  1  
A.   Définition  historique  d’une  zoonose  ................................................................................................................  1  
B.   Définition  actuelle  d’une  zoonose  ....................................................................................................................  2  
C.   Classification  des  zoonoses  ..............................................................................................................................  2  
D.   Définitions  à  retenir  .........................................................................................................................................  2  

II.   LES  DIFFERENTS  MODES  DE  TRANSMISSION  ***  ..............................................................................................  3  


A.   Zoonoses  transmises  par  consommation  de  viande  parasitée.  .......................................................................  5  
a)   Exemple  1  :  La  Cysticercose  ..............................................................................................................................................................  5  
b)   Exemple  2  :  La  Toxoplasmose  ...........................................................................................................................................................  6  
c)   Exemple  3  :  La  Trichinellose  ..............................................................................................................................................................  8  

B.   Les  zoonoses  transmises  par  ingestion  d’aliments  souillés  ..............................................................................  8  


a)   teniasis  échinococcique  –  échinococcoses  (2  termes  à  connaître  précisément  et  à  distinguer)  ....................................................  9  
b)   exemple  1  :  Echinococcus  granulosus  :  ..........................................................................................................................................  10  
c)   Exemple  2  :  echinococcus  multilocularis  .........................................................................................................................................  12  

C.   Les  zoonoses  transmises  par  contact  .............................................................................................................  13  


D.   Les  zoonoses  transmises  par  l’intermédiaire  de  vecteurs  ..............................................................................  14  
a)   Arthropode  vecteur  mécanique  :  immédiat,  bref,  lutte  imaginale.  ................................................................................................  14  
b)   Arthropodes  vecteurs  biologiques  .................................................................................................................................................  15  
c)   Création  d’un  foyer  endémique  stable  d’une  maladie  vectorielle  ..................................................................................................  15  

 
Objectifs  pédagogiques  :  
-­‐ Connaître  la  définition  d’une  zoonose  (parasitaire)  
-­‐ Retenir  l’importance  de  la  santé  publique  vétérinaire  
-­‐ Comprendre  le  rôle  du  vétérinaire  sanitaire  dans  le  dépistage  et  la  prévention  des  
contaminations  humaines.  
-­‐ Appréhender   l’importance   de   certaines   maladies   parasitaires   (enseignées   en   S9-­‐
S10).  

I. COMMENT  DEFINIR  UNE  ZOONOSE  ?  


A. Définition  historique  d’une  zoonose  
D’après  la  définition  de  l’OMS  (1957)  :  une  zoonose  est  une  maladie  ou  infection    qui  est  transmise  
naturellement  des  animaux  vertébrés  à  l’homme.    
A  partir  de  cette  définition,  au  sens  stricte  du  terme,  il  ne  s’agit  pas  d’une  zoonose  :  
-­‐  S’il  ne  s’agit  pas  d’une  transmission  naturelle  mais  expérimentale,    
-­‐  S’il  ne  s’agit  pas  d’une  maladie/infection,  
-­‐  Si  l’animal  n’est  pas  un  vertébré,  
-­‐    s’il  y  a  aussi  transmission  de  l’homme  à  l’animal.  
  1  
B. Définition  actuelle  d’une  zoonose  
Il   faut   ajouter   le   terme   d’infestation.   Infection   et   infestation   désignent   des   processus  
potentiellement  pathologique  issu  de  la  présence  d’un  agent  pathogène.    
Attention  !   Dans   le   cas   d’une   infection,   le   parasite,   la   bactérie   ou   le   virus   a   la   capacité   de   se  
multiplier/   se   reproduire   chez   l’hôte.   Dans   le   cas   d’une   infestation,   les   parasites   n’ont   pas   la   capacité  
de  se  multiplier  chez  l’hôte.  Pourtant  dans  ce  cas,  ils  peuvent  toujours  se  transmettre  à  l’homme.    
 
Dans  la  définition  stricte,  la  transmission  se  fait  uniquement  dans  le  sens  animal  à  homme,  il  est  donc  
nécessaire   de   corriger   la   définition.   Les   agents   pathogènes   qui   se   transmettent   aussi   de   l’homme   à  
l’animal  sont  pris  en  compte.  
Attention  !   Les   maladies   dont   on   peut   observer   les   symptômes   chez   l’animal   et   chez   l’homme   ne  
constituent  pas  une  zoonose  s’il  n’y  a  pas  transmission.  
Exemple  :  une  intoxication  qui  provoque  les  mêmes  symptômes  chez  les  deux  espèces.  
 
Les  compétences  du  vétérinaire  doivent  être  misent  à  disposition  des  médecins  de  la  santé  humaine  
dans  le  cadre  de  la  santé  publique  vétérinaire  (sécurité  sanitaire  des  aliments,  zoonoses…)  :  
Santé publique vétérinaire (SPV):  tout  ce  qui  relève  des  sciences  et  des  compétences  vétérinaires  et  
qui   est   utile   pour   la   protection   et   l’amélioration   de   la   santé   humaine.   La   SPV   est   une   des   missions  
fondamentales  de  tout  vétérinaire.    

C. Classification  des  zoonoses  


Les  zoonoses  sont  nombreuses  et  doivent  donc  être  classées.  
Classification  selon  l’agent  pathogène  :   zoonoses  bactériennes,  virales,  parasitaires,fongiques.  Mais  
cette  classification  pour  le  clinicien  n’est  pas  utile.    
Beaucoup  plus  utile,  la  classification  fondée  sur  le  mode  de  transmission  de  l’animal  à  l’homme.  
A   partir   du   moment   où   l’on   connait   ce   mode   de   transmission,   on   en   déduit   la   prophylaxie  :   c’est  
l’ensemble   des   mesures   médicales   et   pathogènes   qui   vont   empêcher   la   transmission   de   l’agent  
pathogène  de  l’animal  à  l’homme.  
Exemple  :   des   zoonoses   peuvent   être   par   exemple   transmises   par   voie   cutanée   à   la   prophylaxie   est  
d’éviter  tout  contact.    
Une   mesure   de   prophylaxie   peut   être   aussi   la   destruction   des   vecteurs   pour   empêcher   la   transmission  
(dans  le  cas  de  vecteurs  arthropodes  :  moustiques,  tiques).  
 
On  retient  donc  la  classification  des  zoonoses  qui  est  fondée  sur  le  mode  de  
contamination,  la  connaissance  précise  de  celui-­‐ci  permettant  de  mettre  en  
œuvre  efficacement  les  moyens  de  prévention.  
 

D. Définitions  à  retenir  
 
 
 
 
 
 

  2  
• Holozoonose  :   (holos = complet,   total)   =   zoonose   «   parfaite»   caractérisée   par   sa  
réciprocité  de  transmission  homme-­‐  animal  et  vice-­‐versa  (double  flèche).    
• Hémizoonose  (hemi = à  moitié)  =  zoonose  «  incomplète  »  car  dépourvue  de  réciprocité,  à  
savoir  :  
-­‐ Zooanthroponose  :  de  l’homme  à  l’animal  
-­‐ Anthropozoonose   :   de   l’animal   (zoo) à   l’homme   (anthropo)   :   catégorie   plus  
importante  et  relevant  typiquement  des  responsabilités  du  vétérinaire  (flèche  à  
sens  unique  et  épaisse)  
Certaines  zoonoses  peuvent  présenter  un  aspect  particulier  et   important  dans  certains  contextes.  Par  
exemple,   dans   le   contexte   professionnel   :   le   vétérinaire,   de   par   ses   missions,   est   particulièrement  
exposé.  
 
Les  zoonoses  parasitaires,  quel  que  soit  leur  mode  de  transmission,  sont  dues  à  des  agents  pathogènes  
très  différents:  champignons,  protozoaires,  helminthes,  acariens  et  insectes.  La  classification  retenue  
ne   tient   pas   compte   de   la   nature   de   l’agent   (inconnue   au   moment   de   l’enregistrement   des   cas  
cliniques)  mais  des  modalités  de  sa  transmission  entre  sujets  (homme  et  animal).  
Exemples  d’agents  différents  :  
En   haut:   taenia  :   cysticercose   animale  
(helminthose   larvaire)   –   teniasis  
humain(helminthose   imaginale).  
L’infestation   est   réalisée   par   la   viande  
bovine  crue  ingérée  par  l’homme.  Plusieurs  
milliers   de   cas   par   ans   en   France.   La  
prévention  dépend  du  vétérinaire  (contrôle  
à  l’abattoir).  
En   bas   :   teigne   féline   (souvent  
asymptomatique   car   aucunes   lésions  
visibles)   –   teigne   humaine   (souvent   très  
exprimée   cliniquement)  :   champignon   qui  
se  développe  chez  l’homme  et  en  particulier  chez  ceux  qui  manipulent  le  chat  comme  le  vétérinaire.  
 

II. LES  DIFFERENTS  MODES  DE  TRANSMISSION  ***  


 
Les   maladies   parasitaires   citées   dans   ce   cours   le   sont   à   titre   d’exemples   permettant   de   comprendre   la  
notion   fondamentale:   modes   de   transmission   =>   mesures   de   prévention   =>   Protection   de   la  
santé  publique.    
Ces   maladies   ne   sont   toutefois   pas   à   retenir   en   S5   car   seront   amplement   développées   dans   d’autres  
semestres.  

  3  
 
Commentaires  sur  les  modes  de  transmissions  ci-­‐dessus  
 
4  modes  de  transmission  sont  à  retenir  :  
 
1.  Par  consommation  de  viandes  ou  d’abats  parasités  :  
Application:   prévention   par   inspection   des   carcasses   à   l’abattoir,   interdiction   des   abattages  
clandestins,  traitement  ou  saisie  totale  des  carcasses  parasitées,  …  
 
2.   Par   ingestion   d’aliments   souillés   de   formes   parasites   infestantes  :   L’animal   parasité   émet   dans   la  
nature   des   formes   infestantes,   l’ingestion   de   végétaux   souillés   (fruits   sauvages,   légumes,…)   peuvent  
contaminer  l’homme.  
Application:  dépistage  et  traitement  des  animaux  (malades  ou  non)  sources  de  parasite,  stérilisation  
du  milieu  extérieur,  hygiène  
 
3.   Par   contact:   l’animal   parasité   (pathogène   en   surface   de   la   peau   par   ex)   contamine   l’homme  :  
Application:  dépistage  et  traitement  des  animaux  (malades  ou  non)  sources  de  parasite,  stérilisation  
du  milieu  extérieur,  hygiène  générale  (des  mains  en  particulier)  
 
4.  Par  des  vecteurs  (pour  l’OMS,  vecteur  =  arthropode  hématophage  susceptible,  le  plus  souvent  
par  sa  piqûre,  de  transmettre  un  pathogène)  :  
Application:  dépistage  et  traitement  des  animaux parasités,   lutte   insecticide,   protection   insecticide   de  
l’homme  et  de l’animal.  Ce  mode  de  transmission  définit  les  maladies  

  4  
A. Zoonoses  transmises  par  consommation  de  viande  parasitée.  
a) Exemple  1  :  La  Cysticercose  

 
•  La  cysticercose  (=  ladrerie)  est  une  helminthose  larvaire  due  à  la  migration  et  au  développement  
dans   le   tissu   musculaire   strié   des   bovins   d’une   larve   de   type   cysticerque   d’un   tenia:   Tænia
saginata.  
•   La   larve   est   globuleuse,   <1   cm   de   diamètre,   en   surface   ou   en   profondeur   de   certains   muscles   (coeur,  
diaphragme…),   de   couleur   rose   (ou   blanc   si   dégénérée),   souvent   en   quelques   exemplaires   dans   la  
carcasse.  
•  Il  existe  une  cysticercose  comparable  chez  le  porc  (pas  en  France):  Tænia solium.  
•   L’ingestion   de   viande   bovine   (ou   porcine)   parasitée   et   consommée   crue   ou   saignante   assure  
l’infestation   humaine   :   développement   d’un   tenia   adulte   (plusieurs   m   de   longueur   dans   l’intestin  
grêle)  ;  cette  infestation  s’appelle  teniasis.  
•  Environ  500  000  cas  humains  en  France  par  an  (60  millions  dans  le  monde)  
 

 
Représentation  schématique  du  cycle  évolutif  du  parasite  (revu  plus  en  détail  dans  le  module  futur  
Helminthologie  –  cestodes).  

A  noter  que,  contrairement  aux  règles  de  la  nomenclature  zoologique,  la  larve  et  l’adulte  portent  des  
noms   latins   différents   alors   qu’il   s’agit   de   la   même   espèce:   respectivement   Cysticercus bovis et  
  5  
Tænia saginata,   Cysticercus cellulosæ et   Tænia   solium.   Ceci   est   dû   au   fait   que   les   premières  
descriptions  ont  été  publiées  sans  que  le  cycle  évolutif  soit  connu,  et  donc  concernant  apparemment  
des  parasites  totalement  différents;  l’usage  est  resté.  
 
Missions  du  vétérinaire  pour  prévenir  l’infestation  humaine  :  
•  Chez  l’animal  vivant:  le  dépistage  de  la  cysticercose  y  est  pratiquement  impossible,  l’infestation  étant  
asymptomatique  et  la  détection  d’anticorps  non  spécifique  et  non  commercialisée  
•  Chez  l’animal  mort  :  
-­‐ Inspection  à  l’abattoir  des  carcasses  
 En  cas  de  parasites  observables,  saisie  et  traitement  par  le  froid  pour  assainir  (10j  à  -­‐10°C);    
Mais  :  
è Les  larves  sont  de  petite  taille,  parfois  dans  les  masses  musculaires,  souvent  peu  nombreuses.  
è  Les   larves   ne   sont   pas   d’évolution   synchrone   :   l’observation   de   larves   dégénérées   dans   un  
muscle  ne  signifie  pas  l’absence  de  larves  vivantes  infestantes  ailleurs.  
è L’assainissement  de  la  carcasse  entraîne  un  coût  économique  et  une  dépréciation  de  la  viande.  
 

b) Exemple  2  :  La  Toxoplasmose  

 
Toxoplasma  gondii  :  parasite  de  toutes  les  espèces  animales  et  de  l’Homme.  
•  La  toxoplasmose  est  une  protozoose  infectieuse  due  à  la  multiplication  dans  toutes  les  cellules  de  
l’organisme  à  propriétés  macrophagiques  de  Toxoplasma  gondii  
•  Elle  concerne  toutes  les  espèces  animales  et  l’Homme.    
•  Elle  est  cosmopolite      
•  C’est  une  zoonose  mondialement  fréquente  et  grave  médicalement  (avortement,  mortinatalité,  
malformations  fœtales,  cécité,  déficit  psychomoteurs,  potentiellement  mortelle...):  ces  2    caractères  
définissent  selon  l’OMS  une  
zoonose  majeure.  Très  dangereux    
pour  une  femme  enceinte,  ou  pour  
un  individu  immunodépressif  (à  
l’origine  de  très  nombreux  morts  
lors  du  sida).  
•  Cette  maladie  est  due  à  un  
protozoaire  qui  a  un  cycle  évolutif  
complexe.    
•  Due  à  une  coccidie  :  
 
  6  
Cycle  évolutif  
Le  parasite  présente  un  cycle  évolutif  extrêmement  compliqué  :    
•  Reproduction  sexuée  de  type  coccidie  dans  l’épithélium  intestinal  du  chat  (uniquement  du  chat).  Peu  
de   symptômes   chez   le   chat.   Puis   élimination   dans   ses   fèces   d’ookystes   très   résistants   dits   simples  
(car   renfermant   une   seule   cellule)   et   non-­‐infestants   pour   un   autre   sujet.   Chez   le   chat,   il   s’agit   d’une  
coccidiose  toxoplasmique.  
•  L’ookyste  (etymologiquement:  «  œuf  entouré  d’une  paroi  épaisse  »)  évolue  dans  le  milieu  extérieur  
en  ookyste  infestant  (plusieurs  cellules);    
•   L’ingestion   de   cet   ookyste   par   un   animal   (toutes   espèces)   assure     la   contamination   avec  
multiplication   du   parasite   dans   tous   les   macrophages   de     l’organisme   :   c’est   la   toxoplasmose.   Le   plus  
souvent   il   y   a   une   ingestion   de   végétaux   souillés   par   le   mouton   ce   qui   entraine   la   formation   la   de  
kystes  dans  la  viande.  La  consommation  de  viande  va  alors  infecter  l’homme.    
•   Selon   le   mode   de   contamination,   la   toxoplasmose   humaine   est   acquise,   récurrente     ou  
congénitale  :  
 
 

 
 
 
Contamination  de  l’Homme  
Toxoplasmose   acquise  :   le   plus   fréquemment,   par   consommation   de   viande   de   mouton   (source  
majeure   de   contamination   en   Europe)   accessoirement   par   consommation   de   viande   bovine   ;  
accessoirement  par  ingestion  de  végétaux  souillés  d’ookystes  infestants  ou  par  les  mains  sales.  
Si   cette   contamination   se   produit   chez   une   femme   enceinte   non   immune   à   l’encontre   du   parasite,  
celle-­‐ci   peut   faire   une   toxoplasmose:   avortement,   mortinatalité,   malformations,...:   toxoplasmose  
congénitale.    
L’homme   immunocompétent   contrôle   le   parasite,   donc   dans   la   très   grande   majorité   des   cas,   la  
contamination   humaine   n’est   pas   dangereuse,   sauf   chez   le   sujet   immunodéprimé   qui,   préalablement  
contaminé,   ne   peut   contrôler   cette   multiplication   parasitaire,   parfois   fatale:   toxoplasmose  
récurrente.    
 
 
  7  
Missions  du  vétérinaire  
•  Dépistage  du  chat  source  de  parasites  :  il  est  pratiquement  impossible  malgré  tous  les  examens  que  
l’on  peut  faire  de  confirmer  qu’un  chat  est  porteur  de  la  toxoplasmose.  
•  Dépistage  des  carcasses  parasitées  :  kystes  microscopiques,  dépistage  impossible  ;    
•   Mesure   d’hygiène:   conseiller   aux   sujets   exposés   (femme   enceinte   par   exemple)   et   propriétaires  
d’un  chat  :  Le  chat  peut  être  source  de  parasites  mais  les  règles  d’hygiène  «élémentaire  suffisent:  bac  à  
déjections  nettoyé  régulièrement,  légumes  lavés  fréquemment;    
•  En  revanche,  nécessité  de  consommer  de  la  viande  (ovine  surtout)  très    cuite  car  c’est  une  source  
majeure   de   contamination.   Le   vétérinaire   doit   connaître   le   cycle   évolutif,   et   il   faut   expliquer   au  
propriétaire   comment   se   déroule   la   transmission  :   le   mouton   est   le   mode   de   transmission   principal  
(rarement  consommation  de  légumes  souillés).  

c) Exemple  3  :  La  Trichinellose  


 

 
La   trichinose   est   une   helminthose   due   au   développement   d’un   helminthe   Trichinella   spiralis.  
L’adulte  dans  l’intestin  grêle,  la  larve  dans  les  cellules  musculaires  (dont  cardiaques).  
Le  cycle  évolutif  est  complexe  ;  la  contamination  humaine  en  France  repose  sur  la  consommation  de  
viande  de  sanglier  ou  de  cheval  insuffisamment  cuite.  
 
Missions  du  vétérinaire  :  
•  Inspection  des  animaux,  prélèvements  et  analyses.  
•  Conseils  alimentaires  pour  éviter  la  consommation  de  viande  peu  cuite.  
 

B. Les  zoonoses  transmises  par  ingestion  d’aliments  souillés  


Cette   modalité   de   contamination   est   différente   de   la   première   en   ce   sens   où   il   s’agit   d’une  
contamination   indirecte:   aliments   variés   (végétaux,   fruits,   eau,...)   souillés   d’éléments   parasitaires  
infestants   éliminés   par   un   animal   parasité   malade   ou   asymptomatique.   Par   extension,   il   peut   d’agir  

  8  
aussi   d’une   contamination   par   les   «mains   sales»   souillées,   à   la   faveur   de   manipulations,   d’examens  
cliniques,  d’autopsies,...  

a) teniasis   échinococcique   –   échinococcoses   (2   termes   à   connaître  


précisément  et  à  distinguer)  
 

 
Les  échinococcoses  sont  des  helminthoses  larvaires  de  diverses  espèces  animales  et  de  l’homme,  
dues   à   la   migration   et   au   développement,   principalement   dans   le   foie   et/ou   les   poumons,   d’une   larve  
vésiculaire  (=  globuleuse  et  de  contenu  liquidien)  de  2  espèces  de  cestodes  :    
-­‐   Echinococcus   granulosus   dont   la   larve   est   responsable   de   la   maladie   du   kyste   hydatique   ou  
hydatidose  ;    
-­‐   Echinococcus   multilocularis   dont   la   larve   est   responsable   de   l’échinococcose   multiloculaire   chez  
l’animal,  échinococcose  alvéolaire  chez  l’homme.  
Les   formes   adultes   de   ces   cestodes   sont   responsables   d’un   taeniasis   (=   cestodose   imaginale  
intestinale)  échinococcique  chez  les  carnivores  domestiques  et/ou  sauvages.    

 
  9  
 

b) exemple  1  :  Echinococcus  granulosus  :    


-­‐   La   larve   intéresse   essentiellement   le   mouton   (dans   nos   régions   tempérées)   mais   aussi   de  
nombreuses  espèces  animales  +  Homme  :  Zoonose  majeure  car  fréquente  et  grave.    
-­‐  L’adulte  parasite  principalement  le  chien,  accessoirement  le  renard  et  le  chat  :  petit  cestode  (5mm  
de  longueur)  responsable  d’un  teniasis  asymptomatique.  
Cycle  évolutif  de  Teniasis  échinococcique  sans  l’homme  

 
Le  cycle  évolutif  est  assez  simple  :    
-­‐   Le   chien   (+   renard   +   chat)   élimine   dans   ses   fèces   des   œufs   et   segments   de   tænia   échinocoque   :  
élimination  asymptomatique,  massive,  régulière  d’œufs  très  résistants  dans  le  milieu  extérieur  ;    
-­‐  Ces  œufs  sont  ingérés  par  un  mouton  (+  bovin,  ...)  chez  qui  évolue  une  larve  de  grandes  dimensions  
(plusieurs   cm   de   diamètre   :   kyste   hydatique)   dans   le   foie   et   les   poumons   ;   la   consommation   de   ces  
viscères  parasités  par  le  chien  assure  son  infestation.  
Cycle  évolutif  de  Teniasis  échinococcique  avec  l’homme  

 
  10  
L’homme   s’insère   dans   ce   cycle   précédemment   décrit   s’il   est   amené   à   ingérer   des   œufs   de   cestode;  
chez  lui,  se  développe  alors  une  larve  fertile  identique  à  celle  observée  chez  l’animal.    
La   contamination   se   fait   via   des   aliments   souillés   d’œufs   immédiatement   infestants   ou   par   les  
mains  sales  après  manipulation  ou  examen  d’un  chien  parasité.    
C’est   le   chien   qui   est   source   de   parasites   pour   l’homme   d’autant   qu’il   est   une   source  
asymptomatique   et   source   de   nombreux   éléments   immédiatement   infestants   (segments  
ovigères  et  œufs).  
 
Exemples   de   lésions   observées   chez   les   HI   (essentiellement  
le  mouton)  :  
Haut   G:   kyste   hydatique   ouvert;   à   remarquer   la   paroi   très  
épaisse,   le   kyste   après   ouverture   ne   s’affaisse   pas;   le   contenu  
est  liquidien  «  eau  de  roche  »  (d’où  la  racine  étymologique  «  
hyda-­‐  »)    
Bas   D:   aspect   macroscopique   d’un   appareil   pulmonaire   de  
mouton   parasité;   nombreux   kystes   disséminés   dans   le  
parenchyme.    
 
 
Prophylaxie  et  Missions  du  vétérinaire  :  
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
C’est  à  la  fois  le  cycle  évolutif  du  parasite  et  le  cycle  épidémiologique  de  l’infestation  qui  définissent  
les  bases  de  la  prophylaxie  :    
-­‐ Pour   le   chien   HD   :   contrôle   des   animaux   errants   susceptibles   de   contaminer  
l’homme,   examen   clinique   et   parasitologique   (par   coproscopie),   vermifugation  
de  l’animal.    
-­‐ Pour  le  mouton  HI  :  il  ne  faut  pas  que  l’animal  soit  abattu  n’importe  où.  Un  
abattage  clandestin  de  permet  pas  d’inspection.  Un  viscère  contaminé  peut  
contaminer  un  chien.  
è Règles   d’abattage   (uniquement   dans   des   lieux   affectés   et   contrôlés)  :   saisie   et   destruction   des  
organes  parasités,  interdiction  d’accès  à  tout  chien;    
-­‐ Pour  l’homme  :  règles  d’hygiène,  lavage  des  mains.  

  11  
On  diminue  donc  la  pression  parasitaire.  Malgré  tout  cette  maladie  existe  encore  en  France,  en  
particulier  dans  l’élevage  ovin.  En  effet,  une  carcasse  d’animal  mort  en  alpage  ne  peut  pas  être  
détruite  et  peut  être  consommée  par  des  carnivores.  

c) Exemple  2  :  echinococcus  multilocularis  


Image  de  E.  multilocularis  adulte,  quelques  mm  de  long  (<1  cm).  

 
-­‐   La   forme   adulte,   très   proche   morphologiquement   de   E.   granulosus,   est   agent   d’un   teniasis  
échinococcique  essentiellement  du  renard,  accessoirement  du  chien  et  du  chat  (HD);    
-­‐  La  forme  larvaire,  est  agent  de  l’échinococcose  multiloculaire  chez  des  petits  rongeurs  HI  (type  
campagnol)  et  chez  l’homme  atteint  d’échinococcose  alvéolaire.    
La  répartition  de  l’infestation  suit  celle  des  populations  de  renards  infestés  venant  d’Europe  centrale  
et   Orientale,   envahissant   progressivement  
l’Europe   occidentale   (en   France:   grand   quart  
nord-­‐est,   des   Ardennes   à   la   Lorraine,   Franche-­‐
Comté  et  Bourgogne).  
 
Cycle  évolutif  de  Téniasis  échinococcique  
Le  cycle  évolutif  est  comparable  à  celui  de    
E.  granulosus  :    
-­‐HD   atteints   d’un   teniasis   échinococcique   :  
renard,   accessoirement   chien   et   chat.   L’état   est  
totalement   asymptomatique,   dépistage   très  
difficile;  élimination  fécale  de  segments  ovigères  
et   d’œufs   immédiatement   infestants   pour   HI,  
morphologiquement   identiques   à   ceux   de   E.  
granulosus;    
-­‐   HI:   campagnols   porteurs   d’échinococcose  
hépatique  contaminés  par  ingestion  d’œufs;    
L’ingestion  du  campagnol  assure  la  contamination  
de  l’HD.    
-­‐   L’homme   par   ingestion   des   œufs   (manipulation   de   cadavres   de   renards,   mains   sales)   peut   être  
contaminé   et   souffrir   d’une   échinococcose   alvéolaire:   invasion   du   parenchyme   hépatique   par   une  
larve  à  multiples  ramifications.    
 

  12  
C. Les  zoonoses  transmises  par  contact  
Cette   modalité   de   contamination   est   simple   dans   son   mécanisme   et   n’est   pas   épidémiologiquement  
très  importante,  sauf  lors  de  manipulation  d’animaux  (vivants  ou  morts)  souillés  d’éléments  infestants  
d’échinocoques  (cf.  points  précédents).    
 
Exemples  :  
-­‐  Haut  G:  babine  de  chien  présentant  une  lésion  circulaire  
très  inflammatoire  («  kérion  »)  due  à  un  champignon  agent  
de  teigne  transmissible  à  l’Homme;  
-­‐   Bas   G   :   membre   antérieur   présentant   des   lésions  
d’alopécie,   peu   inflammatoires,   non   prurigineuses,   très  
discrètes,   dues   également   à   un   agent   de   teigne  
transmissible  à  l’Homme  ;  
-­‐  Bas  D  :  lésions  alopéciques,  croûteuses,  inflammatoires  et  
très   prurigineuses   de   la   face   externe   du   pavillon  
auriculaire   d’un   chien   atteint   de   gale   sarcoptique  
transmissible  à  l’Homme.  Il  existe  des  affections  dues  à  des  
acariens   voisines   cliniquement   de   la   gale   et   appelées   «  
pseudogales».  
 
 
 
Exemple  :  La  teigne  
La  teigne    se  manifeste  par  des  squames,  des  érythèmes  (irritation  de  la  peau),  des  alopécies  (il  perd  
ses  poils  mais  ce  n’est  pas  le  terme  que  l’on  doit  employer  quand  on  est  vétérinaire).  
Cette  zoonose  est  bénigne  et  l’animal  peut  être  asymptomatique.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3  images  de  gauche  ó  Aspect  des  champignons  responsables  de  teignes    
-­‐  En  haut  :  poil  teigneux,  aspect  difficile  à  observer  car  morphologie  du  champignon  très  réduite  à  des  
spores  microscopiques  et  quelques  filaments  ;  poil  G  sain,  poil  D  parasité,  d’aspect  flou  ;  
-­‐   En   bas   :   à   gauche,   aspect   morphologique   et   macroscopique   de   la   culture   du   champignon   au  
laboratoire;  à  droite,  aspect  microscopique  de  la  culture:  morphologie  riche  et  très  variée  typique.  
2  images  de  droite  ó  Aspect  des  lésions  observées  chez  l’Homme  

  13  
-­‐   En   haut   :   lésions   alopéciques,   très   inflammatoires,   circulaires   typiques   sur   le   visage   d’une  
propriétaire  contaminée  par  son  chat  ;  
-­‐  Même  lésions  de  plus  près  :  très  inflammatoire  et  souvent  assez  prurigineuse  chez  l’Homme,  ce  qui  
n’est  pas  le  cas  chez  l’animal.  
 

D. Les  zoonoses  transmises  par  l’intermédiaire  de  vecteurs    


Dans   cette   partie,   nous   étudierons   les   zoonoses   transmises   par   l’intermédiaire   d’arthropodes  
hématophages   appelés   vecteurs, les   maladies   correspondantes   étant   appelées   maladies  
vectorielles  (les  exemples  cités  ne  sont  pas  à  retenir  dans  le  détail  mais  simplement  pour  retenir  la  
notion  mode  de  transmission  –  modalités  de  prévention).  
Ø Cette  modalité  de  contamination  est  très  importante :
- Maladies   très   nombreuses,   fréquentes   et   d’extension   géographique   significative  
(réchauffement  climatique  ?)  :  leishmanioses,  piroplasmoses,  paludisme,  dengue,…  
-­‐  Ces  zoonoses  sont  médicalement  graves.  
Ø 2  groupes  de  vecteurs  sont  à  retenir  :  Les  moustiques  et  les  tiques.  
 

 
a) Arthropode  vecteur  mécanique  :  immédiat,  bref,  lutte  imaginale.  
Ces  arthropodes  jouent  le  rôle  d’une  aiguille  souillée,  dont  les  pièces  buccales  représentent  l’aiguille.  
Les   pièces   buccales   sont   souillées   en   surface   lors   de   la   prise   de   sang  chez  un  hôte  infecté  et  infectant.  
Une   deuxième   piqûre   rapprochée   de   la   première   chez   un   hôte   sain   assure   la   transmission.   La  
transmission  peut  être  immédiate  mais  elle  est  brève  car  les  pathogènes  sont  en  surface  des  pièces  
buccales,   donc   exposées   aux   conditions   extérieures.   Le   parasite   généralement   n’a   pas   assez   de  
résistance  (nécessité  de  piquer  rapidement).  Il  n’y  a  généralement  pas  de  multiplication  du  pathogène  
chez  l’arthropode  (manque  de  temps)  donc  pas  d’amplification.  
Il  n’y  a  pas  de  transmission  verticale  possible  chez  le  vecteur,  la  lutte  imaginale  étant  suffisante.  

  14  
b) Arthropodes  vecteurs  biologiques  
Vecteur   biologique   =   «   aiguille   et   seringue   souillées   »; le   pathogène   est   dans   l’organisme   de  
l’arthropode,   il   échappe   aux   conditions   extérieures,   il   y   a   donc   multiplication   et   transformation   du  
pathogène   :  amplification du   pouvoir   pathogène.  Le   pouvoir   de   transmission   est   considérablement  
plus   important   que   précédemment.   La   transmission   est   non   immédiate   (temps   de   latence   obligé)  
mais  elle  est  possible  durant  toute  la  vie  du  vecteur,  et  elle  est    parfois  verticale  (de  générations  en  
générations   chez   le   vecteur)   :   à   partir   d’un   vecteur   femelle   infectée,   n   individus   vecteurs  
infectants (création  d’un  foyer).    
à Il  y’a  nécessité  d’une  lutte  imaginale  sur  plusieurs  générations  de  vecteurs.  

c) Création  d’un  foyer  endémique  stable  d’une  maladie  vectorielle  


 

 
 
Ces  vecteurs  biologiques  capables  d’amplifier  le  pathogène  et  d’assurer  sa  transmission  sur  plusieurs  
générations   sont   à   l’origine   de   foyers   endémiques,   c’est   à   dire   de   populations   vectorielles  
infectantes  vivantes  et  actives,  susceptibles  d’infecter  l’animal  et  l’homme.  
Sur  le  schéma  ci-­‐dessus,  de  gauche  à  droite  :  
-­‐  Une  tique  femelle  infectée  à  partir  d’un  chien  infectant  :  
-­‐  La  femelle  tombe  sur  le  sol,  pond  des  milliers  d’oeufs  et  meurt  ;  
-­‐   Ces   œufs   sont   porteurs   du   pathogène   et   donnent   naissance   à   des   centaines   de   larves   infectées   et  
infectantes,  
-­‐   Qui   se   transforment   en   dizaines   de   nymphes   puis   d’adultes   infectés   et   infectants   capables   de  
contaminer  l’homme  et  l’animal.    
C’est   une   transmission   transtadiale   (de   stade   en   stade   :   de   l’oeuf   à   la   lavre,   à   la   nymphe,…)   et  
transovariale   (de   la   femelle   à   l’oeuf).Tous   les   vecteurs   ne   sont   pas   capables   d’assurer   ces   types   de  
transmission.  
 
  15  
On   part   d’un   adulte   contaminant   et   on   obtient   10   individus   contaminants   à   augmentation   de   la  
probabilité  de  contaminer  les  animaux  /  l’homme.  On  crée  alors  un  foyer  de  contamination.  
Dans  le  cas  d’un  vecteur  mécanique,  il  faut  tuer  les  vecteurs.  
Dans  le  cas  d’un  vecteur  biologique,  il  faut  tuer  les  stades  pré-­‐imagino  donc  les  larves  et  les  nymphes.  
 
Cycle  contamination  animale  /  contamination  humaine  
 

 
 
Il   faut   bien   retenir   la   notion   de   cycle  :   le   pathogène   peut   circuler   entre   animaux   domestiques   (et  
parfois  sauvages)  et  peut  arriver  jusqu’à  l’homme.    
A   chacune   des   étapes   du   cycle,   il   faut   répondre   à   certaines   questions   (surtout   pour   les   parasites  
qualifiés  de  majeurs)  :  
Il   faut   connaître   précisément   la   forme   adulte   du   parasite,   la   localisation   du   parasite,   la   forme   de  
dissémination,  les  signes  cliniques,  les  bases  diagnostiques  et  les  traitements.  
Il  est  nécessaire  de  connaître  le  mode  de  contamination.  Il  faut  toujours  renseigner  le  propriétaire  
sur  la  gravité,  le  mode  de  transmission  etc…  
 
 

  16  
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


     
                                   
 
 

ENTOMOLOGIE  
Médicale  et  vétérinaire  
 

 
Caractères  généraux  
Importance  
Taxinomie  
 
 

Examen  en  deux  parties  :    


• Partie  théorique  :  cycle,  QCM,  tableau  à  remplir  (pour  6  parasites  donnés  :  
HI,  HD,  localisation,  parasite  transmissible  à  l’homme  ?)  toujours  être  
précis  et  donner  le  plus  d’informations  possible.  
• Partie  pratique  TP  =>  diapos  de  parasite,  il  faudra  donner  :  nom  latin,  nom  
commun,  grands  critères  de  classification,  localisation.  1min30  par  diapo.  
 
Objectifs  pédagogiques,  être  capable  de  :  
-­‐ Énoncer  la  définition  zoologique  des  insectes  et  leur  position  
taxonomique  
-­‐ (Re)connaître  les  principaux  taxons  et  espèces  d’insectes  parasites  
d’animaux  domestiques  (+/-­‐homme).  Cf  diagnose  raisonnée  
-­‐ Citer  les  caractères  morphologiques  et  biologiques  utiles  a  la  diagnose  
et  à  la  compréhension  de  l’entomose  correspondante  
-­‐ Connaître  le  rôle  pathogène  de  l’insecte  et  en  déduire  les  applications  
utiles  au  diagnostic  et  à  la  thérapeutique  de  l’entomose.  
 
 

  1  
I.   DEFINITION  ZOOLOGIQUE  ET  TAXONOMIQUE  DES  INSECTES  .................................................  3  
II.   IMPORTANCE  DE  L’ENTOMOLOGIE  ...................................................................................................  4  
III.   ORGANISATION  MORPHOLOGIQUE  GENERALE  .............................................................................  5  
A.   1ER  SEGMENT  :  LA  TETE  ............................................................................................................................................  6  
B.   2EME  SEGMENT  :  LE  THORAX  ....................................................................................................................................  9  
C.   3EME  SEGMENT  :  L’ABDOMEN  ................................................................................................................................  10  
IV.   BIOLOGIE  GENERALE  ..........................................................................................................................  10  
A.   HABITAT,  SPECIFICITE  ...........................................................................................................................................  11  
1.   Durée  ........................................................................................................................................................................  11  
2.   Localisation  chez  l’hôte  ...................................................................................................................................  11  
3.   Variations  ..............................................................................................................................................................  12  
4.   Spécificité  ...............................................................................................................................................................  12  
B.   NUTRITION  ...............................................................................................................................................................  13  
C.   REPRODUCTION  .......................................................................................................................................................  14  
1.   Les  types  de  métamorphoses  .........................................................................................................................  14  
2.   Les  cycles  ................................................................................................................................................................  15  
D.   LONGEVITE  –  RESISTANCE  ...................................................................................................................................  15  
E.   POURVOIR  PATHOGENE  .........................................................................................................................................  16  
1.   Rôle  pathogène  direct  .......................................................................................................................................  16  
2.   Rôle  pathogène  indirect  ...................................................................................................................................  18  
V.   APPLICATIONS  ......................................................................................................................................  19  
A.   NOSOLOGIQUES  ET  CLINIQUES  .............................................................................................................................  19  
B.   THERAPEUTIQUES  ..................................................................................................................................................  21  
VI.   TAXINOMIE  :  ORDRE  DES  DIPTERES  ..............................................................................................  22  
A.   SOUS-­‐ORDRE  DES  NEMATOCERES  .......................................................................................................................  24  
1.   Famille  des  culicidés  (B)  ..................................................................................................................................  25  
2.   Famille  Cératopogonidés  (A)  .........................................................................................................................  29  
3.   Famille  Psychodidés  (A)  ...................................................................................................................................  30  
4.   Famille  des  Simuliidés  ......................................................................................................................................  32  
B.   SOUS-­‐ORDRE  DES  BRACHYCERES  .........................................................................................................................  34  
1.   Famille  des  Tabanidés,  Orthoraphes  ..........................................................................................................  36  
2.   Famille  des  Braulidés,  Cycloraphes  (C)  .....................................................................................................  38  
3.   Famille  des  Hippoboscidés,  cycloraphes  ...................................................................................................  39  
4.   Famille  des  Gastérophilidés,  cycloraphes  (A)  .........................................................................................  42  
5.   Famille  des  Oestridés,  cycloraphes  (A)  ......................................................................................................  45  
6.   Famille  des  Muscidés,  cycloraphes  (B)  ......................................................................................................  49  
7.   Famille  des  Calliphoridés,  cycloraphes  (B)  .............................................................................................  52  

  2  
I. Définition  zoologique  et  taxonomique  
des  insectes  

 
Dans  ce  cours  nous  nous  intéressons  aux  insectes  :    
Embranchement  des  Arthropodes  (arthro  =  articulation,  pode  =  pattes  
=>  pattes  articulées)  :  métazoaires  invertébrés  et  métamérisés,  à  symétrie  
bilatérale,  munis  d’appendices  locomoteurs  articulés  et  d’un  exosquelette  
chitinisé  (croissance  par  mue).  
Sous-­‐embranchement  des  Antennates  :  arthropodes  munis  d’antennes,  
de  mandibules  et  maxillaires  (opposés  aux  chélicérates  =  acariens)  
Classe  des  Insectes  :  mandibulates  à  respiration  trachéenne  (trachée  et  
stigmates  =  orifices  respiratoires),  munis  d’une  paire  d’antennes,  de  3  paires  de  
pattes  (adulte  hexapode)  et  le  plus  souvent  d’ailes.  Corps  divisé  en  3  segments  
(tête,  thorax,  abdomen).  
 
Remarques  (RHX)  :  

§ Les  antennes  des  insectes  ne  sont  pas  toujours  très  visibles,  elles  peuvent  être  cachées.  (Si  
l'animal  a  2  paires  d'antennes,  il  s'agit  d'un  crustacé.)    
§ Il  faut  retenir  le  caractère  hexapode  des  insectes,  qui  les  différencie  des  Acariens.    
§ Parfois  l'individu  est  aptère  (les  ailes  ont  disparu)  :  c'est  une  adaptation  à  la  vie  
parasitaire.  

  3  
• Entomologie  :  discipline  zoologique.  Étymologiquement  =  «  discipline  
consacrée  aux  insectes  ».  
• Entomologie  médicale  et  vétérinaire  :  partie  de  l’entomologie  limitée  
aux  insectes  parasites  de  l’homme  et  de  l’animal,  et  par  extension  aux  entomoses  
correspondantes.  
• Entomose  :  maladie  ou  affection  déterminée  par  des  insectes  parasites  (quel  
que  soit  le  stade).  

II. Importance  de  l’entomologie  


• Place  des  insectes  dans  le  règne  animal  :  
-­‐ Environ  830  000  espèces  décrites  
-­‐ Environ  30  ordres  
-­‐ Insectes  utiles  à  l’homme  :  Production  (miel,  soie…),  pollinisation,  …  
-­‐ Insectes  d’importance  vétérinaire  :  diptères  (environ  150  000  espèces,  ex  :  
moustique),  siphonaptères  (ex  :  puce),  phtiraptères  (environ  500  espèces,  
ex  :  pou),  hémiptères  (environ  35  000  espèces,  ex  :  punaise)  
 
• Place  de  l’entomologie  (sens  large)  au  sein  de  la  parasitologie  :  1  consultation  sur  
3  est  en  relation  avec  le  pouvoir  pathogène  d’un  insecte.  
 
• Place  de  l’entomologie  médicale  au  sein  de  la  médecine  vétérinaire  :    
ü Place  des  antiparasitaires  externes  (APE)  dans  le  chiffre  d'affaire  des  
firmes    pharmaceutiques.  
ü Place  des  entomoses  en  dermatologie.    
 
• De  par  leur  rôle  pathogène  direct  :  action  traumatique,  spoliatrice,  
inflammatoire,  allergisante  (le  plus  souvent  :  réaction  de  l’hôte  à  la  salive  du  
parasite)…  Exemple  :  l’apparition  de  lésions  crouteuses  sur  la  face  dorsale  du  cheval  est  
une  réaction  allergique  :  c’est  la  dermatite  estivale  récidivante.  Récidivante  car  c’est  un  
phénomène  allergique  sui  revient  à  chaque  fois  que  le  cheval  se  fait  piquer.  
 
• De  par  leur  rôle  pathogène  indirect  :    
ü Action  inoculatrice  et  vectrice  d’agents  pathogènes  (protozoaires,  
bactéries,  virus,  helminthes  (=  tout  ce  qui  est  ver)  pour  l’homme  et  
pour  l’animal).  Vecteur  mécanique  ou  biologique.  
ü Importance  en  santé  publique  :  FCO  transmise,  Chicoungounia.  Ces  
insectes  deviennent  de  plus  en  plus  problématiques  à  cause  du  réchauffement  
climatique  qui  favorise  leur  survie  et  leur  développement.  Les  échanges  
commerciaux  favorisent  aussi  leur  évolution.  
 
• Importance  économique  :  altération  du  cuir,  de  la  toison…  

  4  
III. Organisation  morphologique  générale  
Le  corps  des  insectes  et  divisé  en  3  segments  («  insectus  »  =  divisé)  ce  qui  l’oppose  aux  
acariens  :  Tête,  Thorax,  Abdomen.  

  5  
A. 1er  segment  :  la  tête  
Elle  porte  les  organes  sensoriels  :  
• Yeux  simples  ou  à  facettes  
• Antennes  (qui  peuvent  être  cachées  dans  un  sillon,  allongées  vers  le  haut…)  
Et  les  pièces  buccales  (PB)  :    
• Lèvre  supérieure  =  labrum  
• 2  mandibules  
• 1  hypopharynx  +  canal  salivaire  
• 2  maxilles  =  maxillaires  =  mâchoires  
• 2  palpes  maxillaires  
• Lèvre  inférieure  =  labium  
Les  pièces  buccales  sont  caractéristiques  du  type  d’alimentation  de  l’insecte.  Il  en  
existe  donc  différents  types  mais  primitivement  on  a  :  lèvre  supérieure,  lèvre  inférieure  
et  7  pièces  buccales.  
⇒  Piqueur  :  PB  longues  et  plutôt  fines,  elles  permettent  le  prélèvement  du  sang  :  
Adaptation  à  l'hématophagie.  

⇒  Lécheur  ou  broyeur  :  les  premières  permettent  de  lécher  des  exsudats,  les  
secondes  sont  beaucoup  plus  trapues  et  grossières  et  permettent  de  prélever  de  la  
matière  organique.  La  présence  d'yeux  n'est  pas  systématique.  

On  a  alors  des  pièces  buccales  adaptées  à  :    

v La  solénophagie  (insectes  piqueurs)    


Cas  des  Diptères  nématocères  culicidés  (moustiques)  :  Piquent  et  ponctionnent  dans  
capillaires  de  la  peau.  Yeux  composés  avec  pièces  buccales  complètes  et  bien  
développées.  Piqure  précise.    
Pièce  buccale  type  aiguille  de  seringue.  On  trouve  un  labrum  souple  (Quand  l’animal  
pique,  une  pièce  buccale  s’enfonce  alors  que  le  labrum  reste  en  surface  et  se  repli.  Vu  de  
face,  il  a  une  forme  de  canal)  engainant  les  autres  pièces  buccales  :  un  canal  
alimentaire,  deux  mandibules  qui  se  terminent  en  pointe,  un  hypopharynx  avec  canal  
salivaire,  des  palpes  maxillaires  plus  ou  moins  développées  selon  le  sexe  et  l’espèce.    
C'est  un  vecteur  d'agents  pathogènes  sanguins.  
 

  6  
 
 

v La  telmophagie  (insectes  broyeurs)  


-­‐  Cas  des  aphaniptères  pulicidé  (puces)  :  Pièces  buccales  moins  complètes.  Forme  
une  pompe.  Une  seule  paire  de  palpes  maxillaires.  Labium  peu  développé.  Labrum  
derrière.  Maxillaires  en  deux  parties  avec  lame  et  stylet.  Palpes  labiaux.  Antennes  
cachées  dans  un  sillon.  Ocelles.

 
-­‐  Cas  des  diptères  
brachycères  
tabanidés  :  
(Tabanidés  =  taon).  
Appareil  buccal  qui  
ressemble  fortement  a  
celui  des  moustiques  
sauf  que  pièces  plus  
trapues,  grossières  et  
plus  courtes  =>  piqure  

  7  
plus  douloureuses.    Labelle  sur  le  labium  avec  pleins  d’orifices  qui  permet  
l’absorption  de  sucs.  
 
Ces  insectes  créent  une  mare  de  sang  sous  la  peau,  qui  peut  se  mélanger  à  de  la  
lymphe  =>  les  adultes  ne  sont  pas  parasites,  mais  ce  sont  des  vecteurs  d'agents  
pathogènes  sanguins  et  lymphatiques.  Seule  la  larve  est  parasite  et  responsable  de  
myiases  (infection  provoquée  par  une  larve  de  diptères).  

!!!  Remarque  :  
Solénophagie  =  qui  se  nourrit  seulement  de  sang  
Telmophagie  =  se  nourrit  dans  un  lac  sanguin  qui  est  un  mélange  de  
sang  et  de  lymphe.  
 

v Insectes  lécheurs  :    
-­‐  Cas  des  Diptères  brachycères  muscidés  :  (Mouche  domestiques).  Réduction  et  
remaniement  de  l’appareil  buccal.  Le  labium  prédomine  avec  un  labelle  bien  
développé  et  des  canalicules  perforés.  

 
Mouches  ne  sont  pas  parasites  mais  importantes  en  tant  que  vecteurs  mécaniques  
indirects  de  pathogènes  car  elles  se  posent  n’importe  où  :  bouses,  crottins  et  dans  la  
literie.  
 
v Certains  insectes  n’ont  pas  de  pièces  buccales  :  ils  ne  sont  plus  parasites  au  
stade  adulte,  c’est  le  stade  larvaire  qui  nous  intéresse.    

  8  
 
 

B. 2ème  segment  :  le  thorax  


Divisé  en  trois  parties  :  prothorax/mésothorax/métathorax  avec  chacun  une  
paire  de  patte.  

 
Le  thorax  porte  les  ailes.  Les  ailes  peuvent  être  :    
• Réduites  à  une  seule  paire  (membraneuse,  écailleuse,  poilues…).  La  deuxième  
paire  atrophiée  sert  alors  de  balancier.  C’est  le  cas  des  diptères.  
• Absentes  :  Aphaniptères  et  Phtiraptères.  Ce  sont  des  
parasites  permanents  qui  restent  en  permanence  sur  leur  
hôte.  Ces  parasites  sont  aptères.  
• Réduites  à  des  écailles  :  exemple  de  Mélophagus  ovinus.    
 
 
Remarque  :  la  présence,  la  forme  et  la  constitution  (poils,  écailles…)  des  ailes  sont  des  
éléments  utiles  a  la  diagnose.  

  9  
 

Les  pattes    
• Toujours  3  paires  aux  stades  adulte  et  
nymphal.  
• Divisées  en  5  parties.  
• Les  larves  sont  parfois  apodes.  
• Tarse  :  souvent  5  articles  et  terminé  
par  des  organes  de  fixation  selon  le  
mode  de  vie  (1  ou  2  griffes,  
ventouses…).  Chez  les  poux  il  y  a  une  
excroissance  pointue  qui  permet  de  s’accrocher  aux  cheveux.  Critères  qui  
interviennent  pour  la  diagnose.  
 

C. 3ème  segment  :  l’abdomen  


• Segmenté  (segmentation  pas  toujours  visible)  
• Porteur  de  soies  
• Forme  variable  :  allongé,  ovale,  cordiforme…  
• Il  porte  l’orifice  de  ponte  chez  la  femelle  /  l’appareil  génital  externe  chez  le  mâle    
• Abrite  la  plus  grande  partie  des  appareils  digestifs  et  excréteurs.  Tube  digestif  en  
trois  parties  :  pharynx-­‐œsophage-­‐jabot.  Glandes  annexes.  

IV. Biologie  générale  


ü La  biologie  de  l’insecte  donne  les  différentes  caractéristiques  de  chaque  parasite:  
cycle  évolutif  (durée,  localisation…),  habitat/spécificité,  Nutrition,  Reproduction,  
Longévité/Résistance,  Pouvoir  pathogène  direct/indirect  
ü En  fonction  de  la  biologie,  on  en  déduit  des  mesures  de  prophylaxie  
(prévention  ou  traitement  thérapeutique)  

Attention  :  il  faut  absolument  connaître  le  cycle  des  parasites  dans  le  détail  
(différents  stades,  stades  parasites  ou  non,  quelle  espèce,  quelle  localisation  ...)  

  10  
A. Habitat,  spécificité  
Question  :  la  vie  parasitaire  des  parasites  correspond  elle  a  l’ensemble  du  cycle  de  
l’insecte  ou  seulement  à  une  partie  de  ce  cycle  ?  
 

1. Durée  
Intermittent  :  tous  les  stades  ne  sont  pas  présents  chez  l’hôte.  exemple  du  
moustique  qui  se  pose  sur  l’hôte  uniquement  pour  se  nourrir.  
 
Temporaire  :  tous  les  stades  ne  sont  pas  présents  chez  l’hôte.  Exemple  de  
l’Oestrus.  Chez  la  puce  :  seul  le  stade  adulte  est  parasite.  On  les  considère  comme  
temporaires  car  elles  restent  sur  l’hôte  tant  qu’elles  ne  sont  pas  dérangées  mais  
l’ensemble  du  cycle  n’est  pas  sur  l’hôte.  
 

Permanent  :  tous  les  stades  du  parasite  sont  présents  chez  l’hôte  (œuf-­‐larve-­‐
nymphe-­‐adulte).  Exemple  du  pou.  
 
Remarque  :  si  un  seul  des  stades  n'est  pas  chez  l'animal,  alors  le  parasite  n'est  pas  
permanent.  Selon  l'habitat  la  lutte  est  différente,  elle  est  plus  facile  chez  les  parasites  
permanents.    
 

2. Localisation  chez  l’hôte  


• En  surface  de  la  peau,  dans  la  fourrure  pour  la  majorité  des  parasites  =>  intérêt  
d’un  examen  clinique  approfondi.  Exemple  :  puce  
• Dans  les  plaies  cutanées.  Exemple  :  larves  de  diptères  responsables  de  myiases.  Les  
zones  sales  et  humides  favorisent  la  ponte  des  mouches.  
• Dans  l’appareil  respiratoire  et/ou  digestif.  Exemple  :  Au  niveau  de  la  paroi  du  
tube  digestif  :  mouche  gastérophilus  parasite  assez  fréquent  chez  le  cheval.  La  
mouche  pond  sur  les  poils  du  cheval,  puis  le  cheval  se  lèche  et  les  larves  se  
développent  dans  le  tube  digestif.  Autre  exemple  :  oestrus  dont  les  oeufs  sont  pondus  
dans  les  cavités  nasales  et  se  retrouvent  ensuite  dans  le  tube  digestif.  
• Dans  le  tissu  conjonctif  profond  ou  d’autres  tissus  (hypoderme).  Exemple  :  
parasite  effectuant  des  migrations  plus  complètes  dans  l’organisme  comme  le  
varron.  
 
 
 

  11  
3. Variations    
On  peut  avoir  des  habitats  différents  :  
• Entre  adultes  et  larves.    
• Pour  les  parasites  intermittents,  ou  les  stades  non  parasites  (ils  ont  besoin  de  
certaines  conditions  environnementales  pour  se  développer  et  pour  se  déplacer)  :    
ü Un  parasite  exophile  ne  rentre  pas  dans  les  locaux,  (habitation,  étable  ou  
chenil),  il  est  toujours  exposé  aux  conditions  extérieures  (température,  
humidité,  vent…).  On  voit  alors  apparaître  un  caractère  saisonnier  de  
l'entomose.    Exemple  :  le  moustique  est  rare  en  hiver,  mais  très  fréquent  en  été  
sous  nos  latitudes.      
ü Un  parasite  endophile  entre  dans  les  locaux,  il  n'est  plus  soumis  aux  
rigueurs  des  conditions  climatiques.  Il  faut  tenir  compte  des  conditions  
intérieures.  Les  mesures  de  prophylaxie  dans  les  locaux  sont  alors  très  
importantes.  
• Les  parasites  permanents  survivent  mieux  car  ils  ne  sont  pas  soumis  aux  
conditions  extérieures,  leur  milieu  de  vie  est  constant.  Exemple  :  en  hiver,  les  
vaches  sont  rentrées  en  étable,  au  chaud,  donc  le  parasite  est  d'autant  plus  «au  
chaud».  

On  doit  également  tenir  compte  des  transports  passifs  (engins  [avion,  train...],  vent...)  et  
actifs  (vol)  pour  explique  la  répartition  des  parasites.  

Remarque  :  Les  maladies  vectorielles  (souvent  dues  aux  insectes)  s'étendent  à  l'heure  
actuelle  et  des  foyers  endémiques  apparaissent.    

Exemples  :  -­‐  La  FCO  (fièvre  catarrhale  ovine)  est  une  maladie  du  pourtour  Méditerranée  
(Sicile,  Afrique  du  Nord  ...),  qui  aujourd'hui  se  retrouve  jusqu'en  Europe  du  Nord  (Belgique)  
à  cause  du  transport  passif  des  insectes  vecteurs.    

-­‐  Le  paludisme  d'aéroport  autour  de  Roissy  (et  le  Chigungunya)  :  les  insectes  
ont  été  transportés  via  l'avion  depuis  des  pays  où  on  trouve  la  maladie.  Le  
paludisme  reste  très  localisé  autour  de  l'aéroport  car  les  insectes  responsables  
de  la  transmission  disparaissent  très  rapidement.  

4. Spécificité  
Important  pour  la  diagnose  :  Est-­‐ce  une  espèce  qui  est  spécifique  ?  
 
Exemple  :  Si  on  traite  le  chien  contre  les  puces  mais  qu’il  vit  avec  un  chat,  faut-­‐il  
également  traiter  le  chat  ?  

  12  
Cténocéphalides  Félis  est  peu  spécifique  malgré  son  nom  donc  il  faudra  aussi  gérer  le  
problème  chez  le  chien.  
Au  contraire,  le  poux  est  une  espèce  très  spécifique  il  n’y  aura  qu’à  traiter  le  chat.  Pas  
transmissible  à  l’humain  non  plus.  
 
Espèces  polyvalentes  :  parasites  pouvant  parasiter  de  nombreuses  espèces  
différentes  :  on  parle  d’espèces  euryxènes.  mouches,  moustiques.  

Ces  parasites  euryxènes  sont  très  importants  au  niveau  de  la  transmission  d'agents  
pathogènes  et  sont  à  prendre  en  compte  lors  de  l'établissement  de  mesures  de  
prophylaxie.

Espèces  préférant  un  groupe  :  puces  


 
Espèces  TRES  spécifiques  :  On  parle  d’espèce  sténoxènes  (sténo=étroit,  
xène  =  individu).  poux  
 

B. Nutrition  
La  nutrition  est  à  relier  à  l’anatomie  des  pièces  buccales  et  conditionne  la  capacité  
vectorielle  de  l’insecte  correspondant  :  c’est  LE  caractère  biologique  fondamental.  
Remarque  :  Les  parasites  non  hématophages  se  nourrissent  de  squames  et  de  sébum.  
 
Type  broyeur  èphtiraptères  mallophages  (poux  mallophages).    
 
Type  suceur-­‐lécheur  èdiptères  muscinés,  caliphoridés  adultes.  
 

Type  piqueur-­‐suceur  :  permet  l’hématophagie  èdiptères  nématocères,  


aphaniptères…  
o Type  solénophage  è  
pièces  buccales  longues  et  fines,  en  forme  de  stylet  permettant  
uniquement  l’absorption  du  sang.  Parasites  capables  de  transmettre  les  
agents  pathogènes  du  sang  (mais  pas  ceux  du  derme  ou  de  la  lymphe  !).  
Exemple  :  culicidés.  
o Type  telmophage  èpièces  buccales  courtes  et  grossières,  permettant  
l’absorption  du  sang  et  de  la  lymphe.  Caractères  inflammatoire  plus  
marqué.  Transmission  de  parasites  sanguins,  lymphatiques  et  dermiques.  
Sur  le  plan  clinique,  ces  piqûres  sont  plus  visibles  que  les  précédentes  

  13  
(déchirement  de  vaisseaux,  dilacération).  Exemple  :  tabanidés,  
aphaniptères.  
o Dans  les  deux  cas  on  peut  avoir  ces  types  chez  les  deux  sexes  (puce)  ou  
seulement  chez  un  seul  sexe  (les  femelles  chez  les  moustiques).  
 
Pièces  buccales  absentes  èdiptères  oestridés.  
 
Remarque  (RHX)  :  il  y  a  une  relation  entre  hématophagie  et  spécificité  
 

C. Reproduction  
La  reproduction  est  également  un  caractère  biologique  important  car  elle  permet  de  
connaître  les  conditions  nécessaires  à  la  multiplication  du  parasite  (conditions  
écologiques,  de  repas,  d’O2,  de  température,  le  milieu  de  vie),  l’identification  du  
parasite  et  la  lutte  contre  ceux-­‐ci  est  alors  plus  aisée.  
 

1. Les  types  de  métamorphoses  


Remarques  :  Holos  =  «  entier,  complet  »  
Heteros  =  «  différent  »  
Metabolê  =  «  changement  »  
 

Insectes  Hétérométaboles  =  métamorphose  incomplète  :  la  larve  a  une  


morphologie  et  un  mode  de  vie  proche  de  celui  de  l’adulte.  
o Paurométaboles  èlarve  et  adulte  avec  un  mode  de  vie  très  proche,  
exemple  :  pou  
o Hémimétaboles  è  larve  et  adulte  avec  un  mode  de  vie  très  différent,  
exemple  :  punaise  
 
Insectes  Holométaboles  =  métamorphose  complète  èlarve  très  différente  
de  l’adulte,  exemples  :  puces,  moustiques,  mouches…  
 
 
 
 
 
 
 
 

  14  
2. Les  cycles  
!!!  Pour  chaque  espèce  parasite,  il  faut  être  capable  de  :  

!!!  Pour  chaque  cycle  évolutif  il  faut  se  demander  :  

-­‐  quel  est  ou  quels  sont  le  ou  les  stade(s)  parasite(s),  

-­‐  quel  est  le  mode  de  nutrition  de  chaque  stade  ?  (Hématophage/non  hématophage)  

-­‐  quelle  est  la  durée  approximative  du  cycle  évolutif,  quelles  sont  les  conditions  requises  
minimales  et  maximales  ?    

-­‐  où  se  situe  chaque  stade  chez  l'animal  ?  

D. Longévité  –  Résistance  
§ Longévité  =  durée  maximale  d’un  stade  dans  des  conditions  données.  
 
§ Résistance  =  capacité  pour  un  stade  donné  de  rester  vivant,  capable  
d’évoluer  en  un  stade  ultérieur  et  de  rester  infestant.  
 
-­‐ Poux  adulte  :  6  à  8  semaines  
-­‐ Puce  peut  résister  1  an  au  jeûne  
 

  15  
E. Pourvoir  pathogène  
Deux  types  de  rôles  pathogènes  :    
§ Rôle  pathogène  direct  =  effets  observés  chez  l’animal  en  relation  avec  la  
présence,  la  multiplication  et  la  nutrition  de  l’insecte.  
 
§ Rôle  pathogène  indirect    
o Vecteurs  biologiques  =  rôle  d’HI  d’agents  pathogènes  divers  (protozoaires,  
helminthes,  bactéries,  virus).  
o Vecteurs  mécaniques  (équivalent  d’une  aiguille  souillée).  
 

1. Rôle  pathogène  direct  


Action  traumatique  est  due  :  déplacement,  migration,  piqûre  +  agitation.  
Dépend  de  :  
o Nombre  de  pièces  buccales  et  leur  calibre  :  culicidés  différents  des  
Tabanidés  è  douleur.  Douleur,  énervement  =>    diminution  de  
production  
o Organes  de  fixation  :  griffes,  crochets  (exemple  des  Gastérophiles  
(portent  ce  nom  car  l’espèce  prédominante  est  localisée  dans  l’estomac)  
qui  se  fixent  avec  des  crochets  à  la  muqueuse  du  tube  digestif)  
o Cycle  évolutif  :  migration  plus  ou  moins  profonde,  peut  être  tissulaire  
(hypodermose)  
Action  spoliatrice  èrenvoie  à  l’Hématophagie.  Dépend  de  la  taille  du  
parasite  et  du  degré  d’infestation.  
o Moustiques  :  négligeable  si  infestation  normale  
o Taons,  stomoxes  :  diminution  de  la  production  
o Anémie  due  a  une  infestation  massive  de  puces  !  
Action  toxique  et  antigénique  èsalive  
o Hypersensibilité  :  (en  3  étapes)    
1) Premier  contact  de  l’hôte  avec  les  
antigènes,  substance  étrangère  à  
l’organisme  (allergène,  salive  de  puce  par  
exemple)  :  c’est  la  phase  de  
sensibilisation.  
2) Phase  de  latence  avec  synthèse  
d’anticorps,  aucun  signe  clinique.    
3) Si  autre  contact  avec  l’antigène,  on  a  une  
phase  déclenchante,  l’animal  est  
sensibilisé  et  peut  faire  réaction  
d’hypersensibilité.  Signes  cliniques  :  

  16  
lésions  localisées  au  niveau  de  la  peau  (DAPP),  lésions  générales  
(asphyxie,  hypotension…)  
o A  l’origine  de  :  papule  prurigineuse,  œdème,  Dermatite  estivale  
récidivante  chez  équidés  due  à  des  piqures  de  moucherons,  dermatite  
allergique  chez  le  chien  (DAPP  canin).  Suite  à  une  piqure  de  puce,  les  Ag  de  
la  puce  passent  dans  le  sang  et  entrainent  différentes  réactions  (synthèse  
d'Ac  par  l'organisme,  puis,  lors  d'une  seconde  piqure,  il  se  forme  une  réaction  
inflammatoire  =>  Hypersensibilité  avec  sécrétion  d'histamine  =>  prurit  
importante.  

 
Pne  =  polynucléaires       Ma  =  mastocytes  

Exemples  de  rôle  direct  :  

-­‐ Les  myiases  digestives  du  cheval  :  les  crochets  fixés  dans  la  muqueuse  gastrique  
entraînent  des  ulcères  (gastérophilus)    
-­‐ L'hypodermose  due  au  varron  cause  des  nodules  dans  le  tissu  sous  cutané  

  17  
 

2. Rôle  pathogène  indirect  


Remarque  :  au  sens  strict,  l'OMS  considère  que  le  rôle  pathogène  indirect  ne  s'applique  
qu'aux  vecteurs  biologiques  (arthropodes  hématophages)  et  pas  aux  vecteurs  mécaniques.  
Au  sens  large,  on  considérera  que  les  deux  types  de  vecteurs  sont  à  l'origine  d'un  effet  
pathogène  indirect.  

Il  faut  bien  différencier  solénophagie  et  telmophagie.  Solénophagie  :  vecteur  


d’agent  pathogène  uniquement  dans  le  sang/Telmophage  :  vecteur  pathogène  
aussi  dans  la  lymphe  
Vecteur  biologique  =  capacité  d’un  insecte  à  héberger,  permettre  
la  multiplication,  l’évolution  en  un  stade  infectant  et  l’entretien  
de  l’agent  pathogène,  et  à  les  transmettre.  
o Transmission  après  un  temps  de  latence  (indispensable),  permettant  la  
multiplication  et  la  transformation.  
o Transmission  toute  la  vie  de  l’insecte  (il  porte  à  vie  l’agent  pathogène)  
o Transmission  amplifiée  par  rapport  au  matériel  initial  
o Exemple  :  anophèle  vecteur  dupaludisme,  anophèle  èdirofilariose,  
culicidés  èfilarioses,  phlébotome  èleishmaniose,  glossine  
ètrypanosomoses,  simulie  èonchocercose,  pou  ètyphus,  puce  
èdipylidium,  arboviroses  (encéphalites,  fièvre  jaune,  dengue,  
chikungunya...).  
Exemple  de  leishmaniose  canine  :  La  transmission  de  l'agent  pathogène  est  illustrée  par  la  
Leishmania  transmis  par  Phlébotomus  sp.  

  18  
 
RHX  :  Dans  le  cas  du  rôle  pathogène  indirect  il  y  a  multiplication  de  l'agent  pathogène,  
ce  qui  induit  une  amplification  de  son  pouvoir  pathogène.  La  modification  
morphologique  et/ou  antigénique  du  parasite  lui  permet  d'acquérir  une  forme  
infectante.  Une  fois  que  l'insecte  est  contaminé,  il  conserve  ce  pouvoir  toute  sa  vie.  

Vecteur  mécanique  =  «  aiguille  souillée  ».  La  capacité  vectorielle  est  


très  limitée  dans  le  temps,  elle  est  conditionnée  par  la  résistance  du  vecteur  
dans  le  milieu  extérieur.  
o Transport  passif  de  nombreuses  bactéries  à  partir  de  plaies...    
o Peu  de  multiplication  en  surface  des  pièces  buccales,  pas  de  
modification  de  l’agent  pathogène.  
o Vecteur  immédiatement  infectant  (pas  de  temps  de  latence)  mais  de  
courte  durée  
o Exemples  :  taons  èbesnoitiose,  brucellose,  charbon,  tularémie  ...  
simulies/fièvre  aphteuse,  charbon,  lèpre...  

V. Applications  
A. Nosologiques  et  cliniques  
La  nosologie  est  l'étude,  la  description  des  maladies.    

• Le  Nom  de  la  maladie  (ou  infestation/infection)  peut  être  issu  ...  

v Du  nom  de  l’insecte  responsable     ex  :  pulicose  due  aux  puces,  œstrose  


due  à  Oestrus  sp,...  
v Du  groupe  d’insectes       ex  :  phtiriose  due  à  la  famille  des  poux  

  19  
v Des  signes  cliniques  majeurs     Ex  :  dermatite  estivale  récidivante  (chez  
le  cheval,  causé  par  culicoïdes)  
v Ne  nous  renseigne  pas  sur  la  nature  du  stade  parasite     ex  :  gastérophilose,  
œstrose,  hypodermose  =  MY(I)ASES  (entomoses  dues  à  des  larves  de  
diptères.  Chez  ces  espèces  ce  sont  les  larves  qui  sont  parasites  et  non  les  
adultes).  
`  

Etymologie  utile  pour  retenir  un  caractère  morphologique  de  l’agent  pathogène  ou  un  
signe  clinique  de  la  maladie  

• L’observation  des  éléments  morphologiques  de  l’insecte  permettent  sa  


diagnose  (au  moins  le  genre,  parfois  l’espèce),  éléments  morphologiques  de  
base  :    
o Forme  générale  (symétrie,  couleur,  aspect)    
o Dimensions  (visible  à  l’œil  nu  ?  limite  visibilité  œil  nu  =  0,5mm)  
 
• La  diagnose  de  l’insecte  permet  de  déduire  un  diagnostic  correspondant.  Il  faut  
se  méfier  :    
o Des  faux  négatifs  :  si  le  parasite  a  quitté  l'animal  mais  a  laissé  derrière  lui  
des  signes  cliniques  très  évocateurs  (nécessite  une  sensibilité  de  la  
méthode  d'observation  de  l'insecte).  
o Des  faux  positifs  :  ils  ne  signifient  pas  qu’il  n’y  a  pas  une  autre  maladie  
parasitaire  sous-­‐jacente  (présence  de  l’insecte  ≠maladie)  
 
• Pour  les  principaux  genres  d’insectes  parasites,  les  éléments  biologiques  
fondamentaux  à  connaître  sont  :    
o nutrition,  locomotion/migration,  stade  pathogène    
ècompréhension  de  certains  signes  cliniques  caractéristiques    
ü Papule  =  œdème  localisé  correspondant  à  une  piqûre  («  bouton  »  
dans  le  langage  quotidien)  
ü Excoriation  rectiligne  doit  être  rapprocher  d’un  prurit    
ü Observation  de  crottes  de  puce  conduit  à  penser  à  une  pulicose  
o reproduction,  cycle  évolutif,  spécificité    
èdonnées  épidémiologiques    
ü Répartition  géographique  de  la  maladie  <-­‐>  celle  de  l’insecte  
èexemple  :  maladie  cosmopolite/  régionale.  Phlébotome  est  
présent  uniquement  sur  le  pourtour  méditerranéen.  
ü Caractère  saisonnier  :  exemple  dermatite  ESTIVALE    
ü Phénomène  allergisant  :  exemple  dermatite  estivale  
RÉCIDIVANTE  même  sans  traitement,  elle  disparaît  à  la  fin  de  
l'automne  et  revient  l'été  suivant  avec  les  mêmes  signes  cliniques  en  

  20  
absence  de  traitement.  
ü Si  forte  spécificité  :  1  seule  espèce  touchée  /  non  zoonotique  
o Pouvoir  pathogène  
ü Action  traumatique  è  plaies
ü Irritative  è  inflammations
ü allergisant  è  prurit
ü spoliatrice  è  anémie
ü inoculatrice  è  complications
o Habitat  
ü Choix  des  méthodes  diagnostiques  les  plus  appropriées
Exemples  RHX  :  -­‐  On  ne  traitera  pas  de  la  même  façon  un  insecte  
permanent,  présent  sur  l'animal  à  tous  les  stades,  et  un  insecte  temporaire  
qui  ne  reste  parfois  sur  l'animal  que  le  temps  de  la  piqûre.  
-­‐  Dans  le  cas  d'une  dermatose  induite  par  un  mécanisme  
d'hypersensibilité,  on  cherche  à  supprimer  la  piqûre,  on  
utilisera  donc  des  traitements  très  rapides  (ex  :  insecticides  
pour  DAPP).  -­‐  Exemple  d'un  traitement  mis  au  point  grâce  à  
la  connaissance  du  cycle  évolutif  de  la  puce  
(Remarque  :  il  existe  des  médicaments  juvéniles  entrainant  des  stades  
larvaires  surnuméraires)  

B. Thérapeutiques  
• Eléments  biologiques  fondamentaux  sont  des  points  cruciaux  dans  la  
détermination  de  la  thérapie  :    
o En  fonction  de  l’habitat  et  du  mode  de  vie  libre,  on  peut  avoir  recours  à  :  
ü Une  modification  de  biotopes  (puces,  moustiques)  
ü Une  utilisation  de  produits  chimiques  :  insecticides,  inhibiteurs  de  
croissance.  
ü Une  lutte  biologique  (prédateurs,  toxine  biologique)  
ü Une  lutte  mécanique  (moustiquaire,  aspirateur…)  
o Selon  la  nutrition  et  l’action  pathogène  :  
ü Choix  des  thérapeutiques  les  plus  efficaces  (insecticides  pour  DAPP  :  
«  effet  knock  down  »  =  effet  négatif  avant  que  l’insecte  ai  eu  le  temps  
de  piquer  l’animal)    

  21  
VI. Taxinomie  :  Ordre  des  diptères  

 
Les  Diptères,  les  Aphaniptères  (puces)  et  les  Phtiraptères  (poux)  sont  de  rang  A.  Les  
Hémiptères  (punaises)  sont  de  rang  C.  

 
Les  diptères  (dis=  «  2  fois  »  et  pteron=  «  aile  »)  ont  la  caractéristique  de  posséder  2  
paires  d'ailes  (en  apparence  une  paire  d'aile  membraneuse,  et  la  seconde  paire  est  

  22  
atrophiée  [haltères=balanciers]).  Ils  sont  des  ptérygotes  (=ailés)  holométaboles.  Leurs  
pièces  buccales  sont  de  types  lécheurs,  piqueurs  et  voire  absents.  Les  larves  sont  apodes  
et  segmentées.  Les  nymphes  sont  mobiles,  ou  immobiles  (tégument  dur)  ;  on  parle  alors  
de  pupes.  Les  deux  sous-­‐ordres  sont  faciles  à  différencier  (la  comparaison  se  fait  surtout  
au  niveau  des  antennes)  :  

-­‐  Chez  les  Nématocères  (nema=  «  fil  »  et  keras=  «  corne  »),  les  antennes  (à  n  articles)  
sont  longues  et  fines,  le  corps  est  grêle  et  allongé  avec  des  pattes  fines  (Moustiques  et  
apparentés)  

-­‐  Chez  les  Brachycères  (brachus=  «  court  »  et  keras=  «  corne  »),  les  antennes  (à  3  
articles)  sont  courtes,  le  corps  est  court,  trapu  et  ramassé  avec  des  pattes  courtes,  (allure  
de  Mouche).  

 
 
 
 
 
 

  23  
A. Sous-­‐ordre  des  Nématocères  

 
Les  Nématocères  sont  des  agents  de  dermatites  et  vecteurs  de  nombreux  agents  
pathogènes.  On  distingue  deux  grands  groupes  au  sein  même  des  nématocères  :  

-­‐  Les  Eunématocères  sont  les  vrais  nématocères  (vrais  moustiques)  :  antennes  
longues  et  poilues.  

-­‐  Les  Paranématocères  sont  un  groupe  de  transition  entre  les  brachycères  et  les  
nématocères  :  antennes  plus  courtes  et  glabres.  (Intermédiaires  entre  moustiques  et  
mouches)  

 
Les  Nématocères  sont  importants  car  ils  sont  abondants,  ils  ont  un  pouvoir  pathogène  
direct  (piqûre,  lésion  cutanée)  mais  aussi  un  pouvoir  pathogène  indirect  en  inoculant  
des  agents  pathogènes  divers  (virus,  helminthes,  bactéries...)  

Les  Eunématocères  contiennent  3  familles  d'inégale  importance  :  

o Les  culicidés  :  vrais  moustiques,  représentant  parfait.  (B)    


o Les  cératopogonidés  (A)  
o Les  psychodidés  (A)  

  24  
 
 

1. Famille  des  culicidés  (B)  

 
3  genres  :  Culex,  Aedes  et  Anopheles  mais  pas  la  peine  de  savoir  reconnaître  les  
différences  entre  ces  3  genres.  
Ø Morphologie  générale  (Culex,  Aedes,  Anopheles)    
-­‐ Bord  des  ailes  pas  net  car  écailles  qui  dépassent  
-­‐ Antennes  longues  avec  nombreux  articles  
-­‐ Palpes  maxillaires  assez  courtes.    
-­‐ Trompe  longue  
-­‐ Longueur  corps  :  4-­‐10mm.  

  25  
 
Ø Biologie    
• Habitat  (Culex,  Aedes,  Anopheles)  
-­‐ Cosmopolite,  parasites  sur  l'ensemble  du  globe,  très  abondants  en  pays  chaud  
(zone  équatoriale)  :  la  température  joue  sur  leur  répartition  géographique  et  leur  
activité.  
-­‐ Besoin  d’humidité  notamment  pour  leur  cycle  (stade  immature  aquatique)  
-­‐ Activité  nocturne  et  crépusculaire.  Lorsque  les  températures  diminuent,  que  
l’atmosphère  devient  plus  humide,  et  que  le  vent  s’arrête,  ils  prennent  leur  repas  
de  sang…  
-­‐ Certaines  espèces  sont  domestiques  et  endophile  (peuvent  aller  dans  
habitation,  milieu  fermé)  et  d’autres  sont  sauvages  et  exophiles,  elles  n’iront  
jamais  dans  les  habitations.  
-­‐ Dispersion  due  à  la  capacité  de  vol  (transport  actif)  des  individus  :  peuvent  
voler  sur  1-­‐30  km.  Certains  plus  sédentaires  que  d’autres.  Il  faut  aussi  tenir  
compte  des  transports  passifs  (vent).  
 
• Nutrition  (Culex,  Aedes,  Anopheles)  
-­‐ Seules  les  femelles  sont  hématophages.  Elles  se  nourrissent  pour  la  
reproduction  (repas  indispensable  à  la  ponte  et  la  maturation  des  œufs)  
o Choix  de  l’hôte  :  Espèces  anthropophiles  (préfèrent  l’homme  comme  
Anopheles)  et  d’autres  zoophiles.    
o Repérage  de  la  Température,  de  la  teneur  en  CO2…  Il  y  a  vraiment  des  
peaux  à  moustiques  (odeurs).    
o Repas  par  stylets  perforant  directement  un  capillaire  :  solénophagie.  
Pénétration  des  pièces  buccales  dans  le  tégument  sauf  le  labium.  
 
• Cycle  évolutif  (Culex,  Aedes)    
-­‐ Accouplement  en  vol  dans  les  jours  suivant  l’émergence  des  adultes.  Femelles  ont  
besoin  d’un  seul  accouplement  pour  être  fertiliser  et  fertilisent  tous  ses  œufs.  Les  
mâles  peuvent  s’accoupler  plusieurs  fois.    
Espèces  Eurygames  (s’accouplent  en  essaim,  c’est  à  dire  mâles  et  femelles  se  
retrouvent  dans  un  grand  espace,  nécessité  de  volume  pour  assurer  leur  
reproduction)  ou  Sténogames  (nécessite  peu  de  volume  pour  assurer  la  
reproduction).  
-­‐ Repas  de  sang  nécessaire  à  la  maturation  des  œufs  :  espèces  anautogènes  (≠  
autogènes)  :  
-­‐ Autogènes  facultatif  :  première  ponte  sans  repas  de  sang  mais  il  faudra  
du  sang  pour  ponte  suivant.  
-­‐ Autogènes  obligatoire  :  pas  besoin  de  sang  
-­‐ Ponte  quelques  jours  après  repas  de  sang.    

  26  
Souvent  dans  l’eau  mais  gite  varié  :  eau  stagnante/eau  courant,  eau  chaud/  
froide,  eau  pure/souillée.  Pour  lutter  contre  une  espèces  il  faut  connaitre  ces  
gîtes  larvaires  !!  
-­‐ 4  stades  larvaires.  Larve  métapneustiques  (possèdent  un  orifice  respiratoire  
sur  le  dernier  segment,  d'où  la  disposition  «  à  l'envers  »  de  la  larve  dans  l'eau)  
s’accolent  à  la  surface  de  l’eau  et  a  une  respiration  aérienne.  Larves  carnassières  
et  apodes.  Nymphe  (propneustique)  aquatique  ne  se  nourrit  pas.  Puis  adulte  
sort  par  une  ouverture  de  cette  nymphe.    
-­‐ Cycle  :  2-­‐3  semaines  dans  conditions  favorables.  
-­‐ Survie  hivernale  :  par  les  larves,  par  les  
œufs  ou  parfois  les  femelles  
 

Ø Rôle  pathogène  
On  peut  avoir  des  réactions  importantes.  
• Dermatite  allergisante  (Culex,  Aedes):  les  Culicidés  ont  un  rôle  
pathogène  direct  avec  des  actions  traumatiques  et  allergisantes  
(dermatite  allergique  éosinophile)  qui  sont  à  l'origine  de  papules  
prurigineuses  et  œdémateuses  chez  l'homme.

Rôles  pathogènes  indirects  très  importants  chez  homme  et  animaux  


• Transmission  de  viroses  :  (Culex,  Aedes)  
o Fièvre  jaune  (A)  due  à  un  virus  en  Amérique  sud,  centrale  et  Afrique.  
A  l'origine  d'hépatonéphrite  (inflammation  du  foie  et  des  reins).  Cette  
maladie  est  transmise  par  piqûre  et  par  les  déjections  d'Aedes  
aegypti.  Strictement  humaine.  Il  existe  un  vaccin,  mais  si  la  personne  
n'est  pas  prise  en  charge,  la  maladie  est  mortelle
o Dengue  (A)  (région  tropicale)  :  se  traduit  par  des  maux  de  tête  et  des  
douleurs  musculaires.  Transmise  par  Aedes  aegypti.  Entraine  une  
hémorragie  potentiellement  mortelle.  

  27  
o Encéphalites  (A)  (MEMHEA  =  humaine  equine  et  aviaire)  dont  le  
virus  de  West  Nile.  
o Myxomatose  qui  touche  les  lapins    
o Fièvre  de  la  vallée  du  Rift  en  Afrique  avec  passage  possible  à  l’homme      
o Variole  aviaire,  peste  equine.  
o Chikungunya  avec  vecteur  =  aedes  albopictus  
 Remarque  :  aedes  a  souvent  des  taches  sur  le  corps.  
• Transmission  d’helminthoses  (Culex,  Aedes)  
o Filarioses  humaines  (lymphatiques)  plutôt  en  Afrique  et  Asie  :  
Wüchereria  bancrofti,  Brugia  
o Filarioses  animales  :  -­‐  dirofilaria  immitis  est  la  plus  importante,c’est  
une  filaire  cardiaque,  signe  clinique  :  insuffisance  cardiaque.  Les  
animaux  qui  voyagent  sont  les  plus  touchés.    
-­‐  Diarofilaria  repens  localisé  en  région  sous  
cutanée.    
-­‐  Setaria  sp.  Bovins  et  equins.  Se  localisent  
dans  cavité  péritonéale  et  parfois  dans  la  
chambre  de  l’œil.  
• Transmission  de  :  (Anopheles)  
o Paludisme  dû  a  plasmodium  
o Dirofilariose  cardiaque  
 
Ø Méthodes  de  lutte    
• Il  faut  bien  connaître  la  biologie  du  parasite  pour  agir  à  différent  niveau  du  
cycle  (enquête  entomologique).    
• Antiparasitaire  que  l’on  se  met  sur  soi.  
• Maitrise  de  l’eau  :  assèchement,  suppression  des  collections  d’eau  car  la  
présence  d’eau  est  indispensable  pour  les  larves.  
• Utilisation  d’insecticides    
-­‐ Chez  l’animal  :  spray,  collier,  spot  on,  pipette  chez  le  chien  qui  limite  le  
risque  d’être  piqué è  Répulsifs  
-­‐ Dans  le  milieu  extérieur  :  anti-­‐larves  dans  les  élevages  
-­‐ molécules  :  organoCl,  organoP,  pyéthroïdes  (tendent  à  disparaître  car  
toxiques)  
-­‐ Lutte  biologique  par  prédateurs,  toxine  bactérienne  de  Bacillus  
thuringiensis  
-­‐ Lutte  «  mécanique  »  =  moustiquaire  
-­‐ A  noter  que  l’on  observe  des  phénomènes  de  chimiorésistance  
 
 
 

  28  
2. Famille  Cératopogonidés  (A)  
Elle  est  représentée  par  le  genre  Culicoïdes.  Coides  signifie  «  qui  ressemble  »,  ici  «  qui  ressemble  
à  un  moustique  ».  Ce  sont  plutôt  les  types  «  moucheron  ».  

 
Ø Morphologie  générale  
-­‐ Taille  :  1,5-­‐4mm  
-­‐ Antennes  longues  et  monoliforme,  avec  nombreux  articles,  articles  de  plus  en  
plus  allongés  
-­‐ Ailes  légèrement  velues,  avec  petites  taches  (taches  sombres  sur  bord  antérieur  
assez  caractéristiques),  repliées  sur  l’abdomen.  Apex  arrondi  
-­‐ Trompe  courte.    
-­‐ Pattes  longues.    
-­‐ Thorax  assez  bombé,  bossu.    
 
Ø Biologie  
• Habitat  et  mode  de  vie  
-­‐ On  supposait  exophiles  mais  au  final  ils  sont  exophiles  et  endophiles.    
-­‐ Répartition  des  espèces  :  pas  la  même  composition  pour  stabulation  et  prairie.  
Espèces  plus  endophiles  et  d’autres  plus  exophiles.  
-­‐ Rayon  d’action  assez  faible,  volent  peu  mais  le  vent  peut  intervenir  (en  général  
ils  se  cachent  quand  il  y  a  du  vent  car  très  petits).    

  29  
-­‐ La  plupart  sont  crépusculaires  mais  certaines  peuvent  être  actifs  le  jour.  Besoin  
d’humidité,  de  T  adaptée.  Temps  lourd  et  orageux  favorise  leur  activité.    
• Nutrition  
-­‐ Seules  les  Femelles  sont  hématophage  par  telmophagie  èpiqure  douloureuse  
chez  l’homme  et  l’animal.  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Nécessite  de  l’eau  ou  des  espaces  humides.  Les  
larves  fréquentent  les  couches  superficielles  de  ces  
milieux,  se  développent  puis  donnent  des  nymphes  
qui  restent  aussi  dans  les  couches  superficielles.  
-­‐ Cycle  de  2-­‐6  semaines  ou  plus  
-­‐ Survie  hivernale  sous  forme  de  larves.  
 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Dermatite  papuleuse  par  piqure,  douloureuse,  
prurigineuse  
-­‐ Rôle  pathogène  direct  :  spoliation,  action  
traumatique..  
-­‐ Réaction  allergique  a  la  salive  :  crins  ébouriffés,  
croutes…    
-­‐ Dermatite  estivale  récidivante  équine  (gale  d’été)  :  mécanisme  
d'hypersensibilité.  L'animal  est  sensibilisé  et  présente  des  mécanismes  d'allergie.  
Le  terme  de  «  gale  »  est  impropre  car  ce  n'est  pas  une  infection  causée  par  des  
acariens.  On  l'observe  surtout  chez  les  poneys,  avec  apparition  de  lésions  
croûteuses  sur  la  ligne  du  dos,  dans  la  région  scapulaire  et  éventuellement  la  tête.  
-­‐ Transmission  de  :    
o «  blue  tongue  »  ovine  =  fièvre  catarrhale  ovine  (FCO).  FCO  provoque  entre  
autre  une  cyanose  de  la  langue  chez  moutons  et  bovins  
o Virus  de  Schmallenberg  
o Onchocercoses  bovines,  équines  (vers  rond,  nématodes)  
o Dipétalonémoses  humaines  (péritoine)  
 
Ø Méthodes  de  luttes  :  cf  culicidés  
 

3. Famille  Psychodidés  (A)  


Représentée  par  le  genre  Phlebotomus.  Le  phlébotome  est  un  petit  moucheron.  
Ø Morphologie  générale    
-­‐ Taille  :  2-­‐3mm  petit  
-­‐ Antennes  longues  et  uniformes  (16  articles)  

  30  
-­‐ Ailes  très  poilus,  lancéolées,  redressées  au  repos.  Ailes  restent  en  V  quand  il  est  
posé.  Apex  ovale  
-­‐ Corps  très  poilu  et  grêle  
-­‐ Trompe  courte  
-­‐ Thorax  bossu,  velu  
-­‐ Couleur  jaunâtre    

 
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Cosmopolite  mais  extension  à  toute  la  France.    
-­‐ Activité  plutôt  nocturne  et  crépusculaire,  ou  en  journée  dans  les  crevasses  
abritées  du  vent  et  à  T  fraiche.  
-­‐ Exophiles  mais  uniquement  dans  endroit  abrité  car  craint  beaucoup  le  vent.  
-­‐ Vol  silencieux,  saccadé.  
-­‐ Rayon  d’action  faible  (200m)  :  faible  capacité  de  vol  donc  vraiment  localisés  dans  
petites  zones  
• Nutrition  
-­‐ Que  les  femelles  qui  mangent  (par  telmophagie).  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Ponte  en  milieu  terrestre,  humide  et  sombre.  Mais  
pas  de  phase  aquatique.  
-­‐ Femelles  ont  besoin  d’un  repas  de  sang  puis  
pondent  dans  des  zones  qui  gardent  bien  
l’humidité.    
-­‐ Développement  larvaire  à  4  stades.  Se  nourrissent  
de  débris  organique  pendant  5  semaines  puis  
formation  d’une  nymphe  qui  se  tient  droite  et  
porte  la  dépouille  de  la  larve  à  son  extrémité  
postérieure.    
-­‐ La  nymphe  est  caractéristique  !    
-­‐ L4  assure  la  survie  hivernale  

  31  
• P.  perniciosus  en  provence  qui  préfère  homme  
• P.  ariasi  dans  les  Cévennes  qui  préfère  animaux  
 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Piqure  douloureuse,  dermatite  prurigineuse  
-­‐ Rôle  majeur  :  vecteur  biologie  des  leishmaniose  humaines  et  animales  
(protozoaire  (flagellé),  Leishmania  infantum  présent  dans  les  macrophages).  La  
leishmaniose  est  une  zoonose  pour  laquelle  le  chien  est  le  réservoir.  On  la  
retrouve  dans  le  pourtour  méditerranéen  et  le  sud  de  l'Europe.    
Chez  l’homme  forme  cutanée  et  viscérale  avec  des  lésions  peu  graves  
Chez  les  animaux,  leishmaniose  généralisée  potentiellement  mortelle  chez  le  
chien.  
-­‐ Vecteur  de  la  «  fièvre  des  3j  »  :  maladie  humaine  du  sud  de  l’Europe  avec  
diagnostique  et  traitement  difficiles.  
 
Ø Méthodes  de  lutte  
-­‐ Difficulté  :  Il  faut  trouver  les  gites  de  ponte  (difficilement  identifiables).  
-­‐ Mesures  de  protection  :  Insecticides  (collier,  spot  on…)  
Mesures  mécaniques  :  difficile  car  passe  au  travers  des  
mailles  de  la  moustiquaire  (petit)  
Eventuellement  mettre  des  ventilateurs  car  craignent  le  
vent  et  rentrer  les  animaux  dans  les  habitations  la  nuit  
 
 

4. Famille  des  Simuliidés  

 
Nous  étudions  uniquement  Similium*  
 

  32  
Ø Morphologie  générale  
-­‐ 1-­‐6mm    
-­‐ Corps  plus  trapu  
-­‐ Couleur  noire  («  black  fly  »)  
-­‐ Thorax  gibbeux  
-­‐ Ailes  rabattues  sur  le  corps  
-­‐ Antennes  a  nombreux  articles  (11  articles  empilés)  mais  courtes  

 
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Vit  uniquement  en  zones  d’eaux  courantes  (contrairement  aux  culicidés)  car  
bien  oxygénée  :  torrent,  rivière.  Larve  et  nymphe  dans  l’eau.  
-­‐ Activité  diurne  
-­‐ Peu  voler  en  altitude,  rayon  >100km  
-­‐ Exophile,  ubiquiste  (peu  sélectif)  
• Nutrition  
-­‐ Femelles  fécondées  qui  mangent  par  telmophagie  
-­‐ Mâles  et  femelles  non  fécondés  :  sucs  végétaux  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Ponte  en  eau  courante,  œufs  sur  feuilles  de  végétaux  aquatiques  en  amas.  
-­‐ En  sortent  des  larves  qui  se  développent  en  7  stades  (elles  ont  des  branchies).    
-­‐ Elles  se  fixent  au  végétal  pendant  1  mois  et  demi,  puis  formation  d’une  nymphe  
avec  filaments  respiratoires  et  enfin  éclosion  de  l’adulte  ans  une  bulle  d’air.    
-­‐ Larves  parfois  qui  assurent  survie  hivernale  de  l’espèce.  
 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Pas  rôle  important.    
-­‐ Rôle  direct  :  dermatite  papuleuse,  prurigineuse  avec  composante  toxique  (due  à  
la  salive)  qui  peut  mener  à  une  intoxication  si  l'animal  est  piqué  par  un  «  nuage  »  
de  Simulium.  Elle  peut  causer  des  troubles  de  la  fréquence  cardiaque.  
-­‐ Rôle  indirect  :  Transmission  d’onchocerques  (helminthe)  humains  («  cécité  des  
rivières  »)  et  bovins  :  cercle  sous-­‐cutanée  ou  dans  le  lobe  oculaire  a  l’origine  de  la  

  33  
cécité  de  l’individu.  Chez  l’homme  cette  maladie  est  controlée  mais  sévit  toujours  
notamment  en  Afrique.  
Transmission  myxomatose    
 
Ø Méthodes  de  lutte  
-­‐ Lutte  anti-­‐larvaire  :  Au  niveau  des  gites  :  eaux  courante  donc  il  suffit  de  ralentir  
le  cours  d’eau  
Larves  et  nymphe  sur  végétaux  :  désherber  
-­‐ Utilisation  Insecticides,  toxines.  
-­‐ Utilisation  de  prédateurs  :  poissons,  bassilus.  
Insectes  qui  piquent  sur  face  inférieur  du  corps  et  difficile  à  injecter  insecticides  dans  
cette  zone  car  ils  ne  persistent  pas  
 

B. Sous-­‐ordre  des  Brachycères  

 
Les  brachycères  ont  une  allure  de  mouche,  ils  ont  un  corps  trapu,  massif,  des  pattes  et  
des  antennes  courtes  à  3  articles  («  brachy  »  =  court,  «  cères  »  =  antennes).  

  34  
 
(RHX)  On  distingue  deux  grands  groupes  :  

Ø les  Cycloraphes    :  ouverture  circulaire  au  moment  de  la  sortie  de  la  nymphe  -­‐  
antennes  à  3  articles  sans  arista  (soie  sensorielle  sur  le  dernier  article)  
Ø  les  Orthoraphes    :  ouverture  en  T  au  moment  de  la  sortie  de  la  nymphe  (pas  à  
connaître)  -­‐  antennes  à  3  articles  avec  arista  -­‐  larve  céphalée  -­‐  nymphe  vraie  

(Le  premier  critère  est  critiquable  car  on  ne  peut  pas  l'observer  sur  l'insecte  lui-­‐même  au  
moment  de  l'examen.)  

Les  stades  préimaginaux  peuvent  être  selon  deux  modalités  :    

o Soit  la  larve  est  céphalée,  on  a  alors  une  nymphe  vraie  on  est  alors  dans  la  section  
des  Orthorhaphes      
o Soit  la  larve  est  acéphale,  on  a  alors  une  pupe  et  on  est  alors  dans  la  section  des  
Cyclorhaphes.  

Une  pupe  possède  une  enveloppe  chitinisée,  rigide,  sombre,  et  prodigue  une  résistance  
importante  dans  le  milieu  extérieur.  Seules  les  femelles  sont  hématophages.  

  35  
 

1. Famille  des  Tabanidés,  Orthoraphes  

 
On  s’intéresse  aux  Tabanidés  (les  taons,  en  anglais  «  horse  flies  »)  qui  sont  piqueurs.  
 

  36  
Les  principaux  genres  français  sont  :  

-­‐ Tabanus,  qui  pique  tous  les  grands  animaux  (Tabanus  bovis,  Tabanus  autumnalis,  
Tabanus  bromius...)  
-­‐ Haematopota  qui  pique  les  grands  animaux  et  l'homme.  
-­‐ Chrysops  qui  pique  surtout  les  grands  animaux.  

Ø Morphologie  générale  (Tabanus  sp.)  


-­‐ 1-­‐3cm  grand  
-­‐ Ailes  puissantes  
-­‐ Tête  très  large  avec  yeux  volumineux  souvent  verdâtres  
-­‐ Pièces  buccales  courtes,  grossière,  de  type  piqueur  :  piqûre  douloureuse.

 
 
Ø Biologie  (Tabanus  sp.)  
• Habitat  
-­‐ Parasite  diurne  (heures  chaude)  +  en  été  en  pays  tempéré.    
-­‐ Exophile  :  pendant  les  heures  chaudes  et  près  de  l’eau.  Régions  riches  en  gros  
bétail  et  en  régions  boisées  riches  en  eau.  
-­‐ Capable  de  parcourir  de  nombreux  km  en  vol  :  vol  rapide  et  puissant  
• Nutrition  
-­‐ Mâle  et  femelle  absorbe  des  sucs  végétaux.    
-­‐ Seules  les  femelles  sont  hématophages  par  telmophagie.  Plusieurs  piqures  
nécessaires  pour  faire  un  repas  car  souvent  dérangés  (piqûre  douloureuse)  =>  
favorise  la  dispersion  du  parasite  et  le  rôle  pathogène  indirect  :  aiguille  souillée  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Ponte  dans  l’eau  en  amas  dans  eaux  courantes,  ou  stagnantes,  sur  végétaux  et  
pierres.  

  37  
-­‐ Développement  de  stades  larvaires  céphalés  (7-­‐9  stades)  qui  vivent  dans  l’eau  
ou  sur  terre  humide,  se  nourrissent  d’autre  individus,  pendant  3  mois  environ.    
-­‐ La  nymphe  vit  hors  de  l’eau  dans  zone  boueuse  enfoncée  verticalement.  
-­‐ Durée  3-­‐4  mois  (ralentissement  en  hiver  et  vitesse  optimale  en  été)  
 
Ø Rôle  pathogène  (Tabanus  sp.,  Chrysops  sp.,  Haematopota  sp.)  
-­‐ Direct  :  Piqure  douloureuse  +  anémie  par  spoliation  sanguine  (jusqu’à  
700mg  !!!)  +  sang  peut  attirer  d’autres  mouches.    
è  Entraine  une  énervement  des  animaux  et  des  retards  de  croissance  
-­‐ Indirect  :  Transmission  de  protozoaires  (Protozooses)  :  Trypanosoma,  Besnoitia  
Bactéries  :  Pasteurella,  Brucella  
Virus  anémie  infectieuse  Cheval  (grave  mais  peu  présente  en  France)  
Filaire  :  Loa  loa  transmise  par  Chrysops,  filariose  du  tissu  conjonctif  
chez  l’homme  
 
Ø Méthodes  de  lutte  (Tabanus  sp.,  Chrysops  sp.,  Haematopotasp.)  
-­‐ Peu  efficace.    
-­‐ Il  faut  trouver  les  gîtes  larvaires  qui  ont  des  localisations  variées.    
-­‐ Utilisation  Insecticides.  
 

2. Famille  des  Braulidés,  Cycloraphes  (C)  

 
RHX  :  section  des  cycloraphes  :  Leurs  larves  sont  acéphales,  de  type  «  asticot  ».  Elles  sont  au  
nombre  de  trois.  L1  possède  une  armature  buccale  (sclérites  ou  crochets  buccaux)  et  est  
métapneustique,  c'est-­‐à-­‐dire  que  les  stigmates  sont  à  l'extrémité  de  la  larve.  L2  et  L3  sont  au  

  38  
contraire  amphipneustique  (qui  possède  des  stigmates  respiratoires  sur  le  prothorax  et  le  dernier  
segment  abdominal).  La  nymphe  est  une  pupe.  Pour  les  adultes,  on  peut  retenir  que  si  les  pièces  
buccales  sont  atrophiées,  alors  les  larves  sont  parasites,  et  si  elles  sont  développées  (piqueur  ou  
lécheur),  l'adulte  est  pathogène.  Ils  portent  une  soie  sur  le  3ème  article,  qui  peut  être  divisée  en  
soies  secondaires

Ø Morphologie  générale  (Braula  caeca)  


-­‐ Taille  :  1,2-­‐1,5mm  
-­‐ Aptère  
 
Ø Biologie  (Braula  caeca)  
• Habitat  
-­‐ Parasite  des  abeilles  («  pou  des  abeilles  »  mais  terme  impropre)    
-­‐ Fixé  en  permanence  sur  le  corps  de  la  reine,  et  parfois  sur  les  ouvrières.  
• Nutrition  
-­‐ Se  nourrit  au  détriment  des  aliments  destinés  à  la  reine  
• Cycle  évolutif    
-­‐ Cycle  complet  dans  la  ruche  
-­‐ 3  semaines  
 

3. Famille  des  Hippoboscidés,  cycloraphes  

 
-­‐ Corps  assez  aplatis  et  tégument  dures  et  élastiques  =>  difficile  à  écraser.    
-­‐ Deux  griffes  au  bout  de  chaque  patte.    

  39  
a) Hippobosca  equina  (mouche  plate  du  cheval)  
 
Ø Morphologie  générale    
-­‐ 7-­‐8mm  
-­‐ ailé,  ailes  plus  longues  que  le  corps  
-­‐ brun-­‐rougeâtre  
-­‐ Tégument  épais  caractéristique  
-­‐ Pattes  divergentes,  bien  aplaties,  sur  le  côté,  écartées,  plus  longues  que  le  corps  
 

Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Piquent  bovins,  équins,  animaux  domestiques  et  parfois  l’homme.    
-­‐ Se  fixe  sur  les  poils  avec  griffes  
-­‐ Déplacement  en  crabe  sur  le  coté.    
-­‐ Volent  peu.    
-­‐ En  région  postérieur  du  corps  sur  animal,  région  péri-­‐anale  surtout.    
-­‐ Caractère  saisonnier  :  surtout  été.    
• Cycle  évolutif  
-­‐ Femelles  quittent  hôte  pour  aller  pondre  dans  humus  ou  sur  sol  sec  
-­‐ Individus  larvipares,  femelle  produisent  larves.    
-­‐ Passage  de  la  larve  a  l’adulte  assez  rapide.  
 
Ø Rôle  pathogène    
-­‐ Deux  sexes  hématophages.    
-­‐ Direct  :  hématophagie  essentiellement  :  piqure  douloureuse  +  énervement  
animaux  
-­‐ Indirect  :  transmission  trypanosome  aux  bovins.  
 
b) Mélophagus  ovinus  (A)  (faux  pou  du  mouton)  
 
Ø Morphologie  générale  
-­‐ 4-­‐7mm  
-­‐ Aptère  :  Perdu  capacité  de  vol,  il  ne  reste  que  deux  taches  sombre.    
-­‐ Couleur  brun-­‐rougeâtre  
-­‐ Abdomen  en  «  forme  de  cœur  »  
-­‐ Revêtement  chitinisé  très  élastiques  =>  résiste  à  l’écrasement  
 

  40  
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Parasite  permanent  et  spécifique  de  la  toison  du  mouton  
èEnsemble  du  cycle  sur  l’hôte  (œuf,  stade  immature  et  adulte)  
-­‐ Spécifique  :  pas  de  transmission  aux  bovins  qui  sont  à  coté  
• Nutrition  
-­‐ Deux  sexes  hématophages.  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Cycle  en  totalité  sur  le  mouton  
-­‐ Larvipares  :  œufs  se  développe  dans  corps  femelle  pendant  plusieurs  semaines,  
puis  larves  pareil  et  enfin  femelles  libèrent  larves  sur  hôte.      
-­‐ La  pupe  est  fixée  au  mouton  (pupe  =  taille  pépin  de  pomme)  
-­‐ 3  à  5  semaines  selon  la  saison  
 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Du  à  l’activité  insecte  sur  le  tégument  animal  car  il  pique,  se  nourrit,  et  ça  gratte  
-­‐ Entraine  des  «  noisillures  »  sur  le  cuir  :  du  fait  des  piqûres  répétées,  réaction  
inflammatoire  et  développement  de  réactions  fibreuses,  cutanées  :  quand  on  
récupère  les  peaux  en  tannerie  il  y  a  des  cicatrices  ponctiformes,  alignées,  qui  
prennent  différemment  le  colorant,  d’où  une  perte  de  valeur.  
-­‐ La  prolifération  du  parasite  sur  l’hôte  responsable  d’une  dermatite  appelée  
mélophagose  :  dermatose  spécifique  contagieuse,  saisonnière,  prurigineuse,  des  
animaux  enlainés  (cf.  dermato-­‐ruminants)  =>  liaison  de  la  toison  +  énervement  
donc  baisse  de  production.  
Dans  certains  cas  il  peut  y  avoir  anémie  et  perte  de  production.  

 
 
 

  41  
4. Famille  des  Gastérophilidés,  cycloraphes  (A)  

 
Parasite  du  tube  digestif  du  cheval.  Les  espèces  appartenant  à  cette  famille  sont  appelée  
Gastérophiles  (attention  à  ne  pas  oublier  le  «  é  »  dans  Gastérophiles).  On  étudie  
Gasterophilus  intestinalis  (ou  Gasterophilus  equi)  
a) Gasterophilus    
Ø Morphologie  générale  (cf  TP)  
-­‐ Pas  de  pièces  buccales  chez  les  adultes  ≈bourdons  è ne  se  nourrissent  pas,  
vivent  sur  leur  réserves,  se  reproduisent,  pondent  puis  meurent.  
-­‐ Adulte  de  1-­‐1,5  cm  !!  
-­‐ Œufs  =  1mm,  fixés  aux  poils  (≠lentes),  striés  transversalement  
-­‐ 3 Stades  larvaires  de  1-­‐4mm  à  2cm.    
-­‐ L3  a  des  rangées  d’épines  sur  chaque  segment,  une  paire  de  crochet  
(s’accrocher  aux  poils)  et  orifices  respiratoires  à  extrémité  terminale.  Stigmates  
regroupés  sur  des  sortes  de  lignes.  
5  espèces  :  
o G.intestinalis  
o G.  nasalis  
o G.  haemorrhoidalis  
o G.  inermis  
o G.  pecorum  

  42  
 

Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Adultes  non  parasites,  libres  au  cours  de  l’été  
-­‐ Œufs  fixés  aux  poils  
-­‐ Larves  parasites  obligatoires  du  tube  digestif  du  Cheval,  histophages  
-­‐ Durée  de  vie  de  quelques  jours  pour  adultes  
-­‐ Heures  chaudes  de  la  journée  
-­‐ La  respiration  se  fait  avec  des  stigmates  sur  la  partie  postérieure  (plaques  
stigmatiques  réniformes,  avec  3  paires  de  fentes  stigmatiques)  
• Nutrition  
-­‐ Adultes  dépourvus  de  pièces  buccales  
-­‐ Larves  =  parasites  obligatoire  (il  s’agit  donc  d’un  parasite  temporaire  dont  la  
larve  est  le  stade  parasite).  Parasite  seulement  les  chevaux.    
-­‐ Larves  histophages  (estomac).  
• Cycle  évolutif  exemple  de  G.  intestinalis  
-­‐ Un  cycle  par  an  
-­‐ Les  œufs  (1mm,  jaunâtre,  striés,  operculés)  sont  pondus  sur  les  poils    
-­‐ Région  préférentielle  sur  le  corps  pour  la  ponte  :  poitrail,  membre  antérieur.  
-­‐ Sous  effet  stimuli  (chaleur,  humidité  par  léchage)  :  éclosion  de  l’œuf  èLe  cheval  
ingère  les  larves  qui  s’enfoncent  dans  la  sous-­‐muqueuse  buccale,  linguale  et  
gingivale  èElles  sortent  de  la  muqueuse,  muent  en  L2,  se  mettent  a  la  base  de  la  
langue  puis  sont  déglutis  et  se  retrouvent  dans  estomac  è  Se  transforme  en  L3  
qui  reste  10  mois  dans  estomac  au  chaud  è  Vers  juin,  juillet,  emmenés  pas  
transit  digestif  et  évacué  dans  le  crottin  è  larves  restent  dans  le  sol  5  jours,  se  
transforme  en  pupe  puis  en  adulte  (en  5-­‐6  jours).    
-­‐ Majorité  du  cycle  dans  le  cheval  :  phase  parasite  >>  libre  
-­‐ Seule  fonction  de  l’adulte  est  de  se  reproduire.  

Chronologie  importante  pour  connaître  les  phases  parasitaires  et  


savoir  quand  vermifuger  :  adulte  2-­‐3  semaines  en  
étéèL1  à  L3  de  fin  été  année  N  au  printemps  année  N+1èexpulsion  L
3  printemps  N+1èpupeèadulte  été  N+1  

  43  
-­‐  
Ø Biologie  :  autres  espèces  
 Zones  spécifiques  ou  sont  pondus  les  œufs  et  ou  se  trouvent  les  stades  larvaires  :  

 
Infestation  par  un  stade  larvaire  :  myiases.  
 

Ø Rôle  pathogène  
 Gastérophiloses  =    myiases  a  l’origine  de  troubles  digestifs  variés.    
Lésion  au  niveau  du  TD.  

  44  
5. Famille  des  Oestridés,  cycloraphes  (A)  

 
On  s'intéresse  à  la  sous-­‐famille  des  Oestrinés.  Elle  est  composée  de  deux  genres  
principaux  :  Oestrus  (A)  et  Hypoderma  

a) Oestrus  ovis  (A)  


Ø Morphologie  générale  
-­‐ 10-­‐12mm  
-­‐ peu  velu  
-­‐ gris  brunâtre  
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Adultes  non  parasites,  libres  au  cours  de  l’été  
-­‐ Une  génération  par  an  en  général  mais  parfois  2  ou  3.    
-­‐ Tendance  exophiles  =>  rentrer  les  animaux  aux  périodes  à  risques  (heures  
chaudes).    
-­‐ Parasite  obligatoire  au  stade  larvaire,  parasite  du  mouton  mais  exception  :  
chiens  par  ex.    
-­‐ Larves  dans  cavités  nasales  et  remontent  jusqu’au  sinus  frontaux  du  mouton…  
puis  se  retrouvent  expulsé  dans  le  milieu  extérieur.  
 

  45  
• Nutrition  
-­‐ Larves  histophages  (mucus  des  cavités  nasales)  
-­‐ Adultes  dépourvus  de  pièces  buccales  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Cycle  très  long.  
-­‐ La  femelle  produit  directement  des  larves  1  (larvipare)  qu’elle  projette  en  vol  a  
proximité  des  moutonsè Ces  L1  pénètrent  dans  cavités  nasales  et  avancent  
quand  animal  inspire,  se  retiennent  par  crochets  quand  expiration  èmuent  en  
L2  dans  les  sinus  frontaux èMuent  en  L3  (2  cm,  avec  forme  caractéristique)  
è  L3  expulsées  dans  milieu  extérieur  par  éternuement  èen  1  à  5  jours  :  
devient  pupe  (au  sol)  puis  adulte  (aérien).  
-­‐ Adultes  actifs  toute  l’année,  donc  plusieurs  générations  pas  an  possibles.    
-­‐ Vie  larvaire  au  moins  2  mois,  pupe  au  moins  1  mois.    
-­‐ Survie  hivernale  :  L1.  Hypobiose  =  arrêt  du  développement,  vie  ralenti  du  
parasite  dans  cette  période  pour  les  L1.  
-­‐ Différents  stades  :  L3  avec  bandes  brunes  sur  chaque  segment  
-­‐ La  chronologie  d’un  cycle  par  an  :  Adulte  2-­‐3semaine  en  étéèL1  
à  L3  de  fin  été  année  N  au  printemps  année  N+1èExpulsion  L3  
printemps  N+1èAdultes  été  N+1.  
-­‐ vie  parasite  >>  vie  libre  
-­‐ en  France,  on  dénombre  1  à  3  générations  par  an  selon  la  température.  La  vie  
larvaire  peut  durer  jusqu'à  9  mois  alors  qu'elle  est  raccourcie  dans  les  pays  
tropicaux  jusqu'à  1  mois.

  46  
Ø Rôle  pathogène  
Oestrose.  Eternuement,  saignement,  énervement,  troubles  nerveux  (animaux  qui  
tournent  en  rond=faux  tournis),  dérangement  avec  les  insectes  qui  tournent  autour  
d’eux  =>  moutons  en  groupe  tête  baissée.  
 
b) Hypoderma  sp.  (B)  
Ø Morphologie  générale  
-­‐ Adulte  1,2-­‐1,5cm  
-­‐ Corps  noir  et  jaune,  velu  
-­‐ Larves  0,1-­‐3cm,  brune  ou  sombre,  de  forme  caractéristique  :  en  demi-­‐cercle  
-­‐ L1  avec  sclérites  labiaux  permettant  de  perforer  la  peau  
-­‐ L3  appelé  «  Varron  »  ou  hypoderme  
-­‐ 2  espèces  :    
o Hypoderma  bovis    
o H.  lineatum  

 
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Adultes  non  parasite,  libres  pendant  été  
-­‐ Œufs  fixés  aux  poils  
-­‐ Larves  parasites  obligatoires  du  tissu  conjonctif  profond  et  sous  cutané  des  
Bovins  
• Nutrition  
-­‐ Larves  histophages  
-­‐ Adultes  dépourvus  de  pièces  buccales  
• Cycle  évolutif  exemple  de  H.  bovis  
-­‐ Œufs  fixés  aux  poilsè  les  L1  (1,5cm)  sortent  puis  pénètrent  par  follicule  pileux  
pour  rejoindre  tissu  conjonctif  sous  cutanéè  Migration  par  trajets  nerveux,  
Elles  rejoignent  le  canal  rachidien  en  pénétrant  par  trous  de  conjuguaison  
èRestent  dans  le  canal  pendant  l’hiver  èFin  de  l’hiver,  reprend  la  migration,  

  47  
traversée  de  la  masse  commune  pour  aller  vers  le  tissu  conjonctif  sous  cutané  en  
région  dorso-­‐lombaire  de  l’animal  et  mues  en  L3  (jusqu’à  20-­‐30mm,  3  rangées  
de  tubercules  latéraux,  pas  de  sclérites  buccaux,  plaques  stigmatiques  
réniformes)=varron  blanc,  marron  puis  noirè  L3  mature  et  forme  des  nodules  
de  2-­‐3cm  (bien  visibles  :  pseudo-­‐furoncles)  èL3  y  reste  environ  11  semaines  
dans  nodules  puis  font  un  orifice  pour  respirer  :  communication  stigmates  avec  
milieu  extérieur  èpuis  percent  tégument  et  se  laissent  tomber  sur  le  sol  è  
formation  pupe  (en  24-­‐48  heures)  puis  adulte.  
Chronologie  :  Adulte  2-­‐3semaine  en  étéèL1  à  L3  de  fin  été  année  N  au  
printemps  année  N+1èExpulsion  L3  printemps  N+1èAdultes  été  
N+1.  
-­‐ Phase  parasite  >>libre  
-­‐ H.  lineatum,  même  cycle  mais  passe  par  œsophage  pendant  sa  migration  au  lieu  
de  passer  par  le  canal  rachidien  

 
Ø Rôle  pathogène    
On  parle  d’hypodermose  
Lésion  :  dépréciation  du  cuivre,  de  la  carcasse,  adulte  dérange  les  animaux  et  entraine  de  
la  baisse  de  production.  Lésions  nerveuses  

  48  
(RHX)  On  dénombre  une  unique  génération  
par  an.  Le  traitement  est  réalisé  à  l'automne  
sur  les  bovins.  Aujourd'hui,  ces  parasites  sont  
éradiqués  en  France  (ce  qui  ne  signifie  
pas  qu'ils  ne  peuvent  pas  revenir),  grâce  à  
une  campagne  insecticide,  systématique  et  
systémique.  Il  ne  faut  pas  traiter  alors  que  la  
larve  est  présente  au  niveau  du  canal  
rachidien  (libération  d'antigènes  au  niveau  
de  la  moelle  épinière).  Lors  d'importations  
d'animaux,  il  faut  contrôler  et  traiter  les  
animaux  systématiquement.  

6. Famille  des  Muscidés,  cycloraphes  (B)  

 
Ce  sont  les  mouches  au  sens  classique,  non  colorées  et  peuvent  posséder  deux  types  de  
pièces  buccales.  On  s’intéresse  à  :  
o Musca  sp.  avec  musca  domestiqua  =  Mouche  domestique  («  house  fly  »)  :  type  
lécheur  
o Stomoxys  sp.    
o Glossina  sp.  
Deux  dernières  =  mouches  piqueuses  

  49  
a) Musca  sp.    
Ø Morphologie  générale  
-­‐ 0,5-­‐1cm  
-­‐ corps  terne  
-­‐ Pièces  buccales  type  lécheuses  :  trompe  molle  terminée  par  2  labelles  
-­‐ Larves  =  2  à  12  mm,  L3  avec  2  plaques  stigmatiques  réniformes  postérieures  
avec  bouton  marginal  +  3  fentes  stigmatiques  très  sinueuses  
-­‐ Œuf=  1mm.  Pondus  isolés  ou  en  paquets,  en  plusieurs  pontes,  allongés  (orme  de  
banane),  blancs  
 
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Adultes  endophiles  et  exophiles,  non  parasites  
-­‐ Activité  en  été  (activité  maximale  en  avril  et  en  septembre  selon  les  espèces)  
-­‐ Durée  de  vie  adultes  :  2-­‐5  semaines/  2  mois  en  hiver  
• Nutrition  
-­‐ Mâles  et  femelles  omnivores,  absorption  de  tout  liquide  (labelles)  
-­‐ Larves  libres  coprophages  et  parfois  parasite  :  myiases.  Deux  types  d'asticots,  
selon  leur  comportement  lorsqu'ils  sont  sur  un  tissu  vivant.  Soit  ils  mangent  
uniquement  le  tissu  mort  (pas  parasite),  soit  ils  mangent  le  tissu  mort  et  vivant  
sans  distinction,  dans  ce  cas  ils  sont  parasites.  
• Cycle  évolutif  exemple  de  Musca  domestiqua  
-­‐ Cycle  selon  les  conditions  dure  de  6  jours  à  1  mois.  10-­‐12  générations  en  pays  
tempéré  
-­‐ Contrôle  difficile  car  prolifération  rapide.  

 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Ne  pique  pas  donc  pas  de  vecteur  biologie  
-­‐ Vecteur  mécanique  :  transmission  par  transport  passif  

  50  
-­‐ Transmission  de  germes  pathogènes  :  bactéries,  virus,  vers  (spirure,  cestodes…)  
acquis  au  contact  du  fumier/lisier  ou  toilettes  
-­‐ Perturbation  des  animaux,  nuisances,  pertes  économiques  
-­‐ Quand  il  y  a  une  plaie,  transmission  d'agents  de  kératite,  de  mammites,  
complication  des  plaies,  myiases.    
-­‐ Les  conséquences  économiques  ne  sont  pas  négligeables.  

b) Stomoxys  sp.  
 

Ø Morphologie  générale  
-­‐ 0,3-­‐0,8  cm  
-­‐ Trompe  piqueuse  portée  horizontalement  au  repos.    
 
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Adultes  Endophiles  et  exophiles  
-­‐ Plutôt  actif  en  été  
-­‐ Ponte  préférentiellement  dans  les  crottins  
• Nutrition  
-­‐ Mâles  et  femelles  hématophages  
-­‐ Larves  libres  coprophages,  matières  organiques  
-­‐ Piquent  plus  souvent  animaux  que  homme  
 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Direct  :  piqure  douloureuse,  spoliation,  énervement…  
-­‐ Indirect  :  transmission  fièvre  aphteuse  et  germes  pathogènes  (protozoaires,  
vers  (spirure)).  
 

c) Glossina  sp.  (mouche  tsé-­‐tsé)  


La  glossine,  aussi  appelée  mouche  tsé-­‐tsé,  est  le  vecteur  biologique  du  trypanosome  
(flagellés).  Peut  être  grave  chez  le  bétail,  parfois  mortel.  

Ø Morphologie  générale  Cf  TP  


 
Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Diptère  exclusivement  Africain  
-­‐ Forêt,  savane,  galerie  forestière  
• Nutrition  
-­‐ Males  et  femelles  hématophages  

  51  
-­‐ Larves  libres  
• Reproduction    
-­‐ Femelle  larvipare  
-­‐ Développement  dans  le  liquide  céphalo-­‐rachidien  
 

Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Piqûre  
-­‐ Transmet  maladie  trypanosome  
-­‐ Trypanosoma  brucei  gambiense  +  T.  brucei  rhodesiense  =  agents  de  la  maladie  du  
sommeil  chez  l’homme  
-­‐ T.  brucei  brucei  +  T.  congolense  +  T.  vivax  =  agents  de  la  nagana  chez  les  animaux  
domestiques  
-­‐ Ressemble  au  précédent  car  type  piqueur  
 

7. Famille  des  Calliphoridés,  cycloraphes  (B)  

 
3  genres  :  Calliphora,  Lucilia,  Wohlfartia.  

Ces  mouches  ressemblent  un  peu  aux  mouches  domestiques.  Métalliques,  elles  
présentent  des  reflets  argent/bleu/verts.  Elles  sont  particulièrement  attirées  par  les  
matières  en  décomposition.  Leurs  larves  sont  parasites  obligatoires  ou  facultatifs  et  sont  
agents  de  myiases  ovines.  Les  femelles  pondent  généralement  sur  des  cadavres.  

  52  
Ø Morphologie  générale  
-­‐ 0,7-­‐1,4  cm  
-­‐ Mouches  à  reflet  métallique  
-­‐ Larves  =  1,5  à  15  mm;  L3  avec  2  plaques  stigmatiques  postérieures  avec  3  
fentes  rectilignes  ou  sinueuses  suivant  les  espèces  convergeant  vers  le  bouton  
 

Ø Biologie  
• Habitat  
-­‐ Adultes  dans  le  milieu  extérieur,  jamais  parasites  
-­‐ Actifs  en  été  
-­‐ Larves  libres  parfois  parasites  (myiases).  Espèces  avec  larves  parasites  
obligatoires  et  d’autres  avec  larves  parasites  facultatifs  
• Nutrition  
-­‐ Larves  type  carnassières  
-­‐ Mâles  et  femelles  «  omnivores  »,  absorption  de  tout  liquide  (labelles)  
• Cycle  évolutif  
-­‐ Durée  du  cycle  :  2-­‐3  semaines  
-­‐ 3  stades  larvaires  
 
Ø Rôle  pathogène  
-­‐ Myiases  ovines  (primaires  ou  secondaires)  fréquentes  chez  les  moutons.  Myiase  
cutanée  primaire  se  développe  sur  peau  saine  alors  que  secondaire  se  développe  
sur  peau  lésée.  
-­‐ Animaux  affaiblis,  souillés  sont  plus  susceptibles  d’être  parasités  par  des  myiases.    
-­‐ Ce  n’est  pas  toujours  très  visible  :  un  petit  trou  à  la  surface  de  la  peau  mais  les  
larves  creusent  en  sous  cutanée  
-­‐ La  lutte  est  très  difficile,  ces  mouches  peuvent  habiter  dans  des  biotopes  très  
variés.  Chez  l'animal,  on  peut  utiliser  un  insecticide,  mais  il  n'est  pas  toujours  
assez  rémanent  (il  faut  réitérer  le  traitement)  et  peut  posséder  une  certaine  
toxicité  ou  entraîner  des  phénomènes  de  résistance.  On  peut  chercher  à  contrôler  
les  populations  de  mouches  par  des  notions  d'hygiène  :  dans  les  bâtiments,  
contrôle  de  la  matière  organique,  couvrir  le  fumier  ;  chez  les  animaux  contrôler  
les  plaies,  s'assurer  que  la  peau  est  propre,  mettre  l'animal  à  l'abri  en  cas  de  mise  
bas...  L'exemple  typique  est  celui  d'un  chien  de  grand  format,  aux  poils  longs,  qui  
reste  dans  le  jardin.  S'il  possède  des  problèmes  locomoteurs  (animal  couché  sur  
le  sol  ayant  des  difficultés  à  se  lever)  associés  à  une  diarrhée  ou  à  une  
incontinence,  en  quelques  heures  on  voit  apparaître  des  asticots.  Si  on  n'utilise  
pas  d'endectocides,  il  y  a  risque  d'intoxication.  
 
 

  53  
 

  54  
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


Parasitologie Externe, TD n°1

TD n°1 Entomologie
- Exercices introductifs
- Aphaniptères
Définition, taxinomie, morphologie (TP), biologie (habitat, spécificité, nutrition,
cycle évolutif, pouvoir pathogène direct et indirect)
- Phtiraptères  idem
- Hémiptères  idem
Objectifs pédagogiques
- Donner la définition des Aphaniptères ( siphonaptères), Phtiraptères, et des
Hémiptères.
- Citer et définir les principaux genres de puces et de poux
- Connaître les caractères biologiques des genres majeurs et en déduire les
applications
- Connaître le rôle pathogène indirect des genres importants en médecine humaine
et vétérinaire.

I. EXERCICES INTRODUCTIFS
Quelles sont les différences morphologiques entre les diptères, aphaniptères, phtiraptères,
hémiptères ?
Diptères Aphaniptères Phtiraptères ou Hémiptères
Siphonaptères Exemple : poux Exemple : punaise
Exemple :
puce
Taille 2 mm à 3 cm 1-8 mm 1-6 mm 4 mm à 2.5 cm
Allure générale Type mouche Aplatissement Aplatissement Corps plus ou
Type Latéro-latéral dorso-ventral moins aplati
moustique Puce entre lame et
lamelle, vue
souvent de profil.

3ième paire de
patte
beaucoup plus
grande que les
autres
Ailes 1 paire d’ailes Absence Absence d’ailes 2 paires d’ailes :
seulement, la d’ailes membraneuse +
deuxième est élytre
réduite à un De temps en
balancier. Les temps vestigiales
diptères ont (presque
presque tous disparues)
des ailes.
Pièces buccales Piqueuses, Piqueuses Piqueuses ou Piqueuses
Correspond aux lécheuses ou (siphon  broyeuses
modalités de atrophiées : siphonadées)
nutrition quelques diptères
n’ont pas de
pièces buccales,
ne se nourrissent
pas.
Développement Holométaboles Holométaboles Hétérométaboles Hétérométaboles
avec plusieurs Avec plusieurs (paurométaboles) (hémimétaboles)
stades stades Les jeunes poux
larvaires et 1 larvaires et un ressemblent
stade stade fortement aux
nymphal. nymphal. adultes.
Diptères Aphaniptères Phtiraptères Hémiptères
Nutrition Femelles : Sang (femelle, Sang (femelle, Sang (femelle,
Hématophage mâle) mâle et tous mâle + tous
et surtout Telmophage en stades) ou stades).
solénophages général débris
(sang épidermiques.
strictement) ou
sérosités,
tissus, sucs…
ou +/- nulle.

Type de Intermittent, Temporaire, Permanent Intermittent,


parasitisme Temporaire ou peu spécifique Très spécifique peu spécifique
rarement
permanent
Résistance au +/- +++ + +++
jeûne Les formes Entre deux repas de
immatures survivent sang, il peut se
très bien dans passer des mois
l’environnement

Rôle pathogène Oui, surtout Oui = pulicoces Oui = phtirioses Oui chez les
direct brachycères hommes
(dont myiases)
Rôle pathogène Oui surtout Oui chez les Oui chez les Oui chez les
indirect nématocères hommes et les Hommes Hommes
(vecteurs) animaux
II. ORDRE DES APHINIPTERES OU SIPHONAPTERES

1. Tunga penetrans ou « puce chique »

La femelle fécondée rentre dans la peau,


s’enfonce dans le tissu conjonctif sous
cutané, se dilate et forme un petit abcès.
2. Ctenocephalides sp.

a) Biologie

Habitat
Les stades adultes sont obligatoirement parasites, ce sont des parasites temporaires. Les
nymphes sont dans l’environnement.

Nutrition
Le parasite est temporaire mais sédentaire sur leur hôte. Elles sautent pour descendre
par terre ou pour sauter sur un hôte. Mais elles ne sautent pas d’un animal à un autre
animal.
Ce parasite n’est pas très spécifique, il est surtout sédentaire. Les pièces buccales sont
très fines, en forme de siphon qui forme comme une aiguille, de type télmophage, et
permettent de piquer directement dans le capillaire.
Le repas de sang se fait très vite à l’arrivée sur l’hôte.
Les larves ne sont pas piqueuses, elles sont détritivores. La nymphe ne se nourrit pas.
Cycle évolutif

Il y’a 3 stades larvaires libres dans l’environnement. Les larves sont lucifuges ( elles
fuient la lumière). Les œufs tombent au sol dans le panier du chien par exemple,
éclosent et les larves se cachent dans les petites fissures qu’elles trouvent, puis se
transforment en nymphe dans un cocon.
Le cycle dure 15 jours à 1 an.
La transformation en nymphe se fait depuis le stade 3.
Adulte pré-émergé : prêt à l’intérieur du cocon et attend dans les zones cachées de la
maison (sous les tapis, dans le parquet), émerge quand un animal passe.
Dans les maisons de campagnes par exemple, peuvent attendre de 6 mois à 1 an et
sortent quand il y a une température adéquate (20 -25 °C), certaines vibrations &
dégagement de CO2 (ils détectent un chien qui passe).

Mécanisme des mues et mode d’action des régulateurs de croissance


Schéma diapo
On a mis au point des produits qui permettent de contrôler ces différents stades.
b) Action pathogène
L’action pathogène est donc liée essentiellement aux adultes. Au moment où la puce
adulte se nourrit, elle fait des crottes, à l’apparence de grains noirs, que l’on peut
regarder au MO : sorte de tortillon qui devient rouge/orangé avec de l’eau (sang digéré).

- Direct : piqûre, anémie  pulicose simple (pas d’allergie) et dermatoses


allergiques.
DAPP du chien et du chat, Complexe du granulosome éosinophilique félin
(granulomes, croûtes), alopécie extensive féline (le chat perd ses poils partout),
dermatite miliaire féline.
- Indirect : vecteur d’un cestode, Dipylidium caninum dont la contamination se fait
par ingestion de la puce.
Hymenolepsis diminuta : relativement fréquent mais peu grave.
3. Spilopsyllus cuniculi

Parasite des lapins.


Le cycle de la puce est synchronisé avec celui des lapins La ponte des œufs se fait au
moment de la naissance des lapereaux.

4. Pulex sp. et Xenopsylla sp.


Les deux espèces sont difficiles à différencier.

Rôle pathogène
- Indirect : agent de la peste  Yersinia pestis. La puce du rat est le premier relais
de la peste qui le transmet à l’homme et l’entretien se fait par la puce de l’homme.
Rockettsia mooseri  typhus murin (seulement chez les rongeurs).
III. ORDRE DES PHIRAPTERES = LES POUX

A. SOUS ORDRE DES ANIPLOURES = LES POUX PIQUEURS

Morphologie : 1 à 3 mm (TP)
La tête est plus étroite que le thorax. Tous les stades sont sur l’hôte. Les lentes sont bien
collées aux poils.
Forme de parasitisme
Ce sont des parasites obligatoires, il ne peut pas y avoir de cycle de poux dans
l’environnement. Ce sont des parasites très spécifiques, chez les mammifères dont
l’Homme.
Hématophages, capables de faire plusieurs repas par jours.
Cycle Biologique
La chaleur tue les poux.
Rôle pathogène
Les poux sont beaucoup plus fréquents chez animaux de rentes (ruminants) que
domestiques).

B. SOUS ORDRE DES MALLOPHAGES = LES POUX BROYEURS

Poux broyeurs, se retrouvent chez les mammifères mais pas chez les hommes. Ils sont
non hématophages mais mangent des débris cutanés et peuvent créer des lésions
cutanées.
Habitat
Ce sont des parasites permanents spécifiques, que l’on retrouve chez les animaux et les
oiseaux. Ils sont très actifs et se déplacent facilement et fréquemment.
Cycle évolutif
Identique aux Anoploures.
Rôle Pathogène
Ce sont des agents de phitrioses.

IV. ORDRE DES HEMIPTRES (B) ET NON (C)

SOUS ORDRE DES HETEROPTERES


Famille des Cimicidés : Cimex lectularius : punaise de lit

C’est une espèce de poux appelée endophyte, c’est-à-dire qui vit dans les habitations.
Les repas ont lieu la nuit, durent 5 à 10 min puis les punaises vont se recacher à
l’intérieur des matelas/ les murs.

Cycle biologique

Action pathogène
Il est très difficile de s’en débarasser.

Famille des Réduvidés- Triatominés : Rhodnius sp.

Morphologie et Habitat

Cycle évolutif
Le cycle évolutif a lieu dans les habitations et dure 1 ou 2 ans.
Rôle pathogène
Ce sont des punaises d’Amérique du Sud responsable de la transmission de la maladie de
Chagas. (T. cruzi)
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


Entomologie 1

Culicidés

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Nématocères : type Moustique avec antennes formées de
nombreux articles ; corps grêle et élancé
Section des Eunématocères: antennes longues et fines
Super-famille des Culicoïdea : ailes à apex arrondi

Famille des Culicidés : Moustiques vrais


Taille: 8 à 10 mm; trompe très longue; ailes écailleuses
Antennes longues, plumeuses chez le ♂, avec des soies plus courtes chez la ♀

Antenne plumeuse Antenne peu


poilue

Trompe longue

Tête Culicidé ♂ Tête Culicidé ♀

Apex arrondi

Aile Culicidé

Adulte présent en été et en automne, soit la nuit, soit le jour dans les milieux
humides
Seule la femelle est hématophage solénophage. Action mécanique et antigénique
de la salive à l’origine de papules prurigineuses.
Vecteur de paludisme, encéphalomyélites humano-équino-aviaires, peste équine,
myxomatose, filariose…
Entomologie 1

Œuf de Culicidés

Ordre des Diptères: 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Nématocères : type Moustique
Section des Eunématocères

Famille des Culicidés: Moustiques vrais


Œuf, larve et nymphe sont aquatiques
Œufs de petite taille (0,8 à 1 mm), ellipsoïdes et jaunâtres
Pondus :- en nacelles de 150 à 200 chez Culex,
- isolément chez Aedes et Anopheles

Larve de 0,5 à 1 cm, allongée, et présentant des siphons respiratoires


Nymphe de 0,5 à 1 cm, en forme de virgule
Entomologie 1

Culex sp.

Ordre des Diptères: 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-Ordre des Nématocères: antennes à nombreux articles
Section des Eunématocères: antennes longues et fines
Super-famille des Culicoïdea: ailes à apex arrondi

Famille des Culicidés: Moustiques vrais


Section des Culicini :
Palpes maxillaires 3 à 4 fois plus courts que la trompe chez la femelle
Trompe et abdomen formant un angle obtus
Au repos, abdomen presque parallèle au support

Ailes écailleuses à
apex arrondi

Antennes avec
peu de soies

Culex sp.
Palpes
maxillaires courts

Tête Culex femelle


Entomologie 1

Anopheles sp.

Ordre des Diptères: 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-Ordre des Nématocères: antennes à nombreux articles
Section des Eunématocères: antennes longues et fines
Super-famille des Culicoïdea: ailes à apex arrondi

Famille des Culicidés: Moustiques vrais


Section des Anophelini :
Palpes maxillaires presque aussi longs que la trompe dans les deux sexes
Trompe et abdomen sont dans le prolongement l’un de l’autre
Au repos, l’abdomen est relevé, très oblique par rapport au support

Palpes maxillaires et
trompe longs

Tête Anophèles femelle

Apex arrondi

Aile Anophèles Ecailles


Entomologie 1

Culicoïdes sp.

Ordre des Diptères: 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-Ordre des Nématocères: antennes à nombreux articles
Section des Eunématocères: antennes longues et fines
Super-famille des Culicoïdea: ailes à apex arrondi

Famille des Cératopogonidés: Moucherons


Petite taille, de 3 à 4 mm
Antennes longues à segments "moniliformes"
Trompe courte (longueur trompe = ½ longueur tête)
Thorax bossu
Ailes sans écailles, légèrement poilues, repliées sur l’abdomen au repos

Apex arrondi

Thorax
bossu

Antennes à articles
moniliformes

Culicoïdes sp.
Trompe
courte

Exophile, activité toujours faible aux heures chaudes Tête Culicoïdes


Seule la femelle est hématophage telmophage
Piqûres douloureuses et très prurigineuses, provoquant la formation de papules
persistantes et responsables de sensibilisation chez certains chevaux à l’origine
de la Dermatite estivale récidivante
Vecteur principalement :
- Filarioses - bluetongue = fièvre catarrhale maligne du mouton
Entomologie 1

Phlebotomus sp.

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Nématocères : antennes à nombreux articles
Section des Eunématocères: antennes longues et fines
Super-famille des Psychodoïdea : ailes à apex ogival, très poilues ; corps poilu,
sauf les antennes ; thorax bossu

Famille des Psychodidés


Petite taille : 2 à 3 mm Coloration jaunâtre avec des yeux très noirs
Antennes à 16 articles Ailes lancéolées et velues, redressées au repos

Apex ogival

Thorax
bossu

Gros yeux
noirs
Nombreux poils

Phlébotome

Activité nocturne en région chaude, en l’absence de vent. Vol silencieux,


saccadé, sur une distance ne dépassant pas 200 m.
Piqûre douloureuse, donnant une papule qui persiste 15 à 20 jours
Vecteur principalment :
- Leismaniose - Bartonellose
- Fièvre des trois jours
Entomologie 1

Simulium sp.

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Nématocères : antennes à nombreux articles
Section des Paranématocères : antennes courtes et glabres

Famille des Simuliidés


De 1 à 6 mm
Coloration noire à rougeâtre
Thorax bossu

Thorax gibbeux

Antennes courtes
et glabres

Activité diurne dans des zones à eaux courantes bien oxygénées.


Seule la femelle fécondée est hématophage telmophage ; piqûre aux heures
chaudes douloureuse, à l’origine de papules ou de lésions vésiculeuses et
croûteuses
Vecteur de Filarioses essentiellement
Entomologie 1

Tabanus sp.

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type Mouche, avec corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Orthoraphes : tégument nymphal déchiré en T

Famille des Tabanides : Taons


Gros insectes de 2 à 3 cm
Tête large et bien détachée du corps
Très gros yeux, contigus chez le ♂, séparés par une bande céphalique chez la ♀
Pièces buccales de type piqueur chez la ♀

Sous-famille des Tabaninés :


Absence d’éperon sur les tibias de P III
Ailes de couleur claire et uniforme ; portées horizontalement au repos
Dernier segment antennaire avec 4 petites subdivisions superficielles et une
protubérance près de la base

Gros yeux
séparés

Antennes à 4
subdivisions
superficielles

Activité de fin juin à début septembre, aux heures chaudes.


Seule la femelle est hématophage telmophage : piqûre douloureuse et
traumatisante
Vecteurs principalement :
- Trypanosomoses - Pasteurellose, Brucelloses …
- Filarioses - Anémie infectieuse des Equidés
Entomo

Hippobosca equina
Mouche araignée

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Eproboscidea : tégument dur et élastique, pièces buccales de
type piqueur.

Famille des Hippoboscidés :


Taille: 7 à 8 mm, brun rouge avec bandes jaune pâle
Pattes très étalées, portant des griffes simples sans dents
Ailes développées, présentes toute la vie

Ailes assez
développées

Pattes plus ou
moins étalées

Griffes

Commune sur chevaux et bovins, fixée par ses griffes. Ne vole que sur quelques
mètres
Piqûre assez douloureuse

9
Entomo

Melophagus ovinus
Faux pou du mouton

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Eproboscidea : tégument dur et élastique, pièces buccales de
type piqueur.

Famille des Hippoboscidés


Taille: 0,5 à 1 cm
Pattes à griffes bidentées
Ailes réduites à 2 petites écailles postérieures
Corps portant de nombreux poils roux
Pupe fixée dans la laine : 3 à 4 mm, avec deux rangées de petits orifices,
blanche, puis cuivre, puis noire

Nombreux poils
roux

Griffes bi-dentées

Agent de la Mélophagose ovine

10
Entomo

Braula caeca
Faux pou des abeilles

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et antennes à trois
articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Eproboscidea : tégument dur et élastique, pièces buccales de
type piqueur.

Famille des Braulidés


Taille: 1,2 à 2 mm
Antennes à deuxième article dilaté en lame ; yeux atrophiés
Ailes absentes
Pattes terminées par 2 vésicules pectiniformes
Abdomen poilu à 5 segments, rouge brique

Parasite de la reine à la belle saison

2° article
antennaire dilaté P

Abdomen poilu

11
Entomo

Gasterophilus sp.

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Gasterophilidea : tégument de consistance normale, poilu ;
adulte non parasite, dépourvu de pièces buccales

Famille des Gastérophilidés


Larve III :
- Taille: 1 à 2 cm
- Forme: cylindrique, à 12 segments portant 1 à 2 rangées d’épines sur le bord
antérieur
- Pièces buccales très fortes
- 2 plaques stigmatiques réniformes sur le dernier segment abdominal, les
stigmates étant disposés en 3 rangs parallèles

Extrémités
antérieures

Larves III dans un estomac de cheval Larves III entières

Stigmates en
3 rangées
parallèles

Plaques stigmatiques de la larve III


Adulte actif en été et au début d’automne ; vie courte, ne s’alimente pas
Larve III parasite de l’estomac des Equidés, agent de myiase digestive

12
Entomo

Œuf de Gasterophilus sp.

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Gasterophilidea : tégument de consistance normale, poilu ;
adulte non parasite, dépourvu de pièces buccales

Famille des Gastérophilidés


Œuf :
- Taille: 1 mm
- Caractéristiques: operculé, à coque striée, fixé très fortement au poil
- Localisation variable selon les espèces

Emplacement de
l'opercule

Striations de la coque

Œuf de Gasterophilus sp. fixé à un poil P

13
Entomo

Lésion de Gastérophilose
Myiase intestinale

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Gasterophilidea : tégument de consistance normale, poilu ;
adulte non parasite, dépourvu de pièces buccales

Famille des Gastérophilidés

Agent : larve III de Gasterophilus sp

Fixation des larves III dans l’estomac, à l’origine d’ulcérations bordées par un
épaississement de la muqueuse = lésions en nid d’abeilles.

Lésions en nid d'abeille

Myiase intestinale du cheval

14
Entomo

Oestrus ovis

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Oestroïdea : corps velu; adulte non parasite, dépourvu de
pièces buccales

Famille des Oestridés


Larve III :
- Taille: 2 à 3 cm
- Forme: hémicylindrique, à 12 segments portant 2 rangées de tubercules
latéraux
- Bandes brunes dorsales sur les segments 2 à 9
- 2 plaques stigmatiques en forme de D centrées sur un bouton stigmatique

Bandes brunes

Larve III entière


Larve III dans des sinus de mouton (face dorsale)

Boutons
stigmatiques

Plaques stigmatiques de la larve III

Adulte actif aux heures chaudes le jour ; vie courte sans alimentation
Larve parasite obligatoire des cavités nasales et des sinus frontaux des Petits
Ruminants : agent de myiase cavitaire du Mouton = oestrose ovine.

15
Entomo

Hypoderma sp.

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Oestroïdea : corps velu; adulte non parasite, dépourvu de
pièces buccales

Famille des Oestridés


Larve III :
- Taille: 2 à 3 cm
- Forme: hémicylindrique, à 10 segments portant 3 rangées de tubercules
latéraux et de fines épines microscopiques
- Pièces buccales très réduites
- 2 plaques stigmatiques réniformes avec bouton stigmatique au fond d’un hile
Adulte : grosse mouche, noire et jaune, velue
Tubercules
latéraux
Jeune + âgée

Lésions d'hypodermose sur le dos d'un bovin Larves III entières


(faces ventrales)

Hiles

Boutons
stigmatiques

Plaques stigmatiques de la larve III

Adulte présent d’avril à septembre, actif aux heures chaudes. Vol bourdonnant cause de
frayeur
Larve parasite obligatoire du tissu conjonctif des Bovins, agent de
l’hypodermose bovine = varron

16
Entomo

Lésion d’hypodermose
"Varron"

Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur


Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Oestroïdea : corps velu; adulte non parasite, dépourvu de
pièces buccales

Famille des Oestridés

Agent : larves d’Hypoderma bovis ou d'Hypoderma lineatum

Longue migration des larves I dans l’organisme


Dans le tissu sous-cutané, transformation de la larve I en larve II puis en larve
III
Formation de nodules varroneux en région dorsale. Perforation de la peau par la
larve d’où lésion du cuir qui perd sa valeur économique.

Nodules
varroneux

Lésions d'hypodermose sur le dos d'un bovin

Larves III sous la peau

Larve III âgée

17
Entomo

Musca domestica
Ordre des Diptères : 1 paire d’ailes, pièces buccales de type piqueur
Sous-ordre des Brachycères: type mouche, corps trapu, pattes courtes et
antennes à trois articles
Section des Cycloraphes : tégument nymphal à ouverture circulaire
Super-famille des Muscoïdea = adulte pourvu de pièces buccales bien
développées

Famille de Muscidés : « vraies mouches »


Sous-famille des Muscinés
Taille: 6 à 9 mm
Corps terne, glabre et trapu
Yeux écartés dans les deux sexes
Antenne à arista généralement velue et sur les deux faces
Pièces buccales de type lécheur avec labelles, placées sous la tête et non visible
au repos

Pièces buccales
de type lécheur

Mouche domestique adulte

Asticots

Myiase chez un mouton


Larve non carnassière; agents de myiases
cutanées
Adulte non parasite, omnivore, agent d’irritation; vecteur :
- choléra, lèpre …
- ookystes coccidiens et œufs d’helminthes
- mammite d’été et kérato-conjonctivite

18
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


Entomologie 2

Larves de puces

ü Vermiformes, apodes.
ü Tête suivie de 12 segments
ü Tête portant une paire d'antennes et une corne frontale (caduque)
ü Dernier segment portant 2 appendices locomoteurs

2 appendices
locomoteurs

1
Entomologie 2

Ctenocephalides canis

ü Ordre des Siphonaptères = Aphaniptères (∅ ailes) : "puces"


ü Super-famille des Pulicoïdea - pas de tubercule frontal saillant
- thorax normalement développé
ü Famille des Pulicidés (0 ou 2 peignes)
ü 2 peignes (ou cténidies), un pronotal et un génal perpendiculaires
ü Tête globuleuse aussi longue que large
ü Première dent du peigne génal courte : 1/2 des autres
ü Tibia de la 3ème paire de pattes portant 8 encoches
ü Chez les Carnivores

Cténidies
perpendiculaires

Tête
globuleuse

1ère dent du peigne


céphalique courte
Tibia de P3
(1/2 des autres)
portant 8
encoches

2
Entomologie 2

Ctenocephalides felis

ü Ordre des Siphonaptères = Aphaniptères (∅ ailes) : "puces"


ü Super-famille des Pulicoïdea - pas de tubercule frontal saillant
- thorax normalement développé
ü Famille des Pulicidés (0 ou 2 peignes)
ü 2 peignes (ou cténidies), un pronotal et un génal perpendiculaires
ü Tête allongée, 2 fois plus longue que large
ü Première dent du peigne génal courte : 2/3 des autres
ü Tibia de la 3ème paire de pattes portant 6 encoches
ü Chez les Carnivores

Cténidies
perpendiculaires

Tête
allongée

Tibia de P3
portant 6
encoches

1ère dent du peigne


céphalique longue
(2/3 des autres)

3
Entomologie 2

Spilopsyllus cuniculi

ü Ordre des Siphonaptères = Aphaniptères (∅ ailes) : "puces"


ü Super-famille des Pulicoïdea - pas de tubercule frontal saillant
- thorax normalement développé
ü Famille des Pulicidés (0 ou 2 peignes)
ü 2 peignes (ou cténidies), un pronotal et un génal, à peu près parallèles,
verticaux
ü Tête anguleuse sur son bord antéro-supérieur
ü Chez les Léporidés

Tête
anguleuse

Cténidies à
peu près
parallèles

4
Entomologie 2

Xenopsylla cheopis

ü Ordre des Siphonaptères = Aphaniptères (∅ ailes) : "puces"


ü Super-famille des Pulicoïdea - pas de tubercule frontal saillant
- thorax normalement développé
ü Famille des Pulicidés (0 ou 2 peignes)
ü 0 peigne
ü Une dizaine de soies formant un V en arrière de l'œil
ü Chez les Muridés

Absence de
peignes

5
Entomologie 2

Lentes (œufs de poux)

ü Petits éléments blanchâtres de 1 mm


ü Operculés
ü A coque ponctuée (≠ œufs de Gastrophile à coque légèrement striée)
ü Fortement adhérents aux poils

opercule

6
Entomologie 2

Pediculus humanus

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Anoploures (tête étroite)
ü Famille des Pédiculidés (yeux et cou visibles)
ü Corps allongé
ü Pattes égales
ü Chez l'homme

Tête plus étroite


que le corps

Yeux visibles

Cou marqué
3 paires de
pattes d'égale
longueur

7
Entomologie 2

Phtirius pubis : "morpion"

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Anoploures (tête étroite)
ü Famille des Pédiculidés (yeux et cou visibles)
ü Corps globuleux
ü Pattes I atrophiées
ü Chez l'homme

Première paire de
pattes atrophiées

8
Entomologie 2

Haematopinus suis

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Anoploures (tête étroite)
ü Famille des Haematopinidés (pas d'yeux, pas de cou)
ü Sous-famille des Haematopininés - pattes égales
- cornes temporales saillantes
- plaques pleurales proéminentes
ü Chez le porc

Cornes
temporales

3 paires de
pattes d'égale
longueur

Plaques
pleurales

9
Entomologie 2

Linognathus spp.

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Anoploures (tête étroite)
ü Famille des Haematopinidés (pas d'yeux, pas de cou)
ü Sous-famille des Linognathinés - pattes I atrophiées
- pas de cornes temporales
- pas de plaques pleurales
ü Stigmates s'ouvrant directement à la surface de l'abdomen
ü Chez les bovins, ovins, caprins, chiens

Première paire de
pattes atrophiées

10
Entomologie 2

Solenopotes capillatus

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Anoploures (tête étroite)
ü Famille des Haematopinidés (pas d'yeux, pas de cou)
ü Sous-famille des Linognathinés - pattes I atrophiées
- pas de cornes temporales
- pas de plaques pleurales
ü Stigmates s'ouvrant au sommet de protubérances tubuleuses
ü Chez les bovins

Première paire de
pattes atrophiées

Protubérances
tubuleuses

11
Entomologie 2

Trichodectes canis

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Mallophages (tête large)
ü Super-famille des Ischnocères (antennes bien visibles)
ü Famille des Trichodectidés - antennes à 3 articles
- tarse à 1 griffe
ü Tête énorme, rectangulaire (plus large que longue)
ü Chez le chien

Antennes à
3 articles

Tarse à
1 griffe

Tête
rectangulaire
aussi large
que le corps

12
Entomologie 2

Felicola subrostratus

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Mallophages (tête large)
ü Super-famille des Ischnocères (antennes bien visibles)
ü Famille des Trichodectidés - antennes à 3 articles
- tarse à 1 griffe
ü Tête trapézoïdale, tronquée en avant
ü Chez le chat

Tête
trapézoïdale
aussi large
que le corps
Antennes à
3 articles

13
Entomologie 2

Damalinia spp.

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Mallophages (tête large)
ü Super-famille des Ischnocères (antennes bien visibles)
ü Famille des Trichodectidés - antennes à 3 articles
- tarse à 1 griffe
ü Tête arrondie en avant, aussi large que le thorax
ü Bandes brunes sur l'abdomen (= « Pou bagnard »)
ü Chez les équidés et les ruminants

Antenne à
Tête semi - 3 articles
circulaire
aussi large
que le corps

Bandes
brunes

14
Entomologie 2

Menacanthus stramineus

ü Ordre des Phtiraptères : "poux"


ü Sous-ordre des Mallophages (tête large)
ü Super-famille des Amblycères (antennes peu visibles, cachées dans un
sillon antennaire)
ü Famille des Ménoponidés - antennes à 4 articles
- tarse à 2 griffes
- tête en chapeau de gendarme
ü Dorsalement, 2 rangées de soies par segment abdominal
ü chez les oiseaux

Tête en chapeau
de gendarme

15
Entomologie 2

Cimex lectularius : "punaise des lits"

ü Ordre des Hémiptères (corps aplati dorso-ventralement)


ü Famille des Cimicidés : "punaises"
ü Corps ovalaire, très aplati
ü Tête enfoncée dans le thorax
ü 2 longues antennes à 4 articles (les 2 derniers plus étroits)
ü Ailes rudimentaires, réduites à 2 écailles : allure aptère

Tête enfoncée
dans le thorax

Antennes à
4 articles

16
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


                               
           
 

PARASITOLOGIE  EXTERNE  
Acarologie  
Entomologie  
Mycologie  
I.   ACAROLOGIE  GENERALE  .......................................................................................................................  3  
A.   DEFINITIONS  ET  GENERALITES  ...............................................................................................................................  3  
B.   MORPHOLOGIE  ET  ANATOMIE  .................................................................................................................................  3  
C.   BIOLOGIE  DES  ACARIENS  ..........................................................................................................................................  5  
1.   Milieu  de  vie  .............................................................................................................................................................  5  
2.   Cycle  de  développement  ......................................................................................................................................  5  
D.   IMPORTANCE  MEDICALE  ..........................................................................................................................................  5  
1.   Action  pathogène  direct  .....................................................................................................................................  5  
2.   Rôle  pathogène  indirect  ......................................................................................................................................  6  
II.   SOUS-­‐ORDRE  DES  SARCOPTOÏDEA  ..................................................................................................  7  
A.   SUPER-­‐FAMILLE  DES  ORIBATIDÉS  ......................................................................................................................  8  
B.   SUPER-­‐FAMILLE  DES  ACARIDIÉS  .........................................................................................................................  8  
1.   Acaridiés  PSORIQUES  ou  agents  de  gales  ................................................................................................  10  
i.   Famille  des  SARCOPTIDÉS  ............................................................................................................................................................  10  
ii.   Famille  des  PSOROPTIDÉS  ..........................................................................................................................................................  12  
iii.   Famille  des  ÉPIDERMOPTIDÉS*  ..............................................................................................................................................  13  
2.   Acaridiés  PILICOLES  .........................................................................................................................................  15  
3.   Acaridiés  PLUMICOLES  ....................................................................................................................................  16  
4.   Acaridiés  INTERNES  .........................................................................................................................................  16  
5.   Acaridiés  DÉTRITICOLES  ................................................................................................................................  16  
III.   SOUS-­‐ORDRE  DES  THROMBIDOÏDEA  ..........................................................................................  17  
A.   GROUPE  DES  TARSONÉMIENS  .........................................................................................................................  18  
1.   Famille  des  SCUTACARIDÉS  ...........................................................................................................................  18  
B.   GROUPE  DES  PROSTIGMATES  ..........................................................................................................................  19  
1.   Famille  DÉMODÉCIDES  ...................................................................................................................................  19  
2.   Famille  des  MYOBIIDÉS  ...................................................................................................................................  21  
3.   Famille  des  CHEYLETIDÉS  .............................................................................................................................  21  
4.   Famille  des  THROMBICULIDÉS  ....................................................................................................................  22  
IV.   SOUS-­‐ORDRE  DES  GAMASOIDEA  ...................................................................................................  24  
1.   Famille  des  DERMANYSSIDÉS  .......................................................................................................................  25  
2.   Famille  des  LAELAPTIDÉS  ..............................................................................................................................  26  
3.   Famille  des  RHINONYSSIDÉS  ........................................................................................................................  27  
4.   Famille  des  HALARACHNIDÉS  ......................................................................................................................  27  
5.   Famille  des  RAILLIETIDÉS  .............................................................................................................................  28  
V.   SOUS-­‐ORDRE  DES  IXODOIDEA  ........................................................................................................  28  
Remarque  :  Rang  A  rouge  ***,  B  vert  **,  C  bleu  *  

  1  
INTRODUCTION  
L’acarologie  et  l’entomologie  nécessitent  l’études  des  arthropodes.  

 
Un  peu  de  Taxinomie…  
 
  Embr.  ARTHROPODES  
=  métazoaire,  exosquelette  
  chitineux  +  appendices  articulés  

 
sEmbr.  ANTENNATES  
sEmbr.  CHÉLICÉRATES    
=  corps  divisé,  4  paires  de   =  avec  antennes  +  mandibules  
pattes  marcheuses  avec      
chélicères  +  pédipalpes  
 
 
Cl.  Malacostracés   Cl.  Myriapodes  
2  paires  d’ant.,  respi.   1  paire  d’ant.,  Npaires  de  
branchiale   pattes,  respi.  trachéale  
Cl.  mérostomes  
Cl.  Arachnides  
Respi.  trachéale  
Respi.  branchiale  
  Cl.  Hexapodes    
(=  équivalent  
  1  paire  d’ant.,  3  apires  de   aux  insectes)  
pattes,  respi.  trachéale  

O.  Aranéides  
O.  Acariens  
Céphalothorax/abdomen    
Corps  non  divisé  
 
 
Objectifs  (pas  tous  atteints  cette  année  !!)  :  
-­‐   Être   capable   d’énoncer   la   définition   de   l’Ordre   des   acariens,   décrire   l’organisation  
morphologique  générale,  la  nutrition,  la  reproduction  et  le  pouvoir  pathogène  des  acariens  
parasites  des  animaux  domestiques.  
-­‐   Être   capable   d’énoncer   les   bases   de   la   thérapeutique   acaricide  :   principaux   produits,  
spectres,   mode   d’utilisation   (voie   d’administration,   dose,   durée),   effets   secondaires  
éventuels  (cf  Ixodidés).  

  2  
I. ACAROLOGIE  GÉNÉRALE  
 

A. Définitions  et  généralités  


-­‐  Acarologie  =  étude  des  acariens.  
-­‐   Acariens   =   arthropodes   avec   4   paires   de   pattes,   un   opisthosome   non   segmenté   et  
souvent  fusionné  avec  le  prosome.  Les  larves  n’ont    que  3  paires  de  pattes.  
-­‐  30  000  espèces  décrites.  
-­‐  Seulement  quelques  espèces  ectoparasites.  
-­‐  Très  petite  taille  (sauf  les  tiques).  Exceptions  :  des  Acariens  qui  ne  sont  pas  des  tiques  
et  qui  font  presque  1cm  !!!!  
-­‐  Organes  avec  une  organisation  différente  selon  les  espèces.  Vivent  surtout  sur  la  peau  ;  
se  nourrissent  de  sang,  de  débris  de  sébum  ;  ils  piquent,  sucent…  
 

B. Morphologie  et  anatomie  


• Taille  :  0,1cm  à  1  cm.  
• Forme  :  souvent  ovale,  parfois  en  8  avec  une  face  ventrale  aplatie.  
• Soies  partout  sur  le  corps.  Cela  permet  de  les  reconnaître,  mais  ces  soies  ne  
sont  pas  observables  à  l’œil  nu.  
• Les  différentes  parties  du  corps  :    

 
o en  avant  de  la  dernière  patte  :  le  prosome  
o en  arrière  de  la  dernière  patte  :  l’opisthosome  
• /  !/   Le   gnathosome   ou   rostre  :   partie   très  
importante  qui  porte  les  chélicère,  les  pédipalpes  et  
les  pièces   buccales.  Position  terminale,  sub-­‐infère  (à  
moitié  sous  le  corps)  ou  infère  (sous  le  corps)  

  3  
•  Les  pièces  buccales  
o Hypostome   =   pièce   ventrale,   sorte   de  
ramasse  poussière.  
o 2   chélicères.   Différentes   formes  :  
forme   de   pinces   (dernier   segment   qui  
s’articule   avec   l’avant   dernier)   =>  
permet   d’attraper  ;   forme   de   râteau  ;  
forme   de   barbelés…   La   plupart   du  
temps,   elles   sont   à   l’extrémité   du   corps  
mais   chez   certaines   tiques   (molles)  
elles  se  retrouvent  sur  le  corps.    
o 2  pédipalpes  (ou  palpes  maxillaires)  
• Les  pattes    
o 4  paires  de  pattes  
o Divisées  en  1  ou  2  groupes.  
o Toujours   6   ou   7   segments   environ   :  
hanche   (coxa),   trochanter,   fémur  
(parfois   subdivisé),   genou,   tibia,  
tarse.  
o Au   bout   des   pattes   quelques   fois  :  
griffes   et/ou   ventouses   et/ou   soies.  
Permet,   selon   leur   mode   de   vie,   de  
s’accrocher  ou  de  se  coller.  
• Tube  digestif  présent.    
• Appareil  respiratoire    
o stigmates  =  sortie  de  l’air.    
o Si   pas   de   stigmates  :   astigmates   ou   cryptostigmates   /   Stigmates   en  
avant   des   pattes  :  prostigmates   /   entre   les   pattes  :   mésostigmates   /  
en  arrière  des  pattes  :  métastigmates.  

  4  
C. Biologie  des  Acariens  
1. Milieu  de  vie  
Tous  types  de  milieu  :  eau,  air,  sous  terre,  froid,  chaud,  dans  un  individu,  dans  le  milieu  
extérieur…  

2. Cycle  de  développement  


 
Mâle    
Oeufs   Larve   Protonymphe   Tritonymphe  
Femelle  
  Deutonymphe  

   
 
• En   général,   il   y   a   une   différenciation   des   sexes   mâle   et   femelle,   sauf    
exceptions  :   certaines   espèces   sont   parthogénétiques   (ou   parthénogénétiques)   et  
d’autres  espèces  sont  sans  sexe.    
• La   plupart   du   temps   le   mâle   dépose   le   spermatophore   sur   une   tige,   puis   la  
femelle   se   féconde   seule.   Chez   certains   il   existe   une   danse   nuptiale.   Les   œufs  
éclosent   et   donnent   une   larve   avec   3   paires   de   pattes,   il   y   a   ensuite   3   stades  
nymphaux   :   stades   protonymphal,   deutonymphal,   tritonymphal,   puis  
transformation  en  adulte.  
• La  reproduction  a  lieu  sur  l’hôte  ou  dans  milieu  extérieur.  
Exemples  :    
-­‐   sarcoptes   scabiei   =   parasite   permanent   avec   tout   son   développement   qui   se   fait   sur   la  
peau  de  son  hôte.  
-­‐   Chez   les   Tiques,   chaque   stade   est   parasite   mais   sur   trois   hôtes   différents   (il   peut   s’agir   de  
mêmes  espèces  ou  d’espèces  différentes)  
 

D. Importance  médicale  
1. Action  pathogène  direct    
• Action   irritative   et   traumatique  :   due   au   Acariens   vivant   dans   les  
follicules  pileux.  Piqures.  
• Action   spoliatrice  :   acariens   hématophages  :   une   tique   sur   un   bovin  
n’entraine  pas  de  graves  conséquences,  mais  si  des  veaux  sont  assaillis,  tous  
les  jours,  par  des  centaines  de  tiques,  cela  peut  conduire  à  des  anémies.  

  5  
• Action   toxique   et   antigénique  :   les   acariens   hématophages,   par   piqures  
massives,  peuvent  entrainer  une  paralysie.  Les  acariens  histophages  peuvent  
également  être  la  cause  de  lésions.  
• Action   sensibilisante  :   certaines   personnes   sont   allergiques   aux   acariens,  
notamment  à  ceux  des  poussières.  

2. Rôle  pathogène  indirect    


Rôle  de  vecteur  de  germes  (virus,  bactérie,  parasite).    
• Acariens  hématophages  peuvent  être  responsables  d’inoculation  de  germes.    
• Acariens  coprophages  peuvent  être  responsables  d’ingestion  de  parasites.    
• Acariens   pouvant   avoir   un   rôle   indirect   important   mais   un   rôle   direct  
négligeable.   Ils   entrent   ainsi   dans   le   cycle   de   certains   parasites,   sans   être  
forcément  parasites  eux-­‐mêmes.  
 
Les  sous  ordres  d’acariens  qui  vont  nous  intéresser  :    
v s.O.  Sarcoptoïdea  :  cryptostigmates  ou  astigmates  
v s.O.  Trombidoïdea  :  prostigmates  
v s.O.  Gamasoïdea  :  mésostigmates  
v s.O.  Ixodoïdea  :  métastigmates  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  6  
II. SOUS-­‐ORDRE  DES  SARCOPTOÏDEA  
 
 
  Cryptostigmates  
s.O.  Sarcoptoidea  
  S.F.  Oribatidiés  

 
  F.  Sarcoptidés  

Astigmates     Acaridiés  psoriques  =  


agents  de  gales   F.  Psoroptidés  
S.F.  Acaridiés  
 
F.  Epidermoptidés  

 
Acaridiés  pilicoles  
  F.  Listrophoridés  

 
 
  F.  Analgésidés  
Acaridiés  
 
plumicoles   F.  Dermoglyphidés  

 
F.  Cytoditidés  
f  

  Acaridiés  internes  
F.  Laminosioptidés  
 
 
F.  Hypodectidés  

  F.  Tyroglyphidés  
Acaridiés  détriticoles  
 

 
F.  Pyroglyphidés  
 
 
 
 

  7  
A. Super-­‐famille  des  ORIBATIDÉS  
• Certains   sont   prédateurs   et   attaquent   des   acariens,   des   bactéries,   des  
nématodes.    
• Acariens  de  sol,  non  parasites.  De  couleur  brun  foncé-­‐noir,  ils  sont  souvent  
visibles  sur  des  bouts  de  bois  moisis  en  forêt.  
• Hôte  intermédiaire  (HI)  de  cestodes  Anoplocéphalidés.  
• Certains   sont   coprophages   (se   nourrissent   des   excréments   des   autres  
animaux).  
Ces   acariens   sont   intéressants   car   ils   se   mettent   dans   les   selles   de   cheval   te   donc  
facilement  repérables.  Le  cheval  ingère  l’acarien  en  broutant  de  l’herbe.    

 
 

B. Super-­‐famille  des  ACARIDIÉS  


• Très  petite  taille  (<1mm).  
• Pas  de  trachées,  pas  de  stigmates  (astigmates),  tégument  très  mince  pour  
respirer.   Certaines   pattes   avec   ventouses.   Leur   morphologie   générale  
permet  la  diagnose.  
• Dimorphisme  sexuel.  
• Plusieurs  groupes  classés  selon  leur  localisation  :    
-­‐ Acaridiés   psoriques   =   agents   de   gales   qui   vivent   dans   la   peau  :  
familles  des  Sarcoptidés,  Psoroptidés,  Épidermoptidés.  
-­‐ Acaridiés   responsables   de   pseudo-­‐gales  :   Acaridiés   pilicoles,  
plumicoles,  internes,  détriticoles.  
 
 
 

  8  
 
 

Quelques  mots  sur  les  gales  


 

Psorique  :  qui  vit  sur  ou  dans  la  peau.  


Psoroptique  :  fait  référence  à  la  famille  d’acariens  psoriques.  
 
GALE  =  Infection  cutanée,  infectieuse  et  contagieuse,  causée  par  les  acariens  
psoriques  vivant  soit  dans  la  couche  cornée  de  l’épiderme  soit  dans  une  
couche  plus  profonde.  Ces  agents  de  gales  concernent  de  nombreuses  
espèces  animales  dont  l’homme.  
 
Ø La  vie  en  collectivité  favorise  le  développement  des  gales.  
Ø Ce   sont   des   Maladies   cosmopolites   (on   les   trouve   partout),   qui   peuvent   être  
économiquement   grave   en   élevage   car   une   gale   peut   entrainer   la   mort   de  
l’animal.    
Ø La  caractéristique  symptomatique  est  le  prurit  (sensation  de  démangeaison  de  la  
peau).  
Ø La   localisation   des   lésions   varie   en   fonction   de   l’hôte   et   de   l’agent.   Exemples  :  
Tête,  arrière  train,  localisation  préférentielle.  
 
Vocabulaire  
-­‐   Selon   la   localisation  :   gales   du   corps   située   sur   une   partie   du   corps   /   otacariose   =  
gales  du  conduit  auditif.  
-­‐   Selon   la   position  :   gales  profondes  (sarcoptidés)/   gales  superficielles   (psoroptidés).  
Types  liés  au  familles  d’acariens.  
-­‐   Selon   l’évolution  :   gales   localisées   (exemple  :   une   gale   qui   reste   sur   la   tête)   /   gales  
extensives  ou  généralisées  qui  peut  s’étendre  sur  tout  l’animal.  
-­‐  Selon  la  symptomatologie  :  gales  sèches  /  gales  humides.  
-­‐   Selon   l’agent   causal  :   gales   sarcoptiques,   notoédriques,   cnémidocoptiques,  
otodectiques,  chorioptiques,  psoroptiques  en  fonction  de  la  famille  de  l’agent  de  gale.  
 
 
 
 

  9  
1. Acaridiés  PSORIQUES  ou  agents  de  gales  
• 300-­‐600microns.   A   la   limite   de   la   vision   humaine,   on   peut   les   voir   si   on   se  
concentre  bien.  Il  y  en  existe  des  plus  gros.  Femelles  toujours  plus  grosses  que  
les  mâles.  
• 4  paires  de  pattes  :  2  antérieurs  et  2  postérieures.  
• Vivent   soit   en   surface   soit   profondément   dans   la   couche   cornée  (vie   de  
parasite  permanent  car  ils  ne  sortent  jamais  dans  le  milieu  extérieur).  
• Se  nourrissent  de  débris   cutanées  :  sébum,  épiderme,  mais  parfois  aussi  de  
globules  rouges.  
• Œuf,  larve,  plusieurs  stades  nymphaux.  
• 3  familles  :  Sarcoptidés,  Psoroptidés,  Épidermoptidés.  
 

i. Famille  des  SARCOPTIDÉS  


o Pattes  courtes  (on  ne  les  voit  pas  émerger  du  cercle  du  corps).  
o Rostre  court  et  carré.  
o Ventouses  portées  par  des  pédicules  longs  et  non-­‐articulés.  
o Parasites  des  mammifères  et  des  oiseaux.  
o Agent  de  gales  profondes.  
 
Présentation  de  quelques  genres  importants  :    
Ø Genre  Sarcoptes  ***    
• Agent  responsable  des  gales  sarcoptiques  touchant  majoritairement  le  chien  
et   le   renard.   Les   gales   sarcoptiques   sont   mortelles   si   elles   ne   sont   pas   (ou  
mal)  traitées.  Gales  retrouvées  régulièrement  en  France.  
• Une  seule  espèce  :  sarcoptes  scabiei.  
• Taille  200micron  male,  500micron  femelle.    
• Parasite   rond   avec   des   pattes   courtes.   Ecailles   triangulaires   sur   la   face  
dorsale.    
• Parasite   de   mammifères   domestiques   sauf   le   chat,   parasites   de   l’homme,  
parasites   des   animaux   sauvages.   Pas   de   transmission   inter-­‐spécifique.  
Exemple  de  la  variété  canis  :  si  l’homme  touche  le  chien,  le  parasite  s’installe  sur  
l’homme   et   creuse   dans   sa   peau.   Ca   gratte   mais   le   parasite   sera   incapable   de  
faire   son   cycle   donc   il   meurt.  Est-­‐on  en  cours  de  spéciation,  c’est  à  dire  que  le  
parasite   devient   plus   spécifique   de   son   hôte  ?   A   l’heure   actuelle,   les  
différentes   variétés   sont   indifférenciables   morphologiquement   mais   on   sait  
qu’elles  existent.  
• Cycle  évolutif  avec  l’exemple  du  chien  :      
Accouplement   et   fécondation   à   la   surface   de   la   peau.   La   femelle   creuse   des   tunnels   dans  
l’épiderme,  parallèles  à  la  peau  (2mm/jour)  (formation  de  sillons  scadieux).  Elle  utilise  

  10  
son   rostre,   sa   salive,   et   ses   pattes  :   digestion   externe   des   tissus   (elle   se   nourrit   en  
même  temps).  Puis  elle  pond.  Cela  peut  durer  des  jours,  des  semaines,    jusqu’à  2  mois.  
Une   femelle   pond   environ   50  œufs  en  2  mois.   Que   deux  stades  nymphaux   qui   durent  
environ   15   jours.   Un   cycle   complet   (obtenir   un   adulte   à   partir   d’un   autre   adulte)   dure  
également  15  jours.  On  a  clairement  une  croissance  exponentielle.  
• Adulte   marche   très   vite  :   2-­‐3cm/minutes.   La   gale   s’étend   vite   et   l’acarien  
saute  sur  un  autre  chien  si  possible.  
• En  3  mois  on  a  6  générations  et  1  million  de  femelles.  
• Hors  de  l’hôte  :  survie  de  2-­‐3  semaines.  
• Lésion  primaire  =  tunnel  
• Contagieux  par  contact  
 
Ø Genre  Notoedres  **  
• Pour  le  reconnaître  :  stries  concentriques  
• 20  espèces  environs.    
• Notoedres  cati   chez   le   chat,   N.  muris  (=   N.   alepis)   chez   la   souris.   Egalement  
parasite   du   rat,   du   hamster   et   on   le   trouve   fréquemment   chez   les   chauves  
souris.  Peut  parfois  toucher  le  lapin  et  le  chien,  mais  ce  sont  des  cas  rares.  
• 220  microns  chez  la  femelle,  150  microns  chez  le  mâle  
• Cycle   évolutif   très   proche   de   celui   du   Sarcope   mais   il   se   situe   principalement  
sur  la  tête  de  son  hôte  et  parfois  aux  extrémités.  
 
Ø Genre  Cnemidocoptes*  
• Pour  le  reconnaitre  :  épimères  avec  de  la  chitine.  
• Seul  astigmate  qui  est  parasite  d’oiseaux.    
• Environ  300  microns.  
• 3  espèces  nous  intéresse  :    
-­‐ C.   Mutans  est   Ovovivipare   (forme   directement   larves   vivantes).  
Responsable  de  gales  des  pattes  chez  les  poulets.  
-­‐ C.   Pilae  possède   un   cycle   similaire   mais   avec   une   femelle   vivipare.  
Parasite  de  perruche,  perroquet  :  responsable  de  gales  du  bec.  
-­‐ C.  Laevis  est  plus  rare.  Responsable  de  gales  généralisées.  
Ø Genre  Trixacarus    
• 200-­‐250  microns  pour  la  femelle.  
• Agent  de  gale  des  rongeurs.  
• Ecailles  triangulaires  comme  le  Sarcope  mais  pas  d’épines.    
• Plus  petite  que  le  Sarcope.    
• T.  caviae,  T.  diversus  chez  rat  et  hamster.  
 

  11  
ii. Famille  des  PSOROPTIDÉS  
o Pattes  longues,  griffes  
o Rostre  conique  et  pointu,  long  ou  court  selon  les  espèces.    
o Lobes  abdominaux  avec  des  ventouses  copulatrices  chez  le  mâle.    
o Parasites  de  mammifères.  
o Ne   creusent   pas   dans   la   peau.   Il   restent   à   la   surface   du   corps  :   gales  
superficielles.  Se  nourrissent  de  débris  cutanés.  Parasite  de  la  surface  du  corps  
ou  du  conduit  auditif  externe.  
o Plus  grands  (logique  car  ils  ne  creusent  pas  de  galeries).    
o Deux  sous  familles  différenciées  par  les  ventouses  :    
-­‐ Psoroptinés  :   rostre   long,   ventouses   au   bout   de   pédicules   longs   et  
articulés.  Genre  psoroptes.  
-­‐ Chorioptinés  :  rostre  cours,  ventouses  subsessiles.  
 
Ø Genre  psoroptes  ***    
• Acaridés  psoriques  :  agent  de  gale.    
• Il  semble  exister  différentes  formes  en  fonction  de  l’hôte  mais  en  fait  on  a  que  
deux  espèces  différentes.  Espèce  à  retenir  :  Psoroptes  ovis.    
• femelle  de  700  microns    
• Dimorphisme  sexuel.  Différenciation  des  sexes  se  fait  par  les  soies.    
• Parasites  de  moutons,  de  bovins,  chevaux.  
• Cycle  évolutif  :  
Œuf  de  250  microns  qui  donnent  :  larve   -­‐   nymphe   1   -­‐   nymphe   2   -­‐   adulte.  Les  mâles  
sont  attachés  aux  femelles  au  stade  nymphe  2  puis  il  y  a  fécondation.  La  femelle  pond  1  a  
3  œufs  par  jour  pendant  2  mois  et  le  cycle  dure  15   jours  =>  au  total  :  40-­‐100  œufs  en  
deux  mois.  L’infestation  devient  donc  rapidement  exponentielle.    
• Action   pathogène   directe  :   présence   du   parasite   sur   la   peau   a   une   action  
pathogène   directe   mais   il   s’agit   surtout   d’hypersensibilité.   Le   parasite   est  
plus   actif   en   hiver   qu’en   été  :   les   gales   bovine   et   ovine   sont   des   maladies  
d’hiver.  La  symptomatologie  se  fait  en  box  ou  en  stabulation.  
• Parasite   capable   de   survivre   en   milieu   extérieur   pendant   15   jours,   il   est   donc  
difficile  de  s’en  débarrasser,  nécessité  d’un  gros  nettoyage.  
• Exemple  de  gales  :  Gale  toison  du  mouton,  gale  des  crins  du  cheval  
• Autres   espèces  :   P.   cuniculi   parasite   de   chevaux,   ovins,   bovins   et   lapins.  
Cycle   équivalent   à   P.   ovis.   Essentiellement   responsable   de   gales   d’oreilles   car  
c’est  un  parasite  du  conduit  auditif.  
 
Ø Genre  Chorioptes  ***  
• Chorioptes  bovis  est  la  seule  espèce  qui  nous  intéresse.    

  12  
• 500  microns  pour  la  femelle.    
• Soies  foliacées  chez  le  mâle.    
• Perte  de  pattes  chez  la  femelle  (4ème  paire  de  pattes  plus  petite).  Ce  sera  vu  
en  TP.  
• Espèces  hôtes  :  chevaux,  bovins,  ovins.  
• Cycle  évolutif  :    
Equivalent   au   cycle   du   Psoroptes   mais   un   peu   plus   long  :   3   semaines.   Responsable   de  
gales   d’hiver   mais   avec   une   localisation   plus   spécifique  :   paturon   du   cheval,   région  
postérieure  du  corps  du  bovin.  Gale  sensée  être  moins  grave  que  la  gale  psoroptique.  
 
Ø Genre  Otodectes  ***  
• Responsable  de  gales  superficielles  dont  les  gales  d’oreilles.  
• Otodectes  cynotis  :  même  taille  que  le  Chorioptes  (500  microns  femelle)    
• que  3  paires  de  pattes,  la  4ème  s’est  atrophiée.    
• Reconnaissable  par  ses  ventouses  et  ses  paires  de  pattes.  
• Espèces  hôtes  :  chien,  chat,  furet.    
• Cycle  évolutif  :      
Equivalent  à  celui  du  Psoroptes.  Durée  de  3  semaines,  dans  le  conduit  auditif  externe.  
Tout   le   cycle   se   déroule   dans   le   conduit   auditif   avec   les   stades   larvaires,   nymphaux   et  
l’adulte.  
• L’infestation  entraine  un  prurit.  Sécrétion  de  cérumen  noirâtre  qui  contient  
le   parasite.   Le   plus   souvent,   la   gale   reste   localisée   dans   l’oreille.  
Démangeaisons   violentes   pour   les   animaux   car   il   ne   peuvent   que  
difficilement  se  gratter  l’oreille.  
 
iii. Famille  des  ÉPIDERMOPTIDÉS*  
o Parasites  des  oiseaux  essentiellement.    
o Responsables  de  gales  dites  non  déplumantes.  
o Pattes  longues.  
o Mâles  avec  ventouses  copulatrices.  
o Petite  taille  :  le  plus  gros  fait  environ  400  microns.    
o Genres  :  Epidermoptes  sp.,  Rivoltasia  sp.  
 
 
PETIT  RÉCAPITULATIF  :  classification  des  agents  de  gales  les  plus  importants  en  
fonction  de  leurs  espèces  hôtes.  

  13  
  Bovin   Cheval   Mouton   Chèvre   Porc   Vollaile   Chien   Chat  

Gales  Sarcopti Généralisées   Généralisées   Gales  de  la   Généralisées   Généralisé   Générali  
ques   tête  =  noir   es   sées  
S.  scabiei   S.  scabiei  equi   S.  scabiei  
museau  
bovis   caprae   S.  scabiei   S.  scabiei  
S.  scabiei   suis   canis  
ovis  

Gales   Gales  du  train   Gales  des   Gales  des   Généralisées          


Chorioptiques   postérieur   paturons   paturons  
Chorioptes  
chorioptes   chorioptes   Chorioptes   bovis  
bovis   bovis   bovis  

Gales   Généralisées   Gales  des   Généralisé          


Psoroptiques   crins   es  
psoroptes  ovis  
psoroptes   Psoroptes  
ovis,  P.  equi   ovis  

Otocarioses   Conduit   Conduit   Conduit   Conduit          


Psoroptiques   auditif   auditif   auditif   auditif  
 
P.  cuniculi   P.  cuniculi   P.  cuniculi   Psoroptes  
cuniculi  

Gales               Gales  du      


Cnémidocopti corps/tête  
 
ques     Cnemidoco
ptes  
mutans,  C.  
laevis,    

Gales             gales  du      


Epidermoptiq corps/tête  
ue   Epidermop
tes  
bilobatus,  
Rivoltasia  
bifurcata  

Gales               gales  de   gales  de  la  


notoédriques   la  tête   tête  et  des  
(rares)     extrémités  
rares  dans  
notoedre
nos  
s  cati  
régions  
mais  
retrouvée  
fréquemm
ent  dans  
les  DOM-­‐
TOM  
notoedres  
cati  

  14  
Otocarioses               Gales   Gales  des  
otodectiques   des   oreilles  
oreilles  
otodectes  
(fréquen
cynotis  
tes)  
otodecte
s  cynotis  

 
Maintenant,   nous   allons   voir   les   autres   acaridiés   qui   sont   responsables   de   pseudo-­‐
gales  (provoquent  des  dermatites  mais  pas  des  gales)  
 

2. Acaridiés  PILICOLES  
Comporte  la  famille  des  Listrophoridés  :  
o Chélicères  avec  des  crochets.    
o Plaques  chitineuses  dorsales.  
o Chez  les  rongeurs  et  les  lagomorphes.  
o Cycle  évolutif  :  œufs-­‐larve-­‐protonymphe-­‐tritonymphe-­‐adulte  
o 3  genres  les  plus  importants  :  
Ø genre  Myocoptes  musculinus  *  
• Parasites  de  rongeurs,  souris,  rat,  cobaye.    
• 350-­‐500  microns  chez  la  femelle.  
• Dimorphisme  sexuel.    
• Localisation  superficielle  :  au  niveau  des  poils  de  l’hôte.  Ils  s’accrochent  à  la  
base   du   poil   grâce   à   une   structure   ventrale   spécifique,   la   tête   en   bas.   Ils  
vivent  à  la  surface  et  pondent  leurs  œufs  sur  les  poils.  
Ø genre  Chirodiscoïdes  caviae  *  
• Parasite  de  cobaye.    
• Morphologie  facile  a  reconnaître  car  il  a  une  forme  allongée.    
• 500  microns  pour  la  femelle  en  longueur.    
• Vit  a  la  surface   de   la   peau,  accroché  aux  poils  et  se  nourrit  de  débris  sur  la  
peau.    
Ø Genre  Leporacarus  gibbus  *  
• Parasite  du  lapin.    
• Structure  globuleuse  sur  le  ventre.    
• Considéré  comme  peu  pathogène.    
• 400  microns  pour  la  femelle.    
• Cycle  identique  à  tous  ceux  vus  précédemment.    
 

  15  
3. Acaridiés  PLUMICOLES  
o Parasites  des  oiseaux.    
o Il   existe   deux   familles,   qui   vivent   dans   le   plumage   et/ou   dans   les   plumes   (à   la  
racine  de  la  plume)  :    
-­‐ Famille  Analgésidés    
-­‐ Famille  Dermoglyphidés  
 

4. Acaridiés  INTERNES  
o Ils  vivent  à  l’intérieur  de  l’organisme  hôte.    
o Essentiellement  chez  les  oiseaux.    
o On  ne  connaît  pas  tous  les  cycles.    
o Il  faut  garder  à  l’esprit  que,  pour  un  acarien,  ce  n’est  pas  simple  de  se  retrouver  
dans  un  tissu  conjonctif.  On  les  retrouve  aussi  dans  les  appareils   respiratoires  
des  oiseaux,  des  rongeurs  et  des  chauves  souris.      
o Familles  :  Cytoditidés,  Laminosioptidés,  Hypodectidés.    
-­‐ Laminosioptidés  :   dans   le   tissu   conjonctif   de   volaille.   Leur   cycle  
évolutif  est  inconnu.    
-­‐ Hypodectidés  :   les   adultes   sont   dans   le   nid   des   oiseaux   et   les  
nymphes  dans  le  tissu  conjonctif  sous  cutanée.  
 

5. Acaridiés  DÉTRITICOLES  
o Certains   sont   très   importants   car   responsables   d’allergies,   d’autres   sont   des  
parasites  accidentels.    
o Famille  Tyroglyphidés  :    
-­‐ 800  microns.    
-­‐ Exemple  :  genre  acarus  retrouvé  sur  le  fromage,  le  pain,  la  farine.  
Il   est   responsable   de   parasitisme   facultatif   et   surtout   de   crise  
d’asthme  ou  de  gale  chez  les  boulangers.  
o Famille   Pyroglyphidés   où   on   retrouve   les   acariens   des   poussières   très  
important  car  responsables  de  nombreuses  allergies  respiratoire  chez  l’homme  
mais   aussi   de   troubles   d’hypersensibilité   cutanée.   Ils   se   mettent   également  
dans  les  matelas.  
 
 
 
 
 
 
 

  16  
PHOTOS  DE  QUELQUES  ESPÈCES  SARCOPTOIDEA  

 
 

III. SOUS-­‐ORDRE  DES  THROMBIDOÏDEA  


 
Objectifs  :   être   capable   de   décrire   les   principaux   caractères   morphologiques   et  
biologiques   de   l’espèce   Acarapis   woodi*   (diagnostiquer   et   traiter   l’acarapiose),   du  
genre   demodex***,   du   genre   myobia*,   du   genre   cheyletiella***,   du   genre  
thrombicula**  
Ce  sous-­‐ordre  est  subdivisé  en  deux  super-­‐familles:    
-­‐ SUPER-­‐FAMILLE  DES  TARSONÉMIENS  avec  la  famille  des  Scutacaridés.  
-­‐ SUPER-­‐FAMILLE   DES   PROSTIGMATES   avec   4   familles   importantes   qui   nous  
intéresse  (Myobiidés,  Démodécidés,  Cheylétidés,  Thrombiculidés)`  
 

  17  
 
 
 
 
Tarsonémiens  :    
S.o.  Thrombidoidea    
F.  Scutacaridés  
 
 
F.  Démodécidés   Genre  Demodex  
 

 
Genre  Myobia  
  F.  Myobiidés  
Prostigmates    
Genre  Cheyletiella  
 
  F.  Cheylétidés  
Genre  Psoregates  
 
 
F.  Thrombiculidés   Genre  Thrombicula  
 
 
 
A. Groupe  des  TARSONÉMIENS  
Tarsonémiens  :  petits  acariens  avec  un  rostre  réduit  et  de  petits  chélicères.    
 

1. Famille  des  SCUTACARIDÉS  


Ø Genre  Acarapis  woodi  **  
• Agent  de  l’acarapiose  des  abeilles.    
• 100  microns  environs  pour  la  femelle  (ce  qui  est  gros  pour  une  abeille).    
• Pédipalpes  bien  développés    
• Parasite  obligatoire  de  l’abeille.    
• Vit   dans   la   trachée   des   abeilles   (c’est   un   parasite  
interne  !!!  mais  il  facilement  accessible)  et  parfois  à  
la  base  des  ailes.  Principalement  dans  les  premiers  
stigmates   thoraciques.   Jusqu’à   100   acariens   dans  
une  trachée,  ce  qui  entraine  la  destruction  de  la  ruche  complète  car  ils  gênent  
la   respiration   des   abeilles.   Pendant   l’hiver,   certains   acariens   sortent   des  

  18  
trachées  pour  changer  d’hôte.  Leur  présence  bouchent  les  trachées  mais  pas  
que  :   ils   prélèvent   également   de   l’hémolymphe   en   perçant   dans   la   trachée  
avec  des  stylets.  
• Cycle  évolutif  :  
Se  passe  totalement  dans  l’abeille  (contrairement  à  la  varoise).  Les  Œufs  sont  gros  :  60  
microns,   mais   peu   nombreux,   ils   sont   pondus   sur   la   paroi   trachéale.   Larve-­‐nymphe-­‐
adulte.  Durée   de  15  jours.   Les   Jeunes   femelles   ou   mâles   quittent  la   trachée   pour   passer  
sur   d’autres   abeilles.   Ils   ne   peuvent   entrer   dans   l’abeille   que   lorsque   celle-­‐ci   est   jeune  
(<9jours)  car  ensuite,  le  poil  devient  trop  dur  et  il  se  forme  une  sorte  de  grille.  
• Acarapiose   (=M.R.L.C)  :   maladie   contagieuse   et   infectieuse.  
Essentiellement   en   Europe   de   l’Ouest.   Endémique.   Mode   transmission  :  
par   contact.   Réceptivité   de   la   maladie   que   chez   les   jeunes   abeilles.   Il   faut  
plusieurs   semaines   pour   que   quelques   générations   d’acariens   se  
développent.   Les   abeilles   contaminées   n’arrivent   plus   à   voler   car   elles   sont  
trop  faibles  :  elles  font  du  crowling.    
• Pour  diagnostiquer  on  ramasse  environ  100  abeilles  et  on  les  analyse.    
• Les  scientifiques  recherchent  actuellement  d’autres  espèces  de  cette  famille.  
 

B. Groupe  des  PROSTIGMATES    


1. Famille  DÉMODÉCIDES  
Ø Genre  Demodex  ***  
• Parasite  très  important.    
• Facile  a  reconnaître  :  vermiformes,  estomac  allongé.    
• Nombreuses  espèces.    
Pattes   atrophiées   car   parasites   du   follicule   pileux   (c’est   donc  
forcément  un  parasite  de  mammifères).    
• Parasite   un   grand   nombre   d’hôtes   mais   très   spécifique   de   son  
hôte.  Sur  une  même  espèce  hôte  on  a  peut  avoir  plusieurs  espèces  
de  demodex.    
• Espèces  principales  :  Demodex  canis  chez  le  chien,  D.  equi  chez  le  cheval,  D.  
Musculi  chez  l’homme  
• On  s’intéresse  au  D.  Canis  :    
-­‐ 250x45  microns    
-­‐ Présence  de  chélicères  
-­‐ 2  pédipalpes    
-­‐ Pattes  courtes    
-­‐ Épimères   (=   épaississement   de   la   cuticule   qui   sert   à   l’insertion  
des  muscles)  longitudinales  avec  des  traverses.    

  19  
-­‐ Localisation  :   dans   follicule   pileux   des   chiens   et   plus  
précisément   dans   le   tiers   supérieur   du   follicule   pileux   (au  
dessus  de  la  glande  sébacée).  Rostre  dirigé  vers  le  fond  :  il  a  la  
tête   en   bas.   Retrouvés   également   dans   le   conduit   auditif  
externe,  les  paupières,  le  derme,  les  ganglions  lymphatiques  et  
certains  ont  été  retrouvés  dans  le  lait.  
-­‐ Rôle   pathogène   direct  :   L’infestation   est   possiblement   ou  
totalement   asymptomatique.   Parfois  :   démodécie   due   a   la  
multiplication   intense   de   ce   parasite   et   l’invasion   par   le  
demodex  de  tout  le  follicule  pileux.  Cela  entraine  du  prurit,  une  
dépilation  et  une  surinfection  car  le  chien  se  gratte.  
-­‐ Nutrition  :   Ils   se   nourrissent   de   sébum,   de  débris   de   cellules  
du  follicule  pileux.  
-­‐ Cycle  évolutif  :    
Cycle  à  caractère  infectieux  qui  se  déroule  à  la  surface  de  la  peau.  Les  mâles  fécondent  
les   femelles   dans   le   follicule   puis   meurent.   Les   femelles   fécondées   entrent   dans   le  
follicule   où   elles   pondent   des   œufs   en   forme   de   citron   allongé.   Les   œufs   donnent   des  
larves   hexapodes.   Particularité  :   deux   stades   larvaires  :   pro-­‐larve  hexapodes   et   deuto-­‐
larve  hexapodes.  Stade  nymphal  hexapode  (un  seul  de  stade  nymphal)  qui  rejoint  
la   surface   de   la   peau   (pour   retrouver   d’autres   follicules   par   exemple).   Ce   cycle   dure  
environ   9   jours.  On  peut  donc  avoir  une  infestation  rapide  de  démodécie.  Les  adultes  
ne   vivent   que   quelques   jours   et   ne   survivent   pas   dans   le   milieu   extérieur   (quelques  
heures).    
-­‐ La  transmission  se  fait  de  chien  à  chien  mais  se  fait  également  
de  la  mère  au  chiot  non  sevré.  Demodex  canis  est   très   fréquent  
en  clientèle.  

 
 
 

  20  
2. Famille  des  MYOBIIDÉS  
Ø Genre  Myobia*  
• Facilement  reconnaissable  :  bosse  entre  les  pattes.  
• pas   de   pédipalpes  !   ce   que   l’on   pourrait  
confondre   avec   des   pédipalpes   est   en   fait   la  
première  paire  de  pattes.    
• Femelle  de  500  microns.    
• Parasite  principalement  de  la  souris.    
• Raphorbia  lui  ressemble  mais  on  les  distingue  par  le  nombre  de  griffes.  
• Rostre  s’enfonce  dans  le  tégument  de  l’hôte.    
• Nourriture  :  sécrétion   folliculaire  pour  les  larves  et  sécrétion   de   sang  pour  
les  adultes  mais  ils  ne  sont  pas  hématophages.  
 

3. Famille  des  CHEYLETIDÉS  


Ø Genre  Cheyletiella  ***  
• 400-­‐500  microns  de  long  chez  femelle.    
• Couleur  jaunâtre.  
• Chélicères  courtes.  
• Palpes  très  développés  avec  des  crochets.  
• Sillon  transversal  qui  sépare  bien  les  pattes  en  deux  groupes.  
• Espèces   principales  :   C.   yasguri  (chien)   C.   blakei   (chat)   C.   parasitivorax  
lapin).  Trois  espèces  et  trois  hôtes  différents,  seul  moyen  de  les  distinguer  :  
aspect   du   solénidion   situé   sur   la   première   paire   de   patte   (forme   de   cœur  
chez  yasguri,  ovale  chez  blakei  et  rond  chez  parasitivorax).  
• Cycle  évolutif  :    
Exemple   du   Yasguri  :   vit   dans   le   pelage   du   chien   et   pique   le   tégument   avec   ses  
chélicères   (en   forme   de   stylets)   pour   se   nourrir.     La   femelle   pond   des   œufs   fixés   près   de  
la  base  du  poil.  Le  stade  larvaire  se  déroule  dans  l’œuf,  nymphe  puis  adulte.  cycle  de  15  
jours.  La  longévité  des  individus  en  dehors  du  chien  est  de  10  jours  pour  les  adultes  et  
de  2  jours  pour  les  nymphes  et  les  larves.    

  21  
• Cheyletiella  Agent  de  pseudo-­‐gales  :  la  cheyleutiellose  se  caractérise  par  la  
présence   de   squames.   Gratte   moyennement.   Fréquent.

 
Ø Genre  Psoregates    
• Parasite  moins  important  que  le  précédent  
• Corps  sphérique,  crochets  a  sa  base.    
• 100-­‐200  microns  en  fonction  des  espèces.    
• P.   simplex  (dans  follicules  pileux  et  glandes  sébacés  des  
souris,   forment   des   nodules),   P.   ovis   (chez   le   mouton,  
surtout   races   à   laine   fine   comme   le   mérinos),   P.   bos  
(bovins)  
• Parasites   responsables   de   pseudos-­‐gales   mais   pas   en  
France.  
• Œuf-­‐larve-­‐3  stades  nymphaux.  
 

4. Famille  des  THROMBICULIDÉS  


Ø Genre  Thrombicula  **  
• Fréquent  en  clientèle  carnivores.    
• =  aoûtats.  
• Thrombicula  appartient  à  la  famille  des  velvet  mites  (acariens  veloutés)  car  
velus.  Souvent  de  couleur   rouge.  La  plupart  des  velvet  mites  sont  parasites  
d’espèces  d’arthropodes.    
• 500  microns  environs  mais  les  plus  grand  peuvent  atteindre  les  2cm.    
• Nécrophages  (mangent  des  débris).    
• Souvent  on  ne  connaît  pas  le  parasite  ni  le  cycle  complet.    
• L’adulte  ne  dérange  pas  mais  la  larve  parasite  les  mammifères.    
• La   larve   a   3   trois   paires   de   pattes.   couleur   rouge-­‐orangé   car   elle   est   en  
partie   hématophage  :   elle   digère   extérieurement   les   tissus   et   absorbe   donc   le  
sang  qui  se  trouve  dans  ces  tissus.  Pas  totalement  hématophage  car  elle  ne  se  
nourrit   pas   que   de   sang.   Taille   de   450   microns,   un   rostre,   2   pédipalpes  

  22  
terminés   en   pinces.   Besoin  de  sang   pour   passer   le   stade   larvaire,   les   larves  
vont   donc   sur   des   mammifères   ou   des   oiseaux   (pas   de   spécificité)   pour  
évoluer.  Elles  se  placent  plus  particulièrement  où  il  y  a  de  la  peau  fine  comme  
au  niveau  des  oreilles  et  entre  les  doigts.      
• Prurit  intense  !    
• Cycle  évolutif  :    
Se   déroule   pendant   l’été.   Œufs,  
puis   larves   attendent   leur   hôte  
dans  l’herbe,  lorsqu’un  hôte  passe,  
les   larves   se   fixent   dessus   et   se  
nourrissent.   Les   larves   sont  
gorgées   de   sang   en   quelques  
jours.   Puis   elles   descendent   de  
l’hôte  :   stades   nymphaux   1-­‐2-­‐3,  
adulte,  puis  accouplement.  Il  y  a  3-­‐
4  jours  entre  chaque  stade.    
• Localisation  :  
souvent   au   mêmes   endroits  :   les  
patchs.   Ces   parasites   peuvent  
jouer   un   rôle   de   vecteur   et  
transmettre  quelques  maladies.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  23  
IV. SOUS-­‐ORDRE  DES  GAMASOIDEA  
Objectifs  :   Être   capable   de   décrire   les   principaux   caractères   morphologiques   et  
biologiques  des   principaux   genre   tel   que   le   genre   dermanyssus***,   et   des   principales  
espèces  telle  que  l’espèce  varroa  jacobsonu*  (afin  diagnostiquer  et  traiter  varroase*)  
 
 
  Genre  Dermanyssus  

F.  Dermanyssidés  
 
Genre  Ornithonyssus  

 
Genre  Liponyssoides  

 
Genre  Ophionyssus  

 
S.o.  Gamasoidea   F.  Laelaptidés   Genre  Varroa  
=  Mésostigmates  
  F.  Rhinonyssidés   Genre  Sternostoma  

 
  Genre  Pneumonyssoides  
F.  Halarachnidés  
 
  Genre  Railletia  
F.  Railliétidés  
 
 
 
 
Mésostigmates  :    -­‐          Plusieurs  plaques  ventrales,    
-­‐ Des  pattes  en  groupes  avec  des  ventouses,    
-­‐ Un  rostre  pointu,  
-­‐ De   nombreuses   espèces   parasites   ou   entre   le   parasitisme   et   la   vie  
libre.  
 
 
 
 

  24  
1. Famille  des  DERMANYSSIDÉS    
Ø Genre  Dermanyssus***  
• 0,7mm  environ.  
• Plaque  anale  et  plaque  dorsale.    
• D.   gallinae   parasite   des   oiseaux,   des   volailles   et   des  
mammifères  s’il  n’y  a  pas  d’oiseaux.    
• Parasites  hématophages.    
• Hôtes   importants   pour   le   vétérinaire   :   poulet,   pigeon,  
chien  voire  humains.    
• Parasite   intermittent  :   monte   sur   l’hôte   juste   pour   manger.   Le   repas   dure  
quelques  minutes  ou  quelques  heures,  puis  il  repart  se  cacher.  N’aime  pas  la  
lumière   donc   se   cache   dans   l’ombre.   Il   peut   survivre   longtemps   au   jeûne  :  
plusieurs  mois  !  Il  attend  sans  manger  mais  quand  le  froid  arrive  il  a  très  faim  
et   il   pique   l’éleveur.   On   l’appelle   le   pou   rouge   (très   connu   chez   éleveur   de  
volaille.  Existe  aussi  le  pou  gris  =  insectes).  
• Cycle  
évolutif  :  
Se   déroule   presque  
totalement   à   l’extérieur  
sauf  pour  le  repas.  Chaque  
stade   se   nourrit  
ponctuellement.   La   femelle  
pond,   2   jours   après  :  
larves.   Les   larves   ne  
mangent  pas,  elles  passent  
directement   au   stade  
nymphal   1.   La   nymphe   1  
pique   et   mange   sur   hôte  
pendant   la   nuit.   2   jours  
après  :   nymphe   2   qui  
mange   sur   hôte   puis  
redescend.   Enfin,   on   a  
transformation   en   adulte  
qui   mange   plusieurs   fois  
sur  hôte  et  s’accouple.    
• Meilleures   conditions   de   développement   du   parasite  :   bonne   température,  
bonne  hydrométrie…  Pullulent  très  rapidement  dans  poulailler  surtout  chez  
poules  pondeuses,  car  le  poulailler  est  moins  fréquemment  nettoyé  que  chez  
les  poules  de  chaires.  
• Responsable   d’une   dermatose.   Poules   piquées   toutes   les   nuits   par   des  
centaines   d’acariens,   dorment   mal   et   en   cas   d’infestation   massive  :   anémie.  

  25  
D’un  point  de  vue  économique  :  diminution  de  la  production  et  diminution  
au   niveau   du   prix   de   vente   (si   un   œuf   roule   sur   un   acarien   gorgé   de   sang,  
cela  fait  une  tache  rouge  et  l’œuf  doit  être  vendu  moins  cher).    
• Peuvent  également  transmettre  certaines  maladies  :  vecteurs  de  salmonella.  
• Parasite  mondial  :  cosmopolite  avec  quelques  variation  (aux  USA  on  trouve  
Ornithonyssus).  
Ø Genre  Ornithonyssus  
• Acariens  des  volailles  d’Amérique  du  nord.    
• Plus   simple   que   le   précédent   car   on   le   considère   comme   parasite   presque  
permanent  :  reste  sur  l’animal.  Plus  facile  de  s’en  débarrasser.    
• Rôle  pathogène  direct  similaire  au  Dermanis  .    
• O.  Bursa  chez  les  volailles,  O.  Bacoti  chez  le  rat.    
Ø Genre  Liponyssoïdes  
Parasite   de  rongeurs  et   parfois   de   l’homme  avec  transmission  des  rickettsies  (groupe  
de  bactéries  pathogènes)  
Ø Genre  Ophionyssus  
Très  courant  chez  les  reptiles,  ils  se  trouvent  sous  les  écailles.  
 

2. Famille  des  LAELAPTIDÉS  


Ø Genre  varroa*  
• Facile   a   reconnaître  :   ovale   et   plus   large   que   long,   rostre  
sub-­‐infère  avec  le  dos  qui  passe  par  dessus.    
• Parasite  abeille,  Responsable  varroase.    
• 1-­‐2mm  :  très  gros  pour  une  abeille  !!!  Visible  à  l’œil  nu.  
• Couleur  brunâtre.  
• Parasites  du  couvain,  surtout  sur  mâles  et  adultes.  Jusqu’à  5  parasites  sur  une  
ouvrière  !   Sur   des  
espèces   plus   grosses  
comme   le   faux   bourdon  
on   peut   avoir   8  
parasites.   Parasitent  
aussi   les   reines.   Placés  
entre   les   premiers  
segments   abdominaux,  
ils  piquent  au  travers  du  
tégument   externe   et  
sucent  l’hémolymphe.  
• Cycle  évolutif  :  

  26  
Cycle  particulier  car  totalement  lié  au  cycle  de  l’abeille.  L’accouplement  a  lieu  dans  les  
alvéoles  a  couvains.  Le  mâle  varroa  meurt,  les  femelles  survivent  et  vont  se  nourrir  chez  
une  abeille  adulte.  Les  femelles  abeilles  reviennent  nourrir  les  larves  et  la  femelle  varroa  
dépose  ses  œufs.  
• Résistance   des   femelles  :   plusieurs   jours   hors   de   l’hôte,   et   longévité   d’1  
mois  pendant    la  vie  parasitaire.  
• Transmission  lors  de  transactions  commerciales  de  ruches  avec  varroa.  
• Varroase  :    -­‐        maladie  infectieuse  et  contagieuse.    
-­‐ Au   départ,   il   n’y   avait   qu’une   seule   espèce   responsable   mais  
maintenant   il   y   en   a   deux.   Cependant   il   est   quasi   impossible  
de  distinguer  ces  deux  espèces.    
-­‐ Répartition   géographique  :   les   varroa   en   Europe   et   en   Asie  
sont  différentes.    
-­‐ 10%   abeilles   sont   parasitées,   petits   signes  :   affaiblissement  
de  la  colonie,  naissance  d’abeilles   anormales,  activité  de  la  
ruche   en   baisse,   baisse   de   la   ponte   de   la   reine   et  
augmentation   de   la   mortalité   des   adultes,   couvain  
operculé  (=   couvain   en   mosaïque   avec   larves   et   nymphes  
mortes),   les   adultes   ont   du   mal   a   voler,   parfois   il   y   a   même  
une  atrophie  des  ailes.    
-­‐ Diagnostic  en  prenant  les  abeilles  une  à  une  pour  les  analyser.  
Si   plus   de   50   abeilles   atteintes   de   varroa   sur   100   abeilles   il  
faut  détruire  la  ruche.  C’est  une  MSC.  
 

3. Famille  des  RHINONYSSIDÉS    


Ø Genre  Sternostoma  
• Parasite  interne    
• 500  microns    
• Forme  ovale    
• Localisation  :  dans  l’appareil  aérien  des  oiseaux.  
• Hématophage.    
• Peut  être  très  pathogène  s’il  se  développe  beaucoup  car  risque  d’asphyxie.    
• Cycle  mal  connu.    
• Plus  fréquent  qu’on  ne  le  pense  car  on  ne  fait  pas  souvent  de  lavage  chez  les  
oiseaux.    
• S.  tracheacolum  
 

4. Famille  des  HALARACHNIDÉS  


Ø Genre  Pneumonyssoïdes  

  27  
• Peu  important.    
• Quelques  descriptions  en  France  mais  normalement  en  Afrique.    
• Localisation  :  dans  les  cavités  nasales  et  les  sinus  des  chiens.    
• Rôle   pathogène   direct  :   Prurit   intense.   Donne   une   rhinite   exsudative  
(produit  du  mucus).  
 

5. Famille  des  RAILLIETIDÉS  


Ø Genre  Raillieta  
• Parasite  du  conduit  auditif  externe  des  mammifères.    
• R.  auris.    
• Assez  peu  pathogène  donc  pas  très  important.  
 

V. SOUS-­‐ORDRE  DES  IXODOIDEA  


Ixodoidea  =  les  tiques    Cf  TD  

  28  
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


TD n°2 Le Sous ordre des Ixodoïdea.
Sommaire
I. Définition, morphologie, taxinomie ..................................................................................................................2

A. Caracteristiques générales ..............................................................................................................................2

1. Morphologie ......................................................................................................................................................2

2. Taxinomie ..........................................................................................................................................................3

B. Morphologie de la Famille des Ixodidés = les tiques dures................................................................3

1. Morphologie de la face dorsale .................................................................................................................3

2. Morphologie de la face ventrale ...............................................................................................................4

3. Différences entre les sexes..........................................................................................................................4

C. Morphologie de la Famille des Argasides ..................................................................................................5

D. Résumé.....................................................................................................................................................................6

II. Biologie générale .....................................................................................................................................................7

A. Biologie des Ixodides .........................................................................................................................................7

1. Habitat .................................................................................................................................................................7

2. Nutrition .............................................................................................................................................................8

3. Reproduction ................................................................................................................................................. 10

4. Cycles évolutifs ............................................................................................................................................. 10

5. Principales tiques à connaître ................................................................................................................ 12

6. Pouvoir pathogène ...................................................................................................................................... 13

B. Biologie des Argasidés .................................................................................................................................... 17

1. Habitat .............................................................................................................................................................. 17

2. Nutrition .......................................................................................................................................................... 17

3. Reproduction ................................................................................................................................................. 17

4. Rôle pathogène direct ................................................................................................................................ 18

5. Rôle pathogène indirect ............................................................................................................................ 18

6. Principales espèces d’Argasidés à connaître .................................................................................... 18

Page 1 sur 20
Introduction
Le sous ordre des Ixodoïdea correspond aux tiques, qui parasitent essentiellement les
mammifères : groupe d’acariens qui vit principalement dans le milieu extérieur, fait un
repas sanguin et est de grande taille.
C’est un parasite temporaire, qui passe beaucoup de temps dans le milieu extérieur et
peu de temps sur l’hôte.
On a deux grands groupes de tiques :
- Tiques dures : tique avec un bouclier, pièces buccales en position terminale.
- Tiques molles : tique sans bouclier, pièces buccales sous le corps.
 Objectifs pédagogiques
1. Donner la définition des ixodoïdea
2. Citer et définir les principaux genres de tiques (ixodidés et argasidés): TP.
3. Connaître les caractères biologiques des genres majeurs et en déduire les applications
4. Connaître le rôle pathogène indirect des genres importants en médecine humaine et
vétérinaire.
5. Savoir les règles de base de la lutte ixodicide

I. DEFINITION, MORPHOLOGIE, TAXINOMIE

A. CARACTERISTIQUES GENERALE

1. Morphologie

Le corps segmenté, et les structures que l’on retrouve chez les acariens ont presque
disparu.

Page 2 sur 20
Il y a 4 paires de pattes chez les adultes, chez les nymphes, 3 paires de pattes chez les
larves.
La croissance se fait par mues (caractéristique des arthropodes).
On retrouve le rostre, idiosoma qui est non divisé (contrairement aux insectes), un
stigmate (forme d’ovale en arrière de la IVième paire de patte).

2. Taxinomie

Famille des Ixodidés : Tiques dures.


Famille des Nuttalliéllidés (ne nous intéressera pas dans ce cours)
Famille des Argasidés : Tiques molles, parasites d’oiseaux et mammifères.

B. MORPHOLOGIE DE LA FAMILLE DES IXODIDES = LES TIQUES


DURES

1. Morphologie de la face dorsale

Page 3 sur 20
On voit bien le scutum/bouclier en position dorsale, caractéristique de la tique dure.
Quand la tique va se gorger, la tique va doubler, voire tripler de volume, alors que le
bouclier lui ne change pas de taille ( il recouvre alors moins le corps).
Il est beaucoup moins développé chez les femelles que chez les mâles, car elles prennent
des repas sanguins plus importants.

2. Morphologie de la face ventrale

Il existe deux types de tiques dures, en fonction de la taille du rostre : les brévirostres
(rostres courts, le rostre semble être inscrit dans un carré, sillon anal en arrière de
l’anus) ≠ longirostres (rostres longs, sillon anal en avant de l’anus).
Une tique longirostre peut s’attacher de façon plus solide puisque le rostre s’enfonce
profondément dans la peau.

3. Différences entre les sexes

Chez le mâle

Page 4 sur 20
Sur la première paire de patte, on trouve l’organe de Haller, qui a un rôle de
chémoréception (détection des proies).
Chez le mâle uniquement : les plaques ventrales sont plus ou moins développées.
Chez la femelle
Se nourrit beaucoup, peut atteindre 2 à 3 cm. Une fois qu’elle a terminé son repas
sanguin, elle se laisse tomber et pond des milliers d’œufs pendant plusieurs jours. Elle
finit par mourir.
 On observe un dimorphisme sexuel marqué.

C. MORPHOLOGIE DE LA FAMILLE DES ARGASIDES

Pièces buccales terminales chez la nymphe  elles ressemblent beaucoup à l’adulte.


Les glandes coxales permettent de réguler les échanges d’eau. Elles permettent d’éviter
la déshydratation, qui est favorisée par la cuticule moins épaisse que chez les autres
arthropodes.
Les stigmates sont plus petits, et sont situés entre les coxas 3 et 4.

Page 5 sur 20
D. RESUME

Quelques critères d’identification des Ixodidés

Page 6 sur 20
II. BIOLOGIE GENERALE

A. BIOLOGIE DES IXODIDES

1. Habitat

a) Habitat durant la vie dans le milieu extérieur = stade en


attente de repas, femelle en ponte.
La phase libre est beaucoup plus longue que la phase parasite.
La température, l’humidité, les cycles sont des facteurs qui caractérisent le mode de vie
des tiques.
Les différents types de tiques sont :
- Tiques endophiles : habitats spécialisés « domestiques »
Exemple : Rhipicephalus sanguineus  tique de chenil.
Tiques qui restent dans les locaux d’habitation, dans les terriers, les nids.
- Tiques exophiles : les plus nombreuses, à l’affut sur l’herbe, tiques de forêts, de
pâtures, de friches…
Exemple : Ixodes ricinus
- Tiques mixtes : endo/exophiles selon le stade.
Exemple : Dermacentor reticulatus

b) Application des connaissances en biologie


Les maladies transmises par les tiques sont totalement dépendantes du cycle des tiques.
 Compréhension de l’épidémiologie des maladies vectorielles transmises par
les tiques
Exemple : Borréliose de Lyme transmise par Ixodes observées dans certaines
régions (Nord et Est) et chez certains sujets.
Exemple : babésioses à pic printanier et automnal.
Exemple : ehrlichiose canine dans le sud de la France.
 Définition des méthodes de lutte « écologique » (envisageables surtout contre
les tiques endophiles assez spécifiques).
- Intervention sur la faune nourricière
- Modification des biotopes : assèchement, défrichage, hygiène des locaux…
- Utilisation d’acaricides

Page 7 sur 20
c) Habitat durant la vie parasitaire : recherche de repas de sang
- Selon l’espèce animale hôte, on considère différents types de tiques :
Ubiquistes : tous types d’hôtes. Souvent dans le cas des formes immatures,
n’empêche pas une préférence.
Exemple : Ixodes
Sélectives : plutôt un groupe d’hôtes
Exemple : Dermacentor
Spécifiques : un seul type d’hôte.
Exemple : Rhipicephalus
On considère que les adultes sont plutôt des parasites de grands animaux, mais cela se
discute.
- En fonction des stades, on a différentes modalités :
Tiques monotropes : quel que soit le stade de la tique, se nourrit sur la même
espèce (Exemple : R sanguineus)
Ditropes : 2 types d’espèces d’hôtes pour l’adulte et les stades pré-imaginaux.
(Exemple : D reticulatus)
Télotropes : très nombreuses d’espèces d’hôtes différentes à chaque stade.
(Exemple : Ixodes)

d) Applications
 Tiques télotropes
Possibilité de transmission d’agents pathogènes entre faune sauvage,
animaux domestiques et Homme.
Exemple : Ixodes ricinus / Borrelia burgdorferi/ cervidés, bovidés, cheval,
chien, Homme
Lutte très difficile surtout contre tiques à longues périodes libres.
 Tiques monotropes
Transmissions d’agents pathogènes inféodés à un type d’espèce animale
Exemple : Rhipicephalus sanguineus, Babesia canis /chien
Lutte moins difficile surtout si la tique est endophile.

2. Nutrition
Il y’a 1 seul repas sanguin par stade. Les larves, nymphes, mâles et femelles non
fécondées sont peu hématophages (gorgement réduit). La femelle fécondée est très

Page 8 sur 20
hématophage (repas important nécessaire à la ponte), parfois elle est fécondée sur
l’hôte. La ponte a lieu dans la peau fine.
Différents stades de la nutrition
- Recherche d’un hôte (organe de Haller = rôle d’antennes »)
- Fixation simple aux poils, recherche d’une zone de fixation
- Application des pédipalpes sur la peau
- Utilisation des chélicères comme des ciseaux.
- Sécrétion de salive pour la digestion des tissus.
- Ecartement des pédipalpes.
- Enfoncement des chélicères puis de l’hypostome.
- Sécrétion de cément pour consolider la fixation.
- Salive anticoagulante, antalgique, anti-inflammatoire.
- Phase d’ingestion lente puis phase rapide, gorgement progressif sur plusieurs jours.
- Ramollissement du cément, chutte.
La configuration des deux pièces qui s’enfoncent dans la peau, rendent difficile son
décrochement. Le cément est fondamental, il constitue une sorte de ciment permettant
d’assurer la fixation, il protège la tique de la réaction de l’hôte puisque la salive de la
tique n’entre pas en contact avec le tégument (son rôle est alors focalisé sur l’accès au
lac sanguin). Il faut éviter de trop tirer sur la tique car le rostre casse et cela engendre
une plaie qui peut former un abcès.
C’est pendant la phase de gorgement lente que la femelle est fécondée. On a ensuite une
phase de gorgement rapide où la femelle se gorge très vite, et complètement dans le cas
des femelles fécondée. Lors de cette phase de gorgement rapide, il y’a une sécrétion de
salive plus importante  la femelle va vider une plus grande partie de ses glandes
salivaires, ce qui favorise la transmission de pathogènes. Pour un certain nombre de
pathogène vectorisés par les tiques la transmission se fait à la fin de la période de
gorgement lente.

Page 9 sur 20
3. Reproduction
L’accouplement se fait sur l’hôte ou au sol, suivit de l’intensification du repas pour la
femelle.
La ponte se fait sur le sol, pour les tiques dures les œufs sont agglutinés par la sécrétion
de l’organe de Géné, puis la femelle meurt.
La ponte dure plusieurs jours, voire plusieurs semaines chez certaines espèces.

4. Cycles évolutifs

a) Différents types de cycles


Exemple de cycle triphasique : à chaque repas, la tique tombe sur le sol et fait sa mue.

A. Recherche d’un hôte, un repas


B. Eclosion d’une larve après n semaines (selon l’espèce et les conditions
climatiques) ; recherche d’un hôte, 1 repas, chute sur le sol, transformation en
Nymphe
C. Nymphe : 1 repas puis chutte sur le sol  transformation en adulte mâle ou
femelle.
A bien retenir : il y’a un seul repas par stade

Sachant que :
- Les tiques prennent un repas par stade
- Qu’on distingue les tiques monotropes, ditropes, et télotropes
 Déterminez les différents types de cycles possibles

Page 10 sur 20
- Le cycle triphasique : 3 individus différents, 3 stades différents. Type de cycle le
plus fréquent.
Parasite de la même espèce : tiques triphasique monotrope (Riphicephalus)
2 types d’espèces différentes : tiques ditropes (Dermacentor)
Plusieurs espèces différentes : tiques triphasiques télotropes. (Ixodes)
- Le cycle diphasique  tiques en général ditropes (R. bursa) : 2 repas sur le même
hôte.
- Le cycle monophasique ( tiques monotropes): tous les stades ont lieu sur le
même hôte. Tiques du genre Boophilus.

b) Cycles évolutifs : durée


La durée des cycles est très variable.
- Cycles très long : I. ricinus, 1 an / stade, résistance extérieur très grande.
- Cycle très court : Boophilus (quelques semaines), disparition des phases libres.

c) Applications, questions en fonction de ces cycles évolutifs


Quelles sont les tiques candidates à développer une chimiorésistance vis-à-vis des
acaricides ? Les tiques qui ont une seule espèce d’hôte favorisée.
Ou les tiques chez lesquelles le phénomène est peu probable ? Les tiques peu spécifiques.
Quelles sont les tiques les plus faciles à éradiquer par des mesures d’hygiène et
thérapeutiques ? Monotropes, endophiles et monophasique.

Page 11 sur 20
Peut-on envisager un vaccin anti-tiques ? Oui mais seulement contre les pièces buccales,
mais il y’a le problème du cément qui protège. Pourrait être dans le sang.

5. Principales tiques à connaître

a) Ixodes ricinus
Vecteur de plusieurs maladies. Biotope : forêts.

b) Dermacentor reticulatus
Très rependue en France, sauf altitude et dans le sud-méditerranéen. On la trouve en
lisière de forêt. Type exophile, triphasique, ditrope.

Page 12 sur 20
c) Rhipicephalus sanguineus
Sud, là où il fait chaud, Type triphasique , monotrope, brévirostre.
Biotope : les habitations, les chenils
Responsable aussi de la piroplasmose.

6. Pouvoir pathogène

a) Pouvoir pathogène direct


 Plaie, inflammation, douleur, prurit, complication septique.
 Pouvoir favorisant d’autres infections (dermatophilose = Mie bactérienne)
 Spoliation de sang
 Action toxique :
- Paralysies à tiques : paralysie ascendante à partir du point de piqûre, parfois
paralysie respiratoire  mort ; arrachage de la tique  guérison
- Dyshidrose tropicale : ptyalisme, sudation, diarrhée, hyperesthésie…
- Action antigénique HSI, HSIV

b) Pouvoir pathogène indirect


Point très important : la tique s’infecte lors d’un repas, et réinfeste lors d’un autre
repas (un repas par stade !).
 L’ingestion puis transmission d’agents pathogènes d’un sujet malade ou
porteur à un sujet sain de la même espèce.

Page 13 sur 20
Quels agents pathogènes ?
VIRUS :
- Encéphalites à tiques (Europe centrale, Scandinavie, Russie, Afrique,…)
- Fièvres hémorragiques (Crimée-Congo, Kyasanur, du Colorado…)
- « Loupin ill du mouton »
BACTERIES
- Cowdriose bovine, theilésriose bovines et équine.
- Borréliose de lyme
- Fièvres boutonneuse méditerranéenne, pourprée des Montagnes Rocheuses.
- Ehrlichioses canines, bovines, ovines,
PROTOZOAIRES
- Babesiose canine, équine, bovine
- Hépatozoonose canine.
HELMINTHOSE
Dipétalonémose

Quels modes de transmission ?

Page 14 sur 20
1ière condition : infection d’un stade selon deux modalités

2ième condition : tique vecteur biologique c’est-à-dire assurant la multiplication et la


transformation de l’agent pathogènes.

3ième condition : Transmission du pathogène selon 3 modalités

Page 15 sur 20
- Infection d’une tique adulte : transmission transovariale i.e. transmise à la
descendance absolument, ce n’est pas le cas de toutes les tiques.
- Infection d’une larve ou d’une nymphe : transmission transtadiale
- Infection transtadiale et transovariale.

c) Principaux agents pathogènes transmis avec la principale


tique vectrice et espèce animale concernée

Page 16 sur 20
!!

B. BIOLOGIE DES ARGASIDES

1. Habitat
Cosmopolites, tiques endophiles (locaux, nids d’oiseaux, terriers), mœurs nocturnes

2. Nutrition
- Hématophage
- Possibilité de plusieurs repas par stade sauf la larve (1 repas),
- Repas courts (quelques minutes à 1-2h) sauf les larves dont le repas est long
(quelques jours).
- Plutôt parasite des oiseaux mais aussi des mammifères et des Hommes.
- Résistance au jeun très longue (plusieurs années pour les adultes).

3. Reproduction
Durée du cycle : n mois
Plusieurs stades nymphaux.
Adulte : plusieurs repas sur l’hôte. La femelle pond plusieurs fois.

Page 17 sur 20
4. Rôle pathogène direct
Trouble locaux : ecchymoses, prurit, douleur,…
Troubles généraux : anémie, paralysie.

5. Rôle pathogène indirect


• Spirochètes
– Borreliose transmises par les Argas Oiseaux (transmission par liquide coxal)
– Borreliose transmises par les Ornithodoros Mammifères (homme) transmission par
liquide coxal et salive: fièvres récurrentes à tiques (ou régionales)
• Autres bactéries
- Salmonelles, colibacilles, Staphylocoques
- Rickettsioses
- Mycoplasmes (M.gallisepticum) A. persicus
• Virus
- Peste porcine africaine
- Maladie de Newcastle
- Variole aviaire

6. Principales espèces d’Argasidés à connaître

Page 18 sur 20
a) Genre Argas

C’est un genre que l’on retrouve très souvent en France, car il y a beaucoup de pigeons
(en particulier dans la banlieue de Paris, l’exemple type étant Maison Alfort).

b) Genre Ornithodoros

Page 19 sur 20
c) Genre Otobius

Page 20 sur 20
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


Acaro

Sarcoptes scabiei

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Super-famille des Acaridiés : Agents de gales
Famille des Sarcoptidés : pattes courtes, ventouses portées par des pédicules
longs et non articulés, rostre court et carré

Taille: 200 à 250 µm pour le mâle, 350 à 500 µm pour la femelle ovigère
Corps globuleux
Face dorsale portant des écailles triangulaires
Deux groupes d’épines (3 paires antérieures et 7 paires postérieures)

Agents de gales profondes :


- tête puis membre pour Mouton et Lapin
- généralisée pour les autres espèces

Pattes courtes
Rostre court et
carré

Ecailles
triangulaires

Epines

1
Acaro

Notoedres cati

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Super-famille des Acaridiés : Agents de gales
Famille des Sarcoptidés : pattes courtes, ventouses portées par des pédicules
longs et non articulés, rostre court et carré

Taille: 215 à 300µm pour la femelle ovigère


Forme circulaire
Face dorsale portant des stries concentriques et de petites écailles semi-
circulaires
2 groupes d’épines : 4 paires d’épines antérieures, et 6 paires d’épines
postérieures)

Agents de Gales profondes : Gale de la tête et des pattes chez le chat, assez rare.

Rostre court et carré

Ventouse, à
pédicule long

Stries
concentriques

Pattes courtes

2
Acaro

Cnemidocoptes sp.

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Super-famille des Acaridiés : Agents de gales
Famille des Sarcoptidés : pattes courtes, ventouses portées par des pédicules
longs et non articulés, rostre court et carré

Taille: 310 à 350 µm pour la femelle


Forme circulaire
Epaississements cuticulaires en forme de bretelles correspondant aux
prolongements dorsaux des épimères des pattes I
Pattes très courtes
Face dorsale
Pas d’épines

Agent de Gales profondes : Gale des pattes chez les Volailles

Epimères en
Pattes courtes bretelles

Ventouses, pédicules
non articulés

Pattes courtes

3
Acaro

Chorioptes bovis

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Super-famille des Acaridiés : agents de gales
Famille des Epidermoptidés : rostre pointu adapté à la piqûre, pattes longues
Sous-famille des Chorioptinés : rostre court, ventouses subsessiles

Taille: 360 à 390 µm pour la femelle ovigère


Lobes abdominaux du mâle très développés, portant des soies nombreuses dont
certaines foliacées

Agent de Gales superficielles squameuses :


- des pâturons chez les Equidés et le Mouton
- du train postérieur chez les Bovins laitiers
- généralisées chez la Chèvre

Ventouses
subsessiles

Lobes
abdominaux

Mâle

Pattes longues

Pattes IV normales

Femelle

4
Acaro

Otodectes cynotis

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Super-famille des Acaridiés : agents de gales
Famille des Epidermoptidés : rostre pointu adapté à la piqûre, pattes longues
Sous-famille des Chorioptinés : rostre court, ventouses subsessiles

Taille: 460 à 530 µm pour la femelle ovigère


Lobes abdominaux du mâle peu développés, portant des soies peu nombreuses et
filiformes
Pattes IV de la femelle atrophiées

Agents de Gales superficielles squameuses : Gale des oreilles (= otocariose)


chez les Carnivores

Rostre court
Pattes longues

Lobes
abdominaux

Ventouses
subsessiles

Pattes IV atrophiées

5
Acaro

Psoroptes ovis

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Super-famille des Acaridiés : agents de gales
Famille des Epidermoptidés : rostre pointu adapté à la piqûre, pattes longues
Sous-famille des Psoroptinés : rostre long, ventouses portées par un pédicule
long et articulé

Taille: 600 à 700 µm pour la femelle ovigère

Agent de Gales superficielles humides :


- généralisées chez le Monton, les Bovins
- « des crins » chez les Equidés
- des oreilles (= otocarioses) chez Lapin, Chèvre, Mouton, Equidés

Rostre pointu

Femelle

Ventouse

Pédicule long et articulé

6
Acaro

Myocoptes sp.

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Sarcoptoïdea : stigmates dissimulés
Famille des Listrophoridés

Taille: 350 à 500 µm


Chez la femelle : pattes III et IV modifiées pour la fixation. Chez le mâle, pattes
III modifiées pour la fixation, et pattes IV hypertrophiées

Acarien pilicole chez la Souris.

Pattes III adaptées à


la fixation

Pattes IV
hypertrophiées

7
Acaro

Demodex canis

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Thrombidoïdea : stigmates apparents, antérieurs, à la base des
chélicères
Famille des Démodécidés : corps vermiforme

Taille: 150 µm pour le mâle, 250 µm pour la femelle


Quatre paires de pattes très atrophiées, formant un seul groupe antérieur
Les épimères des pattes se rejoignent sur le plan médian pour former avec la
ligne longitudinale un double croix de Lorraine. Les épimères sont dits « en
brandebourgs »

Parasite des follicules pileux, agent de Démodécies chez divers Mammifères,


notamment le chien

4 paires de pattes
antérieures
Epimères en
Brandebourg

8
Acaro

Cheyletiella sp.

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Thrombidoïdea : stigmates apparents, antérieurs, à la base des
chélicères
Famille des Cheylétidés : corps régulièrement ovoïde

Taille: 300 à 400 µm


Corps séparé en deux parties, la partie postérieure ayant un diamètre légèrement
inférieur
Pattes assez longues, en deux groupes
Palpes maxillaires puissants, bien développés, se terminant par un fort crochet
Chélicères styliformes peu visibles
Présence d’un organe sensoriel nommé solenidion sur le genou des pattes I. Pour
information, sa forme permet la diagnose d’espèces :
- sub-circulaire chez le Lapin C.parasitivorax
- en forme de cœur chez le Chien C.yasguri
- ovalaire chez le Chat C.blackei

Agent de dermites parakératosiques

Palpes maxillaires
puissants

Pattes longues

Solenidion

9
Acaro

Thrombicula autumnalis (larve)

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Thrombidoïdea : stigmates apparents, antérieurs, à la base des
chélicères
Famille des Thrombiculidés : corps ovoïde resserré en son milieu, en 8 chez
adultes et nymphes

Taille: 160 à 200 µm pour la larve à jeun, 600µm pour la larve gorgée
Larve hexapode, à corps ovoïde, plus ou moins orangé et velu
Rostre portant des crochets

Nommée aussi « Aoûtat », « Rouget », « Lepte d’automne »


Larve parasite transitoire des régions à peau fine des Mammifères, responsable
de prurit et érythème
Adulte libre

Larve hexapode

10
Acaro

Myobia musculi

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Thrombidoïdea : stigmates apparents, antérieurs, à la base des
chélicères
Famille des Myobiidés : corps assez allongé, non vermiforme

Taille: 400 à 500 µm


Cuticule finement striée transversalement, et corps à bords latéraux ondulés
Pattes I très modifiées, accolées au rostre et de ce fait peu visible, donnant un
aspect hexapode à cet acarien. Ne pas les confondre avec les palpes maxillaires

Vit dans le pelage des Souris.


Agent de pseudo-gale, avec prurit et croûtes

Pattes I accolées
au rostre

Bords latéraux
ondulés
Aspect hexapode

11
Acaro

Dermanyssus gallinae

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Gamasoidea : stigmates apparents situés entre la 2° et la 3° paire
de pattes ; hypostome pointu sans dents ; pattes en un seul groupe antérieur,
rostre sub-infère, boucliers chitineux ventraux
Famille des Dermanyssidés : chélicères longues et filiformes
Sous-famille des Dermanyssinés

Taille: 800 µm à 1 mm
Face dorsale portant une seule plaque, écusson anal triangulaire

Parasite des Galliformes, nommé aussi « pou rouge » des Volailles

Pattes en 1 groupe
antérieur

Ecusson anal
triangulaire

12
Acaro

Varroa jacobsoni

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Gamasoidea : stigmates apparents situés entre la 2° et la 3° paire
de pattes ; hypostome pointu sans dents ; pattes en un seul groupe antérieur,
rostre sub-infère, boucliers chitineux ventraux
Famille des Laelaptidés : chélicères très fortes formant une pince

Taille: 0,8 à 1,2 mm pour le mâle, 1,8 à 2 mm pour la femelle


Corps plus large que long
La femelle porte :
- 1 unique écusson énorme et poilu, sur la face dorsale,
- 6 écussons sur la face ventrale,
- des pattes fortes, terminées par deux ventouses et deux griffes.

Agent de la varroase des abeilles (maladie du couvain principalement)

Deux ventouses et
deux griffes

Ecusson dorsal

13
Acaro

Ixodes ricinus

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Ixodoïdea : stigmates apparents postérieurs, situés au niveau ou
en arrière de la quatrième paire de pattes ; hypostome portant des dents ventrales
Famille des Ixodidés :
- rostre terminal
- 1 écusson dorsal (réduit chez la femelle) : tiques dures
- pattes en un seul groupe
- anus bordé par un sillon anal
- orifice génital entre les pattes II

Groupe des Longirostres : rostre plus long que large


Sillon anal antérieur = Prostriata (par opposition au sillon anal postérieur =
Metastriata)
La coxa des pattes I porte une épine rétrograde
Les péritrèmes sont visibles en arrière de la quatrième paire de pattes
Le bouclier dorsal est bien développé et occupe presque toute la face dorsale
chez le mâle

Tique sauvage, vectrice d’une « piroplasmose » bovine

Pattes en un
groupeantérieur

Rostre plus long


que large

Sillon anal antérieur

14
Acaro

Rhipicephalus sanguineus

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Ixodoïdea : stigmates apparents postérieurs, situés au niveau ou
en arrière de la quatrième paire de pattes ; hypostome portant des dents ventrales
Famille des Ixodidés :
- rostre terminal
- 1 écusson dorsal (réduit chez la femelle) : tiques dures
- pattes en un seul groupe
- anus bordé par un sillon anal
- orifice génital entre les pattes II

Groupe des brévirostres : rostre plus large que long


Présence d’un sillon anal marqué, postérieur = Metastriata
Base du rostre hexagonale, nommé aussi capitulum
Présence d’yeux et de festons
La coxa des pattes I porte 2 épines
Chez le mâle, on trouve : - un péritrème en forme de virgule
- 2 écussons adanaux

Vecteur de la Piroplasmose canine

Rostre plus large


que long

Ecussons
Base du rostre adanaux
héxagonale

15
Acaro

Dermacentor reticulatus

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Ixodoïdea : stigmates apparents postérieurs, situés au niveau ou
en arrière de la quatrième paire de pattes ; hypostome portant des dents ventrales
Famille des Ixodidés :
- rostre terminal
- 1 écusson dorsal (réduit chez la femelle) : tiques dures
- pattes en un seul groupe
- anus bordé par un sillon anal
- orifice génital entre les pattes II

Groupe des brévirostres : rostre plus large que long


Présence d’un sillon anal marqué, postérieur = Metastriata
Base du rostre rectangulaire, nommé aussi capitulum
Absence d’yeux
La coxa des pattes I est échancrée
Chez le mâle : - absence d’écusson ventral
- coxa des pattes IV très développée

Tique sauvage, vecteur de la Piroplasmose (équine et canine)

Base du rostre
rectangulaire Coxa IV
développée

Sillon anal
postérieur

16
Acaro

Argas reflexus

Ordre des Acariens


Sous-ordre des Ixodoïdea : stigmates apparents postérieurs, situés au niveau ou
en arrière de la quatrième paire de pattes ; hypostome portant des dents ventrales
Famille des Argasidés : rostre infère, pas d’écusson dorsal (tique molle)

Absence d’yeux
Présence d’une ligne de suture très nette entre les faces dorsale et ventrale

Vecteur de différentes maladies, par exemple : Fièvres récurrentes

17
CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM

CE DOCUMENT A ETE OFFERT PAR

REDA MOHAMED GUESSOUM, DVM


                         
                                       
 
 

MYCOLOGIE  GÉNÉRALE  
 
 
 
 
 
I.   DEFINITIONS  ................................................................................................................................................................  2  
A.   L’appareil  végétatif  ..............................................................................................................................................  5  
B.   L’appareil  reproducteur  .....................................................................................................................................  7  
III.   BIOLOGIE  DES  CHAMPIGNONS  PARASITES  ........................................................................................................  12  
A.   Cycle  biologique  et  reproduction  ................................................................................................................  12  
B.   Nutrition  ................................................................................................................................................................  13  
C.   Habitat  ....................................................................................................................................................................  13  
D.   Biochimie  ...............................................................................................................................................................  13  
IV.   NOTIONS  DE  THERAPEUTIQUE  ............................................................................................................................  14  
A.   Diagnostic  des  mycoses  au  laboratoire  ....................................................................................................  14  
B.   Les  notions  de  thérapeutique  antifongique  ............................................................................................  15  
V.   CLASSIFICATION  DES  CHAMPIGNONS  PARASITES.  ............................................................................................  17  
A.   Basidiomycota  (Malassezia  pachydermatis  –  Cryptococcus  neoformans)  ...............................  19  
B.   Ascomycota  ...........................................................................................................................................................  24  
C.   Chytridiomycota  (Bathrachochytrium  dendrobatidis)  .....................................................................  46  
D.   Zygomycota  (ou  Mucormycota)  ..................................................................................................................  48  
E.   Microsporidia  .......................................................................................................................................................  51  

  1  
 

I. Définitions  
La  mycologie  est  l'étude  des  Champignons  (aussi  appelés  Fungi  ou  Mycètes)  macro  et  
microscopiques.   La   mycologie   médicale   et   vétérinaire   est   l'étude   des   champignons  
pathogènes.  Parmi  les  champignons  pathogènes,  on  distingue  deux  types  :  

-­‐ Les  champignons  à  pouvoir  toxique  à  la  suite  de  leur  ingestion,  c'est-­‐à-­‐dire  à  
l'origine   de   mycotoxines   (responsables   de   mycotoxicoses).   Ils   ne   seront   pas  
traités  dans  ce  cours  mais  en  bromatologie  et/ou  en  pharmacologie.  
-­‐ Les  champignons  ayant  une  aptitude   au   parasitisme.  Ces  derniers  ont  un  rôle  
infectieux,  et  sont  intrinsèquement  pathogènes.  

Les   mycoses   animales   sont   les   maladies   dues   à   des   champignons,   elles   peuvent   être  
spécifiques,   zoonosiques,   ou   bien   communes   à   l'homme   et   à   l'animal   (attention,  
mycoses  communes  ne  veut  pas  dire  zoonose  !).  Leur  importance  est  croissante  du  fait  
de   l'existence   d'espèces   opportunistes   et   d'espèces   zoonosiques.   De   plus,   on   est  
actuellement  encore  totalement  dépourvu  face  à  des  mycoses  graves,  dont  le  diagnostic  
est  très  difficile  et  le  traitement  impossible  (ex  :  blastomycètes  d'Amérique  du  Sud).  

Les   Champignons   sont   des   êtres   vivants   nucléés,   groupe   indépendant   parmi   les  
Eucaryotes,  qui  se  développent  le  plus  souvent  grâce  à  un   thalle   (filamenteux  et  /  ou  
levuriforme).   Si   le   thalle   est   unicellulaire,   on   parle   alors   de   levure.   On   dénombre  
aujourd'hui  70  000  espèces  environ.    

  2  
Ils  présentent  :  

-­‐ un  noyau  bien  délimité    


-­‐ des  structures  syncitiales    
-­‐ une  paroi  cellulosique  contenant  de  la  chitine  et  des  stérols.  

Ils  n'ont  pas  de  chloroplastes  ni  de  chlorophylle  :  ils  sont  donc  hétérotrophes  vis-­‐à-­‐
vis  du  carbone.  Ils  ont  besoin  d'un  substrat  pour  trouver  leur  source  de  carbone.  C'est  
pourquoi   on   les   qualifie   de   saprophytes.   Le   plus   souvent,   le   substrat   est   le   sol.   Mais  
lorsque   le   saprophyte   prend   pour   substrat   un   animal   (souvent   immunodéprimé),   il  
devient  alors  un  parasite  accidentel  ou  facultatif.  

 
La  reproduction   sexuée   des  champignons  peut  
servir   de   critère   dans   la   classification..  
Cependant,  elle  n'est  pas  connue  pour  toutes  les  
espèces   de   champignons,   on   se   base   alors   sur  
les   aspects   morphologiques.   Il   faut   noter   qu'il  
existe   systématiquement   une   multiplication  
asexuée   chez   les   champignons,   sur   laquelle  
se  base  la  classification.  

Cette  classification  reprend  les  pourcentages  


d’individus.  La  classification  des  champignons  

  3  
est  complexe  et  change  régulièrement.  Nous  allons  voir  une  classification  simplifiée.  
Dans  les  mycètes  on  a  le  champignon  de  paris,  la  levure,  mais  ce  ne  sont  pas  ceux  qui  
nous  intéressent.    

Remarque  :  50000  espèces  connues  de  moisissures  autres  que  les  champignons.  

Nous  allons  voir  les  champignons  parasites  comme  la  teigne,  la  mycose  des  pieds.  

Mycologie  =  étude  des  fungi  

Mycologie  médicale  =  étude  des  champignons  pathogènes  :  

- pouvoir  toxique  par  ingestion  =>  mycotoxicoses  


- aptitude  au  parasitisme  =>  mycoses.    Ex  :  Mycoses  profondes  qui  
envahissent  les  tissus,  en  général  très  graves.  

Mycologie  vétérinaire  =  étude  des  mycoses  animales,  spécifiques  ou  


zoonosiques,  ainsi  que  des  mycoses  communes  a  l’homme  et  l’animal.  Les  
lycoses  commues  ne  sont  pas  forcément  des  zoonoses  (transmise  de  
l’animal  à  l’homme).  Ex  :  aspergillus  peut  être  attrapé  par  chien  et  homme  via  la  
même  source  mais  ce  n’est  pas  le  chien  qui  le  transmet  au  maitre  ni  l’inverse.  

II. Morphologie  générale  


La   morphologie   des   champignons   est   assez   complexe   car   très   variable.   Cependant   elle  
peut  être  grossièrement  résumée  en  cinq  règles  générales  :  

-­‐ Un  champignon  est  constitué  de  deux  appareils  :    


o un  thalle  végétatif  (reproduction  asexuée)    
o un   thalle   reproducteur   (reproduction   sexuée)   où   l'on   retrouve   les  
spores.    
-­‐ Les   champignons   peuvent   avoir   un   aspect   dimorphique.   C'est   à   dire   que   leur  
aspect  est  différent  selon  les  conditions  environnementales  et  la  nature  du  
milieu  (en  lésion  /  en  culture)  [ce  qui  explique  que  de  nombreux  champignons  
ont  deux  noms].    
L’aspect   en   lésion   est   toujours   assez   pauvre   (quelques   spores,   quelques   filaments  
mais  pas  très  caractéristiques)  mais  la  morphologie  en  culture  est  très  différente  de  
la   morphologie   en   lésion   et   plus   complexe.   C’est   donc   la   morphologie   en   culture   qui  
permet   de   déterminer   l’espèce   observée.   La   forme   de   reproduction   séxuée   est   très  
rarement  sur  animal  malade,  sur  l’animl  malade  c’est  plutt  reprod  aséxuée  
-­‐ Il   existe   un   phénomène   de   dégénérescence   morphologique   parfois  
irréversible   quand  un  champignon  est  repiqué  plusieurs  fois  sur  un  milieu  très  
riche.   Ce   phénomène   est   appelé   pléomorphisme.   Ceci   constitue   une   perte  

  4  
d'éléments  de  diagnose.  On  a  alors  des  espèces  qui  se  ressemblent.    
-­‐ La  morphologie  en  lésion  est  différente,  le  plus  souvent,  de  la  morphologie  
en   culture,   (toujours   plus   réduite   et   pauvre   en   lésion),   ce   qui   pose   encore   des  
problèmes  de  diagnostic.  Souvent,  il  faut  cultiver  des  champignons  prélevés  sur  
l'animal  pour  les  identifier.    
-­‐ La  reproduction  sexuée  n'existe  pas  en  lésion  (sauf  quelques  exceptions).  Les  
prélèvements   ne   permettent   pas   une   observation   des   organes   associés   à   la  
reproduction  :  on  ne  trouvera  pas  de  spores  sur  les  animaux.    

A. L’appareil  végétatif  
L'appareil   végétatif   peut   présenter   deux   aspects   ;   soit   un   aspect   filamenteux,   on  
parle    alors   de   mycélium   ;   soit   un   aspect   unicellulaire   (ovoïde),   on   parle   alors   de  
levure.    

 
Le   mycélium   est   constitué   de   «   filaments   vrais   »   (appelés   hyphes)   à   bords   parallèles   de  
1  à  10  μm  de  diamètre.  Les   hyphes   caractérisent   les   champignons   filamenteux   que  
l'on  appelle  souvent  moisissures.  Ils  peuvent  être  sectes,  cloisonnées  ou  non  cloisonnés  
(appelés  coenocytiques  ou  siphonés).  

 
Le  développement  de  l'hyphe  se  fait  à  partir  d'une  spore   qui  émet  un  ou  plusieurs  tubes  
germinatifs   qui   se   ramifient   et/ou   se   cloisonnent   ou   non,   donnant   des   massifs   qui  
forment   des   structures   plus   ou   moins   compactes   :   des   filaments   simples,   ramifiés,  
anastomosés  ou  enchevêtrés.  

  5  
 
ex  :  aspergillus  responsable  aspergillose  dans  
appareil  respiratoire  microsporum  canis  
responsable  de  la  teigne  
 
 

Quand  le  nombre  d'hyphes  devient  important  (la  densité  augmente),  il  y  a  constitution  
de  formations  particulières,  qui  ont  différents  aspects  :  

-­‐ Aspect  non  entier  :  Stroma  


-­‐ Aspect   nodulaire,   sous   la   forme   d'un   pseudo-­‐parenchyme   (forme   de   résistance)   :  
Sclérote.  Hyphes  formant  un  pseudo-­‐parenchyme  très  dense  
Exemple  :  la  truffe  
-­‐ Aspect   en   cordon   ramifié   :   Rhizomorphe   (cela   correspond   au   «   pied   »   des  
champignons  que  l'on  mange)  
-­‐ Aspect   en   petites   racines   :   Rhizoïdes   qui   ont   un   rôle   d'ancrage   et   de   nutrition,  
très  petits  filaments.  

Dans  le  cas  des  levures,  le  thalle  est  dissocié,  et  les  levures  sont  isolées  ou  organisées  en  
pseudo   mycélium   (faux  filament,  sorte  de  collier  de  perles  dont  chaque  perle  est  une  
levure),  se  reproduisant  par  bourgeonnement.  

 
Candida  albicans  responsable  du  muguet  

  6  
B. L’appareil  reproducteur  
(On  n’envisagera  pas  la  reproduction  séxuée.)  
 
 

La   reproduction   et   l'appareil   reproducteur   des   champignons   sont   très   complexes.   La  


reproduction  est  basée  sur  les  spores.  En  effet  ces  formes  permettent  la  multiplication,  
la   dispersion   et   la   reproduction.  Elle  peut  emprunter  deux  modalités  :  la  reproduction  
sexuée  ou  la  multiplication  asexuée.  

La   reproduction   sexuée   est   permise   par   la   différenciation   d'organes   «   mâles   et  


femelles   »   (ou   «+»   et   «-­‐»)   ainsi   que   de   spores   sexuées.   Les   spores   sexuées   sont   aussi  
appelées   spores   «parfaites»   ou   spores   «indirectes»   (elles   ont   subi   une   méiose  
précédemment).  La   multiplication   asexuée   se   fait   par   la   formation   de   spores  
directement   à   partir   du   thalle.   Les   spores   asexuées   sont   appelées   spores  
«imparfaites»  (car  on  n’a  pas  de  méiose)  ou  spores  «directes».  

èAnamorphe  :  Aspect  morphologique  du  parasite  issu  de  la  multiplication  asexuée.  

èTéléomorphe  :  Aspect  morphologique  du  parasite  issu  de  la  multiplication  sexuée.  
(il  faut  que  le  stade  asexué  soit  connu)  (Jamais  présent  sur  l’hôte).  

Conséquence   :   les   aspects  


sont   très   différents,   et   donc  
les  noms  latins  le  sont  aussi  
!!  

  7  
1) Spores  directes  ou  imparfaites  
Les   spores   directes   sont   issues   d'une   multiplication  asexuée  haploïde  ou  diploïde.   A  
partir   de   ces   spores   on   refait   un   nouvel   appareil  
végétatif.   On   retrouve   ce   mode   dans   conditions  
favorables.    

La  spore  peut  être  interne,   on  parle  d'endospore   ou  


elle  peut  être  externe,  on  parle  de  conidie.  

a. Spores  internes  (=endospores)  


Les   spores   sont   le   plus   souvent   immobiles  
(sporocystes   è  ex  :   Mucor   sp.),   et   parfois   mobiles  
(zoospores  èex  :  Batrachochytrium  sp.)  

Le   sporocyste   porte   les   spores   :   c'est   l'appareil   sporifère.   La   columelle   sépare   le  


sporocystophore   (qui   porte   les   sporocystes)   du   sporocyste.   Le   tout   est   porté   par   le  
thalle.   Les   endospores   sont   souvent   immobiles   mais   parfois   elles   sont   mobiles   et  
flagellées,  on  parle  alors  de  zoospores,  portées  par  le  mycélium   du   champignon   (en  
particulier  pour  les  champignons  aquatiques).  

b. Conidies  ou  spores  externes  


Les  conidies  se  forment  à  partir  de  la  cellule   conidiogène   (peut  être  non  différenciée,  
différenciée  ou  séparée  du  thalle  par  un  filament,  cela  n'a  pas  vraiment  d'importance).  

Il  existe  7  types  de  conidies  :    

Petit  bourgeonnement  a  partir  de  cellule    puis  ca  se  sépare.  Il  s'agit  de  la  multiplication  «  
classique   »   des   levures   et   de   certains   champignons.   Elles   peuvent   se   former   à   l'unité,   en  
chaînette  ou  en  grappe.  On  observe  une  continuité  entre  les  cellules  filles  et  les  cellules  
mères.  

Exemple  :  cryptococcus  qui  est  important  car  c’est  une  zoonose.  

 
 

  8  
Cette   croissance   se   poursuit   après   formation   de   la   conidie.   La   cellule   codiniogène  
s’allonge   en   déviant   sa   direction   de   croissance,   afin   d'éviter   la   conidie.   Il   s'agit   d'une  
forme  caractéristique  en  diagnose.  

Il  existe  deux  modalités  :  soit  elle  se  forme  à  partir  du  thalle  directement,  soit  à  partir  
d'un   filament   conidiophore   souvent   renflé   à   son   extrémité   (formant   une   vésicule).  
Parfois,   on   a   entre   la   vésicule   et   la   phialide   une   pièce   intermédiaire   :   la   métule.   C'est   un  
élément   caractéristique   très   important   pour   le   diagnostic.   Découpage   qui   forment   les  
phialides  qui  elles  mêmes  vont  devenir  des  phialoconidies.  

Remarque   :   les   métules   sont   les   éléments   chez   Aspergillus   qui   font   la   jonction   entre   la  
conidie  et  les  phialides.    

La  phialide  s'allonge  à  ce  niveau  au  fur  et  à  mesure  de  la  production  de  spores  (c'est  une  
variante  des  phialospores).    

Cette   hernie   laisse   un   pore   dans   la   paroi,   d'où   le   nom   de   poroconidie.   Cela   forme   une  
grosse  spore  de  manière  isolée,  à  paroi  épaisse,  ou  en  chaînettes.      

 
 

  9  
Il  en  existe  deux  types  :    

• les  micro-­‐aleuries  (ou  micro  conidies)  qui  ne  se  cloisonnent  pas  (une  seule  cellule  
se  forme)  
• les  macro-­‐aleuries  (ou  macro  conidies)  qui  grossissent  puis  se  cloisonnent  
(chaque  élément  va  se  fractionner  pour  donner  une  spore  isolée).    

Remarque   :   Dans   une   même   espèce,   il   existe   parfois   plusieurs   types   de   multiplication  
asexuée,  c'est-­‐à-­‐dire  plusieurs  modalités  de  formation  des  spores  (par  exemple,  les  teignes  
présentent  à  la  fois  des  Aleurioconidies  et  des  Arthroconidies).  

2) Spores  indirectes  ou  parfaites  


Ces   spores   sont   issues   d'une   multiplication  sexuée,  donc  toujours  haploïdes.   Ils   font  
suite  à  une  fécondation,  soit  directement  entre  deux  gamètes   soit  plus  fréquemment  de  
manière  indirecte,  par  union  de  deux  gamétocystes  (sorte  de  «  sac  à  gamètes  »,  organes  
de   fécondation   contenant   les   gamètes).   Mode   de   multiplication   utilisé   en   conditions  
défavorables.  Les  mâles  et  les  femelles  peuvent  être  présents  sur   un   même   thalle,  on  
est  alors  dans  un  cas  d'homothallisme.  Ou  bien  les  mâles  et  les  femelles  sont  présents  
sur  des  thalles  différents,  on  parle  alors  d'hétérothallisme.  

Il  existe  4  types  principaux  de  spores  (haploïdes).  (Ce  n'est  pas  très  important  pour  les  
vétérinaires  car  on  ne  s'en  sert  pas  en  pratique  pour  le  diagnostic,  mais  c'est  utile  pour  la  
classification)  :  

 
Exemple  :  certains  Siphomycètes  

  10  
 
Il   y   a   souvent   hypertrophie   et   épaississement   du   zygote,   et   un   stroma   protecteur   se  
forme  autour.  

Remarque  :  Mucors  sp.  ne  sont  pas  des  parasites  très  fréquents,  ils  posent  problèmes  en  
humaine  mais  pas  trop  en  véto.  

 
Exemple  :  Aspergillus  et    Ascomycota  (asques).  
 

 
Entouré  d’une  pelote  protectrice.  
 
Remarque  :  on  utilise  les  symboles  +  et  -­‐  pour  désigner  les  champignons  de  sexes  différents,  
sauf  pour  les  gamétocystes  où  on  peut  utiliser  «  mâle  »  et  «  femelle  ».  

3)  Formes  de  résistance  en  culture  


En   conditions   défavorables   (vielles  
cultures),   il   existe   des   formes  de  
résistances   telles   que   les  
chlamydospores;   ce   sont   des  
spores  munies   d'une   paroi   épaisse  
accolé   au   filament   en   position   terminale  
intercalaire  ou  latérale,  globuleuse  avec  un  cytoplasme  condensé.  Si  le  mycélium  meurt,  
les  spores  résistent  et  forment  un  nouveau  mycélium.  

 
 
 
 

  11  
III. Biologie  des  champignons  parasites  
 

A.  Cycle  biologique  et  reproduction  

 
 
Il  y  a  3  phases  successives  :  

La  plasmogamie  :  fusion  des  protoplasmes.  Elle  rassemble  2  noyaux,  chacun  à  


n  chromosomes,  dans  une  même  cellule.  Cela  crée  une  cellule  dicaryotique.    
Dicaryote  =  groupe  important  de  parasite,  souvent  champignons  supérieurs.  
La   caryogamie   :  fusion   des   noyaux   à   n   chromosomes.  On  obtient  alors  une  
cellule  diploïde.    
La  méiose  :  forme  alors  des  spores  haploïdes    

 
Conséquences  :      

èLa  multiplication  asexuée  est  importante  pour  l’identification.    

èLa   reproduction   sexuée   est   importante   pour   la   classification.   Celle   ci   est   complexe,  
toujours  modifiée  par  les  progrès  de  la  biologie  moléculaire.  De  plus,  certaines  espèces  
occupent  une  place  incertaine,  alors  que  d’autres  sont  carrément  inclassables...      

  12  
B. Nutrition    
 Il  y  a  2  notions  importantes  en  nutrition  à  partir  de  la  définition  des  champignons  :    

Ø Les  champignons  se  nourrissent  d'éléments  nutritifs  prélevés  dans  le  substrat  
:   absorption.   Ces   éléments   leur   permettent   de   synthétiser   les   molécules  
complexes    nécessaires  à  leur  développement  et  leur  reproduction.    
Ø Les   champignons   ne   possèdent   pas   de   chlorophylle.   Ils   sont   donc   toujours  
hétérotrophes   pour   le   carbone,   soit   saprophytes   (développement   à   partir   de  
Mat   Org   non   vivante),   parasites   (se   nourrissent   aux   dépens   d’un   hôte)   ou  
symbiotes  (ex  :  lichen  =symbiose  entre  une  algue  et  un  champignon).    

Des  Test  basés  sur  les  propriétés  de  leur  mode  de  nutrition  permettent  de  déterminer  
précisément  l’espèce.    

Les   caractères   relatifs   au   mode   de   nutrition   sont   utilisés   au   laboratoire   pour  


l'identification   et   la   différenciation   en   culture   grâce   à   des   Auxanogrammes   (en  
aérobiose),   Zymogrammes   (en   anaérobiose),   et   par   production  
d’uréase...  L'identification  se  fait  grâce  à  des  milieux  de  culture  différents.  

Il   faut   cependant   faire   attention   au   fait   que   l'on   peut   isoler   un   champignon   sur   un  
animal   sans   pour   autant   que   ce   champignon   soit   responsable   de   la   maladie  
touchant  l'animal.  

C. Habitat  
Les  champignons  sont  partout.  Certains  sont  des  parasites  transitoires  alors  que  
d’autres  sont  des  parasites  permanents.    

Les  champignons  peuvent  être  des  saprophytes  et  en  même  temps  être  potentiellement  
parasites.   Ce   sont   alors   des   parasites   facultatifs   que   l'on   trouve   surtout   chez   les  
individus   immunodéprimés.   Ou   bien   ce   sont   des   parasites   obligatoires.   Ils   peuvent  
être  isolés  par  prélèvements  sanguins.  

Attention  !!!  :  Ce  n'est  pas  parce  que  l'on  a  isolé  un  champignon  au  laboratoire,  que  
celui-­‐ci   est   à   l'origine   d'une   pathologie.   De   plus   ils   peuvent   être   isolés   sur   des  
prélèvements  sains,  certains  sont  prélevées  dans  le  poil  et  ne  sont  pas  responsables  de  
lésions.  

Il  faut  faire  également  attention  au  passage  possible  de  certains  champignons  de  la  vie  
saprophyte  à  la  vie  parasitaire  (immunodépression,  diabète...).  

D. Biochimie  
La   paroi   cellulosique   des   champignons   peut   être   colorée   grâce   à   des   colorations.   En  
outre,   cette   paroi   renferme   des   stérols,   cibles   de   certains   antifongiques   qui   vont  

  13  
modifier  leur  structure.  

IV. Notions  de  thérapeutique  


 

A. Diagnostic  des  mycoses  au  laboratoire  


1) Les  prélèvements  et  examen  direct  
Un  prélèvement  peut  être  exploité  de  manière  immédiate  par  le  vétérinaire  ou  envoyé  
au  laboratoire.  Dans  le  cas  d'une  analyse   immédiate,   il   faut   ajouter   un   éclaircissant   à  
la   préparation   (on   utilise   du   lactophénol),   pour   les   teignes   en   particulier.   Cette  
méthode  est  rapide  et  pratique.    

Le  vétérinaire  peut  avoir  des  petits  tubes  pour  analyser  directement  dans  sa  clinique.  

L'analyse   immédiate  ne  permet  pas  d'identifier   précisément   l'espèce,   mais   suffit   parfois  
au   diagnostic.   Il   faut   toutefois   garder   à   l'esprit   qu'un   champignon   peut   mettre   des  
semaines  à  se  développer.  

2) La  mise  en  culture  


Lors   d'un   envoi   au   laboratoire,   la   mise   en   culture   des   champignons   permet   une  
identification  précise.    

On   utilise   le   milieu   de   Sabouraud   (milieu   classique   en   mycologie)   :   Peptone   +  


Glucose  +  gélose  +  eau...  

+  Chloramphénicol  :  antibiotique  pour  limiter  la  croissance  bactérienne.  

+/-­‐   Cycloheximidine   (Actidone)   :   antifongique   contre   les   champignons  


saprophytes,  permettant  la  sélection  des  champignons  parasites.  

Parfois  le  traitement  ne  peut  être  effectué  que  plusieurs  jour  après  l’analyse.  

Il   existe   également   d'autres   milieux  


plus   spécifiques,   ou   d'autres   pour  
effectuer   des   auxanogrammes,   des  
zymogrammes...  

Dans   tous   les   cas,   le   développement  


est   lent   (de   48   heures   à   plusieurs  
semaines)   sauf   pour   certaines  
levures,   qui   peuvent   se   développer  

  14  
rapidement.  Une  température  optimale  est  nécessaire  :  25-­‐30   °C   pour   les   teignes,   37°C  
pour  les  endoparasites.  

On  réalise  ensuite  un  examen   macroscopique   (couleur,  aspect,  forme  du  recto  ET  du  
verso,   velouté   du   champignon...)   et   microscopique   (éléments   caractéristiques   de   la  
structure).  

On  se  sert  beaucoup  de  l’examen  macro  pour  les  Dermatophytes  car  un  coté  clair  et  
l’autre  foncé.  

3) L'examen  histologique  
On   peut   aussi   réaliser   un   examen   histologique   afin   de   mettre   en   évidence   un  
champignon  au  sein  d'un  tissu  :  l'isolement  dans  le  tissu  de  ce  champignon  est  alors  
la   preuve   de   son   pouvoir   pathogène   et  traduit  l'envahissement  fongique  !  On  utilise  
des   colorations   HES   (Hémalun-­‐Eosine-­‐Safran),   acide   périodique   de   Schiff   (PAS,   colorant  
les   mucopolysaccharides   des   champignons   en   rouge)   ou   Gomori-­‐Groccot  
(imprégnation   argentique)   qui   colore   la   paroi   des   champignons   en   noir.   Pour   les  
mycoses  profondes  (champignons  dans  tissus  comme  le  tissu  pulmonaire),  il  faut  faire  
une  biopsie.    

4) Le  diagnostic  immunologique  
Ces  analyses  peuvent  être  complétées  par  des  examens  immunologiques.  Plutôt  pour  les  
champignons  systémiques.  On  cherche  les  AC  dans  le  sang  ou  les  Ag  circulants  dans  le  
sang   (particules   de   champignons   reconnaissables).   On   peut   également   utiliser  
l’immuno-­‐histochimie.   Les   tests   les   plus   développés   sont   pour   les   hommes   et   se   font  
essentiellement  sur  les  levures.  

B. Les  notions  de  thérapeutique  antifongique  


 

  15  
Les   Antibiotiques   sont   des   produits   de   fermentation   de   champignons   et   n'ont   pas   un  
spectre  d'action  absolu.  

èLa   Griséofulvine   est   un   fongistatique   quasiment   actif   uniquement   sur   les  


Dermatophytes   (=teignes),   mais   qui   n'a   aucune   action   sur   les   levures.   Elle   est  
administrée  par  voie  orale,  2  fois  par  jour  pendant  plusieurs  semaines.  Elle  agit  sur  les  
mitoses.   Elle   présente   cependant   des   effets   secondaires,   essentiellement   des   troubles  
digestifs   (nausée,   vomissements,   diarrhée...).   Elle   est   donnée   aux   Carnivores  
domestiques  et  aux  NAC.  Surtout,  elle  est  tératogène,  elle  est  donc  contre-­‐  indiquée  pour  
les  femelles  gestantes  et  interdite  chez  les  vaches  laitières.  

èL'Amphotéricine   B   est   administrée   par   voie   intraveineuse   (perfusion)   ou   buccale  


mais   elle   ne   passe   pas   la   barrière   intestinale   (usage   contre   les   candida  qui   prolifèrent  
dans   le   tube   digestif,   et   contre   les   mycoses   digestives   en   général).   Elle   est   réservée   pour  
l'instant   à   l'homme.   Elle   présente   des   effets   secondaires   graves   :   néphrite   aigue,   anémie  
hémolytique...  

èLes  Imidazoles  comme  le  Kétoconazole   sont  administrés  par  voie  orale,  ils  sont  très  
lipophiles   et   pénètrent   donc   bien   dans   les   tissus.   Ils   perturbent   la   synthèse   de  
l'ergostérol   de   la   paroi   des   champignons.   Les   effets   secondaires   sont   digestifs,  
problèmes   d'interactions   avec   les   hormones   stéroïdiennes,   interdits   pendant   la  
gestation.  

èLes  dérivés  iodés  sont  administrés  en  intraveineuse  aux  grandes  espèces.  

 
 

  16  
èLa   Natamycine   est   utilisée   contre   les   teignes   sur   les   animaux   ou   pour   la  
désinfection  du  matériel.    

èLes   imidazolés   ont   des   spectres   d'action   différents.   Ils   inhibent   la   synthèse  
d'ergostérol.  

èL'Enilconazole   est   utilisé   par   voie   cutanée   et   pour   désinfecter   le   matériel,   il   n'a  
aucun  délai  d'attente.  

èLe  Miconazole  a  une  action  surtout  sur  les  levures.    

èLe  Parconazole  est  très  utilisé  en  industrie  et  en  élevage.    

èLa   chlorhexidine   est   un   antiseptique   qu'on   retrouve   surtout   dans   les  


shampoings.  

 
èNatamycine   (Mycophyt)   :   suspension   pour   une   désinfection   cutanée   et   du  
matériel.  

èAvide  Péracétique  (Sorgène  5)  :  solution  à  diluer  dans  l’eau  pour  pulvérisation,  
aspersion  ou  trempage.  

V. Classification  des  Champignons  parasites.  

 
Remarque  :  moisissure  avec  thalle  filamenteux/  levure  avec  thalle  unicellulaire  
 
De  nombreux  champignons  ne  nous  intéresse  pas  car  ils  ne  sont  pas  parasites.  
Fungi  =  Eumycota  ou  eumycètes  (=champignons  vrais)  

dicaryomycota   =   champi   supérieurs   avec   les   ascomycota   et   les   basidiomycota.   On  


verra   la   classification   simplifiée   de   ces   deux   grands   phylums.   Champi   sup   =  
septomycètes   avec   reproduction   sexuee   par   ascospores   ou   reproduction   par  
basidiospores  …  

  17  
microsporidia  et  mycoromycotina  =  champignons   inférieurs  =  siphomycètes  avec  
spore  directes  mobiles  ou  sans  spores  mobiles  et  avec  zygospores  

 
 
 

  18  
A. Basidiomycota   (Malassezia   pachydermatis   –  
Cryptococcus  neoformans)    
1) Définitions  
Ce   sont   des   levures   caractérisées   par   une   reproduction   sexuée   au   moyen   de  
basidiospores   formées   par   4,   à   l'extrémité   d'éléments   allongés   (basidiosporidies),  
portés   eux-­‐   mêmes   par   des   basidiocarpes.   On   peut   également   rencontrer   une  
reproduction  asexuée  par  conidies.  

Généralement   saprophytes   ou   parasites   de   végétaux,   ils   regroupent   la   plupart   des  


espèces  de  champignons  comestibles  ou  vénéneux.  

 
   
            Agaricus  bisporus  
 

            Amanita  muscaria  

  19  
2) Cycle  évolutif  

Fusion  de  deux  noyaux  dans  le  chapeau  =>  cellule  à  2n  –  carygamie  –  méiose  puis  le  
noyau  remonte  dans  les  basidiospores.  
Autre  schéma  dans  le  poly…  

3) Classification  et  espèces  importantes  

  20  
 
Remarques  :  La  forme  téléomorphe  n’est  pas  à  retenir  car  on  ne  la  rencontre  jamais.  
On  le  retrouve  souvent  sur  les  pigeons.  
Schéma  du  cycle  dans  le  poly…  
Passage   à   la   forme   végétative   par   reproduction   sexuée   avec   basidiospores.   Forme  
anamorphe  chez  animaux  ou  homme,  forme  basidiospore  dans  environnement.  

  21  
10-­‐50  microns,  ronde  

NB  :  les  levures  libres  sont  faciles  à  reconnaître  car  la  capsule  est  énorme,  on  peut  
réaliser  une  contre  coloration  à  l'encre  de  Chine  pour  le  souligner.  

Lorsqu'on  les  met  en  culture,  on  peut  les  mettre  sur  un  fond  noir  afin  d'apprécier  la  
capsule  (phénomène  de  contre  coloration).  

 
Chez   les   chats,   chiens...  La   contamination   se   traduit   par   des   pneumonies,  
rhinosinusites,   encéphalite   et   autres   formes   disséminées.   Pour   les   ruminants,  
cela  provoque  principalement   des   mammites.  Chez  l'homme  immunodéprimé,  on  
observe  des  encéphalites  des  formes  cutanée,  méningée,  pulmonaire,  ou  encore  des  
formes   disséminée.   Contamination   par   fiente   de   pigeon   qui   contiennent   de  
nombreux  cryptococcus,  contamination  par  voie  aérienne  :  inhalation  des  spores.  

Le   diagnostic   s'effectue   par   examen   clinique   et   direct,   mise   en   culture,   biopsie   et  


sérologie.  Le  traitement  est  très  difficile.  

 
 
 

 Cryptococcus  
neoformans   coloré   à  
l’encre  d’Inde  

 
 
 

  22  
 
5-­‐7microns  
Genre  pityrosporum  chez  humain  
Levures  lipophiles,  donc  se  logent  dans  les  plis  du  chien,  au  niveau  du  visage  chez    

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  23  
Multiplication  levure  de  façon  asexué  chez  animal.  Forme  de  bouteille  de  perrier  ou  
bonhomme  de  neige.  

 
Les  levures  isolés  ont  le  même  aspect  qu’en  lésion  sur  l’animal.  
Visibles  avec  fort  grossissement  au  microscope,  avec  une  coloration.  

 
M.  furfur  responsable  pitériasis  pluricolore  chez  l’Homme  

Transmission   par   contact   de   chien   à   chien.   Les   chiens   peuvent   être   porteur   sain,  
mais  pour  une  raison  X  a  un  instant  T  le  parasite  prolifère.  

Le  sharpeï  et  le  boxer  avec  leurs  plis  de  peaux,  ainsi  que  les  chiens  aux  oreilles  
tombantes,  sont  plus  sujets  à  dermatite  à  Malassezia  car  dans  ces  plis  se  trouve  du  
sébum   et   de   la   chaleur,   ce   qui   constitue   un   milieu   idéal   pour   ces   parasites.   Pour  
éviter  un  traitement  à  vie,  on  peut  pratiquer  une  chirurgie  avec  ablation  des  plis  de  
peau,  mais  inesthétique.  

L’autite  à  la  malassezia  se  repère  bien  a  l’odeur  car  sent  le  chien  mouillé  et  la  peau  
qui  brille  (car  grasse).  

B. Ascomycota  
1) Définitions  
Les   Ascomycota   sont   des   champignons   à   mycélium   cloisonné.  La  reproduction  
asexuée   est   à   spores  directes  très  variées  (anamorphes).   La   reproduction   sexuée  
se   fait   par   des   spores   indirectes   :   les   ascospores,   contenues   dans   des   ascocarpes  
(téléomorphes).  Il  existe  différents  types  d’ascocarpes  :  

  24  
 
Apothécie,  périthèce,  cléistothèce  avec  ascoscarpes  dans  structure  globuleuse  et  close  
avec  filaments,  gymnothèce  retrouvés  chez  les  dermatophiles  (agents  de  teigne).  Retenir  
surtout  les  deux  derniers.  
Cycle  évolutif  :  étape  multiplication  sexué  –  caryogamie  –  méiose  –  mitose  –  sporulation  
–  dispersion  –  germination  =>  filament  mycéliums…  
 
2) Classification  et  espèces  importantes  
 

 
 
 
 
 
 

  25  
3) Candida  
 

 
De  nombreuses  espèces  mais  Albicans  responsable  de  80%  des  mycoses.  

a. Candida  Albicans  (A)  


• Parasite  de  mammifères  +  homme    
• Cosmopolite  /  non  zoonosique    
• Biologie    
Ø Habitat    
-­‐ Saprophyte  dans  le  milieu  extérieur    
-­‐ Saprophyte   en   surface   de   nombreuses   muqueuses   (orale,  
digestive,  génitale...)  è  Tube  Digestif  =  réservoir.  Dans  le  tube  
digestif,   il   n'est   pas   pathogène,   ce   qui   signifie   que   si   l'on  
retrouve  ce  champignon  dans  le  tube  digestif,  cela  ne  veut  pas  
dire   qu'il   est   responsable   de   l'infection.   Cela   le   devient   lorsqu'il  
est  présent  en  très  grandes  quantités.    
-­‐ Remarque  :  il  est  toujours  pathogène  au  niveau  cutané.    
Ø Reproduction   :   asexuée   de   type   clonal   par   bourgeonnement   ;   sexuée  
pas  toujours    connue.    
Ø Nutrition    
-­‐ Capacité   de   fermenter   les   sucres   (=   assimilation   en  
anaérobiose)  è   zymogramme     (permet   d’être   sûr   qu’on   a   CE  
parasite)  
-­‐ Capacité   d’assimiler   des   sources   de   carbone   en   présence  
d’oxygène    èauxanogramme    
-­‐ Incapacité   à   hydrolyser   l’urée   (absence   d’uréase)   èuréase  
négative  
-­‐ Peut   se   développer   sur   milieu   de   Sabouraud   additionné  
d’actidione  èdiagnose    par  tests  biochimiques  (+++)    

  26  
• Cycle    

 
Dans  environnement  on  a  les  spores  :  ascospores.  Sur  l’animal  ou  sur  l’homme,  des  
levures  et  filaments  :  soit  filaments  vrais  soit  pseudos  myceliums.  
• Morphologie  
Ø Chez  l’animal  et  l’homme  
-­‐ Levures  libres  ou  incluses  dans  les  macrophages  (2-­‐3  x  8  μm)  
sans  capsuleè  blastospores    
-­‐ ovoïde  
-­‐ Parfois  Mycélium  (vrai  et  faux)    
-­‐ Absence  de  chlamidospores    
Ø Dans  le  milieu  extérieur  -­‐  Levures    
 
 
Ø En  culture  
-­‐ Milieu   de   Sabouraud   +   actidone   :   colonies   lisses   brillantes,  
arrondies,   couleur   blanc   crème   qui   apparaissent   rapidement  
(24-­‐48   h,   aussi   rapide   que   des   bactéries).   Ces   colonies  
renferment   uniquement   des   levures   isolées,   sans   capsules,  
ovalaires   et   capables   de   bourgeonner   (bourgeon   relié   à   la  
levure  par  un  col  étroit).    
-­‐ Sérum   de   cheval   à   37°C:   filamentation  :   on   voit   un   tube  
germinatif   car   le   milieu   est   riche   ètest   de   germination   ou  
blastèse.    

  27  
 
Milieu  de  Sabouraud  +  actidone         Sérum  de  cheval  

-­‐ Milieu   pauvre   en   nutriments   (PCB   ou   RAT)   :   blastoconidies  


isolées  comme  en  lésion,  ou  alignées  et  jointives  par  groupe  de  
5   à   10   (pseudofilaments).   On   trouve   également   des   formes   de  
résistance  (chlamydospores)  et  des  mycéliums  vrais.    
-­‐ 2-­‐10microns  

 
 
 

• Action   pathogène    :  
C'est   un   agent   responsable   de   candidoses   chez   de   nombreuses   espèces  
animales   ou   chez   l'homme   immunodéprimé,   dont   la   contamination   se   fait   par  
le   milieu   extérieur   ou   par   le   tube   digestif.   C'est   une   mycose   opportuniste,  
iatrogénique   (arrive   après   traitement   prolongé   aux   antibiotiques  :   le  
muguet),   nosocomiale   qui   se   développe   niveau   de   la   bouche,   et   des  
muqueuses   digestives,   cutanées   et   génitales.   Il   s'agit   rarement   d'un  
problème   primaire,   sauf  si  des  facteurs  favorisants  interviennent.  Facteurs  
favorisant   ces   containations  :   physiologiques   (prématuré   ou   tr  !s   vieux),  
macération,  humidité,  médicaments,  radiothérapie.  
• Source  :  milieu  extérieur,  tube  digestif.    
• Diagnostic   :   clinique   (examen   direct,   mise   en   culture,   biopsie,  
sérologieóóisolement  dans    les  fèces  ou  en  surface  de  muqueuse  digestive)  +  
tests  biochimiques  è  galerie  API  

   

  28  
4) Aspergillus    

 
Champignon  filamenteux  a  mycéliums  cloisonnée  et  des  têtes  aspergillaires,  èdonne  
une  croissance  de  type  moisissure,  duveteuse  et  souvent  colorée  (vert,  marron-­‐gris  
foncé)  
Présents  dans  environnement  humain,  plante,  fruits,  poussière,  air.  Humain  inhale  10  à  
30  spores  par  jours.  
Taille  depend  des  espèces  mais  en  moyenne  10  microns  
 

  29  
 
A  partir  phialide  partent  des  phialoconidies  qui  bourgeonne  et  forment  des  petites  
spores.  
b. Aspergillus  fumigatus  (A)  
• Parasite  d’oiseaux,  de  mammifères  (dont  l’homme)    
• Non   cosmopolite   /   non-­‐zoonosique   (humains   et   animaux   se   contaminent  
dans  environnement)  
• Biologie    
Ø Habitat  
-­‐ Saprophyte  partout  :  fourrages,  farine,  paille  moisie...    
-­‐ Parasite  facultatif    
Ø Reproduction    
-­‐ Multiplication  Asexuée  dans  le  milieu  extérieur  et  chez  l’animal  
(connue  depuis    145  ans)    
-­‐ Reproduction   Sexuée   très   rare,   dans   le   milieu   extérieur   ou  
milieu   de   culture   avec   conditions   spéciales   (connue   depuis  
2008)    

  30  
Multiplication   sexuée   possible   dans   le   milieu   avec   ascospores   èon   les   inhale,  
èmultiplication   asexuée   chez   animaux   avec   fabrication   tètes   aspergillaires   et  
phialospores  ètêtes  aspergillaires  et  phialospores  peuvent  contaminer  humains  et  
animal  a  partir  environnement.  
 
• Morphologie  
Ø En  lésion    
-­‐ Dans   les   tissus   profonds   (ex  :   parenchyme   pulmonaire)   :  
filaments  septés  de  calibre  régulier  et  à  ramification  régulière,  
dichotomique  (en  forme  de  Y).    
-­‐ En   lésion   aérée   uniquement   (ex  :   cavité   sinusale,   cavité  
nasale)   :   formation   tête   aspergillaire   avec   phialonidies,   on  
appelle  ca  du  gazon  mycélien  car  petite  tache  verte    

 
Ø Dans  le  milieu  extérieur  
-­‐ Anamorphe  avec  mycélium  cloisonné  +  filaments   conidiophores  
et  phialospores  
-­‐ Télémorphe   Neosartorya  fumigata   èfilaments   ascogènes   avec  
asques  et  ascospores,  protégées  par  ascoscarpes.  
 

Ø En  culture  sur  milieu  de  Sabouraud  sans  actidione  


-­‐ Aspect   macro   ègazon   mycélien   coloré   «   verdâtre   »   /   «  
noirâtre»    
-­‐ Aspect   micro   ètêtes   aspergillaires   +   filaments   comme   dans  
lésions  aérées  

  31  
 
• Action  pathogène  èaspergilloses  
Ø Oiseaux  :  sac  aériens,  poumons  
Ø Chien  :  rhinosinusite  (dans  cavité  nasale  ou  sinus  ou  les  deux)  
Ø Cheval  :  poche  gutturale  
Ø Bovin  :  poumons,  appareil  génital,  tube  digestif,  peau,  tout  l’organisme    
Ø Homme   :   aspergillose   broncho-­‐pulmonaire,   asthme   ...   peut   être   très  
grave  
• Source   :   milieu   extérieur,   les   fourrages   et   les   aliments   moisis,   et   ce   n'est  
jamais  un  autre    individu.  
• Diagnostic  :  mise  en  culture,  biopsie,  sérologie.  
• Espèces  voisines  èA.  flavus,  A.  niger,  A.  nidulans    

 
 

5) Penicillium  (RHX)  
 

  32  
 
6) Dermatophytes  
• Champignons  kératinophiles  et  kératinolytiques  
Ø Parasite  des  poils  ou  d’autres  structures  kératinisée